Navigation – Plan du site
Ouverture

Temporalités, espaces et Individu compressé en Chine

Temporalities, spaces and “compressed Individual” in China
Temporalidades, espacios e Individuo comprimido en China
Laurence Roulleau-Berger

Résumés

La société chinoise aujourd’hui peut être définie comme produisant différentes formes de compressed modernities où se contractent et s’entrelacent des temporalités historiques, sociales, politiques, économiques, mais aussi individuelles et collectives. Nous introduisons ici la notion de temporalité « contractée » qui favorise la superposition, l’intensification et la multiplication de risques sociaux, économiques, écologiques et sanitaires. Temporalités et espaces s’agencent en Chine de manière flagrante dans la production de mobilités, migrations et circulations très intenses aujourd’hui. La conquête de soi apparaît comme une question d’intensité liée à l’accélération des temporalités sociales et économiques objectives et subjectives ; se construit alors la figure d’un Individu compressé dans la société chinoise. Les temporalités collectives favorisent des micromobilisations où s’ouvrent des micro-arènes publiques et où se construit, en contexte autoritaire, de la démocratie « par le bas ».

Haut de page

Entrées d’index

Indice de palabras clave :

temporalidad, movilidades, Individuo comprimido
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cet article s’appuie sur plusieurs enquêtes de terrain menées en Chine par l’auteure depuis dix ans (...)

1La société chinoise aujourd’hui peut être définie comme produisant différentes formes de compressed modernities (Chang Kyung-Sup, 2010, 2016) où se contractent et s’entrelacent des temporalités historiques, sociales, politiques, économiques, mais aussi individuelles et collectives. Elles génèrent une pluralité de rationalités temporelles qui rentrent vite en conflit les unes avec les autres. Nous introduirons ici la notion de « temporalité contractée » qui favorise la superposition, l’intensification et la multiplication de risques sociaux, économiques, écologiques et sanitaires. Mais, si les effets de contraction temporelle jouent un rôle décisif dans la production de ces modernités , ils dialoguent en permanence avec les espaces sociaux, géographiques, culturels, économiques. Temporalités et espaces s’agencent en Chine de manière saillante dans la production de mobilités, migrations et circulations très intenses aujourd’hui. L’expérience mobilitaire ou migratoire informe très largement les réseaux sociaux et interpersonnels et redéfinit les identités sociales et professionnelles des Chinois. Les compressed modernities créent des brouillages et des irrationalités temporelles (Lallement, 2008) qui produisent des bifurcations sociétales et biographiques. La conquête de soi apparaît comme une question d’intensité liée à l’accélération des temporalités sociales et économiques objectives et subjectives ; se construit alors la figure d’un Individu compressé. Et les temporalités collectives favorisent des micro-mobilisations où s’ouvrent des micro-arènes publiques et des espaces intermédiaires où se construit de la citoyenneté flexible (1999) et de la démocratie « par le bas » en contexte autoritaire (Roulleau-Berger, 2011)1.

« Compressed modernities » et temporalités chinoises

2Pour Chang Kyung-Sup (2016) la « compressed modernité est une condition civilisationnelle dans laquelle les changements économiques, politiques, sociaux et/ou culturels se produisent de manière extrêmement condensée dans le temps et l’espace, et dans laquelle la coexistence dynamique des éléments historiques et sociaux mutuellement disparates conduit à la construction et la reconstruction d’un système social très complexe et fluide ». Pour traiter de « l’expérience chinoise », Li Peilin (2015) a montré comment, au cours des dix dernières années, l’élasticité des structures sociétales produisait en même temps des mobilités sociales ascendantes, des inégalités et des incertitudes qui affectent le destin social des groupes sociaux vulnérables, spécialement les migrants et les jeunes dans une nouvelle économie allant vers un capitalisme « sui generis ».

3Chang Kyung-Sup (2010) avait distingué différents régimes de compressed modernity fondés sur une cosmopolitisation réflexive : les régimes de low compressed modernity dans les sociétés capitalistes dites avancées, les régimes de high-order compressed modernity dans les sociétés non-occidentales, les régimes de compartmentalized compressed modernity dans les sociétés en transition. La Chine contient des compartmentalized compressed modernities différenciées dans les zones urbaines et les zones rurales, dans les zones côtières et à l’intérieur des provinces du centre et de l’ouest de la Chine mais le régime de high-order compressed modernity reste dominant et se construit à partir de différentes temporalités.

4Dans le régime de high-order compressed modernity nous distinguerons plusieurs formes de temporalités chinoises au niveau objectif et subjectif. Nous distinguerons donc des temporalités « contractées » objectives et nous considérerons des temporalités « contractées » subjectives. Nous distinguerons quatre types de temporalités « contractées » objectives : les temporalités historiques, les temporalités sociales, les temporalités politiques et les temporalités économiques.

5Les temporalités « contractées » historiques se réfèrent à différents moments de société dans l’histoire chinoise : traditionnelle, moderne et postmoderne. Les temporalités historiques se contractent quand la société rurale traditionnelle est bousculée par des formes de modernité et de postmodernité introduites notamment avec les nouvelles technologies, les circulations migratoires et les réseaux sociaux. Les temporalités historiques se contractent aussi quand les villes chinoises, très différenciées dans leurs morphologies et leurs tailles, produisent des formes de modernité et de postmodernité qui rentrent en tension ou en conflit avec des éléments de la société traditionnelle chinoise, notamment dans les vies des migrants de l’intérieur.

6Les temporalités contractées sociales se réfèrent au processus de stratification sociale qui s’est organisé très vite depuis 1979 en produisant des strates de plus en plus nettes dans les classes moyennes « supérieures », les classes moyennes « inférieures », dans la nouvelle classe ouvrière urbaine. Les temporalités sociales se compriment en produisant simultanément une économie de l’enrichissement (Boltanski, Esquerre, 2017) et une économie de grande pauvreté avec la formation de nouvelles élites économiques globalisées et d’une nouvelle underclass rurale et urbaine.

7Les temporalités contractées politiques se réfèrent aux concurrences et agencements entre des structures sociétales héritées du communisme et celles plus liées à un capitalisme sui generis (Aglietta, Guo, 2012), voire un capitalisme global. Les institutions économiques comme les entreprises étatiques et publiques ne fournissent qu’un quart de l’emploi urbain quand les entreprises privées jouent un rôle majeur dans la croissance chinoise. Les temporalités politiques se contractent quand cohabitent l’État autoritaire et le développement d’espaces publics qui peuvent devenir autonomes sur un mode plus ou moins discret.

8Les temporalités « contractées » économiques se réfèrent à la « Grande transition » depuis 1979 qui a produit le passage d’une économie planifiée à une économie de marché organisée autour d’institutions économiques différenciées et liées à la fois à un héritage socialiste et à de nouvelles formes de capitalisme globalisé. La contraction des temporalités économiques devient lisible dans la coexistence et la concurrence d’économies marchandes et non-marchandes, monétaires, « informelles », invisibles, multipolaires et globalisées.

9Nous distinguerons enfin des temporalités « contractées » subjectives que nous qualifierons de temporalités vécues. Elles se réfèrent aux expériences des individus situées dans des temporalités et des espaces différenciés lisibles dans les séquences de biographie. Le temps vécu dans les ruralités rentre vite en tension avec le temps des urbanités chez les travailleurs migrants, qui doivent passer en permanence d’une temporalité à l’autre au rythme des mobilités plus contraintes pour les moins dotés en ressources sociales, économiques et symboliques et plus désirées pour les mieux dotés. Par ailleurs, sur les marchés du travail chinois, les individus, notamment les jeunes travailleurs, se voient imposer des temps de travail flexibles qui signifient l’injonction à une forme de servitude.

10Parler de temporalités « contractées » chinoises signifie des formes de compétition, de conflit et d’agencement entre les différents régimes de temporalités.

Temporalités « contractées » et risques sociétaux

11Les différentes formes de temporalités en Chine participent à démultiplier des risques économiques, sociaux, environnementaux, écologiques et sanitaires autour desquels se réorganisent les inégalités et les solidarités sociales. Les inégalités sociales et les inégalités liées aux catastrophes naturelles sont fortement liées dans les régimes de high compressed modernity. L’effet de contraction intensifie les risques de vulnérabilité sociale et les inégalités sociales, les multiplient et elles apparaissent de plus en plus intersectionnelles, notamment les inégalités héritées, les inégalités de position, les inégalités scolaires, les inégalités de genre, les inégalités liées aux origines culturelles, les inégalités spatiales et environnementales. Nous distinguerons ici trois types de risques sociétaux :

  • les risques économiques

  • les risques sociaux

  • les risques écologiques

Risques économiques, flexibilité et injonction au consentement

  • 2 Par exemple, dans l’enquête 2011 Chinese Social Survey on voit que le travail intérimaire se dévelo (...)

12Dans le processus très rapide de marchandisation du travail en Chine les entreprises privées ont joué un rôle central dans la croissance chinoise (Guiheux, 2012). Être en régime de high-order compressed modernity signifie ici la création massive d’emplois dans le secteur privé dans des entreprises chinoises ou internationales mais simultanément un nombre important d’emplois sans contrat, temporaire, intérimaire2, saisonnier, au forfait, journalier… qui représentent la moitié des emplois urbains. Le modèle d’emploi lié à l’économie d’État a cédé la place aux emplois dits informels : le taux d’emploi dans les secteurs d’activités stables avec contrat de travail avait déjà diminué de 28 % en 2004 et en 2010 les emplois dits informels sans contrat de travail – travail à domicile, création de son auto-emploi, emploi non déclaré… – avaient atteint 50,7 %. La marchandisation du travail a aussi signifié le développement du chômage des jeunes, notamment des jeunes diplômés.

13Les temporalités « contractées » signifient que les marchés du travail chinois ont dû s’organiser autour de la fabrique du consentement (Burawoy, 1976) à partir d’ordres de production fondés sur la domination, la flexibilité, la violence symbolique pour produire une économie de l’enrichissement. Dans cette économie de l’enrichissement qui est venue se substituer à une économie socialiste planifiée où les travailleurs étaient encadrés et protégés dans des danwei – systèmes d’organisation du travail communistesles travailleurs chinois, notamment les jeunes migrants, ont été contraints de devenir leurs propres exploiteurs en qualité de commerçants d’eux-mêmes, c’est-à-dire à la fois le marchand et la marchandise (Esquerre, Boltanski, 2017). Dans le régime de high order compressed modernity en Chine on voit très bien, comme l’énoncent Arnaud Esquerre et Luc Boltanski, comment l’extension indéfinie du temps de travail – qui peut aller jusqu’à 14 heures par jour – est dissociée des bénéfices matériels et économiques pour les travailleurs, notamment les travailleurs migrants qui peuvent ne pas être payés pendant plusieurs mois. L’économie de l’enrichissement crée ici de très fortes inégalités sociales, défait les solidarités ouvrières et impose le consentement à des violences et des dominations sur les marchés du travail. Le processus d’accroissement des inégalités apparaît sans fin et aléatoire dans une forme de capitalisme qui ne cesse de se reconfigurer sans cesse quand une hypermarchandisation des marchés du travail chinois impose une conquête exacerbée de nouveaux secteurs d’activités économiques nationaux et globaux.

« Déqualification structurale » et risques sociaux

14Le régime de high order compressed modernity produit rapidement des déqualifications, disqualifications, discriminations sociales, économiques et ethniques. Le processus de précarisation qui touche principalement les jeunes Chinois résulte d’un désajustement entre système scolaire et marchés du travail, la politique du hukou (户口) et les discriminations dans les modes d’accès à l’emploi, les transformations des politiques sociales, et les effets de monopole sur certains secteurs économiques. Les moins bien dotés scolairement risquent de ne pas accéder à une « place », les mieux dotés scolairement n’ont souvent accès qu’à des espaces d’emploi dont le contenu reste pauvre en socialisation professionnelle. En Chine, les cinq dernières années ont été marquées par une concurrence accrue, une dévaluation et un rendement scolaire décroissant et, simultanément, les aspirations sociales des jeunes n’ont cessé d’augmenter. Si ce phénomène de « grand déclassement systémique » (Chauvel, 2016) a touché les jeunes des classes moyennes, il a aussi fragilisé les jeunes d’origine paysanne ou ouvrière, et tout particulièrement les jeunes migrants peu qualifiés en Chine. Aujourd’hui les conditions de travail des jeunes diplômés, notamment des jeunes migrants qualifiés, ne cessent aussi de se dégrader (Chai Guoyun, Deng Guoying, 2011) : jusqu’à la fin des années 1990, ils étaient considérés comme les élites de la société et, une fois diplômés, accédaient à un emploi stable dans les entreprises d’État et dans les institutions publiques ; ce n’est plus le cas aujourd’hui. Les jeunes diplômés sont contraints à des emplois informels ou à des situations de chômage. Dans une enquête réalisée et publiée par Li Chunling et Liu Boqing (2010) avec 445 000 jeunes diplômés en 2007 dans 2 113 lycées et Universités de 31 provinces, six mois après l’obtention de leur diplôme, 12 % étaient à la recherche d’un emploi, 55 % avaient un emploi en lien avec leur formation, 28,6 % avaient un emploi sans lien avec leur formation, et 1,2 % avait créé leur propre emploi ; ces auteurs montrent que l’accès à l’emploi stable est toujours plus difficile, et que le nombre des jeunes demandeurs d’emploi augmente.

Risques écologiques, ruptures et solidarités

15En Chine, les désastres écologiques, de plus en plus nombreux, qu’il s’agisse des tremblements de terre, des inondations etc. apparaissent comme des constructions sociales plus que des évènements naturels liées à des formes de vulnérabilités sociales et économiques, produites pour partie par des conflits de rationalité temporelle dans un processus de modernisation accélérée. Les situations de désastre sont idéale-typiques par définition dans le sens où elles compriment de fait des temporalités sociales, économiques, politiques et révèlent aussi des ruptures et des économies matérielles et morales qui font naître des formes de solidarités sociales négociées mais aussi imposées.

16Si elles produisent des figures paroxystiques de destruction physique et sociale, les catastrophes écologiques ouvrent également des espaces pour l’émergence de nouvelles figures de la restauration sociale et pour les nouveaux processus de reconstruction des sociétés et les régimes d’action. Bien que nous ne devions pas confondre la société du risque et la société de catastrophe, nous pouvons observer des processus assez similaires affectant la vulnérabilité sociale, les inégalités et les capacités individuelles et collectives. Les catastrophes naturelles provoquent des excès de vulnérabilité sociale de certains groupes sociaux dans des contractions de temps et d’espaces exemplaires (Li Peilin, Roulleau-Berger, 2016).

17La démultiplication et l’intersectionnalité des risques de différente nature en Chine caractérisent un régime de high order compressed modernity en exacerbant des processus inégalitaires, discriminatoires au niveau économique, social et environnemental et en produisant des normes d’action comme l’obligation de consentir qui participent à l’instauration de nouvelles formes de domination dans la société chinoise.

Temporalités, espaces et guanxi (关系)

18La question de la contraction des temporalités chinoises ne peut être dissociée de celle des espaces. C’est l’expérience migratoire qui rend très bien compte de cette simultanéité de la contraction des espaces et des temps. Les compressed modernities produisent des accélérations et des illimitations dans l’espace et le temps. Les temporalités « contractées » produisent des plurimobilités sur le continent chinois et dans l’espace global via les migrations transnationales. Les biographies des individus ne cessent d’être ponctuées de bifurcations. Ces temporalités se contractent dans des accélérations exacerbées et des illimitations sur des espaces urbains et ruraux situés à des échelles différentes qui intensifient les situations d’insécurité économique pour les groupes sociaux les plus vulnérables.

19L’intensification des migrations internes doit être associée à la marchandisation du travail avec la circulation de travailleurs peu qualifiés, pauvres, souvent jeunes et d’origine rurale, corvéables à merci. Selon le « China Mobile Population Development Report 2016 », en 2015 plus de 247 millions de Chinois se déplaçaient sur le continent, c’est-à-dire 18 % de la population totale ou bien un Chinois sur 6.

  • 3 En effet le système de l’enregistrement de la résidence et de l’état-civil, sous le nom du hukou, a (...)

20Ce chiffre, selon les sources de l’ONU, est à rapprocher des 244 millions de migrants internationaux qui se déplaçaient dans le monde en 2015. Depuis 1990 les migrations internes n’ont cessé de s’intensifier et de se complexifier en Chine continentale. D’abord empêchées avant 1979 avec la mise en place d’une politique du hukou (户口) pour contrôler les mouvements migratoires des campagnes vers les villes, les migrations ont plus été ensuite ordonnées et limitées jusqu’à la première moitié des années quatre-vingt et depuis 1985 les mouvements migratoires ont pris de plus en plus d’ampleur en Chine continentale. Le système du hukou3户口s’est affaibli pour favoriser des mobilités de plus en plus larges et ouvertes dans le cadre de migrations « volontaires », qui sont venues concurrencer les migrations organisées.

21Durant ces trente dernières années la migration interne des jeunes en Chine constitue un phénomène majeur pour comprendre les transformations de la société chinoise dans tous ses états, notamment des mégalopoles (Li Chunling, 2013). Par exemple, à Shanghai, la population migrante avait augmenté entre 2000 et 2010 de 193,6 %. Les jeunes de 20 à 34 ans représentent 47 % de la population totale des migrants. En 2010, parmi les migrants résidant à Shanghai 52 % avaient l’équivalent du bac. Les jeunes migrants aujourd’hui sont largement plus diplômés que la génération précédente. Ils viennent de trente provinces différentes mais 29 % viennent de l’Anhui, 16,8 % du Jiangsu et 8,7 % du Henan. Les jeunes travailleurs migrants sont majoritairement embauchés dans les industries secondaires et tertiaires, dans les secteurs manufacturiers et de la construction, des transports, le commerce, la restauration, l’aide à domicile… (Roulleau-Berger, Yan Jun, 2017).

22Se pose alors la question de la transformation des guanxi (关系)réseaux interpersonnels, sociaux et familiaux – de ces migrants internes en contexte de compressed modernity. Yang Yiyin (2008) avait posé l’hypothèse de la fabrication d’un « double nous » dans la construction d’un ordre des interactions dans la société chinoise ; elle avait expliqué comment, pour définir un guanxi关系interpersonnel, il fallait prendre en considération l’héritage du régime de parenté et les relations de confiance et d’obligation réciproque. Le « nous » est produit d’une part par des guanxi (关系) qui dessinent les frontières du « moi » particulières, plus précisément de ce que Fei Xiao Tong appelait le chaxu geju, et d’autre part, par des catégorisations, des identifications et des appartenances sociales. Est convoquée d’une part l’influence de la vie traditionnelle chinoise qui signifie des mobilités limitées, des arrangements dans le cadre des relations familiales proches fondées sur la confiance, la construction d’un ordre local structuré ; puis sont mobilisées, d’autre part, les relations d’interconnaissance et de face-à-face dans l’espace familial qui jouent sur la délimitation de l’espace d’action et d’autonomie de chaque individu. Parler de guanxi (关系) signifie raisonner d’abord sur les relations d’échange, de confiance, de rétribution et de gratification et les interactions. Yang Yiyin (2012) montre aujourd’hui comment, le « nous » implique being one of us qui se caractérise par la perméabilité et l’élasticité des frontières du « nous », la construction de l’autonomie individuelle quand l’individu place les autres à l’intérieur de frontières du moi précises.

23En Chine, quand les mobilités et les circulations ne cessent de s’intensifier, les relations d’échange et de confiance restent actives dans le cadre des relations familiales – c’est-à-dire les liens forts — mais la perméabilité et l’élasticité des frontières du « nous » peut s’affaiblir dans les migrations successives du fait que les « nous » se définissent dans les différents lieux traversés au cours de différentes séquences temporelles des séquences de vie. L’influence de la vie traditionnelle chinoise qui signifiait des arrangements relationnels et la construction d’un ordre local structuré diminue et les « nous » se pluralisent pour imposer à l’individu d’abord un travail prioritaire de définition des frontières des nouveaux « nous » liés aux différentes temporalités et aux différents espaces.

24Les liens forts jouent un rôle majeur sur le marché de l’emploi public là où la force des liens faibles permettra un accès à l’emploi privé ; mais, au moment de l’embauche la force des liens forts l’emporte sur la force des liens faibles (Zhong Yunhua, 2007). Pour les migrants, la relative facilité avec laquelle s’étendent les liens interpersonnels, malgré les très grandes distances entre les provinces chinoises, démontre la force des liens familiaux et la mise en relation de lieux dans un espace circulatoire. Les différentes séquences temporelles des carrières migratoires rendent compte de formes d’alternance entre des « liens forts » et des « liens faibles » selon les espaces traversés, les segments des marchés, les qualifications, secteurs d’activité et provinces d’origine. Mais la force des liens, au fil des mobilités géographiques, tend à s’atténuer et les réseaux individuels tendent à s’organiser à partir de liens faibles. Ce phénomène est très net chez les jeunes qui, au fil des expériences migratoires, mobilisent de moins en moins les réseaux familiaux et d’interconnaissance liés aux lieux d’origine. Mais les liens forts liés aux solidarités familiales restent fortement prégnants car l’idée du maintien des relations avec la parenté est une norme collective partagée.

25Les mobilités bouleversent les interactions sociales des individus avec leur environnement, mis à l’épreuve de leurs identités dans une pluralité d’espaces et de temporalités à l’échelle du continent chinois, voire à l’échelle internationale. Les circulations, les expériences et les carrières migratoires montrent comment les temporalités se contractent dans des accélérations exacerbées et dans des illimitations sur des espaces urbains et ruraux situés à des échelles différentes. Les temporalités contractées objectives informent les temporalités contractées subjectives. Les individus peuvent perdre la conscience des limites spatiales et temporelles et entrer dans une lutte sans fin pour soi, véritable injonction qui leur fait oublier les ressources réelles dont ils disposent pour réaliser leurs aspirations et leurs projets de vie. L’injonction à la « lutte pour soi » et à la redéfinition des « nous » apparaît fondamentalement liée à la contraction des temporalités sociales et économiques en contexte de high compressed modernity. En Chine la prolifération de liens faibles liée à des mobilités spatiales inscrites dans des temporalités sociales, économiques, politiques transforme les interactions sociales informées par certaines normes civilisationnelles liées à des traditions culturelles chinoises, notamment de la vie familiale. En même temps l’Individu est contraint à une forme d’autonomie où il ne choisit plus de placer les autres à l’intérieur de frontières du moi précises dans les espaces vécus et les temporalités subjectives. Les réseaux sociaux via les mobilités sont le résultat de fortes stratifications temporelles (Bessin, Bidart, Grossetti, 2010).

Compétences mobilitaires, Individu « compressé » et reconquête du temps

26L’expérience migratoire en Chine, notamment des jeunes, prend un statut central dans le régime de high order compressed modernity et donne à voir la contraction des temporalités et des espaces qui organise la pluralité des bifurcations dans les parcours de vie autour d’une injonction à la « lutte pour soi » en milieu rural comme en milieu urbain. Les différentes séquences temporelles biographiques montrent comment dans les différents parcours de vie les ressources identitaires sont mobilisées sur un mode continu ou discontinu, comment les mobilités apparaissent à la fois comme ressources et comme contraintes sociales.

27Par exemple, les parcours biographiques des jeunes migrants chinois sont organisés autour de discontinuités temporelles et spatiales qui ne signifient pas forcément discontinuités professionnelles, c’est-à-dire qu’ils quittent une ville pour une autre en accédant à un emploi dans le même secteur d’activité et en retrouvant une position d’équivalence statutaire. Les carrières migratoires des jeunes migrants chinois s’organisent autour d’une diversité d’expériences professionnelles dans des entreprises d’État ou privées, chinoises ou sino-étrangères, dans le secteur des services ou du commerce, voire de la création d’entreprises. Cette succession de bifurcations traduit les dynamiques de concurrence sur les marchés du travail et donne lieu à des mobilités professionnelles qui peuvent évoluer ou non vers des mobilités sociales. Les bifurcations se forment dans la conjonction de mobilités professionnelles et de mobilités géographiques mais leur multiplication varie en fonction des qualifications scolaires, des ressources sociales et économiques et des opportunités d’emploi. Il se construit de la différenciation sociale qui rend compte de la discontinuité des expériences liées à des régimes économiques différents. Une fréquence rapide des situations de bifurcation signifie qu’il y a discontinuité entre les expériences dans des emplois très différents. En effet, une courte présence obligée dans un emploi, formel ou informel, ne laisse pas le temps de capitaliser de nouvelles ressources sociales et symboliques et de les ordonner pour recomposer les répertoires individuels. Les socialisations primaires et les dispositions acquises jouent sur les effets de discontinuité biographique et les inégalités sociales se révèlent dans le mode d’ordonnancement des répertoires de ressources ; plus les répertoires de ressources économiques, sociales et symboliques sont ordonnés et plus les individus peuvent gérer les effets de discontinuité biographique et temporelle.

28Les parcours des plus qualifiés s’organisent autour d’une fréquence plus réduite de bifurcations qui peuvent se multiplier du fait que, dans le secteur privé, les travailleurs ne bénéficient pas toujours de contrat de travail et peuvent donc circuler sur les marchés du travail. Dans les parcours des moins qualifiés, les mobilités professionnelles horizontales caractériseront les biographies professionnelles quand les mobilités verticales marqueront davantage celles des jeunes plus qualifiés (Roulleau-Berger, 2015 ; Roulleau-Berger, Yan Jun, 2016).

29En Chine les compétences mobilitaires, si elles répondent aux injonctions d’un nouveau capitalisme, permettent aussi provisoirement d’échapper aux dispositifs de captation des corps et d’ouvrir des horizons d’accès à soi dans un contexte où se produit un processus de colonisation du vécu des individus et des groupes sociaux dits faibles. Elles traduisent aussi des capacités à l’aspiration (en termes de pouvoir, de dignité et de ressources matérielles) (Appadurai, 2013) dans des temporalités subjectives et les mobilités géographiques et professionnelles qui expriment des formes de résistance à la subordination salariale des jeunes travailleurs, un refus du consentement au travail contraint (Roulleau-Berger, 2015). Dans les circulations migratoires, les jeunes travailleurs chinois peuvent se réapproprier très partiellement et momentanément un temps à soi capté par du travail contraint. Résister à la subordination salariale par la production de compétences mobilitaires signifie aussi résister à la violence symbolique des dispositifs de colonisation du vécu très présents dans un contexte où le couple État et Marché permet le maintien de gouvernances autoritaires sur les marchés du travail. Les compétences mobilitaires se développent dans des interstices sociétaux, temporels et spatiaux où les jeunes échappent provisoirement à des formes d’assujettissement, de prédation et d’humiliation. Elles peuvent se développer du fait de l’intériorisation de fortes dispositions à la mobilité en Chine, du fait que les jeunes travailleurs chinois ne se vivent pas toujours comme précaires, même si les normes de stabilité salariale continuent d’être actives, et si beaucoup intériorisent l’incertitude comme norme professionnelle.

30Quand se produisent des accélérations et des illimitations dans une diversité d’espaces et de temporalités on assiste à une « dyssocialisation, c’est-à-dire une contradiction violente entre les valeurs, les représentations et l’identité transmises par la génération précédente et les conditions et situations vécues par la génération émergente » (Chauvel, 2016). Les individus sont alors confrontés à une succession de situations de double-bind qui signifie un double processus de subjectivation et de sujétion (Fassin, Memmi, 2004). Le régime de high order compressed modernity révèle ici des dominations et des violences qui contraignent les individus à lutter pour eux-mêmes dans un processus de socialisation contradictoire organisé autour d’un travail identitaire de gestion de situations de double bind, entre les injonctions à « prendre place » dans un espace sociétal et les difficultés d’accéder aux espaces de forte légitimité sociale dans des temporalités subjectives. L’injonction à la lutte pour soi apparaît comme liée à l’accélération et la compression des temporalités sociales et économiques renforcées par les migrations internes qui favorisent l’effacement de la notion de limite. La conquête de soi apparaît comme une question d’intensité liée à l’accélération des temporalités sociales et économiques objectives et subjectives ; se construit alors la figure d’un Individu compressé dans la société chinoise.

Temporalités collectives et micro-arènes publiques en Chine

31Les temporalités subjectives des individus peuvent interragir les unes avec les autres dans des espaces publics et produire des temporalités collectives. En Chine le régime de compressed modernity produit une démultiplication d’espaces publics où des temporalités sociales se partagent et où se produisent des temporalités vécues productrices de solidarités négociées. Alors que, dans le passé, l’espace public et l’espace politique avaient tendance à se confondre (Zhang Jing, 2012), aujourd’hui les deux espaces se dissocient progressivement, conduisant à l’émergence progressive de micro-arènes publiques, d’espaces publics autonomes et d’espaces intermédiaires situés à différents endroits de la société chinoise dans des quartiers ou des petits sites de coprésence propices à des mobilisations de différente nature où des petits groupes se forment à certains moments pour produire différents types d’activités. Ces espaces restent sous contrôle de l’État, les normes de coopération, d’entente, d’action restent donc négociées avec les normes politiques des structures étatiques ; ils naissent d’ajustements, de transactions, d’arrangements, de différends entre des formes institutionnelles et des formes non-institutionnelles.

32Dans ce contexte autoritaire et de high order compressed modernity s’ouvre une pluralité de micro-arènes publiques qui s’articulent à travers des temporalités collectives de multiples actions et interactions qui font naître de la « citoyenneté flexible » (Ong, 1999). La temporalisation collective des séquences d’actions permet de saisir un processus non continu d’invention de formes d’engagement public de la part de différents groupes sociaux producteurs d’une voix contestataire. Si l’État autoritaire chinois met en place une diversité de dispositifs de contrôle, de surveillance, d’assignation, d’obligation d’obéir et de consentir, il favorise la pluralisation de formes de citoyenneté interactionelle. Ces micro-arènes publiques se forment à partir d’ordres d’interaction, de régimes d’engagement, de réseaux de relations, de façon de dramatiser et de se raconter (Cefaï, 2007) ; elles s’ouvrent et se ferment au rythme des événements et des contraintes politiques.

33Les temporalités collectives en Chine aujourd’hui favorisent la construction d’identités publiques à partir de créativités individuelles et collectives et de dispositifs de solidarité sociale. Aujourd’hui, en Chine, les jeunes générations mobilisent de nouveaux répertoires d’action pour organiser des espaces de démocratie limitée. Par exemple dans des quartiers universitaires de mégapoles comme Pékin ou Shanghaï, des appartements, où s’installent et circulent des jeunes diplômés, deviennent des « espaces de vie », lieux de parole, d’échanges, de conférences (Bellot, 2016). Ou bien des petits groupes de jeunes développent des réseaux de contestation informels à partir des usages des ressources numériques pour se constituer en acteur collectif auprès des pouvoirs locaux et être reconnus pour faire entendre leur parole. Ou encore dans les anciennes usines reconverties en friches artistiques naissent des espaces intermédiaires dans lesquels des jeunes se mobilisent autour d’activités artistiques pour produire des paroles dissidentes et se réapproprier des temps et lieux sociaux. Enfin de jeunes activistes engagés dans le combat écologique et après avoir vécu de grandes épreuves de précarité produisent des résistances ordinaires en prônant des valeurs anticonsuméristes et anticapitalistes par la mise en pratique de styles de vie alternatifs.

34Dans la société chinoise, la conjonction d’un contexte de transition, la croissance toujours plus grande des inégalités sociales, une urbanisation accélérée et l’intensification des migrations internes ont favorisé la mobilisation de minorités actives qui ouvrent des micro-arènes publiques pouvant évoluer en espaces intermédiaires ; en tant que régions morales, ils accumulent des écarts avec les dispositifs étatiques et le Marché en venant se lover entre des espaces de faible légitimité (Roulleau-Berger, 2011). On assiste aujourd’hui à une démultiplication de ces espaces intermédiaires à distance partielle de l’État où des minorités constituées de jeunes migrants, de militants associatifs, de jeunes artistes, d’écologistes… se mobilisent pour produire des stratégies d’affirmation identitaire et définir des micro-organisations au niveau politique, économique, culturel, artistique. Les espaces intermédiaires constituent des contextes de micromobilisations organisées à travers le cours temporel d’interactions horizontales, d’actions situées et d’engagements qui produisent un civisme ordinaire.L’engagement dans l’action collective se construit ici au rythme des temporalités politiques liées à un gouvernement autoritaire qui a renforcé les dispositifs de contrôle et de surveillance des lieux « alternatifs » de type culturel, artistique, écologique, religieux… qui contiennent des voix contestataires et dissidentes.

35En Chine les espaces intermédiaires et interstitiels pourraient être définis à la fois comme des espaces de résistance et des espaces de réconciliation. Résistances dans le sens où se construisent et se structurent des luttes pour des reconnaissances économiques, sociales et morales, pour une « démocratie par le bas » où se définissent des engagements individuels et collectifs sociétaux. Ces espaces intermédiaires révèlent aussi les puissances d’agir de minorités actives, de citoyens qui veulent faire entendre leur voix . Ces espaces intermédiaires, dans la construction de résistances, peuvent favoriser des réconciliations entre identités sociales et identités pour soi des individus, créer de la reconnaissance réciproque qui ordonne l’ordre des interactions et, en cela, devenir des espaces de réconciliation (Roulleau-Berger, 2012).

36Les temporalités collectives liées au régime de high order compressed modernity produisent de l’engagement public et de l’action collective située qui produit d’abord une « citoyenneté flexible » qui devient ordinaire et peut devenir une citoyenneté contestataire.

Conclusion

37Poser la problématique des temporalités et des espaces en contexte de compressed modernity et de régime autoritaire nous invite à un travail de décentrement du regard sur les formes de temporalités dans des sociétés – comme la société chinoise — où les transformations économiques, sociales et politiques ont aussi produit la contraction de processus sociétaux qui se sont développés dans les sociétés occidentales sur des dizaines d’années. Si « l’économie de l’enrichissement » traduit l’ampleur du changement du capitalisme dans les sociétés européennes, elle s’est développée sur une temporalité très courte en Chine en produisant des dispositifs de captation des corps « en mobilité » et des dispositifs moraux où les individus sont contraints au consentement et à des formes de servitude économique, politique et sociale en régime autoritaire. Le processus d’individuation s’est durci en produisant des compétitions, concurrences, inégalités sociales très marquées et très violentes entre les « nantis » et les « oubliés » de la société chinoise. Nous considérons la production de la figure d’un Individu compressé dans la société chinoise, confronté à une diversité de situations d’incertitude, de double-bind et de mobilités dans une multiplicité et une accélération d’espaces et de temporalités qui produisent des bifurcations biographiques à la fois contraintes et désirées et traduisent aussi des bifurcations sociétales et historiques. Cette simultanéité inhérente au régime de high order compressed modernity produit aussi des résistances silencieuses ou non, des mobilisations, des actions collectives qui expriment des refus, des désaccords, des dissidences ; toute la question devient celle alors des frontières entre différentes compressed modernities en Asie et en Europe qui produisent des temporalités contractées objectives et subjectives. L’invention d’un Individu compressé contraint à des formes de subordination imposées, capable de produire des compétences mobilitaires dans une pluralité de situations, d’espaces et de temporalités contractées historiques, sociales, politiques, économiques ne peut être pensée que dans le cadre de la Post-Western Sociology (Roulleau-Berger, 2016). Nous faisons travailler non pas les différences mais les écarts de regards, de pratiques, de concepts entre des sociologies européenne et chinoise pour inventer des formats narratifs multisitués qui rendent compte d’une pluralité épistémologique dans laquelle le chercheur œuvre à l’effacement de frontières construites par différents types d’occidentalismes et d’orientalismes.

Haut de page

Bibliographie

Aglietta M., Guo, B., 2012. La voie chinoise. Capitalisme et empire, Paris, Odile Jacob.

Appaduraï A., 2013. Condition de l’homme global, Paris, Payot.

Bellot M., 2016. « Aspirations culturelles, cosmopolites et production d’un espace physique et social symbolique », Communication Workshop LIA, 18 juillet 2016, ENS Lyon, Urban rights and urban governance in Chinese and European cities.

Bessin M., Bidart C., Grossetti M. 2010. Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, La Découverte.

Boltanski L., Esquerre, A., 2017. Enrichissement. Une critique de la marchandise, Paris, Gallimard.

Cefaï D.,. 2007. Pourquoi se mobilise-t-on ? Paris, La Découverte.

Chai Guojun, Deng Guoying, 2011. “Hangye xuanze yu gongzi chayi – laizi daxue biyesheng laodong li shichang de zhengju”, Nankai jingji yanjiu, - « Sélection dans l’industrie et différences de salaires : éléments sur l’accès des diplômés aux marches du travail », Recherches économiques de Nankai, n° 1. pp 54-71.

Chauvel, L., 2016. La spirale du déclassement, Paris, Seuil.

Chang Kyung-Sup, Song Min-Young, 2010. “The stranded individualizer under compressed modernity : South Korean women in individualization without individualism”, The British Journal of Sociology, 61 (3), pp. 538-564.

Chang Kyung-Sup, 2016. “Compressed modernity in South Korea. Constitutive dimensions, manifesting units and historical conditions” in Kim Younna, ed, The Routledge Handbook of Korean Culture and Society, London and New York, Routledge.

Chauvel L., 2016. La spirale du déclassement, Paris, Seuil.

Guiheux G. 2012., “Chinese Socialist Heroes: From Workers to Entrepreneurs”, in Eric Florence and Pierre Defraigne (eds), Towards a New Development Paradigm in Twenty-First Century China. Economy, Society and Politics, London, Routledge, pp. 115-126.

Fassin D., Memmi D., 2004. Le Gouvernement des corps, Paris, Éditions de l’EHESS.

Lallement M., 2008. « Une antinomie durkheimienne… et au-delà. Regard sociologique sur le temps et les temporalités », Temporalités 8.

Li Chunling, Jiang Lihua, Hu Jie, Cheng Boqing (eds), 2010. “College Graduate Employment and Skills Survey Report”, The China Society Yearbook, volume IV, Brill Publishers, Leiden.

Li Peilin, (ed) 2012. “Chinese Society and the China Experience” in Li Peilin (ed), Chinese society-Change and transformation, New York, Routledge.

Li Peilin, 2015. “La modernisation orientale et l’expérience chinoise”, Socio, n° 5, pp. 25-45

Li Peilin, Li Qiang, Ma Rong (eds) 2008. “Sociology and the Chinese Experience”, in Sociology and Chinese Society. Social Sciences Academic Press of China. pp. 3-23

Li Peilin, Roulleau-Berger L., 2016. Ecological risks and disasters. New experiences in China and in Europe, New York, Routledge Publishers

Ong A. 1999. Flexible Citizenship : The Cultural Logics of Transnationality, Durham, Duke.

Roulleau-Berger L., Li Peilin, eds, 2012. European and Chinese Sociologies. A New dialogue, Leiden & Boston, Brill Publishers.

Roulleau-Berger L., 2011. Désoccidentaliser la sociologie : l’Europe au miroir de la Chine, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Roulleau-Berger, L., 2013. “Post-Western Sociology and Scientific Revolution : From Asia to Europe”, Journal of Institute for Sociology, Tokyo, n° 30, sept-oct.

Roulleau-Berger L., 2015. « Sciences sociales “post-occidentales” : de l’Asie à l’Europe », Socio, n° 5, pp. 9-25.

Roulleau-Berger L., 2015. « Incertitudes, inégalités et rapport au travail des jeunes en Chine », in La transformation du rapport salarial dans la Chine contemporaine, pp 143–159. Edited by Sobel, R., Séhier, C. Villeneuve-d’Ascq, Éditions du Septentrion.

Roulleau-Berger L.,2016. Post-Western Revolution in Sociology. From China to Europe, Leiden & Boston, Brill Publishers.

Roulleau-Berger L., Yan Jun, 2017. Travail et migration. Jeunesses chinoises à Shanghaï et Paris, La Tour d’Aigues, L’Aube.

Yang Yiyin, 2008. « Relation et identité. Approche du processus psychosocial de la for- mation du “nous” chez les Chinois » in Roulleau-Berger L., Guo Yuhua, Li Peilin, Liu Shiding (dir.), La nouvelle sociologie chinoise, Paris, Éditions du CNRS, pp. 451-481.

Yang Yiyin, 2012. “Guanxilization and Categorization: Theoretical Considerations Based on Two Case Studies”, in Roulleau-Berger L., Li Peilin (dir.), European and Chinese Sociologies. A new dialogue, Leiden, Boston, Brill Publishers, pp. 163-177.

Zhang Jing, 2012. “Dual integration of social order : analysis of a case of property right dispute”, in Roulleau-Berger, L., Li, Peilin, European and Chinese Sociologies: A new dialogue, Leiden, Brill Publishers, pp. 223-235.

Zhong Yunhua, 2007. « Qiangruo guanxi dui daxuesheng qiuzhi yingxinag de shizhi fenxi » (« Liens forts dans l’accès à l’emploi des diplômés »), Qinnian Yanjiu (Recherches sur les jeunes), n° 12.

Haut de page

Notes

1 Cet article s’appuie sur plusieurs enquêtes de terrain menées en Chine par l’auteure depuis dix ans dans le cadre de programmes de recherche qu’elle a dirigés, notamment Jeunes migrants qualifiés, travail globalisé et compétences migratoires en Chine et en France (2012-2015), programme CMIRA Région Rhône-Alpes en partenariat avec l’équipe de Zhen Zhihong, département de sociologie et de science politique de Shanghai University et Jeunes, marginalisation économique et compétences mobilitaires à Lyon, Milan et Shanghai (2015-2018), programme CMIRA Région Rhône-Alpes en partenariat avec l’équipe de Liu Yuzhao, département de sociologie et de science politique de Shanghai University. Les enquêtes de terrain ont été réalisées en chinois sur les terrains chinois par les chercheurs français et chinois.

2 Par exemple, dans l’enquête 2011 Chinese Social Survey on voit que le travail intérimaire se développe largement ; seulement 41,1 % de jeunes travailleurs auraient signé un contrat à durée déterminée (CDD) et 13,8 % un CDI.

3 En effet le système de l’enregistrement de la résidence et de l’état-civil, sous le nom du hukou, avait été mis en place en 1958 dans un contexte de pénurie de céréales et de migrations vers les villes; la mise en place de cette politique anti-migratoire s’appuyait sur le contrôle de la mobilité géographique des individus en dehors de leur lieu d’enregistrement de résidence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Roulleau-Berger, « Temporalités, espaces et Individu compressé en Chine », Temporalités [En ligne], 26 | 2017, mis en ligne le 14 mars 2018, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/3819 ; DOI : 10.4000/temporalites.3819

Haut de page

Auteur

Laurence Roulleau-Berger

Directrice de recherche au CNRS, ENS Lyon, Triangle et directrice française du Laboratoire International Associé (LIA) CNRS-ENS Lyon/Académie des Sciences Sociales de Chine Post–Western Sociologies in China and in Europe
Laurence.Roulleau-Berger@ens-lyon.fr

Articles du même auteur

  • Introduction [Texte intégral]
    Sociologie post-occidentale et temporalités chinoises
    Paru dans Temporalités, 26 | 2017
Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page