Navigation – Plan du site
Ouverture

Sun Benwen et la sociologie chinoise de la première moitié du XXe siècle

Zhou Xiaohong
Traduction de Lucie Modde

Notes de la rédaction

Zhou Xiaohong propose ici une version modifiée d'un article déjà publié sur la question. 《孙本文与二十世纪上半叶的中国社会学》, (Sun Benwen et la sociologie chinoise pendant la première moitié du XXe siècle)《社会学研究》, Recherches sociologiques (Beijing)n° 3, p. 1-23, 2012.

Notes de l’auteur

Sun Benwen, le représentant de l’École de la synthèse, occupe une place dominante dans le monde de la sociologie chinoise pendant toute la première moitié du XXe siècle. Grâce aux recherches qu’il a menées pendant près de trente ans, il a considérablement contribué aux débuts de la sociologie chinoise. Ses études dans les universités de Columbia et de Chicago ont directement influencé son approche fondée sur les facteurs culturels et psychologiques ; l’École de la synthèse est donc clairement inspirée du déterminisme culturel et du réductionnisme psychologique. À une époque marquée par les troubles sociaux et les guerres, Sun Benwen joue à la fois un rôle de fondateur et de critique pour la sociologie chinoise : il est le premier à recourir à la théorie sociologique pour essayer de faire avancer la construction sociale dans une Chine souffrante, et à s’efforcer de mettre en place une théorie sinisée dans la discipline. Ses nombreux efforts montrent à la fois la naïveté et l’impuissance de l’intellectuel face aux crises, ainsi que l’entêtement et la réticence du sociologue à intervenir dans leur époque. Son ouvrage La Sociologie contemporaine chinoise, publié en 1949 avant l’établissement de la République populaire de Chine, représente le discours d’adieu de la génération des sociologues chinois sur le point de quitter la scène scientifique.

Texte intégral

1La première moitié du XXe siècle est en Chine une époque marquée par les contradictions et les paradoxes : le système impérial vient de s’effondrer, les seigneurs de la guerre bataillent entre eux, le pays est occupé par des puissances étrangères, la guerre civile fait rage, ce qui place la population chinoise dans la plus grande misère ; parallèlement, c’est aussi l’époque de la République de Chine, de l’effervescence des courants de pensée, d’une importante contestation populaire, d’une volonté de renouvellement, qui donnent à cette Chine souffrante l’espoir de renaître. Ces changements sociaux extrêmement rapides insufflent une grande vitalité à la sociologie chinoise, qui connaît son premier essor depuis son introduction dans le pays. En 1937, avant l’invasion japonaise, elle culmine ainsi en Chine en même temps qu’en Europe et aux États-Unis (O’Hara, 1961 ; Arkush, 1985, p. 73), et connaîtra des difficultés pour retrouver cette popularité par la suite. Les trois Écoles de pensée qui donnent alors à la sociologie chinoise sa dimension académique sont les suivantes : l’École chinoise, représentée par Wu Wenzao, qui se veut une sociologie inspirée des enquêtes et études de terrain de l’anthropologie (Li Peilin, 2008) ; la sociologie du matérialisme historique, fondée sur la pensée socialiste (Li Peilin, 2009) ; et l’École de la synthèse, représentée par Sun Benwen, qui met l’accent sur l’influence des facteurs culturels et psychologiques sur la société (Zheng Hangsheng, Li Yingsheng, 1999).

Après une entrée timide, une sortie précipitée : l’histoire qui donne et reprend

2Sun Benwen naît le 23 janvier 1892 dans la province du Jiangsu, à Wulou (à l’époque un comté administré par Zhenze dans le district de Wujiang et aujourd’hui un village voisin du bourg de Qidou) ; la principale activité des habitants est alors la sériciculture. Les anciennes régions de Wu et de Yue étant le lieu d’implantation des héritiers de Sun Zi, grand stratège militaire, les Sun de Wulou, dont la famille de Sun Benwen, feraient partie de ces descendants. Pourtant, ils sont confucéens depuis très longtemps et jouissent de la réputation d’avoir produit des génies sur treize générations ; le père et le grand-père de Sun Benwen, enseignants à l’école privée du comté, complètent leurs revenus par la sériciculture, ce qui a par la suite orienté la carrière de leurs descendants.

3Sun Benwen est scolarisé dès l’âge de quatre ans ; il étudie pendant dix ans à l’école de son père Sun Lu avant de bénéficier des nouvelles méthodes d’enseignement à partir de treize ans. En 1909, après avoir obtenu son certificat, il est admis à la première école normale de la province du Jiangsu, à Suzhou. Une fois diplômé, il part enseigner dans une école du district de Wujiang. En 1913, après avoir obtenu des résultats remarquables à l’examen d’entrée de l’université de Pékin, il intègre le département de philosophie. Il en sort diplômé en 1918 et se fait recruter en septembre de la même année par l’école secondaire rattachée à l’école normale de Nankin, où il commence à enseigner la langue chinoise et la philosophie. En 1920, il candidate à la bourse du Jiangsu permettant à des étudiants d’aller gratuitement aux États-Unis et part en avril de l’année suivante.

  • 1 Le titre anglais de la thèse de Sun Benwen est : China in the American Press : A Study of the Basis (...)

4De juillet 1921 à juin 1922, il travaille au centre de recherches de l’université d’Illinois et étudie la sociologie, avant d’obtenir de suivre un master dans cette même université. Après son master, il part à New York où il intègre le département de sociologie de l’université Columbia. La raison pour laquelle Sun Benwen veut étudier dans cette université est qu’elle est la deuxième du monde à avoir mis en place un département de sociologie après l’université de Chicago (Faris, 1967, p. 11), et qu’elle accueille de très grands professeurs. Deux ans plus tard, afin de réduire ses dépenses, Sun Benwen quitte Columbia après avoir fini sa thèse, fait « un pèlerinage » au département de sociologie de l’université de Chicago, puis intègre l’université de New York, où il s’attache à l’enseignement de R. M. Binder, un autre représentant de l’école psychologique des débuts de la sociologie américaine et le successeur de Lester Ward. En 1925, grâce à son travail intitulé “Analyse de l’opinion des Américains sur la Chine”1, il obtient de pouvoir faire un doctorat à l’université de New York. En septembre de la même année, il assiste pendant un court semestre à des cours du département de sociologie de l’université de Chicago, où il choisit ceux sur la « psychologie collective » de Robert Park ou encore ceux sur la « psychologie sociale avancée » ou sur « l’attitude sociale » d’Ellsworth Faris. Il subit alors fortement l’influence de penseurs comme William Thomas (Sun Benwen, 1989, p. 241 ; p. 261).

5En 1926, de retour en Chine, après avoir enseigné un semestre à l’université Daxia à Shanghai, Sun Benwen se voit confier en septembre un poste de professeur dans le département de sociologie de l’université Fudan. Trois ans plus tard, il honore l’invitation de l’université centrale de Nankin et devient le responsable, en plus d’en être un professeur, du département de sociologie. Au cours des vingt années suivantes, il occupe successivement les fonctions de haut fonctionnaire au Ministère de l’Éducation supérieure de la République de Chine (1930-1932), directeur des études de l’université centrale et directeur de l’Institut normal. Après 1949, l’université centrale est renommée Université de Nankin ; suite à la réorganisation des départements de 1953, le département de sociologie est supprimé et Sun Benwen muté au département de géographie où il doit enseigner les statistiques et la planification économique nationale. En 1963, il intègre le département de sciences politiques et hérite des cours de critique de la sociologie capitaliste ; en 1977, il est affecté au département de philosophie. Le 21 février 1979, il meurt à Nankin des suites d’une maladie.

6Sun Benwen a donc vécu 87 ans. Malgré cette belle longévité, il est regrettable que sa véritable carrière académique ait duré moins de trente ans, entre 1921 et 1949, date à laquelle la sociologie est brutalement proscrite en Chine. La première période de sa vie s’étend de ses quatre à ses vingt-huit ans : bénéficiant des nouvelles méthodes d’enseignement à partir de ses treize ans, il obtient un diplôme de philosophie et part étudier à l’étranger. En un quart de siècle, il passe de l’étude des classiques chinois à celle de la philosophie occidentale ; sa formation à la fois classique et moderne lui donne ainsi des bases solides, sur lesquelles il fondera ses recherches.

7La deuxième période de sa vie s’étend de 1921 à 1949 et s’axe autour des cinq années (de 1921 à 1926) pendant lesquelles il étudie aux États-Unis : il s’agit d’une période capitale dans la formation de sa pensée académique. Au cours de ces cinq années, Sun Benwen est très fortement influencé par l’École de psychologie des débuts de la sociologie américaine. Bien que les sociologues de l’université de Chicago voient, à l’instar de Simmel, les comportements sociaux comme des interactions, ils ne font pas partie du courant du réductionnisme psychologique ; en revanche, tout comme Giddings (université de New York) et Binder (université Columbia), qui croient au psychologisme, ils sont très fortement intéressés par la psychologie sociale. William Ogburn, qui appartient à l’école culturelle, est un autre intellectuel à la source de la pensée de Sun Benwen, qui croit fermement que « les éléments principaux de l’activité sociale humaine de base sont d’ordre psychologique et culturel » (1928, p. 24). Cette vision domine sa carrière académique de sociologue pendant près de trente ans, jusqu’en 1949.

  • 2 De la fin de 1956 à la moitié de 1957, les personnalités participant activement à la réinstauration (...)

8La troisième période de la vie de Sun Benwen commence en 1949 et s’achève en 1979, et dure donc exactement trente ans. Bien qu’il ne se soit jamais opposé à la révolution prônée par le Parti communiste, qu’il ait encouragé son deuxième fils Sun Shishi à participer aux activités clandestines du PCC et qu’il ait été nommé responsable du comité de gestion de l’administration de l’université centrale par ses collègues professeurs en 1949, œuvrant à protéger l’institution jusqu’à ce qu’elle bascule sous le contrôle de la commission militaire dirigeant Nankin, la révolution de 1949 a objectivement mis un terme prématuré à sa carrière de chercheur en sociologie. D’un point de vue formel, Sun Benwen continue bien à occuper un poste de professeur à l’université de Nankin après 1949 ; mais le seul travail un tant soit peu en lien avec la sociologie qu’il effectue au cours des trois décennies suivantes est celui de critique de sa discipline par le marxisme, une doctrine qu’il connaît depuis longtemps sans l’avoir jamais beaucoup appréciée. Avant 1949, Sun Benwen conserve en effet une distance prudente avec le marxisme radical ; après 1949, contraint par le changement politique soudain et une pression extérieure toujours plus forte, Sun Benwen déclare à plusieurs reprises qu’il a rompu avec « la sociologie capitaliste » (Sun Benwen, 1956, 1957) et se met à l’étude du marxisme. Mais il est plutôt passif dans son apprentissage, voire rétif. Si l’on s’interroge sur les évènements heureux survenus au cours des trente ans de carrière de Sun Benwen après 1949, l’un des principaux est sans doute d’avoir échappé à la « rafle de 1957 », fait rare pour un sociologue. Les bizarreries de l’histoire étant ce qu’elles sont, peut-être son extrême proximité avec le gouvernement de la République de Chine avant 1949 l’a poussé à adopter une attitude beaucoup plus prudente face à la politique et face à sa spécialité après la victoire communiste de 1949, ce qui lui a permis de passer à travers les mailles du filet lors de la grande campagne antidroitière de 1957 qui visait ses collègues sociologues de Pékin rêvant de réinstaurer la sociologie.2

9Si l’on regarde l’ensemble de la vie de Sun Benwen, les années vingt et 50 sont deux décennies importantes. En 1921, il part étudier aux États-Unis, et revient cinq ans plus tard en Chine détenteur d’un savoir expert. Mais il trouve un pays dont le système impérial s’est écroulé, remplacé par la République de Chine, où le mouvement du 4 mai 1919 vient de tout balayer, porté par la revendication « mettre à bas la boutique de Confucius », et d’allumer les torches destinées à brûler la culture traditionnelle. Les Chinois de cette époque mouvementée ont, dans leur hâte, recouru aux « bonnes idées » de l’Occident, notamment en matière de pensées, de doctrines et de système. Le marxisme – auquel ne croyait guère Sun Benwen – et la sociologie – à laquelle il croyait sincèrement – ont été précipités dans une Chine en pleine mutation ; le jeune Sun Benwen fait ainsi faire ses premiers pas à la toute aussi jeune sociologie chinoise. Même si, après 1937, « la Chine peine à aller de l’avant à cause des difficultés qui l’assaillent » (Sun Benwen, 1945), la sociologie chinoise a connu un développement rapide au cours des deux décennies précédentes (Sun Benwen, 1948). Si Sun Benwen, représentant de la sociologie académique, met plus ou moins consciemment de la distance avec les factions marxistes promouvant « le passage à une autre ère », il n’en est pas moins avant 1949 une figure centrale de la sociologie, voire des milieux intellectuels chinois. Avec son long mandat à la tête de la Chinese Society of Sociology et son poste au sein du gouvernement de la République de Chine, il est un des chantres et des planificateurs majeurs de la construction sociale dans les années quarante.

10Si Sun Benwen peut sembler avoir été plutôt favorisé par l’histoire après la décennie 1920, la nouvelle révolution, bien plus radicale, qui se déroule dans les années cinquante le force à quitter hâtivement le devant de la scène et le prive de presque tous ses acquis. Même s’il est plutôt prudent, bénéficie de la protection d’un proche « martyre de la révolution » et ne subit pas de critiques ou d’attaques trop violentes – sauf pendant la Révolution culturelle, qui a tout balayé sur son passage, Sun Benwen est tout à fait conscient qu’il est considéré comme un « soldat de l’ancienne garde », et que, tout comme la discipline à laquelle il a consacré sa vie, il est à la marge et de la société et du monde académique.

  • 3 Par la suite, le spécialiste taiwanais Yeh Chi-jeng a lui aussi réfléchi à la nature de la discipli (...)

11Les liens nombreux et complexes qui existent entre les sociologues et la révolution chinoise n’ont jamais été très bien compris. Le destin de ces hommes a en fait été déterminé par la double nature à la fois radicale et conservatrice dont la discipline dans laquelle ils se sont impliqué date de l’époque d’Auguste Comte : les radicaux à la recherche du « progrès », les conservateurs protégeant « l’ordre ». C’est pourquoi presque tous les sociologues étaient des sympathisants du PCC3 et au début de la décennie 1940, à l’exception de Sun Benwen, la majorité d’entre eux faisait partie de la nouvelle alliance cherchant à renverser le vieux système et à mettre en place une nouvelle ère – une « gauche » empoisonnant l’esprit du peuple aux yeux du KMT, la force politique dominante. Parallèlement, c’est aussi la raison pour laquelle la sociologie moderne fait preuve depuis sa création d’un très fort conservatisme puisqu’elle cherche à résoudre au plus vite la question de l’ordre social. La Chine ne fait pas exception à la règle : presque tous les sociologues redoublent de prudence face à la révolution, espérant que les problèmes sociaux chinois se règlent progressivement ; aussi, pour les membres du PCC et Mao Zedong à leur tête, qui poussent à une révolution permanente, les sociologues sont tous droitiers. On peut donc dire que cette double fonction de la sociologie n’a pas vraiment aidé à ce qu’elle soit bien considérée ni avant, ni après 1949. La suppression de la sociologie en Chine après 1949 s’explique ainsi par le conflit interne entre la nature propre à cette discipline et les caractéristiques sociales de cette époque.

Déterminisme culturel et réductionnisme psychologique dans l’École de la synthèse

12Entre 1927, date à laquelle il publie La Théorie culturelle dans la sociologie, et 1949, Sun Benwen publie quelque dix-neuf ouvrages, dont les plus célèbres sont sans nul doute Principes de la sociologie (1935-1944), Questions de la société chinoise moderne (1942-1943), La Psychologie sociale (1946) et La Sociologie contemporaine chinoise (1948). Dans ces œuvres, Sun Benwen explicite méthodiquement sa vision de la sociologie et sa théorie. Il est intéressant de noter que, s’il a toute sa vie insisté sur le rôle déterminant que jouent les facteurs culturels et psychologiques dans les comportements sociaux des hommes, il s’est toujours perçu comme holiste, membre de l’École de la synthèse. Pour lui, cette école « représente une tendance à la synthèse qui s’axe sur la connaissance de la société dans son ensemble et de la complexité propre à chacun des facteurs d’influence, et cherche à établir un système sociologique » (Sun Benwen, 1989, p. 257).

13Si Sun Benwen se revendique d’une « école de la synthèse » et répète à qui veut l’entendre qu’il « accorde de l’importance à la culture ainsi qu’aux facteurs psychologiques, ce qui ne veut pas dire qu’[il] dédaigne les autres, comme les facteurs territoriaux et biologiques » (Sun Benwen, 1989, p. 241), deux fils rouges traversent ses recherches de bout en bout : la culture et la psychologie. Il l’exprime d’ailleurs à de nombreuses reprises : « notre vision a été très influencée par deux de nos professeurs américains, William F. Ogburn et William I. Thomas » (Sun Benwen, 1989, p. 261) ; ainsi, « les éléments principaux de l’activité sociale humaine de base sont d’ordre psychologique et culturel » (Sun Benwen, 1928, p. 24).

14L’attachement de Sun Benwen au déterminisme culturel lui vient de son professeur à Columbia, William F. Ogburn. En tant que disciple et héritier d’Ogburn, il a beaucoup œuvré à la diffusion de ses théories. Il disait volontiers de lui-même qu’il était « le premier chantre des études culturelles dans le monde de la sociologie chinoise » (Sun Benwen, 1989, p. 246), ce que tous corroboraient : « Sun Benwen est le premier à avoir présenté et développé les théories culturelles en Chine, aussi était-il considéré comme le sociologue de la culture » (Li and others, 1987). Dans Principes de la sociologie, il écrit dans un style très proche de celui d’Ogburn : « la culture existe dans toutes les sociétés humaines ; sans culture, pas de société. Si les hommes se distinguent des animaux, c’est parce qu’ils disposent de la culture, la culture est donc cette spécificité humaine et cet élément dont l’homme ne peut se défaire » ; ce qui revient à dire que « la culture est l’élément de base sur lequel repose une société » (Sun Benwen, 1935, p. 297-298). Si Sun Benwen et Ogburn s’entendent pour dire que la culture est l’élément de base d’une société, Sun Benwen pousse la réflexion un peu plus loin en mettant en équivalence entre les changements sociaux et les changements culturels : « les changements sociaux, pour dire les choses simplement, sont l’évolution de phénomènes sociaux », or « les changements sociaux ne semblent être rien de plus que des changements culturels » (Sun Benwen, 1935, p. 544-545).

15Bien que Sun Benwen soit la première figure des études culturelles dans le monde de la sociologie chinoise, il est loin d’être le seul à s’intéresser à la culture à son époque. Pour reprendre ses termes Sun Benwen, Huang Wenshan, Chen Xujing, Wu Wenzao et Fei Xiaotong défendent ardemment la théorie culturelle dans la sociologie chinoise (Sun Benwen, 1945). Outre Ogburn, l’intérêt des sociologues chinois pour les études culturelles vient de l’anthropologue britannique Malinowski et de son école fonctionnaliste. Ogburn met plutôt l’accent sur les changements culturels, et notamment sur les changements dans la culture matérielle, là où Malinowski insiste sur la fonction de la culture et sur le sens qu’elle a pour les gens qui s’en servent (Fei Xiaotong, 1999a [1937], p. 510) ; pour autant, les deux chercheurs ont au fond la même compréhension de l’idée de culture, si bien que Wu Wenzao, qui s’inspire des deux, écrit : « La culture est au cœur des communautés modernes. Aussi est-il possible de dire que la sociologie est une étude comparative des communautés, des cultures ou des systèmes » (Wu Wenzao, 2010 [1940], p. 45). Sous l’influence d’un sociologue américain et d’un anthropologue britannique, Sun Benwen et Wu Wenzao ont donc tous deux fait correspondre culture et société, et ont encouragé la tendance majoritaire au sein de cette génération d’intellectuels consacrée par le mouvement du 4 mai 1919, celle de changer la société chinoise et de la renouveler par le biais de la culture.

16Si l’adhésion de Sun Benwen au déterminisme culturel lui vient d’Ogburn, sa rencontre avec le réductionnisme psychologique a été possible, comme nous l’avons vu précédemment, grâce aux sociologues américains de la première heure. Sun Benwen a d’abord été influencé par Giddings, de l’université Columbia, puis par Binder, de l’université de New York, et enfin par Thomas, de l’université de Chicago. Pour être tout à fait précis, derrière ces personnalités s’en trouve une autre avec laquelle Sun Benwen n’a jamais été en contact direct mais dont l’influence sur son travail ne fait aucun doute : Lester Ward, de l’université Brown.

17La première génération de sociologues américains était quasiment entièrement composée de partisans du réductionnisme psychologique, les héritiers du réductionnisme biologique de la deuxième partie du XIXe siècle ont ensuite disparu. À cette époque, les nombreux courants de sociologie naturaliste qui voient le jour avec les progrès des sciences naturelles ne peuvent plus recourir aux analogies grossières qu’offraient jusqu’alors la biologie ou la mécanique pour répondre aux demandes insistantes des populations quant à la nature de la vie en société : là où Spencer expliquait en son temps les forces à l’œuvre dans la société par la biologie, Wundt introduit la psychologie. La deuxième moitié du XIXe siècle voit donc un courant de pensée progresser dans le domaine de la sociologie, qui prendra par la suite le nom de psychologisme. En Europe, il est représenté par des gens comme Pareto, fasciné par les comportements humains irrationnels, ou encore Gabriel Tarde, qui voyait dans l’imitation l’essence du social. Comme nous le savons, c’est contre le réductionnisme psychologique de Tarde que Durkheim produit sa sociologie sur la base suivante : « le social ne peut s’expliquer que par le social » ; il refusait en effet l’idée qu’on puisse expliquer le social par des caractéristiques individuelles ou psychologiques.

18Mais, alors que les Américains commencent tout juste à s’intéresser à la sociologie et à construction de cette discipline, « Durkheim n’était encore qu’une faible voix de la sociologie d’outre-Atlantique » (Faris, 1967, p. 9) ; à l’inverse, les voix du réductionnisme issu de la biologie et surtout de la psychologie sonnaient haut et fort. Aussi, le passage de Sun Benwen par l’université Columbia, par celle de New York, puis par celle de Chicago, bref, les cinq ans que dure sa carrière académique aux États-Unis sont le début d’un engagement de toute une vie à la fois dans la sociologie et la psychologie sociale. Son intérêt pour le réductionnisme psychologique transparaît clairement dans les aspects suivants : 1. Sun Benwen estimait que le social était psychologique car, « fondamentalement, la société n’est rien d’autre que l’activité des hommes entre eux – le comportement des hommes entre eux ; d’ailleurs, le simple mot de “comportement” permet de voir la “société” comme un phénomène “psychologique” » (Sun Benwen, 1989, p. 242) ; 2. puisque « toutes les activités que nous pouvons observer dans une société humaine sont la manifestation de comportements dans une société humaine » (Sun Benwen, 1928, p. 24), il va de soi que « la sociologie est la science qui étudie les comportements sociaux, tous les phénomènes en lien avec ces comportements sociaux, les points communs entre eux, les liens qu’ils entretiennent les uns avec les autres, ainsi que les règles présidant à ces comportements sociaux et leurs évolutions, et donc que tout cela fait partie du domaine d’études de la sociologie » (Sun Benwen, 1944b, p. 16) ; 3. sous l’influence de Thomas, Sun Benwen accorde énormément d’importance à l’« attitude sociale », à laquelle il recourt assez tôt pour expliquer le sens de la construction subjective lors de l’émergence de problèmes sociaux (Blumer, 1971 ; Spector & Kitsuse, 1987) ; 4. la psychologie sociale du représentant de la sociologie chinoise pour toute une génération nous semble aujourd’hui tout sauf « de la psychologie sociale faite par un sociologue » ; en d’autres termes, si, pour Sun Benwen, la psychologie sociale est un pan fondamental de la sociologie (Sun Benwen, 1989, p. 242), il étudie « les comportements individuels dans la société, c’est-à-dire à la fois l’influence de la société sur les comportements individuels et l’influence des individus sur la société » (Sun Benwen, 1991 [1946], p. 21). Son sujet d’étude est donc bien « l’individu », auquel personne, depuis que Simmel et Mead s’étaient intéressés aux interactions entre collectif et individus, n’a accordé la moindre place. Pour citer Sun Benwen dans le texte, sa « psychologie sociale peut être vue comme une sociologie de l’individu ou une sociologie psychologique » (Sun Benwen, 1991, p. 22), aux antipodes d’une psychologie sociale qui étudierait les groupes et les interactions.

Le fondateur et le critique de la sociologie chinoise

19La contribution la plus importante de Sun Benwen à la sociologie chinoise de la première moitié du XXe siècle n’est pas tant un apport sur le plan de la pensée, de la théorie ou des observations sociologiques, comme mentionné ci-dessus, que le rôle moteur qu’il a joué dans la structuration de la discipline pendant plus de vingt ans, entre 1926 et 1949. Il est en cela comparable à Albion W. Small qui, avant lui, a joué un très grand rôle dans la fondation de la sociologie américaine, ou à Fei Xiaotong, dont la contribution à la reconstruction de la sociologie chinoise dans les années quatre-vingt n’est plus à prouver. Dès 1903, Yan Fu traduit L’étude de la sociologie de Spencer, qui devient « le moyen par lequel la sociologie occidentale entre en Chine » (Xu Shilian, 1931) ; en 1906, l’institut d’administration et de droit de Pékin ouvre le tout premier cours de sociologie de Chine ; en 1913, l’américain Daniel Kulp II crée le premier département de sociologie dans l’université privée de Shanghai ; en 1922, Yu Tianxiu, alors étudiant aux États-Unis, fonde le premier collectif de sociologie chinoise, la Chinese Sociological Society, et publie le bimensuel Chinese Journal of Sociology. Pour autant, tous ces efforts restent anecdotiques avant les années vingt, et la toute nouvelle Chinese Sociological Society disparaît aussitôt après avoir été créée ; c’est comme si l’Histoire attendait que Sun Benwen fasse son apparition.

20En 1928, Wu Jingchao, qui vient de finir ses études aux États-Unis, devient le responsable du département de sociologie de l’université de Nankin. À l’occasion d’un de ses passages à Shanghai, Sun Benwen, qui enseigne à l’université Fudan, lui fait organiser une réception de bienvenue à laquelle il invite tous les professeurs de sociologie urbaine. Il crée alors avec certains de ses collègues présents la Southeast Society of Sociology, qui prend rapidement une dimension nationale : en février 1930 est créée à Shanghai la Chinese Society of Sociology, dont Sun Benwen assure le premier la présidence. La revue publiée par la Southeast Society of Sociology, le Journal of Sociology, devient alors l’organe de publication officiel de la Chinese Society of Sociology.

21Pendant les vingt ans qui suivent, et ce malgré les huit années de guerre contre les Japonais, la Chinese Society of Sociology organise neuf congrès autour de thèmes comme la population, la famille, la planification sociale ou encore la construction sociale après la guerre ; or, « Sun Benwen est la personnalité qui fait vivre la Chinese Society of Sociology » (Wong, 1979, p. 21). Chef de file de la sociologie chinoise, et notamment de la sociologie académique de cette époque, Sun Benwen est plus que le fondateur de cette discipline, il en est aussi le premier sociologue critique et se permet régulièrement de prendre de la distance pour mieux la juger. Un des ouvrages que nous citons beaucoup dans notre texte s’intitule La Sociologie contemporaine chinoise : il s’agit d’une histoire concise de la sociologie chinoise qui s’inspire de ses évolutions pour poser un diagnostic.

22Dans l’introduction à La Sociologie contemporaine chinoise, Sun Benwen écrit : « ce livre parle de la sociologie contemporaine chinoise, et ne prend donc pas en considération la sociologie actuellement à la mode en Chine ; mais cette dernière découle bien de la sociologie que nous pratiquions dans le passé ! Sans passé, comment pourrait-il y avoir de présent ? Cela fait à peine plus de cinquante ans que la sociologie a été introduite en Chine par l’Occident ; les tout premiers fondateurs de la sociologie chinoise sont donc des intellectuels de l’époque contemporaine. Ainsi, ce livre a beau s’intituler La Sociologie contemporaine chinoise, il est avant tout une brève histoire de la sociologie chinoise » (Sun Benwen, 1989, préface). Selon Sun Benwen, cet ouvrage devait répondre aux objectifs suivants : 1. permettre aux apprentis sociologues de connaître les débuts et le développement de la sociologie chinoise ; 2. permettre aux apprentis sociologues de connaître la nature et le contenu des différentes traductions réalisées en sociologie au cours de son développement en Chine ainsi que le parcours académique des différents sociologues afin qu’ils aient des clés pour comprendre l’origine de la pensée sociologique et ses différents courants (Sun Benwen, 1989, p. 3).

23La Sociologie contemporaine chinoise compte en tout un peu plus de 200 000 caractères, répartis en deux volumes très mal équilibrés : le premier représente 80 % du livre complet et traite des origines et du développement de la sociologie chinoise en différentes parties, qui abordent notamment la sociologie ordinaire, le progrès et les changements sociaux, les problèmes sociaux, la psychologie sociale, la pensée sociale et l’histoire de la sociologie, les sociologies urbaine et rurale, les méthodes en sociologie, la cause et l’administration sociale et les autres sociologies. Le dernier chapitre présente dans le détail des enquêtes de terrain, cours de sociologie, associations et revues de sociologie. Le deuxième volume, qui représente les vingt derniers pour cent, reproduit et analyse les principes fondamentaux et les différents courants de sociologie présents dans la première moitié du XXe siècle en Chine. Il traite notamment des écoles influencées par la psychologie, la culture, la biologie, l’économie, la synthèse, les problèmes sociaux et les enquêtes de terrain. Si Sun Benwen manœuvre avec autant d’aisance dans le paysage de la sociologie, c’est moins parce que, pendant ses études aux États-Unis, il a reçu une excellente formation, que parce que, depuis son retour, il a « participé à tous les mouvements des vingt dernières années liés à la sociologie et connaît tous ceux qui ont contribué à cette discipline, dont [il] en sait autant sur la personnalité que sur la réussite académique » (Sun Benwen, 1989, p. 3). Voilà ce qui fait de lui le meilleur critique de la sociologie chinoise de cette époque.

24Mais il est regrettable que, dans son rôle de fondateur autant que dans son rôle de critique, Sun Benwen ait très majoritairement cantonné son action et ses prises de position sociologiques au monde académique, et qu’il ait à ce point dédaigné les autres combats importants, voire plus significatifs, menés par le monde de la sociologie chinoise de cette époque. S’il a constaté que pendant les huit ans de la guerre contre les Japonais la « sociologie chinoise n’a pas reculé mais s’est au contraire développée » (Sun Benwen, 1944), il ne s’est en revanche pas aperçu que les études sur la société amorcées avant la guerre par des partisans de l’École chinoise de sociologie comme Wu Wenzao ou Fei Xiaotong, ainsi que les séries d’enquêtes de terrain alors menées dans le sud-ouest du pays, sont devenues « la pratique commune de la sociologie chinoise en temps de guerre » (Fei Xiaotong, 1999c [1947], p. 413).

25Si l’on considère que Sun Benwen a toujours ignoré les études de terrain, en relation très étroite avec la réalité, sa réaction face à la sociologie du matérialisme historique, cette émanation du socialisme, a été celle d’une mise à distance très prudente. Grâce à son attitude « purement académique » qui lui a permis de couper avec le socialisme et le matérialisme historique, Sun Benwen et son École de la synthèse ont échappé aux grands débats des années 1930 sur la nature et l’histoire de la société chinoise, ou encore sur la nature de la société rurale chinoise (Li Peilin, 2009). Selon Fei Xiaotong, ces deux tendances se trouvent sur « deux lignes parallèles qui ne se croiseront jamais », et bien qu’elles aient toutes les deux vu le jour à la suite du mouvement du 4 mai, elles ont chacune « pris une direction très différente » dans le « bouillonnement social qui caractérise ces années-là » (Fei Xiaotong, 1999c [1947], p. 413, 410).

26Puisque Sun Benwen ne voulait ni que la sociologie soit une science de l’enquête ni qu’elle devienne un « mouvement servant à faire la révolution sociale » (Fei Xiaotong, 1999c [1947], p. 410) et qu’il considérait que « la plus grosse partie du travail des intellectuels [était] d’étudier et de lire des livres » (Sun Benwen, 1998-1932), la sociologie académique qu’il représente ne peut que continuer à « chercher à isoler les facteurs influençant le plus fortement les phénomènes sociaux », au point que « les courants de sociologie occidentaux, qui reflétaient tous à l’origine une certaine réalité sociale, se transforment après leur introduction en Chine en une théorie vide, déconnectée de quelque réalité que ce soit » (Fei Xiaotong, 1999c [1947], p. 411-412). La cause ne peut en être exclusivement imputée à l’idée qu’a Sun Benwen de la nature d’un intellectuel, ni à la distance avec la réalité ainsi installée dans sa pratique ; il est à craindre qu’elle tienne aussi, et principalement, à son refus que la sociologie, le socialisme et le matérialisme historique prônant la révolution s’entremêlent, affectant ainsi la croissance de la société chinoise dans laquelle la sociologie académique pure cherche à contrôler.

27Mais tout ne se passe pas comme prévu. Sun Benwen a beau œuvrer toute sa vie à mettre de la distance avec le socialisme et la révolution, ni lui ni sa discipline ne peuvent, dans une Chine en plein bouleversement, échapper à leurs effets : la vague révolutionnaire emporte avec elle son fils Sun Shishi, pousse le sociologue à une retraite précipitée et destitue au passage la sociologie, discipline importée de l’Occident qui a tout juste un demi-siècle d’existence en Chine. Si l’on s’arrête à la première date de publication de La Sociologie contemporaine chinoise, on s’aperçoit qu’elle remonte à mai 1948, soit un an et demi avant la débâcle du KMT et la création de la République populaire de Chine. Comme s’il avait senti qu’une époque touchait à sa fin, Sun Benwen, le représentant de la sociologie académique chinoise de la première moitié du XXsiècle, écrit donc fort à propos un ouvrage qui est pour ainsi dire le discours d’adieu des vieux sociologues chinois sur le point de quitter la scène.

Construction de la sociologie et sinicisation

28La sociologie est une science sociale originaire de l’Europe et des États-Unis ; aussi, depuis son introduction en Chine à la fin de la dynastie Qing, les intellectuels chinois s’intéressant à la recherche en sociologie peinent-ils à expliquer les réalités sociales chinoises au moyen des savoirs occidentaux. Dès les années trente et 40, alors qu’elle étudie la société chinoise avec ces théories et ces méthodes occidentales, la première génération de sociologues chinois produit donc des savoirs sociologiques adaptés à la société chinoise, c’est-à-dire des concepts précis et sinisés. La première étape de ce processus de sinisation de la sociologie est représentée par Wu Wenzao et son « école chinoise » de sociologie et Sun Benwen et son « école de la synthèse », qui contribuent chacun activement à l’entreprise. La différence entre les deux, s’il doit y en avoir une, pourrait se résumer ainsi : « comprendre les sentiments du peuple et faire évoluer la société, voilà les aspirations de l’École chinoise de la sociologie » (Li Peilin, 2008), tandis que les sociologues académiques cherchent pour leur part à mettre en place une sociologie dotée d’un système théorique adapté à la réalité chinoise.

29Si l’on considère la société au sens large, la tentative de sinisation de la culture ou des systèmes de connaissance occidentaux amorcée à cette époque ne concerne pas que le monde de la sociologie ou des sciences sociales : il est également à l’œuvre dans la révolution sociale pilotée par le PCC. Pour le PCC, qui vient à l’époque de s’installer dans le Shaanbei, et pour son dirigeant Mao Zedong, la question est de savoir comment faire pour que le marxisme, la doctrine occidentale dans laquelle ils croient, résolve en théorie comme en pratique les problèmes que rencontre la révolution chinoise. En octobre 1938, Mao écrit : « un communiste est un marxiste internationaliste, mais le marxisme doit se marier avec les problèmes spécifiques à la Chine et prendre une forme nationale avant qu’il ne puisse être appliqué dans la pratique. […] Si les communistes chinois […] parlent du marxisme en dehors des particularités de la Chine, il ne s’agit que d’un marxisme abstrait et vide. » (Mao Zedong, 1969, p. 499-500). Le problème est le même que pour les sociologues chinois : si cette « sinisation marxiste » inclut le refus de défendre aveuglément la « dignité nationale », le plus important est encore que Mao Zedong et les membres du PCC croient fermement que « les courants de pensée occidentaux ne peuvent pas servir en Chine à moins qu’ils ne soient adaptés à la psychologie et aux conditions de vie des Chinois » (John King Fairbank, Albert Feuerwerker, 1993, p. 963).

30Sun Benwen joue un rôle capital dans le processus de « sinisation » de la sociologie académique chinoise. Dès le mois de février 1930, mois de création de la Chinese Society of Sociology dont il est le président, il précise clairement que son objectif est de construire une sociologie chinoise. Il est cependant conscient que la plus grande urgence pour la sociologie chinoise est d’« utiliser les méthodes des sociologies européenne et américaine, de mettre de l’ordre dans les pensées et les systèmes sociaux déjà présents en Chine à l’aide des doctrines de sociologues occidentaux précises et efficaces et de mettre en place en s’appuyant sur l’état présent de cette discipline en Chine une sociologie chinoise globale dotée d’un système et d’une organisation » (Sun Benwen, 1932, p. 18-19). En définitive, « cela marque le lancement officiel en Chine du mouvement d’indigénisation (bentuhua) de la sociologie » (Chen Xinhua, 2003).

31Le travail effectué par Sun Benwen en vue de fournir à la sociologie chinoise son système théorique se manifeste tout particulièrement dans deux de ses livres : Principes de la sociologie (1935-1944) et La Psychologie sociale (1946). Dans le premier, il cherche à « rapporter des éléments de la réalité pour obtenir des données sur la Chine, et à utiliser ces données chinoises pour que ce livre serve à [ses] compatriotes » (Sun Benwen, 1944, p. 2). Dix ans plus tard, en écrivant La Psychologie sociale, il compile vingt-deux années d’enseignement : « j’ai principalement pioché dans l’histoire et les récits chinois, dans l’histoire occidentale et dans les journaux de l’époque et ai cherché à trouver des exemples d’expérimentation importants » (Sun Benwen, 1991, préface) ; du point de vue de son auteur, ce livre consacre donc sa « réussite dans la sinisation de la psychologie sociale » (Sun Benwen, 1989, p. 131).

32Toujours dans cette lignée, il profite de La Sociologie contemporaine chinoise (1948) pour développer son idée de sinisation de la sociologie, qu’il aborde dans un texte écrit trois ans plus tôt, Cinquante ans de sociologie (1945). Cette idée comporte trois parties : premièrement, construire une sociologie théorique propre à la Chine 1. la classification des données historiques et sociales chinoises ; 2. l’étude sur le terrain de la spécificité de la société chinoise ; 3. la rédaction méthodique de manuels de sociologie élémentaires. Deuxièmement, déconstruire une sociologie pratique propre à la Chine 1. une étude circonstanciée des problèmes sociaux chinois ; 2. un approfondissement du travail social et de l’administration sociale chinoise ; 3. une enquête précise des projets de construction sociale chinois. Troisièmement, former des personnalités spécialisées dans la sociologie (Sun Benwen, 1989, p. 284-286).

33Bien que Sun Benwen ait, pendant les deux décennies précédant 1949, beaucoup œuvré à l’établissement une théorie pour une sociologie sinisée, et qu’il ait approfondi, à partir d’observations réalisées sur la société d’alors, les questions sociales de premier ordre que représentent les clans, la population, les campagnes et le travail industriel dans Questions de la société chinoise moderne (1942-1943), du point de vue de la recherche actuelle, Sun Benwen et tous les partisans de la sociologie académique de la première partie du XXe siècle n’avaient qu’une « vision assez superficielle de la sinisation de la sociologie », et leur « contribution à cette cause a été rudimentaire » (Zheng Hangsheng, Li Yingsheng, 1999). Comme nous l’avons vu, les moyens que Sun Benwen décrits dans La Sociologie contemporaine chinoise pour arriver à une sinisation de la sociologie sont les suivants : « recueillir et organiser les données sociales présentes en Chine puis s’appuyer sur les théories précises des sociologues occidentaux pour mettre sur pied un système sociologique entièrement sinisé » (Sun Benwen, 1989, p. 285). On comprend ainsi aisément que pour lui, une théorie entièrement sinisée impose de mobiliser les théories de sociologues occidentaux et les données sociales présentes en Chine. Cet effort de sinisation rentre sans aucun doute dans la catégorie de ceux que Fei Xiaotong a par la suite critiqués, qui consistent à mêler « sciences et méthodes importées de l’Occident avec des théories sociologiques existantes pour observer et analyser la vie sociale chinoise » (Fei Xiaotong, 1999c [1947], p. 415).

34Comme pour l’École chinoise de sociologie de Wu Wenzao et Fei Xiaotong, qui se développe à la même époque, pour Sun Benwen – et pour son école de la synthèse – la sinisation de la sociologie doit prendre en compte la réalité chinoise et la spécificité de la société chinoise. Le sociologue a pleinement conscience du fossé séparant les sociétés chinoise et occidentale, ce qui lui fait d’ailleurs comprendre la nécessité qu’il y a à réformer les sciences sociales occidentales et à les transformer en sciences sociales chinoise. Le principal problème que rencontre Sun Benwen dans sa tentative de penser ou d’analyser la sinisation est peut-être qu’il la considère a priori comme une hypothèse : dans la mesure où les supposées théories minutieuses » des sociologues occidentaux se sont « répandues par-delà les quatre mers et sont avérées », elles peuvent naturellement servir à expliquer la réalité de la société chinoise. Pour reprendre la terminologie marxiste, « l’arme de la critique » n’a jamais besoin d’en passer par « la critique des armes ».

35Mais expliquer la société chinoise par des théories occidentales est un problème à l’origine de nombreuses polémiques depuis que les sciences sociales occidentales ont été introduites en Chine. La plupart des chercheurs qui travaillent aujourd’hui dans les sciences sociales sont conscients que toutes les sciences sociales modernes – y compris la sociologie – sont le produit d’une transition sociale, aussi appelée « modernité », qui a eu lieu au XVIIIe et au XIXe siècles en Europe. C’est pour cela que les théories à la base de la sociologie et de la plupart des sciences sociales trouvent leur source dans l’histoire occidentale et dans les représentations que ces populations se sont faites de la structure sociale et des comportements humains. Dans la mesure où la similarité entre les sociétés et les comportements humains est relative, l’universalité de ces systèmes de connaissances est tout aussi relative. Or, à vouloir recourir avec trop d’empressement à ces conceptions et à ces théories occidentales pour expliquer et analyser la société chinoise, on risque de la « tronquer » et, dans le domaine de la recherche, de perdre la subjectivité ou la valeur subjective des disciplines chinoises (Huang Zongzhi, 2007 ; Lü Dewen, 2007).

36La conception qu’a Sun Benwen de la sinisation de la sociologie est moins étriquée que porteuse de problèmes évidents. Aujourd’hui, on peut dire que la vision de Sun Benwen tient principalement à deux choses : d’abord, au désir de très nombreux sociologues ou spécialistes des sciences sociales de la première génération d’être en contact avec la pensée occidentale, de trouver des remèdes pour la société chinoise moderne affaiblie dans sa confrontation au monde ; ce désir s’est transformé en propension à considérer l’Occident et ses armes comme le moyen de changer les espoirs de la Chine, ainsi que les sciences sociales occidentales comme le canon auquel se référer pour comprendre les sociétés. Sun Benwen n’a pas fait exception ; à strictement parler, il n’était alors pas en mesure de formuler une réflexion allant à l’encontre des sciences sociales occidentales, aussi son ambition ultime a-t-elle été d’étudier en profondeur la théorie sociale et de recueillir suffisamment d’exemples probants dans des documents chinois (Sun Benwen, 1998 [1932]). Ensuite, il faut en revenir à l’action de Sun Benwen en tant que telle : comme nous n’avons cessé de le souligner, afin de ne pas trop avoir partie liée avec la réalité de son temps, il a cherché à éviter autant que faire se peut tout évènement historique entretenant un lien trop étroit avec les tendances agitant la société chinoise ; son entreprise de sinisation de la sociologie se résume donc à avoir essayé de mettre sur pied un système théorique pouvant s’appuyer sur une réalité sociale chinoise sans pour autant être en conflit avec l’essence de la discipline occidentale. En d’autres termes, l’idée d’une discipline pure dans laquelle il a cru toute sa vie est en définitive ce qui les a empêchés, lui et la sociologie académique, d’être partie intégrante d’une réalité sociale à la fois riche et cruelle.

37La reconstruction de la sociologie chinoise a occupé trente ans sur les soixante-dix années depuis 1940. En termes de développement, la sociologie chinoise actuelle a depuis longtemps atteint les sommets auxquels aspirait la sociologie chinoise d’avant 1949. Pour autant, la question de la sinisation de la sociologie n’est toujours pas résolue, voire s’est aggravée avec la tendance actuelle à une mondialisation toujours plus rapide. De ce point de vue là, les débats sur la sinisation de la sociologie ou des sciences sociales auront beau se faire de plus en plus fouillés, et les théories se préciser par rapport à celles existant du temps de Sun Benwen, nous faisons toujours face aux mêmes problèmes, d’une même nature ; c’est peut-être là que réside la valeur de la pensée de Sun Benwen, dont nous ré-explorons aujourd’hui le travail.

Haut de page

Bibliographie

Arkush David, 1981. Fei Xiaotong and sociology in revolutionary China, Cambridge, Harvard University Press.

Blumer H., 1971. “Social Problems as Collective Behavior”, Social Problem, 18(3), p. 298-306.

Chen Dinghong, 1992. Sun Benwen yanjiu《孙本文研究》(Étude de Sun Benwen), travail de recherche non publié.

Chen Xinhua, 2003. Liumeisheng yu 20shiji ersanshi niandai de Zhongguo shehuixue 《留美生与20世纪二三十年代的中国社会学》(Les étudiants formés aux États-Unis et la sociologie chinoise des années 1920 et 1930), Chengdu, Shehui kexue yanjiu, n° 2.

Fei Xiaotong, 1999a [1937]. Lun Mashi wenhualun 《论马氏文化论》(Réflexions sur Une théorie scientifique de la culture de Malinowski), Fei Xiaotong wenji《费孝通文集》(Œuvres de Fei Xiaotong), tome I, Beijing, Qunyan chubanshe.

Fei Xiaotong, 1999c [1947]. Zhongguo shehuixue de chengzhang 《中国社会学的长成》(La croissance de la sociologie chinoise), Fei Xiaotong wenji《费孝通文集》(Œuvres de Fei Xiaotong), tome V, Beijing, Qunyan chubanshe.

Fairbank John King, Feuerwerker Albert (dir.), 1980. The Cambridge History of China, Republican China 1912-1949 (tome II), Cambridge, Cambridge University Press.

Faris,Robert E. L., 1967. Chicago Sociology, 1920-1932, San Francisco, California, Chandler Publishing Company.

Huang Zongzhi, 2007. Xueshu lilun yu Zhongguo jinxiandai shi yanjiu – si ge xianjin he yi ge wenti 《学术理论与中国近现代史研究——四个陷阱和一个问题》(Théorie académique et histoire moderne et contemporaine chinoise – quatre pièges et un problème), Huang Zongzhi, Jingyan yu lilun : Zhongguo shehui, jingji yu falü de shijian lishi yanjiu《经验与理论中国社会、经济与法律的实践历史研究》 (Expérience et théorie : étude historique pratique de la société, de l’économie et du droit chinois), Beijing, Zhongguo renmin daxue chubanshe.

Li Hanlin and Others, 1987. “Chinese Sociology, 1898-1986”, Social Forces, 65(3), p. 612-640.

Li Peilin, 2008. 20 shiji shangbanye shehuixue de Zhongguo xuepai 20世纪上半叶社会学的中国学派(L’école “chinoise” de sociologie de la première moitié du XXe siècle), Changchun, Shehui kexue zhanxian 《社会科学战线》 (Front des sciences sociales), n° 12.

Li Peilin, 2009. 20 shiji shangbanye de weiwushiguan shehuixue 20世纪上半叶的唯物史观社会学》(La sociologie du matérialisme historique de la première moitié du XXe siècle), Jinan, Dongyue luncong 《东岳论丛》 (Anthologie de Dongyue), n° 1.

Dewen, 2007. Zai Zhongguo zuo haiwai Zhongguo yanjiu 《在中国做海外中国研究》(Étudier en Chine les Chinois d’outre-mer), Shanghai, Shehui《社会》(Société), n° 6.

Mao Zedong, 1967. Zhongguo gongchandang zai minzu zhanzheng zhong de diwei 《中国共产党在民族战争中的地位》(La place du Parti communiste chinois dans la guerre nationale), Mao Zedong xuanji 《毛泽东选集 (Œuvres choisies de Mao Tse-toung), Pékin, Éditions en Langues Étrangères.

O’Hara Albert R., 1961. “The Recent Development of Sociology in China”, American Sociological Review, 26(2), p. 928-929.

Ogburn William F., 1950. Social Change, With Respect to Culture and Original Nature, New York, The Viking Press.

Spector M. & Kitsuse J. I., 1987. Constructing Social Problem, Second Edition, New York, Aldine de Gruyter.

Sun Benwen, 1915. Shishuo 《士说》 (Dits d’un lettré), Beijing, Zhonghua xuesheng jie《中华学生界》 (Le monde des étudiants chinois), premier livret du n° 1.

Sun Benwen, 1928. Shehuixue ABC《社会学ABC(ABC de la sociologie), Shanghai, Shijie shuju.

Sun Benwen, 1932. Zhongguo shehuixue de guoqu, xianzai he jianglai 《中国社会学的过去、现在和将来》 (Passé, présent et futur de la sociologie chinoise), Chinese Society of Sociology (dir.), Zhongguorenkou wenti 《中国人口问题》 (Le problème de la population chinoise), Shanghai, Shijie shuju.

Sun Benwen, 1935. Shehuixue yuanli 《社会学原理》(Principes de la sociologie), Beijing, Shangwu yinshuguan.

Sun Benwen, 1944. Shehuixue yuanli 《社会学原理》 (Principes de la sociologie) (version révisée en deux volumes), Beijing, Shangwu yinshuguan.

Sun Benwen, 1945. Wushi nianlai de shehuixue 《五十年来的社会学》 (La sociologie depuis cinquante ans), Pan Gongzhan (dir.), Wushi nianlai de Zhongguo 《五十年来的中国》(La Chine depuis cinquante ans), Chongqing, Shengli chubanshe.

Sun Benwen, 1948. Wanjin Zhongguo shehuixue fazhan de quxiang 《晚近中国社会学发展的趋向》 (Les tendances récentes dans l’évolution de la sociologie chinoise), Shanghai, Shehui xuekan 《社会学刊》 (Journal de sociologie), n° 6 (publication conjointe)

Sun Benwen, 1956. Diguozhuyi shidai zichan jieji shehuixue de sixiang neirong ji qi dui jiu Zhongguo de yingxiang 《帝国主义时代资产阶级社会学的思想内容 及其对旧中国的影响》(La pensée de la sociologie bourgeoise sous l’impérialisme et son influence sur l’ancienne Chine), Beijing, Xin jianshe 《新建设》(Nouvelle construction), n° 11.

Sun Benwen, 1957. Jianjue fandui zichan jieji shehuixue fupi 《坚决反对资产阶级社会学复辟》 (Contre la restauration de la sociologie bourgeoise), Shanghai, Wenhuibao 《文汇报》, 4/10.

Sun Benwen, 1989 [1948]. Dangdai Zhongguo shehuixue 《当代中国社会学》 (La sociologie chinoise contemporaine), Minguo congshu 《民国丛书》 (Anthologie de la République de Chine), n° 1, Shanghai, Shanghai shudian.

Sun Benwen, 1991 [1946]. Shehui xinlixue《社会心理学》 (La psychologie sociale), Taiwan, Shangwu yinshuguan.

Sun Benwen, 1998 [1932]. Geren jihua 《个人计划》 (Planification individuelle), in Liu Yingdong (dir.), Mengxiang Zhongguo – sanshi niandai zhishijie dui weilai de zhanwang《梦想 的中国——三十年代知识界对未来的展望》 (Chine rêvée : les espoirs des intellectuels des années trente), Beijing, Xiyuan chubanshe.

Wong Siu-lun, 1979. Sociology and Socialism in Contemporary China, London, Routledge & Kegan Paul.

Wu Wenzao, 2010 [1940]. Shehuixue congkan zongxu 《社会学丛刊》总序 (Préface à Anthologie de sociologie), Lun shehuixue zhongguohua 《论社会学中国化》 (Sur la sinisation de la sociologie), Beijing, Yinshuguan.

Xu Shilian, 1931. Zhongguo shehuixue yundong de mubiao jingguo he fanwei 《中国社会学运动的目标经过和范围》 (Objectifs, trajectoires et domaines des mouvements de la sociologie chinoise), Shehuixue kan 《社会学刊》(Journal de sociologie), 2e livret du n° 2.

Zheng Hangsheng, Li Yingsheng, 1999. Zhongguo zaoqi shehuixue zonghe xuepai de jida chengzhe 《中国早期社会学综合学派的集大成者》(Le grand maître de l’école de la synthèse des débuts de la sociologie chinoise), Nanjing, Jiangsu shehui kexue 《江苏社会科学》 (Sciences sociales du Jiangsu), n° 6.

Haut de page

Notes

1 Le titre anglais de la thèse de Sun Benwen est : China in the American Press : A Study of the Basis and Trend of American Public Opinion toward China as Revealed in the Press.

2 De la fin de 1956 à la moitié de 1957, les personnalités participant activement à la réinstauration de la sociologie comme discipline à part entière comprennent notamment les sociologues pékinois Chen Da, Wu Jingchao, Fei Xiaotong, Wu Wenzao, Pan Guangdan, Lei Jieqiong et Yuan Fang. À la différence de Sun Benwen, bon nombre d’entre eux ont tissé des liens très étroits avec le gouvernement communiste après 1949. Par la suite, à l’exception de Lei Jieqiong, tous seront jugés « droitiers ». Sun Benwen, lui aussi très attaché à la sociologie, envisage pour sa part très froidement la chose ; dans une réponse à Chen Dinghong, un de ses anciens élèves du temps où il enseignait à l’université centrale qui l’interroge sur la réinstauration de la sociologie comme discipline, Sun Benwen écrit : « il s’agit là d’une idée de mes collègues pékinois, j’attends de voir » (Chen Dinghong, 1992).

3 Par la suite, le spécialiste taiwanais Yeh Chi-jeng a lui aussi réfléchi à la nature de la discipline sociologique et s’est interrogé sur la raison pour laquelle Tchang Kaï-chek n’a emmené aucun sociologue avec lui lors de sa fuite à Taiwan. Il s’est entretenu sur le sujet avec Fei Xiaotong, qui lui a répondu que « presque tous les sociologues détestaient le KMT et avaient de la sympathie pour le PCC ». Yeh Chi-jeng estime donc que la sociologie a naturellement plutôt tendance à développer une critique de gauche (Yeh Chi-jeng, 2003), et ne montre pas qu’elle peut aussi avoir une fonction plutôt conservatrice, plutôt « de droite », de maintien de l’ordre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Zhou Xiaohong, « Sun Benwen et la sociologie chinoise de la première moitié du XXe siècle », Temporalités [En ligne], 26 | 2017, mis en ligne le 13 février 2018, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/3828

Haut de page

Auteur

Zhou Xiaohong

Senior Professor in liberal Arts of Zhejiang University

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page