Navigation – Plan du site

L’évolution des inégalités relationnelles après 60 ans

Une enquête dans la région Occitanie
The evolution of relational inequalities after age 60. A survey in Occitanie
La evolución de las desigualdades relacionales de adultos de 60 y más años. Una investigación en la región de Occitania
Renáta Hosnedlová, Michel Grossetti et Benoît Tudoux

Résumés

Les réseaux personnels sont des ensembles de relations interpersonnelles dans lesquelles les personnes sont engagées. Toutes les études sur ces réseaux montrent l’existence de variations dans leur taille et leur composition selon les indicateurs de hiérarchie sociale, le niveau d’études, la profession ou le revenu. Ces variations peuvent être interprétées comme des « inégalités relationnelles » dans la mesure où les relations sont des ressources essentielles pour de nombreux aspects de la vie sociale. Ces ressources jouent un rôle particulièrement important pour les personnes âgées lorsqu’elles sont confrontées aux diverses difficultés liées au vieillissement. À partir d’une étude sur les parcours et les réseaux de 342 personnes de soixante ans et plus, cet article évalue l’évolution de ces inégalités relationnelles selon différents types de contenus relationnels associés aux questions sur les relations. Au-delà de ces variations, les inégalités tendent à s’accroître avec l’âge, notamment entre les personnes les moins diplômées et les autres, ce qui fait apparaître des temporalités différentes du « vieillissement relationnel ».

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le vieillissement a été abordé sous de nombreux angles, de la construction même de la notion aux évolutions des modes de vie des plus de 60 ans, en passant par la question des retraites ou des mobilisations politiques de représentants de cette catégorie d’âge, en abordant aussi bien sûr le problème de la dépendance (Clément et Drulhe, 1988 ; Caradec, 2008 ; Guillemard, 2003 ; Hummel et alii, 2014).

2La question des ressources accessibles à travers les relations sociales revient régulièrement dans ces analyses, qu’il s’agisse de la santé, du bien-être ressenti, ou de la possibilité de faire face à des difficultés. Dans divers pays, les relations sont étudiées au moyen des méthodes de l’analyse des réseaux sociaux (Degenne et Forsé, 2004), et en particulier l’étude des réseaux dits « personnels ». Cette méthode consiste à utiliser des « générateurs de noms », des questions suscitant de la part des enquêtés l’énumération de personnes avec lesquelles ils partagent des activités, ou qu’ils pourraient solliciter dans diverses situations, ou encore simplement avec qui ils entretiennent des relations. On pose ensuite des questions sur les personnes citées et les liens qu’elles ont entre elles pour reconstituer des entourages relationnels (Bidart et alii, 2011). Cette approche a été appliquée au problème du vieillissement à diverses reprises, pour évaluer l’effet des réseaux sur la survie (Ellwardt et alii, 2016), sur la santé mentale (Ellwardt et alii, 2015), sur les aides reçues (Martel et Légaré, 2001), sur le soutien en cas de veuvage (Ayuso, 2012) ou encore pour étudier les effets de l’isolement, considéré comme un réseau personnel très étroit ou inexistant (Cornwell et Waite, 2009). Certains auteurs montrent que la structure même du réseau familial influe sur la santé (Cornwell, 2011 ; Widmer et Girardin, 2016 ; Widmer et alii, 2018), d’autres que les effets de réseaux varient selon les contextes géographiques nationaux (Litwin, 2009). Au-delà des variations de méthode et des problématiques spécifiques, la plupart de ces travaux convergent sur l’existence d’une association statistique entre des réseaux vastes et diversifiés (non exclusivement composés de liens familiaux) et des situations plus favorables concernant la santé, la survie, ou le bien-être.

3Or, les réseaux personnels évoluent avec l’avancement en âge. À partir d’une enquête sur les contacts (les personnes avec qui les enquêtés discutent durant la semaine) effectuée par l’Insee en 1997, Nathalie Blanpain et Jean-Louis Pan Ké Shon (1999) montrent que les réseaux tendent à se rétrécir à cause de la fin de la vie professionnelle puis des décès dans l’entourage, mais que cette tendance se trouve partiellement compensée par une intensification des relations familiales et par un accroissement des liens de voisinage. Une enquête australienne utilisant une méthode en partie similaire (les contacts) aboutit à des résultats convergents mais insiste sur les différences liées au sexe, les femmes déclarant plus de contacts que les hommes (McLaughlin et alii, 2010). L’enquête française sur les contacts aboutissait à un résultat similaire mais, portant sur des âges plus divers, elle montrait également que la différence se réduit pour les âges les plus élevés. Une enquête allemande (Fiori, Smith et Antonucci, 2007) aboutit à des conclusions similaires à celles d’autres enquêtes : diminution de la taille avec l’âge, augmentation avec le volume des activités, effet de la situation de famille sur le type de réseau. Ils montrent aussi des liens positifs avec le niveau d’études.

4Se pose alors la question des « inégalités relationnelles » et de leur évolution avec l’âge. Toutes les études de réseaux personnels montrent que la taille de ceux-ci est corrélée à la situation socio-économique (que celle-ci soit évaluée par le niveau d’études, le revenu ou la profession). Dans les travaux sur le vieillissement, la question est de savoir si ces « inégalités relationnelles » s’accroissent ou se réduisent après le passage à la retraite et avec l’évolution de la situation de santé. Des auteurs ont suggéré qu’elles se réduisent (House et alii, 1994), d’autres qu’elles s’accroissent (Schieman, 2001). À partir d’une étude longitudinale sur la sociabilité et le soutien social des personnes de 53 à 64 ans dans l’État du Wisconsin, aux États-Unis, Fischer et Beresford (2015) observent que les inégalités relationnelles s’accroissent au début du vieillissement mais font l’hypothèse que ces inégalités se réduisent par la suite. Cependant, une autre enquête américaine, longitudinale également, montre que les types de soutien social évoluent au fil du temps, qu’ils varient selon le statut socio-économique et le sexe (les hommes procurent et reçoivent moins de soutien que les femmes) et elle aboutit à l’hypothèse que les inégalités relationnelles se maintiennent avec l’avancée en âge (Shaw et alii, 2007).

5Dans une enquête sur les réseaux personnels réalisée dans la région de Toulouse en 2001 auprès de 399 personnes de plus de 18 ans, une analyse du sous-échantillon des plus de 60 ans (58 enquêtés) suggérait un accroissement des inégalités, notamment au regard du niveau d’études, les plus diplômés semblant préserver longtemps des réseaux assez vastes et diversifiés alors que ceux qui avaient fait des études plus courtes paraissaient voir leur entourage se restreindre assez rapidement après le passage à la retraite (Bidart et alii, 2011). Des comparaisons systématiques avec des données nationales ont montré que cette enquête réalisée dans la région toulousaine constituait un bon échantillon pour analyser les réseaux personnels en France et une comparaison avec une enquête classique réalisée en Californie montrait également des convergences très importantes, les principales différences concernant la moindre proportion de personnes ayant des réseaux très étroits dans le cas français, y compris pour les personnes âgées (Grossetti, 2007). Cependant, les données de 2001 portaient sur trop peu de cas dans la tranche des 60 ans et plus pour aller très loin dans l’analyse.

  • 1 Ce travail réalisé dans le cadre du LABEX portant la référence ANR-11-LABX-0066 a bénéficié d’une a (...)
  • 2 L’amplitude de la dernière tranche est plus élevée que celle des autres tranches, avec une forte co (...)

6C’est entre autres pour mieux comprendre l’évolution des réseaux personnels après 60 ans, et les variations de cette évolution selon les niveaux sociaux, que nous avons entrepris une enquête originale sur le vieillissement, réalisée en 2014 dans la région de Toulouse auprès de 470 personnes de 60 ans et plus1. L’enquête portait sur plusieurs aspects du vieillissement, mais elle comportait en particulier un module sur les réseaux personnels. L’échantillon comporte 3 tranches d’âge (60-65 ; 66-75 ; plus de 75 ans)2 ce qui permet d’aborder l’évolution des corrélations entre les caractéristiques des réseaux et des indicateurs tels que le niveau d’études ou la profession.

7Dans ce qui suit, nous discutons d’abord les dimensions sociales que peuvent recouvrir l’âge d’une part et les réseaux personnels de l’autre, ainsi que les temporalités relatives à ces dimensions. Nous détaillons ensuite la méthode utilisée et la population étudiée, avant d’examiner les variations induites par les types d’échange à partir desquels les enquêtés ont évoqué leurs relations. Cela nous permettra de définir des registres différents de sociabilité. Après cela, nous analyserons l’évolution de la taille du réseau global selon les niveaux d’études et les groupes de professions. Nous verrons que nos données vont dans le sens d’un accroissement des inégalités relationnelles après le passage à la retraite, avec un rétrécissement relativement rapide des réseaux des moins diplômés, qui se poursuit pour les plus âgés également. L’analyse des parcours de vie (avec les limites des données dont nous disposons) de plusieurs cas « extrêmes » (réseaux très petits ou très grands) permettra de nuancer les tendances générales en faisant intervenir des combinaisons particulières de caractéristiques et de parcours pour expliquer ces situations particulières. Ces cas permettent également d’illustrer les logiques plus générales identifiées à partir des données quantitatives.

Âge, réseaux personnels et temporalités

8Notre analyse met en rapport des tranches d’âge et des caractéristiques de réseaux personnels, ce qui demande quelques éclaircissements sur ces deux constructions analytiques et leur rapport avec les temporalités.

9L’âge est une donnée qui renvoie à des dimensions sociales différentes dont les temporalités s’articulent de façon complexe. La première de ces dimensions est la génération, l’âge étant un indicateur des contextes historiques traversés par les personnes : les Français qui sont âgés de plus de 80 ans actuellement ont effectué leur scolarité dans une période où les bacheliers étaient peu nombreux, ont été jeunes au moment de la guerre d’Algérie, ont connu l’arrivée des premiers ordinateurs, etc. La deuxième dimension est celle des cycles de vie individuels, qui met l’âge en rapport avec des transitions biographiques (quitter ses parents, avoir un enfant…). Ceci étant, leurs constructions varient aussi selon les contextes historiques et sociaux : l’entrée dans la « vieillesse » est évidemment un très bon exemple de ces variations. Enfin, l’âge signale aussi bien sûr le vieillissement physiologique, très variable selon les contextes et les parcours, mais présent chez tous les humains. Nous nous efforcerons de tenir compte des différentes dimensions que nous venons d’évoquer pour interpréter les variations constatées dans nos données.

10De leur côté, les réseaux personnels agrègent également des éléments très différents dont les temporalités sont variables. Un réseau personnel est un agrégat de relations interpersonnelles constituées à des périodes différentes des parcours de vie : famille d’origine ; amis d’enfance ; relations créées durant la vie active ; enfants ; connaissances récentes ; etc. Les temporalités de ces relations sont également très variées, puisque si les liens familiaux sont généralement stables, les liens plus faibles se renouvellent assez fréquemment (Bidart et alii, 2011). Les évolutions des réseaux, lorsqu’elles sont captées par des indicateurs de taille ou de composition comme dans notre étude, sont des effets agrégés de toutes ces dynamiques relationnelles.

11En étudiant l’évolution des réseaux personnels à partir de l’entrée dans les âges associés à l’idée de vieillesse, entrée fixée très arbitrairement dans notre enquête à 60 ans, nous mettons en rapport deux complexités que nous saisissons évidemment très partiellement à travers les indicateurs très agrégés que sont les tranches d’âge, le nombre de relations et la part de la famille dans le réseau. Nous compenserons partiellement ces difficultés en nous appuyant également sur des études de cas plus qualitatives issues de la même enquête.

12Si nous appelons « vieillissement relationnel » la tendance à l’atrophie des réseaux personnels avec l’avancée en âge, nous cherchons à vérifier si ce processus s’effectue au même rythme dans toutes les couches sociales ou s’il fait apparaître des temporalités différentes.

13Concrètement, nous cherchons pour cela à répondre à quatre questions. La première porte sur l’évolution des réseaux après 60 ans, telle que l’on peut l’aborder à partir des indicateurs agrégés que sont la taille (le nombre de personnes citées) et la composition (la part de la famille). La deuxième question concerne l’évolution dans cette phase du parcours de vie des inégalités relationnelles, saisies à travers les variations de la taille selon le niveau social : régression, maintien ou accroissement. La troisième question résulte d’une décomposition de la notion de relation interpersonnelle en différents registres de sociabilité (partage d’activités, soutien matériel, échange de confidences, etc.) : varient-ils de la même façon ou suivent-ils des logiques différentes ? Enfin, quatrième question, notre échantillon composé de trois tranches d’âge permet d’aborder la temporalité des évolutions, selon qu’elles se situent directement après le passage de la soixantaine (et l’arrivée pour la plupart à l’âge de la retraite) ou plus tard, après 70 ans, lorsque les problèmes de santé deviennent plus fréquents. Nos données ne portent pas sur les mêmes générations mais nous faisons l’hypothèse que l’on peut interpréter une grande partie des variations entre les tranches d’âge comme des effets du vieillissement.

Méthode et données

  • 3 L’échantillon initial est composé de 470 personnes dont certaines résident en milieu rural ou ont é (...)
  • 4 Nous avons pris pour base les statistiques les plus récentes (recensement 2013) relatives à la régi (...)
  • 5 Les enquêtrices étaient Renáta Hosnedlová, Fanny Camus, Véronique Feyfant, Caterina Thomas Vanrell (...)

14L’enquête a été réalisée entre les mois de mars et de juillet 2014 dans l’ancienne région Midi-Pyrénées auprès des personnes âgées de 60 ans et plus. L’enquête portait sur plusieurs thèmes : les parcours de vie ; les conditions de vie et la mobilité résidentielle ; l’état de santé ; les activités sportives et culturelles ; le soutien institutionnel ; et les réseaux personnels. Pour l’analyse présentée ici, nous utilisons un échantillon de 342 personnes résidant dans l’agglomération toulousaine ou dans des villes moyennes de la région3. Cet échantillon est composé de personnes de plus de 60 ans vivant à domicile, ce qui exclut les personnes prises en charge dans des institutions, impliquant ainsi un état de santé plutôt meilleur que la moyenne de la population du même âge, surtout après 80 ans. L’utilisation de quotas4 a permis d’assurer une répartition représentative des grandes catégories professionnelles. En revanche, nous avons cherché à équilibrer les sexes dans toutes les tranches d’âge, ce qui fait que la part des hommes est plus élevée que dans la population régionale, notamment pour les âges les plus élevés. Pour le corpus analysé, 84 % des personnes ont été contactées à partir des listes électorales et le reste par une méthode de « boule de neige » consistant à demander à des enquêtés de nous orienter vers des personnes de leur connaissance remplissant les conditions d’inclusion dans l’échantillon. Les personnes interrogées résidaient au moment de l’enquête dans l’agglomération toulousaine ou à Cahors, Tarbes et Rodez. Les questionnaires étaient remplis en face-à-face par une enquêtrice5 lors d’entretiens de 1 h 30 à 3 heures qui étaient enregistrés. Les enquêtrices laissaient des espaces de parole aux enquêtés qui pouvaient développer leur réponse autant qu’ils le souhaitaient, ce qui procure des données qualitatives très riches complétant le questionnaire. C’est donc une méthode d’enquête mixte qui a été mise en œuvre. Elles étaient aussi attentives à limiter le plus possible les effets des rapports socialement situés sur les réponses à ce type d’enquête.

15Les réseaux personnels ont été constitués à partir de générateurs de noms représentant différents registres de sociabilité. Certains d’entre eux sont repris d’autres enquêtes (notamment Fischer, 1982 ; Bidart et alii, 2011).

16La liste des noms a été construite en deux temps. Nous avons d’abord noté les noms énumérés spontanément par les enquêtés en réponse aux cinq premiers générateurs de noms, qui sont les suivants :

1. « Y a-t-il des personnes à qui vous rendez, ou qui vous rendent, des petits services comme garder la clé de la maison, vous accompagner en voiture, remplir des formulaires administratifs, donner un coup de main pour du bricolage ou du jardinage ? » (SERVICES)

2. « Durant le dernier mois avez-vous reçu chez vous des personnes pour partager un repas ou les héberger ? » (SOCIABILITÉ INTERNE)

3. « Durant le dernier mois vous êtes-vous rendu chez des personnes pour partager un repas ou rester dormir, ou êtes-vous sorti avec des personnes au restaurant, au cinéma ou dans d’autres lieux publics ? » (SOCIABILITÉ EXTERNE)

4. « Parfois des gens ont envie de se confier à d’autres personnes pour parler de questions personnelles, de choses importantes pour eux. Vous arrive-t-il de vous confier ainsi ? » (CONFIDENCES)

5. « Imaginez que vous soyez malade et que vous deviez rester au lit quelques jours, à qui demanderiez-vous de l’aide pour les courses, le ménage, les médicaments etc. ? » (MALADIE)

Ensuite, nous avons constitué une liste regroupée (dans laquelle chaque relation citée n’apparaît qu’une fois) qui a été complétée au moyen de la question suivante :

6. « Y a-t-il des personnes importantes pour vous (de manière générale) qui manquent dans cette liste ? » (AUTRES IMPORTANTS).

17Pour toutes les relations citées, nous avons interrogé les enquêtés sur le registre relationnel qu’ils associent à la personne citée (famille, voisin, collègue, ami, etc.), le fait qu’ils s’en sentent proches ou non, et enfin la part que prend la communication à distance (téléphone, internet) dans leurs échanges. Ensuite, nous avons sélectionné le premier nom cité en réponse à chacun des générateurs et constitué ainsi pour chaque enquêté un sous-échantillon de 6 relations (les premières citées pour chaque générateur), parfois moins de 6 si personne n’apparaissait pour certains générateurs. Pour ce sous-échantillon nous avons posé des questions complémentaires portant sur les caractéristiques sociodémographiques, sur les échanges de services, les activités partagées, le contexte de formation du lien, l’ancienneté de la relation, la fréquence des contacts, le contact en ligne, et divers autres aspects.

18Nous avons ainsi obtenu un total de 5 179 relations sociales (voir le tableau 1) parmi lesquelles 1 254 font l’objet de questions complémentaires relativement aux caractéristiques sociales des personnes citées (sexe, âge, etc.) et à celles de la relation (ancienneté, contexte de rencontre, etc.).

19Au-delà de ces informations sur les relations nous pouvons nous appuyer sur des données qualitatives très riches concernant la sociabilité des personnes âgées qui ont été recueillies au moment de remplir le questionnaire, en insistant sur certaines questions. La passation du questionnaire a été enregistrée, ce qui permet de revenir sur ces éléments qualitatifs.

20Les enquêtés sont répartis en trois classes d’âge : les 60-65 ans, les 66-75 ans et les plus de 75 ans (voir tableau 1). Comme nous l’avons déjà signalé, l’échantillon a été conçu spécifiquement pour obtenir un équilibre des sexes dans les différentes tranches d’âge. En ce qui concerne le niveau d’études, il est évident qu’il existe un aspect générationnel. Plus précisément, les personnes de plus de 75 ans ont un niveau d’instruction inférieur à celui des autres groupes. Seulement 27 % de personnes de plus de 75 ans ont un baccalauréat (contre 54 % de la première tranche d’âge et 51 % de la deuxième). De plus, cette caractéristique est plus prononcée chez les femmes que chez les hommes. Il est donc important de prendre cela en compte dans l’analyse.

Tableau 1 : L’échantillon par tranche d’âge, sexe et niveau d’études

Age

Sexe

Diplôme

Pas de diplôme, Certificat d’études,

BEPC

CAP, BEP

Bac général ou technologique

Diplôme d’études supérieures

Total

60 - 65 ans

Homme

8 %

31 %

10 %

52 %

52

Femme

10 %

25 %

8 %

57 %

52

66 - 75 ans

Homme

21 %

20 %

8 %

51 %

76

Femme

22 %

19 %

8 %

51 %

78

Plus de 75 ans

Homme

27 %

14 %

19 %

41 %

38

Femme

65 %

13 %

7 %

15 %

46

Total

24 %

21 %

9 %

46 %

342

Niveau de diplôme des plus de 60 ans (Recensement 2014, INSEE)

41 %

17 %

15 %

27 %

  • 6 Dans la suite du texte, sauf indication contraire, les données chiffrées proviennent de l’enquête o (...)

Sources : données ENQUÊTE PLUS DE 60 ANS, TOULOUSE 20146. Recensement de la population 2014, fichier individus-canton ou ville, Champ Recensement : Personnes de 60 ans ou plus, résidant en logement ordinaire dans les communes de Toulouse (31), Cahors (46), Rodez (12) et Tarbes (65).

Notre échantillon est donc globalement biaisé en faveur des détenteurs de diplômes, mais il est suffisamment diversifié pour des études de corrélations.

Variations selon les registres de sociabilité

21Avant de nous pencher sur les inégalités relationnelles, il est utile d’examiner les variations des réponses aux différents générateurs. Le tableau 2 présente les caractéristiques principales des variables construites à partir des réponses aux différents générateurs de noms et pour l’ensemble des relations. Au total, les personnes citaient une quinzaine de relations (en moyenne 14,8, dont 10,8 citées en réponse aux générateurs de noms et 4 rajoutées comme « importantes »). Le total des noms cités varie de 2 à 50 relations. Ce sont les questions sur les sociabilités internes et externes qui ont suscité l’énumération du plus grand nombre de liens (4,6 et 4,3 respectivement en moyenne), suivies par le générateur concernant les autres personnes importantes (4 en moyenne).

Tableau 2 : Les noms issus des générateurs de noms et l’ensemble des relations actives

Générateur / Registre de sociabilité

% aucun nom

Nombre moyen de noms

Nombre minimum

Nombre maximum

Services

8,7 %

3,4

0

16

Sociabilité interne

13,1 %

4,6

0

19

Sociabilité externe

14,9 %

4,3

0

32

Confidences

26,3 %

1,8

0

14

Maladie

2,1 %

2

0

11

Total générateurs (sans doubles comptes)

0 %

10,8

1

37

Ajouts d’autres personnes importantes

20,0 %

4,0

0

30

Total avec ajouts

0 %

14,8

2

50

22Compte tenu des variations du nombre de noms obtenus, il est nécessaire d’examiner séparément les réponses à chaque générateur de noms.

  • 7 Ces commentaires s’appuient sur des analyses statistiques que nous ne pouvons reproduire en totalit (...)

23La question sur les petits services (premier générateur) conduit la plupart des enquêtés à citer au moins une personne (8,7 % seulement n’en citent aucune, ce pourcentage étant plus élevé pour les hommes, 14,3 % contre 2,4 % pour les femmes). Les enquêtés citent en moyenne plus de trois personnes. Les réponses varient peu avec les niveaux d’études, les professions ou les autres caractéristiques sociales. Les personnes citées sont souvent des voisins, des amis ou des enfants vivant à proximité7. Pour les services reçus, on se situe sur le registre des échanges ordinaires de services dans des contextes locaux. Les services matériels de proximité (garder les clés, effectuer des démarches administratives, etc.) impliquent plutôt les voisins. Certains services matériels plus exigeants sont plutôt procurés par des proches, de même que les conseils administratifs, de santé ou techniques. Du côté des services rendus, on trouve sans surprise la garde d’enfants (les petits-enfants en général) ou ce qui relève de la cuisine.

24Les deux questions sur la sociabilité (deuxième et troisième générateurs : recevoir chez soi ; aller chez les autres ou sortir avec eux) entraînent des réponses contrastées sur le plan des caractéristiques sociales. Les moins diplômés sont plus nombreux à citer des noms différents pour les réceptions et les visites, et les plus diplômés à citer les mêmes noms. Dans les deux cas les réponses varient assez fortement avec le niveau social (plus de noms cités chez les plus diplômés, les cadres et les professions intermédiaires). Le point important est que les effets de l’âge sont très marqués chez les moins diplômés et presque inexistants chez les plus diplômés. Le « vieillissement relationnel » est donc socialement différencié dans ce domaine. Les proches, la famille en premier lieu, et les amis, forment l’essentiel des noms cités pour la première question (les personnes que l’on reçoit), mais il s’agit surtout de personnes résidant à proximité des enquêtés (moins d’une heure). C’est une sociabilité familiale et amicale de proximité. Pour la seconde question (chez qui l’on va), on trouve un petit peu moins la famille directe et plus de membres de la belle-famille, de nombreux amis, ou des connaissances diverses. La famille et les amis proches (dont quelques voisins) forment le socle commun des réponses aux deux questions, les variations étant liées à l’âge des personnes (on reçoit plus les petits enfants qui sont trop jeunes pour recevoir) ou au type de lien. Ces autres types de relations apparaissent plus dans la sociabilité « externe », ce qui est probablement dû à la formulation de la question, qui incluait le partage de sorties en dehors du domicile des personnes citées alors que la première ne portait que sur les réceptions au domicile de l’enquêté.

25Comme dans les autres études qui l’incluent, la question sur les confidences (quatrième générateur) fait apparaître moins de noms (26,3 % d’enquêtés ne citent personne, la moyenne du nombre de noms est de 1,8), les plus jeunes et les femmes citant plus de noms, ainsi que les membres des professions intermédiaires (qui en citent un peu plus que les cadres et nettement plus que les ouvriers ou employés). On compte beaucoup de noms chez les femmes qui n’ont pas travaillé : les « desperate housewives » semblent avoir plus besoin de se confier. Les personnes citées sont en général de la même génération, amis, proches, dont certains à qui l’on téléphone souvent (ou avec qui — c’est beaucoup plus rare — l’on échange fréquemment en ligne).

26La question sur les aides en cas de maladie (cinquième générateur) fait apparaître un fort « soutien social » puisque 2,1 % seulement des enquêtés ne citent personne. Le nombre de noms s’accroît légèrement (mais significativement) avec le niveau d’études. Il est surtout élevé chez les cadres. Parmi les personnes citées on trouve au premier rang la famille, essentiellement le conjoint et les enfants (proximité affective), des voisins (proximité géographique), moins d’amis que pour les autres générateurs et plus de professionnels de l’aide aux personnes du secteur paramédical ou des services aux particuliers.

27La question sur les personnes importantes à rajouter (sixième générateur) ne suscite pas toujours des réponses (20 % des enquêtés n’ajoutent aucun nom, ils sont plus nombreux à être dans ce cas chez les moins diplômés, les ouvriers ou employés), mais peut aussi déboucher sur de nombreux noms (la moyenne est de 4, le maximum de 30). Le nombre de citations s’accroît nettement avec le niveau d’études et il est plus élevé chez les cadres et les professions intermédiaires, plus faible pour les autres catégories. Les personnes citées sont souvent des membres de la famille (59,9 % pour celles qui sont citées en premier pour cette question), et des personnes résidant à plus d’une heure de trajet (47,4 %). Tout se passe comme si les autres générateurs centrés sur des échanges avaient eu tendance à focaliser les réponses sur l’entourage géographiquement proche, avec tout de même un peu plus de personnes éloignées pour les confidences, alors que celui-ci, en centrant l’attention sur la proximité affective (les personnes « importantes »), neutralisait les effets de la proximité géographique (évidemment plus présente pour les échanges de services ou les sorties) et stimulait la mémoire concernant des personnes vues moins souvent.

28Il est temps à présent d’analyser de façon plus systématique les variations liées aux indicateurs de hiérarchie sociale. Les graphiques suivants (1-6) représentent les variations du nombre de noms cités pour chacun des générateurs en fonction de l’âge et du niveau d’études.

Graphiques 1 - 6 : Variations du nombre de noms cités selon les générateurs de noms, l’âge et le niveau d’études (N = 329)

Graphiques 1 - 6 : Variations du nombre de noms cités selon les générateurs de noms, l’âge et le niveau d’études (N = 329)

Légende : - - - - : Pas de diplôme, Certificat d’Études ; ||||||| : Brevet, CAP, BEP, Bac ; gras continu : Au-delà du Bac

29Ces graphiques mettent en évidence des écarts considérables entre les différents domaines de sociabilité. S’il n’y avait pas d’effet d’âge et de diplôme nous aurions une seule ligne (pas de différence entre les niveaux d’études), horizontale (pas de variation avec l’âge). C’est le cas pour l’échange de services et pour les aides en cas de problème de santé (pour lesquelles le nombre de noms s’accroît légèrement avec l’âge avant de revenir à son niveau d’origine). Pour la sociabilité extérieure et les confidences, nous observons trois lignes horizontales qui indiquent qu’il y a bien un effet du niveau d’études, mais pas d’effet de l’avancée en âge. Pour ce type d’échange donc, les inégalités se maintiennent. Dans les sphères intimes, notamment pour la sociabilité chez soi et les autres personnes importantes on observe à la fois un effet de l’âge et du diplôme. Ce double effet est exprimé par les pentes différentes des courbes. Le cas de la sociabilité chez soi est particulièrement intéressant car il est marqué par une chute rapide du nombre de relations pour les moins diplômés à partir de 75 ans. Cette question suscite surtout la citation de liens familiaux, mais ce sont surtout les autres liens (amis, connaissances) dont le nombre diminue fortement dès la deuxième tranche d’âge, notamment à cause des décès (c’est dans cette catégorie de niveau d’études que les enquêtés attribuent le plus souvent la perte des liens aux décès). Il faut noter qu’en général la part de la famille ne varie pas significativement avec l’âge sauf précisément pour ce générateur de noms, la sociabilité chez soi, où elle s’accroît pour toutes les catégories de niveau d’études : plus on vieillit, plus on reçoit chez soi les enfants et petits-enfants. Le nombre des « autres personnes importantes » citées varie non linéairement. Déjà socialement différencié pour les plus jeunes, il diverge encore plus pour la deuxième catégorie d’âge avant que les écarts ne se réduisent pour les plus âgés. Les personnes citées pour cette question résident souvent à une distance de plus d’une heure, ce qui nous informe sur la capacité de maintenir des contacts à distance et de mobiliser les petits enfants. Cette capacité semble varier selon le niveau d’études, les écarts entre personnes de niveaux d’études différents devenant très nets au moment où les personnes sont encore en bonne santé et très actives, puis se réduisant avec le repli sur les liens familiaux les plus forts. Les moins diplômés voient particulièrement régresser le nombre de relations familiales citées pour cette question, ainsi que celui des liens issus des activités professionnelles. Il semble donc que, alors qu’ils maintiennent des relations familiales de proximité (générateur sur les sociabilités), ils ont plus de difficulté à le faire lorsque les personnes sont éloignées.

30Il ressort de cette analyse que, pour certains types de soutiens, les inégalités relationnelles sont inexistantes (les services de proximité, l’aide en cas de problème de santé), alors que pour d’autres elles sont bien présentes mais n’évoluent pas avec le vieillissement (sociabilité externe, personnes à qui l’on peut se confier) et que, pour d’autres encore (la sociabilité chez soi, les personnes « importantes » rajoutées), les inégalités relationnelles s’accroissent avec l’avancée en âge (parfois pour se réduire finalement aux âges les plus avancés comme dans le cas des personnes « importantes »).

Évolution des réseaux et hiérarchies sociales

31Considérons à présent l’entourage dans son ensemble. Si l’on examine les variations du nombre de relations citées par les enquêtés des différents niveaux d’études (graphique 7), on constate que les différences sont très significatives. Au-delà de 60 ans (figure 1), toutes les catégories voient les réseaux personnels se rétrécir, mais la raréfaction des contacts est nettement plus prononcée pour ceux dont le niveau d’étude est le plus bas. Un constat similaire émerge de l’examen des catégories professionnelles (graphique 8) : les artisans font face à une régression très marquée de la taille de leur réseau personnel alors que les autres catégories maintiennent longtemps des réseaux relativement importants.

  • 8 Cette figure et les deux graphiques suivants (7 et 8) sont réalisés à partir de 329 cas pour lesque (...)

Figure 1 : Taille de réseau global selon les classes d’âge8

Figure 1 : Taille de réseau global selon les classes d’âge8

Graphique 8 : Taille du réseau global selon l’âge et la profession

Graphique 8 : Taille du réseau global selon l’âge et la profession

Note : Les agriculteurs ont été enlevés en raison de la faiblesse des effectifs de cette catégorie et pour simplifier la lecture.

32Si nous nous concentrons sur les niveaux d’études, nous voyons (tableau 3) que pour les moins diplômés, ce sont surtout les relations hors famille qui sont moins nombreuses au fil des tranches d’âge, le nombre de relations familiales ne décroissant qu’entre les deux dernières. La tendance est similaire pour les plus diplômés, mais elle concerne des effectifs nettement plus élevés en moyenne.

Tableau 3 : Évolution du nombre moyen de noms cités dans la famille ou en dehors

Niveau d’études

Tranche d’âge

Nombre moyen de relations hors famille

Nombre moyen de relations familiales

Pourcentage de relations familiales

Aucun diplôme, certificat d’études

60 - 65 ans

6,3

7,7

57,5

66 - 75 ans

5,2

7,5

56,6

Plus de 75 ans

3,6

6,6

63,8

Total

4,5

7

60,3

Brevet, CAP,
baccalauréat

60 - 65 ans

7,8

7,3

50,6

66 - 75 ans

5,7

8

57,3

Plus de 75 ans

6,9

7,5

50,3

Total

6,7

7,6

53,3

Au-delà du bac

60 - 65 ans

10,4

7,5

42,9

66 - 75 ans

9,5

7,1

45,8

Plus de 75 ans

7,1

8,1

55,1

Total

9,5

7,4

46,1

Total

60 - 65 ans

9,1

7,4

46,8

66 - 75 ans

7,6

7,5

51,3

Plus de 75 ans

6

7,4

55,6

Total

7,7

7,4

50,9

33La différence d’évolution des réseaux des trois catégories constituées à partir du niveau d’études s’explique donc par deux types de phénomènes. Le premier est la capacité à maintenir et renouveler des relations de sociabilité hors famille, manifestement moindre pour les moins diplômés, pour lesquels le nombre de ces relations, moins élevé au départ, se réduit de tranche d’âge en tranche d’âge de façon plus continue que pour les autres catégories. Le second type de phénomène est la dégradation plus rapide de la santé chez ces moins diplômés, qui se traduit par la perte de liens d’une part et la limitation des activités de sociabilité d’autre part.

34En examinant quelques exemples « extrêmes » de façon plus précise — leurs caractéristiques sociodémographiques et leurs parcours de vie — nous pouvons tenter de mieux comprendre ces différences de taille des réseaux personnels en introduisant l’effet des événements biographiques sur le vieillissement relationnel. Ces exemples permettent également de mieux comprendre comment s’atrophie progressivement le réseau, par effets combinés de facteurs qui ne sont pas toujours renseignés dans les données biographiques et relationnelles, comme l’état de santé et son impact sur la mobilité et la communication, la nécessité d’aider un conjoint malade, le niveau d’activité, la disponibilité des enfants, l’appétence ou pas pour la sociabilité, les conflits…

Réseaux étroits : logiques de parcours

  • 9 Les prénoms ont été modifiés.

35Le déclin des liens pour les moins diplômés de plus de 70 ans peut être illustré par le cas d’Hélène9, une femme de 72 ans, ancienne ouvrière d’usine, sans diplôme (elle a arrêté ses études à 14 ans), qui habite dans l’agglomération de Tarbes. Au moment de l’enquête elle est veuve depuis un an. Elle déclare qu’après la mort de son mari, elle a été affectée par le manque de contacts sociaux de manière importante. Par ailleurs, elle a dû réaménager ses vacances et changer de destination, ce qui selon elle l’a beaucoup perturbée. Elle considère que son état de santé est plutôt bon, mais qu’il s’est détérioré ces dernières années. Elle dit souffrir de troubles cardiovasculaires, de tension artérielle, de problèmes nerveux ou psychiques. Même si elle a subi une opération de l’épaule, elle ressent des douleurs très importantes à cet endroit et elle n’arrive pas à s’y habituer. Elle se sent fatiguée. Interrogée sur les tournants principaux de sa vie, elle n’a cité que des disparitions de proches : 1. le décès de son mari en 2013 – « il y a plus personne en rentrant à la maison, le soir je vais dormir toute seule » ; 2. le décès de son père en 1976 ; 3. le décès de sa mère en 2009. Elle n’a jamais déménagé et ne pratique pas d’activités extérieures sportives ou culturelles. Elle dit que pendant cette dernière année elle a fait moins de choses que d’habitude. C’est le jardinage qui l’occupe le plus en ce moment. Cette situation lui procure peu d’occasions de créer des liens sociaux (ni actuellement, ni auparavant). Au moment de l’entretien elle n’a cité que quatre contacts (trois membres de famille – sœur, fille et gendre – et un voisin). Tous résident à proximité. Elle ne désigne personne pour les générateurs concernant la sociabilité chez soi et les confidences. Elle mentionne son voisin pour surveiller la maison, s’occuper du courrier ou garder les clés en cas d’absence. Ils se connaissent depuis 72 ans. Elle ne lui apporte pas d’aide en retour. Elle-même rend des services à sa sœur (elle l’aide à plier le linge) et elles partagent les courses et promenades. On perçoit bien dans ce cas, l’atrophie du réseau liée à des décès successifs dans l’entourage, peu compensés par une activité sociale réduite et une santé qui commence à s’altérer.

36Henriette est une femme de 92 ans qui habite à Rodez. Fille unique, élevée dans un orphelinat (à partir de 5 ans), elle est veuve depuis 30 ans et mère de 6 enfants (tous résident à proximité – vingt minutes en voiture au maximum). Elle n’a pas de diplôme (elle a arrêté les études à 10 ans). Elle a travaillé comme auxiliaire la nuit aux urgences de l’hôpital. Elle habite son logement depuis 30 ans. Elle considère son état de santé comme plutôt bon (meilleur que les autres personnes de son âge). Elle souffre de troubles de l’audition, de troubles oculaires, et des maladies endocriniennes et métaboliques. Elle se sent vieille. Les tournants principaux qu’elle cite dans son parcours sont : 1. son mariage – un changement de vie ; 2. les naissances des enfants – pénibles, mais elle aime les enfants qui impliquent cependant devoirs et responsabilités ; 3. le décès de son mari – la fin d’une époque, mais elle « a eu la paix », a pu voyager. Pour les activités, elle cite la marche – une fois par semaine, le jardinage, les tâches domestiques, les activités culturelles ou intellectuelles réalisées au domicile (lectures, instrument de musique, jeux de société…). Elle a arrêté la gymnastique à 89 ans à cause d’une chute. Elle a également renoncé aux voyages organisés à 86 ans, parce que, dit-elle, « elle n’avait pas la force de suivre ». Ce qui l’occupe le plus est « ne rien faire ». Elle se sent seule à cause de l’éloignement de la famille. Elle ne cite personne pour les générateurs sur les sociabilités internes, les confidences ou les autres personnes importantes. Son réseau de 5 contacts est composé de membres de la famille (4) et d’un voisin. Elle mentionne seulement 3 de ses 6 enfants, ainsi qu’une petite-fille. La famille est citée surtout par le premier générateur (services). Pour la question sur les personnes pouvant aider en cas de problème de santé, elle cite sa fille et une voisine qu’elle ne considère pas comme une proche.

37Une de ses filles a un double de ses clés, la conduit en voiture et fait les courses. Elle dit préparer les repas pour sa fille (ce qu’elle cite comme un service qu’elle lui rend). Elles font des promenades ensemble et vont au cinéma. Les relations avec les enfants sont complexes : « J’ai 6 enfants, mais on ne se parle pas. Bon, il y a une qui s’occupe bien de moi. Et après, l’autre qui est venu me voir hier, mais il avait l’air drôle, je n’ai pas compris. ». Elle a arrêté les promenades et se plaint de ne pas avoir beaucoup d’amies pour partager des activités – elles sont décédées, sont devenues séniles ou vivent dans les résidences. Elle ajoute : « Je suis sauvage, je suis pénible ». Henriette a perdu des liens à cause de la dégradation de la santé de certains proches et des décès d’autres. Ses relations avec ses enfants sont pour certaines relâchées, ce qui explique le petit nombre de personnes qu’elle cite.

38Si les personnes qui ont les réseaux les plus étroits ont en général un niveau d’études plus faible, d’autres éléments jouent un rôle important. Parmi ceux-ci, on peut citer par exemple le fait de ne pas (plus) avoir de conjoint, d’avoir très peu d’activités extérieures et collectives, mais aussi le fait de s’accommoder d’une forme d’isolement relatif.

39Simone est une femme de 93 ans, ancienne secrétaire dactylo titulaire d’un certificat d’études, qui habite à Rodez. Célibataire depuis toujours, elle n’a plus de liens familiaux. Même si elle déclare être en meilleure santé que les autres personnes de son âge, elle dit souffrir de problèmes oculaires, de troubles de l’audition, et elle éprouve des douleurs au dos et aux membres supérieurs. Elle se sent limitée dans le quotidien pour manger et couper les aliments. Elle a très peu d’activités extérieures et collectives, seulement quelques activités physiques et de loisirs qu’elle effectue toujours seule. Cette situation implique peu d’opportunités de créer des liens sociaux (ni avant la retraite ni après). Au moment de l’entretien elle n’a cité que 4 contacts (2 voisins et 2 amies). Une des voisines l’aide pour les démarches administratives et va chercher les médicaments à la pharmacie. Elle ne cite personne pour le deuxième générateur (sociabilité chez soi), en expliquant qu’elle ne reçoit personne chez elle parce qu’elle ne sait pas très bien cuisiner. De plus, elle dit préférer être seule, et ne pas éprouver de sentiment de solitude. Elle déclare se sentir fatiguée par le monde autour d’elle : « Je suis habituée à être seule, ça ne me gêne pas. Je préfère, d’ailleurs, être seule. Ça me fatigue maintenant quand ils m’invitent à la campagne. J’y suis allée pour le Noël et j’étais fatiguée. Je me suis promis de ne pas revenir. Les enfants, les petits-enfants, ça n’en finit pas, on ne mangeait pas à l’heure, un apéritif, et on a ouvert un paquet… J’étais fatiguée, fatiguée… ». Le cas de Simone ne contredit pas les tendances statistiques : très âgée, seule et peu diplômée, elle fréquente peu de monde. Elle bénéficie cependant d’un soutien pratique de la part d’une voisine et présente son isolement relatif comme un choix lié au déclin de ses capacités physiques.

40Mais des réseaux étroits peuvent résulter de situations tout à fait différentes, plus liées à des événements biographiques qui viennent perturber les tendances statistiques.

41Cela peut être illustré avec le cas de Georges, un homme de 60 ans, résidant à Toulouse qui est marié, et qui a deux enfants. Georges a une licence en gestion des données obtenue par le CNAM et il a travaillé jusqu’à l’année 2014 comme documentaliste/webmaster. Même s’il s’agit d’une personne peu âgée, dont le niveau d’études est élevé, qui a participé régulièrement à des activités collectives durant sa vie et qui essaie d’être toujours actif (il pratique des activités sportives et a des responsabilités dans une association liée à ces activités), la maladie de sa femme (qui a une sclérose en plaques depuis 3 ans) a restreint son réseau personnel car il a dû arrêter beaucoup d’activités pour s’occuper d’elle. Parmi les activités qu’il a cessé de pratiquer, il mentionne ses activités sportives ainsi que les sorties au cinéma et au théâtre. Il cite seulement deux personnes (ses filles pour la confidence et l’aide en cas de problème de santé). Le cas de Georges semble exceptionnel au regard des tendances statistiques mais s’explique parfaitement lorsque l’on fait intervenir la situation de santé de son épouse, dont la maladie est à l’origine d’une bifurcation (Bessin et alii, 2010) dans l’organisation de ses activités et de sa vie sociale.

Grands réseaux : activités multiples ou famille nombreuse

42Intéressons-nous à présent aux réseaux les plus grands. Le premier exemple est celui de Jeanne, 62 ans, résidant dans la banlieue de l’agglomération toulousaine, mariée et mère de 3 enfants. Elle est titulaire d’un diplôme de niveau Bac+3 et a été institutrice et directrice d’école, mais elle a pris une retraite anticipée à cause d’un problème d’audition. Elle a également d’autres problèmes de santé (cholestérol, diabète, hypertension, audition, arthrose), mais elle déclare ne pas être limitée dans la vie quotidienne. Son mari, également à la retraite, était ingénieur de recherche en informatique, et il est en très bonne santé. Son niveau d’étude, sa situation de famille et le type de travail exercé ont fait que Jeanne a été toujours entourée par de nombreuses personnes. Lorsqu’elle a cessé de travailler en raison de son état de santé, elle a accru ses activités collectives. Elle fait de l’aquagym et de la marche, participe à l’association « Accueil des villes françaises » (AVF), fait du bénévolat, de la garde d’enfants, de l’aquarelle, suit des cours d’espagnol, participe à des sorties culturelles, etc. Elle cite 44 noms dont 27 ne sont pas des membres de la famille. Ces personnes hors famille sont souvent fréquentées lors des activités diverses. Ainsi sur 27 personnes citées pour la question sur la sociabilité extérieure, 16 sont membres d’une association. Le réseau de Jeanne correspond à ce que l’on attend à partir de ses caractéristiques sociales, mais il suggère aussi chez certains « jeunes retraités » des milieux relativement favorisés un accroissement des activités de sociabilité et donc du réseau. Cette tendance n’est pas suffisamment marquée pour apparaître dans les analyses statistiques avec l’échantillon dont nous disposons, mais elle semble présente dans plusieurs cas lorsqu’on les analyse de façon plus qualitative.

43Le cas suivant correspond à un réseau plus axé sur la famille. Cécile présente le plus grand réseau de notre échantillon (50 noms). C’est une femme de 68 ans qui vit en couple et qui est mère de 2 enfants. Elle est née dans le Lot, mais habite à Toulouse au moment de l’enquête. Elle a le bac, et la profession qu’elle a exercée le plus longtemps était celle d’assistante maternelle. Elle a repoussé sa retraite jusqu’à 63 ans en raison de besoins financiers et personnels (elle déclare qu’elle se sentait mieux en travaillant). Son mari travaillait dans l’industrie aéronautique et selon Cécile il est en très bonne santé. Malgré deux cancers du sein surmontés (à 57 ans et 60 ans), elle-même se considère comme étant en forme. Elle pratique la marche à pied, fait du jardinage, a des activités culturelles. Elle dit se sentir entourée. Elle a cité 41 liens familiaux et 9 voisins. Elle évoque une famille très grande et très unie, même si certains de ses membres résident à une distance considérable. Ils se réunissent régulièrement au cours de l’année : « la cousinade, c’est quelque chose que mes parents avaient toujours fait et que nous continuons ». Elle cite 30 personnes pour la question sur les personnes importantes, 8 personnes pour les échanges de services (uniquement des voisins) et 9 pour la sociabilité chez soi. La famille est très présente au niveau de la sociabilité (extérieure et intérieure), mais sans qu’il y ait beaucoup d’échanges de services avec ses membres. Ce sont plutôt les voisins avec lesquels il existe un solide système d’entraide. Là aussi, le réseau correspond à ce que l’on attend à partir des caractéristiques sociales de Cécile. C’est la proportion considérable de liens familiaux qui est plus spécifique. On retrouve dans le corpus plusieurs cas similaires qui concernent en général des femmes, même à des âges assez avancés (plus de 85 ans). Dans l’enquête de 2001, lorsque l’on examinait les plus grands réseaux, on trouvait également des cas de femmes ayant un niveau d’études relativement élevé participant à des rassemblements familiaux réguliers. Cependant, même dans la présente étude, la taille de l’échantillon ne permet pas de faire apparaître statistiquement cet effet.

Conclusion

44L’analyse des données de l’enquête sur les 60 ans et plus de l’agglomération de Toulouse avait pour objectif de faire le point sur l’évolution après le départ à la retraite des « inégalités relationnelles » — la variation de la taille des réseaux selon le niveau social. Elle débouche sur plusieurs constats.

45Le premier constat est que tous les enquêtés peuvent compter au moins sur quelques relations pour un soutien relationnel « de base » (les services de proximité, l’aide disponible en cas de problème de santé). Les enquêtés font état d’une sorte de solidarité minimale accessible, ce qui n’est pas nécessairement le cas dans tous les pays si l’on en croit les enquêtes évoquées en introduction. Le deuxième constat est que, globalement, les inégalités relationnelles s’accroissent avec l’âge, surtout pour les moins diplômés malgré le maintien des liens familiaux. Cela suggère que ceux-ci disposent de moins de ressources relationnelles pour faire face aux restrictions de la vie sociale qui peuvent accompagner le vieillissement.

46Le troisième constat est que ces inégalités varient selon les registres de sociabilité. Elles sont inexistantes pour ce que nous avons appelé le soutien social matériel de base. En revanche, elles sont significatives pour d’autres aspects des relations sociales. Si dans certains cas, elles se maintiennent au fil du temps (pour les personnes à qui l’on peut se confier, la sociabilité externe), pour d’autres elles tendent à s’accroître (la sociabilité chez soi et les personnes importantes ajoutées).

47Le quatrième constat, sans surprise, est que les temporalités d’évolution des réseaux ne sont pas uniformes. Des événements biographiques peuvent entraîner des changements rapides, parfois contradictoires avec les tendances observées au niveau agrégé. La particularité du « vieillissement relationnel » est que la complexité inhérente aux parcours de vie individuels se démultiplie avec les parcours des personnes de l’entourage et avec les temporalités spécifiques aux relations elles-mêmes, qui ne se réduisent pas à celles des parcours des personnes concernées.

48Cette étude a bien sûr ses limites. D’abord, comme nous l’avons mentionné, il faudrait tenir compte d’une éventuelle spécificité de la région étudiée, même si, en nous centrant pour la plus grande partie de notre échantillon sur l’agglomération toulousaine, nous nous situons dans une grande ville assez similaire aux autres « métropoles ». Ensuite, notre méthode d’échantillonnage à base de listes électorales laisse de côté des personnes étrangères, sans domicile ou non inscrites pour diverses raisons sur les listes électorales retenues pour notre échantillon. Par ailleurs, nous avons eu plus de mal à obtenir des réponses de la part des enquêtés des couches populaires. Nous n’avons pas pris en compte les personnes prises en charge par des associations, ce qui exclut de l’analyse des personnes aux réseaux encore plus limités. Si nous les avions maintenus, les tendances seraient les mêmes mais elles seraient bien plus marquées. La non prise en compte des personnes en institution est également une limite. On sait en effet que ces personnes ont des réseaux très restreints. Cette limite devrait être réduite par la deuxième vague de cette enquête envisagée pour 2019 dans la mesure où l’on peut imaginer qu’une partie de nos enquêtés aura intégré des résidences spécialisées. Enfin, nous avons interprété les différences entre les tranches d’âge principalement comme des effets du vieillissement alors qu’elles mettent en jeu également des différences de génération. Là aussi, seul le suivi longitudinal permettra de mieux différencier ces deux aspects.

49Nous pouvons toutefois avancer prudemment l’hypothèse d’une différenciation sociale des temporalités d’évolution des réseaux personnels. Si tous les réseaux tendent globalement à se réduire avec l’avancée en âge, cette réduction est plus rapide pour les moins diplômés, elle est tangible dès la deuxième tranche d’âge de notre enquête. Ce « vieillissement relationnel » accéléré est une source de fragilité dans la mesure où la taille et la composition des réseaux sont très corrélées à de nombreux aspects de la santé et du bien-être des personnes.

50Malgré les limites de nos données, cette analyse permet de montrer l’intérêt de prendre en compte les temporalités biographiques dans l’analyse des réseaux en prenant en compte autant que possible les évolutions du monde social. Pour aller plus loin, l’idéal serait de pouvoir observer l’évolution des relations et des réseaux par des interrogations répétées. Des enquêtes de plus grande ampleur intégrant des questions sur les relations sociales permettraient de mieux prendre en compte que nous ne pouvions le faire les évolutions de la répartition des professions et des niveaux d’études au niveau national.

Haut de page

Bibliographie

Ayuso L., 2012. « Las redes personales de apoyo en la viudedad en España / Personal Networks Supporting Widowhood in Spain », Reis, n° 137, p. 3-24.

Barthe J.-F., Clement S., Drulhe M., 1990. « Vieillesse ou vieillissement ? Les processus d’organisation des modes de vie chez les personnes âgées », Revue Internationale d’Action Communautaire, n° 23/63, p. 35-46.

Bessin M., Bidart C., Grossetti M. (dir.), 2010. Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, La Découverte, coll. Recherches.

Bidart C., Degenne A., Grossetti M., 2011. La vie en réseau. Dynamique des relations sociales, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Le lien social », 2011, 356 p.

Blanpain N., Pan Ke Shon J.-L., 1999. « La sociabilité des personnes âgées ». Insee Première, n° 644 – Mai, 4p.

Caradec V. 2008. Sociologie de la vieillesse et du vieillissement. Paris, Armand Colin, coll. « 128 », 127p.

Clement S., Drulhe M., 1988. « Vieillesse ou vieillissement ? Les processus d’organisation des modes de vie chez les personnes âgées. » Les Cahiers de la recherche sur le Travail Social, n° 15, p. 11-31.

Cornwell B., 2011. “Independence through social networks: Bridging potential among older women and men.” The Journals of Gerontology, Series B: Psychological Sciences and Social Sciences, vol. 66, n° 6, p. 782–794 doi:10.1093/geronb/gbr111.

Cornwell B., Waite L. J., 2009. “Social disconnectedness, perceived isolation, and health among older adults”, Journal of Health and Social Behavior, Vol. 50, n°1, p. 31-48.

Degenne A., Forse M., 2004. Les réseaux sociaux. Paris, Armand Colin, Collection U, 2e édition, 296 p.

Ellwardt L., Aartsen M., Van Tilburg T., 2016. “Types of Non-kin Networks and Their Association With Survival in Late Adulthood: A Latent Class Approach.” Journals of Gerontology Series B: Psychological Sciences and Social Sciences, vol. 72, nº 4, p. 694-705.

Ellwardt L., Van Tilburg T., Aartsen M. 2015. “The mix matters: Complex personal networks relate to higher cognitive functioning in old age.” Social science & medicine, vol. 125, p. 107-115.

Fiori K. L., Smith J. E., Antonucci T. C., 2007. “Social network types among older adults: A multidimensional approach.” Journals of Gerontology B: Psychological and Social Sciences, nº 62, p. 322-P330.

Fischer C. S., 1982. To dwell among friends: Personal networks in town and city. Chicago, University of Chicago Press.

Fischer C. S., Beresford L. 2015. “Changes in support networks in late middle age: the extension of gender and educational differences.” The Journals of Gerontology Series B: Psychological Sciences and Social Sciences, vol. 70, nº 1, p. 123–131. http://doi.org/10.1093/geronb/gbu057.

Grossetti M. 2007. “Are French networks different?”, Social Networks, Vol. 29, n° 3, p. 391-404.

Guillemard A.-M., 2003. L’Age de l’emploi. Les sociétés à l’épreuve du vieillissement. Paris, Armand Colin.

House J. S., Lepkowski J. M., Kinney A. M., 1994. “The social stratification of aging and health.” Journal of Health and Social Behavior, vol. 35, p. 213–234.

Hummel C., Mallon I., Caradec V. (dir.), 2014. Vieillesses et vieillissements : regards sociologiques, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Litwin H., 2009. “Social networks and well-being: a comparison of older people in mediterranean and non-mediterranean countries.” The Journals of Gerontology, Series B: Psychological Sciences and Social Sciences, vol. 65B, nº 5, p. 599–608.

Martel L., Legare J., 2001. « Avec ou sans famille proche à la vieillesse : une description du réseau de soutien informel des personnes âgées selon la présence du conjoint et des enfants », Cahiers québécois de démographie, vol. 30, nº 1, p. 89–114.

McLaughlin D., Vagenas D., Pachana N. A., Begum N., Dobson A., 2010. “Gender Differences in Social Network Size and Satisfaction in Adults in Their 70s”, Journal of Health Psychology, vol. 15, nº 5, p. 671-9.

Schieman S. 2001. “Age, education, and the sense of control: A test of the cumulative advantage hypothesis.” Research on Aging, vol. 23, nº 2, p. 153-178.

Shaw B. A., Krause N., Liang J., Bennett J., 2007. “Tracking changes in social relations throughout late life.” The Journals of Gerontology, Series B: Psychological Sciences and Social Sciences, vol. 62, nº 2, p. 90-99.

Widmer E., Girardin M., 2016. “Actively generating one’s family: How elders shape their family configurations”, in Scabini, E., Rossi, G. (eds), L’allungamento della vita. Una risorsa per la famiglia, un’opportunità per la società. Vita E Pensiero, Milano, p. 85-104.

Widmer E., Girardin M., Ludwig C., 2018. “Conflict structures in family networks of older adults and their relation with health related quality of life”, Journal of Family Issues, vol. 39, n° 6, p. 1573-1597.

Haut de page

Notes

1 Ce travail réalisé dans le cadre du LABEX portant la référence ANR-11-LABX-0066 a bénéficié d’une aide de l’État gérée par l’Agence Nationale de la Recherche au titre du programme Investissements d’avenir portant la référence n° ANR-11-IDEX-0002-02. L’analyse des réseaux personnels ne constituait que l’un des aspects de cette étude qui a impliqué d’autres collègues toulousains (entre autres Jean-François Barthe, Ainhoa de Federico, Anita Meidani, Yves Morales et Alice Rouyer).

2 L’amplitude de la dernière tranche est plus élevée que celle des autres tranches, avec une forte concentration autour des 85-95 ans parce que nous avons choisi de ne pas subdiviser cette dernière, seules 40 personnes ayant plus de 90 ans dans notre échantillon.

3 L’échantillon initial est composé de 470 personnes dont certaines résident en milieu rural ou ont été contactées par des associations. Après les premières analyses de réseaux personnels nous nous sommes rendu compte que la population contactée par des associations de prise en charge de personnes en difficulté est très particulière et nous avons conclu qu’il était préférable d’analyser à part cette partie de l’échantillon. En outre, en raison du faible nombre d’enquêtés dans les zones rurales et des différences présumées dans la reproduction des inégalités sociales et relationnelles entre les zones rurales et les milieux urbains, nous avons décidé de nous concentrer exclusivement sur le milieu urbain et périurbain. Nous avons donc exclu pour l’analyse présentée tous les enquêtés contactés par les associations, ainsi que ceux qui vivent dans les zones rurales.

4 Nous avons pris pour base les statistiques les plus récentes (recensement 2013) relatives à la région Midi-Pyrénées pour la répartition par grandes catégories socio-professionnelles, l’âge (en nous centrant sur les tranches visées) et le sexe (en cherchant à conserver une répartition relativement équilibrée y compris pour les âges les plus avancés).

5 Les enquêtrices étaient Renáta Hosnedlová, Fanny Camus, Véronique Feyfant, Caterina Thomas Vanrell et Céline Gouzon.

6 Dans la suite du texte, sauf indication contraire, les données chiffrées proviennent de l’enquête originale qui fait l’objet de l’article.

7 Ces commentaires s’appuient sur des analyses statistiques que nous ne pouvons reproduire en totalité faute de place. Pour l’essentiel, ils synthétisent des corrélations observées.

8 Cette figure et les deux graphiques suivants (7 et 8) sont réalisés à partir de 329 cas pour lesquels les variables concernées sont renseignées de façon suffisamment précise.

9 Les prénoms ont été modifiés.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphiques 1 - 6 : Variations du nombre de noms cités selon les générateurs de noms, l’âge et le niveau d’études (N = 329)
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/3936/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/3936/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/3936/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/3936/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/3936/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Légende : - - - - : Pas de diplôme, Certificat d’Études ; ||||||| : Brevet, CAP, BEP, Bac ; gras continu : Au-delà du Bac
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/3936/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 1 : Taille de réseau global selon les classes d’âge8
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/3936/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/3936/img-8.png
Fichier image/png, 17k
Titre Graphique 8 : Taille du réseau global selon l’âge et la profession
Légende Note : Les agriculteurs ont été enlevés en raison de la faiblesse des effectifs de cette catégorie et pour simplifier la lecture.
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/3936/img-9.png
Fichier image/png, 18k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Renáta Hosnedlová, Michel Grossetti et Benoît Tudoux, « L’évolution des inégalités relationnelles après 60 ans », Temporalités [En ligne], 27 | 2018, mis en ligne le 06 juillet 2018, consulté le 15 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/3936 ; DOI : 10.4000/temporalites.3936

Haut de page

Auteurs

Renáta Hosnedlová

Egolab-GRAFO, Université Autonome de Barcelone – renata.hosnedlova@gmail.com

Michel Grossetti

Laboratoire interdisciplinaire solidarités, sociétés, territoires (LISST), CNRS et Université de Toulouse – rgros@univtlse2.fr

Articles du même auteur

Benoît Tudoux

Laboratoire interdisciplinaire solidarités, sociétés, territoires (LISST), CNRS et Université de Toulouse – benoit.tudoux@univ-tlse2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page