Navigation – Plan du site

Temporalités de l’évolution des relations et des réseaux en contexte de mobilité internationale

The temporalities of the evolution of relationships and networks in contexts of international mobility
Las temporalidades en la evolución de relaciones y redes en contextos de movilidad internacional
Caterina Thomàs-Vanrell

Résumés

Les études sur la migration ont mis l’accent sur la dimension relationnelle du processus de migration, cependant le sujet a rarement été analysé systématiquement à l’aide de l’analyse des réseaux sociaux. À partir d’entretiens avec des jeunes et adultes espagnols installés à Toulouse entre 2004 et 2014, cet article montre la diversité des configurations de réseaux. Cette diversité est due à la variété des processus de mobilité et des parcours biographiques. Au fil des mois et après quelques années de résidence à Toulouse, ces personnes ont subi une reconfiguration de leur entourage qui associe principalement des relations avec des personnes résidant dans le lieu d’origine et d’autres qui sont locales. Cette reconfiguration aura comme points forts la rupture avec certains liens dans la société d’origine mais aussi l’activation de nouvelles relations, ainsi que l’intensification de nouveaux et d’anciens liens à cause de la mobilité. Cette diversité est expliquée dans l’article en examinant les caractéristiques et les circonstances vécues avant la mobilité, ainsi que les caractéristiques de leurs contacts prémigratoires.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’auteure remercie la revue Temporalités et son comité de rédaction, les évaluateurs et surtout les (...)
  • 2 Voir parmi d’autres, Hagan, 1998 ; Gualda, 2007 ; Pedone, 2002, 2010 ; Amit et Riss, 2007 ; Schille (...)

1L’idée selon laquelle les relations jouent un rôle important dans les mobilités géographiques bénéficie d’un large consensus et les études empiriques intègrent de plus en plus cette dimension (Massey et Garcia España, 1987 ; Levitt, 2001 ; Moroşanu, 2017 ; Tarrius, 2000)1. Dans le cas des migrations internationales, les études utilisant la notion de capital social comme ressource procurée par les relations personnelles des migrants sont très nombreuses2. En particulier, Nee et Sanders (2001) soulignent dans leur « modèle des formes de capital » l’importance de la situation individuelle et familiale avant et après la migration afin d’expliquer les variations de l’insertion des migrants dans la société d’accueil. D’autre part, MacDonald et MacDonald (1964) ont introduit le concept de « migration en chaîne », qui permet d’expliquer le processus par lequel les nouveaux migrants utilisent les liens avec les migrants déjà installés pour bénéficier d’un soutien instrumental pour le voyage et d’opportunités dans le pays d’accueil, notamment pour l’hébergement initial ou l’emploi. À partir de cette notion, Massey avait souligné le rôle important joué par ces réseaux dans la décision de migrer (Massey et al. 1993, p. 448-450). Cependant, ces études ne vont pas en général jusqu’à la mise en œuvre d’une méthode d’analyse formelle des réseaux sociaux.

  • 3 Voir également Maya et al., 1999 ; Maya, 2002 ; de Miguel, et al., 2007 ; Molina et al., 2008 ; Loz (...)
  • 4 Ces auteurs incluent aussi dans ce groupe de facteurs ces événements personnels inattendus, comme l (...)
  • 5 Si l’Espagne est devenue un pays d’immigration durant la période 1990-2008, cette tendance s’est en (...)

2Du côté des recherches relevant de l’analyse de réseaux sociaux, même si l’étude des facteurs influençant l’évolution des réseaux personnels n’est pas nouvelle (Degenne et Lebeaux, 2005 ; Bidart et Lavenu, 2005 ; Bidart, 2009), les travaux sur les personnes ayant vécu une mobilité géographique sont encore rares (Lubbers et al., 2010)3. Les travaux spécifiques sur la reconfiguration des entourages à la suite d’une mobilité géographique (Morell, 2005) insistent sur le fait qu’une grande partie des relations disparaissent, et que celles qui sont maintenues se « réinventent » dans leur forme et leur contenu (Ávila, 2008). La migration peut aussi être conçue comme un point d’inflexion dans les parcours de vie (Giele et Elder, 1998 ; Marshall et Mueller, 2003) en tant que l’environnement socio-économique est remplacé par un autre. Leik et Chalkley (1997) ont désigné comme des « facteurs de changement externes » ces transformations des entourages économiques et sociaux des personnes4 qui modifient leur réseau. D’autres travaux ont montré que les réseaux personnels des migrants, après plusieurs années d’installation dans le pays d’accueil, ressemblent de plus en plus à ceux des non-migrants (Soroka et al., 2007). Mais on sait encore mal ce qu’il en est lorsqu’il s’agit de mobilités entre pays européens, lorsque les situations socio-économiques des pays concernés sont structuralement proches et les commutations peu coûteuses. Dans l’Europe contemporaine, le concept de mobilité est donc fréquemment utilisé dans les débats et cercles politiques pour décrire les changements de résidence d’un État à un autre, ces choix étant conçus comme volontaires, alors que le concept de migration est plutôt utilisé pour désigner l’arrivée au sein de l’Union Européenne des citoyens originaires de pays tiers (Glorius et al., 2013). Néanmoins, la nature circulaire des mobilités géographiques s’applique à un nombre non négligeable d’Européens du Sud vers les pays du nord (Lafleur et Stanek, 2017). Bien que l’émigration soit un phénomène historique en Espagne5, on manque de connaissances sur l’émigration des citoyens espagnols à l’étranger dans la période récente (ainsi d’ailleurs que sur le retour dans leurs pays d’immigrés naturalisés en Espagne).

  • 6 Il s’agit de personnes ayant entre 20 et 45 ans. Les personnes interrogées ont des caractéristiques (...)
  • 7 D’un point de vue empirique, je situe cette phase entre six mois et sept ans d’ancienneté de réside (...)

3Dans cet article, je présente des résultats issus d’une enquête réalisée dans le cadre d’une thèse de doctorat sur les réseaux personnels de jeunes adultes6 espagnols installés à Toulouse dans la période 2004-2014. L’objectif principal est de comprendre l’évolution des réseaux personnels en prenant en compte trois périodes du processus de mobilité et d’installation : a) la phase antérieure à l’arrivée à Toulouse ; b) les premiers mois après l’arrivée ; et, c) la phase de « stabilisation »7. J’insisterai en particulier sur les trois aspects suivants : (1) l’analyse des changements dans la composition des réseaux personnels ; (2) la construction d’une typologie des réseaux personnels et la caractérisation de ces types en fonction des parcours professionnels et biographiques ; et (3) l’identification des facteurs antérieurs et postérieurs à la mobilité permettant d’expliquer les profils des nouveaux contacts intégrés dans le réseau personnel.

4L’objectif du présent texte est d’analyser des dynamiques de sociabilité et de soutien après un processus de mobilité. Je fais l’hypothèse que les personnes ayant vécu une mobilité modifient leurs relations principalement par l’intermédiaire des cercles dans lesquels elles s’impliquent après leur installation (travail, formation, famille, loisirs, amitiés, associations, voisinage…). La présence de ces personnes dans différents cercles relationnels qui peuvent concerner des personnes de pays différents explique en grande partie la structuration des réseaux personnels. L’étude des relations interpersonnelles qui se maintiennent dans le temps, et des nouvelles relations créées après l’installation dans un contexte différent de celui d’origine, permet de montrer l’existence d’une diversité de modes de vie et de configurations relationnelles, liés à la plus ou moins grande persistance des liens situés dans différents lieux au-delà des contextes locaux (dont les lieux d’origine). Cette perspective rejoint le point de vue d’auteurs qui considèrent la migration comme un processus aux temporalités variées (Flipo, 2017), qui mène à une situation partagée entre deux sociétés et deux espaces géographiques et se caractérise pour la construction d’une sociabilité intégrant des liens forts avec des compatriotes résidant en France (Verdi, 2014).

Processus d’installation et rôle des relations

5Dans mon travail doctoral, l’un des objectifs était de comprendre le rôle des relations interpersonnelles dans un processus au cours duquel une personne s’installe dans un pays différent de celui dans lequel elle résidait auparavant. Qui sont les personnes présentes autour de celle qui s’installe ? À quels moments interviennent-elles ? Par quels moyens ? Ces relations sont-elles durables ? Se transforment-elles en liens plus forts ou disparaissent-elles ? Où se trouvent-elles ? Qu’apportent-elles ? Y a-t-il toujours une personne disponible pour aider ?

6L’installation est une des problématiques traditionnelles des études sur les migrations qui s’efforcent en général d’analyser l’acquisition par le migrant d’une position dans différentes sphères sociales, économiques, associatives ou institutionnelles du contexte d’accueil (Doraï et Hily, 2005). Je m’intéresse ici davantage aux relations sociales des personnes en situation de mobilité, en considérant que l’établissement des personnes ayant vécu une mobilité peut être vu comme un processus d’implication de ces personnes dans différentes sphères de sociabilité (éducative, professionnelle, familiale, territoriale ou résidentielle) au sein de la société d’accueil. En effet, les réseaux de relations des personnes en mobilité peuvent se comprendre comme une « empreinte » sur le réseau personnel des sphères de sociabilité au sein desquelles se déroule le parcours biographique (Cruz et Verd, 2011). La notion d’établissement permet de présenter les processus d’installation sans préjuger du résultat final de la mobilité comme pourrait le suggérer par exemple la notion d’intégration. Ce terme permet d’aborder également les processus de disparition ou d’apparition de relations interpersonnelles.

7À ce stade, il est indispensable de faire référence, d’une part, aux perspectives « assimilationnistes » et à leurs critiques, et d’autre part, aux perspectives centrées sur la notion de transnationalisme, en portant une attention particulière aux processus d’établissement « temporaire » et aux évolutions des relations de ces personnes, de leurs réseaux personnels et parfois des collectifs au sein desquels elles s’impliquent.

8La vision des migrations comme processus de rupture entre la société d’origine et d’intégration dans la société d’accueil a été dominante tout au long du XXe siècle dans les sciences sociales. Cette vision « assimilationniste » était présente dans les théories sur l’« intégration sociale » des migrants et dans les modèles de gestion politique, dont l’objectif principal était que les personnes migrantes adoptent le plus rapidement possible les traits culturels et identitaires de la société d’accueil (Bolíbar et al., 2015 ; Verd et al., 2017). Cette conception reposait sur l’hypothèse selon laquelle, avec le temps, l’assimilation deviendrait complète. Si l’on interprète cette hypothèse du point de vue des réseaux personnels, l’interaction quotidienne avec les personnes de la société d’accueil devrait produire une profonde transformation de leurs réseaux personnels, qui comporteraient une part croissante de relations avec des membres des populations locales.

9La position assimilationniste a été fortement critiquée en sciences sociales depuis quelques décennies parce qu’elle ne correspond pas à la complexité et à la dynamique des processus de mobilité géographique, dans lesquels la rupture avec les pays d’origine est de moins en moins marquée. De nombreux auteurs ont défendu une perspective multiculturaliste qui met en avant le maintien des traits culturels des personnes migrantes et défendent une conception pluraliste des sociétés occidentales (Sayad, 1999 ; Blanco, 2000 ; Bertheleu, 2008). Traduite en termes de réseaux personnels, cette perspective suggère des réseaux dans lesquels les personnes autochtones seraient en minorité et les personnes de même origine seraient plus nombreuses, quelle que soit leur localisation géographique.

10D’autres travaux, tels que ceux d’Alejandro Portes, présentent des visions nuancées entre le multiculturalisme et l’assimilation, le processus se décomposant, selon cet auteur et ceux qui s’inspirent de ses travaux, en diverses phases selon un modèle « d’assimilation segmentée » (Portes et Zhou, 1993 ; Zhou, 1997 ; Rumbaut, 1999 ; Portes et Rumbaut, 2001).

  • 8 Même si j’utilise ponctuellement la notion de migration pour évoquer les processus de mobilité, cel (...)

11D’autres auteurs enfin mettent en avant la notion de « transnationalisme », considérant que l’activité des migrants s’organise à travers les frontières géographiques, culturelles et politiques (Basch et al., 1994 ; Guarnizo et Smith, 1998 ; Pedone, 2010 ; Waters, 2011). La conception linéaire des mobilités internationales dans laquelle l’objectif principal serait l’établissement définitif dans le pays d’accueil, perdrait de plus en plus de sens pour expliquer les migrations contemporaines. Les notions de retour, de circularité, de ré-émigration sont utilisées par ces auteurs pour appréhender les phénomènes migratoires contemporains dans lesquels beaucoup de personnes ne quittent jamais complètement le contexte d’origine. La perspective transnationale appliquée à l’étude des réseaux personnels permet de dépasser l’idée qu’au fil du temps, les contacts des personnes mobiles comporteront inéluctablement une majorité de personnes avec la nationalité du lieu d’accueil. Dans mon travail j’utilise la notion de transnationalisme pour désigner la diversité des relations interpersonnelles au regard des lieux de résidence et des origines des personnes concernées par ces relations. En ce sens, les réseaux personnels des personnes ayant connu un processus de mobilité géographique permettent d’illustrer cette diversité d’appartenances8.

12Cependant, l’évolution des réseaux ne peut pas être dissociée du projet des personnes mobiles et des ressources dont elles disposent. Comme plusieurs chercheurs l’ont montré (Basch et al., 1994 ; Guarnizo et Smith, 1998 ; Amit et Riss, 2007), les réseaux ne repartent pas de zéro après une mobilité. Bien entendu, nous avons tous un passé et une certaine capacité à maintenir les liens à distance. Pour comprendre l’évolution des réseaux personnels, il est donc nécessaire de prendre en compte la situation des personnes avant la mobilité. J’ai considéré dans cette recherche deux éléments principaux : le projet migratoire lié à l’itinéraire personnel et professionnel, et les ressources relationnelles que chaque personne est capable d’activer lors du processus.

13Si les réseaux personnels transnationaux sont une réalité, on peut se demander comment et à quel rythme ils deviennent transnationaux. Comment les personnes mobiles maintiennent-elles des relations multisituées avec le passage du temps ? Je présenterai des éléments de réponse issus de mon enquête après en avoir présenté la méthode.

Méthode et terrain

14Un élément du contexte de cette recherche est la crise économique et financière mondiale qui a commencé en 2008. De plus en plus d’études soutiennent l’idée que l’émigration depuis les territoires du Sud vers l’Europe du Nord a été réactivée au cours des dernières années, en tant que stratégie d’adaptation à un environnement socio-économique devenu défavorable pour les citoyens (Lafleur et Stanek, 2017). Bien que la crise ait commencé dans les économies avancées avant de se propager dans le monde entier, son impact et ses conséquences n’ont pas été uniformes dans l’Union Européenne. Alors que certains pays du nord de l’Europe ont relativement bien résisté à la crise et l’ont même rapidement surmontée, d’autres, en particulier au sud, ont souffert d’une situation d’instabilité financière de long terme, notamment au cours de la période 2008-2012. Ils ont enregistré des taux de chômage élevés et une détérioration des conditions de vie dans de larges secteurs de la population (Lafleur et Stanek, 2017), détérioration dont on perçoit encore les conséquences au moment où ces lignes sont écrites. Dans ce contexte socio-économique dégradé, les citoyens de l’UE ont développé une grande variété de stratégies de réponse à la crise, comme l’adaptation aux changements du marché du travail local (par des reconversions professionnelles par exemple), ou la migration vers d’autres États-membres dans lesquels le marché du travail était resté attractif dans cette période.

  • 9 L’enquête comprend également une analyse des chaînes relationnelles d’accès aux ressources mais cet (...)
  • 10 Voir en annexe le tableau présentant les caractéristiques de l’échantillon.

15L’enquête à l’origine des analyses présentées dans ce texte utilise une approche mixte, qualitative et quantitative. Elle s’appuie sur des entretiens semi-directifs complétés par des questionnaires permettant de collecter des informations sur les relations personnelles et de reconstituer des réseaux9. La population d’enquête10 comprend cinquante-sept personnes nées en Espagne et arrivées à Toulouse entre 2004 et 2014, avec une proportion égale d’hommes et de femmes, ces personnes étant âgées de vingt à quarante-cinq ans, ayant différents niveaux d’études, certaines ayant des enfants, d’autres non.

  • 11 Au total cinquante-quatre personnes de l’échantillon ont répondu au questionnaire du réseau personn (...)
  • 12 Dans les travaux utilisant une méthodologie de réseaux personnels, ego fait référence à la personne (...)

16Les entretiens comportaient deux parties. La première visait à reconstituer le parcours biographique, professionnel et la mobilité des personnes. La deuxième partie consistait à construire le réseau personnel de soutien et de sociabilité de la population étudiée11 selon une méthode inspirée d’autres études (Fischer, 1982 ; Grossetti, 2005 ; 2007). Le questionnaire comprend quatre séries de questions : la première correspond à des questions sur la personne interrogée, ego12; la deuxième présente une liste de huit générateurs de noms pour obtenir une liste d’alter pour chaque question ; la troisième série correspond à des questions sur les alter et leur relation avec ego ; la dernière série vise à reconstituer la matrice de relations de l’ensemble d’alter cités entre eux. Les huit générateurs de noms portent sur les personnes avec qui l’enquêté : (1) peut parler du travail ou des études, (2) a partagé des activités sociales (aller au restaurant, inviter ces personnes chez lui ou être invité chez elles) durant les trois derniers mois, (3) peut parler des activités de loisirs, (4) est son ou sa partenaire amoureux(se), (5) peut parler de problèmes personnels, (6) peut demander des conseils pour prendre une décision importante, (7) à qui il pourrait emprunter une somme importante d’argent, (8) une fois la liste des noms constituée sur la base des questions précédentes, l’enquêté est invité à la compléter avec des personnes qui n’y figureraient pas et qu’il considère comme étant importantes pour lui.

17Dans un premier temps, l’analyse se centre sur l’évolution de la composition des réseaux, afin de connaître leurs variations en fonction de l’ancienneté de résidence à Toulouse des personnes enquêtées. Comme Lubbers et al. (2010), je me suis intéressée à l’origine et au lieu de résidence des alter. J’ai pris en compte l’ancienneté de la relation entre ego et alter, ce qui permet de distinguer les personnes rencontrées avant ou après l’arrivée à Toulouse. Dans cette partie je combine des données issues des questionnaires sur les réseaux personnels avec des données qualitatives issues des entretiens biographiques.

18La deuxième étape d’analyse porte sur les moments d’incorporation des relations dans le réseau personnel, pour comparer l’évolution des réseaux en fonction de différentes caractéristiques sociales (sexe, situation de couple, avoir ou non des enfants, niveau d’études et situation professionnelle).

  • 13 Il s’agit de la densité (c’est la proportion de liens observés par rapport à l’ensemble des relatio (...)
  • 14 Voir Bidart et al. (2018) pour connaître en détail la construction des typologies de réseaux person (...)

19Une dernière dimension de l’analyse consiste à expliquer l’insertion des relations dans le réseau en fonction des caractéristiques biographiques en prenant en compte l’effet des événements biographiques sur la transformation des réseaux. Cette étape est accompagnée d’une analyse statistique qui m’a permis de comprendre comment les indicateurs de structure13 des réseaux personnels considérés sont liés entre eux et sont associés à des logiques différentes d’établissement dans le lieu d’accueil14. Les résultats obtenus m’ont permis de construire une typologie des réseaux, afin d’identifier les effets du parcours biographique et du projet migratoire initial sur les types de réseaux personnels. La construction de la typologie intègre aussi des informations qualitatives issues des entretiens biographiques. En particulier, j’ai expérimenté une méthode de décomposition du réseau en fonction de l’ancienneté des relations pour mieux comprendre les évolutions de sa structure.

Résultats

Évolution des réseaux après la mobilité : composition, résidence et ancienneté

  • 15 Bien que la proportion de relations familiales pour l’ensemble de l’échantillon soit inférieure à c (...)
  • 16 Cette proportion est de 19 % dans l’échantillon de Marsden, 23 % dans l’échantillon de Fischer et 2 (...)

20En premier lieu, j’ai observé la composition des réseaux. Un premier constat est l’existence d’une majorité de relations amicales et familiales. D’un point de vue global, 60 % des 831 alter de l’échantillon (15 alter en moyenne par réseau) sont des amis15, et 33 % des personnes sont des membres de la famille. Cette distribution présente une proportion plus élevée d’amis par rapport à d’autres études (Fischer, 1982 ; Marsden, 1987 ; Grossetti, 2007)16. Ces différences s’expliquent par la mobilité résidentielle qu’ont vécu les enquêtés, qui cherchent du soutien parmi leurs liens « forts ». On pourrait faire l’hypothèse que la part de la famille diminue après la mobilité, mais il est difficile de la tester car dans cette recherche les réseaux ont été documentés après l’installation à Toulouse. La seule façon d’évaluer la diminution des relations familiales avec ces données est de mesurer la présence des membres de la famille d’une manière globale pour l’ensemble des réseaux en fonction de l’ancienneté de résidence dans la ville, bien que ce soit une mesure imparfaite en raison de l’influence d’autres facteurs tels que les caractéristiques sociodémographiques ou l’étape du parcours de chaque personne. Selon ce calcul, les réseaux des personnes résidant à Toulouse depuis un à trois ans comportent 33 % des relations familiales, cette proportion étant de 43 % pour les personnes habitant depuis quatre ans dans la ville, 36 % pour celles qui résident à Toulouse depuis cinq ans, et entre 20 % et 25 % pour ceux qui résident dans cette ville depuis six ou sept ans.

21L’observation de la moindre présence des relations familiales dans les réseaux de ceux qui sont installés depuis le plus longtemps suggère que le rôle des liens familiaux dans différentes situations de la vie quotidienne est joué ici par des liens d’amitié. Les relations professionnelles ou liées à la formation supérieure sont peu présentes (7 %).

22Avant d’avancer dans l’analyse de la composition globale des réseaux selon le lieu d’origine, le lieu de résidence et la nationalité des alter présents dans les réseaux personnels, je dois préciser la terminologie utilisée. Par la suite, les relations locales sont les personnes résidant à Toulouse en les différenciant selon la nationalité : local français (1), local espagnol (2) ou local cosmopolite (autre nationalité) (3). Ensuite je considère les alter transnationaux résidant au lieu d’origine (4), que je n’ai pas différenciés selon la nationalité. Finalement, je considère les alter transnationaux cosmopolites résidant dans d’autres pays (5), sans faire de différence entre les nationalités. Si l’on prend l’ensemble des alter, la moitié sont des relations locales (50 %), tandis que 43 % sont des personnes résidant dans le lieu d’origine.

23En dépit du fait que cette étude ne soit pas longitudinale, la composition des réseaux en fonction de l’ancienneté de résidence à Toulouse des egos (entre six mois et sept ans) permet de constater des changements au fil du temps. Le constat principal est une tendance à l’accroissement de la proportion des liens locaux d’origine espagnole avec l’ancienneté de la présence dans la ville d’accueil : pour les personnes résidant à Toulouse depuis peu, entre quelques mois et trois ans, 18 % des liens locaux partagent la même origine qu’ego, et pour celles qui résident à Toulouse depuis trois à sept ans la proportion est de 28 %. Les relations locales avec des personnes nées en Espagne sont celles qui s’accroissent le plus avec le temps. Même si la variation de la composition des réseaux personnels selon l’ancienneté de résidence dans la ville est élevée (voir Tableau 1), cet accroissement permet de penser qu’il existe d’autres facteurs individuels pouvant expliquer l’évolution de la composition des réseaux personnels. Parmi ces facteurs, je prendrai en compte dans la suite de cette analyse les caractéristiques sociodémographiques et biographiques de la population étudiée. Je reviendrai dans une autre section sur l’influence de certains événements de la vie sur l’évolution des réseaux personnels.

24En définitive, le fait qu’un enquêté habite à Toulouse depuis plus longtemps favorise la construction de réseaux plus grands (voir Tableau 4 en annexe), avec une présence croissante d’amitiés locales (majoritairement constituées de personnes de même origine). D’autre part, la présence de liens avec des personnes résidant dans le lieu d’origine est stable (au sens où le réseau en comprend toujours, même si, comme nous le verrons plus loin la proportion de relations au lieu d’origine se réduit de 10 % après quatre ans de résidence à Toulouse) car il s’agit de liens forts, amicaux et familiaux. Au contraire, les personnes habitant à Toulouse depuis peu de temps ont plutôt des réseaux orientés vers le lieu d’origine et une présence modérée de relations locales.

25L’évolution des réseaux peut s’analyser en considérant l’ancienneté des relations ainsi que le moment et le contexte d’activation de ces relations (avant ou après le déplacement). Cela permet d’observer le maintien de liens « utiles » lors des phases initiales d’établissement.

  • 17 Le délai après l’arrivée correspond à une activation intense lors de la première année de résidence (...)

26L’ancienneté des relations est corrélée avec la force des liens (famille et amis d’enfance) et l’on sait que seuls les liens forts résistent à l’éloignement. Le moment de création des liens17 relativement à l’arrivée à Toulouse est également important. Le tableau 1 présente les proportions des différents types d’alter selon l’ancienneté de la présence à Toulouse.

Tableau 1. Composition des réseaux selon le lieu de résidence des alter, temps de résidence à Toulouse d’ego et type de relation ego-alter (N = 823).

Lieu de résidence et nationalité

Temps de résidence à Toulouse

Total

**

Moins de quatre ans

Plus de quatre ans et jusqu’à sept ans

Type de relation

Famille

Travail ou études supérieurs

Amitiés

Total

*

Famille

Travail ou études supérieurs

Amitiés

Total

*

Local espagnole

19 %

1 %

80 %

18 %

13 %

3 %

84 %

28 %

21 %

Local française

15 %

27 %

58 %

21 %

17 %

4 %

69 %

18 %

20 %

Local cosmopolite

2 %

7 %

91 %

8 %

8 %

8 %

84 %

10 %

9 %

Transnationale au lieu d’origine

53 %

2 %

45 %

46 %

62 %

3 %

35 %

36 %

43 %

Transnationale cosmopolite

25 %

15 %

60 %

7 %

26 %

0 %

74 %

8 %

7 %

Total

33 %

8 %

59 %

100 %

32 %

3 %

63 %

100 %

100 %

Lecture : pour les enquêtés installés depuis moins de quatre ans, 19 % des alter locaux espagnols sont des membres de la famille.
*Proportion totale des relations locales et transnationales selon le temps de résidence à Toulouse.
**Proportion totale des relations locales et transnationales sur l’ensemble des alter.

27Les personnes résidant à Toulouse depuis moins de quatre ans présentent une proportion plus élevée de liens avec des personnes résidant dans le lieu d’origine (46 %) que celles qui sont installées depuis plus de quatre ans (36 %). Il s’agit pour l’essentiel de relations qui préexistaient à la mobilité et correspondaient à des contextes de sociabilité de l’enfance et la jeunesse (école, collège, lycée, voisinage, activités de loisirs…). Au fil du temps, ce sont des relations qui peuvent se transformer en relations latentes et arriver à ne plus être citées.

28Les relations locales sont essentiellement des amitiés et représentent 60 % de l’échantillon. Les enquêtés installés depuis quatre à sept ans ont plus d’amis locaux espagnols (28 %) que ceux qui sont arrivés depuis moins de quatre ans (18 %). Entre les deux populations, la proportion des amis locaux de nationalité française reste stable (21 % et 18 %) de même que ceux d’une autre nationalité (passant de 8 % à 10 %).

29La proportion de relations professionnelles, bien que réduite dans l’ensemble de l’échantillon, se concentre dans les réseaux des personnes qui vivent à Toulouse depuis moins de quatre ans, et ce sont essentiellement des collègues de travail d’origine française. Pour ceux qui sont installés depuis plus longtemps, ces relations sont moins présentes.

30Les relations locales sont essentiellement des personnes connues surtout après leur arrivée à Toulouse, dont une majorité est de nationalité française (39 %) ou espagnole (42 %), les liens locaux cosmopolites étant en proportion plus faible (19 %). En effet, le fait que, en moyenne, 50 % des relations soient transnationales (i. e. entre personnes résidant dans des pays différents) montre que, même si le processus de mobilité favorise l’apparition de nouveaux liens, les liens d’origine se maintiennent (86 % des liens transnationaux sont des personnes résidant au lieu d’origine). Comme on peut s’y attendre, les personnes qui résident dans le lieu d’origine étaient connues avant l’arrivée à Toulouse (98 %), alors qu’un peu moins de la moitié des personnes résidant ailleurs (42 %) ont été rencontrées à Toulouse.

31Le temps ne fait pas disparaître automatiquement les liens. Ainsi, une partie importante des relations constituées avant la mobilité géographique est conservée, même s’il existe une tendance générale à la diminution de ces liens avec l’accroissement des relations plus récentes et locales, notamment pour les personnes résidant à Toulouse depuis plus longtemps.

32En résumé, on observe pour l’ensemble des données de l’échantillon un processus lent d’évolution des réseaux : moins de liens avec le lieu d’origine, davantage de liens locaux et de plus en plus de relations activées après le déplacement. Par rapport à ce constat, il est important de relever que la présence de liens avec le lieu d’origine est maintenue, même parmi ceux qui sont à Toulouse depuis longtemps.

33La composition des réseaux n’est pas homogène, elle varie en fonction des caractéristiques liées à la temporalité (ancienneté de résidence à Toulouse des personnes interrogées et ancienneté de la relation avec chaque alter), mais également selon les caractéristiques des personnes en situation de mobilité. Pour mieux comprendre l’évolution des réseaux, j’ai construit une typologie des enquêtés à partir de leurs caractéristiques individuelles, leurs parcours biographiques et la logique dans laquelle s’inscrit la mobilité.

Typologie de réseaux personnels à partir d’événements biographiques

  • 18 Voir en annexe le tableau 1 avec les caractéristiques sociodémographiques de chaque type de réseau (...)

34À ce stade, il est intéressant de mettre en relation les caractéristiques du réseau avec les éléments biographiques. J’ai considéré les parcours professionnels, le domaine et le niveau d’études, les événements biographiques comme la formation de couples et le fait d’avoir des enfants, et enfin les caractéristiques sociodémographiques telles que l’âge ou le genre18.

35À partir de cet ensemble de caractéristiques, ressortent trois profils de réseaux évoluant différemment avec le temps, en particulier selon le moment de la création des relations présentes dans le réseau, même si, comme nous le verrons, on observe le maintien d’un noyau de relations anciennes et d’une structure de base.

36J’ai nommé le premier type « professionnel mobile ». Un deuxième type concerne des situations de rupture et de précarisation dans le pays d’origine, ce sont les « mobiles précaires » ; un troisième type de réseau se construit autour d’un projet personnel ou familial (les « mobiles par projet »).

Professionnels mobiles

37Il s’agit des réseaux de personnes jeunes, ayant en général moins de trente ans, avec des anciennetés de résidence à Toulouse variées (entre un an et jusqu’à six ans et demi). Il s’agit en majorité de personnes hautement qualifiées.

38Ce sont des réseaux plus centralisés qui représentent 39 % de la population étudiée, et qui intègrent progressivement des amitiés constituées dans divers contextes. Les relations plus anciennes, parmi lesquelles se trouvent la famille, certains amis et parfois un/e partenaire, ont un contenu émotionnel important. Les relations familiales et amicales anciennes concernent des personnes qui résident dans le lieu d’origine. Ce qui semble majoritaire dans cette configuration relationnelle est qu’aucune relation n’est excentrée, et l’insertion des liens nouveaux dans le réseau semble se faire progressivement, il y a donc aussi des relations récentes. La construction du réseau s’effectue selon un rythme relativement régulier et la configuration de la structure des relations semble accorder une place particulière aux cercles d’amis ou d’autres types de relations « choisies ».

  • 19 L’ensemble de prénoms affichés dans cet article correspondent à des pseudonymes.
  • 20 Au fil du temps, le réseau personnel de Josu aura encore évolué avec une plus grande diversité d’or (...)

39Ce type de réseau et son évolution peuvent être illustrés par le cas de Josu19, âgé de 26 ans, habitant avec sa petite amie à Toulouse depuis un an et trois mois, et travaillant comme architecte. Josu a décidé d’aller travailler hors d’Espagne parce qu’il ne parvenait pas à trouver un emploi stable dans sa profession. Il a rapidement trouvé un emploi à Toulouse où il a déménagé avec sa compagne. Voyons les caractéristiques de son réseau20 : la figure 1 montre un réseau personnel constitué de trois composantes articulées autour de la partenaire de Josu, une relation de longue date et liée aux membres de la famille d’ego résidant dans le lieu d’origine des deux membres du couple. Il faut remarquer qu’un réseau de ce type se construit en ajoutant des relations au fil du temps et dans des contextes de sociabilité. Parmi toutes les relations locales, en vert, la composante en bas à droite regroupe des amis que Josu a connus grâce à sa partenaire, et à gauche les amis rencontrés dans un contexte professionnel. On note enfin un dernier noyau de relations (en rouge) correspondant aux parents, aux frères et à la compagne de Josu.

Figure 1. Josu 

Figure 1. Josu 

Ensemble de relations actuelles actives depuis un mois

Relations de plus de six mois

Relations de plus de dix ans

Légende. Couleurs, localisation des relations : vert, relations locales ; rouge, relations au lieu d’origine ; bleu, relations cosmopolites, résidant dans un autre endroit en France ou dans le monde. Formes, nationalité : diamant, espagnole ; cercle, française ; triangle, autre nationalité.

40Ce qui ressort de ce premier exemple est le maintien d’un groupe de liens anciens auquel on voit s’ajouter par blocs des composantes liées aux contextes de sociabilité actuels. On n’observe pas de recomposition profonde de la structure globale du réseau, l’effet de passage du temps se caractérisant par un réseau compartimenté dont les composantes sont reliées grâce à la présence d’une personne importante pour ego, souvent son ou sa partenaire.

41Cette dynamique suggère une floraison relationnelle permanente qui permet d’accumuler de l’expérience pour de nouvelles rencontres ou situations de mobilité future. Les stratégies d’organisation des professionnels mobiles reposent sur un certain niveau de planification avant la migration et pendant la période d’installation initiale.

Mobiles précaires

42Un deuxième type de réseau répond à une configuration liée aux situations de rupture biographique vécues et provoquant des périodes de précarisation et de vulnérabilité matérielle dans le lieu d’origine. Dans quelques cas, les situations de rupture peuvent aussi se produire après la mobilité, ce qui a des impacts sur les réseaux personnels. Les situations de rupture sont hétérogènes, mais elles ont en commun le détachement vis-à-vis de personnes, modes de vie ou systèmes de protection auparavant centraux dans la vie de la personne. Concrètement, dans les cas présentés ici, il s’agit d’une recherche de meilleures conditions de travail, le fait qu’une mère élève des enfants toute seule et sans soutien après une séparation, ou encore une troisième personne qui a perdu son emploi, après avoir subi un accident et ne peut plus rembourser un prêt immobilier, ce qui l’amène à perdre ensuite son logement.

43Cette succession de situations plus ou moins critiques provoque une reconstitution du réseau personnel dans l’urgence, et ce réseau présente une configuration particulière. Globalement, il s’agit de réseaux moyens ou petits, qui ont une composante principale de liens forts transnationaux. Quelques personnes s’ajoutent à l’ensemble du réseau, dans les périodes d’installation, mais il s’agit toujours de relations « périphériques ». Ces relations peuvent être complètement indépendantes de la composante principale du réseau ou être en lien avec d’autres personnes du réseau mais sans occuper une place centrale dans celui-ci.

44La figure 2 montre l’« épluchage » du réseau de David, l’un des enquêtés de cette catégorie qui a décidé de s’installer à Toulouse après avoir vécu un enchaînement de difficultés biographiques. Ces évènements ont commencé après un accident de circulation qui a entraîné une longue période de congé de maladie ; ce qui l’a conduit à perdre son emploi et par conséquent également la maison qu’il avait achetée en prenant un crédit immobilier. Peu de temps après, une personne de sa famille venue travailler à Toulouse quelques mois auparavant lui a proposé du travail dans le restaurant où elle-même travaillait. On voit que le réseau conserve une structure similaire lorsque l’on enlève des couches de relations en fonction de leur ancienneté.

  • 21 Pour l’ensemble des réseaux personnels présentés, les catégories temporelles considérées sont ; ent (...)

Figure 2 David21

Figure 2 David21

Ensemble de relations actuelles actives depuis un mois

Relations de plus de six mois

Relations de plus de deux ans

Relations de plus de dix ans

Légende. Couleurs, localisation des relations : vert, relations locales ; rouge, relations au lieu d’origine. Formes, nationalité : diamant, espagnole ; cercle, française ; triangle, autre nationalité.

45Les personnes ayant vécu des situations de rupture et des périodes de précarisation dans le lieu d’origine représentent 35 % de l’échantillon et sont en général plus âgées (34 ans en moyenne) que les professionnels mobiles (25 ans en moyenne). Il s’agit souvent de personnes qui sont à Toulouse depuis moins de deux ans (74 %) et qui sont dans des situations personnelles variées.

46En règle générale, ces personnes gardent un noyau important de liens avec des personnes résidant dans leur lieu d’origine, et il s’agit souvent de relations fortes, de famille et/ou d’amis, maintenues au fil du temps. Les nouvelles relations, souvent des liens d’amitié, même si elles croissent en intensité relationnelle avec le temps, occupent une position plutôt périphérique, comme on peut le voir dans les réseaux de Marina et Myriam (figures 3 et 4). Dans ces deux cas, l’élimination des relations récemment incorporées fait apparaître la cohésion forte qui existe entre les autres relations.

Figure 3 Marina

Figure 3 Marina

Ensemble de relations actuelles actives depuis un mois

Relations de plus d’un an

Relations de plus de cinq ans

Relations de plus de dix ans

Légende. Couleurs, localisation des relations : vert, relations locales ; rouge, relations au lieu d’origine. Formes, nationalité : diamant, espagnole ; cercle, française ;

47Le parcours de Marina a été marqué par le désir de rechercher de meilleures conditions de travail, et c’est justement David (le cas examiné plus haut), qui, une fois à Toulouse lui a fourni des informations sur un travail dans la restauration aussi. D’autre part, le parcours de Myriam s’explique par des situations de difficulté après son arrivée à Toulouse où elle était venue initialement pour apprendre le français. Quelque temps après son arrivée, après avoir eu un enfant à Toulouse, elle a connu une séparation conflictuelle qui la maintient dans une recherche constante d’équilibre, selon elle, entre élever son fils seule, être active professionnellement et envisager de retourner dans son lieu d’origine (situation qui, au moment de réalisation de l’entretien, n’était pas une possibilité réelle en raison de l’opposition du père de l’enfant).

Figure 4 Myriam

Figure 4 Myriam

Ensemble de relations actuelles actives depuis un mois au moins

Relations de plus de six mois

Relations de plus de deux ans

Relations de plus de dix ans

Légende. Couleurs, localisation des relations : vert, relations locales ; rouge, relations au lieu d’origine ; bleu, relations cosmopolites, résidant dans un autre endroit en France ou dans le monde. Formes, nationalité : diamant, espagnole ; cercle, française ; cercle dans carré noir, double nationalité espagnole-française.

48Bien que pour ce groupe l’effet des événements biographiques (difficultés financières, accidents ou séparations) soit plus grand que pour les professionnels mobiles, il n’y a pas de transformation structurelle du réseau avec le passage du temps. Soit le réseau devient plus complexe avec le passage du temps (David et Marina), soit il reste stable sauf pour certains éléments isolés (Myriam). Tout se passe comme s’il existait un « noyau dur » de relations qui reste stable.

49Contrairement à ce qui prévaut pour les professionnels mobiles, la logique du processus d’installation et de création ou mobilisation des relations est caractérisée par l’improvisation pour faire face aux contingences.

Mobiles par projet

50Un dernier type de réseau permet d’évoquer des situations de projection vers l’avenir, souvent la construction d’un projet de famille ou la recherche d’un ancrage local à Toulouse. Il s’agit des personnes qui ont un projet bien défini concernant la vie personnelle ou familiale et n’ont pas pour but principal l’avenir professionnel au moment où l’entretien est réalisé. Dans les réseaux présentés dans cette dernière section, qui représentent 26 % de l’ensemble, la construction du projet professionnel prend encore de l’importance mais se réalise parallèlement à d’autres intérêts.

51Pour une partie importante des personnes regroupées dans ce troisième type de réseau, le projet de couple, de famille ou d’ancrage amical implique de s’établir à Toulouse. Il s’agit de personnes qui sont plus âgées (33 ans en moyenne) que celles identifiées dans le groupe des professionnels mobiles, et ce sont des personnes résidant à Toulouse depuis moins de deux années (71 %). Souvent, la situation professionnelle est aussi favorable, mais l’installation à Toulouse était motivée par des questions personnelles comme la volonté de rejoindre le conjoint ou la détermination de changer de contexte de vie pour offrir de meilleures opportunités à leurs enfants. Ce groupe présente une autre différence avec les types précaires et professionnels mobiles, il s’agit de la distribution par genre. Pour ces réseaux, on observe une proportion un peu plus élevée de femmes (57 %) que d’hommes (43 %), tandis que pour les autres groupes cette proportion est inverse.

52Ces réseaux aussi intègrent les relations nouvelles sans modifier fondamentalement leur structure. Ainsi, les ajouts de relations récentes dans le réseau s’articulent facilement aux relations de longue date, qui sont souvent des membres de la famille ou des amis proches de la personne interrogée car plus les relations sont anciennes, plus elles agglomèrent des relations nouvelles ici et là, selon une sorte d’effet de chaînage. Il est très révélateur que cette fusion relationnelle se produise indépendamment du lieu de résidence des personnes, puisqu’il s’agit dans une large mesure de réseaux transnationaux. Les figures 5 et 6 présentent deux exemples de cette situation.

53Les parcours de Monica et Laura ont en commun l’articulation des relations familiales, bien que, leurs situations diffèrent par le lieu de résidence d’une partie de la famille. Alors que Monica explique une histoire de déplacement « en bloc » du lieu d’origine avec son mari, ses trois enfants et l’ami de sa fille aînée, la logique dans laquelle se situe Laura est différente, centrée sur la venue à Toulouse en raison de la présence de la famille de son mari dans la ville. Laura avait déjà vécu depuis plusieurs années dans d’autres villes en France, d’abord seule, et par la suite avec son mari.

Figure 5 Monica

Figure 5 Monica

Ensemble de relations actuelles actives depuis un mois

Relations de plus de six mois

Relations de plus d’un an

Relations de plus de dix ans

Légende. Couleurs, localisation des relations : vert, relations locales ; rouge, relations au lieu d’origine. Formes, nationalité : diamant, espagnole ; cercle, française ; triangle vers le bas, double nationalité espagnole-argentine ou colombienne.

54Concrètement, comme nous l’observons aussi dans la figure 6, la partie plus centrale du réseau (celle qui regroupe les relations de plus de dix ans de création) articule les relations multilocales (lieu d’origine/Toulouse). Successivement, avec le passage du temps, on présente les amis à ces liens anciens ce qui permet d’ajouter de nouvelles relations au réseau, essentiellement locales, mais toujours en lien avec les personnes importantes du réseau, indépendamment de leur lieu de résidence.

Figure 6 Laura

Figure 6 Laura

Ensemble de relations actuelles actives depuis un mois au moins

Relations de plus d’un an

Relations de plus de deux ans

Relations de plus de dix ans

Légende. Couleurs, localisation des relations : vert, relations locales ; rouge, relations au lieu d’origine. Formes, nationalité : diamant, espagnole ; cercle, française ; cercle dans carré noir, double nationalité espagnole-française.

55On est dans cette dernière catégorie de réseaux, devant des structures créant davantage de cohésion et une densité plus élevée. Ce qui était au départ un noyau peu dense (peut-être associé à des parties plus denses à présent disparues) s’est articulé à un ensemble dense de liens locaux.

56En ce qui concerne le processus d’installation et la construction du tissu relationnel, les personnes ayant ce type de réseau ont des stratégies moins planifiées que celles des professionnels mobiles mais plus que celles des précaires.

57Les personnes qui ont apporté une aide concrète lors du processus d’installation et d’accès à l’emploi ne sont pas majoritaires. Il s’agit au maximum de deux ou trois relations. Il s’agit le plus souvent de relations fortes et stables, transnationales ou non. Souvent, il s’agit du partenaire (dans le cas de Josu, Monica et Laura), de collègues de travail à Toulouse (pour le cas de David et Marina) ou de relations de famille partageant certaines options politiques (David, Monica et Laura). Certaines amitiés se maintiennent dans le réseau au fil du temps. Pour le cas de Marina, un ami connu avant le déplacement à Toulouse l’a également aidée lors de l’installation et de la recherche d’emploi. Il s’agit d’une connaissance que Marina avait dans son village d’origine, lorsqu’elle travaillait dans un bar en tant que serveuse, un bar où David était passé avec des amis. Ce jour-là il habitait déjà à Toulouse et Marina lui a demandé de la tenir informée s’il entendait parler d’un éventuel emploi à Toulouse. Quelques mois plus tard, il l’a contactée pour lui proposer de travailler en tant que serveuse dans le restaurant d’un couple d’amis qu’il avait connu à Toulouse. Marina est venue travailler à Toulouse et David continue à y résider également.

58L’articulation des résultats sur la composition des réseaux personnels, les liens jugés utiles pour l’installation et la typologie de réseaux construite permet de mieux comprendre les influences que les profils de mobilité et les événements biographiques ont sur l’évolution des réseaux personnels.

Conclusion

59Les études de migration ont mis l’accent sur la dimension relationnelle du processus de mobilité, mais l’ont rarement analysée systématiquement en utilisant l’analyse de réseaux sociaux. Cet article montre comment l’analyse de réseaux personnels peut proposer un cadre méthodologique utile pour analyser ces processus.

60Premièrement, l’étude de la composition des réseaux personnels montre la répartition différente des contacts selon l’axe locaux/non-locaux et leur nationalité pour les liens locaux. De plus, cette analyse de la composition des réseaux montre que les liens forts, amicaux ou familiaux (basée sur la fréquence de relation et l’intensité relationnelle subjective exprimée par les personnes) sont majoritaires dans l’ensemble des réseaux. Globalement, l’évolution temporelle des réseaux met en évidence un accroissement des relations locales (en particulier d’origine espagnole) et une faible tendance à la diminution des liens avec des personnes résidant dans le lieu d’origine. Deuxièmement, l’évolution du réseau au cours du processus d’installation peut être étudiée en analysant le moment où sont apparus les nouveaux liens incorporés au réseau. Troisièmement, la construction d’une typologie de réseaux permet d’identifier la diversité des processus d’installation et de mobilité. En ce sens, l’évolution des réseaux et de leur structure prend une forme différente en fonction des trois profils identifiés : des jeunes actifs mobiles (1), des personnes ayant vécu des situations de vulnérabilité ou de précarisation (2) ou des personnes qui ont un projet d’avenir bien défini concernant la vie personnelle ou familiale (3) et n’ayant pas pour but principal l’avenir professionnel. Plus précisément, la contribution de l’analyse des réseaux combinée à la notion de transnationalisme est de montrer empiriquement la multilocalisation des relations. Dans ce travail, l’analyse mixte combinée à la perspective biographique permet de saisir la complexité du phénomène étudié en allant au-delà de la dimension transnationale des stratégies de mobilité pour expliquer les interactions interindividuelles entre le lieu de destination et le lieu d’origine. Je me suis ainsi efforcée de saisir les influences mutuelles entre les dimensions individuelles, relationnelles et les effets du contexte socio-économique en prenant en compte le lieu d’accueil et le lieu d’origine.

61Les résultats m’amènent à conclure que la perspective transnationale, sous l’angle des méthodes relationnelles, apporte des éléments de réponse au-delà du modèle assimilationniste ancré dans une vision linéaire des phénomènes migratoires. Car cette notion permet de rendre compte de la multiplicité des nuances concernant les caractéristiques relationnelles des migrants. Même ainsi, le positionnement transnational doit être pris avec prudence dans ce travail, puisque la proposition essentielle est illustrée essentiellement par rapport à la multilocalisation des liens dans différents endroits. Au-delà de cette appréciation empirique, l’évolution des processus de mobilité et l’évolution des réseaux personnels s’expliquent par des caractéristiques individuelles et relationnelles.

62La diversité des parcours de mobilité se situe sur un axe dont les pôles opposés sont la planification et l’urgence, les trois types de parcours identifiés se situant différemment entre ces pôles. D’une part, la planification correspond à des parcours fortement centrés sur la recherche de meilleures opportunités professionnelles que celles du lieu d’origine. D’autre part, on retrouve des parcours moins linéaires, constituant une réponse à des priorités personnelles, qui expliquerait la migration comme étant un processus improvisé en réponse à des besoins urgents apparus avant le déplacement.

63Les tendances d’évolution des réseaux personnels au fil du temps sont caractérisées par deux aspects principaux : le déclin des relations transnationales au lieu d’origine et l’accroissement des relations locales. Les réseaux deviennent plus locaux au fil du temps dans une continuité de structure avec un noyau de liens anciens, sauf pour l’ajout d’une composante dense dans un cas (celui de Laura).

64Ces résultats montrent qu’il existe des éléments de continuité dans les réseaux personnels, entre la situation antérieure et postérieure à la mobilité, qui jouent un rôle important dans l’évolution du processus d’installation. On observe un maintien des structures pour les trois types de réseaux, le premier et le deuxième type gardent un noyau de relations anciennes, essentiellement transnationales et localisées dans le lieu d’origine, auxquelles s’ajoutent progressivement des relations plus récentes, essentiellement d’amitié et locales. La différence entre le premier et le deuxième type de réseaux concernant cette dynamique d’incorporation des nouveaux liens est que, pour le premier type, les réseaux s’organisent autour d’une personne centrale et l’apparition des relations se fait en bloc, alors que, pour le second, les nouvelles relations sont des incorporations périphériques à la structure des anciens éléments du réseau. Enfin, le troisième type de réseaux se caractérise par l’incorporation de relations d’amitié locales articulées autour d’une composante de relations plus anciennes, essentiellement transnationales, générant ainsi un réseau qui présente plus de cohésion que dans les deux autres types.

65L’objectif de cet article était de centrer l’attention sur l’importance des motivations professionnelles et biographiques et l’influence des relations pour expliquer les phénomènes de mobilité en analysant empiriquement les réseaux personnels, et notamment leur évolution dans le temps. Du point de vue de la composition et de l’évolution des réseaux personnels, les résultats montrent qu’il existe une forte continuité entre les situations situées avant et après l’arrivée dans la société d’accueil. Concrètement, la volonté de revenir ou de ré-émigrer vers d’autres pays favorise également le développement de contacts transnationaux, ici, là-bas et encore ailleurs, qui influent sur l’information relative aux opportunités de mobilité future. Des recherches complémentaires pourraient examiner les changements qui se produisent dans les réseaux personnels à partir de la mobilité de leurs contacts, ou encore des enquêtés eux-mêmes, pour mieux appréhender le lien entre la mobilité et les réseaux personnels.

Haut de page

Bibliographie

Amit K., Riss I., 2007. “The role of social networks in the immigration decision making process: The case of North American immigration to Israel”, Immigrants & Minorities, 25 (3), p. 290‐313.

Ávila J., 2008. « Redes personales de africanos y latinoamericanos en Cataluña, España. Análisis reticular de integración y cambio », Redes. Revista hispana para el análisis de redes sociales, 15 (5), http://revista‐redes.rediris.es

Basch L., Glick Schiller N., Szanton Blanc C., 1994. Nations Unbound. Transnational projects, postcolonial predicaments and deterritorialized nationstates. Pennsylvania: Gordon and Breach Science Publishers.

Bertheleu H., 2008. ʺMulticulturalisme, citoyenneté et conflit : une approche sociologiqueʺ, HAL-SHS.

Bessin M., Bidart C., Grossetti M., 2009. Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, La Découverte.

Bidart C., Lavenu D., 2005.  “Evolution of personal networks and life events”, Social Networks, 27 (4), p. 359‐376.

Bidart C., 2009.  « En busca del contenido de las redes sociales: los “motivos” de las relaciones » , Redes. Revista hispana para el análisis de redes sociales, (6) 7.

Bidart C., Degenne A., Grossetti M., 2018.  “Personal networks typologies: A structural approach” , Social Networks, 54, p. 1-11.

Blanco C., 2000. Las migraciones contemporáneas, Madrid, Alianza Editorial.

Bolíbar M., Martí J., Verd J. M., 2015.  “Just a question of time? The composition and evolution of immigrants’ personal networks in Catalonia”, International Sociology30(6), p. 579-598.

Cruz I., 2013. La homofilia como forma de estructuración de las relaciones sociales en Cataluña, Thèse de Doctorat en Sociologie, Universitat Autònoma de Barcelona, Espagne.

Cruz I., Verd J. M., 2011.  « Densidad, clase social y apoyo expresivo » , Redes. Revista hispana para el análisis de redes sociales, (20)4, http://revista‐redes.rediris.es

Degenne A., Lebeaux M. O., 2005.  “The dynamics of personal networks at the time of entry into adult life”, Social Networks, 27 (4), p. 337‐358.

De Miguel V., Solana M., Pascual À., 2007. Redes sociales de apoyo: la inserción de la población extranjera, Bilbao, Fundación BBVA.

Doraï M. K., Hily M. A., 2005.  « Du champ migratoire aux circulations: une lecture des migrations internationales », Géographes associés, 29, p. 19-26.

Erdal M. B., Ezzati R., 2015. “‘Where are you from’ or ‘when did you come’? Temporal dimensions in migrants’ reflections about settlement and return”. Ethnic and Racial Studies, 38 (7), pp. 1202-1217. 

Fischer C. S., 1982. To dwell among friends: Personal networks in town and city, Chicago, Illinois, University of Chicago Press.

Flipo A., 2017. Génération low-cost. Itinéraires de jeunes migrants intra-européens, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Giele J. Z., Elder G. H., 1998.  “The life course mode of inquiry”, in Giele J. Z., et Elder G. H. (dir.), Methods of life course research. Qualitative and quantitative approaches, Thousand Oaks, California, Sage, p. 1‐4.

Glorius B., Grabowska-Lusinska I., Kuvik A., 2013. “Introduction” in B. Glorius, I. Grabowskalusinska, A. Kuvik (Eds.), Mobility in transition. Migration patterns after EU enlargement (p. 7-17). Amsterdam: Amsterdam University Press.

González Ferrer A., 2013.  « La nueva emigración española. Lo que sabemos y lo que no », Zoom Político, 18, Madrid, España, Laboratorio de Alternativas.

Grossetti M., 2005.  “Where do social relations come from? A study of personal networks in the Toulouse area of France”, Social Networks, 27 (4), p. 289-300.

Grossetti M., 2007.  “Are French networks different?”, Social Networks, 29, p. 391-404. 

Gualda E., 2007. Hacia un “trabajo decente” para los extranjeros: inserción socio laboral de la población extranjera en Andalucía, Sevilla, Dirección General de Coordinación de Políticas Migratorias.

Guarnizo L. E., Smith M. P., 1998. “The locations of transnationalism”, in Smith M. P., Guarnizo L. E. (dir.), Transnationalism from below, New Brunswick: Transaction Publishers, p. 3‐34.

Gurak D. T., Caces F., 1992.  “Migration networks and the shaping of migration system”, International migration systems: A global approach, p. 150-176.

Hagan J., 1998. “Social Networks, Gender and Immigrant Incorporation: Resources and Constraints”, American Sociological Review, 63 (1), p. 55‐67.

Hamer M. C. D., 2008.  “Migration patterns and influence of support networks: A case study of West Africans in the Netherlands”, Gender, Technology and Development, 12 (3), p. 347-364.

Lafleur J. M., Stanek M., 2017.  “EU Migration and the Economic Crisis”, in Lafleur J. M., Stanek M. (dir.), South-North Migration of EU Citizens in Times of Crisis, 1(14), IMISCOE Research Series.

Leik R. K., Chalkley M. A., 1997.  “On the stability of network relations under stress”, Social Networks, 19, p. 63–74.

Levitt P., 2001. The transnational villagers, Berkeley, University of California Press.

Lozares C., LópezRoldán P., Verd J. M., Martí J., Bolíbar M., Cruz I., 2011. « El análisis de la Cohesión, Vinculación e Integración sociales en las encuestas EgoNet », Redes. Revista hispana para el análisis de redes sociales, (20) 4, http://revista‐redes.rediris.es

Lubbers M. J., Molina J. L., Lerner J., Brandes U., Ávila J., Mc Carty C., 2010. “Longitudinal analysis of personal networks. The case of Argentinean migrants in Spain”, Social Networks, 32 (1), p. 91-104.

Macdonald J. S., Macdonald L. D., 1964.  “Chain migration ethnic neighborhood formation and social networks”, The Milbank Memorial Fund Quarterly, 42 (1), p. 82-97.

Marsden P. V., 1987. “Core discussion networks of Americans”, American Sociological Review, p. 122-131.

Marshall V. W., Mueller M. M., 2003. “Theoretical roots of the life‐course perspective”, in Heinz W. R., Marshall V. W. (dir.), Social dynamics of the life course. Transitions, institutions and interrelations, New York, Aldine de Gruyter, p. 3‐32.

Massey D. S., Garcia España F., 1987. “The social process of international migration”, Science, 237, p. 733–738.

Massey D. S., Arango J., Hugo G. et al., 1993.  “Theories of international migration: A review and appraisal”, Population and Development Review, 19, p. 431–466.

Maya I., Martinez M. F., Garcia M., 1999.  « Cadenas migratorias y redes de apoyo social de las mujeres peruanas en Sevilla », Demófilo : Revista de Cultura Tradicional de Andalucía, 29, p. 87‐105.

Maya I., 2002.  « En busca del mundo perdido (¿el declive de la comunidad o el auge de comunidades personales?) », Araucaria. Revista Iberoamericana de Filosofía, Política y Humanidades, 7, p. 188‐192.

Molina J. L., Lerner J., Gomez Mestres S., 2008. « Patrones de cambio de las redes personales de inmigrantes en Cataluña », Redes. Revista hispana para el análisis de redes sociales, (15)4, http://revista‐redes.rediris.es

Morell A., 2005. « El papel de las asociaciones de inmigrantes en la sociedad de acogida : cuestiones teóricas y evidencia empírica », Migraciones, 17, p. 111‐142.

Moroşanu L., 2017. “Researching migrants’ diverse social relationships: from ethnic to cosmopolitan sociability?”, Sociological Review, 66 (1), p. 155-173.

Nee V., Sanders J., 2001. “Understanding the diversity of immigrant incorporation: a forms-of-capital model”, Ethnic and racial studies, 24 (3), p. 386-411.

Pedone C., 2002. « El potencial del análisis de las cadenas y redes migratorias en las migraciones internacionales contemporáneas », in García Castaño J., Muriel López C. (dir.), La inmigración en España. Contextos y alternativas, II Congreso sobre la inmigración en España, Granada: Laboratorio de Estudios Interculturales, 2, p. 223-235.

Pedone C., 2010. « Cadenas y redes migratorias : propuesta metodológica para el análisis diacrónico‐temporal de los procesos migratorios », Empiria : Revista de metodología de ciencias sociales, 19, p. 101-132.

Portes A., Zhou M., 1993. “The New Second Generation: Segmented Assimilation and its Variants”, The Annals of the American Academy of Political and Social Science, 530 (1), p. 74‐96.

Portes A., Rumbaut R. G., 2001. “Conclusion: The Forging of a New America: Lessons for Theory and Policy”, in Rumbaut R. G., Portes A. (dir.), Ethnicities: Children of Immigrants in America, Berkeley, University of California Press, p. 301-318.

Rumbaut R. G., 1999. “Assimilation and Its Discontents: Irones and Paradoxes”, in Hirschman C., Kasinitz P., Dewind J. (dir.), The Handbook of International Migration: The American Experience, New York, Russell Sage Foundation, p. 172‐195.

Sayad A., 1999. La double absence, Paris, Le Seuil.

Schiller N. G., Basch, L., BlancSzanton, C., 1992.  “Towards a definition of transnationalism”, Annals of the New York academy of sciences645 (1).

Schiller N., 2008. « Nuevas y viejas cuestiones sobre localidad: teorizar la migración transnacional en un mundo neoliberal », in Solé C., Parella S., Cavalcanti L. (dir.), Nuevos retos del transnacionalismo en el estudio de las migraciones, Madrid, Ministerio de Trabajo e Inmigración, p. 21-46.

Soroka S. N., Johnston R., Banting K. G., 2007. “Ties that bind: Social cohesion and diversity in Canada”, in Banting K. G., Courcheneet T. J., Seidle F.L., (dir.), Belonging? Diversity, Recognition and Shared Citizenship in Canada, Montreal, Institute for Research in Public Policy, p. 561-600.

Tarrius A., 2000. Les nouveaux cosmopolitismes. Mobilités, Identités, Territoires, Avignon, Éditions de l’Aube.

Van De Velde C., 2008. Devenir adulte : sociologie comparée de la jeunesse en Europe. Paris, France, Presses Universitaires de France.

Verd J. M., Bolíbar M., Martí J., 2017. « La evolución de las redes personales de la población inmigrada en Cataluña. Un análisis desde los métodos mixtos », QUIT Working Series Papers, Barcelona, Universitat Autònoma de Barcelona.

Verdi Rademacher M., 2014. « Les exilés politiques chiliens en France, quarante ans après le coup d’État », Hommes & migrations, 1305, p. 41-47.

Waters J. L., 2011. “Time and Transnationalism: A Longitudinal Study of Immigration, Endurance and Settlement in Canada”, Journal of Ethnic and Migration Studies, 37 (7), p. 1119‐1135.

Zhou M. 1997. “Segmented Assimilation: Issues, Controversies, and Recent Research on the New Second Generation”, International Migration Review, 31 (4), p. 975‐1008.

Haut de page

Annexe

Annexes

Tableau 1. Caractéristiques sociodémographique de l’échantillon.

Pourcentage

Effectifs

Sexe

Hommes

Femmes

53 %

47 %

30

27

Âge

Moyenne 31,9 23-29

Min 23 30-35

Max 45 36-45

40 %

32 %

28 %

23

18

16

Niveau d’études

CAP ou BEP

Bac

Bac +2

Bac +3 ou Bac +4

Bac +5 ou supérieur

23 %

5 %

9 %

33 %

30 %

13

3

5

19

17

Situation professionnelle

Cadres et professions intellectuelles supérieures

Professions intermédiaires

Employés

Ouvriers

Stagiaires

23 %

25 %

30 %

13 %

11 %

13

14

17

7

6

Partenaire

Oui

Non

58 %

42 %

33

24

Cohabitation avec le/la partenaire

Oui

Non

29 %

71 %

9

22

Enfants

Oui

Non

26 %

74 %

15

42

Source: élaboration à partir des données de terrain de la thèse (N = 57).

Graphique 1. Structure moyenne des réseaux : densité ; variation de la centralité d’intermédiarité, modularité et diamètre.

Densité

Densité

Moyenne : ,28
Écart type : ,143
N = 54

Variation de la centralité d’intermediarité (betweenness)

Variation de la centralité d’intermediarité (betweenness)

Moyenne : ,19
Écart type : ,175
N = 54

Modularité

Modularité

Moyenne : ,36
Écart type : ,154
N = 54

Diamètre

Diamètre

Moyenne : 3,17
Écart type : 1,575
N = 54

Source : données de terrain de la thèse (N = 54).

Tableau 2. Indicateurs de structure des réseaux (N = 54).

N

Minimum

Maximum

Moyenne

Écart type

Densité

54

,07

,82

,2804

,14324

Variation de la centralité d’intermédiarité (betweenness)

54

,00

,80

,1937

,17488

Modularité

54

,00

,70

,3641

,15396

Diamètre

54

1

8

3,17

1,575

Centralité de degré (degree)

54

,06

,88

,2873

,16509

Centralité de proximité (closeness)

18

,14

,95

,5133

,19789

Source : données de terrain de la thèse (N = 54).

Tableau 3. Caractéristiques de la taille des réseaux en fonction de la typologie des parcours (N = 54).

Moyenne

Médiane

Mode

(nombre d’alter du réseau)

Min

Max

(nombre d’alter du réseau)

Professionnels mobiles (N = 20) 39 %

17,1

16,5

11

8

34

Mobiles précaires (N = 19) 35 %

13,3

14

12

7

21

Mobiles par projet (N = 14) 26 %

15,4

18

16

10

26

Source: données de terrain de la thèse (N = 54).

Graphique 2. Structure moyenne des réseaux selon la typologie des parcours : densité ; variation de la centralité d’intermédiarité ; modularité ; diamètre ; centralité de degré ; centralité de proximité.

Variation de la centralité d’intermediarité (betweenness)

Variation de la centralité d’intermediarité (betweenness)

Centralité de degré (degree)

Centralité de degré (degree)

Centralité de proximité (closeness)

Centralité de proximité (closeness)

Source : données de terrain de la thèse (N = 54).

Tableau 4. Taille du réseau et temps de résidence à Toulouse (N = 54).

Temps à Toulouse

Total

Moins d’un an

Entre un et deux ans

Entre deux et cinq ans

Entre cinq et sept ans

Taille du réseau (nombre d’alter cités)

7 - 11

Effectifs

5

1

3

2

11

% de la taille du réseau

46 %

9 %

27 %

18 %

100 %

% de temps à Toulouse

28 %

7 %

19 %

33 %

20 %

12 - 16

Effectifs

10

7

8

1

26

% de la taille du réseau

38 %

27 %

31 %

4 %

100 %

% de temps à Toulouse

55 %

50 %

50 %

17 %

48 %

17 - 34

Effectifs

3

6

6

8

17

% de la taille du réseau

18 %

35 %

29 %

18 %

100 %

% de temps à Toulouse

16 %

43 %

31 %

50 %

32 %

Total

Effectifs

18

14

16

6

54

% de la taille du réseau

33 %

26 %

30 %

26 %

100 %

% de temps à Toulouse

100 %

100 %

100 %

100 %

100 %

Source: données de terrain de la thèse (N = 54).

Tableau 5. Caractéristiques des types de réseaux et part dans l’échantillon (N = 57).

Type de réseau

Pseudonyme

Sexe

Âge

Temps à Toulouse

Professionnels mobiles (N = 21) 39 %

Fernando (1), Celio (2), Cristóbal (3), Felip (5), Climent (9), Romina (10), Alicia (11), Josu (12), Lorenzo (14), Paula (15), Neus (18), Marta (20), Rosa (22), Chema (25), Dídac (26), Ignacio (31), Aurora (39), Pilar (43), Salvador (44), Idoia (53), Alberto (55)

Hommes

57 %

Femmes

43 %

Moyenne

25

Min

23

Max

37

Moyenne

2 ans et 9 mois

Min

2 mois

Max

6 ans et demi

Mobiles précaires (N = 19) 35 %

Lucía (7), Jaume (8), Olaya (13), Amaia (24), Martina (29), Irene (33), Julián (34), Juanjo (35), Valentín (36), Marina (38), Marta (40), David (42), Olivia (46), Antonio (47), Carolina (48), Martín (50), Félix (51), Jonás (52), Nicolás (56)

Hommes

53 %

Femmes

47 %

Moyenne

34

Min

24

Max

45

Moyenne

1 an et 8 mois

Min

3 mois

Max

6 ans

Mobiles par projet (N = 14) 26 %

Sebastián (17), Laura (19), Raül (21), Vicente (23), Javier (27), Rosana (28), Carlota (30), Ariadna (32), Andrea (37), Lara (41), Monica (45), Jordi (49), Joaquin (54), Myriam (57)

Hommes

43 %

Femmes

57 %

Moyenne

33

Min

26

Max

40

Moyenne

2 ans et 3 mois

Min

5 mois

Max

6 ans et 3 mois

Source: données de terrain de la thèse (N = 57).

Tableau 6. Réponse affirmative aux différents générateurs de noms par type de relation ego-alter (N = 54). Pourcentages

Réponse affirmative pour chaque générateur de nom

Types de relations ego-alter

Famille

Amis

Professionnel

Autres (voisins, connaissances)

G1 Parler de travail ou d’études

30 %

61 %

8 %

1 %

G2 Partager des activités sociales

16 %

75 %

7 %

1 %

G3 Parler d’activités de loisirs

18 %

74 %

7 %

1 %

G4 Avoir un partenaire amoureux(se)

La réponse est oui ou non, non pertinente par rapport au type de lien

G5 Confidence : problèmes personnels

28 %

6 %

65 %

1 %

G6 Confidence : conseil ou décision

47 %

49 %

3 %

1 %

G7 Emprunter argent

76 %

22 %

1 %

1 %

G8 Autres personnes importantes

83 %

17 %

0 %

0 %

Haut de page

Notes

1 L’auteure remercie la revue Temporalités et son comité de rédaction, les évaluateurs et surtout les coordinateurs du dossier, Claire Bidart et Michel Grossetti, pour leurs conseils sur l’écriture de l’article.

2 Voir parmi d’autres, Hagan, 1998 ; Gualda, 2007 ; Pedone, 2002, 2010 ; Amit et Riss, 2007 ; Schiller, 2008 ; Gurak et Caces, 1992 ; Basch et al., 1994 ; Guarnizo et Smith, 1998 ; Nee et Sanders, 2001 ; Hamer, 2008 ; Bolíbar et al., 2015.

3 Voir également Maya et al., 1999 ; Maya, 2002 ; de Miguel, et al., 2007 ; Molina et al., 2008 ; Lozares et al., 2011 ; Bolíbar et al., 2015.

4 Ces auteurs incluent aussi dans ce groupe de facteurs ces événements personnels inattendus, comme le décès d’un membre de la famille (Leik et Chalkley, 1997, p. 65).

5 Si l’Espagne est devenue un pays d’immigration durant la période 1990-2008, cette tendance s’est ensuite inversée. A partir des statistiques officielles des pays d’origine de destination des mouvements de population concernant l’Espagne pour les années 2008 à 2013, González Ferrer (2013) estime le nombre d’émigrants espagnols dans cette période à environ 700 000 personnes.

6 Il s’agit de personnes ayant entre 20 et 45 ans. Les personnes interrogées ont des caractéristiques diverses concernant le cycle de vie, le fait d’être ou non en couple, en cohabitation de couple avec ou sans enfants. L’ampleur de la tranche d’âge correspond au souci de prendre en compte l’allongement de ce cycle de vie, notamment dans des pays comme l’Espagne, où les transitions sont beaucoup plus longues que dans d’autres pays d’Europe (Van de Velde, 2008).

7 D’un point de vue empirique, je situe cette phase entre six mois et sept ans d’ancienneté de résidence à Toulouse.

8 Même si j’utilise ponctuellement la notion de migration pour évoquer les processus de mobilité, cela ne signifie pas qu’il faille considérer les migrations internes de l’Union Européenne comme équivalentes à l’immigration de ressortissants de pays tiers dans l’espace Schengen. Des différences subsistent évidemment dans le contexte du départ et dans le cadre juridique régissant le franchissement des frontières et l’accès au marché du travail (Lafleur et Stanek, 2017).

9 L’enquête comprend également une analyse des chaînes relationnelles d’accès aux ressources mais cette partie des données n’est pas utilisée ici.

10 Voir en annexe le tableau présentant les caractéristiques de l’échantillon.

11 Au total cinquante-quatre personnes de l’échantillon ont répondu au questionnaire du réseau personnel.

12 Dans les travaux utilisant une méthodologie de réseaux personnels, ego fait référence à la personne enquêtée, ici celles et ceux qui ont répondu au questionnaire, les alter étant toutes les personnes citées dans le réseau personnel.

13 Il s’agit de la densité (c’est la proportion de liens observés par rapport à l’ensemble des relations possibles) ; la variation de la centralité d’intermédiarité (le nombre de fois qu’un élément du réseau est situé sur le chemin le plus court entre deux autres éléments), la modularité (la segmentation d’un réseau en communautés) et le diamètre (le nombre de relations constituant le chemin le plus long possible entre deux acteurs).

14 Voir Bidart et al. (2018) pour connaître en détail la construction des typologies de réseaux personnels et leur comparaison.

15 Bien que la proportion de relations familiales pour l’ensemble de l’échantillon soit inférieure à celle des amis, il y a une proportion plus élevée de membres de la famille cités en réponse aux générateurs de noms qui font référence au soutien matériel et émotionnel. Voir le tableau six en annexe.

16 Cette proportion est de 19 % dans l’échantillon de Marsden, 23 % dans l’échantillon de Fischer et 28 % dans l’échantillon de Grossetti.

17 Le délai après l’arrivée correspond à une activation intense lors de la première année de résidence dans la nouvelle ville.

18 Voir en annexe le tableau 1 avec les caractéristiques sociodémographiques de chaque type de réseau et leur prévalence dans l’échantillon.

19 L’ensemble de prénoms affichés dans cet article correspondent à des pseudonymes.

20 Au fil du temps, le réseau personnel de Josu aura encore évolué avec une plus grande diversité d’origines et de lieux de résidence des alter, car un an après la réalisation de l’entretien Josu et son amie sont allés vivre en Chine.

21 Pour l’ensemble des réseaux personnels présentés, les catégories temporelles considérées sont ; entre un mois et six mois ; d’un peu plus de six mois à deux ans ou un an pour les cas de Marina et Laura ; d’un peu plus de deux ans à dix ans (ou entre cinq et dix ans pour le cas de Marina), et ; plus de dix ans. Pour les cas de Josu j’ai éliminé la troisième catégorie par absence de changement.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Josu 
Légende Ensemble de relations actuelles actives depuis un mois
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4090/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Relations de plus de six mois
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4090/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Relations de plus de dix ans
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4090/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 2 David21
Légende Ensemble de relations actuelles actives depuis un mois
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4090/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Relations de plus de six mois
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4090/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Relations de plus de deux ans
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4090/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Relations de plus de dix ans
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4090/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 3 Marina
Légende Ensemble de relations actuelles actives depuis un mois
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4090/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Relations de plus d’un an
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4090/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Relations de plus de cinq ans
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4090/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Relations de plus de dix ans
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4090/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Relations de plus de six mois
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4090/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Relations de plus de deux ans
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4090/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Relations de plus de dix ans
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4090/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 5 Monica
Légende Ensemble de relations actuelles actives depuis un mois
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4090/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Relations de plus de six mois
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4090/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Relations de plus d’un an
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4090/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Relations de plus de dix ans
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4090/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 6 Laura
Légende Ensemble de relations actuelles actives depuis un mois au moins
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4090/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Relations de plus d’un an
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4090/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Relations de plus de deux ans
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4090/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Densité
Légende Moyenne : ,28Écart type : ,143N = 54
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4090/img-22.png
Fichier image/png, 6,5k
Titre Variation de la centralité d’intermediarité (betweenness)
Légende Moyenne : ,19Écart type : ,175N = 54
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4090/img-23.png
Fichier image/png, 8,0k
Titre Modularité
Légende Moyenne : ,36Écart type : ,154N = 54
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4090/img-24.png
Fichier image/png, 7,6k
Titre Diamètre
Légende Moyenne : 3,17Écart type : 1,575N = 54
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4090/img-25.png
Fichier image/png, 8,3k
Titre Densité
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4090/img-26.png
Fichier image/png, 8,0k
Titre Variation de la centralité d’intermediarité (betweenness)
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4090/img-27.png
Fichier image/png, 10k
Titre Diamètre
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4090/img-28.png
Fichier image/png, 7,1k
Titre Modularité
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4090/img-29.png
Fichier image/png, 8,0k
Titre Centralité de degré (degree)
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4090/img-30.png
Fichier image/png, 10,0k
Titre Centralité de proximité (closeness)
Légende Source : données de terrain de la thèse (N = 54).
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4090/img-31.png
Fichier image/png, 9,4k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caterina Thomàs-Vanrell, « Temporalités de l’évolution des relations et des réseaux en contexte de mobilité internationale », Temporalités [En ligne], 27 | 2018, mis en ligne le 06 juillet 2018, consulté le 20 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/4090 ; DOI : 10.4000/temporalites.4090

Haut de page

Auteur

Caterina Thomàs-Vanrell

LISST - Laboratoire, Interdisciplinaire Solidarités, Sociétés, Territoires, CERS – Centre d’Étude des Rationalités et des Savoirs – caterina.thomas_vanrell@cirad.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page