Navigation – Plan du site

Partager son réseau

Processus de positionnement du conjoint dans les réseaux personnels
Sharing one’s network. Positioning the partner in a personal network
Compartir su red. Proceso de posicionamiento del cónyuge en las redes personales
Claire Bidart

Résumés

L’installation en couple induit des transformations importantes de la structure du réseau personnel. Le conjoint prend alors souvent une position centrale entre différentes composantes du réseau qui, sinon, seraient isolées. Mais cette centralité d’intermédiarité n’est pas générale et les positionnements différents du conjoint sont corrélés en particulier avec le genre, l’origine sociale et l’ancienneté du couple. Dans quelle mesure les relations avec les amis et les membres des familles sont-elles partagées ou non lors de l’installation en couple ? Quelle part des réseaux relationnels des conjoints est mise en commun, quelle part reste dissociée ? Il s’agit ici, sur la base d’une enquête qualitative longitudinale, d’examiner les divergences sociales en la matière et d’éclairer les différentes séquences aboutissant à la centralisation du réseau autour du conjoint ou à sa décentralisation.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : le couple et son/ses réseaux

1La formation d’un couple est l’une des transitions importantes de la vie humaine. Elle combine un bouleversement intime, une mise en commun de la vie quotidienne et une projection dans l’avenir, mais aussi un haut niveau de socialisation avec une multiplicité de dispositifs juridiques, économiques et sociaux visant à l’encadrer, ainsi que des rituels qui sont loin de se déliter (Maillochon, 2016).

2Le mariage est aussi une nouvelle « construction de la réalité » au cours de laquelle deux personnes s’allient et se redéfinissent mutuellement. Cette construction se fait en lien avec les entourages : « Pour chacun des partenaires, dans le réseau psychologique des autres significatifs, le conjoint devient l’autre par excellence, le cohabitant le plus proche et le plus marquant de son monde. En réalité, toutes les autres relations significatives doivent presque automatiquement être perçues de nouveau et regroupées dans la perspective de ce changement capital. » (Berger & Kellner [1964] 2007, p. 60).

3Dans quelle mesure, justement, ces « autres relations significatives » sont-elles mutualisées ou non lors de l’installation en couple ? Quelles parties des réseaux relationnels des conjoints sont mises en commun et fréquentées ensemble, quelles parties restent dissociées et fréquentées séparément par un seul des conjoints ? Cette question mérite d’être précisément examinée car elle est une des facettes des différentes formes que prend la conjugalité.

4Le couple ne se constitue pas d’un seul coup, sa socialisation en tant que couple est un processus qui s’inscrit dans un temps plus ou moins long, avec des rythmes divers. Le délai entre la rencontre et l’installation dans un logement commun peut être très variable, comme est variable également la rapidité avec laquelle le couple va fusionner (ou pas) ses deux réseaux personnels. Le séquençage de cette mise en partage est intéressant également : dans quel ordre les membres de la famille de l’un et de l’autre, les amis d’enfance, les copains de loisirs ou les collègues sont-ils partagés ? Lesquels ne sont pas mis en commun, même après des années de vie commune ?

5Je propose de travailler ici à l’exploration de ces processus de positionnement du conjoint dans les réseaux personnels, qui nous éclairent sur la recomposition des mondes sociaux au fil du processus d’installation en couple. Le partage de sa vie avec un conjoint conduit-il à un partage également de l’entourage, beaucoup, un peu, ou quasiment pas ? Le conjoint se retrouve-t-il central, est-il cantonné à certains domaines, ou encore reste-t-il périphérique ? Comment s’opèrent, progressivement, ces modifications ? Telles sont les questions auxquelles je tente de donner ici quelques éléments de réponse.

6Cette réflexion est fondée sur l’analyse d’une enquête longitudinale originale, le Panel de Caen (voir annexe). L’objectif de cette enquête était d’explorer précisément l’articulation entre les transformations des réseaux de relations personnelles et les processus d’entrée dans la vie adulte. Les entretiens répétés auprès des mêmes personnes, dans des temps réellement différenciés, permettent de comparer des « présents » successifs, ceux de chaque vague d’enquête. Les entretiens très structurés autorisent la comparaison des cas mais produisent aussi des récits rétrospectifs bornés sur trois ans, récits qui sont aussi très précisément datés dans des calendriers. Ce dispositif permet d’éviter une partie des biais de mémoire et de « mise en intrigue » orientant les récits (Demazière, 2007). Pour autant, toutes les difficultés tenant aux analyses temporelles n’y sont bien sûr pas aplanies. Ainsi, alors que les parcours sont renseignés mois par mois dans les calendriers, les données relationnelles ne sont recueillies que tous les trois ans, au présent. Le recueil rétrospectif de données relationnelles est en effet beaucoup moins fiable : il est généralement impossible de faire dater précisément une rencontre, la présentation à quelqu’un d’autre, ou une dispute. Le « grain » temporel entre parcours et réseaux est donc très inégal.

7Les matériaux mobilisés ici sont les données relationnelles codées et analysées statistiquement (sur l’ensemble de l’enquête 7 336 relations sont traitées) et l’examen des structures des 306 réseaux personnels des enquêtés au fil de l’enquête. Les entretiens approfondis ne sont mobilisés ici que pour interpréter les cas (comprendre par exemple pourquoi certains conjoints ne sont pas centraux), ils n’ont pas été traités systématiquement concernant la question des rôles sexués ou des styles conjugaux.

8L’apport spécifique de ces analyses repose sur plusieurs aspects : la dimension longitudinale de long terme qui voit évoluer à la fois les réseaux, les situations et les représentations ; le large spectre des réseaux relationnels, non limités à un petit noyau de personnes importantes ou à des liens spécialisés sur le soutien ou les activités ; l’articulation de ces deux thématiques, réseaux et biographie, à la fois dans les mesures statistiques et dans les entretiens approfondis. Par ailleurs, la diversité sociale de la population d’enquête, en particulier la part des personnes issues des classes populaires, est plus grande que dans la plupart des autres enquêtes qui restent souvent focalisées sur les étudiants ou les classes moyennes.

9Après avoir mis en perspective cette démarche et décrit les données sur lesquelles elle repose, je montrerai la grande variété des positionnements du conjoint dans les réseaux ; je décrirai le processus de centralisation du réseau autour du conjoint, selon des rythmes différents et par des séquences diverses ; puis j’évoquerai des processus inverses de décentralisation, pour finir sur les séparations.

L’étude temporalisée des parcours et des réseaux

Des transitions complexes et diversifiées

10Les temporalités des parcours biographiques font l’objet de questionnements et de développements théoriques importants depuis une trentaine d’années (Demazière & Dubar 2005, Mayer 2016). Le constat de l’allongement des phases de transition vers la vie adulte, mais aussi de la désynchronisation des étapes, a contribué au renouvellement des travaux sur la jeunesse et plus largement celui des analyses biographiques. Les temporalités des parcours deviennent plus complexes et plus diverses, en particulier avec l’allongement de la scolarité, le salariat féminin, le développement du chômage, du divorce… L’accès à l’emploi est de plus en plus tardif, alors que le report de l’installation en couple fléchit légèrement (Galland, 2000). L’âge à la première cohabitation semble cesser d’augmenter (Rault, Régnier-Loilier, 2015). Celle-ci est cependant plus tardive pour les plus diplômés et les hommes, pour qui elle est aussi moins homogène. La diversification de ces phases de transition est également confirmée (Van de Velde, 2008). Leur ordre est plus varié, les délais et reports sont irréguliers, les entrecroisements et réversibilités se multiplient. La variété des situations, des transitions, des parcours et des formes de conjugalité s’élargit. La conjugalité se déplace de la famille vers l’individu et la construction de l’identité personnelle y devient parfois l’enjeu principal, en tension avec l’identité du couple (de Singly, 1996). On commence à compter ce que chacun des conjoints y perd et y gagne, qu’il s’agisse des positions sociales (de Singly, 1987) ou des tâches ménagères (Kaufmann, 1992). Des styles conjugaux se différencient, selon que la priorité est accordée à la fusion du couple ou sur l’autonomie individuelle, sur la clôture du monde privé ou sur l’ouverture au monde social (Kerllerhalls, Widmer, Lévy, 2008). Ainsi, les processus biographiques en général et les processus conjugaux en particulier se complexifient et se diversifient.

  • 1 La question posée était : « Est-ce que tu sors, au sens amoureux, avec quelqu’un ? ». D’autres ques (...)

11Dans les données du Panel de Caen, la condition de « couple », déjà, n’est pas toujours facile à établir. L’installation dans un logement commun est parfois progressive : nombre de jeunes couples habitent chez les parents de l’un ou l’autre des partenaires, ou vivent ensemble durant la semaine et repartent chacun chez leurs parents respectifs le week-end. D’autres difficultés sont aussi apparues au moment du codage pour décider si la personne avait une relation amoureuse ou pas1.

  • 2 Les prénoms sont des pseudonymes.

12Certains enquêtés du Panel de Caen n’ont connu aucune relation amoureuse au long de l’enquête, certains même sur 12 ans (3 cas), d’autres ont eu des relations amoureuses assez brèves mais aucune installation en couple (7 cas). En revanche, 8 sont déjà installés en couple dès la vague 1. Le plus ancien couple est celui de Jérémie2, qui a commencé à sortir avec Vanessa lorsqu’il avait 15 ans, en vague 1 il avait 21 ans et en vague 5 le couple avait plus de 18 ans d’ancienneté. Les âges à la première installation dans un logement commun vont de 18 à 43 ans. Le délai entre la rencontre amoureuse et l’installation dans un logement commun va de 0 à 102 mois (8 ans et demi). La moyenne est de 21 mois, la médiane de 12 mois, et les valeurs sont très dispersées. Les femmes et les personnes d’origine populaire connaissent un délai plus long. Celui-ci commence par augmenter avec l’âge, puis il se raccourcit très nettement après 30 ans. Par exemple, François fait sa première rencontre amoureuse à 43 ans, s’installe aussitôt avec Anne et ils font un enfant dans la foulée.

Les vies reliées : réseaux personnels et identités conjugales

13L’étude des réseaux personnels permet de ne pas considérer l’individu comme un atome solitaire dans ces parcours biographiques, mais de prendre en compte le fait que les vies sont reliées (Elder, 1994), non seulement au conjoint, à la famille et aux personnes interdépendantes, mais aussi plus largement aux « autruis significatifs » (Mead, 2006). Le réseau personnel est alors un indicateur important du mode de socialisation : il donne une image de l’entourage d’une personne avec ses strates temporelles, ses cloisonnements, ses polarités. Cet entourage résulte de choix relationnels mais il influe aussi, réciproquement, sur les choix de vie (Bidart, 2008). La composition et la structure de ce réseau, plus ou moins dense, homogène, ou segmentée, diversifiée, donnent une idée de l’inscription de la personne dans le monde social.

14Dans la même optique, je fais l’hypothèse que le degré de recouvrement des réseaux des conjoints donne un indice du degré de mise en commun des mondes sociaux au sein d’un couple. Certains couples font « tout ensemble », d’autres conservent une grande partie des activités et des amis séparés. Réciproquement, l’entourage contribue à renforcer l’identité du couple en tant que tel, par des invitations communes, des routines, des dénominations. On peut supposer que la tension entre identité conjugale et identité personnelle, qui caractériserait notre modernité (de Singly 1996, Kellerhalls, Widmer & Lévy 2008) peut trouver dans le degré de recouvrement des réseaux un indicateur pertinent.

15Elisabeth Bott (1957) a, la première, perçu et étudié très précisément le lien entre réseaux et conjugalité. Elle a interrogé les deux membres de 20 couples, et montre que plus les réseaux des deux conjoints se recouvrent et sont denses, plus les rôles conjugaux sont différenciés. D’autres auteurs ont ensuite testé son hypothèse avec divers protocoles d’enquête (Gordon & Downing, 1978). Il en ressort que le niveau d’éducation et la catégorie professionnelle restent des facteurs discriminants dans cette liaison entre densité du réseau commun et différenciation des rôles conjugaux. On sait par ailleurs que ces facteurs sociaux (éducation et profession) sont corrélés avec la taille, la composition et la structure du réseau (Héran, 1988). Ils sont également associés à des pratiques culturelles et des rôles conjugaux plus genrés dans les classes populaires que dans les classes supérieures.

16Milardo (1982) a questionné le rapport entre le recouvrement des réseaux et l’engagement des partenaires dans leur relation. À partir de deux enquêtes portant sur les contacts entre les couples et leurs entourages sur une période donnée, l’une auprès d’étudiants débutant une relation amoureuse, l’autre auprès de couples mariés depuis 4 ans en moyenne (Milardo, 1989), il montre que le recouvrement des réseaux augmente avec l’engagement amoureux alors que les relations qui se détériorent voient diminuer l’imbrication du réseau.

17Dans une enquête auprès de couples plus anciens (7 ans en moyenne), Julien, Chartrand et Béguin (1999) n’identifient pas d’impact clair du degré de recouvrement sur le degré d’« ajustement » des couples. Ils concluent à une moindre importance du partage du réseau lorsque l’union est plus ancienne.

18De façon générale, les questions de l’engagement conjugal, des rôles genrés et du bonheur dans le couple soulèvent de vastes débats, tant en psychologie qu’en sociologie. Il n’est pas possible ici de rendre compte de ces débats. Je propose plutôt d’explorer, dans un premier temps, la diversité des positionnements du conjoint dans les réseaux personnels.

Les caractérisations de structure du réseau

Le profil du réseau

19Nous disposons de 306 réseaux au total : un même enquêté est répété pour chacune des vagues d’enquête auxquelles il a participé, car son réseau a pu se modifier considérablement d’une vague à l’autre. Au sein de cette population, dans 196 cas, les personnes ont une relation amoureuse, dont 132 cas où elles vivent avec leur conjoint. Les différences de taille des réseaux selon que l’on vit en couple ou en solo ne sont pas très marquées, car les personnes vivant en couple ont davantage de liens forts mais moins de liens faibles. La perte d’amis personnels (en particulier issus du lycée) est compensée par les amis mis en commun et par l’ajout de la belle-famille. Ces dynamiques ont été identifiées également dans les enquêtes de Milardo (1982). Elles rejoignent les évolutions plus générales de la sociabilité au fur et à mesure de l’entrée dans l’âge adulte : diminution des liens faibles et des copains « en bande », concentration sur les liens forts plus individualisés (Bidart, Degenne, Grossetti, 2011).

  • 3 Le panel compte deux personnes ayant cohabité au moins un temps en couple homosexuel, un homme et u (...)

20Focalisons maintenant l’analyse sur les 132 cas de couples cohabitants, afin de traiter de conjugalités effectives au quotidien. Nous appelons donc « conjoints » les membres de couples cohabitants, quel que soit leur statut marital ou leur orientation sexuelle3. Pour 81 de ces couples cohabitants les enquêtées sont des femmes, et pour 51 ce sont des hommes.

21L’installation en couple a surtout un effet net sur la structure du réseau, à savoir la forme que prend le système formé par les liens entre ses membres. Nous avons montré dans des travaux antérieurs le rôle de la structure du réseau sur le processus de socialisation dans les transitions vers la vie adulte, et construit des typologies permettant de résumer les principales caractéristiques de ces structures (Bidart, Degenne, Grossetti, 2011, 2018). Quatre grands types principaux peuvent être ici mobilisés : les réseaux denses, dissociés, en collier de perle, ou centrés. Dans un réseau dense, la multiplicité et la redondance des liens entre les membres du réseau permet un encastrement fort dans un entourage relativement homogène et cohérent. Dans un réseau dissocié, l’information est moins fluide, les alternatives sont plus grandes car la pression sociale est moins cohésive, et l’on peut entendre différents « sons de cloches ». Dans un réseau en collier de perles, des points de passage multiples connectent certaines de ces composantes, de fil en aiguille. Dans un réseau centré, une seule personne concentre les connexions avec les différentes parties du réseau, elle fait l’intermédiaire entre l’ensemble de ses membres.

22Sur les 132 réseaux des personnes vivant en couple, la moitié présente cette forme centrée, alors que seulement 28 % ont un réseau dense et 21 % un réseau dissocié ou en collier de perles. Le conjoint occupe le plus souvent (mais pas toujours) cette position centrale. Les célibataires sont moins nombreux à avoir un réseau centré (28 %) et plus nombreux à avoir un réseau dissocié (38 %). L’étude plus précise des transitions d’une vague d’enquête à une autre montre que l’installation en couple est effectivement souvent associée à une évolution du réseau vers une structure d’ensemble centrée : le conjoint devient une sorte d’alter ego qui prend une position structurale proche de celle d’ego (la personne interrogée), à savoir qu’il est en relation avec (presque toutes) les mêmes personnes.

23Il arrive aussi que le réseau soit centré, mais pas sur le conjoint. Les alter (personnes citées par ego) les plus centraux sont les parents, ou une sœur aînée, un cousin dont on aime partager les activités, ou encore un ami d’enfance musicien ou sportif qui « draine » avec lui des groupes de copains relativement attractifs.

24Pourtant, pour un cinquième (21 %) des personnes vivant en couple, le réseau reste dissocié. Cette centralisation est donc certes un processus typique de l’installation en couple, mais elle n’est pas générale. L’ancienneté de la cohabitation conjugale joue un rôle dans le caractère centré du réseau, mais presque le tiers des personnes qui vivent en couple depuis plus de 6 ans ont des réseaux qui restent encore dissociés. Affinons donc un peu les mesures.

La centralité de degré

25De toutes les mesures structurales appliquées aux réseaux, la centralité nous intéresse particulièrement car elle découle de la structure d’ensemble mais permet de caractériser des alter particuliers. Plusieurs sortes de centralité sont distinguées (Freeman, 1978).

26La centralité de degré est la somme des connexions qu’établit un alter avec d’autres personnes du réseau. Un alter très central est quelqu’un qui est relié à de nombreux autres alter. Parmi les 132 couples cohabitants, les conjoints des femmes ont en moyenne 16 connexions et ceux des hommes en ont 15. Si l’on divise la centralité de degré par la taille du réseau, la moyenne est plus haute pour les femmes (0,66) que pour les hommes (0,55) (effectifs 81 et 51, médianes 0.69 et 0.62). Pour les femmes, le conjoint est donc connecté à une part plus importante du réseau que pour les hommes. Cela peut vouloir dire plusieurs choses : les femmes présentent davantage leur conjoint à leurs propres relations ; ou elles ont davantage connu leur conjoint dans une bande de copains antérieure et les connexions étaient préalables à la déclaration amoureuse ; ou encore elles « adoptent » davantage les amis (ou la famille) de leur conjoint que la réciproque. Cette dernière hypothèse est celle que proposaient Babchuk et Bates (1963, 1965) dans les années soixante. Nous essaierons de distinguer plus loin ces hypothèses.

  • 4 La profession et le niveau de diplôme des parents est une variable plus pertinente pour ces jeunes (...)
  • 5 Les personnes issues des classes supérieures dans ce panel sont à la fois moins nombreuses, plus je (...)

27La différenciation est également marquée au regard de l’origine sociale4 de ces personnes. La médiane des centralités de degré des conjoints est de 0.50 pour les classes supérieures (effectif 17), de 0.62 pour les classes moyennes (effectif 41) et de 0.72 pour les classes populaires (effectif 74)5. La centralité de degré des conjoints est donc plus élevée au fur et à mesure que l’on descend dans la hiérarchie sociale. On rejoint là les résultats de Bott et de Milardo sur le plus grand recouvrement des réseaux dans les classes populaires.

28Mais cette mesure ne permet pas de différencier les alter d’un réseau à l’autre. Dans un réseau très dense, tous les alter ont beaucoup de connexions, et tous ont alors une centralité de degré élevée. La centralité de degré peut donc être liée à la densité globale du réseau, dont on sait d’ailleurs qu’elle est plus élevée dans les classes populaires et qu’elle décroît entre la fin des études et la naissance du premier enfant. Une autre mesure peut être ici plus pertinente.

La centralité d’intermédiarité

  • 6 La centralité d’intermédiarité se calcule ainsi : soit k un sommet du graphe G et soit i et j deux (...)

29La centralité d’intermédiarité est évaluée à partir des plus courts chemins entre tous les alter d’un réseau. Un alter qui a une centralité d’intermédiarité élevée fait l’intermédiaire avec beaucoup d’autres alter, qui doivent passer par lui pour en connecter d’autres. Cela signifie qu’il fait l’intersection entre différents groupes constituant le réseau. Le sociologue va particulièrement s’intéresser à de tels personnages, qui font le pont entre des groupes sociaux issus de contextes ou d’époques différentes, qui sans eux seraient clivés. Pour qu’un alter ait une centralité d’intermédiarité élevée, il faut que le réseau ne soit pas trop dense, sinon il y a des chemins alternatifs. L’intermédiarité est fonction de la rareté des alternatives, donc de l’existence de trous structuraux que cet alter est le seul à compenser ; elle est fonction aussi de la quantité d’alter qui sont reliés par cet intermédiaire6.

30C’est une mesure tout à fait appropriée à notre questionnement sur le positionnement du conjoint : connecte-t-il différents « petits mondes », liés aux contextes de vie présents et passés d’ego, ou pas ? Et le fait-il de façon spécifique, plus que d’autres alter ?

La variété des configurations : qui connecte qui ?

Qui sont les conjoints centraux ?

  • 7 La centralité d’intermédiarité d’un alter est égale à 0 lorsqu’il est isolé (il n’a de connexion qu (...)

31Au sein des 132 couples cohabitants, la centralité d’intermédiarité des conjoints (que je normalise par le nombre d’arêtes dans le réseau) est très dispersée, allant de 07 (pour 8 cas), à 4,28 pour un cas, la médiane se situant à 1,08. Commençons par différencier ces variations selon quelques variables classiques en sociologie.

32La médiane des centralités d’intermédiarité des conjoints cohabitants est plus élevée pour les femmes (1,18) que pour les hommes (0,97) ; leur conjoint est donc davantage un intermédiaire dans le réseau que celle des hommes.

33Sur le plan des catégories sociales, ce sont surtout les classes moyennes qui ont un conjoint fortement intermédiaire. En effet, la médiane de la centralité d’intermédiarité des conjoints des personnes issues des classes moyenne (1,43) est plus élevée que celles des classes supérieures (0,97) et des classes populaires (0,98). Ainsi, alors que les conjoints des ego des classes populaires ont plus de connexions avec d’autres membres du réseau (centralité de degré et densité du réseau élevées), c’est plutôt dans les classes moyennes qu’ils constituent des intermédiaires privilégiés. Dans les classes supérieures ils ont moins de connexions avec d’autres et font moins l’intermédiaire.

Qui sont les personnes connectées au conjoint ?

34Considérons maintenant l’ensemble de tous les alter cités par tous les ego vivant en couple. Cela représente 3 241 alter, pour toutes les vagues d’enquête. Quels types de liens sont connectés aux conjoints, et lesquels ne le sont pas, au sein de cette population ?

Tableau 1 : Alter connectés aux conjoints, par type de lien avec ego, pour les couples cohabitants (% en ligne)

type de lien

connexion au conjoint

famille

belle-famille

hors famille

total

effectif

Alter connectés au conjoint

36.1

18.5

45.5

100

2 068

Alter non connectés au conjoint

21.9

2.1

76

100

1 173

Ensemble

30.9

12.6

56.5

100

3 241

Effectif

1 003

407

1 831

Lecture : 36.1 % des alter connectés au conjoint d’ego sont des membres de la famille d’ego.
Significatif au seuil de 1 %.
(Les 2.1 % (25 personnes) de la belle-famille non connectée au conjoint lui-même reflètent une brouille dans une famille)

35Les membres de la famille et de la belle-famille d’ego connectés au conjoint sont surreprésentés, alors que la part des hors famille est sous-représentée parmi les alter des couples.

36Si nous sélectionnons maintenant cette population de 2 068 alter « connectés au conjoint », nous remarquons que les ego hommes surreprésentent la famille alors que les femmes (plus nombreuses en couple) surreprésentent les hors famille et la belle-famille.

Tableau 2 : Type de lien par genre d’ego, pour les alter connectés aux conjoints (% en ligne)

Genre d’ego

Type de lien

homme

femme

total

effectif

Famille

42,6

57,4

100

746

Belle-famille

33,0

67,0

100

382

Hors famille

33,4

66,6

100

940

Ensemble

36,7

63,3

100

2 068

Effectif

758

1 310

Lecture : 42,6 % des alter qui sont membres de la famille d’ego et connectés à son conjoint sont cités par des hommes.
Significatif au seuil de 1 %.

37Les hommes ont des conjointes (qui sont des femmes) plus connectées à leur famille à eux que l’ensemble, alors que les femmes ont des conjoints plus connectés à des copains et amis et elles citent plus leur belle-famille dans leur propre réseau (celle-ci étant le plus souvent connectée au conjoint). Dans les deux cas, ce sont donc des femmes qui adoptent plus la famille de leur conjoint, alors que leur conjoint adopte moins leur famille. Cette plus grande attention portée à la famille par les femmes est une tendance connue.

38Alors que les réseaux des classes supérieures et dans une moindre mesure ceux des classes moyennes comptent plus de relations hors famille parmi les alter connectés au conjoint, dans les classes populaires ils comptent plus de liens avec la famille et la belle-famille. Ainsi, non seulement dans les classes populaires la famille représente une part plus importante du réseau, mais le conjoint et sa famille y sont plus associés que dans les autres classes sociales.

Tableau 3 : Type de lien par origine sociale d’ego, pour les alter connectés au conjoint (%) en ligne)

Type de lien

classe supérieure

classe moyenne

classe populaire

total

effectif

Famille

10,6

27,5

61,9

100

746

Belle-famille

7,9

31,9

60,2

100

382

Hors famille

22,6

32,3

45,1

100

940

Ensemble

15,5

30,5

54,0

100

2 068

Effectif

321

631

116

Lecture : 10,6 % des alter qui sont membres de la famille d’ego et connectés à son conjoint sont cités par des personnes issues des classes supérieures.
Significatif au seuil de 1 %.

Encastrés ou présentés ?

  • 8 Je considère ici le début de l’histoire d’amour, et non la cohabitation.

39On peut alors se demander plus précisément quel est le sens de cette connexion. Il est important en effet de distinguer les connexions « actives » (présenter quelqu’un au conjoint) des connexions plus contextuelles, liées aux conditions de la rencontre dans des activités collectives (travail, études, associations), réticulaires (bande de copains) ou plus singularisées (relations de fil en aiguille). En particulier, pour vérifier si l’hypothèse de Babchuk et Bates se vérifie toujours, on peut chercher à savoir si les personnes interrogées ont « adopté » les amis de leur conjoint ou si elles les connaissaient déjà avant, par exemple dans une bande de copains dont le futur conjoint faisait partie. Est-ce que les alter (hors famille) qui sont connectés au conjoint ont été connus avant ou après le début de la relation amoureuse8 ? Pour cela, je concentre l’analyse sur toutes les relations hors famille (principalement des amis) des personnes vivant en couple, en utilisant l’ancienneté de chaque lien.

Tableau 4 : Alter connectés au conjoint, par rencontre avant ou après le début de la relation amoureuse, pour les relations hors famille (% en ligne)

avant/après amour

connexion au conjoint

rencontré avant

rencontré après

total

effectif

connecté au conjoint

42,9

57,1

100

940

non connecté au conjoint

55,4

44,6

100

891

ensemble

49,0

51,0

100

1 831

effectif

897

934

Lecture : 42,9 % des amis connectés au conjoint d’ego ont été rencontrés par ego avant le début de la relation amoureuse.
Significatif au seuil de 1 %.

40Les amis connectés au conjoint ont plutôt été rencontrés après le début de la relation amoureuse. Donc ego a adopté les amis de son conjoint ou a rencontré de nouveaux amis avec son conjoint, plutôt que lui présenter ses propres amis antérieurs. Précisons encore : on peut voir comment ont été connus les amis connectés au conjoint car l’item « rencontré par le conjoint » était proposé dans les questions portant sur les relations. Le résultat est net : parmi les alter hors famille connectés au conjoint et rencontrés par son intermédiaire (effectif 319), les trois quarts (74 %) sont cités par des ego femmes et 26 % par des hommes, alors que les femmes représentent 67 % de la population des ego. L’hypothèse de Babchuk & Bates (1963), d’une plus grande adoption des amis et de la famille du conjoint par les femmes, du moins au début de la relation conjugale, semble donc se vérifier encore de nos jours.

41Là aussi la classe sociale joue son rôle : la surreprésentation des amis connectés au conjoint qui ont été connus par son intermédiaire augmente au fur et à mesure que l’on descend l’échelle sociale. C’est dans les classes populaires que le conjoint apporte une plus grande part du réseau qui lui est connecté (51,7 % contre 44,9 % pour l’ensemble), et c’est alors surtout le cas pour les femmes.

42Ces mesures de centralité d’intermédiarité du conjoint permettent donc d’identifier une tendance des femmes, et des classes populaires, à présenter davantage leur conjoint à leur famille et à adopter la famille et les amis de leur conjoint. Les classes moyennes ont de plus fortes intermédiarités en raison de leurs réseaux moins denses et les conjoints y font la jonction entre des petits mondes plus diversifiés socialement, et moins connectés entre eux par ailleurs que dans les classes populaires. Dans les classes supérieures, les réseaux sont plus segmentés par contextes et par strates. Les conjoints font alors moins de jonctions, ego se réservant quelques amis isolés et petites composantes de son côté. Le positionnement du conjoint dans le réseau personnel répond bien à des caractéristiques sociales et culturelles.

Conjoints non centraux : d’autres formes de conjugalité

43Pourtant, nous l’avons vu, près de la moitié des réseaux ne sont pas centrés sur le conjoint. Focalisons maintenant l’attention sur ces couples qui ne partagent pas, ou peu, leurs réseaux. Les statistiques laissent alors la place aux graphes des réseaux et aux histoires résumées.

Le conjoint isolé

44Dans certains cas bien particuliers le conjoint reste tout à fait isolé, il n’est présenté à personne.

45Il y a là tout d’abord bien sûr les couples très récents qui n’ont pas eu le temps d’intégrer leur conjoint, surtout lorsque celui-ci ne faisait pas partie d’un groupe de copains préexistant. L’installation dans un logement joue beaucoup : la médiane d’intermédiarité du conjoint des couples non-cohabitants est de 0.26 contre 1.08 pour les cohabitants. Mais dans plusieurs cas d’autres barrières sociales contribuent à cet isolement. Sidonie par exemple, une des personnes du panel, a rencontré Emed lors d’un voyage au Qatar, il est donc difficile de le présenter à ses amis. Il reste isolé dans le graphe de son réseau (fig. 1).

  • 9 Les réseaux ont été explorés et visualisés à l’aide du package R visNetwork réalisé par Léo Joubert (...)

46Les graphes de réseaux aident à visualiser les positionnements des alter et la structure du réseau. Précisons que la personne interrogée, ego, ne figure pas dans ce graphe : puisque par définition ego est connecté avec tous ses alter, l’information serait redondante et plus difficile à distinguer visuellement9.

Légende par type de lien : famille d’ego (jaune), relation amoureuse (rose), belle-famille (vert), autres (amis, collègues, etc.) (bleu)

Fig. 1. Le réseau de Sidonie en 2001

Fig. 2. Le réseau de Didier en 2004

Fig. 3. Le réseau de Colette en 2004

Fig. 4. Le réseau de Paul en 2001

47Didier, lui, a fait son coming out entre deux vagues de l’enquête, il ne peut présenter son compagnon Sébastien à ses proches et même l’ensemble de sa sociabilité est plus éclatée qu’avant, il voit les personnes seul à seul le plus souvent (fig. 2). Colette, dont le compagnon Mario est bien plus âgé qu’elle, a du mal pour cette raison à le faire accepter par sa famille mais aussi ses amis, et bien qu’ils se soient récemment installés ensemble il n’est connecté qu’à sa propre famille (fig. 3). Enfin, Paul est amoureux de Peggy qui est mariée à un autre et là encore les connexions sont délicates à établir (fig. 4).

48Ces cas de conjoints isolés signalent des frontières sociales difficiles à franchir : les différences d’origine ethnique, d’âge, ou encore l’homosexualité contribuent parfois à une moindre centralisation. Dans le cas de Paul, l’illégitimité de l’union implique la discrétion.

Le conjoint cantonné

49Parfois le conjoint reste en quelque sorte « cantonné » à une seule composante du réseau et n’est jamais installé en position d’intermédiaire. Certains couples installés pourtant ensemble depuis plusieurs années conservent ainsi une dissociation des amis. Huit couples sont dans ce cas, dont quatre hommes et deux femmes d’origine populaire et deux hommes de classe moyenne.

50En examinant ces cas de plus près pour tester les analyses de Bott et de Milardo, on note à partir des entretiens que la qualité de l’engagement conjugal ne semble pas en cause dans la plupart des cas. Ces personnes décrivent des relations fortes, comme Serge (ouvrier métallurgiste) pour qui Laurence est « la femme de sa vie ». Ils vivent ensemble depuis deux ans mais il ne l’a présentée qu’à ses parents. La division des rôles est en général très nette : les hommes assument clairement le rôle de pourvoyeur et les tâches ménagères ne sont pas partagées : « Elle est plus courageuse que moi pour ça », dit tranquillement Jacques (magasinier). Dans le cas de Daniel (commerçant), c’est même l’essentiel de la sociabilité qui se déroule à distance de sa compagne (fig. 5).

Fig. 5. Le réseau de Daniel en 2001

51Laure reste soigneusement cantonnée du côté de la famille et de la belle-famille, sans aucun lien avec la grande bande de copains (mâles), copains de collège, de rugby et du voisinage qui forme le « noyau dur » de la vie sociale de Daniel. Selon lui, Laure n’aime pas beaucoup voir des amis. Laure fait l’intermédiaire localement entre plusieurs groupes familiaux, mais Daniel maintient toujours ses amis à part alors qu’ils vivent ensemble depuis 4 ans.

52Du côté des femmes, le conjoint de Charlotte (caissière) ne fréquente que leurs parents et le groupe de voisins où ils se sont connus. Elle n’a pas d’autres amis, sa famille occupant la plus grande part du réseau. Sylviane (secrétaire), elle, a déménagé dans la région d’origine de son conjoint et son réseau se limite à sa belle-famille, ses propres parents et deux couples d’amis qu’elle revoit seule quand elle revient à Caen :

En quittant la région, je suis venue rejoindre mon ami ici, et j’ai fait le choix de laisser tout le monde, même ma famille, pour venir rejoindre mon ami, pour essayer de construire quelque chose. Je regrette un petit peu mais, pour l’instant, je suis heureuse et tout va bien.

53La prépondérance masculine dans ces réseaux des classes populaires se vérifie donc assez nettement.

54Dans le cas de Thibault (pompiste) la conjugalité n’est, de plus, pas très positivement considérée. Malgré la cohabitation immédiate au moment de la rencontre en 2001 et la naissance rapide des enfants en 2001 et 2002, Karine n’est jamais vraiment incluse dans son réseau, même familial (fig. 6).

Fig. 6. Le réseau de Thibault en 2001

55Il semble là que le sentiment amoureux lui-même soit en cause. En effet, Thibault parle surtout de ses « ex » avec qui il a vécu des relations fortes et considère Karine avec un certain mépris, bien qu’elle soit déjà enceinte. Il déclare :

Si j’avais su qu’elle avait un tel caractère… C’est clair, elle m’aime, mais trop, elle est trop possessive. Elle ne connaît pas beaucoup de gens. Elle préfère se gaver de télé. Maintenant, je me dis que je reste parce qu’elle est enceinte, mais après, elle doit changer. Si elle ne change pas, il ne faut pas trop en demander, moi je ne resterai pas avec elle…

56Trois ans après, en 2004, ils ont deux enfants. Il évoque encore la possibilité d’une séparation mais estime qu’ils ont quand même apaisé leur relation. Le couple perdure ainsi, clivé et peu valorisé.

57Le positionnement marginal du conjoint dans ce type de cas semble donc relever surtout d’une culture populaire masculine non dénuée d’un certain machisme, qui réserve la bande de copains aux loisirs et cantonne la conjointe dans la famille. De leur côté, les femmes cultivent peu la sociabilité amicale. On retrouve la différenciation significative entre classes sociales abordée plus haut. À part pour Thibault, cette mise à l’écart ne signale pas forcément une moindre intensité amoureuse. Simplement, les mondes sont moins partagés et la conjointe, même aimée, reste du côté de la famille. On retrouve donc là les résultats des années soixante à 80 concernant cette spécificité des classes populaires.

Le conjoint comme un pont parmi d’autres

58Il arrive que le conjoint ne soit pas vraiment cantonné à une composante mais qu’il soit connecté à divers groupes, sans pour autant devenir vraiment central. Il prend alors place dans un réseau avec un maillage assez lâche, en collier de perles par exemple. Il fait des ponts, mais n’est pas le seul. C’est le cas pour Florence (étudiante en biologie).

Fig. 7. Le réseau de Florence en 2004

59Son conjoint Bertrand a une centralité importante mais il n’est pas le seul : Sam, un ami de Bertrand à l’origine, connecte lui aussi d’autres liens, ainsi que la grande sœur de Florence, Karine, qui fait le pont avec la famille. On trouve aussi Mériem la plus ancienne amie d’enfance, et Vanessa une amie d’études, qui connectent chacune des strates « historiques » du réseau de Florence. Celui-ci s’étage ainsi par époques, certains alter faisant le pont entre ces strates. Dans les classes supérieures les liens anciens sont davantage conservés que dans les autres classes, et des liens plus récents s’y ajoutent aussi davantage. Ils s’agglomèrent successivement par contextes, sans qu’une seule personne en concentre seule le partage.

60Ces types de réseaux en colliers de perles, plus spécifiques aux classes moyennes et supérieures, conservent des trous structuraux et des ponts distincts les uns des autres. Ils permettent, sans segmenter vraiment le réseau, de conserver une certaine marge d’autonomie à l’égard du conjoint. Celui-ci ne concentre pas toute l’intermédiarité.

Les processus de centralisation

61En examinant les transitions d’un réseau à l’autre voyons maintenant comment se construit la place du conjoint dans le réseau, et comment il devient parfois central. Les temporalités de ces transitions sont elles-mêmes différenciées. Le délai qui sépare le moment de la cohabitation de celui de la centralisation du réseau est très variable, montrant un rythme différent dans la mise en place du partage des relations dans le couple.

Rythmes et étapes de la centralisation

62La centralité d’intermédiarité du conjoint évolue très nettement avec l’ancienneté de l’installation en couple : la médiane normalisée passe de 0,50 pour des couples qui cohabitent depuis moins d’un an à 0,97 entre 1 et 3 ans, à 1,22 entre 3 et 6 ans, 1,67 entre 6 et 11 ans, puis 2,62 au-delà de 11 ans. Elle évolue également régulièrement avec l’âge d’ego.

63Quelles sont plus précisément les étapes de cette centralisation ?

64Dans certains cas, le réseau est devenu rapidement centralisé. C’est le cas de Fleur (étudiante), qui a rencontré Stéphane en 1999 dans une colonie de vacances où ils étaient animateurs.

Fig. 8. Le réseau de Fleur en 1998

Fig. 9. Le réseau de Fleur en 2001

65Juste avant, en 1998 le réseau de Fleur avait une structure en collier de perles : plusieurs alter différents avaient des positions partiellement centrales : son frère Fabien, son « ex » Valentin, son amie d’enfance Laure et son amie de fac Hélène. Chacun connectait une composante. Trois ans plus tard, Fleur vit avec Stéphane et il devient le seul à faire autant de connexions avec la plupart des membres du réseau de Fleur qui comprend maintenant les groupes d’amis qu’il y a importés. Fleur a présenté Stéphane à ses amis à elle, même si elle préfère dans certains cas voir ses amies seule.

66Dans d’autres cas, le processus est bien plus long. Étienne (électromécanicien) sortait avec Christelle avant la vague 1 et s’est installé avec elle peu de temps après. Mais lui a mis bien plus longtemps avant de partager ses relations avec elle.

Fig. 10. Le réseau d’Étienne en 1995

Fig. 11. Le réseau d’Étienne en 1998

Fig. 12. Le réseau d’Étienne en 2001

Fig. 13. Le réseau d’Étienne en 2004

67Christelle est tout d’abord, dès 1995, insérée dans la famille d’Étienne. Notons que le personnage le plus central de son réseau est David, un ami d’enfance qui fait le pont entre la famille et la bande de copains car il vient « depuis toujours » voir Étienne chez ses parents. Trois ans plus tard, alors qu’Étienne travaille et qu’ils ont eu une petite fille, les copains de lycée ont disparu, la famille de Christelle forme une composante très dense avec la famille d’Étienne : tout le monde se rassemble autour du berceau. La centralisation du conjoint est alors « noyée » dans une densification générale du réseau. Encore trois ans après, des couples de copains de loisirs sont apparus, connectés aux parents d’Étienne car ils font partie de la même association de rallye automobile. Ce sont alors ses parents qui sont les plus centraux. En 2004 on trouve le réseau d’Étienne enfin centralisé sur Christelle, qui fait maintenant à elle seule le pont entre les deux familles, un nouveau groupe de voisins et un couple d’amis de loisirs. Le réseau s’est segmenté par contextes, laissant alors Christelle occuper la place centrale en étant seule à les relier. Le réseau d’Étienne est alors entièrement partagé avec elle.

68On voit déjà que les rythmes de cette centralisation sont très contrastés et ne peuvent s’expliquer seulement par l’ancienneté du couple ou l’âge : lorsque Fleur s’installe en couple elle a 25 ans et son réseau se centralise plus rapidement que celui d’Étienne, qui n’en avait lui que 20 mais travaillait déjà. L’âge social est plus complexe que l’âge biologique.

69Les processus de centralisation sont différents selon que les réseaux étaient auparavant denses, ou dissociés.

La centralisation d’un réseau dense par élagage

70Au temps du lycée, les réseaux souvent organisés en deux composantes denses : la famille et la ou les bandes de copains, avec des interconnexions entre elles. En effet, les jeunes vivent chez leurs parents et y invitent leurs amis. Plus tard, des procédures de différenciation apparaissent. Le réseau se dissocie, se segmente par types de relations et par activités. C’est par ce processus de segmentation que dans la moitié des cas du panel les réseaux évoluent vers la centralisation.

Fig. 14. Le réseau de Viviane en 1998

Fig. 15. Le réseau de Viviane en 2001

71C’est le cas de Viviane (vendeuse de vêtements). Au départ, son conjoint Emmanuel est inclus dans une densité presque générale. Il partage beaucoup de relations avec Viviane, comme le font aussi sa famille et ses amis. Elle l’a connu par des amis qui l’ont même un peu incitée à sortir avec lui. Puis Viviane, trois ans après, cite moins de membres de sa belle-famille et de voisins, et les amis sont moins mélangés avec la famille. Emmanuel est devenu quasiment le seul pont entre famille et amis. La perte d’amis anciens se combine avec la séparation des sphères d’activité pour lui conférer cette position spécifique.

La centralisation par adoption des relations du conjoint

72D’autres fois, la centralité du conjoint augmente par l’agrégation de ses amis et parents.

Fig. 16. Le réseau de Diane en 2001

Fig. 17. Le réseau de Diane en 2004

73Diane a en 2001 un plus petit réseau, typique des classes populaires de milieu rural, exerçant des petits boulots. La seule centralité supplémentaire de son amoureux Éric vient de sa connexion avec Mélanie, l’amie d’enfance de Diane. Lorsque Diane s’installe avec Éric, son réseau s’étoffe par l’ajout de la famille et des copains d’Éric qui sont donc d’emblée connectés avec lui. Dans ce cas, les nouvelles relations sont apportées par le conjoint et ego dépend alors davantage de lui pour sa vie sociale.

La centralisation par connexion du conjoint

74Dans d’autres cas, l’installation en couple est précédée par un réseau dissocié en multiples composantes et alter isolés. C’est un cas typique des travailleurs qui ne fonctionnent plus en bandes, des personnes des classes supérieures qui ont tendance à segmenter plus tôt leur réseau, ou encore qui sont partis vivre loin de chez elles.

75C’est le cas de Nicolas (classe supérieure), qui cumule ces caractéristiques. Il a d’abord enchaîné les séjours Erasmus au pays de Galles et en Espagne où il a commencé à travailler comme commercial, et a ensuite migré vers l’Italie pour monter ensuite son entreprise au Maroc. Il conserve des petits noyaux d’amis de ses différents séjours, dissociés de sa famille et de ses amis restés à Caen.

Fig. 18. Le réseau de Nicolas en 2001

Fig. 19. Le réseau de Nicolas en 2004

76En 2001, il vient de rencontrer Veronica en Espagne où elle séjourne aussi, dans un groupe d’étudiants Erasmus déjà bien disparate. C’est donc par l’intermédiaire des amis qu’elle commence à partager le réseau de Nicolas. En 2004, ils partent ensemble en Italie, où Nicolas se lie à la famille et aux amis italiens de Veronica. Son réseau devient ainsi centré sur elle. Il le restera même lorsqu’ils partiront ensuite ensemble au Maroc : en 2015 leurs nouveaux amis seront aussi communs.

77Dans d’autres cas, comme ceux que nous avons vus pour les classes populaires plus haut, l’approche du réseau par le conjoint ne se fait pas par les amis, mais par la famille. Présenter son conjoint d’abord à la famille ou d’abord aux amis, cela peut dépendre donc des circonstances (mobilité et types de loisirs par exemple) et des affinités. Mais on retrouve aussi dans ces histoires les régularités sociales identifiées plus haut, en particulier la tendance des hommes des classes populaires à cantonner leur conjointe du côté de la famille.

78Dans ces différents processus de centralisation du conjoint, on peut ainsi identifier différentes séquences souvent combinées :

la transformation d’un lien amical inséré dans un groupe de copains en un lien amoureux, qui reste un temps inscrit dans ce groupe ;

la perte de relations qui éclaircit les rangs en concentrant le réseau sur les relations communes ;

l’adoption de relations déjà liées au conjoint (sa famille et ses amis), ce qui renforce sa centralité ;

la présentation du conjoint à la famille et/ou aux amis, ce qui multiplie peu à peu les connexions. Dans certains cas (surtout les classes populaires), c’est d’abord par la famille que s’intègre le conjoint (qui y reste souvent cantonné), et dans d’autres cas (surtout les femmes et les classes supérieures), c’est d’abord par les copains.

Processus de décentralisation

Évolutions de la conjugalité

79Il arrive aussi que des réseaux devenus centrés sur le conjoint se décentralisent ensuite. Les évolutions internes au couple peuvent y être rendues visibles. C’est par exemple le cas pour Antoine (classe moyenne). Il sortait depuis un an avec Sabrina en 1995, et l’incluait dans un réseau dense. En 1998, alors qu’ils sont étudiants et ne vivent pas encore ensemble le réseau d’Antoine s’est centralisé sur Sabrina par segmentation.

Fig. 20. Le réseau d’Antoine en 1995

Fig. 21. Le réseau d’Antoine en 1998

Fig. 22. Le réseau d’Antoine en 2001

Fig. 23. Le réseau d’Antoine en 2004

80En 2001 on note pourtant une décentralisation, Sabrina ne connecte plus que quelques copains, elle est dissociée de la famille et la belle-famille n’apparaît plus. On apprend qu’entre-temps, Antoine (en formation d’animateur) et Sabrina se sont séparés pendant 8 mois, et qu’ils viennent de se retrouver avec une grande intensité. Pour autant, cela les a fait réfléchir sur leur vie conjugale :

Avant, on était un couple fusionnel. C’est peut-être ça qui nous a détruits. Maintenant, elle a ses amis à elle, ils sortent ensemble. Et moi je sors de mon côté. C’était notre principe quand on s’est remis ensemble : « Attention, on doit vraiment rester indépendants ».

81Ils partagent moins leurs loisirs et leurs relations, et sa belle-famille en veut encore beaucoup à Antoine. En 2004, Antoine est éducateur, les familles ont fini par se retrouver, Sabrina redevient centrale mais une longue chaîne d’amis témoigne encore d’une volonté de ne pas toujours mêler tout le monde.

Ruptures

82Mais la décentralisation peut aussi signifier le désengagement progressif du couple. On trouve 10 cas où la centralisation diminue, parmi lesquels 6 femmes et 4 hommes, d’origines sociales diverses. Dans 6 cas (4 femmes et 2 hommes) le couple se sépare ensuite.

83En 1998, le réseau de Clotilde (étudiante) était fortement centralisé sur Emmanuel, avec qui elle sortait depuis deux ans et demi.

Fig. 24. Le réseau de Clotilde en 1998

Fig. 25. Le réseau de Clotilde en 2001

Fig. 26. Le réseau de Clotilde en 2004

84En 2001, Emmanuel est toujours au centre de la composante principale en étoile, mais d’autres composantes isolées sont apparues, dont une importante clique de collègues et plusieurs amis d’études que Clotilde fréquente de son côté. Mais en 2004, le couple s’est séparé. Le réseau de Clotilde (en formation d’éducatrice) est alors très dissocié, même sa famille est maintenant vue par petits groupes. Un nouvel amoureux est apparu, Dominique, qui reste cantonné avec un petit groupe d’amis. Les seconds conjoints sont de façon générale moins rapidement mêlés aux membres du réseau, et peuvent rester à la marge : il faut d’abord que l’entourage accepte la séparation d’avec celui qu’il avait précédemment adopté. De plus, après une séparation les secondes unions sont vécues par les intéressés eux-mêmes avec davantage de prudence.

85Ces processus de décentralisation peuvent témoigner d’une maturation du couple et de la construction progressive d’un modèle d’association conjugale favorisant l’autonomie de chacun, surtout dans les classes supérieures. Mais ils peuvent aussi, sans que l’on puisse ici identifier une relation de causalité, se poursuivre par une dissolution du couple qui va assez radicalement dissocier le réseau.

Conclusion

86Une enquête longitudinale qui permet d’étudier conjointement les évolutions des réseaux personnels et les étapes du parcours de vie révèle la diversité des configurations relationnelles, ainsi que les différentes séquences qui scandent l’entrée en conjugalité. Un processus de centralisation des réseaux autour du conjoint se dégage, mais il est loin d’être uniforme.

87En particulier, des différences sociales se montrent persistantes au long des événements biographiques. Hommes et femmes n’abordent pas au même rythme ni de la même façon l’entrée en conjugalité. Les hommes s’installent en couple plus tard et semblent « résister » au processus de recouvrement des réseaux. C’est surtout à leur propre famille qu’ils connectent leur conjoint, en l’y cantonnant même souvent, surtout dans les classes populaires. Les femmes ont des conjoints plus centraux en termes de degré et d’intermédiarité : ceux-ci fréquentent plus de membres de leur réseau et constituent des intermédiaires plus importants entre leurs différentes composantes. Elles adoptent davantage les amis de leur conjoint et font plus de rencontres par leur intermédiaire.

88L’origine sociale identifie surtout des formes de conjugalité populaire masculines, où les conjointes sont cantonnées à la famille et séparées des copains de loisirs. Dans les classes moyennes où les réseaux sont moins denses l’intermédiarité du conjoint est plus forte et il connecte des composantes différentes. Dans les classes supérieures les réseaux relativement dissociés forment des chaînes plus distantes où le conjoint partage plus souvent l’intermédiarité avec des amis d’époques différentes. Des événements biographiques interviennent également : la mobilité géographique dans le sens de la segmentation du réseau, la naissance d’un enfant dans le sens de sa densification.

89Des séquences plus précises sont identifiées : à partir d’un réseau dissocié le conjoint va connecter les composantes, à partir d’un réseau dense la segmentation va laisser le conjoint comme seul intermédiaire, à partir d’un réseau restreint les amis du conjoint vont s’ajouter en renforçant sa centralité. Ajouts ou pertes de relations, connexions ou segmentations sont des séquences relationnelles qui se combinent ainsi pour dessiner des processus de restructuration du réseau en nombre limité et socialement corrélés.

90Ces processus ne sont pas sans conséquences, sociales là aussi. Dans un réseau très centré sur le conjoint, tout se fait et se dit sous ses yeux, avec lui. La personne peut manquer d’autonomie comme d’alternatives et risquer de perdre beaucoup en cas de rupture. L’entité est le couple. Dans un réseau plus dense, tout le monde partage l’information et les activités, dans une cohésion généralisée. L’entité est le groupe. Dans un réseau en collier de perles, plusieurs alter ont des rôles d’intermédiaires, il y a différentes zones d’influence et circuits alternatifs. L’entité est plus diffuse. Enfin dans un réseau dissocié, les composantes sont isolées, les segments étanches, la personne peut alors jouer sur différentes facettes et se trouver seule à contrôler les informations. L’entité est ego. Ce sont ces couples-là, ceux des classes supérieures le plus souvent interrogés dans les enquêtes, qui ont pu amplifier l’image de conjugalités vouées au triomphe de l’ego. Mais comme nous l’avons vu, ce profil est loin d’être général. Il reste à vérifier que la prédominance masculine que nous avons identifiée dans les réseaux des classes populaires au début de la vie conjugale soit à interpréter comme une domination masculine plus globale concernant l’identité et le mode de vie. Elle rend en tout cas les femmes plus vulnérables en termes relationnels.

91Le lien entre la centralité du conjoint qui le rapproche d’une position d’alter ego et l’intensité du sentiment amoureux est tentant, mais il n’est pas, à première vue, si direct : les couples où le conjoint est le plus central ne sont pas forcément les plus amoureux ; la conjugalité leur apparaîtrait plutôt comme une sorte d’évidence. Certes, une part des couples qui connaissent un processus de décentralisation finissent par se séparer. En ajoutant un peu d’opacité et d’alternatives sociales dans leur monde auparavant plus fusionnel, ils prennent peut-être le risque de trop privilégier les autonomies divergentes. Mais ce lien ne peut pas être établi à ce stade de la recherche.

92Il faut alors poursuivre l’analyse qualitative des formes de conjugalités, des représentations et des ressorts du couple. Les tendances statistiques repérées ici doivent également être confirmées à plus grande échelle. Il faut aussi réaliser des mesures précises de la distribution des rôles dans le couple : carrières, prises de décision, autonomie, emplois du temps, gestion des revenus et du patrimoine, rôles parentaux, etc., constituent autant d’indicateurs des formes sociales de la conjugalité. Il faut enfin, dans d’autres enquêtes, interroger les deux membres du couple.

93C’est bien un regard sociologique sur les conjugalités qui est proposé là, des conjugalités en construction et en évolution perpétuelle, des conjugalités encastrées concrètement et symboliquement dans le monde social… et socialement différenciées.

Haut de page

Bibliographie

Babchuk N., Bates A., 1963. “The primary relations of middle-class couples: a study of male dominance”, American Journal of Sociology 28, p.377-384.

Babchuk N., Bates A., 1965. “Primary friends and kin: a study of the associations of middle class couples”, Social Forces 43, p. 483-492.

Berger P., Kellner H., [1964] 1988. « Le mariage et la construction de la réalité », Dialogue 102, p. 6-21.

Bidart C., 2008. « Dynamiques des réseaux personnels et processus de socialisation: évolutions et influences des entourages lors des transitions vers la vie adulte ». Revue Française de Sociologie 49 (3), p. 559-583.

Bidart C., Degenne A., Grossetti M., 2011. La vie en réseau. Dynamique des relations sociales, Paris, PUF.

Bidart C., Degenne A., Grossetti M., 2018. “Personal Networks Typologies: A Structural Approach”, Social Networks 54, p. 1-11.

Bott E., [1957] 1971. Family and Social Network, New York, Free Press.

Demaziere D., Dubar C., 2005. « Récits d’insertion de jeunes et régimes de temporalité ». Temporalités 3, p. 94-107.

Demaziere D., 2007, « Quelles temporalités travaillent les entretiens biographiques rétrospectifs ? », Bulletin de méthodologie sociologique, 93.

Elder, G.H., 1994. “Time, Human Agency, and Social Change: Perspectives on the Life Course”. Social Psychology Quarterly 57(1), p. 4-15.

Freeman L., 1978, “Centrality in social networks: conceptual clarification”. Social Networks, 1, 3, p. 215-239.

Galland O., 2000. « Entrer dans la vie adulte : des étapes toujours plus tardives mais resserrées ». Économie et statistique 337, p. 13-36.

Gordon M., Downing H., 1978. “A multivariate test of the Bott Hypothesis in an Urban Irish setting”. Journal of Marriage and the Family, p. 585-593.

Heran F., 1988. « La sociabilité, une pratique culturelle ». Économie et statistique 216, p. 3-22.

Julien D., Chartrand E., Begin J., 1999. “Social networks, structural interdependance and conjugal adjustment in heterosexual, gay and lesbian couples”, Journal of Marriage and the Family 61, p. 516-530.

Kaufmann J.-C., 1992. La trame conjugale. Analyse du couple par son linge, Paris, Nathan.

Kellerhals J., Widmer E., Levy R., 2008. Mesure et démesure du couple. Cohésion, crises et résilience dans la vie des couples, Petite Bibliothèque Payot.

Maillochon F., 2016. La passion du mariage, Paris, PUF.

Mayer K. U., 2016, “Review of Handbook of the Life Course”, Longitudinal and Life Course Studies, 7(2), p. 441-444.

Mead G.H., [1934] 2006. L’esprit, le soi et la société, Paris, PUF.

Milardo, R., 1982, “Friendship networks in developing relationships: converging and diverging social environments”, Social Psychology Quarterly 45(3), p. 162-172.

Milardo, R., 1989. “Theoretical and Methodological issues in the identification of the social networks of spouses”, Journal of marriage and the family 51, p. 165-174.

Rault W, Regnier-Loilier A., 2015. « La première vie en couple : évolutions récentes », Population et sociétés 521, p. 1-4.

Singly F. de, 1987. Fortune et infortune de la femme mariée. Sociologie de la vie conjugale, Paris, PUF.

Singly F. de, 1996. Le soi, le couple et la famille, Paris, Nathan.

Van De Velde C., 2008. Devenir adulte: sociologie comparée de la jeunesse en Europe, Paris, PUF.

Haut de page

Annexe

Le Panel de Caen

Le Panel de Caen a été conçu et dirigé par Claire Bidart, avec Alain Degenne, Daniel Lavenu, Didier Le Gall, Lise Mounier, Anne Pellissier, et plus ponctuellement Dominique Beynier et Clotilde Lemarchand. Cette recherche a été financée au fil des années par la Délégation Interministérielle à l’Insertion des Jeunes - Ministère de l’Emploi et de la Solidarité, la DRASS de Basse-Normandie, la DDASS du Calvados, la DRTEFP de Basse-Normandie, la Mairie de Caen, la MRSH de Caen, la Délégation Interministérielle à la Ville, le Ministère de la Jeunesse et des Sports, le Ministère de la Culture, le Fonds d’Action Sociale, le Plan Urbain, France Télécom R&D, la Caisse Nationale d’Allocations Familiales, et le Labex « Structuration des Mondes Sociaux » (Labex SMS), ANR-11-LABX-0066.

La première vague d’entretiens a été menée en 1995 auprès de 87 jeunes qui vivaient dans l’agglomération de Caen. Nous avons contacté des jeunes qui se trouvaient en terminale ES, en terminale de bac professionnel, ou juste avant la sortie d’un stage d’insertion pour d’autres moins scolarisés. Hommes et femmes étaient répartis dans ces trois groupes. Nous avons donc à l’origine une quinzaine de personnes dans chaque catégorie de sexe par filière (bac ES, bac pro, stage d’insertion). Ce sont nos seuls critères de sélection du corpus initial. Les âges s’échelonnaient entre 17 et 23 ans, du fait des redoublements selon les filières. Les classes populaires (selon la profession des parents) étaient surreprésentées de fait, avec 53 jeunes des classes populaires, 23 des classes moyennes et 11 des classes supérieures. Cette répartition s’est progressivement équilibrée, les personnes des classes populaires étant plus nombreuses à abandonner l’enquête. Les autres vagues d’enquête ont été réalisées auprès des mêmes personnes tous les trois ans. En 1998, 74 ont encore participé à l’enquête, puis 66 en 2001 et 60 en 2004. Une vague d’enquête en 2007 n’a pas donné lieu à un recueil des réseaux, nous n’en tenons donc pas compte ici. En 2015 a été réalisée une dernière vague d’enquête auprès de 19 de ces personnes qui utilisaient Facebook. Pour ces dernières nous disposons donc de données portant sur 20 ans. Au total, nous disposons donc de 306 cas. Nous pouvons comparer cinq moments alliant parcours et réseaux, et étudier très précisément ce qui s’est déroulé dans les intervalles.

La construction de chacun des réseaux personnels à chaque vague d’enquête a été opérée par une longue série de « générateurs de noms » permettant de dresser la liste des personnes fréquentées (les alter) à partir des contextes de vie présents et passés de la personne interrogée (ego) : études, travail, loisirs, associations, voisinage, famille, etc. Pour chaque contexte, on demandait : « Dans (ce contexte), as-tu rencontré des personnes que tu connais un peu mieux, avec qui tu parles un peu plus ? », en prenant leurs prénoms. Les personnes fréquentées au-delà du contexte initial, ou déclarées importantes, étaient considérées comme des liens forts. Les caractéristiques sociographiques de toutes ces personnes ont été recueillies. Pour les liens forts les interconnexions entre les alter du réseau ont été systématiquement demandées (du point de vue d’ego), ce qui permet de tracer la structure du réseau. La moyenne de la taille des réseaux ainsi obtenus se situe à 38 relations, mais les écarts sont considérables : le plus petit réseau compte 6 relations, le plus grand en compte 134.

Pour en savoir plus : http://panelcaen.hypotheses.org/​

Haut de page

Notes

1 La question posée était : « Est-ce que tu sors, au sens amoureux, avec quelqu’un ? ». D’autres questions sur la rencontre, la sexualité, etc., permettaient ensuite de mieux qualifier ce lien. Nous enregistrons cette relation amoureuse si elle a donné lieu à des relations sexuelles. Mais dans cet article nous parlons surtout des couples installés dans un logement commun.

2 Les prénoms sont des pseudonymes.

3 Le panel compte deux personnes ayant cohabité au moins un temps en couple homosexuel, un homme et une femme. Pour éviter d’alourdir le texte je fais le choix de laisser l’accord masculin du mot « conjoint » qui s’applique aux hommes et aux femmes.

4 La profession et le niveau de diplôme des parents est une variable plus pertinente pour ces jeunes en fin de formation que leur niveau d’études ou leur PCS, en évolution au long de l’enquête.

5 Les personnes issues des classes supérieures dans ce panel sont à la fois moins nombreuses, plus jeunes et plus « tardives » dans leur installation en couple que celles issues des classes populaires.

6 La centralité d’intermédiarité se calcule ainsi : soit k un sommet du graphe G et soit i et j deux autres sommets quelconques du même graphe ; Soit Ci,j le nombre de géodésiques, c’est-à-dire des chemins de longueur minimale, entre i et j. Soit Ci,j,k le nombre de ces géodésiques qui passent par k. L’intermédiarité (ou Betwenness centrality) de k est définie par Bk = ∑¬i,j (C,i,j,k/Ci,j). On la pondère généralement par le nombre de couples i,j : βk = Bk/(n-1)(n-2), ou nombre d’arêtes.

7 La centralité d’intermédiarité d’un alter est égale à 0 lorsqu’il est isolé (il n’a de connexion qu’avec ego) ou lorsqu’il fait partie d’une clique où tout le monde connecte tout le monde, son intérmédiarité étant alors nulle car il ne fait pas l’intermédiaire plus que les autres.

8 Je considère ici le début de l’histoire d’amour, et non la cohabitation.

9 Les réseaux ont été explorés et visualisés à l’aide du package R visNetwork réalisé par Léo Joubert et implémenté dans une plateforme basée sur le framework Shiny. Le code source est disponible dans le dépôt Git : https://github.com/leojoubert/Moulinette

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Le réseau de Sidonie en 2001
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4126/img-1.png
Fichier image/png, 31k
Légende Fig. 2. Le réseau de Didier en 2004
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4126/img-2.png
Fichier image/png, 36k
Légende Fig. 3. Le réseau de Colette en 2004
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4126/img-3.png
Fichier image/png, 19k
Légende Fig. 4. Le réseau de Paul en 2001
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4126/img-4.png
Fichier image/png, 70k
Légende Fig. 5. Le réseau de Daniel en 2001
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4126/img-5.png
Fichier image/png, 144k
Légende Fig. 6. Le réseau de Thibault en 2001
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4126/img-6.png
Fichier image/png, 82k
Légende Fig. 7. Le réseau de Florence en 2004
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4126/img-7.png
Fichier image/png, 44k
Légende Fig. 8. Le réseau de Fleur en 1998
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4126/img-8.png
Fichier image/png, 64k
Légende Fig. 9. Le réseau de Fleur en 2001
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4126/img-9.png
Fichier image/png, 108k
Légende Fig. 10. Le réseau d’Étienne en 1995
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4126/img-10.png
Fichier image/png, 74k
Légende Fig. 11. Le réseau d’Étienne en 1998
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4126/img-11.png
Fichier image/png, 85k
Légende Fig. 12. Le réseau d’Étienne en 2001
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4126/img-12.png
Fichier image/png, 142k
Légende Fig. 13. Le réseau d’Étienne en 2004
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4126/img-13.png
Fichier image/png, 122k
Légende Fig. 14. Le réseau de Viviane en 1998
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4126/img-14.png
Fichier image/png, 237k
Légende Fig. 15. Le réseau de Viviane en 2001
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4126/img-15.png
Fichier image/png, 81k
Légende Fig. 16. Le réseau de Diane en 2001
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4126/img-16.png
Fichier image/png, 42k
Légende Fig. 17. Le réseau de Diane en 2004
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4126/img-17.png
Fichier image/png, 109k
Légende Fig. 18. Le réseau de Nicolas en 2001
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4126/img-18.png
Fichier image/png, 50k
Légende Fig. 19. Le réseau de Nicolas en 2004
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4126/img-19.png
Fichier image/png, 75k
Légende Fig. 20. Le réseau d’Antoine en 1995
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4126/img-20.png
Fichier image/png, 112k
Légende Fig. 21. Le réseau d’Antoine en 1998
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4126/img-21.png
Fichier image/png, 74k
Légende Fig. 22. Le réseau d’Antoine en 2001
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4126/img-22.png
Fichier image/png, 88k
Légende Fig. 23. Le réseau d’Antoine en 2004
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4126/img-23.png
Fichier image/png, 111k
Légende Fig. 24. Le réseau de Clotilde en 1998
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4126/img-24.png
Fichier image/png, 168k
Légende Fig. 25. Le réseau de Clotilde en 2001
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4126/img-25.png
Fichier image/png, 131k
Légende Fig. 26. Le réseau de Clotilde en 2004
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4126/img-26.png
Fichier image/png, 58k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Bidart, « Partager son réseau », Temporalités [En ligne], 27 | 2018, mis en ligne le 06 juillet 2018, consulté le 23 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/4126 ; DOI : 10.4000/temporalites.4126

Haut de page

Auteur

Claire Bidart

Aix Marseille Univ, CNRS, LEST, Aix-en-Provence – claire.bidart@univ-amu.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page