Navigation – Plan du site

Carrières des chercheurs et dynamique des réseaux scientifiques

Une mise en intrigue à partir des cas de cinq chimistes émérites
Researchers’ careers and the dynamics of scientific networks. A scheme based on the cases of five distinguished chemists
Carreras de investigadores y dinámica de redes científicas
Bastien Bernela, Marine Bernard et Marie Ferru

Résumés

Cet article cherche à rendre compte de la dynamique du réseau scientifique de chercheurs, observé à travers l’activité de publication, à l’échelle des carrières individuelles. Empiriquement, nous avons reconstitué le réseau de cosignature de publications de cinq chimistes émérites de l’Université de Poitiers et nous avons repéré les moments d’émergence, de renforcement ou d’affaiblissement des relations de ces chimistes avec leurs coauteurs. Ce travail, à visée exploratoire et compréhensive, repose sur une méthodologie originale combinant matériaux quantitatifs et qualitatifs : alors que des données de publication fournissent des informations exhaustives sur les relations de co-authorship des chercheurs, les CV et entretiens semi-directifs réalisés auprès des protagonistes permettent d’analyser finement cette dynamique relationnelle au fil de leur carrière.

Haut de page

Entrées d’index

Indice de palabras clave :

dinámica, carrera, investigadores, red científica, química
Haut de page

Texte intégral

De la carrière des chercheurs aux réseaux scientifiques

1S’il y a bien une activité où les réseaux sont omniprésents, c’est le monde scientifique. Les chercheurs forment, recrutent, évaluent, collaborent, s’organisent en communauté. Robert K. Merton, considéré comme un des fondateurs de la sociologie des sciences, a décrit en 1942 ce qu’il a appelé « la structure normative de la science » : la science est avant tout une activité sociale, normée par un ethos. Ce monde social est multiniveau puisqu’il est composé d’individus (les chercheurs), d’organisations (les équipes, laboratoires), d’institutions (les instances représentatives des pairs, les sociétés savantes, les organisations d’enseignement supérieur et de recherche…), plus ou moins reliés les uns aux autres. On peut utiliser l’analyse des réseaux sociaux pour l’étudier de façon dynamique (évolution dans le temps et dans l’espace) et multiscalaire (articulation entre les niveaux d’action).

2La création du Science Citation Index en 1963 par Eugene Garfield, qui recense les articles des revues scientifiques indexées et les citations reçues, suivie du développement de nombreuses bases de données bibliographiques (ISI, Web of Science, Scopus…) a fait émerger un ensemble de travaux visant à mesurer et évaluer l’activité scientifique : la scientométrie. S’est développée dans les dernières années une littérature foisonnante proposant une analyse quantitative des données de publication, et traversant les disciplines telles qu’on les envisage en France (sociologie, économie, géographie, histoire, science de l’information et de la communication, informatique, etc.), alors qu’elle prend corps dans d’autres pays sous la dénomination de science and technology studies.

  • 1 Ce dernier a mis en évidence l’existence d’une relation inverse entre volume de production scientif (...)

3À partir de ces données, la communauté scientifique s’est attachée à mieux comprendre la construction et la dynamique des réseaux scientifiques, notamment en s’intéressant à l’émergence de communautés thématiques ou à l’interdisciplinarité (Mullins, 1972 ; Bordons et al., 1999), au degré d’internationalisation des collaborations scientifiques (Wagner et Leydesdorff, 2005 ; Grossetti et al., 2014), etc. Dans ce domaine, l’économie de la science s’est notamment attachée à étudier les déterminants microéconomiques de l’inégale distribution de la production scientifique, phénomène bien connu depuis Lotka (1926)1. Les travaux de Diamond (1986) et Levin et Stephan (1991) mettent en évidence l’existence d’un cycle de productivité scientifique des chercheurs au fil de leur carrière, très lié aux promotions (accès au premier poste titulaire puis au professorat). L’effort de production scientifique serait ainsi plus soutenu en début de carrière, jusqu’à stabilisation, puis redescend pour atteindre un pic avant le passage au professorat. Lissoni et al. (2011) montrent, sur des données françaises et italiennes, que dans le contexte d’une conjoncture favorable avec un nombre important de postes mis au concours, la production scientifique moyenne des enseignants-chercheurs est significativement plus faible. Dans le même sens, un courant de la sociologie quantitative américaine (Allison et Long, 1990 ; Long et al., 1993 ; Long et Fox, 1995) s’est largement intéressé à des déterminants plus sociologiques de l’accès et de la progression de la carrière académique, comme le genre, la situation matrimoniale et la parentalité ou encore des effets de stratification liés à la réputation des départements scientifiques. Si cette large famille de travaux a su intégrer la carrière des chercheurs comme déterminant de la production scientifique, elle a assez largement négligé celle des relations sociales. Or, ces deux entrées analytiques que sont la carrière et les réseaux sont fortement dépendantes et intrinsèquement imbriquées dès lors que la trajectoire individuelle du chercheur (professionnelle, géographique, thématique…) co-évolue avec la dynamique relationnelle de son activité scientifique, à travers plusieurs processus.

4Le premier de ces processus est l’évolution de la place de la recherche aux différents moments de la carrière. Il existe en effet un certain nombre de tensions dans l’activité professionnelle des enseignants-chercheurs (Musselin, 2008 ; Dahan et Mangematin, 2010 ; Kossi et al., 2015) : l’engagement dans l’enseignement et dans des tâches administratives de plus en plus nombreuses a un effet direct sur le temps disponible pour la recherche, qui peut évoluer au fil de la carrière. On peut donc pressentir des trajectoires différentes de développement des réseaux scientifiques des chercheurs en fonction de cette évolution : séquences de mise en sommeil de l’activité de recherche, de renforcement à l’inverse avec prise de responsabilité scientifique, de parenthèses administratives ou personnelles, etc.

5Le deuxième processus concerne la division du travail scientifique. La place des chercheurs dans l’activité scientifique collective est très dépendante du moment de la carrière. Dans les disciplines expérimentales notamment, le chercheur ne fait pas le même travail en fonction de sa place dans la hiérarchie de l’équipe, ce qui a un impact sur son réseau. Le réseau, dans son acception stratégique, est plutôt le fait du chercheur confirmé, en tant que cadre de la recherche. Le jeune chercheur dépend du réseau de son équipe avant de s’émanciper et de construire son propre réseau, en fonction du lieu où il est recruté et/ou des directions thématiques qu’il emprunte.

6Les trajectoires géographique et thématique constituent le troisième processus. Les travaux de la géographie de l’innovation ont mis l’accent sur le rôle de la mobilité des chercheurs dans la diffusion des connaissances à travers les réseaux scientifiques (Almeida et Kogut, 1999 ; Agrawal et al., 2006 ; Breschi et Lissoni, 2009). Carolina Cañibano (Cañibano et Woolley, 2015 ; Cañibano, 2017), qu’on pourrait qualifier de socioéconomiste des sciences, développe l’idée selon laquelle les chercheurs, localisés à tel ou tel endroit, reconfigurent les réseaux à travers leur mobilité, dans une logique de circulation (qu’il s’agisse de changements de localisation au moment des recrutements ou de mobilités temporaires). Très encouragée par les politiques actuelles, la mobilité peut avoir un impact sur le co-authorship puisqu’elle modifie l’entourage relationnel du chercheur : arriver dans un nouveau laboratoire crée des opportunités de rencontre avec de nouveaux chercheurs, et peut dans le même temps fragiliser les relations avec les anciens collaborateurs avec lesquels ego n’est plus en prise géographique. La mobilité des alter est tout aussi importante : ego peut bénéficier des mobilités entrantes d’alter extérieurs et de mobilités sortantes d’alter locaux, sans avoir à réaliser lui-même une mobilité.

7Au total, l’objectif de cet article est d’intégrer ces différents éléments dans l’analyse de la dynamique des réseaux scientifiques, en privilégiant une entrée par l’individu, avec la carrière du chercheur comme échelle d’analyse. Dans cette perspective, nous construisons le réseau personnel d’un chercheur à partir de l’ensemble de ses relations de co-authorship et repérons les moments d’émergence, de renforcement ou d’affaiblissement des liens avec ses coauteurs (Suitor et al., 1997) ainsi que la géographie de ces relations. Ce travail, à visée exploratoire et compréhensive, porte sur cinq chimistes émérites de l’Université de Poitiers. Il doit permettre, sur ces quelques cas, de mettre en valeur l’intérêt de coupler échelles d’analyse et méthodes pour traiter de la dynamique des réseaux scientifiques à l’échelle des carrières, et inviter à une généralisation de cet appareillage méthodologique (publications/CV/entretiens).

Combiner pour mieux comprendre : articulation des échelles d’analyse et des matériaux empiriques

Combiner les échelles d’action et de temps : pour une analyse processuelle des carrières scientifiques

8L’objectif de notre recherche étant de mieux comprendre l’impact des différents éléments inhérents à la carrière d’un chercheur sur la dynamique de son réseau, l’intégration d’une perspective dynamique constitue un enjeu essentiel alors même que le traitement des dynamiques dans les sciences sociales n’est pas toujours satisfaisant (Bidart et Mendez, 2016). En effet, « le temps est souvent considéré comme une variable additionnelle mais sans que soit pris en compte ce qu’il modifie dans ce qui est observé. Dans d’autres cas, les auteurs se concentrent sur les événements et les dates et les processus sont fragmentés : la continuité de l’histoire et son lien avec le contexte peuvent être oubliés. » (Bidart et al., 2012, p. 743). Il apparaît peu aisé de tenir compte de ce qui a, peu à peu et historiquement, fabriqué et agencé les variables entre elles. Les travaux de Abbott (1990 ; 2001) font figure de référence en rappelant le rôle crucial du temps dans l’analyse des phénomènes sociaux : le temps compte, il modifie chemin faisant les phénomènes observés, les conditions de leur émergence et les contextes de leur réalisation.

9S’appuyant sur ces travaux, Grossetti (2004, 2006), Brochier et al. (2010), Bidart et Mendez (2016) ont proposé ces dernières années de réintégrer une perspective dynamique dans l’analyse des phénomènes sociaux à travers une conception historique des processus. Les processus renvoient à un « ensemble de phénomènes organisés dans le temps qui combinent des ingrédients et des moteurs dont le changement éventuel permet d’identifier des séquences » (Brochier et al., 2010, p. 90). Les auteurs montrent en effet que le contexte ne peut être extérieur au processus et qu’une décomposition en séquences distinctes est essentielle afin d’identifier ce qui a changé (continuité versus changements plus ou moins marqués d’un point de vue géographique, thématique…) ainsi que les évènements clés pouvant modifier fortement l’orientation de la trajectoire. Il convient enfin de rendre compte des moteurs de la dynamique observée mettant en évidence l’existence d’interdépendances et de causalités multiples. Ces éléments permettent de dépasser une analyse centrée sur une période et d’aller au-delà d’une simple analyse chronologique qui donnerait une vision fragmentée et isolée des phénomènes sociaux. Dans ce cadre, « la carrière [doit être analysée] comme un tout, comme une combinaison de contraintes, d’opportunités et de choix, qui comporte une cohérence interne » (Bidart et Mendez, 2016, p. 223).

10Pour développer une telle démarche, Grossetti (2006) propose d’intégrer trois échelles d’analyse. 1) L’échelle du temps suppose de tenir compte des temporalités multiples pouvant se superposer au cours d’un processus : le temps court d’une expérience peut modifier la progression d’un projet ou même d’une carrière dans un temps plus long. La prise en considération de la multiplicité des échelles de temps nous invite à ne pas nous limiter à l’histoire de la carrière professionnelle du chercheur mais à intégrer la dynamique de l’équipe, de la discipline scientifique tout en tenant compte du système national ou international de la recherche plus ou moins stable dans le temps. Grossetti (2006) distingue parmi les échelles d’action 2) l’échelle des masses, qui renvoie aux niveaux micro et macro et permet de passer du niveau de l’acteur individuel à celui de l’organisation, de 3) l’échelle de la généralité qui permet de réintégrer le rôle du contexte. Les frontières entre les échelles des masses et de la généralité sont poreuses et les différents niveaux d’action peuvent entrer en interaction : la participation d’un chercheur à des instances nationales de la recherche peut avoir une incidence sur les décisions prises au niveau du laboratoire par exemple.

Combiner données bibliométriques et matériaux qualitatifs : une analyse relationnelle de l’activité de publication

  • 2 Dans le langage que nous utilisons ici, « séquences » et « périodes » renvoient à des temps différe (...)

11L’adoption d’une telle perspective analytique nécessite de développer une méthodologie adaptée. Le processus doit être conceptualisé comme une histoire (Bidart et al., 2012) et nécessite du matériau narratif qui rend compte de l’articulation de séquences2 dans le temps (Abbott, 2001).

12D’un point de vue empirique, le développement de la scientométrie permis par la couverture croissante des bases de données bibliométriques a conduit au développement rapide des techniques d’analyse des réseaux sociaux pour l’étude du monde scientifique. Si ces travaux ont permis de mieux décrire l’activité de publication et de collaboration scientifique, les études exclusivement bibliométriques butent sur l’information limitée que présentent les publications (listes de noms et d’affiliations, années et revues). Ces données permettent de décrire l’évolution du réseau scientifique d’un chercheur d’un point de vue quantitatif, sans pouvoir identifier les mécanismes par lesquels les collaborations se forment, se renforcent, s’affaiblissent… Afin de saisir plus finement la dimension relationnelle de l’activité de publication et la dynamique d’émergence et de développement des réseaux scientifiques tout au long de la carrière des chercheurs, nous proposons de combiner les données bibliométriques avec des matériaux plus qualitatifs : les CV et les entretiens semi-directifs. L’articulation de ces différentes sources de données est une façon originale de rendre compte de la complexité de l’effet des trajectoires sur les collaborations scientifiques (Bernela et Milard, 2016).

Les données de publication issues du Web of Science

  • 3 Bien que les publications puissent prendre la forme d’ouvrages, chapitres d’ouvrage, actes de confé (...)

13Nous proposons d’étudier les collaborations des chercheurs à partir de leur co-authorship : un collaborateur correspond à un coauteur. Contrairement à de nombreuses études bibliométriques, les publications constituent pour nous moins un indicateur de productivité scientifique qu’un indicateur des dynamiques relationnelles à l’œuvre dans l’activité de publication (Milard, 2013). À l’idée que l’activité de publication n’est pas satisfaisante pour approcher la dynamique relationnelle des chercheurs, nous opposons le fait que « la publication est un moyen privilégié de diffusion des recherches et que les collaborations scientifiques donnent de plus en plus souvent lieu à des publications cosignées par plusieurs partenaires » (Maisonobe, 2015, p. 158), ce qui rend pertinente l’exploitation de données bibliographiques pour rendre compte des logiques de production et d’organisation de la science. Ceci est d’autant plus vrai dans une discipline comme la chimie, qui a érigé la publication dans des revues anglophones à comité de lecture en norme depuis plusieurs décennies3.

  • 4 Le WoS, propriété de Thomson Reuters, est basé principalement sur le Science Citation Index (SCI), (...)

14Empiriquement, nous utilisons le Web of Science (WoS)4 pour collecter les articlespubliés par les chercheurs tout au long de leur carrière. En chimie, le processus d’évaluation, de révision et de publication des articles scientifiques est relativement rapide, ce qui permet, dans une logique biographique, de ne pas être confronté à un problème de délai entre le travail scientifique effectif et la parution de l’article. Après extraction des publications, un travail volumineux de désambiguïsation des données et de codage des variables mal documentées est nécessaire. Se posent notamment des problèmes d’homonymie, la requête des publications à partir du nom d’un chercheur pouvant faire apparaître des publications d’autres auteurs ayant le même nom. De plus, avant 2008, les affiliations des auteurs d’une même publication sont listées sans être rattachées précisément à chacun des coauteurs : il est donc souvent difficile avant cette date d’affecter une localisation à chaque coauteur et une vérification manuelle via recherche web s’impose.

Les Curriculum Vitae

15Les CV, largement sous-utilisés dans les études sur les sciences (Cañibano et Bozeman, 2009), représentent un matériau riche pour étudier les carrières : « Parallèlement aux carrières, les CV évoluent au fil du temps, en tenant compte de l’évolution des intérêts, des emplois et des collaborations (Dietz et al., 2000) ; les CV reflètent à la fois les trajectoires de carrière et les résultats et les caractéristiques de cette carrière » (Cañibano et al. 2008, p. 18-19). Ils permettent de retracer précisément la trajectoire professionnelle et géographique d’un chercheur et de coder la nature, le lieu et la durée de chaque poste occupé depuis le doctorat. Les CV fournissent également la liste des publications scientifiques, ce qui permet de consolider celle issue du WoS. Enfin, et surtout, les CV contiennent un ensemble de données relationnelles très riches qui permettent de qualifier la nature des relations qu’ego peut entretenir avec ses alter : participation à des jurys de thèse et d’HDR, encadrement de doctorat et post-doctorat, participation à des projets de recherche collectifs, responsabilités administratives, séjours dans des laboratoires… Ces informations peuvent quasiment être considérées comme exhaustives dans la mesure où le CV s’est imposé comme le support normé de gestion des carrières, systématiquement fourni lors des promotions, des demandes du financement, etc., et donc actualisé en permanence par son auteur.

Les entretiens semi-directifs

16Jusqu’alors, l’analyse des données de CV et de publications ne nous permet pas d’expliquer les déterminants de la dynamique des réseaux scientifiques au fil de la carrière des chercheurs. Afin de comprendre les interactions entre carrière et réseau, il est indispensable de collecter du matériau narratif. Le questionnaire n’étant pas adapté pour mener une analyse processuelle des phénomènes sociaux (Pettigrew, 1990 ; Edwards, 2010), nous menons des entretiens semi-directifs avec les protagonistes, c’est-à-dire les chercheurs dont nous étudions la trajectoire. Les entretiens permettent de comprendre l’enchaînement des différentes séquences de la carrière, le sens de la causalité entre les phénomènes observés et d’intégrer une large diversité de déterminants, sans préjuger de ce qui va être important. L’enquêté parle assez librement de sa carrière et de ses collaborations, en insistant sur ce qui lui paraît structurant, et les relances sont là pour mieux contextualiser les évènements abordés et objectiver la nature des relations décrites. Tous les chercheurs enquêtés ont été, à un moment de leur carrière, directeurs d’équipe ou de laboratoire et ont donc abordé assez largement la question de la structuration locale et nationale de la chimie. Réalisés à l’automne 2017, les entretiens ont duré en moyenne deux heures.

17Nous proposons donc de développer une méthode mixte fondée sur la lecture qualitative de résultats quantitatifs : en effet, nous produisons à partir des données de publications un ensemble de statistiques descriptives qui permettent de caractériser la dynamique du co-authorship étudié (Tableau 1 et Figures 1, 2 et 3). La plupart des travaux de bibliométrie ne mobilisant que ces données de publication, il est difficile d’expliquer finement la dynamique observée. L’appariement avec deux autres sources données – les CV et les entretiens – permet de redonner une épaisseur sociale aux résultats froidement livrés par l’analyse statistique des publications.

Le cas de cinq chimistes émérites de l’Université de Poitiers

18L’investissement temporel inhérent à la collecte et à la combinaison de trois sources de données, couplé à la mise en œuvre d’une démarche « artisanale » faiblement automatisée, empêche une montée en volume des cas étudiés. La méthodologie adoptée nous conduit alors à nous centrer sur une petite population de chercheurs, dans une logique d’étude de cas exploratoire. Le volet empirique de cet article portera sur les cinq chimistes émérites de l’Université de Poitiers. Se focaliser sur les émérites garantit une profondeur historique des carrières étudiées : le fait que les chimistes étudiés soient devenus Professeur des Universités ou Directeur de Recherche au CNRS assure une activité de publication — et donc relationnelle — significative. L’homogénéité a priori des chercheurs étudiés est garantie dans la mesure où il s’agit de l’ensemble des émérites qui ont fini leur carrière dans le même laboratoire de chimie (dans des spécialités de la chimie plus ou moins proches) : tous nés entre 1945 et 1950, ils ont « grandi » scientifiquement dans le même contexte scientifique national. Les comparer à des chercheurs des générations suivantes serait à ce titre malvenu tant les conditions d’émergence des réseaux scientifiques ont évolué. Si les résultats obtenus n’ont pas vocation à être généralisés, l’étude détaillée de quelques cas de chercheurs prolifiques permet de dégager des déterminants récurrents de la dynamique des réseaux scientifiques tout au long de leur carrière, ou à l’inverse des évènements singuliers.

19Comme indiqué dans le titre, il s’agit d’une « mise en intrigue » à partir d’un petit groupe de chercheurs. Dans Temps et récit publié en 1983, le philosophe Paul Ricœur définit la mise en intrigue comme la configuration de l’expérience temporelle à travers l’acte narratif. C’est de l’effort de narration de la dimension temporelle que provient le récit. L’intrigue constitue l’unité dynamique et la mise en intrigue l’opération structurante de l’œuvre. Ainsi, les quelques données quantitatives des tableaux et figures introduits plus bas ne seront pas longuement commentées dans cette section, mais mis en perspective à travers les enseignements des narrations. La dynamique relationnelle observée à travers la publication sera « racontée » par le protagoniste, dans le cadre d’entretiens semi-directifs biographiques, à la manière d’un « récit de carrière ».

  • 5 Les prénoms choisis ne correspondent pas à l’identité réelle des chercheurs.

20La figure 1 donne une représentation simplifiée des CV et permet de comparer le déroulement des carrières des cinq chercheurs5, en datant les principales promotions et prises de responsabilité. Le tableau 1 présente quelques statistiques descriptives sur la carrière des chercheurs, leur activité de publication et la dimension collaborative de cette activité scientifique. Il s’agit à ce stade d’une analyse statique de leur activité de publication et de collaboration, abordée comme un stock, une fois la carrière terminée.

21On voit une différence assez nette concernant le volume de publication entre les chercheurs CNRS (Pierre, Georges et François) et les enseignants-chercheurs (Jean et Édouard) : « on ne joue pas dans la même cour » selon Édouard, les premiers ayant la possibilité de consacrer significativement plus de temps à leur mission de recherche. Le nombre total de publications sur la carrière est environ deux fois plus élevé (261, 215 et 214) pour les chercheurs CNRS que pour les universitaires (113 et 90). Les volumes de collaboration connaissent mécaniquement les mêmes écarts dans la mesure où le nombre moyen de coauteurs par publication est sensiblement le même pour les cinq chimistes (environ 3,7).

22Les deux dernières lignes du tableau 1 donnent quelques premiers éléments sur le renouvellement du co-authorship et le poids des relations éphémères à l’échelle de la carrière. En moyenne pour chaque publication, environ un coauteur sur trois est nouveau. Cette part est relativement plus faible pour François et plus forte pour Édouard, indiquant des différences dans le degré de renouvellement du réseau scientifique au fil de la carrière. Enfin, environ la moitié des coauteurs des cinq chimistes étudiés correspondent à ce qu’on appelle des coauteurs one-shot, c’est-à-dire des personnes qui n’apparaissent qu’une seule fois dans les publications (Cabanac et al., 2014), indiquant le caractère très éphémère de certaines relations.

Tableau 1 : Statistiques descriptives sur la carrière et le co-authorship

Tableau 1 : Statistiques descriptives sur la carrière et le co-authorship

23Dans la perspective d’une analyse dynamique des réseaux scientifiques, nous construisons des périodes afin de mieux saisir le renouvellement du réseau (Figure 2) et la géographie du co-authorship (Figure 3). Nous avons fait le choix de construire des périodes de cinq ans, à l’exception de la première et de la dernière période. Les cinq chimistes étudiés ont soutenu leur thèse d’État à la même période (un en 1975, un en 1976, deux en 1977 et un en 1982). Les premières années de la carrière sont marquées par une activité de publication relativement peu soutenue, ce qui justifie le choix de faire une première période plus longue, qui fait référence à toutes les publications parues avant 1984 (année incluse). Pour tous les chercheurs, les périodes suivantes sont de cinq années : 1985-1989, 1990-1994, 1995-1999, 2000-2004, 2005-2009. Enfin, la dernière période fait référence aux publications parues depuis 2010. Les chercheurs interrogés ont obtenu leur statut d’éméritat entre 2010 et 2012 : l’activité de publication s’étant ralentie pour la plupart (excepté pour Pierre), nous avons fait le choix de rassembler les publications post-éméritat dans une même période, qui marque la sortie de carrière.

24Les écarts de volume de publications entre les cinq chimistes sont évacués dans la construction des figures 2 et 3, en exprimant le renouvellement et la géographie du co-authorship en moyenne par publication et par période. Ce choix est d’autant plus naturel que notre intention n’est pas normative mais plutôt compréhensive et exploratoire : c’est moins la performance scientifique tout au long de la carrière qui nous intéresse que la façon dont le réseau évolue.

Figure 1 : Trajectoires professionnelles des chercheurs

Figure 1 : Trajectoires professionnelles des chercheurs

Figure 2 : Renouvellement du co-authorship

Figure 2 : Renouvellement du co-authorship
  • 6 Nous avons codé la localisation de chaque coauteur à partir des publications, ce qui nous permet de (...)

Figure 3 : Évolution de la géographie du co-authorship6

Figure 3 : Évolution de la géographie du co-authorship6

L’« âge d’or » de la recherche et l’insertion dans les réseaux scientifiques des « patrons »

Les années 1960-1970 et le début de la chimie à Poitiers

25Les cinq chercheurs entrent dans la carrière académique dans un contexte d’aménagement scientifique du territoire : les années 1960-1970 constituent selon leurs propres termes l’« âge d’or » de la recherche,. À Poitiers, comme dans de nombreuses autres villes, le campus sortait de terre, tout comme les équipes de recherche et les formations : « il fallait tout créer » (Jean), « on a démarré l’équipe à trois, j’étais le seul étudiant » (François). Les dotations des laboratoires étaient confortables et les conditions de recrutement favorables : « honnêtement, ce n’était pas compliqué de trouver un poste à cette période » (Jean). Les cinq chimistes étudiés ont ainsi été recrutés dans un environnement peu concurrentiel.

  • 7 IUT = Institut Universitaire de Technologie

26Si les cinq chercheurs étudiés ont fini leur carrière dans le même laboratoire — qui compte environ deux cent cinquante personnes dont la moitié de permanents —, ils ont évolué auparavant dans des laboratoires différents, qui ont connu de multiples restructurations. Quand nos cinq chimistes prennent leur fonction à Poitiers, ils sont respectivement dans des équipes de catalyse (Pierre et Georges), de chimie organique (Jean), de chimie minérale (Édouard) et d’électrochimie (François), indépendantes les unes des autres. La structuration de ces équipes de recherche s’est faite à l’initiative de personnalités très encastrées dans les instances nationales (CNRS et Ministère) et qui constituaient des figures emblématiques du domaine : il s’agissait d’ailleurs d’individus non originaires de Poitiers venus s’implanter avec le soutien du CNRS, « important avec eux leurs sujets de recherche » et participant activement au développement de formations (création de l’IUT7 en 1966) et d’équipes de recherche. L’un de ces fondateurs de la chimie à Poitiers, qui venait de Lille, connaissait parfaitement par ses fonctions nationales « la carte de la chimie en France » et avait des relations avec de nombreux chercheurs à l’époque. Pierre raconte que cette figure « a fait venir » dans des conditions avantageuses des chercheurs d’autres villes, citant le cas d’un collègue recruté à Poitiers avec sa conjointe et son assistant. Jean, Pierre, Georges et François qualifient ces figures de « patrons » et vont être les chevilles ouvrières de leurs ambitions scientifiques.

Une carte française de la chimie très lisible : Poitiers bien encastrée dans les réseaux

27L’existence de relations interpersonnelles entre les quelques grandes figures de la chimie française, organisée autour de sept pôles (Caen, Lille, Lyon, Montpellier, Paris, Poitiers, Strasbourg) va structurer les réseaux scientifiques des cinq enquêtés lors de leur début de carrière, alors que les collaborations sont encore très peu internationalisées. La structuration de la chimie en sept pôles et les effets de réputation associés permettent aux chercheurs de « savoir qui fait quoi en France en catalyse ». En commentant une publication, Pierre précise que l’intégration d’un de ses coauteurs résulte de la présence à Lyon « d’une technique particulière, qui n’existait encore nulle part ailleurs ». Le co-authorship de la première période est très fortement marqué par sa dimension locale puisque 75 % des cosignatures en moyenne se font avec des collègues du laboratoire : les structures de recherche se développent, cherchent à se faire connaître, en travaillant essentiellement de manière autonome. Les quelques collaborations se font avec les « villes françaises de la chimie » citées plus haut, essentiellement Paris, Lille et Lyon. Pierre et Édouard, qui viennent respectivement de Nancy et Reims où ils ont soutenu leur thèse d’État, maintiennent des relations quelque temps après leur arrivée à Poitiers. Citons le cas de Jean, dont la spécificité est la présence importante, dans son co-authorship de début de carrière, de collègues d’un autre laboratoire de Poitiers (part équivalente à celle de son propre laboratoire) : il s’agit d’une collaboration interdisciplinaire, entreprise avec ses « patrons », avec des collègues géologues, pour développer une expertise locale, qui va structurer son réseau scientifique une bonne partie de sa carrière.

28Au total, l’importance des réseaux transparaît à deux niveaux : celle des relations interpersonnelles des « patrons » via l’appartenance à une communauté scientifique nationale en structuration, et des relations plus institutionnelles via l’encastrement de ces mêmes figures emblématiques de la chimie dans des instances nationales de la recherche. L’émergence des collaborations des cinq chimistes est essentiellement le fait des orientations prises par leur chef d’équipe, qui sont impliquées quasi systématiquement dans leurs publications.

Autonomisation scientifique et multiplication des collaborations

29Les années 1990 se caractérisent par une intensification du rythme de publication, qui correspond, selon les enquêtés, à une « professionnalisation » de la recherche et à un engagement de la communauté scientifique dans une forme de compétition académique et de « course à la publication ». Cette dernière a généré une densification du co-authorship, assez nette dans la figure 2 (le nombre moyen de coauteurs par publication passe de 2,66 avant 1985 à 3,36 de 1995 à 1999 et à 4,82 après 2009), et en phase avec la tendance observée par les études bibliométriques (Glänzel et Schubert, 2004 ; Newman, 2004). Il s’agirait là, selon les enquêtés, des prémices du fameux publish or perish, qui fait de l’activité de publication dans des revues internationales à comité de lecture la clé de voûte de l’évaluation des chercheurs (pour accéder à une promotion, décrocher des projets de recherche, etc.), et qui tend à reléguer au second plan les autres fonctions du travail académique (enseignement et responsabilités collectives.). Cette course à la publication peut avoir un impact sur le sens pris par la co-publication : en commentant ses publications, un des chercheurs explique que la présence de certains coauteurs sur les articles résulte plus d’un « arrangement » — permettant aux collègues d’atteindre un objectif de publication nécessaire à l’évolution de la carrière — que d’un réel investissement scientifique. La réalité relationnelle et le degré d’interaction entre des paires d’acteurs impliqués dans une même collaboration est parfois très hétérogène (Bernela et Levy, 2017).

Le temps de la construction d’une équipe : passer du chercheur individuel à l’animateur d’un collectif

  • 8 UMR = Unité Mixte de Recherche

30C’est aux alentours de 1990 que les cinq chercheurs deviennent Directeur de Recherche au CNRS ou Professeur des Universités, promotion qui intervient souvent simultanément avec la prise de direction d’équipe ou de laboratoire. Selon Georges, « prendre les rênes d’une équipe, c’est une preuve de maturité et d’envergure scientifique (…). Pour être un bon premier, il faut avoir de bons seconds », faisant ainsi référence à l’importance de s’entourer de bras droits scientifiques. Il développe : « on peut tirer une machine mais il faut que les résultats suivent, que les manips soient bien réalisées. On ne peut pas écrire les publis, chercher du financement, gérer les collaborations internationales et veiller au grain tous les jours au labo ». Pour que l’activité scientifique d’un chercheur puisse monter en puissance et que sa thématique de recherche se voit pérennisée au sein du laboratoire, il est décisif de disposer à un moment dans la carrière de sa propre équipe. Cette prise de responsabilités s’accompagne souvent d’un pouvoir plus important dans les choix de recrutements. Comme l’indiquent les figures 2 et 3, on observe pour les cinq chercheurs lors de la période 1990-1994, marquée par cette prise de responsabilité, un pic de collaborations locales : cela correspond à une forme de resserrement des activités scientifiques sur celles de l’équipe. On observe également la place croissante des étudiants dans le co-authorship des chercheurs étudiés : indispensables pour « faire tourner » la recherche dans cette discipline expérimentale, ils sont au cœur du développement continu du réseau de co-authorship des chercheurs. Compter sur son équipe permet aux chercheurs de ne pas relâcher l’activité de recherche alors même qu’ils prennent des responsabilités administratives lourdes (direction d’UMR8, de département d’IUT, etc.) : ces périodes de responsabilité collective ne s’accompagnent donc pas, comme on pourrait l’attendre, à un ralentissement de l’activité de publication, c’est parfois même le contraire.

Mobilités et internationalisation des réseaux

31L’intensification du rythme de publication décrit plus haut s’accompagne d’une internationalisation des collaborations académiques. La part des cosignatures avec des coauteurs internationaux augmente fortement à partir de 1995, où elle atteint même 50 % pour Édouard. Dans le cas de ce dernier, il s’agit essentiellement de nouvelles collaborations académiques et industrielles, financées par les programmes-cadres européens de la recherche. Cette dynamique, qui va porter toute l’équipe, est impulsée par les besoins d’industriels de l’aérospatial : « confrontés à des problèmes techniques liés à la propulsion, ils sont venus nous chercher en 1994 pour notre expertise en catalyse ». S’ensuit alors un investissement scientifique sur un sujet original, liant catalyse et propulsion, qui va internationaliser les relations d’Édouard et de son équipe, notamment vers l’Europe de l’Est.

  • 9 Conformément à la définition de Grossetti et al. (2006), alors que l’encastrement correspond à un a (...)

32Au-delà de ce cas, le déterminant majeur de l’internationalisation du co-authorship, abordé de façon récurrente dans les narrations, est le rôle de la mobilité temporaire et de l’accueil de chercheurs à Poitiers. La mobilité entrante apparaît structurante dans la construction de leur réseau scientifique et résulte en partie de l’attractivité du pôle de chimie de Poitiers : la présence de ressources matérielles et immatérielles spécifiques attire les chercheurs localisés dans des laboratoires moins bien dotés, notamment de l’Europe de l’Est, du Maghreb et de l’Amérique du Sud. « Les années 1990 étaient une période faste en termes de supports de chercheurs invités, qui pouvaient venir jusqu’à six ou neuf mois » (Édouard) ; François et Jean déclarent également avoir mobilisé plusieurs fois ce dispositif. La genèse des collaborations scientifiques entre deux équipes suit assez souvent le schéma suivant : les chefs d’équipe se rencontrent pendant les congrès, où de premières discussions permettent d’envisager un travail en commun. Si cette première collaboration est fructueuse, un membre de l’équipe partenaire est invité à Poitiers pour approfondir les discussions et, une fois la collaboration pérenne, ce sont plutôt les doctorants et post-doctorants qui réalisent des séjours dans les laboratoires. Édouard et François vont jusqu’à parler de « filières » qui se mettent en place au fil du temps, permettant souvent un découplage9 : « avec Budapest, ce sont des dizaines d’étudiants qui ont été tantôt envoyés tantôt reçus pour travailler sur leur thèse chez le partenaire ». Ces relations internationales, maintenues dans le temps grâce aux mobilités d’étudiants, traversent les décennies : « on a formé ce jeune brésilien, qui est venu faire une partie de sa thèse à Poitiers, et c’est maintenant lui, aujourd’hui à la tête de son équipe chez lui, qui nous envoie ses propres étudiants » (François). Parfois, ces collaborations s’expliquent par des déterminants plus personnels : Jean, qui a passé son enfance au Maroc, s’est intéressé aux sédiments de ce pays et a noué des collaborations structurantes avec des laboratoires marocains, dans lesquels il aime se rendre à l’occasion, en famille.

33Malgré une faible mobilité géographique des chercheurs étudiés, certains ont réalisé des séjours dans des laboratoires à l’étranger. Jean a par exemple fait un séjour en Yougoslavie en 1980 pour rencontrer un chercheur spécialiste des sédiments anciens. Cette mobilité a eu une répercussion importante et durable sur son réseau scientifique. Entre 1985 et 1989, le poids des collaborations avec des coauteurs yougoslaves est particulièrement élevé (20,7 %), et renvoie à des reconductions de partenariats avec les chercheurs du laboratoire de Belgrade. Jean a ensuite étendu ses partenariats à un second cercle de coauteurs issus de ce laboratoire, grâce à des médiations interpersonnelles, et a gardé « l’habitude » de recevoir des étudiants serbes en séjour de recherche à Poitiers.

34Les chercheurs indiquent que leur carrière locale est une configuration qui allait se raréfier dans les années à venir. Le vieux continent souhaite mener une politique scientifique interventionniste pour gagner en compétitivité dans l’économie de la connaissance et fait le pari de la mobilité géographique des chercheurs pour une meilleure circulation des connaissances (Mahroum, 2000 ; Ackers, 2005). Ils n’ont pour leur part pas connu d’« injonction à la mobilité », ce qui ne les a pas empêchés de mener des collaborations internationales. C’est donc moins leur mobilité intrinsèque qui a permis l’internationalisation de leur co-authorship que le positionnement de leur équipe dans le jeu des circulations scientifiques sur la base d’invitations et de reconductions de collaborations avec des partenaires privilégiés.

Rationalisation et fusion des laboratoires

35Les chercheurs dépeignent un contexte scientifique de la fin des années 2000 plutôt maussade, relativement à ce qu’ils ont pu connaître dans leur carrière. La recherche d’une plus grande visibilité des laboratoires, associée à un objectif de rationalisation et de réduction des moyens via des économies d’échelles, conduit à une restructuration locale de la chimie, en phase avec le mouvement de fusions des structures de l’enseignement supérieur et de la recherche observé nationalement. Les chercheurs étudiés, qui ont succédé à la génération des « patrons créateurs » des premiers laboratoires, se retrouvent impliqués dans le dossier de fusion de quatre laboratoires de chimie et de géosciences, lequel entraîne des tensions humaines fortes. Une nouvelle UMR CNRS est ainsi créée au 1er janvier 2012, regroupant trois unités mixtes : les onze équipes de recherche émanant des quatre UMR d’origine ont été restructurées en cinq équipes. Cette restructuration n’est pas sans effet sur les réseaux de co-authorship de fin de carrière des chercheurs étudiés. Ceux qui n’adhèrent pas à ce projet de fusion tendent à prendre de la distance avec la stratégie du laboratoire naissant. De plus, les thématiques de recherche de certains émérites sont faiblement représentées dans la nouvelle architecture alors que d’autres fondent l’identité même des équipes. L’activité de publication post-éméritat va donc être plus ou moins liée aux activités locales, selon la relation qui est maintenue avec les ex-collègues. Un des chercheurs quitte la structure plutôt en mauvais terme, ne gardant que des relations personnelles avec des chercheurs qu’il estime. Le point commun des cinq chimistes en fin de carrière est une très forte internationalisation du co-authorship, qui consiste essentiellement en des reconductions de collaborations, avec des personnes souvent devenues des amis.

Conclusion

36Cet article propose une analyse dynamique des réseaux scientifiques de chercheurs, à l’échelle des carrières. Une méthodologie cohérente avec cet objectif consiste à apparier des données longitudinales sur le réseau scientifique des chercheurs (co-authorship sur quarante ans à partir du WoS) avec des données qualitatives permettant de comprendre la dynamique de ce réseau au fil de la carrière. Cette méthodologie est opérationnalisée sur le cas des cinq chimistes émérites de l’Université de Poitiers.

37Empiriquement, on observe une relative homogénéité dans le séquençage des carrières, avec un co-authorship d’abord très local qui s’internationalise tardivement, et une autonomisation scientifique suivie d’une prise de responsabilité, qui assure une forme de centralité dans le collectif. Une telle homogénéité s’explique, au moins en partie, par le rôle particulièrement structurant du contexte, notamment disciplinaire. En observant des chercheurs d’une même génération, d’une même discipline et d’un même territoire, nous avons non seulement pu apprécier l’ampleur de l’impact du contexte mais également saisir plus nettement les éléments différentiant situés à d’autres échelles. Nous avons ainsi observé une différence nette d’intensité des publications entre les chercheurs selon leur appartenance au CNRS ou à l’Université, selon leur orientation thématique, selon leurs liens avec l’industrie, influençant nécessairement les opportunités de financement et les dynamiques de réseau.

38Ces résultats, au-delà de leur contribution empirique à l’analyse des dynamiques de réseaux scientifiques, révèlent également l’importance méthodologique d’une démarche processuelle intégrant différentes échelles d’analyse. Les narrations ont révélé en effet l’importance de l’enchevêtrement entre les niveaux individuel et collectif dans l’évolution de carrière des chercheurs, des processus de découplage dans la pérennisation des réseaux scientifiques des laboratoires, etc.

39Afin de monter en généralité, il conviendrait nécessairement de multiplier les cas, en modifiant sur différents groupes un des éléments de contexte (même génération mais discipline différente ou même discipline mais génération différente). Bien qu’à visée exploratoire, la fiabilité de nos résultats est assurée par i) la corroboration des résultats par les sujets interviewés et ii) la triangulation assurée par la confrontation de trois sources de données. Les résultats issus de l’analyse des publications ainsi que le CV sont utilisés pendant l’entretien, sous les yeux du chercheur interrogé, afin de baliser la subjectivité des sujets. Il s’agit là clairement d’une forme de triangulation, permis par l’appariement de divers matériaux, qui permet de contrôler partiellement le discours de l’enquêté. Si l’échantillon étudié ne porte que sur cinq chercheurs, nous atteignons malgré tout une forme de saturation : la description i) du contexte national et local et ii) du fonctionnement de la discipline et du rapport à la publication au fil de la carrière est relativement homogène. Pour aller plus loin, il s’agira d’assurer la montée en échelle de cette méthode mixte, d’allonger la couverture (disciplinaire et géographique) et le temps de présence sur le terrain, d’augmenter la taille de l’échantillon et de le diversifier. L’élargissement à d’autres disciplines doit interroger la pertinence du repérage des relations via l’activité de publication : la tradition de valorisation en langue nationale dans certaines disciplines de sciences humaines et sociales peut échapper aux bases de données type WoS, au sein desquelles la couverture des revues de SHS est nettement moins bonne.

Haut de page

Bibliographie

Abbott A., 2001. Time Matters: On Theory and Method, Chicago, University of Chicago Press.

Ackers L., 2005. “Moving People and Knowledge: Scientific Mobility in the European Union”, International Migration 43 (5), p. 99-131.

Agrawal A., Cockburn I., Michale J., 2006. “Gone but not Forgotten - Knowledge Flows, Labor Mobility, and Enduring Social Relationships”, Journal of Economic Geography 6(5), p. 571-91.

Allison, PD., Long J.-S., 1990. “Departmental Effects on Scientific Productivity”, American Sociological Review 55 (4), p. 469-478.

Almeida P., Kogut B., 1999. “Localization of Knowledge and the Mobility of Engineers in Regional Networks”, Management Science 45 (7), p. 905-917.

Bernela B., Levy R., 2017. “Collaboration networks within a French cluster: Do partners really interact with each other?”, Papers in Regional Science 96 (1), p. 115-138.

Bernela B., Milard B., 2016. “Studying co-authorship network dynamics throughout geographical trajectories of researchers: what part does mobility play?”, Bulletin of Sociological Methodology 131(1), p. 25-48. 

Bidart C., Longo ME., Mendez A., 2012. “Time and process: An operational framework for processual analysis”, European Sociological Review 29 (4), p. 743-751.

Bidart C., Mendez A., 2016. « Un système d’analyse qualitative des processus dans les sciences sociales : l’exemple de la mutation d’une organisation », in Demazière D., Jouvenet M., eds, Andrew Abbott et l’héritage de l’école de Chicago, Éditions de l’EHESS, « En temps & lieux », p. 217-231.

Bordons, M., Zulueta M.-A., Romero F., 1999. “Measuring interdisciplinary collaboration within a university: The effects of the multidisciplinary research programme”, Scientometrics 46 (3), p. 383-398.

Breschi S., Lissoni F., 2009. “Mobility of skilled workers and co-invention networks: an anatomy of localized knowledge flows”, Journal of Economic Geography 9 (4), p. 439-468.

Brochier D., Garnier J., Gilson A., Longo M.E., Mendez A., Mercier D., Pascal A., Perocheau G., Tchobanian R., Oiry E., & Bidart C., 2010. « Propositions pour un cadre théorique unifié et une méthodologie d’analyse des trajectoires des projets dans les organisations », Management & Avenir, 36 (6), 84-107.

Cabanac, G., Hubert, G., Milard, B., 2015. “Academic careers in Computer Science: continuance and transience of lifetime co-authorships”, Scientometrics 102 (1), p. 135-150.

Cañibano C., Otamendi J., Andújar I., 2008. “Measuring and assessing researcher mobility from CV analysis: the case of the Ramón y Cajal programme in Spain”, Research Evaluation 17 (1), p. 17-31. 

Cañibano C., Bozeman B., 2009. “Curriculum Vitae Method in Science Policy and Research Evaluation - The State-of-the-art”, Research Evaluation 18 (2), p. 86-94.

Cañibano C., Woolley R., 2015. “Towards a Socio-Economics of the Brain Drain and Distributed Human Capital”, International migration 53 (1), p. 115–130.

Dahan, A., Mangematin V., 2010. « Recherche, ou temps perdu ? Vers une intégration des tâches administratives au métier d’enseignant- chercheur », Annales des Mines – Gérer et comprendre 102 (4), p. 14-24.

Diamond AM., 1986. “The Life-cycle Research Productivity of Mathematicians and Scientists”, Journal of Gerontology 41 (4), p. 520-525.

Dietz J.-S., Chompalov I., Bozeman B., Lane EO., Park J., 2000. “Using the Curriculum Vitae to Study the Career Paths of Scientists and Engineers–An Exploratory Assessment”, Scientometrics 49(3), p. 419-42.

Edwards G., 2010. “Mixed-Method Approaches to Social Network Analysis”, ESRC National Centre for Research Methods Review.

Garfield, E., 1963. “Citation indexes in sociological and historical research”, American Documentation (14), p. 289–291. 

Glänzel W., Schubert A., 2004. “Analysing Scientific Networks Through Co-Authorship”, in Moed HF., Glänzel W., Schmoch U., Handbook of Quantitative Science and Technology Research, Springer, Dordrecht.

Grossetti, M., Eckert, D., Gingras, Y., Jégou, L., Larivière, V., Milard, B., 2014. “Cities and the geographical deconcentration of scientific activity: A multilevel analysis of publications (1987–2007)”, Urban Studies 51(10), p. 2219-2234.

Grossetti M., 2004. Sociologie de l’imprévisible, Paris, PUF.

Grossetti M., 2006. “Trois échelles d’action et d’analyse. L’abstraction comme opérateur d’échelle”, L’Année sociologique 56 (2), p. 285-307.

Grossetti M., Barthe J. F., & Beslay C., 2006. « La mobilisation des relations sociales dans les processus de création d’entreprises. Aperçus à partir d’une enquête en cours ». Sociologies pratiques (2), p. 47-59.

Kossi Y., Lesueur J.-Y., Sabatier M., 2015. “Publish or teach ? The role of the scientific environment on academics’ multitasking”. Industrial and Corporate Change 25(3), p. 487-506.

Levin SG., Stephan PE., 1991. “Research productivity over the life cycle: Evidence for academic scientists”, The American Economic Review 81(1), p. 114-32.

Lissoni F., Mairesse J., Montobbio F., Pezzoni M., 2011. “Scientific productivity and academic promotion: a study on French and Italian physicists”, Industrial and Corporate Change 20 (1), p. 253-294.

Long, J.-S., Allison, PD., McGinnis, R., 1993. “Rank advancement in academic careers: Sex differences and the effects of productivity”, American Sociological Review, p. 703-722.

Long J.-S., Fox MF., 1995. “Scientific Careers: Universalism and Particularism”, Annual Review of Sociology 21(1), p. 45-71. 

Lotka AJ., 1926. “The frequency distribution of scientific productivity”, Journal of the Washington Academy of Sciences 16 (12), p. 317-323.

Mahroum S., 2000. “Scientific Mobility, An Agent of Scientific Expansion and Institutional Empowerment”, Science communication 21 (4), p. 367-378.

Maisonobe M., 2015. Étudier la géographie des activités et des collectifs scientifiques dans le monde : de la croissance du système de production contemporain aux dynamiques d’une spécialité, la réparation de l’AND. Thèse de doctorat, Université Toulouse 2.

Merton, RK., 1942. “The Normative Structure of Science”, in Merton R. K. (ed.), The Sociology of Science: Theoretical and Empirical Investigations, Chicago, The University of Chicago Press, p. 267-278.

Milard B., 2013. « Quelles sociabilités derrière les références bibliographiques ? Citations et relations sociales », Socio-logos, revue de l’Association Française de Sociologie (8).

Mullins NC., 1972. “The development of a scientific specialty: The phage group and the origins of molecular biology”, Minerva 10 (1), p. 51–82.

Musselin C., 2008. « Vers un marché international de l’enseignement supérieur ? », Critique internationale 2 (39), p. 13-24.

Newman M., 2004. “Coauthorship networks and patterns of scientific collaboration”, Proceedings of the national academy of sciences 101 (1), p. 5200-5205.

Pettigrew A., 1990. “Longitudinal field research on change: theory and practice”, Organizational Science 1(3), p. 267–292.

Suitor, J.-J., Wellman, B., & Morgan, DL., 1997. “It’s about time: How, why, and when networks change”, Social Networks 19(1), p. 1-7.

Wagner CS., Leydesdorff L., 2005. “Network structure, self-organization, and the growth of international collaboration in science”, Research Policy 34 (10), p. 1608-1618.

Haut de page

Notes

1 Ce dernier a mis en évidence l’existence d’une relation inverse entre volume de production scientifique et nombre de chercheurs : un petit nombre de chercheurs publient beaucoup alors qu’un grand nombre produit peu.

2 Dans le langage que nous utilisons ici, « séquences » et « périodes » renvoient à des temps différents. Une période est définie de façon ad hoc, il s’agit d’un découpage mécanique du temps (par exemple, 20 années peuvent être découpées en 10 périodes de 2 ans). La séquence est une échelle de temps variable qui est caractérisée par une cohérence interne : on identifie des séquences, plus ou moins longues, qui font sens du point de vue de l’objet d’études que le chercheur a en tête. Autrement dit, les séquences sont un découpage issu d’un travail interprétatif et d’une construction analytique. Une séquence peut donc déborder sur plusieurs périodes.

3 Bien que les publications puissent prendre la forme d’ouvrages, chapitres d’ouvrage, actes de conférences, etc., l’article dans des revues à comité de lecture est devenu le support traditionnel de diffusion de la recherche en chimie, comme en attestent les enquêtés eux-mêmes.

4 Le WoS, propriété de Thomson Reuters, est basé principalement sur le Science Citation Index (SCI), qui a connu un élargissement progressif de la couverture thématique et géographique, au point qu’elle fait depuis plusieurs dizaines d’années autorité en scientométrie. Elle indexe plus de 10000 revues, très majoritairement anglophones. Les extractions du WoS pour ce travail sont des requêtes à partir des noms des chercheurs, au sein du corpus « Articles, Reviews, Letters »).

5 Les prénoms choisis ne correspondent pas à l’identité réelle des chercheurs.

6 Nous avons codé la localisation de chaque coauteur à partir des publications, ce qui nous permet de « compter » le nombre de coauteurs localisés dans le même laboratoire, dans la même ville (hors laboratoire), dans le même pays ou dans un autre pays. Nous pouvons donc pour chaque période caractériser la géographie du co-authorship

7 IUT = Institut Universitaire de Technologie

8 UMR = Unité Mixte de Recherche

9 Conformément à la définition de Grossetti et al. (2006), alors que l’encastrement correspond à un accroissement de la dépendance d’une entité sociale par rapport à d’autres, le découplage (ou désencastrement) renvoie, au contraire, au processus d’autonomisation d’une entité sociale par rapport à d’autres entités. Grâce à des allers-retours entre les niveaux individuels et organisationnels, il est possible d’observer un processus de découplage des relations personnelles et réciproquement un encastrement dans des dispositifs plus formels.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Statistiques descriptives sur la carrière et le co-authorship
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4218/img-1.png
Fichier image/png, 24k
Titre Figure 1 : Trajectoires professionnelles des chercheurs
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4218/img-2.png
Fichier image/png, 121k
Titre Figure 2 : Renouvellement du co-authorship
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4218/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 3 : Évolution de la géographie du co-authorship6
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4218/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bastien Bernela, Marine Bernard et Marie Ferru, « Carrières des chercheurs et dynamique des réseaux scientifiques », Temporalités [En ligne], 27 | 2018, mis en ligne le 05 juillet 2018, consulté le 21 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/4218 ; DOI : 10.4000/temporalites.4218

Haut de page

Auteurs

Bastien Bernela

Centre de Recherche sur l’Intégration Économique et Financière (CRIEF EA2249), Université de Poitiers – bastien.bernela@univ-poitiers.fr

Marine Bernard

Centre de Recherche sur l’Intégration Économique et Financière (CRIEF EA2249), Université de Poitiers – marine.bernard@univ-poitiers.fr

Marie Ferru

Centre de Recherche sur l’Intégration Économique et Financière (CRIEF EA2249), Université de Poitiers – marie.ferru@univ-poitiers.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page