Navigation – Plan du site

Les quatre temps d’un séjour en résidence universitaire

Ethnographie de dynamiques relationnelles entre groupes et réseaux personnels
The four phases of a stay in a student residence. Ethnographic research on small groups and personal networks
Los cuatro tiempos de una estadía en residencia universitaria
Marion Ink

Résumés

On vise à saisir les dynamiques de petits groupes sociaux et de réseaux personnels, de leur formation initiale à leur délitement. Pour cela, depuis 2011, je mène des enquêtes ethnographiques dans trois résidences universitaires en France, aux États-Unis et au Canada. J’effectue ainsi une analyse sur deux niveaux : celui de plusieurs groupes suivis conjointement sur chacun de ces terrains, et celui des relations et des réseaux qui émergent et évoluent. J’articule la représentation graphique des réseaux personnels à des données qualitatives sur ces groupes et ces réseaux. La représentation des liens et des réseaux permet de compléter l’étude des relations affinitaires et de leurs degrés d’intensité. Elle donne aussi à voir l’évolution des réseaux personnels au cours de l’année universitaire. Les descriptions ethnographiques, quant à elles, révèlent la réflexivité des acteurs sur leurs réseaux personnels, et sur leurs évolutions. Cette analyse permet dès lors d’identifier quatre étapes dans le processus de formation et transformation de petits groupes sociaux. Ces quatre temporalités se retrouvent dans l’ensemble des groupes suivis conjointement, malgré la pluralité de leurs compositions. Nous pouvons alors nous demander si dans tout groupe social de ce type se retrouveraient ces quatre temps. En ce sens, cette recherche contribue à compléter les travaux sur les réseaux personnels et les temporalités de leurs évolutions, en apportant une démarche ethnographique et microsociologique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je tiens à remercier Claire Bidart et Michel Grossetti pour leurs conseils précieux lors des différ (...)
  • 2 J’entends réseau comme l’écrit Claire Bidart : « Un réseau social est un système relationnel. Il re (...)

1Les chercheurs en sciences sociales ont été nombreux à tenter de décrire la formation des groupes sociaux, que ce soit par leurs structures, (Backstrom et al., 2006, p. 44) par leurs styles (Eliasoph et Lichterman, 2003) ou par leurs microcultures et leurs idiocultures (Fine, 1987, 2012 ; Tavory, 2014). Chacune de ces approches a montré que ces groupes ne cessent d’évoluer, de se transformer au fil des interactions1. Dans cet article, j’insiste sur la dynamique des réseaux, la densité et l’électivité des liens qui les composent, ainsi que les engagements de chaque individu dans ses relations personnelles. J’insiste moins, ici, sur les normativités pratiques, les mœurs, les habitudes que coproduisent les membres – ce qui constitue les éléments qui distinguent le concept de groupe de la notion de réseau personnel. Aussi, les membres des groupes ont entre eux et avec d’autres personnes des relations interpersonnelles qui s’agrègent dans des réseaux qui traversent les frontières des groupes2. Les relations interpersonnelles évoluent au fil des interactions, et il en est de même des réseaux constitués par leur agrégation. Pourtant, pour les chercheurs en analyse de réseaux, il semble difficile d’accéder à des données dynamiques sur un groupe en train de se constituer. D’une part, comme tout enquêteur, ces chercheurs arrivent à un moment précis correspondant à un état d’avancement particulier du groupe social étudié. D’autre part, ils ne restent généralement pas sur un temps long et continu auprès de ces groupes. Parfois même, les membres de ces groupes ne coexistent pas dans un même espace, ce qui rend plus difficile encore le suivi des dynamiques de réseaux de relations entre leurs membres.

  • 3 J’entends sociabilité comme l’écrit Claire Bidart : « La sociabilité consiste, dans un premier temp (...)

2En ce sens, cette recherche contribue aux travaux sur les réseaux en insistant sur une démarche ethnographique, à l’aide d’enquêtes en immersion. Le séjour en résidence universitaire est apparu comme un laboratoire social (Park, 2009) particulièrement propice pour observer les sociabilités3 en train de se faire. Ce terrain d’enquête offre une unité de temps et de lieu. De ce fait, il est possible d’observer, de décrire et d’éprouver des processus de sociabilité dans un cycle complet ainsi que dans des espaces restreints. Dès lors, l’ethnographe n’entre pas seulement dans un groupe déjà formé, mais le voit émerger, se déliter, évoluer devant ses yeux, participant souvent lui-même de ces évolutions.

  • 4 Les deux Maisons Internationales étudiées en France et aux États-Unis ont été fondé dans les années (...)
  • 5 Je remercie infiniment Pascal Cristofoli, sans qui ce travail d’articulation entre matériau ethnogr (...)
  • 6 Robert Emerson définit une relation troublée comme telle : « Un trouble relationnel commence lorsqu (...)

3J’ai mené une première enquête ethnographique dans l’une des maisons de la Cité Internationale Universitaire de Paris (CIUParis) de 2011 à 2013. Puis, j’ai cherché à mettre à l’épreuve les données récoltées par deux nouvelles enquêtes : la première a été menée en 2014-2015 dans une International House aux États-Unis4 et la seconde dans une résidence canadienne de 2015 à 2016. Ces trois « maisons » accueillent une population similaire : étudiants de Master et Doctorat, avec une forte proportion d’étudiants internationaux. Je notais au quotidien les différentes scènes d’interactions que j’observais, aussi bien en ligne que hors ligne. Je complétais ensuite mes observations par des entretiens avec certains acteurs, membres ou non des réseaux personnels suivis, pour approfondir ma connaissance des relations interpersonnelles entre résidents, et de leur généalogie. Puis, avec l’aide de Pascal Cristofoli5, nous avons référencé l’ensemble de ces données qualitatives (observations d’interactions quotidiennes) et données quantitatives (en comptabilisant les participants à chaque événement, chaque activité, en notant les fréquences d’interaction sur les médias sociaux, les identifications sur les photos collectives en ligne, les membres des groupes Facebook et conversations collectives, etc.). Cela nous a permis, d’une part, de définir les relations sociales entre résidents : relations affinitaires, relations de séduction ou relations troublées6 (Emerson, 2015) à différents degrés d’intensité, à différentes périodes, et, d’autre part, de représenter ces liens en graphiques. Dans cet article, j’insisterai sur les relations que j’ai définies comme affinitaires : elles consistent en des relations définies comme « positives » par les membres concernés, c’est-à-dire par ceux qui les éprouvent mais aussi par ceux qui les observent. En croisant les différentes données recueillies, je distingue quatre caractéristiques qui vont définir le degré d’intensité d’une relation :

L’observabilité de la relation : sans que les membres l’explicitent nécessairement, l’ethnographe peut observer par des micro-interactions cette affinité (sourires et rires partagés, proximité des corps, indices de confort corporel en coprésence de l’un et l’autre, gestes affectueux, discussions en groupe ou interpersonnelle, degré d’intimité de ces conversations, etc.).

La verbalisation des protagonistes : les membres expriment leur attachement l’un à l’autre.

  • 7 Les plaisanteries d’initiés ont fait l’objet d’un article (Ink, 2016a.)

La publicisation de cette relation : les membres mettent en scène leurs relations sur les médias sociaux (publication d’une photo collective, identification de l’un ou de l’autre sur un profil, échanges de messages personnels sur les pages collectives) ou dans les espaces collectifs (référence à des plaisanteries d’initiés7).

La reconnaissance de cette relation sociale par d’autres acteurs en coprésence : les autres résidents reconnaissent l’existence d’une affinité entre deux membres et en parlent entre eux, dans leurs conversations quotidiennes.

4Pour les représentations graphiques, j’ai effectué plusieurs choix de visualisations :

Les liens multidirectionnels : les liens multidirectionnels consistent à concevoir que si A est en relation avec B, alors B est automatiquement en relation avec A, au contraire des liens unidirectionnels qui nécessiteraient de doubler les liens (une première ligne de tableau indiquerait que A est en relation avec B, puis une deuxième ligne de tableau indiquerait que B est en relation – ou pas – avec A.). À partir de la réalité empirique de nos terrains, il serait plus juste de faire le choix de liens unidirectionnels. Toutefois, au vu du nombre important de membres des réseaux, le graphique des relations unidirectionnelles aurait été illisible et aurait rendu l’analyse difficile.

  • 8 J’emprunte à Mark Granovetter la distinction entre liens forts et liens faibles qui implique entre (...)

Les réseaux ne représentent pas l’ensemble des résidents. Ils représentent les « autruis significatifs », au sens de Berger et Luckmann (1997). Ce sont les résidents qui investissent du temps dans les espaces collectifs et ont développé des liens plus ou moins forts (Granovetter, 1973)8 avec d’autres résidents. Ils représentent aussi les individus auxquels les autres membres du réseau font référence. Comme mes enquêtes ethnographiques n’ont pas pour objet principal d’utiliser les méthodes d’analyses de réseaux, je n’ai pas mené d’entretiens avec tous les membres représentés. Toutefois, ma présence continue et longue ainsi que mes nombreuses interactions avec l’ensemble des résidents me permettent de recueillir des données fiables vis-à-vis des relations entre les personnes représentées sur le graphique, et de constituer ainsi un réseau complet.

5La démarche de cette recherche est celle d’une analyse à deux niveaux : d’une part celle des réseaux dans les trois résidences et, d’autre part, celle de plusieurs groupes suivis conjointement dans chacun de ces réseaux. Il s’agira, ici, d’étudier plutôt les similarités des groupes constitués dans les trois résidences, que leurs différences.

  • 9 Claire Bidart précise en note de bas de page : « Citons en particulier l’enquête “Loisirs” (INSEE, (...)
  • 10 De plus, dans sa recherche Odile Rissoan souligne particulièrement l’hyper sociabilité des jeunes a (...)

6C’est en menant ce travail de recherche de systémicité sur les relations sociales qu’un paradoxe peut être soulevé. « Les enquêtes statistiques9 s’accordent pour constater que l’âge est la variable la plus déterminante pour la sociabilité en général. Au fur et à mesure que l’on vieillit, la disposition à rencontrer des gens, à établir et à maintenir des liens avec eux, se rétrécit de façon très nette » (Bidart, 2013, p. 67.) En ce sens, les jeunes adultes, notamment les étudiants vivant un séjour universitaire à l’étranger, font de nombreuses rencontres, développent de nombreux liens d’amitié et ont plusieurs cercles de sociabilité (Ballatore, 2007 ; Cicchelli, 2012)10. Mes enquêtes semblent confirmer ce résultat. Les résidents des trois maisons développent effectivement un grand nombre de liens. Pourtant, les résidents qui emménagent en cours d’année dans ces maisons évoquent une véritable difficulté à développer des liens avec d’autres résidents qui « semblent déjà former des groupes très soudés et fermés » (Entretien Emily, Canada, avril 2015).

7La question se pose dès lors : étant donné que les jeunes adultes en période d’études, notamment lors de séjours universitaires à l’étranger, semblent vivre une période d’hypersociabilité, nous pourrions supposer que chaque résident qui le souhaite aurait un accès facile à une forte sociabilité. Dès lors, pourquoi existe-t-il des différences systématiques dans chaque résidence observée entre les étudiants qui arrivent en début d’année universitaire et les autres ?

8Pour répondre à cette question, je propose de décrire comment ces sociabilités évoluent lors du séjour en résidence pour comprendre pourquoi il existe une inégalité d’accès selon le moment d’entrée dans la maison. Grâce à l’analyse de réseaux et à mes matériaux ethnographiques, j’identifie quatre étapes qui semblent se retrouver dans chacune des relations interpersonnelles : 1/ l’inconfort interactionnel des premières rencontres qui se conjugue à une abondance des rencontres ; 2/ l’élection des liens ; 3/ la mise à l’épreuve de ces relations électives ; 4/ une sociabilité abondante le temps d’un au revoir. Ces quatre temps s’enchaînent en séquences successives ; toutefois, ces séquençages peuvent être complexes à distinguer les uns des autres, car les temporalités des relations se conjuguent avec les temporalités du groupe.

Le temps des rencontres

  • 11 Tous les prénoms cités des résidents ainsi que le nom des maisons sont fictifs.

Entretien Nathan11 Canada : 22 avril 2016
Nathan, vivant depuis un an et demi dans la résidence, revient sur les liens établis au cours du séjour.

Nathan : Lors du premier semestre, c’était, je crois, un moment où on rencontre plein de gens, et en gros, c’était l’ambiance générale… L’idée était d’essayer de rencontrer un maximum de personnes. Et je pense que ça s’est passé comme ça, parce que les gens n’avaient pas d’attache. Tu ne connaissais personne, du coup t’essayais de rencontrer le plus de personnes possible. Je pense que c’est ce qu’on a tous fait à ce moment-là, et après on a tous traîné ensemble. Il y avait genre 25 personnes à chaque fois qu’on faisait un truc. C’était comme ça, jusqu’aux périodes de Noël environ.

9Dans chacune des maisons, tous ceux qui ont investi du temps les premières semaines lors des activités de la résidence, indiquent qu’ils ont rencontré, « passé du temps », « discuté » et sont « sortis » avec un grand nombre de personnes. Cette dynamique de début d’année se retrouve dans les trois résidences, mais également dans celles étudiées par Yves Winkin, à la fin des années 1970 (Winkin, 1982, p. 501).

10Ce butinage de groupe en groupe peut s’expliquer de deux façons. D’une part, cela correspond à la conduite attendue si un individu veut se montrer civil ou mondain dans une fête publique (Goffman, 2013), en évitant de recréer des groupes d’interconnaissance fermés sur eux-mêmes et en s’ouvrant à toutes les occasions de rencontre. D’autre part, cette abondance de rencontres se conjugue avec l’imprévisibilité interactionnelle (Birdwhistell, 1970) du début de l’année et elle est une façon de connaître et de se faire connaître, de créer de la familiarité et de se faire une place. C’est ce que souligne Liam, résident de la maison canadienne : « ouais au début t’es là (il prend un visage faussement affolé, regarde autour de lui) Oh ! Qui va être mon ami ? Tu sais pas où te mettre… ».

11L’imprévisibilité interactionnelle et la méconnaissance des codes au début de l’année s‘éprouvent simultanément au moment de l’abondance de nouvelles rencontres. Ces deux facettes de cette période semblent paradoxales : comment les résidents peuvent-ils persister à chercher à rencontrer des personnes, quitte à prendre le risque de perdre la face (Goffman, 1973) publiquement du fait de leurs méconnaissances des codes ? Étudions leurs premières interactions pour répondre à cette question.

Les menus propos ritualisés du début d’année

  • 12 La métaphore de la symphonie pour parler de communication a été empruntée à Yves Winkin et au colle (...)

12Au début de l’année universitaire, l’inconfort de la coprésence est évité par les résidents en entamant une conversation mobilisant des ressources contextuelles. Comme le souligne Yves Winkin, cette conversation est très ritualisée : « D’où viens-tu ? », « tu es arrivé quand ? », « comment tu trouves la ville ? » « qu’est-ce que tu étudies ? », « comment tu t’appelles ? ». Les résidents qui habitent dans ces maisons depuis plus d’un an connaissent cette partition par cœur12.

13Toutefois, cette partition est bien moins applicable plus tard dans l’année universitaire. Les résidents s’en lassent au bout de quelques mois. Eva, une résidente de la maison parisienne qui y a passé deux ans, me confie, en octobre de la seconde année universitaire, « j’en ai marre de ces small talks du début, (elle prend une voix grinçante, en faisant une grimace de dégoût) « et tu viens d’où ? Et tu fais quoi ? Et tu t’appelles comment », (en reprenant sa voix), non vraiment c’est fatigant, je ne veux pas repasser par-là ». Progressivement, les résidents sont trop engagés dans diverses relations pour revenir à de telles conversations banales, lesquelles ne peuvent exister qu’entre personnes n’ayant aucun passif, ne connaissant rien l’une de l’autre (Quidot, 2011, p. 160).

  • 13 J’emprunte à Erving Goffman le concept de relations ancrées qu’il distingue des relations entre ano (...)

14Par ailleurs, ces conversations banales ne garantissent pas la formation d’un groupe : « si pour la conversation banale le groupe correspond au « monde social » côtoyé dans le quotidien, alors il est impossible à proprement parler d’évoquer un groupe » (idem). À ce propos, Bernard Conein précise que dans ces conversations banales, les acteurs en coprésence n’activent pas un but commun, mais une « forme primitive de relation qui n’implique pas la poursuite d’un but commun, ni un accord explicite entre les partenaires. » (Conein, 2005). Ces menus propos, échangés lors de situations de coprésence dans les espaces des résidences permettent alors, non pas systématiquement de s’engager dans une relation plus ancrée13, mais plutôt d’éviter l’inconfort de la coprésence. Les outils numériques peuvent également être un support dans ces sociabilités entre anonymes.

Les technologies d’information et de communication : outils de prolongement et de configuration de ces rencontres

Entretien Halley Canada : mars 2015
Halley est une résidente de la maison canadienne depuis septembre 2014. Elle rencontre de nombreux résidents dès ses premières semaines de séjour. Elle est la créatrice de leur groupe Facebook, qui sera le support principal de l’ensemble des communications entre les résidents investis dans les espaces collectifs.

Halley : Mais c’est marrant, les premiers jours j’ai rencontré pas mal de monde dans la salle commune… Et les gens que j’ai rencontrés étaient… ouais enfin ils avaient l’air tous un peu perdu… Donc j’étais là : « Pourquoi on ne se coordonnerait pas ? On pourrait se coordonner pour faire des trucs ensemble ? ». C’est comme ça que j’ai créé ce petit réseau informel, pour se coordonner, faire des trucs ensemble et tout ça. (..) Et les gens dans la salle commune étaient genre « et qu’est-ce que tu fais de tes journées ? blablabla » donc moi j’étais là « je fais ça et ci » et du coup je leur ai dit « je vais faire un petit groupe Facebook comme ça on peut faire des trucs ensemble ». Les gens étaient genre « ouais, ça peut être cool ». Et en fait, cette première semaine-là, on a utilisé ce groupe Facebook. Et on est tous allé à la plage. Je crois que les gens avaient vraiment besoin de ce mode de communication et d’utiliser ça comme un réseau.

  • 14 Pour une présentation des différents médias sociaux [Social Network Sites] et leurs usages voir Boy (...)

15C’est bien parce que les résidents utilisent les médias sociaux14 et prennent des initiatives suite à des menus propos, que des dynamiques se créent. Halley insiste justement dans cet extrait sur cet aspect : ils discutaient de tout et de rien. Les téléphones portables, médias sociaux, applications diverses font partie du quotidien de ces individus qui ne cessent d’échanger (Rainie et al., 2006). Ces différents moyens de communication permettent ainsi aux résidents d’augmenter les rencontres faites dans les premières semaines, et potentiellement de les maintenir.

16Toutefois, comme l’écrit Oppenchaim, « il ne faut pas faire de la fréquentation d’espaces d’interactions sur l’Internet le correcteur à la fragmentation urbaine, permettant une mise en contact de tous avec tous » (Oppenchaim, 2011, p. 41). En effet, ce n’est pas parce que l’ensemble des résidents utilisent Internet, et notamment les médias sociaux, que les sociabilités et les rencontres vont de soi. Par exemple, j’ai compris à mes dépens qu’être invitée sur ce groupe Facebook ne m’autorisait pas pour autant à y interagir comme un membre à part entière.

Notes de terrain Canada : janvier 2015
À la suite de cet ajout à ce groupe, je commente les publications des différentes personnes que je n’ai jamais rencontrées, mais qui proposent des activités (soirée de danse salsa, sortie pour un match de basket-ball, etc.). Sur Facebook, les sanctions sont difficiles à exprimer, je n’en vois aucune. Pourtant, plusieurs semaines plus tard, alors que j’avais rencontré l’ensemble des membres du groupe et « sympathisé », Liam me dit :

Liam : Oui, au début, je ne te connaissais pas et je te voyais commenter et MÊME publier (ton de surprise) dans le groupe, donc je me suis demandé « mais qui est cette fille bizarre qui est là sans être là ». Alors j’ai demandé à plusieurs personnes s’ils te connaissaient, s’ils t’avaient rencontré et tout ça (il rit), bref, j’ai enquêté !

  • 15 J’emprunte à Erving Goffman le concept de statut de participation, qu’il définit comme tel : « Dans (...)
  • 16 Pour développer ce point, voir le travail de Julia Velkovska. La sociologue démontre en quoi l’accè (...)

17Ainsi, bien que je fusse techniquement membre de ce groupe Facebook, je n’en n’étais pas pour autant membre, au sens sociologique : on ne m’avait attribué aucun statut de participation (Goffman, 1991)15, j’y étais ainsi privée de droits16. Pour l’acquérir, je devais avant tout passer les épreuves de la rencontre hors ligne. De « nouveaux résidents » arrivés en janvier ont également été ajoutés au groupe et ont, effectivement, peu commenté (encore moins publié) durant le mois qui a suivi leur inscription.

18En ce sens, les technologies de l’information et de la communication (TIC) sont certes des outils pour poursuivre une relation hors ligne et sont, de ce fait, susceptibles d’aider à la constitution de groupes. Dans cet environnement des résidences universitaires, elles restent toutefois simplement un support. Elles ne se substituent pas à une sociabilité en face-à-face et, en tant que telles, ces TIC sont soumises à des règles et des manières de faire souvent très semblables à celles descriptibles dans les espaces sociaux auxquels ces groupes sont rattachés.

19Quelques mois plus tard, les résidents sont plus réticents à s’échanger leurs contacts. De la même façon que pour les conversations banales qui s’amenuisent au cours de l’année, les résidents sont moins disponibles au fur et à mesure qu’ils ancrent leurs relations avec d’autres résidents.

20En somme, deux raisons peuvent être énoncées pour expliquer l’abondance des rencontres au début de l’année universitaire malgré une grande imprévisibilité interactionnelle.

21La première raison est liée aux dispositifs mis en place par l’institution : les résidences, et notamment celles des États-Unis et celle du Canada, organisent de nombreuses activités et événements lors de la première semaine de résidence [orientation week]. Ces activités permettent, d’une part, de mieux connaître les ressources accessibles dans la ville, le campus, ou la résidence. D’autre part, elles permettent de rencontrer d’autres étudiants à travers différents jeux et ateliers. Ainsi, bien que l’imprévisibilité interactionnelle soit forte dans ces premiers moments, de nombreuses situations très cadrées à travers des jeux et des activités sont proposées aux résidents.

22La seconde raison de l’abondance des rencontres en début d’année est liée aux partages de l’expérience de situations inconfortables. Ces expériences interactionnelles très particulières sont éprouvées par tous les nouveaux résidents en même temps. Cette période d’incertitude et de méconnaissance les amène à être bien plus accessibles, disponibles à la rencontre, dans une volonté d’entraide. En ce sens, un résident qui arrive au milieu de l’année vivra tout autant cette période d’incertitude, d’incompréhensions, de tâtonnements. Toutefois, bien que la résidence continue à organiser des activités, les autres résidents, arrivés quelques mois plus tôt, ne partageront plus cette expérience, ne se trouvant plus dans cet état d’hyper-disponibilité et d’hyper-ouverture. Contrairement à ceux arrivés en cours d’année, les résidents présents depuis septembre sont passés à une autre phase de la sociabilité.

Le temps de l’électivité des liens

Entretien Nathan Canada : 22 avril 2016
Nathan poursuit son récit sur ses pratiques de sociabilités au cours de son séjour à la résidence canadienne.

Nathan : Ensuite, il y a eu moins de nouvelles personnes qui ont rejoint ce groupe. Je pense que c’était parce qu’on avait rencontré tellement de gens, que le groupe commençait à saturer. Donc on rencontrait de moins en moins de nouvelles personnes. Et on parlait de moins en moins aux gens qu’on ne connaissait pas. Mais bon c’était toujours assez ouvert. Genre si quelqu’un avait un pote qui voulait rejoindre le groupe ils étaient… les bienvenus. Et franchement c’est arrivé assez souvent. Et l’été, c’était cool mais… on sortait moins avec l’ensemble du groupe. Parce que le groupe était composé genre de 125 ou 130 personnes. Et plus les gens étaient ajoutés au groupe, moins on connaissait vraiment les gens dans le groupe. Donc… je ne sais pas… on voulait de moins en moins que tous ces gens viennent aux trucs qu’on faisait.

23Au cours de l’année, les calendriers des résidents se remplissant, le temps accordé à la sociabilité semble se réduire. Un mouvement d’électivité des liens personnels s’observe. Les représentations graphiques semblent attester de cette évolution.

Représentation graphique Canada : période 1 liens affinitaires tout degré d’intensité

Représentation graphique Canada : période 1 liens affinitaires tout degré d’intensité

Représentation graphique Canada : période 2 liens affinitaires tout degré d’intensité

Représentation graphique Canada : période 2 liens affinitaires tout degré d’intensité

24Si nous regardons les liens qui lient Nate (en bas du graphique) aux autres personnes du réseau, ou encore, Ankit et Paige (en bas à gauche), leurs liens s’amenuisent drastiquement. C’est également le cas pour Evelyn et Melissa (à droite) qui n’apparaissent même plus sur le réseau lors de la seconde période. En même temps, les liens entre les personnes au milieu du réseau (Liam, Nathan, Alice, Logan, Halley) se sont intensifiés d’une période à l’autre.

25Lors de l’enquête ethnographique, l’évolution de ces liens se traduit d’une part dans leur choix d’espaces de rassemblements et d’autre part dans leurs usages des moyens de communication.

De l’espace collectif à l’espace privé

Notes de terrain États-Unis : juin 2015
Je reviens en fin d’année universitaire à la résidence américaine. J’y retrouve Camille, résidente depuis septembre. Nous nous asseyons autour d’une table de la salle commune.

Camille : Oui au début de l’année, tu vas dans la salle commune, parce que tu veux rencontrer du monde et tout ça. Et puis au fur et à mesure de l’année, bah tu traînes qu’avec quelques personnes, donc tu te retrouves dans les chambres, ou autre part. T’as pas forcément envie de voir tout le monde. Genre si je veux faire un truc j’envoie un message à Jean ou Antoine ou je vais directement toquer à leur porte.

26Au début de l’année, les résidents se rencontrent dans les espaces collectifs, et coordonnent leurs futures rencontres dans ces mêmes espaces. Plus tard, un repli vers des espaces plus restreints s’observe. Ce délaissement des espaces collectifs est aussi évoqué par Liam (Canada) en avril de la seconde année universitaire : « on n’a plus besoin de la salle commune pour se retrouver ». Les résidents ne se rejoignent plus dans cette salle commune mais dans leurs suites. Un phénomène similaire est observable dans la résidence française où les membres de ces groupes ne se rejoignent plus que dans leurs chambres individuelles. Ce repli des groupes s’observe également dans les modalités de communications des membres.

Les modalités de communication : révélateurs de l’électivité des liens

27Alors qu’en début d’année les médias sociaux constituent un support pour la rencontre d’un grand nombre de résidents et pour le maintien de ces rencontres, au cours de l’année, leurs usages évoluent avec les pratiques de sociabilités hors ligne. L’accessibilité de ces groupes Facebook reste plus ou moins contrôlée. C’est le cas d’un « groupe secret » Facebook au Canada, qui voit le jour lors de la seconde année d’enquête. La publication affichée en début de groupe ne laisse aucun doute sur la sélection des membres.

Facebook Canada – Super secret friends group : 14 octobre 2015
Yacir, administrateur de ce groupe épingle une publication, qui apparaît toujours au début de la page de ce groupe.

Ce groupe est réservé au noyau dur [inner-circle]. Ici, nous partageons des photos/vidéos (et potentiellement des potins). Avant que toute nouvelle personne soit ajoutée dans ce groupe, cela doit être discuté dans le groupe. L’approbation finale incombe au conseil des anciens (Actuellement Nathan, Joey et moi).

Règle :

– La Première règle du Fight Club est : Vous ne parlez pas de Fight Club

– Sois décent [keep it clean] (LOL on déconne)

– Tu peux demander au conseil des Anciens avec 10 000 mots sur pourquoi tu devrais être considéré comme membre.

– Si Les Anciens estiment que tu ne t’engages pas assez dans ce groupe, tu en seras retiré.

28Bien que cette publication étiquetée à la première page du groupe soit inscrite sur le ton de l’humour, la règle de discuter de l’ajout d’un nouveau membre dans le groupe est effective. Certains ont attendu plusieurs mois et n’ont pu intégrer le groupe qu’après de longues négociations hors ligne par les membres du groupe. On voit ici une exigence plus importante des membres du groupe sur qui peut ou non le rejoindre. De même, au cours de l’année, les résidents de la maison américaine et ceux de la résidence française réduisent le nombre de participants dans les applications de discussions instantanées.

29De surcroît, à mon retour à la résidence canadienne, en avril 2015, je comprends qu’il y a une forte évolution sur les modalités de communication entre les résidents de la maison.

Notes de terrain Canada : 9 avril 2015
C’est mon deuxième soir dans la résidence depuis que je suis revenue. Tandis que lors de mon précédent séjour je prenais connaissance des soirées et activités en week-end grâce au groupe Facebook, cette année, il n’en est rien. Je retrouve Aya à 19 heures, elle me demande ce que je veux faire ce soir.

Moi : Ça dépend de tout le monde.

Aya envoie alors un message privé à Alice, Liam, Alia. Alice et Alia répondent qu’elles ont déjà un truc de prévu.

Joey a posté sur « super secret Friends group » dans lequel je ne suis pas encore ajoutée.

Aya décide d’appeler directement James, qui nous répond que lui et Rachel préféreraient aller dans un bar plus proche que celui proposé par Joey.

Aya propose de se retrouver à 21 heures.

À 20 heures, je reçois un message de Liam : Viens en bas, tout le monde est là.

Je descends à 20 h 10 dans la salle commune, une douzaine de personnes (les résidents que je connais depuis l’année précédente, jouent au crud – un jeu collectif sur la table de billard). Je les rejoins pour une deuxième partie. Je leur demande alors comment ils se sont coordonnés, Liam m’explique qu’ils revenaient du travail et ont croisé « les filles » qui étaient ensemble à l’accueil.

À la fin de la partie, chacun remonte dans sa suite. Je discute avec un résident pendant quelques minutes et décide d’aller dans la suite d’Aya, sans y avoir été invitée préalablement.

Dans sa suite, la porte est ouverte, je retrouve Halley, Abigail, Olivia, Carter, Jane, Oliver, et Joey. Logan passe devant la suite, (c’est son chemin pour entrer dans sa suite), il entre dans la suite des filles, reste debout. Nous resterons quelques heures ensemble dans le salon de la suite des filles.

30Lors de ce séjour à la résidence canadienne, je vais comprendre en quelques jours que pour passer du temps avec ce groupe, je ne peux plus me fier aux publications sur Facebook, mais il faudra que je sois dans les couloirs, disponible pour des rencontres impromptues. En effet, les membres de ce groupe ne communiquent plus à travers les groupes Facebook mais par SMS, appels directs, ou en toquant aux portes des appartements. C’est également ce que me dit Camille à la résidence américaine : « Si je veux faire un truc j’envoie un message à Jean ou Antoine ou je vais directement toquer à leur porte ». À la maison française, alors que les résidents d’un même pavillon, ou d’un même étage, toquent aux portes, c’est le téléphone fixe interne qui est privilégié lorsqu’il s’agit d’entrer en contact d’un pavillon à l’autre. Ainsi, comme pour l’usage des espaces collectifs qui s’amenuisent au cours de l’année dans la vie des résidents qui ont développé des relations affinitaires fortes, le « groupe public » Facebook, n’est plus le mode de communication privilégié.

  • 17 Notons ici l’importance d’un suivi des pratiques et des interactions hors ligne entre résidents. En (...)

31En somme, si les TIC peuvent faciliter les sociabilités dans les résidences internationales, elles ne s’apparentent qu’à des supports de formes de sociabilités déjà existantes – phénomène également observé par Chaulet (2010). Ainsi, étudier les usages qu’en font les résidents peut montrer certains procédés de sociabilités et de communications plus diffus dans les rapports hors lignes. Toutefois, une inscription dans un groupe en ligne ne signifie pas nécessairement un rôle de membre dans le réseau hors ligne. Autrement dit, les sociabilités en ligne ne se confondent pas complètement avec les sociabilités hors ligne17.

32Ainsi, les résidents qui ont rencontré un grand nombre de personnes en début d’année finissent par ne communiquer et ne passer du temps qu’avec quelques amis proches. Comment se perçoit cette réduction de liens ?

Le temps d’une mise à l’épreuve

Entretien Nathan Canada : 22 avril 2016
Nathan : Mais tu vois c’est vraiment délicat, tu ne peux pas ne pas inviter tout le monde quand tu fais des trucs. Tu vois, en septembre, j’ai organisé un week-end de camping, c’était à la toute fin de l’été, septembre ou octobre. J’ai invité quelques personnes mais pas tout le monde et je me suis fait tellement lyncher à cause de ça. J’avais invité sur Facebook, genre 8 personnes quelque chose comme ça… (…) Mais j’ai été lynché par pas mal de gens genre « Hey Nathan pourquoi tu ne m’as pas invité ? Je croyais qu’on était potes ».

33Cette électivité des liens au cours du séjour pousse alors le curseur tellement loin qu’au bout de quelques mois, les groupes formés par de nombreux membres au début de l’année se transforment en microclique de deux, trois ou quatre personnes. C’est ce qui se donne à voir dans la représentation graphique des réseaux à la maison américaine.

Représentation graphique États-Unis : période 1 liens affinitaires degrés d’intensité 3-4

Représentation graphique États-Unis : période 1 liens affinitaires degrés d’intensité 3-4

Représentation graphique États-Unis : période 3 liens affinitaires degrés d’intensité 3-4

Représentation graphique États-Unis : période 3 liens affinitaires degrés d’intensité 3-4

34Ces représentations graphiques permettent de montrer qu’en première période, il existe des connexions entre plusieurs réseaux. Lors de la seconde période, les groupes ne sont liés entre eux que par des liens d’interconnaissances faibles. Par exemple, regardons les liens forts qui concernent Alyssa (au centre du graphique) : en période 1, elle est liée à Joshua, qui la lie à son réseau personnel proche, ou encore à Antoine et Jean, qui la lient au leur. De ce fait, elle joignait les deux groupes entre eux. Toutefois, lors de la seconde période elle est isolée avec Cary, hors des deux groupes – groupes qui n’ont dès lors plus de contacts forts qui les relient.

35De ce fait, les liens se réduisent et des frontières (Barth, 1999) plus hermétiques se forment entre les cliques. Pour identifier et comprendre cette troisième phase, il s’agira d’étudier les réactions des résidents qui émergent vis-à-vis du mouvement de l’électivité des liens et la cristallisation des frontières de certains groupes, notamment rendue visibles par les TIC.

La cristallisation des frontières : pratiques et sanctions

36De nombreux travaux montrent comment et pourquoi les usagers des médias sociaux publicisent leur quotidien, leurs réseaux de sociabilité, leur « intimité » (Dauphin, 2012 ; Mabilon-Bonfils, 2012). Bien que les adolescents tendent à valoriser cette mise en scène publique (Balleys, 2014 ; Cardon et Delaunay-Téterel, 2006), les acteurs de mes terrains d’enquêtes expriment des critiques vis-à-vis de cet usage.

Entretien Emily Canada : avril 2015
Emily est arrivée à la résidence en janvier (au second semestre). Je l’interroge sur son expérience de sociabilité à la résidence.

  • 18 Jour férié au Canada pour célébrer la famille.

Emily : Il y a toujours une forme d’exclusion sociale et ils n’en sont même pas conscients… Par exemple, la fois où ils avaient un dîner ensemble pour le Family Day18. Je crois que c’est Khloe qu’avait posté sur le groupe Facebook une photo et avait mis : « Aujourd’hui, Family Day, tout est une question d’inclusion sociale », alors qu’en fait ce n’était que la même bande de copains avec qui ils traînent tout le temps.

37Emily a découvert a posteriori, avec la publication en ligne de Khloe, que les autres membres du groupe avaient organisé un dîner ensemble. En effet, parfois, la publicisation d’un rassemblement sur Facebook révèle à ceux qui n’étaient pas au courant, qu’ils n’ont pas été invités.

Facebook Paris : 21 mars 2013
Federica était une résidente de la CIUParis en 2011-2012. Elle revient pour un week-end à Paris l’année suivante. Pour l’occasion, certains anciens résidents, toujours à Paris, organisent un petit-déjeuner sur la pelouse de la Cité U.

Ismaël publie sur son mur : Petit-déjeuner royal — avec Federica, à la CIUParis.

  • 19 Depuis la galette des rois de l’année précédente, Kristo est nommé « le roi » et a choisi comme « r (...)

(…) Kristo : Pourquoi le roi n’est pas là19

Elena : Kristo, tu dois faire la queue

Kristo : Le roi est toujours le premier mais personne ne m’a prévenu.

38Nous le voyons dans cette retranscription, ce n’est pas l’usage des médias sociaux qui engendrent un sentiment d’exclusion de certains résidents. Toutefois, comme ils permettent de publiciser un rassemblement, les médias sociaux le donnent à voir à tous, dont à ceux qui n’étaient pas invités. En effet, quelqu’un étant inscrit ou non dans la liste d’une conversation collective sur les supports numériques fait de facto partie ou non du groupe.

Notes de terrain Canada : 11 avril 2016
Je reviens à la résidence canadienne un an plus tard. De nombreux résidents de mon enquête habitent toujours dans la maison. J’y retrouve Aya.

Aya : Je suis rentrée en septembre et une ou deux semaines après, il y avait un camping trip, Nathan l’a organisé. Et il n’a invité que quelques personnes (…) et en plus la façon dont je l’ai appris était vraiment… embarrassante [awkward]…. Parce qu’Alice m’a menti ! Parce que je voulais faire un truc, et je lui dis : oh faisons ça le week-end prochain et elle me dit « non, non, je ne peux pas, je ne serai pas là le week-end prochain » donc j’étais là « ok ! ok ! » et elle dit « je vais à un camping trip » et donc je lui dis « avec tes collègues de master ? » et ensuite elle dit « ouais ». Et ensuite Halley nous a entendues, on était assises dans le patio dehors et Halley arrive et (elle prend une voix super-excitée). « Ouiii ! On va tous faire du camping le week-end prochain ! Halley n’a pas réalisé que je n’étais pas invitée donc elle est là « Ouiii ! On va tous faire du camping le week-end prochain, ça va être trop fun ! » Et ensuite Alice est devenue très… gênée et bizarre. Donc je me tourne vers Alice et je lui dis : « Je croyais que tu allais camper avec les gens de ton master ? » et elle était là (prend un ton de honte) « Non Aya, en fait on y va ensemble c’est Nathan qui a organisé ça », ce qui était vraiment bizarre parce qu’elle n’avait pas à me mentir. (…) Et ensuite quand Valérie l’a appris… je l’ai dit à Valérie, elle s’est tellement énervée. Et lors d’une soirée elle était très bourrée. Je n’étais pas là, mais ils sont tous sortis. Et elle a confronté Nathan et elle et elle était genre « pourquoi tu ne m’as pas invitée… blabla blabla, pourquoi tu fais ce petit groupe exclusif, pourquoi t’exclus des gens ? Pourquoi tu fais ça ? » Donc c’était franchement tendu au début de l’année. Et ensuite tu pouvais vraiment voir le groupe se refermer sur lui-même [closing off] (elle referme les doigts sur elle).

39Les médias sociaux permettent de publiciser un événement et donnent ainsi à voir à toutes et tous qui était présent et qui ne l’était pas. Mais quand les modalités de communication passent simplement par le bouche-à-oreille, l’effet est tout à fait similaire.

  • 20 Je remercie chaleureusement Yves Winkin d’avoir partagé avec moi ses archives de terrain (notes, en (...)

40Lors de l’enquête d’Yves Winkin sur les résidences universitaires menée en 1978-1981, les modes de communication évitaient en partie ce sentiment d’exclusion. En effet, les moyens de communication privilégiés étant l’interaction en face-à-face et le téléphone interne à la résidence, il était possible de ne pas avoir été prévenu d’une activité pour des raisons logistiques20. Au contraire, lors de mes enquêtes, comme il existe une pluralité et une sophistication de ces TIC, la communication entre les résidents est immédiate, facile et gratuite. Un refus de communication peut alors être interprété comme « un choix », voire « une volonté ». Ainsi, le fait d’être contacté, inscrit dans un groupe Facebook, ajouté à une conversation collective, identifié dans diverses publications constitue différents signaux du degré d’intégration de chacun dans son réseau personnel.

41En somme, si les TIC sont souvent le signe pour les acteurs eux-mêmes de leur degré d’intégration dans les différents réseaux de sociabilités, elles s’avèrent aussi être le support de conflits interpersonnels.

Un équilibre entre sanctions négatives et confort interactionnel

  • 21 Sanctions (négatives ou positives) sont ici à entendre comme des micros-indices de communications e (...)

42L’entretien de Nathan (Canada) montre qu’il semble très lucide sur le fait d’avoir transgressé une règle : celle de toujours inviter tout le monde, celle de ne pas exclure certains résidents. Il qualifie lui-même ces sanctions (Ogien, 1990)21 comme violentes – « Je me suis fait lyncher pour ne pas avoir invité tout le monde ». Comment les résidents qui pratiquent ces exclusions gèrent-ils ces sanctions négatives ? Pourquoi choisissent-ils, malgré ces sanctions, de « rester entre eux » ?

Notes de terrain Canada : 10 janvier 2016
Je traîne dans la salle de résidents avec Logan, Nathan et Liam.

Liam à moi : Les gens ont changé…

Moi : Vraiment ?

Logan : Bah quand tu étais là, il y avait toujours genre 20 personnes à chaque événement (…) ce que je pense c’est que… on en a parlé (il tend la main vers Liam et Nathan)

Liam l’interrompt : Oui c’est une théorie dominante.

Logan : Les gens vivent dans la même suite.

Liam lui coupe la parole : Quand tu t’ennuies et que tu veux traîner…

Logan : Du coup, avant si tu t’ennuyais dans la chambre, tu checkais Facebook ou tu publiais un truc sur le groupe

Moi : Et maintenant vous ne faites plus ça ?

Logan : Maintenant, on ne checke JAMAIS Facebook parce que tu sais que si tu veux faire un truc, bah les gens sont juste là, autour de toi. Donc si tu veux parler ou traîner, bah tu vas les voir dans leur chambre directement et tu fais genre : « hey les gars vous voulez vous poser tranquille ? » et du coup tu t’installes dans la cuisine ou dans une des chambres.

Nathan : C’est moins sociable, mais c’est franchement plus facile.

Moi : Plus facile ?

Logan : C’est plus facile, mais parfois ce serait cool de descendre dans la salle commune et de se poser tous ensemble comme avant.

Nathan à Logan : Bah publie-le quand t’as envie !

Logan : Ouais mais bon… j’sais pas… C’est plus facile de traîner chez soi…

43Bien que les trois garçons se rendent compte des sanctions négatives et donc de leur transgression d’une norme, ils justifient leur pratique d’exclusivité comme « plus facile ». Liam précise en entretien qu’une attitude « plus ouverte nécessite de faire des efforts » - « efforts » qu’il dit ne « plus avoir envie de faire ». Ces formes de réflexivités des acteurs se retrouvent dans les deux autres résidences.

Notes de terrain États-Unis : 12 juin 2015
Rob me rejoint à une table de la salle commune. Une semaine avant, il a envoyé un message à une quarantaine de résidents pour sortir tous ensemble le soir. Dernière soirée de l’année.

Rob : J’espère que ça va bien se passer ce soir. (…) Je suis un peu fatigué des gens trop émotionnels, il y a pas mal de dramas entre nous donc bon (…) Cette fois, j’ai voulu éviter ce qu’on nous a reproché toute l’année.

Moi : De quoi ?

Rob : Cette fois, je voulais inviter tout le monde, comme ça ceux qui veulent venir viennent. Parce que oui toute l’année, on a eu différentes occasions de se retrouver et on n’a pas invité tout le monde.

Moi : Comme ?

Rob : Bah par exemple le voyage au Mexique on l’a organisé et on n’a pas invité tout le monde, parce qu’on voulait juste être avec les gens qu’on aimait vraiment bien sans se prendre la tête et on a été critiqué.

  • 22 Pour une démonstration de l’intérêt de la description et l’observation des indices diffus en situat (...)

44Les résidents développent explicitement une rhétorique du confort d’être « entre soi » contre un « inconfort », « une difficulté », à être « toujours ouverts » aux autres. Ce repli du groupe sur lui-même n’est pas seulement verbalisé par les résidents. En observant des indices diffus (Gumperz, 1989) lors d’un rassemblement comptant un grand nombre de personnes, j’ai pu saisir un mouvement implicite de repli du groupe22.

45Ce phénomène d’attraction des personnes est observable dans plusieurs relations ancrées, à différents moments et dans toutes les résidences. Par exemple, lors d’une soirée, certains se retrouvent à plusieurs reprises sans se coordonner explicitement, comme pour se ressourcer quelques minutes avant de retourner à la fête collective. Ils ne se retrouvent pas dans un espace plus confiné, ils restent dans la soirée au milieu de tous, mais semblent former une bulle de confort « sans se prendre la tête », pour reprendre l’expression de Rob. Lors de ces moments de relâche, les corps se détendent, les conversations sont fluides, parfois interrompues de silences qui ne semblent pourtant gênants pour personne. En outre, certains résidents mentionnent leurs amis proches comme des « points de repère » ou des « piliers » dans une fête. Plusieurs résidents soulignent que dans une soirée avec un grand nombre de personnes, ils vont chercher des yeux leurs « amis » soit pour les rejoindre, soit pour s’assurer de leur proximité.

  • 23 Une situation euphorique, au sens de Goffman, est une situation interactionnelle qui se passe sans (...)

46Par différents processus de socialisation, les résidents ont coproduit un ordre de l’interaction (Perreau et Cefaï, 2012) qui rend les situations interactionnelles confortables ou euphoriques (Goffman, 1988)23. Sortir de cette bulle de confort interactionnelle est donc coûteux. C’est de cette option de facilité dont parle Nathan, Liam et Logan, à la résidence canadienne ou encore Rob à la résidence américaine. Ayant ancré des relations sociales entre eux et en ce sens coproduit un ordre de l’interaction et un ordre social prévisible, rencontrer d’autres résidents les remettrait dans cette phase moins confortable de la sociabilité. Alors que chacun semble reconnaître être nostalgique de cette période, qu’elle « leur manque » au sens où elle est « excitante » et sort de l’ordinaire, elle est trop inconfortable pour s’y risquer à nouveau. Ils tâtonnent, dès lors, pour trouver leur équilibre entre ces sanctions négatives vis-à-vis de leurs pratiques d’exclusivité et le confort interactionnel que leur apportent ces mêmes pratiques.

47Ce mouvement de repli du groupe en petites cliques, avec parfois des tensions internes semble s’interrompre en fin de séjour.

Le temps d’un au revoir

48Le moment du départ et des adieux s’apparente à un retour à des retrouvailles de l’ensemble des résidents, parfois rencontrés une seule fois. Ce phénomène est observable dans les trois résidences et semble fortement régulé par les individus.

L’adieu : moment de retrouvailles ?

49À mon retour aux États-Unis, en fin d’année universitaire Camille me confie : « bon et sinon je crois que Rob ne nous aime vraiment pas, la dernière fois il a préféré manger tout seul à une table plutôt que de nous rejoindre » (notes de terrain États-Unis, 11 juin 2015). Pourtant le lendemain, jour de fête organisé par Rob, Camille répond à son invitation : « Je viendrai pour le before, c’est vraiment une super initiative, c’est vraiment chouette d’organiser ça ». Si certains résidents ne participent pas à ce moment de retrouvailles, ils sont directement sanctionnés négativement. De même que si une personne quitte la résidence sans passer par ce rite d’adieu collectif et festif, elle est sanctionnée négativement. C’est notamment le cas de Romy au Canada.

Notes de terrain Canada : avril 2015
Romy part parmi les premiers cette année-là. Elle quitte la résidence en ne disant au revoir qu’aux quatre personnes avec lesquelles elle a vraiment créé des liens : Markus, Felix, Iris et moi.

Le soir, j’apprends à Liam que Romy est partie.

Liam : Elle part comme ça ? Sans dire au revoir, c’est abuser !

Facebook Canada : 10 avril 2015
Romy publie sur son mur : De retour à la maison pour l’été. Ça a été une année scolaire incroyable. J’ai rencontré tant de gens merveilleux, eu beaucoup d’aventures, et cela a créé des souvenirs pour toute une vie. J’ai appris ce qu’il faut pour être un éducateur exemplaire et apprenant tout au long d’une vie. Pour tous ceux qui m’ont soutenu et m’ont guidé cette année, je tiens à exprimer mes sincères remerciements. J’ai hâte de voir ce que le Canada a en magasin pour moi l’année prochaine !

(…) Liam : Hey, comment as-tu pu t’échapper dans la nuit comme ça, sans dire au revoir !!!! Pas cool Romy.

Alice : Complètement d‘accord avec Liam !!!!

J’en parle avec Markus plus tard

Markus : Oui c’est bizarre qu’elle soit partie comme ça, je crois qu’elle voulait simplement dire au revoir aux gens dont elle était particulièrement proche, c’est ce qu’elle m’a dit hier. Mais bon je trouve ça quand même bizarre, elle s’entendait bien avec les autres aussi.

50Romy ne respecte pas ce rituel d’un au revoir en bonne et due forme et se fait aussitôt sanctionner négativement par les autres. Comme l’écrit Goffman, il est important pour ces résidents de ne pas rater leur départ, « et plus la séparation promet d’être durable et totale, plus le rituel [doit être] expansif » (Goffman, 1996, p. 96). Pour cela, il faut jouer le jeu d’un au revoir collectif, une dernière fête, une dernière activité avec tous les résidents rencontrés depuis le début de l’année universitaire, y compris ceux et celles dont on n’a pas été aussi proche. De plus, il semblerait que pour les résidents, il soit important que cette ouverture des seuils de groupe soit évaluée comme « sincère ».

Les critiques vis-à-vis de l’ouverture des frontières en fin de séjour.

Notes de terrain États-Unis : 13 juin 2015
Je suis à une table de la salle commune avec Camille, Pauline et Jean. Nous discutons de la soirée organisée la veille par Rob.

Camille : Mais toi Marion, hier si ce n’était pas pour ta recherche tu ne les aurais pas rejoints à la table [de la salle commune] pour boire un verre avec eux ?

Moi : Mais pourquoi pas ? On y était tous convié par message ?

Camille : Oui, on était invité mais bon en vrai, ils étaient tous en cercle, et bah ça nous donnait pas vraiment envie de les rejoindre ? Enfin, moi je n’étais pas vraiment à l’aise, je ne me sentais pas vraiment invitée… (Pauline et Jean acquiescent vivement).

51Que s’est-il passé la veille ? Rob était pourtant sanctionné positivement pour son initiative de manière unanime. Pour comprendre, revenons aux notes d’observations du soir précédent.

Notes de terrain États-Unis : 12 juin 2015
À 20 h 30, Rob revient avec cinq de ses amis résidents proches. Ils s’assoient autour d’une table ronde au milieu de la salle à manger et posent leurs bouteilles sur la table. Il n’y a plus de chaise libre à leur table.

Je suis assise à une table à côté avec Camille, Pauline, Jean et Antoine.

Camille : Ah bah super c’est comme ça qu’ils nous invitent… Elle est bien sympa son idée à Rob, mais là ça donne pas vraiment envie de les rejoindre.

Amy se retourne. Elle cherche des yeux les bouteilles que Rob a déposées un peu plus tôt sur notre table pour qu’on les « surveille ». Camille lui tend.

Amy la regarde en souriant : Ah merci

Elle prend les bouteilles et va se rasseoir avec les autres.

Camille : Ah nan mais super, on surveille leurs bouteilles mais après y a plus personne.

Pauline rit : Ouais c’est un peu bizarre

Camille : C’est carrément faux cul oui.

Jean : Bah c’est Rob ça, il lance le truc et après.

Moi : Je crois qu’il ne veut pas être l’instigateur de la soirée ?

Jean : Oui mais bon il l’est ! C’est lui qui a lancé l’invitation.

Camille : Enfin l’invitation… Super ! (ton ironique) Bon moi je finis mon verre et puis je vais me coucher…

(…) Ils partent tous les trois se coucher. Je prends une chaise et m’assieds entre Noémie et son copain, deux Français, amis proches de Rob. Mon arrivée engendre celle d’autres résidents moins intégrés à ce groupe, mais que je connais.

52Camille, Pauline et Jean évaluent un décalage entre l’initiative de Rob et ce qu’ils éprouvent et observent. Alors que l’invitation promettait une ouverture des seuils des relations constituées au cours de l’année, ce qu’ils observent ne correspond que trop à la cristallisation des frontières qu’ils avaient éprouvée lors du séjour. L’électivité des liens qui se conjuguent avec une cristallisation certaine des frontières est toujours bien présente malgré le rassemblement collectif. Un soupçon est alors exprimé sur le caractère « sincère » de la démarche de Rob.

53En somme, il semblerait que cet adieu, en plus de devoir être un moment collectif, un retour à l’abondance de rencontres du début, doive aussi être à la hauteur d’une initiative d’ouverture, le tout dans une démarche qualifiée de « sincère et authentique » par l’ensemble des résidents.

Conclusion

54Cet article propose deux conclusions, une première méthodologique et une seconde sur les temporalités des processus de formations et transformations des réseaux personnels.

55Premièrement, je propose d’articuler la représentation graphique en réseaux complets, avec des données qualitatives sur ces réseaux. La représentation des liens et des réseaux a permis de compléter l’étude sur les relations affinitaires et leurs degrés d’intensité. Elle a aussi donné à voir l’évolution des réseaux personnels au cours de l’année. Enfin, les descriptions ethnographiques permettent d’accéder à la réflexivité des acteurs sur leurs réseaux personnels, et leurs évolutions.

56Deuxièmement, il m’est dès lors possible de répondre à la question initialement posée : pourquoi les résidents arrivant en cours d’année universitaire ont plus de difficulté à développer un réseau personnel comparé aux résidents arrivés en début d’année.

57Pour cela, j’ai identifié quatre temporalités traversées par chaque réseau lors de l’année universitaire.

58Une première phase entre inconfort interactionnel et abondance de nouvelles rencontres est observable. Cette étape, jonchée de rituels d’entrée, est aussi préparée par les résidences et leurs administrations qui prévoient des moments de rencontres, des jeux ou des activités lors desquels les résidents ont l’opportunité de se rencontrer. De plus, les résidents partagent une expérience commune, proche de celle de « L’Étranger » de Simmel (1908), perdus dans un environnement social et spatial qu’ils ne maîtrisent pas. Cette expérience commune les pousse à s’impliquer dans une dynamique d’entraide.

59Une deuxième phase se dessine comme l’électivité des liens entamés dans cette abondance de rencontres. Elle conduit alors à une cristallisation des frontières de groupe. Bien que cette électivité permette la stabilisation d’un groupe, elle évolue toujours jusqu’à parfois des tensions et des sentiments d’exclusions par certains individus.

60La troisième phase correspond à celle de la mise à l’épreuve des liens en partie établie lors des premiers mois. Bien que lucides face aux sanctions négatives vis-à-vis de leurs pratiques d’exclusivité, les résidents persistent tout de même dans une réduction de leurs liens. C’est le moment d’ajustement entre le confort interactionnel qu’ils ont trouvé en présence de certaines personnes et les critiques vis-à-vis de l’exclusivité que pratiquent ces résidents.

61Enfin, une dernière phase très courte avant le départ est observable : un retour à l’abondance des rencontres du début du séjour. Ce moment donne lieu à des soirées et à des activités qui rassemblent un nombre important de personnes. Ce rituel d’adieu doit correspondre aux attentes d’une ouverture des frontières de groupes, et est évalué comme devant être « sincère » par l’ensemble des personnes.

62En somme, chaque phase décrite laisse plus ou moins de place à la rencontre, et aux nouveaux échanges. Si un résident n’échange pas avec d’autres résidents dès la première phase, il rate un coche important qui sera difficile de rattraper. Comme le soulignent Backstrom et ses collègues, il est possible qu’une personne liée par ailleurs à différents membres du groupe constitué en phase 1 n’aura aucune difficulté à intégrer le groupe à d’autres périodes, même si elles sont moins propices aux nouvelles rencontres (Backstrom et al., 2006, p. 47). Toutefois, mes terrains d’enquête concernent des étudiants vivant loin de leurs lieux de résidences d’origine, donc les membres de ces groupes sont souvent à distance des parties plus anciennes de leurs réseaux personnels. Il est donc rare de voir un nouveau membre intégrer un groupe en cours de séjour. Des cas sont tout de même observables, notamment dans la situation où l’un des membres développe une relation amoureuse avec une personne extérieure au groupe : cette tierce personne peut, en prouvant sa volonté d’intégration, devenir un membre à part entière.

63Pour conclure, si ces quatre temporalités sont observables dans l’ensemble des groupes suivis conjointement dans les trois résidences universitaires, et ce malgré la différence de contexte et la pluralité des compositions des groupes, je fais l’hypothèse que ces quatre temps sont transposables à d’autres groupes sociaux de même type. Dans un contexte plus ordinaire de sociabilité, comme la collégialité au travail, les rapports de voisinage, ou encore les camaraderies de classes, ces phases seraient plus diffuses car les interactions entre les membres seraient moins fréquentes. Pour confirmer cette hypothèse, il faudrait entamer une comparaison, notamment via la méthode de l’induction comme l’ont d’ailleurs suggéré Jack Katz dans How Emotions work (Katz, 1999), ou Gary Alan Fine dans ses travaux sur les petits groupes (Fine, 1979, 2012). En ce sens, cette recherche contribuerait à la jonction des travaux sur les petits groupes et les réseaux personnels, en apportant une démarche ethnographique et microsociologique.

Haut de page

Bibliographie

Backstrom L., Huttenlocher D., Kleinberg J., Lan X., 2006. “Group Formation in Large Social Networks: Membership, Growth, and Evolution”, Proceedings of the 12th ACM SIGKDD International Conference on Knowledge Discovery and Data Mining, p. 44-54.

Ballatore M., 2007. L’expérience de mobilité des étudiants ERASMUS : les usages inégalitaires d’un programme d’ « échange ». Une comparaison Angleterre/ France/Italie, Thèse de doctorat en Sociologie, Aix Marseille, Université d’Aix Marseille / Università degli studi di Torino, 418 p.

Balleys C., 2014. « De la scène aux coulisses et des coulisses à la scène. Les modes d’appropriation juvéniles des réseaux sociaux en ligne », Cultures et Sociétés, 29, p. 78‑84.

Barth F., 1999. « Les groupes ethniques et leurs frontières », dans Théories de l’ethnicité, traduit par Poutigna P., Streiff-Fenart J., Bardolph J., Presses Universitaires de France, Paris, p. 203‑249.

Berger P.L., Luckmann T., 1997. La Construction sociale de la réalité, 2e édition (1e édition 1986), Paris, Armand Colin (Références).

Bidart C., 2008. « Étudier les réseaux », Informations sociales, 147, p. 34‑45.

Bidart C., 2013. « Les âges de l’amitié », Transversalités, 113, p. 65‑81.

Birdwhistell R.L., 1970. Kinesics and context: essays on body motion communication, University of Pennsylvania Press, Philadelphia.

Boyd D.M., Ellison N.B., 2007. “Social Network Sites: Definition, History, and Scholarship”, Journal of Computer-Mediated Communication, 13, 1, p. 210‑230.

Cardon D., Delaunay-Téterel H., 2006. « La production de soi comme technique relationnelle : Un essai de typologie des blogs par leurs publics », Réseaux, 138, 4, p. 15‑71.

Chaulet J., 2010. « Les usages adolescents des TIC, entre autonomie et dépendance », Empan, 76, 4, p. 57‑65.

Cicchelli V., 2012. L’esprit cosmopolite : jeunes en mobilité et cultures européennes, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 280 p.

Conein B., 2005. Les sens sociaux Trois essais de sociologie cognitive, Economica, (Etudes Sociologiques).

Dauphin F., 2012. « Culture et pratiques numériques juvéniles : Quels usages pour quelles compétences ? », Questions Vives. Recherches en éducation, 17, p. 37‑52.

Eliasoph N., Lichterman P., 2003. “Culture in Interaction”, American Journal of Sociology, 108, 4, p. 735‑794.

Emerson R.M., 2015. Everyday troubles: the micro-politics of interpersonal conflict, Chicago ; London, The University of Chicago Press, 275 p.

Fine G.A., 1979. “Small Groups and Culture Creation: The Idioculture of Little League Baseball Teams”, American Sociological Review, 44, 5, p. 733‑745.

Fine G.A., 1987. With the Boys: Little League Baseball and Preadolescent Culture, University of Chicago Press, Chicago.

Fine G.A., 2012. Tiny publics: a theory of group action and culture, Russell Sage Foundation, New York (Russell Sage Foundation series on trust), 221 p.

Goffman E., 1973. La mise en scène de la vie quotidienne 1. La présentation de soi., traduit par Accardo A., Minuit, Paris (Le Sens Commun).

Goffman E., 1988. Les moments et leurs hommes, traduit par Winkin Y., Seuil, Paris (Minuit).

Goffman E., 1991. Les Cadres de l’expérience, traduit par Joseph I., Dartevelle M., Joseph P., Minuit, Paris (Le sens commun).

Goffman E., 1996. La mise en scène de la vie quotidienne 2. Les relations en public, traduit par Kihm A., Minuit, Paris (Le Sens Commun).

Goffman E., 2013. Comment se conduire dans les lieux publics, traduit par Cefaï D., Economica, Paris (Etudes Sociologiques).

Granovetter M.S., 1973. “The Strength of Weak Ties”, American Journal of Sociology, 78, 6, p. 1360‑1380.

Gumperz J., 1989. Engager la conversation : Introduction à la sociologie interactionnelle, traduit par Dartevelle M., Gilbert M., Joseph I., Minuit, Paris (Le Sens Commun).

Ink M., 2016a. « Plaisanteries d’initiés : définitions et usages », Réseaux, 3, 197‑198), p. 253‑278.

Ink M., 2016b. « Observer à l’épreuve d’une déficience visuelle : le rôle des indices », Espaces et Société, 164.

Katz J., 1999. How emotions work, Chicago, University of Chicago Press.

Mabilon-Bonfils B., 2012. « Les “pratiques numériques”, entre écrit et sociabilité », Adolescence, 79, 1, p. 217‑228.

Ogien R., 1990. « Sanctions diffuses. Sarcasmes, rires, mépris », Revue française de sociologie, 31, 4, p. 591‑607.

Oppenchaim N., 2011. « Les pratiques de sociabilité urbaine et sur l’Internet des adolescents de Zones Urbaines Sensibles franciliennes, Abstract », Flux, 83, p. 39‑50.

Park R.E., 2009. « La ville comme laboratoire social », L’École de Chicago, Paris, Flammarion, p. 162‑183.

Perreau, L., Cefaï, D. (dirs.), 2012. Erving Goffman et l’ordre de l’interaction, Amiens, CURAPP-ESS (CEMS-IMM).

Quidot S., 2011. La conversation banale : Représentations d’une sociabilité quotidienne, L’Harmattan, Paris (Espaces discursifs).

Rainie L., Horrigan J.B., Wellman B., Boase J., 2006. “The Strength of Internet Ties”, Pew Research Center: Internet, Science & Tech.

Rissoan O., 2004. Les relations amicales des jeunes : un analyseur des trajectoires sociales lors du passage à l’âge adulte, Belin.

Simmel G., [1908] 1994. « L’étranger dans le groupe », Figures de l’étranger : immigrés, nomades, exilés, Tumultes, n° 5, pp. 199-205.

Tavory I., 2014. “The situations of culture: humor and the limits of measurability”, Theory and Society, 43, 3-4, p. 275‑289.

Tronchet G., Kévonian D., 2013. La Babel étudiante : la Cité internationale universitaire de Paris (1920-1950), Rennes, Presses universitaires de Rennes (Histoire).

Velkovska J., 2011. « Faire collectif sur internet. Formes de reconnaissance et de régulation dans les activités d’écriture électronique », Du civil au politique, Ethnographie du vivre ensemble, Éditions scientifiques internationales, Bruxelles (Peter Lang).

Winkin Y., 1982. La communication interculturelle : de l’interaction à l’institution. Approche ethnographique d’une maison internationale étudiante aux États Unis, Thèse de doctorat, Université de Liège.

Winkin Y., 2000. La nouvelle communication, Seuil, Paris (Points Essai).

Haut de page

Notes

1 Je tiens à remercier Claire Bidart et Michel Grossetti pour leurs conseils précieux lors des différentes versions de cet article. Merci également à Pierre Nocerino pour ses relectures toujours aussi assidues et rigoureuses.

2 J’entends réseau comme l’écrit Claire Bidart : « Un réseau social est un système relationnel. Il regroupe un ensemble de relations, que cet ensemble soit défini par un individu commun (le réseau d’une personne) ou par un collectif (le réseau total d’une organisation ou d’une corporation) » (Bidart, 2008, p. 35).

3 J’entends sociabilité comme l’écrit Claire Bidart : « La sociabilité consiste, dans un premier temps, à prendre en considération les autres individus et à interagir avec eux dans le cadre des codes sociaux de communication. On se salue, on adopte des postures signifiant nos intentions favorables, on parle si possible une langue commune, on évite d’agresser, etc. La sociabilité va pourtant au-delà en indiquant une propension à développer et à entretenir des relations avec autrui. Ces relations dépassent les interactions car elles se répètent, perdurent et acquièrent une histoire, s’inscrivent dans le temps ; elles deviennent singulières dans la mesure où les acteurs ne sont plus substituables. » (Bidart, 2008, p. 34).

4 Les deux Maisons Internationales étudiées en France et aux États-Unis ont été fondé dans les années 20, par le même financeur, à savoir les membres de la Famille Rockefeller. Les fondateurs de ces résidences avaient pour projet de « faire vivre ensemble des étudiants du monde entier afin de créer un réseau international de paix » (Tronchet et Kévonian, 2013). La question des différences institutionnelles, qui ne peut malheureusement être traitée dans le présent article, fera l’objet d’une attention plus particulière dans le cadre de ma thèse.

5 Je remercie infiniment Pascal Cristofoli, sans qui ce travail d’articulation entre matériau ethnographique et analyse de réseau n’aurait pas été possible.

6 Robert Emerson définit une relation troublée comme telle : « Un trouble relationnel commence lorsque quelqu’un ressent le comportement d’un autre de manière négative – un comportement qu’il ressent comme irritant, contrariant, énervant, gênant ou inquiétant. Les irritations et les inquiétudes se transforment en troubles lorsque la partie irritée commence à réagir de façon manifeste aux situations gênantes. Une réponse manifeste ancre le mécontentement explicitement dans la relation entre les deux parties. Cela peut, dès lors, susciter une réaction de la partie initialement problématique, qui éprouve à son tour une gêne. Cette chaine peut ainsi produire la cristallisation et le développement d’une relation troublée » Traduit de l’anglais par l’auteure. (Emerson, 2015, p. 249)

7 Les plaisanteries d’initiés ont fait l’objet d’un article (Ink, 2016a.)

8 J’emprunte à Mark Granovetter la distinction entre liens forts et liens faibles qui implique entre autres une différence de fréquence des relations entre les entités étudiées.

9 Claire Bidart précise en note de bas de page : « Citons en particulier l’enquête “Loisirs” (INSEE, 1967), l’enquête “Contacts entre les personnes” (INSEE et INED, 1982-1983), l’enquête “Emplois du temps” (INSEE, 1986), et le “General social survey”, qui est une enquête annuelle menée aux États-Unis par le Center for the social sciences, University of Columbia, New York, dont l’édition de 1985 traite plus précisément de la sociabilité ».

10 De plus, dans sa recherche Odile Rissoan souligne particulièrement l’hyper sociabilité des jeunes avant 30 ans. Elle explique l’importance des liens amicaux avant la mise en couple des individus (Rissoan, 2004). C’est le cas de la grande majorité des résidents de ces maisons qui sont célibataires en début de séjour.

11 Tous les prénoms cités des résidents ainsi que le nom des maisons sont fictifs.

12 La métaphore de la symphonie pour parler de communication a été empruntée à Yves Winkin et au collectif invisible des ethnographes de la communication, qu’Yves Winkin présente dans La nouvelle communication (Winkin, 2000).

13 J’emprunte à Erving Goffman le concept de relations ancrées qu’il distingue des relations entre anonymes. Il écrit : « Dans toutes les sociétés, il existe des “relations ancrées” (ou “fermes”) telles que chaque extrême identifie l’autre personnellement, sait qu’il en fait autant et reconnaît ouvertement devant lui que quelque chose d’’irrévocable a commencé entre eux, qu’ils ont établi un canevas de connaissance mutuelle qui retient, organise et applique leur expérience réciproque.(…) Dans notre société prévaut l’opinion curieuse selon laquelle la relation de deux individus ainsi attachés peut subir des changements dramatiques mais ne peut jamais revenir à un état de non- connaissance. […] Toute relation ancrée a sa propre histoire et sa carrière, son développement naturel » (Goffman, 1996, p. 183). La notion de relation ancrée correspond à celle de relation interpersonnelle des analystes de réseaux qui utilisent plutôt le terme d’interaction pour ce que Goffman appelait « relation entre anonymes ».

14 Pour une présentation des différents médias sociaux [Social Network Sites] et leurs usages voir Boyd et Ellison, 2007.

15 J’emprunte à Erving Goffman le concept de statut de participation, qu’il définit comme tel : « Dans les échanges verbaux informels, il est fréquent que les deux interactants disposent des mêmes capacités et des mêmes privilèges : chacun est capable d’écouter et de parler et chacun a le droit d’en profiter. On dira que tous deux sont des participants à part entière »

16 Pour développer ce point, voir le travail de Julia Velkovska. La sociologue démontre en quoi l’accès libre aux forums internet ne donne pas un accès égalitaire dans les pratiques, en décrivant les enjeux de pouvoir et la hiérarchie des rôles et statuts de membres (Velkovska, 2011).

17 Notons ici l’importance d’un suivi des pratiques et des interactions hors ligne entre résidents. En effet, si je m’étais satisfaite de la représentation graphique des membres d’un groupe Facebook ou d’une conversation en ligne, il aurait été difficile, voire impossible, de percevoir ces nuances.

18 Jour férié au Canada pour célébrer la famille.

19 Depuis la galette des rois de l’année précédente, Kristo est nommé « le roi » et a choisi comme « reine » Federica.

20 Je remercie chaleureusement Yves Winkin d’avoir partagé avec moi ses archives de terrain (notes, entretiens, papiers administratifs) qui permettent une comparaison approfondie avec ses terrains menés 35 ans plus tôt.

21 Sanctions (négatives ou positives) sont ici à entendre comme des micros-indices de communications exprimées implicitement par les acteurs en coprésence dans une situation. Une sanction positive peut être un sourire, une approbation, un dodelinement affirmatif, un signe de congratulation (comme se taper dans la main, se serrer la main, etc.), et consiste à encourager ou à montrer son approbation vis-à-vis du comportement de quelqu’un. Une sanction négative peut être un haussement de sourcil, un soupir, le fait de lever les yeux au ciel, un reproche, un geste d’agacement, et consiste à exprimer sa désapprobation, son trouble vis-à-vis du comportement d’une personne.

22 Pour une démonstration de l’intérêt de la description et l’observation des indices diffus en situation voir (Ink, 2016b).

23 Une situation euphorique, au sens de Goffman, est une situation interactionnelle qui se passe sans accros, sans malentendus, sans fausse notes.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Représentation graphique Canada : période 1 liens affinitaires tout degré d’intensité
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4262/img-1.png
Fichier image/png, 5,3M
Titre Représentation graphique Canada : période 2 liens affinitaires tout degré d’intensité
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4262/img-2.png
Fichier image/png, 6,0M
Titre Représentation graphique États-Unis : période 1 liens affinitaires degrés d’intensité 3-4
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4262/img-3.png
Fichier image/png, 5,2M
Titre Représentation graphique États-Unis : période 3 liens affinitaires degrés d’intensité 3-4
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4262/img-4.png
Fichier image/png, 5,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Ink, « Les quatre temps d’un séjour en résidence universitaire », Temporalités [En ligne], 27 | 2018, mis en ligne le 06 juillet 2018, consulté le 18 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/4262 ; DOI : 10.4000/temporalites.4262

Haut de page

Auteur

Marion Ink

Centre d’Études des Mouvements Sociaux (CEMS) - EHESS – marion.ink@ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page