Navigation – Plan du site

La fabrique d’une communauté transnationale au prisme des réseaux sociaux

Les Jummas entre France et Bangladesh
Building a transnational community in a social network perspective. The Jummas between France and Bangladesh
La fabricación de una comunidad transnacional enfocada desde las redes sociales. Los Jummas entre Francia y Bangladesh
Paul Nicolas et Virginie Baby-Collin

Résumés

Les réseaux sociaux sont l’une des pierres angulaires des dynamiques transnationales, qui articulent dans les études sur la migration espaces d’origine et de destination au travers de liens maintenus à travers la distance et dans la durée. La recherche porte sur les temporalités, analysées sur trente ans, de la constitution de réseaux sociaux au sein d’un groupe composé initialement de 72 Jummas, une minorité opprimée du Bangladesh, arrivés enfants en France en 1987 à la suite d’une opération d’exfiltration depuis des camps de réfugiés situés en Inde, et placés dans des familles d’accueil dispersées sur le territoire national.
L’article articule une analyse, à un niveau micro, des trajectoires individuelles, lues à travers l’évolution de quelques réseaux personnels, reconstitués a posteriori sur un quart de siècle, qui témoignent de l’évolution d’ancrages individuels, entre ici et là-bas, et, à un niveau méso, une lecture des processus plus collectifs de mise en réseau qui témoignent de la fabrique d’une communauté transnationale. Grâce à la spatialisation des processus de mise en lien, l’article analyse la façon dont temporalités et spatialités des réseaux posent la question du rôle de la distance et de la connexion dans les dynamiques territoriales.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 « Le capital social est l’ensemble des ressources actuelles ou potentielles qui sont liées à la pos (...)

1Depuis les années 1980, les études sur les migrations ont accordé une importance particulière à l’articulation des niveaux de leur compréhension (macro, méso, micro), en soulignant le rôle crucial du niveau méso (Faist, 2000, 2010), où se nouent les réseaux sociaux qui font de la migration un produit social, intermédiaire entre les déterminants macro-structurels, d’ordre politico-économique, et le niveau individuel et familial (Boyd, 1989). Définis comme des « ensembles de liens sociaux constitués sur la base de la parenté, l’amitié, et l’origine commune » (Massey, 1990), liant migrants et non migrants dans un système d’obligations réciproques et d’attentes communes, ils créent des chaînes relationnelles entretenant les flux et élargissant le nombre de migrants candidats au voyage, la migration devenant ainsi moins sélective à mesure que les réseaux s’étoffent. La mobilité du capital social1 de l’espace d’origine vers celui de destination est ainsi une dimension sine qua non de la constitution des réseaux transnationaux : la migration en chaine se développe en effet à partir du moment où le capital social ne joue pas seulement de façon localisée (en origine ou en destination) mais comme une courroie de transmission transnationale (Faist, 2000, p. 17). Il permet ainsi à la fois la diffusion du processus migratoire par la constitution de chaînes relationnelles, et facilite la construction de liens transnationaux ; il aide à l’insertion dans les espaces d’arrivée – les enclaves ethniques constituant dans les premiers temps des réseaux favorables à l’insertion économique des migrants (Portes, 1998) –, et à la réadaptation dans les espaces d’origine en cas de retour.

  • 2 Le transnationalisme est classiquement défini comme relevant des « processus par lesquels les immig (...)

2Les réseaux sociaux sont ainsi l’une des pierres angulaires des dynamiques transnationales, qui articulent espaces d’origine et de destination au travers de liens maintenus à travers la distance et dans la durée2. Mettant l’accent sur les circulations entre origine et destination, sur la persistance des ancrages maintenus dans les espaces d’origine pour les populations en migration, les dynamiques transnationales ne sont plus envisagées aujourd’hui comme un pis-aller des processus d’intégration des groupes dans leurs espaces d’installation (ce que les premiers travaux avaient souvent contribué à mettre en évidence), mais plutôt comme articulées, de multiples manières, à des formes d’ancrage plurielles, en origine comme en destination, qui constituent parfois des communautés transnationales (Faret, 2003).

  • 3 Les recherches sont nombreuses sur le fonctionnement des communautés ou espaces sociaux transnation (...)

3Nous soulevons ici la question de la constitution dans le temps de réseaux sociaux, en relevant le défi d’articuler des trajectoires individuelles, lues à travers l’évolution de réseaux personnels, qui témoignent de l’évolution d’ancrages individuels, entre ici et là-bas, et un processus plus collectif au sein duquel les trajectoires individuelles se situent, et où se structure un réseau plus vaste qui témoigne de la fabrique d’une communauté transnationale. En observant l’évolution de ces réseaux sur la durée (ici une trentaine d’années), nous en restituons la genèse, les étapes, les inflexions, les articulations, les localisations, et sommes à même de réfléchir sur les facteurs de ces évolutions, à la lumière des trajectoires individuelles comme des dimensions plus collectives du réseau social. L’approche par les temporalités nous plonge ainsi au cœur du processus, relativement peu disséqué dans les travaux scientifiques3, de fabrique d’une communauté transnationale, dans ses dimensions sociales comme dans ses polarités géographiques.

4La recherche porte sur un groupe composé initialement de 72 Jummas, une minorité opprimée du Bangladesh, arrivés enfants en France en 1987 à la suite d’une opération d’exfiltration depuis des camps de réfugiés situés en Inde, et placés dans des familles d’accueil. À la suite de l’indépendance du Bangladesh en 1971 s’est poursuivi dans les Chittagong Hill Tracts, une région de collines au sud-est du pays, frontalière avec l’Inde et le Myanmar, d’où les Jummas sont originaires, un processus de marginalisation séculaire amorcé à l’époque coloniale. La guerre civile, marquée par la poursuite du mouvement de colonisation des terres et le massacre des populations jummas, principalement bouddhistes, par l’armée bangladaise, s’est conclue par des accords de paix de 1997, mais le conflit se prolonge de façon larvée depuis (Chowdhury, 2014 ; Mohsin, 1997 ; Nicolas, 2017 ; Nicolas, 2018).

5En 1986, quelque 300 enfants pensionnaires d’un internat bouddhiste fuient précipitamment leur école, avant que l’armée et les colons bengalis ne la brûlent, et rejoignent, avec les moines qui les encadrent, des camps de réfugiés situés en Inde, au terme d’un long voyage terriblement éprouvant. Après 16 mois de vie dans les camps, et de longues négociations portées par une association française, Partage avec les enfants du Tiers-Monde (qui depuis les années 1970 parrainait la scolarité des enfants du monastère), et quelques militants déterminés qui ont su faire levier auprès de la sphère politique et médiatique (intervention par exemple de Danielle Mitterrand), 72 de ces enfants sont accueillis en France dans des familles, pour une durée temporaire mais indéterminée (Chakma et Hill, 2016 ; Nicolas, 2017 ; Sudhananda, 1991). Ils sont âgés de 6 à 16 ans environ. Ils ne sont pas orphelins, ayant souvent retrouvé leurs parents, eux-mêmes en fuite lors du conflit, dans les camps de réfugiés, mais c’est néanmoins comme tels qu’ils sont présentés aux familles d’accueil en France, qui sont dispersées sur le territoire national.

  • 4 Cette enquête renseigne 67 des 68 Jummas encore vivants.

6Entre 2012 et 2017, Paul Nicolas, qui a lui-même été famille d’accueil de l’un de ces enfants depuis 1987, a accompagné un certain nombre d’entre eux depuis trente ans, et participé activement depuis 2008 aux activités diverses qui structurent la vie plus récente de ce collectif, a entrepris une recherche sur l’ensemble des membres du groupe initial. Il a ainsi mené une enquête, sous forme de questionnaire passé par téléphone et courrier électronique, auprès de tous les membres des « 72 » encore vivants4, réalisé des entretiens approfondis avec 18 d’entre eux, ainsi qu’avec 31 individus ayant joué un rôle dans l’évolution du groupe (familles d’accueil, responsables associatifs, responsables politiques jummas, femmes des « 72 », réfugiés jummas arrivés plus récemment). Après la collecte des récits de vie, quatre personnes choisies parmi les « 72 » en raison de la diversité de leurs profils et de leurs trajectoires ont également fait l’objet d’entretiens complémentaires lors desquels, par le biais de méthodes de générateurs de noms, il leur a été demandé de citer et de situer, en termes relationnels mais aussi géographiques, toutes les personnes qui étaient importantes pour eux – c’est-à-dire avec lesquelles ils avaient des communications fréquentes, étaient liés par des échanges de services, et partageaient une certaine proximité affective – à quatre moments clés de leur vie, identifiés au préalable. Il s’agit ainsi d’une reconstitution a posteriori de réseaux personnels qui active pour chacun leur mémoire, avec toutes les limites que peut comporter l’exercice.

7Comment l’évolution des réseaux personnels de quelques-uns de ces « 72 », reconstituée par entretiens rétrospectifs, éclaire-t-elle leurs trajectoires, dans l’évolution de leur rapport à la fois à la société française, et à leur territoire d’origine ? Quels sont les processus et les moments charnières qui ont contribué, à une plus large échelle, à structurer, sur une période de trente ans, une communauté transnationale, c’est-à-dire un ensemble aux contours flous et changeants, fait d’individus reliés les uns aux autres par des réseaux personnels, inscrits dans des territoires situés à la fois en France et au Bangladesh, voire dans d’autres pays, partageant une langue, une culture commune, et porteurs d’un sentiment d’appartenance partagé, au-delà des réseaux personnels de chacun ? En révélant les temporalités conjointes de ces réseaux individuels et collectifs, nous cherchons à en comprendre les territoires, grâce à leur cartographie évolutive. Ceci nous autorise, après d’autres (Marchandise, 2013), à analyser la façon dont temporalités et spatialités des réseaux posent la question de la distance et de la connexion dans les dynamiques territoriales.

Des trajectoires individuelles au prisme de réseaux personnels, entre ancrages en France et appartenances transnationales

8Comment la reconstitution de réseaux sociaux personnels, à partir de plusieurs étapes clés des cycles de vie, éclaire-t-elle la construction des ancrages et des appartenances des jeunes Jummas, doublement exilés en Inde puis en France en 1986 et 1987 ? Brutalement séparés de leurs familles biologiques et dispersés en France sur le territoire national dans des familles d’accueil, comment ces enfants ont-ils progressivement et diversement renoué le contact avec leurs origines ? Que révèlent les réseaux de leurs trajectoires, entre processus d’intégration en France et construction de liens transnationaux ?

Méthodologie

  • 5 Pour préserver l’anonymat des personnes enquêtées, tous les noms ont été modifiés.

9Trois réseaux sociaux, ceux de Bali, Gouring et Antoine5, ont été choisis pour cette analyse en ce qu’ils témoignent de la diversité des situations des « 72 » Jummas au moment de l’enquête, quant à leur parcours d’intégration en France et à leur relation à leur société d’origine. La reconstitution rétrospective de leur réseau social personnel a été facilitée par un entretien individuel préalable qui a permis de recueillir leur récit de vie et de situer avec eux les moments charnières identifiés alors. Il faut souligner toutefois les limites de l’exercice difficile de reconstitution rétrospective, la mémoire étant sélective et le travail demandé supposant d’être capable de bien se situer dans le passé. Par ailleurs, les relations mises au jour grâce à la méthode des générateurs de noms mettent sur le même plan des liens divers, comme c’est souvent le cas dans la construction de réseaux personnels (Mercklé, 2016), les relations pouvant être d’intensité forte ou faible, fréquentes ou rares, symétriques ou non, contraintes ou libres. Le récit qui entoure la reconstitution des réseaux (les entretiens ayant été enregistrés) est alors d’une aide précieuse pour qualifier la nature des liens représentés sur les graphes.

  • 6 Il existe une incertitude sur l’âge de Bali et de Gouring en raison de l’absence de certificats de (...)
  • 7 Sauf dans le cas d’Antoine, pour lequel, le réseau n’ayant guère évolué entre sa mise en couple et (...)

10Les moments charnières ayant donné lieu à la collecte des réseaux personnels par le biais de la méthode du générateur de noms ont été choisis par l’enquêteur à partir de l’identification de points d’inflexion partagés entre les différents membres du groupe, qui croisent des étapes classiques des cycles de vie. Les figures 1, 2, et 3 présentent les réseaux personnels des trois cas choisis, en les situant dans le temps (année et âge de l’individu6). Le premier graphe représente leur réseau à l’adolescence, alors qu’ils sont encore dans leur famille d’accueil, quelques années après leur arrivée ; le second celui de leur émancipation et de leur reprise de liens avec le Bangladesh, qui intervient alors qu’ils sont jeunes adultes ; le troisième correspond aux années qui suivent leur mise en couple ; le quatrième à la situation au moment de l’enquête en 20157.

Figure 1 : Temporalités du réseau social d’Antoine

Figure 1 : Temporalités du réseau social d’Antoine

Figure 2 : Temporalités du réseau social de Bali

Figure 2 : Temporalités du réseau social de Bali

Figure 3 : Temporalités du réseau social de Gouring

Figure 3 : Temporalités du réseau social de Gouring
  • 8 Le groupe des « 72 » Jummas arrivés en 1987 en France, les Jummas résidant au Bangladesh, les épous (...)

11Comme il est d’usage dans les représentations en graphe, ego, qui par définition est en relation avec tous ceux de son réseau, n’est pas représenté. Les alter, ou membres des réseaux personnels, sont regroupés selon des couleurs qui renvoient aux origines et aux statuts des individus8. Les liens entre les individus du réseau de chacun sont matérialisés par des lignes, sans préjuger de leur intensité ni de leur symétrie. À chaque étape, à côté du graphe du réseau parfois éclairé par l’identification qualitative de certaines grappes, a été placée la carte de localisation simplifiée de ses membres, qui permet de discuter le rôle de la distance dans la construction du réseau de chacun.

Temporalités croisées des réseaux personnels

12Les trois réseaux personnels présentent d’abord certaines évolutions communes, sur la période de vingt à vingt-cinq ans couverte par les graphes. On y observe un nombre d’alter croissant et gagnant en densité (mesurée par le rapport entre le nombre de connexions et le nombre des alter). Faut-il y voir les effets du tri sélectif opéré par la mémoire ? Pas seulement, car il ne faut pas négliger le fait qu’à leur arrivée en France, ces enfants ont été coupés de leur réseau de relations antérieures en étant placés dans des familles d’accueil, et, qu’en quelque sorte, ils sont repartis de zéro. Les membres de leur famille d’accueil constituent ainsi dans les premières années l’essentiel de leurs alter.

13Tous trois renouent avec leur famille biologique au Bangladesh entre 1998 et 2001 (alors qu’ils ont entre 20 et 25 ans) et augmentent le nombre de leurs alter parmi les « 72 » à partir de cette période. À partir de leur mariage (troisième graphe), les épouses de chacun d’eux occupent une position de centralité de degré (c’est-à-dire un grand nombre de liens avec les alter du réseau du conjoint) et d’intermédiarité (c’est par elles que passent le plus de liens d’un alter à l’autre). Cette situation s’observe classiquement, dans les travaux d’analyse structurale de réseaux personnels, au début de la vie de couple ou dans les situations de grande stabilité conjugale (Bidart, 1997 ; Bidart, Degenne et Grossetti, 2011).

14Enfin, les trois réseaux montrent un déploiement spatial de la localisation des alter, qui accompagne l’augmentation de la mobilité de chacun avec l’âge, bien que la place prise par le Bangladesh varie.

15Ces trois profils évoluent aussi de manière distincte. Cela concerne d’abord la nature des relations avec la famille d’accueil. Elles demeurent inchangées pour Antoine tout au long de la séquence alors que Gouring a perdu les liens avec ses frères et sœurs dès 2004. Quant à Bali, sa famille entière a disparu de son réseau à la même période.

16Cela concerne ensuite l’intensité des relations retrouvées avec les familles biologiques dans les Hill Tracts du Bangladesh. Antoine n’a renoué qu’avec ses deux parents et un cousin, qui, parlant anglais, lui a servi d’intermédiaire pour dialoguer avec sa famille, avec laquelle il avait perdu tout contact, d’autant qu’il n’avait plus l’usage de sa langue maternelle. Bali et Gouring ont une gamme plus riche d’alter au sein de leur famille au Bangladesh, incluant des frères et sœurs, des oncles ou des cousins, voire pour Gouring en 2015 des belles-sœurs. À la différence d’Antoine, ils avaient conservé à leur arrivée en France un lien (tous les deux par cassettes) avec leur père (Arnab pour Gouring) ou leur mère (Shabu pour Bali) qui, jusqu’en 1997, étaient exilés en Inde dans des camps de réfugiés. Bali et Gouring, qui se sont mariés avec des femmes jummas venues en France (Rico et Attee), ont aussi par conséquent de nouveaux alter au Bangladesh, les membres de leur belle famille, qui apparaissent en 2003. Ce n’est pas le cas d’Antoine, marié avec une Française qui, de son côté, a de nouveaux liens en France avec la famille de sa femme Amandine.

  • 9 Seuls deux cas de « fratries » biologiques sont présents parmi les « 72 » enfants arrivés en France (...)
  • 10 Parmi les populations jummas, figurent une douzaine de groupes aux langues différenciées. Les plus (...)

17Les liens avec les autres « 72 » (Franco-jummas) évoluent aussi de manière distincte. Ce n’est qu’en 1998 que des alter de cette catégorie apparaissent dans le réseau d’Antoine. Ceux avec qui il renoue sont, comme lui, résidents du Jura ou membres de sa famille biologique (son grand frère Duthuing9 ; ses deux cousins : Hemanta et Nependra, ce dernier habitant aussi le Jura) et sont aussi Tripuras10. En 2015, son réseau ne s’est pas développé parmi les Franco-Jummas qui y sont nettement minoritaires. La situation est tout autre pour Bali et Gouring. Ils ont, dès le départ, gardé quelques contacts avec certains des « 72 » qui vivaient à proximité, pour Gouring, ou, dans le cas de Bali, via des conversations téléphoniques depuis le Massif Central (son frère de sang Chico et deux de ses amis à Lyon : Matthieu et Moyzi). Ensuite la part des alter Franco-Jummas ne cesse de s’amplifier pour devenir quasiment hégémonique pour Bali en 2015. Pour cette dernière séquence, il y a là une grosse différence avec Gouring qui a une part conséquente d’alter français (hors famille d’accueil) dans son réseau personnel.

18Ce dernier élément est aussi très clivant entre les trois cas : Antoine a toujours eu des amis français non jummas d’origine (suivant les cycles de vie : copains de classe ou du foot, collègues de travail, amis de sa femme). À l’opposé, Bali n’a eu que très peu d’amis français et son réseau actuel témoigne de la place essentielle du groupe des Jummas résidant dans la Drôme dans sa vie de relation. Ce groupe est constitué d’une vingtaine de membres des « 72 » et de leurs femmes jummas venues en France, ainsi que de quelques réfugiés jummas arrivés plus récemment, tous en situation d’interconnaissance, formant donc ce que le vocabulaire de l’analyse des réseaux nomme une clique. Le réseau relationnel actuel de Bali traduit un processus d’encastrement (c’est-à-dire d’accroissement de la dépendance du réseau relationnel à une clique) dans un groupe caractérisé par son homophilie (c’est-à-dire ici des couples constitués de membres des « 72 » mariés à des femmes jummas, comme Bali et son épouse), ainsi que par un fort ancrage territorial de proximité : la plupart des membres de cette clique résident, comme Bali et sa femme, dans la Drôme, ce qui facilite la fréquence de leurs rencontres amicales et l’intensité de leurs liens.

19Gouring, lui, a conservé sur toute la séquence des amis d’enfance, français, avec qui il correspond aujourd’hui par Facebook quand ils sont loin. En 2015, il entretient des relations avec des voisins ou des amis qu’il a pu se faire dans la commune qu’il habite. Il a aussi des collègues de travail qui comptent beaucoup pour lui. Il a comme Bali des relations avec la clique des Jummas de la Drôme, mais moins nombreuses, choisies et non exclusives. Son réseau s’autonomise donc de ce groupe qui avait une place plus importante dans sa vie de relation en 2003, et ses relations s’inscrivent dans plusieurs contextes, ce qui témoigne d’un processus de découplage (Bidart, Degenne et Grossetti, 2011).

20Le déploiement spatial des trois profils accuse enfin des différences substantielles. Le réseau d’Antoine est très concentré sur le Jura où il réside, et il a très peu d’alter au Bangladesh. Bali et Gouring ont des alter qui se dispersent de plus en plus loin de leur lieu de résidence, incluant une part importante dans les Hill Tracts au Bangladesh à partir de 1998. Les deux profils dessinent les pôles majeurs de la communauté en France (Lyon, la Drôme, Paris, la Provence) au cours de ces années. Entre 2003 et 2015, la tendance à la dispersion se poursuit pour Gouring, capable d’entretenir des liens à distance grâce à sa motilité (Kaufmann, 2008), c’est-à-dire notamment sa capacité à user des réseaux sociaux pour entretenir des liens à distance, en particulier au sein de la communauté jumma exilée ailleurs (Corée, Japon, Californie). Ce n’est pas le cas de Bali dont l’essentiel des alter vit autour de son lieu de résidence, et qui voit ainsi son réseau se reconcentrer à mesure de son encastrement.

Différenciations sociogéographiques des profils : des réseaux pour lire les trajectoires

21Pour comprendre les évolutions différenciées de ces profils, il est nécessaire de mobiliser l’enquête réalisée auprès de l’ensemble du groupe, qui a permis d’objectiver certaines données sociodémographiques factuelles, ainsi que les récits de vie préalablement collectés.

22Les conditions de l’arrivée en France de chacun, leur âge, comme l’attitude des familles d’accueil, constituent un premier faisceau de différenciations. Antoine, qui fait partie du petit nombre d’enfants issus du groupe linguistique des Tripuras, connaissait mal la langue chakma parlée par les autres « 72 », ce qui explique en partie sa distance avec le groupe des Franco-Chakmas. Arrivé à 7 ans, il a aussi perdu l’usage de sa langue maternelle, que Gouring et Bali, qui devaient avoir l’un et l’autre autour de 14 ans lors de leur exil, ont maintenu. Certains travaux sur l’adoption montrent que l’intégration est plus facile si l’on arrive jeune dans le pays d’accueil (Halifax, 2006 ; Halifax et Labasque, 2013). Celle d’Antoine a été accélérée par ses parents français qui ont très tôt engagé une adoption plénière et ont évité, tant qu’il n’était pas majeur, qu’il soit en contact avec les autres « 72 » Jummas, au contraire des parents de Bali et de Gouring, qui ont favorisé la reprise rapide des liens avec les Franco-Jummas placés dans des familles d’accueil les plus proches, même si la distance qui les en séparait était parfois forte.

23La distance joue ainsi un rôle dans la construction des réseaux. C’est particulièrement visible sur les seconds et troisièmes graphes où tous les trois trouvent à proximité l’essentiel de leurs alter jummas. Gouring, plus que Bali ou Antoine, a su s’affranchir de cette contrainte. Antoine, plus jeune, a accédé plus tardivement à une mobilité autonome. Celle de Bali, plus faible, renvoie aussi à son niveau de vie et d’éducation, car il a beaucoup moins de moyens financiers que Gouring : ses voyages sont plus rares dans les Hill Tracts (il en a pourtant le désir), et sa mobilité est aussi plus limitée en France, ce qui réduit sa capacité à étendre à distance son réseau relationnel.

24Niveau d’éducation et niveau social sont donc aussi décisifs pour comprendre l’évolution des réseaux relationnels de chacun. Antoine a connu un parcours scolaire réussi et, à la différence des deux autres (arrivés adolescents), il a effectué, du fait de son arrivée très jeune, la quasi-totalité de sa scolarité en France. Il a choisi, après la troisième, la voie professionnelle aboutissant à un BEP, et depuis l’âge de 20 ans, a continuellement travaillé en CDI dans deux entreprises de menuiserie. Son parcours est ainsi remarquable de stabilité, et son réseau relationnel témoigne de son triple enracinement, dans sa famille et sa belle-famille, dans son milieu professionnel et dans sa région, ancrage renforcé par son mariage avec une Française.

25Bali est quant à lui issu d’une famille d’agriculteurs modestes. Sa mère, analphabète et seule à élever dix enfants, faisait la cuisine à l’orphelinat au moment du départ en exil en 1986. Malgré son âge, il a été peu scolarisé (un an) avant d’arriver en France, où ses études ont été courtes. Titulaire d’un CAP, il a longtemps été cuisinier dans un restaurant lyonnais, avant de connaître de longues périodes de chômage et d’intérim, jusqu’au moment de l’enquête. Il a déménagé dans la Drôme, où se trouve le noyau le plus important de Franco-Jummas, pour se rapprocher avec sa femme jumma des quelques amies, jummas elles aussi, qu’elle avait dans ce département. Cette trajectoire géographique souligne à nouveau le rôle de la proximité dans la consolidation d’un réseau relationnel progressivement encastré dans le groupe franco-jumma.

26Les parents biologiques de Gouring sont des paysans plutôt aisés, tous deux alphabétisés, et ce dernier est arrivé en France après six ans de scolarité au Bangladesh. Il a réussi un BTS agricole, et est devenu chef d’équipe (en CDI) dans une grosse exploitation d’agriculture maraîchère biologique, en Isère. Marié avec une femme jumma depuis 2004, père de deux enfants, il est propriétaire de sa maison dont il loue un étage. Il a des responsabilités au sein d’associations jummas, ce qui lui donne à la fois de grandes possibilités de se créer des relations, mais aussi de soulever des inimitiés. Ceci se lit dans son réseau relationnel que l’on a qualifié par un processus de découplage, en ce qu’il articule des sphères relationnelles variées, fortes au Bangladesh et en France, à la fois au sein des Franco-Jummas et à l’extérieur.

27Ces trajectoires peuvent être interprétées à la lumière des travaux menés aux États-Unis sur les processus d’assimilation segmentée des jeunes secondes générations de migrants non blancs (Portes et Zhou, 1993 ; Smith, 2006), qui distinguent trois types de profils dans lesquels s’articulent différemment les rapports à l’origine des parents et à la société d’installation.

28La trajectoire d’Antoine renvoie au premier type, relativement classique, d’une intégration ascendante (upward mobility) au sein de la société d’installation, ici française, qui maintient des liens ténus à l’origine, allant en s’amenuisant.

29Celle de Bali renvoie à un second schéma de mobilité plutôt descendante (downward mobility) dans laquelle les difficultés de l’intégration dans la société d’accueil sont compensées par une forme d’assimilation forte au groupe d’origine. Si les travaux états-uniens évoquent des trajectoires de repli au sein de ghettos, Bali ne vit pas dans un ghetto, mais loue un appartement dans un immeuble de quartiers populaires et bénéficie des aides sociales qui l’éloignent d’une situation de trop grande pauvreté. Le réseau des Franco-Jummas proches est pour lui une ressource et une protection, la communauté jumma de France un refuge. Il ne choisit pas, au sein de la clique des Franco-Jummas, ceux avec qui il a des relations privilégiées, car à ses yeux, tous sont importants, au sein d’un réseau homogène, cohésif, peu segmenté, caractéristique des milieux populaires. Son réseau peu diversifié lui offre peu d’alternatives car tous, au sein de la clique drômoise, échangent les mêmes informations. Ses ressources sont trop limitées pour qu’il maintienne des liens transnationaux forts avec son pays d’origine.

30La trajectoire de Gouring évoque le troisième type d’assimilation segmentée proposé par A. Portes qui conjugue à la fois réussite socio-économique et maintien de liens transnationaux forts avec le pays d’origine. À la différence de Bali, Gouring a choisi, au moment de l’entretien, ceux avec qui il estimait avoir des relations fortes. Il a aussi, depuis vingt ans, des liens fidèles avec des amis français, et en a noué de nouveaux à chaque étape de sa vie. Son réseau, spatialement plus étendu, est aussi plus segmenté, ce qui caractérise souvent les profils issus de milieux plus favorisés et éduqués décrits par les travaux sur les réseaux personnels (Bidart, 1997 ; Bidart, Degenne et Grossetti, 2011). Cela lui permet d’être à la fois présent au sein du groupe franco-jumma, tout en appartenant à d’autres cercles, parfois plus lointains, avec lesquels il communique aisément via les réseaux sociaux, ce qui lui donne aussi accès à des informations plus diversifiées.

Les temporalités de la constitution d’un réseau social, socle de la communauté transnationale jumma de France

31L’évolution de ces trajectoires, dont rendent compte les réseaux personnels, questionne en filigrane la place de la société d’origine et les modalités de la constitution de ce qui, d’un groupe de « 72 » enfants accueillis temporairement en France et dispersés sur le territoire, devient au fil des ans une communauté transnationale jumma. C’est à cette échelle du collectif, articulée aux réseaux personnels, que nous questionnons maintenant les temporalités de la constitution d’un réseau plus vaste, dont les liens et la spatialisation sont restitués dans la figure 4.

Figure 4 : Le réseau transnational de la communauté jumma de France

Figure 4 : Le réseau transnational de la communauté jumma de France

Reprise des liens entre Jummas de France : le temps de l’autonomie

32La première étape importante dans la constitution du groupe est celle qui correspond à la conquête de l’autonomie vis-à-vis des familles d’accueil, qui commence, pour les aînés jouant ici un rôle pivot, au milieu des années 1990. Comme Bali, Gouring et plus tard Antoine, nombreux sont ceux qui, alors qu’ils quittent le domicile de leurs familles d’accueil, reprennent contact avec d’autres Franco-Jummas. Leurs témoignages évoquent les nuits entières passées à discuter, chez les uns ou les autres, le plus souvent en chakma, sur ce qui a été vécu à l’orphelinat avant leur exil, mais aussi et surtout sur ce qui se passe au pays depuis. Ces rencontres favorisent la construction de chaînes relationnelles qui deviennent une ressource clé dans la réactivation du lien à leur culture, à leur origine, et dans la construction de leur indépendance.

33Chitibo témoigne de ce moment particulier :

J’étais toujours à droite et à gauche parce que j’avais besoin de ce lien, de parler… surtout la langue, le chakma. Donc, après mon voyage au Bangladesh, […] de retour, c’est vrai que tu as la nostalgie, entre les problèmes de la famille du pays et ici […] Dans ma tête, je n’étais pas clair non plus. À chaque fois que je travaillais, pendant la semaine ça allait, parce que bon ! J’étais au boulot tout ça ! Un moment donné, j’avais 18 ans passés […] mon père me dit « ici ce n’est pas un hôtel, donc tu viens, tu manges, tu dors, tu t’en vas ! » […] C’est vrai, il avait raison : tous les week-ends, je n’y étais pas parce que moi, dans ma tête, tous les week-ends, j’avais tellement de souvenirs de là-bas, des problèmes. Donc je préférais m’évader […] Il me dit : « voilà tu as deux choix, maintenant : ou tu restes à la maison, et de temps en temps, quand on a besoin de toi, tu es là ! » C’est normal ! Et il me dit « si tu veux prendre ton autonomie si tu veux t’en aller… si tu veux aller voir ailleurs, tu peux partir aussi. Tu fais ton sac et voilà » ! […]. Donc, deux semaines après, la décision est prise et j’ai fait ma valise […] J’allais toujours dormir chez l’un ou chez l’autre. On avait toujours quelqu’un qui pouvait nous loger. (Entretien avec Chitibo, 2012)

Retours au Bangladesh, l’émergence du transnational

34C’est à cette époque (1995) que l’association des familles d’accueil organise un premier voyage en Inde qui permet à une vingtaine de jeunes de revoir pour la première fois depuis 1987 leur famille biologique, venue à Calcutta depuis les camps grâce à la mobilisation du moine directeur du monastère initial (Bemal Bhikkhu). Ce voyage constitue un accélérateur dans la mise en réseau du groupe des Jummas de France, comme il permet le rétablissement de liens avec les familles des Hill Tracts. En effet, les jeunes sont nombreux à reprendre contact avec leurs parents (par lettre ou envoi de cassettes).

35À partir de 1997, la signature des accords de paix au Bangladesh favorise le retour des familles, exilées en Inde, dans les Chittagong Hill Tracts. Cela coïncide avec les premiers voyages de retour des jeunes dans leur pays d’origine. L’enquête a permis d’en répertorier plus d’une centaine dans les années qui suivent, menés seuls ou à plusieurs, et 70 des 72 sont ainsi retournés au Bangladesh ou en Inde au moins une fois. Dhanagulo résume ainsi le rôle éminent joué par ceux du réseau qui ont déjà fait le voyage dans le départ des plus jeunes :

« Ce sont les autres, qui m’ont poussé. En fait j’avais un peu peur, peur du Bangladesh, tout simplement parce que je ne parlais plus chakma et que je n’allais pas comprendre ce qu’ils allaient me dire. J’avais quand même envie de retrouver ma famille. Le fait qu’il y ait plusieurs personnes qui partent, cela a fait l’occasion. On était cinq » (Entretien avec Dhanagulo, 2013).

36Le réseau offre des ressources indispensables. C’est auprès des anciens que le candidat au départ recueille les conseils nécessaires pour les démarches administratives, choisit la compagnie aérienne la moins couteuse, mesure l’argent dont il doit se munir, se renseigne sur les cadeaux qui pourront faire plaisir aux familles. Il peut recevoir des conseils sur ce qu’il faut faire ou ne pas faire avec les parents. Très souvent, il part avec des lettres, des cassettes à remettre aux familles de l’un ou de l’autre. Ceux qui ont perdu l’usage de la langue chakma comblent en partie leurs lacunes linguistiques auprès des plus anciens. Le partant recueille aussi des adresses de membres de la famille des uns ou des autres susceptibles de l’aider à l’arrivée à Dacca ou dans les Hill Tracts. Arrivé au Bangladesh, c’est souvent un Franco-Jumma plus aguerri qui sert de guide. Comme l’ont documenté les travaux sur les migrations, chaque nouveau départ augmente le capital social du groupe et réduit les risques inhérents au voyage. Mais, au sein du groupe, chacun sait que s’il fait usage d’une ressource disponible auprès d’un autre, il devra, à son tour, apporter un service équivalent à son interlocuteur ou à ses proches dans le futur. Ainsi, le réseau, en créant contraintes et solidarités, est un puissant moteur de construction d’un collectif.

37Le voyage au Bangladesh est une étape clé dans l’extension spatiale du réseau personnel de chacun qui devient dès lors transnational, par les liens renoués avec la famille, très souvent mais plus superficiellement avec la famille élargie ; parfois avec des amis d’enfance, souvent aussi avec des parents de certains des « 72 » à qui le voyageur transmet lettre ou cadeau. Au retour en France, le réseau du voyageur s’élargit de tous ceux qui sont avides d’informations et viennent le rencontrer lors de soirées spontanées autour de lui. Il y a donc un effet boule de neige, le réseau créant du réseau.

Couples franco-jummas et familles transnationales, le renouvellement des liens

38Les liens transnationaux s’étoffent ensuite grâce à la constitution de couples. De façon stupéfiante, plus de la moitié (43) des 72 Franco-Jummas vit aujourd’hui en couple avec une femme jumma. C’est d’abord dans le réseau que se construit l’idée qu’un tel choix est possible. Beaucoup des « 72 » ont réalisé, peu à peu, qu’il était concevable d’aller chercher une jeune femme au pays. Les plus âgés ont commencé, les autres ont suivi. Comme le dit Didier, « les femmes d’ici, je n’ai pas réussi ; ça n’a pas marché et autour de moi j’ai vu qu’il y avait d’autres Chakmas qui arrivaient bien à s’en sortir… avec une femme du pays. Je me suis dit : “s’ils y arrivent, pourquoi pas moi !” » (Entretien avec Didier, réalisé en 2012). Le réseau de relations des uns et des autres favorise aussi là-bas les rencontres avec des jeunes filles animées du désir de quitter les Hills Tracts. Didier explique ainsi l’aide reçue de copains revenus du Bangladesh pour rencontrer sa future femme : « Je les ai aidés un peu à faire leur album de photos, et donc j’ai vu cette femme, Paki. J’ai vu sa photo. Je me disais “c’est qui celle-là ?” parce que j’avais l’intention de me marier avec une femme du pays. […] Petit à petit, ils m’ont mis en relation avec elle ». Didier se marie avec Paki, dont la sœur devient à son tour la femme d’un des « 72 ». Renouvellement des voyages et mise en action des chaînes relationnelles jouent ainsi un rôle décisif dans ces rencontres, et un certain nombre des femmes jummas, épouses des « 72 », sont apparentées aux familles de ces derniers, quand d’autres sont sœurs ou cousines, ou viennent du même village, voire de la même école.

39Cette étape a des effets indéniables sur le réseau relationnel des Jummas de France. Comme pour Bali et Gouring, il élargit le champ de leur relation à une nouvelle famille des Hill Tracts et donc renforce le caractère transnational de leur réseau personnel. Les épouses, isolées et déracinées à leur arrivée, sont aussi beaucoup plus avides de contacts avec leur famille que ne le sont leurs maris, depuis longtemps en France.

40Ces mariages produisent aussi des effets en France. Les jeunes femmes ont souvent fait pression pour se rapprocher physiquement d’autres Franco-Jummas et de leurs épouses, ou d’amies déjà présentes en France, ce qui a été un des moteurs de la polarisation de la communauté jumma sur le territoire national autour de quelques lieux (figures 5 et 6). Il a aussi favorisé la diffusion des pratiques culturelles jummas, par le biais de rencontres, de repas, de moments festifs, autant d’occasions de revivifier des pratiques culturelles (langue, coutumes, cuisine, musique, danses). L’arrivée de femmes jummas a ainsi contribué à structurer une communauté transnationale élargie, dans laquelle les liens entre membres du réseau se multiplient, à la fois en France, dans les régions d’origine, et entre France et Bangladesh, et où le sentiment d’appartenance à un groupe commun se renforce pour les jeunes Jummas de France.

Figure 5 : Lieux de résidence des familles d’accueil des « 72 » en 1987

Figure 5 : Lieux de résidence des familles d’accueil des « 72 » en 1987

Figure 6 : Lieux de résidence des « 72 » en 2016

Figure 6 : Lieux de résidence des « 72 » en 2016

41La consolidation des couples et la naissance des enfants, les contraintes économiques des nouvelles familles, ralentissent à partir du milieu des années 2000 les voyages vers le Bangladesh, d’autant plus onéreux qu’ils sont organisés en famille. En revanche, l’aide apportée dans les Hill Tracts, sous forme de transferts monétaires, permet de financer la scolarisation des enfants des familles d’origine, leur formation professionnelle ou universitaire dans certains cas, les soins en cas de problèmes de santé, les cérémonies comme les mariages, mais aussi parfois des investissements dans la consolidation de l’habitat des familles d’origine, dans l’achat de terres ou des activités productives, comme le résume la figure 7. Les relations avec le pays d’origine sont aussi facilitées par l’éclosion des nouvelles technologies de communication et d’information. Skype et Facebook sont particulièrement utilisés par les familles plus aisées, ce qui est souvent le cas des familles des épouses jummas, issues de milieux sociaux plus favorisés que celles des « 72 ». L’arrivée des femmes jummas en France constitue ainsi un accélérateur des communications transnationales.

Figure 7 : Diversité des remises jummas au Bangladesh

Figure 7 : Diversité des remises jummas au Bangladesh

L’élargissement du réseau aux réfugiés, le rôle des associations

  • 11 Certains tels Devasish Roy, le chef coutumier des Chakmas, ont d’ailleurs participé à l’élaboration (...)

42Comme le montrent les derniers graphes de Bali et de Gouring, l’élargissement de leur réseau fait apparaître des réfugiés jummas, arrivés plus récemment en France, venus de l’ensemble de la région des Hill Tracts, qui accentuent plus globalement l’extension spatiale du réseau jumma au Bangladesh. L’activité d’associations jummas constituées en France, qui apportent de l’aide dans les Hill Tracts, contribue aussi à leur extension. Ainsi en est-il de l’association Peuples des Collines, créée en 1997, dont l’action se développe au-delà de la région d’origine des « 72 », ou encore, à partir de 2008, de l’association la Voix des Jummas, qui s’engage, alors que la Charte des droits des peuples autochtones a été proclamée aux Nations Unies en 2007, sur le terrain politique de la défense des droits des Jummas. Des liens sont noués avec les activistes jummas au Bangladesh11, mais aussi parmi les réfugiés exilés en Inde, en Australie, au Canada, aux États-Unis, au Japon, dont témoigne le graphe du réseau actuel de Gouring. L’extension spatiale du réseau jumma se poursuit, dès lors, à l’échelle de la planète. L’ouverture en 2008 des Hill Tracts à la téléphonie mobile a favorisé cette évolution qui a d’abord concerné les plus militants et les mieux connectés.

43Les associations sont aussi à l’origine des moments de fêtes et des grands rassemblements du groupe en France. À partir de 2007 ceux-ci prennent de l’ampleur avec la fête, célébrée dans la Drôme, pour les 20 ans de l’arrivée en France des « 72 ». Pour les 25 ans, ce sont près de 200 personnes qui s’y retrouvent ; 350 pour la fête des 30 ans en 2017. Chaque année au mois d’avril, plus d’une centaine de membres du réseau Franco-Jumma se réunissent pour fêter le Nouvel An (le Bhizou) autour d’un repas et d’un spectacle de danses folkloriques où la culture jumma se revit, se partage et s’expose. Tous ces moments permettent la réactivation de liens perdus ou la création de nouvelles relations. Ils amorcent aussi la construction de réseaux de relations entre ceux de la deuxième génération.

Les nœuds des réseaux : centralités individuelles et polarités géographiques

44Les réseaux se construisent autour de nœuds, constitués de personnes influentes qui jouent un rôle d’intermédiaires, de passeurs, entre les réseaux personnels, et contribuent à structurer, dans la diachronie, tant le réseau collectif que ses polarités géographiques.

45Sur les graphes des réseaux personnels de Bali et Gouring, Marie-Claire (famille d’accueil), Chico (qu’elle accueille), et Bemal Bhikkhu (le moine bouddhiste qui a permis la venue des enfants en France en 1987) occupent une position de centralité d’intermédiarité, et jouent un rôle central dans le réseau de la communauté. La première a maintenu dès le départ des liens avec les familles d’accueil et les jeunes situés à proximité les uns des autres, dans la région lyonnaise, puis a créé l’association Peuple des collines, en lien avec les Hill Tracts. Le second est l’aîné du groupe des « 72 », accueillant, qui parle la langue et rappelle à tous les devoirs moraux qu’ils ont auprès des familles biologiques, toujours en danger dans les Hill Tracts. Le dernier, qui reste aux yeux de beaucoup de Jummas un guide spirituel, a favorisé la reprise et le maintien des liens avec les familles d’origine.

46Leur localisation géographique a joué un rôle dans l’évolution des polarités spatiales du groupe, ce qui conduit à réfléchir aux effets de la distance sur l’évolution des réseaux personnels. Alors qu’en 1987, les « 72 » sont dispersés au hasard de la localisation des familles d’accueil sur le territoire français (fig. 5), en 2017, ils sont nettement regroupés autour de quelques pôles, et moins nombreux à être isolés (fig. 6). Les polarités se sont affirmées en France autour de Lyon (où vit Marie Claude), puis autour de la Provence (où a vécu Chico), finalement de la Drôme, où a aussi déménagé Chico, dans une région où s’est regroupé près du tiers des « 72 », et où est organisé l’essentiel des manifestations festives collectives.

47Dans les Hill Tracts, le relais de l’école de Moanoghar, d’où les « 72 » sont originaires, objet de l’attention de la totalité des associations jummas, se renforce. Les villes, en particulier Rangamati, où beaucoup ont de la famille, surtout parmi les femmes jummas, sont aussi devenues des pôles majeurs des voyages effectués. Dans le même temps, à partir du milieu des années 2000, les effets de la distance se modifient avec le développement des NTIC. Mais la maîtrise de la distance par l’usage des technologies est inégale, et au sein des familles les plus pauvres, elle reste un obstacle de taille à l’entretien des relations. Les connexions renforcent des polarités privilégiées avec l’école d’origine des « 72 », les villes, les espaces connectés, ce qui n’empêche pas une extension plus diffuse de liens transnationaux au sein de réseaux familiaux.

Réseaux personnels, réseaux sociaux et communauté transnationale

48La mise en lien des réseaux individuels et familiaux, tissés entre les Hill Tracts, la France, et certaines autres polarités de l’exil jumma, dessine une toile qui constitue le socle d’une communauté transnationale qui se constitue et évolue au fil du temps. Ce construit social, qu’il importe de ne pas essentialiser, et dont les contours sont flous et changeants, ne se résume toutefois pas à l’ensemble des liens tissés par les réseaux, bien qu’il en épouse les territoires. Les réseaux sont les fils de ce territoire discontinu et réticulé, articulant les polarités qui se sont à la fois concentrées (en France) et étendues (dans les Hill Tracts et ailleurs dans les espaces de l’exil) à mesure que la dimension transnationale de la communauté s’est étoffée.

49Elle se construit autour d’un sentiment d’appartenance commune à un groupe qui relève aussi d’une communauté imaginée (Anderson, 1991), faite de pratiques linguistiques et culturelles, d’une histoire partagée qui est celle d’une minorité opprimée, source d’une forme d’identification réactive dont témoignent les engagements nombreux dans des formes de soutien, de revendications politiques. Certaines figures emblématiques de la communauté ne font pas partie des réseaux personnels de ceux qui embrassent la dynamique collective : ainsi les figures tutélaires de Bemal Bhikkhu ou du chef coutumier des Chakmas, Devasish Roy, sont connues de tous sans forcément faire partie des réseaux personnels, illustrant la dimension symbolique de la construction des appartenances. Certaines familles d’accueil ont une position centrale dans le réseau (Marie-Claire), mais sont en marge de la communauté, n’en partageant pas les origines culturelles ; certains des « 72 » n’ont plus de contacts avec les autres, ce qui sera peut-être un jour le cas d’Antoine, et se situent en dehors de ce réseau, mais les liens qui peuvent être maintenus à distance avec les parents biologiques, et le sentiment d’une histoire partagée, peuvent les maintenir dans une communauté imaginée.

Conclusion

50Nous avons ici envisagé les réseaux comme un prisme d’analyse temporelle et spatiale pour comprendre la façon dont se sont construits, sur une trentaine d’années, les appartenances et les ancrages territoriaux d’un groupe initialement composé de 72 enfants, placés en France dans des familles d’accueil dispersées, et dont les trajectoires individuelles, au lieu de se fondre progressivement dans une société d’accueil selon un schéma classique d’intégration, ont au contraire favorisé l’émergence de ce que nous avons appelé une communauté transnationale jumma, entre France et Bangladesh, faite d’un sentiment d’appartenance commune, de pratiques culturelles partagées, de territoires réticulés fonctionnant par des réseaux de relations, articulés autour de nœuds et de centralités spécifiques et évolutives.

51La construction rétrospective de l’évolution des réseaux personnels de quelques Franco-Jummas, malgré les limites liées à un travail de reconstitution mémoriel, a permis d’articuler les temporalités du tissu social de chacun aux étapes des cycles de vie, plus ou moins étroitement liées à des phases de la construction sociale du groupe, et de lire à leur lumière les dynamiques singulières d’ancrage et d’appartenance. Les réseaux révèlent des structures sociales évolutives qu’il faut analyser à l’aide des faisceaux de facteurs qui en orientent les trajectoires, renvoyant aux conditions sociales d’origine, aux modalités des arrivées (âge, par exemple) et des accueils dans les familles en France, aux parcours scolaires et professionnels, aux relations amoureuses, notamment. Les réseaux personnels mettent en lumière ces dynamiques, ils participent à leur évolution mais ne les construisent pas complètement.

52Les moments d’infléchissement partagés dans la structuration des réseaux personnels recoupent ceux de la construction du réseau social plus large qui remet progressivement en lien les jeunes entre eux et à leurs origines de façon originale. La reprise des liens, lors de l’émancipation liée à l’entrée à l’âge adulte, facilitée par l’activisme de certains acteurs pivots dont la présence traverse plusieurs réseaux personnels, génère un capital social qui se renforce à mesure que les dynamiques transnationales se complexifient, via les liens aux familles biologiques, les voyages au pays d’origine, les mariages franco-jummas qui en découlent, la construction d’un tissu associatif, l’arrivée des réfugiés. Ces temporalités rythment la structuration, à un niveau méso, d’un réseau social qui dépasse les réseaux personnels. Il constitue un socle relationnel qui fait émerger un sentiment d’appartenance commune et construit une communauté transnationale, qui n’existerait pas sans la densité de ses liens, mais qui les dépasse aussi, dans sa dimension symbolique et imaginée.

53La spatialisation des réseaux dans leurs temporalités offre ici un outil précieux pour comprendre les dynamiques de construction des territoires dans lesquels s’ancre la communauté transnationale. Elle met en lumière à la fois le rôle joué par la proximité spatiale dans la construction du capital social et des polarités singulières qui en résultent, dont témoigne la concentration progressive en France des lieux de résidence des « 72 » au fil du temps. Ce processus relativise l’idée selon laquelle, « à l’heure des réseaux », la localité ne serait plus le support de la vie sociale (Urry, 2005). Mais la densification des liens au territoire d’origine dans le temps, par l’activation d’un capital social devenu transnational, montre aussi que le réseau construit un territoire d’appartenance transnational, réticulé, dans lequel les obstacles de la distance peuvent être dépassés de multiples façons, par des liens affectifs, matériels, virtuels, idéels. La capacité des individus et des familles à animer cette distance spatiale par un réseau de relations est toutefois inégale. Les ressources de chacun (éducatives, économiques, juridiques, communicationnelles) y apparaissent discriminantes, laissant entrevoir de fortes disparités dans la pratique, concrète ou virtuelle, des territoires réticulés, comme dans les ancrages territoriaux des appartenances. C’est sur ce point que la lecture croisée des réseaux personnels et du réseau social plus vaste dont nous avons restitué la genèse est peut-être la plus féconde, invitant à approfondir la nature des liens et les conditions inégales de leur mise en œuvre, afin de comprendre les territorialités connectées et multisituées sur lesquelles se construisent les ancrages et les appartenances.

Haut de page

Bibliographie

Anderson B., 1991. Imagined Communities: Reflections on the Origin and Spread of Nationalism, Revised, Verso, 224 p.

Basch L.G., Glick Schiller N., Szanton Blanc C., 1994. Nations Unbound: Transnational Projects, Postcolonial Predicaments, and Deterritorialized Nation-States, Langhorne, Pa, Gordon and Breach, 344 p.

Bidart C., 1997. L’amitié, un lien social, Paris, La Découverte, 403 p.

Bidart C., Degenne A., Grossetti M., 2011. La vie en réseau. Dynamique des relations sociales, Paris, PUF (Le lien social).

Bourdieu P., 1980. « Le capital social », Actes de la recherche en sciences sociales, 31, 1, p. 2‑3.

Boyd M., 1989. “Family and personal networks in international migration : recent developments and new agenda”, International Migration Review, 23, 3, p. 638670.

Chakma K., Hill G., 2016. “Politics of Orphans of War, 72 Children’s Journey from the Chittagong Hill Tracts of Bangladesh in France to the Suburbs of France”, Children and violence: politics of conflict in South Asia, New York, D’Costa, p. 132158.

Chowdhury M.S., 2014. Survival under Threat: Human Rights, Situation of Indigenous Peoples in Bangladesh, Chiang Maï, Dhaka, Asia Indigenous Peoples Pact, Kapaeeng Foundation, 155 p.

Faist T., 2000. The volume and dynamics of international migration and transnational social spaces, Oxford : New York, Clarendon Press; Oxford University Press, 400 p.

Faist T., 2010. “The crucial meso level”, dans Selected studies in International migration and immirant incorporation, Amsterdam, Amsterdam University Press, p. 5990.

Faret L., 2003. Les territoires de la mobilité : migration et communautés transnationales entre le Mexique et les États-Unis, CNRS, 370 p.

Halifax J., 2006. « Position des enfants adoptés en France vis-à-vis de leurs “différentes familles” », dans Enfants d’aujourd’hui, diversité des contextes, pluralité des parcours, Paris, PUF, p. 157‑171.

Halifax J., Labasque M.. , 2013. « Étude relative au devenir des enfants adoptés en France et à l’international », Amiens, CREAI de Picardie, Rapport de recherche financée par la DGCS, 134 p.

Kaufmann V., 2008. Les paradoxes de la mobilité : bouger, s’enraciner, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romanes (Coll. Le savoir suisse), 115 p.

Marchandise S., 2013. Territoires éphémères : les réseaux sociaux des étudiants marocains en mobilité internationale, Thèse de doctorat de géographie, Montpellier, Université Paul Valéry - Montpellier III.

Massey D. S., 1990. “Social structure, household strategies and the cumulative causation of migration”, Population Index, 56, 1, p. 3-26.

Mercklé P., 2016. Sociologie des réseaux sociaux, Paris, La Découverte (Repères), 128 p.

Mohsin A., 1997. The politics of nationalism: the case of the Chittagong Hill Tracts, Dhaka, University Press, 253 p.

Nicolas P., 2017. La fabrique d’une communauté transnationale, les Jummas entre France et Bangladesh, Thèse de doctorat, Aix-en-Provence, Aix Marseille Université, 432 p.

Nicolas P., 2018. La fabrique d'une minorité, les Jummas au Bangladesh, Paris, l'Harmattan (collection Logiques sociales), 174 p.

Nicolas P., 2018. La fabrique d'une communauté transnationale, les Jummas entre France et Bangladesh, Paris, l'Harmattan (collection Logiques sociales), 272 p.

Portes A., 1998. “Social capital: its origins and application in modern sociology”, Annual Review of Sociology, 24, p. 124.

Portes A., Zhou M., 1993. “The New Second Generation: Segmented Assimilation and Its Variants”, Annals of the American Academy of Political and Social Science, 530, p. 7496.

Smith R.C., 2006. Mexican New York Transnational Lives of New Immigrants, Berkeley, University of California Press, 375 p.

Sudhananda, 1991. Orphelins de terre : l’odyssée de 72 enfants rescapés des massacres du Bangladesh et recueillis par des familles françaises, Paris, R. Laffont (collection vécu), 353 p.

Urry J., 2005. Sociologie des mobilités, coll. U sociologie, Paris, Armand Colin, 253 p.

Haut de page

Notes

1 « Le capital social est l’ensemble des ressources actuelles ou potentielles qui sont liées à la possession d’un réseau durable de relations plus ou moins institutionnalisées d’interconnaissance et d’interreconnaissance ; ou en d’autres termes à l’appartenance à un groupe, comme ensemble d’agents qui ne sont pas seulement dotés de propriétés communes (susceptibles d’être perçues par l’observateur ; par les autres ou par eux-mêmes) mais sont aussi unis par des liaisons permanentes et utiles. » (Bourdieu, 1980, p. 2).

2 Le transnationalisme est classiquement défini comme relevant des « processus par lesquels les immigrés construisent et maintiennent des relations multiples qui articulent leurs sociétés d’origine et d’installation. Nous appelons ces processus transnationalisme pour mettre l’accent sur le fait qu’un grand nombre d’immigrants aujourd’hui développent des champs sociaux qui traversent des frontières géographiques, culturelles et politiques (...) Dans leurs activités quotidiennes, les transmigrants connectent les Etats-Nations et vivent dans un monde forgé par les interconnexions qu’ils ont eux-mêmes construites » (Basch, Glick Schiller et Szanton Blanc, 1994, p. 7‑8).

3 Les recherches sont nombreuses sur le fonctionnement des communautés ou espaces sociaux transnationaux, mais plus rares sont celles qui reconstituent l’histoire de leur genèse et de leurs inflexions, à partir d’une lecture de trajectoires individuelles croisées avec celle de leur structuration collective.

4 Cette enquête renseigne 67 des 68 Jummas encore vivants.

5 Pour préserver l’anonymat des personnes enquêtées, tous les noms ont été modifiés.

6 Il existe une incertitude sur l’âge de Bali et de Gouring en raison de l’absence de certificats de naissance, et de décalages entre l’âge annoncé à leurs familles d’accueil lors de leur arrivée, et leur âge probable au regard des témoignages recueillis des années plus tard au sein de leurs familles d’origine.

7 Sauf dans le cas d’Antoine, pour lequel, le réseau n’ayant guère évolué entre sa mise en couple et aujourd’hui, les deux dernières étapes ont été fondues en une seule.

8 Le groupe des « 72 » Jummas arrivés en 1987 en France, les Jummas résidant au Bangladesh, les épouses jummas venues en France, les réfugiés jummas arrivés plus tardivement, les familles d’accueil françaises des « 72 », les autres Français, les enfants de couples Jummas nés en France enfin.

9 Seuls deux cas de « fratries » biologiques sont présents parmi les « 72 » enfants arrivés en France (à chaque fois deux frères, placés dans des familles d’accueil distinctes).

10 Parmi les populations jummas, figurent une douzaine de groupes aux langues différenciées. Les plus nombreux sont les Chakmas, groupe auquel appartiennent la plupart des « 72 », puis les Marmas et les Tripuras. Sept des « 72 » appartiennent à ce dernier groupe.

11 Certains tels Devasish Roy, le chef coutumier des Chakmas, ont d’ailleurs participé à l’élaboration de la charte aux Nations Unies.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Temporalités du réseau social d’Antoine
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4300/img-1.png
Fichier image/png, 286k
Titre Figure 2 : Temporalités du réseau social de Bali
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4300/img-2.png
Fichier image/png, 451k
Titre Figure 3 : Temporalités du réseau social de Gouring
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4300/img-3.png
Fichier image/png, 413k
Titre Figure 4 : Le réseau transnational de la communauté jumma de France
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4300/img-4.png
Fichier image/png, 208k
Titre Figure 5 : Lieux de résidence des familles d’accueil des « 72 » en 1987
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4300/img-5.png
Fichier image/png, 287k
Titre Figure 6 : Lieux de résidence des « 72 » en 2016
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4300/img-6.png
Fichier image/png, 375k
Titre Figure 7 : Diversité des remises jummas au Bangladesh
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4300/img-7.png
Fichier image/png, 193k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Nicolas et Virginie Baby-Collin, « La fabrique d’une communauté transnationale au prisme des réseaux sociaux », Temporalités [En ligne], 27 | 2018, mis en ligne le 23 juillet 2018, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/4300 ; DOI : 10.4000/temporalites.4300

Haut de page

Auteurs

Paul Nicolas

Aix Marseille Université., CNRS, Telemme, Aix en Provence, France – paelnic@wanadoo.fr

Virginie Baby-Collin

Institut Universitaire de France, Aix Marseille Université, CNRS, Telemme, Aix en Provence, France – virginie.baby-collin@univ-amu.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page