Navigation – Plan du site

Temporalités à l’œuvre dans les chantiers du bâtiment

Réseaux professionnels et circulations des entrepreneurs en Piémont au XVIIIe siècle.
Temporalities at work on building sites. Professional networks and the multifarious circulation of entrepreneurs in Piedmont during the Eighteenth century
Temporalidades a la obra en la construcción. Redes profesionales y circulaciones de emprendedores en el Piamonte del siglo XVIII
Pascal Cristofoli et Nicoletta Rolla

Résumés

Cette recherche s’intéresse aux temporalités à l’œuvre dans la configuration des réseaux professionnels de populations affectées par une forte mobilité, telle que celle des entrepreneurs et des contremaîtres du bâtiment. Les chantiers royaux piémontais dans la première moitié du XVIIIe siècle offrent un cadre d’étude intéressant. La documentation à disposition, et notamment les contrats publics, enregistre le moment de la constitution de ce réseau, et permet d’en mettre en lumière la spécificité, à savoir un fort dynamisme et un renouvellement continu. Le but de cet article est de reconstruire le cadre temporel qui a orienté les choix des acteurs en donnant lieu à ces configurations et à ce dynamisme. La formalisation du corpus à l’aide d’un réseau biparti (2-mode network) associant documents et individus permet de disposer d’un moyen efficace pour accéder aux différentes dimensions susceptibles d’éclairer la compréhension du réseau des entrepreneurs, de juger de sa pertinence et de ses évolutions. C’est aussi le moyen d’observer les temporalités propres à chaque composante de ce corpus : le cours de la commande publique lié à la situation politique de l’État Sarde, les séquences opératoires de chaque chantier qui interpellent les différentes spécialisations des contrats et des contractants, les trajectoires relationnelles des entrepreneurs (leurs profils d’interventions et leurs rôles qui changent à chaque contrat), les parcours biographiques et migratoires de ces individus. C’est à l’intérieur de cet ensemble complexe d’interactions, aux temporalités divergentes, que s’organisent les logiques d’actions des protagonistes, en fonction de ce qu’ils en perçoivent. Les pratiques qui en découlent façonnent le milieu professionnel des entrepreneurs du bâtiment à Turin de la première moitié du XVIIIe siècle.

Haut de page

Texte intégral

1Durant les années de paix, entre la fin de la guerre de succession d’Espagne (1713) et la participation du royaume de Sardaigne à la guerre de succession d’Autriche (1742), Turin et le Piémont sont le théâtre d’un grand programme architectural impulsé par le roi Victor Amédée II et dont la direction est confiée à l’architecte Filippo Juvarra. Ce sont surtout des entrepreneurs migrants qui profitent de l’ouverture de tels chantiers. Leur bassin de provenance est l’arc alpin occidental, de la zone des Lacs – Majeur, de Varèse, de Come et de Lugano – dans la Suisse méridionale et l’État de Milan, jusqu’aux vallées d’Andorno et Lanzo dans le Piémont nord-occidental. Une vaste historiographie a mis en lumière les capacités professionnelles et entrepreneuriales de ces individus qui leur ont permis de s’imposer dans les chantiers de toute l’Europe moderne (Arslan 1959 et 1964 ; Navone 2010, Parnisari 2015).

Figure - 1 - Carte du Royaume du Piémont au cours du XVIIIe siècle

Figure - 1 - Carte du Royaume du Piémont au cours du XVIIIe siècle

L. Dussieux, Carte pour servir à l’histoire de la maison de Savoie et de la formation territoriale du Royaume de Piémont, 1854 (Gravée par Marlier).
Source : Collection David Rumsey - Sourceweb : https://www.davidrumsey.com/​luna/​servlet/​detail/​RUMSEY~8~1~263381~5524223

Carte extraite de l’ouvrage : L. Dussieux, Atlas général de géographie physique, politique et historique, Éd. Jacques Lecoffre et Comp., Paris, 1856

2En s’intéressant aux conditions qui rendent possible ces migrations, l’historiographie a insisté sur l’importance du maintien des liens avec le pays d’origine d’où sont issues les ressources financières et relationnelles nécessaires à l’émigration et aux investissements à l’étranger (Fontaine, 1993, 2003 ; Lorenzetti et Merzario, 2005 ; Merzario, 2000 ; Viazzo, 1989, 1998). Dans le cas des entrepreneurs et travailleurs de la construction tessinois et milanais, l’historiographie a mis l’accent sur l’importance des chaînes migratoires et des liens familiaux dans les parcours des individus. L’existence dans les villes italiennes de confréries qui réunissent leurs membres sur la base de l’origine géographique a été interprétée comme l’expression de la solidarité de groupe dans les parcours d’insertion urbaine de ces immigrés (Bianchi, 2015 ; Orelli, 2000). La reproduction du voisinage, de ses logiques et de ses liens sociaux, dans les pays d’arrivée et dans le réseau trans-local des migrants – en un mot la recréation de la « Suisse ailleurs » (Studer et al., 2015) – a souvent été présentée comme un outil fondamental de leurs stratégies migratoires.

3Ces réseaux communautaires préexistants à la migration se révèlent cruciaux aussi dans l’expérience des entrepreneurs du bâtiment actifs en Piémont au XVIIIe siècle. Mais, la documentation nous montre que, loin de se limiter aux relations déjà constituées dans leurs pays d’origine, ces derniers inaugurent et entretiennent sans cesse de nouvelles collaborations professionnelles dans le pays d’arrivée. Ce constat invite à « dépasser la catégorie homogénéisante du réseau ethnique, communautaire » (Hily, Berthomiere, Mihaylova, 2005) et à élargir le cadre d’analyse aux réseaux personnels construits dans les pays d’arrivée en fonction des déplacements des acteurs et des temporalités propres à leurs professions (Thoemmes et Oliveira de Silva, 2017a, 2017b). C’est dans l’articulation entre ces différents contextes locaux que murissent les expériences de bi-localisme ou de pluri-localisme, à la base d’un système de références sociales et d’appartenance double ou multiple (Albera, Audenino et Corti, 2005 ; Audenino, Corti et Lonni, 1997).

4Cette recherche a pour ambition d’observer les pratiques relationnelles de ces entrepreneurs en tenant compte des différents contextes locaux et des différentes temporalités où leur appartenance multiple et leurs relations sociales s’inscrivent (Galloro, Pascutto, Serré, 2010). De nombreux facteurs temporels concourent à façonner leurs collaborations professionnelles. Nous nous concentrons sur les temporalités directement évoquées par les sources – les plus pertinentes dans le cadre de cette recherche –, c’est-à-dire celles liées à la dimension politique, à l’organisation du travail, aux vicissitudes familiales et individuelles des acteurs. En procédant à une réduction progressive de notre terrain d’observation, nous analyserons d’abord les temporalités de la commande publique et ensuite celles de l’organisation concrète des chantiers piémontais, afin de montrer leurs effets respectifs sur la structuration du réseau des collaborations professionnelles. Pour mieux observer les temporalités à l’œuvre dans les comportements des acteurs, nous focaliserons, dans un deuxième temps, notre attention sur le réseau d’une famille d’entrepreneurs. Il émerge de cette analyse toute la complexité d’un système d’alliances professionnelles modulé par les temporalités des contextes locaux que la circulation de ces entrepreneurs mobilise.

Contrats publics et consortiums d’entrepreneurs

La procédure d’assignation des commandes publiques

  • 1 Archives d’État de Turin (désormais ASTo), S.R., Ministero della Guerra, Azienda generale fabbriche (...)

5Les commandes publiques à Turin et en Piémont nous offrent un terrain d’analyse fructueux en raison de la richesse de la documentation conservée1. L’office chargé de la gestion des chantiers civils et militaires de la couronne du Piémont était l’Azienda generale fabbriche e fortificazioni (AGFF), dépendant du Ministère de la Guerre.

6La concession des commandes publiques suit un protocole précis qui débute par l’affichage de tiletti (avis publics) à Turin et dans les villes du Piémont directement concernées par les travaux. La procédure d’assignation de la commande relève d’un mécanisme d’enchères au rabais et se déroule généralement dans un délai assez rapide. Elle se conclut par la signature d’un contrat avec les entreprises adjudicataires, environ deux semaines après la publication des tiletti. Les contrats prévoient généralement un acompte et des paiements réguliers au fur et à mesure de l’avancement des travaux, à échéance de huit, dix ou quinze jours. Les travaux commencent, sauf mention contraire, dès la signature du contrat.

7Plusieurs entrepreneurs s’associent en consortiums pour répondre à ces offres, partager les risques et les coûts liés à la réalisation des travaux. Au moment de la souscription de l’acte de la soumission, l’AGFF demande toujours aux entrepreneurs signataires (S) la présentation d’un ou plusieurs garants (G) et approbateurs des garants (A). Les entrepreneurs qui répondent aux tiletti de l’AGFF ne sont pas réunis dans des sociétés déjà constituées. À chaque contrat, un nouveau consortium se forme, dont la validité est limitée à la réalisation des travaux concernés par le document et sans implication en dehors de ce cadre.

Des consortiums sans cesse différents

  • 2 Il faut remarquer que la notion d’« individu » dans un tel corpus est en réalité une construction, (...)
  • 3 Seuls 4 consortiums se répètent deux fois. Ce résultat se vérifie aussi si l’on tient seulement com (...)

8Notre enquête analyse 330 contrats sur la période 1711-1742. Ils mobilisent 594 « individus » différents2. L’examen de cette documentation révèle que les consortiums correspondant à ces 330 contrats ont une caractéristique particulière : ils sont tous différents, c’est-à-dire uniques du point de vue de leur composition, ceci même sans tenir compte des rôles respectifs (S, G, A) des acteurs3. Si certaines configurations se ressemblent fortement et comptent plusieurs entrepreneurs en commun, il y a presque toujours un ou plusieurs acteurs en plus ou en moins pour contribuer à diversifier l’ensemble. Le caractère éphémère de ces associations invite à s’interroger sur les différentes dimensions qui concourent à le produire.

Contrats et individus, deux faces d’un même corpus

9Une des voies permettant d’aborder un corpus de documents à l’aide des méthodes relationnelles est de mobiliser le concept de réseau d’affiliation (ou réseau 2-mode ou biparti) (Cristofoli, 2009 ; Grandjean, 2017 ; Rossi, Villa-Vialaneix et Hautefeuille, 2013 ; Shafie et al., 2017). En suivant cette perspective, nous avons choisi de travailler directement sur le réseau du corpus documentaire (désormais « réseau documentaire ») constitué par l’ensemble des liens d’affiliation des entrepreneurs aux contrats de l’AGFF que nous avons dépouillés.

10De fait, l’étude des interactions entre les entrepreneurs ne peut être réalisée sans tenir compte des actes dans lesquels celles-ci sont consignées. Chaque contrat constitue le contexte de l’apparition des liens interindividuels, quand bien même il s’agit d’un contexte codifié par la nature des documents et les pratiques administratives. La formalisation du corpus à l’aide d’un réseau biparti – associant documents et individus – permet de disposer d’un moyen efficace pour accéder aux différentes dimensions susceptibles d’éclairer la compréhension du réseau des collaborations professionnelles, de juger de sa pertinence et de ses évolutions. La nature des chantiers, leur coût et leur localisation, le nombre, le rôle et la spécialisation des acteurs mobilisés sont autant de variables permettant d’offrir des clefs d’interprétation pour caractériser ce réseau. En outre, la succession chronologique des contrats constitue une trame fondamentale, qui ordonne la structure relationnelle. Ainsi, le réseau documentaire constitue un outil puissant permettant de formaliser et d’étudier la multiplexité et surtout la dynamique des liens interindividuels inscrits dans les documents. Dans ce contexte, la datation des contrats et, par héritage, celle des liens qui y sont inscrits permettent de suivre pas à pas la dynamique de la construction du réseau des entrepreneurs et de saisir les reconfigurations successives de cet ensemble.

11Les 330 contrats exploités au cours de l’enquête sont organisés en plusieurs sous-corpus cohérents, qui se recouvrent en partie. Chacun de ces corpus a été modélisé sous forme d’un « réseau documentaire » (cf. tabl. 1).

Tableau 1 : Description générale des réseaux documentaires étudiés.

Description générale des réseaux documentaires étudiés

1713

1720

1730

1742

1711-1717

Superga 1716-1720

Sommets du graphe

111

207

218

154

414

162

contrats

27

57

64

39

141

105

Individus

84

150

154

115

273

57

Nb moyen d’individus par contrats

3,1

2,6

2,4

2,9

1,9

0,5

Liens individus-contrats

115

197

201

142

581

160

rôle : Associé (S)

66

107

88

66

369

94

rôle : Garant (G)

49

63

63

76

158

43

rôle : Approbateur du garant (A)

0

26

50

0

54

23

Diamètre du réseau

8

12

20

11

16

8

Distance moyenne dans le réseau

3,4

6,1

7,3

5,0

6,5

2,9

Densité du réseau

0,019

0,009

0,008

0,012

0,007

0,012

Nombre de composantes connexes

11

23

30

19

28

24

Description de la plus grande composante connexe :

Nombre de sommets concernés

35

90

84

50

283

38

32 %

43 %

39 %

32 %

68 %

23 %

Nombre de liens

43

99

90

56

471

52

37 %

50 %

45 %

39 %

81 %

33 %

Sources : Archives d’État de Turin, S.R., Ministero della Guerra, Azienda generale fabbriche e fortificazioni, Contratti, vol. 1-8 (1711-1720), 19 (1730), 38 (1742)
Auteurs : N. Rolla & P. Cristofoli (LaDéHiS-CRH, EHESS), 2018

12Pour évaluer la politique d’investissement royale et comprendre ses effets, nous avons analysé les contrats produits au cours de quatre années différentes, (1713, 1720, 1730, 1742), entre la fin de la guerre de succession d’Espagne (1713) et l’entrée du Piémont dans la guerre de succession d’Autriche (1742). En outre, il nous a semblé utile de suivre un chantier particulier sur plusieurs années afin d’étudier les modalités de réalisation des travaux et l’insertion des équipes sur place : c’est pourquoi nous nous intéressons aux premières années (1717-1722) du chantier de construction de la basilique de Superga. Enfin, et afin de pouvoir aborder la question des dynamiques relationnelles de la construction des consortiums, nous avons choisi de concentrer notre attention sur une période continue, 1711-1717, en faisant un recueil systématique des contrats (141 contrats et 273 individus). Selon les besoins de notre analyse, l’un ou l’autre de ces corpus sera mobilisé.

Les temporalités à l’œuvre. Les travaux publics du Piémont au cours de la première moitié du XVIIIe siècle

La temporalité politique de l’investissement en Piémont et ses effets.

13Les investissements publics du royaume de Piémont et leur évolution dans le temps peuvent être évalués par le nombre et la nature des contrats signés par l’AGFF.

Figures 2a et 2b : Évolution du nombre de contrats selon le type et la région du chantier

Figures 2a et 2b : Évolution du nombre de contrats selon le type et la région du chantier

Sources : Archives d’État de Turin, S.R., Ministero della Guerra, Azienda generale fabbriche e fortificazioni, Contratti, vol. 1-8 (1711-1720), 19 (1730), 38 (1742)
Auteurs : N. Rolla & P. Cristofoli (LaDéHiS-CRH, EHESS), 2018

14Après la conclusion de la Guerre de succession d’Espagne, durant les années 1710, les efforts financiers de la couronne sont partagés entre la capitale, son territoire proche (Rivoli, Venaria Reale) et les forteresses disséminées dans le reste du Piémont. Dans les années 1720 et 1730, le nombre de commandes publiques augmente progressivement et se concentre surtout sur la ville de Turin et sur le chantier de la Basilique de Superga, près de la capitale. La grande période des interventions architecturales et urbanistiques turinoises se conclut au milieu des années 1730. La croissance économique qui caractérise Turin dans la première moitié du XVIIIe siècle est interrompue par une première crise dans les années 1733-35, suivie d’une autre en 1742-47 (Zucca-Micheletto, 2014). Dans le même temps, la participation du royaume de Savoie à la Guerre de succession d’Autriche (1742) freine les investissements et détourne les ressources des chantiers civils vers les chantiers militaires du Piémont.

  • 4 La notion d’origine géographique (OG) et la façon dont les acteurs la mobilise est toujours problém (...)
  • 5 La déclaration d’une résidence est, en général, moins fréquente dans les documents. Mais, si celle- (...)

15Véritable chantier à ciel ouvert et opportunité continue de travail durant l’ensemble de la période, le Piémont mobilise en conséquence un grand nombre d’entrepreneurs du bâtiment, souvent migrants. Nous connaissons l’origine géographique de 515 des 594 maîtres impliqués dans les contrats que nous avons étudiés4 : 120 sont originaires d’une dizaine de communautés de la région de Biella. Parmi les autres, 106 proviennent de l’État de Milan, 75 sont Turinois – ou, au moins, se définissent comme tels – auxquels s’ajoutent les 66 maîtres originaires de communautés des environs de Turin, tandis que 56 sont Luganais. Une grande partie de ces entrepreneurs déclarent résider dans la capitale5 – centre de négociation des commandes publiques – qui devient ainsi une étape importante de leurs nombreux déplacements temporaires à l’échelle de tout le Piémont.

  • 6 Les contrats avec une origine géographique diversifiée (OGD) sont les contrats dans lesquels aucune (...)

16Le premier effet de la politique d’investissements publics est donc d’attirer en Piémont un nombre significatif d’entrepreneurs migrants, qui ont tendance à s’associer entre eux en intégrant leurs réseaux communautaires et familiaux respectifs. L’examen de la composition des consortiums, du point de vue des origines géographiques de leurs membres, révèle toutefois une caractéristique supplémentaire : on constate une tendance générale à la construction d’alliances professionnelles qui dépassent les limites de la communauté des compatriotes : 71 % des contrats dont on connaît la provenance des signataires (275 sur 330) mentionnent au moins 2 origines géographiques (OG) différentes et 58 % des contrats sont composés de signataires d’origines géographiques diversifiées (tabl. 2a)6.

Tableau 2 : Profils de composition géographique des contrats fondés sur les origines géographiques (régions) des signataires de contrats

Origines géographiques (régions) des signataires de contrats (associés, garants et approbateurs de garants)

Contrats comportant au moins 2 origines géographiques connues de signataires (275 contrats concernés sur 330)

Nombre d’origines géographiques différentes intervenant dans le contrat

Profil de composition géographique

1

2

3

4

5

6

Ensemble

%

Origine géographique concentrée (OGC)

80

34

1

115

42 %

Origine géographique diversifiée (OGD)

100

51

5

3

1

160

58 %

Ensemble

80

134

52

5

3

1

275

100 %

%

29%

49%

19%

2%

1%

0%

100%

 

Origines géographiques (régions) des associés (S) signataires dans les contrats

Contrats comportant au moins 2 origines géographiques connues d’associés (158 contrats concernés sur 330)

Nombre d’origines géographiques différentes intervenant dans le contrat

Profil de composition géographique

1

2

3

4

5

6

Ensemble

%

Origine géographique concentrée (OGC)

82

12

94

59 %

Origine géographique diversifiée (OGD)

53

9

2

64

41 %

Ensemble

82

65

9

2

158

100 %

%

52%

41%

6%

1%

0%

0%

100%

 

Les contrats avec une origine géographique diversifiée (OGD) sont les contrats dans lesquels aucune origine géographique des signataires ne s’impose, c’est-à-dire ne dépasse 75 % des individus.

Sources : Archives d’État de Turin, S.R., Ministero della Guerra, Azienda generale fabbriche e fortificazioni, Contratti, vol. 1-8 (1711-1720), 19 (1730), 38 (1742)
Auteurs : N. Rolla & P. Cristofoli (LaDéHiS-CRH, EHESS), 2018

La temporalité des commandes publiques et l’intense circulation des entrepreneurs

17L’étude sur une période continue de la temporalité des commandes publiques de l’AGFF permet de confirmer l’ouverture des consortiums et l’intense circulation des entrepreneurs entre les chantiers. Pour la période 1711-1717, 64 % des 273 individus signataires des contrats ont été confrontés à au moins un contrat dans lequel les origines géographiques sont diversifiées.

Tableau 3 : Premières collaborations entre entrepreneurs d’origines géographiques différentes (1711-1717)

Type de profil d’individus

Nb ind.

% total

Individus ayant fait l’expérience d’un contrat avec origines géographiques diversifiées (OGD)

Individus avec apparition unique dans un contrat OGD

97

36 %

Individus avec apparitions multiples, avec confrontation OGD au cours du 1er contrat

62

23 %

Individus avec apparitions multiples, avec confrontation OGD au cours du 2nd contrat

12

4 %

Individus avec apparitions multiples, avec confrontation OGD au cours du 3e contrat

4

1 %

Individus avec apparitions multiples, avec confrontation OGD au cours du 6e contrat

1

0 %

Ensemble

176

64 %

Individus sans expérience d’un contrat avec origines géographiques diversifiées (uniquement origine géographique concentrée OGC)

Individus avec apparition unique dans un contrat OGC

74

27 %

Individus avec apparitions multiples exclusivement dans des contrats OGC

23

8 %

Ensemble

97

36 %

Nombre total d’individus 1711-1717

273

100 %

Sources : Archives d’État de Turin, S.R., Ministero della Guerra, Azienda generale fabbriche e fortificazioni, Contratti, vol. 1-8 (1711-1720)
Auteurs : N. Rolla & P. Cristofoli (LaDéHiS-CRH, EHESS), 2018

18En outre, le moment de la première confrontation d’un individu avec un entrepreneur (G, A ou S) d’une autre origine est en général très précoce : 90 % de ces premières rencontres surviennent dès le premier contrat où apparaît l’individu considéré (98 % sont réalisées dès le second contrat). Cette précocité suggère sans doute l’existence de formes et d’espaces de socialisation hors des chantiers. Elle est aussi probablement le résultat de l’héritage de relations préexistantes à la période observée, ce que l’absence de documentation ne nous permet malheureusement pas de vérifier. L’ouverture rapide et la fréquence des collaborations professionnelles hors du cercle des compatriotes n’excluent pas l’existence de relations privilégiées intervenant dans la constitution des consortiums.

Figure 3 : Cartographie relationnelle et spatiale des contrats 1711-1716
Liens entre contrats partageant au moins 2 signataires en commun et liens de chaque contrat avec le lieu de chantier auquel il participe

Figure 3 : Cartographie relationnelle et spatiale des contrats 1711-1716 Liens entre contrats partageant au moins 2 signataires en commun et liens de chaque contrat avec le lieu de chantier auquel il participe

Disques : lieux de chantiers (leur taille est proportionnelle au nombre de contrats associés à ce lieu ; leur couleur varie selon la région où est situé le lieu : orange = Turin, rouge = territoire proche de Turin, brun = reste du Piémont) / Carrés : contrats de l’AGFF établis durant la période (taille proportionnelle au nombre d’entrepreneurs signataires du contrat)/------ : Liens entre contrats et lieux de chantier/---2--- : présence d’entrepreneurs communs entre deux contrats (existence du lien si au moins 2 entrepreneurs communs signent les deux contrats – le nombre d’entrepreneurs communs est indiqué sur la ligne) / Rectangles : groupes de contrats connectés entre eux.
La configuration d’ensemble a été produite en deux étapes : 1 – dessin automatique du graphe contenant l’ensemble des sommets et des liens (Algorithme « Harel-Koren Fast-Multiscale », NodeXL). 2 – déplacement manuel des sommets pour accentuer et d’améliorer la lisibilité tout en s’efforçant de respecter les proximités relationnelles entre contrats. Le placement manuel des sommets correspondants aux lieux de chantier s’est aussi évertué, quand cela était possible à rapprocher sur la figure les lieux géographiquement proches.

Sources : Archives d’État de Turin, S.R., Ministero della Guerra, Azienda generale fabbriche e fortificazioni, Contratti, vol. 1-8 (1711-1720). Auteurs : N. Rolla & P. Cristofoli (LaDéHiS-CRH, EHESS), 2018

  • 7 Il s’agit d’observer une des deux faces du réseau documentaire 1711-1716, en l’occurrence de s’inté (...)
  • 8 Le terme cartographie est ici employé pour souligner l’assise géographique des contrats et son lien (...)

19On peut repérer ces relations privilégiées en analysant la co-présence des individus dans les contrats de l’AGFF tout au long de la période7. La « cartographie » du réseau des contrats (fig. 3) permet d’observer des interactions répétées entre entrepreneurs, tout en les situant dans l’espace piémontais8.

20Le premier résultat offert par cette cartographie est de rendre compte de l’ampleur et du calendrier des circulations des acteurs dans le territoire piémontais. Plusieurs profils de composition des contrats peuvent ensuite être distingués. Un groupe de contrats fortement connectés (groupe 1, au centre de la figure) isole un espace de collaborations intenses entre des entrepreneurs dont la principale caractéristique est de se déplacer sur tout le territoire du Piémont, y compris sa capitale. Ce groupe d’entrepreneurs est réuni à l’occasion de 24 contrats de gros œuvre et/ou de réparations. D’autres petites séries de contrats, en général de même nature, ne sont pas connectées à ce groupe principal et s’agglutinent selon une assise plus locale. C’est le cas des contrats ayant trait aux forteresses et fortifications de Valenza et Alessandria (à l’est de Turin, groupe 4), à celles de Brunetta et Fenestrelle (à l’Ouest, groupe 5). Enfin, des ensembles de contrats de même type associent des lieux du Piémont à quelques contrats turinois, ce qui peut témoigner de l’incursion de groupes d’entrepreneurs agissant à Turin sur le reste du territoire (groupe 3), ou d’un mouvement inverse (groupes 6 et 9).

21Les contrats propres à Turin et à son territoire proche ont un profil différent. Il y a certes quelques petits groupes de contrats connectés (groupes 2, 7 et 8), mais ceux-ci concernent exclusivement des travaux de second œuvre (ferronnerie et taille de pierre). Dans cette région, les contrats sont en majorité déconnectés les uns des autres, ce qui témoigne de la grande ouverture des possibilités de collaboration.

22À partir de 1711, le Piémont est le théâtre d’une intense circulation des entrepreneurs du bâtiment, faite d’associations éphémères et sans cesse différentes, qui s’articulent sur des liens privilégiés quand il s’agit d’intervenir sur les chantiers à l’extérieur de la capitale. Cette circulation est engendrée par le cours de la commande publique. Elle tient compte des contraintes imposées par l’organisation pratique des chantiers, dont les effets sur la configuration du réseau des collaborations professionnelles sont évidents si on les observe de plus près.

La planification des chantiers et la saisonnalité des travaux

23La configuration dynamique formée par les consortiums intègre les temporalités propres aux métiers du bâtiment, notamment celles liées à la planification des chantiers et aux contraintes imposées par les différents métiers mobilisés.

24Chaque contrat proposé par l’AGFF concerne une séquence opérationnelle qui s’insère dans l’économie générale d’un chantier donné. L’entreprise doit s’y intégrer selon sa spécialisation et les tâches qui lui sont assignées, en s’accordant, s’il y a lieu, avec les travaux déjà réalisés. L’enchaînement des opérations sur un chantier correspond à une temporalité qui pèse sur les capacités d’interventions des entrepreneurs et modèle la configuration du réseau professionnel.

25L’étude d’un chantier d’envergure et de longue durée, tel celui de la basilique de Superga (1716-1731), édifiée sur une colline dominant Turin, rend compte de ces temporalités professionnelles. Les contrats publics du site de Superga permettent de suivre le déroulement du chantier et de mettre au jour les différentes séquences exécutives, le chevauchement des activités et des entreprises, ainsi que l’articulation du chantier dans plusieurs sites (fig. 4).

Figure 4 : Séquences opérationnelles des premières années du chantier de la basilique de Superga (1716-1722)

Figure 4 : Séquences opérationnelles des premières années du chantier de la basilique de Superga (1716-1722)

Sources : Archives d’État de Turin, S.R., Ministero della Guerra, Azienda generale fabbriche e fortificazioni, Contratti, vol. 1-8 (1711-1720) ; ASTo, Corte, Benefici per a e b, Superga, m. 101. Auteurs : N. Rolla & P. Cristofoli (LaDéHiS-CRH, EHESS), 2018

26Ils concernent un large éventail de tâches : la fourniture de matières premières (sable, production de chaux et de briques), les travaux de gros œuvres (démolition et excavation des fondations), la maçonnerie (construction des murs), la réalisation des charpentes (couverture du chœur et de la sacristie) et les œuvres de marbrerie (socles, marches, architraves et frises de la façade, colonnes, chapiteaux et piédestaux). En outre, le travail nécessaire à la réalisation du chantier de la basilique implique une articulation avec le travail réalisé sur plusieurs autres sites, parfois très éloignés : la colline de Superga, la carrière de sable au confluent du Pô et de la Stura, les ateliers de la capitale, les magasins de stockage de Borgo Po et de Superga et enfin les carrières de Gassino, Frabrosa et Brossasco d’où partent les œuvres de marbrerie semi-finies. Aux circulations des entrepreneurs entre les chantiers s’ajoutent ainsi d’autres circulations et calendriers internes aux métiers du bâtiment dont les entrepreneurs doivent tenir compte.

27L’observation du chantier de Superga montre aussi l’existence d’une saisonnalité des activités sur le chantier selon les spécialisations professionnelles. On peut observer ce phénomène à l’échelle de l’ensemble du corpus.

Tableau 4 : Mois de signature des contrats selon le type de travaux à exécuter.

Type de travaux

J

F

M

A

M

J

J

A

S

O

N

D

Ens.

Gros œuvre

8

6

13

22

17

4

4

4

5

4

2

7

96

Réparation

2

7

6

4

2

1

22

Travaux divers

3

2

7

1

4

8

2

2

29

Second œuvre

3

5

7

10

12

15

7

11

10

3

4

87

Fourniture matériaux

4

11

18

6

6

5

4

3

3

1

4

5

70

Pont de bateaux

1

1

3

3

8

Transport

2

1

2

1

1

1

2

1

11

Sans information

1

2

2

1

1

7

Total général

22

27

55

47

49

36

21

18

22

7

10

16

330

Sources : Archives d’État de Turin, S.R., Ministero della Guerra, Azienda generale fabbriche e fortificazioni, Contratti, vol. 1-8 (1711-1720), 19 (1730), 38 (1742)
Auteurs : N. Rolla & P. Cristofoli (LaDéHiS-CRH, EHESS), 2018

28L’analyse des mois de début des contrats permet de constater une saisonnalité différentielle des contrats selon le type de travaux à réaliser (tabl. 4). Une fraction importante des consortiums correspondant aux travaux de gros œuvre, de construction ou de réparations, se met en place au printemps (mars, avril, mai) quand ces travaux sont programmés par l’AGFF. Les consortiums composés par des artisans spécialisés en second œuvre (fabrication de portes, fenêtres, socles, fabrication et pose de stuc, etc.) et par les fournisseurs de matériaux pour les chantiers (briques, sables, chaux, bois, pierre et pierre taillées, etc.) sont en revanche constitués tout au long de l’année.

Tableau 5 : Estimation du mois de fin des travaux(*) pour un échantillon de contrats

(*) Ensemble des contrats disposant d'une information exploitable sur le délai de réalisation des travaux

J

F

M

A

M

J

J

A

S

O

N

D

Fin campagne

Selon demande

Ens.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Année en cours

Gros œuvre

 

 

 

 

1

4

 

5

10

5

 

 

 

 

25

Second œuvre

 

 

 

1

2

5

2

1

7

3

1

 

2

 

24

Fourniture materiaux

 

 

 

1

 

 

1

6

7

1

 

1

7

 

24

Ensemble Année en cours

 

 

 

2

3

9

3

12

24

9

1

1

9

 

73

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Engagements sur plusieurs années

Gros œuvre

 

 

1

 

1

1

 

 

 

 

 

 

 

 

3

Second œuvre

 

 

1

 

 

2

 

 

2

1

 

 

1

 

7

Fourniture materiaux

 

 

 

1

 

 

 

 

1

2

 

 

2

 

6

Ensemble pluriannuel

 

 

2

1

1

3

 

 

3

3

 

 

3

 

16

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ensemble

Gros œuvre

 

 

1

 

2

5

 

5

10

5

 

 

 

 

28

Second œuvre

 

 

1

1

2

7

2

1

9

4

1

 

3

1

32

Fourniture materiaux

 

 

 

2

 

 

1

6

8

3

 

1

9

2

32

Ensemble

 

 

2

3

4

12

3

12

27

12

1

1

12

3

92

Sources : Archives d’État de Turin, S.R., Ministero della Guerra, Azienda generale fabbriche e fortificazioni, Contratti, vol. 1-8 (1711-1720), 19 (1730), 38 (1742)
Auteurs : N. Rolla & P. Cristofoli (LaDéHiS-CRH, EHESS), 2018

  • 9 En août, septembre ou octobre, période que désigne sans doute aussi la notion de « fin de campagne  (...)

29Pour une portion de ces contrats, nous avons pris en compte le délai fixé pour la conclusion des travaux demandés ce qui permet d’estimer une date théorique de fin des travaux et des consortiums créés pour les réaliser (tabl. 5). L’analyse des dates de fin des travaux confirme ces différentes temporalités selon les travaux concernés : les contrats de gros œuvre doivent être terminés à la fin de l’été ou en automne9, tandis que ceux de second œuvre ne connaissent pratiquement pas d’interruption comme cela a pu être observé aussi dans d’autres contextes (Bernardi, 2011). Les conditions météorologiques hivernales peuvent sans doute ralentir les travaux en plein air dans les chantiers proprement dits ou les carrières. Toutefois dans les ateliers, les fours, les baraques construites à proximité des chantiers, et dans les lieux à l’abri fournis par le commanditaire, la main-d’œuvre continue à travailler tout au long de l’année.

30L’ensemble de ces interactions et de ces contraintes se traduit par une saisonnalité du réseau des collaborations professionnelles. L’analyse de l’organisation pratique des chantiers montre bien le dynamisme et la complexité de ce secteur. La constitution de consortiums et la disponibilité des individus qui les composent sont en grande partie le résultat de l’action conjointe des différentes temporalités évoquées jusqu’ici. À chaque contrat, un nouveau consortium se configure en tenant compte de l’engagement des entrepreneurs sur les différents sites piémontais, de la saisonnalité des chantiers, de l’état d’avancement des travaux, du cours de la commande publique et de l’échéancier des paiements.

31Chacune de ces associations temporaires d’entrepreneurs prend aussi sens dans l’environnement relationnel créé par la multiplication de ces consortiums. La configuration relationnelle spécifique qui en résulte et évolue sous nos yeux révèle en effet le contexte où se manifestent des stratégies individuelles, et collectives, de la mise en relation des entrepreneurs.

Consortiums et réseaux d’entrepreneurs : les dynamiques relationnelles et individuelles

32Nous avons vu qu’un certain nombre d’interactions privilégiées se manifestent dans l’ensemble relationnel dessiné par les contrats de l’AGFF. L’examen du réseau documentaire 1711-1717 (141 contrats et 273 individus) nous permet d’étudier concrètement le rapport entre les différentes temporalités évoquées jusqu’à présent et les stratégies relationnelles et individuelles à l’œuvre dans cet espace mouvant. Il est particulièrement intéressant de focaliser l’analyse sur les parties les plus connectées de ce réseau afin de comprendre comment et dans quelle mesure les stratégies et les temporalités concourent à la création de consortiums sans cesse inédits.

33Le réseau documentaire 1711-1717 est composé de 28 sous-ensembles (composantes connexes). La composante connexe maximale implique une très grande partie des contrats et des individus de la période (104 contrats et 178 individus). Au sein de cet ensemble, on distingue plusieurs régions où les relations s’intensifient et le réseau devient plus dense. La région la plus remarquable se fonde sur un groupe d’entrepreneurs fortement connectés, qui participent conjointement à plusieurs contrats sur toute la période, ces derniers mobilisant un nombre important d’autres protagonistes (tabl. 6). Ce sous-ensemble correspond au groupe de contrats fortement connectés observé au centre de la figure 3.

Tableau 6 : Sommets les plus connectés du réseau documentaire 1711-1717

Code sommet

Degré

Nom de l’individu ou détail du contrat

Cluster_Louvain

i_226

19

Menafoglio C.A. (226)

CL_1

i_223

17

Menafoglio A. (223)

CL_1

i_275

16

Pinchetti D. (275)

CL_1

i_153

12

Galimberti G.M. (153)

CL_1

i_266

11

Pianarosa G. (266)

CL_1

C1712_01_061

9

17120109_Brunetta - Forteresse

CL_4

C1713_01_142

9

17130213_Rivolli - Château

CL_1

C1714_02_019

9

17140311_Mortara - Fortifications

CL_1

C1714_02_073

9

17140515_Verrua & Chivasso - Fortifications

CL_1

i_374

9

Vanera M. (374)

CL_3

i_389

9

Zo C.A. (389)

CL_2

C1712_01_091

8

17120318_Fleuve Po

CL_1

C1714_02_083

8

17140706_Fenestrelle - Forteresse

CL_3

C1716_03_085

8

17160402_Valenza & Alessandria - Fortifications

CL_1

i_272

8

Piazzollo F. (272)

CL_1

i_302

8

Righino P.A. (302)

CL_1

i_392

8

Zo G.H. (392)

CL_2

C1713_01_151

7

17130218_Brunetta - Forteresse

CL_1

C1713_01_241

7

17130920_Valenza - Fortifications

CL_1

C1714_02_013

7

17140226_Brunetta - Forteresse

CL_3

C1714_02_027

7

17140312_Brunetta - Forteresse

CL_8

C1714_02_090

7

17140802_Turin - Université

CL_13

C1716_03_090

7

17160416_Turin - Citadelle

CL_1

C1717_05_002

7

17170114_Brunetta - Forteresse

CL_7

C1717_05_007

7

17170203_Nizza - Fortifications

CL_1

C1717_05_077

7

17170710_Casale - Château

CL_1

i_187

7

Groppi C. (187)

CL_1

i_202

7

Maciotta G. (202)

CL_1

i_369

7

Ugliengo C.M. (369)

CL_2

Légende du tableau :
Degré : nombre de liens d’un sommet du réseau (nombre de contrats de l’individu considéré ou nombre d’individus dans le contrat considéré). Clusters_louvain : partition du réseau documentaire en 17 groupes (CL_1… CL_17). Pour chaque groupe repéré, chaque membre a des relations plus fréquentes avec l’ensemble des autres membres du groupe qu’avec toutes les autres parties du réseau (algorithme de Louvain, NodeXL).

Sources : Archives d’État de Turin, S.R., Ministero della Guerra, Azienda generale fabbriche e fortificazioni, Contratti, vol. 1-8 (1711-1720)
Auteurs : N. Rolla & P. Cristofoli (LaDéHiS-CRH, EHESS), 2018

  • 10 ASTo, S.R., Insinuazione di Torino, L5, 1722, c. 695 et suivants.
  • 11 ASM, Atti dei notai di Milano, Rubriche dei notai, 912, (1689-1732).

34La famille Menafoglio, originaire de Marzio dans l’État de Milan, occupe une position centrale dans ce sous-réseau. Leur arrivée en Piémont est ancienne. À la veille de la guerre de Succession d’Espagne, nous savons qu’Agostino et son frère Francesco Andrea Menafoglio sont déjà présents à Turin, où ils constituent un fondaco (un dépôt pour la vente en gros) avec leurs compatriotes P. G. Righino, P. G. Violino et P. A. Righino10. Entre 1700 et 1710, les actes notariés témoignent de leur présence assidue à Marzio, dans leur village d’origine, où ils concluent des affaires devant le notaire presque chaque année. Ces traces sont de plus en plus sporadiques à partir de 1711, au moment même où l’engagement de la famille dans les chantiers piémontais devient important (tabl. 8)11.

Figure 5 : Extraction du réseau documentaire ego-centré des Menafoglio 1711-1717

Figure 5 : Extraction du réseau documentaire ego-centré des Menafoglio 1711-1717

Légende : Disques verts : les 3 membres de la famille Menafoglio / Carrés verts : contrats où intervient la signature d’au moins un membre de la famille Menafoglio / Disques bleus : individus proches de la famille Menafoglio (individus connectés aux Menafoglio par la participation à au moins un des contrats où ceux-ci sont présents) / Carrés bleus : autres contrats auxquels participent les proches de la famille Menafoglio sans que cette famille soit présente (les autres protagonistes de ces contrats ne sont pas affichés) /----G/S/A---- : liens figurant l’affiliation des individus aux contrats (avec une indication du rôle des individus dans les contrats S : associés, G : garants, A : Approbateurs de garants)

Sources : Archives d’État de Turin, S.R., Ministero della Guerra, Azienda generale fabbriche e fortificazioni, Contratti, vol. 1-8 (1711-1720). Auteurs : N. Rolla & P. Cristofoli (LaDéHiS-CRH, EHESS), 2018

Type de sommets

Nb

Type de sommets

Nb

Individus

45

Contrats

51

Menefoglio

3

Contrats où apparaît au moins un des trois Menafoglio

27

Proches des Menafoglio

42

Contrats liés aux proches des Menafoglio

24

dont proches connectés à plusieurs contrats

28

dont proches connectés à un seul contrat

14

  • 12 Les sources de l’AGFF nous indiquent explicitement que Carlo Andrea est le neveu d’Agostino. En rev (...)

35Entre 1711 et 1717, Francesco Andrea, Agostino et Carlo Andrea Menafoglio12 travaillent, ensemble ou séparément, pour le compte de l’AGFF sur 27 contrats (respectivement 7, 17 et 19 contrats) dispersés dans tout le Piémont (18 lieux de chantier sont recensés). Cette famille, dont les membres se définissent comme « contremaîtres maçons », intervient principalement dans des travaux préliminaires de gros œuvre (excavation et démolition), le plus souvent dans les chantiers militaires à la périphérie du royaume.

36L’observation de la morphologie et de la chronologie de la constitution du réseau documentaire des Menafoglio confirme nos premiers résultats concernant l’unicité des consortiums, la diversité des origines géographiques de leurs membres ainsi que l’ouverture constante vers de nouveaux collaborateurs. Les 27 consortiums différents impliquent au total 45 entrepreneurs d’origines diverses, parmi lesquels 28 se retrouvent à gérer plusieurs contrats (fig. 5).

Tableau 7 : Détail des 27 contrats signés par un membre de la famille Menafoglio entre 1711 et 1717 : description des contrats et des rôles des entrepreneurs récurrents qui participent à chacun des contrats

Tableau 7 : Détail des 27 contrats signés par un membre de la famille Menafoglio entre 1711 et 1717 : description des contrats et des rôles des entrepreneurs récurrents qui participent à chacun des contrats
  • 13 Le tableau 7 propose une visualisation matricielle du réseau documentaire des Menafoglio, dont la l (...)

37L’analyse combinée du tableau 7 et de la figure 5 permet de rendre compte de la dynamique de la constitution du « réseau Menafoglio »13. Plus qu’une organisation strictement familiale, le « réseau Menafoglio » est structuré par les configurations formées par les autres signataires des contrats. L’étude des conditions de l’apparition de ces personnages permet de distinguer différents niveaux d’intégration, d’organisation et d’intervention dans le réseau global des collaborations professionnelles.

S’organiser en famille. Les temporalités des travailleurs migrants

38L’oncle et le neveu Menafoglio occupent une position à la fois centrale et complémentaire. Parmi les 27 contrats signés par l’un des deux, ils figurent cosignataires de seulement 9 contrats. La consultation des actes notariés montre les retours périodiques de ces entrepreneurs dans leur pays d’origine pour gérer les affaires de famille. Si on suit les déplacements d’Agostino Menafoglio, on constate que ses voyages à Marzio coïncident avec un engagement plus faible dans les chantiers piémontais (tabl. 8). En 1711-1712, il n’est impliqué qu’au sein de trois contrats, dont deux fois dans un rôle de garant, qui ne demande pas une présence sur le chantier. De même en 1715, lors de son retour à Marzio, il n’est signataire que d’un seul contrat de l’AGFF et ce, encore une fois, qu’en tant que garant. Les absences d’Agostino sur la scène piémontaise se conjuguent en général avec un engagement plus marqué de son neveu Carlo Andrea.

Tableau 8 : Famille Menafoglio 1699-1717 - Chronologie de la signature des contrats de l’AGFF et mentions des actes notariés attestant de la présence à Marzio ou à Turin

Tableau 8 : Famille Menafoglio 1699-1717 - Chronologie de la signature des contrats de l’AGFF et mentions des actes notariés attestant de la présence à Marzio ou à Turin
  • 14 En 1705 Maria Maddalena Righino, fille de P.G. Righino a été mariée à Andrea Menafoglio, ASTo, Insi (...)

39La chronologie des signatures de contrat permet d’assister à la mise en œuvre d’une véritable économie familiale, à laquelle participe activement un autre entrepreneur originaire de Marzio, Paolo Andrea Righino, apparenté aux Menafoglio14. Cette économie fondée sur la gestion des affaires dans plusieurs lieux fonctionne grâce à un système de procurations et de rotation des membres de la famille, dont on perçoit les traces dans l’organisation du réseau professionnel issu des contrats de l’AGFF.

40Ce système de rotation entre membre d’une famille, au fondement des économies pluri-locales (Lorenzetti, Head-König, Goy, 2005), est pratiqué par la plupart des entrepreneurs des villages alpins actifs dans les chantiers du bâtiment en Piémont. Son calendrier est dicté par les activités économiques des pays d’origine (agriculture, manufacture ou élevage, dont les spécificités changent selon les régions), les événements familiaux et les exigences de travail imposées par les chantiers. Les répercussions de ce système sur le réseau des collaborations professionnelles sont évidentes et, de fait, celui-ci se modèle par les absences temporaires de ses membres.

Travailler régulièrement avec des « proches » et des « affiliés »

41Un premier contrat est signé par A. Menafoglio en avril 1711 pour réaliser des réparations dans les forteresses de Brunetta et Demonte, à la frontière entre le Piémont et la France. C’est un contrat exclusivement composé d’entrepreneurs milanais, dont un voisin de Marzio, Violino, qui apporte à cette occasion sa garantie. Deux de ces entrepreneurs (D. Pinchetti et A. Groppi) interviendront régulièrement dans les contrats Menafoglio par la suite tant et si bien que l’on peut les qualifier de « proches ». Ce groupe restreint s’étoffe au fil des années et des contrats et, parallèlement, s’organise pour intervenir de manière collective, en alternant leur présence et leur rôle de financier ou d’associé. L’insertion des Menafoglio dans les chantiers de l’AGFF repose, en outre, sur leur capacité à mobiliser sans cesse de nouveaux collaborateurs. Une vingtaine d’entrepreneurs, essentiellement milanais, en général peu impliqués (un ou deux contrats) ont pour caractéristique première de ne participer qu’aux seuls contrats des Menafoglio.

42Durant la période d’observation, on constate que ce groupe d’entrepreneurs « proches » et « affiliés » est en capacité de prendre en charge (S) et d’assurer la sécurité financière (G, A) de plusieurs contrats, en produisant à chaque fois une nouvelle configuration, et ceci sans mobiliser d’autres partenaires externes.

S’allier momentanément avec des entrepreneurs locaux

43L’intervention des Menafoglio est aussi orientée par le souci d’accéder à un ancrage local ou régional ou de le préserver. Cette stratégie est en général accompagnée par une alliance avec des entrepreneurs qui servent de relais locaux à la famille et fournissent des opportunités, des ressources ou encore des informations sur les chantiers considérés. C’est dans ce contexte que l’on peut comprendre la participation des entrepreneurs A. Camerata, P. Bertinello, et B. Constanzo au réseau Menafoglio.

44Entre 1711 et 1712, le milanais A. Camerata concentre son activité à Turin pour des réparations et des travaux de ferronnerie. Il signe un dernier contrat le 13 février 1713, pour la première fois en compagnie des Menafoglio, afin d’intervenir à quelques kilomètres de là, sur le chantier du palais royal de Rivoli. Par ce contrat d’envergure (7 associés et 2 financiers), dédié à la construction de murs et de charpentes du château, la famille Menafoglio accède pour la première fois au marché Turinois. Elle inaugure à cette occasion une longue collaboration avec quelques milanais qui deviendront des « proches » : l’associé G. Pianarosa et les financiers F. Piazollo et G. Galimberti, garant attitré de la famille après cette date.

45Un autre exemple concerne les interventions des Menafoglio sur les chantiers à l’est de Turin, près de la frontière milanaise (7 contrats de la famille concernent des travaux à Mortara, Valenza ou Alessandria). P. Bertinello, milanais résidant à Alessandria, participe, en dehors du réseau Menafoglio, à des chantiers concernant des fortifications d’Alessandria et de Valenza en 1711 et 1712. Il est mobilisé en 1716 comme approbateur de garant pour un contrat des Menafoglio portant sur ces mêmes lieux. Il côtoie dans ce contrat B. Constanzo, natif d’Alessandria, qui, lui, intervient trois autres fois exclusivement comme associé des Menafoglio pour des travaux dans la même région. Au printemps 1714, B. Costanzo et le groupe Menafoglio participent à deux contrats (Mortara, le 11 mars et Alessandria, 14 avril). Sur cet espace, ils sont en concurrence avec un autre groupe d’entrepreneurs non milanais (Abbondiolo, Bello, Gillonio) qui signent deux contrats (Mortara, le 13 mars et Alessandria, 14 avril) dont le garant est F. Piazzollo.

Construire des relations privilégiées avec des groupes de pairs

46Les Menafoglio entrent en contact dès leur second contrat avec un groupe d’entrepreneurs originaires de la province de Biella, spécialisés dans les travaux de gros œuvre. Les membres de ce groupe entretiennent une longue collaboration avec la famille Menafoglio (13 contrats), mais s’associent aussi entre eux, de façon indépendante des Menafoglio, à l’occasion de plusieurs autres contrats. Ils forment, de ce fait, un groupe cohésif, qui s’ouvre sur d’autres parties du réseau documentaire. La première apparition de membres de ce groupe survient à la fin du mois de janvier 1712, à l’occasion d’un contrat associant C. A. Menafoglio à G. S. Pistone pour la réfection de la forteresse d’Exilles. Les garants de ce contrat sont des parents des deux associés : A. Menafoglio et G. G. Pistone.

47Il est difficile d’avancer des explications sur les raisons de cette alliance. On sait que les Menafoglio ont exercé leur premier contrat 9 mois plus tôt à quelques kilomètres de là, au fort de Brunetta. Peut-être faut-il convoquer le volume des travaux, la mobilisation de savoir-faire différents ou encore la nécessité d’une surface financière suffisante qui impliquerait l’association de plusieurs communautés d’entrepreneurs indépendantes. Il est aussi fort probable que ce consortium mixte soit simplement une conséquence de la procédure mise en place par l’AGFF : la temporalité de la commande publique a pour effet de mobiliser à un moment précis les entrepreneurs disponibles qui sont, par ailleurs, en capacité de répondre au cahier des charges fixé, et notamment d’intervenir sur un lieu excentré (en l’occurrence, la forteresse d’Exilles).

48Toujours est-il que cette collaboration entre les deux groupes n’est pas éphémère. Au contraire, elle s’intensifie par la suite, par le biais de co-participations dans une série de consortiums dont la composition est toujours différente. Quelque temps plus tard en effet, le 18 mars 1712, deux contrats sont signés pour la construction d’une écluse et pour des travaux dans la forteresse d’Ivrea. Ils mobilisent C. A. Menafoglio (S), cette fois-ci accompagné de proches (le milanais D. Pinchetti et le voisin de Marzio, A. Righino), et, côté biellese, de C. Maciotta (S) et G. Pistone (G) pour le premier contrat, de G. G. Pistone et T. Romano (G) pour le second. Cette séquence souligne que les entrepreneurs n’hésitent pas à s’investir sur plusieurs chantiers à la fois, parfois éloignés. Dans ce contexte, l’alliance croisée avec des collaborateurs connus peut permettre une gestion facilitée des chantiers, des aspects financiers (recettes liées aux paiements échelonnées de l’AGFF et investissements nécessaires) et contribuer ainsi à minimiser les risques comme les frais.

49Les contrats suivants (21 mars et 7 avril 1712) signés par C.-A. Menafoglio comme entrepreneur, sont garantis par des membres de ces familles de Biella, qui n’y participent plus en tant qu’associés. Cela témoigne de l’établissement d’un rapport de confiance entre les deux groupes, ce qui explique sans doute que leurs collaborations se poursuivent via la signature de 8 autres contrats de gros œuvre mobilisant alternativement des membres de chacun de ces groupes en tant qu’associés (S). Le dernier contrat des Menafoglio en 1717 fait encore appel à ce lien privilégié avec le groupe biellese en la personne de P. Bioggio (A).

50On ne peut sans doute pas parler d’une organisation purement collective dans la prise de décision aboutissant à une association entre les deux groupes pour un contrat donné. Les relations interpersonnelles semblent toujours jouer un rôle important. La quasi-totalité des liens d’associés, impliquant un travail concret en commun (S) entre les deux groupes, sont subordonnés à la présence de C.-A. Menafoglio.

Offrir et recevoir des garanties financières

51En revanche, le recours à des liens de soutien financier (A, G) est plus ouvert et semble fonctionner comme une ressource mobilisable par l’ensemble des membres d’un groupe, selon les besoins particuliers d’un contrat. C. A. et F. A. Menafoglio ainsi que G. Galimberti sont mobilisés dans ce rôle par tous les membres et proches de la famille, mais aussi par les familles du groupe biellese dans leurs propres contrats (par exemple en novembre 1713). De la même manière, on a vu que les Menafoglio n’hésitent pas à faire appel à des garants ou approbateurs issus du groupe biellese, sans pour autant qu’un membre de ce groupe ne soit associé (S) à leurs contrats.

  • 15 Ces individus occupent uniquement des rôles de garants ou d’approbateurs durant toute la période 17 (...)
  • 16 Le recensement de Turin en 1705 nous informe qu’ils ont maintenu leur résidence à Turin durant la g (...)

52D’une manière générale, les liens de soutien financier (G, A) sont probablement des opportunités de profits pour les garants. De ce fait, certains financiers « professionnels »15 ont une autre stratégie : ils interviennent dans des contrats de différentes natures et dans différentes sphères, afin de diversifier les risques et profits ; ce qui en fait des intermédiaires dans la structure du réseau des collaborations. En utilisant le marché de la commande publique comme une opportunité de placement financier, ils contribuent à diversifier les consortiums, à connecter le réseau et, éventuellement, à donner à leurs cosignataires un accès à leur propre espace de collaboration. C’est le rôle joué par G. B. Zo (originaire de Biella) et F. Piazzollo (Milanais) que l’on sait bien implantés dans la capitale16.

Conclusion

53Partant de leurs villages alpins, les entrepreneurs du bâtiment actifs en Piémont dans la première moitié du XVIIIe siècle, arrivent à Turin pour profiter des opportunités offertes par un gouvernement investissant massivement dans un programme ambitieux de constructions publiques. Pour y parvenir, à côté d’une haute spécialisation professionnelle, ils doivent se doter d’un capital et de garanties financières, mobilisables dans les pays d’origine ou en Piémont. Pour minimiser les risques liés à leur activité, il est aussi préférable de diversifier les investissements et les engagements sur plusieurs chantiers, ce qui leur permet de s’assurer des revenus constants en jouant avec les échelonnements des paiements versés par le commanditaire.

54Cette façon d’opérer, propre surtout aux entrepreneurs actifs sur plusieurs chantiers en Piémont, s’appuie sur un réseau d’alliances professionnelles, dont l’observation nous a permis de montrer le fonctionnement particulier. Le premier résultat de cette analyse concerne la composition du réseau. La capacité des acteurs à construire des relations professionnelles nouvelles s’avère fondamentale pour assurer leur capacité d’intervention sur les marchés publics. Les alliances professionnelles avec entrepreneurs locaux et immigrés actifs sur les chantiers piémontais leur garantissent un ancrage local et l’accès à des nouveaux canaux d’informations sur les opportunités d’investissement et de travail, sur la réputation des collègues et leurs disponibilités financières.

55La plupart des entrepreneurs est originaire des villages alpins dont les systèmes sociaux et économiques se fondent sur les retours périodiques des émigrés aux pays d’origine, qui fournissent les ressources financières et relationnelles nécessaires à l’émigration et aux investissements à l’étranger. Les entrepreneurs migrants actifs en Piémont partagent la nécessité de tenir compte, dans leurs choix, de temporalités différentes, celles liées au cours de la commande publique et des chantiers du bâtiment des régions d’accueil et celles liées aux exigences économiques et sociales des villages d’origine. L’effet de ces différentes temporalités sur le comportement des acteurs engendre un renouvellement continu de leur réseau. Au lieu de constituer formellement des sociétés qui opèrent dans différents chantiers, les entrepreneurs changent continuellement d’« alliés ». Ces configurations éphémères, élaborées lors de chaque contrat, ne correspondent pas à des repositionnements aléatoires des individus dans l’espace professionnel. Il s’agit bien plutôt d’une réponse de ces acteurs à la variété de la commande publique, à la complexité de l’organisation des chantiers et enfin à l’appréciation, par les entrepreneurs, de leur environnement relationnel et des stratégies qu’ils peuvent y déployer. La présence intermittente des acteurs et le changement continu de leur rôle (S, A, G) sont aussi tributaires du calendrier des communautés d’origine des entrepreneurs et travailleurs, où ils font périodiquement retour pour gérer les affaires de famille.

56La capacité d’adaptation des acteurs, c’est-à-dire leur aptitude à renouveler leurs « alliances professionnelles » à chaque contrat, ne les empêche pas de consolider des rapports de confiance en privilégiant le recours à un entourage connu. Les consortiums des entrepreneurs actifs sur l’ensemble du territoire piémontais, bien qu’à chaque fois différents dans leur composition, relient un nombre limité d’entrepreneurs dans des interactions répétées. Les liens constitués pas à pas dans le pays d’arrivée ont ainsi donné lieu à une communauté professionnelle restreinte de type face to face, basée sur la répétition des actions, les rapports de confiance réciproque et la réputation (Gambetta, 1988 ; Muldrew, 1993). Ces entrepreneurs arrivent ainsi à constituer un réseau de collaborations à la fois consolidé et suffisamment souple pour leur permettre d’intégrer leurs contingences professionnelles et mobilités géographiques. Ils peuvent ainsi rester mobiles sans risquer l’exclusion des marchés publics locaux.

57La réactivité des entrepreneurs leur permet de jouer avec les calendriers et les rythmes propres aux différents lieux où se déroulent leurs activités. La circulation des entrepreneurs ne relie pas seulement les différents chantiers en Piémont, la capitale et les pays d’origine, elle intègre aussi leurs différentes temporalités, sources d’opportunités ou de contraintes dont ils doivent tenir compte. Les pratiques qui en découlent façonnent une temporalité propre à ces communautés d’individus mobiles et pluri-locales.

Haut de page

Bibliographie

Albera D., Audenino P., Corti P., 2005. « L’emigrazione da un distretto prealpino : diaspora o plurilocalismo ? », dans Tirabassi M. (dir.), Itinera. Paradigmi delle migrazioni italiane, Milano, Franco Angeli, p. 185209.

Arslan E. (éd.), Arte e artisti dei laghi lombardi, Como : Tipografia editrice Noseda, 1959-1964

Audenino P., Corti P., Lonni A., 1997. Imprenditori biellesi in Francia tra Ottocento e Novecento, Milano, Electa.

Bernardi P., 2011. Bâtir au Moyen Age, XIIIe-milieu XVIe siècle, Paris, France, CNRS éditions, 335; 8 p.

Bianchi S., 2015. « La patria altrove. Quartieri, confraternite e corporazioni per salvaguardare l’identità (Ticino e città d’Italia, secoli XVI-XVIII) », dans Studer B., Arni C., Leimgruber W., Mathieu J., Tissot L. (dirs.), Die Schweiz anderswo – La Suisse ailleurs, (Schweizerisches Jahrbuch für Wirtschafts- und Sozialgeschichte – Annuaire suisse d’histoire économique et sociale), p. 6782

Cristofoli P., 2009. « Aux sources des grands réseaux d’interactions : retour sur quelques propriétés déterminantes des réseaux sociaux issus de corpus documentaires », Réseaux, n° 152, 6, p. 21‑58.

Fontaine L., 1993. Histoire du colportage en Europe, XVe-XIXe siècle, Paris, Albin Michel.

Fontaine L., 2003. Pouvoir, identités et migrations dans les hautes vallées des Alpes occidentales, XVIIe-XVIIIe siècle, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Galloro P.-D., Pascutto T., Serré A., 2010. « De l’immigré à l’émigré ? », Temporalités [Online], 11. 

Gambetta D., 1988. Trust: making and breaking cooperative relations, New York, NY, USA, B. Blackwell, 246 p.

Grandjean M., 2017. « Analisi e visualizzazioni delle reti in storia. L’esempio della cooperazione intellettuale della Società delle Nazioni », Memoria e Ricerca, 2, pp. 371-393

Hily M.-A., Berthomiere W., Mihaylova D., 2004. « La notion de “réseaux sociaux” en migration ». Hommes & migrations, Musée de l’histoire de l’immigration, pp. 6-12.

Lorenzetti L., Merzario R., 2005. Il fuoco acceso: famiglie e migrazioni alpine, Roma, Donzelli.

Lorenzetti L., Head-König A.-N., Goy J., 2005. Marchés, migrations et logiques familiales dans les espaces français, canadien et suisse, 18e-20e siècles, Peter Lang, Berne 321 p.

Merzario R., 2000. Adamocrazia: famiglie di emigranti in una regione alpina (Svizzera italiana, 18. secolo), Bologna, Il mulino.

Muldrew C., 1993. “Interpreting the market: The ethics of credit and community relations in early modern England”, Social History, 18, 2, p. 163183.

Navone N., 2010. Costruire per gli zar : architetti ticinesi in Russia, 1700-1850, Bellinzona : Casagrande.

Orelli C., 2000. « I migranti nelle città d’Italia », in R. Ceschi (a cura di), Storia della Svizzera italiana dal Cinquecento al Settecento, Bellinzona: Casagrande, 2000, pp. 257-288.

Parnisari F., 2015. « Andare per il mondo » dalle valli lombarde : migrazioni, comunità e culture locali in età moderna, Thèse de doctorat, Milano, Edizioni Unicopli.

Rossi F., Villa-Vialaneix N., Hautefeuille F., 2013. « Exploration of a Large Database of French Notarial Acts with Social Network Methods », Digital Medievalist, 9.

Shafie T., Schoch D., Mans J., Hofman C., Brandes U., 2017. « Hypergraph Representations: A Study of Carib Attacks on Colonial Forces, 1509-1700 », Journal of Historical Network Research, 1, 1, p. 5270.

Studer, B., Arni, C., Leimgruber, W., Mathieu, J., Tissot, L. (dirs.), 2015. Die Schweiz anderswo – La Suisse ailleurs, Zürich, Chronos (Schweizerisches Jahrbuch für Wirtschafts und Sozialgeschichte - Annuaire suisse d’histoire économique et sociale).

Thoemmes J. et Oliveira de Silva D., 2017a. « Circuler entre chantiers et pays : enquête sur les travailleurs détachés portugais dans le BTP en France », SociologieS, Toulouse, Association internationale des sociologues de langue française.

Thoemmes J. et Oliveira de Silva D., 2017b. « Temporalités, réseaux et mobilités transnationales des travailleurs saisonniers en Andorre et de travailleurs détachés portugais en France », Espace populations sociétés, 2, pp. 1-16.

Viazzo, 1989. Upland Communities, Cambridge University Press, 325 p.

Viazzo P.P., 1998. « Migrazione e mobilità in area alpina: scenari demografici e fattori socio-strutturali », Histoire des Alpes - Storia delle Alpi – Geschichte der Alpen, 3, p. 3748.

Zucca Micheletto B., 2014. Travail et propriété des femmes en temps de crise : (Turin, XVIIIe siècle), Mont-Saint-Aignan, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 250 p.

Haut de page

Notes

1 Archives d’État de Turin (désormais ASTo), S.R., Ministero della Guerra, Azienda generale fabbriche e fortificazioni (désormais AGFF), Contratti , voll. 1-8 (1711-1720), 19 (1730), 38 (1742).

2 Il faut remarquer que la notion d’« individu » dans un tel corpus est en réalité une construction, le fruit du travail d’identification réalisé par l’historien qui n’est jamais vraiment satisfaisant : certains cas insolubles, compte tenu des informations disponibles, font l’objet d’hypothèses. Les 594 individus repérés correspondent à un état – stabilisé – du travail d’identification, mais celui-ci est toujours perfectible.

3 Seuls 4 consortiums se répètent deux fois. Ce résultat se vérifie aussi si l’on tient seulement compte des associés (S) mais ce, dans une moindre mesure : seules 9 configurations de 2 associés ou plus se répètent sur les 160 différentes que l’on peut observer.

4 La notion d’origine géographique (OG) et la façon dont les acteurs la mobilise est toujours problématique pour les historiens, surtout quand celle-ci est associée à celle de « métier », l’articulation entre les deux étant souvent complexe. Dans le cadre de l’analyse des contrats, l’OG a été élaborée à partir des informations précisées par les acteurs. L’origine ou la provenance des individus, déclarées par les entrepreneurs eux-mêmes, font, selon les cas, référence à des échelles géographiques différentes, allant du village à la « région », de la communauté à la vallée. Quand cela a été possible, nous avons vérifié les déclarations des acteurs en prenant appui sur une vaste bibliographie concernant les familles d’artistes luganais et milanais, et en croisant les données avec des sources démographiques, telles que le recensement de Turin du 1705 (ASTo, S.R., Art. 530), les fonds notariés et les sources fiscales des pays d’origine (Archives d’État de Milan, dorénavant ASM, Atti dei notai di Milano, Rubriche dei notai, 912, 1689-1732 ; ASTo, Camera dei Conti, art. 531, Consegne del sale, m.1, 1700 et m. 2, 1701).

5 La déclaration d’une résidence est, en général, moins fréquente dans les documents. Mais, si celle-ci est déclarée, alors elle est presque toujours turinoise.

6 Les contrats avec une origine géographique diversifiée (OGD) sont les contrats dans lesquels aucune origine géographique des signataires ne s’impose, c’est-à-dire ne dépasse pas 75 % des individus. La diversité géographique des contrats est moins marquée si l’on tient seulement en compte les associés (S), mais elle reste élevée.

7 Il s’agit d’observer une des deux faces du réseau documentaire 1711-1716, en l’occurrence de s’intéresser aux contrats et à leurs relations définies sur la base du nombre d’entrepreneurs qu’ils ont en commun.

8 Le terme cartographie est ici employé pour souligner l’assise géographique des contrats et son lien avec l’organisation de la configuration des relations entre contrats. Chaque contrat est associé au lieu du chantier sur lequel il porte. Les liens entre deux contrats signalent que ces derniers partagent plusieurs individus en commun (au moins 2). Les contrats sont datés de sorte qu’il est aussi possible de suivre la dynamique de la constitution de la configuration d’ensemble.

9 En août, septembre ou octobre, période que désigne sans doute aussi la notion de « fin de campagne » rencontrée dans les documents.

10 ASTo, S.R., Insinuazione di Torino, L5, 1722, c. 695 et suivants.

11 ASM, Atti dei notai di Milano, Rubriche dei notai, 912, (1689-1732).

12 Les sources de l’AGFF nous indiquent explicitement que Carlo Andrea est le neveu d’Agostino. En revanche, il subsiste un doute sur la nature du lien entre Carlo Andrea et Francesco Andrea. Ce dernier peut être le père ou l’oncle de C. A.

13 Le tableau 7 propose une visualisation matricielle du réseau documentaire des Menafoglio, dont la lecture est complémentaire du dessin plus classique de ce réseau (nœuds-liens) proposé par la figure 5 (2).

14 En 1705 Maria Maddalena Righino, fille de P.G. Righino a été mariée à Andrea Menafoglio, ASTo, Insinuazione di Torino, L. 10, f. 447 (1710).

15 Ces individus occupent uniquement des rôles de garants ou d’approbateurs durant toute la période 1711-1717. Leur profession est souvent extérieure au monde de la construction.

16 Le recensement de Turin en 1705 nous informe qu’ils ont maintenu leur résidence à Turin durant la guerre (ASTo, S.R. , art. 530, m.1, 1705).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure - 1 - Carte du Royaume du Piémont au cours du XVIIIe siècle
Légende L. Dussieux, Carte pour servir à l’histoire de la maison de Savoie et de la formation territoriale du Royaume de Piémont, 1854 (Gravée par Marlier).Source : Collection David Rumsey - Sourceweb : https://www.davidrumsey.com/​luna/​servlet/​detail/​RUMSEY~8~1~263381~5524223
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4456/img-1.png
Fichier image/png, 2,6M
Titre Figures 2a et 2b : Évolution du nombre de contrats selon le type et la région du chantier
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4456/img-2.png
Fichier image/png, 38k
Crédits Sources : Archives d’État de Turin, S.R., Ministero della Guerra, Azienda generale fabbriche e fortificazioni, Contratti, vol. 1-8 (1711-1720), 19 (1730), 38 (1742)Auteurs : N. Rolla & P. Cristofoli (LaDéHiS-CRH, EHESS), 2018
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4456/img-3.png
Fichier image/png, 17k
Titre Figure 3 : Cartographie relationnelle et spatiale des contrats 1711-1716 Liens entre contrats partageant au moins 2 signataires en commun et liens de chaque contrat avec le lieu de chantier auquel il participe
Légende Disques : lieux de chantiers (leur taille est proportionnelle au nombre de contrats associés à ce lieu ; leur couleur varie selon la région où est situé le lieu : orange = Turin, rouge = territoire proche de Turin, brun = reste du Piémont) / Carrés : contrats de l’AGFF établis durant la période (taille proportionnelle au nombre d’entrepreneurs signataires du contrat)/------ : Liens entre contrats et lieux de chantier/---2--- : présence d’entrepreneurs communs entre deux contrats (existence du lien si au moins 2 entrepreneurs communs signent les deux contrats – le nombre d’entrepreneurs communs est indiqué sur la ligne) / Rectangles : groupes de contrats connectés entre eux.La configuration d’ensemble a été produite en deux étapes : 1 – dessin automatique du graphe contenant l’ensemble des sommets et des liens (Algorithme « Harel-Koren Fast-Multiscale », NodeXL). 2 – déplacement manuel des sommets pour accentuer et d’améliorer la lisibilité tout en s’efforçant de respecter les proximités relationnelles entre contrats. Le placement manuel des sommets correspondants aux lieux de chantier s’est aussi évertué, quand cela était possible à rapprocher sur la figure les lieux géographiquement proches.
Crédits Sources : Archives d’État de Turin, S.R., Ministero della Guerra, Azienda generale fabbriche e fortificazioni, Contratti, vol. 1-8 (1711-1720). Auteurs : N. Rolla & P. Cristofoli (LaDéHiS-CRH, EHESS), 2018
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4456/img-4.png
Fichier image/png, 1,7M
Titre Figure 4 : Séquences opérationnelles des premières années du chantier de la basilique de Superga (1716-1722)
Crédits Sources : Archives d’État de Turin, S.R., Ministero della Guerra, Azienda generale fabbriche e fortificazioni, Contratti, vol. 1-8 (1711-1720) ; ASTo, Corte, Benefici per a e b, Superga, m. 101. Auteurs : N. Rolla & P. Cristofoli (LaDéHiS-CRH, EHESS), 2018
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4456/img-5.png
Fichier image/png, 78k
Titre Figure 5 : Extraction du réseau documentaire ego-centré des Menafoglio 1711-1717
Légende Légende : Disques verts : les 3 membres de la famille Menafoglio / Carrés verts : contrats où intervient la signature d’au moins un membre de la famille Menafoglio / Disques bleus : individus proches de la famille Menafoglio (individus connectés aux Menafoglio par la participation à au moins un des contrats où ceux-ci sont présents) / Carrés bleus : autres contrats auxquels participent les proches de la famille Menafoglio sans que cette famille soit présente (les autres protagonistes de ces contrats ne sont pas affichés) /----G/S/A---- : liens figurant l’affiliation des individus aux contrats (avec une indication du rôle des individus dans les contrats S : associés, G : garants, A : Approbateurs de garants)
Crédits Sources : Archives d’État de Turin, S.R., Ministero della Guerra, Azienda generale fabbriche e fortificazioni, Contratti, vol. 1-8 (1711-1720). Auteurs : N. Rolla & P. Cristofoli (LaDéHiS-CRH, EHESS), 2018
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4456/img-6.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Tableau 7 : Détail des 27 contrats signés par un membre de la famille Menafoglio entre 1711 et 1717 : description des contrats et des rôles des entrepreneurs récurrents qui participent à chacun des contrats
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4456/img-7.png
Fichier image/png, 311k
Titre Tableau 8 : Famille Menafoglio 1699-1717 - Chronologie de la signature des contrats de l’AGFF et mentions des actes notariés attestant de la présence à Marzio ou à Turin
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4456/img-8.png
Fichier image/png, 74k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascal Cristofoli et Nicoletta Rolla, « Temporalités à l’œuvre dans les chantiers du bâtiment », Temporalités [En ligne], 27 | 2018, mis en ligne le 04 juillet 2018, consulté le 19 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/4456 ; DOI : 10.4000/temporalites.4456

Haut de page

Auteurs

Pascal Cristofoli

LaDéHiS - Laboratoire de démographie et d’histoire sociale, Centre de recherches historiques (UMR 8558 EHESS-CNRS) –pascal.cristofoli@ehess.fr

Nicoletta Rolla

LaDéHiS - Laboratoire de démographie et d’histoire sociale, Centre de recherches historiques (UMR 8558 EHESS-CNRS) – nicolettarolla@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page