Navigation – Plan du site
Varia

Le temps du développement en Palestine

La rationalisation économique dans un espace confisqué
Development time in Palestine. Economic rationalization in a confiscated space
El tiempo del desarrollo en Palestina. La racionalización económica en un espacio confiscado
Sbeih Sbeih

Résumés

À travers l’analyse d’un projet agricole de développement exécuté par une multiplicité d’acteurs locaux, en particulier des ONG, sous l’égide d’une agence internationale, l’article étudie la temporalité du développement en Palestine. Conçue autour de l’idée d’un futur prospère et fondée sur la rationalité économique, la conception temporelle du développement consiste à rompre avec le passé et rentre en opposition avec la temporalité coloniale chargée d’incertitudes. Elle met l’accent sur les compétences des « professionnels du développement » et leur capacité à maîtriser le temps. En transformant l’incertitude en risque mesurable, ces derniers adoptent des modalités de travail qui font l’impasse sur les expériences vécues par les acteurs et les bénéficiaires du projet. Cette conception temporelle s’élargit à l’échelle de l’espace social créé par les projets collectifs financés par les bailleurs de fonds : le monde du développement. Sans faire aucune référence à la domination ou à la situation coloniale, ces projets tracent l’histoire de ce monde. Si celle-ci est perçue comme vérité par les « développeurs » ayant incorporé la lecture du développement, elle se révèle comme illusion pour ceux qui conçoivent la réalité à travers l’incertitude qui bouleverse leur vie quotidienne.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

Le siège est attente
Attente sur une échelle inclinée au milieu de la tempête
Dans l’état de siège, le temps devient espace
Pétrifié dans son éternité
Dans l’état de siège, l’espace devient temps
Qui a manqué son hier et son lendemain.
Mahmoud Darwich (2002)

  • 1 Je tiens à remercier E. Longuenesse et S. Chiffoleau pour leurs lectures et remarques sur les diffé (...)

1À la suite du soulèvement palestinien de septembre 2000, la 2e Intifada, l’armée israélienne renforce ses dispositifs de contrôle pour resserrer son étau autour des enclaves palestiniennes et réguler les mouvements des populations entre chacune d’entre elles1. En 2002, elle envahit les zones que l’Autorité palestinienne (AP) contrôlait depuis son établissement en 1994 et multiplie le nombre de barrages militaires dans les Territoires palestiniens occupés depuis 1967 (TPO). Sous siège militaire ou couvre-feux, les Palestiniens dans cette région sont soumis à une attente collective – décrite comme attente sans lendemain par Darwich – d’un nouvel ordre militaire. L’attente s’impose ainsi aux résidents des TPO comme une « réalité dominante » (Heacock, 2011, p. 15) et constitue désormais une propriété déterminante de leur temps.

2Depuis, plusieurs travaux ont mis l’accent sur le rapport des Palestiniens au temps. H. Bozarslan distingue, chez eux, une « temporalité marquée par l’espoir » entre 1960 et 1990 d’une autre, « temporalité du désespoir », après la signature des accords d’Oslo en 1993. Le « temps ne semble plus être porteur de la réalisation d’une finalité » (Bozarslan, 2006, p. 87-89) pendant cette dernière période, contrairement à ce qu’elle semblait annoncer en matière de paix. C. Parizot compare, quant à lui, les expériences du déplacement chez les Palestiniens et les Israéliens. Il démontre que l’attente que subissent les premiers aux barrages militaires produit un « espace palestinien fragmenté » contrastant avec la rapide circulation des seconds dont l’espace est fluide et continu (Parizot, 2009). V. Bontemps focalise son regard sur le temps nécessaire pour traverser le pont Allenby, les frontières entre la Jordanie et la Cisjordanie. Pour Bontemps, l’attente des Palestiniens pendant leur voyage ne se laisse expliquer ni par un raisonnement sécuritaire ni par « une logique de conflit militaire, mais correspond plutôt à un ordre temporel colonial ». La « temporalité coloniale » renvoie chez eux à la « dépossession du temps », à l’« incertitude », à l’« atteinte de dignité » et à l’« humiliation » (Bontemps, 2012). Le temps des Palestiniens est appréhendé comme « une autre denrée, semblable à la terre et à l’eau qu’Israël exproprie », souligne Bontemps en traduisant J. Peteet (2008).

  • 2 La formation de l’État d’Israël en 1948 s’inscrit dans le « grand mouvement d’expansion européo-amé (...)
  • 3 Les deux auteurs démontrent que les politiques israéliennes de plantation de pins visent à masquer (...)

3Dans cette situation coloniale2 (Rodinson, 1967 ; Séguin, 2016), le rapport au temps est au cœur des enjeux de pouvoir. Pour affirmer leur « maîtrise du temps » comme l’un des signes de leur supériorité (Chiffoleau, 2012), les colonisateurs israéliens multiplient les dispositifs de contrôle visant à confisquer le temps aux Palestiniens. Ils leur font subir l’attente, voie royale de l’épreuve du pouvoir selon P. Bourdieu ([1997] 2003, p. 328). Ce pouvoir d’agir sur le temps des autres ne se limite pas au temps présent. Mais il concerne aussi le temps à venir puisqu’il consiste à « réduire leurs aspirations », leur « capacité à prévoir » et à leur interdire « toute anticipation raisonnable » de même que de « les installer dans l’incertitude absolue » (ibid., p. 328-332). À quoi s’ajoutent les politiques coloniales qui consistent à effacer l’histoire des colonisés, comme le démontrent I. Pappé et S. Jaber (2014) dans leur analyse des politiques israéliennes3. Confisquer le temps – effacer le passé, imposer l’attente et réduire la capacité à prévoir – traduit ainsi la volonté des puissants de faire disparaître les colonisés ou du moins de leur attribuer une position d’infériorité et de développer chez eux un sentiment d’impuissance au niveau collectif. Les structures de domination reconfigurent ainsi le rapport des dominés au(x) temps (passé, présent, avenir).

4Toutefois, ce rapport diffère en fonction de la place qu’occupent les personnes dans la société (Hartog, [2003] 2012, p. 17, 19-32 ; Dubar, 2011). En effet, l’attente s’exerce différemment sur les individus en fonction de leurs perceptions incorporées et de leur place dans l’espace social. Si la majorité des Palestiniens passent leurs journées entières « à mendier la faculté de franchir » les barrages militaires (Heacock, op. cit., p. 17), deux milliers d’entre eux circulent beaucoup plus facilement grâce aux cartes VIP (Very Important People) que leur accorde le gouverneur militaire israélien (ibid.). Ce groupe, qui comprend des « développeurs » (professionnels du développement), des employés des organisations internationales, des dirigeants de l’AP et des hommes d’affaires, s’investit dans le jeu que définit l’ordre colonial du temps. Par cet investissement (ou « complicité » selon Bourdieu op. cit., p. 332), il contribue à légitimer cet ordre et à instaurer l’attente collective comme un « facteur social » (Heacock, op. cit., p. 17). Le fait de moins attendre devient un signe de distinction et de hiérarchie sociale.

  • 4 La littérature produite par la Banque mondiale en 1993 à propos des TPO illustre cette association (...)
  • 5 C’est-à-dire le fait de considérer la période après les accords d’Oslo en 1993 comme constituant un (...)

5Pour cet article, je m’intéresse à la temporalité de ce groupe et, en particulier, à celle des « développeurs ». Depuis l’établissement de l’AP en 1994, ces professionnels du développement s’impliquent dans la réalisation de projets collectifs de développement, financés par des bailleurs de fonds internationaux. Nommés « technocrates » dans le langage courant, leur pouvoir s’amplifie notamment depuis la nomination de Salam Fayyad (ancien employé de la Banque mondiale) comme Premier ministre en 2007. Ils dominent progressivement le champ du pouvoir palestinien, auparavant occupé par les leaders des organisations politiques. Leur pouvoir est associé à leur capacité à s’impliquer dans les projets de développement et à les générer, à l’instar des « grands » de la « cité par projet » (Boltanski, Chiapello, 1999, p. 161-166). Toutefois, dans le contexte palestinien, cette grandeur dépend également de leur degré d’insertion dans le paradigme du développement. Cela renvoie à leur capacité de promouvoir le « développement pour la paix4 » et de ce fait leur adhésion à la perception « post-conflit5 » (Hanafi, Tabar, 2006, p. 219) que les bailleurs ont de la réalité sociale des TPO. C’est ensuite leur capacité à réaliser ces projets selon les principes de la « bonne gouvernance » et donc à impliquer l’ensemble des acteurs qui figurent dans la lecture néolibérale de la société : « secteur public, société civile, marché » (Laëtitia Atlani-Duault, 2005, p. 5-6). Des représentants de l’AP se trouvent ainsi aux côtés des responsables associatifs et des directeurs d’entreprises dans le but de réaliser ces projets sous emprise des bailleurs internationaux et de leur perception de la réalité. Émerge ainsi un nouvel espace social, le « monde du développement », dans lequel agit cette multiplicité d’acteurs.

6Je propose ainsi d’analyser la conception temporelle du développement calquée sur ces projets et d’identifier ses propriétés par rapport à la temporalité coloniale en Palestine. S’impose ainsi d’étudier la manière dont le passé, le présent et l’avenir sont mis en relation dans cette temporalité (Koselleck, [1990] 2016, p. 29 ; Hartog, op. cit., p. 13-29). L’article vise aussi à démontrer comment cette conception influe sur les catégories de perception, l’action et les expériences des réalisateurs des projets. Il interrogera également la manière dont elle contribue à réguler les rapports entre ces derniers et à instaurer leur hiérarchie. En bref, il s’agit d’étudier comment les acteurs de développement se placent dans la temporalité du développement, tout en étant dans une situation coloniale.

  • 6 J’ai opté pour l’anonymisation des identités des acteurs impliqués dans le projet.

7Pour ce faire, l’analyse de cette conception s’effectue à partir d’un cas concret : celui d’un projet agricole de développement financé par des bailleurs internationaux, mis en place en Cisjordanie par une agence internationale du développement6 et exécuté par une multiplicité d’acteurs locaux. Après avoir présenté le projet et la configuration de ses différents acteurs, je mets l’accent sur le fondement économique de la temporalité qui en découle. Cela permet de démontrer ensuite les reflets de cette conception temporelle dans les modalités du travail et les expériences des acteurs du projet. Celle-ci se traduit d’abord dans le système d’évaluation permanente faisant de l’argent l’unité de mesure du temps. Elle se reflète aussi dans l’individualisation des « bénéficiaires » et leur « solvabilité ». Elle se manifeste également dans le choix des zones d’intervention et tout ce que cela implique en termes de dé-symbolisation de la terre, laquelle demeure l’objet du conflit israélo-palestinien. En présentant ces traductions, je souligne le décalage qu’elles portent par rapport aux expériences vécues aussi bien par les acteurs impliqués dans le projet que par les agriculteurs que le projet vise. Partant de cette analyse à l’échelle du projet, l’article démontre enfin comment l’histoire, selon cette conception temporelle, est tracée par les projets collectifs, appréhendés comme les uniques événements de ce « monde du développement ».

Le projet et ses acteurs dans la « Palestine des bailleurs de fonds »

8Grâce au financement international, l’agence internationale du développement et le ministère de l’Agriculture de l’AP lancent en 1997 le projet « Développement des terres ». Depuis, celui-ci connaît plusieurs prolongations avec l’arrivée de nouveaux bailleurs de fonds. En 2002, une agence de coopération européenne signe avec l’agence internationale un contrat de financement de deux millions d’euros. Cette nouvelle phase ne voit le jour qu’à la fin 2007, en l’occurrence l’année où j’ai commencé mon enquête de terrain (voir encadré).

9Si l’agence internationale est le véritable responsable du projet, elle forme avec le ministère son comité de direction. Celui-ci sélectionne à son tour des ONG agricoles locales qui, en faisant appel aux entreprises, exécutent les activités du projet. Parmi celles-ci, on trouve la construction de puits de récupération et de stockage des eaux pluviales auprès de la population cible, appelée bénéficiaires. De nouvelles visées émergent au cours du temps, telles que la construction de routes agricoles et l’amélioration des compétences des acteurs locaux, en particulier les coordinateurs des ONG et les représentants du ministère impliqués dans le projet. Le nombre des ONG passe de trois en 1997 à environ dix en 2007.

L’enquête et les données mobilisées

Cet article se fonde sur une enquête qui couvre la phase finale du projet. Celle-ci devait débuter en 2002, mais à cause des conditions politiques et sécuritaires pendant la 2eIntifada entre 2000 et 2005 et du fait du boycott international de l’AP sous le gouvernement formé par le Hamas en 2006, le travail ne reprit effectivement qu’en 2007. Il se termina en 2013 au lieu de 2009. Cela correspond à la période durant laquelle j’ai effectué le terrain dans le cadre de mon travail doctoral portant sur la professionnalisation des ONG en Palestine (Sbeih, 2014).

Pendant ce travail, j’ai analysé l’évolution de quatre associations et les trajectoires de leur personnel. Deux d’entre elles étaient impliquées dans le projet, ce qui m’a amené à l’étudier. En plus des données biographiques (entretiens, CV) sur les représentants de ces deux ONG, et des informations détaillées sur leurs structures, j’ai mené une enquête auprès des acteurs du projet. S’est ajoutée ainsi une vingtaine d’entretiens avec : des employés de l’agence internationale y compris le directeur du projet ; d’autres fonctionnaires du ministère de l’Agriculture dont le ministre ainsi que le directeur général impliqué dans le projet ; des directeurs d’entreprises et d’autres coordinateurs d’ONG ayant travaillé pour le projet ; et des agriculteurs ayant bénéficié de ses activités. Pendant ce travail, j’ai pu obtenir de nombreux rapports, l’ensemble de comptes rendus des réunions mensuelles entre 2007 et 2013, et accéder à plusieurs espaces de communication entre les acteurs (site Internet interactif du projet, groupes de discussion par courriel…). De plus, j’ai participé aux réunions collectives d’évaluation et à d’autres discussions entre les représentants de l’agence internationale et leur bailleur ainsi qu’aux séances de planification au ministère de l’Agriculture à Ramallah. En plus de ce matériau, je m’appuie également sur un « guide » (Dalil ou Manuel) que l’agence internationale a édité en 2008. Ce document en arabe, avec un usage remarquable d’expressions en anglais, détaille les normes régissant ce travail collectif, définit le mode de fonctionnement, les critères de sélection des ONG et des bénéficiaires, la modalité de l’évaluation des activités, la hiérarchie des acteurs impliqués. Les termes en anglais (en italique), que l’on trouve dans l’article, sont ainsi ceux qui figurent dans la littérature du projet ou dans les rapports publiés ou encore prononcés pendant les entretiens effectués en langue arabe.

  • 7 Entretiens avec : le directeur du projet entre 1997 et 2010, project manager auprès de l’agence int (...)

10Pour le comité de direction, le projet répond à un double objectif : créer des emplois pour les personnes ayant perdu leur travail suite aux restrictions israéliennes et réhabiliter des terres agricoles afin d’améliorer les performances agricoles en Cisjordanie. Du point de vue des bailleurs, outre son apport économique, le projet associant AP, ONG et entreprises, contribuerait à transformer le conflit et la concurrence entre ces acteurs en partenariat en faveur du développement7.

11Pour saisir ce conflit, soulignons d’abord que la création de la majorité des ONG agricoles impliquées dans le projet est beaucoup plus ancienne que l’établissement du ministère de l’Agriculture de l’AP en 1995-1996. Fondées dans les années 1980, en majorité par les organisations politiques de gauche, ces associations avaient pour objectif de soutenir les agriculteurs palestiniens face aux politiques israéliennes de confiscation des terres. Leur financement d’alors provenait en particulier des Pays arabes dans le cadre de la stratégie de résistance économique (Sumud ou « tenir bon »).

  • 8 Certaines s’identifient désormais comme « ONG de développement » représentantes de la « société civ (...)

12Dans les années 1990, les ONG, comme l’AP, deviennent dépendantes de l’aide internationale et se mettent en concurrence pour l’obtenir. Du fait de cette dépendance, les ONG traversent un processus de professionnalisation ce qui se traduit par leur « dépolitisation » et leur éloignement des organisations politiques. Ce processus transforme progressivement leur manière de percevoir la réalité sociale8 et leur modus operandi.

  • 9 Entretien réalisé le 12 août 2009 à Ramallah.

13Le refus de financer le projet dans un premier temps illustre ces enjeux comme le démontre l’extrait suivant d’un entretien9 avec le directeur général au ministère de l’Agriculture, membre du comité de direction du projet :

Les termes utilisés dans la première proposition pour décrire les objectifs du projet « faire face à l’occupation et à la colonisation […] empêcher les confiscations de terres [...] » ont été critiqués par les bailleurs et jugés défavorables à la paix et pour que le projet soit validé, il a suffi de les remplacer par « créer des emplois par l’agriculture, développer les zones rurales […] faire participer la société civile et le secteur privé. »

  • 10 Après avoir travaillé à la Banque mondiale à Washington, il a représenté le Fonds monétaire interna (...)
  • 11 Après sa victoire électorale en 2006, le Hamas fut boycotté par les bailleurs de fonds qui considér (...)
  • 12 Les Plans du gouvernement Fayyad entre 2007 et 2010 sont intitulés « Building a Palestinian State : (...)

14L’usage de notions économiques pour décrire des problèmes dont la racine est politique se substitue au langage militant pour la cause palestinienne. L’AP n’est pas à l’abri de cette transformation. En 2007, Salam Fayyad, ancien employé de la Banque mondiale10, forme son gouvernement de technocrates pour remplacer le cabinet ministériel du Hamas que les bailleurs de fonds internationaux avaient boycotté11. En profitant du soutien de ces derniers, il met en place un programme néolibéral de développement et de construction étatique12. Son choix de ministres ne se fonde plus sur leur appartenance politique, comme ce fut le cas dans les gouvernements précédents, mais plutôt sur leur professionnalisme. Certains d’entre eux proviennent ainsi des ONG, ce qui est le cas du ministre de l’Agriculture, fondateur d’une ONG agricole impliquée dans le projet. Précisons que le budget de cette dernière est beaucoup plus important que celui du ministère.

15Quant à l’organisation internationale, son intervention dans les TPO ne provient pas de ses ressources propres. Mais, de manière similaire aux acteurs locaux, elle dépend de l’aide internationale, et de ce fait elle s’introduit comme acteur en concurrence avec eux. Si certains bailleurs la privilégient par rapport au ministère, d’autres forment des coalitions avec des ONG pour contourner son pouvoir. Certaines organisations multilatérales l’ont financée pour contourner le ministère notamment pendant le boycott international imposé à l’AP sous le régime d’Arafat pendant la 2eIntifada, ou encore durant le gouvernement du Hamas en 2006.

16Dans cette configuration, que je nomme la « Palestine des bailleurs de fonds » (Sbeih, 2014), s’instaure ce que J. Fergusson et L. Lohmann (1994) qualifient – dans leur analyse des projets de développement à Lesotho – de « machine anti politique » au nom de la technique. L’action développementaliste apparaît comme si elle était indépendante des enjeux politiques et de l’ordre colonial. L’obtention de l’aide internationale ne se réduit donc pas à la dimension économique, malgré son importance. Mais elle est plutôt dépendante du degré d’insertion de l’acteur bénéficiaire dans le paradigme du développement (la nouvelle cause) et de son professionnalisme, ce qui constitue désormais une valeur essentielle qui lui permet d’intervenir dans l’espace public voire d’accéder au champ du pouvoir.

  • 13 Entretien avec le directeur du projet, op. cit.

17Les acteurs impliqués dans le projet entrent dans un jeu de repositionnement pour obtenir plus de responsabilité, d’activités et le cas échéant des budgets supplémentaires. Pour sa gestion du projet, l’agence internationale reçoit entre 30 à 40 % du budget du projet de même qu’elle monopolise la relation avec les bailleurs13. Pour les ONG, le fait qu’elles soient intégrées dans le projet constitue un privilège par rapport aux ONG exclues. Cela leur permet de payer quelques-uns de leurs employés dont les salaires sont plus élevés que la grille de salaires de l’AP. Au sommet se retrouvent les employés de l’agence internationale qui, en plus de leurs salaires très élevés, possèdent des cartes professionnelles VIP facilitant leur déplacement aux checkpoints.

Le fondement économique de la conception temporelle du développement et l’exclusion de l’incertitude

18Dans cette configuration, le recrutement d’un agronome travaillant dans une ONG locale ou dans le ministère par l’organisation internationale signifie sa promotion professionnelle. Ce fut le cas du directeur du projet qui, après avoir travaillé dans des ONG palestiniennes dans les années 1980, intègre l’agence internationale en 1995. En 2010, il quitte la Palestine pour rejoindre l’équipe internationale de l’agence ce qui constitue une nouvelle promotion dans sa carrière. Durant les entretiens réalisés avec lui, il décrit cette succession de postes comme le passage d’un passé de militantisme à un statut de « développeur professionnel ». Il perçoit sa professionnalisation comme une évolution vers le « progrès » au cours de laquelle il a rompu avec un passé dévalorisé. Celui-ci n’est pour lui qu’un « passé dépassé », une expression qu’emploient P. Bourdieu et L. Boltanski ([1976] 2008, p. 58) dans leur analyse du rapport des dominants au passé. « Le passé, il n’est jamais évoqué positivement : il n’apparaît que comme “frein” qu’il faut “débloquer”, “facteur de retard” qu’il faut neutraliser » (ibid.). Le passé militant ou politique pour les professionnels du développement n’est ainsi qu’une étape dépassée dans l’évolution de leur carrière.

  • 14 C’est l’avènement du « progressus laïc » dont l’accomplissement s’effectue dans l’existence terrest (...)
  • 15 De nombreux projets financés par l’Union européenne et les États-Unis (notamment « People-to People (...)

19C’est la rationalité économique qui fonde la manière dont le passé, le présent, et le temps à venir sont mis en relation dans la conception temporelle du développement. Celle-ci consiste en effet à appréhender la réalité palestinienne comme réalité post-conflit, à parler du temps de la paix, et à réserver à l’avenir un État palestinien prospère. Associée à la notion de progrès, elle s’inscrit en effet dans une perspective de mouvement vers le meilleur. Selon R. Koselleck, la notion de « progrès », qualité spécifique des « Temps modernes »14 s’appuie sur un pronostic d’un futur « neuf », « autre que le passé » et certainement « meilleur » (Koselleck, op. cit., p. 366-381). C’est dans cette perspective que l’histoire chargée du conflit ne doit plus constituer une contrainte au développement pour la paix. Elle doit être au contraire modifiée, adaptée au présent tourné vers la paix15 ou dans le meilleur des cas un « passé dépassé » (si on reprend l’expression de Bourdieu et Boltanski).

20Quant au présent et au temps à venir, ils sont soumis à un processus de rationalisation, que l’on peut illustrer grâce à la conceptualisation développée par l’économiste Knight. Pour lui, l’incertitude constitue une évidence et « une donnée de base de l’analyse économique […] puisque sans incertitude il n’y a point de vie économique, mais seulement un univers figé » (Bouvier-Patron, 1996, p. 297). C’est la « conscience », une activité mentale, qui permet d’appréhender le futur (ibid., p. 401). Il oppose ainsi le risque à l’incertitude : le premier se mesure alors que le second est une situation inconnue. Cette opposition n’est utile que « comme processus de transformation de l’incertitude (imputable aux opinions et aux actes) en termes de risques mesurables » (ibid., p. 400). Ainsi, la maîtrise du temps relève des décideurs – ceux qui prennent la décision et assument la responsabilité – capables de réduire l’incertitude en la transformant en risque.

21Les « grands développeurs » ou les décideurs chez Knight, sont censés mettre en œuvre des projets qui vont non seulement transformer l’incertitude en risque, mais également en faire des opérations qui contiennent le moins de risque possible. L’accent est ainsi mis sur les acteurs et sur leur comportement rationnel, qui s’inscrit dans le processus de recherche d’une maîtrise du temps afin de pouvoir atteindre un futur prospère. La compétence des acteurs est le facteur le plus important, car le « grand développeur » ne traite pas avec des facteurs non maîtrisables tels que l’incertitude, mais avec ceux dont la maîtrise relève de sa compétence et de sa « conscience », comme le risque. Les projets doivent être mesurables en temps et en argent. Ils doivent être évaluables et leur avancement doit être vérifié à tout moment à l’aide d’indicateurs. Tout doit être « formalisable et calculable » en éradiquant « tout ce qui n’est pas “rationnel” » (Boltanski, Chiapello, op. cit., p. 151). Ce sont des activités intégrant le moins de risque possible dont le résultat est garanti grâce à la compétence des acteurs de développement.

22« Sur le papier », les grands développeurs ou les technocrates « sont pressés […] de créer l’infrastructure d’un État palestinien dans les deux ans [les plans des gouvernements de Fayyad], sous les pieds de l’occupant » (Heacock, op.cit., p. 39-42). Ils « voguent sur le présent », et il « n’y a pour eux pas d’avenir, pas de passé. Dans le passé, la plupart d’entre eux étaient tout à fait autre chose », mais depuis qu’ils ont rompu avec les considérations politiques et donc avec toute stratégie à long terme, c’est le « maintenant qui compte » (ibid.). C’est le « présentisme » de Hartog (op. cit.), mais qui se manifeste dans notre cas sous la forme du projet.

23C’est dans ce cadre de la « Palestine des bailleurs de fonds » que les promoteurs du projet « Développement des terres » développent des modalités de travail visant à surmonter les incertitudes qui découlent de la situation coloniale et des risques liés aux bénéficiaires. Ils adoptent les notions d’exclusion de l’incertitude et de réduction de risque pour garantir le progrès, la qualité et l’accomplissement des activités. Cela concerne la modalité de l’évaluation, la perception des bénéficiaires et le choix des zones d’intervention.

L’évaluation : indicateurs et temps mesurable en argent face aux expériences des acteurs

24Pour que le travail soit en adéquation avec les normes garantissant le succès et réduisant le risque, les responsables du projet mobilisait plusieurs outils de contrôle (monitoring tools). Outre les réunions de planification et d’évaluation, ils tenaient une réunion mensuelle pour suivre et évaluer les activités tout au long du projet. Au cours de ces séances, l’avancement du travail de chaque ONG est soumis à une discussion collective et à une évaluation de la part du comité de direction. La participation des coordinateurs des ONG y est obligatoire. Toute absence non justifiée peut mettre en cause l’implication de l’ONG concernée dans le projet.

25Lors d’une réunion en juillet 2009, chaque ONG a présenté l’état d’avancement de son travail par rapport au budget que le comité de direction lui avait attribué. Les tâches effectuées ont alors été mesurées et évaluées comptablement, à partir d’activités monétarisés (coûts des plantes, d’activités…) et d’indicateurs quantitatifs (jours de travail effectués par exemple). Toutefois, les représentants de ces ONG ne maîtrisaient guère ce langage comptable, ce qui entraînait de longues explications pendant la réunion. Certains ont également insisté sur le fait que le travail sur le terrain était lent et que l’avancement réel ne se reflétait pas instantanément dans les indicateurs. L’attribution des budgets n’allait pas de pair avec l’avancement réel du travail. En effet, tout n’apparaît pas dans les indicateurs, qui reflètent généralement le résultat final de l’activité sans tenir compte des difficultés sur le terrain.

26L’engagement de l’ensemble des acteurs impliqués dans des contrats avec les bailleurs de fonds s’impose comme une contrainte. Le respect de l’année comptable est en effet une exigence. Après la clôture de l’année comptable, aucune charge allouée à l’année en cours ne peut plus être dépensée, ce qui risque de se traduire par la perte du budget alloué à l’ONG. Ce handicap s’inscrit dans la logique des projets, dans laquelle une comptabilité de recette/dépense est dominante. Pour le directeur du projet, ces réunions sont surtout un :

  • 16 Cash basis signifie la comptabilité recette/dépense à la différence de la comptabilité d’engagement (...)

Monitoring Tool, combien a-t-on payé et combien nous reste-t-il ? Sinon on est perdu, cash basis accounting and not accrual one16.

27La gestion, la comptabilité et les indicateurs constituent le langage commun entre les acteurs du projet, dans leur communication orale comme dans les comptes rendus des réunions. Le site interactif interne du projet n’y échappe pas. Il contient des formulaires préétablis que les ONG doivent remplir au cours de l’exécution des activités du projet. Les informations à remplir sont des chiffres convertibles automatiquement en tableaux Excel. Pour chaque site d’intervention et selon l’activité (puits, routes, développement des terres), l’ONG doit fournir le nombre de bénéficiaires (directs et indirects), le taux d’avancement mesurable en argent, etc. Ces informations sont nécessaires pour que les indicateurs apparaissent sous la forme de jours de travail. Ensuite, le tableau permet de comparer ces indicateurs avec par exemple le nombre d’heures de travail prévues dans le contrat signé entre l’ONG et l’agence du développement. À travers cette comparaison, perçue comme outil progressif d’évaluation et de contrôle, le comité de direction juge si les sommes versées correspondent au travail effectué. Chaque ONG possède un compte bancaire particulier pour le projet pour faciliter enfin la comparaison et l’audit financier.

28Toutefois, cette modalité d’évaluation reflète difficilement la réalité du terrain. Le temps qui ne se mesure pas en argent est un temps invisible par le comité de direction et ses formulaires. Lors de la réunion citée plus haut, le retard dans l’avancement du travail a fait l’objet d’une dispute entre le directeur du projet et le représentant d’une ONG agricole. Ce dernier précise :

  • 17 Extrait de la réunion.

Depuis la première réunion, on s’est mis d’accord, tout le monde ici, directeur du projet, ou autre, qu’on est tous des partenaires. Le retard dans le travail de [mon ONG] est lié à la bureaucratie de [l’agence internationale du développement]. Avant de démarrer une activité, on est obligé de passer par l’agence pour la valider. Cela retarde le travail. Les employés de [l’agence] sont trop occupés et prennent beaucoup de temps avant de valider les activités. S’ils sont trop occupés, on pourrait demander au ministère de valider les projets [à la place de l’agence internationale] ?17

29L’agence internationale fait attendre les ONG. Lorsque les indicateurs d’évaluation employés n’indiquent pas un avancement dans le travail, elle les punit en retardant leur paiement (le virement bancaire de la part de l’agence du développement). Du fait que les indicateurs employés ne s’accommodent pas à la réalité du terrain, certaines ONG étaient incapables de remplir les tableaux. Se retrouvant en manque d’argent elles ne pouvaient que se désengager du projet. Le coordinateur du projet exige en effet la mise en forme « rationnelle » de l’avancement du travail en termes de chiffres et d’indicateur pour engager leur paiement.

30Le temps du projet mesurable en argent et évaluable par les indicateurs fait l’impasse sur les expériences vécues par les ONG sur le terrain. Si certaines d’entre elles choisissent l’exclusion, d’autres rentrent dans le jeu, utilisent le langage qui en découle, de façon à maintenir leur présence dans le projet malgré sa conception temporelle contradictoire avec le terrain.

31L’année comptable, le budget alloué, l’état d’avancement mesuré en argent et en jours de travail constituent ainsi le temps du projet. Celui-ci se mesure grâce aux indicateurs et aux tableaux. Le projet est ajusté au cadre logique (logical framework) préétabli par les bailleurs. Produit d’un processus de rationalisation économique de l’action, ce dernier se veut « purement gestionnaire », apolitique et conçu pour atteindre des « objectifs quantifiables » (Giovalucchi, Olivier de Sardan, 2009). Le projet plonge les acteurs impliqués dans un « processus de consommation du temps » (Everjoice, 2004, p. 123-127). Ceux-ci consacrent leur temps à rédiger des propositions de projets (proposals) en anglais, à remplir des tableaux avec des chiffres et à « caser » les « catégories cibles » dans des « catégories de classification » prédéfinies pour pouvoir choisir les bénéficiaires de façon à garantir la qualité du travail et la maîtrise du facteur humain. C’est le contexte local qui doit s’adapter, voire se construire, en fonction du cadre logique qu’adopte le bailleur.

L’individualisation des agriculteurs et l’exclusion de leurs expériences vécues

  • 18 Le directeur du projet m’explique la nécessité de l’appropriation du projet par les bénéficiaires ( (...)

32Au début du projet, le comité de direction menait les activités avec l’idée de faire travailler collectivement plusieurs agriculteurs. Chaque site d’intervention était ainsi constitué de plusieurs parcelles et représenté par un comité d’agriculteurs qui travaillait sous la responsabilité de l’ONG exécutrice des activités. Ce dernier comité se chargeait de collecter les contributions financières de la part des bénéficiaires (agriculteurs) que le comité de direction exigeait au nom de principe d’ownership18and community contribution (traduit par appropriation).

  • 19 Entretien réalisé le 13 août 2009 à Al-‘Arub, Hébron. Je retranscris le lexique en anglais tel qu’i (...)

On travaillait sur une terre privée et donc on ne donnait pas tout pour free [...] la contribution financière du projet est seulement de 50 % et le reste vient de la part des beneficiaries. (Le directeur du projet19).

33Le comité de direction considérait alors tout site d’intervention comme un seul bloc, et lorsque certains bénéficiaires étaient incapables de payer leur contribution, il gelait le versement de l’argent à l’ensemble des agriculteurs ce qui bloquait tout le travail. Pour le comité, ce ralentissement est associé au manque de « bonne volonté » (willingness) de la part de certains agriculteurs, et incarne un risque à réduire. Le coordinateur du projet refusait ainsi de payer les budgets alloués aux activités de réaménagement des terrains sauf après avoir vérifié que tous les bénéficiaires d’un site donné avaient payé leur contribution (à travers un contrôle permanent des comptes bancaires qui avaient été créés à cet effet).

  • 20 Idem.

C’était transparent et […] encourageait la participation […mais] il y avait des problèmes, ça faisait du slow down pour le travail […] Depuis, on a arrêté de considérer tout site comme one bloc, un site collectif […] ce qui m’intéresse, c’est la qualité des activités […] moi je travaille avec l’agriculteur qui a la volonté willingness de travailler, et je ne paie que selon achieved progress. (Le directeur du projet20)

34Le comité de direction introduit ainsi une nouvelle modalité du travail. Celle-ci s’appuie désormais sur une perception individualisante des bénéficiaires, optant pour un travail direct et individuel avec les agriculteurs. Ceux-ci sont désormais payés directement, sans passer par les comités d’agriculteurs, en fonction de l’avancement du travail dans leurs propres terrains. Selon le directeur du projet, cette nouvelle approche a facilité l’évaluation du travail sans entraîner de pénalités collectives : l’agriculteur qui avance dans le travail et paie sa contribution, profite de l’aide sans avoir besoin d’être lié aux autres agriculteurs. Le risque de ne pas réaliser le travail planifié a été réduit du fait que le forfait n’est plus payé qu’après l’avancement dans le travail. Autrement dit, l’aide versée par le projet équivaut à un travail déjà achevé.

35Toutefois, cette nouvelle modalité a entraîné l’exclusion des agriculteurs dont le besoin financier était le plus important. Plusieurs d’entre eux n’ayant pas de moyens financiers suffisants se sont ainsi désengagés du projet. De plus, la sélection des bénéficiaires a commencé à viser les agriculteurs qui présentaient le moindre risque. Seuls les agriculteurs « solvables », c’est-à-dire capables de participer financièrement, pouvaient désormais en être les bénéficiaires. Pour valider leur sélection et garantir leur choix selon des critères socio-économiques, de nouveaux dispositifs et formulaires sont mis en place. Les agriculteurs considérés comme « très pauvres » sont désormais exclus de l’aide du projet. Non seulement ils sont incapables d’effectuer les activités du projet, mais ils sont également perçus comme des personnes qui vont profiter de cette aide pour se nourrir.

36Le temps conçu par les promoteurs du projet est un temps mesurable en termes du travail et du progrès réalisé (achieved progress). Il dépend de la volonté des bénéficiaires que le comité de direction mesure en fonction de leur contribution financière effective au projet. Cela renvoie au principe de l’ownership (appropriation) du travail (présenté ci-dessus) ce qui garantit l’accomplissement du travail, sa qualité et donc la réalisation des objectifs du projet. La réduction du risque fonde la manière dont les bénéficiaires sont appréhendés par le comité de direction. Exclure les plus « vulnérables » renvoie à une meilleure maîtrise du temps et garantit la réalisation du travail du développement.

  • 21 L’armée multiplie ici ses interventions pour contrôler les ressources en eau et décourager ainsi le (...)

37Les entretiens auprès de certains agriculteurs bénéficiaires du projet montrent aussi un décalage entre la réalité vécue du terrain et cette perception dominante du progrès réalisé. Un agriculteur ayant profité de l’aide du projet pour creuser un puits en 2009 à côté du mur de « séparation » m’a expliqué que ce travail nécessitait la présence de pelles mécaniques ce qui attirait l’attention de l’armée israélienne21. Celle-ci profitait de toute occasion pour intervenir dans son terrain pour l’empêcher d’y travailler. Pendant le travail, il a été victime plusieurs fois de violence de la part de l’armée. Il ajoute :

  • 22 Entretien avec un agriculteur bénéficiaire du projet, réalisé le 17 mai 2013 à Al-Khader, Bethléem. (...)

Plusieurs puits ont été détruits par les Israéliens […] Mon voisin a bénéficié du projet pour construire un puits, le lendemain l’armée l’a détruit […] Ce voisin a creusé pendant la nuit un autre puits sur un terrain à côté de la colonie et il l’a camouflé avec de la terre par-dessus, ça a marché, car l’armée et les colons n’ont rien vu […] moi j’ai demandé que le projet m’aide pour creuser un puits sur notre terrain à côté de la colonie d’Afrata, ils ont refusé en disant qu’il y avait un grand risque que l’armée détruise le puits […] Abdallah [un autre agriculteur] a construit un puits là-bas, l’armée israélienne lui a dit : soit tu le détruis toi-même ces 14 prochains jours, soit on vient le détruire pour toi et tu paies les charges (leurs factures sont de gros montants) […] il l’a détruit lui-même […] [l’agence internationale du développement] n’est pas intervenue, c’est lui tout seul qui s’est trouvé face à l’armée [...] 22

38Si le comité de direction enregistre les puits creusés comme activité réalisée à temps, leur destruction par l’armée ne figure pas dans ses indicateurs. Les difficultés et l’humiliation auxquelles font face les agriculteurs (comme le montre le passage plus haut) ne se reflètent pas non plus dans la perception du temps qui, pour le comité de direction, se réduit au principe de la « bonne volonté » des agriculteurs, leur participation financière et leur progrès réalisé en termes d’argent.

  • 23 Koselleck élabore deux catégories historiques : « le champ d’expérience » et « l’horizon d’attente  (...)

39Autrement dit, les expériences vécues des développeurs lors de l’exécution du projet réduisent progressivement leur « horizon d’attente23 » aux activités réalisables dans le cadre du projet et mesurables par les indicateurs. Celles qui portent un risque ou une incertitude en sont exclues puisqu’elles ne correspondent pas à la perspective de progrès dans l’avenir et de ce fait au futur tel qu’il est actualisé dans le présent du développeur. Tandis que l’incertitude qui découle de la condition coloniale est exclue de la conception du temps présent du développement, elle façonne le quotidien de l’agriculteur, ses expériences vécues ainsi que ses attentes et incertitudes.

40Le comité de direction réduit ce décalage à la dimension économique. Pour lui, la solution réside dans l’individualisation des bénéficiaires (sélectionner les « solvables », à moindre risque). Les agriculteurs sont en effet appréhendés à travers une lecture technique et économique sans aucune référence à la dimension politique et coloniale, pourtant élément principal de la réalité vécue quotidiennement. L’aide destinée initialement aux Palestiniens, en tant que peuple dont les terres sont occupées, revient désormais aux « populations cibles », aux « agriculteurs solvables », etc. Cette nouvelle catégorisation des bénéficiaires privilégie leur situation économique, sans nécessairement indiquer la raison politique de leur besoin d’être aidés. De fait, les catégories « pauvres », « financièrement capables », « chômeurs » apparaissent comme politiquement neutres alors qu’elles décrivent pourtant des situations essentiellement causées par l’occupation (confiscation et destruction des terres, interdiction d’y accéder, etc.). Le comité de direction adopte cette nouvelle catégorisation inspirée de la neutralité technique. Elle correspond à l’image du développeur qui, en excluant le risque, contribue au développement et à la paix et donc au futur prospère puisqu’il est maître de l’action en présent.

41Pour le comité, choisir des bénéficiaires très pauvres présente un risque important qui peut freiner l’avancement dans le travail. Prendre ce risque est donc contradictoire avec la notion de « réduction du risque ». Cela concerne aussi la conception de la terre, soit la zone d’intervention selon le langage du projet.

La terre désymbolisée pour un avenir tourné vers la paix

  • 24 À la suite des accords d’Oslo, les TPO ont été classés en zone A (sous le contrôle administratif et (...)

Dans le contrat du projet avec [le bailleur], le travail se réduisait aux zones A et B et c’était interdit pour la zone C24. (Le directeur du projet, entretien)

42Selon mon interlocuteur, le premier bailleur du projet a mis cette condition pour éviter tout affrontement avec l’État d’Israël. Le comité de direction adopte le même raisonnement en considérant l’intervention dans les zones proches des colonies israéliennes comme des activités trop risquées. Il refuse ainsi de les financer comme le démontre l’extrait cité plus haut de l’entretien avec l’agriculteur. Autrement dit, pour réduire ce risque important lié à la condition coloniale et pour maîtriser l’avancement du projet, le comité exclut de son aide une zone essentielle aux activités agricoles en Cisjordanie.

43Cela s’explique par la manière dont la terre est présentée dans la littérature et le guide du projet. Elle apparaît comme objet agroéconomique. Ce processus de dé-symbolisation transforme la terre (objet de conflit) en objet économique, et fait de son exploitation la solution aux problèmes d’origine politique (comme réduire le chômage…). La perception développementaliste de la terre s’impose comme rationnelle pour garantir un avenir meilleur, en dépit de la condition coloniale. En effet, la pratique du fait accompli mise en œuvre par les gouvernements israéliens en matière de colonisation des terres, notamment en Cisjordanie (zone occupée depuis 1967), rend impossibles, voire absurdes, les pourparlers autour d’une solution à deux États dans l’avenir, impliquant un État palestinien sur les frontières des territoires occupés en 1967. Pour que cette solution soit « viable », l’option de modifier les frontières de l’État palestinien à venir doit être maintenue pour donner un sens aux efforts dédiés au « processus de paix » malgré la colonisation ininterrompue. Tout se passe donc comme si le processus de neutralisation de la terre (au sens de la priver de toute valeur symbolique) s’inscrivait dans ce processus de quête d’un « futur neuf ». En réduisant la terre à sa valeur économique, des « solutions » basées sur la récompense financière pourraient être envisagées, ce qui permettrait de prévoir rationnellement toute modification éventuelle des frontières palestiniennes. En adoptant cette perspective « rationnelle », les acteurs du développement, les bailleurs de fonds et les technocrates de l’AP cherchent à donner un sens à leur action de développement située dans le présent, censée s’inscrire dans l’ordre de la solution des deux États dans l’avenir. Pour les bailleurs internationaux, il est plus simple d’exercer cette pression « dé-symbolisatrice » sur les dominés, à savoir les Palestiniens, que de faire face aux dominants, qui ne cessent de leur côté de repousser leurs frontières et légitiment la confiscation des terres en ayant recours à l’argument « eschatologique millénariste et l’avènement du Messie » (Bozarslan, op. cit., p 87-89). Ainsi, la recherche d’un appareil justifiant l’aide internationale dans la perspective d’une solution politique, le processus de dé-symbolisation de la terre et sa rationalisation économique s’entremêlent pour forger la conception temporelle du développement.

44C’est ainsi qu’une perception « rationnelle » de la terre est centrale dans les projets de développement dans le domaine agricole. Cela va dans le sens de la conditionnalité qu’imposent les bailleurs sur les acteurs locaux. Rappelons leur exigence d’éviter les expressions telles que la lutte « contre la confiscation de terre », pour laisser la place à des expressions telles que « développer, mettre en valeur la terre », etc.

45Si le projet est ainsi justifiable d’un point de vue économique et rhétorique auprès des bailleurs de fonds, il incarne une représentation qui fait l’impasse sur le conflit, ou du moins le représente autrement. Sous la pression de la doxa développementaliste et le pouvoir symbolique et financier des bailleurs de fonds, les ONG agricoles impliquées dans le projet ont intériorisé progressivement cette nouvelle perception. Elles semblent avoir abandonné leur passé et leur lutte contre la confiscation des terres pour s’inscrire dans un processus de quête d’un avenir neuf. En bref, il s’agit d’un présent rationalisé qui exclut le temps colonial et ses incertitudes pour garantir l’avenir prospère d’un État palestinien développé.

46Bien que la temporalité coloniale affecte aussi bien l’exécution du projet que sa conception initiale, elle est exclue progressivement de la conception temporelle du développement. D’un côté, le travail du projet a été retardé plusieurs années à cause de la situation coloniale (voir encadré). De l’autre côté, l’évolution du projet fait l’impasse sur la condition coloniale bien qu’il soit conçu au début comme une réponse à la détérioration économique engendrée par les restrictions de circulation imposées aux Palestiniens par les Israéliens. En témoignent la redéfinition des bénéficiaires, leur choix et de ce fait les zones d’intervention (la dé-symbolisation de la terre) que les promoteurs du projet privilégient dans leurs nouvelles modalités de travail.

L’histoire d’un monde tracée par les projets

47Censé couvrir deux ans, le projet « Développement des terres » a donc été renouvelé à plusieurs reprises pour couvrir finalement environ une quinzaine d’années. Au cours de sa mise en œuvre, il est devenu un modèle inspirant d’autres acteurs comme ce fut le cas d’une ONG agricole ayant profité d’un financement européen pour lancer sous sa direction un projet similaire en 2006. D’autres projets ont été mis en place par les agences internationales outre ceux menés par les cabinets ministériels formés par le gouvernement de Salam Fayyad (cité plus haut) à partir de 2007. La conception temporelle du développement se répand à une échelle qui va au-delà de la configuration instaurée par le projet. Elle concerne le monde du développement.

48Dans ce monde, l’évaluation s’avère le processus par excellence qui valorise la qualité du travail et attestera de la capacité des acteurs impliqués à maîtriser le temps du projet et à respecter les lignes budgétaires allouées. Tout montant non dépensé est un signe d’incompétence et de non-respect de ce qui a été planifié. En plus, l’évaluation permet aussi bien de mettre en valeur l’apport du projet en matière d’atteinte de ces objectifs spécifiques, que d’articuler cet apport avec d’autres objectifs plus globaux tels que le développement pour la paix. Ainsi, un projet bien évalué est source de légitimité pour la naissance d’un nouveau projet. Les projets sont bien articulés au nom du futur de prospérité. Ils s’enchaînent et leurs temps s’accumulent faisant de la « vie une succession de projets » (Boltanski, Chiapello, op. cit. p. 166, 187).

  • 25 À travers la forte médiatisation, certains non-événements s’imposent sur l’actualité palestinienne (...)

49La paix et le progrès prennent la place de la violence conçue par Marx et Engels comme « la sage-femme de l’histoire » (Arendt, [1972] 2015, p. 33). Dans le monde du développement, l’histoire est tracée par la succession des projets, qui remplacent les événements historiques. Dans l’ère dite moderne, ceux-ci n’existeraient « que par les mass media » (Bensa, Fassin, 2002, p. 2). La publicité, les affiches, les bulletins d’informations à la télévision sont en effet des mécanismes d’invention de l’« événement moderne », d’où l’importance de rendre visible le « succès » des projets à travers leur évaluation permanente pour maintenir le financement et donner l’exemple aux autres25.

50En élaborant les deux catégories historiques (déjà citées), « le champ d’expérience » et « l’horizon d’attente », Koselleck décrit l’horizon comme « […] cette ligne derrière laquelle va s’ouvrir un nouveau champ d’expérience dont on ne peut pas encore avoir connaissance » (Koselleck, op. cit., p. 265). Si on considère que cette ligne est représentée par la fin d’un projet, le champ d’expérience à venir s’avère déjà connu : un nouveau projet. Le temps du développement semble transformer l’attente (espoir comme incertitude) en expérience perpétuelle qui se déroule dans le cadre de projets (de développement). Autrement dit, il n’existe aucune ligne qui sépare l’avenir du présent dans le monde du développement.

51L’avenir est actualisé dans un présent chargé des projets. Si ceux-ci satisfont à leurs objectifs annoncés – comme peut le montrer n’importe quelle expertise ou évaluation économique – c’est parce que ces objectifs mêmes ont été développés à partir d’une perception décontextualisée de la réalité et ne reposant que sur ladite rationalité économique. Leur évaluation ne se fonde pas sur la relation dynamique entre colonisateur et colonisé, mais sur une tout autre réalité, construite sur la neutralisation du conflit, n’intégrant que les facteurs rationnels maîtrisables par les développeurs.

Conclusion

  • 26 Je tiens à remercier L. Boltanski qui a attiré mon attention sur ces trois lectures lors d’une disc (...)

52La lecture développementaliste intègre une nouvelle perception du temps, de la terre et de la société, en bref, du monde. Sans signes ni événements, elle se distingue de la lecture eschatologique – dans laquelle règnent les signes – et de la lecture historique – qui s’appuie sur les événements historiques26. Pour un présent pacifique et de développement, il est « nécessaire » d’avoir un passé qui lui est conforme. Incapable de résoudre les problèmes de l’histoire, la lecture développementaliste les efface ou les fait apparaître comme dépassés afin d’être compatible avec une perspective de progrès. De même, au moment où les contraintes structurelles configurent la vie des Palestiniens, l’accent est mis sur la capacité des individus et leurs compétences garantissant un futur prospère. C’est au nom de la rationalité économique que s’instaure un processus d’exclusion des expériences vécues et des incertitudes qui en découlent. Les modalités du travail, le choix des bénéficiaires et des acteurs impliqués dans les projets de développement en sont affectés. Pour réduire le risque et maintenir la perspective progressiste, les développeurs font l’impasse sur la réalité du terrain tout en construisant une autre réalité dite rationnelle. Leurs projets sont rationnellement acceptables et économiquement rentables grâce à l’évaluation permanente et au cadre logique qui détermine leurs activités. La terre s’y réduit à sa valeur économique et les problèmes de la société à une lecture technique et économique.

  • 27 La catégorie historique élaborée par Koselleck op. cit.

53La hiérarchie des acteurs au sein du monde du développement correspond au degré de leur adhésion au paradigme du développement et à la conception temporelle qui en découle. Celle-ci repose sur une dés-symbolisation et une rationalisation de l’espace et du temps. Le passé y est effacé et l’avenir est actualisé dans un présent dont le « champ d’expérience »27 se réduit au cadre des projets. Les événements qui tracent l’histoire de ce monde ne sont que les projets. La « rationalité » y est affichée comme mot d’ordre et de contrôle, le conflit y est déshistorisé, individualisé et toute reconnaissance de la dignité nationale ou collective est exclue et jugée comme « irrationnelle ».

54La conception temporelle du développement s’avère en opposition radicale avec la temporalité coloniale. Alors que la première prévoit un futur prospère et implique une rupture avec le passé, l’avenir selon la seconde temporalité est chargé d’inquiétudes et d’incertitudes de même qu’il s’inscrit dans la poursuite du passé colonial. La rationalité affichée du temps du développement se rapproche plus de l’illusion que de la raison si on intègre la condition coloniale. Toutefois, cette conception n’est pas vécue par les grands développeurs comme illusoire. Ils la vivent comme vérité du fait de leur illusio (au sens bourdieusien) et leur incorporation de ses cadres logiques, contrairement à ceux qui n’y adhèrent pas. Le présent de ceux qui sont en dehors du monde du développement, ou ceux qui y occupent une place de dominés, s’avère confisqué, de même que leur avenir chargé d’incertitudes.

55Si, dans la conception rationnelle du développement, l’avenir est actualisé dans un présent des projets en rupture avec le passé, existent dans les TPO d’autres mises en relation entre le passé, le présent et l’avenir. Parmi ces dernières, qualifiées d’irrationnelles dans le discours dominant, on trouve la temporalité de certaines organisations politiques. En recourant à la résistance armée à l’ordre colonial, la temporalité politique au sens patriotique consiste à prendre acte et prôner le temps événementiel cher à F. Braudel. C’est le temps « qui parle d’aujourd’hui, [comme] un moment compris entre hier et demain » (Heacock, op. cit., p. 25-42). C’est cette continuité, le passé présent ou le passé vivant, qui est rompue dans le paradigme temporel du développement. Rupture non seulement avec tout ce qui est politique au sens d’une libération nationale, mais surtout à l’égard de toute actualisation de l’avenir en un présent qui ne rompt pas avec le passé. C’est ainsi que l’actualisation de l’avenir du développement s’effectue à travers des projets dans un présent privé de tout passé.

Haut de page

Bibliographie

Arendt H., [1972] 2015. La crise de la culture, Paris, Gallimard.

Atlani-Duault L., 2005. « Les ONG à l’heure de la “bonne gouvernance” », Autrepart, Vol. 35 (3), p. 3-17.

Bensa A., Fassin E., 2002. « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain, 38, P. 5-20, [en ligne], disponible sur : http://terrain.revues.org/1888 (consulté le 6 novembre 2016).

Boltanski L., Chiapello È., 1999. Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Bontemps V., 2012. « Le temps de traverser le pont », Temporalités [en ligne], 15, disponible sur : http://temporalites.revues.org/1995 (consulté le 8 novembre 2016).

Bourdieu P., Boltanski L. [1976] 2008. La production de l’idéologie dominante, Paris, Raisons d’agir.

Bourdieu P., [1997] 2003. Médiations pascaliennes, Paris, Éditions du Seuil.

Bouvier-Patron P., 1996. « La question de la réduction d’incertitude chez F. Knight », L’Actualité économique, 72 (4), p. 397-415, [en ligne], disponible sur : http://id.erudit.org/iderudit/602214ar (consulté le 7 novembre 2016).

Bozarslan H., 2006. « Temps, Espoir et Violence », in Mohammad-Arif A. et Schmitz J. (dir.), Figures d’islam après le 11 septembre : disciples et martyrs, réfugiés et migrants, Paris, Karthala, p. 71-90.

Chiffoleau S., 2012. « Fragments temporels du monde arabe : introduction », Temporalités 15, [en ligne], disponible sur : http://temporalites.revues.org/2154 (consulté le 6 novembre 2016).

Darwich M., 2002. « État de siège », Le Monde diplomatique, Poème inédit de Darwich M., traduit de l’arabe par Ben Abda S., Chami H., [en ligne], disponible sur : http://www.monde-diplomatique.fr/2002/04/DARWICH/8722 (consulté le 6 novembre 2016).

Dubar C., 2011. « Temps de crises et crise des temps », Temporalités [en ligne], 13, disponible sur : http://temporalites.revues.org/1563 (consulté le 7 novembre 2016).

Everjoice W., 2004. “‘If it doesn’t fit on the blue Square It is Out !’ An open Letter to my donor friend”, in Groves L., Hinton R. (dir.), Inclusive aid: changing power and relationships in international development, London, Earthscan, p. 123-127.

Ferguson J., Lohmann L., 1994. “The Anti-Politics Machine : Development, Depoliticization, and Bureaucratic Power in Lesotho”, The Ecologist, vol. 24, (n° 5), pp. 176-181.

Giovalucchi F., Olivier De Sardan J.P., 2009. « Planification, gestion et politique dans l’aide au développement : le cadre logique, outils et miroir des développeurs », Revue Tiers-Monde, 198, p. 383-406.

Hanafi S., Tabar L., 2006. Buruz al-nukhba al-falastiniyia al-mu‘awlama : al-manihun, wa al-munazzamat al-dawliya, wa al-munazzamat gheir al-hukumiya al-mahaliya [L’émergence d’une élite palestinienne globalisée : les donateurs, les organisations internationales et les ONG locales], Ramallah, Muwatin.

Hartog F., [2003] 2012. Régimes d’historicité. Présentisme et expérience du temps. Paris, Éditions du Seuil.

Heacock R., 2011. La Palestine, un kaléidoscope disciplinaire, Paris, CNRS Éditions.

Koselleck R., [1990] 2016. Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, nouvelle édition, Paris, EHESS

Pappé I., Jaber S., 2014. « Nettoyage ethnique par tous les moyens : la véritable politique israélienne de la “paix” », The International Solidarity Movement (ISM-France) [en ligne], disponible sur : http://www.ism-france.org/analyses/Nettoyage-ethnique-par-tous-les-moyens-la-veritable-politique-israelienne-de-la-paix--article-19242 (consulté en novembre 2016).

Parizot C., 2009. « Temporalités et perceptions de la séparation entre Israéliens et Palestiniens », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem 20, [en ligne], disponible sur : http://journals.openedition.org/bcrfj/6291 (consulté le 12 décembre 2017).

Peteet J., 2008. “Stealing Time”, Middle East Report : Waiting, the Politics of Time in Palestine 248, p. 14-17, [en ligne], disponible sur : http://www.merip.org/mer/mer248/stealing-time (consulté le 12 décembre 2017).

Rodinson M., 1967. « Israël, fait colonial ? », Les Temps Modernes. Le conflit israélo-arabe, n°253 bis, p. 17-88

Sbeih S., 2014. La « professionnalisation » des ONG en Palestine : entre pression des bailleurs de fonds et logique d’engagement, Thèse de doctorat, Guyancourt, Université de Versailles St-Quentin-En-Yvelines., [en ligne], disponible sur : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01220122.

Séguin M., 2016. « Conceptualiser la colonialité d’Israël : retour sur la trajectoire d’une analyse polémique », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique n° 131 [en ligne], disponible sur : http://chrhc.revues.org/5192 (consulté le 5 juin 2017).

Haut de page

Notes

1 Je tiens à remercier E. Longuenesse et S. Chiffoleau pour leurs lectures et remarques sur les différentes versions de cet article. Mes remerciements vont aussi à O. Samuel, F. Théron et M. Quijoux qui ont accueilli une première version de cet article lors d’une séance de l’atelier d’écriture du laboratoire Printemps (CNRS-UVSQ), ce qui a enrichi l’article aussi bien sur le fond que sur la forme. Enfin, cette publication a été rendue possible grâce à un financement postdoctoral de la part de l’Asfari Institute à l’Université Américaine de Beyrouth.

2 La formation de l’État d’Israël en 1948 s’inscrit dans le « grand mouvement d’expansion européo-américain des XIXe et XXe siècles pour peupler ou dominer économiquement et politiquement les autres » (Rodinson, 1967, p. 83). Sur le plan académique, sa colonialité constitue un « paradigme explicatif » et permet de saisir la cohérence des « manifestations éparses de la domination israélienne » (Séguin, 2016).

3 Les deux auteurs démontrent que les politiques israéliennes de plantation de pins visent à masquer les ruines de villages palestiniens – détruits et évacués par les colons sionistes depuis 1947 –, tout en construisant, en Palestine, des lieux « européanisés » pour que les « nouveaux colons » aient le sentiment d’être chez eux. Ils inscrivent la « politique israélienne pour la paix » dans la continuité des politiques de « nettoyage ethnique » menées à l’égard des Palestiniens depuis 1948, consistant à effacer leur histoire et reconfigurer leur espace.

4 La littérature produite par la Banque mondiale en 1993 à propos des TPO illustre cette association entre le développement et l’investissement pour la paix.

5 C’est-à-dire le fait de considérer la période après les accords d’Oslo en 1993 comme constituant une rupture historique à partir de laquelle l’antagonisme entre Palestiniens et Israéliens cède la place au partenariat dans le processus de paix.

6 J’ai opté pour l’anonymisation des identités des acteurs impliqués dans le projet.

7 Entretiens avec : le directeur du projet entre 1997 et 2010, project manager auprès de l’agence internationale du développement, réalisé le 8 juillet 2009 à Al-‘Arub, Hébron ; un employé de l’agence internationale détaché auprès du ministère de l’Agriculture, réalisé le 8 juillet 2009 à Al-‘Arub, Hébron ; le directeur général au ministère de l’Agriculture, réalisé le 12 août 2009 à Ramallah ; et un jeune employé dans l’organisation internationale, réalisé le 5 septembre 2009 à Al-Khader, Bethléem, Cisjordanie.

8 Certaines s’identifient désormais comme « ONG de développement » représentantes de la « société civile ».

9 Entretien réalisé le 12 août 2009 à Ramallah.

10 Après avoir travaillé à la Banque mondiale à Washington, il a représenté le Fonds monétaire international en Cisjordanie. Il devient Premier ministre entre 2007 et 2013.

11 Après sa victoire électorale en 2006, le Hamas fut boycotté par les bailleurs de fonds qui considéraient cette organisation politique comme « terroriste » et lui reprochaient de ne pas reconnaître l’État d’Israël. Incapable de payer les salaires de l’AP, le Hamas prend par force le contrôle de la Bande de Gaza en 2007 face au Fatah dont le pouvoir se limite à la Cisjordanie.

12 Les Plans du gouvernement Fayyad entre 2007 et 2010 sont intitulés « Building a Palestinian State : Towards peace and prosperity » et « Palestinian Reform and development Plan 2008-2010 ».

13 Entretien avec le directeur du projet, op. cit.

14 C’est l’avènement du « progressus laïc » dont l’accomplissement s’effectue dans l’existence terrestre et qui remplace le « profectus de l’Église » « accessible seulement dans l’Autre Monde » (Koselleck, op. cit., p. 369).

15 De nombreux projets financés par l’Union européenne et les États-Unis (notamment « People-to People Exchange Program of the USA State Department ») sont mis en place. Ils visent à modifier l’histoire, ou à l’adapter à un présent tourné vers la paix ou encore à mettre en évidence des « histoires et récits partagés » se substituant à une histoire basée sur le conflit.

16 Cash basis signifie la comptabilité recette/dépense à la différence de la comptabilité d’engagement, accrual basis. Extrait des discussions en arabe avec un usage des mots en anglais lors de la réunion mensuelle du 8 juillet 2009, à Al-‘Arub, Hébron, Cisjordanie.

17 Extrait de la réunion.

18 Le directeur du projet m’explique la nécessité de l’appropriation du projet par les bénéficiaires (qui doivent contribuer financièrement aux frais des activités financés partiellement par le projet) et les ONG bien que le projet dépend de financements des bailleurs. Cela renvoie au principe d’ownership (traduit par appropriation), cher aux organisations internationales du développement. Il est associé aussi à l’idée de partenariat entre récepteurs de l’aide, bailleurs de fonds, acteurs de développement et bénéficiaires, nommés stakholders, concept gestionnaire qui fait partie du sens commun du développement, et qui fait allusion aux acteurs égaux sans aucune hiérarchie.

19 Entretien réalisé le 13 août 2009 à Al-‘Arub, Hébron. Je retranscris le lexique en anglais tel qu’il a été prononcé lors de mes entretiens effectués en arabe.

20 Idem.

21 L’armée multiplie ici ses interventions pour contrôler les ressources en eau et décourager ainsi les agriculteurs à travailler leurs terres. Toute terre non cultivée devient la cible de confiscation par l’État d’Israël. Entretien avec un agriculteur bénéficiaire du projet, réalisé le 17 mai 2013 à Al-Khader, Bethléem. Âgé alors de 30 ans, il était également conducteur de camion.

22 Entretien avec un agriculteur bénéficiaire du projet, réalisé le 17 mai 2013 à Al-Khader, Bethléem. Âgé alors de 30 ans, il était également conducteur de camion.

23 Koselleck élabore deux catégories historiques : « le champ d’expérience » et « l’horizon d’attente ». Si par expérience, il entend le « passé actuel, dont les événements ont été intégrés et peuvent être remémorés », l’attente « s’accomplit dans le présent et est un futur actualisé ». (Koselleck, op. cit., p. 358 et 362).

24 À la suite des accords d’Oslo, les TPO ont été classés en zone A (sous le contrôle administratif et sécuritaire palestinien), zone B (sous le contrôle administratif palestinien et sécuritaire israélien) et zone C. Cette dernière, environ 70 % des TPO, est soumise au contrôle total israélien. Une majorité des bailleurs de fonds refusaient de financer des projets couvrant cette zone. À partir de 2007, certains bailleurs commencent à la financer, mais toujours en coordination avec les autorités israéliennes, qui du fait de leur réoccupation des zones A et B en 2002, ont de facto annulé ce classement.

25 À travers la forte médiatisation, certains non-événements s’imposent sur l’actualité palestinienne comme de grands événements. En 2010, Salam Fayyad (le Premier ministre palestinien entre 2007-2013) célèbre publiquement la mise en place des projets de développement de même que les records Guinness – le plus grand plat de Knafeh (dessert)… – faisant d’eux des événements qui tracent l’histoire palestinienne.

26 Je tiens à remercier L. Boltanski qui a attiré mon attention sur ces trois lectures lors d’une discussion à Paris en juin 2012.

27 La catégorie historique élaborée par Koselleck op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sbeih Sbeih, « Le temps du développement en Palestine », Temporalités [En ligne], 27 | 2018, mis en ligne le 04 juillet 2018, consulté le 20 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/4552 ; DOI : 10.4000/temporalites.4552

Haut de page

Auteur

Sbeih Sbeih

Aix Marseille Université, CNRS, IREMAM, LabexMed – sbeihsbeih@yahoo.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page