Navigation – Plan du site
Varia

Rythmes de vie et usages du temps dans la France d’outre-mer

Quelles différences avec la métropole ?
Rhythms of life and uses of time in Overseas France: what differences with mainland France?
Ritmos de vida y usos del tiempo en la Francia de ultramar: ¿qué diferencias con la metrópolis?
Henri Martin

Résumés

La dernière édition de l’enquête Emploi du Temps (2009-2010) de l’Insee se distingue par un suréchantillonnage de logements dans trois départements d’Outre-mer (la Guadeloupe, la Martinique et la Réunion). Ces données permettent d’interroger les usages du temps et les rythmes de vie des populations vivant sur ces territoires dont la géographie, le climat et les rythmes du soleil (heures de levée et de couché) diffèrent nettement de ceux de la France métropolitaine. Plusieurs singularités peuvent alors être mises en évidence. En neutralisant des effets de structure liés à la composition des populations il ressort que les Ultramarins consacrent davantage de temps aux activités de loisirs et de sociabilité que les métropolitains et symétriquement moins de temps aux activités physiologiques (sommeil et repas). Concernant les journées de travail des individus en emploi, elles commencent plus tôt (réveil et activité professionnelle) et se terminent moins tard en Outre-mer qu’en France métropolitaine. Dans les Antilles (Guadeloupe et Martinique) les rythmes du sommeil sont particuliers : les Antillais dorment moins que les métropolitains mais se livrent plus fréquemment à une sieste en début d’après-midi.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Source : Insee, estimations de population.

1La France d’Outre-mer désigne l’ensemble des territoires de la République Française situés en dehors du continent européen. Ces territoires, très divers, représentent une superficie terrestre de 120 369 kilomètres carrés (en excluant la Terre Adélie située en Antarctique) et sont peuplés de 2,7 millions d’habitants en 20161 (soit environ 18 % du territoire et 4 % de la population française).

2En raison de leurs spécificités géographiques (notamment l’insularité), climatiques, historiques, économiques et culturelles, les habitudes de vie de ces populations sont susceptibles de diverger de celles des métropolitains. Cette contribution se propose d’investir cette question en analysant une composante majeure des modes de vie contemporains : les usages du temps et les rythmes de vie. Pour des raisons de disponibilité de l’information, l’étude se focalise sur trois Départements et Régions d’Outre-mer (DROM) : la Guadeloupe, la Martinique et la Réunion (tableau 1).

Tableau 1 : Caractéristiques démographiques et géographiques des DROM étudiés

Région

Superficie

Population légale en 2015

Densité de population

France métropolitaine

551 695 km²

64 300 821

118 hab/km²

Guadeloupe

1 629 km²

397 990

249 hab/km²

Martinique

1 128 km²

380 877

352 hab/km²

Réunion

2 512 km²

850 727

332 hab/km²

Source : Recensements de la population 2015, Insee.

  • 2 On parle de « saison sèche » et de « saison des pluies ».
  • 3 La terminologie internationale parle de Multinational Time Use Survey. L’auteur tient à remercier L (...)

3Plusieurs facteurs peuvent justifier une organisation des emplois du temps différente dans ces régions d’Outre-mer par rapport à la France métropolitaine. D’abord, le climat y est beaucoup plus doux et contrairement à la métropole, les rythmes du soleil restent sensiblement les mêmes tout au long de l’année en raison de la proximité avec l’équateur. Le cycle des saisons est également très différent2. Or les travaux de Marcel Mauss ont montré, en prenant l’exemple des sociétés eskimos, que les activités quotidiennes (en particulier les activités de sociabilité) varient fortement d’une saison à l’autre et dépendent étroitement de la température extérieure et des horaires solaires (Mauss, 1904). Il semble ainsi que les phénomènes climatiques et météorologiques jouent un rôle essentiel dans la construction des rythmes de vie. En outre, des comparaisons internationales obtenues en compilant les enquêtes sur les emplois du temps3 conduites dans différents pays soulignent l’intérêt d’une approche par aire géographique pour appréhender les usages du temps (Charmes, 2015). Les habitants des pays latino-américains et caribéens (aire géographique à laquelle se rattachent la Martinique et la Guadeloupe) consacrent davantage de temps aux activités de loisirs et de sociabilité que les habitants d’Europe de l’Ouest (aire géographique à laquelle se rattache la France métropolitaine). En Afrique de l’Est (aire géographique à laquelle se rattache l’île de la Réunion), les activités physiologiques et les tâches domestiques sont privilégiées. Néanmoins, ces constats sont étroitement corrélés au niveau de développement économique des pays concernés. Or, sur ce plan, les DROM français se distinguent des pays voisins par des niveaux de revenus beaucoup plus élevés (Doligé et Vergoz, 2014).

4Ensuite, plusieurs contributions ont mis en lumière des singularités dans l’emploi du temps des Français. Sur le plan des rythmes alimentaires, les Français déjeunent et dînent globalement toujours dans les mêmes intervalles horaires et leurs temps alimentaires se caractérisent par une grande régularité (Saint-Pol, 2006 ; Grignon, 2004). Ces constats contrastent avec la situation d’autres pays occidentaux, notamment les pays anglo-saxons (États-Unis, Royaume-Uni, Australie…) où la pratique du grignotage est courante (Saint-Pol, 2006). En ce qui concerne le temps consacré aux loisirs, une publication récente de Gilles Pronovost montre que celui-ci se structure différemment chez les Français que chez les Américains et les Canadiens. D’abord les Français dédient beaucoup moins de temps à la vie associative et religieuse (Pronovost, 2014). Néanmoins, ils compensent par une pratique plus intense du sport et des activités physiques. Enfin dans le domaine du travail domestique de fortes disparités existent entre les pays développés (Altintas et al., 2016) notamment sur la question de la division des tâches au sein des couples. La France ressort comme l’un des pays où le temps passé à s’occuper des enfants est le plus réduit, en raison notamment d’un taux d’emploi important des femmes et d’un effort de développement des structures d’accueil des enfants en bas âge particulièrement marqué. La question des temps alimentaires, des temps de loisirs et du travail domestique dans les régions d’Outre-mer mérite alors d’être posée (y retrouve-t-on les mêmes spécificités qu’en métropole ?).

  • 4 Conduite en 2010, l’enquête Migrations, famille et vieillissement est une enquête dont le champ cib (...)

5Enfin, de nombreuses contributions dans le champ de la sociologie du travail ou de la famille ont souligné le poids des déterminants démographiques, sociologiques et économiques dans l’organisation des journées de travail (Lesnard et Saint-Pol, 2008 ; Sautory et Zilloniz, 2015 ; Lesnard, 2009). Or les sociétés d’Outre-mer présentent sur ce plan de nombreuses spécificités (voir notamment l’ouvrage coordonné par Le Gall et Roinsard et publié en 2010 pour le cas de la Martinique). Les études de la statistique publique font état des difficultés socio-économiques (chômage, pauvreté…) des populations qui y résident et notamment du faible taux d’emploi avec des répercussions directes sur l’organisation des emplois du temps (Actif et Eh Woane, 2013 ; Brasset et Le Pabic, 2014 ; Baude, 2011). Les emplois de cadres ainsi que les emplois dans le secteur industriel sont sous-représentés en Outre-mer. À l’inverse, les emplois tertiaires dont les horaires sont parfois décalés (emploi dans le secteur touristique par exemple) y sont surreprésentés. Les diplômés sont sous-représentés dans les DROM (Temporal, 2015) alors que les individus d’origine immigrée y sont surreprésentés (Valentin et Temporal, 2011). Par ailleurs, les structures familiales (en particulier les modes de vie conjugaux) présentent des divergences marquées avec la métropole. Les Ultramarins sont moins souvent mariés et vivent moins souvent en couple, cohabitant, si bien que les ménages complexes et les familles monoparentales sont relativement beaucoup plus nombreux qu’en métropole. De nombreux travaux issus de l’exploitation de l’enquête Migrations, famille et vieillissement (Insee-Ined, 2010)4 détaillent ces singularités (Marie et Breton, 2015 ; Lechaufeur et Browm, 2011 ; Breton, 2011 ; le numéro 106 de la revue Politiques sociales et familiales est consacré à l’exploitation de cette source). Or les choix en termes de rythmes de vie sont le plus souvent décidés à l’échelle du ménage puisque les emplois du temps sont coordonnés entre les différents membres de celui-ci (Lesnard, 2009). Le fait de vivre seul plutôt qu’en couple augmente le temps consacré aux tâches domestiques dont la charge évolue moins que proportionnellement à la taille du ménage (Brousse, 2015). La situation maritale des couples (mariage, PACS ou concubinage) peut également jouer un rôle, notamment dans la répartition des tâches domestiques (Bianchi, et al., 2014) et parentales (Champagne, et al., 2015). Enfin, le niveau des revenus joue également sur l’implication des conjoints (Bittman, 2015) ou sur la capacité financière qu’a un ménage à faire sous-traiter certaines tâches par l’emploi d’un personnel domestique (le temps de travail domestique est alors requalifié en temps de travail professionnel) (Allègre et al., 2015). Ces effets de structure sont de nature à induire des différences importantes avec la métropole dans l’organisation des journées. Cependant, ils pourront être neutralisés par le recours à des modèles économétriques.

6Ainsi, de nombreux facteurs sont donc susceptibles d’être à l’origine de rythmes de vie et de choix d’allocation du temps libre particuliers en Outre-mer. Cette contribution a pour objectif d’apporter un éclairage sur cette question.

Les données

  • 5 L’enquête a été menée au cours des années 2009 et 2010. Pour plus de simplicité, l’intitulé enquête (...)
  • 6 Ces derniers posent davantage problème dans les enquêtes rétrospectives.
  • 7 Lors des éditions précédentes de l’enquête, le champ était restreint aux individus âgés de plus de (...)

7Les données de la dernière édition de l’enquête Emploi du Temps de l’Insee (2009-2010)5 sont mobilisées. La finalité de ces enquêtes Emploi du Temps est de quantifier le temps consacré par les individus interrogés aux différentes activités quotidiennes mais aussi d’étudier l’organisation des journées et les rythmes de vie. L’information est collectée via un carnet dans lequel l’individu décrit avec ses propres mots ses activités au cours de la journée par intervalles de dix minutes. Jusqu’à deux activités à la fois peuvent être renseignées pour un même intervalle de dix minutes (une activité principale et une activité secondaire). Ce mode de collecte permet de limiter les problèmes de mémoire6 et assure une bonne fiabilité des données. Il permet à la fois de déterminer le temps consacré par chaque individu à chacun des postes d’activité mais aussi de savoir à quel moment de la journée ces activités ont lieu. Pour tenir compte de la disparité des activités entre les jours de la semaine, chaque individu échantillonné doit remplir deux carnets : un en semaine et l’autre le week-end (Castell, 2014). Par ailleurs, pour tenir compte de la saisonnalité des activités, l’enquête est collectée de manière continue sur douze mois de l’année. Le champ porte sur les individus âgés de plus de 11 ans7 et résidant en logement ordinaire (les logements collectifs comme les prisons, les hôpitaux, ou les maisons de retraite sont exclues de la base de sondage). Afin d’étudier la répartition des tâches domestiques au sein des couples, lorsqu’un individu est interrogé, son éventuel conjoint l’est aussi.

8La dernière édition de l’enquête se distingue par un suréchantillonnage de logements dans trois DROM : la Guadeloupe, la Martinique et la Réunion. Elle constitue en cela une source privilégiée pour cette étude. La suite de la contribution se concentre sur ces trois territoires. La faible taille des échantillons en Guadeloupe et en Martinique (tableau 2) impose de regrouper ces deux DROM qui sont relativement proches géographiquement et culturellement en un ensemble unique dénommé « Antilles » (Temporal, 2011). Les résultats présentés ici le sont simplement à titre exploratoire puisque l’enquête n’est pas représentative régionalement. La faible taille des échantillons implique de mener l’analyse à un niveau relativement agrégé.

Tableau 2 : Les individus résidant dans les DROM dans l’Enquête Emploi du Temps 2010

France métropolitaine

Guadeloupe

Martinique

Réunion

Effectifs des individus

15 214

112

113

631

Effectifs des individus pondérés

45 514 000

303 000

318 000

575 000

Effectifs des ménages

8 860

67

58

343

Effectifs des ménages pondérés

23 138 000

124 000

113 000

176 000

Nombre de carnets remplis

27 250

231

228

1 318

Lecture : L’enquête Emploi du Temps 2010 comporte 112 individus résidant en Guadeloupe
Champ : 16 070 individus appartenant à 9 328 ménages et ayant rempli 29 297 carnets.

Source : Enquête Emploi du Temps 2010, Insee.

DROM et métropole : des populations différentes

  • 8 Le seuil de pauvreté est calculé par l’Insee comme 60 % du niveau de vie médian. Les individus viva (...)

9Comme l’ont déjà documenté de nombreuses études (Marie et Breton, 2015 ; Temporal, 2011), les populations métropolitaines et ultramarine diffèrent sensiblement. Les familles monoparentales et les ménages complexes (c’est-à-dire selon la définition de l’Insee, les ménages qui comptent plus d’une famille ou plusieurs personnes isolées, ou toute autre combinaison de familles et personnes isolées) sont surreprésentés dans les DROM au détriment des couples sans enfant notamment. À l’inverse, les familles recomposées y sont plus rares qu’en métropole. La descendance finale des femmes, historiquement beaucoup plus élevée dans les DROM qu’en métropole, a fortement diminué au fil des générations pour converger vers la moyenne nationale (autour de 2,3 enfants par femmes pour les dernières générations). Parallèlement, les couples vivant dans les DROM sont moins fréquemment et plus tardivement mariés que ceux résidant en métropole. Ils sont également moins fréquemment cohabitant : 90 % des mères vivent en couple cohabitant en métropole contre 52 % en Martinique et 67 % à la Réunion (Marie et Breton, 2015). La population d’Outre-mer est plus jeune, notamment sur l’île de la Réunion. À l’inverse, les îles des Antilles (Guadeloupe et Martinique) présentent des pyramides des âges plus proches de celle de la métropole se caractérisant notamment par un vieillissement rapide de la population (Temporal, 2011). Enfin, les ménages résidant en Outre-mer sont nettement plus touchés par la pauvreté et le chômage que ceux de la métropole (Alibay et Forgeot, 2006 ; Michel et al., 2010). Selon l’Insee, le taux de pauvreté, s’il était calculé avec le même seuil de pauvreté que celui de la métropole8 s’établirait en 2006 à 38 % en Martinique et 46 % en Guadeloupe. Il était de 42 % sur l’île de la Réunion (Actif et Eh-Woane, 2013) en 2010. Toutes ces particularités se retrouvent dans l’échantillon de l’enquête Emploi du Temps 2010 (tableau 3). Étudier les facteurs géographiques, climatiques et culturels propres aux populations ultra-marines sur les choix d’allocation du temps implique donc d’avoir recours à un raisonnement « toutes choses égales par ailleurs » pour neutraliser ces différents effets de structure (via l’introduction de variables de contrôle dans des modèles économétriques).

Tableau 3 : Caractéristiques sociodémographiques des individus résidant dans les DROM dans l’enquête Emploi du Temps 2010

  • 9 Le niveau de vie mensuel du ménage est défini comme le rapport entre le revenu déclaré du ménage et (...)

France métropolitaine

Antilles (Guadeloupe et Martinique)

Réunion

Effectifs des individus

15 214

125

631

Effectifs pondérés des individus

45 514 000

621 000

575 000

Situation du ménage

Personne seule

16 %

14 %

9 %

Famille

monoparentale

8 %

26 %

19 %

Couple sans enfant

28 %

16 %

14 %

Couple avec enfant

44 %

39 %

54 %

Ménage complexe

3 %

6 %

4 %

Nombre d’enfants de moins de 18 ans

Pas d’enfant

59 %

49 %

41 %

Un enfant

18 %

29 %

21 %

Deux enfants

15 %

18 %

24 %

Trois enfants ou plus

8 %

4 %

14 %

Age

Moins de 35 ans

35 %

37 %

43 %

Entre 35 et 45 ans

18 %

16 %

22 %

Entre 45 et 55 ans

16 %

17 %

17 %

Plus de 55 ans

31 %

30 %

18 %

CSP

Agriculteur

1 %

1 %

1 %

Artisan

3 %

4 %

5 %

Cadre

8 %

4 %

4 %

Profession intermédiaire

13 %

10 %

10 %

Employé

16 %

20 %

20 %

Ouvrier

12 %

13 %

13 %

Statut d’activité

En emploi

47 %

41 %

39 %

Étudiant

16 %

18 %

20 %

Au chômage

6 %

16 %

16 %

À la retraite

23 %

20 %

10 %

Autres inactifs

8 %

5 %

16 %

Lieu de naissance

Métropole

93 %

12 %

11 %

DOM-TOM

1 %

83 %

86 %

Autre

7 %

5 %

3 %

Niveau de vie mensuel du ménage9

1 602

1 291

1 160

Lecture : L’enquête Emploi du Temps 2010 comporte 112 individus résidant en Guadeloupe
Champ : 16 070 individus appartenant à 9 328 ménages et ayant rempli 29 297 carnets.

Source : Enquête Emploi du Temps 2010, Insee.

Davantage de temps consacré à la sociabilité dans les DROM

10Dans un premier temps, et dans une optique purement descriptive l’ensemble des individus ayant répondu à l’enquête est conservé dans le champ de l’analyse. Neuf postes d’activité sont distingués :

    • 10 Dans l’enquête Emploi du Temps, il n’est pas possible de distinguer les courses relevant de la néce (...)

    le travail domestique. Il inclut notamment la cuisine, la vaisselle, le ménage, le linge, la gestion administrative du ménage mais aussi les activités de semi-loisirs comme le temps passé avec les enfants, le jardinage, le bricolage ou encore les courses10

  • le sommeil

  • l’hygiène et la santé qui rassemble le temps consacré aux soins et à la toilette

  • les repas qui se réduisent aux prises alimentaires (au sens où ils n’incluent pas le temps de préparation et la vaisselle)

  • le travail qui recoupe à la fois le travail professionnel pour les actifs en emploi et le temps consacré aux études pour les étudiants

  • les loisirs qui regroupent essentiellement les jeux de société, la lecture, les pratiques sportives, l’investissement associatif, et les activités d’extérieur (promenade, plage…)

  • les activités liées à l’écran, c’est-à-dire le temps passé à regarder la télévision ou à utiliser un ordinateur

  • les activités de sociabilité avec les amis et la famille (réception ou visite d’amis ou de membres de la famille, conversation avec une tierce personne, conversation téléphonique ou par internet, cérémonie, activité associative ou religieuse en communauté…). Les repas au titre de la sociabilité (repas de famille ou entre amis) ne sont pas distingués des autres repas si bien qu’ils sont comptabilisés dans l’agrégat « repas »

  • les trajets.

  • 11 Les écart-types deviennent alors trop élevés.

11La construction de ces neuf postes s’explique par une double contrainte. D’abord, le souci de s’inscrire dans la littérature existante (Allègre et al., 2015). Ensuite, la nécessité de conserver des résultats robustes malgré la petite taille des échantillons. Une analyse exploratoire des données montre en effet qu’il n’est pas possible de désagréger davantage ces catégories (par exemple d’analyser de manière distincte le temps dédié à chacun des loisirs)11. Néanmoins, ce découpage (qui conditionne largement la suite de l’analyse) demeure contestable, notamment car les frontières entre les différents postes peuvent s’avérer floues (par exemple les postes « loisirs » et « repas » peuvent parfois s’apparenter au poste « sociabilité » quand ces activités sont effectuées avec des amis ou des membres de la famille). Le temps moyen consacré à chacune de ces activités peut alors faire l’objet d’une comparaison entre la métropole et les régions d’Outre-mer (tableau 4). Les individus résidant dans les DROM consacrent en moyenne davantage de temps aux activités de loisirs et de sociabilité que les métropolitains mais inversement moins de temps aux repas. Pour les autres postes, les différences ne sont pas significatives.

Tableau 4 : L’usage du temps dans les DROM : temps moyen consacré à chaque poste d’activité (en minutes) selon le lieu de résidence

Poste d’activité

France métropolitaine

Antilles (Guadeloupe et Martinique)

Réunion

Travail domestique

179

160

183

Sommeil

515

503

517

Hygiène et santé

63

81

66

Repas

133

104**

105**

Travail

200

183

161

Loisirs

95

114**

122***

Écran

150

148

159

Sociabilité

52

95***

78***

Trajets

46

50

47

Lecture : En moyenne, un individu résidant en France métropolitaine consacre 179 minutes au travail domestique. Significativité à 1 % : ***, à 5 % : **, à 10 % : * pour le test de différence avec la France métropolitaine.
Champ : 16 070 individus appartenant à 9 328 ménages et ayant rempli 29 297 carnets.

Source : Enquête Emploi du Temps 2010, Insee.

  • 12 Dans l’enquête Emploi du Temps 2010, l’information disponible concernant le lieu de naissance se li (...)

12Néanmoins, ce résultat descriptif ne prend pas en compte les différences structurelles entre les deux populations. En particulier la population ultramarine est plus jeune, comporte proportionnellement moins de retraités et davantage d’inactifs, ce qui a des conséquences sur les temps moyens consacrés à chacune des activités (en particulier le temps « libre ») (Brousse, 2015). C’est pourquoi un raisonnement « toutes choses égales par ailleurs » est proposé dans la suite. Plusieurs modèles de régression multilinéaire sont estimés. Les variables expliquées sont les temps consacrés aux différents postes d’activité. Les variables explicatives d’intérêt sont les indicatrices de résidence et de naissance de l’individu dans un DROM12. Étant donné qu’une partie non négligeable des populations vivant dans les DROM sont originaires de la métropole (tableau 3), il a semblé pertinent de construire les variables indicatrices d’intérêt à partir de la double contrainte de naissance et de résidence. Les données montrent que lorsque l’individu est né en métropole, il occupe la plupart du temps un emploi de fonctionnaire. Or cette affectation en Outre-mer est le plus souvent vécue comme temporaire. L’hypothèse sous-jacente est que les populations originaires de métropole tendent à conserver au moins partiellement et temporairement leurs habitudes de vie antérieures. Des variables de contrôle sont introduites afin de neutraliser l’hétérogénéité observée des individus (détails en annexe).

  • 13 Par exemple un individu Réunionnais désignera un individu vivant à la Réunion et né dans un DROM.

13Les variables d’intérêt sont des indicatrices qui valent 1 si l’individu réside dans un DROM donné (Antilles ou Réunion) et est né dans un DROM (la modalité de référence concerne donc les individus vivant en France métropolitaine et les individus vivant dans les DROM mais nés en France métropolitaine). Les variables de contrôle permettent de tenir compte de l’hétérogénéité des populations. Le champ de l’estimation est restreint aux individus qui occupent un emploi à temps plein (de manière à neutraliser des différences de taux d’emploi entre les territoires). Dans la suite, le gentilé désignera un individu résidant sur le territoire associé et né dans un DROM13. L’objectif du modèle est de neutraliser l’effet des caractéristiques structurelles de la population (ventilation par âges, par CSP, par diplômes, par structures familiales…).

14Il ressort que les Ultramarins consacrent, toutes choses égales par ailleurs, davantage de temps aux activités de sociabilité (environ 30 minutes de plus) et de loisirs (environ 30 minutes de plus pour les Antillais) que les métropolitains. Ce constat peut s’expliquer au moins en partie par un climat plus doux qui favorise les loisirs et les activités en extérieur. Une autre explication pourrait renvoyer à des différences d’ordre culturel (sociétés davantage tournées vers le lien social). Les Ultramarins dédient également davantage de temps à leur hygiène et à leur santé que les métropolitains. En revanche, ils consacrent moins de temps aux repas. Les Antillais dorment toutes choses égales par ailleurs moins longtemps (près d’une heure de moins par jour) ce qui peut être la conséquence des rythmes du soleil très différents de ceux de la métropole (rythmes plus réguliers et durée du jour plus importante en hiver). Néanmoins, cette spécificité ne se retrouve pas chez les Réunionnais. En revanche pour les autres postes d’activité (le travail domestique, le travail, les trajets et le temps passé devant un écran) aucune différence significative ne peut être exhibée. Les usages du temps ne sont donc pas fondamentalement différents entre les régions d’Outre-mer et la métropole.

Tableau 5 : L’usage du temps dans les DROM : résultat de l’estimation du modèle économétrique (effet de résider dans un DROM sur le temps consacré à chaque poste d’activité)

Poste d’activité

Antilles (Guadeloupe et Martinique)

Réunion

Travail domestique

18

15

Sommeil

- 58***

- 8

Hygiène et santé

20**

18***

Repas

- 40**

- 17**

Travail

41

28

Loisirs

7

37***

Écran

- 10

- 8

Sociabilité

40***

28***

Trajets

1

1

Lecture : Toutes choses égales par ailleurs, un individu en emploi à temps plein vivant dans les Antilles et né dans un DROM consacre 18 minutes par jour de plus au travail domestique qu’un individu vivant en France métropolitaine. Significativité à 1 % : ***, à 5 % : **, à 10 % : *.
Champ : 8 289 carnets remplis par des individus en emploi à temps plein.

Source : Enquête Emploi du Temps 2010, Insee.

Des journées qui commencent plus tôt et se finissent moins tard dans les DROM

15Au-delà du temps alloué à chaque activité, l’enquête Emploi du Temps permet de connaître le moment de la journée auquel ces activités se déroulent lieu et donc la façon dont s’organisent les rythmes de vie. L’information est disponible par intervalles de dix minutes ce qui permet de connaître la fréquence de chacune de ces activités au sein la population sur ces créneaux horaires. Cet exercice est réalisé pour trois activités particulièrement structurantes dans le quotidien : le sommeil, les repas et le travail professionnel. Trois sous-populations sont étudiées : les individus résidant en France métropolitaine, ceux résidant dans les Antilles (Guadeloupe et Martinique) et ceux résidant sur l’île de la Réunion. Pour neutraliser des effets de structure concernant les taux d’emploi, le champ est de nouveau restreint aux individus en emploi à temps plein. Au-delà de la durée de travail (respectivement des repas et du sommeil) qui a déjà été abordée plus haut, la focale est déplacée sur les horaires de travail (respectivement des repas et du sommeil). Si cette thématique fait déjà l’objet d’une littérature abondante, celle-ci ne s’intéresse que rarement à la question des disparités régionales et des spécificités de l’Outre-mer (Sautory et Zilloniz, 2015).

16Les journées commencent en moyenne plus tôt en Outre-mer : à 6 heures du matin, 85 % des travailleurs (dans l’ensemble de ce paragraphe le terme de « travailleur » désigne les individus occupant un emploi à temps plein) vivant en France métropolitaine dorment contre seulement 48 % des travailleurs ultramarins (figure 1). À 7 heures du matin 71 % des travailleurs vivant en France métropolitaine dorment encore contre seulement 35 % des travailleurs ultramarins. Les journées de travail commencent également plus tôt en Outre-mer : à 7 heures du matin, 17 % des travailleurs des Antilles et 11 % de ceux de la Réunion sont déjà au travail contre seulement 8 % des travailleurs de France métropolitaine. Symétriquement, les journées de travail se terminent moins tard : à 17 heures, 25 % des travailleurs de France métropolitaine sont encore au travail contre 20 % des travailleurs des Antilles et 15 % de ceux de la Réunion. Le mode de l’après-midi de travail (c’est-à-dire l’heure de l’après-midi au moment de laquelle la proportion de travailleurs qui sont au travail est la plus élevée) se situe à 15 heures en France métropolitaine contre 14 heures 15 dans les Antilles et 14 heures 30 à la Réunion. Logiquement, les journées se terminent également plus tôt en Outre-mer. À 22 heures 21 % des travailleurs de France métropolitaine dorment contre plus de 47 % des travailleurs des Antilles et 57 % de ceux de la Réunion. À 22 heures, la moitié des travailleurs de la Réunion dorment. Ce seuil est de 22 heures 15 dans les Antilles et de 23 heures en France métropolitaine. Conséquence de ces rythmes décalés, les heures de repas diffèrent également. Pour le petit-déjeuner, le mode se situe à 8 heures 15 en France métropolitaine contre 7 heures dans les Antilles et 7 heures 15 à la Réunion. Pour le déjeuner les différences tendent à s’atténuer : le mode est à 12 heures 30 en France métropolitaine et dans les Antilles contre 12 heures 15 à la Réunion. Enfin, au moment du dîner, les rythmes se sont de nouveau décalés : le mode est à 20 heures en France métropolitaine contre 19 heures 45 aux Antilles et 19 heures 30 à la Réunion. Les repas durent moins longtemps en Outre-mer (tableau 5). Enfin, l’étude des rythmes du sommeil fait apparaître la pratique assez fréquente de la sieste chez les travailleurs des Antilles, pratique quasi inexistante en France métropolitaine et sur l’île de la Réunion : à 15 heures, 9 % des travailleurs des Antilles dorment. Ces constats de journées « décalées » sont à mettre en parallèle avec les rythmes solaires qui sont eux-mêmes déterminés par la distance à l’équateur. En Martinique, en Guadeloupe et à la Réunion le soleil se lève relativement tôt (vers 6 heures du matin) mais se couche également tôt (vers 18 heures). De plus, ces rythmes sont constants tout au long de l’année et ne se décalent pas comme cela est le cas en France métropolitaine. Les rythmes de vie tendent donc à se synchroniser avec ceux du soleil selon un processus déjà décrit par Marcel Mauss (Mauss et Beuchat, 1904).

17Concernant les temps alimentaires, leur régularité dans les Antilles est comparable à celle observée métropole ce qui signifie que la population tend à déjeuner et à dîner à heures fixes. Sur l’île de la Réunion les plages alimentaires sont encore plus restreintes qu’en métropole ce qui s’explique en partie par une durée moins longue consacrée aux repas mais aussi par une concentration temporelle plus marquée des prises alimentaires. Ainsi, le grand synchronisme des rythmes alimentaires constaté en métropole se retrouve dans les trois régions d’Outre-mer étudiées ici.

18Ces résultats descriptifs sont aussi le reflet de la structure de l’emploi dans les différents territoires. Plusieurs travaux ont en effet montré que les rythmes de vie, en particulier les journées de travail sont socialement différenciés : les artisans ont des journées de travail qui tendent à s’allonger, les cadres terminent leurs journées de travail plus tardivement que la moyenne et les catégories populaires (ouvriers et employés) tendent à les commencer et à les terminer plus tôt que la moyenne (Sautory et Zilloniz, 2015 ; Brousse, 2015). La sous-représentation des cadres en Outre-mer et des indépendants sur l’île de la Réunion (tableau 3) peut alors expliquer au moins partiellement les différences décrites précédemment. De plus, le tissu productif ultramarin présente aussi certaines spécificités : l’activité y est moins diversifiée et les entreprises y sont de tailles plus modestes (Dreyer et Savoye, 2011).

Figures : Distribution au cours de la journée de trois activités structurantes (sommeil, travail et repas) chez les individus en emploi à temps plein

Repas

Repas

Lecture : les courbes indiquent pour chaque heure de la journée la proportion d’individus en emploi à temps plein qui se consacrent aux différentes activités (sommeil, travail et repas)
Champ : 8 289 carnets remplis par des individus en emploi à temps plein.

Source : Enquête Emploi du Temps 2010, Insee.

Conclusions, limites et ouvertures

19Plusieurs résultats ressortent de cette contribution. Concernant l’usage du temps, celui-ci n’est pas fondamentalement différent en Outre-mer qu’en métropole. Néanmoins, les Ultramarins en emploi à temps plein consacrent, toutes choses égales par ailleurs, moins de temps aux repas que les métropolitains mais davantage aux activités de sociabilité, d’hygiène et de santé. Pour les autres postes d’activité, les différences ne ressortent pas comme statistiquement significatives. Par ailleurs, sur le plan des rythmes de vie, les journées de travail commencent en moyenne plus tôt en Outre-mer qu’en métropole et se terminent moins tard. Dans les Antilles, la pratiques de la sieste ressort nettement, même si, toutes choses égales par ailleurs, les Antillais dorment moins que les métropolitains. Ces constats sont potentiellement le corollaire à la fois des différences climatiques mais aussi des rythmes du soleil entre ces territoires. Ils peuvent également s’expliquer par des différences culturelles (sociétés davantage traditionnelles, tournées vers les rapports humains, notamment familiaux).

20Pour approfondir ces premiers éléments statistiques, il serait intéressant de disposer de résultats davantage désagrégés par sous-populations (par exemple les jeunes, les retraités, les inactifs…) de manière à étudier plus finement les différences entre métropole et Outre-mer. Néanmoins, la taille des échantillons dans les DROM et le fait que l’enquête Emploi du Temps de l’Insee ne soit pas représentative régionalement ne permet pas de pousser au-delà cette première analyse. Les résultats issus de cette étude le sont donc à titre purement exploratoire. Ils font toutefois état de différences notables dans l’organisation des journées entre les métropolitains et les Ultramarins. Ces différences pourraient être davantage documentées grâce à un suréchantillonnage de ménages ultramarins dans les prochaines éditions de l’enquête.

Haut de page

Bibliographie

Alibay N., Forgeot G., 2006. « Évaluation de la pauvreté dans les départements d’Outre-mer à partir de l’enquête Budget de famille de 2001 », dans Les Travaux de l’Observatoire 2005-2006, Observatoire Nationale de la Pauvreté et de l’Exclusion Sociale.

Allegre G., Bart V., Castell L., Lippman Q., Martin H., 2015. « Travail domestique : les couples mono-actifs en font-ils vraiment plus ? », Économie et Statistique, 478-479-480, p. 189-208.

Altintas E., Casarico A., Sommacal A., 2016. “Distributional aspects of parental time with children: Evidence from the Multinational Time Use Study (1961-2011)”.

Baude J., 2011. « Les effets des politiques sociale et fiscale sur les écarts de revenu entre ménages ultramarins et métropolitains », Politiques sociales et familiales, N° 106, p. 65-81.

Bianchi S., Lesnard L, Nazio T., Raley S., 2014. “Gender and time allocation of cohabitating and married women and men in France, Italy and the United States”, Demographic Research, 31(8), p. 183-216.

Bittman S., 2015. « Ressources économiques des femmes et travail domestique des conjoints : quels effets pour quelles tâches », Économie et Statistique, 478-479-480, p. 305-338.

Brasset M., Le Pabic L., 2014. « Enquête Budget de famille : Entre faiblesse des revenus et hausse de la consommation », Insee Analyses Mayotte, 3.

Breton D., 2011. « L’entrée dans l’âge adulte des jeunes réunionnaises et martiniquaises : la famille comme une « évidence » ? », Politiques sociales et familiales, 106, p. 25-38.

Breton D., Condon S., Marie C.-V., Temporal F., 2009. « Les départements d’Outre-mer face aux défis du vieillissement démographique et des migrations », Population et Sociétés, 460.

Brousse C., 2015. « Travail professionnel, tâches domestiques, temps « libre » : quelques déterminants sociaux de la vie quotidienne », Économie et Statistique, 478-479-480, p. 119-154.

Castell L., 2014. « Le week-end reste un temps de partage et de repos », France Portrait Social, p. 97-108.

Charmes J., 2015. “Time use Across the World : Findings of a World Compilation of Time Use Survey”, Rapport pour le Programme des Nations Unies pour le développement.

Champagne C., Pailhe A., Solaz A., 2015. « Le temps domestique et parental des hommes et des femmes : quels facteurs d’évolutions en 25 ans », Économie et Statistique, 478-479-480, p. 209-242.

Dolige E., Vergoz M., 2014. « Les niveaux de vie dans les Outre-mer : un rattrapage en panne ? », Rapport d’information du Sénat, 710.

Grignon C., Grignon Ch., 2004. « Sociologie des rythmes alimentaires », Document de travail de l’INRA.

Le Gall D. et Roinsard N. (dir.), 2010. Chroniques d’une autre France : La Réunion Genres de vie et intimités créoles, Paris, L’Harmattan, collection Sociologies et environnement.

Lesnard L., Saint-Pol T., 2008. « Organisation du travail dans la semaine des individus et des couples actifs : le poids des déterminants économiques et sociaux », Économie et Statistique, 414, p. 53-74.

Lesnard L., 2009. La famille désarticulée, Paris, Presse Universitaire de France.

Marie C.-V., Breton D., 2015. « Les “modèles familiaux” dans les DOM : entre bouleversements et permanences », Politiques Sociales et familiales, n° 119, p. 55-64.

Marie C.-V., Temporal F., 2011. « Les DOM : terres de migrations », Espace populations sociétés, n° 3, p. 475-491.

Mauss M., Beuchat H. 1904-1905. « Essai sur les variations saisonnières des sociétés eskimos. Étude de morphologie sociale », L’Année Sociologique, tome IX.

Michel C., Theulière M., Missègue N., 2010. « Les inégalités de revenus entre les DOM et la métropole », Insee Première, n° 1 279.

Pronovost G., 2014. « Sociologie du loisir, sociologie du temps », Temporalités, 20, p. 65-94.

Saint-Pol T., 2006. « Le dîner des Français : un synchronisme alimentaire qui se maintient », Économie et Statistique, 400, p. 45-69.

Sautory O., Zilloniz S., 2015. « De l’organisation des journées à l’organisation de la semaine : des rythmes de travail socialement différenciés », Économie et Statistique, N° 478-479-480, p. 155-188.

Temporal F., 2011. « L’évolution démographique récente dans les départements d’Outre-mer », Politiques sociales et familiales, n° 106, p. 87-93.

Temporal F., 2011. « L’enquête Migrations, Famille et Vieillissement : Première grande enquête menée dans les DOM pour mieux cerner les défis de demain », Politiques sociales et familiales, n° 106, p. 98-103.

Temporal F., 2015. « Les régions ultrapériphériques », L’Europe en Formation, n° 377, p. 61-78.

Haut de page

Annexe

Pour le modèle dont les résultats de l’estimation figurent dans le tableau 5, les variables de contrôle sont les suivantes :

  • Le logarithme du salaire horaire de l’individu (cette variable a été préférée au salaire mensuel car le choix du temps consacré à certains postes d’activité est une décision jointe avec le temps consacré au travail)

  • Le nombre d’enfant à charge sous la forme d’indicatrices pour un enfant, deux enfants ou trois enfants ou plus. L’absence d’enfant constitue la modalité de référence.

  • Une indicatrice de présence d’un enfant de moins de trois ans à charge du ménage.

  • Une indicatrice pour les familles monoparentales.

  • Une indicatrice de l’inactivité du conjoint.

  • Le statut marital sous la forme d’indicatrices pour le PACS et le concubinage. Le mariage constitue la modalité de référence.

  • La CSP de l’individu sous la forme de cinq indicatrices pour les catégories suivantes : agriculteur, artisan/commerçant, cadre, employé, et ouvrier. La modalité « profession intermédiaire » est la modalité de référence.

  • Le diplôme de l’individu sous la forme d’indicatrices pour un diplôme inférieur au bac et pour un diplôme supérieur au bac plus deux ans. Les diplômes compris entre le bac et le bac plus deux ans constituent la modalité de référence.

  • Une indicatrice de résidence dans une maison ou un pavillon.

  • Le moment de la semaine correspondant au carnet sous la forme d’une indicatrice pour les jours du week-end. Les jours de la semaine constituent la modalité de référence.

Haut de page

Notes

1 Source : Insee, estimations de population.

2 On parle de « saison sèche » et de « saison des pluies ».

3 La terminologie internationale parle de Multinational Time Use Survey. L’auteur tient à remercier Laura Castell pour ses conseils et sa grande connaissance des Enquêtes Emploi du Temps à travers le monde.

4 Conduite en 2010, l’enquête Migrations, famille et vieillissement est une enquête dont le champ ciblait spécifiquement les ménages vivant dans les DOM (Guadeloupe, Martinique, Guyane et Réunion). Le questionnaire met l’accent sur les trajectoires migratoires (sur-échantillonnage des individus ayant connu une migration), l’enjeu du vieillissement, les structures familiales et les discriminations (Valentin, 2011).

5 L’enquête a été menée au cours des années 2009 et 2010. Pour plus de simplicité, l’intitulé enquête Emploi du Temps 2010 sera utilisé par la suite.

6 Ces derniers posent davantage problème dans les enquêtes rétrospectives.

7 Lors des éditions précédentes de l’enquête, le champ était restreint aux individus âgés de plus de 18 ans. L’édition 2010 a étendu le champ aux individus âgés de 11 à 18 ans.

8 Le seuil de pauvreté est calculé par l’Insee comme 60 % du niveau de vie médian. Les individus vivant sous ce seuil sont considérés comme pauvres. Concernant la mesure de la pauvreté dans les DROM un débat subsiste sur le choix du seuil à retenir. Le seuil de pauvreté retenu pouvant être le seuil national ou au contraire le seuil régional. Le choix de ce dernier a pour conséquence des taux de pauvreté beaucoup plus faibles.

9 Le niveau de vie mensuel du ménage est défini comme le rapport entre le revenu déclaré du ménage et le nombre d’unité de consommation du ménage calculé avec l’échelle de l’OCDE modifiée.

10 Dans l’enquête Emploi du Temps, il n’est pas possible de distinguer les courses relevant de la nécessité du quotidien (alimentation) des courses relevant du loisir (shopping).

11 Les écart-types deviennent alors trop élevés.

12 Dans l’enquête Emploi du Temps 2010, l’information disponible concernant le lieu de naissance se limite à un agrégat « DROM » sans plus de précision géographique.

13 Par exemple un individu Réunionnais désignera un individu vivant à la Réunion et né dans un DROM.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Sommeil
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4616/img-1.png
Fichier image/png, 43k
Titre Travail
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4616/img-2.png
Fichier image/png, 47k
Titre Repas
Légende Lecture : les courbes indiquent pour chaque heure de la journée la proportion d’individus en emploi à temps plein qui se consacrent aux différentes activités (sommeil, travail et repas)Champ : 8 289 carnets remplis par des individus en emploi à temps plein.
Crédits Source : Enquête Emploi du Temps 2010, Insee.
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/4616/img-3.png
Fichier image/png, 50k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri Martin, « Rythmes de vie et usages du temps dans la France d’outre-mer », Temporalités [En ligne], 27 | 2018, mis en ligne le 04 juillet 2018, consulté le 23 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/4616 ; DOI : 10.4000/temporalites.4616

Haut de page

Auteur

Henri Martin

OFCE – Henri.martin91@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page