Navigation – Plan du site
Lire

Jean-Yves Boulin et Laurent Lesnard, Les batailles du dimanche

Presses universitaires de France, Paris, 2017
Diane-Gabrielle Tremblay
Référence(s) :

Jean-Yves Boulin et Laurent Lesnard, 2017. Les batailles du dimanche, Paris, Presses universitaires de France, Collection Lien social, 272 pages.

Texte intégral

1Le débat sur le travail le dimanche a tout une histoire en France, il renaît régulièrement et fait réémerger diverses questions dont plusieurs sont abordées dans cet ouvrage : le travail le dimanche, nécessité ou caprice ? Quel est l’effet sur le volume de l’emploi ? Quel est l’effet sur l’activité d’une ville (le cas de Brive dans l’ouvrage) ? Et question fondamentale, aussi, sur qui faire peser ces heures « asociales » ? Ce ne sont là que quelques questions que fait émerger la question du travail le dimanche et qui suscite toujours autant d’intérêt.

2Dans cet ouvrage, Jean-Yves Boulin et Laurent Lesnard présentent non seulement les « batailles du dimanche » comme l’annonce le titre, mais offrent aussi tout un historique du développement du dimanche comme jour de repos. Ils évoquent l’origine astrologique et religieuse du dimanche, en tant que « jour du Seigneur », puis évoquent aussi le passage du profane au sacré et surtout une question fort intéressante, soit le conflit entre le temps religieux et le temps marchand, qui se présente davantage aujourd’hui comme un conflit entre le temps familial et le temps marchand. Les auteurs font une analyse détaillée de cette évolution historique et illustrent le passage du dimanche puritain à une progressive désacralisation. Ils incluent dans leur ouvrage une analyse fort intéressante de l’évolution des lois sur le temps de travail, et notamment sur le repos dominical, évoquant à cet égard une « marche chaotique » vers la loi sur le repos dominical. Une loi qui sera ensuite remise en question, en particulier dans les zones touristiques des villes. Ici, le débat s’apparente à ce que l’on observe en Amérique, où certains marchands revendiquent depuis un bon moment le « droit » d’ouvrir le dimanche pour répondre à une demande présumée des touristes, mais aussi, ce faisant, des locaux bien sûr. Les États-Unis ont sans doute été le plus loin sur ce plan, puisqu’on y trouve un grand nombre de commerces non seulement ouverts le dimanche, mais carrément 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.

3Le chapitre 2 de l’ouvrage présente l’historique détaillé de l’expansion du domaine du travail dominical. En partant de la loi de 1906, les auteurs évoquent la semaine « anglaise » et la journée de 8 heures qui seraient venues au secours du repos dominical. Ils traitent ensuite des nombreuses controverses auxquelles a donné lieu le travail du dimanche, racontant la dérégulation dans l’industrie, puis les évolutions dans le commerce. Les lois Maillé (2009) et Macron (2015) sont ensuite exposées et elles viennent illustrer le passage vers une banalisation du travail dominical. Les auteurs montrent ainsi comment il y a eu dérégulation du repos dominical et progressive déstabilisation de la semaine standard de travail. La France n’est pas le seul pays à avoir suivi cette évolution, même si les débats sur la question y ont sans doute été plus animés qu’ailleurs. Aussi, ce chapitre 2 permet de voir qu’il y a une tendance mondiale, …même si les auteurs évoquent également la « tentative soviétique d’éradication du dimanche » !

4Jean-Yves Boulin et Laurent Lesnard passent ensuite au sens du travail dominical et s’interrogent sur son importance, non seulement en volume d’heures ou d’emplois, mais aussi, et davantage même, du point de vue des significations associées aux usages du temps, à la sociabilité amicale et familiale, et ce, principalement pour les travailleurs qui se trouvent visés par les horaires d’ouverture le dimanche. Ces derniers subissent alors des effets importants sur leurs conditions de vie, mais aussi sur leurs usages du temps hors travail. Les auteurs tiennent compte de la diversité des modes et lieux de sociabilité, incluant ici les dimensions conjugales, parents-enfants, mère-enfants, père-enfants, en plus de la sociabilité amicale.

5Élément particulièrement intéressant, les auteurs montrent que si on a pu penser que le temps de sociabilité et de loisir perdu le dimanche pourrait être repris au cours d’un jour de la semaine, ce n’est en fait pas le cas, en raison de la très forte prédominance du travail en semaine et des congés du week-end. Ainsi, le temps familial ou social perdu le dimanche n’est pas rattrapé, étant donné le fait que la majorité des gens continuent de travailler en semaine, malgré la diversification des horaires au fil des ans.

6La partie suivante amène les auteurs à se pencher de manière plus approfondie sur les arguments de cette controverse sur le sens du dimanche et les effets de l’abandon de son caractère sacré, ou préservé du travail. Ils s’intéressent notamment aux effets possibles sur l’emploi, et bien que ceci ait parfois été mis de l’avant pour justifier l’ouverture des commerces le dimanche, peu de pays peuvent prétendre avoir vu les chiffres de vente globaux progresser de manière importante. Ainsi, cette pseudo-justification du travail le dimanche ne semble pas tenir la route de l’analyse approfondie.

7Pour conclure leur ouvrage, Jean-Yves Boulin et Laurent Lesnard invitent à une réflexion sur l’alternative à l’ouverture des commerces le dimanche. Ils s’intéressent aux autres activités qui pourraient occuper les dimanches, outre la ballade dans les centres commerciaux. Ici, on notera un élément quelque peu surprenant, à savoir le fait qu’en France, les bibliothèques publiques ne sont pas systématiquement ouvertes le dimanche, contrairement à ce que l’on observe dans plusieurs pays à l’échelle internationale, que ce soit en Amérique ou dans les pays nordiques. Les bibliothèques et médiathèques sont certes un endroit au moins aussi intéressant que les centres commerciaux pour passer un dimanche. Jean-Yves Boulin et Laurent Lesnard appellent enfin à une concertation et à une co-construction, avec les habitants des villes et autres parties prenantes, pour tenter de développer des usages sociaux du temps, sur la base d’une concertation et coconstruction avec les principaux acteurs intéressés. Ce serait certes une manière intéressante de faire progresser les dossiers, et les agences des temps ou « bureaux des temps » auraient pu être une des avenues pour faire avancer ces questions. Ils semblent malheureusement un peu moins actifs ces dernières années, si ce n’est dans quelques villes.

8À travers cet ouvrage, on peut voir à quel point le dimanche constitue un marqueur temporel majeur, tout autant qu’un objet de luttes sociales importantes, en particulier en France. Comme le notent les auteurs, c’est aussi un miroir des évolutions sociales et des attitudes et mentalités individuelles. Ainsi, l’ouvrage nous invite à nous interroger sur le sens du travail dominical, mais aussi sur les présupposés idéologiques qui ont parfois animé les batailles autour du dimanche. Grâce à une analyse approfondie des lois, des luttes, mais aussi des significations sociologiques, ainsi que d’une étude de cas de la ville de Brive, l’ouvrage appelle à une réflexion approfondie sur les temporalités, ainsi que sur la dominance du temps marchand, dominance qui s’observe de plus en plus à l’échelle internationale, sur pratiquement tous les continents.

9Jean-Yves Boulin et Laurent Lesnard soutiennent que « seuls devraient être concernées par l’ouverture dominicale les activités commerciales et de services ayant un rapport avec les loisirs familiaux et amicaux » (p. 256). C’est certes là une position intéressante, bien que l’on puisse se demander si certaines frontières entre les loisirs familiaux et amicaux ne seraient pas un peu floues… Comment permettre l’ouverture des cinémas, en interdisant l’ouverture des magasins d’alimentation ou autres ? La proposition est certes intéressante mais les frontières entre les diverses activités pourraient être difficiles à établir, et certains pourraient revendiquer, au nom de la simplicité volontaire et de la réduction des dépenses de consommation, la possibilité d’aller faire des courses pour faire un repas en famille ou entre amis (au lieu d’aller au restaurant), ou encore d’acheter de la peinture pour repeindre une pièce de la maison en famille. Et que dire des marchés publics extérieurs, où les gens aiment bien aller se balader, et qui offrent souvent des pièces d’artisanat… mais présentent aussi de plus en plus des commerces plus classiques. De fait, les auteurs défendent l’ouverture des lieux comme les marchés publics et les bibliothèques, lieux de sociabilité et de culture, mais il serait sans doute difficile de tracer une ligne très claire. Bref, on voit déjà les débats qui pourraient entourer la définition des activités permises et interdites, mais la question vaut certes la peine d’être posée, surtout lorsqu’on considère les supermarchés états-uniens, ouverts 24 heures par jour, y compris le dimanche bien sûr… sans que cela ne semble ajouter beaucoup à la vie socioculturelle.

10L’ouvrage est très bien documenté et présente l’intérêt de situer cette bataille du dimanche dans son contexte historique et social, tout en soulevant l’essentiel des enjeux qui y sont associés aujourd’hui, dans la très grande majorité des pays développés, où le commerce a effectivement envahi le dimanche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Diane-Gabrielle Tremblay, « Jean-Yves Boulin et Laurent Lesnard, Les batailles du dimanche », Temporalités [En ligne], 27 | 2018, mis en ligne le 05 juillet 2018, consulté le 23 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/4924

Haut de page

Auteur

Diane-Gabrielle Tremblay

École des sciences de l'administration, Université TÉLUQ, Montréal – diane-gabrielle.tremblay@teluq.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page