Navigation – Plan du site
Lire

Alexis McCrossen, Marking Modern Times

Chicago, The University of Chicago Press, 2013
Côme Souchier

Texte intégral

1La discipline temporelle, la mesure et la représentation du temps dans les sociétés occidentales ont déjà fait l’objet de nombreux travaux en sciences sociales, dont certains demeurent des références incontournables. L’article de Jacques Le Goff publié en 1960 en fait partie. L’historien médiéviste montre comment l’activité économique des marchands de la fin du Moyen-Âge s’appuie de plus en plus sur une mesure rationnelle du temps par les horloges, notamment pour organiser et contrôler le travail des ouvriers journaliers. L’article d’E. P. Thompson publié en 1967 souligne le rôle plus tardif de l’industrialisation dans la progressive acculturation des employés à la discipline temporelle au détriment du travail à la tâche. Gehrard Dohrn-van Rossum, dans son livre paru en 1997, étudie ensemble mesure du temps et discipline temporelle en Europe, de l’Antiquité jusqu’au début du XIXe siècle. À ces travaux, il faudrait ajouter ceux qui se concentrent sur la standardisation du temps, c’est-à-dire la définition et l’utilisation d’un système horaire commun à un pays, voire au monde entier dans le cas des fuseaux horaires. Dans un ouvrage publié en 2015, l’historienne Vanessa Ogle analyse ainsi la standardisation du temps de 1870 à 1950 selon une approche globale, en retraçant la transformation du temps selon des logiques de circulations, d’émulations et d’inventions simultanées sur tous les continents (Ogle, 2015).

  • 1 « public clock era »
  • 2 « [...] the American temporal system […] was built, upon unsynchronizable and imprecise timepieces, (...)
  • 3 « dreams of synchronicity »

2Alexis McCrossen reprend les principales problématiques de cette littérature – mesure du temps, discipline temporelle, standardisation du temps – dans son étude sur la production et les usages des instruments de mesure du temps aux États-Unis. Organisés chronologiquement, les chapitres du livre progressent de la fin du XVIIIe siècle jusqu’à la période des années 1880 aux années 1930 que l’auteure nomme l’« ère de l’horloge publique »1 (p. 3). Avant cette période, « le système temporel américain […] était construit sur des instruments de mesure du temps imprécis et non synchronisables, ainsi que sur des standards temporels indéterminés »2 (p. 13-14). Cette situation est d’autant plus décriée dans les années 1880 que les besoins en coordination s’accroissent du fait de l’industrialisation et de l’accélération des transports (p. 15). Le pays adopte alors un système standardisé de fuseaux horaires qui simplifie l’organisation du transport ferroviaire. Autorités publiques et particuliers investissent aussi de plus en plus dans des horloges publiques dont les dimensions ne cessent de croître. Deux entreprises, l’E. Howard Clock Company et la Seth Thomas Company, construisent à elles seules environ 15 000 horloges publiques entre 1871 et 1911 (p. 6). L’individualisation de la connaissance du temps progresse également grâce à la production massive de montres. Pour l’auteure, cette profusion des instruments de mesure du temps témoigne des « rêves de synchronicité »3 (p. 19) d’une Amérique qui, déchirée par une longue guerre civile, cherche une unité nationale dans l’exaltation de la simultanéité temporelle.

3Le premier chapitre contient une étude approfondie de l’univers temporel de la ville de Philadelphie. À la manière des travaux d’Alain Corbin ([1994] 2013) sur lesquels elle s’appuie, Alexis McCrossen souligne l’importance des cloches dans l’univers sonore de la ville, notamment pour l’annonce des heures, l’indication des ouvertures et fermetures du marché, et la célébration des cérémonies religieuses. Il faut attendre les années 1820-1830 pour qu’à cette première appréciation auditive du temps des cloches se généralise sa connaissance visuelle par le biais des cadrans des horloges publiques (p. 26). C’est l’espace public urbain qui permet le plus facilement d’accéder à la connaissance du temps. La possession individuelle ou domestique de montres et d’horloges, en augmentation au XVIIIe siècle, ne concerne qu’un Américain sur quatre en 1800. Considérées comme des objets de prestige, elles ne servent d’instruments de mesure du temps qu’à partir des années 1820, notamment pour déterminer et augmenter la productivité du travail (p. 34-36). Une première accélération de la construction d’horloges publiques est d’ailleurs notable pendant cette période. En 1828, la ville de Philadelphie souhaite en installer sur l’ancien capitole et dans deux marchés (p. 38).

  • 4 « the absence of synchronicity, […] the distrust it generated, and […] concomitant efforts to secur (...)
  • 5 « annouce authority and mastery ».
  • 6 « the increasing pressures toward time discipline and time orientation ».

4La synchronisation de ces horloges publiques représente un défi symbolique et technique de taille pour les pouvoirs municipaux. Dans une même ville, les horloges sont en effet réglées par différents horlogers qui suivent leur propre référence horaire, si bien qu’elles ne sont jamais réglées sur la même heure. Le second chapitre du livre explore « l’absence de synchronicité, […] le manque de confiance que cela créait, et […] les efforts concomitants pour l’obtenir »4 (p. 43) des années 1830 aux années 1860. L’arrivée du télégraphe, et surtout des chemins de fer dans les années 1840, introduit de nouvelles contraintes de synchronisation entre des communautés éloignées (p. 60). Les observatoires se multiplient dans tout le pays et forment des réseaux privés de distribution horaire associant, selon les configurations locales, compagnies de chemin de fer, universités, bijoutiers et horlogers (p. 48). Pourtant, rares sont ceux qui ont quotidiennement besoin d’un accès à l’heure précise. Dans la ville de Washington des années 1840 et 1850, les horloges des administrations nationales « annoncent autorité et maîtrise »5 (p. 51), plus qu’elles ne visent à communiquer l’heure. Et malgré « les pressions croissantes vers la discipline temporelle et l’orientation temporelle »6, le commerce des montres stagne à des niveaux relativement bas. Cette faible demande n’empêche pas des entreprises comme la Boston Watch Company de tirer leur épingle du jeu grâce à de bons réseaux de revendeurs (p. 58-59). Dans les années 1860, en plus d’être centrales au fonctionnement des transports et communications, les horloges participent de l’organisation de la vie quotidienne dans les foyers équipés (p. 60). La guerre civile, en familiarisant les soldats avec la discipline temporelle, ne fait qu’accentuer cette tendance (p. 62).

  • 7 « symbol of industry, democracy, and patriotism ».
  • 8 « network of synchronized public and personal timekeepers [...] would allow an increasingly time-ob (...)

5Dans le troisième chapitre, Alexis McCrossen mobilise les outils de l’histoire économique pour étudier la production et la distribution de montres des années 1860 aux années 1890. La demande, qui progresse pendant et après la guerre (p. 71), profite surtout aux compagnies américaines. Dans les années 1870, la production de ces dernières surpasse les importations en provenance de Suisse et d’Angleterre (p. 73). En 1900, les montres américaines représentent la moitié des montres en circulation dans le pays (p. 74). Plus qu’un simple instrument utilitaire, la montre devient un « symbole d’industrie, de démocratie, et de patriotisme »7 (p. 64). Exposée dans les foires internationales (p. 75), vantée par la publicité (p. 78), offerte en récompense à la fin d’une longue carrière (p. 84), la montre suscite aussi les hantises liées à la mécanisation de la société (p. 78). Il n’en reste pas moins que, dans les années 1890, un Américain sur deux possède une montre (p. 88). Pour l’auteure, c’est pendant cette décennie qu’un « réseau d’instruments synchronisés de mesure du temps, publics et personnels, […] permet à une population de plus en plus obsédée par le temps de viser des formes modernes de discipline temporelle »8 (p. 88).

  • 9 « the system of national standard time meant to coordinate clocks allowed for the cultural construc (...)

6Le quatrième chapitre étudie le besoin accru de standardisation dans les années 1880 et la suppression des heures locales au profit d’un système de fuseaux horaires (p. 90). Cette chronologie est expliquée par l’auteure de deux façons. Il faut d’abord attendre des décennies d’efforts technologiques et d’adaptation culturelle pour que les Américains appréhendent le temps non plus comme un donné naturel lié au mouvement du soleil, mais comme une convention qu’il est possible d’adapter à des besoins sociaux nouveaux. Il faut ensuite que les Américains prennent conscience du phénomène de la simultanéité, c’est-à-dire du fait que des événements se déroulant à des endroits distants ne s’en déroulent pas moins au même instant physique, dans un présent unique (p. 90). Pour l’auteure, « le système du temps national standardisé, conçu pour coordonner les horloges, permettait la construction culturelle de la simultanéité, un état de conscience nécessaire à la fois pour le rayonnement du nationalisme et pour la discipline temporelle moderne »9 (p. 92). Cette dimension temporelle de la construction nationale avait d’ailleurs déjà été soulignée par Benedict Anderson (1983). L’originalité de l’approche d’Alexis McCrossen consiste à envisager la standardisation par ce prisme national.

  • 10 « [b]y the 1890s, nearly all American communities – Detroit being a notable exception – followed a (...)

7Dans les années 1870, nombreux sont les horlogers, observatoires et sociétés privées qui prétendent posséder « l’heure standard » (p. 94-95). Les réseaux de distribution horaire se multiplient, mais la question de la référence à adopter à l’échelle de tout le pays n’est toujours pas résolue. William F. Allen, secrétaire général de la convention qui synchronise les horaires des trains de l’Amérique du Nord, milite pour un système de fuseaux horaires (p. 92). L’astronome et chef du US Army Signal Service Cleveland Abbe, fait de même (p. 102), tout comme de nombreuses organisations scientifiques qui mobilisent déjà un système horaire standardisé pour leurs activités (p. 92). En 1883, la General Time Convention décide l’adoption par les compagnies ferroviaires du système des fuseaux horaires sur la base du méridien de Greenwich. La diffusion de ce système est rapide et dépasse le cadre du transport ferroviaire pour atteindre l’ensemble de la vie civile. Quelques villes et régions résistent toutefois. Boston et New York sont notamment réticentes à abandonner leurs heures qui bénéficiaient jusque-là d’une autorité particulière (p. 104). Certains s’opposent également à un système horaire qui éloigne la mesure du temps du mouvement du soleil (p. 105). Mais finalement, « dans les années 1890, presque toutes les communautés américaines – Détroit étant une exception notable – suivaient un temps standard national communiqué par des horloges publiques de référence »10 (p. 113). Alexis McCrossen précise toutefois dans le chapitre suivant qu’il faut attendre le Standard Time Act de 1918 pour que le système horaire soit légalement reconnu (p. 142). Seul l’Uniform Time Act de 1966 rend le système véritablement contraignant (Zerubavel [1982] 1990, p. 27.).

  • 11 « ideal of synchronicity inspired city councilmen, employees of branches of the US governement, sma (...)
  • 12 « other monuments to technological prowess – skyscrapers, giant clocks, electric signs, and wireles (...)

8Dans le cinquième chapitre, Alexis McCrossen retrace les efforts des horlogers pour conserver leur autorité horaire face à l’investissement croissant des pouvoirs publics dans ce domaine. Entre 1871 et 1911, un tiers des nouvelles horloges publiques sont en effet commanditées par les villes, comtés, états et par le gouvernement fédéral (p. 115), pour seulement un dixième par les bijoutiers (p. 122). L’auteure montre qu’un « idéal de synchronie inspire conseillers, employés des branches du gouvernement américain, petits commerçants, architectes d’entreprise, bijoutiers et inventeurs »11 (p. 117) dans leurs projets de construire de nouvelles horloges et de les synchroniser. Les symboles nationaux, et notamment les drapeaux, font leur apparition aux côtés des horloges, particulièrement lors des conflits militaires comme la Guerre hispano-américaine de 1898 (p. 133). L’idéal de synchronicité nationale ne se traduit toutefois pas par une politique fédérale unique, mais plutôt par des initiatives au niveau des gouvernements et des acteurs locaux (p. 119). Dans le Sud, par exemple, plus de la moitié des horloges commanditées par des pouvoirs publics se trouve dans les tribunaux de comtés (p. 127). Mais les agences fédérales construisent aussi des horloges, surtout dans les années qui suivent l’adoption du système horaire standardisé en 1883 (p. 131-132). Elles s’impliquent également dans la transmission de l’heure. L’US Naval Observatory fournit des signaux horaires à la compagnie télégraphique Western Union, qui les revend ensuite à ses abonnés (p. 101). La Western Union installe même une timeball au sommet de ses quartiers à New York en 1877 (p. 102), un dispositif qui consiste à faire tomber une boule hissée au sommet d’un mât pour annoncer une heure précise. L’intérêt pratique du dispositif, notamment pour la navigation, est pourtant contesté (p. 135-136). À partir de la Première Guerre mondiale, les timeballs sont progressivement démantelées : « d’autres monuments à la prouesse technologique – gratte-ciels, horloges géantes, signaux électriques et communication sans fil de l’information [les] avaient remplacées »12 (p. 141).

  • 13 « how monster and monumental clocks connected ordinary Americans, most of whom owned one sort of me (...)

9Dans son sixième et dernier chapitre, Alexis McCrossen montre « comment les horloges monstres et monumentales reliaient les Américains ordinaires (la plupart possédant une forme de montre) à un projet dans lequel le temps des horloges prenait des significations historiques et cosmiques »13 (p. 145). La mesure et la connaissance précise du temps sont alors considérées comme des traits caractéristiques d’une société civilisée, reléguant hors du temps historique les sociétés qui ne présenteraient pas ces mêmes traits (p. 150). Les horloges, associées à la fuite du temps, ornent les monuments publics, les mémoriaux (p. 165) et les cimetières (p. 167). Mais ce sont surtout les horloges monumentales et leurs usages qui intéressent Alexis McCrossen. Celle de l’hôtel de ville à Philadelphie est inaugurée en 1899, pour le Nouvel An (p. 153). Le changement d’année était jusque-là signifié approximativement par la sonnerie des cloches. Dans les années 1890, l’intérêt pour la précision horaire et la présence d’horloges monumentales favorisent la pratique du décompte à la seconde près, associant étroitement observation des horloges et passage du temps historique (p. 153). L’horloge de l’Hôtel de ville de Philadelphie devait aussi devenir le régulateur horaire incontesté qui faisait jusque-là défaut. Ses quatre immenses cadrans n’indiqueront jamais la même heure (p. 157). Cette déconvenue n’empêche pas les horloges monumentales de se multiplier dans le pays. Les entreprises privées y voient notamment l’occasion d’une publicité à grande échelle, sous couvert d’un service rendu au public. En 1908, Colgate installe la plus grande horloge du monde sur le toit de son usine, à Jersey City (p. 160).

  • 14 « along with synchronous electric clocks, telephone time services, and wireless communications [the (...)

10Alexis McCrossen conclut son récit avec la destruction par un incendie, en 1895, de la tour de l’hôtel de ville de Brooklyn. Pour une partie de la presse, l’absence soudaine de l’horloge est tenue pour responsable d’une désorganisation du fonctionnement quotidien de la ville (p. 171). Elle exige alors sa reconstruction rapide. Mais, au début du XXe siècle, les dépenses importantes qu’occasionnent la construction et l’entretien des horloges publiques font de plus en plus débat (p. 172), d’autant plus que leur synchronisation reste inachevée. La synchronisation électrique, dans laquelle se spécialisent des entreprises comme la Standard Electric Time Company, et le développement de la transmission sans fil au début du siècle (p. 177), ne permettent toujours pas d’atteindre l’uniformisation de leurs marches dans les années 1920 (p. 174). Les Américains se tournent de plus en plus vers une connaissance individuelle du temps. Dans la décennie suivante, les montres-bracelets prennent le dessus sur les montres de poche : « avec les horloges électriques synchrones, les services téléphoniques de temps, et les communications sans fils [elles] ont facilité la discipline temporelle moderne »14 (p. 181). Alexis McCrossen signale enfin un dernier changement des rôles dans la mesure du temps dans la seconde moitié du XXe siècle. Les astronomes, qui avaient remplacé les horlogers dans ce domaine au milieu du XIXe siècle, sont à leur tour détrônés, un siècle plus tard, par les physiciens et leur calcul de l’heure atomique (p. 183).

  • 15 « That Americans’ need to know the time was simply not as pressing as it would become in the twenti (...)

11Alexis McCrossen propose une lecture prudente du degré de développement de la discipline temporelle à la fin du XIXe siècle : « Le besoin des Américains de connaître l’heure n’était tout simplement pas aussi pressant qu’il le deviendra au XXe siècle […] : les horaires et les emplois du temps étaient des estimations, plus que des absolus ; le temps mécanique (le temps des horloges) n’avait pas encore pénétré la conscience des gens au point qu’il devienne nécessaire de regarder l’heure immédiatement et régulièrement »15 (p. 85). La relativisation des besoins horaires est centrale pour expliquer la nature et la chronologie de l’« ère de l’horloge publique » (1870-1930). Cette dernière se situerait dans une période intermédiaire entre un début de XIXe siècle marqué par un manque d’intérêt relatif pour la mesure précise du temps et une seconde moitié de XXe siècle dans laquelle la connaissance individuelle, permanente et précise du temps, devenue une nécessité quotidienne, relativise l’utilité des horloges publiques. On peut regretter qu’Alexis McCrossen n’approfondisse pas plus cette question des besoins horaires. Avec quelles précisions et régularité est fixé le temps de travail des employés et ouvriers dans cette période ? Quelles activités sont concernées par une régulation horaire (transports, communications, éducation, administrations, marchés, etc.) ? Ces horaires sont-ils respectés ?

12L’auteure situe en tout cas vers 1900 le moment pivot à partir duquel les conditions d’une discipline temporelle moderne, appuyée sur des horloges publiques précises et synchronisées, sont réunies aux États-Unis. E. P. Thompson situe pourtant la généralisation de cette discipline chez les ouvriers anglais entre la fin du XVIIIe siècle et le début du XIXe siècle. Comment concilier ces deux lectures ? La définition de la discipline temporelle n’est en fait pas tout à fait la même pour les deux auteurs. Contrairement à E. P. Thompson, Alexis McCrossen ne limite pas son étude de la discipline temporelle à l’obéissance aux injonctions horaires ou à l’intériorisation de cette contrainte dans la sphère du travail, mais y associe aussi la question de la standardisation et de la synchronisation des horloges. Elle retravaille donc le concept de discipline temporelle, comme le proposent d’ailleurs Glennie et Thrift (1996), mais sans consacrer à ce remaniement un moment réflexif. Et en ne différenciant pas suffisamment les groupes sociaux concernés (citadins et ruraux, ouvriers, agriculteurs, artisans et industriels, etc.) et leurs usages distincts du temps, Alexis McCrossen prend le risque de généraliser les conclusions de son analyse centrée sur les grandes villes à l’ensemble de la population du pays. Ce risque est d’autant plus regrettable que son propos sur la discipline temporelle est le plus souvent précis et nuancé.

  • 16 « the far-reaching implications of this profoundly important system of social regulation »

13En revenant sur la dissémination, la synchronisation et la symbolique des instruments de mesure du temps, Alexis McCrossen contribue bien à notre compréhension de la discipline temporelle moderne. On regrettera toutefois qu’elle n’approfondisse pas plus la dimension politique de l’heure et des horloges, alors qu’elle souligne à juste titre « les implications considérables de ce système profondément important de régulation sociale »16 (p. 5). L’utilisation de l’heure et des horloges comme des outils de régulation sociale, mobilisés dans le cadre de relations de pouvoir qu’elles contribuent en partie à forger, reste un domaine de recherche à explorer.

Haut de page

Bibliographie

Anderson B., [1983] 1991. Imagined Communities: Reflections on the Origin and Spread of Nationalism, Verso.

Corbin A., [1994] 2013. Les cloches de la terre ? Paysage sonore et culture sensible dans les campagnes au XIXe siècle, Paris, Flammarion.

Dohrn-Van Rossum G., 1997. L’histoire de l’heure ? L’horlogerie et l’organisation moderne du temps, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Glennie P. et Thrift N., 1996. « Reworking E. P. Thompson’s “Time, Work Discipline, and Industrial Capitalism.” », Time and Society 5, p. 275-99.

Goff (Le), J., 1960. « Au Moyen Âge ? Temps de l’Église et temps du marchand », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations 15 (3), p. 417-33.

Ogle V., 2015. The Global Transformation of Time: 1870-1950, Cambridge, Massachusetts, London, England, Harvard University Press.

Thompson, E. P. 1967. « Time, Work-Discipline, and Industrial Capitalism », Past & Present, n° 38, 56-97.

Zerubavel E., [1982] 1990. « La standardisation du temps. Une perspective socio-historique », Politix 3 (10), p. 21-32.

Haut de page

Notes

1 « public clock era »

2 « [...] the American temporal system […] was built, upon unsynchronizable and imprecise timepieces, in addition to indeterminate time standards »

3 « dreams of synchronicity »

4 « the absence of synchronicity, […] the distrust it generated, and […] concomitant efforts to secure it »

5 « annouce authority and mastery ».

6 « the increasing pressures toward time discipline and time orientation ».

7 « symbol of industry, democracy, and patriotism ».

8 « network of synchronized public and personal timekeepers [...] would allow an increasingly time-obsessed population to strive for modern forms of time-discipline ».

9 « the system of national standard time meant to coordinate clocks allowed for the cultural construction of simultaneity, a state of awareness necessary for both the fluorescence of nationalism and modern time discpline ».

10 « [b]y the 1890s, nearly all American communities – Detroit being a notable exception – followed a national time standard conveyed by authorative public clocks »

11 « ideal of synchronicity inspired city councilmen, employees of branches of the US governement, small shopkeepers, corporate architects, jewelers, and inventors »

12 « other monuments to technological prowess – skyscrapers, giant clocks, electric signs, and wireless transmission of information – had displaced [them] »

13 « how monster and monumental clocks connected ordinary Americans, most of whom owned one sort of mechanical timepiece or another, to a scheme in which clock time took on historic and cosmic meanings »

14 « along with synchronous electric clocks, telephone time services, and wireless communications [they] facilitated modern time discipline »

15 « That Americans’ need to know the time was simply not as pressing as it would become in the twentieth century […] : timetables and schedules were estimations, rather than absolutes ; mechanical time (clock time) had not yet penetrated people’s consciousness to an extent that made it necessary to check the time instantly or repeatedly »

16 « the far-reaching implications of this profoundly important system of social regulation »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexis McCrossen, Marking Modern Times, Chicago, The University of Chicago Press, 2013

Référence électronique

Côme Souchier, « Alexis McCrossen, Marking Modern Times », Temporalités [En ligne], 28 | 2018, mis en ligne le 15 février 2019, consulté le 24 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/5057

Haut de page

Auteur

Côme Souchier

Pacte/IEP - BP 48 - 38040 Grenoble CEDEX 9
souchier.come@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page