Skip to navigation – Site map
Lire

Jérôme Baschet, Défaire la tyrannie du présent. Temporalités émergentes et futurs inédits

La Découverte, coll. « L’Horizon des possibles », 2018
Paul Bouffartigue

Full text

1C’est de la rencontre d’un historien médiéviste et de l’expérience des rebelles zapatistes du Chiapas qu’est née cette contribution majeure à la réflexion non seulement sur les temporalités historiques et sociales, mais également sur la quête d’une nouvelle temporalité révolutionnaire qui serait en prise avec la question politique centrale : comment réouvrir une possibilité concrète d’un dépassement du système capitaliste ?

2L’auteur y insiste : sans sa découverte de l’expérience zapatiste, intervenue il y a une vingtaine d’années, suivie de tout ce qu’il a pu « apprendre et éprouver auprès des communautés rebelles du Chiapas »1, ce livre n’aurait pas vu le jour. Probablement pas plus que le précédent, Adieux au capitalisme. Autonomie, société du bien vivre et multiplicité des mondes (La Découverte, 2014). Mais le lecteur prendra aussi la mesure de l’étendue de son savoir, et pas seulement en histoire. Il pourra apprécier aussi combien Jérôme Baschet est au fait des débats épistémologiques de sa discipline. D’ailleurs, l’auteur lui consacre un chapitre entier, le cinquième, dans lequel il explore les implications de ses réflexions sur les régimes d’historicité et de temporalité quant au type de savoir historique qui pourrait être déployé « depuis un futur situé au-delà de notre présent capitaliste » (p. 237).

3Le point de départ de l’ouvrage fait appel à l’expérience temporelle de tout un chacun : « le temps manque » ; « chaque journée est une course contre la montre, au travail comme hors travail, d’autant plus que la frontière entre les deux sphères s’évanouit peu à peu » ; nous sommes dans un « état d’urgence permanent » ; « plus encore que la vitesse c’est une constante obligation d’immédiateté qui s’impose à nous ». La numérisation de la vie sociale et Internet ne font qu’amplifier un phénomène dont les racines sont bien plus profondes. C’est à en démêler l’écheveau que l’auteur se consacre. Reprenant la proposition de François Hartog, caractérisant le régime d’historicité dans lequel nous sommes plongés comme « présentiste » – un présent sous la pression de l’immédiateté et de l’urgence, un rapport au passé éclaté et réduit aux pratiques commémoratives, un futur lourd de menace, voire impossible – Jérôme Baschet va prolonger la réflexion en se demandant « quelles sont exactement les formes de temporalités qui s’imposent à nous et les rapports à l’histoire qui en découlent. Mais aussi quelles autres formes leur résistent ou s’efforcent de leur échapper » (p. 8)

4Dès le premier chapitre, consacré à « L’Histoire face au présent perpétuel », l’auteur cherche à saisir la portée des orientations zapatistes à l’aide des outils des historiens. En particulier la sémantique des temps historiques proposée par R. Kosellek, qui suggère de penser « les conceptions du temps historique [construites à] travers la tension entre le “champ de l’expérience” » (le passé tel qu’il est perçu depuis le présent) et « “l’horizon d’attente” (le futur tel qu’il est envisagé et attendu depuis le présent) » (p. 14). Ce qui permet de dégager trois grandes configurations dans l’histoire occidentale – celle de l’Antiquité, du Moyen-Âge et de la Modernité. Jérôme Baschet en ajoute deux : le moment présentiste, en cours ; et sa perspective critique alimentée par l’expérience zapatiste.

5Persiste en effet au Chiapas un temps encore en partie insensible à la tyrannie de la mesure horaire. Il s’agit d’« effets de médiévalité » dont beaucoup sont communs à de nombreuses sociétés encore rurales, auxquels s’ajoutent des éléments spécifiques. L’auteur évoque la situation des paysans obligés à résidence du fait des dettes contractées dans les commerces monopoles des grands propriétaires terriens ; la survivance de formes d’exploitation de type féodal articulées à une logique globale capitaliste ; le cas des communautés indiennes, à la fois produits de la conquête coloniale et de l’essor de l’idéologie chrétienne de la fraternité spirituelle, et qui se maintiennent dans une lutte renouvelée contre les politiques néolibérales qui visent à imposer aux campagnes mexicaines des normes de propriété conformes aux exigences du marché. Si, dans les textes zapatistes, il n’y a pas de théorie zapatiste de l’histoire constituée, les références à l’histoire y sont omniprésentes. On y trouve une représentation du soulèvement rebelle comme lutte de la mémoire contre l’oubli, terme associé à la discrimination et au mépris raciste des peuples indiens, mais aussi à ce qui affecte l’humanité dans son ensemble, en butte au présent perpétuel du Marché, de la globalisation et de l’ordre néolibéral. Les textes parient sur une récupération conjointe de la conscience historique du passé et d’une « perspective du futur », futur qui « s’y présente sous des formes qui s’écartent des traditions révolutionnaires du siècle écoulé » : un « futur désiré mais sans certitude, possible mais seulement conditionnel », non prédéterminé, chemin non encore tracé, « impossible de connaître avant d’avoir commencé à avancer » (p. 27). Jérôme Baschet pointe ainsi, par contraste, la valeur plus générale d’une relation entre passé et futur. Quand le présent perpétuel fonde sa domination sur l’oubli du passé et la négation du futur, nous sommes en régime présentiste. L’histoire doit donc s’efforcer de rétablir mémoire du passé et possibilité du futur.

6L’expérience zapatiste suggère finalement un type original d’articulation entre le local (l’autonomie), le particulier (la revendication ethnique) et l’universel (le souci de l’humanité). L’auteur y voit les bases d’un « nouvel universalisme qui à la fois s’écarte de l’homme abstrait défini par les Lumières et rejette la pacotille d’un internationalisme des marchandises, pour admettre que l’accès à l’universalité peut et doit se fonder sur la reconnaissance de la spécificité des lieux et de l’autonomie des expériences » (p. 39)

7Aux côtés de l’expérience zapatiste, Jérôme Baschet va ensuite beaucoup mobiliser l’œuvre de Walter Benjamin, qui a élaboré une conception du matérialisme historique débarrassée des mythes de la modernité et des dogmes du Progrès global et illimité (mais dans un contexte de présent antérieur et différent de notre présentisme).

8Le second chapitre est consacré aux « futurs du présentisme », c’est-à-dire aux modalités de représentation de l’avenir associées au régime présentiste d’historicité. Il reprend ici cette notion sans la critiquer, contrairement à ce qu’il fera dans le chapitre suivant, focalisé quant à lui sur « les passés du présentisme ». Suivant donc François Hartog, un régime d’historicité désigne les « façons dont une société pense son rapport au temps », un régime d’historicité dominant n’excluant pas l’existence d’autres manières, dominées, de penser le temps. Le régime moderne d’historicité se caractérise par une dissociation complète entre le champ d’expérience et l’horizon d’attente, la dépréciation du passé, et la « marche au futur ». Le régime présentiste, qui finit par s’imposer à la fin du XXe siècle, se caractérise quant à lui par « la prééminence d’un présent qui est à lui-même son propre horizon », sans ouverture vers le futur, et un mode d’existence du passé marqué par son inscription dans le présent, et dominé par le « modèle mémoriel ». Est-ce à dire qu’il y a disparition complète de tout horizon du futur ? Si on distingue dans tout horizon d’attente ce qui relève de la prévision – l’empiriquement probable – de ce qui relève de la crainte ou de l’espérance, si l’espérance s’effondre, les craintes, de même que la dimension prévisionnelle, peuvent perdurer dans les représentations de l’avenir qui sont celles du régime présentiste. Reste qu’avec le déclin de l’espérance c’est bien le cœur du futur qui disparaît. Du moins émerge un futur d’étrange qualité : la dimension de prévision « s’entrelace d’un futur expectatif lourd de craintes et porteur d’un imaginaire d’apocalypse » (p. 86). L’entrée dans la nouvelle ère géologique de l’Anthropocène portant un coup de grâce au rapport au futur propre au régime d’historicité moderne, et ouvrant sur une multiplication des imaginaires de fin du monde.

9L’auteur en vient à une caractérisation plus précise du présent du régime présentiste d’historicité. La pensée européenne a conçu le présent comme un « point infime, évanescent, et insaisissable, dont Augustin a donné l’une des expressions les plus saisissantes » (p. 102). Mais le présent possède une capacité de rétention (Husserl), au sens où le passé immédiat y adhère, dont l’ampleur dépend complètement du rapport aux actions engagées et de leur rythme propre. De ce point de vue, avec l’accélération si bien analysée par Harmut Rosa (2010), le présent du présentisme est un présent sans capacité de rétention. Il faut y ajouter une seconde caractéristique majeure, la « protention », c’est-à-dire « sa projection empressée vers le futur immédiat » (p. 105). « On peut alors observer que tous les futurs dont nous avons (…) constaté la persistance en régime présentiste relèvent tous de la protention » (p. 106). Finalement « le présentisme exacerbe une difficulté à s’inscrire dans l’expérience vécue : ce qui est éprouvé comme tourbillon d’évènements épars et confus peine à se muer en expérience à la fois constitutive de son propre devenir et partageable. » (p. 108-109). S’opère ainsi une « quasi-fusion entre présent et futur immédiat qui est le propre de la dictature de l’urgence. Le présent du présentisme n’est donc pas un pur présent, mais un présent happé par l’instant d’après. La valorisation de l’instant présent n’est donc en aucun cas un critère du présentisme, lequel doit plutôt être analysé comme domination du futur immédiat sur le présent » (p. 115)

10Cette analyse débouche sur une remarque importante, laquelle justifie les développements qui suivent : les réflexions précédentes ont mêlé des échelles temporelles très hétérogènes. Elles ont confondu, en particulier, l’échelle du devenir historique des sociétés, et celle du temps vécu. Il est donc nécessaire de distinguer et d’articuler les notions de « régime d’historicité » et de « régime de temporalité ». C’est l’objet du chapitre III, « Les passées du présentisme ». Jérôme Baschet commence par observer que F. Hartog a tendance à considérer toute valorisation du présent comme indicateur du régime présentiste, ce qu’il va s’attacher à réfuter. On trouve en effet une telle valorisation dans d’autres régimes d’historicité. Par exemple le régime moderne d’historicité implique une forte valorisation du présent, en tant qu’il « s’arrache à un passé embourbé dans la tradition », tout en étant « l’antichambre assurée (…) d’un futur plus glorieux encore » (p. 127-128).

11Pour l’auteur il est nécessaire de distinguer les notions de régime d’historicité et de régime de temporalité, car la première est définie parfois par F. Hartog de façon trop lâche : c’est une « manière d’être dans le temps », ou une « forme de l’expérience du temps ». Il faut donc limiter son usage au seul temps historique, comme manière d’être dans le temps de l’histoire, et non pas comme manière d’être dans le temps de l’existence quotidienne. Sur cette dernière échelle temporelle, c’est la notion de régime de temporalité qui est préférable. Or une part considérable des phénomènes tenus pour caractéristiques du présentisme en relèvent. Les deux échelles temporelles, celle du temps de l’histoire, et celle, bien plus courte, du temps déployé dans les rythmes du quotidien et de la vie vécue, doivent donc être soigneusement distinguées. Il faudrait d’ailleurs distinguer bien d’autres échelles temporelles, par exemple une échelle intermédiaire, celle qui est impliquée dans la perception d’ensemble du cours de la vie individuelle, ou dans les relations intergénérationnelles.

12Pour examiner le régime de temporalité qui accompagne la montée du régime d’historicité présentiste, Jérôme Baschet s’appuie sur les travaux de J. Le Goff, N. Elias, K. Marx, E. Thompson, H. Rosa, mais aussi de Bergson. Il va ainsi distinguer « temps mesuré » et « temps qualitatif », puis « temps abstrait » et « temps concret », et repérer les contradictions qui opposent ces deux pôles des temporalités, au sein même des régimes moderne, puis présentiste, d’historicité. Ce qui l’amène à la conclusion suivante : « L’avènement du présentisme peut alors être saisi comme le processus par lequel le régime de temporalité qui caractérisait de longue date la modernité renforce son emprise et finalement envahit le terrain laissé vacant par la ruine progressive du régime moderne d’historicité. Sur les ruines de celui-ci le présentisme marque la montée en puissance d’un régime de temporalité amené, par défaut, à faire office de régime d’historicité » (p. 170). « Le présentisme est un régime de temporalité qui s’efforce de remplir le rôle d’un régime d’historicité, sans pouvoir y parvenir vraiment » (p. 171). « C’est sans doute pourquoi il se présente sous deux jours apparemment contradictoires : d’un côté il est ce présent immédiatiste toujours plus court ; de l’autre, il est un présent qui s’allonge et s’éternise dans une succession accélérée d’instants substituant le même au même ». Il est « à la fois immédiatisme accélératif et présent perpétuel » (p. 172).

13Mais pour l’auteur une pensée critique ne doit pas se contenter de décrire les mécanismes dominants, elle doit aussi, et peut être surtout, être capable de saisir les possibles dominés dans toute situation historique. Jérôme Baschet s’attelle à cette tâche dans le chapitre IV, qui est sans doute le plus novateur, nourri qu’il est par sa confrontation avec l’expérience zapatiste esquissant des temporalités et des historicités émergentes. Car ce mouvement présente l’originalité de combiner l’ancrage dans les cultures amérindiennes traditionnelles, l’héritage de la modernité (à travers ses formulations marxistes) et une résistance au régime présentiste du capitalisme libéral.

14Pour défaire le régime de temporalité présentiste, l’auteur commence par relever l’existence de mouvements de résistance, prônant lenteur et ralentissement – slow food, slow science – mais retient surtout l’idée qu’il faut « expérimenter une multiplicité rythmique sans hiérarchie et sans imposition » (p. 180). Il indique ensuite comment promouvoir « la force sensible du temps vécu » contre la domination du temps abstrait. Puis comment « défaire l’immédiateté présentiste » par la valorisation de « l’intensité du moment ». Ici il relève l’intérêt d’une figure temporelle plus ample et plus souple que celle d’« instant », celle de « moment » telle qu’elle existe dans la culture chinoise. Le moment y est une « circonstance opportune pour l’action », une « occasion qualitativement différenciée », dont la « saison » est le paradigme : alors que l’instant se définit par rapport au temps dont il est comme l’impossible suspension, le moment ne se définit que par rapport à lui-même, il est son propre horizon, constitué et coloré par le vivre qui s’y déploie. L’auteur indique ensuite que pour « défaire le temps vide et homogène » il faut penser la « durée », « pour saisir en elle la temporalité même du processus (…) en train de s’accomplir, le temps de l’action que nous sommes en train de faire (…) expression de ce qui se déploie, elle est en incessante transformation (conçue non pas) comme continuum linéaire et régulier (…) tissée de rythmes multiples, hétérogènes, en même temps qu’elle est traversée d’irruptions et de possibles ruptures. » (p. 189). Jérôme Baschet achève le relevé des conditions qui permettraient de défaire le régime de temporalité présentiste en s’attaquant à la temporalité abstraite – ce temps de l’horloge et de la physique newtonnienne – tout en se demandant s’il est nécessaire de l’« éliminer », ou plutôt se contenter de « briser sa domination » ? C’est une des questions qui mérite d’être creusée : comment imaginer un monde social commun sur la planète – même fait de mondes distincts – en abolissant le temps de l’horloge comme mode de coordination des activités et des échanges à l’échelle de ce monde ?

15Du côté cette fois du repérage des régimes d’historicité émergents, Jérôme Baschet s’appuie plus systématiquement sur l’expérience et la pensée zapatiste. Elles inventent en effet un rapport au passé « de sorte qu’il ne soit ni le passé du régime moderne d’historicité ni celui de la mémorialité présentiste ». Ce rapport « fait place à une mémoire vive, active capable de se porter vers l’avenir, et en même temps articulée à une pensée de l’histoire, elle aussi capable d’assurer cette relation. » (p. 198). « La mémoire ne relève pas d’un passé codifié et congelé, elle ne regarde pas vers le passé mais vers le futur car elle est conscience de ce qui est réprimé dans le présent et de la nécessité de sa transformation, elle est traversée par ce que S. Tishlern appelle le “Non-Encore-Etre” » (p. 200)…

16La notion de « présent » perd de sa pertinence dès lors que l’on s’écarte de l’idée d’un temps chronologique abstrait. S’y substituent des moments-en-cours emboîtés de durée très variable. Il n’y a plus de présent pur, se prétendant libéré de tout passé et exempt de toute attente. Le moment-en-cours est chargé de mémoire vive et animé par ce qui n’est pas encore. C’est un pont entre passé et futur, une jonction entre mémoire et à-venir. Il ne s’agit pas du présent du régime moderne, ouvrant vers le futur mais coupé d’un passé mort, ni celui du présentisme, réduisant à presque rien passé et futur.

17Quant au futur, il fait « place à une modalité de l’aspiration anticipante qui n’enfermerait pas le désir de ce qui n’est pas encore dans le carcan de la planification » (p. 208). Ici Jérôme Baschet s’écarte de la vision qui est celle de J. Holloway, auteur refusant toute anticipation. Pour ce dernier, la révolution doit entièrement être pensée au présent. À l’inverse, Jérôme Baschet propose de « donner corps à une modalité inédite du futur », d’un « futur pensable sans qu’on le prétende connu à l’avance » (p. 213), selon une modalité de l’anticipation qui ne prenne pas la forme de la prévision. C’est un futur assumé comme ouvert et non déterminé. Anticipé, imaginé et désiré que comme possible, et comme possible nécessairement incertain et voué à être démenti dans le processus de sa propre réalisation (p. 217). Certes il est moins mobilisateur et plus fragile que le futur du régime moderne. Mais il restaure une forme d’espérance énergisante, et il donne davantage prise sur le cours de l’histoire.

18Le dernier chapitre du livre concerne plus directement les implications de cette réflexion sur la conception de la discipline historique. On y trouve nombre de développements épistémologiquement précieux pour toutes les sciences sociales. Je n’en donne que trois exemples. Le premier vise à assumer le caractère situé de tout savoir tout en faisant l’effort de le détacher au moins partiellement de la détermination par ses conditions d’énonciation. Le second invite à sortir du clivage entre sciences de l’animal et sciences de l’humain. Le troisième porte sur la manière de sortir de l’eurocentrisme tout en comprenant mieux la formation historique d’un monde objectivement eurocentré.

19La conclusion du livre synthétise ses apports en y joignant des considérations sur la stratégie révolutionnaire. Elle ne peut que consister à construire des espaces libérés – ou en voie de l’être – de la domination du système capitaliste et du régime présentiste de temporalité. Des espaces permettant de relier concrètement le désir de ce qui n’est pas encore à l’amorce de la réalisation présente… Sans omettre de se demander dans quelle mesure, dans ces espaces, on échappe à l’emprise des déterminations du capitalisme.

20On espère avoir donné une idée de l’ampleur et de la profondeur de l’apport de Jérôme Baschet aux travaux temporalistes. On pourra regretter qu’il ne développe pas plus le versant des considérations politiques et stratégiques. Mais son livre précédent y était largement consacré, il posait notamment la question des liens horizontaux à tisser entre les expériences émancipatrices inscrites dans des territoires dispersés, et on pourra utilement en ce sens relire les Adieux au capitalisme à la lumière de Défaire la tyrannie du présent. On se demandera surtout dans quelle mesure la perspective générale prend suffisamment en compte le registre technique et matériel – sa puissance, mais aussi ses contradictions – qui accompagne et sous-tend la genèse du régime présentiste d’historicité et de temporalité et les possibilités de son dépassement. Car les propositions qui sont formulées visant à défaire la tyrannie du présent paraissent souvent se situer principalement sur le registre symbolique et politique. La promotion d’une « temporalité concrète » à laquelle appelle l’auteur (p. 299) ne peut-elle pas davantage être articulée avec des tensions et des contradictions repérables au sein même des dynamiques techniques et économiques ? On pense, dans le domaine des recherches sur le travail, aux réflexions de Philippe Zarifian sur la manière dont la montée en puissance des organisations par projet met en crise le « temps spatialisé ».

Top of page

Notes

1 Jérôme Baschet enseigne depuis 1997 au Mexique, à l’Université autonome du Chiapas, à San Cristóbal de Las Casas, où il participe aussi aux activités de l’Université de la Terre.

Top of page

References

Bibliographical reference

Jérôme Baschet, Défaire la tyrannie du présent. Temporalités émergentes et futurs inédits. La Découverte, coll. « L’Horizon des possibles », 2018.

Electronic reference

Paul Bouffartigue, « Jérôme Baschet, Défaire la tyrannie du présent. Temporalités émergentes et futurs inédits », Temporalités [Online], 28 | 2018, Online since 15 February 2019, connection on 14 October 2019. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/5067

Top of page

About the author

Paul Bouffartigue

Laboratoire d’Économie et de Sociologie du Travail (UMR 7317)
paul.bouffartigue@univ-amu.fr

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page