Skip to navigation – Site map
Lire

Danièle Hervieu-Léger, Le temps des moines : Clôture et hospitalité

Paris, Presses Universitaires de France, 2017
Sylvie Célérier

Full text

1Quel sens peut avoir, dans une société depuis longtemps sécularisée, le retrait du monde et la consécration à la prière ? C’est l’énigme à laquelle répond Danièle Hervieu-Léger dans son dernier ouvrage, Le temps des moines : Clôture et hospitalité, gros d’une enquête de cinq ans auprès de vingt-six communautés masculines de moines cisterciens et bénédictins essentiellement françaises. L’effondrement démographique de ces communautés, le manque de bras et la charge de moines vieillissants de même que les vacillations de la spiritualité moderne, font attendre une réponse au moins perplexe. Or, loin d’une oraison ou du récit des derniers feux d’un folklore anachronique, Daniel Hervieu-Léger donne à voir des communautés vivantes qui, sous l’indéniable rigueur des temps, se construisent un avenir sous un modeste mais puissant style hospitalier.

  • 1 Le pèlerin et le converti, Paris, Flammarion, et 1999 et Catholicisme, la fin d’un monde, Paris, Ba (...)
  • 2 Le retour à la nature. Au fond de la forêt, l’État, Paris, le Seuil, 1973, Des communautés pour les (...)

2Inscrit dans le sillon de recherche que deux précédents ouvrages avaient ouvert1 Le temps des moines poursuit la réflexion de l’auteure sur la place du religieux dans les sociétés postchrétiennes et les relations contradictoires que l’Église entretient avec la modernité. Les espaces clos et mal connus des monastères constituent cette fois son observatoire. Curieux pari, mais pari réussi comme en attestent les commentaires élogieux des experts de la sociologie des religions pour qui l’ouvrage apporte un grand œuvre à la discipline. Sans retrancher à ce grand mérite, l’ouvrage mérite cependant une audience plus large par son contenu d’abord, mais aussi par l’horizon utopique qu’il porte dans la filiation cette fois d’une sociologie des utopies lancée dans les années 1970 avec Bertrand Hervieu. Les communautés de néoruraux et de « nouveaux moines », très actives dans la période post-soixante-huit, y étaient rapprochées pour saisir les mises à l’écart protestataires du monde. Deux ouvrages en ont rendu compte2, mais le projet d’un troisième n’a pu se concrétiser. Le temps des moines y supplée en partie. L’ouvrage s’ouvre ainsi à plusieurs objets sociologiques comme les alternatives, qu’elles soient religieuses ou non. Plus largement encore, il intéressera celles et ceux pour qui la saisie des dynamiques des phénomènes reste une question centrale en sciences sociales. Le temps des moines propose en effet une démonstration exemplaire en la matière réinstallant les vies ultra-minoritaires des moines au cœur de l’histoire et de ses dynamiques en en montrant la multiplicité et l’extrême adaptabilité en même temps que leur inscription obstinément stable dans le siècle.

3Pour saisir l’ampleur du travail réalisé sur et avec les temporalités, il faut résister à la piste chronologique que suggèrent le sommaire et ses onze chapitres dégageant trois grands moments de l’analyse : 1/la refondation des ordres bénédictins et cisterciens dans la période postrévolutionnaire française (chapitres I et II) redéfinissant les piliers du monachisme que sont la communauté, l’ascèse et la liturgie (chapitres III à V), 2/les grandes réformes des années 1960 (chapitres VI à VIII) que le mouvement œcuménique a irriguées comme il a irrigué le Concile Vatican II (1962-1965) et enfin 3/une vue plus prospective de la situation présente des communautés, dont certaines des plus traditionalistes. Cette apparente chronologie ne cherche pas en effet à raconter l’histoire des monastères du XIXe siècle aux temps présents. Il s’agit bien de comprendre ces temps présents (et de deviner un peu de leur avenir) à partir de l’histoire. La différence est majeure et l’apport de Danièle Hervieu-Léger tient précisément dans sa volonté tenace de constituer le temps comme levier de compréhension de la situation actuelle du monachisme.

4Si l’aisance du style et la remarquable clarté des propos de l’auteure n’en laissent rien paraître, quelques mots de conclusion laissent entrevoir la délicate domestication du matériau foisonnant qu’a supposé cette entreprise. De fait, l’ampleur et la richesse des données mobilisées sont frappantes. À l’étude minutieuse des sites historiques de Solesmes, la Pierre-qui-Vire ou Mesnil-Saint-Loup, l’ouvrage rend en effet compte d’entretiens avec les abbés et les moines des vingt-six communautés enquêtées, d’observations précises de la dramaturgie des offices, d’analyses fines de quantité de documents dont celle, saisissante, des lettres de Christian de Chergé, prieur de la communauté de Tibhirine, par lesquelles Danièle Hervieu-Léger éclaire le style contemporain des monastères, etc.

5Le temps et les temporalités structurent profondément ce foisonnement par deux décisions fortes de l’auteure, l’une renvoyant au cadre temporel dans lequel les éléments de l’enquête sont saisis et interprétés et l’autre insistant sur le dynamisme multiple et constant qui anime l’apparente immuabilité des monastères. La première option réfère l’observation des monastères d’aujourd’hui au mouvement de restauration des communautés monastiques au XIXe siècle après la rupture révolutionnaire. Rupture qui, les rayant de la carte, espérait les effacer des âmes. Les cinq premiers chapitres redonnent le détail de cette refondation avec, pour les deux premiers, les portraits des refondateurs, véritables entrepreneurs religieux, qu’ont été Prosper Guéranger, Jean-Baptiste Muard et Emmanuel André. Loin d’une simple contextualisation historique, ces premiers chapitres présentent la matière qui ne cessera d’être reprise, réinterprétée, amendée par la suite au sein des monastères. Les chapitres traitant des fondements du monachisme (chapitres III à V) font d’ailleurs largement place à ce dynamisme constant. Seconde option forte de l’auteure, ce dynamisme est saisi au croisement de trois temps distincts appelés régimes de temps qui, chacun, relève d’une échelle temporelle et d’un rythme spécifiques : le temps du Royaume à l’échelle de l’éternité, temps institutionnel de l’Église dans une temporalité longue et temps de la société séculière plongée dans l’immédiateté.

Se ternir aux marges de la modernité

6En situant les monastères qu’elle étudie dans la filiation directe de la restauration du XIXe siècle, Danièle Hervieu léger décide d’un certain nombre de leurs traits. Précisément, elle invite à les penser comme marge de la modernité post-chrétienne, animée d’une forme protestataire et d’un puissant horizon utopique. Une autre référence historique aurait tout autrement défini son objet d’étude. Référée à la formation de la règle de Saint Benoît au Haut Moyen-Âge ou aux retraites des premiers pères du désert, l’analyse aurait souligné la permanence de ces communautés monastiques. C’est d’ailleurs ainsi qu’elles aiment à se penser elles-mêmes. Le cadrage historique proposé accentue donc la position de marge des monastères et oriente les interrogations sur ce qui la rend possible. Premier élément de réponse, se tenir aux marges de la société suppose d’incarner une utopie robuste. Non pas le rêve vague d’un avenir meilleur, mais un projet pour l’humanité, une contre-proposition du moderne ce que Danièle Hervieu-Léger décrit comme utopie pratiquée privilégiant l’examen de l’ordinaire des vies consacrées plutôt que leur dimension mystique. Dans leurs espaces clos, les communautés de moines expriment donc une vision totalisante de la vie chrétienne préfigurant le Royaume à venir sur terre. Autrement dit, elles prétendent installer l’éternité au cœur même de l’histoire dans l’aspiration paradoxale « d’être dans le monde tout en y étant pas ». Cette visée commune à tous les monastères se fractionne en autant de modalités de concrétisation de ce projet. Entre les communautés traditionalistes pour lesquelles la protestation est conservatoire et les communautés progressistes qui réinventent constamment leurs traditions, le présent des monastères est profondément pluriel.

7Vivre à la marge, c’est aussi vivre à plusieurs marges dont la teneur, les enjeux et, on le verra, le dynamisme ne sont jamais superposables, mais toujours étroitement liés. Danièle Hervieu-léger en définit trois, référés aux temporalités énoncées plus haut : marge du Royaume à venir en promesse d’éternité, marge des institutions ecclésiales pour lesquelles la virtuosité religieuse – pour reprendre les catégories wébériennes – valorise autant qu’elle inquiète et marge de la société majoritaire qui, bien que post-chrétienne, conserve la pratique ascétique du religieux dans ses replis profonds. Quelle que soit la hauteur des murs, la clôture des monastères demeure relative et toujours perméable aux inflexions des mondes qui les structurent. La diversité des communautés tient d’ailleurs pour une bonne part à la façon dont elles gèrent ce seuil et surtout leur frontière à la société. Clôture rempart chez les traditionalistes, assortie d’un intense usage d’internet comme voie de recrutement et de prosélytisme, clôture subtile – et invisible – pour d’autres comme les fraternités monastiques de Jérusalem qui, au cœur des villes, repose sur un léger décalage des rythmes de vie ordinaires. Entre ces extrêmes, des seuils de démarcation du monde sont presque aussi variés qu’il existe de monastères.

8Outre la clôture, la durée dans la marge suppose encore une socialisation rigoureuse des novices et des membres des communautés. Rigueur que la crise des vocations n’a nullement assouplie, au contraire, car l’urgence est de ne retenir que les plus sûrs dans leur engagement, même si les abbés se disent attentifs aux attentes des membres de leur communauté, notamment des plus jeunes. Un puissant système normatif charpente donc aujourd’hui encore les monastères, y compris les plus progressistes d’entre eux. Cette socialisation singulière repose sur trois piliers fondamentaux dont la redéfinition, on l’a dit, a été un enjeu central de la refondation du XIXe siècle : la liturgie, l’ascèse et la communauté. Ces trois fondements composent l’utopie pratiquée évoquée plus haut, c’est-à-dire les pratiques et les routines fortement codées qui rythment la vie dans les monastères. Vue ainsi, l’utopie pratiquée retrouve et croise les trois univers des cloîtres : dévotion en rapport à une puissance mystique, prescriptions de l’Église – même dans l’opposition des traditionalistes – et attentes du siècle portées par les membres de la communauté – notamment les plus jeunes – et par les visiteurs qui ont infléchi les rites, modifié le sens de l’ascèse et amendé les rapports et le statut des abbés.

Historicité et régimes de temps

9Un dynamisme constant donc que les grandes réformes de Vatican II manifestent avec éclat. Danièle Hervieu-Léger rappelle à cette occasion la contribution décisive des monastères qu’elle présente comme laboratoires de la révision liturgique majeure de Vatican II et dont le courant œcuménique et la communauté de Taizé ont été les moteurs. Le chapitre VI en présente une étude détaillée. Mais le dynamisme des monastères ne s’arrête pas à ces grandes réformes, il emprunte aussi des voies plus discrètes qui n’en réaménagent pas moins profondément les pratiques des monastères, leurs rites et leurs rythmes dont on observe qu’ils tendent à s’aligner sur ceux de la société. Les transformations du rôle de l’Abbé en donnent un premier exemple qui, de figure charismatique et autoritaire du XIXe siècle, s’attache aujourd’hui à « faire vivre la communauté comme un nous », écoutant les attentes de chacun, respectant l’autonomie de tous et tolérant les affinités électives (chapitre III). Second exemple, l’ascèse qui, loin de la mortification initiale, fait aujourd’hui place aux besoins du corps, notamment lors des jeûnes (chapitre IV).

10La lecture historique que propose Danièle Hervieu-Léger lui permet de discuter efficacement les analyses structurelles classiques de Weber ou Sombart dont la célèbre dichotomie de la double éthique du premier qui oppose le régime ordinaire de la masse des fidèles au régime virtuose de quelques purs inspirés. Sous sa plume, ces deux pôles, supposés distincts, révèlent au contraire leur complémentarité et leur perméabilité et notamment la pénétration de l’univers normatif séculier au sein des communautés monastiques. Historicité donc, mais historicité complexe animée de plusieurs mouvements difficiles à démêler dans l’unicité des pratiques ordinaires des monastères, là où l’auteure les saisit comme autant de régimes de temps entrelacés. Trois régimes qui, comme dit plus haut, manifestent des entités, des temps, des rythmes et des sens distincts que l’analyse a pour projet de démêler. Si le livre ne définit pas complètement la notion de régime de temps, il en donne des indices solides. On comprend déjà que ces régimes sont saisis à fleur des gestes, des actes et de rythmes quotidiens des moines. Façon aussi d’asseoir une approche sociologique dans des univers qui se tendent à se penser hors du social. Des « gestes » ordonnés, cycliques, ritualisés, toujours tissés de liturgie, de communauté et d’ascèse, mais différentes du projet des refondateurs. Le régime de temps que propose Danièle Hervieu-Léger cherche donc dans l’épaisseur des pratiques, des temporalités qui sont à la fois continuité et rupture.

  • 3 C. Théobald, Le christianisme comme style. Une manière de faire de la théologie en postmodernité, P (...)

11Continuités et ruptures qui permettent de répondre à la question initiale : les communautés monastiques ont survécu parce qu’elles ont su transmuer leur dogmatisme initial en un rapport plus complexe et plus subtil au monde qui, tout en conservant la distance avec ce dernier, lui reste intimement lié. Danièle Hervieu-Léger empruntant le terme à Christoph Theobald3 décrit ce rapport comme style et devine l’avenir des communautés monastiques autour d’un style hospitalier. Les monastères accueillent en effet sans limite et sans condition celles et ceux qui cherchent une pause, une respiration, un moment de tempérance et de simplicité dans l’ordonnancement ritualisé de leurs journées. Accueillir sans réserve est une vieille affaire pour ces communautés, mais elles le font aujourd’hui avec un souci inédit de l’individu et de ses attentes, ce en quoi elles ont profondément actualisé la règle ancestrale. Ce style hospitalier n’a pas la tonitruance de la période de refondation. Il est modeste, discret et si les moines de Tibhirine ont pleinement incarné cet art monastique, c’est contre leur volonté, loin de l’extase du martyr. Ce style modeste n’est cependant pas moindre résistance au monde, la fin dramatique de ces pères de l’Atlas atteste de la force contestataire de l’hospitalité.

12Au final, Le temps des moines fait plus que satisfaire notre curiosité pour des univers mal connus et moribonds et il fait plus que de leur redonner vie et avenir. Il parle de notre société dans son inclination la plus moderne et nombre de ses contradictions confirmant ainsi la pertinence des marges et des utopies comme poste d’observation du moderne. Ces utopies – du moins celles qui durent – ne sont jamais simple négation du monde, explique Danièle Hervieu-Léger, mais rapport complexe où s’entremêlent des temps et des dynamiques hétérogènes. Il revient à une empirie très précisément cadrée de les démêler, ce que l’ouvrage donne à voir avec talent et – cerise sur le gâteau – les bonheurs d’une écriture classique, précise et fluide. Comme pour tout grand livre, quantité de questions surgissent aux dernières pages qui font espérer une suite. Une question notamment sur l’absence des trois guerres subies pendant la période considérée, évènements structurants s’il en est du capitalisme et de la modernité. N’ont-elles joué en rien dans les mouvements analysés ? C’est peu probable. Fermant ce livre, on est également convaincu que la notion de régime de temps que Danièle Hervieu-Léger avance – à l’instar du style hospitalier – de façon modeste et discrète est une proposition solide, un soutien précieux face aux difficultés que pose le temps à toute analyse sociologique. Rangeons donc l’ouvrage en bonne place dans nos bibliothèques, il nous faudra assurément y revenir !

Top of page

Notes

1 Le pèlerin et le converti, Paris, Flammarion, et 1999 et Catholicisme, la fin d’un monde, Paris, Bayard, 2003.

2 Le retour à la nature. Au fond de la forêt, l’État, Paris, le Seuil, 1973, Des communautés pour les temps difficiles. Néo-ruraux ou nouveaux moines, Paris, le Centurion, 1983.

3 C. Théobald, Le christianisme comme style. Une manière de faire de la théologie en postmodernité, Paris, Cerf. 2007.

Top of page

References

Bibliographical reference

Hervieu-Léger, D., 2017. Le temps des moines : Clôture et hospitalité, Paris, Presses Universitaires de France.

Electronic reference

Sylvie Célérier, « Danièle Hervieu-Léger, Le temps des moines : Clôture et hospitalité », Temporalités [Online], 28 | 2018, Online since 15 February 2019, connection on 14 October 2019. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/5083

Top of page

About the author

Sylvie Célérier

Clersé, Université de Lille
sylvie.celerier@univ-lille.fr

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page