Navigation – Plan du site

La mise en politique de la transition énergétique : la durabilité à l’épreuve des conflits de temporalités

The politics of the energy transition: temporality conflicts as a test for sustainability
Políticas de transición energética: la sustentabilidad a prueba de conflictos de temporalidades
Laura Durand, Annaig Oiry et Angélique Palle

Résumés

La notion de transition énergétique est aujourd’hui l’une des figures de proue du concept plus général de développement durable. Elle est marquée par la double temporalité de l’urgence de sa mise en œuvre et du temps long (celui du climat) dont elle se réclame. La mise en politique de cette transition génère des conflits – notamment autour des grands projets d’infrastructures – que cet article analyse en cherchant à croiser les temporalités et les échelles d’action des différents acteurs impliqués. Il met en évidence un certain nombre de tensions qui existent entre urgence climatique et durabilité dans la mise en politique de la transition énergétique, mais aussi la complexité des temporalités dont se réclament les acteurs, qui s’emboîtent, se contredisent parfois et peuvent être source de conflit. Le propos s’articule en trois temps, organisés autour des échelles européennes, nationales et locales de la transition énergétique. Trois terrains viennent étayer les analyses proposées : une enquête auprès du réseau européen des gestionnaires de réseaux d’électricité (ENTSO-E) chargé du plan d’investissement dans les réseaux de transports d’électricité, l’étude des conflits liés à l’implantation des énergies marines renouvelables en France et un cas d’étude grec sur les conflits liés à des projets de parcs éoliens en Crête.

Haut de page

Texte intégral

1La mise en politique de la transition énergétique est souvent placée sous le signe de l’urgence climatique, c’est-à-dire selon une temporalité courte, mais sans que les pas de temps de sa mise en œuvre soient clairement définis. Les discours de l’ancien ministre de la transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, multiplient ainsi les références à cette urgence climatique, non sans parfois en souligner les échecs : « la transition écologique et solidaire, elle a besoin de pionniers. Mais ceux-ci ne sauraient suffire, car face à l’urgence climatique, parce que nous savons que nous marchons sur le seuil de l’irréversible, nous avons besoin d’une mobilisation générale » (11 décembre 2017, discours devant le MEDEF), « Bien sûr, ça n’avance jamais assez vite quand on regarde l’urgence climatique » (20 juin 2018, discours au Cap Fréhel), « Je ne sais même plus si le mot urgence signifie quelque chose. L’urgence c’était hier. C’était hier qu’il fallait réagir. » (7 août 2018, sur Europe 1). Ces arguments mêlent deux régimes de temporalités : celui de l’urgence et donc du temps court, et celui du temps long puisque le raisonnement traite des évolutions du système climatique qui se pensent sur des échelles de temps longues et incertaines et à partir d’une réflexion sur les besoins des générations futures. Ces deux temporalités s’emboîtent, se combinent et parfois se contredisent : il faut à la fois agir vite et être efficace sur le temps long. Cette dualité souligne les décalages entre les rythmes sociaux et les rythmes climatiques et la difficulté de mettre en adéquation ces deux temps (Norrant, Le Blanc, 2018).

  • 1 Historiquement, les géographes se sont saisis de la notion de temporalité avec un certain retard pa (...)
  • 2 Si cette notion de durabilité permet aux géographes de réfléchir aux interactions entre les société (...)
  • 3 On définit ici un acteur comme une personne qui agit, avec une capacité d’agir, il est porteur de d (...)

2Implicitement, les politiques environnementales ont tendance à associer la bonne gestion des questions de protection de l’environnement à une temporalité longue et à un échelon gestionnaire englobant : la transition énergétique aura des chances d’aboutir si elle est prise en charge à l’échelle mondiale, par exemple si elle est discutée au sein des conférences internationales de type Conférences des Parties (COP), qui permettent de fixer des objectifs pour la fin du XXIe siècle. En même temps, ce type de politique valorise également l’échelle locale : de nombreux projets de transition énergétique fleurissent à des échelons administratifs régionaux, départementaux, communaux (biomasse, éolien, centrale solaire, etc.). Les études géographiques sur les questions environnementales concluent souvent à cette dualité entre temps long/échelon mondial et temps court/échelle locale. Par exemple, l’analyse des effets géographiques des éruptions volcaniques oppose ainsi le temps court de la gestion post-crise à l’échelle locale et le temps long des anomalies climatiques provoquées par les plus grandes éruptions à l’échelle mondiale (Lavigne et De Belizal, 2010). Notre objectif sera de discuter et nuancer cette dualité à partir d’une notion qui permet aux géographes de se confronter à la question des temporalités1 : la durabilité. Cette notion à double sens recouvre celles de durée et de soutenabilité sur les plans économique, social et environnemental. L’objectif de durabilité impose aux acteurs politiques et économiques qui s’y attachent de répondre à des critères environnementaux (limiter les émissions de polluants, favoriser la diversité des écosystèmes, etc.) (glossaire Géoconfluences, 2014)2. Un certain flou est entretenu sur les pas de temps de la durabilité : « ce concept implique une responsabilité morale vis-à-vis des générations futures, mais sans que l’on sache très bien quelles sont les échelles de temps concernées : celles de 2015, 2050, 2100, au-delà ? » (Clément, p. 2). De plus, comment prendre en compte des processus qui évoluent sur temporalités différentes (les temps des sociétés, du politique, de l’environnement, de l’économique, etc.) (Barrué-Pastor et al., 2000) ? Le flou et la pluralité des temporalités de la durabilité engendrent des visions divergentes voire contradictoires de la transition énergétique entre les différents acteurs. D’un point de vue environnemental, si les décideurs politiques européens et nationaux souhaitent accélérer le processus de transition énergétique, le risque n’est-il pas de minimiser les impacts environnementaux des infrastructures énergétiques sur leurs milieux « naturels » d’accueil (par exemple les fonds marins en ce qui concerne l’éolien offshore, des périmètres de protection de la nature dans le cas de l’éolien terrestre, etc.) ? La durabilité sociale implique quant à elle de « satisfaire les besoins sociaux, économiques et culturels des communautés et de respecter l’acceptabilité sociale du système territorial » (glossaire Géoconfluences, 2014). Or, l’urgence climatique ne se heurte-t-elle pas à des rugosités territoriales ? Les projets de transition énergétique sont-ils toujours localement acceptés ? Peuvent-ils rentrer en contradiction avec la soutenabilité au long terme des systèmes (sociaux, environnementaux, économiques, culturels) locaux ? Enfin, d’un point de vue économique, comment est-il possible de concilier l’urgence climatique et l’accélération des politiques publiques liées à la transition énergétique avec des situations de crises économiques plus ou moins marquées selon les pays européens ? Par ailleurs, les acteurs3 sociaux évoluent selon des pas de temps qui ne sont pas toujours conciliables : par exemple, un élu politique pourra avoir tendance à agir sur le temps de son mandat, soit quelques années, un opposant à un projet énergétique inscrira plutôt son action dans un temps court médiatique lui permettant de mettre en lumière ses arguments tout en se réclamant parfois d’une temporalité plus longue en analysant la durabilité des projets énergétiques sur le territoire. Les temporalités des acteurs peuvent être ainsi définies comme des pas de temps dans lesquels s’inscrivent leur action en matière de transition énergétique mais aussi celles dont ils se réclament dans leur discours.

  • 4 Le conflit désigne une situation relationnelle structurée autour d’un antagonisme (Picard et Edmont (...)

3Notre article se penche donc sur les tensions entre urgence climatique et durabilité qui existent dans la mise en politique de la transition énergétique. Plus précisément, nous cherchons à savoir dans quelle mesure les conflits d’acteurs sont-ils liés à des confrontations d’échelles de temps différentes ? L’article se penchera sur l’analyse des conflits4 qui apparaissent, à l’échelle locale notamment, autour des projets nés de la transition énergétique (parcs éoliens, solaires ou lignes de raccordement). Cette réflexion sur l’articulation et les contradictions entre transition énergétique et durabilité nous permettra d’ouvrir une réflexion plus large sur la légitimation par l’urgence des politiques publiques liées à la transition énergétique.

4Dans le cadre de notre réflexion sur les potentielles contradictions entre urgence climatique et durabilité, deux postulats émergent. Le premier est celui d’une possible concordance entre les échelles spatiales (européennes, nationales et locales) d’action des acteurs et les échelles temporelles au sein desquelles s’inscrit leur action et qu’ils mobilisent dans leurs discours sur la transition énergétique. Le second concerne l’existence de conflits liés à ces temporalités différenciées.

5Au sein de l’Union européenne, l’échelle macro est privilégiée pour mettre en œuvre les politiques de mix énergétique et atteindre des objectifs à l’horizon 2050. À l’échelle nationale, l’adaptation du cadre législatif à ces exigences se fait au court ou moyen terme, selon des temporalités politiques spécifiques. Dans la mise en œuvre actuelle de la transition énergétique, les résistances locales aux projets d’infrastructures énergétiques sont souvent perçues par les décideurs européens et nationaux comme des freins à la réalisation de ces objectifs et l’échelle locale est associée à des logiques de court terme. Néanmoins, si l’action des opposants aux projets se place dans un temps court médiatique, leur analyse de la durabilité des infrastructures se place aussi sur le long terme. Notons ici que ces temporalités ne sont toutefois pas étanches, elles peuvent faire l’objet de plusieurs usages par un même acteur.

6En géographie, plusieurs travaux récents se sont penchés sur les conflits liés à l’implantation des énergies renouvelables (Gueorguieva-Faye, 2007 ; Labussière et De Baere, 2007 ; Labussière, 2009 ; Burger, 2014 ; Duruisseau, 2016 ; Oiry, 2017). Pourtant, au sein de ces travaux, l’analyse de la dimension temporelle de l’action des acteurs, ou bien de la temporalité dont ils se revendiquent et au nom de laquelle ils agissent au sein d’une situation conflictuelle, n’est que très peu, voire pas du tout, abordée. Olivier Labussière et Alain Nadaï proposent une analyse temporelle du processus de la transition énergétique pour comprendre la conflictualité de la mise en politique actuelle de cette transition (Labussière et Nadaï, 2016). Cependant, au-delà du processus, la question des temporalités doit également permettre d’éclairer la conflictualité de cette mise en politique à l’aune des différents référents temporels mobilisés par chacun des acteurs.

  • 5 L’acronyme anglais (European Network of Transmission System Operators for Electricity) est utilisé (...)

7Pour discuter les hypothèses évoquées, les travaux de trois chercheuses sur trois terrains différents ont été confrontés. Le premier a été mené dans le cadre d’une thèse de doctorat en géographie, entre juin et juillet 2014 auprès du Réseau européen des gestionnaires de réseaux d’électricité (ENTSO-E5), dans l’équipe chargée du plan d’investissement européen dans les réseaux de transport d’électricité (Palle, 2016). Il se fonde sur de l’observation participante des activités de cette équipe à laquelle l’auteur a été intégrée ainsi que de ses interactions avec d’autres acteurs agissant à l’échelle européenne (Commission européenne, représentants des régulateurs nationaux, ONG, associations d’usagers ou de riverains, etc.). Le deuxième a été mené dans le cadre d’une autre thèse de doctorat en géographie sur les conflits générés par l’implantation des énergies marines renouvelables (éolien en mer, hydroliennes) sur la façade atlantique française (Oiry, 2017). Ce terrain a été réalisé entre janvier 2014 et juin 2017 à partir d’une méthode qualitative qui s’est essentiellement basée sur la réalisation de 105 entretiens semi-directifs ou plus informels avec une diversité d’acteurs : groupes techno-industriels chargés de réaliser les projets (EDF, EDF Énergies nouvelles, Engie, Iberdrola), acteurs nationaux (par exemple des membres de la Direction Générale de l’Énergie et du Climat), élus régionaux et locaux, membres d’associations de sensibilité écologiste, pêcheurs, résidents secondaires, représentants des associations de loisirs, etc. Enfin, le troisième terrain a été mené dans le cadre d’un master 1, sur les conflits liés à des projets de parcs éoliens en Crète, entre janvier et mars 2017, et a reposé sur dix-sept entretiens semi-directifs avec des opposants aux projets ainsi que sur des discussions informelles avec des habitants (Durand, 2017).

8L’analyse croisée de ces trois terrains menés aux échelles locales, nationales et européennes de la transition a eu pour objectif de confronter les échelles spatiales et temporelles au sein desquelles s’inscrivent les acteurs. La mise en politique de la transition énergétique telle qu’elle a lieu – de façons diverses – dans l’Union européenne, ne peut pas, en effet, être comprise sans emboîter a minima ces trois échelles. Le but a alors été de poser la question de la ou des temporalité(s) de l’action, à chacune de ces échelles, dans le cadre des conflits d’acteurs.

9Les analyses issues de la fréquentation des gestionnaires de réseau à l’échelon européen montrent comment les acteurs techniques et politiques européens conçoivent la temporalité de leurs actions ainsi que les rugosités territoriales auxquelles sont concrètement confrontés les gestionnaires de réseau. L’analyse des projets énergétiques français et grec s’est faite par le biais d’une démarche comparative de deux cas d’études plus locaux, qui met en relief les temporalités dans lesquelles s’inscrivent les acteurs agissant aux échelles nationales et locales. Tout au long de l’article les temporalités des acteurs grecs et des acteurs français seront comparées : les opposants se mobilisent-ils sur les mêmes pas de temps face aux projets énergétiques ? Les conflits qui se déclenchent obéissent-ils aux mêmes temporalités ?

10Notre propos s’articule donc en trois temps, organisés autour des échelles européennes, nationales et locales de la transition énergétique. Pour chaque échelle spatiale seront discutées les temporalités dans lesquelles s’inscrivent les actions des acteurs et les potentiels conflits générés : les politiques européennes se projettent-elles uniquement sur plusieurs décennies ? Comment les gouvernements, qui agissent à l’échelon national, intègrent-ils à leurs politiques énergétiques, au court et moyen terme, cette idée d’urgence climatique ? Enfin, à l’échelle locale, comment s’articulent le temps court de l’opposition aux projets et l’analyse sur le long terme de la durabilité sociale, environnementale et économique des territoires ?

L’urgence de la transition énergétique à l’échelle européenne : une vision institutionnelle pensée et opérée sur le temps « long » ?

11C’est à l’échelle européenne que se construisent les politiques publiques ayant un horizon pluri-décennal, le milieu du XXIe siècle est ainsi souvent pris comme repère temporel. Leur mise en œuvre comprend notamment un certain nombre de « grands projets », jugés « d’intérêt commun » pour l’ensemble de l’Union. Ces projets sont souvent controversés au motif qu’ils écartent dans leur mise en œuvre la prise en compte des revendications locales, notamment dans la mesure où la temporalité du projet est différente pour ses porteurs qui l’envisagent très en amont et pour les acteurs locaux qui ressentent les phases de concertation comme un leurre face à un projet « déjà décidé », sans eux. L’exemple du réseau de transport d’électricité permet d’envisager cette tension développée dans cette première partie.

Un cadre institutionnel et législatif pensé par l’U.E, à l’échelle européenne et sur le temps long

  • 6 Commission européenne, COM/2010/0639, Énergie 2020 Stratégie pour une énergie compétitive, durable (...)

12La stratégie de transition énergétique actuelle de l’UE comporte des objectifs jalons à 2020, 2030 et 20506. Cette vision de long terme (pour une temporalité politique) se veut une réponse institutionnelle à l’urgence avérée de la transition.

13La transition énergétique européenne s’inscrit dans la lignée d’une politique énergétique commune construite progressivement à partir des années 1990 et ayant pour objectif initial la libéralisation du secteur et la construction d’un marché commun. C’est le sens des trois premiers « paquets énergétiques » adoptés en 1996-1998, 2003 et 2009. Le traité de Lisbonne (2009) en faisant de l’énergie une compétence partagée par les États et l’UE pose les bases d’une politique commune qui met sur le même plan des objectifs annoncés, le fonctionnement d’un marché commun intégré, la sécurité d’approvisionnement et les premiers éléments d’une transition énergétique (qui n’est pas mentionnée en tant que telle dans le texte). Poursuivie à travers l’Union de l’énergie (2015) et le « winter package » (2016) – collection de mesures visant la révision des textes existant sur l’efficacité énergétique, les énergies renouvelables, la performance énergétique des bâtiments et la gouvernance du marché énergétique européen – cette vision de la politique énergétique européenne a ainsi progressivement intégré l’objectif d’une transition énergétique aux processus initiaux d’intégration et de libéralisation. Cela se ressent dans la mise en œuvre effective de cette politique et dans ses impacts locaux, notamment lors de la construction des infrastructures jugées nécessaires à cette transition (Palle, 2017).

Les évolutions à long terme du réseau de transport d’électricité, un conflit entre une échelle d’analyse européenne et un espace d’action local ?

14Parmi les objectifs de la transition énergétique européenne, l’un des plus médiatisés est celui de la part des énergies renouvelables (ENR) que l’UE souhaite intégrer à son mix énergétique, dans la lignée des engagements pris aux conférences des parties à la Convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques de Kyoto (1997) et Paris (2015) : 20 % en 2020 et 27 % en 2030. La réalisation de cet objectif est envisagée par l’UE notamment à travers l’installation et le raccordement au réseau de grands parcs solaires ou éoliens. Dans cette optique, la mise en place de projets d’infrastructures de raccordement ou de renforcement du réseau, planifiés à long terme et pensés à l’échelle européenne est valorisée comme moteur de la transition énergétique (Palle, 2016).

Figure 1 : Carte du plan d’investissement dans les réseaux de transport d’électricité européens (2014), ENTSO-E, TYNDP 2014, projets « de long terme »

  • 7 ENTSO-E, 2014, Ten-Year Network Development Plan ; ENTSO-E, 2016, Ten-Year Network Development Plan
  • 8 Régulation (UE) N° 347/2013

15L’UE a ainsi demandé en 2009 aux gestionnaires des réseaux européens de transport d’électricité de s’associer pour construire un plan d’investissement à dix ans de développement des réseaux européens de transport d’électricité7. Ce plan qui envisage réellement l’évolution des infrastructures à bien plus de dix ans (dix années correspondent au temps moyen de construction d’une ligne à haute tension en France) est actualisé tous les deux ans. La figure 1 présente les tracés envisagés des infrastructures jugées nécessaires à long terme par les gestionnaires de réseaux de transport d’électricité européens en 2014. Ils prennent en compte les besoins d’interconnexions nécessaires à la construction d’un marché commun (désenclavement des péninsules énergétiques, interconnexions transfrontalières entre États membres, raccordement des nouveaux entrants) et incluent les raccordements au réseau des grands parcs solaires ou éoliens8 ou les renforcements nécessaires. Parmi cet ensemble de projets d’envergure européenne, la Commission sélectionne des projets dits « d’intérêt commun » auxquels elle apporte un concours financier ou des facilités de mise en place, notamment en ce qui concerne les délais des autorisations administratives ou des études préliminaires.

  • 9 Sven Teske et alii., 2014, powE[R] 2030, a European grid for 3/4 renewable electricity by 2030, Gre (...)

16Ces projets sont donc pensés par des acteurs techniques qui raisonnent principalement à une échelle nationale ou européenne et à un horizon temporel a minima décennal. La phase de réalisation est alors souvent celle à laquelle ils apparaissent aux acteurs locaux des territoires concernés (élus locaux, associations de riverains ou d’usagers, etc.), qui sont pris en compte sous l’angle de l’acceptabilité et non comme des décideurs influant sur l’amont d’un projet. Celui-ci est légitimé dans le discours de ses porteurs par des questions techniques de rationalisation du réseau, une politique européenne d’intérêt commun ou une logique de transition énergétique fondée sur de grands projets de long terme. Face à cela, la position de ces acteurs locaux peut être celle d’un rejet, de l’infrastructure ou des choix politiques qu’elle suppose. Le modèle de transition énergétique fondé sur de grands projets d’infrastructures peut se voir opposer la vision d’une transition fondée sur de petits projets décentralisés et gérés à une échelle locale. Cela au nom d’une sauvegarde des paysages, des impacts à long terme de ces infrastructures sur leur environnement, immédiats ou plus éloignés (hors des seules préoccupations énergétiques, la question de la durabilité et du cycle de vie des matériaux nécessaires à leur construction se pose). L’ONG Greenpeace propose ainsi, au nom d’une transition énergétique durable, un plan d’interconnexion électrique concurrent réduisant de moitié le nombre de kilomètres de lignes construites9. Les entretiens menés entre 2014 et 2015 avec certains gestionnaires de réseaux, leur association européenne ainsi qu’avec les chercheurs de la division Sécurité d’approvisionnement du Centre de recherches commun de l’UE sur l’énergie et les transports (Palle, 2016), montrent que ces résistances (dont les modalités sont développées dans les deux parties suivantes) et l’existence de ce contre modèle (conçu comme tel) de mise en œuvre de la transition énergétique font l’objet de réactions d’incompréhension de la part de ces acteurs techniques ou institutionnels. Ceux-ci jugent utopique sa mise en œuvre sur un plan technique et dans les délais envisagés.

17Les choix politiques et techniques effectués à l’échelle européenne génèrent ainsi des conflits entre acteurs, qui concernent la temporalité de la décision et de la mise en œuvre des projets d’infrastructures dans le modèle de transition énergétique actuel et la place occupée par ces acteurs au long du processus. Plus largement, les conflits apparaissent également autour de la vision de la transition énergétique et des arbitrages qu’elle implique en termes de durabilité (des paysages, des matériaux, etc.).

18Si l’échelle d’analyse et de projection politique européenne est principalement orientée sur le temps long, l’espace d’action des acteurs européens est donc, en revanche, double et les projets qu’ils portent s’inscrivent à la fois dans une échelle européenne et à une échelle locale.

Les politiques de transition énergétique à l’échelle nationale : le primat contesté du temps court ?

19À l’échelon national, plusieurs acteurs cherchent à accélérer la mise en œuvre des politiques de transition énergétique (l’État, les ministères, mais aussi les porteurs de projets privés), même s’il existe un décalage sur lequel on reviendra entre les discours déclaratifs et la mise en œuvre effective des projets. Plusieurs stratégies, à la fois sociales, économiques et financières, sont alors mises en place : réduction des délais des procédures d’études d’impact, mise en place d’outils incitatifs financiers, etc.

L’espace d’action national : une accélération du temps législatif

20L’accélération législative et la réduction des délais de procédures sont des ressorts sur lesquels jouent les groupes industriels et l’État à l’échelon national pour tenter de faire avancer plus rapidement les projets de transition énergétique. En France, la loi de transition énergétique pour une croissance verte vise à réduire la longueur des procédures et contenir temporellement les recours possibles des opposants.

21Un des objectifs de la loi française de transition énergétique est de parvenir à une autorisation unique pour accélérer le développement des énergies marines renouvelables. Le Syndicat des énergies renouvelables (SER), un acteur d’échelon national qui regroupe les intérêts des groupes techno-industriels du secteur, est un des grands promoteurs de cette simplification et propose dans un rapport du 22 juillet 2013 de « limiter les dérives contentieuses » avec un « encadrement des délais de recours et la suppression des niveaux juridictionnels ». Le SER propose de maintenir dans des proportions raisonnables le délai de recours des tiers contre les autorisations au titre de la loi sur l’eau. Actuellement, les délais sont d’un an à compter de la publication ou de l’affichage de la décision administrative pour ce qui est des autorisations au titre de la loi sur l’eau, de deux mois pour le permis de construire et de six mois pour l’autorisation ICPE (Installations classées pour la protection de l’environnement) : il s’agit d’harmoniser les différents délais en les alignant sur le délai de recours de droit commun de deux mois et de restreindre la possibilité de recours à une plus courte période, ce qui réduit donc de fait l’action juridique des opposants. La loi de transition énergétique contient donc une logique de réduction des délais administratifs, censée accélérer la réalisation des projets en tentant de limiter les procédures juridiques de contestation. Ainsi, la mise sur agenda des enjeux climatiques et des questions énergétiques engendre une interpénétration plus marquée des temporalités politiques, administratives et juridiques : l’introduction des notions d’urgence et d’immédiateté dans le droit marque une mutation importante de celui-ci, qui, par nature, a toujours eu une temporalité différenciée des temporalités sociales (Commaille, Simoulin, Thoemmes, 2014).

22On retrouve les mêmes logiques en Grèce. À partir du début des années 2000, une succession de mesures a permis un essor très rapide de l’installation de sources de production d’énergies renouvelables et plus particulièrement des parcs éoliens (cf. figure 2). Celles transposant les directives européennes à l’échelle nationale (2006 et 2010) ont eu le plus d’impact et la suppression de restrictions sur l’implantation des sites a joué un rôle important. Les lois sur l’accélération du développement des énergies renouvelables, adossées à des lois accélérant les investissements stratégiques mis en place pendant la crise économique (Fast Track), ont permis de raccourcir les procédures d’implantation des parcs et les procédures de recours, tout comme la loi de transition énergétique française de 2015. Notons qu’en Grèce, la crise économique, à partir de 2008, a pu jouer le rôle de « fenêtre » politique (Kingdon, 1984 ; Keeler, 1994) offrant un cadre propice à la promotion d’infrastructures énergétiques à grande échelle, indépendamment des temporalités européennes et nationales de la transition énergétique. Par ailleurs, les études sur les temporalités de l’action publique invitent à s’interroger sur la notion d’accélération : l’action publique ne fonctionne pas seulement selon un temps linéaire mais aussi selon une temporalité duale, faite de périodes de changements et des phases de stabilité, et marquée par l’irrégularité et l’imprévisibilité (Commaille, Simoulin, Thoemmes, 2014). La notion de mise en agenda souligne ainsi que des mesures peuvent être développées dans un certain contexte puis interrompues par la suite.

Figure 2 : La multiplication des mesures incitatives depuis les années 2000 accélérant le développement de l’éolien en Grèce. Source : Durand, 2017

  • 10 Loi 3851/2010 “Accelerating the development of Renewable Energy Sources to deal with climate change (...)

23La loi sur l’accélération du développement des énergies renouvelables de 201010 en Grèce prévoit que le ministère de l’environnement ait la décision finale pour l’implantation des sites et dispose d’une période de 40 jours, à compter du dépôt des dossiers, pour les transférer à un ensemble d’organismes qui peuvent évaluer les impacts environnementaux des projets (Panagiotidou et Kontopoulou, 2015). Au bout de cette période, le ministère prend une décision, même sans retour de ces organisations, dont l’avis n’est dans tous les cas que consultatif. Une fois le projet validé, celui-ci est publié par le ministère et l’autorité de régulation de l’énergie (RAE) dans un journal à « diffusion nationale » et peut être contesté pendant une période de 20 jours. Ce délai est perçu comme excessivement court pour les opposants interrogés, d’autant plus qu’il s’inscrit dans un ensemble d’autres mesures concernant l’acquisition des terres pour les groupes industriels, qui ne permettent pas aux propriétaires d’être réellement informés des projets.

24L’ensemble de ces mesures incitatives (financières ou en termes d’accès à des terrains) et l’accélération de leur rythme (cf. figure 2) créent des effets d’aubaine pour le secteur industriel. Cette nouvelle architecture institutionnelle est alors parfois critiquée au motif qu’elle déstabiliserait l’équilibre des investissements au long terme, les groupes industriels pouvant décider de la croissance ou non de nouvelles capacités en fonction de la rentabilité des projets (Labussière, Nadaï, 2015, p. 92). Dans le même temps, la multiplication rapide des projets liée à cette accélération législative génère des oppositions locales. Les militants qui contestent l’installation de grands parcs éoliens en Crète, interrogés lors d’une enquête de terrain (17 entretiens), indiquent que l’accélération soudaine du nombre de projet sur l’île a été un facteur déclencheur de la mobilisation locale à partir de 2011 (Durand, 2017). Les projets ont en effet semblé largement disproportionnés par rapport aux besoins énergétiques de l’île. Le projet d’interconnexion de l’île avec le réseau européen continental, soutenu par l’Union européenne (cf. figure 1), a également été perçu comme un moyen, à long terme, d’augmenter considérablement la production énergétique de l’île à des fins d’exportation et non d’approvisionnement local. Ce double changement d’échelle géographique et du rythme des projets semble donc à l’origine des dynamiques de résistance locale.

25Les cadres législatifs nationaux permettent ainsi d’accélérer la mise en place des projets et la croissance globale des nouvelles capacités de production d’énergie renouvelable. Si les groupes industriels s’appuient sur cette architecture législative pour s’assurer, en amont, de la mise en œuvre des futurs projets, cette accélération est aussi porteuse de conflits.

L’échelle d’action nationale : les stratégies d’accélération des projets pour éviter les conflits locaux ?

26En France, des stratégies d’acceptabilité sont conjointement menées par les grands groupes industriels (EDF, EDF Énergies marines, Engie, etc.) et par les pouvoirs publics afin de travailler la réception sociale des nouvelles infrastructures de la transition énergétique. Les premiers veulent faire accepter des projets qui doivent devenir rapidement commercialement rentables, les seconds veulent atteindre les objectifs inscrits dans la loi de transition énergétique.

  • 11 Les photomontages des futures infrastructures EMR réalisés par les porteurs de projets sont en effe (...)

27Plusieurs stratégies peuvent être mises en relief quand on se penche sur les projets d’implantation des énergies marines renouvelables dans les eaux territoriales françaises : la mise en place de dispositifs participatifs, la négociation autour des compensations territoriales, l’utilisation de la fiscalité locale ou encore la mobilisation d’un nouvel imaginaire du milieu marin11 (Oiry, 2015). Ces stratégies sont directement liées à la nécessité de faire avancer les projets. Par exemple, Ailes Marines, le porteur de projet du parc éolien en mer de la baie de Saint-Brieuc, a travaillé l’acceptabilité du projet dès 2012 lors du résultat de l’appel d’offres des premiers parcs éoliens offshore français, en négociant des compensations territoriales avec les associations écologistes locales, avec les associations de loisirs ou encore avec les comités régionaux des pêches. Ces compensations ont pu prendre la forme de financements directs, d’achat de matériel en direction des associations de voile, de financements de programmes de suivi des ressources halieutiques en direction des comités des pêches, etc. Intégrés dans un système de partenariat et de subventions, ces acteurs n’ont ensuite pas pu faire le choix de rejoindre les rangs des contestataires. Seules les associations de résidents secondaires ont déposé des recours juridiques contre le parc. Tenter de limiter la contestation permet d’empêcher le blocage des projets par la multiplication des recours juridiques.

28En Grèce, les nouvelles législations permettent de faciliter l’acquisition des terrains pour les groupes industriels en passant par l’État, pour éviter les longs processus de négociation avec les propriétaires (Panagiotidou et Kontopoulou, 2015). Depuis 2001, les constructions de parcs éoliens sont considérées comme des « travaux d’intérêt public », classification d’ordinaire réservée aux projets militaires, ce qui autorise l’implantation des parcs en zone forestière, en zone humide, et sur les zones côtières depuis 2008 ; et ce qui permet également de faciliter les expropriations sur les zones classées comme « forêts ». Chaque groupe industriel peut demander à changer le statut d’un terrain au service national des forêts, qui peut le classer en zone forestière et le mettre ainsi dans le domaine de l’État. Les compagnies peuvent alors louer le terrain directement à l’État à un prix faible et stable sans passer par le propriétaire effectif de ce terrain, souvent utilisé pour de l’élevage extensif. Cette législation joue également sur le régime ambigu des cadastres en Grèce, et particulièrement en Crète, où des titres de propriété de la période ottomane ne sont pas toujours reconnus par l’État.

29À l’échelle locale, les expropriations permises par cette législation ont suscité une forte indignation chez les habitants locaux – d’autant plus que les délais de recours sont très restreints – et ont été un moteur important de la mobilisation pour les militants interrogés (Durand, 2017). Les habitants témoignent également des doubles stratégies des industriels qui, après avoir signé un contrat avec l’État pour louer les terres, proposent également des sommes d’argent aux propriétaires dans les villages, afin de s’assurer de l’acceptation par ceux-ci des futurs projets. Ces stratégies ont parfois créé des tensions importantes dans les villages entre les habitants ayant accepté l’argent des groupes industriels et ceux l’ayant refusé.

30À l’échelon national, que ce soit en Grèce ou en France, les pouvoirs publics et les groupes industriels tentent d’accélérer les projets qui émanent du processus de transition énergétique : l’urgence climatique se lit dans le raccourcissement des délais de procédures et dans les stratégies d’acceptabilité qui engendrent parfois des conflits d’acteurs à l’échelle locale. Ces acteurs de l’échelle nationale croisent ainsi une temporalité de l’analyse à moyen terme et un espace d’action double, à une échelle nationale (notamment sur le plan législatif) et à une échelle locale concernant les projets d’infrastructures mis en œuvre.

La mise en œuvre de la transition énergétique à l’échelle locale : une contestation de la durabilité des projets à long terme

31Comment l’urgence climatique se décline-t-elle à l’échelle locale et comment se combine-t-elle aux impératifs de durabilité contenus dans les objectifs de transition énergétique ? La durabilité sera ici considérée dans une triple dimension, à la fois environnementale, sociale et économique. L’exigence de durabilité dans cette triple dimension est souvent un argument mobilisé par les groupes d’opposants pour contester les infrastructures énergétiques : ils questionnent les processus de développement territoriaux sur le temps long en même temps qu’ils agissent sur le temps court médiatique.

L’urgence climatique face à la durabilité environnementale sur les territoires des projets

32Quels sont les risques potentiels d’une forte accélération de la mise en œuvre des projets énergétiques, justifiés par l’urgence climatique ? Dans quelle mesure cette urgence peut-elle entrer en contradiction avec la durabilité des projets ? Prenons l’exemple des impacts environnementaux des parcs éoliens en mer. En application du Code de l’environnement, les groupes industriels ont l’obligation de réaliser des études d’impact environnemental (EIE) qui détaillent les impacts possibles et livrent des propositions pour les éviter, les réduire ou les compenser. Les impacts potentiels des énergies marines renouvelables sont nombreux, à la fois sur le milieu marin physique (modification de la houle et de l’environnement sonore sous-marin, impacts sur les sédiments des fonds marins et sur la qualité de l’eau) et sur le milieu marin biologique (impacts sur la faune et la flore sous-marines, sur le patrimoine écologique, sur l’avifaune). Pour les associations environnementales locales (Bretagne Vivante ou Vivarmor en baie de Saint-Brieuc), les impacts environnementaux des parcs éoliens questionnent la durabilité environnementale des projets : la dégradation des fonds marins prouve, selon eux, qu’il y a une contradiction entre transition énergétique et transition écologique.

33Lors des séances de débats publics organisés au printemps 2013 pour les parcs éoliens en mer du premier appel d’offres français, une controverse sur les impacts environnementaux s’est déployée entre les associations environnementales et les porteurs de projets et leurs sous-traitants chargés de réaliser l’étude d’impact environnementale (EIE). Le milieu associatif a dénoncé des protocoles d’EIE réalisés trop rapidement, en quelques mois seulement, et sans cohérence. Le protocole mis en place pour mesurer l’état initial des zones de laminaires (de grandes algues brunes) du parc éolien au large de Saint-Nazaire a ainsi été critiqué : le bureau d’études engagé pour le consortium réalise ses observations à partir de caméras – et non en plongée –, installées juste après un épisode de tempête, à la fin de l’hiver, alors que les laminaires se déploient surtout au printemps. Si les associations environnementales critiquent les impacts potentiels des parcs, les porteurs de projets insistent sur la résilience du milieu marin. Selon eux, les fondations sous-marines des éoliennes peuvent ainsi devenir des supports pour développer la biodiversité marine : progressivement recolonisées par des algues, elles peuvent attirer une nouvelle ressource halieutique (Lacroix et Pioch, 2011). L’échelle temporelle de cette résilience du milieu n’est pourtant jamais précisée : combien de temps vont mettre les algues pour coloniser les pieux des éoliennes ?

34Selon les associations environnementales locales, deux logiques s’affrontent : une logique économique de court terme (il faut faire passer rapidement les EIE pour pouvoir obtenir les autorisations administratives, lancer la construction du parc et faire en sorte qu’il soit économiquement rentable le plus rapidement possible) et une logique environnementale de long terme, où la durabilité du parc et les modifications de l’état du milieu marin sont questionnées. Pourtant, des incertitudes subsistent sur ces questions : les connaissances sur le milieu marin sont encore extrêmement lacunaires et les retours d’expérience des parcs éoliens en mer n’ont pas assez de recul pour évaluer avec précision la résilience des fonds marins après la phase de travaux des fondations éoliennes, ce qui empêche de conclure trop vite à une contradiction entre enjeux climatiques et enjeux écologiques.

35Dans le cas grec, la question des impacts environnementaux des parcs éoliens est abordée, dans la littérature et par les militants interrogés, à travers le dimensionnement des projets. Le développement de parcs à très grande échelle et l’ensemble des infrastructures qu’ils nécessitent sont critiqués. Les législations actuelles favorisent les très grands projets dont les dimensions écologiques et durables sont contestables. De plus, les plans ne prennent pas en compte les spécificités locales sur les plans géologique, géomorphologique, écologique, culturel et économique, accentuant les problèmes environnementaux et énergétiques (Panagiotidou et Kontopoulou, 2015). Le cadre législatif actuel donne la priorité aux investissements verts mais ne protège pas les zones sensibles. Les études d’impact environnementales sont de moins en moins requises et elles ne sont que consultatives. Plusieurs militants interrogés ont ainsi témoigné des procédures douteuses de ces études, réalisées, selon eux, par des scientifiques payés par les groupes industriels et dans lesquelles figurent d’importantes contradictions et erreurs sur la réalité du terrain (Durand, 2017). Certains opposants ont ainsi saisi le Conseil d’État pour contester des études d’impacts environnementales qu’ils jugent largement insuffisantes, mais ces procédures sont très longues, coûteuses et difficiles à mettre en œuvre car les projets sont divisés en de multiples entités.

36Plus généralement, l’installation de parcs éoliens à grande échelle dans des zones peu artificialisées et montagneuses implique la construction de grandes routes pour acheminer les éoliennes. Les acteurs écologistes craignent notamment, avec le creusement de la montagne et la bétonisation, une accélération des processus de désertification déjà en cours, jusqu’à un point de « non-retour ». Les projets de parcs éoliens sur île dans un système non interconnecté nécessitent également la production de moyens de stockage pour faire face au caractère intermittent de cette source d’énergie. De grands projets de barrages de stockage sont ainsi prévus, alors que les ressources en eau sont limitées sur l’île.

37Ainsi, en France comme en Grèce, les acteurs locaux du territoire interrogés remettent en question les évaluations environnementales des projets de parcs éoliens, réalisées trop rapidement, peu prises en compte ou manquantes. Les impacts directs et indirects de ces infrastructures énergétiques sont appréhendés sur le temps long des territoires et sont perçus comme des freins au développement local.

L’urgence climatique face au développement socio-économique local

38Comment se concilient, à l’échelle locale, urgence climatique et développement socio-économique local ? Cette question du développement local des territoires est fortement travaillée par les porteurs de projets lorsqu’ils négocient l’acceptabilité des infrastructures, à la fois en termes d’emplois locaux et d’investissement local. Les parcs éoliens en mer doivent ainsi apporter de l’emploi local dans la construction des parcs, dans leur maintenance et dans leur démantèlement ; un nouveau type de tourisme industriel doit pouvoir se développer, etc. Pourtant, parfois, les discours déclaratifs sur le développement local peinent à devenir performatifs. Dans le cas du site d’essai hydrolien implanté entre 2011 et 2017 au large de l’île de Bréhat, sur la côte nord de la Bretagne, un partenariat a été passé dès 2008 entre EDF Énergies Nouvelles et le Comité départemental des pêches pour mener un programme de suivi de la population de homards (nombre, déplacements, etc.). La première contractualisation entre EDF-EN et le comité des pêches a couvert la période 2008-2011, puis des avenants au contrat ont été signés année par année pour poursuivre le financement du programme. Ce partenariat était une des conditions posées par le Comité départemental des pêches pour accepter le site d’essai hydrolien dans ses espaces de travail. Cependant, selon un membre de ce Comité, l’enveloppe financière d’EDF EN s’est peu à peu amenuisée, alors que les hydroliennes ne produisaient pas encore d’électricité. L’abandon à l’automne 2017 du site d’essai de Paimpol-Bréhat va signer la fin de ce partenariat et l’arrêt du programme de suivi de homards, qui n’aura duré que quelques années. Le conflit avec le monde de la pêche a certes été évité, mais sans que la pérennité des mesures d’accompagnement ne soit garantie. Même si les discours des porteurs de projets insistent sur le fait que les projets de transition énergétique vont être des vecteurs de développement local, il semble que ces mesures se pensent à court terme.

39En Crète, les projets de parcs éoliens entrent parfois en contradiction avec les dynamiques de préservation et de patrimonialisation des ressources naturelles qui se pensent sur le temps long. Une large surface de l’île est couverte par le réseau Natura 2000, particulièrement les zones montagneuses, alors que de nombreux projets de parcs éoliens sont prévus dans ces zones. Les études environnementales réalisées par l’université de Crète (Tsoutsos et al., 2014) ont délimité des « zones d’exclusion » à éviter pour l’installation de parcs éoliens, qui ne sont pas respectées dans les projets actuels. Elles comprennent principalement les zones montagneuses protégées, pourtant très prisées pour l’implantation de parcs du fait de potentiels de vent élevés. De même, la partie est de l’île, où la concentration de projets énergétiques est la plus forte, a été classée comme Géoparc par l’Unesco en 2015, pour les nombreux fossiles mammifères qui y ont été découverts, le vaste réseau de grottes, les paléo-rivages et les structures karstiques formant le paysage. Cette distinction de l’UNESCO a permis la mise en place de nombreux chemins de randonnée, dont certains sont directement situés à proximité de parcs éoliens de grande taille (deux parcs à quelques kilomètres de distance, de plus de 50 turbines sur des surfaces d’environ 5 km² chacun, et trois autres parcs à quelques kilomètres d’une vingtaine d’éoliennes chacun) et de larges installations de panneaux photovoltaïques (une trentaine de panneaux de 10 m²). Les opposants locaux doutent de la possibilité de développer le géotourisme dans un tel paysage, fortement industrialisé par la présence de ces grandes infrastructures : barbelés autour des parcs, plateformes bétonnées des panneaux photovoltaïques, présences de déchets métalliques, terrains creusés pour la construction des parcs etc. (Durand, 2017).

40Les projets énergétiques dans ces zones protégées sont à la fois perçus comme des risques pour l’environnement et la biodiversité, mais aussi comme contraires aux projets de développement de l’île. Alors que la Crète s’est principalement développée depuis la deuxième moitié du XXe siècle avec le tourisme balnéaire sur les côtes et la monoculture intensive d’olives dans les plaines, cette nouvelle patrimonialisation des ressources naturelles est présentée par les militants comme une opportunité de favoriser un développement durable (par des projets de tourisme et d’agriculture durable par exemple) à l’intérieur des terres. Les projets de parcs éoliens à grande échelle sont alors perçus comme des risques d’artificialisation massive des zones montagneuses, qui apparaissent comme contradictoires avec ce processus de préservation et patrimonialisation des ressources naturelles. Vu le dimensionnement des projets prévus, un élu écologiste craint même un changement complet de l’économie de l’île et le développement d’une rente énergétique au détriment d’autres secteurs.

41L’échelle locale devient ainsi, au travers de la transition énergétique, un espace d’action où se projette une pluralité d’acteurs ayant des échelles d’analyse et des cadres temporels différents. La contestation par les acteurs locaux des projets portés par des acteurs agissant et raisonnant à d’autres échelles révèle alors – lorsqu’elle a lieu – des frictions entre ces différents horizons temporels et spatiaux, alors que l’ensemble des acteurs se réclame pourtant d’un même objectif, la durabilité.

Conclusion

42Comment se confrontent les différentes temporalités des enjeux environnementaux à chaque échelle ? Cette grille d’analyse nous a permis de rappeler les dimensions plurielles du temps malgré son caractère collectif et englobant, ainsi que la nécessité de combiner dans l’analyse ces deux termes de l’antinomie du temps social (Dubar, Rolle, 2008). En effet, si les référents temporels du changement climatique peuvent fournir des repères communs sur lesquels s’accorder, tels que la limitation de la hausse de température à +2 °C pour la fin du XXIe siècle et la nécessité d’agir très rapidement, dans la voire les décennie(s) à venir, la mise en politique de la transition énergétique fait apparaître une pluralité d’échelles temporelles à chaque niveau d’action et d’analyse. Comment combiner le temps court de la société et le temps long du climat et des enjeux environnementaux (Norrant, Le Blanc, 2018) ?

43À l’échelon européen, pour les gestionnaires de réseau, les projets vont dans le sens d’un renforcement de l’Union énergétique : les projets de raccordements du réseau et les plans d’investissements sont pensés à l’échelle macro et visent à répondre à des objectifs stratégiques de l’U.E au moyen et long terme concernant le mix énergétique mais aussi la sécurité d’approvisionnement. Ces plans prennent peu en compte l’échelon local dans les processus décisionnels, en amont, et dans l’étude des éventuels impacts, en aval, de ces infrastructures. Dans cette vision des réseaux énergétiques à grande échelle, les contestations locales des infrastructures sont perçues comme des freins à la réalisation de ces objectifs à horizon pluri-décennal.

44Les objectifs fixés par l’UE pour le milieu du XXIe siècle se traduisent dans les législations nationales par une accélération du rythme des mesures législatives favorisant le développement des énergies renouvelables. À l’échelle des projets énergétiques, des mesures sont également prises pour accélérer leur mise en œuvre : les procédures de recours pour les opposants sont réduites, en Grèce le cadre législatif facilite l’accès aux terrains pour les porteurs de projets et en France des stratégies sont développées pour favoriser l’acceptabilité des infrastructures. La multiplication de ces mesures dépend d’une mise à l’agenda des questions environnementales dans le monde politico-médiatique, ce qui permet de nuancer la perception d’une accélération linéaire des mesures.

45À l’échelle locale, le discours sur les impacts environnementaux des infrastructures énergétiques montre à quel point les temporalités des différents acteurs qui s’y rencontrent sont complexes, emboîtées et parfois contradictoires : les opposants développent ainsi un argumentaire sur la durabilité environnementale sur le temps long qui leur permet de conclure à une dégradation des milieux, en même temps que la temporalité courte de l’action de la contestation ne permet pas toujours le recul nécessaire pour confirmer ou infirmer la résilience des milieux. Par ailleurs, les opacités et les incertitudes sur la date de réalisation des projets, leurs dimensionnements, leur localisation etc. rend difficile l’évaluation des impacts sociaux et économiques futurs des infrastructures sur le territoire. Chaque acteur se prévaut souvent du temps long à son échelle et cantonne dans son discours l’autre à des logiques court-termistes. Cela génère une dynamique de conflit d’acteurs qui croise les échelles et les temporalités.

46Plus largement, les critiques de grands projets d’énergie renouvelable peuvent être interprétées comme des remises en question de « la hiérarchie des échelles et des temporalités qui sous-tend les discours actuels sur la transition énergétique » (Labussière, Nadai, 2015, p. 35). Une hiérarchie qui impose une libéralisation des marchés énergétiques, des adaptations législatives au niveau national et qui fait du local le terrain d’opérationnalité de ces scénarios. Olivier Labussière et Alain Nadaï proposent par cette analyse de repenser la question de l’amont et de l’aval dans le processus de la transition énergétique, de renverser cette hiérarchie pour considérer le local comme un lieu d’invention des futurs et potentiels énergétiques. Cette réflexion s’inscrit dans la lignée d’analyses sur les conflits d’aménagement, qui portent sur la critique des processus décisionnels (Lecourt et Faburel, 2005).

Haut de page

Bibliographie

Sources des travaux de terrain

Durand L., 2017. Les contestations des parcs éoliens en Crète : quelle(s) vision(s) de la transition énergétique ? Mémoire de géographie de master 1, Université Paris 1, 157 p.

Oiry A., 2017. Une transition énergétique sous tension ? Contestations des énergies marines renouvelables et stratégies d’acceptabilité sur la façade atlantique française. Thèse de doctorat en géographie, Université Paris 1, 447 p.

Palle A., 2016. L’espace énergétique européen, quelle(s) intégration(s) régionale(s). Réseaux, normes, marchés, politiques, des intégrations à plusieurs échelles ? Thèse de doctorat en géographie, Université Paris 1, 388 p.

Ouvrages et articles scientifiques

Barrue-Pastor M. et Georges B. (coord.), 2000. Les temps de l’environnement. Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 544 p.

Beck C., Luginbulh Y., Muxart T. (dir.), 2006. Temps et espaces des crises de l’environnement. Versailles, Éditions Quæ, coll. « Indisciplines », 409 p.

Burger C., 2014. L’éolien est-il soluble dans le territoire ? Territorialisation d’une politique d’aménagement durable. Thèse de doctorat de géographie, Université de Reims-Champagne-Ardenne, 387 p.

Charlier B., 1999. La défense de l’environnement : entre espace et territoire. Géographie des conflits environnementaux déclenchés en France depuis 1974. Thèse de doctorat de géographie, université de Pau, 750 p.

Clauzel C., Gardin J., Carre C., Sourdril A., Fofack R., 2018. « Les Temps des territoires. Introduction du dossier thématique », Développement durable et territoires, Vol. 9, n° 2, juin 2018 URL : http://journals.openedition.org/developpementdurable/12282

Clément V., 2004. « Le développement durable, un concept géographique ? », Géoconfluences, 3 p.

Commaille J., Simoulin V., Thoemmes J., 2014 « Les temps de l’action publique entre accélération et hétérogénéité », Temporalités, 19/2014, mis en ligne le 30 juin 2014, consulté le 28 juillet 2018, 20 p.

Di Meo G. et Buleon P., 2005. L’espace social : une lecture géographique des sociétés, Paris, Éditions Armand Colin, 303 p.

Duruisseau K., 2016. Transition énergétique et géographie : le photovoltaïque au sol dans le sud de la France. Thèse de doctorat en géographie, université d’Aix-Marseille, 559 p.

Dubar C., Rolle C. « Les temporalités dans les sciences sociales : introduction », Temporalités, 8/2008, mis en ligne le 9 juillet 2009, consulté le 28 juillet 2018, 5 p.

Fremont A., Allemand S., Heurgon E., Fixot A.-M., Leveque J., 2008. Aménagement du territoire : changement de temps, changement d’espace, Caen, Presses Universitaires de Caen, 382 p.

Fressoz J.-B., 2012. L’apocalypse joyeuse. Une histoire du risque technologique, Paris, Seuil, 313 p.

Gueorguieva-Faye D., 2006. « Le problème de l’acceptation des éoliennes dans les campagnes françaises : deux exemples de la proximité géographique », Développement durable et territoires, dossier 7/2006. URL : http://developpementdurable.revues.org/2705

Gumuchian H., Grasset E., Lajarge R., Roux E., 2003. Les acteurs, ces oubliés du territoire, Paris, Anthropos, Economica, 186 p.

Keeler J. T. S., 1994. Réformer. Les conditions du changement politique, Paris, PUF.

Kingdon J. W., 1984. Agendas, Alternatives and Public Policies, Boston, Little, Brown and Company.

Labussiere O., 2009. « Les stratégies esthétiques dans la contestation des projets d’aménagement : le milieu géographique entre singularité et exception », L’Information géographique, 73 (2), pp. 68-88

Labussiere O. et De Baere A., 2007. « Entre “insertion” et “mise en situation” paysagère : la mésentente au cœur d’un projet de ligne à très haute tension », Cosmopolitiques, n° 15, pp. 95-106

Labussière O., Nadaï A., 2016. L’énergie des sciences sociales, Paris, Alliance Athena.

Lacroix D., Pioch S., 2011. “The multi-use in wind farm projects: more conflicts or a win-win opportunity ?”, Aquatic Living Resources, 24 (2), p. 129-135

Lavigne F. et De Belizal E., 2010. « Les effets géographiques des éruptions volcaniques », EchoGéo, Sur le Vif, URL : http://journals.openedition.org/echogeo/12226 ; DOI : 10.4000/echogeo.12226

Lecourt A., Faburel G., 2005. « Comprendre la place des territoires dans les conflits d’aménagement, une application aux espaces ruraux », UMR 6590-ESO, Colloque FAIRE CAMPAGNE, Rennes, 17 au 18 mars 2005

Norgaard R. B., 2010. “Ecosystem services: from eye-opening metaphor to complexity blinder”, Ecological Economics, vol. 69, issue 6, pp. 1219-1227

Norrant C., Le Blanc A. « Temps qui passe, temps qu’il fait : changer de rythme pour changer le climat ? » Territoires en mouvement, Revue de géographie et aménagement, 37/2018, mis en ligne le 29 novembre 2017, consulté le 18 juillet 2018, 5 p.

Oiry A., 2015. « Conflits et stratégies d’acceptabilité sociale autour des énergies marines renouvelables sur le littoral français », VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement, vol. 15, n° 3.

Palle, A., 2017, « Les flux électriques européens, de la mise en politique à la politisation ? », Géocarrefour, 91/3 | 2017

Palle, A. 2016, « Les dynamiques d’évolution des réseaux de transport d’électricité européens, des réseaux techniques entre croissance et décroissance » in Croissance et décroissance des réseaux, Flux, 2016/3, n° 105

Panagiotidou M. et Kontopolou E., 2015. “Critical review of the institutional framework for RES in Greece: wind farm siting policies and case study”, Interdisciplinary Programme of Postgraduate Studies « Environment and Development », NTUA, Proceedings of the 14th Conference on Environmental Science and Technology (CEST), 3-5 September 2015, Rhodes, Greece

Parra C. et Moulaert F., 2011. « La nature de la durabilité sociale : vers une lecture socioculturelle du développement territorial durable », Développement durable et territoires, Vol. 2, n° 2, URL : http://journals.openedition.org/developpementdurable/8970

Perret B., 2012. « L’urgence occultée de la crise climatique », Études 2012/2 (Tome 416), pp. 151-161

Sachs I., 1997. L’écodéveloppement. Stratégies de transition pour le XXIe siècle, Syros, Paris.

Tsoutsos T. et al., 2014. “Sustainable siting process in large wind farms case study in Crete”, Renewable Energy, Technical University of Crete TUC, 2014

Haut de page

Notes

1 Historiquement, les géographes se sont saisis de la notion de temporalité avec un certain retard par rapport aux autres disciplines des sciences sociales. Cette frilosité à aborder la notion de temporalité et plus généralement à se saisir de la catégorie temporelle peut s’expliquer de différentes façons. La concurrence entretenue avec la discipline historique peut dans un premier temps expliquer cette réticence. En effet, selon l’éditorial du numéro spécial de la revue L’Information géographique consacré aux « Échelles et temporalités » : « depuis des décennies, le recentrage de la géographie sur la catégorie spatiale semblait laisser de côté tout ce qui relevait de la catégorie temporelle (…). Un peu comme Monsieur Jourdain, les géographes avaient pourtant pris l’habitude d’utiliser des termes tels que “processus”, “mutation”, “héritage” ou encore “diffusion”, qui contiennent des références implicites au temps ou à la durée. Mais tout ce qui relevait d’un approfondissement du rôle du facteur “temps” dans les dynamiques spatiales des sociétés était laissé à l’Histoire, dans un strict respect des frontières disciplinaires » (p. 2). L’éditorial mentionne toutefois que depuis les années 1990, les géographes se sont emparés de l’analyse des temporalités multiples de l’espace et des rythmes d’évolution en fonction des échelles spatiales. Cette réticence à aborder les questions temporelles se comble petit à petit depuis les années 1990, notamment dans la branche de la géographie de l’environnement et par le biais de l’analyse des politiques d’aménagement (Clauzel et al., 2018). On notera ainsi l’organisation de plusieurs colloques (Les temps de l’environnement en 1997, la journée des jeunes chercheurs de l’institut de géographie en 2011 consacrée aux « temps, rythmes et temporalités en géographie », Les temps des territoires en mars 2017) et la publication d’actes de colloque – Temps et espaces des crises de l’environnement (Beck et al., 2006), Aménagement du territoire : changement de temps, changement d’espace (Frémont et al., 2008) – qui témoignent de la prise en charge de cette question des temporalités au cœur de la discipline géographique.

2 Si cette notion de durabilité permet aux géographes de réfléchir aux interactions entre les sociétés et leur environnement, elle reste néanmoins sujette à controverses scientifiques. Plusieurs auteurs ont ainsi souligné le déséquilibre entre les trois piliers (environnemental, social et économique) du développement durable et que les tentatives de conciliation de ces enjeux se heurtent aux asymétries de pouvoir entre les acteurs (Norgaard, 2010). La durabilité sociale est elle-même sujette à des approches diverses : si la littérature scientifique insiste tout particulièrement sur l’idée de justice sociale et de partage équitable entre Nord et Sud (Sachs, 1997), d’autres auteurs militent pour une « culturalisation » du développement durable, c’est-à-dire pour une approche des pratiques et rapports sociaux en termes culturels (Parra et Moualert, 2011). Si l’objet de cet article n’est pas de rentrer dans le détail des controverses scientifiques de la durabilité, il faut avoir à l’esprit que la définition même de cette notion est conflictuelle, à la fois d’un point de vue scientifique, mais également au sein de nos territoires d’études, ce qui sera développé dans le troisième temps de notre démonstration.

3 On définit ici un acteur comme une personne qui agit, avec une capacité d’agir, il est porteur de discours et ses actions ont des concrétisations spatiales (Di Méo et Buléon, 2005, p. 29). Aux yeux du géographe, l’acteur est territorialisé, il désigne « tout homme ou toute femme qui participe de façon intentionnelle à un processus ayant des implications spatiales » (Gumuchian et al., 2003). Cet article se penchera sur les stratégies temporelles de différents acteurs (élus politiques, associations environnementales locales, opposants locaux aux nouvelles infrastructures énergétiques, etc.) au cœur du processus de transition énergétique.

4 Le conflit désigne une situation relationnelle structurée autour d’un antagonisme (Picard et Edmont, 2008), ou encore une « situation d’opposition entre deux catégories d’acteurs aux intérêts momentanément divergents » (Charlier, 1999, p. 22).

5 L’acronyme anglais (European Network of Transmission System Operators for Electricity) est utilisé y compris dans les documents en langue française.

6 Commission européenne, COM/2010/0639, Énergie 2020 Stratégie pour une énergie compétitive, durable et sûre ; Commission européenne, COM/2014/015, Un cadre d’action en matière de climat et d’énergie pour la période comprise entre 2020 et 2030 ; Commission européenne, COM/2011/0885, Feuille de route pour l’énergie à l’horizon 2050

7 ENTSO-E, 2014, Ten-Year Network Development Plan ; ENTSO-E, 2016, Ten-Year Network Development Plan

8 Régulation (UE) N° 347/2013

9 Sven Teske et alii., 2014, powE[R] 2030, a European grid for 3/4 renewable electricity by 2030, Greenpeace Germany.

10 Loi 3851/2010 “Accelerating the development of Renewable Energy Sources to deal with climate change and other regulations addressing issues under the authority of the Ministry of Environment, Energy and Climate Change

11 Les photomontages des futures infrastructures EMR réalisés par les porteurs de projets sont en effet au service de leur argumentaire. Il s’agit de rendre les nouvelles infrastructures désirables, de capter, d’orienter et d’infléchir les perceptions et les comportements dans le sens des nouvelles techniques (Fressoz, 2012), en l’occurrence des techniques de production de l’énergie en mer. Un nouvel imaginaire s’impose progressivement par le biais des photomontages : celui d’un milieu marin en voie d’industrialisation.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Carte du plan d’investissement dans les réseaux de transport d’électricité européens (2014), ENTSO-E, TYNDP 2014, projets « de long terme »
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/5091/img-1.png
Fichier image/png, 1,9M
Légende Figure 2 : La multiplication des mesures incitatives depuis les années 2000 accélérant le développement de l’éolien en Grèce. Source : Durand, 2017
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/5091/img-2.png
Fichier image/png, 147k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laura Durand, Annaig Oiry et Angélique Palle, « La mise en politique de la transition énergétique : la durabilité à l’épreuve des conflits de temporalités », Temporalités [En ligne], 28 | 2018, mis en ligne le 04 avril 2019, consulté le 24 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/5091 ; DOI : 10.4000/temporalites.5091

Haut de page

Auteurs

Laura Durand

Université Paris-Est Créteil
61 Avenue du Général de Gaulle - 94 010 Créteil Cedex
lauradurand1994@gmail.com

Annaig Oiry

UMR 8591 Laboratoire de géographie physique (chercheuse associée)
45 avenue Jean Zay 93190 Livry-Gargan
annaig.oiry@gmail.com

Angélique Palle

IRSEM – UMR Prodig (chercheure associée)
Case 38 - 1 place Joffre - 75700 Paris SP 07
angelique.palle@univ-paris1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page