Navigation – Plan du site

Ce que la résilience des systèmes alimentaires révèle des dynamiques de protection de l’eau en agriculture

What the resilience of food systems reveals about the dynamics of water protection in agriculture
La resiliencia de los sistemas alimentarios y lo que revelan de las dinámicas de protección del agua en agricultura
Manon Gallien, Carole Chazoule et Philippe Fleury

Résumés

Les pollutions affectant l’eau perdurent depuis les années 1990, malgré l’existence de mesures de protection de sa qualité en Europe comme en France. L’agriculture compte parmi les activités ayant un impact sur cette qualité. Bien que des politiques encouragent à la réduction de l’usage des engrais et des phytosanitaires, les contaminations demeurent. L’écart entre ce dispositif législatif tout à la fois ancien et important et la persistance de pressions affectant la ressource en eau nous incitent à décentrer le regard. Il s’agit de replacer les actions en faveur de la qualité de l’eau au sein d’enjeux de durabilité plus vastes. Pour cela, nous considérons l’activité agricole dans le contexte global des systèmes alimentaires (SA) et des processus de résilience que leurs acteurs déploient face à des perturbations environnementales. Cette approche nous permet d’interroger les temporalités des processus (écologiques, politiques, changements de pratiques individuelles et collectives) dans lesquelles s’inscrivent les dynamiques environnementales des SA et, plus largement, de repenser la durabilité environnementale de ces systèmes.

Haut de page

Texte intégral

Ce projet de recherche a bénéficié de l’appui de l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse et du fonds de dotation Terra Isara.

Introduction

1La politique de gestion de l’eau, qui s’est structurée en France à partir de la loi de 1964, a été progressivement renforcée au cours de la deuxième moitié du XXe siècle en adéquation avec les règlements européens (Barataud, Durpoix et Mignolet, 2014). Depuis les années 1990, la législation européenne, comme française, a permis d’engager des mesures de protection de la qualité de l’eau. Celles-ci s’inscrivent dans une logique globale privilégiant de plus en plus, par opposition aux mesures curatives, des formes d’action préventives visant à éviter les pollutions à la source. Pour autant, vingt ans plus tard, malgré une multiplication des dispositifs, réglementaires comme contractuels, les pollutions de l’eau notamment dues aux nitrates, pesticides et autres micropolluants perdurent (ONEMA, 2016). Parmi les activités humaines en cause, l’agriculture est pointée du doigt comme l’une des principales responsables. Les usages agricoles des pesticides, c’est-à-dire des phytosanitaires de synthèse, et des engrais azotés, dont une partie importante se retrouve dans les eaux sous forme de nitrates, demeurent une source importante de pollution (Butault et al., 2011 ; Commissariat général au développement durable, 2015 ; Cour des comptes, 2010). Les nitrates et les produits phytosanitaires sont les polluants les plus détectés dans les eaux souterraines de l’hexagone. La présence de nitrates dans les eaux est imputable à l’agriculture à hauteur d’environ 66 %, les autres sources de pollution étant les rejets des collectivités locales et de leurs habitants (22 %) et de l’industrie (12%) (OCDE, 2012). Les usages agricoles des pesticides représentent quant à eux 90 à 95 % de la consommation totale française (Commissariat général au développement durable, 2011). Si ce chiffre ne permet pas de présager de la contribution exacte de l’agriculture aux pollutions de l’eau par les pesticides, il laisse penser que celle-ci est largement significative.

  • 1 Directive 2000/60/CE du Parlement et du Conseil du 23 octobre 2000 établissant un cadre pour une po (...)

2Afin de limiter ces pollutions, les gestionnaires de l’eau (dont les agences de l’eau) ont progressivement modifié leur stratégie d’intervention passant de mesures d’aide ponctuelles à l’échelle de la parcelle, pour inciter à la mise en place de pratiques plus favorables à la qualité de l’eau, à des approches plus globales. Parmi celles-ci mentionnons leur intérêt récent pour l’agriculture biologique (Vincent et Fleury, 2015) et pour des démarches associant l’ensemble du Système Alimentaire (SA) de la production agricole à la mise en marché des produits, par exemple en cherchant à insérer des exigences environnementales dans les signes officiels de qualité des produits alimentaires comme les Appellations d’Origine Protégée (AOP) (Gallien, 2017). Les agences de l’eau, du fait de leur mission d’atteinte du bon état de l’eau1, cherchent ainsi de plus en plus à soutenir des modes de production et de mise en marché des produits agricoles favorables à la qualité de l’eau s’inscrivant à la fois dans une perspective de durabilité et dans les logiques économiques des marchés. Le respect de l’environnement peut alors être reconnu par le consommateur à travers les prix qu’il accepte de payer et par la reconnaissance sociale qu’il donne à ces formes d’agriculture (Vincent et Fleury, 2015).

  • 2 Directive 2000/60/CE du Parlement et du Conseil du 23 octobre 2000 établissant un cadre pour une po (...)
  • 3 Suite à un bilan sur l’atteinte de cet objectif fait en 2015, la dernière échéance pour atteindre c (...)

3La restauration et la préservation de la qualité de l’eau sont aujourd’hui clairement inscrites, comme l’est le changement climatique, dans une projection sur le long terme, celui du développement durable. Améliorer la qualité de l’eau relève aussi de l’urgence pour répondre à des enjeux contemporains de santé publique. Cette urgence est en particulier portée par la Directive-Cadre Européenne (DCE) sur l’eau2, adoptée à Bruxelles en 2000 et transcrite en droit français en 2006. Elle fixe des objectifs ambitieux aux États membres en termes de reconquête de la qualité de l’eau puisqu’elle imposait un retour au bon état des eaux et milieux aquatiques en 20153.

  • 4 Il en est ainsi par exemple d’une partie de l’approvisionnement en eau potable de l’agglomération p (...)

4Dans cet article, consacré à la mise en œuvre d’actions en faveur de la qualité de l’eau dans des territoires où celle-ci est mise en péril par l’agriculture, nous analysons comment ces temporalités de l’action politique se confrontent et font avec d’autres temporalités : celles des processus écologiques, à l’image de la dégradation des phytosanitaires dans le milieu qui peut nécessiter, du fait de leur rémanence, plusieurs dizaines d’années ; ensuite, celles des processus de changement de représentations, de comportement et de pratiques des agriculteurs ; enfin celles des dynamiques des changements stratégiques, relationnels et organisationnels tant au sein des SA que dans les territoires. Ainsi, si les processus écologiques relèvent du temps long de la nature (Bonneuil et Fressoz, 2016), nous postulons que les temps des dynamiques économiques, sociales et politiques sont divers et conjuguent court et plus long termes (Commaille, Simoulin et Thoemmes, 2014). Nous appuyons notre développement théorique sur l’importance des temporalités dans la résolution des problèmes de qualité de l’eau liés à l’agriculture par l’analyse de plusieurs études de cas (Gallien, 2017). Nous nous situons dans une perspective associant dimensions temporelles et spatiales car l’eau revêt un caractère éminemment local : elle est inégalement répartie, et dépendante d’usages locaux qui l’affectent tant d’un point de vue quantitatif que qualitatif (Baechler, 2012). Cependant au-delà du local, et ceci pose la question des échelles, les politiques de l’eau se définissent également aux niveaux national et européen ; et comme l’eau peut être transportée, parfois très loin4, les pressions sur cette ressource ne sont pas uniquement locales.

5Nous présentons tout d’abord le cadre méthodologique développé pour aborder les dynamiques en jeu dans la résolution des problèmes de qualité de l’eau liés à l’activité agricole. Il s’agit d’un cadre d’analyse holistique permettant d’aborder la résilience des systèmes alimentaires (SA) confrontés à des perturbations environnementales. Il s’appuie sur une approche socio-écosystémique de ces systèmes en les situant dans une double perspective, spatiale et temporelle. Dans une deuxième partie, nous présentons les résultats de différentes études de cas localisées dans le sud-est de la France. Enfin, la troisième partie est consacrée à une discussion sur l’importance de saisir les dimensions temporelles et les apports de notre cadre théorique dans les actions et les dynamiques initiées dans une perspective de développement durable. Nous nous attachons particulièrement à montrer comment une analyse comparée de plusieurs cas permet de mieux évaluer si la nature, l’intensité et la dynamique temporelle des changements engagés relèvent d’une transition de fond ou d’ajustements mineurs.

La résilience des systèmes alimentaires comme cadre d’analyse

Mettre en perspective les actions de protection de l’eau en agriculture par une approche globale

6Le choix d’analyser les démarches en faveur de la qualité de l’eau sous un angle large répond à plusieurs exigences. Tout d’abord, les enjeux de qualité de l’eau sont rarement traités de façon isolée en agriculture. En effet, l’instauration d’une pratique agricole alternative peut, par exemple, jouer un rôle à la fois en faveur de la biodiversité et de la qualité de l’eau, à l’image de l’implantation de haies ou d’actions d’enherbement des vignes. Il importe donc de ne pas limiter notre approche à la seule qualité de l’eau mais plus largement à des actions relevant d’objectifs de protection de l’environnement, voire de développement durable.

7Par ailleurs, l’étude du seul espace productif utilisé par les agriculteurs s’avère trop restrictive pour comprendre la diversité des actions qu’ils entreprennent et leur organisation en réseaux. En effet, les agriculteurs développent souvent plusieurs initiatives en parallèle, s’inscrivent dans des réseaux d’acteurs complexes et leur activité est fortement déterminée par le marché qui oriente leurs choix productifs et leurs pratiques. Le choix d’étudier les SA nous permet ainsi d’inclure l’ensemble de la chaîne alimentaire, allant des producteurs aux consommateurs en passant par leurs différents intermédiaires (Rastoin et Ghersi, 2010).

La résilience des systèmes alimentaires face aux perturbations environnementales

La notion de système alimentaire (SA)

8Un SA est « un réseau interdépendant d’acteurs […], localisé dans un espace géographique donné (région, État, espace plurinational), et participant directement ou indirectement à la création de flux de biens et services orientés vers la satisfaction des besoins alimentaires d’un ou plusieurs groupes de consommateurs localement ou à l’extérieur de la zone considérée » (Rastoin et Ghersi, 2010, p. 19). Les SA sont donc les témoins des multiples manières dont les sociétés organisent leur approvisionnement alimentaire. Au niveau mondial, coexistent ainsi un SA agroalimentaire dominant, qualifié d’agro-industriel, assurant une production de masse distribuée mondialement à bas prix, aux côtés de SA plus alternatifs. Parmi ceux-ci, le SA domestique est un système traditionnel dans lequel la consommation alimentaire se fait au niveau de l’unité de production, souvent la famille, parfois le village. Le modèle de proximité se caractérise par un faible nombre d’intermédiaires entre les producteurs et les consommateurs, ce sont les circuits courts et la vente directe. Enfin le modèle de qualité différenciée, celui sur lequel nous centrons cet article, repose sur une logique de différenciation de la qualité des produits afin d’en obtenir un prix plus important (Colonna, Fournier et Touzard, 2011). Des labels et des signes de qualité comme l’AOP sont fréquemment utilisés pour garantir au consommateur la qualité du produit (Colonna, Fournier et Touzard, 2011). Nous faisons donc l’hypothèse qu’inclure dans ces systèmes des exigences de qualité environnementale de l’eau, pourrait être un mode d’action durable car permettant une reconnaissance de ces efforts par les consommateurs et par le marché.

9Pour décliner la définition générique de SA par rapport à un enjeu d’environnement nous les envisageons comme des Systèmes Socio-Écologiques (SES) (Ostrom, 2009 ; Poteete, Janssen et Ostrom, 2010), où l’homme et la nature appartiennent à un même système (Figure 1).

Figure 1 – Schématisation d’un système alimentaire, source : M. Gallien

10Cette figure représente notre conception d’un SA, qui comprend à la fois des acteurs humains et leurs structures matérielles, mais aussi des éléments vivants écologiques et biologiques, comme l’eau, le sol et les écosystèmes. Par ailleurs, au-delà de la seule sphère alimentaire, le fonctionnement du système dépend aussi de l’influence d’autres acteurs, comme la société civile, les médias ou les collectivités territoriales. Pour cette raison, nous considérons que les SA associent un réseau vertical de la production vers la transformation puis la commercialisation des produits alimentaires, à un réseau horizontal du territoire liant agriculteurs et acteurs non agricoles comme les associations environnementales et les collectivités territoriales (Murdoch, 2000).

Les perturbations environnementales des systèmes alimentaires

11En matière d’interactions entre temporalités et développement durable, la diversité des perturbations environnementales pouvant influer sur la dynamique d’un système est à prendre en compte.

12Nous considérons les perturbations comme des sources de déstabilisation du fonctionnement d’un système (Aschan-Leygonie, 1998). La littérature sur la résilience, issue de la psychologie ou consacrée à l’étude des risques, a souvent mobilisé la notion de perturbation pour traiter d’évènements ponctuels et de grande ampleur (Reghezza-Zitt et Rufat, 2015), comme le sont une catastrophe naturelle ou un traumatisme physique comme psychologique. Pour autant, dans cet article, nous avons choisi de mobiliser cette notion pour des perturbations aux effets moins violents ou plus continus dans le temps et agissant comme un niveau de contraintes presque permanent. Il en est ainsi de la dégradation de l’eau qui peut renvoyer à des pollutions accidentelles, mais aussi à des sources de pollution permanentes, comme cela est majoritairement le cas pour l’agriculture. Par ailleurs, nous considérons que les acteurs de SA ont à faire face à deux types de perturbations. Les premières, les perturbations factuelles, sont identifiées et mesurées. C’est le cas notamment lorsque l’eau ne répond plus aux exigences réglementaires de qualité. Les secondes, que nous qualifions de perturbations représentées, sont d’ordre social. Liées ou non à des perturbations factuelles, elles renvoient aux messages véhiculés par les médias, aux craintes ou aux procès faits aux activités agricoles par la société locale comme englobante. Ce type de perturbations émerge par exemple quand un riverain, après avoir visionné un reportage sur l’usage des phytosanitaires en viticulture interroge, voire accuse, son voisin viticulteur. Dans un contexte où 20 % des Français déclarent ne pas avoir confiance dans l’eau du robinet, (C.I.EAU et TNS-SOFRES, 2014) ces perturbations représentées sont fréquentes. Elles sont souvent craintes du monde agricole et des entreprises de l’agroalimentaire et peuvent être un facteur déclencheur important de dynamiques environnementales positives, mais aussi de rejet des critiques et des injonctions à abandonner certaines pratiques.

13Finalement, lorsque des perturbations environnementales affectent les SA, les réactions du système peuvent être envisagées comme des processus de résilience.

Résilience des Systèmes Alimentaires, temporalités et développement durable

  • 5 « The capacity over time of a food system and its units at multiple levels, to provide sufficient, (...)

14La résilience des SA est entendue comme « la capacité d’un système alimentaire, structuré à plusieurs échelles, à fournir une alimentation suffisante, appropriée et accessible à tous, au cours du temps, tout en faisant face à des perturbations multiples, voire imprévisibles »5. Pour autant, le caractère controversé de la notion de résilience (Djament-Tran et al., 2011) nécessite d’en clarifier son emploi (Juffé, 2013). Ainsi, la résilience peut tout aussi bien être conçue comme un retour à la forme initiale que comme un nouvel état d’équilibre tant dans la forme que dans le fonctionnement. Nous nous situons dans cette seconde perspective en nous appuyant sur une proposition de Darnhofer et al. (Darnhofer et al., 2016) qui suggèrent d’envisager la résilience des exploitations agricoles selon trois points de vue complémentaires : une approche par les structures, une par les acteurs et leurs représentations et enfin une approche interactionnelle.

15L’approche structurelle vise à identifier les relations déterministes entre les éléments matériels d’un système (taille, nombre de sous-systèmes, modes d’organisation, etc.) et les processus de résilience. L’approche par les acteurs porte son attention sur les actions et les représentations de ceux-ci. Ces deux éléments sont considérés comme ayant un rôle central dans le comportement d’un système (Lallau, 2011). L’approche interactionnelle permet enfin de considérer les relations qui se nouent entre tous les acteurs et éléments d’un SA. Elle aide à saisir les reconfigurations permanentes du système bâties sur des interactions entre processus écologiques et sociaux, sur des apprentissages, des échanges, une interconnaissance progressive entre acteurs. Aussi, cela équivaut à observer un continuum où la résilience est « ce qui va advenir » (Darnhofer et al., 2016).

16Saisir les temporalités de la résilience des SA face à des perturbations environnementales suppose d’appréhender les réactions, les changements que celles-ci occasionnent, sans se laisser enfermer dans une approche déterministe telle que risquerait de le faire une approche strictement structurelle. Associer à cette lecture les approches par les acteurs ou dans une perspective interactionnelle, en les inscrivant toutes trois dans une dimension temporelle, permet une lecture des rythmes des dynamiques environnementales, en repérant les périodes de freinage et d’accélération, en qualifiant la forme du mouvement, linéaire ou avec des effets de seuil (Levin et al., 2013 ; Woloszyn, 2017). Cette analyse des traductions dans l’action des interactions entre éléments du système amène enfin à s’interroger sur la trajectoire, au final incertaine et imprévisible, des dynamiques environnementales (Wolkovich E. M. et al., 2014).

Étude de quatre systèmes alimentaires

17Notre travail est structuré autour de l’analyse de quatre SA confrontés à des perturbations environnementales. Nous détaillons tout d’abord la manière dont nous les avons choisis et la méthode sur laquelle nous nous sommes appuyés. Après les avoir brièvement présentés, nous nous appuyons enfin sur une lecture des temporalités pour identifier des critères communs structurant les dynamiques environnementales de ces SA.

Critères de choix des systèmes alimentaires : systèmes, territoires et dynamiques environnementales

18Le panel de SA choisi a permis de prendre en compte une diversité de situations, d’une part, du point de vue des stratégies et de l’organisation des SA et, d’autre part, des enjeux les concernant en matière de qualité de l’eau. Nous avons retenu des situations dans lesquelles des démarches étaient engagées en faveur de la préservation de l’environnement depuis un temps suffisamment long, c’est-à-dire 20 à 30 ans selon le cas, pour en saisir les dynamiques temporelles. Nous nous sommes concentrés sur le territoire de l’Agence de l’eau Rhône-Méditerranée-Corse (RMC) dans le quart Sud-Est de la France. Notre attention s’est portée sur deux productions, la viticulture et l’arboriculture, particulièrement consommatrices de produits phytosanitaires (Butault et al., 2011). Par ailleurs, les démarches agro-environnementales étant au cœur de notre étude, nous avons privilégié une entrée territoriale afin de contextualiser les actions environnementales mises en œuvre par les agriculteurs sur le terrain. Les SA étudiés se trouvent donc sur trois territoires de production (Figure 2).

Figure 2 – Territoires productifs des Systèmes Alimentaires étudiés, source : M. Gallien

19Il s’agit du territoire de l’Appellation d’Origine Protégée (AOP) viticole de Tavel dans le Gard ; du territoire du bassin versant (BV) de l’étang de l’Or, dans l’Hérault à l’est de Montpellier, où des pommes sont notamment produites et du territoire du Parc Naturel Régional (PNR) du Pilat, situé au sud de Lyon à cheval sur les départements de la Loire et du Rhône, où la viticulture comme la pomiculture sont implantées.

Méthodologie et démarche de terrain

20D’un point de vue méthodologique, ce travail conduit de mai 2014 à janvier 2017, s’appuie sur la réalisation de 65 entretiens compréhensifs semi-directifs. D’une heure en moyenne, ils ont été réalisés en face-à-face, enregistrés et retranscrits intégralement.

21Parmi les personnes rencontrées, vingt sont des viticulteurs ou des arboriculteurs. Le but de ces entretiens était d’abord de comprendre le contexte individuel de chaque agriculteur en les interrogeant sur leur exploitation et la façon dont ils intègrent, ou non, la question environnementale. Dans un second temps, l’objectif était d’identifier plus largement les démarches environnementales mises en œuvre sur le territoire et au sein du SA.

22Des acteurs intervenant de façon plus transversale sur les territoires ont également été rencontrés. Vingt-cinq sont des salariés de structures agricoles et des SA (chambres d’agriculture, caves coopératives, entreprises d’agrofournitures et entreprises de la transformation et de la commercialisation des produits). Les vingt autres personnes rencontrées interviennent dans les sphères territoriales et environnementales (collectivités territoriales, syndicats des eaux, agence de l’eau, conservatoire des espaces naturels). Pour ces entretiens, le but était, d’une part, d’identifier le rôle de ces organismes dans les actions associant environnement et agriculture et, d’autre part, de contextualiser les actions environnementales recensées et de suivre leurs évolutions.

23Un travail documentaire a enfin été mené concernant les dynamiques relatives au territoire, aux SA, ainsi qu’aux enjeux environnementaux et de qualité de l’eau.

Présentation des systèmes alimentaires étudiés

Le système alimentaire viticole de l’AOP Tavel

  • 6 La reconnaissance en AOC comme celle en AOP permettent de protéger le nom d’un produit, dont la pro (...)

24Le SA viticole de l’AOP Tavel est basé sur une différentiation par l’origine géographique, symbolisée par l’obtention en 1936 d’un label officiel de qualité : un cru AOC (Appellation d’Origine Contrôlée) des Côtes-Du-Rhône qui sera par la suite reconnu en AOP, l’équivalent européen de l’AOC6.

25La viticulture de Tavel est structurée autour d’une coopérative qui commercialise la moitié du Tavel produit et de viticulteurs indépendants. Les stratégies de commercialisation s’orientent principalement vers la grande distribution, l’export et les grossistes. Le territoire de l’AOP s’étend sur deux communes : Tavel et Roquemaure dans une moindre mesure. Le paysage est caractérisé par l’omniprésence de la vigne. Un cours d’eau, le Malaven, traverse la commune de Tavel. Un programme agro-environnemental s’est structuré à l’échelle du BV en 2009 afin de protéger la qualité de son eau. Il a notamment permis d’engager de 2009 à 2012, un diagnostic des pressions pesant sur la ressource. La présence d’herbicides, dont du glyphosate, a ainsi été détectée dans les eaux du Malaven. Même s’il n’y avait pas de fortes dégradations, l’objectif de ce programme était de limiter l’utilisation des phytosanitaires au strict minimum et surtout de mettre en place des techniques alternatives aux pesticides : comme le travail du sol ou l’enherbement des vignes (DDTM du Gard, 2013).

  • 7 En particulier l’enherbement des bandes de terre à l’extrémité des rangs de vigne appelées tournièr (...)
  • 8 Créées en 1992, les MAE ont été successivement déclinés en France sous la forme des contrats suivan (...)

26Les démarches agricoles en faveur de l’environnement et de l’eau sont multiples. Les enquêtes ont révélé la manière dont elles s’échelonnent dans le temps aboutissant aujourd’hui à une dynamique environnementale globale associant différentes actions. Ainsi, depuis les années 1990, outre des initiatives individuelles, différents projets collectifs ont émergé. Tout d’abord, à cette période un groupe de viticulture durable s’est constitué en partenariat avec la Chambre d’Agriculture et le syndicat de l’AOP (appelé Organisme de Défense et de Gestion – ODG). Au cours de l’année 2009, le syndicat a entrepris la révision du cahier des charges de l’AOP, lui permettant l’introduction de prescriptions environnementales7. La même année débutait le programme de Bassin Versant (BV) du Malaven. Il permet aux agriculteurs de souscrire à des contrats volontaires, les Mesures Agro-Environnementales8 (MAE), prévues dans le cadre de la Politique Agricole Commune (PAC). Ce programme a été relancé et enrichi en 2015. En parallèle, la cave coopérative a mis en place une démarche de progrès en direction du développement durable, le label « Vignerons en Développement Durable (VDD) ».

Le système alimentaire pomicole du Bassin-Versant (BV) de l’étang de l’Or

27La production pomicole du BV de l’étang de l’Or est très importante puisqu’elle produit plus du tiers des pommes du Languedoc-Roussillon. Ce système qui s’est progressivement implanté à partir des années 1960, répond à une logique de production intensive et standardisée. Pour autant, il déploie une stratégie de qualité organoleptique et variétale supérieure aux produits standards. Le SA est fortement structuré par trois organisations de producteurs, auxquelles s’ajoutent quelques arboriculteurs indépendants. La commercialisation est principalement tournée vers la grande distribution et l’exportation. Cette orientation nécessite de recourir à des marques ou encore à des standards privés. Nous avons ainsi recensé de nombreux référentiels clients (Global Gap, baby food, Tesco Nature Choice, etc.) et professionnels (Sud Nature, Vergers Écoresponsables).

28Le BV de l’étang de l’Or s’étend sur 32 communes et sa gestion est assurée par le Syndicat Mixte du Bassin de l’Or (SYMBO). L’enjeu de protection de l’eau y est ancien du fait de l’omniprésence de cette ressource (mer, lido, étang, cours d’eau, etc.) et de la richesse écologique du milieu. L’étang de l’Or fait ainsi partie du réseau européen de sites Natura 2000 et ses zones humides sont incluses dans le site Ramsar de la Petite Camargue. La convention Ramsar est relative aux zones humides d’importance internationale notamment pour l’accueil des oiseaux d’eau. Les perturbations environnementales sont également nombreuses avec des mesures de protection et de réglementation : classement en zone vulnérable aux nitrates en 2017 et zones de protection d’aires d’alimentation de captages qui concernent huit captages classés prioritaires dans le cadre du Grenelle de l’environnement.

29L’arboriculture est fortement impliquée dans la pollution de l’eau par les phytosanitaires et les nitrates. La forte structuration de la production fruitière au sein des coopératives permet à ce territoire d’être réactif sur cette question, à la fois du fait des injonctions du marché et de celles des gestionnaires de l’eau. En pratique, les acteurs du SA agissent via des cahiers des charges, instaurés par la profession à partir des années 1990 ou demandés par leurs clients (de manière accrue à partir des années 2000). Ces cahiers des charges s’appuient tout d’abord sur le respect de la réglementation mais aussi sur des principes de la Production Fruitière Intégrée (PFI) qui cherche à réduire l’usage des phytosanitaires. Les acteurs participent également à des réseaux techniques et d’innovations (réseaux d’avertissement agricole pour la surveillance des bioagresseurs et des maladies des cultures). Depuis 2003, existent également des programmes agro-environnementaux territorialisés associant acteurs agricoles, de l’environnement et des collectivités.

Les systèmes alimentaires étudiés sur le territoire du Parc Naturel Régional (PNR) du Pilat

30Le PNR du Pilat abrite une agriculture diversifiée, nous y avons étudié deux SA, viticole et pomicole. Ces deux productions ont été implantées dans les années 1960 et 1970 par des collectifs de producteurs, en réaction aux crises agricoles que le territoire connaissait.

Le système alimentaire pomicole du PNR du Pilat

31La production fruitière du Pilat est caractérisée par son implantation en zone de moyenne montagne et son recours à des circuits commerciaux plus diversifiés que ceux étudiés précédemment. Le SA pomicole mêle ainsi une production « standard » destinée au marché européen et une commercialisation en vente directe bien moins importante. L’acteur économique majeur de ce SA est une coopérative fruitière à laquelle s’ajoutent des arboriculteurs indépendants. Certaines stratégies de différenciation cherchent à développer un marché de niche. C’est le cas de la mention sur différentes marques de l’appartenance territoriale au « Pilat » dont la portée commerciale est surtout régionale (St-Étienne et Lyon).

Le système alimentaire viticole du PNR du Pilat

  • 9 L’IGP, comme l’AOP et l’AOC est un signe de qualité lié à l’origine géographique. Crée en 1992 par (...)

32La viticulture est bâtie sur une différenciation par l’origine. Le SA viticole s’appuie ainsi sur des Indications Géographiques (IG). La zone est ainsi marquée par la présence de Crus AOP prestigieux des Côtes-Du-Rhône (Côte-Rôtie, Condrieu, Saint-Joseph et Château-Grillet) et de l’IGP (Indication Géographique Protégée)9 Collines Rhodaniennes qui constitue un complément de gamme. Les viticulteurs sont indépendants. La commercialisation s’oriente majoritairement vers l’export, des cavistes et de la vente directe, la grande distribution est très minoritaire.

Actions agro-environnementales sur le territoire du PNR du Pilat

  • 10 PNR du Pilat, 2012. « Charte Objectif 2025 », Rapport et annexes, 197 p.

33Le PNR du Pilat, créé en 1974, induit une préoccupation particulière vis-à-vis des ressources naturelles du fait de l’inscription de leur protection au sein de la politique globale du parc. Celle-ci a affirmé, lors des trois renouvellements de la charte du parc, en 1991, en 2000 et en 2012, son objectif initial d’associer, dans ses actions, économie et environnement. Ainsi la charte actuelle10, en vigueur jusqu’en 2025, insiste dans son axe 3 « Des modes de production durable en lien avec la consommation locale » sur la nécessité d’une amélioration de la performance environnementale des entreprises agricoles. Cet objectif étant à associer avec celui d’une diversification et d’une valorisation locale des produits et services de l’agriculture.

34L’eau, bien qu’elle ne fasse pas l’objet de pression agricole majeure, est incluse dans cette politique et il s’agit par la charte de contribuer à mettre en place des systèmes d’exploitation étant, entre autres, « respectueux des sols, de la qualité des eaux, de la santé du bien-être humain et animal ». Les démarches environnementales engagées en arboriculture comme en viticulture sont multiscalaires. Certains agriculteurs s’engagent dans l’agriculture raisonnée ou biologique. Au sein de la coopérative pomicole, les producteurs souscrivent au respect du cahier des charges de la profession (Vergers Écoresponsables). Enfin, les agriculteurs peuvent aussi s’appuyer sur des réseaux d’échanges et d’expérimentation faisant intervenir les Chambres d’Agriculture, les entreprises d’agrofournitures et le PNR. La mise au point de techniques adaptées est particulièrement cruciale pour les vignes en pente des coteaux. Elles sont difficilement mécanisables et la mise en place de pratiques favorables à la qualité de l’eau comme l’enherbement des interrangs est complexe.

Critères communs structurant les dynamiques environnementales des systèmes alimentaires

35Même si chacun des SA étudiés est spécifique et unique, leur analyse comparée nous a permis d’identifier trois critères communs que nous considérons comme structurants des dynamiques temporelles : (i) la complexification progressive et la mise en cohérence d’une diversité d’actions environnementales ; (ii) l’émergence et la légitimation d’acteurs clés ayant la capacité à orchestrer ces dynamiques ; et (iii) la mise en synergie progressive des dimensions horizontale et verticale des SA.

36Le premier critère, la diversité des actions environnementales mises en œuvre et leur complexification progressive avec le temps, apparaît non seulement comme un trait récurrent, mais plus encore comme une nécessité. Ceci s’explique tout d’abord par la construction de partenariats de plus en plus riches : il en va ainsi à Tavel où le programme de Bassin Versant du Malaven n’implique pas que les viticulteurs, mais aussi la Chambre d’Agriculture du Gard au niveau départemental, l’Agence de l’eau RMC, les collectivités et des associations environnementales locales. Comme le présente la Figure 3 pour Tavel, les types d’actions se complexifient également progressivement en associant expérimentations de pratiques plus favorables à la qualité de l’eau, formations et échanges de connaissances avec d’autres territoires, mesures agri-environnementales à l’échelle de la parcelle agricole, engagements environnementaux volontaires au niveau de la coopérative et de l’AOP.

Figure 3 – Chronologie des principales actions environnementales identifiées à Tavel, source : M. Gallien

37Du point de vue temporel, aucune de ces démarches n’est jamais isolée : elle s’intègre dans un processus de construction et d’apprentissage progressifs qui permet de mieux maîtriser et de déployer différents outils de gestion de l’environnement. Ainsi, sur le BV de l’étang de l’Or, la structuration du cahier des charges Sud Nature, aujourd’hui associé à Verger Écoresponsables, est le fruit d’une réflexion sur la PFI commencée à la fin des années 1980.

38Le deuxième critère, relatif au rôle d’acteurs clés comme relais des actions environnementales, est également central. Il s’agit d’acteurs ayant une connaissance fine des dispositifs de l’action publique. Selon les cas, ce sont des techniciens de coopératives, des conseillers de Chambres d’Agriculture, des chargés de mission de collectivités territoriales ou encore des représentants de syndicats de gestion de l’eau que nous avons rencontrés lors des entretiens. Ils ont exprimé leur rôle de relais et montré leur connaissance fine des dispositifs de l’action publique. D’autres acteurs ont également souligné l’importance de leur activité. Bien que certains de ces acteurs relais appartiennent au réseau horizontal des SA, la plupart d’entre eux font partie de leur réseau vertical tout en restant proche du niveau local de la production agricole (appelé micro en Figure 1). Cette position à l’interface entre les deux réseaux du SA est stratégique. Plus encore, la capacité de ces acteurs clé à mobiliser des ressources techniques, financières et des réseaux d’intermédiaires favorise l’établissement d’une cohérence globale entre actions, mais permet aussi d’associer la vision territoriale et celle, verticale, liée aux enjeux du marché et à l’organisation des SA.

39Enfin, le troisième critère, la capacité à penser les connexions entre les réseaux territoriaux et verticaux des SA, est à la fois essentiel et difficile à maîtriser. Faire converger ces réseaux, suppose de saisir et faire partager aux acteurs territoriaux les cadres et les contraintes avec lesquels les acteurs de la transformation et de la mise en marché des produits doivent composer : réglementations diverses, exigences des différents intermédiaires commerciaux, structure et conjoncture du marché, etc. À l’inverse, il s’agit pour ces acteurs liés à la mise en marché de comprendre les enjeux, les aspirations et les contraintes liées au territoire, à la fois d’un point de vue environnemental, mais aussi du point de vue des interactions, positives comme négatives, entre les activités agricoles et les autres activités du territoire. Plus encore, le regard porté par la société civile et les médias, qu’ils soient locaux ou non, est vécu par de nombreuses personnes rencontrées comme un élément de plus en plus présent, du fait de la médiatisation depuis le début des années 2000 des impacts négatifs de l’agriculture sur l’environnement et la santé.

40Cette aptitude à mettre en perspective les dimensions verticales et horizontales des SA reste récente et peu développée dans les publications scientifiques (Ericksen, 2008 ; Hodbod et Eakin, 2015 ; Murdoch, 2000). Ainsi, si de nombreux cadres théoriques d’analyse de la durabilité permettent de poser la question de l’évaluation des performances environnementales de l’agriculture, rares sont ceux qui prennent en compte les activités de transformation et de commercialisation des produits de l’agriculture (Marshall, 2015). Dans les cas que nous avons étudiés, cette mise en perspective est également très récente, elle est portée par les « acteurs clé » évoqués ci-dessus, qui cherchent à la faire partager en s’appuyant non pas sur la mobilisation de cadres théoriques, mais en mobilisant des exemples concrets et en formalisant de façon pragmatique les difficultés à concilier exigences du marché et enjeux territoriaux. De plus, ces situations d’interactions ne s’avèrent jamais figées, elles se déplacent et évoluent en permanence et il s’agit aussi de saisir les implications opérationnelles de ces transformations.

Temporalités des processus de résilience des systèmes alimentaires en faveur d’une durabilité environnementale

41Dans cette troisième partie, nous souhaitons montrer qu’en appréhendant les dynamiques environnementales sous l’angle des processus de résilience des SA, il est possible de comprendre leur construction temporelle à deux niveaux. D’une part, chaque dynamique environnementale résulte de l’articulation et d’interactions entre des processus écologiques, politiques et sociaux. D’autre part, d’un SA à l’autre, nous montrons la diversité et l’amplitude des changements liés aux perturbations environnementales, allant d’ajustements mineurs à une transition durable.

Articulations et interactions entre processus dans les temporalités des systèmes alimentaires

42Le cadre d’analyse holistique que nous avons construit permet d’appréhender conjointement des temporalités diverses, liées aux processus écologiques comme aux processus politiques. Les répercussions sur les écosystèmes des phénomènes de lessivage entraînant les nitrates et les phytosanitaires d’origine agricole vers les eaux de surface et les nappes phréatiques peuvent ainsi parfois être constatées après plusieurs dizaines d’années. Ces processus complexes ont des conséquences sur la potabilité de l’eau et sur les écosystèmes et sont en tension avec les temporalités politiques comme sociologiques et économiques des changements de pratiques et d’organisations. Notre regard chronologique permet une lecture de la façon dont interagissent, en permanence, les caractéristiques structurelles du système avec les visions et les choix des acteurs qui ainsi structurent une dynamique environnementale.

43Tout d’abord, le temps long des processus écologiques d’un côté et les injonctions à agir vite de l’action publique de l’autre font parfois difficilement bon ménage. Il en est ainsi, par exemple, du cas de l’Atrazine, un herbicide largement utilisé dans les cultures de maïs et dont l’usage a été interdit en France en 2001. Pour autant, cette substance et ses deux principaux produits de dégradation restent en 2013 très bien classés dans le top 15 des pesticides les plus détectés dans les cours d’eau de la France métropolitaine : ils sont en 3e, 4e et 11e places (Commissariat général au développement durable, 2015). Alors, comme nous le disent plus de vingt pour cent des agriculteurs rencontrés, pourquoi continuer à mettre en cause leurs pratiques, les changements nécessaires ont été faits. Il suffit de laisser aux processus écologiques le temps d’agir sur la dégradation de cet herbicide. Ils relèvent et insistent sur ce qu’ils considèrent comme une incohérence entre dynamiques écologiques et injonctions des politiques. Par ailleurs, c’est également pour eux une forme, parmi d’autres, de non-reconnaissance des efforts engagés qui ne les incite pas à aller plus loin.

44Les processus politiques en eux-mêmes renvoient également à des temporalités ambivalentes. Ainsi, les politiques publiques engagent à l’action sur le court terme, cinq ans pour les contractualisations agro-environnementales de la PAC, avec un temps de montage d’un projet local parfois réduit à quelques mois. Pour autant, elles connaissent des structurations à plus long terme (Commaille, Simoulin et Thoemmes, 2014) et intègrent encore progressivement la mesure des enjeux du développement durable (Ansaloni, 2015). Ce calendrier s’observe en ce qui concerne la qualité de l’eau. La DCE avait fixé le caractère urgent de l’atteinte du bon état de la ressource pour 2015. Cependant, la traduction de cette politique dans le droit français, puis sa mise en application, ont demandé du temps. Ce temps s’est avéré incompatible avec l’objectif d’atteinte du bon état des eaux, reporté de 2015 à 2027. Ainsi, temps de conception puis de mise en œuvre des politiques, temps des changements de pratiques et temps de réaction des processus écologiques ne fonctionnent pas en parallèle mais se succèdent.

45L’exemple de Tavel illustre comment la mise en œuvre locale de ce type de politique et la nécessaire coordination entre différents outils d’action ont des conséquences sur le rythme des changements. En 2009, les viticulteurs ont lancé une révision du cahier des charges de l’AOP avec la volonté d’y inclure des clauses environnementales. La même année, ils s’engageaient dans un programme de Bassin Versant (BV) donnant accès à des Mesures Agro-Environnementales (MAE). Ces deux démarches se sont heurtées à des blocages. D’une part, toutes les clauses environnementales envisagées n’ont pas été retenues au sein du cahier des charges du fait de divergences politiques nationales et européennes sur l’intégration de conditions environnementales dans les signes officiels de qualité liés à l’origine des produits agricoles (Hirczak, 2011). La modification du cahier des charges de l’AOP a finalement été homologuée en novembre 2011 et sa mise en application a été progressive à partir de 2012. D’autre part, la première programmation de MAE, entreprise en 2009, n’était pas accessible à tous les viticulteurs. En 2015, dans le cadre du deuxième projet local agro-environnemental, certaines de ces difficultés ont été dépassées. Ce nouveau projet a ainsi permis d’ouvrir les MAE à davantage de souscripteurs et de repenser leur périmètre et leur contenu.

46Localement, les moments de lancement d’actions ou de conception de projets, puis leur mise en œuvre, se succèdent et s’entrecroisent. Tout d’abord, ils ne partent pas de rien. Dans tous les territoires de notre enquête, il existe quelques agriculteurs qui individuellement avaient, avant ces actions, des pratiques vertueuses en matière d’environnement. Il s’agit soit d’engagements personnels soit de pratiques traditionnelles maintenues dans certaines exploitations. Ces agriculteurs ne s’engagent pas toujours dans les dynamiques collectives mais ils sont assez systématiquement mentionnés comme des exemples et ils apportent localement la preuve de la faisabilité de telle ou telle pratique. Ensuite, les démarches étudiées s’inscrivent dans une dynamique où, au cours des périodes de 20 à 30 ans que nous avons analysées, le nombre d’actions augmente régulièrement et les objets qu’elles ciblent se diversifient : pratiques agricoles à l’échelle des parcelles, formation et échanges de savoirs avec d’autres territoires, qualification et valorisation des produits, etc. Les temporalités observées montrent ainsi des dynamiques d’expansion où alternent temps de changements de pratiques et temps de négociation des priorités et de conception des actions. Ceci se fait au gré du calendrier des politiques publiques, mais aussi selon les dynamiques sociales locales de construction d’accords.

47Enfin, il est difficile d’envisager des dynamiques de changement qui lieraient directement les injonctions de l’action publique à des changements de pratiques. Tout d’abord les changements observés peuvent concerner des transformations organisationnelles de l’ensemble d’un SA. Il en est ainsi de la modification du cahier des charges d’une AOP. Celle-ci a des conséquences sur les coûts de production, la stratégie de différenciation et de marketing du produit. Au final, cette révision suppose, pour que cela fonctionne, des changements de pratiques et de comportement tout au long du SA (Cote et Nightingale, 2012) : des agriculteurs jusqu’aux consommateurs, qui vont sanctionner l’initiative par leur acte d’achat. Ensuite, notre approche montre que comprendre les temporalités du changement suppose de ne pas se limiter à la prise en compte des modifications de pratiques et d’états structurels du système, mais au contraire de considérer d’autres dimensions. En effet, les actions portées par les acteurs que nous avons rencontrés témoignent de leurs connaissances, de leurs valeurs et de leurs relations, qui sont en perpétuelle évolution et dont les changements sont souvent préalables ou au moins concomitants aux transformations des pratiques (Fleury, 2012 ; Hatchuel, 2012). La montée en puissance des préoccupations environnementales s’est ainsi traduite par la création de nouvelles relations entre des acteurs qui se connaissaient peu. On assiste à la création de nouvelles relations dans les territoires qui se trouvent être de moins en moins agricoles, par opposition au contexte de modernisation de l’agriculture de l’après-guerre où l’espace rural était très marqué par cette activité. Apprentissages, échanges de savoirs, mais aussi partage ou, simplement, respect des valeurs des autres, sont au cœur du processus de changement.

Stratégie environnementale des systèmes alimentaires : entre ajustement et transition durable

48L’analyse comparée des SA étudiés permet de les situer les uns par rapport aux autres, à la fois du point de vue de la nature et de l’intensité des changements du SA. Nos résultats montrent que les acteurs réagissent différemment en fonction du type de perturbation. Leurs réactions sont détaillées dans la Figure 4, sous la forme d’un gradient de dynamiques environnementales des SA. Ces dernières vont de l’absence de changement à la transition du système vers une nouvelle organisation.

Figure 4 – Gradient des dynamiques environnementales des Systèmes Alimentaires face aux perturbations, source : M. Gallien

  • 11 Une transition est « un nécessaire changement, une rupture, à la fois des modes de production et de (...)

49Ainsi, tous les SA que nous avons étudiés ont déployé, au cours de ces 20 à 30 dernières années, des dynamiques environnementales intermédiaires : aucun n’est en situation de transition durable11 (Coenen et Truffer, 2012) et radicale. Les systèmes cherchent à se maintenir tout en internalisant plus ou moins une stratégie de durabilité environnementale.

50Le SA viticole du PNR du Pilat témoigne d’une dynamique environnementale bâtie sur des ajustements mineurs. Les actions engagées ne sont pas officialisées, les viticulteurs n’ont par exemple pas recours à des labels environnementaux. Le SA pomicole du PNR du Pilat a mis en place une dynamique environnementale visant à faire connaître les ajustements mineurs mis en place. Le SA pomicole du BV de l’étang de l’Or déploie lui une dynamique environnementale composée d’ajustements de fond. Elle s’appuie particulièrement sur les cahiers des charges de la profession et des clients. Le SA viticole de l’AOP Tavel paraît être dans une période d’émergence de nouvelles stratégies environnementales plus officialisées.

51Les trajectoires de ces SA montrent que les dynamiques identifiées sur le terrain ne peuvent pas être vues uniquement comme des réactions face à des perturbations environnementales. Les actions mises en place ne sont en effet pas seulement liées à l’ampleur des perturbations. Elles sont aussi conditionnées par les marges de manœuvre dont les acteurs estiment disposer et par leurs décisions. Ainsi, les interactions continues qui se jouent au sein des SA conduisent à l’émergence de stratégies différentes face à une même perturbation. Tout autant, si ce n’est plus que la nature et l’intensité des perturbations, ce sont bien les interactions entre composantes écologiques, économiques et sociales des systèmes qui permettent de comprendre la manière dont chaque SA s’oriente vers telle ou telle stratégie. Il est par exemple intéressant de noter que concernant le PNR du Pilat, les SA viticole et pomicole n’y déploient pas la même dynamique environnementale. Les acteurs de l’arboriculture qui cherchent à développer la commercialisation insistent sur la nécessité de publiciser leurs actions environnementales, alors que les viticulteurs bénéficiant de la solide réputation de leurs grands crus n’expriment pas ce besoin.

52Finalement, la résilience des SA vient renouveler la lecture de la durabilité environnementale. Elle permet de lire les mouvements successifs nécessaires à l’émergence des stratégies de durabilité environnementale des systèmes. Des composantes structurelles, comme la taille, l’organisation et le marché des SA, sont plus ou moins contraignantes pour la mise en œuvre d’actions environnementales. Saisir les relations entre les acteurs du système (accords, apprentissages, mais aussi conflits) permet de rendre compte des temporalités de construction et de reconnaissance des perturbations environnementales en enjeu commun pour lequel des réactions s’engagent (Van Dam, Nizet et Dejardin, 2010). À ce titre, au sein des SA étudiés, la question environnementale est sans cesse discutée collectivement : quel degré d’engagement environnemental introduire dans un cahier des charges, faut-il engager de nouvelles actions et lesquelles, quelles seront les conséquences économiques, environnementales et sociales de ces choix, etc. ? Autant de questions qui lient les acteurs et leur demandent de choisir continuellement, de se prononcer ou de participer à telle ou telle action. Sans interaction, les actions environnementales demeurent isolées et peinent à prendre de la cohérence. Ces interactions rendent également les dynamiques environnementales mouvantes, jamais figées dans le temps, comme dans l’espace (Di Méo, 2014). La durabilité environnementale des SA dépend de ces ajustements continus.

Conclusion

53Pour comprendre les dynamiques environnementales visant la protection de la qualité de l’eau en agriculture nous avons développé le cadre d’analyse de la résilience des SA. Ce cadre associe trois approches : structurelle, par les acteurs et interactionnelle (Darnhofer et al., 2016). Il nous a permis de décentrer notre objet en considérant la manière dont les acteurs d’un SA réagissent à la dégradation des ressources naturelles (dont l’eau) et la considèrent comme une perturbation, factuelle comme représentée, qui déstabilise leur système. Ce cadre, holistique et complexe, permet de repenser, dans une perspective temporelle, les différentes actions en faveur de la préservation de l’environnement.

  • 12 Des phases de dormance, parfois de recul dans des situations de conflit ou de défaut de cadre d’act (...)

54L’analyse de quatre SA nous montre que tous sont engagés dans des dynamiques environnementales s’inscrivant dans des temporalités complexes où processus écologiques, politiques, économiques et sociaux interagissent. Depuis 20 à 30 ans qu’elles ont été initiées, ces dynamiques sont en expansion et fonctionnent avec des effets de seuils où alternent des périodes de négociation des actions, des temps de conception et des moments de mise en œuvre.12

55Malgré cette dynamique en expansion, nous n’avons pas observé de situation allant jusqu’à la reconfiguration totale du SA qui l’inscrirait dans une logique de transition de fond. En effet, pour un SA, aboutir à un tel type de stratégie de durabilité environnementale affirmée, demande temps, écoute et échange (Leccardi, 2011). Tout comme les temps de la dégradation de la qualité de l’eau et du productivisme agricole ont été longs, ceux de la restauration de la qualité de l’eau et de la transition écologique de l’agriculture le seront également. Il y a bien un enjeu à le penser et à le poser ainsi. Aussi, si l’urgence environnementale affichée par les politiques publiques semble certes inciter à agir, ces politiques gagneraient sans doute à intégrer davantage, à leurs objectifs et à leur mise en œuvre, la complexité des temporalités des transformations des systèmes.

Haut de page

Bibliographie

Ansaloni M., 2015. Le tournant environnemental de la politique agricole commune: débats et coalitions en France, en Hongrie et au Royaume-Uni, Paris, L’Harmattan (Logiques politiques), 359 p.

Aschan-Leygonie C., 1998. Résilience d’un système spatial : l’exemple du Comtat. Une étude comparative de deux périodes de crises au XIXe et au XXe siècles, Thèse de géographie, Paris, Paris 1, 410 p.

Baechler L., 2012. « La bonne gestion de l’eau : un enjeu majeur du développement durable », L’Europe en Formation, 365, 3, p. 3.

Barataud F., Durpoix A., Mignolet C., 2014. « Broad analysis of French priority catchment areas : A step toward adaption of the Water Framework Directive? », Land Use Policy, 36, p. 427440.

Barraqué B., Viavattene C., 2009. « Eau des Villes et Eau des Champs », Économie rurale, 310, p. 5‑21.

Blot F., 2016. « Chapitre 15 / Pour une « géographie du pouvoir » », dans Manifeste pour une géographie environnementale, Paris, Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.), p. 273‑400.

Bonneuil C., Fressoz J.-B., 2016. L’Événement anthropocène. La Terre, l’histoire et nous: La Terre, l’histoire et nous, Points, 281 p.

Butault J.-P., Delame N., Jacquet F., Zardet G., 2011. « L’utilisation des pesticides en France : état des lieux et perspectives de réduction », Notes et Etudes Socio-Economiques, 35, p. 7‑26.

C.I.EAU, TNS-SOFRES, 2014. « Les Français et l’eau », Communiqué, Le Centre d’Informations sur l’Eau.

Coenen L., Truffer B., 2012. « Places and Spaces of Sustainability Transitions: Geographical Contributions to an Emerging Research and Policy Field », European Planning Studies, 20, 3, p. 367374.

Colonna P., Fournier S., Touzard J.-M., 2011. « Chapitre 4 Systèmes alimentaires », dans Pour une alimentation durable - Réflexion stratégique duALIne, Paris, Quae, p. 79‑108.

Commaille J., Simoulin V., Thoemmes J., 2014. « Les temps de l’action publique entre accélération et hétérogénéité », Temporalités : revues de sciences sociales et Humaines, 19, p. http://temporalites.revues.org/2818.

Commissariat général au développement durable, 2011. « Coûts des principales pollutions agricoles de l’eau », Etudes & documents, Paris, Ministère chargé de l’Environnement.

Commissariat général au développement durable, 2015. « Les pesticides dans les cours d’eau français en 2013 », Chiffres & statistiques, p. 697.

Cote M., Nightingale A.J., 2012. « Resilience thinking meets social theory: Situating social change in socio-ecological systems (SES) research », Progress in Human Geography, 36, 4, p. 475489.

Coudroy de Lille L., Rivière-Honegger A., Rolland L., Volin A., 2017. « Notion à la une : transition », Geoconfluences.

Cour des comptes, 2010. « Les instruments de la gestion durable de l’eau », Rapport public annuel 2010.

Darnhofer I., Lamine C., Strauss A., Navarrete M., 2016. « The resilience of family farms: Towards a relational approach », Journal of Rural Studies, 44, p. 111122.

DDTM du Gard, 2013. « Notice d’information - Territoire “Bassin Versant du Malaven” - Mesures agroenvironnementales territorialisées (MAET) - Campagne 2013 ».

Di Méo G., 2014. Introduction à la géographie sociale, Paris, Armand Colin, 192 p.

Djament-Tran G., Le Blanc A., Lhomme S., Rufat S., Reghezza-Zitt M., 2011. « Ce que la résilience n’est pas, ce qu’on veut lui faire dire », p. 32.

Ericksen P.J., 2008. « Conceptualizing food systems for global environmental change research », Global Environmental Change, 18, 1, p. 234245.

Fleury P., 2012. « Chapitre 15. Agronomie, projets de territoire et genèse sociale des techniques », dans Paris, Editions Quae, p. 289‑306.

Gallien M., 2017. La résilience des systèmes alimentaires de qualité différenciée : approche pour la compréhension des dynamiques de protection de la qualité de l’eau, Thèse de géographie, Lyon, Université Lyon 2, 528 p.

Hatchuel A., 2012. « Quel horizon pour les sciences de la gestion ? Vers une théorie de l’action collective. », dans Les nouveaux fondements des sciences de gestion, Paris, Vuibert, p. 7‑43.

Hirczak M., 2011. « L’interrelation complexe entre signes de qualité et environnement en France », Norois. Environnement, aménagement, société, 219, p. 7588.

Hodbod J., Eakin H., 2015. « Adapting a social-ecological resilience framework for food systems », Journal of Environmental Studies and Sciences, 5, 3, p. 474484.

Juffé M., 2013. « La résilience : de quoi, à quoi et pour quoi ? », Annales des Mines - Responsabilité et environnement, 4, 72, p. 7‑11.

Lallau B., 2011. « La résilience, moyen et fin d’un développement durable ? », Éthique et économique, 1, 8, p. 169‑185.

Leccardi C., 2011. « Accélération du temps, crise du futur, crise de la politique », Temporalités. Revue de sciences sociales et humaines, 13.

Levin S., Xepapadeas T., Crépin A.-S., Norberg J., Zeeuw A. de, Folke C., Hughes T., Arrow K., Barrett S., Daily G., Ehrlich P., Kautsky N., Mäler K.-G., Polasky S., Troell M., Vincent J., Walker B., 2013. « Social-Ecological Systems as Complex Adaptive Systems: Modeling and Policy Implications », Environment and Development Economics, 18.

Marshall G., 2015. « A social-ecological systems framework for food systems research: accommodating transformation systems and their products », International Journal of the Commons, 9, 2.

Murdoch J., 2000. « Networks — a new paradigm of rural development? », Journal of Rural Studies, 16, 4, p. 407419.

OCDE, 2012. Qualité de l’eau et agriculture un défi pour les politiques publiques, Paris, OCDE (Etudes de l’OCDE sur l’eau), 172 p.

ONEMA, 2016. « L’eau et les milieux aquatiques : Chiffres clés », Repères.

Ostrom E., 2009. « A General Framework for Analyzing Sustainability of Social-Ecological Systems », Science, 325, 5939, p. 419422.

Poteete A.R., Janssen M.A., Ostrom E., 2010. Working Together: Collective Action, the Commons, and Multiple Methods in Practice, Princeton, Pinceton University Press, 376 p.

Rastoin J.-L., Ghersi G., 2010. Le système alimentaire mondial, Paris, Quae, 586 p.

Reghezza-Zitt M., Rufat S., 2015. Résiliences Sociétés et territoires face à l’incertitude, aux risques et aux catastrophes, Londres, ISTE Editions, 226 p.

Tendall D.M., Joerin J., Kopainsky B., Edwards P., Shreck A., Le Q.B., Kruetli P., Grant M., Six J., 2015. « Food system resilience: Defining the concept », Global Food Security, 6, p. 1723.

Van Dam D., Nizet J., Dejardin M., 2010. « La transition des agriculteurs conventionnels vers le bio : une dynamique cognitive et émotionnelle », Les Cahiers Internationaux de Psychologie Sociale, 85, 1, p. 159‑181.

Vincent A., Fleury P., 2015. « Development of organic farming for the protection of water quality: Local projects in France and their policy implications », Land Use Policy, 43, p. 197206.

Wolkovich E. M., Cook B. I., McLauchlan K. K., Davies T. J., Courchamp Franck, 2014. « Temporal ecology in the Anthropocene », Ecology Letters, 17, 11, p. 13651379.

Woloszyn philippe, 2017. « Les temporalités de la résilience, un modèle complexe ? », Penser et faire la Résilience. Risques et territoires.

Haut de page

Notes

1 Directive 2000/60/CE du Parlement et du Conseil du 23 octobre 2000 établissant un cadre pour une politique communautaire dans le domaine de l’eau.

2 Directive 2000/60/CE du Parlement et du Conseil du 23 octobre 2000 établissant un cadre pour une politique communautaire dans le domaine de l’eau.

3 Suite à un bilan sur l’atteinte de cet objectif fait en 2015, la dernière échéance pour atteindre cet objectif a été fixée à 2027.

4 Il en est ainsi par exemple d’une partie de l’approvisionnement en eau potable de l’agglomération parisienne qui vient d’une nappe souterraine située jusqu’à plus de 180 km (Barraqué et Viavattene, 2009).

5 « The capacity over time of a food system and its units at multiple levels, to provide sufficient, appropriate and accessible food to all, in the face of various and even unforeseen disturbances » (Tendall et al., 2015, p. 19), traduction des auteurs.

6 La reconnaissance en AOC comme celle en AOP permettent de protéger le nom d’un produit, dont la production est réalisée dans une aire géographique définie et selon un savoir-faire précis ce qui donne ses caractéristiques au produit.

7 En particulier l’enherbement des bandes de terre à l’extrémité des rangs de vigne appelées tournières et l’arrêt du paillage plastique.

8 Créées en 1992, les MAE ont été successivement déclinés en France sous la forme des contrats suivants : Contrats Territoriaux d’Exploitation (CTE) de 1999 à 2000, Contrats d’Agriculture Durable (CAD) de 2002 à 2006, Mesures Agro-Environnementales Territorialisées (MAET) de 2007 à 2013 et Mesures Agro-Environnementales Climatiques (MAEC) depuis 2014. Les MAE permettent d’accompagner par une contrepartie financière les agriculteurs volontaires qui s’engagent dans des pratiques favorables à la préservation de l’environnement.

9 L’IGP, comme l’AOP et l’AOC est un signe de qualité lié à l’origine géographique. Crée en 1992 par la réglementation européenne et étendue aux vins en 2009, les critères d’obtention d’une IGP sont moins exigeants que ceux d’une AOP.

10 PNR du Pilat, 2012. « Charte Objectif 2025 », Rapport et annexes, 197 p.

11 Une transition est « un nécessaire changement, une rupture, à la fois des modes de production et de consommation, voire du système global » (Coudroy de Lille et al., 2017). Dans notre cas, il s’agit d’une transition durable – sustainability transition (Coenen et Truffer, 2012) – du SA où l’intégralité des acteurs du système repense ses pratiques.

12 Des phases de dormance, parfois de recul dans des situations de conflit ou de défaut de cadre d’action publique adapté ont également été observées.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1 – Schématisation d’un système alimentaire, source : M. Gallien
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/5155/img-1.png
Fichier image/png, 1,0M
Légende Figure 2 – Territoires productifs des Systèmes Alimentaires étudiés, source : M. Gallien
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/5155/img-2.png
Fichier image/png, 358k
Légende Figure 3 – Chronologie des principales actions environnementales identifiées à Tavel, source : M. Gallien
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/5155/img-3.png
Fichier image/png, 87k
Légende Figure 4 – Gradient des dynamiques environnementales des Systèmes Alimentaires face aux perturbations, source : M. Gallien
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/5155/img-4.png
Fichier image/png, 827k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Manon Gallien, Carole Chazoule et Philippe Fleury, « Ce que la résilience des systèmes alimentaires révèle des dynamiques de protection de l’eau en agriculture », Temporalités [En ligne], 28 | 2018, mis en ligne le 03 avril 2019, consulté le 20 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/5155 ; DOI : 10.4000/temporalites.5155

Haut de page

Auteurs

Manon Gallien

ISARA-Lyon, Laboratoire d’Études Rurales (LER) Université Lumière Lyon 2 – manon.gallien2@gmail.com

Carole Chazoule

ISARA-Lyon, Laboratoire d’Études Rurales (LER) Université Lumière Lyon 2 – cchazoule@isara.fr

Philippe Fleury

ISARA-Lyon, Laboratoire d’Études Rurales (LER), Université Lumière Lyon 2 – fleury@isara.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page