Navigation – Plan du site

AccueilTemporalités1Présentation du numéro Un

Présentation du numéro Un

Claude Dubar
Édité par ADR Temporalités

Texte intégral

Présentation du numéro ZÉRO de la Revue Temporalités

1Ce numéro inaugure une nouvelle Revue qui est aussi le prolongement du bulletin Temporalistes créé par William Grossin en 1984 et qui comprend 44 numéros. Le changement (d’une lettre) du titre manifeste à la fois ce changement de formule dans la continuité et une certaine inflexion dans ce qu’il serait trop prétentieux d’appeler une ligne éditoriale. Je préfère parler de perspective générale de la Revue pour désigner les deux ou trois orientations sur lesquelles se sont mis d’accord les membres du comité d’orientation qui regroupe des chercheurs de plusieurs disciplines : sociologie, histoire, anthropologie, sciences de la communication, sociolinguistique. et qui reste ouvert à d’autres collègues et d’autres disciplines.

2Ces orientations sont implicitement contenues dans les trois mots du sous-titre de la Revue Temporalités. Production des temporalités : il s’agit de décrire, comprendre, interpréter, théoriser les divers mécanismes et processus par lesquels des structures temporelles (temps du travail, de la production, des cycles de vie, temporalités religieuses et symboliques, temps de la vie quotidienne, etc.) se construisent historiquement à partir d’actions humaines de toute sorte. Il s’agit bien de temporalités sociales plurielles que des groupes, classes, pouvoirs, acteurs, individus produisent dans un contexte donné et parviennent, plus ou moins, pour un temps, à imposer ou faire partager à d’autres. Ce sont donc bien des recherches empiriques qu’il s’agit, dans ce premier registre, de mobiliser pour montrer comment se construisent socialement ces temporalités. Le rapport entre « le » temps abstrait comme mesure, paramètre, référence, etc., et « les » temporalités concrètes, sociales, matérielles, culturelles, symboliques, etc. est au cœur des interrogations de la Revue comme il l’était déjà de nombreux articles et numéros du bulletin précédent.

3Figures des temporalités : il s’agit aussi d’un effort de réflexivité permettant de comprendre comment des points de vue (disciplinaires notamment) parviennent à proposer, imposer, faire émerger des « figures » de processus temporels (par exemple celle de l’anticipation rationnelle en économie). Plus généralement, il s’agit de montrer comment des disciplines diverses traitent la question « du » temps et/ou celle « des » temporalités plurielles. Un recul réflexif sur l’histoire de ces disciplines ou sur telle ou telle recherche particulièrement exemplaire ou simplement typique devrait permettre de faire avancer cette question des « cultures du temps » ou des « approches du temps » au cours de l’histoire.

4Usages des temporalités : non seulement les « usages du temps » (enquêtes sur les emplois du temps, budgets-temps, etc.) mais les « régimes de temporalités » qui permettent de comprendre les diverses distinctions, oppositions, coupures qu’établissent des institutions, agents, acteurs, auteurs entre du « temps contraint » et du « temps libre », du « temps vide » et du « temps plein », du « temps pour autrui » et du « temps à soi », etc. Bref, il s’agit de faire avancer, et si possible de renouveler, cette question redoutable qui a déjà fait couler tant d’encre des relations entre le temps institué, imposé, subi et le temps vécu, approprié, choisi. Il nous a semblé que la conjoncture non seulement économique et technologique mais aussi poli- tique et culturelle se prêtait bien à cette entreprise maintes et maintes fois mise en œuvre par le passé : élucider les rapports au temps des diverses classes, populations, personnes au cours de leur existence en relation avec les diverses activités qu’elles mènent.

5Le numéro ZÉRO que nous proposons résulte d’un appel interne à publier auprès des membres du comité d’orientation ou des chercheurs avec qui ils étaient en con- tact direct. Les huit articles qui ont été acceptés par le comité peuvent se répartir en trois ensembles qui recoupent partiellement les trois rubriques précédentes. Trois articles présentent des résultats de recherche et des interprétations de phénomènes temporels particuliers qui éclairent, chacun à sa façon, la production de temporalités spécifiques. Trois autres tentent d’élucider comment une discipline particulière (sociologie, histoire, économie) s’est emparée de la question du temps ou d’une de ses dimensions. Les deux derniers articles tentent de théoriser soit, à travers les grandes civilisations, « la relation humaine au temps » soit, à partir de la conjoncture présente du travail, la délimitation de « régimes de temporalités » pertinents. Tous ces articles répondent aux grandes orientations rappelées précédemment.

6L’article d’Adelina Miranda analyse, sur la longue durée, les temporalités d’un risque majeur connu depuis l’Antiquité : l’éruption du Vésuve. D’un point de vue anthropologique, il élucide les manières dont les habitants de la région concernée verbalisent les risques d’éruption de « leur » volcan, en relation avec leur monde culturel. D’un point de vue historique, il retrace les manières dont ces « représentations » se sont confrontées aux savoirs savants des vulcanologues. D’un point de vue épistémologique, il s’interroge sur les logiques et catégories qui président à ces diverses constructions temporelles, sur leur compatibilité et leur métissage. L’article de Gabrielle Varro revient sur la question de l’intégration des immigrants, ou plutôt de leur « assimilation » par la culture et la société « d’accueil », pour en proposer une périodisation originale. À partir de matériaux très divers, elle défend la thèse d’une « crise » de cette prétendue « assimilation » alors même qu’elle apparaît extérieurement réussie. Le retour du refoulé des « expériences d’avant la migration » provoque une sorte de décalage temporel accompagnant, dans le meilleur des cas, une sorte de repossession identitaire. Il débouche ainsi sur une nouvelle expérience de la mixité qui concerne, au plus haut point, les structures temporelles correspondant aux divers moments du trajet migratoire. L’article de Jean-Marc Ramos et de Max Reinert analyse un corpus d’inscriptions sur les horloges solaires d’époques et de lieux différents. Après avoir rappelé les significations symboliques de ces textes généralement courts et percutants sur « le temps » et interrogé les points de vue qui ont présidé à leur recueil et mise en catalogues, l’article propose une interprétation de leur analyse à l’aide du logiciel Alceste dont sont rappelées la logique de construction et les limites de son application. Il débouche sur une disjonction majeure entre le temps transcendant, divin, immuable et les temporalités humaines marquées par les souffrances, les malheurs et la mort.

7Les trois articles qui suivent relèvent de l’histoire et/ou de l’épistémologie de trois disciplines-clés de l’approche des temporalités humaines. L’article de Charles Gadéa et Michel Lallement apporte des pièces nouvelles et des arguments solides à l’appui de la compréhension d’un échec historique de la sociologie durkheimienne : elle n’est pas parvenue à fonder et légitimer une « sociologie des temps » dont elle possédait pourtant de multiples entrées, en particulier les analyses toujours suggestives d’Henri Hubert sur les calendriers religieux et les réflexions de Durkheim et Mauss sur l’origine sociale des catégories et des formes primitives de classification. L’article d’Antoine Parent montre la place centrale qu’occupe la théorie des anticipations rationnelles dans l’architecture théorique de l’économie standard. Il constate ses difficultés multiples face à la prise en compte des cycles économiques mis en évidence par l’histoire économique et sociale et s’interroge sur la faisabilité d’une clioéconomie tentant de concilier le paradigme standard avec l’histoire des cycles économiques conçus comme des « chocs externes ». Enfin, l’article de Jean Leduc explore les diverses conceptions que les historiens français de la seconde moitié du XXe siècle se font du temps. Il note le privilège grandissant accordé, à la suite de Braudel, à la longue durée mais remarque le maintien d’une forme de datation « absolue » qui, jointe à un mode narratif, accrédite la conception linéaire du temps. Néanmoins l’auteur pointe des intérêts grandissants d’historiens pour la prise en compte des représentations multiples du temps et même pour l’analyse des interactions des divers temps sociaux.

8Les deux derniers articles ont une ambition synthétique et conceptuelle qui correspond bien au souci de la Revue de contribuer à faire avancer la théorisation des divers usages du temps et des diverses formes de temporalités. Celui de Jean Chesneaux, de facture philosophique, est aussi une tentative de bilan de ce que lui ont enseigné ses multiples recherches historiques et anthropologiques. À travers ses cinq considérations sur la relation humaine au temps, il propose à la fois une théorie générale des rapports entre ce qu’il appelle « temps englobant » et « temps inscrit », des homologies entre « temps collectifs » et « temps personnels » et une interprétation de la conjoncture historique présente comme une période où se creuse l’écart entre les deux figures les plus structurantes et les plus interactives du rapport humain au temps et où s’éprouve donc, de manière intense, cette déchirure entre l’inscription effrénée de l’humaine condition dans le temps-paramètre et la référence à un temps englobant dont la modernité tend à éloigner les individus devenus ainsi orphelins. Celui que je signe, à la fin de ce numéro, se veut une tentative de clarification de la notion de « régime de temporalité » à travers un ensemble de recherches présentées au cours du séminaire du laboratoire GRIOT concernant la réduction du temps de travail, la gestion des temporalités dans les organisations de travail (y compris le travail social) et les rapports socio-sexués aux temporalités de la vie quotidienne. L’hypothèse d’une mutation des temps sociaux est examinée à la lumière de ces recherches qui mettent en question la perte de centralité du (temps de) travail tout autant que la nature des enjeux de l’extension du temps libre et de la réappropriation d’un temps à soi.

9Ce numéro se termine par des RUBRIQUES qui seront présentes dans les futures livraisons de Temporalités. Des notes de lecture (ici d’ouvrages déjà anciens mais au cœur de la problématique de la Revue). Des chroniques (ici, sur la fréquentation du site de Temporalistes qui demeurera celui de Temporalités). Et des « actualités » que les lecteurs sont d’ores et déjà invités à alimenter. Bonne lecture, donc.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Dubar, « Présentation du numéro Un »Temporalités [En ligne], 1 | 2004, mis en ligne le 23 juin 2009, consulté le 17 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/539 ; DOI : https://doi.org/10.4000/temporalites.539

Haut de page

Auteur

Claude Dubar

Rédacteur en chef
Professeur de sociologie, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines ; Laboratoire Printemps

Articles du même auteur

Haut de page

Éditeur scientifique

ADR Temporalités

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search