Navigation – Plan du site

AccueilTemporalités1La polysémie temporelle du risque

La polysémie temporelle du risque

Quand les mots des scientifiques rencontrent les interprétations des habitants de la région du Vésuve
The temporal polysemy of risk: when the words of men of science meet the interpretations of the inhabitants in the Vesuvius Region
Adelina Miranda
p. 5-21

Résumés

Le concept du risque n’évoque plus une menace épisodique, mais un état permanent de la société qui se réfère au futur et à la pensée rationnelle probabiliste pour aménager le présent. Dans la société du risque, le passé perd sa force de détermination et y succède le futur. Dans sa portée généralisante, cette perspective temporelle ouvre une série de questions qui demandent à approfondir les modalités à travers lesquelles s’est avérée la rencontre avec les cultures traditionnelles, dont souvent l’on souligne le lien avec le passé. L’exemple de la région de Naples nous permettra d’approfondir les dynamiques culturelles occasionnées par la rencontre entre la conception du danger - transmise oralement et par écrit par les habitants - et celle des scientifiques, qui utilisent le concept de risque. L’actuelle perception de « vivre avec le risque » a influencé le regard que la culture napolitaine portait sur son passé, fait d’événements éruptifs répétitifs. Néanmoins, la collocation de la part des habitants de leur expérience dans cette catégorie interprétative globale n’a pas éliminé le rapport qu’ils entretiennent avec « leur risque » dans la vie quotidienne.

Haut de page

Texte intégral

Quand les mots des scientifiques rencontrent les interprétations des habitants de la région du Vésuve.
Adelina Miranda

Le Vésuve est beau, je ne pense jamais à lui comme à un danger. De toute façon c’est difficile, très difficile qu’une catastrophe se produise. (Habitant de la région de Naples).

Le Vésuve doit être considère un volcan actif extrêmêment dangereux qui, au cours de son histoire éruptive, a déjà enregistré de longues périodes de repos. L’histoire du volcan nous suggère que plus la période de repos est longue, plus le réveil sera violent. (Vulcanologue).

  • 1 Le terrorisme, et surtout la manière de le percevoir depuis le 11 septembre 2001, est l'exemple le (...)

1Le concept de risque a accompagné l’histoire de la modernité. Dès les années soixante du XXe siècle, la société a néanmoins donne une importance inédite a ce concept qui désormais n’évoque plus une menace épisodique, mais un état permanent de son organisation1. D’ailleurs, à partir des années quatre-vingts, la réflexion sociologique (notamment de Beck et de Giddens) confère un rôle central a la notion de risque pour analyser le fonctionnement de la société technologique contemporaine et la « détraditionalisation » qui en découle (Van Loon, 2002). Ainsi, dans la « société du risque », le passe perd sa force de détermination et le futur s’y substitue. « Si nous discutons du risque, nous discutons de quelque chose qui ne s’est pas encore produit mais qui pourrait se produire si nous ne changeons pas de route », dit Beck (2000 : 123). La perspective temporelle de la société du risque relie donc l’agir présent a l’expérience future ; elle se réfère à la pense rationnelle probabiliste pour aménager la vie quotidienne. Cependant, la diffusion de cette représentation généralisant nécessite d’expliquer la manière dont elle a été adoptée par des sociétés qui se sont toujours accommodées a un possible danger. De quelle manière les cultures traditionnelles, dont souvent la force du lien avec le passe est soulignée, englobent-elles une temporalité qui regarde le temps à venir plutôt que le temps écoule ?

  • 2 La « zona vesuviana », la « zone vesuvienne », est composée de dix-huit communes : Pompei, Torre An (...)
  • 3 J'utilise cette opposition comme un cadre interprétatif général qui mériterait d'être approfondi. P (...)

2Dans la « zone vésuvienne »2 la rencontre entre la conception traditionnelle du danger - transmise oralement et par écrit - et celle des volcanologues - utilisant le concept de risque -, semble suggérer que les habitants élaborent une maitrise du temps différente de celle des scientifiques3. « Vivre avec le risque » influence le regard que la culture napolitaine porte sur un passé scande d’évènements éruptifs mettant en crise ses cadres spatio-temporels. Néanmoins, l’emprunt de la catégorie interprétative globale n’a pas éliminé le rapport que les habitants entretiennent avec « leur risque » quotidien. Des lors, bien que les habitants de la région du Vésuve élaborent une temporalité destructrice fondée sur les connaissances vulcanologiques développées depuis le XVIIe siècle, ils organisent leur représentation du temps à travers une multiplicité de temporalités intermittentes.

L’élaboration d’une temporalité destructrice

  • 4 Passage d'un auteur anonyme cite in Longo (1997, p. 38).

3Après une longue période de quiescence, en 1631 une éruption violente et inattendue du Vésuve provoqua mort et destruction auprès d’une population désormais habituée à sa « présence silencieuse ». Cet évènement a marqué la naissance de la volcanologie. Toutefois la connaissance proto-scientifique était encore enracinée dans les savoirs locaux et les descriptions de l’époque utilisaient un vocabulaire proche de la tradition populaire plus que de la terminologie élaborée ensuite par les scientifiques. Elle avançait une explication idéographique des évènements volcaniques et, loin d’énoncer des propositions explicatives générales, elle situait chaque épisode à l’intérieur du système culturel local. Les observateurs de l’époque décrivaient les éruptions comme un « incendie » bouleversant les éléments du milieu naturel avec ses flammes : « Au moment de l’incendie, les quatre éléments naturels s’altérèrent. Les eaux changèrent leur cours ; le feu, qui normalement va vers le haut de la sphère, descendit au travers de la campagne ; la terre, naturellement ferme, bougea contre son habituelle stabilité ; l’air s’assombrit et devint triste »4.

  • 5 Pendant tout le Moyen Âge, la religion chrétienne a considéré le « feu » dévastateur et meurtrier é (...)
  • 6 Le Monte Somma est, en effet, un vieux conduit du volcan.
  • 7 Passage de Iannace, cite in Formica (1966, p. 37).

4Le Vésuve était alors représenté comme une « montagne », le Mons Vesuvius, capable de « vomir » du feu liquide, des cendres, des pierres, des lapilli, du gaz et de la fumée ; de provoquer des éclairs, des tonnerres et des tremblements de terre ; d’engloutir des villes entières, de détruire champs et maisons. Les récits de l’époque lais- sent transparaitre une conception de la nature comme objet imprévisible, l’homme ne pouvant pas la contrôler. Le recours aux explications des écoles philosophiques grecques, qui repéraient les causes de ces évènements destructeurs dans la conformation du sol et dans le climat, n’excluait pas des arguments magico-religieux et l’idée que seul l’appel divin peut s’opposer à la nature dévastatrice5 : « Les hommes doivent vivre dans la crainte et dans la peur du feu de l’Enfer qui, à cause de nos pêchés, s’est ouvert dans la Montagne de Somme6et a projeté des langues de feu, des cendre et des pierres et a détruit terres et hameaux. Ce sont des signes que Dieu nous a montres pour notre salut. Et cela s’est produit mardi matin, le 16 décembre 1631 »7.

Le développement de la volcanologie

  • 8 À partir du XVIe siècle, le terme de catastrophe a pris la signification de « changement ou révolut (...)
  • 9 L'introduction de cette catégorie a été particulièrement importante. Les éruptions ont commencé à ê (...)

5Au cours du XVIIIe siècle, la terminologie utilisée pour décrire ces évènements a changé. Chaque éruption a commencé à être considérée comme l’expression concrète de la « catastrophe »8. Cette modification du vocabulaire est sous-tendue par un nouveau rapport avec la nature. La catastrophe implique l’irruption de la nature dévastatrice dans la vie des hommes qui peuvent la réparer par leur action. Les érudits de l’époque emploient la même toponomastique que celle des habitants qui avaient une connaissance détaillée de chaque évènement volcanique, mais ils introduisent de nouvelles catégories interprétatives, comme par exemple la fertilité9.

6La comparaison dans le temps et dans l’espace des phénomènes similaires consent la diffusion d’une représentation différente du volcan, ouverte à une conception la "que des phénomènes volcaniques. À partir de la deuxième moitié du XVIIe siècle, le Vésuve s’est progressivement transforme en un « volcan apprivoise » qui n’alimente plus de « légendes de vieux ou de géants dormant au fond de la terre et qui, en se réveillant, soufflent du feu aux alentours comme c’est le cas, avec de nombreuses variations, pour d’autres volcans et d’autres mythologies » (Galasso, 1991, p : 10). Un savoir scientifique se crée. Il trouve ses bases dans l’intense vie culturelle napolitaine de l’époque. En effet, au cours du XVIIe siècle, malgré les menaces de l’Eglise catholique, à Naples virent le jour de nombreuses institutions comme l’ « Academie des Sciences de Naples » et le « Musée d’histoire naturelle ». Ces organismes ont joué un rôle capital dans le développement de la volcanologie. D’autre part, l’inclusion de Naples et du Vésuve dans le Grand Tour des jeunes aristocrates anglais, français et allemands a permis le développement d’une approche plus distanciée du volcan. Ces voyageurs n’étaient pas de simples curieux, mais des savants qui cherchaient à trouver une réponse rationnelle aux évènements naturels et catastrophiques. Par exemple, quand sir William Hamilton fut oblige de quitter Naples, il confia l’observation des phénomènes volcaniques à père Piaggio. Il est emblématique que dans la correspondance entre le moine napolitain et le noble anglais émerge la nécessite d’investiguer le volcan d’une manière « neutre et impartiale », sans tenir compte des observations et des préjuges des locaux.

  • 10 Luigi Palmieri, nomme directeur de l'Observatoire en 1855, a conçu le premier sismographe électroma (...)

7La recherche d’une explication rationnelle et séculaire sera consacrée par la création de l’Observatoire vésuvien, la plus ancienne institution mondiale dédiée à l’étude des volcans. La requête de créer cet organisme d’études permanent, avancée au Gouvernement des Bourbons par Teodoro Monticelli, secrétaire de l’Académie des Sciences de Naples, a été recueillie par le roi Ferdinand II en 1839. Devenu opérationnel en 1848, cet organisme a fortement contribue à la constitution de la volcanologie comme science10. À partir de sa formalisation, la connaissance des phénomènes d’origine volcanique ne s’est plus limitée au Vésuve. La volcanologie s’approprie la méthode inductive, basée sur l’observation des régularités et de la répétitivité des évènements, et elle adopte un modelé explicatif de type causal, dont l’objectif est la généralisation.

  • 11 Rappelons-nous que la définition d'éruption de « type plinien », utilisée pour indiquer un type par (...)

8Le Vésuve devient peu à peu un cas particulier. Il est désormais appréhendé comme une de manifestations possibles de l’activité reliant le magma a la croute terrestre. Les coordonnées spatio-temporelles pour décrire le Vésuve ne s’inscrivent plus dans la dimension locale. Les différentes manifestations d’origine volcanique (tremblements de terre, éruptions, émanations des sulfataires, etc.) sont regroupées et comparées entre elles, afin de formuler des lois rigoureuses et d’établir des théories scientifiques universelles. Cette démarche scientifique relie les épisodes destructifs tout au long d’un axe temporel dont le point d’origine devient le 79 après J. Ch. La description confiée par Pline le Jeune à Tacite, relatant la mort de son oncle Pline le Vieux au cours de cette éruption, est désormais considérée comme le premier témoignage « objectif » de ce type d’évènements11. Les écrits des auteurs classiques, des voyageurs et des savants locaux consacrés à ce sujet deviennent des témoignages privilégies pour reconstruire l’histoire du Vésuve.

  • 12 Les volcanologues distinguent cinq périodes d'activité : 1631-1737, 1737-1794, 1794-1822, 1822- 190 (...)
  • 13 Il s'agirait d'une éruption aussi violente que celle qui a détruit Pompéi, Ercolano et Stabia en 79 (...)
  • 14 Les dernières coulées de lave ont eu lieu en 1906, en 1929 et en 1944.

9En même temps, la perspective scientifique confère une nouvelle valeur aux descriptions transmises par le passe. À partir des observations cumulées au cours du temps, les scientifiques ont reconstruit le cycle du Vésuve avec précision. Ils sont parvenus à distinguer différentes périodes d’activité volcanique12 et à rendre visible la constante activité volcanique, souvent cachée aux yeux des habitants. Les connaissances actuelles permettent d’affirmer que le Vésuve est un volcan actif, dangereux quant à sa typologie et sa capacité de destruction. En effet, depuis 1631, il garde une chambre magmatique composée de poussières et de rochers pouvant se transformer en énergie explosive a l’origine d’une éruption de type plinien et subplinien13. Il est vrai que le volcan connait une période de quiescence désormais cinquantenaire mais, selon les volcanologues, plus elle est longue, plus le danger augmente. La dernière éruption n’était que la conclusion d’un cycle éruptif commence en 1906, auquel a fait suite l’obstruction du conduit du volcan14.

Prévenir le risque

  • 15 En 1970 et entre 1982-1984, la proche ville de Pouzzoles a été intéressée par le bradysisme, un phé (...)

10L’étude du Vésuve a connu un tournant au cours des années soixante-dix. Coïncidant avec une série d’évènements d’ordre sismique dans la région vésuvienne15, le monde scientifique s’est engagé dans une logique de gestion du danger capable d’évaluer l’impact d’une catastrophe sur la vie sociale et économique locale (Cubbelis et Longo, 1997). Les volcanologues ont commencé à considérer le Vésuve comme un élément naturel à risque, face auquel il faut prendre des mesures préventives.

  • 16 Après le bradysisme qui avait frappé Pouzzoles en 1972, le nombre de sismographes pour contrôler le (...)

11Les scientifiques ont ainsi élaboré le Plan d’urgence actuellement en vigueur16. Il est structure en deux parties (un Plan général et des Plans particuliers) et il prend comme référence l’éruption de 1631, définie l’« événement le plus attendu ». Le Plan intéresse six structures : le Ministère de l’Intérieur, le Ministère de l’Université et de la Recherche, la Protection civile, le CNR, l’Observatoire vésuvien, le Groupe national pour la volcanologie. Il s’articule de la manière suivante : niveaux un et deux : la population est informée du danger imminent ; niveau trois : l’alarme est déclenchée ; niveau quatre : la population est évacuée ; niveau cinq : phase d’at- tente ; niveau six : l’« événement » éruptif se produit ; niveau sept : les habitants peuvent regagner leur domicile. La Protection civile a affirmé à maintes reprises que ce Plan peut fonctionner : les autres régions italiennes sont prêtes à accueillir les dix-huit communes concernées et à fournir l’aide et l’hospitalité nécessaires. La « seule » difficulté réside dans la très forte densité démographique : environ sept cent mille personnes sont distribuées aux pieds du volcan. En cas d’éruption, il n’y pas de voies ou de routes praticables d’autant plus qu’elles sont régulièrement encombrées en raison d’un maillage des transports insuffisant, voire chaotique.

12Toutefois, bien que les structures institutionnelles revendiquent un « haut niveau de connaissance et de capacité opérationnelle », le Plan d’urgence a fait l’objet de nombreuses critiques de la part d’autres experts. Certains scientifiques ont même avance des réserves sur les compétences de ceux qui ont élaboré ce plan. C’est le cas des scientifiques réunis dans l’association « Vesuvius 2000 ». Selon eux, la région est trop densément habitée, le temps d’évacuation - trois semaines - est insuffisant et les habitants n’ont jamais été consultes. En outre, la prise en compte du scenario le plus catastrophique - l’éruption de 1631 - apparait injustifiée au niveau scientifique. Il s’agirait plutôt de récupérer la « mémoire historique » en renouant avec les pratiques traditionnelles. Comme dans le passe, il conviendrait de permettre à une partie de la population de rester sur les lieux pendant les moments les moins dangereux. Ce groupe d’experts ne considère pas l’éruption comme un événement inattendu, imprévisible et immédiatement destructeur. Il valorise l’histoire du Vésuve comme un « bien culturel et socio-économique » (Santonianni, 1997) commun aux savants et aux habitants.

  • 17 À ce propos, de nombreuses études ont démontré que si l'information est une condition nécessaire po (...)

13Nonobstant le désaccord, tous les experts partagent une même logique probabiliste et rationnelle et ils souhaitent la création d’une « culture de la sécurité et du risque » qui rende les habitants capables de faire face au danger. Pour modifier les attitudes et les comportements qui apparaissent incompatibles avec le fait de vivre sur un tel territoire, ils soutiennent la diffusion des projets de formation et d’information, notamment auprès des jeunes qui n’ont jamais connu une éruption. Les experts affirment que la population actuelle n’a aucune « culture du risque » et l’éducation semble être une réponse « logique » pour construire une conscience et une con- naissance du danger17. Ces valeurs scientifiques se proposent comme pouvant être « naturellement » partagées par tous, alors que les profanes continuent à organiser leur vie quotidienne sans tenir compte d’une éruption possible.

14En effet, depuis les années soixante-dix, l’espace habite a été radicalement transforme par une urbanisation sauvage. Les résidants ont d’abord construit de nouvelles habitations juxtaposées à la maison traditionnelle, constituée d’une seule pièce recouverte d’un toit a voute qui, selon les personnes âgées, permettait aux projections du Vésuve de glisser sur les côtes des maisons, en empêchant ainsi leur écroulement. Ils ont ensuite bâti des étages supplémentaires et, au fur et à mesure que la zone habitée s’est saturée, les constructions ont été rapprochées du cratère. Cette modalité d’occuper le sol est l’expression d’une réalité culturelle qui donne une grande importance à la résidence virilocale. En vue de perpétuer une tradition qui favorise la résidence du couple marie au lieu d’origine du mari, les parents ont souvent édifie des appartements ou des pavillons sur de petites parcelles de terrain.

15Malgré la continuité avec la tradition, ces pratiques sont le signe d’un grand changement. Il faut souligner que dans le passe les habitants ne percevaient pas le Vésuve comme une unité geomorphologique, mais comme une stratification de lieux accompagnée par différents usages et dénominations. L’habitat plus dense se situait dans la partie du territoire plus éloignée du cône dont il était séparé par la « terre », c’est-à-dire la partie cultivable du territoire, et la « montagne », c’est-à-dire la partie boisée. Le terme « Vésuve » - qui était synonyme de volcan - indiquait l’espace du vrai possible danger puisqu’il incluait le cône et le cratère. Actuellement, nonobstant le danger toujours possible, les terrains, autrefois cultives avec difficulté, ont acquis une nouvelle valeur et le parc immobilier continue d’augmenter de cinq pour cent chaque année (Miranda, 2000).

16La spéculation immobilière a fortement transformé l’organisation et la vision de l’espace habite. Désormais, les habitants s’approprient la terre du Vésuve à travers un nouveau regard. Le développement du tourisme de masse, favorise par la progressive démocratisation des moyens de transport et d’une manière particulière par la construction du funiculaire en 1880, les a poussés à percevoir le volcan comme un possible lieu touristique. Un exemple. Les restaurants ou ont lieu les cérémonies familiales (mariages, baptêmes et anniversaires) sont bâtis sur la partie boisée du volcan. Cet usage rend encore plus évidente la contradiction entre experts et non- experts dans la manière de percevoir et de traiter le risque.

Vivre avec le risque

17Les habitants des communes vésuviennes savent que leur espace habite a été constamment détruit. Ces événements ont la force d’une telle rupture dans leur histoire qu’ils peuvent être analyses grâce au concept de « la crise de la présence », élabore par de Martino (Signorelli, 1992). Pour l’anthropologue italien, l’« être dans le monde » implique la capacité humaine de faire l’histoire. Toutefois, le principe d’autonomie de la personne, qui imprègne toute la civilisation occidentale et la démarque de toutes les autres, comporte le grand risque pour la personne de se dissoudre en tant que « présence ». Or, si aucune « présence » n’est jamais donnée, lors des catastrophes la crise assume la double signification de la perte possible des catégories de l’espace et du temps. « La catastrophe brise le temps humain, ouvre un gouffre entre le passe et le futur, menace de rompre le lien entre les générations » (ibid. : 154).

18Devant la catastrophe, les habitants doivent donc rétablir le lien entre le passe, le présent et le futur ; favoriser une communication entre ces temporalités dans une dialectique valorisant la continuité plutôt que la rupture. De ce fait, chaque événement désastreux s’imprime de la recherche du sens à donner à toute une histoire sociale locale qui a du constamment combler la perte de sécurité. Cet axe temporel reliant les épisodes destructeurs ne s’alimente pas pour autant des valeurs scientifiques de la mesure, de l’évaluation objective ou de la quantification du temps. Il se fond sur l’effort collectif de reformuler l’ordre présent menace, grâce à des dispositifs culturels spécifiques.

Résoudre la « crise de la présence »

  • 18 Balandier (1988) a bien souligné le rapport existant entre ordre et désordre. D'une manière particu (...)

19La jonction entre les temps de l’ordre et le temps du désordre18 s’exprime, tout d’abord, à travers les récits des personnes qui ont vécu les derniers faits éruptifs. Les narrations transmettent une mémoire identifiant et classant les évènements désastreux vécus comme étant relies à des événements identiques qui se sont produits jadis. Les descriptions se disposent autour d’une séquence temporelle tridimension nelle : la prise de conscience du danger de la part des habitants, l’abandon du lieu menace, avec ou sans aide de la part de l’Etat et, enfin, le retour sur les lieux habités, souvent détruits. En créant des limites entre l’avant, le durant et l’après catastrophe, les narrations différencient la temporalité menaçante des autres temporalités.

20Ces limites perméables et imprévisibles sont élaborées à partir de l’horizon culturel local. La résolution de la crise qui menace l’existence des hommes - puisque la présence humaine risque de « se perdre », « de ne plus être au monde », dans l’histoire, comme le dit de Martino - repose sur l’adaptation des pratiques quotidiennes a la situation exceptionnelle. Le recours au sacre est, en conséquence, la réponse immédiate. Comme dans toute situation de crise, les habitants de la région de Naples font appel à l’aide divine pour surmonter leurs difficultés.

En 1929, Saint Antoine a « fonctionné ». Ils ont mis la statue de Saint Antoine sur le cours de la lave. Je m’en souviens comme si c’était aujourd’hui. Il y avait une dame qui avait la clef de sa maison dans la main. À un certain moment, la lave était en train d’ensevelir la statue. Tous disaient : « il faut la déplacer, il faut la déplacer, c’est un pêché. » Mais la dame disait : « Non, s’il ne fait pas le miracle, qu’elle soit ensevelie ! » Mais en fait la lave s’est partagée en deux coulées et l’église du saint a été épargnée. Alors, la dame a dit : « Tu as pris la maison, tiens aussi la clef de ma maison ». Mais la lave en passant de ce côté-là épargna l’église de Saint Antoine. (Femme née en 1918).

21Religion et volcan sont deux termes d’une relation complexe entretenue par les habitants avec le risque toujours possible. Saint Janvier, le protecteur de la ville de Naples, est représenté entre le Monte Somma et le Vésuve sur une fresque datant du début du VIe siècle. En 1631, une statue le figurant avec une main levée arrêtant la lave a été érigée aux portes de Naples et tous les ans la liquéfaction de son sang est interprétée aussi comme un présage par rapport à la menace du volcan. En époque plus récente, la Vierge de Pompéi a été représentée sur le fond du Vésuve. Au début des années quatre-vingt du XXe siècle, dans les églises de Terzigno et de S. Sebas tiano al Vesuvio (les communes qui ont vécu les derniers épisodes destructifs) ont été réalisées des fresques représentant les saints patrons sur le fond du volcan.

  • 19 Certaines descriptions du passé évoquent une vision dantesque. Par exemple en 1906, dans les petite (...)

22Toutefois, malgré la multitude d’églises et de chapelles, dont une a cote de l’Observatoire, les habitants de la zone vésuvienne n’entretiennent pas un culte avec un saint particulier. La demande d’aide divine est attestée quand le danger se manifeste et s’approche de l’espace habite. Pour que la coulée de feu ou les pluies de pierres et de cendre s’arrêtent, on a organisé des processions, avec en tété le clergé19. Quand l’intercession divine reste sans réponse, l’abandon du lieu menace reste le seul moyen pour garantir la survie physique outre que culturelle.

Quand la lave de feu arrive, il faut prendre le peu de choses qu’on a et fuire. En 1929, quand la lave de feu s’était approchée, nous nous sommes « éparpillés » : quatre-cinq d’un cote, quatre-cinq d’un autre. Ma famille est allée chez une tante et son mari m’a aidé à charger sur une charrette les choses qu’on avait. Apres nous sommes partis. Nous étions des déplacés. Puis, même là-bas a commencé la pluie de pierres. « Alors, même ici on n’est pas tranquille ? », je me suis dit. Après une journée tout s’est arrêté. Alors, moi je suis rentre et ma femme est restée chez sa sœur. (Homme né en 1918).

Le camion des Anglais est arrivé et nous sommes partis. On nous a emmenés dans une école, mais elle était dans un état ! En plus, il y avait que des gens peu recommandables ! Mais nous étions des déplacés. Seul mon père était reste à San Sebastiano pour voir, avec les personnes plus âgées. (Femme née en 1934).

Quand la lave a couru, il y avait les Américains. Il y avait la guerre et l’éruption. Le 17 mars 1944 nous avons été avertis qu’on devait partir. J’avais quatorze ans. Avec un camion anglais nous avons pris le nécessaire et nous sommes partis. On nous a emmenés dans une commune voisine où chaque famille avait trois mètres à disposition, sépares par un drap. Nous sommes restes neuf jours, après nous nous sommes rentres chez-nous. Mais c’était la mairie qui nous donnait à manger. (Homme né en 1930).

23Les habitants racontent que l’abandon du lieu habite menace par le danger a toujours été provisoire. Au cours de cet état temporaire, les personnes déplacées construisent un ordre social dérive du fonctionnement de la vie quotidienne. Pendant la catastrophe, enfants et adultes, hommes et femmes maries, personnes âgées et jeunes aménagent leur place à partir de leur appartenance de genre, de génération et d’âge. L’événement désastreux, en général d’une durée courte, est toutefois reconstruit à travers une grande précision et une richesse d’épisodes. Les souvenirs individuels et collectifs en dilatent la portée, en lui conférant une autonomie narrative. Cette épaisseur temporelle préside à la création de la mémoire qui élabore la liaison entre les événements calamiteux. Son pivot est le mythe du salut.

En 1929, la lave a couru, nous nous sommes enfuis et n’y a pas eu de morts. En 1944, mon oncle est sorti pour regarder et étant donné qu’il est sorti, il est mort. Mais les gens qui sont morts ce sont des bagatelles. (Homme né en 1906).

24Même quand l’expérience de la mort a été proche, le souvenir finit pour valoriser la vie. La scotomisation de la perte humaine soutient le retour des habitants sur les lieux détruits par les épisodes volcaniques. L’édification de nouvelles habitations sur la lave solidifiée marque le retour à une vie normale. La ré-appropriation de l’espace reste l’acte le plus symbolique de la reconstruction de l’ordre dont l’assise est un cadre temporel articule sur une mémoire fragmentée et sélective. Les personnes âgées parlent des phénomènes volcaniques comme d’une sorte d’« accélération » de l’activité volcanique qui leur a toujours laisse le temps pour l’évacuation. Toutefois, elles n’ont pas transmis la connaissance d’autres manifestations dangereuses qui ont accompagné ou suivi les événements destructifs. Dans la mémoire populaire, on ne retrouve plus aucune trace des « mophétés », c’est-à-dire des émanations de gaz provenant du sol, et des « pluies acides », ainsi définies car le gaz toxique était mélangé à l’eau de la pluie, en la rendant chaude. En plus, le dernier événement éruptif remonte à l’année 1944. À l’époque, les témoins directs étaient des enfants ou de jeunes adultes et, les hommes étant au front, San Sebastiano a été évacué par les soldats américains dont souvent on rappelle la peur face à l’éruption. La faim, le manque de nourriture, l’arrivée des allies, les bombardements du front de Montecassino ont été vécus comme des éléments inséparables de l’expérience éruptive. Guerre et éruption sont devenues les deux faces de la même médaille, des tragédies que le peuple napolitain a du toujours supporter.

25La mémoire locale relative aux événements volcaniques est donc élaborée au travers d’une forme d’oubli que Auge (1998) a défini de « suspens ». L’ambition première de ce type de mémoire est « de retrouver le présent en le coupant provisoirement du passé et du futur et, plus précisément, en oubliant le futur pour autant que celui- ci s’identifie au retour du passe » (ibid. p. 77). Les habitants, soulignant ce que la fureur destructrice a épargne, marquent la continuité avec la vie. Leur mémoire contribue à résoudre la « crise de la présence », à enraciner la présence humaine dans l’histoire locale, malgré les persistantes destructions. La menace d’une catastrophe possible retrouve en conséquence son assise dans un passé qui a su trouver une réponse à la menace de l’ordre individuel et collectif. L’affirmation du salut évacué la négativité présente et construit un horizon culturel libre du danger.

La production des catégories locales hybrides

26Le contact avec les connaissances scientifiques a toutefois provoque un ajustement des catégories spatiales et temporelles locales. La mémoire orale élaborée par les habitants est transmise d’une manière informelle, elle est devenue une « affaire familiale ». Cette modalité de circulation des connaissances locales favorise la construction d’un plan explicatif toujours plus dépendant de la culture scientifique. Le Vésuve est actuellement représenté par les habitants comme un « volcan » et non plus comme une « montagne ». Par ailleurs, comme nous l’avons vu, dans sa constitution comme science, la volcanologie s’est séparée du savoir traditionnel et localise et elle s’est imposée comme la « seule et la vraie connaissance ». Désormais, les habitants classent les événements dangereux à l’intérieur de la même échelle chronologique utilisée par les scientifiques. Du reste, la science leur a appris que les manifestations du Vésuve sont cachées, souterraines, invisibles. Nul ne pense pouvoir évaluer le danger du volcan.

27Par ailleurs, les médias répètent constamment que la terre du volcan est une terre a risque. Articles de journaux et émissions de télévision proposent périodiquement le problème de la sécurité locale. Lorsque d’autres catastrophes d’ordre sismique ou volcanique se produisent dans des pays lointains et dans d’autres régions italiennes, les médias relancent la question de la prévention dans la région. En rapprochant des événements désastreux éloignes dans l’espace, les services d’information reprennent les discours des experts et ils soulignent la nécessité de développer la « conscience du risque ». L’éducation sociale devrait développer les capacités pour réagir d’une manière « correcte et raisonnable » au danger toujours présent.

28La modalité de gestion de la circulation des informations est devenue décisive dans la gestion du risque. La communication entre experts et habitants - experts proches et lointains - et entre habitants de différents lieux qui ont vécu ou vivent différents risques, est essentiellement mise en scène par les médias. Ce qui provoque la politisation du risque (Beck, 1999). Si l’on examine l’organisation du Plan d’évacuation, il apparait clair que sa gestion est délocalisée. Ce sont les structures opérationnelles politiques et scientifiques centralisées qui décideront qui, comment et quand évacuer la population. Les maires et les habitants sont laisses en dehors de cette prise de décisions. Comme le souligne Giddens, ce mode de gestion du risque est un point commun à tous les « systèmes experts ». Ils distancient les relations sociales de leur contexte immédiat en utilisant le critère de l’impersonnalité et de l’objectivité des tests d’évaluation du savoir technologique.

29Pour les habitants des communes vésuviennes, cette condition a eu comme résultat de renforcer la séparation traditionnelle entre le temps menaçant et les temps de leur vie quotidienne. En effet, la construction scientifique de la catégorie du « risque » interprété l’histoire locale à travers ce concept. Elle situe les événements volcaniques dans un ordre chronologique successif et elle les relie à un temps passe, justifiant un présent bâti sur les prévisions, rattache à un futur menaçant. La quantification et l’homogénéisation du temps permettent de classer chaque événement singulier et de l’interpréter à partir des faits similaires, proches ou lointains. Cette « temporalité délocalisée » associe le passé à la destruction qui devrait fonctionner comme une « conscience historique ». La conséquence de cette logique est qu’elle déploie le risque comme une catégorie figeant tous les aspects de vie individuelle et sociale. Pour les habitants, au contraire, le volcan recouvre une pluralité de significations.

  • 20 La beauté naturelle et destructrice du volcan a inspiré une partie du « vedustismo » napolitain ent (...)

Nous allions voir le cône. Si vous aviez vu ce qu’il faisait ! Tu étais comme ra et lui, il faisait : vroumm ! ! ! Et alors, il crachait toutes ces pierres rouges. Nous étions autour, tous autour. Il n’y avait pas que moi autour. Et personne avait peur. C’était vraiment beau, très très beau à voir. (Femme née en 1906)20.

  • 21 Dans la tradition, les femmes ne se rendaient pas sur le cratère. Les premières à gravir les pentes (...)

Les femmes allaient sur le Vésuve pour ramasser l’herbe et le bois. (Femme née en 193221).

  • 22 La connaissance des stratifications laviques était à la base des compétences professionnelles néces (...)

Nous avons travaillé la pierre du Vésuve. Nous coupions les arbres et puis on creusait et on coupait des bases de lave. Il y avait diverses classes de lave, la première, la seconde et la troisième. La carrière la plus belle et la plus grande était appelée « Villa inglese », car elle avait une pierre belle, très très belle. (Homme né en 1916)22.

Quand nous étions des garçons, nous avions la pratique de monter sur le Vésuve. Pendant ces montées, tu apprends comment la montagne est faite. La lave, la pierre, la colline, le barrage, la vallée. Tu apprends la végétation. Petit à petit que tu montes, les arbustes deviennent des genêts, des lichens et puis plus rien, seuls le sable et le « Vésuve ». (Homme né en 1960).

  • 23 Par exemple, toute personne âgée se rappelle que la partie boisée du volcan appartenait à une « fam (...)

30Les habitants, lorsqu’ils évoquent le volcan, traversent différents cadres spatiotemporels. Ils ne manquent pas de rappeler la plurifonctionnalité de cet espace décrit comme une unité geo-morphologique par les volcanologues. Leur point de vue sur le volcan change selon qu’ils se réfèrent à la généalogie, au travail, au tourisme ou au regard esthétique. Lieu de travail de par l’activité extractive liée à une architecture vernaculaire utilisant la pierre du Vésuve pour édifier les maisons, paver les rues et sculpter les monuments ; lieu d’excursions pour les jeunes garçons qui apprenaient a connaitre les coulées de lave et les parcours pour parvenir au cratère ; mais également, tout simplement, lieu de la vie quotidienne rapportée à la division des rapports de sexe et de classes sociales23.

31À partir de cette pluralité de significations, les habitants sont parvenus à se représenter le risque comme une des possibilités de se rapporter à cet espace. L’emprunt de cette catégorie des scientifiques permet de rassembler tout événement - éruptions mais également avalanches, inondations, guerres, épidémies - pouvant transformer le temps vécu au quotidien en possible source de destruction et de mort. Mais la perspective généralisante n’élimine pas la référence au passe local, symbolise notamment par Pompéi, mythe fondateur de la mort et du salut. Si chaque situation à risque est comparable, l’histoire vécue reste la clef pour s’introduire dans un système, ou également d’autres situations menacent la vie de l’homme. De ce fait, les habitants adaptent les connaissances scientifiques et les reformulent en mettant en communication leur expérience avec des représentations, des descriptions et des narrations provenant de la culture savante, populaire et de masse (Canclini, 1998).

32La production des catégories locales hybrides nait donc de la rencontre des modelés scientifiques avec la mémoire populaire fragmentée et sélective, et le temps quotidien vécu par les habitants, enrichi d’images et de symboles en provenance d’autres lieux et d’autres cultures dans une simultanéité médiatique. Experts, politiques et gens communs partagent le même système de valeurs contemporaines, mais ils historicisent diversement la signification à donner aux manifestations du danger. Ils produisent ainsi un enchevêtrement des niveaux d’interprétation. Les scientifiques isolent la temporalité du risque comme déterminant tous les autres niveaux de la vie socioculturelle tandis que les habitants, au travers d’une sorte de discontinuité temporelle, utilisent cette catégorie « à intermittence ». Dans les deux cas, le sens est puisé dans la valeur attribuée aux catastrophes passées. Le temps des destructions révolues reste le point de départ, sa place est néanmoins différente selon la relation établie à l’égard du présent et du futur.

Haut de page

Bibliographie

Auge M., Les formes de l’oubli, Paris, Payot, 1998.

Balandier G., Le désordre. Eloge du mouvement, Paris, Fayard, 1988.

Beck U., Che cos’e la globalizzazione. Rischi e prospettive della societa planetaria, Rome, Carocci, 1999.

Berlioz J., Quenet G., « Les catastrophes : définitions, documentation », in Favier R., Granet-Abisset A.-M. (sous la direction de), Histoire et mémoire des risques naturels, Grenoble, MSH-Alpes, 2000.

Boholm A., « Risk Perception and Social Antropology: Critique of Cultural Theory », in Ethnos, n° 61, 1996.

Canclini N., Culture ibride. Strategie per entrare e uscire dalla modernita, Milan, Guerini, 1998.

Collectif, All’ombra del Vesuvio. Napoli nella veduta europea dal Quattrocento all’Ot- tocento, Electa, Napoli, 1990.

Cubbelis B., Luongo A., « Un progetto per la riduzione del rischio vulcanico », in Longo G. (sous la direction de), Mons Vesuvius. Sftde e catastroft tra paura e scienza, Napoli, Stagioni d’Italia, 1997.

De Martino E., Sud e magia, Feltrinelli, Milan, 1959.

De Martino E., La terra del rimorso, Il Saggiatore, 1961 (traduction francaise, La terre du remords, Les Empecheurs de penser en rond, Paris, 1999).

Di Gennaro F., « Sotto la cenere ... (note di psicologia) », in Collectif, Il Vesuvio e la grande eruzione dell’aprile del 1906, Edizioni Colavecchia, Naples, 1907.

Douglas M., Come percepiamo il pericolo. Antropologia del rischio, Milano, Feltri- nelli, 1991.

Douglas M., Rischio e colpa, Bologna, Il Mulino, 1996.

Galasso G., « Premessa », in Gasparini P., Musella S., Un viaggio al Vesuvio ,

1991.

Gasparini P., Musella S., Un viaggio al Vesuvio. Il Vesuvio visto attraverso diari, lettere e resoconti di viaggiatori, Naples, Liguori Editore, 1991.

Giddens A., The Consequences of Modernity, Stanford, Polity Press, 1990.

Giddens A., Runaway World. How Globalization is Reshaping our Lives, Profile Books, London, 1999.

Longo G. (sous la direction de), Mons Vesuvio. Sftde e catastroft tra paura e scienza, Stagioni d’Italia, Naples, 1997.

Knight C., Sulle orme del Gran Tour. Uomini, luoghi, societa del regno di Napoli, Naples, Electa, 1995.

Miranda A., « Une presence silencieuse. Mémoire et oubli des éruptions du Vésuve au XXeme siècle », in Favier R., Granet-Abisset A._M. (sous la direction de), His- toire et mémoire des risques naturels, MSH-Alpes, Grenoble, 2000.

Miranda A., « Localizzare il rischio. Il Vesuvio e gli abitanti della zona vesuviana », in R. Sava- rese (sous la direction de), Comunicazione e crisi. Media, Conflitti e Societa, Franco Angeli, Milan, 2002.

Santonianni F., « Uno scenario per l’evacuazione del Vesuvio », in Longo G. (sous la direction de), op. cit., 1997.

Signorelli A., « Catastrophes naturelles et réponses culturelles », Terrain, 9, 1992.

Terrain, « Le Feu », n° 19, 1992.

Van Loon J., Risk and technological culture towards a sociology of virulence, Rout- ledge, London-New York, 2002.

Wallman S., « Global Threats, Local Options, Personal Risk: Dimensions of Migrants Sex Work in Europe », Health, Risk & Society, 311, 2001.

Haut de page

Notes

1 Le terrorisme, et surtout la manière de le percevoir depuis le 11 septembre 2001, est l'exemple le plus clair de cette construction de la société occidentale qui place la menaçante possibilité du « risque » au centre de son système de relations internes et externes. En poussant la logique du risque, on est arrivé à parler de « guerres préventives ».

2 La « zona vesuviana », la « zone vesuvienne », est composée de dix-huit communes : Pompei, Torre Annunziata, Torre del Greco, Ercolano, Portici, San Giorgio a Cremano, Barra, Cercola, Ponticelli, San Sebastiano al Vesuvio, Volla, Pollena, Santa Anastasia, Somma Vesuviana, Ottaviano, San Giuseppe Vesuviano, Boscotrecase, Boscoreale et Terzigno. Au cours des siècles, toutes ces communes ont été constamment reconstruites suite à des manifestations volcaniques plus ou moins meurtrières.

3 J'utilise cette opposition comme un cadre interprétatif général qui mériterait d'être approfondi. Par exemple, les scientifiques seront considérés comme l'expression d'une culture objective et rationnelle tandis que, comme nous le rappelle Douglas (1996), souvent ils n'arrivent pas à répondre d'une manière correcte aux tests utilises pour mesurer les capacités appropriées à la pensée rationnelle et à la logique de la probabilité.

4 Passage d'un auteur anonyme cite in Longo (1997, p. 38).

5 Pendant tout le Moyen Âge, la religion chrétienne a considéré le « feu » dévastateur et meurtrier également comme un élément purificateur, reliant la divinité et le diable, l'enfer et le paradis (cf. Terrain, 1992).

6 Le Monte Somma est, en effet, un vieux conduit du volcan.

7 Passage de Iannace, cite in Formica (1966, p. 37).

8 À partir du XVIe siècle, le terme de catastrophe a pris la signification de « changement ou révolution ». Il est progressivement devenu synonyme de désastre, calamite, cataclysme, fléau (Signorelli, 1992). Son utilisation actuelle n'est pas partagée de la même manière par les sciences sociales et les sciences naturelles. Il n'existe pas une définition concordante à cause du double aspect de nature et culture (Berlioz et Quenet, 2000). S'agissant de l'anthropologie, les interprétations actuelles s'enracinent dans la Cultural Theory développée par Mary Douglas et par ses disciples qui, au cours des années quatre-vingts, se sont enrichies des apports théoriques de la psychologie cognitive (Boholm 1996).

9 L'introduction de cette catégorie a été particulièrement importante. Les éruptions ont commencé à être racontées et justifiées comme capables de conférer à cette terre noire une particulière richesse. Cendres et lapilli détruisent l'espace habite mais le sol est rendu plus fertile.

10 Luigi Palmieri, nomme directeur de l'Observatoire en 1855, a conçu le premier sismographe électromagnétique pour mesurer l'intensité, la durée et la provenance des secousses sismiques. Avec lui est née la « surveillance instrumentale » du Vésuve et de tous les autres volcans.

11 Rappelons-nous que la définition d'éruption de « type plinien », utilisée pour indiquer un type particulier d'éruption, doit son nom à ces descriptions.

12 Les volcanologues distinguent cinq périodes d'activité : 1631-1737, 1737-1794, 1794-1822, 1822- 1906, 1906-1944. Elles sont caractérisées par différents types d'activité, s'ouvrant avec l'intensification de l'activité volcanique et se concluant avec une manifestation paroxystique.

13 Il s'agirait d'une éruption aussi violente que celle qui a détruit Pompéi, Ercolano et Stabia en 79 après J. Ch.

14 Les dernières coulées de lave ont eu lieu en 1906, en 1929 et en 1944.

15 En 1970 et entre 1982-1984, la proche ville de Pouzzoles a été intéressée par le bradysisme, un phénomène d'origine volcanique déterminant la montée ou la descente du sol, accompagne de violentes secousses sismiques. Le 23 novembre 1980 ces communes ont été frappées d'un tremblement de terre qui a détruit de nombreux centres habites des régions de la Campanie et de la Lucanie.

16 Après le bradysisme qui avait frappé Pouzzoles en 1972, le nombre de sismographes pour contrôler le Vésuve et sa région augmente. A la suite d'un deuxième grave épisode de bradysisme, en 1984, a été élabore un premier Plan d'urgence. Il prévoyait le déplacement des habitants dans des communes proches. En 1991, une « Commission technico-scientifique » a été chargée d'élaborer un nouveau plan d'évacuation, rendu public le 25 septembre 1995.

17 À ce propos, de nombreuses études ont démontré que si l'information est une condition nécessaire pour modifier le comportement, elle ne garantit pas un réel changement (Wallaman, 2001) car elle est susceptible de différentes interprétations de la part des destinataires (Douglas, 1996).

18 Balandier (1988) a bien souligné le rapport existant entre ordre et désordre. D'une manière particulière, l'anthropologue recommande de saisir la place de l'ordre à partir du désordre. En effet, la résolution de la tension incorporée dans le couple ordre-désordre caractérise toute société et, selon les époques, elle se décline à travers les mythes, les savoirs sociaux ou par la science, comme le cas analyse dans cet article.

19 Certaines descriptions du passé évoquent une vision dantesque. Par exemple en 1906, dans les petites ruelles de Naples, « des femmes très jeunes avec leurs cheveux défaits et recouverts de cendre demandaient la grâce à travers un parler vulgaire » (Di Gennaro, 1907).

20 La beauté naturelle et destructrice du volcan a inspiré une partie du « vedustismo » napolitain entre le XVIIe et le XVIIIe siècles (Collectif, 1990). A partir du XXe siècle, dans la culture populaire, se développe ce même regard esthétique.

21 Dans la tradition, les femmes ne se rendaient pas sur le cratère. Les premières à gravir les pentes du Vésuve ont été des touristes.

22 La connaissance des stratifications laviques était à la base des compétences professionnelles nécessaires pour travailler dans les carrières de lave. Elle était exclusivement masculine et elle renvoyait à une opposition de genre déterminant les rapports avec le volcan.

23 Par exemple, toute personne âgée se rappelle que la partie boisée du volcan appartenait à une « famille noble ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Adelina Miranda, « La polysémie temporelle du risque »Temporalités, 1 | 2004, 5-21.

Référence électronique

Adelina Miranda, « La polysémie temporelle du risque »Temporalités [En ligne], 1 | 2004, mis en ligne le 23 juin 2009, consulté le 24 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/542 ; DOI : https://doi.org/10.4000/temporalites.542

Haut de page

Auteur

Adelina Miranda

Université de Naples « Federico II », Dipartimento di Sociologia « Gino Germani »

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search