Navigation – Plan du site

L’injonction à agir vite : une fausse bonne idée

Pour un ralentissement et contre des choix irréversibles face à l’urgence de la transition écologique
The injunction to act fast: a misguided brilliant idea. Taking one’s time and avoiding irreversible decisions when faced with the urgency of ecological transition
¡Actuemos ya! La falsa buena idea del mandato de celeridad. Por una ralentización y contra la toma de decisiones irreversibles frente a la urgencia de la transición ecológica
Florence Rudolf

Résumés

Face à des enjeux planétaires qui se multiplient et à leurs pronostics de plus en plus inquiétants, les injonctions à agir vite s’imposent avec une certaine évidence. Si la proposition semble tenir du bon sens et ne pas nécessiter qu’on s’y arrête, il convient de prendre un peu de recul, au contraire. S’autoriser à prendre le temps : le temps de la déconstruction des évidences, à commencer par celle de la définition de l’urgence qui invite à de nouveaux engagements, suivi d’un temps nécessaire à l’élaboration d’une réponse appropriée, et ainsi de suite… Sans parler du temps du partage nécessaire, dès lors que la cause se doit d’être collective et non simplement individuelle et personnelle. Sans remettre en cause la légitimité des alertes écologiques, il convient de réfléchir à des modalités d’action permettant tout à la fois des engagements fermes en matière de transformation sociale et la prise en compte d’imprévus. L’article conclut par la présentation de quelques innovations dans le domaine des projets urbains qui tentent de combiner ces deux enjeux. La discussion s’oriente pour finir par une réflexion sur la nécessité de renouer avec un art menacé, celui de faire société.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Si cette distinction demeure indépassable (Giddens, 1987 ; 1994), on devra discuter de son actualit (...)

1Face à des enjeux planétaires qui se multiplient et à leurs pronostics de plus en plus inquiétants, le changement social, thème récurrent des sciences sociales, s’impose de manière impérieuse et lancinante. De préoccupation normative, objet de philosophie sociale et politique, la possibilité d’un changement de cap du développement s’invite au rang des questions tangibles, concrètes, matérielles, de ces questions portées par des faits qui n’attendent pas et font pression sur les sociétés et les collectifs humains (et non humains). Les enjeux globaux invitent à reconsidérer les établissements humains et les trajectoires qu’ils impulsent. Il nous convient de réfléchir aux marges de manœuvre pour faire exister des lieux et des temporalités comme autant de prises de désengagement et de réengagement en régime de globalisation. Nous mettons ici en perspective des idéaux-types de l’agir et de leurs modes de légitimation, associés à des manières distinctes de faire société, à l’instar de la distinction entre mondes vécus et système1 (Habermas, Luhmann, 1971 ; Habermas, 1978 ; 1987) par exemple. Dans quelle mesure ces deux modalités, parmi d’autres, sont compatibles, complémentaires ou réfractaires ? Comment se marient-elles, plus ou moins aisément, avec des injonctions à agir vite et par conséquent avec des formes d’effacement du temps sans destruction de la vie sociale et, plus particulièrement, des conditions d’exercice de la démocratie (Jonas, 1990 ; 2000) ? Les injonctions à agir vite nous convient à penser les enjeux suivants : comment accueillir de tels impératifs ? Pour quels régimes d’action et de gouvernance (soit de légitimité de l’action) opter ? Dans quels agendas les inscrire ?

  • 2 Ce ne sont pas les situations de crise, postcatastrophe, mais bel et bien des situations annonciatr (...)

2Par ses interrogations, notre propos s’inscrit davantage dans la filiation d’une sociologie du risque que de la catastrophe, en raison de ce qu’il interroge les formes de mise en culture de l’alerte2. En situation d’urgence et non de catastrophe, notre propos s’en tient aux risques globaux et aux effondrements annoncés du régime climatique et de la biodiversité, il conviendrait de répondre sans tarder et de se mettre en marche. Un tel agenda s’imposerait avec évidence. Si la proposition semble tenir du bon sens et ne pas nécessiter qu’on s’y arrête, il convient de prendre un peu de recul, au contraire. S’autoriser à prendre le temps : le temps de la déconstruction des évidences, à commencer par celle de la définition de l’urgence qui invite à de nouveaux engagements, suivi d’un temps nécessaire à l’élaboration d’une réponse appropriée, et ainsi de suite… Sans parler du temps du partage nécessaire, dès lors que la cause se doit d’être collective et non simplement individuelle et personnelle. C’est ce que cet article se propose de faire, non pas pour prendre systématiquement le contre-pied de nos zones de confort, mais afin de construire des épreuves aux termes desquelles de nouvelles prises pour des transformations éco-sociologiques ou socio-écologiques pourront s’épanouir.

3Nous procéderons à une montée en généralité qui se déploie autour de la déconstruction de l’évidence selon laquelle l’urgence appellerait l’urgence, pour en repérer les non dits et les points de fuite, au profit d’une réhabilitation de la durée et de ses enjeux. Cette posture ne s’entend pas exclusivement comme un acte normatif, mais comme une objectivation de ce que le régime de l’urgence occulte. Elle vise le rétablissement d’une certaine symétrie entre l’éclipse du temps et l’effacement de l’espace (Rosa, 2010). L’évacuation du temps est également une suppression de tous les espaces associés à différentes temporalités. Nous n’entendons pas faire ici l’éloge d’un rapport au monde sur un autre, mais considérer ce que les deux portent comme possibles. Nous adossons cette réflexion au retour d’un projet d’infrastructure routière à Strasbourg, qui au terme de cinq décennies, s’est invité de manière tonitruante dans l’actualité récente de cette métropole et de son hinterland, par le démarrage précipité et illégal des travaux préliminaires à son implantation. Le cas du Grand Contournement Ouest de Strasbourg, requalifié de Contournement Ouest de Strasbourg (COS), témoigne des difficultés à intégrer les alertes écologiques dans les politiques publiques selon de justes tempos et places.

Construction du problème

4Les injonctions à agir et vite se font d’autant plus pressantes que les réponses institutionnelles, collectives et individuelles, mises à l’épreuve sur des décennies, semble impuissantes à inverser la tendance à la dégradation, voire à l’effondrement, des conditions de vie à l’échelle de la planète. Certes, la cause est entendue et les injonctions à agir sont légitimes, encore trouvera-t-on bien des esprits « chagrins » pour contester cette évidence et a fortiori pour discuter les engagements et les priorités qui en découlent. Face à ces injonctions de plus en plus pressantes à agir, de nombreuses interrogations se posent, à commencer par celle de la définition de la situation et de la légitimité et de l’efficacité du régime d’action qui s’impose. On s’interrogera donc en deux temps : d’une part, sur les acteurs qui instituent l’urgence et les régimes d’action de cette urgence, et, d’autre part, sur l’efficacité de ces régimes d’action.

  • 3 La notion de « démonstrateur » est empruntée à celle de DIVD (Démonstrateurs Industriels pour la Vi (...)

5Le travail de définition d’une situation et, en particulier, de l’inscription d’un agenda dans le régime de l’urgence est indissociable d’une publicisation et d’une mobilisation d’acteurs, c’est-à-dire de rapports de force qui se mesurent à l’occasion d’un enjeu. Par-delà ce premier aspect, se jouent les modalités de l’agir. Qu’implique l’inscription d’une cause dans un régime d’urgence ? À quels types de raisonnements et de séquences invite une telle modalité ? De quelles démarches se démarque-t-elle implicitement, voire disqualifie-t-elle d’une certaine façon ? Nous avançons l’hypothèse qu’une telle redéfinition correspond à une distanciation à l’égard de la politique des « petits pas » qui s’est imposée progressivement dans les dernières décennies du XXe siècle en accompagnement des politiques environnementales. Un des soubassements et non des moindres de l’éloge des « petites pierres », pour reprendre l’expression allemande de Meilensteine, va chercher dans une conception du changement social ou sociétal qui ne procède ni du sommet ni par décret, mais essaime à partir d’une infinité de pratiques qui trouvent leur place dans la vie quotidienne. Cette conviction à propos du changement social est relayée aujourd’hui par la notion de démonstrateurs3, conçus comme relais d’innovations sociotechniques. La transition écologique étant avant tout une affaire d’acculturation à de nouveaux paradigmes et raisonnements et leurs relais se traduisant en termes de modes de vie. Après plusieurs décennies de confiance envers ce type d’ « agir », également qualifié d’incitatif ou de nudges (Thaler, Sunstein, 2012), l’appel à l’urgence résonnerait-il comme une défiance à l’égard de ce régime d’engagement qui s’efforce de marier écologie et démocratie ? Dans la filiation de cette proposition, on peut se demander dans quelle mesure les appels à l’urgence ne se font pas les relais d’une certaine nostalgie pour des formes plus disciplinaires et autoritaires des constitutions sociales telles celles qui ont prévalu dans la queue de comète des Trente Glorieuses. Cette hypothèse doit faire l’objet d’une analyse et d’une discussion approfondies.

  • 4 La finitude de la planète et la démesure sans entrave de notre mode de développement ne sont tout s (...)

6En écho à cette tension programmatique entre deux formes de gouvernance, nous commencerons par rappeler que bien que la cause du caractère insoutenable de notre mode de développement soit entendue (Stengers, 1999 ; Zaccaï, 2002 ; Latouche, 2003 ; Rudolf, Kosman, 2004 ; Rist, 2007)4, le déni climatique demeure d’actualité (Oreskes, Conway, 2014). Que ce soit à l’échelle internationale, position des États-Unis, rejoints depuis peu par le Brésil, ou à d’autres échelles, attestées par les propos de citoyens et citoyennes dans des forums communicationnels et des situations d’entretiens, ce constat actualise un des enseignements de l’École de Chicago selon lequel toute situation humaine est le fruit d’une construction symbolique et politique. Cette proposition postule la dimension culturelle et politique de l’humanité selon laquelle les humains entrent en relation par la définition des situations qu’ils partagent ou pour laquelle ils entrent en compétition. Aussi manifeste que soit une urgence, par le caractère incontestable d’une destruction par exemple, elle se doit d’être partagée. L’entente au sens d’un accord sur un « problème », sa formulation, etc. constitue un moment indissociable de la définition de l’espèce humaine comme « animal politique ». Elle est un passage obligé à la fois de notre humanité et de notre constitution démocratique.

  • 5 Cette expression souligne l’importance d’un travail communicationnel pour faire d’une question scie (...)

7L’entrée en politique5 ou publicisation d’une cause est à la mesure de cette épreuve, celle de la définition des situations qui sont autant d’actes performatifs par lesquels des collectifs parviennent à maturité, justifient des engagements, se dotent de moyens d’action, etc. Il n’apparaîtra pas étonnant, en conséquence, que l’entente sociale quant à une situation prenne du temps. L’inscription d’une cause sociale à l’agenda public procède d’un travail de longue haleine ainsi qu’en témoignent les quatre enquêtes relayées par Chateauraynaud et Torny (2013). L’urgence se décrète rarement, sauf peut-être dans des situations de catastrophe et d’effondrement. Et là encore, il n’est pas exclu que différents types de temporalités n’entrent en compétition autour des priorités à respecter (Godard, Claude, Lagadec, Michel-Kerjan, 2002). Cette observation invite à distinguer le temps des catastrophes de celui de l’alerte qui motive les injonctions à agir sinon vite, sans tarder.

De quels agendas se munir pour faire face à la menace écologique ?

8Mettre « cap toute » en direction du développement durable, dès les années 1990, et en faveur de la transition écologique et énergétique à compter des années 2000. Ces engagements font désormais partie de notre quotidien sans que ces impératifs se traduisent dans des programmes contraignants. La mise à l’agenda des politiques environnementales est ponctuée de déclarations (CMED 1988 ; Nations Unies, 1992 ; OCDE/OECD, 2008 ; IPCC/GIEC, 2013 ; 2014) qui relayent l’urgence à agir sans nécessairement déboucher sur des programmes d’action coercitifs.

  • 6 Dans le cas de la France, ce n’est que très récemment que les plans climat sont devenus obligatoire (...)
  • 7 Petits par leur niveau d’action individuelle et non par leur engagement qui peut parfois être extrê (...)

9Par le caractère incitatif et non contraignant des déclarations prises lors de conférences internationales et se déclinant en stratégies nationales, régionales et locales notamment, tout se passe comme si la responsabilité d’un changement de cap de notre civilisation demeurait de la responsabilité des citoyens6. Cette dernière étant adossée à leur statut d’électeurs et de consommateurs. Le premier pouvoir, celui du bulletin de vote, étant relayé par le pouvoir de peser sur les marchés par l’adoption de « petits »7 gestes au quotidien (Grandchamp, Rudolf, 2008). Ce raisonnement a justifié l’expression de « consomm’acteurs ». Cette désignation est indissociable de la reconnaissance de la société de consommation dont découlent de nouvelles modalités d’action et d’affirmation de la société civile. On peut aller jusqu’à parler de l’invention de nouvelles formes de citoyenneté et d’action par l’entremise de choix individuels ou collectifs s’éprouvant à travers la consommation. De l’engagement individuel à l’essor d’alternatives en passant par des formes de boycott, les dernières décennies du XXe siècle ont légué toute une grammaire de l’écologie et de la résistance au quotidien (Dobré, 2002).

10Par-delà les atouts de ce type d’engagement, dont le point central est de pouvoir se constituer en acteur sans collectif, les principales limites de cette forme résident dans cette force. La cause des consomm’acteurs est forte en ce qu’elle peut trouver des débouchés constamment, à partir de la demande individuelle de biens et de services, mais elle est faible comme motif d’engagement. À l’échelle de l’engagement individuel, la principale critique opposée à cette modalité de la transformation sociale tient à son caractère atomisé, qualifié d’individualisation de la cause environnementale. Bien que les consomm’acteurs puissent s’organiser, leur collectif s’oriente plutôt d’après la figure du marché que de celle d’une association. Par ses caractéristiques, la participation à un marché procède davantage et très souvent du mode de l’atomisation (Polanyi, 1983) que d’une coordination dialogique et réflexive. Il en résulte une faiblesse structurelle, ne serait-ce qu’en raison d’une difficulté à s’équiper d’une instance réflexive, susceptible de relayer une conscience collective. La principale carence de ce type de mobilisation tient de la difficulté à faire mouvement, de passer d’une « classe en soi » à une « classe pour soi » et d’agir en conséquence, c’est-à-dire comme un collectif susceptible de formuler des orientations, de se doter de ressources, de construire des alliances et de s’inscrire dans des projets.

11Quant à la seconde faiblesse, elle porte sur l’absence d’engagement ferme des autorités publiques et des acteurs privés. En dépit des innovations incontestables de la gouvernance multipolaire, dont l’écologie a été un des grands terrains d’expérimentation, force est de constater l’inertie des autres échelles de légitimité et d’action au côté des citoyens et des consomm’acteurs. Il en résulte que la prise en charge de l’urgence écologique porte quasi exclusivement sur la disposition des individus à changer. À cet égard, l’individualisation du changement et de la transition écologique procède d’une posture attentiste, voire irresponsable, des différentes autorités et responsables politiques. Cet attentisme alimente un sentiment d’insatisfaction tant du côté des citoyens convaincus par la centralité des enjeux écologiques que de ses détracteurs. Les premiers s’agaçant de l’enlisement dans la crise écologique et les seconds du caractère pléthorique des régulations, sans effet, prises au nom de l’écologie. Dans tous les cas, l’insatisfaction prédomine et donne prise aux appels à un régime d’urgence. Les premiers plaident pour un renversement immédiat des logiciels hérités des Trente Glorieuses et de la modernisation sans complexe, quand les seconds en appellent à moins de régulations et d’État pour laisser libre cours à l’innovation technologique et économique en réponse aux grands défis de ce nouveau millénaire. Si l’on a donc bien à faire à un consensus quant au caractère de l’urgence, ce dernier masque un différend et non des moindres sur les motivations qui l’animent. Comment en est-on arrivé à un tel blocage alors même que voilà près de quatre, cinq décennies que le développement durable, suivi de la transition énergétique et écologique font figure d’« idées régulatrices » des politiques publiques ?

Le retour boomerang du GCO

12L’exemple du Grand Contournement Ouest (GCO) de Strasbourg offre un cas d’étude exemplaire d’une trajectoire malheureuse qui s’enferre dans une spirale violente faute d’avoir su accompagner des tendances lourdes annoncées de longue date, à savoir celle de la contribution de la mobilité automobile et du transport routier à la congestion routière, à la dégradation de la qualité de l’air et à l’artificialisation des sols. Ces effets dominos, qui pourraient être déclinés en une liste nettement plus longue, portent atteinte à l’état de la biodiversité et au climat.

13Le retour du GCO dans l’actualité strasbourgeoise de l’automne 2018 est emblématique d’un emballement dans une dynamique malheureuse en raison d’un flottement des pouvoirs publics. En dépit des alertes récurrentes et consistantes en matière de transports routiers et ce depuis plusieurs décennies, l’incapacité des autorités publiques à inscrire durablement, de manière échelonnée mais drastique, une réduction des transports routiers dans les politiques d’aménagement, notamment, est fautive.

  • 8 Pour ce qui a trait au contexte, aux enjeux ainsi qu’aux différents positionnements à propos de ce (...)

14Le GCO est un projet d’infrastructure routière inscrite au SDAU (Schéma Directeur d’Aménagement et d’Urbanisme) en 1973 et qui a été réactivé en 1999 par validation du PDU (Plan de Déplacement Urbain) qui inscrit le GCO sur plan. À compter de ce moment-là, il a connu une carrière en dents de scie, soit avec des avancées et des reculs, mais sans jamais être définitivement enterré. D’une emprise initialement plus conséquente, le projet a été redimensionné et qualifié en conséquence de Contournement Ouest de Strasbourg (COS). En se délestant de l’adjectif pompeux de « grand », l’infrastructure en son état actuel (2018), est toujours longue de 24 km. Elle se limite à deux fois deux voies et à deux échangeurs au lieu de quatre. Ce point est important car il répond à l’inquiétude de l’ouverture de nouveaux fronts urbains. Demeurent les deux raccordements autoroutiers, dont l’enjeu ici est également crucial, en raison de ce que le GCO est présenté comme une alternative à l’engorgement de la métropole sur son principal axe Nord-Sud actuel. Ainsi, il doit permettre de desservir la métropole mais aussi le transit du Nord au Sud et vice versa. Le projet conserve ses deux viaducs (dont un concerne la forêt de Kolbsheim) ; il concerne 22 communes et s’élève à un coût total de 553 M€8.

15Le GCO s’inscrit dans le contexte de l’attractivité de l’Eurométropole (EMS) à l’échelle du Bas-Rhin. Par la concentration des emplois, des entreprises et des services, cette dernière draine par la même occasion des flux routiers croissants, mais concentrés aux heures de pointe, soit le matin et le soir. Cette conjoncture est indissociable de l’urbanisation de la Communauté Urbaine de Strasbourg, récemment requalifiée d’Eurométropole, qui s’est essentiellement effectuée sur l’Ouest du territoire, en raison notamment de la limite géopolitique du Rhin et de la frontière avec l’Allemagne. Ce n’est que très récemment que l’Eurométropole se risque à s’étaler sur son versant Est. Cette stratégie a été relayée par des slogans, pas toujours très élégants, comme « À l’assaut de l’Est » pour l’inauguration de l’extension du Tram. Cet aspect est d’autant plus important que si l’Est fait partie du logiciel de l’Eurométropole en matière de marketing urbain, il fait cruellement défaut à l’échelle du raisonnement qui accompagne le GCO/COS.

16De manière générale, l’urbanisation ou la métropolisation de Strasbourg s’accompagne de nombreux conflits d’usages autour des terres disponibles en raison de la pression foncière qui s’exerce. Cette dernière accompagne le développement périurbain et les effets de capture inhérents à ce dernier. Si tous les périurbains ne sont pas économiquement faibles comme s’emploie à le faire penser la communication institutionnelle qui joue l’opposition entre les urbains, sous-entendus les « Bobos » qui peuvent se payer le luxe de marcher ou rouler à vélo, et l’immense majorité de travailleurs, exilés dans le périurbain parce qu’exclus du centre en raison des prix du foncier, il demeure que cette population est dépendante des trajets pendulaires entre la première et deuxième couronne et la ville centre.

17Dernier point important, l’absence d’accompagnement de ces dynamiques d’urbanisation par des infrastructures ad hoc participe à la construction du problème. Parallèlement à la longue histoire du GCO qui se déroule dans les coulisses politiques et bureaucratiques, la Communauté Urbaine de Strasbourg s’est équipée, tronçons après tronçons, d’une infrastructure autoroutière gratuite qui assure à la fois le transit et la desserte urbaine. Initialement, l’A35 a été inscrite sur la zone non aedificandi sans aucun ménagement, soit en inscrivant des ruptures urbaines, dont les faubourgs de la première couronne pâtissent cruellement. Cette structuration du territoire a également contribué à l’insularité d’îlots de biodiversité, actuellement prisés par les urbanistes et les aménageurs, secteur immobilier compris. En l’état de l’étalement urbain et du processus de métropolisation, l’A35 qui devait contourner la ville centre, cisaille dans les faits la métropole. À ce problème de « couture urbaine » est venue s’ajouter la question du dépassement chronique des seuils de pollution atmosphérique. Par-delà cette échelle métropolitaine, il convient de tenir compte également de la situation géopolitique de l’EMS, au carrefour des flux européens Nord-Sud et Est-Ouest.

  • 9 Pour rappel, l’Alsace figure de longue date parmi les régions qui votent à droite. Seule Strasbourg (...)

18Ce contexte permet de définir les enjeux auxquels le GCO/COS se propose de répondre. Il s’agit en bref du désengorgement de la métropole, argument adossé depuis peu à un enjeu de santé publique et à la requalification de l’A35 en boulevard urbain. Ces deux arguments ont fortement contribué à la remise en selle du GCO/COS, à son attractivité et sa réception sociale. Par-delà cette lecture inspirée des discours tenus par les protagonistes du GCO/COS, la qualité de l’air s’est imposée comme un motif qui a bousculé et précipité le calendrier du GCO/COS. Consécutivement aux mises en garde répétées des métropoles européennes par la Commission européenne, cette dernière poursuivait la France en justice en avril 2018. Cette mise en demeure de l’État français a eu raison des derniers verrous qui pouvaient peser sur le GCO/COS. Le candidat Emmanuel Macron s’étant engagé, lors de la campagne présidentielle française de 2017, à assurer la qualité de l’air de ses concitoyens et concitoyennes, cet enjeu s’est invité comme principal actant dans un réseau d’acteurs par définition dynamique et par conséquent instable. Cet argument (la qualité de l’air) a donc eu raison de l’alliance municipale et métropolitaine, déjà éprouvée par les jeux de requalification des principales forces politiques consécutivement à la campagne présidentielle9. C’est ainsi que le verrou, assuré par l’alternance municipale de 2008 a cédé d’autant plus facilement que la requalification de l’A35 en boulevard urbain - que la réalisation du COS permettrait selon les projections avancées -, pourrait jouer en faveur d’une amélioration de la qualité de l’air. Cette alliance entre aménagement de l’A35 et enjeux sanitaires a permis de dégager un compromis entre des acteurs qui ne sont pas unis sur le dossier dans son ensemble, dont le point des mobilités. Entre les tenants du « tout automobile » et les partisans d’alternatives à ce mode de transport, l’entente est loin d’être acquise, mais en l’état, elle a suffi à appuyer le GCO/COS. Par ailleurs, le scénario du GCO/COS permettant de libérer de nouvelles friches urbaines, en cœur de métropole, il relaye des également des intérêts fonciers. Il présente enfin l’avantage de répondre à des stratégies d’aménagement européennes qui dépassent le cadre de l’EMS. Cette convergence d’arguments a servi l’alliance de la carpe et du lapin, joués par des personnalités à haut capital symbolique comme Catherine Trautmann, présidente du Port Autonome de Strasbourg (PAS), et dans une moindre mesure Robert Hermann, l’actuel président de l’EMS, qui se sont engagées avec force pour le GCO/COS au côté forces politiques conservatrices et de droite (UMP, LR) et de la CCIAE. Ces repositionnements ont laissé bien démunis les Anti-GCO, se retrouvant brutalement réduits aux Zadistes, aux Écologistes décroissants, aux Nimbistes (partisans d’une posture NIMBY : Not In My Backyard) et aux « Bobos »… Tous ces « publics », construits par un jeu de désignations servant de disqualification, n’ont par définition pas grand-chose en commun, puisqu’il s’agit d’entités socialement fictives, c’est-à-dire sans consistance ni réalité socio-économique et politique. Quand bien même le collectif GCO NON MERCI s’est doté d’une feuille de route, construite de longue date et accessible sur son site, pour trouver des alternatives au GCO/COS cette dernière s’est trouvée cruellement orpheline.

19C’est dans ce contexte d’abandon par les principales forces politiques qui pouvaient freiner le processus que le passage en force du GCO/COS a débuté au lendemain de la marche pour le climat du 8 septembre 2018 qui a rassemblé entre 3 000 et 5 000 personnes à Strasbourg, selon les sources. L’imminence de l’évacuation des Zadistes de la forêt de Kolbsheim était sur toutes les bouches. Dès le 10 septembre au petit matin et sur ordre du préfet Marx, un contingent de forces de l’ordre a été dépêché sur le site de Kolbsheim sans attendre les avis du Tribunal administratif suite aux différents référés qui avaient été déposés par l’association Alsace Nature. Les forces de l’ordre ont vite fait de venir à bout de la petite centaine de manifestants constituée de Zadistes, de résidents de la commune de Kolbsheim et de soutiens de l’EMS pour déclencher l’abattage de la forêt selon l’agenda prévu. En quelques heures, à la belle forêt humide de Kolbsheim cédait un champ ravagé… Cet épisode a d’autant plus suscité l’émotion que quelques jours plus tard, le Tribunal administratif déclarait l’illégalité des travaux associés au Viaduc à Kolbsheim. Cette première victoire a été en revanche ternie par le revirement de ce même Tribunal administratif au motif des atteintes à l’ordre public une semaine plus tard, soit le 25 septembre 2018. Cette séquence a contribué à l’emballement du conflit dans le registre des émotions.

  • 10 Cette dernière a duré une trentaine de jours.
  • 11 Comme Dominique Bourg le faisait remarquer à la conférence du 15 novembre 2018 organisée en partena (...)

20En optant pour la précipitation, c’est-à-dire sans attendre les avis du Tribunal, les pouvoirs publics ont procédé à la fabrique d’irréversibilités, à laquelle les opposants au GCO/COS ont répondu en mobilisant le motif du déni de la démocratie au nom duquel, certains d’entre eux ont entamé une grève de la faim, le 20 septembre 201810. En l’état rien, ni la grève de la faim ni la publication du quinzième rapport du GIEC11, ne semble pouvoir empêcher la réalisation du GCO/COS à ce stade. Les travaux sont lancés et la mobilisation est faible, mais la tension demeure et l’affaire ne semble pas près de quitter l’actualité… Il se pourrait même qu’elle impacte durablement les rapports politiques à l’échelle de l’Eurométropole de Strasbourg (EMS).

  • 12 Certes tant que les sols ne sont pas artificialisés, la forêt peut repousser… Il n’en demeure pas m (...)

21Dans ce conflit où l’urgence s’est invitée de manière brutale par la destruction12 de territoires naturels – dont certains de moindre qualité il est vrai, mais qui demeurent des terres arables et convertibles –, l’enjeu porte sur l’aptitude ou non à faire société et territoire. C’est-à-dire sur l’aptitude des responsables politiques à éviter l’engrenage de la violence plutôt que de le solliciter. Du côté de l’EMS, le risque juridique a justifié la fabrique d’irréversibilités par le passage en force et la pratique de la terre brûlée. Du côté des opposants, il y avait urgence à protéger la forêt, dans l’attente des avis du Tribunal administratif, et de manière générale à temporiser. Dans ces luttes où il en va de destruction irréversible, l’urgence s’impose de manière impérieuse et dicte son tempo. Quelle que soit l’issue du GCO/COS, les autorités politiques portent la responsabilité d’un enchaînement en cascade qui n’augure rien de bon du point de vue de leur capacité à œuvrer à l’intérêt général ou plus précisément à la protection de communs.

22L’actualité récente du GCO/COS nous conduit à identifier les ressources dont disposent les sociétés pour résister à de tels engrenages. Comment rester dans des registres de pacification des conflits et éviter la tentation de la logique de choc (Naomi Klein, 2008) ? Pour cela, il nous faut revenir en amont de cet emballement, soit du côté de cette nouvelle forme de gouvernance qui s’impose avec la modernité avancée et qui peine à faire ses preuves.

Résister au régime de l’urgence

  • 13 Temps qui, selon André Micoud, était animé par la logique de la table rase et à laquelle il convien (...)

23En régime de modernité avancée, soit à propos d’une époque qui a fait son temps13, les théories de l’action sont contrariées par de nombreuses observations, dont le caractère instable des alliances face à des injonctions à agir et à infléchir le cours des choses (Rudolf, 2007a). Cette proposition a valeur d’hypothèse pour les collectifs qui tentent de se constituer en acteurs. Ces derniers se trouvent confrontés à l’exigence de faire advenir un futur en situation de fragilité quant à l’agentivité des collectifs, exigence doublement éprouvée par les risques globaux, voire par la perspective d’un effondrement possible. Comment faire advenir un futur dans un monde orphelin d’imaginaire politique et qui ne croit plus beaucoup de surcroît en l’avenir ? Cet aspect contribue à l’atomisation de la société qui renforce sa vulnérabilité.

  • 14 Les contributions du Centre de Sociologie de l’Innovation à l’École des Mines, dont Callon et Latou (...)

24Pour autant qu’elles puissent paraître modestes, les initiatives en réponse aux enjeux environnementaux, dans le contexte des Trente Glorieuses, soit dès les années 1960, demeurent pertinentes, voire percutantes, en ce troisième millénaire qui ne parvient pas à s’inscrire résolument dans un autre espace temps que celui qui a prévalu avec la révolution thermodynamique (Gras, 2007). Ces innovations qui ont pris forme dans des « laboratoires du quotidien », à l’échelle de l’habitat, de l’îlot, du quartier, de la ville, mais aussi du travail, sont davantage connues pour leurs déclinaisons en termes de modes de vie, d’alimentation, du care et de la consommation (Rudolf, 2001 ; 2007b ; Grisoni, Nemoz, 2017 ; Dobré ; 2002 ; Raineau, 2010 ; Tozzy, 2016) que pour leurs contributions à de nouvelles formes d’organisation. Parallèlement à ces expérimentations dans le domaine domestique, ont également eu lieu des initiatives dans le monde du travail et de la production (Müller, 1991). Ces engagements n’ont pas été investis avec la même intensité par la nébuleuse écologiste, alors il y aurait très certainement matière à le faire en raison des formes d’intelligence sociale qu’elles ont explorées et de leur relation à la question sociale telle qu’elle s’est exprimée au XIXe siècle, notamment (Jarrige, 2016). Lorsque ces innovations sociales font l’objet de recensions et d’analyses sociologiques, elles sont généralement associées à l’éloge de l’expérimentation en lien avec une sociologie des sciences et des techniques qui ne mobilise pas les mêmes référentiels qu’une histoire des luttes sociales. Que l’on pense aux travaux de Börchen, Groß et Krohn (2017) ou de van den Daele (1989, 1998) consacrés à la « démocratie technique », avant que cette expression ne rencontre le succès qu’on lui connaît en France14, ils ont davantage exploré la piste de l’innovation technique et des collectifs de travail que des répercussions sociales de telles innovations, en termes de division du travail notamment et des formes de domination. Ce n’est pas totalement leur rendre justice en disant cela car qu’il s’agisse de la thèse de la « sortie des laboratoires » (Callon et al., 2001) ou de l’action diluée et différée, peu connue en France, les collectifs de travail mettent en mouvement la société, mais selon d’autres relais / mediums que ceux qui sont habituellement valorisés dans la sociologie des mouvements sociaux.

  • 15 L’École des Mines ou Sciences Po Paris ne sont pas des passages obligés pour les chercheurs non fra (...)

25L’action distribuée tente d’accompagner les affres du métier de savant et de politique, dont Max Weber avait fait l’objet de deux conférences au cœur de la première guerre mondiale et qui sont restées célèbres. L’intérêt de son propos demeure en ce que les deux vocations sont toujours indissociables et sujettes à discussions (Saïd, 1996). Pour rappel, ces conférences font de l’ajustement entre l’éthique de conviction et l’éthique de responsabilité le cœur du métier du politique. Ce dernier doit se risquer à prendre des décisions quand bien même aucune garantie ne s’offre à lui quant à la juste pondération entre l’éthique de conviction et l’éthique de responsabilité. Ce tiraillement propre au métier de politique est redoublé en constitution de modernité avancée, soit en contexte de dilution des hiérarchies et des centralités. Comment remplir la fonction de représentant, de responsable de territoires par l’engagement dans l’espace et le temps de ces entités alors même que les différentes autorités politiques sont affaiblies et pourtant régulièrement prises à partie ? C’est une question difficile à laquelle la théorie de l’action distribuée, développée en Allemagne autour de Johannes Weyer et de Werner Rammert, respectivement en poste à l’université technique de Dortmund et de Berlin (TU Berlin), tente d’apporter des illustrations. Les travaux regroupés derrière le qualificatif « d’action distribuée » relèvent d’un rassemblement hétérogène par leurs domaines d’investigation et leurs attachements théoriques (Passoth J. H., Peuker B., Schillmeier M., 2012). S’ils se réfèrent le plus souvent à la théorie de « l’acteur-réseau », ils le font avec la liberté d’association que permet le décentrement par rapport à un courant qui s’est développé en France15. Le recrutement des non humains dans le raisonnement sociologique introduit des questionnements dont on n’a pas fini d’explorer les enjeux (Rudolf, 2012 ; Baticle et al., 2019 ; Rudolf, 2019). Car s’il n’est ni évident ni trivial de sonder les intentionnalités des humains et de mesurer le poids des institutions dans lesquels ils sont pris ou non, l’élargissement de l’analyse aux innombrables associations que les humains établissent avec des non humains fait exploser les cadres de l’intelligibilité sociologique. Sans pouvoir développer ce propos de manière tout à fait satisfaisante, on peut évoquer les efforts de Barbara Adam pour faire entrer systématiquement le temps dans ses analyses, non pas « simplement » comme une référence, mais comme une grammaire qui l’amène à démultiplier les manières d’en parler de sorte à faire exister des paysages temporels (Adam, 1998, Adam et al., 2000). Sur un autre registre, l’essai consacré à l’anthropologie des modernes (Latour, 2012) s’emploie à inventorier un certain nombre de mécanismes ou d’opérations élémentaires à partir desquels peuvent s’édifier des situations et des institutions. Qu’il s’agisse d’opérations comme [double clic] ou comme [ref] pour référence ou encore comme [fic] pour fiction, ces modalités d’engagement participent d’assemblages qui permettent des édifications qui nous habilitent et dont nous sommes captifs tout à la fois. Si ces monuments théoriques sont évoqués ici rapidement, voire de manière très réductrice, c’est pour souligner l’importance du temps dans la composition sociale, a fortiori lorsqu’il en va de transformations sociales. Ces dernières nécessitent le plus souvent d’un jeu subtil entre désengagement et réengagement qui ne se fait pas selon « double-clic ». Cette opération étant au service de la reproduction sociale par excellence. Selon cette sensibilité, la durabilité et l’habitabilité des sociétés se mesureraient in fine par l’aptitude des humains à engager des transformations consistantes à partir de vocabulaires sociaux existants.

26Les expérimentations portées par des praticien·ne·s à l’épreuve de leurs projets, qu’il s’agisse de collectifs d’habitat, de vie, d’animation de quartier ou de travail, présentent par conséquent l’intérêt d’offrir des prises pour ces réflexions théoriques et paradigmatiques. De quels possibles des humains déterminés et vigilants sont-ils capables en action réciproque avec d’autres humains et par la mobilisation d’actants bien choisis ? Ces retours d’expérience documentent les méthodologies, les techniques et la mise au point de dispositifs et d’instruments qui ont apporté leur preuve en situation d’incertitude. Ces collectifs de praticien·ne·s nous intéressent par leur engagement dans des formes de l’agir in situ, en réponse à la critique de l’expérimentation confinée propre à la première modernité.

Retours d’expérience des collectifs de projets : des stratégies pour contenir la tentation de la précipitation

27Nous nous intéressons ici plus particulièrement aux retours d’expérience issus du monde du projet que de ceux issus de collectifs d’habitat et de vie. Ces derniers, dont les écoquartiers demeurent l’emblème, ont fait l’objet de nombreuses réceptions, aussi est-il préférable de se concentrer sur des retours d’expérience moins connus. Nous pensons en particulier à des manières de s’inscrire dans des projets et dans ce que Boltanski et Chiapello (1999) ont qualifié de « cité par projet », postérieurement à l’essai L’économie des grandeurs de Boltanski et Thévenot. En raison de son affiliation avec le nouvel esprit du capitalisme, la septième cité ou cité par projet et les pratiques qui lui sont associées n’enregistrent pas nécessairement un capital de sympathie aussi élevé que les engagements dans la vie quotidienne. Bien que ces dernières aient connu, elles aussi, leur lot de critiques en raison des formes de récupération dont elles ont fait l’objet, par l’émergence de nouveaux marchés notamment (Renauld, 2014). En dépit de cette réception sociale ambivalente, il faudra bien pourtant prendre le temps de les étudier, de les considérer pour ce qu’elles sont parvenues à produire pour contrer le processus d’accélération qui caractérise notre époque.

28Nous avons donc affaire à des expérimentations, qui en dépit de leurs limites et imperfections, dont celles de faire l’objet de détournements, procèdent d’un engagement au service de nouveaux dispositifs et méthodologies, expérimentés au creux de chantiers issus de domaines aussi distincts que l’entreprise, les bureaux d’études et les agences d’urbanisme. Pour rendre compte de ce travail cumulatif, nous mobilisons les contributions de l’ouvrage collectif Spatial planning and resilience following disasters. International and comparative perspectives (Greiving, Ubaura, Tesliar, 2018). Ce livre offre un panorama assez complet sur différentes grammaires de projet qui s’expérimentent depuis plusieurs décennies dans ces niches de la production de la société autour de la conception de projets urbains et territoriaux notamment. L’intérêt de cette publication réside dans son recensement des retours d’expériences sur des cultures du risque en action à l’international, d’une part, et en ce qu’il fait écho à des retours d’expériences métropolitaines en matière de changement climatique (Rudolf, 2016), d’autre part. Il s’agit donc de retours de terrains qui, des États-Unis à l’Indonésie en passant par l’Europe de l’Ouest et de l’Est, permettent de conclure à l’émergence d’un art partagé pour faire face à l’urgence sans céder à un agenda de l’urgence. Parce qu’ils nous parlent de tactiques pour préserver des espaces de possibles en situation d’incertitude et offrent des parades contre la tentation de la précipitation, ils méritent qu’on leur réserve du temps et de l’attention.

29Une des conclusions maîtresses de ces explorations tourne autour des pratiques qui consistent à s’arranger avec l’incertitude et que l’on pourrait qualifier de manière réductrice ou peu généreuse de pratiques de détournements de l’action, si on omettait de comprendre combien ces dernières relèvent au contraire d’un art de faire. Parmi les astuces de cet art « mineur », il convient de mentionner la préférence pour la préservation de possibilités (Greiving & al., 2018, p. 322) au raisonnement par les probabilités. Ce changement de paradigme conduit à réfléchir concrètement à des manières d’intégrer des risques qu’on ne sait pas définir exactement ni a fortiori faire entrer dans des calculs de probabilités. Ce raisonnement, tenu par des aménageurs, conduit à s’intéresser concrètement à des stratégies de transposition des risques dans des projets qui mettent en évidence le rapport de l’espace au temps et vice versa. Cinq grandes stratégies se dégagent de ces retours d’expériences. Il s’agit de pratiques qui visent conjointement le contrôle, la réduction ou plus exactement le transfert des risques.

30Dans son article qui sert de conclusion à cette recherche comparative, Stefan Greiving inventorie les pratiques dites « sans regret », les stratégies « réversibles », « par marges de sécurité », les Soft strategies ou stratégies douces et les stratégies qui réduisent les délais de prises de décision (Greiving, 2018, p. 327-337). Ces stratégies s’organisent selon cinq entrées :

  • Les premières, dites de « pratiques sans regret », reposent sur l’art de faire coexister différents enjeux, différentes cités et différents motifs conjointement. Elles sont plurifonctionnelles de manière à ce que si l’un des motifs ayant conduit à la décision n’était pas rempli, l’accomplissement des autres suffirait à légitimer la décision, ses actions et ses coûts associés. Les exemples d’aménagement qui associent des espaces récréatifs et paysagers à des services écologiques figurent parmi les expressions les plus abouties de ce type de stratégie.

  • Les secondes, qualifiées de « stratégies de réversibilité », renvoient à la culture de la prospective. Elles consistent à poser un objectif, identifier un but, même lointain. Il s’agit de traduire une intention en culture matérielle pour parcourir le chemin inverse jusqu’au point de départ pour identifier des étapes susceptibles de le rythmer et de donner prises à des pratiques sans regret. L’argument de ce type de stratégie repose sur le principe selon lequel des arrêts et des bifurcations devraient demeurer possibles à tout moment, en fonction des nouvelles informations susceptibles d’être apportées à un dossier et de l’état des connaissances et de la réception sociale de ce dernier. Cette garantie devrait offrir la possibilité de s’arrêter, de bifurquer sans regret, en cours de route, tout en avançant de manière robuste et structurée.

  • Les troisièmes, dites « stratégies par marges de sécurité », procèdent du scénario du pire qu’elles mobilisent dans leur démarche de conception de manière à épargner des situations irréversibles aux collectifs qui les adoptent. Ces stratégies procèdent du principe de précaution, défini par l’auteur comme un principe qui s’impose lorsqu’on ne peut trancher entre action et inaction, entre faire et laisser faire.

  • Les quatrièmes stratégies, qualifiées de « soft » ou de douces, visent une réduction des réponses techniques, qui à l’instar des grands projets évoqués dans cet article engendrent de nombreux coûts, dont les dépenses d’énergie et de matériaux engagés dans leur réalisation et leur entretien, sans parler des coûts propres aux destructions, aux risques et aux formes de vulnérabilités associés. Elles préconisent des pratiques qui réfèrent davantage aux forums hybrides (Callon & al., 2001) dont le principe tient de la démocratie technique. Les choix proposés relèvent dans le cas de l’ouvrage de Greiving de la démocratie spatiale : ils consistent en la construction de plans d’aménagement concertés de manière à réserver des terres pour la régulation des risques. En matière d’inondation, on notera que ces réserves qui s’apparentent à une forme de sacrifice sont généralement mieux vécues en raison de ce qu’elles offrent des débouchés à la biodiversité. Leur réception sociale / acceptabilité sociale n’est pas toujours aussi aisée lorsqu’il s’agit notamment de réserver des terres pour des projets associés à la gestion de déchets nucléaires ou toxiques, par exemple.

  • Le cinquième et dernier type de stratégie, qualifié de stratégies qui réduisent les délais de prises de décision, résulte du constat de l’existence de conflits récurrents entre les protagonistes des solutions à court terme et les protagonistes des solutions à long terme. La reformulation des enjeux autour d’un tiers susceptible de les accorder est donc au cœur de la démarche, laquelle s’apparente ainsi à la synthèse paradoxale décrite par Boltanski et Thévenot à propos de l’unité problématique dans un monde multipolaire (régi par plusieurs cités incommensurables). La démarche se traduit par l’élaboration de plans ou guides d’action dont la révision et l’actualisation sont revues périodiquement.

31S’il va sans dire qu’aucune de ces stratégies n’est implacable, il est à noter que toutes mettent en garde contre la fabrique d’irréversibilités. À cet égard, elles relèvent d’une interprétation du principe de précaution. Leur force tient à la recherche dont elles procèdent, soit à la double reconnaissance du caractère indiscutable de l’existence de certains risques (reconnaissance de l’urgence), bien que leurs impacts et leurs occurrences demeurent incertains d’une part et du caractère tout aussi indiscutable des nouveaux risques que leur gestion fait courir d’autre part.

32Elles témoignent de ce que l’agir en situation d’urgence et d’incertitude procède d’arrangements subtils entre résistance, recherche, expérimentations et laisser faire que l’adoption d’un régime d’urgence ne favorise pas. En situation d’incertitude, la « vocation du métier de politique » s’apparente davantage à la préservation d’un horizon de possibles qu’à l’engagement dans des voies irréversibles. Cette attention équivaut à une reconnaissance politique : elle rappelle que la démocratie a non seulement besoin de temps mais aussi d’horizons disponibles comme autant de promesses. Ces dernières nous rappellent, si c’était encore nécessaire, que l’urgence de notre époque tient sans doute davantage à notre aptitude à générer du temps et de l’espace qu’à notre habilité à les effacer et à en nier les qualités.

33La tournure qu’a prise le dossier du GCO/COS à compter de septembre 2018 illustre parfaitement comment la méconnaissance de ces nouvelles manières d’engager le futur a conduit à une accélération aux conséquences délétères, tant du point de vue de la gestion de l’environnement, que du point de vue social et politique. Qu’il s’agisse des « actions sans regret » et plus encore des « stratégies de réversibilité » leur activation aurait permis d’engager la décongestion de l’Eurométropole et la requalification de l’A35 de manière progressive et pédagogique.

Conclusion

34L’enjeu des situations d’alerte réside non pas exclusivement dans leur reconnaissance, certes essentielle à la formation de collectifs concernés et responsables, mais dans les défis qu’elles adressent à des cultures dominantes, inscrites tant dans des routines quotidiennes que dans des collectifs de travail. Ces enjeux se déclinent comme autant d’épreuves, de passages qui font écho à la sémantique de la transition écologique. Ainsi qu’en témoignent les retours d’expérience mobilisés dans cet article, la transition oscille entre désengagement au profit de nouveaux engagements, déliaison au profit de nouvelles relations. L’intelligence sociale et les innovations sociotechniques qui en résultent opèrent à partir de ressources héritées du passé, revisitées à l’aune des enjeux portés par l’historicité d’une époque.

  • 16 Un des enjeux de la reconstruction / transition consiste en particulier à ne pas substituer une sit (...)

35Une des limites de l’impératif à agir vite, soit de l’urgence à agir, dont la légitimité n’est pas en cause en matière d’environnement et de risques globaux, tient à l’impasse qu’elle fait de ce que la transition écologique implique de détricoter des agencements entre humains pour de nouveaux agencements. Or ce travail de composition ne peut se faire dans la précipitation contrairement à ce que le caractère critique des situations pourrait laisser penser. Il relève sans doute davantage d’un impératif de synchronisation que d’une fuite en avant. Les pratiques professionnelles et institutionnelles, sur lesquelles nous avons conclu, s’organisent de manière à nous prémunir contre la tentation de la précipitation. Elles présentent l’intérêt d’investiguer dans ce sens et complètent utilement les travaux consacrés aux forums hybrides, soit à la démocratie technique, par l’identification d’une culture matérielle qui se décline en instruments et dispositifs de régulation et d’action issus de collectifs de recherche opérationnelle. Expression d’une intelligence technique modeste par son goût pour la précaution, ces collectifs s’obligent à un certain ralentissement. L’action distribuée est une réponse qu’ils ont trouvée pour dresser des remparts contre la tentation de la force, de la précipitation et la violence. Ils nous rappellent que, plutôt qu’à la précipitation, le caractère critique et incertain d’une situation invite, au contraire, à la temporisation sans que cette dernière corresponde pour autant au « laisser faire ». Cette posture servirait selon les options choisies à des synchronisations / désynchronisations permettant d’affilier / désaffilier des humains et des non humains16. Ce processus ne peut se faire en l’absence de temps et d’espace. Il procède d’engagements qui ne sont pas toujours bien identifiés et rodés et qui sont indissociables d’un désir de faire société.

36Quant à ce désir de faire société, il raisonne étrangement avec la question que Georg Simmel (…) posait à la sociologie naissante au cœur du XIXe siècle : « Comment faire société ? » Et s’il n’était finalement que principalement question, au terme de ce cheminement consacré à notre temps, de savoir comment nous en sommes arrivés à ce constat que faire société puisse être devenu de l’ordre d’une épreuve, voire tout simplement impossible pour nous ? Comment en sommes-nous arrivés là ? Et comment se ressaisir ? L’invitation qui consiste à célébrer les petits arrangements et ajustements, relevant d’une sorte d’alliance multiforme entre écoute, présence, esprit du care, de la précaution et prise de risque, mérite d’autant plus d’être entendue qu’à mesure que nous céderons à l’urgence par la précipitation nous risquons de faire place à la barbarie (Stengers, 2009).

  • 17 Sans pouvoir développer longuement ce mode opératoire, la référence au claquement de doigt peut aid (...)
  • 18 Ou on commence à entrevoir que le temps n’est peut-être pas le seul problème… et qu’il masque d’aut (...)

37Comment tracer ce chemin ? Comment jouer d’alliances pour ancrer des humains et des non humains dans des routines qui lient l’espace et le temps ou les en détacher au contraire ? Nous sommes comme travaillés par le paradoxe de l’hybridation entre la survivance et la perte de vitesse de certains de nos attachements modernes. Entre la reconnaissance de modes d’existence dont nous aimerions nous défaire et nos attachements à ces derniers, à l’instar des sentiments que l’on peut nourrir à l’égard d’une vieille maison dysfonctionnelle, mais qui nous a abrités (Pezeu-Massabuau, 2004). La tâche est considérable et ne saurait se réduire à des [doubles clics]17, pour reprendre un des modes opératoires de l’anthropologie des modernes, selon Bruno Latour (2012)18.

38En conférant à tous ces petits gestes et actions le pouvoir de faire société, l’expression de transition par son évocation à frayer de nouveaux chemins, à s’essayer à des initiatives, à expérimenter avec d’autres, selon des rythmes et des temporalités non assurés, serait finalement assez bien trouvée. Et s’il était avant tout question de s’approprier la transition écologique comme réponse à une menace qui couve à propos d’un temps que nous n’aurions plus et dont l’impératif consiste peut-être en son rétablissement. Urgence à la restitution du temps plutôt que d’une fuite en avant et ce quand bien même elle se jouerait sur fond de situations critiques comme la préservation de terres arables et d’écosystèmes de qualité, de modes de vie dépendants d’énergies fossiles et de santé publique. Hâtons-nous au contraire de faire place au temps et à l’espace, à des entrelacs toujours fragiles et précaires, et néanmoins creusets de notre humanité par la mise en action de formes d’actions distribuées ambitieuses et concertées. La formule serait finalement bien choisie en ce qu’elle fait écho au passage à la valorisation de parcours ou chemins d’adaptation et de leurs temporalités multiples qu’il convient de cultiver pour faire monde.

Haut de page

Bibliographie

Adam B., 1998. Timescapes of Modernity: The Environment and Invisible Hazards, London, Routledge.

Adam B., Beck U., Loon (van) J. (dir.) 2000. The Risk Society and Beyond. Critical Issues for Social Theory, Sage Publications, London.

Baticle C., Rudolf F., Grisoni A., Nemoz S., 2018. « La sociologie à l’épreuve de l’altérité. Esquisse d’une grammaire de terrain », Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande, 50-2, 239-253.

Boltanski L. et L. Thévenot, [1987] 1991. De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

Boltanski, L. et E. Chiapello, 1999. Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Böschen S., Groß, M. Krohn, W., 2017. Experimentelle Gesellschaft, Baden-Baden, Nomos, Reihe Gesellschaft – Technik-Umwelt, Neue Folge, Band 19.

Callon, M., P. Lascoumes et Y. Barthe, 2001. Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Le Seuil.

Cmed (Commission mondiale sur l’environnement et le développement), 1988. Notre avenir à tous, Montréal, Éd. du Fleuve.

Chateauraynaud, F. et D. Torny, 1999. Les sombres précurseurs. Une sociologie pragmatique de l’alerte et du risque, Paris, EHESS.

Daele (van den) W., 1998. « Technologie und gesellschaftliche Entwicklung – Brauchen wir neue Formen der Auseinandersetzung ? », in Innovartis, 1, Nürnberg, Novartis, 5-9.

Daele (van den) W., 1989. « Restriktive oder konstruktive Technokpolitik », in Hesse J., Kreibich R., Zöpel C. (dir.) Zukunftsoptionen – Technikentwickung in der Wissenschafts und Risikogesellschaft, Baden-Baden, Nomos Verlaggesellschaft.

Dobré, M., 2002. L’écologie au quotidien. Éléments pour une théorie sociologique de la résistance ordinaire, Paris, L’Harmattan, « Sociologies et Environnement ».

Greiving, S. Ubaura, M., Tesliar, J., 2018. Spatial planning and resilience following disasters. International and comparative perspectives, Bristol Policy Press.

Giddens, A., [1990] 1994. Les conséquences de la modernité, Paris, L’Harmattan.

Giddens, A., [1984] 1987. La constitution de la société, Paris, PUF.

Godard O., Henry C., Lagadec P., Michel-Kerjan E., 2002. Traité des nouveaux risques. Précaution, Crise, Assurance, Paris, Gallimard, Collection Folio actuel.

Grandchamp-Florentino L., Rudolf F., 2008. « La réception du changement climatique : de la sensibilisation à la transformation des pratiques. Expérimentations d’une association de quartier strasbourgeoise », in Hamman P. (dir.), Penser le développement durable urbain : Regards croisés, Paris, L’Harmattan, p. 193-218.

Gras A., 2007. Le choix du feu – Aux origines de la crise climatique, Paris, Fayard.

Grisoni A., Nemoz S., 2017, « Les mouvements sociaux écologistes : entre réforme de soi et rapports de classe, entre histoires nationales et circulations européennes », Socio-Logos (en ligne), 12, http://socio-logos.revues.org/314.

Habermas J., 1978. La technique et la science comme « idéologie », Paris, Gonthier.

Habermas J. et N. Luhmann, 1971. Theorie der Gesellschaft oder Sozialtechnologie, Frankfurt am Main, Suhrkamp Verlag.

Habermas, J., 1987. La théorie de l’agir communicationnel. Tome I : Rationalité de l’agir et rationalisation de la société. Tome II : Pour une critique de la raison fonctionnaliste, Paris, Fayard.

Ipcc/Giec, Climate Change 2013. The Physical Basis Summary for Policymakers, WG1AR5, Genève.

Ipcc/Giec, Climate Change 2014. Impacts, Adaptation, and Vulnerablity. Summary for Policymakers, WG2 AR5, Genève.

Jarrige F. (dir.), 2016. Dompter Prométhée. Technologies et Socialismes à l’âge romantique (1820-1870), Besançon Presses Universitaires de Franche-Comté, collection « Les Cahiers MSHE Ledoux ».

Jonas H., 1990. Le Principe responsabilité, Paris, Éditions du Cerf.

Jonas H., 2000. « Au plus proche d’une issue fatale », Une éthique pour la nature, Paris, Éditions Desclée de Brouwer.

Klein N., 2008. La stratégie du choc. Montée d’un capitalisme du désastre, « Questions de société », Actes Sud.

Latouche S. « Pour une société de la décroissance », Le Monde Diplomatique, novembre 2003, 18-19.

Latour, B., 2012. Enquête sur les modes d’existence. Une anthropologie des modernes, Paris, La découverte.

Lemonnier M., « Les DIVD, incarnation de l’innovation », Diagonal. Revue des Équipes d’urbanisme, novembre 2017, n° 201, p. 14.

Müller, B., 1991. Toward an alternative culture of work: political idealism and economic practices in West Berlin collective enterprises, Boulder, Westview Press.

Ocde/Oecd, 2008. Cities and Climate Change, Paris.

Oreske N., Conway E., 2014. L’effondrement de la civilisation occidentale, Les liens qui libèrent

Passoth, J.-H., Peuker, B., Schillmeier, M. (dir.), 2012. Agency without actors? New approaches to collective action, Routledge Advances in Sociology.

Pezeu-Massabuau J., 2004. Éloge de l’inconfort, Éditions Parenthèse.

Polanyi K. 1983. La grande transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris, Gallimard, Collection Bibliothèque des Sciences Humaines.

Raineau, L., 2011. « Vers une transition énergétique ? » Natures Sciences Sociétés, 2 (Vol. 19), p. 133-143.

Renauld V., 2014. Fabrication et usage des écoquartiers. Essai critique sur la généralisation de l’aménagement durable en France, Presses Polytechniques et Universitaires Romandes, Collection Espaces En Société.

Rist G., 2007. Le développement. Histoire d’une croyance occidentale, Paris, Presses de Sciences Po, Collection « Monde et Sociétés ».

Rosa, H., [2010] 2013. Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, La Découverte.

Rudolf, F., 2001, « La durabilité, deux manières de célébrer la ville », La Revue des Sciences Sociales de la France de l’Est, 28, 2001, p. 82-90.

Rudolf, F., 2007a, « De la « modernité » à la « modernisation écologique » », dans S. Juan (dir.), Actions et enjeux spatiaux en matière d’environnement. De la contestation écologiste aux mesures de protection, Paris, L’Harmattan, p. 95-117.

Rudolf, F. (éds), 2007b. « Avant-Propos » et « Les éco-quartiers : une contribution socio-technique à la réception du développement durable en Allemagne », Revue de l’Allemagne et des Pays de langue allemande, Tome 39, n° 3, Strasbourg, p. 307-310 et 343-352.

Rudolf, F., Kosman J., 2004. « Le développement durable entre programme d'action et applications », Écologie & Politique, Urbanisme durable ? 29, Paris, Éd. Syllepse, p. 37-51.

Rudolf F., 2012, “Questionning the human/non-human distinction”, Passoth J. H., Peuker B., Schillmeier M. (dir.), Agency without actors? New approaches to collective action, Oxon (UK), Routledge Advances in Sociology, p. 54-66.

Rudolf, F., 2016. Les villes à la croisée des stratégies globales et locales des enjeux climatiques, Québec, Presses Universitaires de Laval.

Rudolf F. (dir.), 2018. « Humanités environnementales – Quoi de neuf du côté des méthodes ? », Revue d’Allemagne et des pays de langue allemande, p. 50-52.

Saïd E. W., 1996. Des intellectuels et du pouvoir, Paris, Seuil Essais.

Simmel, G., 1986. « Comment la société est-elle possible ? », La sociologie et l’expérience du monde moderne, Méridien Klincksieck.

Stengers I., 2009. Au temps des catastrophes. Résister à la barbarie qui vient, La découverte/poche.

Stengers I., 1999. « Le développement durable : une nouvelle approche », Alliage, Nouvelles relations aux savoirs et aux pouvoirs, Numéro 40, p. 30-39.

Thaler R., Sunstein C., 2012. Nudge. Émotions, habitudes, comportements : Comment inspirer les bonnes décisions, Pocket.

Tozzi P. (dir.), 2016. Villes et quartiers durables : la place des habitants. La participation habitante dans la mise en durabilité urbaine : discours, effets, expérimentations et mises à l’épreuve, Carrières Sociales Éditions, Collection « des Paroles & des Actes ».

Weber M., 1959. Le savant et le politique, Paris, Plon.

Zaccaï E., 2002. Le développement durable. Dynamique et constitution d’un projet, Peter Lang Éditions, Collection Ecopolis.

Haut de page

Notes

1 Si cette distinction demeure indépassable (Giddens, 1987 ; 1994), on devra discuter de son actualité au prisme de ce rapport au temps.

2 Ce ne sont pas les situations de crise, postcatastrophe, mais bel et bien des situations annonciatrices d’effondrements et de ruptures irréversibles On notera qu’ici encore il est question de temporalité, d’une temporalité dont on tournerait la page… avec l’espoir d’une nouvelle page blanche… parfois.

3 La notion de « démonstrateur » est empruntée à celle de DIVD (Démonstrateurs Industriels pour la Ville Durable), publicisée par le programme du PUCA en 2015, elle est un équivalent de l’expression de « Bonnes Pratiques » ou « Best Practices ». Marc Lemonnier, « Les DIVD, incarnation de l’innovation », Diagonal. Revue des Equipes d’urbanisme, Novembre 2017, n° 201, p. 14.

4 La finitude de la planète et la démesure sans entrave de notre mode de développement ne sont tout simplement pas compatibles.

5 Cette expression souligne l’importance d’un travail communicationnel pour faire d’une question scientifique une question sociale et politique. Cette remarque s’inspire tout autant de la littérature consacrée à la sociologie des sciences et des techniques que de l’expertise.

6 Dans le cas de la France, ce n’est que très récemment que les plans climat sont devenus obligatoires. Ils étaient jusqu’à peu volontaires.

7 Petits par leur niveau d’action individuelle et non par leur engagement qui peut parfois être extrêmement pesant dans l’organisation de la vie quotidienne.

8 Pour ce qui a trait au contexte, aux enjeux ainsi qu’aux différents positionnements à propos de ce dossier, notre présentation n’a pas la prétention de rendre compte de cette longue histoire, faite de bonds et de rebonds, selon les canons d’une objectivation scientifique. À défaut de ce qui pourrait s’apparenter à une monographie passionnante, appuyée sur une enquête socio-anthropologique, nous avons organisé une matinée consacrée au GCO lors d’une séance dans le cadre du module Actions Urbaines du master ASPU, Ensas & École d’Architecture Insa Strasbourg, en octobre 2018. L’exposé du contexte et des enjeux du GCO s’inspire de l’ensemble des contributions à cette journée et des débats qu’elle a suscités.

9 Pour rappel, l’Alsace figure de longue date parmi les régions qui votent à droite. Seule Strasbourg fait exception depuis l’ascension de Catherine Trautmann, premier maire socialiste depuis l’élection de Jacques Peirotes (1919-1929). Cette élection s’est gagnée autour d’une infrastructure de transport, entre les tenants du Val et ceux du Tram. Madame Trautmann ayant fait campagne pour le Tram, soit pour une ville de la proximité et où la voiture cède la place aux modes de circulation doux. Après deux mandats, Strasbourg a connu une alternance autour du binôme Grossmann-Keller, qui n’a fait qu’un seul mandat. C’est au cours de ce dernier que le GCO a été remis en selle. Le retour d’une alliance EELV, PS a permis de temporiser le projet mais sur une courte durée… Le ralliement autour du candidat Emmanuel Macron aux élections présidentielles de 2017 a perturbé les alliances au sein de la majorité et profité au retour du GCO, baptisé pour la cause COS.

10 Cette dernière a duré une trentaine de jours.

11 Comme Dominique Bourg le faisait remarquer à la conférence du 15 novembre 2018 organisée en partenariat avec le Plan Climat de l’EMS, l’Adeus, Clim’Ability (InterregV) et l’Insa Strasbourg, il est à noter que pour la première fois le risque climatique n’est pas présenté comme une menace à moyen voire à long terme mais imminente. Selon ce rapport nous disposerions d’une dizaine d’années ni plus ni moins pour contenir l’emballement d’un scénario catastrophe.

12 Certes tant que les sols ne sont pas artificialisés, la forêt peut repousser… Il n’en demeure pas moins qu’il faudra un certain temps pour bénéficier à nouveau d’un habitat pour la faune et la flore et d’espaces récréatifs de qualité pour les habitants de l’EMS et au-delà.

13 Temps qui, selon André Micoud, était animé par la logique de la table rase et à laquelle il conviendrait de substituer la logique de la table ronde. Il s’agit d’une référence non référencée, à ma connaissance, que je tiens des différentes occasions où nous avons échangé à propos de la modernité avec André Micoud.

14 Les contributions du Centre de Sociologie de l’Innovation à l’École des Mines, dont Callon et Latour ont été les fondateurs, documentent en pratique des situations de travail, inspirées du paradigme du « projet ».

15 L’École des Mines ou Sciences Po Paris ne sont pas des passages obligés pour les chercheurs non français.

16 Un des enjeux de la reconstruction / transition consiste en particulier à ne pas substituer une situation intenable par une autre. Comment sortir d’une situation de crise qui ne débouche pas systématiquement sur une nouvelle impasse ? La précipitation ne risque-t-elle pas de s’avérer bien mauvaise conseillère ne serait-ce que parce qu’elle est sujette à la reproduction culturelle ?

17 Sans pouvoir développer longuement ce mode opératoire, la référence au claquement de doigt peut aider à s’en faire une représentation. Un passage comme pas enchantement, par un claquement de doigt ou un double clic sur la souris de l’ordinateur. Le double clic est en jeu dans les liens sociaux de type mécanismes.

18 Ou on commence à entrevoir que le temps n’est peut-être pas le seul problème… et qu’il masque d’autres enjeux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Rudolf, « L’injonction à agir vite : une fausse bonne idée », Temporalités [En ligne], 28 | 2018, mis en ligne le 04 avril 2019, consulté le 25 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/5441 ; DOI : 10.4000/temporalites.5441

Haut de page

Auteur

Florence Rudolf

École d’Architecture Insa de Strasbourg, Équipe d’Accueil Amup (EA 7309)
florence.rudolf@insa-strasbourg.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page