Navigation – Plan du site

Contretemps et devenirs : les temporalités plurielles de l’habiter à l’heure du développement durable

Counter-time and futures: the plural temporalities of the living in the era of sustainable development
Contratiempo y futuros: la pluralidad de las temporalidades del habitar en la era del desarrollo sustentable
Sophie Némoz

Résumés

Si les approches des dispositifs de durabilité se sont multipliées ces dernières années, elles se sont principalement portées sur le projet de développement et sa mise en œuvre. Les effets du passage du temps demeurent aujourd’hui peu connus car encore guère étudiés de manière systématique. La technique de la revisite est ici mobilisée afin de comprendre et d’expliquer les variations ayant lieu au cours du temps. Peu d’attention est accordée à ce qui déroute. Que peut-on apprendre des dynamiques qui décontenancent, dérivent de l’itinéraire prévu, voire modifient sa consistance ? Ne faut-il pas envisager les équilibres inattendus ou instables tant dans la rhétorique qu’en pratique ? On montre ici comment l’analyse du développement durable sous l’angle des temporalités peut s’avérer féconde afin de repenser la manière dont les professionnels du secteur du logement et les habitants reçoivent et intègrent dans leur existence les changements de paradigmes induits par l’action politique. Des combinatoires d’opérations plutôt que des trajectoires sédimentées, les revisites des terrains bâtis il y a dix ans discernent l’envers d’un cadrage stratégique à l’endroit du développement de l’habitat durable. Bien souvent assimilés à des revers, les contretemps déconcertent et, ce faisant, dénotent une prénotion dominante sur la durabilité, celle d’un temps planifié de manière unifiée.

Haut de page

Texte intégral

1Le projet de développement et sa mise en œuvre sont au cœur des analyses des dispositifs de durabilité. En aménagement, les écoquartiers feraient office de laboratoires, des espaces permettant l’expérimentation des promesses (Rudolf, 2007). Que ce soient Vauban à Fribourg-en-Brisgau, Kronsberg à Hanovre (Allemagne), Eva Lanxmeer à Culenborg (Pays-Bas), BO01 à Malmö (Suède), ou encore BedZed à Sutton (Angleterre), ces différents exemples européens, tous planifiés à partir du milieu des années 1990, sont fréquemment cités par la littérature scientifique ou institutionnelle. Ils représentent des référents pionniers des quartiers durables français (Boutaud, 2009 ; Souami, 2009). Des projets phares incontournables aux recueils de « bonnes pratiques », en passant par des « labels », les traces de matérialisation spatiale d’un développement dit « durable » tendent à se multiplier dans les collectivités urbaines, mais qu’en est-il des temporalités ?

2En 2007, le Grenelle de l’Environnement appelait chaque agglomération française à aménager localement un projet de quartier durable d’ici 2012. La question d’un « nouveau modèle urbain », d’un « tournant urbanistique » sous l’injonction au développement durable, a été au cœur de nombreuses recherches en France comme à l’étranger (Da Cunha et al., 2005 ; Guermond, 2006 ; Krueger, Gibbs, 2007 ; Emelianoff, 2007 ; Béal et al., 2011 ; Renauld, 2012 ; Carriou, Ratouis, 2014). À cet égard, le questionnement de la circulation des savoirs et des pratiques identifiés à « l’urbanisme durable » en Europe et au new urbanism, ou au smart growth en Amérique du Nord, a été davantage abordé à un niveau international. Les modalités temporelles sont parfois rattachées à des dynamiques d’exportation Nord/Sud (Barthel, 2014) et essentiellement situées dans des processus globaux de néolibéralisation des politiques urbaines (While et al., 2004 ; Gibbs et al., 2013 ; Perkins, 2013). Si les Urban Studies anglo-saxonnes offrent à ce titre des cadres de recherche stimulants, leurs approches restent circonscrites à une échelle d’observation méso-sociale, attentive aux forces politiques en jeu autour du contrôle et de la régulation d’un marché. Plus largement, comment saisir l’épaisseur des temporalités engagées dans ce qui est nommé « durabilité » ? Dans quelle mesure une telle formule appliquée à l’habitat et aux territoires s’articule-t-elle avec une pluralité des temps sociaux ?

3« L’écologie au quotidien » demeure aujourd’hui peu connue telle que la sociologue française Michelle Dobré (2002) désigne l’inflexion environnementale des pratiques et des conduites sociales à travers le temps vécu jour après jour par les individus. Dans un ouvrage éponyme, l’auteure constate ainsi : « les travaux pionniers de Léger et Hervieu sur la réforme écologique des modes de vie font désormais partie de l’histoire de la discipline et n’ont pas suivi, à ma connaissance, de recherches similaires sur la diffusion des pratiques écologiques dans la société française » (Dobré, 2002, p. 170). Plus d’une décennie après ce constat, les effets du passage du temps ne sont encore guère étudiés de manière systématique. Cet article voudrait montrer comment l’analyse du développement durable sous l’angle des temporalités peut s’avérer féconde afin de repenser la manière dont les professionnels et les habitants reçoivent et intègrent dans leur existence les changements de paradigmes induits par l’action politique. Peu d’attention est accordée à ce qui déroute. Que peut-on apprendre des dynamiques qui décontenancent, dérivent de l’itinéraire prévu, voire modifient sa consistance ? Ne faut-il pas envisager les équilibres inattendus ou instables tant dans la rhétorique qu’en pratique ? Est-ce que les revers du cadrage temporel du développement durable permettent de comprendre autrement l’envers des sociétés et de repenser les processus d’évitement ?

4L’approfondissement de ce questionnement est entrepris dans le domaine de l’habitat dit « durable » (Némoz, 2009) et réactualisé empiriquement sur une décennie (Némoz, 2017a ; 2018). À l’heure où ce lieu foisonnant de discours médiatiques et politiques ne cesse de susciter des travaux scientifiques, rares sont les recherches qui interrogent les contretemps sur des terrains arpentés par différentes disciplines et ce, bien souvent à la demande des commanditaires des aménagements planifiés en termes de « durabilité ». L’analyse des circonstances inopinées qui rompent avec les dispositions prises dans de tels projets implique un travail de recherche au long cours et les matériaux d’enquêtes répétées de natures diverses. Cette exploration multisituée offre d’analyser les mondes vécus comme des processus de vie sociale, sans contourner les écarts rencontrés, mais en les intégrant comme parties prenantes de l’enquête. Nous partirons de l’idée que ces mondes se font et se défont au fur et à mesure du temps et des interactions avec des organismes, des organisations et des environnements non uniquement naturels mais aussi politiques, symboliques, matériels et sociaux. En ce sens, l’acte d’habiter prend formes à partir d’une écologie.

5En déployant la technique socio-anthropologique de la revisite (partie 1), il s’agit de montrer comment les approches temporelles nous invitent à développer de nouvelles connaissances restituant les dynamiques de composition et de recomposition des situations vécues au nom de l’habitat durable. Plutôt que de présumer une hégémonie ou un déterminisme temporel de la « durabilité », nous formulons l’hypothèse qu’aucune normativité à l’égard de l’habitat ne surdétermine les variations sociales et existentielles, pas plus que leurs devenirs globaux (partie 1). En comparant les cas particuliers et en reconstituant les dynamiques dans lesquelles ils adviennent en des spatialités et des temporalités diverses, il sera possible de penser les contretemps (partie 2). Ces sons articulés sur un temps faible ou sur la partie faible d’un temps seront entendus plus largement, en discutant des implications méthodologiques, théoriques et réflexives d’un tel procédé rythmique (partie 3).

Enquêter sur les dimensions temporelles de l’habitat durable : une recherche sociohistorique multisituée

6Questionner les temporalités du développement durable nécessite d’en prendre la mesure méthodologique car l’estimation de l’existence ou non d’un changement suppose une comparaison du phénomène à la même échelle. En sciences sociales, il n’est pas toujours possible aujourd’hui de faire la part de ce qui relève de l’effet de réalité et de l’effet d’observation, du fait de la difficulté de trouver des données comparables à celles que l’on recueille dans l’archivage des études de nos devanciers (Desjeux, 2004). La technique de la revisite est ici mobilisée afin de saisir les variations ayant lieu au cours du temps (Burawoy, 2003, p. 645-679). Cette perspective temporelle ne se confond pas avec la reconstitution d’une histoire sociale des disciplines et de leurs méthodes (Laferté, 2006). La « revisite des terrains » (Burawoy, 2010), réitérée plusieurs années après, vise à éclaircir les angles aveugles des recherches sur le présent (Laé, Murard, 2011). Cet exercice de l’enquête renouvelée sur la durée a bien été expérimenté par l’anthropologie et l’ethnographie en Angleterre et aux États-Unis. La démarche de venir et de revenir au même terrain à différents intervalles de temps a été moins éprouvée en France. Il existe pourtant plusieurs types d’approches, aussi bien centrées sur le regard du chercheur et les mutations dont il peut faire l’objet, que soucieuses de l’histoire en tant qu’élément du changement social.

7Pour explorer ces questions et tenter d’y répondre, notre approche s’inscrit dans la sociologie historique en ce qu’elle « cherche chaque fois à prendre la mesure du temps et de sa pesanteur, à rendre compte de processus politiques situés dans des contextes et des configurations de durée et de formes inégales. » (Déloye, 2007, p. 3). Dans le prolongement de ce qui précède, il s’agit ici d’approfondir le « temps » des relations internationales associant durabilité et habitat (Némoz, 2009 ; 2016 ; 2017b), en étudiant les rapports qu’un « groupe humain établit entre deux ou plusieurs processus dont l’un est normalisé pour servir aux autres de cadre de référence et d’étalon de mesure » (Elias, 1999, p. 15).

Figure 1 – Terrains d’enquêtes auprès des acteurs de l’institutionnalisation de l’habitat durable en France, en Finlande et en Espagne (Némoz, 2009).

8Une nouvelle forme d’objectivation est ici recherchée à travers la comparaison dans l’espace et dans le temps d’un corpus d’archives sur la notion de développement durable dans les politiques d’aménagement territorial, d’observations in situ et d’entretiens auprès des acteurs institutionnels, associatifs, des professionnels et des habitants rencontrés du nord au sud de l’Europe, dans des organisations supranationales comme nationales ou locales. L’ensemble de ces entrevues a abouti à près d’une centaine d’histoires de vies au total. S’il n’existe pas d’objectivité des connaissances scientifiques mais des processus d’objectivation, ceux de notre recherche partagent L’imagination sociologique de C. W. Mills (1978). D’après lui, « il appartient au sociologue […] de traduire perpétuellement les épreuves personnelles en enjeux collectifs, et de donner aux enjeux collectifs leur dimension humaine » (Mills, 1978, p. 198). Ainsi, au cours d’une approche résolument inductive et attentive au sens que les acteurs attribuent à leurs actions et aux catégories qu’ils mobilisent, notre travail de thèse a retenu comme définition de l’habitat durable celle de logements déclarés comme tels, que ce soit par leurs promoteurs institutionnels, les professionnels ou leurs habitants (Némoz, 2009 ; 2016). Cette démarche « ancrée » dans le terrain a permis des rencontres avec des espaces, des personnes et des objets au-dedans et au-dehors des « Villas Urbaines Durables », ce premier programme national des constructions expérimentales des écoquartiers en France sur lesquels de nombreux travaux se sont concentrés depuis lors. En ne limitant pas notre champ de recherche à ce bornage, il s’est avéré que multiplier les points de vue (figure 2), parfois antagonistes, permet de mieux comprendre la complexité des temporalités perçues sur la durée d’une décennie d’habitation.

Figure 2 – Ethnographie multisite des écologies résidentielles en France (Némoz, 2009).

9La recherche doctorale a développé une ethnographie multisituée de 2006 à 2009. Cette temporalité concorde en France avec celles de projets d’« habitats durables » en cours de montage, d’instruction ou de démarrage, ou lors de tranches de chantiers de réhabilitation en sites occupés ou à emménager, mais aussi avec des temps de constructions, à différentes phases de travaux, jusqu’aux finitions, à la livraison et aux usages quotidiens des opérations les plus avancées. Les enquêtes multilocalisées en régions francilienne, bourguignonne, Centre Val de Loire et Auvergne Rhône-Alpes, varient les terrains urbains, périurbains, ruraux. Ceux-ci sont alors bâtis ou à bâtir, qu’ils s’agissent de logements sociaux en immeubles collectifs, en résidences groupées ou des maisons individuelles aux procédés de construction vernaculaire ou industrialisée, mitoyennes, isolées ou encore en lotissements. En suivant les étapes qui permettent aux projets initiaux de prendre forme et de se concrétiser en un domicile, le travail ethnographique mené tout au long de la thèse s’est également situé dans les concaténations de temporalités plurielles.

10De visites en revisites dix ans après, notre marche d’approche renouvelée avec ou sans intermédiaire ne résulte ni du cahier des charges d’un commanditaire, ni d’un procédé fortuit dans notre cas. Étendue sur la durée à une décennie d’intervalle, la recherche devient chronique. Le parti pris méthodologique s’inscrit dans une perspective volontairement reconduite à plus long terme au cours des derniers travaux de recherches (Némoz, 2017a ; 2018). En tant que doctorante, puis chercheure enseignante, nous nous sommes nous-mêmes multisituée dans une « expérience incarnée » de l’ethnographie, « une démarche d’enquête, qui s’appuie sur une observation prolongée, continue ou fractionnée, d’un milieu, de situations ou d’activités, adossée à des savoir-faire qui comprennent l’accès au(x) terrain(s) (se faire accepter, gagner la confiance, trouver sa place, savoir en sortir…), la prise de notes la plus dense et la plus précise possible et/ou l’enregistrement audio ou vidéo de séquences d’activités in situ. » (Céfaï, 2010, p. 7). Nos carnets ethnographiques se sont multipliés au fur et à mesure des observations et des entretiens retranscrits sur différentes scènes, sans compter les relevés photographiques systématiques qui ont été redoublés et étendus à dix années de distance. Une trentaine de personnes alors rencontrées ont été revues lorsqu’autant d’autres ont plus récemment rejoint notre échantillon qualitatif, en faisant leur connaissance sur les mêmes terrains (Némoz, 2017a ; 2018). La production de savoir à partir de ce matériel d’analyse est conçue comme une dynamique de totalisation à toujours complémenter. Elle ne se limite pas au présent mais reconstitue des cours d’action.

La section rythmique du développement de l’habitat durable ou le temps des ajustements politiques en cadence internationale

11La question des temporalités a été régulièrement examinée par la sociologie de l’action publique et ce, comme une dimension à la fois structurante des politiques et structurée par le pouvoir de donner un rythme commun aux activités d’une société (Commaille, Simoulin, Thoemmes, 2014). Si les travaux précurseurs de Max Weber ont éclairé cette structuration du temps au fur et à mesure des actions des bureaucraties modernes (Weber [1921] 1971), l’analyse d’un cadre politique des temporalités a par ailleurs permis de souligner la multiplicité des temps sociaux (Gurvitch, 1961). Avenir, générations, courte, moyenne et longue durée, urgence, accélération, les dimensions temporelles du développement durable semblent bien diverses. Quelle vision du temps s’affirme à travers la durabilité de l’habitat ? Quelle(s) temporalité(s) configure(nt) les politiques sectorielles et en quoi ces actions publiques transforment-elles les temporalités de l’aménagement des territoires ?

Du subjonctif passé au futur impératif, une nouvelle conjugaison globale des établissements humains durables ?

12Depuis plusieurs années, bâtiments, architectures, villes et territoires sont davantage sujets à des analyses comptables des impacts environnementaux des politiques publiques, non sans critique de réductionnisme (Bunz et al., 2006 ; Moore, 2007 ; Goxe, 2010). La capacité à atteindre les objectifs établis par différents accords portant sur les « établissements humains durables » a été l’objet de bien des approches évaluatives, donnant lieu à la constitution de bases de données aux périmètres variables, tant régionaux, nationaux, que transnationaux. Sans prétendre être exhaustif ici, il est à souligner qu’en faisant un état des travaux récents, ce type d’approche domine, au point de devenir incontournable. Il n’existe cependant que peu de travaux qui questionnent le droit (Tietzman E Silva, 2007). Or, de nos jours, les enjeux politiques s’affirment vis-à-vis de la normalisation au nom du développement durable (Alphandéry et al., 2012, p. 9-22) et notamment dans l’habitat où, d’un point de vue international, il a été repéré une augmentation des contraintes d’usage des espaces habités par des systèmes experts (Manseau et Seaden, 2001). À rebours d’un « empressement à théoriser le changement et les virtualités positives du développement urbain durable » (Béal et al., 2011 : 11), la sociologie des temporalités permet de retracer la construction historique de différents cadrages temporels à l’échelle supranationale (Némoz, 2009 ; 2017b).

13Les sciences politiques emploient cette expression en référence au concept de « cadre » d’Erving Goffman, suivant lequel « toute définition de la situation est construite selon des principes d’organisation qui structurent les événements (…) et notre propre engagement subjectif » (1974 : 19). Deux ans après la conférence mondiale de l’ONU (Habitat III, Quito, 17 au 20 octobre 2016), l’habitat durable s’énonce comme un espace de communication récurrente de sommet en sommet internationaux. Depuis la première Conférence des Nations Unies sur les établissements humains il y a quarante ans (Habitat I : Vancouver, 1976), leurs impacts ont été signalés comme un problème transnational où les ressources naturelles et le bien-être social sont soumis à la production du bâti. En rupture avec le temps passé et son mode subjonctif, celui de la subordonnée, le développement durable a été proclamé en tant que préfiguration d’un asile planétaire du Programme pour l’Habitat au Sommet des Villes (Habitat II, Istanbul, 1996). Au-devant de ce futur impératif, le Centre des Nations Unies pour les Établissements Humains a rédigé un « Agenda 21 local » pour les collectivités territoriales. Un des principaux objectifs mentionnés est alors d’intervenir en faveur d’une structuration plus resserrée du développement métropolitain en vue de limiter la portée des impacts. Cette mise sur agenda et plus largement l’entrée dans un cycle onusien de conférences « Habitat » marquent l’ambition de construire une temporalité politique structurante des relations internationales dans une optique de contrôle des effets des activités humaines et de la finitude des ressources terrestres. De manière plus générale, Edwin Zaccaï parle d’« une sorte de renversement copernicien » dont la légitimité procède d’un mélange de rationalité et de croyance, la combinaison d’une « rhétorique du catastrophisme » et de celle d’une « rédemption future » (Zaccaï, 2008 : 3-4). Entre urgence, immédiateté, d’une part, et long terme, avenir des générations d’autre part, les temporalités du développement de l’habitat durable sont à l’heure actuelle au cœur d’un « nouvel agenda urbain » (Habitat III, 2016). Tandis que le caractère cyclique du contenu de cet événement, répété à l’intervalle de deux décennies, a pu être associé à une « caisse de résonance » visant à accélérer les politiques publiques, comment une telle cadence agit-elle sur l’emploi du temps présent ?

La construction européenne de l’habitat durable : un emploi du temps au présent conditionnel

14« Depuis la naissance de la CECA, en 1952, l’Europe a pour mission communautaire de rapprocher les dispositions législatives, réglementaires et administratives des pays membres qui ont une incidence sur la liberté de leurs échanges. Selon l’article 249 CE, ses directives définissent des objectifs obligatoires mais laissent les États libres sur les moyens à employer, dans un délai déterminé. » (Moussis, 2004 : 6). Ce Guide des politiques de l’Europe présente le cadre transfrontalier qui s’étend sur cette région du monde (Moussis, 2004), en évoquant un certain timing politique. Celui-ci invite à interroger les modalités selon lesquelles les problématiques de durabilité de l’habitat s’inscrivent dans l’échelle européenne. Il y a là un nouveau mode temporel, celui du présent conditionnel qui, selon la linguistique, « exprime un fait soumis à des exigences préalables », « son caractère incertain » et « apporte un degré de politesse par rapport au futur » (Haillet, 2002, p. 26).

15L’Union Européenne n’a aucun mandat officiel pour légiférer le secteur résidentiel, ce domaine relevant de la responsabilité des États ainsi que Ghekiere le rappelle dans son article intitulé « Politique du logement en Europe » (2003). En effet, celle-ci n’apparaît ni dans le traité de la Communauté Économique Européenne qui, en 1958, instaure les politiques sectorielles de l’industrie, de la recherche, de l’énergie, des transports, de l’agriculture et de la pêche ; ni dans l’Acte unique européen qui l’enrichit en 1987 de nouvelles compétences supranationales concernant l’environnement, la recherche et la technologie. S’agissant de l’habitat durable, les premiers énoncés de la Commission des communautés européennes (CEE) sont formulés en 1990 dans le Livre vert sur l’environnement urbain et prônent « une utilisation multifonctionnelle de l’espace citadin, en favorisant les logements dans le périmètre de la ville de façon à ne pas obérer ses environs naturels » (CEE, 1990, p. 34). Cette représentation normative des relations entre environnement et habitat affirme une préconisation afin d’appréhender le développement durable dans l’aménagement résidentiel. En 1994, la Charte d’Aalborg est signée à la suite de la première conférence européenne des villes durables, engageant quatre-vingts collectivités locales à planifier sur leur territoire un Agenda 21. Cette logique gestionnaire a été renforcée par une série d’instruments réglementaires, conventionnels, financiers, épistémiques, voire opérationnels, à travers des programmes de logements sociaux et expérimentaux (Némoz, 2009 ; 2016). Des prescriptions techniques ont été fortifiées notamment par la directive européenne de « Performance énergétique des bâtiments » (Directive 2002/91/CE), celle-ci ayant été refondue par la suite, notamment dans la Directive 2010/31/UE le 19 mai 2010 par le Parlement européen et le Conseil.

16Si le Conseil européen adopte en 2001 une « stratégie pour le développement durable » (COM (2001) 264), la sociohistoire de l’européification de l’habitat durable rend compte d’un « bricolage » au sens où Claude Lévi-Strauss définit ce « mouvement incident (…) s’arrangeant avec les “moyens du bord” et (…) pas définissable par un projet » (Lévi Strauss, 1962). C’est bien ainsi que, suite à une réunion informelle des ministres européens à Bristol en 2005 et à l’adoption de la Charte de Leipzig en 2007, un cadre de référence générique est forgé pour les villes durables européennes en juin 2010 (Reference Framework for Sustainable European Cities, RFSC). Il est alors présenté comme un outil pour évaluer la durabilité des projets et des politiques de l’habitat durable dans les différents pays d’Europe.

Asymétrie des rythmes nationaux et tactiques d’alignement autour de la durabilité de l’aménagement des bâtiments

17La comparaison européenne menée dans la région d’Helsinki, jusqu’à celle de Madrid, en repassant par Paris, montre dans quelle mesure chaque pays réactualise des asymétries de pouvoir préexistantes, tout en convergeant vers une mise en forme sociocognitive et sociopolitique relativement semblable concernant l’habitat durable (Némoz, 2009 ; 2016). Issue de l’économie néoinstitutionnelle (Denzau et North, 1994 : 3-30) et reprise notamment par la sociologie (Mahoney, 2001, p. 507-548 ; Lascoumes et Le Galès, 2007, p. 100), la notion de « dépendance au sentier » dite aussi « sentier de dépendance », path dependence en anglais, renvoie au fait qu’avec la sédimentation des systèmes politiques au fil du temps, la mise en œuvre d’une nouvelle action publique se fait à l’intérieur des anciennes et a donc tendance à suivre une certaine trajectoire, une manière typique de régler les problèmes. Notre approche comparative dans le temps et l’espace de trois pays européens jette un jour nouveau et informé sur ces phénomènes, à travers l’analyse des ajustements institutionnels et normatifs autour du développement de l’habitat durable.

18Les entretiens avec les parties prenantes des politiques françaises, finlandaises et espagnoles et les observations conduites à leurs côtés, ont permis d’identifier des saisies contrastées du bricolage supranational à travers différents rythmes nationaux. S’ils ne sont pas sans faire écho à une tradition en Finlande, l’institutionnalisation des principes, des normes, des règles et des procédures décisionnelles du développement de l’habitat durable a été considérée comme peu urgente et à la fois extrêmement rapide en Finlande. Les discours et les mesures espagnols dans ce domaine décrivent en revanche une dynamique tardive et exogène plutôt qu’endogène, les modes d’habiter avec l’environnement ayant été largement portés par des processus étrangers à la culture hispanique. En France, nos interlocuteurs ont pu insister sur la dimension événementielle des mobilisations de mai 1968 dont la résolution des critiques a été programmée de manière dirigiste et centralisée par les grands corps techniques et administratifs. L’hétérogénéité de ces processus de prises intra-européennes vis-à-vis de l’habitat durable s’explique par une combinaison d’éléments : des représentations différentielles à l’égard des relations entre l’habitat et la nature, des périodisations variées de développement urbain, des conceptions diverses du rapport politique/ société, ainsi que des modèles hérités quant à l’État-providence (Némoz, 2009 ; 2016).

  • 1 Une distinction entre les dynamiques tacticiennes et les démarches stratégiques est ici opérée selo (...)

19Pour autant, ces particularités historiques nationales n’ont pas empêché une convergence croissante envers les mêmes référentiels internationaux. L’analyse des trajectoires institutionnelles discerne des processus changeants et non seulement des continuités. Ces mutations sont très variables d’un pays à l’autre, selon les régulations préexistantes, la morphologie du pouvoir et les arrangements à opérer envers le « format » européen de l’habitat durable (Némoz, 2009, p. 217 et suivantes ; Némoz, 2016, p. 40). Alors que le terme de « stratégie » a pu être bien souvent invoqué sur les différentes scènes politiques qui ont été empiriquement visitées, l’approche comparée des temporalités de ces ajustements décrit davantage des mouvements tactiques1 dans lesquels les acteurs nationaux dominants historiquement les politiques du bâtiment et de l’aménagement ont pu au coup par coup reconsidérer leurs intérêts au fur et à mesure des délais de l’Union Européenne et de la cadence onusienne.

Les devenirs déconcertants perçus dans l’habitat durable ou les temps faibles des variations sociales et existentielles

20Sur les terrains des habitations françaises conçues comme « durables » il y a dix ans (figure 2), l’analyse croisée des informations recueillies sur cette durée prolongée s’écarte d’un schéma d’explication simple de type cause à effet. Les résultats ne peuvent se réduire à un décompte de variables indépendantes qui influent sur des variables dépendantes. De là à conclure à l’inaction ? Les devenirs perçus dans l’habitat durable décrivent davantage une implémentation historiquement fluctuante de la politique dans les dynamiques non linéaires des vies quotidiennes. Ces cours d’action structurés et ouverts à l’inattendu s’apparentent à « mille manières de braconner », ainsi que Michel de Certeau désignait « les combinatoires d’opérations » des pratiques ordinaires (1990 : XXXVI). Les revisites permettent de saisir le caractère tacite et multiple de leurs variations existentielles, en identifiant des agencements sociaux complexes qui se forment, se délient ou se maintiennent entre des éléments matériels, physiques mais aussi symboliques, des significations, des aspirations, des idées ou encore des compétences, des savoirs, des qualifications et des techniques. La compréhension des rythmes spatiaux et temporels à partir de ces trames de relations sociales décèle comment les jeux institutionnels, artisanaux et industriels, analysés dans les années 2000 (Némoz, 2009), s’actualisent, se modifient ou s’altèrent dans des configurations faites de continuités et de discontinuités.

Exercer et habiter le temps du renouvellement urbain ou le trouble de situations quotidiennes dans le logement social

  • 2 Voir notamment sur ce sujet la journée d’études intitulée « Mener l’enquête de l’habitabilité » qui (...)

21La recherche d’un savoir des situations locales du développement de l’habitat durable et des expériences vécues se poursuit en 2017 par une confrontation à des paysages matériellement et physiquement transformés. Dix ans après les premières visites en plein chantier de rénovation et de construction de logements sociaux, les quartiers périphériques apparaissent fortement densifiés. L’observation est saisissante. La construction des anciennes parcelles de maraîchage et des friches témoigne d’une période d’urbanisation englobante à l’égard des enclaves urbaines. L’ethnographie peut alors faire résonance avec d’autres travaux de recherche qui ont analysé différentes dimensions de ces processus de renouvellement des villes (Allen et Bonetti, 2013 ; Epstein, 2013). Cependant, elle déborde les questions de participation des habitants et de réception des projets d’aménagement qui, depuis quelques années, sont davantage traitées par les études urbaines portant sur le développement durable et la transition écologique2.

  • 3 Les instruments mentionnés dans les entretiens réalisés en 2017 et 2018 ont été introduits après le (...)

22Les entreprises de qualification des expérimentations d’habitat social livré il y a dix ans se produisent à bas bruit. À l’heure où la « Stratégie Nationale Bas Carbone » (SNBC) est mise à jour selon les objectifs de l’Accord de Paris de limiter le réchauffement climatique à 2 °C, les entretiens réitérés auprès des institutions publiques locales décrivent une banalisation des changements vers la ville « compacte » où il s’agit moins d’un positionnement des collectivités en tant qu’animateurs de territoire. Elle est davantage attribuée à la mise en œuvre d’outils de planification « déjà là »3. Ressortir les documents archivés, superposer les tracés des plans, rapprocher les relevés photographiques, ou réécouter les bandes audio des faits et des dires à une décennie de distance, permet de refaire mémoire de l’environnement. C’est ce que nous ont confié les acteurs qui ont rendu possible la revisite des terrains, en acceptant de nous recevoir à nouveau. Auprès d’eux et de ceux que l’enquête n’avait pas rencontrés auparavant, le questionnement de la durabilité recueille un « trouble » au sens d’une gêne ressentie en dedans, pour soi plutôt qu’à travers un problème collectif et un discours articulé (Dewey, 1967). Les personnes présentes au quotidien, habitants ou professionnels des lieux, nous ont fait partager de telles situations. Ce peut être la méconnaissance des performances réelles des technologies expérimentées à l’instar des jardins d’hivers (Némoz, 2017c), des panneaux solaires, leur fragilité, voire l’abandon de certaines pièces par les services techniques des bailleurs sociaux face à la disparition des fournisseurs du marché. Ces devenirs déroutants côtoient d’autres situations invariantes, mais pas moins embarrassantes. Un des exemples ainsi signalés est le manque d’accessibilité pour affronter le handicap d’individus vieillissants dans un quartier de résidences rénovées en façades et, en toitures, mais aux parties communes très encombrées et non réaménagées depuis la date de construction des grands ensembles (Figure 3). Le doute est associé à une indétermination de la croyance perçue au cours d’une pratique (Peirce, 1993)

Figure 3 – Prises de vue au-dedans et au-dehors d’un ensemble d’habitat social rénové il y a dix ans dans le cadre d’un programme européen de développement durable (Némoz, 2018).

Réhabi(li)ter avant l’heure de la revitalisation rurale ou les anachronismes de l’architecture des gens

23Sur d’autres chantiers de rénovation de logements existants, mais en milieux ruraux, l’habitat est aussi dénommé « durable » par celles et ceux qui reconstruisent et/ou emménagent dans les années 2000 (Némoz, 2009). En France, il s’inscrit au sein d’espaces en croissance démographique à cette période (Laganier et Vienne, 2009). Si la maison individuelle continue d’être la forme de résidence préférée par de nombreux ménages français (Girard et Stoezel, 1947 ; Damon, 2017), son implantation désolidarisée de la ville n’a pas été politiquement recommandée pour la durabilité des modes de vie. L’artificialisation des sols non bâtis et l’usage de l’automobile dans des déplacements pendulaires sont jugés illégitimes d’un point de vue environnemental et international (partie 1). Au fur et à mesure de nos chroniques des situations locales, de petites entreprises d’artisans, de maîtres d’œuvre et des familles, propriétaires et maîtres d’ouvrage, nous ont fait part des qualités écologiques, sociales et économiques de la réhabilitation de bâtisses séculaires à la campagne. Ils les percevaient dans l’actualisation de l’architecture des gens vivant autrefois sur ces territoires isolés.

24Les travaux sont réalisés manuellement avec des matériaux locaux, peu transformés comme la terre crue, le bois ou le chanvre, sans gros moyens mécaniques, mais avec beaucoup de main-d’œuvre. De tels ouvrages leur semblent à la fois biosourcés, faiblement énergivores, ou émissifs en gaz à effet de serre, propices au plein air, à l’emploi et à l’accession. Les individus et les groupes étudiés ne manquent pas de rappeler un contexte. Il renvoie à une temporalité où les niveaux de température et de pollution sont déjà mesurés au cœur des métropoles, les prix de l’immobilier et du foncier en hausse comme les signes de la crise de 2008. Dix ans après, les effets d’une telle structuration ne cessent d’être observés par ceux que nous avons rencontrés et retrouvés. S’il n’a pas été toujours possible de revenir aux terrains passés de leurs activités et de leurs familles, les anachronismes de ces configurations ne sont pas caducs. Ils se redéfinissent, que ce soit sous les effets de phénomènes structurels, des cycles de vies privées et professionnelles, comme à travers le regard perplexe que le questionnement des politiques actuelles de rénovation énergétique et de revitalisation des centres bourgs a suscité auprès d’anciens maîtres d’œuvre en coopérative, aujourd’hui à la retraite, au chômage, ou en autoentreprise.

Figure 4 – Prises de vue des locaux professionnels de la réhabilitation rurale de l’habitat, d’une coopérative à une autoentreprise de maîtrise d’œuvre au cours de la dernière décennie (Némoz, 2008 ; 2018).

Vendre et faire construire des maisons individuelles « sur catalogue » ou les pesanteurs des temps d’application des normes

Figure 5 – Prises de vue à dix ans d’intervalle des bureaux de vente d’un constructeur de maisons standardisées en France (Némoz, 2008 ; 2018).

25Des configurations industrielles de l’habitat dit « durable » ont été à nouveau rencontrées, en commençant par les bureaux de vente où l’application des premières certifications françaises de haute qualité environnementale était affichée. Sur les relevés photographiques effectués à dix années de distance, les locaux des pavillons d’expositions sont facilement reconnaissables. Les transformations ne semblent guère perceptibles au premier regard. La vente de maisons sur catalogue a introduit les premiers modèles de ce type en 1961, lorsque l’entreprise « Phénix » a proposé un assemblage constructif de dalles de béton sur une structure métallique (Jaillet, 1982). Vingt ans plus tard, la part des maisons individuelles construites excédait celle des logements collectifs, en augmentant de 36 % à 62 % entre 1970 et 1980 (Lambert, 2015). Le marché du « décor pavillonnaire » n’est cependant pas figé. En 2006, acheter un habitat individuel représentait un coût d’achat supérieur d’en moyenne 4,2 années de revenus par ménage, une augmentation qui tend à diminuer la part d’acquéreurs appartenant aux deux premiers quartiles de niveau de vie (Briant, 2010).

26Les épreuves imputées à la hausse des prix ont été saisies au cours des observations des visites des pavillons témoins et des rendez-vous entre clients et commerciaux de 2006 à 2009. Les entretiens menés avec les familles ont remarqué leur intérêt pour une certification environnementale de leur futur pavillon, puis le renoncement faute de ressources suffisantes pour financer les équipements et les technologies vendus en options. Des récits de vies professionnelles ont été reconduits auprès des commerciaux exerçant dans les mêmes agences (Némoz, 2009 ; 2017).

27De la certification à la nouvelle réglementation thermique (RT 2012) et aux plans locaux d’urbanisme (SCOT, PLU-H), les acteurs de la commercialisation ont confié leurs sensations de lourdeur par rapport aux dispositifs de normalisation établis au nom de l’habitat durable. D’après eux, la multiplication des normes a contribué au renforcement de la hausse des coûts de conception et de construction et à une longue tendance à l’augmentation globale du prix d’achat. Depuis la crise de 2008, elle pèse fortement sur les chiffres d’affaires annuels des constructeurs et sur le sentiment d’inertie ressenti à l’égard des mois d’accompagnement commercial dans des parcours d’accession, de plus en plus incertains. Les devenirs en suspens et les contretemps relèvent d’une « situation problématique » (Dewey, 1967). Ils participent d’un phénomène perturbateur qui provoque en France une mise en question de l’évidence d’un développement continu du monde de la construction des maisons individuelles. En 2017, une logique d’enquête a été lancée par une trentaine d’entreprises, réunies autour d’un observatoire conçu comme « un écosystème de réflexion ». Il nous a remis la responsabilité de codiriger un travail de thèse de sociologie en Convention Industrielle de Formation par la Recherche.

Conclusion

28Les résultats présentés constituent un fragment des données recueillies sur les terrains de nos recherches sociohistoriques de l’habitat durable (Némoz, 2009 ; 2017 ; 2018). Les devenirs et les contretemps analysés ne sont qu’un échantillon d’extraits de l’histoire du projet et de ses transformations. Dans ces séquences contemporaines, les processus décrits rendent compte de confrontations, de distanciations et de connexions actives entre des temporalités plurielles. Les revisites de terrains multisitués montrent que leurs configurations ne sont pas statiques et continuent d’être en mouvement des années après.

29Ces dynamiques s’inscrivent dans une section rythmique internationale. Les pulsations onusiennes scandent un étalon de mesures temporelles longues de vingt ans autour de conférences isochrones et globales, ainsi qu’en témoigne l’ensemble des archives consultées sur le développement durable et l’aménagement bâti. Cette structuration de la durée en cadence affirme et réaffirme un temps chronométrique et un système de balisage supranational des politiques publiques. Ce tempo a une incidence sur l’emploi du temps européen. À ce niveau, le développement de l’habitat durable est moins définissable par un projet qu’il n’est perceptible à travers une temporalité, celle du présent conditionnel. Ce dernier a pour caractéristique de soumettre les politiques nationales à des exigences extérieures, conçues comme des préalables, non sans politesse, mais sans précédent pour ce qui concerne le secteur du logement.

30L’enquête menée en France, en Finlande et en Espagne montre que l’asymétrie des rythmes nationaux de l’action publique n’empêche pas un alignement au cours des décennies les plus récentes. Les ajustements et leurs écarts ne sont pas seulement temporels, ils sont tactiques. Cette analyse rend intelligible leur caractère fluctuant qui dépasse le cadre théorique des notions d’émergence et de dépendance au sentier. Des combinatoires d’opérations plutôt que des trajectoires sédimentées, l’étude circonstanciée des temporalités politiques discerne l’envers d’un cadrage stratégique à l’endroit du développement de l’habitat durable. Bien souvent assimilés à des revers, les contretemps déconcertent et, ce faisant, dénotent une prénotion dominante sur la durabilité, celle d’un temps planifié de manière unifiée.

31L’apport des recherches de terrains reconduites sur le long cours est d’approfondir une multiplicité de rythmes encastrés non seulement dans les politiques mais aussi à travers les pratiques et les représentations sociales. Les situations vécues au nom de l’habitat durable sont encore aujourd’hui ressenties de manière trouble, voire qualifiées d’anachroniques, ou de problématiques. Les circonstances inopinées n’entrent pas dans les schémas explicatifs de type cause à effet et les analyses comptables des impacts des dispositifs. Or, ce sont les parties faibles des devenirs perçus par les professionnels et les habitants. Une telle portée peut difficilement être saisie aux premières visites. Elle implique l’engagement de méthodes empiriques plus intensives qui ne se détournent pas des épreuves existentielles et sociales, mais y retournent, au risque de constater que les configurations observées et théorisées il y a une décennie ne sont pas neutres au jour le jour et année après année. Pluraliser le sens de l’habiter à l’heure du développement durable aiguise les enjeux d’une définition relationnelle des temporalités.

Haut de page

Bibliographie

Allen B., Bonetti M., 2013. Des quartiers comme les autres ? La banalisation urbaine des grands ensembles en question, Paris, Comité d’évaluation et de suivi de l’ANRU, La Documentation française.

Alphandéry P., Djama M., Fortier A., Fouilleux E., 2012. « Introduction générale. Enjeux politiques de la normalisation au nom du développement durable », in Alphandéry P., Djama M., Fortier A., Fouilleux E. (dir.), Normaliser au nom du développement durable, Versailles, Éditions Quae, p. 9-22.

Barthel P.-A., 2014. « L’exportation au Maroc de la « ville durable » à la française », Métropolitiques [en ligne]. URL : http://www.metropolitiques.eu/L-exportation-au-Maroc-de-la-ville.html

Béal V., Gauthier M., Pinson G., (dir.), 2011. Le développement durable changera-t-il la ville ? Le regard des sciences sociales, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne.

Boutaud B., 2009. « Quartier durable ou éco-quartier ? », Cybergeo : European Journal of Geography, http://cybergeo.revues.org/22583

Briant P., 2010. « L’accession à la propriété dans les années 2000 », INSEE Première, Division Logement, n° 1291, Paris.

Bunz K., Henze G., Tiller D., 2006. “Survey of sustainable building design practices in north America, Europe, and Asia”, Journal of Architectural Engineering, 1 (12), p. 33-62.

Burawoy M., 2003. “Revisits : An Outline of a Theory of Reflexive Ethnography”. American Sociological Review, 68/5 : p. 645-679.

Burawoy M., 2010. « Revisiter les terrains. Esquisse d’une ethnographie réflexive » in Céfai D., (dir.), L’engagement ethnographique. Paris : Éditions de l’EHESS.

Carriou C., Ratouis O., 2014. « Quels modèles pour l’urbanisme durable ? », Métropolitiques, URL : https://www.metropolitiques.eu/Quelsmodeles-pour-l-urbanisme.html

Cee, 1990. Livre vert sur l’environnement urbain, communication de la Commission au Conseil et au Parlement, Luxembourg, office des publications officielles des communautés européennes.

Céfai D., (dir.), 2010. L’engagement ethnographique. Paris, Éditions de l’EHESS.

Certeau (de) M., 1990. L’invention du quotidien, 1. Arts de faire, Paris, Gallimard.

Commaille J., Simoulin V., Thoemmes J., (dir.), 2014. « Temporalités et action publique », Temporalités 19.

Da Cunha A., Knoepfel P., Leresche J.-P., Nahrath S., (dir.), 2005. Enjeux du développement urbain durable. Transformations urbaines, gestion des ressources et gouvernance, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes.

Damon J., 2017. « Les Français et l’habitat individuel : préférences révélées et déclarées », SociologieS [En ligne], Dossier « Où en est le pavillonnaire ? », http://sociologies.revues.org/5886

Déloye Y., 2007. Sociologie historique du politique, Paris, La Découverte, coll. « Repères ».

Denzau A., North D. C., 1994. “Shared mental models : ideologies and institutions”, Kyklos, 47, p. 3-30.

Desjeux D., 2004. Les sciences sociales, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? ».

Dewey J., 1967. Logique, la théorie de l’enquête, traduit par G. Deledalle, Paris, PUF.

Dobré M., 2002. L’écologie au quotidien. Éléments pour une théorie sociologique de la résistance ordinaire, Paris, L’Harmattan, coll. « Sociologies et environnement ».

Donzelot J., 2012. À quoi sert la rénovation urbaine ? Paris, Presses Universitaires de France.

Elias N., 1985. La société de cour, Paris, Flammarion.

Elias N., 1999. Du temps, Paris, Pocket.

Emelianoff C., 2007. « La ville durable : l’hypothèse d’un tournant urbanistique en Europe », L’information géographique, 3(71), p. 48-65.

Epstein R., 2013. La rénovation urbaine. Démolition-reconstruction de l’État, Paris, Presses de Sciences Po.

Gibbs D., Krueger R., Macleod G., 2013. “Grappling with smart city politics in an era of market triumphalism”, Urban Studies, 50 (11), p. 2151-2157.

Girard A., Stoezel J., 1947. Désirs des Français en matière d’habitation urbaine : une enquête par sondage, Paris, PUF-INED.

Goffman E., 1974. Frame Analysis: An essay on the organization of experience, Cambridge, Harvard University Press.

Goxe A., 2010. « L’évaluation des politiques territoriales au regard du développement durable », in Zuindeau B. (dir.), Développement durable et territoire, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, p. 71-81.

Guekiere L., 2003. « Politique du logement en Europe. Un processus de décentralisation largement engagé », Territoires 2020, 8, p. 35-43.

Guermond Y., 2006. « Repenser l’urbanisme par le développement durable ? », Natures Sciences Sociétés, 1(14), p. 80-83.

Gurvitch G., 1961. La multiplicité des temps sociaux, Paris, Centre de documentation universitaire.

Haillet P.-P., 2002. Le conditionnel en français : une approche polyphonique, Paris, Ophrys, coll. « L’essentiel Français ».

Jaillet M.-C., 1982. Les pavillonneurs : la production de la maison individuelle dans la région toulousaine, Paris, Éditions du CNRS.

Krueger R., Gibbs D., (dir.), 2007. The sustainable development paradox. Urban political economy in the United States and Europe, New York, The Guilford Press.

Laé J.-F., Murard N., 2011. Deux générations dans la débine. Enquête dans la pauvreté ouvrière, Paris, Bayard.

Laferté G., 2006. « Des archives d’enquêtes ethnographiques pour quoi faire ? Les conditions d’une revisite », Genèses, 63(2), p. 25-45.

Laganier J., Vienne D., 2009. « Recensement de la population de 2006. La croissance retrouvée des espaces ruraux et des grandes villes », Insee Première, n° 1218, janvier.

Lascoumes P., Le Gales P., 2007. Sociologie de l’action publique, Paris, Armand Colin, coll. « 128 ».

Mahoney J., 2001. “Path dependence in historical sociology”, Theory and Society, 29, p. 507-548.

Manseau A., Seaden G., (dir.), 2002. Innovation in construction. An international review of public policies, Londres, Routledge.

Mathieu N., 2009, « Les enjeux du développement rural pour une société durable. », Les Grands Causses, terre d’expériences, Florac, Éditions du Parc national des Cévennes, p. 342-350.

Mills C. W., 1978. L’imagination sociologique, Paris, Maspéro.

Moussis N., 2004. Guide des politiques de l’Europe, Paris, Mols.

Némoz S., 2009. L’ « éco-logis » : une innovation durable… Analyse sociologique de l’écologie résidentielle en France et au détour de la Finlande et de l’Espagne, Paris, Thèse de doctorat, Université Paris Descartes-Sorbonne.

Némoz S., 2016. « L’“éco-logis” politique : un dépaysement critique de l’habitat durable en Europe. » Sciences de la société, 98, p. 31-43.

Némoz S., (dir.), 2017a. « L’habitat durable à l’épreuve des espaces et des temps sociaux », Recherche CRYSALIDE 2017, lauréat de l’appel du Service de recherche de l’Université de Franche-Comté, Maison des Sciences de l’Homme et de l’Environnement (MSHE Ledoux, USR 3124).

Némoz S., 2017b. « Environnement et habitat : des Relations Internationales revisitées par la sociologie historique comparative », 14e Congrès de l’Association Française de Science Politique, Montpellier, https://www.afsp.info/congres/congres-2017/sessions/sections-thematiques/st72/

Némoz S., 2017c. « Pistes pour une pragmatique terrestre : quels jardins pour dessiner quelles communautés ? », Cinquième journée de l’atelier AC/DD « Habiter la transition. Des pratiques existantes aux politiques de transition : circulations et ambiguïtés. », Maison des Sciences de l’Homme et de l’Environnement (MSHE Ledoux, USR 3124), LaSA EA 3189, AMUP EA 7309 et la Région Bourgogne-Franche-Comté, Besançon, 12 octobre 2017.

Némoz S., (dir.), 2018. « Revisiter les écologies de l’habiter comme une mosaïque sociale », Recherche CRYSALIDE 2018, lauréat de l’appel du Service de recherche de Franche-Comté, Maison des Sciences de l’Homme et de l’Environnement (MSHE Ledoux, USR 3124).

Perkins H. A., 2013. “Consent to neoliberal hegemony through coercive urban environmental governance”, International Journal of Urban and Regional Research, 37(1), p. 311-332.

Pierce C. S., 1993. À la recherche d’une méthode, traduit sous la direction de G. Deledalle, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan.

Renauld V., 2012. Fabrication et usage des écoquartiers français : éléments d’analyse à partir des quartiers De Bonne (Grenoble), Ginko (Bordeaux) et Bottière-Chénaie (Nantes), Thèse de doctorat, INSA de Lyon.

Rudolf F., 2007. « Les écoquartiers : une contribution socio-technique à la réception du développement durable en Allemagne », Revue de l’Allemagne et des pays de langue allemande, 3(39), p. 343-352.

Souami T., 2009. Écoquartiers : secrets de fabrication. Analyse critique d’exemples européens, Paris, Les carnets de l’info.

Tietzman E Silva J. A., 2007. Vers un droit pour les établissements humains durables, Thèse de doctorat, Faculté de droit et des sciences économiques, Université de Limoges.

Weber M., [1921] 1971. Économie et société. Tome I, Paris, Plon.

While A., Jonas A. E. G., Gibbs D., 2004. “The environment and entrepreneurial city: Searching for the urban ‘sustainability fix’ in Manchester and Leeds”, International Journal of Urban and Regional Research, 28(3), p. 549-569.

Zaccai E., 2008. « Catastrophisme, “bonne vie”, écologie et développement durable », Colloque international sur la problématique du développement durable vingt ans après : nouvelles lectures théoriques, innovations méthodologiques, et domaines d’extension, Lille, Clersé-USTL.

Haut de page

Notes

1 Une distinction entre les dynamiques tacticiennes et les démarches stratégiques est ici opérée selon la définition de Michel de Certeau : « […] j’appelle “tactique” l’action calculée que détermine l’absence d’un propre. […] La tactique n’a pour lieu que celui de l’autre. Aussi doit-elle jouer avec le terrain qui lui est imposé tel que l’organise la loi d’une force étrangère. Elle n’a pas le moyen de se tenir en elle-même, à distance, dans une position de retrait, de prévision et de rassemblement de soi : elle est mouvement “à l’intérieur du champ de vision de l’ennemi” […] et de l’espace contrôlé par lui. Elle n’a donc pas le moyen de se donner un projet global ni de totaliser l’adversaire dans un espace distinct, visible et objectivable. Elle fait du coup par coup. Elle profite des “occasions” et elle en dépend, sans base où stocker les bénéfices, augmenter un propre ou prévoir des sorties. Ce qu’elle gagne ne se garde pas. Ce non-lieu lui permet sans doute la mobilité, mais dans une docilité aux aléas du temps, pour saisir au vol les possibilités qu’offre un instant. Il lui faut utiliser, vigilante, les failles que les conjonctures particulières ouvrent dans la surveillance du pouvoir propriétaire. Elle y braconne. Elle y crée des surprises. Il lui est possible d’être là où on ne l’attend pas. Elle est ruse. » (1990, p. 60-61).

2 Voir notamment sur ce sujet la journée d’études intitulée « Mener l’enquête de l’habitabilité » qui a été organisée le 18 mai 2017 par l’Atelier AC/DD « Habiter la transition » : http://www.reseaucritiquesdeveloppementdurable.fr

3 Les instruments mentionnés dans les entretiens réalisés en 2017 et 2018 ont été introduits après les lois de Solidarité et Renouvellement Urbain (2000), du Grenelle II de l’environnement (2010) et celle du 13 juillet 2013 « relative à la mobilisation du foncier public en faveur du logement et au renforcement des obligations de production de logement social ». Celles-ci visent à ce que les communes formalisent leurs orientations en termes de développement économique, social, environnemental et urbanistique dans un Projet d’Aménagement et de Développement Durable (PADD) et les concrétisent à travers des outils de planification : Schémas de Cohésion Territoriale (SCOT), Plans Locaux d’Urbanisme et de l’Habitat (PLU-H).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1 – Terrains d’enquêtes auprès des acteurs de l’institutionnalisation de l’habitat durable en France, en Finlande et en Espagne (Némoz, 2009).
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/5618/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Légende Figure 2 – Ethnographie multisite des écologies résidentielles en France (Némoz, 2009).
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/5618/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/5618/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/5618/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/5618/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Légende Figure 3 – Prises de vue au-dedans et au-dehors d’un ensemble d’habitat social rénové il y a dix ans dans le cadre d’un programme européen de développement durable (Némoz, 2018).
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/5618/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/5618/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Légende Figure 4 – Prises de vue des locaux professionnels de la réhabilitation rurale de l’habitat, d’une coopérative à une autoentreprise de maîtrise d’œuvre au cours de la dernière décennie (Némoz, 2008 ; 2018).
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/5618/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/5618/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Légende Figure 5 – Prises de vue à dix ans d’intervalle des bureaux de vente d’un constructeur de maisons standardisées en France (Némoz, 2008 ; 2018).
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/5618/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 6,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Némoz, « Contretemps et devenirs : les temporalités plurielles de l’habiter à l’heure du développement durable », Temporalités [En ligne], 28 | 2018, mis en ligne le 10 mai 2019, consulté le 17 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/5618 ; DOI : 10.4000/temporalites.5618

Haut de page

Auteur

Sophie Némoz

UFR Sciences du langage, de l’homme et de la société, Laboratoire de Sociologie et d’Anthropologie, Université Bourgogne Franche-Comté (LaSA – UBFC)
sophie.nemoz@univ-fcomte.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page