Navigation – Plan du site

Introduction

Natalia Leclerc et Jérôme Sawtschuk

Texte intégral

Prologue

1Ce projet de numéro thématique intitulé « Approches temporelles du développement durable » a été lancé fin 2017. L’appel à articles1 questionnait notamment le rôle des actions politiques dans les transitions, la perception des temporalités et le changement de comportements. Depuis le lancement de ce numéro, de nombreux événements ont eu lieu, illustrant la complexité et l’imprévisibilité des dynamiques sociales en lien avec le développement durable. En France, la démission de Nicolas Hulot, ministre d’État à la Transition écologique et solidaire, a révélé la persistance de verrous à la mise en œuvre d’une transition écologique ; au moment de cette démission, des marches pour le climat se mettaient en place ; au même moment encore, des appels étaient lancés comme celui des Coquelicots pour l’interdiction des pesticides de synthèse2 ou la pétition lancée par l’Affaire du siècle3 signée par plus de deux millions de personnes qui entreprend le dépôt d’un recours contre l’État pour qu’il respecte ses engagements climatiques. Parallèlement, la mise en œuvre de la taxe carbone sur les carburants provoque le lancement du mouvement des gilets jaunes qui met en question le fonctionnement démocratique. Au niveau international, fin 2018, le rapport du GIEC est à nouveau sans appel ; tandis que les théories de l’effondrement, qui pouvaient jadis passer pour des prédictions faites par des sortes de gourous pessimistes et misanthropes, acquièrent audience et reconnaissance.

2Pendant ce temps, ce numéro de Temporalités est confectionné, et nécessairement, cette actualité influence sa conception éditoriale et peut-être que cette rencontre entre les sciences et l’actualité a un impact sur la nature même de l’écriture.

3S’intéresser aux approches temporelles du développement durable conduit à appréhender les divers aspects des temporalités telles que ces dernières sont étudiées dans cette revue : des temporalités multiples, distinctes du temps physique, qui lui, est unique – si tant est qu’il ne soit pas une construction théorique ; des temporalités rythmées par des successions variables, et non, comme dans le temps physique, linéaire ; des directions qui se combinent entre elles, et non une flèche du temps singulière. Le développement durable est multidimensionnel, et se prête à une lecture au prisme des temporalités humaines et sociales.

4Le contexte aujourd’hui bien documenté de bouleversement climatique, combiné à une perte massive de biodiversité, et à des pollutions elles aussi radicales, comporte plusieurs menaces pour l’humanité, pour sa survie même selon certains, pour sa santé et son niveau de vie indubitablement. Sur ces points, les analyses divergent : le niveau d’incertitude et d’imprédictibilité augmente, proposant aux sciences de nouveaux défis à relever, car comment construire des savoirs et des politiques lorsque l’indétermination rend complexes les projections ? La complexité est d’autant plus grande que ces facteurs engendrent des problématiques sociales et économiques sans précédent, et très différenciées selon les points du globe que l’on envisage, le changement climatique pouvant par exemple renforcer les inégalités au niveau de la santé (Hajat, 2014 ; Watts et al., 2018). C’est bien dans leur globalité qu’il faut envisager les contextes de vie des sociétés et des humains, dans leur interdépendance, avec une approche systémique. Les temporalités qui les rythment n’échappent pas à ces bouleversements et des formes de temporalités émergent tandis que d’autres sont mises de côté.

5Une idée semble actuellement progresser : celle selon laquelle les bouleversements en cours sont marqués du sceau de l’urgence, y compris au sens vital. L’urgence requiert une réaction immédiate, abolit le temps. On songe à l’emploi de ce terme dans le domaine médical, comme désignant une situation qui conduit à la mise en place de protocoles de soin particuliers. La notion est également importante dans le champ juridique, et renvoie aussi, que ce soit en droit civil ou constitutionnel, à des procédures différentes de celles qui ont cours en contexte normal, ou à un régime d’exception, l’état d’urgence. L’urgence est donc hors norme, et instaure un régime temporel particulier, relativement aux rythmes des divers processus humains et sociaux, qui sont accélérés voire complètement remplacés.

6Son autre particularité est qu’elle s’impose, qu’elle est un fait – même si elle comporte une dimension de jugement de valeur (on décrète un état d’urgence) – et qu’elle contraint donc les personnes à réagir face à elle. L’état d’urgence est instauré quand l’urgence est déjà là ; une procédure urgente est requise lorsque la situation a atteint un niveau de gravité et de danger qui rend indispensable une réponse immédiate. L’urgence relève donc du domaine du subi plutôt que du choisi.

7Cela se vérifie dans les domaines qui nous intéressent ici, puisque l’urgence environnementale, sociale ou économique débouche sur des dispositifs extra-ordinaires. Or ceux-ci constituent une menace pour les temporalités humaines, sociales et environnementales en ce qu’ils peuvent modifier des manières de procéder habituellement associées à l’état de droit. De plus, lorsque les urgences sont multiples, elles peuvent entrer en concurrence entre elles : l’actualité française de la fin de l’année 2018 l’a montré avec des slogans qui opposent la fin du mois et la fin du monde. 

8La réponse à l’urgence est-elle d’accélérer encore les processus destinés à résoudre les problèmes rencontrés, au risque d’effets collatéraux sur la démocratie ou sur les politiques sociales et environnementales ? Ou l’urgence implique-t-elle, justement, de ralentir pour restaurer le temps là où il a été aboli pour éviter l’irréversible ?

9Un autre régime temporel fréquemment évoqué dans le champ du développement durable est précisément celui qui lui semble symétriquement opposé, celui de la crise (cf. Temporalités n° 13) : l’un suggère une évolution régulière et maîtrisée (durable), l’autre un surgissement, une catastrophe au sens étymologique, c’est-à-dire un coup de théâtre. Une situation critique, au sens propre, est une situation décisive, le terme krisis désignant le jugement. Elle est donc une situation où un reversement est en train de s’opérer et de résoudre le problème (on parle de « sortie de crise ») pour aller vers une nouvelle situation, un nouvel état, qui aura dépassé le nœud du départ. Or dans la compréhension habituelle de ce concept, influencée par exemple par les sciences économiques, les crises sont perçues comme cycliques, et comme finissant toujours par trouver une résolution, dans un processus où le degré d’intervention et de volonté des individus et des groupes sociaux est variable. Pour sortir de la crise, il peut être suffisant de laisser faire, de manière à ce que des mécanismes de dénouement se mettent en place d’eux-mêmes. Dans cette appréhension de la crise, les temporalités sont, comme on l’a évoqué, plutôt subies (comme le temps au sens physique), qu’agies. L’humain est prisonnier du temps physique, mais est ou doit pouvoir être acteur de ses temporalités propres, sociales ou individuelles. Si on considère que les menaces sur le climat ou la biodiversité ne sont que des crises, quel pouvoir d’agir est laissé à l’humain ? Quelles politiques peuvent être mises en œuvre pour modifier la donne ?

10Si l’on considère que l’on fait face à une crise, telle qu’elle a été provoquée par l’humain par manque de prospective, de contrôle et de lucidité, telle que ses conséquences dépassent l’imaginable, quels modes de reprise en main imaginer, en termes de politiques publiques, de stratégies, puisque la sortie de crise se fera, un jour ou l’autre ? C’est plutôt la recherche d’une transition, pour évoluer vers un état autre, qui permet de reprendre le contrôle de ce qui a échappé à l’humain et de déployer un pilotage qui considère non seulement le réel, mais aussi les divers possibles à venir, et non de se contenter de réagir dans le temps présent, à l’urgence qui s’impose. Envisager la situation des écosystèmes comme une « crise à régler dans l’urgence » ne permet que d’agir dans le présent et risque de semer les graines d’une nouvelle crise à venir.

11Paradoxalement, et face à la nécessité de reconnaître le pouvoir d’agir et la responsabilité des humains, un concept a émergé lors des deux dernières décennies : l’anthropocène (Crutzen et Stoermer, 2000). Cette nouvelle ère géologique, qui fait encore débat parmi les géologues, correspondrait à une évolution géologique liée à l’influence exponentielle de l’homme sur la planète, désignée sous le vocable de « grande accélération ». L’anthropocène pourrait avoir pris la suite de l’holocène suites aux révolutions techniques (agriculture, industrie) et énergétiques (Fressoz et Bonneuil, 2016), et marquerait le moment de l’histoire de la planète où l’humain devient une force géologique à part entière et le premier facteur de modification des écosystèmes.

12Cette notion est particulièrement séduisante par son caractère radical et par l’idée que l’humanité a elle-même engendré un changement d’ère géologique, créé, en somme, une fracture temporelle, et reflète de manière très pédagogique le rôle de l’humain dans les perturbations encourues. Elle prête toutefois aussi le flanc à la critique puisqu’elle conduit à rendre toute l’humanité responsable des modifications constatées, de manière uniforme, là où la responsabilité des différents États, et, au sein des États, celle des différents groupes sociaux, varie très nettement. La responsabilité des pays développés (passée et actuelle) est sans commune mesure avec celle des pays en développement, et, si l’on tient à l’idée d’une entrée dans une nouvelle ère géologique, celle de « Capitalocène » est alors peut-être plus juste (Altvater et al. 2016). De même, on sait que les franges de la population les plus fortunées occasionnent, par leur niveau de vie, des pollutions et émissions bien plus importantes que les personnes les moins aisées, et faire porter la responsabilité de la destruction des écosystèmes et des bouleversements à toute l’humanité conduit à revenir à ce que l’on cherche à éviter, à savoir une vision unificatrice et omettant la diversité propre aux sociétés humaines. Pourtant, cette vision unificatrice est aussi une clé dans la réflexion sur l’action politique à mener et permet une compréhension systémique, qui englobe tous les humains et ceux-ci dans un écosystème global : c’est l’approche de Bruno Latour (2015), dont le fondement est l’idée que nous faisons tous partie d’un système terre (l’hypothèse Gaïa), et que l’action politique (et individuelle) doit prendre en compte cette interconnexion, cette structuration en réseau.

13On peut d’ailleurs se demander quelles sont les conséquences de cette vision réticulaire sur la pensée des temporalités : celles-ci ne doivent-elles pas être appréhendées sur le même modèle, non seulement dans leur multiplicité et concomitamment les unes des autres, mais aussi en embranchements et interconnexions ?

14Une autre pensée qui est souvent liée à celle du développement durable par les solutions qu’elle propose, et qui se révèle tout aussi paradoxale si l’on soutient l’existence de temporalités multiples est celle du progrès technique. Celui-ci, notamment sous sa forme numérique, est compris comme la solution voire la panacée aux problématiques que nous affrontons. Plutôt que de « régresser » – si tant est que l’histoire avance ou recule – l’humain préfère « aller de l’avant », dans un sens qui est compris comme étant celui de l’histoire – du moins depuis que le siècle des Lumières a pensé ce dernier. Si le progrès est naturellement souhaitable, notamment dans sa variante sociale, l’idée selon laquelle ses modalités de mise en œuvre doivent être soigneusement réfléchies gagne du terrain. Et en tout cas, si le progrès technique est difficilement jugulable, du fait même de l’ingéniosité et de la créativité humaines, le risque à éviter est celui de la restauration de la linéarité monodirectionnelle du temps physique. Des contestations de la nécessité même du progrès gagnent en audience et s’accompagnent de la remise en cause de l’idée de développement ou de croissance (Jarrige, 2016).

15Le progrès technique est souvent la solution la plus acceptable socialement, la plus facile à faire accepter car portant le discours encore connoté positivement du progrès, qui esquive toutefois l’effort de modifier le système en profondeur. Le progrès permettrait de conserver (voire d’augmenter) un niveau de confort et de vie : ainsi la transition énergétique se traduit souvent par la simple adaptation technologique d’un système en place (comme l’isolation des bâtiments, l’évolution vers la voiture électrique) plutôt que la remise en cause de l’organisation du système. Par exemple, il est plus efficace de réduire les distances en augmentant la densité urbaine pour diminuer la consommation d’énergie et améliorer l’efficacité des transports, que d’augmenter la vitesse et la complexité des réseaux de transports pour s’adapter aux formes urbaines étalées. Cet « urbanisme passif » (Calthorpe, 2010) est évidemment plus difficile à faire accepter car il nécessite de penser autrement la manière de faire la ville et notamment de remettre en cause les choix réalisés dans le passé, comme le tout automobile. Le progrès peut donc apparaître comme un argument bien paresseux, et devrait laisser la place aux progrès au pluriel, et même sans doute aux évolutions, terme qui évite la connotation orientée vers l’avant du terme « pro-grès ». Celui d’« évolution » appartient en outre à la même famille que révolution, et le mouvement nécessaire à la résolution des problèmes qui se posent à nous et aux générations à venir demande peut-être une révolution (au sens physique, c’est-à-dire un tour complet sur soi-même) plutôt qu’une progression linéaire – continuité qui, de toute façon, ne peut guère se maintenir du fait des « crises » et de « l’urgence » évoquées précédemment.

16Cette révolution s’observe d’ailleurs de plus en plus avec l’émergence d’un retour à la simplicité, à la sobriété. Lors des vingtièmes assises européennes de la transition énergétique4, a eu lieu pour la première fois une session plénière sur les politiques publiques en faveur de la sobriété énergétique5. Rahel Gessler a présenté le cas de la ville de Zurich où 77 % des habitants se sont prononcés en faveur de la réduction de la consommation d’énergie lors d’une votation en 2008 : dix ans après, la ville a fait baisser la consommation de 1 000 watts par habitant. La notion de frugalité en architecture et urbanisme a émergé depuis quelques années6 et tend à remettre en cause la croyance en une smart-city hypertechnologique. Une hybridation des progrès semble se produire avec l’émergence de la Fab City7 qui profite des avantages du numérique comme un levier pour relocaliser la production et réduire les consommations de matière et d’énergie (Rumpala, 2018), modèle reprenant au final la cohérence d’un système urbain intelligent qui existe en certains endroits depuis la ville médiévale (Rochet, 2018).

17Des solutions aux défis que l’humanité affronte sont donc recherchées, et c’est ce que le vocable de « développement durable » est censé recouvrir encore aujourd’hui – alors qu’il se réfère au contexte de sa naissance, à savoir les années 1970, époque d’une prise de conscience accompagnée de lois qui auraient dû être décisives (Clean Air Act en 1970) mais aussi celle où l’on songeait encore à continuer à se développer tout en faisant en sorte que cela soit possible durablement, c’est-à-dire sans fondamentalement changer les modèles. Aujourd’hui, la situation est très différente et le récent rapport du GIEC est sans appel sur les échéances. Si les termes de « développement durable » ou de « durabilité » sont toujours employés, les visions du monde qu’ils recouvrent, elles, commencent à être obsolètes, et l’idée d’une transition, qui implique un changement d’état, opéré à un rythme impliquant toujours une durée, tend à prendre la place ou la suite de la durabilité. Dans les visions des temporalités de ces changements, une place de plus en plus importante est faite aux idées de renversements (les différents pics à venir) voire d’effondrement, théorie dont l’audience est grandissante.

18Les solutions pour modifier radicalement la situation se conjuguent nécessairement avec les agendas politiques. Pour pouvoir être mises en œuvre, elles doivent trouver un ancrage dans l’action non seulement individuelle, mais aussi et surtout publique, faute de quoi il sera difficile d’atteindre une masse critique susceptible d’avoir un effet réel. Or l’action politique, et avant cela la conception des problèmes en tant que problèmes politiques – qui concernent donc la cité, c’est-à-dire l’intérêt général – avancent selon des tempos assez différents (cf. n° 19 de Temporalités), et celui de l’agenda électoral en est un, qui soulève immédiatement la question du court-termisme ; se pose également la question de la continuité des actions, commencées mais pas continuées selon les alternances et changements d’équipe.

19Comment faire des questions de biodiversité, de climat et de « durabilité » des questions réellement politiques, c’est-à-dire relevant du bien commun et de l’intérêt général ? Et quelles solutions proposer pour que les temporalités soient choisies et non subies ?

L’heure de la (des) transition(s) ?

20Les temporalités mises en évidence par les auteurs des textes qui composent ce dossier peuvent être lues selon plusieurs fils thématiques.

Une gestion des ressources à « contretemps » ?

21Ainsi, le numéro aborde la question du lien entre les temporalités des ressources et des temporalités humaines et sociales. Il comporte un texte d’Olivier Vidal, chercheur en sciences de la matière, qui met ces temporalités humaines et sociales en perspectives avec le monde physique et qui interroge la disponibilité des ressources en matières premières nécessaires à la production continuant selon un schéma « business as usual », et la pertinence, donc, du modèle de croissance qui sous-tend cette production, avec la consommation de biens manufacturés qui lui est associée. La dimension temporelle mise en évidence dans ce texte est celle de l’accélération. L’auteur souligne aussi les effets paradoxaux du développement des énergies renouvelables qui pourraient aller à l’encontre d’une sobriété énergétique, en remettant en question la temporalité de l’épuisement des ressources. L’extraction des ressources minières devient de plus en plus gourmande en énergie et pourrait être compromise par la raréfaction des sources d’énergies fossiles, mais maintenue par les énergies renouvelables. Les limites environnementales d’un développement trop rapide des énergies renouvelables est une idée que l’on trouve aussi dans le texte de Laura Durand, Annaig Oiry et Angélique Palle.

22Le texte de Manon Gallien, Carole Chazoule et Philippe Fleury aborde les problématiques liées à la ressource en eau en lien avec les systèmes agricoles, et ce sont les temporalités et de ce fait les stratégies multiples qui en découlent qui sont mises en évidence, selon qu’elles relèvent de la préservation de la ressource sur la longue durée ou de mesures d’urgence en réponse à des problématiques de santé publique. Les enjeux sont ici sociaux et économiques, et portent aussi sur les modes de production agricole, puisque celle-ci peut prendre des formes industrielles comme traditionnelles, aujourd’hui souvent qualifiées, paradoxalement, d’« alternatives ». Les temporalités de ces enjeux sont là encore multiples, puisqu’on y trouve celle des processus écologiques, comportant des phénomènes de rémanence parfois très longs, celle des changements de pratiques des agriculteurs, qui passe d’abord par un changement dans leurs valeurs et leurs représentations, ou encore celle des changements organisationnels des systèmes agricoles et des territoires. Les études réalisées sur des terrains situés dans le sud-est de la France illustrent la manière dont toutes ces temporalités se conjuguent et permettent de mieux comprendre les mécanismes nécessaires à la résolution des problématiques de qualité de l’eau.

23Cette question du temps long de la gestion des ressources naturelles est également développée dans l’article de Sylvain Le Berre et Sophie Bretesché sur le suivi environnemental des mines d’uranium. L’analyse du devenir des sites sur la longue durée contribue à faire émerger un problème environnemental par sa « mise en mots » qui révèle des divergences d’analyses entre gestion des risques et gestion environnementale : les bilans environnementaux se concentrent essentiellement sur les impacts passés sur le territoire occultant la question du risque radiologique à (très) long terme. Les auteurs illustrent aussi plus globalement les temporalités plurielles et segmentées de l’exploitation d’uranium : la période de l’après-guerre, où l’industrie nucléaire est synonyme d’avenir, de progrès et d’indépendance énergétique ; puis à partir des années soixante-dix les volumes de production d’uranium augmentent et une contestation des activités minières apparaît ; enfin la baisse de la valeur de l’uranium mène à l’arrêt de l’exploitation en 2001 faisant évoluer les questions environnementales vers la gestion de cet héritage industriel.

Temporalités de l’action publique

24Au-delà des temporalités humaines, individuelles, d’une part, et sociales, collectives d’autre part, les temporalités des ressources et des écosystèmes rencontrent également celles de la planification et de l’action publique. La protection de la ressource aquatique passe par une réglementation dédiée (Gallien, Chazoule, Fleury), mais également par des dispositifs de labels (tels que celui de l’agriculture biologique ou l’AOC), qui orientent les choix des consommateurs. L’action publique est ici d’autant plus pressante que les enjeux liés à la qualité de l’eau relèvent à la fois de la protection des écosystèmes et de la santé publique. La multiplicité des temporalités en jeu dans ces dispositifs est d’autant plus sensible que les questions locales (celles des territoires agricoles) et les questions humaines, individuelles (les choix des consommateurs et leur rapport à leur santé par exemple) se conjuguent à un traitement effectué à l’échelle européenne, celle des réglementations et de leur temporalité institutionnelle propre. Par exemple la directive-cadre sur l’eau (DCE) de 2000, qui instaure l’obligation de protéger et restaurer la qualité des eaux et des milieux aquatiques, était en avance sur la réglementation française : ses principes sont intégrés dans la loi française en 2006 et 2009. Il a donc fallu un temps d’adaptation des institutions et des pratiques en France, et les objectifs de qualité de l’eau fixés pour 2015 par l’Europe n’ont pas pu être atteints (Maillet, 2015). Cette diversité de temporalités est d’autant plus intéressante à étudier qu’elle s’orchestre dans un système englobant l’ensemble : celui auquel l’humain comme être social ainsi que la nature appartiennent tous deux.

25L’article de Clémence Guimont rappelle en quoi la protection de la biodiversité est un enjeu de politiques publiques ainsi que le lien entre l’érosion désormais très rapide de cette biodiversité et le maintien de conditions de possibilité d’une existence acceptable pour les sociétés humaines. Or l’enjeu est à la hauteur de la difficulté de la tâche puisque l’auteure postule que les conflits de temporalités sont justement la cause de l’inefficacité des politiques publiques, mises en place depuis longtemps déjà (années 1970 en France) : ils prennent la forme de disjonctions entre une vision à court terme liée au temps politique des mandats électifs et la prise en compte des processus naturels qui nécessite d’intégrer les dynamiques sur le temps long, ou encore, inversement, entre le temps parfois trop long des négociations politiques, et le besoin d’une réponse rapide, lorsque le danger est imminent – disjonctions auxquelles il convient donc de remédier pour refonder un avenir commun – et peut-être même un avenir tout court pour l’humanité. Dans l’article de Florence Rudolf, l’urgence de l’action et sa possible incompatibilité avec une temporalité plus longue nécessaire à la prise en compte sérieuse et réfléchie de l’environnement sont mises en évidence en s’appuyant notamment sur le projet d’aménagement du contournement routier de Strasbourg : le temps des politiques publiques n’est pas toujours adapté aux alertes écologiques. Or la question du changement social nécessite d’être pensée dans sa dimension temporelle. La démocratie et le débat public sont des processus dont la construction nécessite d’être dans un régime de durée plutôt que l’urgence, dans l’action plutôt que la réaction. L’urgence créant des irréversibilités, elle bloque les possibilités de politiques publiques, qui risquent de se trouver dans un processus de fuite en avant plutôt que de construction. Cette construction elle-même, défend Florence Rudolf, gagnerait à explorer des voies oubliées, en marge, relevant du quotidien, de temporalités différées, autres que la temporalité dominante, processus qui permet en outre de préserver les possibles au lieu de figer l’action et de rendre impossibles des promesses d’action. Cette inadaptation se retrouve aussi dans l’article de Laura Durand, Annaig Oiry et Angélique Palle ou les échelles locales de protection des ressources locales à court terme rentrent en confrontation directe avec une politique européenne de la transition énergétique planifiée sur plusieurs décennies.

26L’article de Rémi Le Fur « Du développement durable à la transition : des démarches d’anticipation territoriales en recomposition » s’intéresse à la planification urbaine, avec l’exemple du Grand Chambéry. Les temporalités constituent un ingrédient essentiel dans une démarche de planification, surtout lorsque celles-ci comportent un fort enjeu d’anticipation comme c’est le cas dans celles qui intègrent les enjeux de durabilité. Si les enjeux de long terme du champ du développement durable sont depuis plusieurs décennies considérés comme centraux dans ce que doit désormais être l’action publique, la prospective territoriale, les outils pour mener cette action publique, eux, sont soumis à des temporalités politiques, qui peuvent venir entraver leur efficacité. D’autres phénomènes peuvent générer de la friction entre ces temporalités, et notamment l’accélération qui marque notre époque, ou encore l’augmentation de l’imprédictibilité de l’avenir liée aux changements du climat. Comment mener une action publique dans ce contexte incertain ? Rémi Le Fur rappelle à ce titre que le modèle d’un développement durable tend à céder la place à un modèle de transition qui s’accompagne en outre de nouvelles méthodes, plus participatives.

27La « durabilité » est également interrogée par Sophie Nemoz dans son texte « Contretemps et devenirs : les temporalités plurielles de l’habiter à l’heure du développement durable » : elle a comme fondement la même vision d’un temps unifié et alimente une planification de type linéaire, qui peut difficilement intégrer les revirements, soubresauts et autres contretemps. Une approche méthodologique de revisite appliquée à des terrains bâtis il y a dix ans permet de mettre en valeur cette inadéquation entre le caractère linéaire et déterministe d’un développement qui se veut durable et la réalité des diverses dérives des temporalités multiples et vécues dans la sphère de l’éco-habitat. Par exemple, les chantiers d’habitat en milieux ruraux sont qualifiés de « durables » par celles et ceux qui reconstruisent et/ou emménagent dans les années 2000 alors qu’aujourd’hui, une implantation désolidarisée de la ville n’est plus politiquement recommandée pour cause d’artificialisation des sols et de dépendance à l’automobile. La question de l’habitat durable constitue un exemple de domaine où penser la temporalité en termes de déterminisme ou d’hégémonie empêche de prendre en considération les variations sociales ou individuelles. Et la méthode de la revisite permet justement de mettre en évidence les variations, continuités et discontinuités qui font la particularité des temporalités liées à l’habitat, alors même que les politiques publiques qui le structurent dépendent de « pulsations onusiennes » marquées par la globalité, pulsations qui ont elles-mêmes un impact sur les politiques européennes, qui influencent, elles, les politiques nationales.

Une course contre le(s) temps ?

28Rechercher et conduire la transition semble donc être une stratégie plus à même d’intégrer les temporalités multiples et ainsi rendre le changement effectif, que d’être dans une logique de pérennisation d’un développement qui a montré ses limites. La notion de transition évoque d’abord des évolutions techniques, même s’il apparaît rapidement nécessaire de ne pas décorréler celles-ci des transitions sociales qu’elles engendrent ou dans lesquelles elles s’inscrivent. Or, comme Olivier Vidal le montre, les transitions techniques, du fait de l’épuisement des ressources auquel elles conduisent, mais aussi de la surexploitation des pays du Sud qui par ailleurs ne bénéficient guère de ces transitions, constituent un mirage.

29Potentiel mirage également que certains projets de transition énergétique : non seulement les recherches montrent bien que le bilan carbone de la fabrication de nouveaux modes de production d’énergie n’est pas aussi vertueux qu’espéré, mais de plus les projets de déploiement de parcs éoliens par exemple, comme les étudient Laura Durand, Annaig Oiry et Angélique Palle, dans leur texte « La mise en politique de la transition énergétique : la durabilité à l’épreuve des conflits de temporalités », reposent sur des processus d’accélération réglementaire qui font entorse à la consultation citoyenne et à la protection de l’environnement. Les habitants des territoires accueillant des projets liés à la transition énergétique sont mis devant le fait accompli et la transition technique ainsi mise en scène ne s’accompagne pas de transition sociale ni même d’un réel accompagnement ou d’une volonté authentique d’acceptation.

30Dans « The future is but a word. Exploring the scientist’s discourses on the future and its implications », Emilia Araujo et Bárbara Guimarães étudiant les visions d’un futur technoscientifique, montrent la nécessité de quitter une vision de l’avenir essentiellement guidée par des considérations économiques et de se libérer du poids du déterminisme par une ouverture aux possibles plutôt qu’une considération de ce qui est seulement probable. Si le potentiel de réalisation du possible est plus faible que celui du probable, le champ des possibles est par définition beaucoup plus ouvert. Or la durabilité telle qu’elle est encore comprise repose sur un alignement du temps social et du temps naturel, qui empêche cette liberté ; et ce recoupement postulé, associé aux phénomènes d’accélération, de prédominance du court-termisme et de conception commerciale de la notion même d’avenir, sont proprement tragiques – au sens où ils réinstaurent une forme de fatalité.

31Le texte de Claire Gaillard, Catherine Mougenot et Sandrine Petit (« Le fromage de Comté dans l’ère du temps ») soulève la question des temporalités multiples qui structurent le processus de production du fromage de Comté et la confronte à ce temps universel qui rythme un progrès linéaire tendu vers l’avenir. Or ces temporalités multiples rencontrent elles-mêmes des temporalités sociales et individuelles qui s’accélèrent au point de brouiller la lisibilité des processus, et, dans le cas du comté, de menacer la durabilité de la filière. Tous les volets de la production sont touchés, de la sélection des bêtes aux conditions de travail des agriculteurs concernés, en passant par la gestion de l’herbe, et naturellement le processus même de fabrication du fromage. La prise en compte de l’agencement même des temporalités devient donc une nécessité éthique, dans le cadre d’une durabilité reconsidérée.

Le temps des contre-courants : vers une intendance de la terre et une écologie temporelle ?

32Ce dossier met en évidence au travers de différentes approches thématiques et disciplinaires l’évolution temporelle des courants de pensées en lien avec le développement durable. On observe ainsi probablement aujourd’hui la construction d’un nouveau paradigme ou de croyances autour « des transitions ». Ceci implique une évolution du point de vue de la relation entre l’humain et son environnement et plus globalement de sa position et de son action vis-à-vis de la complexité des temporalités et du fonctionnement du système Terre. L’avènement des croyances et des religions ont permis d’apporter des réponses à ces questions en considérant le plus souvent l’environnement et ses phénomènes comme des créations ou des émanations provenant de volontés divines pouvant être en partie influencées par des rituels. Les croyances plus récentes organisées autour du travail, du nationalisme, de la démocratie, du libre-échange, de la croissance économique ont aussi progressivement modifié le rapport de l’humain à l’environnement. Ces révolutions cognitives (Harari & Dauzat, 2015) ont éloigné l’humain de la réalité de son environnement, le quotidien et le fonctionnement des sociétés humaines reposant de plus en plus sur des éléments virtuels. Les révolutions scientifiques de la fin du dernier millénaire ont révélé à quel point les sociétés humaines se sont développées à tâton en ignorant presque tout du fonctionnement de l’environnement. La maîtrise de la science et des techniques et surtout de l’énergie fossile ont fait évoluer le pouvoir de modification et d’exploitation de l’environnement, renforçant le pouvoir de certaines personnes ou nations ayant soudainement la capacité d’exploiter, mais aussi de détruire le monde entier. Le développement durable a apporté une nouvelle croyance mettant en avant la possibilité de continuer le développement en réduisant les effets de ce développement sur les générations futures permettant de conserver le système en place. Celui-ci serait-il progressivement effacé par l’évidence des transitions qui s’amorcent qui ne permettent, ou ne permettront plus, de conserver le système et les modes de vie inchangés ? Serions-nous en train d’assister à une prise de conscience de notre pouvoir d’agir : ne plus pouvoir se considérer comme extérieur aux dynamiques environnementales en cours, aiderait-il aussi à envisager plus sérieusement la possibilité de jouer un possible rôle actif dans une transition écologique ?

33Ainsi les articles ici rassemblés interrogent le vocable de « développement durable » (nous employons ici le terme de « vocable » car le développement durable n’a guère la dimension d’un concept) et montrent chacun dans leur discipline et domaine d’études en quoi il est peu compatible avec une vision pluraliste des temporalités. Les limites de la notion de développement rejoignent en cela celles, évoquées plus haut, de progrès. L’idée d’une transition est plus dynamique et écarte celle d’une reproduction du même, portée par la durabilité, mais elle ne se décline pas toujours au pluriel, et un type de transition, dans un champ donné, peut être mis en œuvre au détriment des autres champs, limitant finalement l’efficacité et la pertinence de ce type-là. Une nouvelle approche émerge actuellement, celle d’intendance de la terre (Steffen et al., 2011) : l’humain est alors invité à être l’intendant (« earth stewardship ») des ressources, ce qui implique une attention aux réalités du présent, qu’elles soient environnementales, sociales, démographiques, économiques ou autres, et ainsi une gestion au plus près du présent qui permet la résilience des systèmes considérés et ne peut donc faire l’économie d’une conception du long terme. Cette intendance intègre donc les possibles surprises, bifurcations et contretemps, tout en ayant une vision suffisamment distanciée pour faire évoluer l’ensemble du système.

34La manière dont les temporalités s’articulent évoque l’écologie temporelle étudiée et défendue par William Grossin notamment. Cette écologie temporelle en effet postule une multiplicité de temporalités mais écarte aussi l’idée d’un temps unique, préalable à l’action : les temporalités existent parce que des humains les font advenir, et le temps n’existe pas a priori. L’enjeu de cette dénégation est de faire du temps une catégorie de la pensée choisie et non subie et de restaurer la possibilité pour les humains de choisir les temporalités appropriées à leur vie et à leurs actions, et de ne pas avoir à se plier à celles qui n’y correspondent pas, notamment si elles sont artificielles.

35Les transitions qu’il s’agit aujourd’hui de mettre en place ou de renforcer sont donc des transitions conscientisées, choisies : la recherche scientifique sur les évolutions des écosystèmes montre que l’atténuation reste une démarche insuffisante, même s’il ne s’agit pas d’en abandonner les processus. Mais l’atténuation, comme l’adaptation à laquelle l’humanité doit de toute façon se préparer, sont des non-choix. Elles ne relèvent que de la réaction. Or, divers textes ici réunis le suggèrent, pour que la transition nécessaire ait lieu et que les humains abordent les ressources sous l’angle de l’intendance, les citoyens ont à devenir de manière plus nette des acteurs politiques (plutôt que de se contenter d’être ce que l’on appelle encore des « écocitoyens »), pour mettre en œuvre des solutions non seulement acceptables mais souhaitables.

Haut de page

Bibliographie

Altvater, E., Crist, E., Haraway, D., Hartley, D., Parenti, C., & McBrien, J., 2016. Anthropocene or capitalocene? Nature, history, and the crisis of capitalism, PM Press.

Calthorpe, P., 2010. Urbanism in the age of climate change, Island Press, 176 p.

Crutzen, P. J. & Stoermer, E. F., 2000. “The ‘Anthropocene’”, Global Change, Newsletter, n° 41, p. 17-18. IGBP, http://www.igbp.net/download/18.316f18321323470177580001401/1376383088452/NL41.pdf

Fressoz, J. B., & Bonneuil, C., 2016. L’Événement anthropocène. La Terre, l’histoire et nous : La Terre, l’histoire et nous. Points.

Hajat, S., Vardoulakis, S., Heaviside, C., & Eggen, B., 2014. “Climate change effects on human health : projections of temperature-related mortality for the UK during the 2020s, 2050s and 2080s”. Epidemiol Community Health, 68(7), 641-648.

Harari, Y. N., & Dauzat, P. E., 2015. Sapiens : une brève histoire de l’humanité. Albin Michel.

Jarrige, F., 2016. Technocritiques : du refus des machines à la contestation des technosciences, La Découverte.

Latour, B., 2015. Face à Gaïa : huit conférences sur le nouveau régime climatique. La découverte.

Maillet, G. M., 2015. « Avancées, limites et perspectives de la Directive Cadre sur l’eau à l’échéance 2015 », Norois, (2), 7-13.

Rumpala, Y., 2018. « Intelligente autrement : de la “Smart city” à la “Fab city”. Émergence d’un modèle alternatif de ville “intelligente” et logiques de reconfiguration du collectif urbain », Métropoles, (HS2018), https://journals.openedition.org/metropoles/5949

Rochet, C., 2018. Les villes intelligentes : réalité ou fiction, ISTE Éditions.

Steffen, W., Persson, Å., Deutsch, L., Zalasiewicz, J., Williams, M., Richardson, K., Molina, M. et alii, 2011. “The Anthropocene: From global change to planetary stewardship”. AMBIO: A Journal of the Human Environment, 40 (7), 739-761. DOI : 10.1007/s13280-011-0185-x

Watts, N., Amann, M., Ayeb-Karlsson, S., Belesova, K., Bouley, T., Boykoff, M., Cox, P. M. et alii, 2018. “The Lancet Countdown on health and climate change: from 25 years of inaction to a global transformation for public health”, The Lancet, 391(10120), p. 581-630.

Haut de page

Notes

1 https://journals.openedition.org/temporalites/3763

2 https://nousvoulonsdescoquelicots.org/

3 https://laffairedusiecle.net/

4 Le mot transition n’a été rajouté qu’en 2016 dans le titre de ces Assises de l’énergie https://www.assises-energie.net/lesassises/histoire/

5 Quelles politiques publiques en faveur de la sobriété énergétique ? « Par sobriété on entend réduire les consommations d’énergie par des changements de comportement, de mode de vie et d’organisation collective (moindre usage de la voiture, alimentation plus locale et de meilleure qualité, etc.) », Rahel Gessler, Edouard Toulouse, Josselin Sourisseau, Emmanuel Legrand, 23 janvier 2019, 20e Assises européenne de la transition énergétique, Dunkerque. https://www.assises-energie.net/

6 https://www.frugalite.org/fr/le-manifeste.html

7 https://fab.city/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Natalia Leclerc et Jérôme Sawtschuk, « Introduction », Temporalités [En ligne], 28 | 2018, mis en ligne le 04 avril 2019, consulté le 19 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/5666

Haut de page

Auteurs

Natalia Leclerc

Université de Bretagne Occidentale, Natalia.Leclerc1@univ-brest.fr

Articles du même auteur

Jérôme Sawtschuk

Université de Bretagne Occidentale, EA7462 Géoarchitecture, Territoires, Urbanisation, Biodiversité, Environnement, jerome.sawtschuk@univ-brest.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page