Navigation – Plan du site

AccueilTemporalités1Le sourire du chat, ou les temps ...

Le sourire du chat, ou les temps de l’assimilation

The smile of the cat or the timings of assimilation
Gabrielle Varro
Édité par ADR Temporalités
p. 43-55

Résumés

La volonté de s’assimiler se confond avec le désir d’autre (V. Borgogno) et se traduit par l’identification avec des majoritaires. C’est une forme de « faire comme tout le monde » (H. Sacks, L. Ionowlocki). Avec le temps qui passe, l’adaptation personnelle au modèle est de plus en plus parfaite, on est arrivé à ses fins, on s’est « assimilé ». Mais il s’agit d’un processus instable qui peut toujours être remis en doute (par soi ou par d’autres) et qui s’use avec le temps. Pour certains, il peut durer de très nombreuses années (courbe ascendante, stabilisation...), pour d’autres, il peut être interrompu, donnant lieu à des crises identitaires. Pour d’autres encore, il est hors de question de « s’assimiler ». Différents exemples illustrent les diverses manières de vivre la nouvelle socialisation qui accompagne la migration. Par ailleurs, une étude de cas suivie sur plus de quarante ans permet d’esquisser la courbe de l’assimilation, à partir de la nécessaire transformation de soi jusqu’à son accomplissement et... au-delà.

Haut de page

Texte intégral

Mais qu’est-ce donc que ce sujet dont vous nous rebattez l’entendement ? s’exclame enfin un auditeur impatienté. N’avons-nous pas déjà reçu de M. de La Palice la leçon que tout ce qui est éprouvé par l’individu est subjectif ? - Bouche naïve dont l’éloge occupera mes derniers jours, ouvrez-vous encore pour m’entendre. Nul besoin de fermer les yeux. Le sujet va bien au-delà de ce que l’individu éprouve « subjectivement », aussi loin exactement que la vérité qu’il peut atteindre, et qui peut-être sortira de cette bouche que vous venez de refermer déjà.
(J. Lacan, 1966).

Le penser et l’agir de l’étranger suspendus indéfiniment.
(A. Schutz, 1987).

Il faut imaginer Sisyphe heureux.
(A. Camus, 1943).

  • 1 L'assimilation est toujours présente cependant dans les textes concernant la naturalisation des étr (...)

1« Historiquement, l’assimilation n’a été problématisée dans les sciences sociales françaises, dans des travaux de quelque ampleur, qu’à propos des colonisés et pour l’espace colonial » (Lorcerie, 2001 : 15). Notion impérialiste, l’assimilation a mauvaise presse. Depuis la fin de l’époque coloniale, on lui a substitué la notion d’intégration1 qui, à son tour, ne semble plus plaire à grand monde. Du point de vue personnel, cependant, le processus que le terme suggère fonctionne toujours : c’est le rapprochement progressif de l’individu au groupe (pays, société...) qu’il a rejoint et son identification avec ceux qu’avec Norbert Elias nous désignerons comme les « établis » (Elias, 1965/1997), c’est-à-dire ceux qui étaient déjà là et que les nouveaux venus perçoivent comme majoritaires. Comment s’opère ce rapprochement, du point de vue du sujet ? Il ne se fait pas sans heurts mais par la résolution de révoltes ponctuelles et par la banalisation de ce qui d’abord l’a étonné.

2Je voudrais tenter de saisir certains de ces temps de l’assimilation-intégration ordinaire, lors de la nécessaire transformation de soi dans la migration. L’exemple donné par Elias est particulièrement pertinent, précisément parce que, dans la petite ville anglaise où il a étudié les logiques de l’exclusion et les manières dont les préjugés et le racisme se développent dans un lieu, il ne s’agissait pas d’étrangers.

« Entre les résidents des deux zones, il n’y avait pas la moindre différence de nationalité, d’origine ethnique, de « couleur » ou de « race » ; ils ne différaient pas non plus par leur activité, leur revenu ou leur niveau d’éducation - en un mot, par leur classe sociale. Il s’agissait de deux quartiers ouvriers. La seule différence était celle qu’on a déjà signalée : un groupe était formé des résidents installés depuis deux ou trois générations, l’autre était celui des nouveaux venus. » (Elias : 37)

3En effet, la problématique de l’assimilation (qui serait comme l’envers de l’exclusion) ne concerne pas seulement les étrangers - ou bien, il faudrait prendre le terme « étranger » dans toute son étendue sémantique, où il peut représenter aussi bien le ressortissant d’un autre pays (foreigner) que l’inconnu (stranger). Qu’il soit l’un ou l’autre, s’il veut « faire son trou », il doit s’acclimater, puis se confirmer dans la durée. Cette installation, qui consiste à changer de groupe(s) de rattachement, véritable acculturation, épouse tous les degrés de la volonté de s’assimiler et dépend de nombreux paramètres - des conditions d’accueil dans un lieu et du bon vouloir des accueillants, des conditions d’arrivée et de la perception du nouveau venu par les autres, du désir de celui-là de se fondre dans la population d’accueil, etc. C’est de ce désir qu’il s’agira ici, c’est-à-dire du processus de conversion de soi en un autre. Cette notion implique un changement radical de chronologie personnelle car il s’agit, symboliquement (et réellement, dans la pratique quotidienne), d’une nouvelle naissance.

4Ce n’est pas tant que l’individu oublie sa première socialisation ou qu’il la renie ; c’est surtout qu’il doit en entamer une nouvelle et, si son objectif est effectivement de se fondre dans le nouveau contexte, qu’il doit ne laisser voir que celle-ci.

L’expérience individuelle de l’adaptation dans la migration a été décrite dans la littérature psychologique et sociologique mais aussi romanesque.

5Tantôt il s’agit, non pas d’étrangers au sens premier du mot mais de toute personne ayant décidé de partir pour une raison ou une autre et tenter sa chance ailleurs. Son aventure est alors l’occasion de décrire son adaptation aux milieux auxquels elle aspire et la plus ou moins lente transformation de soi au fur et à mesure de ses efforts d’y pénétrer. Si on ne peut sans anachronisme parler d’assimilation à propos d’un Rastignac monté de sa province natale à la conquête de Paris (Balzac), on peut signaler l’universalité et l’ancienneté - depuis la nuit des temps ! - de la mobilité des hommes.

6Tantôt il s’agit de véritables étrangers, parfois de personnes « marquées » dans la société d’accueil comme dans celle de départ, voire stigmatisées à l’extrême : immigrants juifs arrivés de leur ghetto russe ou polonais à New-York à la fin du 19e siècle (que - grâce à la plume d’Henry Roth - l’on entend parler le yiddish en anglais). Ils survivront et commenceront leur américanisation dans leur quartier du Lower East Side tout en restant marginaux par rapport à la société new yorkaise. Mais si leur assimilation non seulement à mais aussi par la société d’arrivée reste invraisemblable, celle de leurs enfants et petits-enfants est assurée.

7Rares cependant sont les livres qui retracent le processus d’assimilation qui accompagne le sujet, surtout s’il s’agit d’une assimilation désirée par lui, quelles que soient les circonstances de son départ, individuelles, familiales ou collectives (cf. Hoffman, 1989, Kundera, 2003).

Les sciences sociales nous ont en effet habitués à ne considérer le processus qu’étalé sur des générations, certains auteurs évaluant cyniquement l’intégration des migrants en termes de coûts et profits pour le pays d’accueil sur le long terme :

« L’intégration est un processus de longue durée qui ne peut pas être envisagé seulement par rapport à la génération qui a immigré. La plus ou moins grande réussite de cette génération est évidemment importante en termes de coûts sociaux et économiques pour le pays d’accueil et pour les migrants eux-mêmes mais, en dernière analyse, ce qui pose problème, c’est la réussite de la génération formée dans le pays d’accueil et dont les contacts avec la société d’origine sont souvent limités et indirects. » (Carson et Thoreau, in Dewitte (dir.) : 31).

8Ainsi perçus, les efforts et les expériences des générations antérieures - l’acquisition de la nationalité par la première, par exemple, ou la naissance dans le pays de la seconde - ne sont comptés que comme des étapes dans l’assimilation définitive des immigrants au sens collectif. C’est la « réussite » scolaire et sociale de la troisième génération qui devient la mesure du degré d’intégration de toute une famille, voire de tout un groupe. Mais l’individu dans tout cela ? On a un peu vite fait de passer par-dessus les expériences individuelles, le vécu de milliers de personnes amalgamées dans cette catégorie cruellement impersonnelle de « génération ».

9Je voudrais - et c’est peut-être une manière de rendre hommage à ces générations « sacrifiées » - en revenir ici au niveau « micro » de l’expérience personnelle et singulière de la migration, qu’elle soit interne ou externe. Le matériau empirique sur lequel cette étude est fondée est tiré d’entretiens menés avec des femmes transplantées, Américaines épouses de Français en France (Varro, 1984), Françaises mariées avec des Allemands en Allemagne (Varro, ed., 1995).

Le processus de l’assimilation personnelle

  • 2 « . Le méridional en était à son premier calcul. Entre le boudoir bleu de madame de Restaud et le s (...)

10Pour le sujet, l’effet le plus sensible de l’assimilation est d’abord de cacher le fait que l’ordre des « évidences invisibles » (Carroll, 1987) a été détruit par le déplacement. L’évidence n’existe pas ou plus pour le migrant, qui doit (ré)apprendre les règles de vie (l’éducation sentimentale de Rastignac est à cet égard exemplaire de cette dure école2). Parallèlement, plus le processus d’assimilation se consolide, plus il constitue un écran qui fait l’économie aux « établis » de prendre en compte les expériences d’avant la migration comme pouvant expliquer les réactions (ou absences de réaction) des « intrus ». Ces deux versants de l’expérience migratoire semblent être des invariants, liés à l’égocentrisme généralisé : la non prise en compte du passé du nouveau venu par l’établi se constate autant dans son pays d’arrivée que dans son pays de départ, si jamais il y retourne. Personne ne te demande ce que tu as fait durant toutes ces années, tout le monde s’évertue de te dire ce qui s’est passé pendant ton absence (Huston, 1999, Kundera, 2003).

11La nouvelle socialisation se fait grosso modo en deux étapes (qui peuvent durer des années chacune) : d’abord c’est artificiel, c’est une période d’entraînement et de rodage. Puis, on prend des habitudes, qui finissent par se traduire en des automatismes et réflexes, tout est devenu « naturel » et « spontané ». Mais du même coup, la spontanéité irréfléchie a disparu et paraît difficile, voire impossible, à retrouver. Toutes ces questions sont ravalées et remisées par les candidat(e)s à l’assimilation, qui considèrent généralement que c’est normal qu’il en soit ainsi. Le processus, que j’imagine sous forme d’une courbe ascendante, s’accompagne de nombreux symptômes (infimes ou grands). Vous en êtes conscient(e) par moments, vous vous dites : voilà encore un truc qui a changé en moi. Au début je trouvais abominable cette façon qu’ils ont de me couper la parole mais maintenant ça ne me gêne plus, il faut que je le note quelque part car je risque de l’oublier. Puis vous oubliez, et vous oubliez que vous avez oublié.

12Dans Alice au pays des merveilles, le chat du Cheshire dans son arbre perché sourit. Pendant qu’Alice (après une courte conversation) le fixe du regard, le corps du chat commence à disparaître, depuis la queue jusqu’à la tête, ne laissant subsister que son sourire, qui néanmoins finit aussi par s’évanouir à son tour.

13Alice ne mesure pas le temps qu’il faut pour le sourire de disparaître complètement. L’étranger en France non plus ; un beau jour il s’aperçoit que son sourire a disparu et dès ce moment, il se sait assimilé. C’est là que l’analyste doit faire un effort de décentrement, pour comprendre qu’il n’y a là aucun drame mais au contraire le triomphe de l’entreprise d’assimilation personnelle : l’absence de sourire sur un visage au repos est un trait « français » et l’un des signes de cette appartenance. N’avez-vous jamais remarqué que les hôtesses de l’air françaises ont des rides descendantes et que les hôtesses de l’air américaines des rides ascendantes ? L’annonce du sourire - ou d’une esquisse de sourire - sur un visage au repos est caractéristique de certaines cultures et si l’immigré(e) adulte provient de l’une d’elles, le sourire est l’un des derniers vestiges de son autre (ancienne) appartenance. Quand j’en ai parlé à un jeune Français interviewé en Allemagne, il m’a répondu tout de go : « les gens qui sourient tout le temps sont des crétins » (Varro, 1988).

Moments de prise de conscience

  • 3 Comme le faisait remarquer le sociologue Robert Allport en 1968, des facteurs identitaires tels que (...)

14Une Américaine venue vivre en France avec son époux français me parle de ces changements imperceptibles mais dont elle s’est néanmoins aperçue à un moment ou à un autre. À mesure qu’elle développe son esprit critique et gagne de l’assurance, en pénétrant dans la culture locale à travers ses progrès linguistiques et son expérience, les contrastes qui au départ lui dévoilaient les supériorités du pays prestigieux, apparaissent sous un jour plus nuancé. Par un même mouvement, elle en vient à vouloir imposer davantage d’éléments de « sa » culture, revalorisée après avoir été un temps jouée en sourdine, face à celle, tant admirée, de son époux français. C’est grâce à ces instants - qui peuvent intervenir à n’importe quel moment de la transplantation et sous n’importe quelle forme (la prise de conscience soudaine, par exemple, au milieu d’une conversation, que les gens disent des bêtises aussi bien en français que dans sa langue) - que se dynamise ou, dirait Stendhal, se cristallise au sein d’un couple la lutte d’influences qui souvent a l’enfant pour enjeu. Quand - femme, épouse et étrangère - triplement affaiblie face à un mari majoritaire, elle prend soudain conscience de l’importance, pour elle, de transmettre à son enfant, en plus de celles du père, une langue et culture qu’elle revendique3 maintenant comme sa propre identité.

Cette expérience, somme toute assez stéréotypée, avec des variantes, était courante parmi mes interviewées :

Exemple 1 :

15Il y a une quinzaine d’années, une Américaine mariée avec un Français et vivant en France m’a dit qu’elle éprouvait un « grand soulagement » à l’entrée de l’Espagne dans la CEE. Jusqu’alors, elle avait souffert du statut dévalorisé des immigrés espagnols en France, parce qu’elle était elle-même d’origine espagnole et n’avait jamais dévoilé ce fait aux autres. Un sentiment d’infériorité, déjà ancien chez elle à cause de la minorisation des populations hispaniques aux États-Unis, était l’une des rai- sons qu’elle donnait de son départ. L’Espagne dans la CEE signifiait donc pour elle une revanche personnelle lui permettant de ne plus se cacher derrière sa nationalité américaine.

16Mais je pense qu’on peut aller plus loin derrière le stéréotype. Je ne dirais pas que c’est - seulement - une chronologie oubliée qui revient comme une donnée essentielle de son existence. Ce qu’il me semble important de saisir, et qui va peut-être à l’encontre de ce qu’on imagine volontiers comme un retour du refoulé, c’est que ces prises de conscience ne constituent pas - seulement - des retours ou des régressions mais des avancées. Car, tout en ramenant au premier plan des facteurs secondarisés lors de la nouvelle socialisation, ceux-ci ne reviennent pas en lieu et place de la nouvelle identité mais en complément, en surplus, pourrait-on dire, dans une dialectique qui interpelle mais en même temps enrichit le sujet.

17De même, le désenchantement - encore un terme grammaticalement négatif qu’il vaudrait mieux « traduire » par principe de réalité, terme bien plus positif - peut survenir à des moments différents, subrepticement et petit à petit ou à la suite d’un choc ou d’un événement marquant. La courbe commence alors à s’infléchir (voir figure). Le/la migrant(e) se désassimile en autorisant à des éléments de son identité jusque-là enfouis de refaire surface. Mais il/elle ne se désintègre pas pour autant, parce qu’il ou elle est arrivé(e) à un degré si élevé de perfection dans l’imitation du modèle que sa persona peut résister.

18Ainsi, ce n’est pas une courbe en forme de cloche qu’il faut dessiner mais un proces- sus évolutif, variable en durée mais généralement étalé sur de nombreuses années, ponctué par plusieurs moments critiques ou cathartiques, qui débouche sur un « plateau » et se prolonge indéfiniment, avant de se ramifier en de nouvelles direc- tions tout en se poursuivant sur le plateau atteint.

19On pourrait dire que, hormis les moments de catharsis - crises ou simples prises de conscience - la personne a si bien joué à être et à « faire comme tout le monde » (« doing being ordinary », comme disait Harvey Sacks en 1984, cf. aussi Inowlocki, 2000), qu’elle a réussi à forcer son entrée dans le groupe majoritaire, dominant, non-marqué, établi, auquel elle voulait appartenir. Son projet d’assimilation mené à bien, elle peut maintenant se payer le luxe d’apparaître dans sa différence, sans qu’il ne s’agisse, la figure le montre, ni d’un réflexe de défense, ni d’une revanche, ni d’un revirement.

Figure : Les temps de l’assimilation... et après

Figure : Les temps de l’assimilation... et après

Gabrielle varro

La « dés-assimilation » n’est pas un abandon mais un enrichissement

20Mes entretiens mettent en évidence que le changement d’orientation du processus peut se faire dans deux directions différentes qui peuvent d’ailleurs être suivies en alternance : infléchissement de la courbe, donc :

21soit vers une régression identitaire (3a sur la figure) : la vigilance se relâche et on commence à faire des fautes qu’on n’avait jamais faites avant, de langue par exemple mais pas seulement - de gestes aussi : on laisse percer une « incompétence culturelle » auparavant si bien camouflée mais que l’on peut assumer aujourd’hui. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, ce n’est pas la faiblesse d’un minoritaire qui s’exprime dans cette « régression » mais la force d’un majoritaire qui connaît son bon droit et ne craint plus personne. Car seuls les membres incontestés d’une société peuvent se permettre de faire un impair, comme l’écrivain célèbre qui peut se permettre des fautes d’orthographe. C’est un de ses privilèges de pouvoir choisir et aimer une certaine marginalité. On pourrait suggérer paradoxalement que les erreurs, lacunes et autres fautes de goût sont autant de marques d’appartenance au mainstream ; l’inverse, l’hyper-correction, étant l’un des symptômes qui marquent au contraire la personne en cours d’assimilation.

22soit vers une repossession identitaire (3b sur la figure), par la réaffirmation ou la revalorisation de modes d’être antérieurs, mais parallèlement aux modes d’être plus récemment acquis (et non en abandonnant ceux-ci). On reprend alors possession de sa première socialisation, de son (ou ses) autre(s) identité(s), qui désormais ne sont plus en permanence reléguées ou occultées.

Le temps long de l’ajustement-adaptation-assimilation

23La France était, pour des Américaines « primo-migrantes » des années 1960-70, un pays étranger mais pas inconnu, puisqu’elles avaient la tête remplie d’idées reçues, d’attentes et de craintes inexprimables. Chacune selon son propre passé avait sa manière personnelle de réagir, différente de celle des autres mais non dépourvue de traits communs. Celles qui avaient une connaissance livresque et romanesque de la France s’imaginaient qu’elles la domineraient (la France et les Français) de mieux en mieux avec le temps, jusqu’à la conquête suprême, représentée par le fait qu’elles seraient devenues indiscernables des femmes du cru - de la femme française que son mari « aurait normalement dû » épouser, selon l’opinion de la belle-famille. Elles effectuèrent des études supérieures et des mises à niveau intellectuelles rapides et obsessionnelles, rattrapant en quelques années le temps perdu et finissant par être aussi cultivées que si elles avaient passé leur bac en France « comme tout le monde ». Restait l’accent, terrassé à son tour grâce à une année de travail intensif à l’institut de phonétique.

Exemple 2 :

  • 4 La discipline aujourd'hui connue sous le nom de Français Langue Etrangère (FLE) a commencé par être (...)

24Bien avant l’invention du FLE4, C. enseignait le français aux étrangers à Paris : ses étudiants venaient du monde entier, faisant des milliers de kilomètres pour apprendre avec elle. Allait-elle leur avouer qu’elle était étrangère comme eux ? Et parfois qui plus est du même pays ? Impensable ! Il fallait sauver la face - comme si une étrangère n’était pas capable de bien enseigner la langue. D’où mensonges, faux-semblants, impossibilité d’établir des relations authentiques. C’était le prix à payer. mais de toute façon, il ne s’agissait que d’un demi-mensonge : n’était-elle pas « française », elle aussi, après tout ? Ne vivait-elle pas dans le présent ? Qu’avait-elle donc besoin de se référer à un passé qui ne l’intéressait plus ?

25Le temps où elle est restée visiblement et audiblement étrangère fut peu à peu vaincu. Enfin, quand personne ne la prenait plus pour une étrangère, quand ses étudiants n’étaient plus des étudiants mais étaient restés ses amis, elle a pu leur dire la « vérité ». Elle expliqua qu’elle n’était pas « vraiment française », mais qu’elle l’était devenue. Ils en ont été époustouflés et finalement, au lieu de lui en vouloir, ils l’ont admirée. Il est probable qu’elle n’aurait pas pu le leur avouer plus tôt car ils n’auraient pas appris aussi bien avec elle le sachant.

Le temps de la re-possession identitaire

26L’identité de l’immigrant(e) est donc bardée de plusieurs couches, peut-être quelques-unes de plus que l’autochtone ou que ceux qui choisissent de demeurer étrangers. Le paradoxe est que la pelure protectrice continue à grossir alors qu’à l’intérieur il n’y a « rien » - puisque je n’adhère pas à l’interprétation essentialiste de l’identité - ou plutôt, il n’y a qu’une autre série de pétales. La plus lisse, la plus imperméable, semble bien être la langue. La langue apprise avec délices et sans accent, maîtrisée et devenue sienne : clé qui ouvre la porte de l’appartenance. L’identité migrante ressemble à un oignon dont chaque épluchure révèle une nouvelle couche (et risque de faire pleurer).

  • 5 Franz Fanon et Tahar Ben Jelloun ont fouillé à partir de leur propre vécu, les profondeurs de l'exp (...)

27Ainsi, après un nombre d’années variable pendant lequel la courbe a suivi son ascension, vient le temps de la stabilisation, où elle (la courbe) s’aplatit et se pro- longe indéfiniment (voir figure). Les gens qui vous croisent sur ce plateau ne vous remarquent pas particulièrement car ils vous prennent pour un(e) des leurs. Ou, s’ils vous remarquent, c’est pour vos qualités - ou défauts - intrinsèques, non pour votre appartenance étrangère. Vous êtes alors vu comme un individu et non comme un exemplaire - et représentant - d’une nationalité, d’une ethnie ou d’une religion. On ne questionne ni votre présence ni votre appartenance : vous êtes « arrivé(e) », vous vous êtes et vous avez été « assimilé(e) ». Je parle, rappelons-le, des étrangers « non marqués », de ceux et celles qui ne sont pas « pris pour des étrangers » rien qu’à les regarder et qui sont ainsi préservés d’une totale assimilation (même s’ils ne sont pas ou plus étrangers du tout)5.

Exemple 3 :

28Leila me raconte comment, vivant depuis près de vingt ans en Allemagne avec un mari allemand et un premier enfant avec qui elle a toujours parlé allemand, elle a « réintégré » sa première langue (le français) à la naissance de son deuxième fils. C’est d’ailleurs autour de cette naissance et de son retour au français que s’est créé dans son appartement le petit groupe francophone qu’elle appelle aujourd’hui sa vraie famille. Elle dit :

29« Lorsque mon premier enfant est né, le français ne venait pas, même les mots de tendresse étaient en allemand. Après, lorsque j’étais enceinte du deuxième, je me suis séparée de mon mari, j’ai fait une thérapie, et j’ai décidé qu’avec le deuxième je parlerais français. Je veux lui donner quelque chose de moi, autre chose que du maternage. » (Varro, 1988 : 72).

30Le fait qu’à la maison Leila et les autres parlent français avec le bébé mais pas avec le fils aîné a créé une situation complexe et de plus en plus souvent conflictuelle, parce que celui-ci refuse le français et s’évertue (avec la complicité du père allemand « monolingue ») à faire parler allemand à son petit frère. Lorsque le bébé n’avait qu’un an, le petit groupe d’amis m’assurait que, la langue de la maison étant le français, il parlerait français, et « donc - comme on est en Allemagne - il sera bilingue ». Or il est devenu clair que le petit frère parlait en fait allemand avec son frère, son père, à la garderie, etc. C’est sans doute pourquoi le facteur « langue », après avoir été envisagé comme l’élément le plus important de l’identité qu’elle souhaitait transmettre, a glissé au second plan dans la conception identitaire de Leila. Dans les discussions avec ses amis, la notion de « biculturalité » s’est peu à peu substituée à celle de bilinguisme car, à défaut de pouvoir obliger les enfants à parler français, Leila et ses amis pensaient pouvoir leur transmettre un « esprit français » :

31Être français ou être allemand, ça ne passe pas par la langue mais par la mentalité. Patrick, quelque part, n’est pas entièrement allemand : il mange français, il n’aime pas la cuisine allemande. (Jean-Luc).

32Patrick ne veut pas que je lui parle français. Alors je lui raconte en allemand l’ambiance des petits matins français remplis d’odeur de café, comment c’est d’aller au marché le dimanche matin avec les vendeurs à la criée. Je lui ramène des livres sur la révolution française de la bibliothèque (Leila).

33Cette « régression identitaire » vers la culture française avec ses fils en Allemagne, bien que déclenchée par un événement cathartique (sa seconde grossesse inter- venant au moment où elle se séparait de son mari) n’était pas - seulement - un retour ; cela ressemblait au luxe qu’on peut se payer quand on n’a plus rien à perdre ou à prouver.

34Du point de vue de l’analyste, la voie est étroite entre l’interprétation linéaire par le retour et l’interprétation par l’« avancée identitaire » qui confirme et perpétue le rattachement au « nouveau » groupe tout en admettant l’attachement aux autres groupes aussi.

35Comme, ayant retrouvé son autonomie suite à son divorce et parlant sans accent, Leila était devenue plus sure d’elle-même, elle put laisser affleurer ses autres identités, celles qui se cachaient derrière l’actuelle. Dans son cas, comme dans celui de l’Américaine « d’origine hispanique » (Exemple 1), cela signifiait tirer parti de toute son histoire identitaire, qui était d’une grande complexité. Quelques personnes trouvent à l’occasion que ces femmes ont un « style » un peu curieux - mais il ne leur vient pas à l’idée qu’elles puissent être - ou avoir été - étrangères. Leur style est perçu comme personnel même s’il doit quelque chose à un mode d’être socioculturel antérieur. Leila seule, et son thérapeute, savent que ce qui peut passer pour une création ou un trait idiosyncrasique vient d’une habitude culturelle liée à sa prime enfance entre une mère française et un père algérien.

Conclusion

36Parler de l’infléchissement de la courbe d’assimilation à propos du migrant dans son nouveau lieu ne signifie pas toujours qu’il revient à un quelconque point de départ, ni qu’il se referme sur lui-même, comme on l’imagine souvent. Le change- ment d’orientation de la courbe, qui en tout cas n’est pas en forme de cloche - car il ne s’agit pas d’un retour vers un statu ante qui renierait l’acquis d’une vie de doing being French, mais d’une identité synthétique et englobante - signale plutôt une libération par rapport au droit chemin suivi le (long) temps de l’assimilation et une réouverture vers les marges qu’on avait délaissées dans l’effort de rejoindre le centre imaginaire des établis. Ayant réussi son intégration, on peut enfin se payer le luxe de s’excentrer à nouveau, sans renoncer à toutes les facettes qui peuvent coexister et apparaître enfin au grand jour : je suis assimilée et je suis étrangère ; je ne suis ni complètement française ni complètement étrangère, je suis l’une et l’autre, je suis mixte parce que je peux jongler, bricoler, mixer deux temporalités : je peux tout à la fois me revendiquer d’ici et de là, être moi-même établie et faire valoir mes attaches étrangères. Il est possible de changer, d’être multiple, sans se perdre.

Haut de page

Bibliographie

Allport C. W., « Is the concept of Self necessary ? » in C. Cordon, K. J. Cergen (eds.), The Self in Social Interaction, New York, London, Sydney, Toronto, John Wiley and Sons, 1968, pp. 25-32.

Balzac H. de, Le père Goriot, Paris, Éditions Carnier, 1834/1961. Ben Jelloun T., Hospitalité française, Paris, Le Seuil, 1984.

Borgogno V., « "Migration solitaire" et "migration d’installation" : une commune face cachée ? », in « Perspectives croisées sur l’immigration », Mots. Les langages du politique, n° 60, septembre 1999, pp. 143-154.

Camus A., Le mythe de Sisyphe, Paris, Callimard, 1943.

Carroll R., Évidences invisibles. Français et Américains au quotidien, Paris, Le Seuil, 1987.

Dewitte P. (dir.), Immigration et intégration, l’état des savoirs, Paris, La Découverte, 1999.

Elias N., Logiques de l’exclusion (The Established and the Outsiders), Avant-propos de Michel Wieviorka, Paris, Fayard, 1965/1997.

Fanon F., Peau noire et masques blancs Paris, Le Seuil, 1952. Fanon F., Les damnés de la terre, Paris, Maspero, 1970.

Hoffman E., Lost in Translation. Life in a New Language, London, Minerva Paper- backs, 1989.

Huston N., Nord perdu suivi de Douze France, Arles, Actes Sud, 1999.

Inowlocki L., « Doing "Being Jewish" : Constitution of "Normality" in Families of Jewish Displaced Persons in Cermany », in R. Breckner, D. Kalekin-Fishman,

I. Miethe (eds.), Biographies and the Division of Europe. Experience, Action, and Change on the « Eastern Side ». Opladen : Leske + Budrich, 2000, pp. 159-178. James H., The Europeans, Middlesex, Penguin, 1878/1979.

Kundera M., L’ignorance, Paris, Callimard, 2000/2003. Lacan J., Écrits 1, Paris, Le Seuil (« Points »), 1966.

Lorcerie F., « Retour sur l’assimilationnisme français », in R. De Villanova, M.-A. Hily, C. Varro (dirs.), Construire l’interculturel ? De la notion aux pratiques, Paris, L’Harmattan, 2001, pp. 15-31.

Roth H., Call it Sleep, Middlesex, Penguin, 1934/1976.

Sacks H., « On doing "being ordinary" », in J. M. Atkinson and J. Eritage (eds.),

Structures of Social Action, Cambridge University Press, 1984, pp. 413-429.

Schutz A., « L’étranger. Essai de psychologie sociale », in Le chercheur et le quotidien. Phénoménologie des sciences sociales, Paris, Méridiens-Klincksieck, 1987.

Varro C., La femme transplantée. Une étude du mariage franco-américain en France et le bilinguisme des enfants, Presses Universitaires de Lille, 1984.

Varro C., « Monographie de sept Francophones transplantés en R.F.A. », Langage et Société, n° 44, juin 1988, pp. 53-80.

Varro C. (dir.), Les couples mixtes et leurs enfants en France et en Allemagne, Paris, A. Colin, 1995.

Varro C., Sociologie de la mixité. De la mixité amoureuse aux mixités sociales et culturelles, Paris, Belin, 2003.

Haut de page

Notes

1 L'assimilation est toujours présente cependant dans les textes concernant la naturalisation des étrangers en France, un candidat à la citoyenneté française pouvant être refusé pour « défaut d'assimilation ».

2 « . Le méridional en était à son premier calcul. Entre le boudoir bleu de madame de Restaud et le salon rose de madame de Beauséant, il avait fait en une heure trois années de ce Droit parisien dont on ne parle pas, quoiqu'il constitue une haute jurisprudence sociale qui, bien apprise et bien pratiquée, mène à tout » (Balzac, p. 84).

3 Comme le faisait remarquer le sociologue Robert Allport en 1968, des facteurs identitaires tels que la langue peuvent aller de soi et apparaître de peu d'importance tant que l'on n'est pas menacé : « l'emploi de l'anglais, par exemple, est ordinairement ressenti comme parfaitement accessoire à ce qui nous est essentiel. Mais il n'en irait plus de même si quelque envahisseur étranger nous interdisait l'usage de notre langue maternelle. »

4 La discipline aujourd'hui connue sous le nom de Français Langue Etrangère (FLE) a commencé par être l'enseignement du français aux étrangers (ou à l'étranger). Cet enseignement fut dispensé à la Sorbonne par une École supérieure (ESPPPFE), devenue institut (IPFE) et UFR après 1968.

5 Franz Fanon et Tahar Ben Jelloun ont fouillé à partir de leur propre vécu, les profondeurs de l'expérience de l'oppression raciale et de la xénophobie, qui rend toute velléité d'assimilation amèrement illusoire.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure : Les temps de l’assimilation... et après
Crédits Gabrielle varro
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/578/img-1.png
Fichier image/png, 21k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gabrielle Varro, « Le sourire du chat, ou les temps de l’assimilation »Temporalités, 1 | 2004, 43-55.

Référence électronique

Gabrielle Varro, « Le sourire du chat, ou les temps de l’assimilation »Temporalités [En ligne], 1 | 2004, mis en ligne le 23 juin 2009, consulté le 17 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/578 ; DOI : https://doi.org/10.4000/temporalites.578

Haut de page

Auteur

Gabrielle Varro

Laboratoire Printemps (CNRS/Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines)

Articles du même auteur

Haut de page

Éditeur scientifique

ADR Temporalités

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search