Navigation – Plan du site

Le chômage et ses calendriers

Ingénierie socio-économique et rationalisation gestionnaire des programmes d’accompagnement vers l’emploi
Unemployment and its schedules. Socio-economic engineering and management rationalisation of employment support programmes
El desempleo y sus calendarios. Ingeniería socioeconómica y racionalización gerencial de los programas de acompañamiento al empleo
Léa Lima

Résumés

Les programmes d’accompagnement des chômeurs peuvent se lire comme un temps prescrit institutionnellement, mesuré, optimisé, et moins orienté vers la sortie du chômage que vers la réhabilitation de l’employabilité. Nous nous intéressons aux logiques d’action qui président à la construction des normes de calendriers d’accès à l’emploi. Le temps de l’« employabilisation » ainsi défini est caractérisé par des événements (étapes du parcours, entretiens avec un conseiller) dont la durée, le séquençage ou encore l’espacement sont rationnellement organisés. Le temps propre de l’accompagnement et de ses programmes apparaît alors comme un objet de savoirs experts de diverses natures produits par des ingénieurs socio-économiques d’une part et des gestionnaires de l’activité des professionnels de l’emploi d’autre part.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Les services d’accompagnement désormais isolés dans les comptes publics s’élevaient en 2014 à 545 m (...)
  • 2 On trouvera dans ce numéro des exemples en Irlande et en Belgique de traduction subjective de cette (...)

1Les programmes d’accompagnement des chômeurs, jeunes comme adultes, s’amplifient depuis une vingtaine d’années jusqu’à représenter quasiment 10 % des dépenses de services relatifs au marché du travail1 et concerner 10 % des demandeurs d’emploi. L’augmentation sensible des chômeurs assistés dans leur recherche d’emploi selon un programme planifié tend à remettre en cause l’opposition, implicite dans beaucoup de travaux, entre le temps au travail, qui serait organisé, chronométré (Coriat, 1994), rationalisé, fortement hétéronome, et le temps du chômage, qualifié tantôt d’anomique (Jahoda, Lazarsfeld, Zeisel, 1981 ; Millet, Thin, 2005) tantôt d’autonome (Cingolani, 1996 ; Laé, 1989). La sociologie du chômage et de la précarité a tendance à négliger le poids du temps prescrit qui, avec le développement des politiques d’activation des bénéficiaires de prestations sociales, gagne en pouvoir de structuration2. Or, comme le souligne Didier Demazière, « la recherche d’emploi occupe une place centrale dans la définition normative du chômage et s’accompagne de conseils, formations, apprentissages, interrogations, vérifications, inquisitions. C’est donc un temps prescrit, un temps pour autrui, qui envahit l’expérience du chômage, si l’on veut bien accorder quelque intérêt à la production normative, aux systèmes de croyances qui en découlent et aux définitions de situations qui y correspondent » (Demazière, 2005, p. 5). On peut en effet lire les politiques de prise en charge individualisée qui se sont développées dans les interstices de la vie de travail comme l’extension aux périodes de vie hors travail de « la gestion zélée du temps » selon l’expression consacrée d’Edward Thompson pour caractériser la temporalité industrielle (Thompson, 1967). Il faut pour cela analyser le potentiel de structuration et de prescription temporelles de l’accompagnement dont la temporalité s’émancipe de celle du chômage conventionnel.

  • 3 L’enquête TiPee (Trajectoires d’insertion des personnes éloignées de l’emploi) coordonnée par Frédé (...)
  • 4 Considérée comme une des mesures phares du plan du Président François Hollande en faveur de la jeun (...)
  • 5 Je remercie tout particulièrement Laurent Duclos, à la fois protagoniste de cette histoire des poli (...)
  • 6 Marie-Anne Dujarier désigne par-là les différents agents de l’organisation et de l’encadrement du t (...)

2Dans cet article, je propose une sociologie de la « nébuleuse rationalisatrice » de l’accompagnement des chômeurs, en tirant profit de deux enquêtes portant sur la construction des parcours individuels par l’accompagnement des chômeurs jeunes et adultes3 ; aux fins de cet article, j’en ai exploité les seules sources documentaires (archives de l’Agence Nationale Pour l’Emploi, rapports publics, articles dans les revues académiques, entretiens dans la presse, conventions et contrats d’objectifs des sous-traitants de Pôle emploi, littérature grise des ministères) complétées par des observations participantes dans le cadre du comité scientifique d’évaluation de la Garantie jeunes4 entre 2014 et 2017 qui m’ont permises de côtoyer et d’interviewer une partie des acteurs de la mise en forme des calendriers des chômeurs dont il sera question5. Je mets au jour les logiques d’action qui président à la construction de normes de calendrier (Zerubavel, 1976) c’est-à-dire de matrices (évènements, temps) collectives caractérisées par des normes de durée, de séquençage et d’espacement d’évènements définis socialement comme composant le temps de l’employabilisation de chômeurs dits éloignés de l’emploi. Le temps propre de l’accompagnement et de ses programmes d’employabilisation apparaît alors comme un objet de savoirs experts de diverses natures, produits par des ingénieurs de l’employabilisation d’une part et des « planneurs » (Dujarier, 2015)6 de l’activité des professionnels de l’emploi d’autre part. Ces différents acteurs et leurs méthodes se rencontrent et s’associent pour construire des calendriers optimisés d’accompagnement qui exercent une contrainte tant sur les accompagnés que sur les accompagnateurs via différents outils et dispositifs sociotechniques.

Du temps du chômage aux carrières d’employabilisation

3La modification du cadre temporel suppose de redéfinir l’horizon temporel de la transition, de redéfinir le sens de la période de chômage ou de « galère », c’est-à-dire de lui donner une nouvelle orientation, pour finalement faire entrer les individus dans une véritable carrière d’employabilisation en interaction avec des institutions spécialisées. La formalisation de l’accompagnement s’accompagne d’une progressive autonomisation de son calendrier qui s’émancipe du temps du chômage, que l’on conçoive celui-ci comme convention statistique (fondée sur les critères de non-emploi, de disponibilité et de recherche effective d’un emploi) ou comme statut indemnitaire.

Des carrières d’employabilisation accompagnées

4La transformation de la perspective temporelle des individus bénéficiaires de programmes d’accompagnement relève d’un processus non de dégradation statutaire (si l’on accepte le postulat du peu de consistance du statut de chômeur) mais de redéfinition de la situation, du problème et de la demande. Pour une certaine catégorie de chômeurs, jeunes ou adultes, considérés comme « inemployables » (Ebersold, 2001) ou « éloignés de l’emploi » (une appellation plus fidèle au vocabulaire indigène), le rôle des intermédiaires est moins de mettre en relation offre et demande de travail que de préparer le demandeur à l’accès au marché du travail où la rencontre pourra avoir lieu. L’employabilité qu’il s’agit de restaurer est individuelle et clinique, entendue comme les capacités et dispositions minimales pour passer les épreuves de recrutement d’un employeur moyen et tenir un emploi. Le marché est conçu comme un espace à distance de l’individu, un objectif du travail sur soi (Vrancken, Marquet, 2006) que l’individu va accomplir dans un temps relativement long.

5S’ouvre alors une carrière au sens de Julius Roth (1963) : un temps orienté vers un objectif, ici la restauration des conditions personnelles d’entrée dans la compétition pour l’emploi, temps lui-même décomposé en blocs de temps plus petits, que sont les étapes de l’employabilisation, prédéfinies institutionnellement comme autant de balises temporelles qui marquent la progression vers la « sortie positive ». Le passage d’une demande de service de placement à une offre d’accompagnement qui s’inscrit dans la durée, une durée planifiée qui plus est, signe l’entrée dans la carrière d’employabilisation. L’organisation du temps se trouve internalisée car mise sous contrôle de l’institution de prise en charge du problème.

6Ces programmes d’accompagnement contractualisés mis en œuvre par des acteurs divers (Pôle emploi, Missions locales pour l’insertion des jeunes, Plans locaux pour l’insertion et l’emploi, cabinets de recrutement…) ont en commun de proposer un soutien important de la part de professionnels de l’emploi pendant un temps donné (entre 6 et 18 mois selon les cas). Au cours de l’accompagnement, le chômeur pourra avoir accès à différents services : conseil en techniques de recherche d’emploi, aide à la formulation d’un projet professionnel, formation, stage en entreprise, aide à l’accès aux services de santé, aide au logement.

L’autonomisation du calendrier de l’employabilisation

7Le temps du chômage est indéfini et à durée indéterminée : on sait quand il débute mais son terme, identifié par l’entrée en emploi, n’est pas préfixé. De plus, il dépend d’un événement partiellement extérieur à l’individu, l’embauche, qui paraît peu prévisible voire radicalement incertain. La contractualisation de l’accompagnement établit des normes temporelles, de plus en plus indépendantes de la situation réelle et possiblement mouvante des individus vis-à-vis de l’emploi. Le temps de l’accompagnement ne coïncide donc pas automatiquement avec celui du chômage ; il a sa logique propre, dictée par un protocole d’employabilisation qui s’abstrait de la contingence du marché du travail, de la logique opportuniste de la proposition d’emploi et de la détermination historique des cycles de crise ou de croissance économiques.

  • 7 Dans les emplois de parcours sont regroupés l’Insertion par l’Activité Économique, les contrats aid (...)

8On pourra d’abord souligner que la signature du contrat de travail ne signifie pas la fin de l’accompagnement. Le chômage peut se prolonger au-delà des 12 ou 18 mois d’accompagnement ; inversement, l’accompagnement se poursuit souvent malgré l’embauche. En effet, les missions d’intérim et les stages rémunérés en entreprises sont internalisés dans l’accompagnement comme des étapes, des évènements propres à produire de l’employabilité sans entraîner l’arrêt de l’accompagnement. Les Plans locaux pour l’insertion et l’emploi (PLIE) ont conceptualisé cette internalisation de l’emploi dans les carrières d’employabilisation par la distinction entre « emplois de parcours » et « emplois de sortie » (Alliance Villes Emploi, 2016)7. De plus, le maintien en emploi est considéré comme le critère opératoire de l’employabilité, de sorte que l’accompagnement et son calendrier peuvent se poursuivre dans l’emploi stable. La « sortie » du programme et donc l’arrêt de la prise en charge par les intervenants biographiques sont ainsi partiellement déconnectés des évènements marquants du chômage au sens conventionnel du terme. On assiste ensuite à une tentative de dépassement des catégories administratives et indemnitaires, si bien que les dispositifs d’accompagnement s’émancipent du temps des statuts et des allocations. La participation à un programme d’accompagnement est de moins en moins déclenchée par la liquidation des droits. Elle est proposée à des jeunes non enregistrés à Pôle emploi ; et le suivi par des conseillers dédiés à Pôle emploi se poursuit malgré la fin du versement des indemnités chômage ou malgré le passage de l’allocation spécifique de solidarité, versée par l’assurance-chômage, au Revenu de Solidarité Active (RSA), géré par les départements.

9À l’inverse du temps du chômage, le temps de « l’employabilisation » est planifiable en une série d’étapes ou d’évènements prédéfinis et son déroulement ne dépend que de l’interaction entre l’individu et le « réparateur » (Goffman, 1968) dont les pratiques sont encadrées par des règles élaborées en amont, au sein d’une nébuleuse rationalisatrice du traitement du chômage de masse.

L’ingénierie socio-économique de l’accompagnement

  • 8 Nous utilisons ce terme en référence à la définition que Michel Armatte fournit du « génie économiq (...)

10L’accompagnement des parcours d’accès à l’emploi est l’objet de savoirs multiples produits dans des espaces interconnectés qui relèvent d’une forme de génie social et économique8. Ces experts conseillent l’élite décisionnaire des politiques de l’emploi (Colomb, 2012) en travaillant bien souvent à mettre les référentiels de politique publique en action. Ils interagissent aussi avec des réseaux d’opérateurs des politiques de l’emploi, eux-mêmes en quête du soutien de l’État. Du côté de l’analyse des causes personnelles du chômage et de sa persistance, une logique préventive du chômage de longue durée s’est affirmée au sein de l’agence publique pour l’emploi, qui se traduit par l’objectif de la prise en charge précoce. Il s’agit donc d’une norme portant sur le timing du démarrage de l’accompagnement dans le cours du chômage.

  • 9 À ne pas confondre avec le workfare qui désigne l’obligation de travail en contrepartie du versemen (...)

11Une seconde arène d’expertise rassemble les détenteurs d’un savoir sur le séquençage de l’accompagnement, c’est-à-dire l’enchaînement temporel des événements prédéfinis dans l’accès à l’emploi (le projet professionnel, la mise en situation de travail, la formation, les actions pour « lever les freins périphériques »…). Moins consensuelle que la logique préventive, la norme du séquençage efficace fait l’objet de disputes qui se déroulent sur plusieurs scènes. Elle divise partiellement le monde des opérateurs parapublics de l’accompagnement vers l’emploi, entre partisans du work first (le travail en premier)9 et tenants de l’accompagnement global. Enfin un troisième pôle d’expertise se structure autour du couple formé par les évaluateurs « randomistes » (Jatteau, 2013) et le service en charge du suivi des politiques de l’emploi à la direction des études et statistiques du ministère du travail, sur la question de l’intensité de l’accompagnement saisie par l’espacement des entretiens de suivi des chômeurs.

Invention de l’effet propre de la durée du chômage et stratégie préventive

12Au cours des années 1980, le processus temporel du chômage est peu à peu constitué en objet de savoir d’ingénierie socio-économique à l’ANPE (Agence Nationale Pour l’Emploi), qui, en écho aux politiques européennes se traduit par une politique dite de « prévention du chômage de longue durée ».

  • 10 La question était la suivante : « Depuis combien de temps cherchez-vous du travail ? »
  • 11 Et donc sensibilisé à l’approche sociologique et descriptive de l’incontournable Sociologie du chôm (...)

13L’ancienneté de l’inscription sur les listes de chômeurs est une information qui s’avère sinon stratégique, du moins pertinente dès les années 1950. Le recensement de 1954, appliquant les recommandations de l’Organisation Internationale du Travail, introduit une question pour les « personnes sans travail » qui doit permettre de mesurer la « fluidité du marché du travail » (Insee, 1955) à l’aide d’un indicateur temporel de recherche d’emploi10. Il faut cependant attendre la création de l’ANPE et la stabilisation du processus de collecte de données administratives pour que l’État dispose de statistiques régulières sur la durée d’inscription. En 1969, une réforme des procédures d’établissement des statistiques du marché du travail permet d’obtenir trimestriellement une série statistique qui prend en compte simultanément (et non successivement) les trois variables âge, sexe et ancienneté de la demande d’emploi non satisfaite (Goguel, 1970). Cette simple modification représente en fait un tournant important dans la mise en forme du problème public de la durée du chômage car il ouvre la possibilité d’associer systématiquement cette durée à des caractéristiques individuelles des chômeurs. La durée du chômage cesse d’être uniquement un signal du dysfonctionnement structurel et macroéconomique du marché du travail national pour devenir le problème individuel de certaines catégories de chômeurs, et notamment des chômeurs âgés. Sous la houlette de Vincent Merle, recruté comme chargé de mission et formé à la sociologie11, les premières études, internes de l’ANPE ou commanditées à des universitaires, portent d’emblée sur les chômeurs inscrits depuis plus de 12 mois et prennent la forme d’enquêtes qualitatives auprès des chômeurs eux-mêmes (ANPE, 1976 ; Vervaeke 1978 ; CNRS, 1978). Entre 1978 et 1988, l’ANPE produit un rapport par an en moyenne sur les chômeurs de longue durée. Des enquêtes approfondies sur les caractéristiques des chômeurs de longue durée permettent pour leur part d’affiner la connaissance des caractéristiques individuelles pouvant surexposer les demandeurs d’emploi au chômage de longue durée. Selon Didier Demazière (1995, p. 15), deux de ces études mettaient notamment en lumière le rôle du seuil des 12 mois de chômage au-delà duquel on relevait une dégradation des conditions d’existence mais aussi des réticences accrues des employeurs à embaucher (Merle, Vanderpotte, 1980 ; Barrère-Maurisson, Merle, 1982 ; ANPE, 1983).

  • 12 Comme le souligne Emmanuelle Reynaud, « le chômage de longue durée est une catégorie de l’action po (...)

14Dans sa rétrospective d’une décennie de politiques de lutte contre le chômage de longue durée, Patricia Bouillaguet, alors cheffe de la division synthèse à la délégation à l’emploi du ministère du travail, soulignait la convergence entre « praticiens et experts » au sujet des « effets invalidants d’un éloignement trop prolongé de l’emploi, qui impriment au chômage de longue durée un caractère auto-entretenu dont il est difficile de sortir, notamment lorsqu’il frappe des salariés adultes ou victimes de licenciements économiques » (Bouillaguet, 1992, p. 381)12. Cette lecture socio-économique et psychosociale du cercle vicieux du chômage et de l’exclusion se combine à une segmentation de la prise en charge du revenu de remplacement, intervenue en 1984 (Vivès, 2013), qui pousse l’État, devenu seul financeur de l’allocation de fin de droits, à en limiter le nombre de bénéficiaires. Le nouveau gouvernement socialiste inaugure une politique de prévention de l’installation dans le chômage de très longue durée, qui rencontre au sein de l’ANPE des services déjà mobilisés sur cette catégorie de chômeurs. Entre 1982 et 1992, Didier Demazière dénombre cinq campagnes de convocation des chômeurs de longue durée visant à établir un diagnostic de leur situation et un programme de traitement personnalisé (Demazière, 1995).

  • 13 Ce terme de « nasse » employé par Didier Demazière (1995) me semble préférable à celui de « trappe  (...)

15Néanmoins, la systématisation d’une logique d’activation préventive, mettant l’accent sur la nécessité d’une mobilisation précoce des chômeurs « à risque » dans leur recherche d’emploi, découle de la déclinaison des orientations prioritaires de la stratégie européenne pour l’emploi (Balzani et alii, 2008). La mise en œuvre du « Service personnalisé pour un nouveau départ vers l’emploi » en 1997 répond aux objectifs fixés par l’Union Européenne de prévenir le chômage de longue durée en offrant un appui spécifique aux chômeurs qui, par leur ancienneté au chômage, présentent des risques d’être retenus dans sa nasse13. Aussi sont convoqués les jeunes avant leur 6e et les adultes avant leur 12e mois d’inscription, auxquels s’ajoutent des publics catégoriels également à risque – allocataires du Revenu Minimum d’Insertion (RMI), personnes sous main de justice. À partir de 2001, l’entretien d’inscription généralisé systématise la logique de détection des risques de chômage de longue durée associé à la « distance à l’emploi », que cette dernière soit laissée à l’appréciation du conseiller en agence (entre 2001 et 2006, et de nouveau depuis 2013) ou qu’elle soit calculée selon des techniques de profilage statistique (Georges, 2006) entre 2006 et 2013.

Des controverses sur le séquençage des carrières d’employabilisation

16L’institutionnalisation de l’accompagnement débouche dans les années 2000 sur la mise en débat des protocoles d’accompagnement, dont les différents promoteurs tentent de démontrer la supériorité en termes d’efficacité. Ces pensées du cursus d’employabilisation impliquent des conceptions divergentes de la « bonne » occurrence d’évènements et d’interventions sociales au cours du parcours. Chaque méthodologie portée par des acteurs du champ de l’insertion professionnelle a ses « penseurs », légitimés par des titres universitaires et la publication d’ouvrages reposant sur « un grand nombre d’observations » voire des études scientifiques. Elle s’arme de graphiques, de tableaux et de chiffres qui sont mobilisés dans les disputes comme autant de preuves de sérieux et de garanties d’efficacité pour justifier l’accès à des ressources publiques, matérielles et symboliques. L’enjeu central de différenciation de ces méthodologies porte sur le positionnement de la séquence « emploi » dans le parcours d’accompagnement par rapport aux autres étapes : le « projet », la « levée des freins sociaux » ou la formation.

17Au tournant des années 2000, dans cette arène du cursus d’employabilisation, les Missions locales pour l’insertion des jeunes – reconnues comme précurseures de l’accompagnement des parcours – sont attaquées dans leur méthodologie par un universitaire, Denis Castra. Ce dernier soutient par son expertise et l’apposition de son label académique un réseau d’intermédiaires de l’emploi concurrent (cf. encadré), le réseau Transfer-IOD. Dans son « livre manifeste » L’insertion professionnelle des publics précaires, publié en 2003, il énonce un certain nombre de principes méthodologiques qui confèrent à la mise en situation de travail une forme de primauté.

18Tour d’abord, Denis Castra plaide pour une déconnexion stricte du traitement des problèmes sociaux (ce que Pôle emploi appelle aujourd’hui « les freins périphériques à l’emploi ») et de l’accès à l’emploi, à l’encontre du concept d’accompagnement global que les Missions locales ont mis à l’honneur dans leur charte de 1990. Selon lui, non seulement l’accès à l’emploi ne peut être subordonné à la résolution des problèmes sociaux ou psychosociaux, mais le principe même de l’accompagnement global réalisé par un seul professionnel est récusé :

« la confusion trop fréquente entre les problématiques psychosociales des personnes et les difficultés d’accès à l’emploi doit être d’autant plus évitée qu’on a de bonnes chances de penser que les premières sont subordonnées aux secondes » (Castra, 2003, chapitre 4, § 48).

19L’autre point de discussion travaille l’articulation entre le « projet » et la séquence d’emploi. Denis Castra oppose au « diktat du projet » le principe du « qui veut travailler le peut » (Castra, 2003, chapitre 4, § 77). De ce principe découle une méthodologie de l’accompagnement, la méthode IOD (Intervention sur l’Offre et la Demande) qui convainc un certain nombre d’opérateurs associatifs de l’accompagnement.

L’institutionnalisation d’une doctrine de l’accompagnement : le réseau Transfer-IOD

  • 14 Source : site web association Transfer

La méthode de l’intervention sur l’offre et la demande (IOD) expérimentée dès 1982 en Gironde s’est construite dans la périphérie du monde de l’insertion professionnelle des jeunes, dominé à l’époque par les acteurs de l’éducation permanente (et de l’éducation nationale). Francis Valls et Jean-Marc Lafitte sont tous deux éducateurs et missionnés par un juge pour enfants pour offrir des solutions alternatives à des jeunes sous main de justice. Passés par la faculté de psychologie de Bordeaux, ils bénéficient de l’expertise éclairée de Denis Castra, alors professeur en psychologie sociale, qui leur permet de formaliser une méthode d’ingénierie sociale qu’ils vont breveter en déposant la marque IOD en 1988.
Dès lors une association (l’association Transfer toujours basée à Bordeaux) va servir de plateforme de diffusion et d’essaimage de la méthode IOD à l’intérieur d’un réseau (le réseau Transfer-IOD) constitué aujourd’hui de 15 structures réparties sur le territoire français et belge, organisant la labellisation IOD de structures de l’insertion qui, à leur tour, se font les porte-drapeaux de cette méthodologie sur leur territoire. Des formations sont régulièrement organisées et des séminaires de réflexion et d’échange permettent annuellement d’intégrer le réseau14.

20Dernière articulation temporelle problématique : la formation et l’emploi. Les tenants de la méthode IOD arguent de l’itinéraire intellectuel de Bertrand Schwartz, père fondateur des Missions locales, qui l’a mené de l’alternance des dispositifs 16-18 ans (un échec selon lui) aux actions Moderniser sans exclure, pour défendre le caractère formateur des situations de travail (Castra, 2003 ; Castra, Valls, 2008).

  • 15 Ce dernier se présente comme sociologue, ethnologue et consultant ; il a consacré non moins de 6 ou (...)

21Le réseau des Missions locales, aidé par le théoricien de la pratique Philippe Labbé15, visé par cette critique, répond par une défense et illustration de l’accompagnement global ou, comme l’a baptisé Philippe Labbé lui-même : l’accompagnement socioprofessionnel (ASP) (Labbé, 2012) qui fait de l’accouchement du projet professionnel le point de départ de la mise en action de l’individu dans un parcours d’accès à l’emploi.

22À l’occasion de la mise en œuvre du Contrat de sécurisation professionnelle (CSP) et de son évaluation en 2012, sans lien évident avec les protagonistes de cette première arène, des fonctionnaires francs-tireurs de l’administration du travail, réunis au sein du groupe Tarmac (Techniques d’appui au recrutement et médiation active) formalisent leur propre doctrine du work first. Philippe Dole, alors directeur départemental du travail et véritable promoteur de ce dispositif, contribue à formaliser une doctrine de l’accompagnement des demandeurs d’emploi licenciés qui met au centre l’opportunité de travail et d’emploi en cours d’accompagnement comme catalyseur du projet professionnel et de formation. Il est aidé dans cette tâche par le département Synthèses de la DGEFP (Délégation Générale de l’Emploi et de la Formation Professionnelle), notamment par sa direction et une chargée d’étude, Anne Fretel, tous proches de la socio-économie telle qu’elle est développée à l’Université Paris 1 et au Centre d’études de l’emploi. Le CSP est ainsi le premier programme d’accompagnement d’envergure nationale qui intègre une conception itérative de l’accompagnement se traduisant par une représentation cyclique du temps. Ce dernier vise « à soutenir un processus “incrémental” dans lequel la formation du projet est “contrôlée”, non pas simplement par un conseiller, mais par l’exploitation des retours d’expérience se rapportant aux évènements jalonnant le parcours, à des occurrences de situations tout son long (bilan des formations, bilans des immersions, etc.) » (Dole, Duclos, Estrade, 2012). Il s’oppose à la « démarche la plus répandue des intermédiaires [qui] est de mettre le bénéficiaire en contact avec une entreprise quand il est jugé “prêt”. Il y a toute une ingénierie séquencée, en entonnoir, qui est mobilisée, qui va de la réception de la personne à la définition de son projet professionnel, en passant par des compléments de formation, si besoin avant de la positionner sur une offre » (Fretel, 2012, p. 20). À grand renfort de guides de pratiques, de « mallettes » du programme, et de sessions de formation, cette cellule à la DGEFP tente d’imposer sa nouvelle norme de calendrier à des professionnels (de Pôle emploi, de l’AFPA et d’opérateurs privés) dont il s’agit de corriger les pratiques.

  • 16 Cette catégorie anglo-saxonne (Not in Education, Employment or Training) a été importée dans le voc (...)
  • 17 Reproduits de DGEFP, 2013, p. 19.
  • 18 En participant au comité national d’évaluation scientifique de la Garantie jeunes, j’ai pu à plusie (...)

23Cette lutte se rejoue à bas bruit lors de la mise en œuvre de la Garantie jeunes, un programme d’accompagnement des jeunes NEET16 vers l’emploi. Si le calendrier de l’élaboration du programme de la Garantie jeunes est largement politique, l’association d’un des animateurs du groupe Tarmac, Laurent Duclos (cf. encadré), à ce design, va appuyer une norme de séquençage (cf. « les deux stratégies d’accompagnement » en annexe)17 qui se veut en rupture par rapport aux pratiques des Missions locales désignées comme opératrices du programme 18. Elle vise notamment à démultiplier les opportunités de mise en relation avec les employeurs au long du contrat d’accompagnement, « pour permettre [au jeune] chemin faisant de s’inscrire dans une démarche proactive visant à acquérir une autonomie professionnelle. » (Wargon, Gurgand, 2013, p. 6).

Laurent Duclos : l’expertise interactionnelle d’un ingénieur de parcours d’accès à l’emploi

  • 19 Dans la perspective qui était la leur, Michel Crozier et Erhard Friedberg mettent l’accent sur les (...)
  • 20 Entretien avec Laurent Duclos, le 16 avril 2015.

Laurent Duclos, actuellement chef de projet « Ingénierie de parcours et stratégie d’accompagnement » à la DGEFP, joue un rôle important dans ce système d’ingénierie et de design des programmes d’accompagnement. Il occupe en effet une position que Michel Crozier et Ehrard Friedberg ont désignée comme celle de « marginal sécant » (Crozier, Friedberg, 1977), intégré dans plusieurs systèmes d’action19. Dans cette interface, il accumule une forme d’expertise interactionnelle (Collins, Evans, 2007) à même de faire circuler des savoirs et de les traduire dans des artefacts (publications scientifiques, droit, normes d’action publique, outils de pratiques professionnelles…) de natures très différentes. Laurent Duclos commence sa carrière comme chercheur au Centre d’études de l’emploi alors placé sous la direction de l’économiste conventionaliste François Eymard-Duvernay20. Il poursuit ensuite un parcours de chercheur sur les relations industrielles dans divers laboratoires parisiens jusqu’à entrer au Service des affaires sociales du Commissariat général du Plan en 1999. La fermeture de ce service le conduit à intégrer en 2007 la DGEFP dans son département des synthèses. Au sein de ce département consacré à la veille stratégique du ministère du travail, il participe à la conception et à l’évaluation des politiques de l’emploi, notamment des programmes à caractère expérimental. À l’occasion de la mise en œuvre du Contrat de sécurisation professionnelle (CSP), il anime comme directeur adjoint avec Philippe Dole et Marc-Antoine Estrade le groupe Tarmac qui formalise une doctrine du work first.
Il participe ensuite activement au groupe de travail mis en place par Emmanuelle Wargon et Marc Gurgand pour dessiner les contours du programme Garantie jeunes dont il aurait voulu faire « un CSP jeunes », idée qu’il avait déjà émise comme rapporteur de la Conférence nationale contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale. Il introduit à cette occasion la logique du work first dans la définition normative du programme.
En 2017, Laurent Duclos est appelé par l’Association Tranfer-IOD pour présider son tout nouveau comité scientifique. Il y fait entrer un nombre conséquent de spécialistes du fonctionnement du marché du travail et des intermédiaires de l’emploi issus du Centre d’études de l’emploi et du travail comme Anne Fretel (qui a été chargée d’études au sein de son département pendant plus de 2 ans), Emmanuelle Marchal, Delphine Remillon ou encore Carole Tuchszirer.

  • 21 La formation ne fait pas partie intégrante du périmètre du contrat, elle peut toutefois en être un (...)

24Le programme de la Garantie jeunes porte la marque de cette nouvelle proposition d’agencement temporel en prévoyant une phase « d’opportunités d’expériences de travail » pendant 4 mois, susceptible de provoquer un « déclic » du point de vue du rapport au travail et de permettre la levée les freins sociaux pour se consacrer à la recherche d’emploi21.

Rationalisation du rythme de l’accompagnement et evidence-based policy

25Un troisième groupe d’ingénieurs des transitions professionnelles semble prendre une place grandissante dans les processus de construction des dispositifs d’accompagnement par le truchement des évaluations des politiques de l’emploi pilotées par la Dares (Direction de l’animation de la recherche et des statistiques). Les chercheurs passés maîtres des techniques économétriques ont investi ce champ de pratiques pour y infuser les termes de l’evidence-based policy et de l’evidence-based social work. Avec le projet de fonder l’intervention sociale sur des « résultats probants », de nombreux travaux anglo-saxons et plus récemment français ont en effet tenté d’évaluer l’efficacité des programmes d’accompagnement notamment du point de vue du timing et de la cadence de l’entretien d’accompagnement. Cet autre mode expert d’encadrement des pratiques professionnelles s’appuie parallèlement sur une rhétorique du benchmarking international des politiques sociales, facilitée par les réseaux d’organisations nationales et internationales du travail. Le développement de techniques d’évaluation calquées sur le modèle des sciences naturelles (expérimentations aléatoires ou contrôlées) vient conforter la légitimité rationnelle-instrumentale des protocoles d’accompagnement élaborés par les services de l’État. L’instrumentation de plus en plus poussée de l’accompagnement que les professionnels peuvent vivre comme une négation de leur expertise repose alors moins sur une « dépsychologisation » du chômage (Divay, 2008) que sur une conception psychométrique de la recherche d’emploi.

  • 22 Pour une histoire et une critique de l’expérimentation dans le champ des politiques sociales, voir (...)

26Le foyer de cette autre offensive normalisatrice de l’accompagnement est à rechercher du côté de l’économétrie appliquée, qui se structure entre l’École d’Économie de Paris et le Crest, laboratoire d’économie quantitative de l’Ensae (École nationale de la statistique et de l’administration économique)22. Le J-PAL Europe, une antenne régionale du Abdul Latif Jameel Poverty Action Lab créé en 2008 à l’École d’Économie de Paris, finit d’intégrer ce pôle d’ingénieurs économètres dédiés à l’efficacité des politiques sociales, dont beaucoup sont administrateurs Insee et donc en prise avec la haute fonction publique. Au sein du groupe ayant conçu l’expérimentation de la Garantie jeunes, Emmanuelle Wargon, alors toute nouvelle déléguée générale à l’emploi, Philippe Zamora, chef du service de l’évaluation des politiques de l’emploi à la Dares et Marc Gurgand, économètre directeur du J-PAL Europe sont liés par des expériences communes d’expérimentation randomisée et une même croyance dans leur plus-value pour concevoir les programmes d’accompagnement. La première a supervisé, comme secrétaire générale, l’opération d’évaluation en expérimentation contrôlée à grande échelle qu’a constituée le fond d’expérimentation pour la jeunesse (Simha, 2018). Le second vient de passer 5 ans au Crest comme chargé de recherche où il a participé à l’évaluation en expérimentation contrôlée d’un programme d’accompagnement des jeunes chômeurs diplômés avec Marc Gurgand et Esther Duflo. Or l’évaluation en RCT (Randomized Controll Trial), pour être valide, nécessite le respect d’un protocole uniforme et homogène de déroulement du programme, notamment du nombre d’entretiens d’accompagnement et de leur espacement.

27Une revue de littérature rédigée par la même Dares (Parent, Sautory, Desplatz, 2013) témoigne de la pénétration de ces instruments dans les sphères de production des politiques de l’emploi et de la pression qu’opère la profession des économètres sur les pouvoirs publics pour faire évoluer les protocoles d’accompagnement selon des standards validés scientifiquement au plan international (Fontaine, Malherbet, 2013). La modélisation de l’accompagnement conduit notamment les économistes à formaliser les effets psychologiques des programmes de suivi renforcés sur la probabilité de retour en emploi, effets variables dans le temps (Parent, Sautory, 2014).

28Pôle emploi se trouve aussi investi par les randomistes, par le biais de son comité scientifique créé en 2013, dans lequel Luc Behaghel, chercheur à l’Inra, associé à la Paris School of Economics et membre du J-PAL Europe, représente la discipline économique au côté du président du comité scientifique Jérôme Gautié. Sous la pression de l’Unédic (Union nationale interprofessionnelle pour l'emploi dans l'industrie et le commerce), Pôle Emploi s’est soumis aux protocoles de l’evidence-based policy pour évaluer l’efficacité comparée de l’accompagnement des demandeurs d’emploi par le service public et les opérateurs privés de placement (Vivès, 2017). Il s’est ensuite appuyé sur l’évaluation de l’Accord National Interprofessionnel (ANI) jeunes par le cabinet Gestes, qui montrait que l’accompagnement intensifié des jeunes dans le cadre de ce programme avait des « résultats en termes d’insertion dans l’emploi durable meilleurs que ceux de dispositifs comparables », afin de justifier une demande de financement auprès du Fonds Social Européen pour « l’accompagnement intensif des jeunes ». De même il a procédé à l’évaluation RCT du Club jeunes chercheurs d’emploi (3 mois de recherche d’emploi dans un cadre collectif) menée en 2014-2015 pour proposer sa généralisation dans ce même cadre.

29Enfin, ces travaux d’évaluation circulent dans les arènes de la conception des politiques de l’emploi comme le Conseil d’Orientation pour l’Emploi (COE), dont le rapport sur l’accompagnement vers et dans l’emploi rapporte que les évaluations du Civis auraient permis de montrer « qu’assurer trois entretiens individuels par trimestre plutôt que deux permettrait de compenser l’effet défavorable de la crise de 2008 » (COE, 2016, p. 46) ; ou l’Agence nationale des solidarités actives qui commande au J-PAL une revue des évaluations d’impact de l’accompagnement des chômeurs de longue durée (Abadia, Bencheikh, Borel, Gurgand, 2017), dont un chapitre porte sur les effets, « manifestement » positifs, de l’intensification de l’accompagnement.

La rationalisation gestionnaire de la cadence de l’activation

  • 23 Le premier contrat de progrès avec l’État est signé en 1990 par l’Agence Nationale Pour l’Emploi (B (...)

30La rationalisation experte des calendriers d’accompagnement du chômage s’articule à un mouvement de rationalisation gestionnaire de l’activité des opérateurs publics et parapublics dans le cadre du New Public Management (Bezes, 2005). Le temps du chômeur rencontre le temps de travail du professionnel notamment lors des interactions ou contacts entre l’un et l’autre. C’est pourquoi la cadence de l’accompagnement n’est pas qu’une affaire d’« ingénieurs » mais aussi de gestionnaires des organisations, de contrôleurs de gestion ou encore de responsables des marchés publics. Ce tournant gestionnaire est bien documenté pour le service public de l’emploi (Benarrosh, 2006 ; Pillon, 2017) ; il pourrait l’être tout autant pour le réseau des Missions locales soumis avec la même intensité au logos gestionnaire selon les trois principes de maîtrise, de performance et de rationalité (Boussard, 2008)23. La contractualisation par objectifs entre financeurs et opérateurs de l’accompagnement, la pénétration et la généralisation du pilotage par des indicateurs de performance, le perfectionnement des systèmes informatiques d’aide à la décision (SIAD) qui équipent les professionnels, représentent de puissants facteurs de standardisation chronométrée des accompagnements, une fois qu’un programme d’accompagnement sort de sa phase expérimentale et qu’il est généralisé.

Optimiser la ressource temps-conseiller dans le cadre du traitement individualisé du chômage de masse

31La distinction de niveaux de service par type de public est pensée comme moyen d’optimiser les ressources. Il s’agit de maximiser les sorties du chômage par unité de coût de service (temps de travail du conseiller et coût des prestations) grâce à une répartition inégale des moyens entre différents types de chômeurs.

  • 24 La généralisation du suivi mensuel personnalisé à tous les chômeurs à partir du 4e mois, décidée pa (...)

32Depuis 1997, l’offre de services à l’ANPE puis à Pôle emploi se décompose en 3 ou 4 parcours différents, invariablement modulés par la cadence de l’accompagnement24. Ce dernier fait l’objet d’une double contractualisation : entre le service public de l’emploi et ses financeurs d’une part, entre le demandeur d’emploi et l’opérateur public d’autre part. En 2001, l’ANPE s’engage par le PAP-ND (Parcours d’accompagnement personnalisé – Nouveau Départ) à convoquer tous les demandeurs d’emploi dans le mois suivant l’inscription aux Assedic. Ce délai est ramené à 8 jours par la convention tripartite État-Unedic-ANPE de 2006, puis oscille entre 5 jours et un mois entre 2007 et 2015. La dernière convention tripartite Pôle emploi-État-Unédic (2015-2018) fixe comme objectif de performance un entretien de situation et de diagnostic partagé entre 2 et 4 semaines après la demande d’inscription, puis la communication du conseiller référent dans les 15 jours. Le principe des bilans de parcours à intervalles réguliers est aussi peu à peu entériné : tous les 6 mois pour le PAP-ND (2001-2006) ; 4e mois, 7e mois, 13e mois entre 2006 et 2008 auquel s’ajoute un bilan au 9e mois dans la convention tripartite 2012-2014. La dernière convention tripartite stipule qu’un entretien bilan aura lieu entre le 6e et le 9e mois pour le parcours des chômeurs jugés les plus « autonomes ».

33Le temps des parcours de chômeurs se trouve par ailleurs emporté dans le tourbillon de la normalisation managériale, mis en chiffre dans des tableaux de bord, transformé en ratio auxquels sont associés des objectifs de performance. Les Missions locales, sous pression de l’État, ont sans doute poussé le plus loin la quantification des parcours en injectant des indicateurs longitudinaux dans leur convention pluriannuelle d’objectifs. Le taux de jeunes en parcours d’accompagnement sans proposition depuis plus de 3 mois (hors situation « emploi » ou « formation ») ou encore la part des jeunes ayant démarré au moins une situation « emploi », « formation » ou apprentissage parmi les jeunes en première année d’accompagnement contractualisé, figurent dans la liste stratégique des ratios de performance de la dernière convention pluriannuelle d’objectifs (2015-2018) censés informer et guider l’activité des agents des Missions locales dans le cadre du dialogue de gestion.

34Au plus près de l’activité des professionnels, les architectures informatiques organisent tout autant le pilotage des parcours que l’activité des agents (Nonjon, Marrel, 2015). Les alertes informatiques qui s’affichent automatiquement au démarrage de l’ordinateur du poste de travail signalent au conseiller en Mission locale les parcours « à l’arrêt » (« sans proposition », « sans situation »), ou ceux qui accumulent une durée critique d’accompagnement (4 mois, 12 mois), pour éveiller l’attention du professionnel et l’engager à agir, à relancer la progression dans le parcours.

35La logique métrique du reporting en vient à peser sur le design des programmes d’accompagnement comme ce fut le cas pour la Garantie jeunes :

  • 25 Le fonds européen Initiative pour l’Emploi des Jeunes a financé le programme de la Garantie jeunes (...)

« en réalité, le découpage [en une phase de 6 semaines d’accompagnement collectif suivie d’une seconde d’accompagnement individuel consacrée aux expériences de travail ] est une pure invention du réseau des Missions locales à laquelle nous n’avons pas pu résister, il est vrai, précipitée par une équation de financement (le fonds européen IEJ25) embarquant un type de reporting complètement en contradiction avec le dispositif » (Laurent Duclos, mail du 21 décembre 2018)

Contractualisation marchande des prestations et standardisation des calendriers d’accompagnement

36La chrono-logisation des carrières d’employabilisation et de la recherche d’emploi s’accroît avec la privatisation et la marchandisation des prestations d’accompagnement des chômeurs (Van Berkel, De Graaf, Sirovàtka, 2011), un mouvement qui s’est accéléré depuis la fin du monopole de placement de l’ANPE en 2005 (Rousseau, 2005), sous la pression de l’Unédic et des collectivités territoriales. Passer par le marché nécessite une formalisation des prestations principalement dans leur dimension temporelle. Les cahiers des charges relatifs aux programmes d’accompagnement spécifient les « étapes » ou les « phases » avec de plus en plus de rigueur chronométrique. Les opérateurs du marché sont pris dans une chaîne de prescription du travail d’accompagnement, qui prend la forme d’une scansion de plus en plus poussée du temps du chômeur défini par sa recherche d’emploi.

37Sont concernés en premier lieu des sous-traitants de Pôle emploi, les opérateurs privés de placement qui, passées les premières expérimentations de 2004-2005 menées sans grand formalisme contractuel (Vivès, 2013), ont répondu à des appels d’offres sur des prestations d’accompagnement de Pôle emploi selon un cahier des charges formalisant un calendrier d’interventions. À titre d’exemple, je reproduis ci-dessous un extrait du cahier des charges de la prestation « Trajectoire vers l’emploi » qui, depuis 2009, concerne 170 000 chômeurs de longue durée (inscrits en catégorie A depuis au moins 12 mois dans les 18 derniers mois).

Source : Cahier des charges fonctionnel et technique. Prestation « Trajectoire vers l’emploi (TVE) », Pôle Emploi, 2011, p. 6.

38Mais les opérateurs publics ou parapublics comme Pôle emploi ou les Missions locales font désormais face aux mêmes exigences que les prestataires marchands, vis-à-vis de donneurs d’ordre paritaires. C’est ainsi que suite à l’ANI jeunes, l’appel à projets du fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnel a donné lieu à la formalisation des étapes de l’accompagnement renforcé, différente selon qu’il est assuré par Pôle emploi ou par les Missions locales. Le cahier des charges fixé par les partenaires sociaux imposait le respect de trois phases minimum (diagnostic/accompagnement intensif à la mise en œuvre du plan d’action/suivi dans l’emploi). La durée de chaque phase est aussi contrainte dans sa limite supérieure : 12 mois pour le total des deux premières phases et 6 mois maximum pour la troisième. En réponse à ce cahier des charges, Pôle emploi a proposé un accompagnement de 6 mois maximum en 5 étapes (Gestes, 2013. p. 55) et s’est engagé contractuellement à offrir un contact hebdomadaire et deux rendez-vous par mois jusqu’à l’embauche en contrat durable.

Conclusion

39Requalifier la recherche d’emploi en parcours d’employabilisation revient à repousser la question du marché et des débouchés structurels qu’il offre à une date ultérieure, au terme d’un processus au centre duquel est placé l’individu isolé. Sa situation qualifiée hors-marché ne doit ainsi son évolution (sa progression ou son recul) qu’à lui-même, à ses caractéristiques enfouies dans un passé archéologique, aux états qu’il a traversés au cours de sa vie dans un ordre plus ou moins efficace pour permettre sa sortie du chômage, ou encore au respect du plan d’action chronométré qui lui est proposé. L’analyse des programmes d’accompagnement donne à voir l’organisation rationnelle du temps des transitions professionnelles, une « chrono-logisation » du chômage qui s’appuie sur des instruments d’une double rationalisation : celle de la production de l’employabilité comme processus et celle de l’accompagnement à la recherche d’emploi comme activité des services financés par l’État.

40La carrière d’employabilisation présente toutefois des particularités par rapport aux trajectoires de maladie (Glaser, Strauss, 1968), aux carrières dans des institutions totales comme l’hôpital psychiatrique (Goffman, 1968) ou le sanatorium (Roth, 1963), qui m’ont servi de référence. Loin d’être recluses, les personnes « éloignées de l’emploi » investissent de multiples espaces de socialisation qui les engagent dans des programmes structurés susceptibles d’entrer en conflit avec les temporalités prescrites de l’accompagnement. À cela s’ajoute ce qu’Édouard Gardella a identifié comme le fractionnement à la fois spatial et temporel de la prise en charge (Gardella, 2016) qui éloigne cette figure du pouvoir de celle de l’institution totale goffmanienne. Elles offrent donc une marge de négociation de l’emploi du temps importante. Les possibilités de dévier des rails temporels par des comportements d’attente, de report, de retour en arrière, ou de « temps mort » (Lyman, Scott, 1970) restent nombreuses et les professionnels ne sont pas sans se plaindre de la faible docilité de certains chômeurs.

  • 26 Pour une analyse de la gestion discrétionnaire du temps par les agents de Pôle emploi, voir l’artic (...)

41Enfin, au sein des organisations les plus chronométrées et soumises à des protocoles les plus standardisés, subsistent pour les professionnels des marges de manœuvre dans l’adaptation du planning aux variations de la charge de travail26. L’appréciation du rythme de chacun des chômeurs est alors intégrée dans l’aménagement de l’emploi du temps du professionnel, selon un mécanisme classique d’investissement des marges d’autonomie professionnelle par le street-level bureaucrat (Lipsky, 1980 ; Dubois, 1999).

Haut de page

Bibliographie

Abadia, L., Bencheikh, I., Borel, M., Gurgand, M., 2017. Accompagnement des chômeurs de longue durée : revue systématique des évaluations d’impact, Rapport final, J-PAL / ANSA, janvier 2017.

Alduy, J.-P, 2011. Pôle emploi : une réforme nécessaire, une dynamique de progrès à amplifier. Tome 1 : rapport, Rapport d'information n° 713 (2010-2011), fait au nom de la Mission commune d'information relative à Pôle emploi, déposé le 5 juillet 2011.

Alliance Villes Emploi, 2016. Consolidation des Plie 2015, décembre. URL : https://www.ville-emploi.asso.fr/wp-content/uploads/docs/ConsoPLIE-2015-c.pdf.

Anpe, 1976. Demandeurs d'emploi inscrits depuis plus de 12 mois, enquête. Analyse des interviews approfondies, ANPE, Ronéo.

Anpe, 1983. Les demandeurs d'emploi de longue durée : analyse d'une population, ANPE.

Armatte M., 2010. La science économique comme ingénierie. Quantification et modélisation, Paris, Presses des Mines.

Balzani, B., Béraud, M., Boulayoune, A., Divay, S., Eydoux, A., Gouzien, A., 2008. L’accompagnement vers l’emploi. Acteurs, pratiques, dynamiques. Rapport de recherche. URL : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00377437

Barrère-Maurisson, M.-A., Merle, V., 1982. « Marché du travail, chômage, et répartition des travailleurs depuis longtemps au chômage », Cahiers de l'ISMEA : Economies et sociétés, série AB, 12. T. CXVI, 10.

Benarrosh, Y., 2003. « Les trappes d’inactivité : chômage volontaire ou chômage de résistance ? », Travail et emploi, n° 95, p. 73-95.

Benarrosh, Y., 2006. Recevoir les chômeurs à l’ANPE. L’institution entre don et contrat, Paris, L’Harmattan.

Bezes, P., 2005. « L’État et les savoirs managériaux : Essor et développement de la gestion publique en France. » in Lacasse, F., Verrier, P.-E. (eds), Trente ans de réforme de l’État, Paris, Dunod, p. 9-40.

Blanchard, O. J., Summers, L. H., 1986. « Hysteresis and the European employment problem », in Fisher, S., NBER Macroeconomic Annual 1986, Cambridge, MIT Press, p. 15-78.

Bouillaguet, P., 1992. « Fondements et évolution des politiques menées en France depuis dix ans. Stratégies et contraintes », in Bouillaguet, P., Guitton, C., Le chômage de longue durée. Comprendre, agir, évaluer, Paris, Syros Alternatives, p. 377-387.

Boussard, V., 2008. Sociologie de la gestion. Les faiseurs de performance, Paris, Belin.

Castra, D., 2003. L’insertion professionnelle des publics précaires, Paris, PUF.

Castra, D., Valls, F., 2008. L’insertion malgré tout. L’intervention sur l’offre et la demande - 25 ans d’expérience, Toulouse, Octarès Éditions.

Cingolani, P., 1986. L’exil du précaire : récits de vie en marge du travail salarié, Paris, Méridiens Klincksieck.

Centre national de la recherche scientifique, 1978. Les demandeurs d'emploi inscrits à l'ANPE depuis plus d'un an, enquête : rapport. Convention ANPE.

Clouet, H., Pillon, J.-M., 2017. « Le chômeur et le chronomètre. La course contre la montre à Pôle emploi », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 220, p. 26-47.

Collins, H., Evans, R., 2007. Rethinking Expertise, Chicago and London, The University of Chicago Press.

Colomb, F., 2012. Les politiques de l’emploi (1960-2000) : sociologie d’une catégorie de l’action publique, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Conseil d’orientation pour l’emploi, 2016. L’accompagnement vers et dans l’emploi, Rapport, Paris.

Conseil supérieur de l’emploi, des Revenus et des Coûts, 1997. Minima sociaux : entre protection et insertion. Paris, La Documentation française.

Coriat, B., 1994. L’atelier et le chronomètre, Paris, Christian Bourgeois.

Crozier, M., Friedberg, E., 1977. L’acteur et le système, Paris, Le Seuil.

Demazière, D., 1995. La sociologie du chômage, Paris, Ed. La Découverte.

Demazière, D., 2005. « Le chômage de longue durée à l’épreuve du temps », communication Institut de sociologie de la faculté des lettres de l’université de Porto, 13 juillet.

Divay, S., 2008. « Psychologisation et dépsychologisation de l’accompagnement des chômeurs », Sociologies pratiques, n° 17, p. 55-66.

Dole, P., Duclos, L., Estrade, M.-A. (dir.), 2012. « Information et intermédiation », recueil des travaux du groupe de travail de février à juillet 2012, DGEFP, Ministère du travail.

Dubois, V., 1999. La vie au guichet. Relation administrative et traitement de la misère, Paris, Economica.

Duclos, L. (dir.). 2013. Appui au recrutement et médiations pour l’emploi. Paris, ministère du Travail.

Dujarier, M.A., 2015. Le management désincarné. Enquête sur les nouveaux cadres du travail, Paris, Éditions La Découverte.

Ebersold, S., 2001. La naissance de l’inemployable. Ou l’insertion aux risques de l’exclusion, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Fontaine, F. Malherbet, F., 2013. Accompagner les demandeurs d’emploi. Pour en finir avec le retard français, Paris, Presses de SciencesPo.

Franz, W., 1987. « Hysteresis persistence and the NAIRU : An empirical analysis for the Federal Republic of Germany », in Layard R., Calmfors L., (dir.), The Fight against Unemployment, Cambridge, the MIT Press.

Fretel, A., 2012. Typologie des figures de l’intermédiation. Quelle relation à l’entreprise au delà de l’impératif adressé aux opérateurs du SPE ? Document de travail, IRES, n° 2-2012.

Gardella, É., 2016. « Temporalités des services d’aide et des sans-abri dans la relation d’urgence sociale : une étude du fractionnement social », Sociologie, vol. 7, (3), p. 243-260.

Georges N., 2006. « Le profilage : outil statistique et/ou mode de coordination ? », Document de travail du CEE no 72, novembre.

Gestes, 2013. Bilan quantitatif et évaluation qualitative des conventions sur le financement de l’accompagnement des jeunes demandeurs d’emploi dans leur accès à l’emploi, Comité de pilotage paritaire de l’ANI du 7 avril 2011, Fonds Paritaire de sécurisation des parcours professionnels, 30 novembre.

Glaser, B.G., Strauss, A.L., 1968. Time for dying, Hawthorne (NY), Aldine.

Goffman, E., 1968. Asiles. Étude sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus, Paris, Ed. de Minuit.

Goguel, C., 1970. « La durée moyenne du chômage s’élève avec l’âge », Économie et statistique, n° 9, p. 59-63.

Insee, 1955. « Le chômage en France lors du recensement de mai 1954 », Études et conjoncture, Insee, n° 10, p. 847-857.

Jahoda, M., Lazarsfeld, P., Zeisel, H., [1933] 1982. Les chômeurs de Marienthal, Paris, Éditions de Minuit.

Jatteau, A., 2013. Les expérimentations aléatoires en économie, Paris, La Découverte.

Labbé, P., 2012. « L’accompagnement socioprofessionnel (ASP) : une construction systémique », Cahiers de l’action, n° 37, p. 13-23.

Laé, J.-F., 1989. Travailler au noir, Paris, A.-M. Métaillié.

Ledrut, R., 1966. Sociologie du chômage, Paris, PUF.

Lipsky, M., 1980. Street-level Bureaucracy, New York, Russel Sage Foundation.

Lyman, S., Scott, M., 1970. A sociology of the absurd, New York, AltaMira Press.

Merle, V., Vanderpotte, G., 1980. « Étude sur le chômage de longue durée dans la CEE », ANPE, ronéo.

Millet, M., Thin, D., 2005. « Le temps des familles populaires à l’épreuve de la précarité », Lien social et Politique, n° 54, p. 153-162.

Montel, O., Haguet, R., 2016. « Les dépenses en faveur de l’emploi en 2014 », Dares résultats, n° 72.

Nonjon, M., Marrel, G., (dir.), 2015. « Gouverner par les architectures informatiques », Gouvernement & action publique, vol. 04, n° 2.

Ocde, 1994. Étude sur l’emploi, Paris, OCDE.

Parent, G., Sautory, O., 2014. « L’accompagnement des demandeurs d’emploi. Effets du renforcement et de l’externalisation du suivi », Travail et Emploi, n° 139, p. 75-89.

Parent, G., Sautory, O., Desplatz, R., 2013. « L’accompagnement des demandeurs d’emploi : enseignements des évaluations », Document d’études DARES, n° 178.

Pillon, J.-M., 2017. Pôle emploi. Gérer le chômage de masse, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Reynaud, E., 1993. « Le chômage de longue durée, la théorie et l’action », Revue française de sociologie, 34-2, p. 271-291.

Robinson, P., 1988. The Unbalanced Recovery, Oxford, Philip Allan.

Roth, J. A., 1963. Timetables. Structuring the passage of time in hospital treatment and other careers, The Bobbs-Merill Company, Inc., Indianapolis.

Rousseau, Y., 2005. « Du monopole public de placement à un nouveau service public de l’emploi », Droit social, avril, p. 456.

Simha, J., 2018, « Qui sont les évaluateurs d’expérimentation sociale ? », SociologieS [En ligne], Dossiers, Les professionnels de l’évaluation. Mise en visibilité d’un groupe professionnel, mis en ligne le 13 mars 2018, consulté le 7 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/6715

Thompson, E. P., 1967. « Time, work-discipline and industrial capitalism », Past and present, 38, 1967 [trad fr. : « Temps, travail et capitalisme », Libre, n° 5, 1979 ; nouvelle traduction : Temps, discipline du travail et capitalisme industriel, Paris, La Fabrique, 2004].

Van Berkel, R., de Graaf, W., Sirovátka, T., (eds.), 2011. The governance of active welfare states in Europe, London and New York, Palgrave Macmillan.

Vervaeke, M., 1978. Demandeurs d'emploi inscrits depuis plus de 12 mois dans six agences locales pour l'emploi du Nord, enquête : rapport. CAD, convention ANPE.

Vivès, C., 2013. L’institutionnalisation du recours aux opérateurs privés de placement au cœur des conflits de régulation du service public de l’emploi (2003-2011), Thèse de sociologie, Université de Paris Ouest Nanterre École Doctorale « Économie, Organisations, Société ».

Vivès, C., 2017. L’évaluation randomisée dans la réforme du service public de l’emploi, Document de travail du CEET, n° 190.

Vrancken, D., Macquet, C., 2006. Le travail sur soi. Vers une psychologisation de la société, Paris, Éditions Belin.

Wargon, E., Gurgand, M, 2013. Garantie jeunes. Synthèse des travaux du groupe de travail, mai, DGEFP.

Zajdela, H., 2001. « Faut-il avoir peur des trappes à chômage ? », Revue du M.A.U.S.S., n° 18, 2e semestre, p. 94-104.

Zerubavel, E., 1976. « Timetables and scheduling : on the social organization of time », Sociological Inquiry, vol. 46 (2), p. 87-94.

Haut de page

Annexe

Les deux stratégies d’accompagnement

Source : Duclos, L. (dir.). 2013. Recueil des travaux préparatoires au Séminaire DGEFP « Appui au recrutement et médiations pour l’emploi » du 24 octobre 2013, Paris, Ministère du Travail, p. 19.

Haut de page

Notes

1 Les services d’accompagnement désormais isolés dans les comptes publics s’élevaient en 2014 à 545 millions d’euros (hors services communs du Service Public de l’Emploi), ce qui représente 9,7 % des dépenses de service relatif au marché du travail. La Dares inclue dans cette catégorie des services d’accompagnement : le Civis accompagnement, la Garantie jeunes, l’ANI jeunes, le contrat d’autonomie, les cellules de reclassement, les CRP-CTP-CSP et une catégorie Autres. (Montel, Haguet 2016).

2 On trouvera dans ce numéro des exemples en Irlande et en Belgique de traduction subjective de cette emprise des politiques d’activation des chômeurs.

3 L’enquête TiPee (Trajectoires d’insertion des personnes éloignées de l’emploi) coordonnée par Frédéric Rey a été financée dans le cadre de la convention d’objectifs Ires-CFDT. Le projet de recherche « Politiques locales transversales : normes, acteurs, gouvernance » était piloté par Anne Eydoux, Loïc Trabut et moi-même et a bénéficié d’un financement de la Mire-Drees. Pour ces deux projets, j’ai enquêté sur le même programme dit d’accompagnement global de Pôle emploi.

4 Considérée comme une des mesures phares du plan du Président François Hollande en faveur de la jeunesse, la Garantie jeunes est un dispositif pour les 16-25 ans sans emploi et en situation de précarité combinant un accompagnement en Mission locale, collectif puis individuel, à une aide financière mensuelle pendant un an, renouvelable 6 mois. Après une phase d’expérimentation entre la fin de l’année 2013 et 2016, le dispositif a été généralisé à l’ensemble du territoire.

5 Je remercie tout particulièrement Laurent Duclos, à la fois protagoniste de cette histoire des politiques de l’emploi et relecteur bienveillant d’une première version de cet article.

6 Marie-Anne Dujarier désigne par-là les différents agents de l’organisation et de l’encadrement du travail qui opèrent à distance du travail réel aux moyens de plans abstraits et d’outils standardisés.

7 Dans les emplois de parcours sont regroupés l’Insertion par l’Activité Économique, les contrats aidés, les CDD courts, les contrats d’intérim, le CDI à temps partiel, c’est-à-dire des statuts d’emploi incompatibles avec le maintien dans la catégorie statistique de chômeur.

8 Nous utilisons ce terme en référence à la définition que Michel Armatte fournit du « génie économique » comme un ensemble de doctrines, de méthodes empiriques tournées vers la construction d’instruments de l’action (Armatte, 2010).

9 À ne pas confondre avec le workfare qui désigne l’obligation de travail en contrepartie du versement d’une prestation sociale.

10 La question était la suivante : « Depuis combien de temps cherchez-vous du travail ? »

11 Et donc sensibilisé à l’approche sociologique et descriptive de l’incontournable Sociologie du chômage de Raymond Ledrut (1966).

12 Comme le souligne Emmanuelle Reynaud, « le chômage de longue durée est une catégorie de l’action politique, pas une notion théorique » (Reynaud, 1993, p. 271). Ceci explique que les théories, notamment micro-économiques, isolant l’effet propre de la durée du chômage, qu’elles empruntent à la théorie du signal (Robinson, 1988, Franz, 1987) ou à celle du capital humain (Blanchard, Summers, 1986), se soient diffusées alors que les mesures pour lutter contre ce phénomène étaient déjà largement développées.

13 Ce terme de « nasse » employé par Didier Demazière (1995) me semble préférable à celui de « trappe » qui dans la littérature tant savante (Zajdela, 2001 ; Benarrosh, 2003), qu’institutionnelle (OCDE, 1994 ; CSERC, 1997) désigne plus précisément les effets pervers possibles des revenus de remplacement du travail dans un débat portant sur les (dés)incitations au travail. Ici l’effet nasse renvoie à l’effet propre de la durée du chômage sur la probabilité d’y rester, indépendamment des préférences des chômeurs et d’hypothèses concernant leur comportement.

14 Source : site web association Transfer

15 Ce dernier se présente comme sociologue, ethnologue et consultant ; il a consacré non moins de 6 ouvrages aux Missions locales dans la collection « Les Panseurs sociaux » qu’il dirige au sein de la maison d’édition Apogée. En 2002, un an avant la parution de son premier ouvrage, il obtient le marché d’une action de formation « Culture Commune » pour la branche des Missions locales qu’il conserve encore à ce jour. Source : http://www.pennec-conseils.com/equipe/philippe-labbe-2

16 Cette catégorie anglo-saxonne (Not in Education, Employment or Training) a été importée dans le vocabulaire des politiques de l’emploi françaises via les directives européennes. Elle désigne les jeunes qui ne sont ni élèves, ni en emploi, ni en formation professionnelle.

17 Reproduits de DGEFP, 2013, p. 19.

18 En participant au comité national d’évaluation scientifique de la Garantie jeunes, j’ai pu à plusieurs reprises observer les rapports tendus entre le pôle expertise de la DGEFP incarné par Laurent Duclos, et les représentants des Missions locales autour de la définition légitime des « bonnes » manières de faire l’accompagnement.

19 Dans la perspective qui était la leur, Michel Crozier et Erhard Friedberg mettent l’accent sur les ressources de pouvoir que cette position assure au marginal-sécant. Ce n’est cependant pas la perspective que je retiens dans cet article. Je lui préfère la lecture de Collins et Evans qui permet de saisir les effets de reformulation normative et cognitive de l’action publique permis par un tel positionnement.

20 Entretien avec Laurent Duclos, le 16 avril 2015.

21 La formation ne fait pas partie intégrante du périmètre du contrat, elle peut toutefois en être un débouché « positif ».

22 Pour une histoire et une critique de l’expérimentation dans le champ des politiques sociales, voir Simha (2018) et la synthèse d’Arthur Jatteau (2013).

23 Le premier contrat de progrès avec l’État est signé en 1990 par l’Agence Nationale Pour l’Emploi (Benarrosh, 2006 ; Pillon, 2017) et le réseau des Missions locales son premier contrat pluriannuel d’objectifs en 2007. Sur d’autres dispositifs de gestion, les Missions locales ont devancé l’ANPE : elles ont été par exemple équipées d’un logiciel unique de mesure et de gestion de l’activité dès 1989.

24 La généralisation du suivi mensuel personnalisé à tous les chômeurs à partir du 4e mois, décidée par Dominique de Villepin en 2006 et soutenue par les évaluateurs randomistes, s’est rapidement heurtée au mur de la crise de 2008 qui, en l’absence d’augmentation significative des moyens, a rendu la charge de travail des conseillers insupportable. Son abandon, effectif dès 2008, sera officialisé en 2011 par Pôle Emploi (Alduy, 2011).

25 Le fonds européen Initiative pour l’Emploi des Jeunes a financé le programme de la Garantie jeunes dans sa phase expérimentale.

26 Pour une analyse de la gestion discrétionnaire du temps par les agents de Pôle emploi, voir l’article d’Hadrien Clouet et Jean-Marie Pillon (2017).

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Source : Cahier des charges fonctionnel et technique. Prestation « Trajectoire vers l’emploi (TVE) », Pôle Emploi, 2011, p. 6.
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/6126/img-1.png
Fichier image/png, 379k
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/6126/img-2.png
Fichier image/png, 247k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Léa Lima, « Le chômage et ses calendriers », Temporalités [En ligne], 29 | 2019, mis en ligne le 03 octobre 2019, consulté le 25 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/6126 ; DOI : https://doi.org/10.4000/temporalites.6126

Haut de page

Auteur

Léa Lima

Conservatoire national des arts et métiers, Lise, CEET
2, rue Conté case 1LAB40
75003 Paris
lea.lima@lecnam.net

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page