Navigation – Plan du site

L’intersaison : vécus du chômage à contre-rythme des temps sociaux dominants

The off-season: unemployment experiences at counter-rhythm of the dominant social times
Entre-temporadas: vivencias del desempleo a contra-corriente de los tiempos sociales dominantes
Liza Baghioni

Résumés

Dans les stations de tourisme de montagne, les intersaisons correspondent à des creux d’activité durant lesquels les offres d’emploi alternatives sont peu nombreuses. Les saisonniers se trouvent donc confrontés à une période de chômage cyclique. Cette situation « intermédiaire », réunissant une forme d’incertitude de la relation d’emploi ainsi qu’une relative prévisibilité des périodes de recrutement n’est pas sans susciter certaines controverses. Dans ce contexte, comment sont vécues les phases de chômage saisonnier dans ces territoires ? Ces séquences temporelles correspondent-elles à un « temps mort » ou à un temps pluriel ? Comment se négocie le temps pour soi dans le cadre d’embauches à contre-rythmes des temps sociaux dominants ? Dans le cadre de cette forme d’emploi intermittente, le temps de chômage peut-il être conçu comme un temps de construction de la carrière professionnelle ? Cet article s’intéresse aux formes d’adaptation aux rythmes d’emploi et de chômage des saisonniers en montagne et montre comment ces périodes hors-emploi participent de l’intériorisation de rythmicités spécifiques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Actuellement, il n’existe pas de dispositif statistique qui permette de connaitre précisément le no (...)

1Le droit envisage les travailleurs saisonniers du secteur touristique1 à partir de la catégorie des contrats à durée déterminée (CDD). Le caractère « saisonnier » de ces contrats implique néanmoins un certain nombre de limitations : pas d’obligation de reconduction du contrat de travail ou de requalification en contrat à durée indéterminée (CDI), rupture du CDD facilitée, absence de prime de précarité. Les saisonniers s’inscrivent dans une forme d’emploi dans laquelle il n’existe ni de mesure favorisant la stabilité, ni de régime produisant une « hyper-flexibilité sécurisée » (Menger, 2005). Par ailleurs, comparativement à d’autres catégories de travailleurs précaires soumis à l’incertitude du régime d’embauche, comme les intérimaires non-qualifiés (Rosini, 2012) ou les pigistes et les comédiens (Pilmis, 2010), le rythme institutionnalisé des saisons touristiques permet une relative prévisibilité des périodes travaillées (été et hiver) et chômées (automne et printemps).

  • 2 L’allocation était minorée lorsque le chômage survenait à la suite d’activités exercées dans un sec (...)

2De fait, si le chômage est une période par nature transitoire (Demazière, 1992), dans le cas des saisonniers, celle-ci est cyclique. Cette situation « intermédiaire », réunissant une forme d’incertitude de la relation d’emploi ainsi qu’une prévisibilité partielle des périodes de recrutement n’est pas sans susciter une certaine controverse. De 2001 à 2011, l’allocation-chômage des saisonniers est affectée d’un coefficient réducteur2, ce qui lui donne une légitimité restreinte. Pourtant, les rapports successifs commandés par l’État (Le Pors ; 1999 ; Simon, Halls-French, 2003 ; Vannson, 2011 ; Nogué, 2013), ont insisté sur la variabilité des situations socioprofessionnelles des saisonniers, ainsi que sur les difficultés qu’ils rencontrent (condition de travail et d’emploi dégradées, problème d’accès aux droits, au logement, ou aux organismes de santé). Cette construction politique du « problème saisonnier » génère des représentations ambiguës de ces travailleurs (« vrais précaires » ou « faux chômeurs »). Bien que relativement courte (2 à 3 mois), la période de chômage de l’intersaison revêt une dimension polémique. Ce qui est fait de ce temps cyclique reste l’objet d’un contrôle qui se déploie au travers des institutions qui en ont la charge.

3Dans ce contexte, on peut se demander comment sont vécues ces phases de chômage saisonnier dans des territoires dont une part importante de l’économie est tournée vers le secteur touristique et dans lesquels l’emploi fait défaut aux intersaisons ? Ces séquences temporelles correspondent-elles à un « temps mort, temps pour rien, vidé de son sens » (Bourdieu 1981, p. 10) ou à un temps pluriel, socialement investi ? Comment se négocie le temps pour soi dans le cadre d’embauches à contre-rythmes des temps sociaux dominants ? Le temps de chômage peut-il être conçu comme un temps de construction de la carrière professionnelle dans le cadre de cette forme d’emploi intermittente ? À partir de ce questionnement, nous chercherons à dégager quelques spécificités de la condition des saisonniers à travers l’expérience du chômage de ceux que nous avons rencontrés dans le cadre d’une enquête ethnographique dans deux stations de tourisme de montagne du sud-est français. L’enquête (2007-2012) a conjugué des périodes d’observation participante (occupation de postes de travail dans 2 établissements hôteliers, 1 entreprise de remontées mécaniques et 1 association locale œuvrant en direction de ces travailleurs) et des entretiens biographiques répétés durant 4 années avec 20 saisonniers. Les observations ont permis de procéder à un recueil de paroles en situation pendant la saison et durant l’intersaison, essentiellement avec des salariés.

4Cet article s’intéresse aux formes d’adaptation aux rythmes d’emploi et de chômage des saisonniers en montagne, et plus particulièrement à ce qu’ils font durant l’intersaison. Nous verrons que ces périodes hors emploi font partie intégrante de la construction d’une « carrière » (Hughes, 1996 ; Becker, 1985) et participent ainsi de l’intériorisation de rythmicités spécifiques. Dans une première partie, nous présenterons quelques-unes des caractéristiques de cette forme d’emploi en montagne et nous dresserons un portrait synthétique de ceux qui en font l’expérience. Il s’agira ensuite de montrer comment les normes institutionnelles, familiales et d’emploi, structurent l’appropriation des temps de l’intersaison. La dernière partie aborde les formes de négociation du « temps pour soi » qui s’établissent à travers une série de compromis entre les différents pendants qui constituent l’existence sociale des saisonniers.

L’emploi saisonnier en station : rythmicités, main-d’œuvre et territoire

5Comprendre la situation actuelle des saisonniers dans les montagnes du sud-est français demande de faire un bref passage par les évolutions qui ont marqué l’emploi dans ces territoires. Quelques caractéristiques des temporalités du travail en saison seront présentées dans l’objectif de cerner le contenu et les formes du vécu de l’intersaison. Malgré la variété des postures et des profils que l’on exposera ensuite, nous verrons que la valorisation des sites est largement partagée par les saisonniers rencontrés.

La fin de « l’âge d’or » des saisons

6Les territoires de montagne du sud-est français ont été transformés par l’économie liée au tourisme depuis la première moitié du XXsiècle (Boyer, 2005). Dans les années soixante-dix, le Plan Neige de l’État impulse une forte concentration des communes autour des activités touristiques. Des stations sont construites ou reconstruites et les besoins de main-d’œuvre deviennent importants pour faire face à la massification des fréquentations. Dans le même temps, la déprise agricole et le recul de l’artisanat diminuent la part des emplois alternatifs au secteur touristique.

7À partir d’une recherche dans les Alpes du sud, Annie Lamanthe (2008) révèle que, jusque dans les années 1980, l’incertitude liée aux variations saisonnières de l’activité est partiellement régulée par une relation salariale de type « paternaliste ». Celle-ci permet notamment de conjuguer « la flexibilité avec une grande stabilité » en offrant un certain nombre d’avantages aux employés saisonniers (dont le logement), en contrepartie de leur fidélité et de leur subordination. L’emploi saisonnier se caractérise alors par une mobilité professionnelle et géographique, des rythmes de travail très denses en saison et des coupures à l’intersaison, mais il offre des rémunérations importantes en comparaison d’autres emplois accessibles sur le marché du travail local.

  • 3 Loi n°93-122 du 29 janvier 1993 relative à la prévention de la corruption et à la transparence de l (...)
  • 4 Ordonnance du 16 janvier 1982.

8Au début des années quatre-vingt-dix, la loi « Sapin3 » autorise la reprise des remontées mécaniques par des opérateurs privés, guidés par des objectifs de rentabilité. En parallèle, l’installation de grands groupes hôteliers refaçonne la morphologie des sites et introduit de nouveaux modes de gestion de la main-d’œuvre, appuyés sur des normes plus strictes de productivité. Au cours de cette même décennie, les entreprises poursuivent des logiques de rationalisation des temps de travail. Les établissements de remontées mécaniques, grands pourvoyeurs d’emploi au niveau local, se tournent notamment vers la « modulation4 ». Celle-ci permet à l’employeur de « faire varier les durées hebdomadaires de ses salariés de 0 à 48 heures sans que les heures effectuées au-dessus de la durée légale hebdomadaire ne soient considérées comme des heures supplémentaires » (Pélisse 2009, p. 81). En 2000, la loi dite « Aubry », qui fixe la durée légale du travail hebdomadaire à 35 heures, aura pour effet de renforcer le recours à cette forme dérogatoire de l’organisation des temps de travail dans les établissements saisonniers. Avec la « modulation », la variation des horaires et le report des jours de congé restent fréquents mais les salaires se révèlent moins attractifs. Les modes d’organisation en saison sont ainsi de plus en plus caractérisés par une « distanciation, formalisation et juridicisation des relations de travail [qui] révèlent l’effritement du “compromis salarial” et la manière dont se transforment les sources, les formes et les statuts de la flexibilité » (Lamanthe, 2008, p. 29). À la même époque, la formation « sur le tas » recule, la population des saisonniers se fait plus jeune, de provenance plus souvent urbaine. En parallèle, la flambée du foncier dans les stations pose la question du logement de la main-d’œuvre.

  • 5 Dans deux secteurs (tourisme social et remontées mécaniques) des accords de branche ont été signés (...)

9Couplé à la saison d’hiver, le développement du tourisme d’été en montagne offre aux travailleurs la possibilité d’accéder à une bi-saisonnalité de l’emploi. Mais cette évolution n’est pas allée de pair avec la généralisation de clauses de reconduction des contrats5 d’une saison sur l’autre. Par ailleurs, le nombre et la durée des contrats proposés par les employeurs restent intimement corrélés à la fréquentation touristique et aux aléas climatiques. Quant aux périodes d’intersaison, à l’automne et au printemps, elles demeurent marquées par la faiblesse des offres d’emploi alternatives. Certes, l’existence du contrat à durée indéterminée intermittent (CDI intermittent) ou celle des groupements d’employeurs « montre que d’autres formes d’emploi sont possibles pour remédier aux variations de l’activité » (Roux 2014). Néanmoins, ces dispositifs demeurent très peu mobilisés dans les territoires enquêtés.

Les saisonniers

10Dans les zones de montagne, le secteur touristique offre des emplois dont la durée peut varier. Certains permettent aux saisonniers de réduire à moins d’un mois le temps creux entre deux emplois (alors perçu comme un congé). D’autres sont en revanche plus courts et conduisent les travailleurs qui nous intéressent dans le cadre de cet article à avoir recours à l’assurance chômage durant 2 à 3 mois à l’automne (septembre à novembre) et au printemps (avril à juin).

11La composition sociologique du « noyau dur » de mes interlocuteurs est à l’image des données statistiques disponibles sur la région enquêtée (Insee, 2007 ; Insee, 2015). Il s’agit d’individus essentiellement jeunes (entre 20 et 35 ans), mais aussi d’une part, plus minime, de travailleurs plus âgés (de 40 ans à 58 ans). La plupart d’entre eux occupent un emploi dont le niveau de qualification est modeste (ils sont agents d’exploitation des remontées mécaniques, serveurs, animateurs, caissières, agents d’entretien), mais la proportion d’employés qualifiés parmi ces saisonniers reste toutefois importante (cuisiniers, pisteurs secouristes, moniteurs éducateurs sportifs). Les niveaux de revenus de mes interlocuteurs s’échelonnent entre 1100 et 2 000 euros net mensuels, et leurs indemnités chômage (affectées d’un coefficient réducteur au moment de l’enquête) varient de 600 à 1 100 euros. La moitié d’entre eux sont pluriactifs (alternance d’au moins deux activités professionnelles), mais le statut salarié reste majoritaire parmi les enquêtés. La part respective des hommes et des femmes est à peu près égale et l’origine extra-locale est fréquente (1/3 des enquêtés). Le plus souvent, les saisonniers sont issus de parents ouvriers et employés, et parfois de commerçants ou d’indépendants (apiculteurs ou moniteurs de ski, par exemple).

12Une diversité de motivations pousse les enquêtés à entrer dans une « carrière » de saisonniers : nécessité d’ordre économique, désir de changer de vie ou d’adopter un mode de vie alternatif, faire de sa passion sportive un métier, composer avec un changement dans le cours des cycles de vie. Pour les locaux, l’adaptation à ce rythme de vie intermittent s’appuie sur la transmission d’un « capital d’autochtonie ». Dans un article qui retrace la genèse de cette notion, Nicolas Renahy précise qu’elle renvoie à « l’ensemble des ressources que procure l’appartenance à des réseaux localisés » (Renahy, 2010, p.9) et rappelle notamment que la transmission de ce capital ne va pas de soi, elle se construit « quotidiennement dans les interactions, sur une scène sociale donnée » (Ibid, p. 17). Autrement dit, dans notre cas, l’héritage doit s’appuyer sur une forme d’attachement au territoire, garante d’une stabilisation dans l’emploi local. L’attrait pour le territoire est par ailleurs tout aussi décisif en ce qui concerne l’installation des extra-locaux et leur stabilisation dans cette forme d’emploi. La valorisation du site de vie, pour les uns comme pour les autres, s’avère être un puissant vecteur d’engagement dans une carrière de saisonnier, dans le même temps qu’elle se présente comme la condition d’un remodelage du sens accordé aux périodes de chômage.

Une naturalisation des temps de chômage

13Si toutes les situations ne sont pas égales au départ, il reste que l’ensemble des personnes interrogées mettent en avant un certain attrait pour les espaces de montagne. L’inscription dans le cycle des saisons, dans des lieux convoités par les touristes et où les travailleurs sont au contact de la « nature » (forêt, neige, rivière, etc.) donne du sens à cette forme d’emploi. Au cours de nombreux témoignages, la soumission aux rythmes des saisons est ainsi construite comme un rapport positif au monde. Thomas (26 ans) le traduisait par la formule suivante au cours d’un entretien : « la saisonnalité c’est la flexibilité contrainte par la nature. Alors qu’en ville c’est différent : c’est une flexibilité rattachée à l’économie, à des secteurs comme l’industrie ». Dans ces propos, le temps de la saison (« naturel ») se substitue aux temps de fréquentation des clients, déterminés par les rythmes sociaux historiquement construits. La « nature » est perçue comme une « puissance sauvage » qui dépasse les lois de l’économie et des hommes. En ce sens, l’intermittence, bien que renvoyée à des cycles naturels, apparaît le plus souvent comme subie.

14En ce qui concerne l’accès aux espaces naturels et aux activités qui peuvent potentiellement s’y déployer, il peut être rapproché d’une forme de « rétribution non-monétaire » (Bajard et Perrenoud, 2013). Néanmoins, soulignons qu’en saison, le temps consacré aux loisirs est réduit en raison des rythmes imposés par les entreprises. Aussi, durant les périodes de chômage, l’accès à « la nature » est plutôt vécu sur le mode de la « contrepartie » par la majorité des interlocuteurs rencontrés. L’essentiel étant que ce rapport à l’espace naturel n’est pas un « déjà-là » dont il suffit de se saisir. Au contraire, il se construit et s’éprouve dans le cadre de différentes activités qui permettent progressivement de « bien vivre » la période de chômage. Ces pratiques amènent aussi chaque saisonnier à se confronter à la dimension non-normative de leur mode de vie.

Faire face aux scansions induites par les rythmes sociaux dominants 

15L’ordre social s’appuie sur différentes normes qui structurent la vie individuelle, produisent un ensemble de contraintes et orientent des rapports spécifiques aux temps (Mauss [1904-1905] 2006). Les trajectoires des saisonniers, dont le mode de vie se trouve « en décalage » avec les rythmes sociaux dominants (emplois annuels, congés en été et en hiver, etc.) laissent apparaître différentes tensions entre des normes qui influencent leurs façons de vivre le temps de l’intersaison. Ainsi, le temps de l’intersaison ne se présente pas, a priori, comme un temps libéré. Au-delà de la disparité des modes d’investissement des temps creux, la reproduction et l’incorporation des rythmes ne sont pas automatiques. Si l’origine locale (par le biais de la transmission d’un rapport au temps de l’intersaison) facilite l’organisation de ces séquences temporelles, elle n’exonère pas d’une confrontation à différentes normes sociales, au premier rang desquelles figure celle des institutions, et plus particulièrement des institutions intermédiaires de l’emploi.

Le temps des institutions

16L’intersaison représente, pour la plupart des saisonniers, un temps de « galère administrative ». Le Pôle Emploi, la Caisse Primaire d’Assurance Maladie, la Caisse d’Allocation Familiale, les banques, les mutuelles, les organismes de formations, sont les principaux établissements avec lesquels les saisonniers entrent en contact. L’activité de travail en saison libère peu de temps pour qu’ils se consacrent à de telles démarches. Celles-ci sont donc accumulées sur une période relativement courte. À ce propos, plusieurs interlocuteurs pointent un envahissement de leur temps : échanges de courriers multiples, formulaires « toujours » manquants, dossiers perdus, retards de paiements, rendez-vous manqués, etc. En ce qui concerne les relations avec ces différents organismes, les difficultés paraissent plus importantes pour ceux qui sont mobiles professionnellement et/ou géographiquement. Dans ces cas-là, le soutien familial s’avère décisif (conservation d’une adresse permanente, rôle de relais), ce qui suppose qu’une bonne entente soit maintenue. Du côté des saisonniers sédentaires, les relations aux institutions demeurent problématiques, notamment concernant les échanges avec Pôle emploi.

17La majorité de mes interlocuteurs dit se sentir dans une position d’entre deux, comme Christophe (guide de rafting, 29 ans) qui explique : « tu travailles, tu te sens intégré à ce système, et à la fois tu bénéficies de cet argent du chômage qui va habituellement aux gens qui ne sont pas ou plus intégrés. Ça te met mal à l’aise, ça te rappelle que t’es toujours sur la tangente ». Dans ces conditions, le fait même de se rendre dans les locaux de l’institution constitue une épreuve. Rose (caissière, 48 ans) raconte : « chaque intersaison, ça recommence, tu dois aller là-bas [Pôle Emploi] et ils te répondent avec dépit. C’est simple, quand je dois y aller j’ai la boule au ventre trois jours avant ». Les différents entretiens pointent, tour à tour, une forme d’incertitude liée au « statut » occupé, l’angoisse d’un face-à-face qui renvoie à une image dégradée de soi, l’absence de propositions visant à produire des solutions durables, ainsi qu’une impression d’opacité des modes de fonctionnement des institutions.

18La méconnaissance de certaines règles (ou leur changement) empêche d’abord de prévoir les démarches administratives et donne par-là le sentiment d’irruptions récurrentes des institutions au cours de la période de l’intersaison. Si les premières années, il n’est pas rare que les saisonniers renoncent à certains de leurs droits (chômage, aide au logement, etc.), la poursuite d’une carrière les oblige à procéder à un apprentissage des normes institutionnelles. Alain (42 ans pisteur) l’explique comme suit : « Au début tu procrastines un peu à l’intersaison… mais en général ça t’attire des problèmes. Et paf ! quelque chose finit par te tomber dessus : un rendez-vous manqué, un papier que t’as oublié d’envoyer, alors ensuite tu t’organises ». Selon plusieurs témoignages, 3 ou 4 intersaisons sont nécessaires pour définir des points de repère qui correspondent aux démarches à effectuer pour éviter les imprévus d’ordre administratif. Concrètement, un travail de sélection des contacts avec les différents interlocuteurs est effectué, définissant ainsi un ordre de priorité. Chaque démarche renvoie à un équivalent en temps (rédaction de courriers, préparation de dossiers, nécessité d’assister à des rendez-vous) et en argent (déplacements, soins de santé). Bien souvent, ce sont les démarches qui relèvent des soins de santé qui sont mises de côté. Ainsi, les démarches administratives scandent le temps « vacant » et fonctionnent comme des rappels à l’ordre. Au travers d’éventuelles sanctions elles viennent pointer la dérogation à la norme d’emploi annualisé. Il reste que la majorité de mes interlocuteurs se trouvent obligés d’avoir recours à l’aide institutionnelle.

19Face à l’injonction morale de travailler toute l’année et d’éviter l’assistance, les saisonniers sont divisés. Âge, sexe, origine sociale et qualifications participent de la segmentation des travailleurs. Les individus qui sont pourvus d’un capital scolaire, ceux qui bénéficient du soutien économique des parents et d’une employabilité plus favorable dans ce secteur, sont plus enclins à tenir un discours autonomiste sur les institutions ; quand, à l’inverse, les personnes qui dépassent 40 ans, peu formées et disposant d’une employabilité faible, subissent de plein fouet la précarité liée à cette forme d’emploi et la dévalorisation sociale associée. Pour chacun, l’émancipation de l’aide institutionnelle, qui ouvre la possibilité de vivre l’intersaison comme un « temps libre », reste visée. Mais cette position est difficile à atteindre. Certaines intersaisons sont ainsi envisagées comme des périodes durant lesquelles la recherche d’emploi d’appoint s’impose. Néanmoins, l’offre au niveau local demeure faible notamment pour les femmes qui mentionnent principalement « l’aide à domicile » ; quand les hommes optent pour la charpente, la maçonnerie, les travaux publics ou l’agriculture. Si l’on peut globalement avancer qu’au plus la situation professionnelle en saison est stabilisée, au moins la recherche de contrats de courte durée est envisagée à l’intersaison, l’affirmation d’une telle « tendance » tend à masquer la complexité des situations observées. En effet, le recours aux « petits boulots » est très variable d’une intersaison à l’autre, il dépend étroitement des projets cultivés (désirs de voyage, souhait de rénovation du logement) ou des aléas qui frappent les individus (remplacement du véhicule, réparation d’un système de chauffage du logement). Par ailleurs, l’accès aux contrats courts (moins d’un mois) doit beaucoup aux réseaux de sociabilités et à l’appartenance locale. Ces réseaux sont alimentés au travers du maintien de la renommée, ce qui engage les saisonniers à participer à des échanges de services qui peuvent s’avérer chronophages. Bien souvent, ce « travail réputationnel » (Dumont, 2016) contourne les circuits officiels de la recherche d’emploi et de « la collecte des preuves » afférente (Demazière & Zune, 2019), il n’est ainsi pas véritablement reconnu par les institutions. Par ailleurs, les emplois d’appoint mentionnés se muent bien souvent en travail non-déclaré. Une nouvelle fois, les saisonniers s’inscrivent en marge des normes dominantes. Précisons enfin que les emplois temporaires peuvent entrer en concurrence avec la sphère familiale. Lorsque « l’absence de soi » en saison se double d’une absence en intersaison, une déstabilisation de la place occupée au sein de la famille peut survenir. C’est aussi ce qui explique que certains jeunes parents décident de renoncer à des emplois complémentaires à l’intersaison. Cette équation temporelle, qui lie emploi et sphère domestique, gagne en importance au fil des parcours de chacun, elle participe ainsi à définir ce qui est fait du temps de l’intersaison.

La famille et son influence sur le vécu des temps chômés

20La conciliation des temps de la sphère domestique et de ceux de l’emploi est l’un des défis majeurs auxquels les saisonniers ont à faire face. Cet aspect du vécu de l’intersaison renvoie à la « désynchronisation des temps sociaux » mise en exergue par le sociologue Laurent Lesnard (2009). La difficulté de consacrer du temps aux proches en raison de la bi-activité au sein des couples est complexifiée par l’intermittence induite par la saisonnalité, intermittence qui s’établit précisément à contre-rythme des temps sociaux dominants. Dans le cas des saisonniers, cette « désynchronisation » revêt ainsi différentes formes en fonction des situations de chacun.

21Pour ceux qui ont des enfants, ou bien ceux dont la famille n’est pas inscrite dans ces rythmes (ils sont majoritaires), le sentiment d’un perpétuel décalage est amplifié. Bernadette (45 ans, hôtesse d’accueil) explique : « je ne peux jamais partir avec mes enfants : quand j’ai du temps, eux n’en ont pas, et du coup je suis toujours déphasée, je ne sais pas quoi faire de moi-même ». Le témoignage de Bernadette dévoile sa difficulté à endosser son rôle de mère et d’épouse au sein du foyer. À l’intersaison, la voici « désœuvrée ». À propos de ce terme Yves Clot (2006, p. 72) précise :

« le chômage, en un sens, sépare le sujet de l’homme en lui interdisant de jouer son rôle dans le renouvellement et la transmission du patrimoine des générations, privant d’adresse et de destinataire son activité subjective ; le dispensant contre son gré de s’acquitter des devoirs grâce auxquels il pourrait s’assurer qu’il n’est pas superflu ».

22Dans le cas des saisonniers, le décalage d’avec les rythmes sociaux dominants vient introduire avec force ce sentiment de désœuvrement, qui n’est donc pas limité à l’emploi (bien qu’il y soit intimement lié) mais s’articule aux temporalités de la sphère familiale. On peut avancer que ce sentiment d’inutilité touche plus particulièrement les femmes, peu qualifiées, ayant dépassé la quarantaine, et qui, bien souvent, pensent que toute forme de reconversion professionnelle est impossible.

23Plus généralement, la problématique des rapports à la sphère familiale des enquêtés dont les proches n’occupent pas d’emploi saisonnier porte sur le mode de vie pour lequel ils ont opté. Selon Gregory (41 ans, cuisinier) et Béatrice (48 ans, barmaid), qui « font les saisons » depuis plus de 20 ans, « la famille a mis un temps fou à comprendre. Aux intersaisons ils disaient : Non mais vous ne travaillez pas ? Vous êtes encore au chômage ? Ils ne comprenaient pas, c’était toujours des histoires ». Au travers de ce témoignage, on note que l’intermittence entre en contradiction avec les valeurs familiales de stabilité et de sécurisation de ses membres.

24Pour les saisonniers mobiles et notamment les plus jeunes, l’intersaison apparaît d’abord comme un temps vacant. Plusieurs d’entre eux l’ont associée à des « grandes vacances », rappelant ainsi l’empreinte encore palpable de la socialisation aux rythmes scolaires. Mais là encore, la présence de la famille vient rapidement restreindre les possibilités de vivre ce temps chômé comme un temps libéré. L’inscription dans le foyer parental (concerne des individus de 18 à 35 ans), qu’elle procède par aller-retour pour les mobiles ou bien qu’elle s’instaure dans une forme de continuité pour les sédentaires, est souvent vécue comme une régression, économiquement nécessaire, mais potentiellement conflictuelle. Vivien (25 ans, animateur) le commente ainsi : « au début ça te fait plaisir t’es content de voir la famille, au bout de quelques jours ça devient vite invivable. Les parents veulent savoir ce que tu fais de tes journées, à quelle heure tu rentres, tu manges, tu dors ». Cette nouvelle forme de contrôle du temps quotidien renvoie ici aux liens de dépendance à la sphère familiale, dépendance qui entrave les possibilités de se penser comme un « adulte autonome ».

25Mes interlocuteurs voient d’ailleurs le passage de la trentaine comme un moment décisif. Dans la quasi-totalité des entretiens biographiques effectués, cet âge à partir duquel « faire les saisons » devient plus problématique est revenu avec constance, au-delà des caractéristiques socioprofessionnelles de chacun. Les inquiétudes concernent l’unité du couple et son élargissement à la famille nucléaire. Différentes solutions sont alors envisagées : quête d’un CDI pour l’un des membres du couple, mobilisation des parents une partie de l’année (garde des enfants en été et hiver par exemple), fidélisation à un/des territoires. L’espace domestique représente alors un point d’ancrage face à la fragmentation des rythmes sociaux. La sphère familiale joue donc un rôle essentiel pour soutenir une forme de stabilisation professionnelle. En structurant le champ des possibles, elle instaure une visée du futur dans l’incertitude qui caractérise les débuts de carrière et dans l’indétermination qui marque le vécu des premières intersaisons.

Le temps des projets

26La question des aspirations fait partie des « thématiques » revenues au moment des entretiens menés auprès des saisonniers qui font le choix de poursuivre leur carrière. L’intersaison est alors conçue comme une période disponible pour réaliser des projets professionnels. À ce sujet, les difficultés rencontrées sont nombreuses : inadéquation des calendriers des organismes de formation, difficultés d’accès aux droits, impossibilité de mobiliser des fonds suffisants pour investir dans du matériel ou dans des locaux, manque de temps pour réaliser l’ensemble des démarches nécessaires, etc. Il faut souvent plusieurs intersaisons pour parvenir à concrétiser d’éventuels desseins. Ajoutons que dans le cadre d’une forme d’emploi dont l’horizon professionnel n’est pas stabilisé par des évolutions typiques, les réseaux relationnels tissés autour des collègues saisonniers jouent un rôle prépondérant pour apprendre « les débrouilles », « les bons plans » qui permettent de mener un projet à bien. L’acquisition de savoir-faire dans le but de s’installer en tant que petit artisan, le développement de structures associatives, l’apprentissage d’une langue étrangère, ou encore la pratique assidue d’un sport dans le but de préparer un futur diplôme sont autant d’exemples qui illustrent ce temps des projets. Le temps hors emploi peut ainsi apparaître comme un temps de sécurisation des parcours et/ou de perpétuation des aptitudes liées au travail, rappelant ainsi le cas des intermittents du spectacle. À leur propos, Pierre-Michel Menger (2003) parle de « vision extensive du travail » qui se traduit par l’existence d’un statut et d’un régime d’emploi-chômage spécifiques, s’appuyant sur une relation triangulaire entre le salarié, l’employeur et l’assureur. Les saisonniers ne bénéficient pas de cette reconnaissance relative de l’aspect productif du temps hors emploi : c’est ce qui donne à leurs « conduites de projets » non moins « autonomes » une faible légitimité, dans la mesure où, bien souvent, elles sortent du cadrage institutionnel des circuits de formation.

  • 6 Loi n° 2008-776, du 4 août 2008.

27Afin de transformer des savoir-faire non reconnus développés dans le cadre de leur parcours en activité rémunératrice et légitime, beaucoup d’entre eux se tournent vers un statut indépendant. L’accès à ce type de statut, qui renvoie à la possibilité de s’émanciper de l’assujettissement à un employeur, est un idéal assez présent dans les discours recueillis. L’encouragement à l’auto-entreprenariat via la création de ce régime en 20086, a ainsi trouvé un écho favorable auprès des saisonniers (Baghioni, 2012). En montagne, l’auto-emploi est d’ailleurs proche de formes plus anciennes d’artisanat ou de métiers qui demeurent valorisés. Ici encore, le réseau relationnel joue un rôle d’importance. Plutôt que de renvoyer à un rapport individualisé à l’emploi, les témoignages indiquent que l’auto-emploi réclame d’entretenir une bonne « réputation » ainsi qu’une certaine fidélisation à des territoires, qui garantissent de se constituer une clientèle. Soulignons enfin que l’auto-emploi, parce qu’il permet de « contourner le chômage ainsi que son encadrement, jugé inefficace et stigmatisant » (Abdelnour, 2014), a aussi comme résultante le non recours à l’allocation et la réduction des laps de temps creux de l’intersaison. Si cet attrait pour l’auto-emploi dénote une certaine sensibilité à la norme d’autonomie véhiculée par les institutions (Duvoux, 2009), ce régime fiscal ne permet que rarement d’améliorer les revenus des saisonniers et s’avère ainsi peu viable sur le long terme. Par ailleurs, mes interlocuteurs ont évoqué une nouvelle forme d’envahissement du travail sur la sphère privée.

28Si l’on a insisté jusqu’ici sur la façon dont les saisonniers composent avec différentes normes, il convient à présent de traiter d’activités qui témoignent de modes d’appropriation du temps de l’intersaison.

La négociation des temps « pour soi »

29Précisons d’emblée que les formes de négociation d’un temps pour soi s’inscrivent dans la durée. Effectivement, les entretiens réalisés avec des saisonniers qui débutent font apparaître des discours plutôt « déprimés » sur leurs vécus de l’intersaison. Ils mettent en avant la sensation de passer « du tout au rien », ils disent éprouver de « l’ennui », ainsi qu’une forme de solitude et d’isolement. En revanche, auprès des plus expérimentés, on repère d’autres perceptions des temps vécus.

Moments dérobés

30Pour ceux qui font les saisons depuis plusieurs années, le temps de chômage peut aussi se présenter comme une période de « cure ». À ce propos, les expressions sont multiples : « se mettre au vert », « rentrer dans sa grotte », « se réparer », etc. Concrètement, il peut s’agir de procéder à un ensemble de soins du corps qui ont été repoussés durant la saison (rendez-vous médicaux, soins esthétiques, adoption d’une meilleure hygiène de vie). Les discours peuvent plus franchement renvoyer à la volonté de s’isoler. Celle-ci est présentée comme un corollaire des rythmes de travail effrénés de la saison, aux sociabilités denses entre collègues durant la période d’emploi, ainsi qu’aux relations contraintes qui caractérisent le rapport aux clients. Il s’agit donc de l’expression d’un rapport au temps plus individuel, détaché de la soumission aux rythmes de l’entreprise, qui autorise un « retour sur soi ».

  • 7 Cette formule renvoie aux travaux de Michel Foucault pour qui, le travail sur soi mobilise des tech (...)

31D’autres activités se situent en marge du système économique. Plusieurs interlocuteurs ont insisté sur la dimension « gratuite » de certains de leurs passe-temps. C’est le cas d’Émilie (32 ans, pisteur) : « C’est bien aussi de faire des choses où l’argent n’entre pas en ligne de compte… À l’intersaison, quand j’en ai marre, je sors et je vais marcher ». Dans le même ordre d’idées, Alain (42 ans, pisteur) va souvent à la pêche, Farid (42 ans, hôte d’accueil) s’adonne à la lecture, Thomas (26 ans, pisteur) fait des randonnées, Rose (48 ans, caissière) s’est mise à la course à pied, Jean-Claude (50 ans, serveur) passionné de musique, « peut passer des jours à jouer d’un instrument ». Pour eux, il ne s’agit pas là d’activités qu’ils associent à leurs métiers ou à leurs projets professionnels. Elles sont donc avant tout présentées comme des occupations pourvoyeuses de plaisir individuel. Plusieurs de mes interlocuteurs ont insisté : il s’agit de faire quelque chose d’agréable plutôt que de « rester à se morfondre », et de « subir le temps qui passe ». Un refus des attitudes passives ou déprimées est accolé à l’exercice de ces activités. Ce n’est donc pas donné d’emblée, ni donné à tout le monde, ce goût pour l’activité gratuite qui s’oppose en tout point aux temps productifs. Éprouver du plaisir dans le cadre de ces occupations nécessite « un travail de soi sur soi 7 » qui s’établit dans la longue durée et permet aux saisonniers d’éviter le repli coupable sur le foyer.

32En effet, s’adonner à ces activités « improductives » peut être perçu par l’entourage comme de « l’inaction ». Rose (48 ans, caissière) précise « Tu croises les gens quand tu sors faire un tour… Bon, j’imagine bien que certains se disent que je profite, que ce n’est pas juste. Au début, je le vivais mal, je m’enfermais chez moi ». Le temps vacant apparaît ici comme un objet de suspicions, de jugements, qui renvoient à l’espace rural d’interconnaissance et à la variété des groupes sociaux qui le compose (Bruneau & al., 2018). Dans les villages environnant les stations dans lesquels vivent la plupart des saisonniers sédentarisés, les habitants (qui sont aussi des travailleurs « permanents ») peuvent ainsi opérer une forme de contrôle social portant sur la nature des occupations choisies par les saisonniers. Dans le panel des activités relevées au cours de l’enquête, certaines apparaissent davantage légitimes.

La construction d’espace-temps propres : bricoles et travail pour soi

33D’autres pratiques sont associées à la notion d’utilité, tout en ne relevant pas de la productivité telle qu’elle est définie dans la sphère de l’emploi rémunéré. Il s’agit des multiples formes de « bricolage » (Weber, 2001) qui s’exercent souvent « chez soi » ou chez un proche : jardinage, cueillette, cuisine, mécanique, travaux de construction, de réhabilitation ou d’entretien de la maison, de l’appartement ou d’un fourgon aménagé. Ces activités sont présentées comme des manières de faire des économies durant une séquence temporelle qui impose une baisse des revenus. Elles nécessitent par ailleurs qu’un temps relativement conséquent y soit consacré. Thomas (26 ans, pisteur), qui rénove une partie de sa maison (léguée par ses parents) précise : « En saison, ce n’est pas possible, tu commences quelque chose et tu es toujours interrompu. Là, je peux m’organiser comme je veux ». Ce type de bricolage engage donc une planification à moyen terme, et dans la mesure où il permet de faire de son espace privé un lieu confortable et entretenu, il dévoile aussi un rapport à l’avenir.

34Par ailleurs, ces activités permettent aux locaux de conforter les liens avec l’entourage via un réseau d’échange de conseils, de services, d’informations, de matériaux, d’outils. Comme le note Florence Weber (2001), du « troc » ou des systèmes de « don/contre-don » sont au cœur de ces pratiques. Pour les nouveaux venus, les diverses formes de bricolage facilitent l’insertion sur le territoire par le développement de relations avec les habitants. Le plaisir de « faire soi-même », mais aussi un goût pour la créativité, le perfectionnement de techniques et le développement de nouvelles aptitudes individuelles est également mis en avant à propos de ces activités. Elles peuvent d’ailleurs être présentées comme des dérivés des savoirs professionnels (mécanique, cuisine, charpente). In fine, ces pratiques permettent à ceux qui les exercent de se montrer « courageux », « futés », « débrouillards ». Plutôt que de s’adonner à des occupations qui conduisent à dilapider sans obtenir de biens durables, bricoler est construit comme un choix plus légitime. Des distinctions apparaissent cependant irréductibles entre ces activités et l’emploi.

35Le bricolage est présenté comme « du » travail mais les conditions de sa réalisation sont différenciées de celles qui existent « au » travail. C’est le cas de Luc (35 ans, pisteur) qui refait deux pièces de son appartement et dit à ce propos : « C’est du travail, mais je n’ai personne sur le dos, pas de client à satisfaire ! Là c’est pour moi, c’est moi qui décide ». Ce témoignage pointe la dimension d’autonomie inscrite au cœur de ces pratiques. En suivant Agnès Jeanjean (2017, p. 206), on peut souligner la portée politique de telles activités exercées en marge du travail. Parce qu’au cours de celles-ci, « se déploient des corps, des rapports à l’ordre, à la morale et aux institutions spécifiques », elles ouvrent la possibilité d’établir un regard critique sur la sphère productive. À la manière des « tiers espaces » ces activités semblent donc révéler « la possibilité d’un libre jeu des forces et des facultés les plus diverses » (Schwartz, 2002, p. 320). D’autres pratiques contribuent à échapper à des temporalités hétéronomes.

Les voyages : l’expérience d’un « temps suspendu » réservée à des profils spécifiques

36Jusqu’à présent, j’ai traité d’activités qui renvoient à une forme de sédentarité, mais la mobilité, et notamment celle qui caractérise les voyages, fait partie des pratiques qui prennent place dans l’espace-temps de l’intersaison. Il en existe au moins deux types : des voyages d’une à deux semaines, peu onéreux, vers des destinations relativement proches, et d’autres plus lointaines et pouvant s’étaler sur plusieurs mois. Les premiers peuvent concerner l’ensemble des saisonniers, mais ils sont assez peu fréquents. Les seconds n’ont été mentionnés que par des jeunes gens (18-35 ans), essentiellement des hommes. Parmi eux, certains n’ont pas de qualification professionnelle et conçoivent leur emploi saisonnier comme un gagne-pain leur permettant ce type de mobilité ; quand d’autres sont au contraire détenteurs de diplômes (brevets d’État dans les sports de glisse et/ou d’eau-vive notamment) et s’inscrivent dans une pluriactivité maîtrisée.

37Ces voyages se réalisent le plus souvent en groupe de collègues rencontrés durant les saisons et se déroulent dans des pays choisis pour la modicité de leurs conditions d’existence et pour les pratiques qu’ils favorisent (trek, ski, surf, canyoning, etc.). Effectués aux intersaisons, ces départs vers des destinations lointaines sont le plus souvent présentés comme une occasion de partir à la rencontre de l’Autre, mais aussi de soi. Damien (29 ans, guide de rafting) explique : « Quand t’es mobile, ta maison c’est ton sac à dos. Intellectuellement c’est dix fois plus intéressant, faire du sport, découvrir des lieux, des gens. J’aime ça voyager ». Au cours des entretiens, quelques anecdotes ressortent, choisies pour leurs aspects spectaculaires : maladies, accidents, rencontres fortuites, etc. Elles alimentent des perceptions de l’exotisme, ainsi que la valorisation de la prise de risque et la renonciation aux prévisions longues. Ces pratiques de voyages peuvent être de précieux appuis pour revendiquer l’inscription dans un mode de vie pensé comme alternatif.

38En effet, plusieurs de ces saisonniers se disent « en marge du système ». La dérogation à la norme d’emploi annualisée est ici assumée. L’achat d’un logement, la construction d’une famille n’apparaissent pas comme des objectifs centraux pour la plupart d’entre eux. Dans leur cas, l’emploi saisonnier se rapproche de la notion « d’espace intermédiaire » (Roulleau-Berger, 1993, p. 197). Dans ces espaces :

« les jeunes mettent en jeu l'organisation de principes d'accords perçus comme alternatifs à des principes perçus comme communs : ils révèlent des relations spécifiques à l'espace, la famille, au système éducatif, au travail, aux temps sociaux ; ils ne se conforment pas aux conventions perçues comme communes, ils n'adoptent pas les conduites ou attitudes attendues ».

39L’emploi intermittent réunit en effet des conditions essentielles pour produire des formes de mobilités et des modes de vie alternatifs. Soulignons cependant, le caractère temporaire, genré et clairement situé dans une phase du cycle de vie de ces pratiques.

Conclusion : construire de la stabilité dans le cadre d’une discontinuité professionnelle

40À l’issue de cet examen des temps de chômage des saisonniers, revenons sur quelques critères qui influent sur les vécus de l’intersaison. D’abord, nous avons vu que le sexe, l’âge et la situation matrimoniale des enquêtés contribuent à ouvrir ou à restreindre les possibilités que recèle la période temporelle de l’intersaison. En effet, l’âge de trente ans apparaît comme un moment critique au-delà duquel la conciliation entre les temporalités propres aux différentes sphères sociales qui constituent la vie des individus (couple, famille, amis, travail, loisirs, mobilités) devient plus complexe. Avec le dépassement de ce seuil d’âge se renforcent aussi les inégalités de sexe, puisque l’on note que les femmes s’inscrivent avec plus de difficultés dans des parcours pluriactifs et accèdent à des emplois moins rémunérateurs à l’intersaison. Elles sont aussi désavantagées par le rôle d’astreinte qu’elles occupent généralement au sein du foyer et disposent donc de marges de manœuvre plus limitées dans la négociation d’un « temps pour soi » à l’intersaison.

41Par ailleurs, nous avons pu noter que l’intersaison peut être investie comme un temps de formation professionnelle, ce qui peut in fine contribuer à limiter la durée du temps hors emploi (accès à l’auto-emploi). En ce qui concerne le capital économique de départ, si celui-ci procure sans surprise certains avantages (dont l’accès à des ressources patrimoniales sur place), on note qu’il doit néanmoins trouver à s’actualiser au travers du maintien d’une bonne entente avec la famille. La sphère familiale, pour l’ensemble des individus rencontrés, apparaît ainsi comme un appui majeur dans la stabilisation des trajectoires socioprofessionnelles. Cette stabilisation est garante de l’allègement des contraintes et de la réduction des incertitudes qui caractérisent leur condition. D’autres critères apparaissent décisifs, il s’agit du degré d’expérience des individus, de leur attrait pour les sites de montagne et plus précisément, de la qualité de leur insertion sociale sur le territoire. C’est aussi ce qui explique que l’origine locale se présente comme un avantage. Néanmoins, des réseaux de sociabilité peuvent être progressivement construits par les extra-locaux au travers de leur installation. C’est ainsi sur la longue durée que s’obtiennent des combinaisons d’activités satisfaisantes, qui tiennent compte et articulent ensemble les différents pendants de la vie sociale des individus. Lorsqu’une forme d’organisation fait suite à l’incertitude des premières intersaisons, des activités, choisies dans un champ des possibles limité, viennent jalonner le temps vide et autoriser la négociation de « temps pour soi ». Comme le souligne Sébastien Schehr (1999, p. 237), « le futur n’est plus alors un domaine où l’on peut agir, mais redevient peu à peu un des champs où l’on peut inscrire l’action ». C’est par ce travail d’adaptation (fait d’erreurs et de réajustements) que s’obtient une relative maîtrise de ces temps creux en marge des rythmes dominants.

42Si l’on a commencé cet article par une revisite de la thèse du chômage comme « temps mort », il est ainsi possible de faire un retour à Pierre Bourdieu à propos du caractère non-normatif du mode de vie des saisonniers. Dans ses travaux sur l’Algérie des années soixante, il écrit :

« L’ordre social est avant toute chose un rythme, un tempo. […] Adopter des rythmes insolites et des itinéraires propres, c’est déjà s’exclure du groupe. Travailler quand les autres se reposent, demeurer à la maison quand les autres travaillent aux champs, se promener dans les rues du village quand les autres dorment, aller par les routes quand elles sont désertes, traîner par les rues du village quand les autres sont au marché, autant de conduites suspectes. Le respect des rythmes temporels est en effet un des impératifs fondamentaux de cette éthique de la conformité » (1977, p. 41).

43Observant une société soumise au passage vers le salariat, l’auteur analyse la transformation des dispositions marquées par des processus d’incorporation de nouveaux rythmes de la vie professionnelle. La question de la confrontation à des normes dominantes et leur réception au sein de groupes sociaux restreints se révèle centrale, comme elle l’est dans notre article.

44En effet, les saisonniers vivent à contre-rythme des temps sociaux dominants, ils sont donc potentiellement suspects du point de vue des institutions. Pourtant, dans les territoires enquêtés, l’économie saisonnière est développée de longue date et l’intermittence n’apparaît pas complètement « hors-norme », même si l’oisiveté y reste condamnée. L’insertion sociale des individus dans ces territoires vient ainsi leur offrir une forme de « protection » par l’assignation d’une « identité autre » (saisonniers) que celle, générique et dégradante, de « chômeurs ». Les activités exercées en dehors de la sphère productive peuvent dès lors se présenter comme des supports de valorisation d’eux-mêmes, rappelant au passage que les individus ne se réduisent pas à leur « identité au travail ».

45De fait, si le constat d’un vécu du chômage comme « temps mort » est largement nuancé, il n’est pour autant pas infirmé pour d’autres catégories de travailleurs. L’apport est ici du côté d’une analyse située des vécus du chômage. En effet, ce sont des conditions d’emploi et de chômage inscrites dans des territoires spécifiques qui permettent aux saisonniers d’investir autrement les temps hors emploi. Aussi, à l’heure de la déstructuration des carrières et de la flexibilisation croissante de l’emploi, les apports empiriques sur le vécu des temps de chômage peuvent amener à quelques interrogations portant sur l’accompagnement des chômeurs, au rang desquelles la question de la définition de la norme d’autonomie occupe une place importante.

  • 8 Loi 2018-771 du 5 septembre 2018.
  • 9 Décret n° 2018-1335 du 28 décembre 2018 relatif aux droits et aux obligations des demandeurs d'empl (...)

46En effet, les politiques dites « d’activation » menées depuis une vingtaine d’années, ou la récente incursion des « logiques de projets » dans les activités de conseil aux chômeurs, convergent vers l’attribution d’une responsabilité croissante aux individus. Ce déplacement du curseur vers l’individu tend à renforcer de potentielles formes de culpabilisation des chômeurs à qui l’État donne les outils pour réussir, mais à qui reviendrait aussi un éventuel échec dans la sécurisation de leur trajectoire. Pourtant le cas des saisonniers (mais bien d’autres catégories sont concernées) montre que la construction de la stabilisation professionnelle s’appuie sur un nombre de facteurs conséquents, qu’elle est dépendante de territoires spécifiques et nécessite de s’établir dans la longue durée. On peut donc se demander combien de temps sera attribué aux chômeurs pour construire leurs projets, sachant que les dispositifs visant à accroître « leur liberté de choisir leur avenir professionnel8 » s’accompagnent de dispositions venant clairement limiter leurs possibilités, telle que la dernière actualisation de « l’offre raisonnable d’emploi9 » qui introduit de nouvelles sanctions.

Haut de page

Bibliographie

Abdelnour S., 2014. « L’auto-entrepreneuriat : une gestion individuelle du sous-emploi », La nouvelle revue du travail, n° 5, http://journals.openedition.org/nrt/1879

Baghioni L., 2012. « Faire les saisons touristiques en montagne : des catégories institutionnelles au travail sur soi », in Gallenga G. dir., De la porosité des secteurs publics et privés en Méditerranée, Aix en Provence, PUP, p. 103-119.

Bajard F., Perrenoud M., 2013. « Ça n’a pas de prix. Diversité des modes de rétribution du travail des artisans d’art », Sociétés Contemporaines, n° 91, p. 93-116.

Becker H., 1985. Outsiders. Étude de sociologie de la déviance, Paris, Métailié.

Bourdieu P., 1977. Algérie 60. Structures économiques et structures temporelles, Paris, Minuit.

Bourdieu P., 1981. « Préface », in Lazarzfeld P. dir., [1960] 1981. Les chômeurs de Marienthal, Paris, Minuit.

Boyer M., 2005. Histoire générale du tourisme, Paris, L’Harmattan.

Bruneau I., Laferté G., Mischi J., Renahy N., 2018. Mondes ruraux et classes sociales, Paris, EHESS.

Clot Y., 2006. La fonction psychologique du travail, Paris, PUF.

Demazière D., 1992. Le chômage en crise ? La négociation des identités des chômeurs de longue durée, Lille, PUL.

Demazière D., Zune M., 2019. « Des chômeurs radiés en Belgique, entre normes et expériences vécues », La nouvelle revue du travail, n° 14, http://journals.openedition.org/nrt/5073

Dumont G., 2016. « Le travail réputationnel. Une approche ethnographique du travail de production de la réputation chez les grimpeurs professionnels », Réseaux, n° 5, p. 155-182.

Duvoux N., 2009. L’autonomie des assistés, Paris, PUF.

Foucault M., [1984] 2001. « Une esthétique de l’existence », Dits et écrits, Vol. 2, Paris, Gallimard.

Hughes E., [1967] 1996. Le regard sociologique, Paris, EHESS.

Insee, 2007. « Les saisonniers d’hiver en PACA », Rapport d’étude, n° 107.

Insee, 2015. « L’emploi lié au tourisme en PACA », Rapport d’étude, n°13.

Jeanjean, A., 2017. « Le management et ce qui en chute », Mémoire d’HDR, tome II, Université Paris-Descartes.

Lamanthe A., 2008. « Les Paradoxes de la formalisation salariale en milieu rural », Études Rurales, n° 182, Vol. 2, p. 29-44.

Lesnard L., 2009. La famille désarticulée, Paris, PUF.

Le Pors A., 1999. « Propositions pour l'amélioration de la situation sociale et professionnelle des travailleurs saisonniers du tourisme », Rapport pour le Ministère de l’emploi et de la solidarité, et pour le Ministère du tourisme.

Mauss M., [1904-1905] 2006. « Essai sur les variations saisonnières des sociétés Eskimos. Etude de morphologie sociale », Sociologie et anthropologie, Paris, PUF.

Menger P-M., 2005. Les intermittents du spectacle, sociologie d’une exception, Paris, EHESS.

Nogué F., 2013. « Le tourisme : filière d’avenir », Rapport pour le Ministère du Commerce, de l’Artisanat et du Tourisme, et pour le Ministère du Travail.

Pélisse J., 2009. « Judiciarisation ou juridicisation ? Usages et réappropriations du droit dans les conflits du travail », Politix, n° 86, p. 73-96.

Pilmis O., 2010. « Protection sociale, structures marchandes et temporalité de l'activité. Pigistes et comédiens face à l'assurance-chômage », Sociologies, n° 2, p. 215-233.

Renahy N., 2010. « Classes populaires et capital d’autochtonie. Genèse et usages d’une notion », Regards Sociologiques, n°40, p. 9-26.

Rosini P., 2012. « L’appel du travail. Technologies et mobilisation subjective d’intérimaires « non-qualifiés » », La nouvelle revue du travail, n°1, http://journals.openedition.org/nrt/228

Roux N., 2014. « Créer de la continuité : un travail en soi », La nouvelle revue du travail, n° 5, http://journals.openedition.org/nrt/1938

Schehr S., 1999. La vie quotidienne des jeunes chômeurs, Paris, PUF.

Simon A., Halls-French L., 2003. « Le logement des travailleurs saisonniers du tourisme », Rapport pour le Ministère du Tourisme.

Vannson F., 2011. « Le développement des emplois dans les territoires de montagne », Rapport pour le Ministère du Travail, de l’Emploi et de la Santé.

Weber F., 2001. Le travail à-côté. Étude d’ethnographie ouvrière, Paris, EHESS.

Haut de page

Notes

1 Actuellement, il n’existe pas de dispositif statistique qui permette de connaitre précisément le nombre d’emplois saisonniers dans le secteur touristique au niveau national. En 1999, le rapport Le Pors estime à 420 000 le nombre de personnes concernées.

2 L’allocation était minorée lorsque le chômage survenait à la suite d’activités exercées dans un secteur saisonnier ou lorsque l’ouverture des droits se faisait trois années de suite aux mêmes périodes. Cette mesure aujourd’hui levée reste soumise à des débats entre les partenaires sociaux.

3 Loi n°93-122 du 29 janvier 1993 relative à la prévention de la corruption et à la transparence de la vie économique et des procédures publiques, article 38.

4 Ordonnance du 16 janvier 1982.

5 Dans deux secteurs (tourisme social et remontées mécaniques) des accords de branche ont été signés et prévoient la reconduction du contrat.

6 Loi n° 2008-776, du 4 août 2008.

7 Cette formule renvoie aux travaux de Michel Foucault pour qui, le travail sur soi mobilise des techniques de soi qui « permettent à des individus d’effectuer, par eux-mêmes, un certain nombre d’opérations sur leur corps, leur âme, leurs pensées, leurs conduites, et ce de manière à produire en eux-mêmes une transformation » (Foucault [1984] 2001, p. 990).

8 Loi 2018-771 du 5 septembre 2018.

9 Décret n° 2018-1335 du 28 décembre 2018 relatif aux droits et aux obligations des demandeurs d'emploi et au transfert du suivi de la recherche d'emploi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Liza Baghioni, « L’intersaison : vécus du chômage à contre-rythme des temps sociaux dominants », Temporalités [En ligne], 29 | 2019, mis en ligne le 11 octobre 2019, consulté le 20 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/6285 ; DOI : 10.4000/temporalites.6285

Haut de page

Auteur

Liza Baghioni

LEST CNRS- UMR 7317
35, Avenue Jules Ferry
13626 Aix-en-Provence
liza_baghioni@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page