Navigation – Plan du site

AccueilTemporalités1L’analyse économique est-elle int...

L’analyse économique est-elle intemporelle ?

Is the Economic Analysis Timeless?
Antoine Parent
Édité par ADR Temporalités

Résumés

En réponse à la question « L’analyse économique est-elle intemporelle ? », nous soulignons la diversité et la complexité du rapport au temps de l’analyse économique : la représentation du temps futur est au cœur de l’analyse des anticipations. La modélisation dynamique dans un cadre d’équilibre général conduit, quant à elle, à une représentation du monde comme succession d’équilibres. Enfin, l’investigation du temps historique à partir des hypothèses de rationalité économique constitue le paradigme de la « New Economic History ». Il ressort de ce bref survol que l’analyse économique ne néglige aucun des aspects du rapport au temps : temps passé, temps présent, temps futur.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : la parabole de Robinson ou l’approche intertemporelle en économie

1On a souvent recours à la « parabole de Robinson » pour expliquer la prise en compte du temps en économie. Robinson a la possibilité de vivre en autarcie sur son île, grâce à la production locale de noix de coco ; auto-suffisant, il peut refuser les échanges avec les autres îles, et on pourrait même penser que l’échange ne se justifie pas. Néanmoins ce choix le contraint à être dépendant des aléas climatiques qui peuvent une année donnée anéantir tous ses moyens de subsistance. De ce fait, Robinson peut souhaiter échanger dans le temps : il peut désirer, pour se couvrir contre les aléas climatiques demain, prêter une partie de sa production d’aujourd’hui pour pouvoir emprunter demain à ses voisins. On dit alors que Robinson se livre à des échanges intertemporels. Robinson doit alors fixer avec ses voisins les conditions du remboursement : combien de noix seront payées (ou reçues) demain par noix empruntées (prêtées) aujourd’hui ? Les deux parties doivent convenir d’un taux d’intérêt réel (r). Pour une noix prêtée aujourd’hui Robin- son en recevra 1. (1 + r) demain, ou ce qui revient au même, s’il veut obtenir une noix demain, il doit en prêter 1 /(1 + r) aujourd’hui. Une noix demain équivaut à 1/(1 + r) noix d’aujourd’hui. Ce prix de la consommation de demain en terme de la consommation d’aujourd’hui s’appelle prix intertemporel. Cette valorisation des biens de demain en termes des biens d’aujourd’hui s’appelle actualisation et s’obtient par application du coefficient d’actualisation 1 /(1 + r).

2La théorie économique standard va ainsi prêter à l’agent économique la capacité de prendre en compte le futur dans ses décisions d’aujourd’hui, c’est-à-dire de raisonner en termes de prix intertemporels. L’agent est supposé soumis à une contrainte budgétaire intertemporelle qui signifie qu’il planifie ses décisions de consommation sous la contrainte que sa consommation actualisée ne saurait dépasser son revenu actualisé (à l’échelle du cycle de vie de l’individu). La théorie économique standard ajoute que les agents ont des préférences et sont capables de hiérarchiser leurs choix : la préférence pour la consommation traduit une préférence pour le présent, alors qu’une préférence pour l’épargne, qui traduit le choix d’une consommation différée, illustre une préférence pour le long terme.

3Si l’approche intertemporelle suppose une capacité des agents à prendre en compte le futur dans leurs décisions présentes, les agents ont des « goûts » et des préférences temporelles distinctes (préférence pour le court terme ou pour le long terme). Le degré d’aversion au risque (une mesure habituelle du risque est la volatilité du prix de l’actif) des agents est un autre facteur d’hétérogénéité entre agents. L’équilibre intertemporel désigne alors l’état dans lequel il y a égalité des offres et des demandes intertemporelles de tous les agents économiques.

4Les modèles à « générations imbriquées » sont une extension de ces modèles à horizon infini. Ils sont ainsi nommés car ils considèrent des générations successives d’individus qui vivent pendant plusieurs périodes (au moins deux, « jeunes » et « vieux », ou trois, « jeunes », « actifs », « retraités »). Chaque génération fait des échanges avec celle qui l’a précédée, elle est « imbriquée » avec la précédente dans la mesure où toutes deux coexistent pendant au moins une période. En fait, la plu- part du temps, ces générations sont réduites à un individu représentatif unique par génération, ce qui est très simplificateur. Dans ces modèles qui peuvent déboucher, selon les spécifications retenues, sur des équilibres multiples, l’hypothèse d’al- truisme entre générations (contestée et contestable) apparaît souvent comme une nécessité méthodologique pour justifier l’existence d’un équilibre unique.

5Au terme de cette introduction, nous avons souligné comment, à travers l’approche intertemporelle, l’actualisation du futur est au cœur du raisonnement économique. Ce cadre posé, nous souhaitons donner trois illustrations du rapport au temps en économie : nous aborderons tout d’abord la question des anticipations et leurs différentes formes de modélisation ; nous aborderons ensuite le paradoxe qui conduit la modélisation dynamique à identifier des solutions d’équilibres stationnaires ; dans un troisième temps nous verrons comment l’économie investit le temps historique. À travers ces trois relations, au temps futur, au temps présent, au temps passé, il apparaît que le rapport au temps est omniprésent dans l’analyse économique ; mais l’investigation de ces trois dimensions temporelles en économie n’évacue pas la critique d’intemporalité généralement adressée à l’analyse économique.

La formalisation des anticipations

6La formation des anticipations est au cœur de la représentation économique. On peut distinguer deux grandes familles d’anticipations : les premières font intervenir des prévisions qui sont liées aux évènements du passé, les autres postulent que les agents formulent des « anticipations rationnelles ».

7La prise en compte du passé dans la formation des anticipations recouvre, dans l’ordre, trois formes principales : les anticipations extrapolatives, les anticipations adaptatives, les anticipations régressives. Dans le cadre d’anticipations extrapolatives, la variable anticipée est égale à la valeur de la variable observée à la période courante, corrigée de l’écart entre la valeur de la dernière période et celle de la période précédente (ou d’une suite de périodes antérieures). Les anticipations statiques constituent un cas particulier des anticipations extrapolatives où la tendance passée n’est pas prise en compte. Les anticipations adaptatives supposent la possibilité d’erreurs de prévision de la part des agents et supposent un processus correcteur, où les agents révisent leurs anticipations en fonction des erreurs du passé. Il y a là processus d’apprentissage de la part des agents et on peut dire qu’il y a prise en compte d’un passé (plus ou moins court) dans la formation des anticipations. Les anticipations régressives, elles, ne sont plus formées seulement en fonction des évènements du passé mais d’un cours d’équilibre qui constitue la valeur de référence. Ce type de configuration déduit la valeur future du positionnement de la valeur passée par rapport à sa valeur de référence.

8Les « anticipations rationnelles » introduisent une rupture dans la formalisation des anticipations. Au lieu de prendre pour base la tendance passée (anticipations extrapolatives) ou de faire des corrections de trajectoires en fonction des erreurs passées (anticipations adaptatives) l’hypothèse d’anticipations rationnelles, sous sa forme faible, suppose que les agents déterminent leurs choix en incorporant toute l’information disponible du moment ; la forme forte de l’hypothèse d’anticipations rationnelles implique en plus que les agents économiques connaissent le modèle sous-jacent et « vrai » de détermination de la valeur anticipée. Cette dernière hypothèse signifie que les agents possèdent la même représentation que celle du modélisateur et que par conséquent, « les anticipations étant des prévisions bien informées, les évènements futurs sont fondamentalement identiques aux prévisions issues de la théorie économique pertinente » (Muth, 1981).

9De nombreuses critiques ont été adressées à cette conception extrême des anticipations : en effet, celle-ci suppose que tous les agents adhèrent à une seule et même vision de l’économie, en clair qu’ils sont tous néoclassiques et qu’il n’y a en définitive qu’une façon de raisonner juste en économie, selon les préceptes néoclassiques. Souvent dénoncé par ses détracteurs comme une simple « arme de guerre » idéologique contre le keynésianisme, le postulat théorique d’anticipations rationnelles est malgré tout parvenu à révolutionner le rapport au temps dans l’analyse économique. En effet, si les premières formes de modélisation des anticipations (extrapolatives, adaptatives) établissaient un lien avec le passé (au moins immédiat) et son observation, l’hypothèse d’anticipation rationnelle coupe ce lien, puisque les agents, supposés connaître le seul modèle pertinent de l’économie (le modèle néoclassique), se comportent conformément à ses prédictions et ajustent instantanément (au présent) leurs décisions aux conséquences prévisibles (et connues) de toute perturbation venant affecter l’environnement économique, que celles-ci proviennent de chocs exogènes ou d’annonces de politique économique.

10Le rapport au temps en économie a également été profondément affecté par la « critique de Lucas » (1976). Celle-ci établit que l’impact des politiques économiques s’apprécie mal au travers de l’expérience du passé. Certaines mesures de politique économique peuvent être annonciatrices de réformes structurelles visant à une transformation en profondeur des « régimes de politique économique » (dérégulation des marchés, lutte contre l’hyperinflation, transition vers une économie de marché, etc.). Si les agents anticipent un changement effectif de régime, ils sont susceptibles d’adopter des comportements très différents de ceux observés dans le passé. L’observation des comportements passés ne fournirait que des diagnostics erronés, notamment face à des changements du contexte institutionnel. Depuis cette « critique du Lucas » qui questionne le rapport au temps en économie, les macroéconomistes ont profondément modifié leur analyse de l’impact des poli- tiques économiques (cf. les développements sur la réputation et la crédibilité des politiques économiques).

La modélisation dynamique et le paradoxe de l’équilibre stationnaire

11Il paraît ici intéressant de mettre en évidence le paradoxe qui existe entre prise en compte du temps et convergence vers un équilibre stationnaire (référence de l’uni- vers néoclassique). Nous traitons de ce paradoxe à la lumière de deux formalisations récentes, les modèles dits d’équilibre général calculable et les modèles de cycles réels (ces deux types de formalisation n’épuisent évidemment pas toutes les formes de modélisation existant en économie).

12Les fondements théoriques des modèles d’équilibre général calculable sont ceux du modèle d’équilibre général walrasien, où les prix s’ajustent pour assurer l’équilibre simultané sur tous les marchés. Arrow-Debreu (1956) ont démontré l’existence de cet équilibre et la convergence vers cet équilibre sous des conditions théoriques très restrictives : les marchés sont de concurrence pure et parfaite et l’effet de substitution l’emporte sur l’effet revenu. Chaque agent agit de façon à maximiser sa fonction spécifique (utilité pour le consommateur, profit pour l’entreprise) sous sa contrainte spécifique (budgétaire pour le consommateur, technologique pour l’entreprise). Pour pouvoir résoudre analytiquement un modèle d’équilibre général calculable, on le linéarise autour d’un « état stationnaire », terme qui renvoie à la situation d’équilibre général. Cet état stationnaire désigne ainsi une finitude, une sorte de temps ultime ou de « fin de l’histoire ». Ces modèles s’appuient sur une méthode de calcul numérique de l’équilibre. Ils sont utilisés en général pour étudier l’effet d’une modification donnée de la politique économique, pour identifier la politique économique « la meilleure » à long terme, mais aussi pour évaluer la façon dont l’économie va rejoindre le nouvel équilibre ainsi que les délais dans les- quels elle est susceptible d’y parvenir. Dans ce type de modèle, les anticipations des agents sont supposées rationnelles (forme faible). Le rapport au temps dans ce type de modélisation est singulier et ce à au moins trois niveaux :

  • Il s’agit d’une vision du monde idéal-typique d’équilibre généralisé et simultané sur tous les marchés, où les agents optimisent dans une perspective intertemporelle et où les anticipations sont rationnelles ; introduire des imperfections de marché comme par exemple un rationnement du crédit pour certains ménages limiterait leur capacité à réaliser des arbitrages inter- temporels et remettrait en cause cet ajustement automatique des marchés ; le temps décrit est ainsi celui d’un « temps d’équilibre », où l’économie chemine d’un équilibre macroéconomique à un autre.

  • La dynamique économique décrite est supposée se conformer aux prédictions théoriques du modèle. Le rapport au temps de cette forme de modélisation est là encore singulier, puisque les individus sont supposés connaître le modèle sous-jacent de l’économie, qu’ils formulent des anticipations absolument conformes aux prévisions du modèle et ajustent instantanément leur comportement en conséquence.

  • La technique du calibrage retenue pour chiffrer ces modèles s’accorde mal avec les fondements de la démarche économétrique. En effet, si dans un modèle testable économétriquement, le modélisateur identifie lui-même les variables exogènes et les variables endogènes de façon à pouvoir tester le lien de causalité qu’il postule entre les variables qu’il a choisies, dans une approche en termes d’équilibre général calculable, toutes les variables prix et quantités sont endogènes - elles sont déterminées simultanément à l’équilibre. Ces variables endogènes sont de surcroît très nombreuses. Seuls les paramètres qui caractérisent les agents (fonctions d’utilité, dotations) peuvent être considérés comme exogènes. En outre ils varient peu. Pour ces raisons, les tests empiriques de ces modèles ne peuvent recourir à l’économétrie classique. Le calibrage du modèle consiste à choisir les paramètres du modèle (fonctions d’utilité, dotations), de façon que les valeurs d’équilibre général (prix et production) « calculées » par le modèle soient le plus proches possibles des valeurs observées dans l’économie considérée à une date choisie comme référence (c’est à partir de cette spécification que sont effectuées les simulations de politique économique). Si certaines valeurs ne sont pas disponibles, le modélisateur les fixe à des valeurs qu’il juge « raisonnables ». Le calibrage se heurte à de nombreux problèmes : comment être sûr de la pertinence de l’année de référence ? Est-elle représentative des années passées ? En quoi est-elle exemplaire des évolutions futures ? Surtout, cette méthode semble faire fi des évolutions historiques, puisqu’on simule ici une réalité construite par les soins du modélisateur, « hors de l’histoire ». Les propositions avancées ne peuvent pas être testées au sens poppérien du terme, mais certains tirent de la faiblesse des données statistiques un argument en faveur du développement des modèles d’équilibre général calculable.

13Si les modèles d’équilibre général calculable décrivent des économies qui convergent vers un équilibre stationnaire et où l’économie s’y reproduit à l’identique ou croît à taux constant, la réalité semble bien différente puisque l’on observe des cycles en économie. Les nouveaux classiques ont élaboré une modélisation de l’économie qui retrace l’évolution cyclique de l’économie. L’hypothèse centrale des modèles de cycle réel est que l’économie réagit à une succession de chocs externes (guerres, accidents climatiques, innovations technologiques, etc.) qui modifient les conditions de production et engendrent des cycles économiques. L’ambition de ces modèles est de retracer une économie qui à la suite des chocs subis est globalement cyclique. Plus précisément, il s’agit par la modélisation de reproduire les caractéristiques principales des cycles économiques. Ces modèles de cycles réels sont en réalité des modèles d’équilibre général calculable en univers incertain. L’un des apports de cette approche est de distinguer ce qui, dans l’évolution d’une grandeur économique, constitue sa tendance et ce qui constitue les fluctuations autour de cette tendance. La décomposition tendance (trend) / cycle des modèles de cycles réels permet d’approfondir un des aspects essentiels de la temporalité. Cette décomposition tendance / cycle est obtenue à partir de méthodes statistiques. La démarche consiste alors à calibrer un modèle d’équilibre général calculable où les agents sont supposés s’adapter de façon optimale aux nouvelles conditions « réelles » de l’économie. De la conjugaison de ces chocs aléatoires et des réponses optimales des agents à ces chocs sont supposés découler les cycles économiques. Si les fluctuations issues du modèle retracent effectivement celle de l’économie réelle, le modèle sera parvenu à rendre compte efficacement des « faits stylisés ».

L’investigation du passé par l’analyse cliométrique

14La new economic history ou « cliométrie » désigne l’ensemble des travaux d’histoire quantitative prenant appui sur une modélisation des comportements économiques. Ces modèles fondés sur l’hypothèse de rationalité des agents sont ensuite testés économétriquement. L’objectif est, à la suite de R. Fogel et D. North (prix Nobel d’économie en 1993), d’exploiter les séries temporelles à partir de modèles économiques testables empiriquement.

15La logique qui sous-tend ce courant est que l’économie est productrice d’instruments d’analyse utiles à l’histoire. Ses défenseurs insistent sur la nécessité méthodologique que représente le recours à une axiomatique de la rationalité des choix et des comportements pour accéder à l’intelligibilité des logiques de comportement dans des situations institutionnelles données. S’appuyer sur une définition de la rationalité des comportements appréhendée comme « une notion relative qui s’apprécie par référence à une représentation » (E. Malinvaud, 1991) ou sur une conception de la rationalité comme « satisfaction des aspirations » (satisficing behavior) (H. Simon, 1956) permet de justifier la transposition d’une analyse économique au champ historique, de répondre aux critiques de réductionnisme ou d’économisme et d’éviter l’écueil d’un relativisme de la pensée.

16Si l’ambition de la cliométrie est de sensibiliser l’historien au caractère indispensable du recours aux théories, aux modèles et aux paradigmes économiques pour expliquer les causalités historiques, en sens inverse, les savoirs historiques permettent très souvent de relativiser des propositions économiques trop rapidement acceptées comme légitimes. L’ambition de la cliométrie est-elle simplement de permettre à l’économiste d’accéder à une certaine historicité de ses analyses ou vise-t-elle à un nouvel « économisme » ? La querelle opposant les tenants de la new economic history aux tenants d’une histoire économique moins quantitative n’est pas morte. Les critiques adressées à la cliométrie concernent principalement les références à des comportements microéconomiques inadaptés aux contextes institutionnels étudiés, le caractère dogmatique, réducteur voire hégémonique de la modélisation économique appliquée à l’histoire.

17La question des indicateurs avancés des agrégats économiques en économie historique est une bonne illustration de ces débats : la reconstitution de séries de masse monétaire, de revenu, de PIB, a-t-elle un sens dans la mesure où ces séries n’étaient pas disponibles à l’époque et par conséquent non observées ? Quels indicateurs les agents économiques regardaient-ils en priorité pour former leurs anticipations ?

18La méthode contrefactuelle (en vogue dans l’analyse cliométrique), qui vise à reconstituer ce qu’aurait été l’évolution de l’économie si tel ou tel développement historique n’avait pas eu lieu, est regardée par ses détracteurs au mieux comme un pur exercice de style, au pire comme une négation pure et simple de l’histoire.

Conclusion

19L’observation de séries chronologiques a toujours constitué un pan important de l’analyse économique. En ce sens le suivi des agrégats en fonction du temps est au cœur de l’analyse économique. Sous sa forme contemporaine, l’analyse économique correspond à la construction de modèles qui sont en fait une tentative de reconstruction de faits stylisés à partir d’hypothèses fondées sur la rationalité des agents. Ces hypothèses sont toujours susceptibles d’un traitement mathématique, mais nous avons voulu illustrer au travers de certains développements récents (modèles d’équilibre général calculable, modèles de cycle réel), qu’en fait ces hypo- thèses ne sont pas toujours vérifiables et testables de façon économétrique. Le rap- port au temps s’en trouve affecté et devient plus que jamais tributaire des postulats de la modélisation retenue. La mathématisation de l’économie facilite par ailleurs la recherche de solutions d’équilibre et partant produit la vision d’un « temps d’équilibre » ou, en dynamique, d’un enchaînement d’équilibres stationnaires. Cette représentation « figée » ou atemporelle du temps dans l’analyse économique ne signifie pas pour autant un désintérêt pour l’histoire. Nous avons voulu souligner que cette dimension était bien vivante à travers la cliométrie. L’élément le plus frappant de l’analyse économique reste peut être, quelle que soit la période d’étude considérée, la formalisation des anticipations des agents.

Haut de page

Bibliographie

Malinvaud E., Voies de la recherche macroéconomique, Paris, Éditions Odile Jacob, 1991.

Simon H., « Rational Choice and The Structure of Inequality », Psychological Re- view, 1956.

The New Palgrave, A Dictionnary of Economics. London, Mc Millan.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Parent, « L’analyse économique est-elle intemporelle ? »Temporalités [En ligne], 1 | 2004, mis en ligne le 23 juin 2009, consulté le 27 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/632 ; DOI : https://doi.org/10.4000/temporalites.632

Haut de page

Auteur

Antoine Parent

Maître de Conférences de Sciences économiques à l’Université de Paris 8, Chercheur associé à MATISSE - Université de Paris 1, Responsable de programmes de recherche à la DREES-MiRe

Haut de page

Éditeur scientifique

ADR Temporalités

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search