Skip to navigation – Site map

Appel à articles pour Temporalités n° 32 (2020/2) – « Temps et migrations »

Dossier coordonné par Delphine Mercier, Sylvia Chiffoleau et Jens Thoemmes

Dans une perspective pluridisciplinaire, nous souhaitons regrouper dans ce dossier des contributions qui traitent, de manière explicite, des temps et des temporalités des migrations. Certes, le « temps » est fréquemment mobilisé dans les titres d’articles ou d’ouvrages sur les migrations, mais force est de constater que ce concept du temps reste souvent à l’état d’illustration. Le dernier ouvrage sur les migrations qui a utilisé le terme « temporalités » faisait ainsi part du constat suivant : « les temporalités constituent une entrée courante de l’approche des migrations internationales, tout en n’en demeurant bien souvent qu’une dimension implicite, voire impensée » (Baby-Collin et al. 2017b). Pourtant, avec cet ouvrage stimulant, les auteurs tentent d’élargir la pensée diachronique et séquentielle des migrations pour retrouver une multiplicité des temps sociaux (Gurvitch), des questions relatives aux circulations, générations, représentations et à la mémoire.

Dans l’ensemble, la littérature sur les migrations a abordé la question du temps des migrations sous plusieurs angles. Nous en retenons trois ici à titre d’exemple : les parcours, le transit et l’attente, les catégories institutionnelles.

Les travaux des anthropologues, géographes, historiens et sociologues ont regardé plus spécifiquement les temps des migrations (Sayad, 1999) et des parcours. Les temporalités y sont souvent décrites comme des « fronts pionniers », comme des extensions du temps durant les différentes étapes du parcours migratoire. Évoluant dans un entre-deux et dans un entre-lieux, les migrants, les réfugiés, les étrangers, les travailleurs saisonniers temporaires se regroupent autour « des murs de la mémoire » (Vidal, 2005). Le déplacement devient du temps en négatif, car il n’y a plus d’espace. Nous assistons aussi à un changement de paradigme de la nature des migrations vers les mobilités (Tarrius, 1992 ; Cortès et Faret, 2009 ; Pellerin, 2011) avec des conséquences importantes sur les temporalités. Dans cette perspective, des déplacements réversibles, temporaires ou circulaires, rompent de manière générale avec l’idée d’un départ et d’une arrivée définitive, avec la présomption d’un trajet unique ou d’un chemin tracé préalablement.

Des travaux se sont aussi centrés sur les temps du transit (Bredeloup, 2013) et de l’attente. En décrivant l’allongement des temps d’attente à chaque escale au cours du transit, certains auteurs concluent que la conscience du temps perdu ne l’est pas forcément, car chaque étape est également une expérience qui renforce des apprentissages. D’autres contributions montrent au contraire que dans les temps d’attente le temps devient un temps confiné, et l’absence d’apprentissage et de rencontres rend alors ce temps inutile (Kobelinsky, 2014). On parle de confinement du temps, temps emprisonné, temps privé. Enfin, d’autres auteurs qui étudient le renforcement des politiques de contrôle des migrations en Europe ou aux États-Unis font la démonstration de l’augmentation des « poches » d’attente tout au long du parcours des aspirants à la migration. Ces « poches d’attente » ne concernent d’ailleurs pas seulement les aspirants, mais elles sont également liées à la restriction des conditions d’obtention d’un titre de séjour qui retarde l’accès à un statut régulier des étrangers déjà présents sur le territoire. Ceux-ci sont ainsi condamnés à vivre dans un « éternel présent » avec de multiples recommencements (Courant, 2014). Le temps du passage et des papiers est suspendu et reporte sans cesse d’autres temporalités.

Les institutions imposent également leurs temporalités, et ce sont ces temporalités qui structurent aussi l’espace migratoire. Ces temporalités varient en fonction des institutions, des lois nationales et internationales, des instances intermédiaires (pays de transit) et bien sûr en fonction des échelles, du niveau international au niveau le plus local. De plus, tout un vocabulaire de classifications basé sur des catégories temporelles a été développé : « primo-arrivant », « durablement installé », « visa longue durée » etc. ne sont que des exemples qui renvoient aux temps des institutions.

On voit l’intérêt, à l’intérieur mais aussi au-delà de ces trois ensembles, parcours-attente-institutions, d’élargir la perspective en intégrant des manières objectives et subjectives de concevoir le temps des migrations, en traitant de manière centrale et concrète des concepts qui s’y réfèrent : génération, ennui, attente, âges (minorité/majorité notamment), durée, séparation, événements, etc.

De quelle manière l’état et l’évolution des migrations peuvent-ils être éclairés par une analyse des temporalités ? Le passage des migrations traditionnelles à la mobilité, la réversibilité des déplacements, les allers-retours n’indiquent-ils pas que les temps devraient être désormais un domaine privilégié d’analyse des pratiques migratoires ? Les rapports aux temps des migrants, entre temps courts (urgence des départs, des passages) et temps longs (institutions, transit, projet de vie), ne permettent-ils pas de remettre de l’alternance là où une vision de la linéarité et de la séquence départ/arrivée réduisent souvent la complexité et l’épaisseur des expériences ?

Il s’agit pour ce numéro de ne pas céder à une « linéarité à rebours » (Green, 2002), qui consiste pour les analyses des parcours migratoires à reculer du pays d’arrivée au pays de départ, mais bien de replacer l’analyse des temporalités de la migration comme des temps vécus et non pas seulement comme des temps dont la signification est celle donnée par ceux qui les organisent. Traiter des temps des migrations incluant des aspects objectifs et subjectifs s’avère indispensable.

Ces questions, éléments et concepts ne sont que des exemples d’un débat qui demande à être approfondi et élargi. Face à ces défis méthodologiques et théoriques, nous aimerions inviter des contributions de l’ensemble des sciences humaines et sociales. Des propositions privilégiant l’enquête et la recherche empirique seront particulièrement appréciées.

Envoi des projets d’articles :

Les auteurs devront envoyer leur proposition d’article aux coordinateurs du numéro Delphine Mercier (delphine.mercier@univ-amu.fr), Sylvia Chiffoleau (sylvia.chiffoleau@gmail.com) et Jens Thoemmes (jens.thoemmes@gmail.com), avec copie au secrétariat de rédaction de la revue (temporalites@revues.org).

Cette proposition, composée d’un titre et d’un résumé d’une page en français ou en anglais du projet d’article (5 000 signes maximum), ainsi que du nom, des coordonnées et de l’affiliation institutionnelle de l’auteur, est attendue d’ici le 6 avril 2020.

Calendrier récapitulatif et échéances :

Réception des propositions (résumés de 5 000 signes maximum) : 6 avril 2020
Réponse des coordinateurs : 20 avril 2020
Réception des articles (50 000 signes maximum) : 2 juin 2020
Retour des expertises des évaluateurs : 10 juillet 2020
Version révisée : 3 septembre 2020
Remise des versions définitives : 2 novembre 2020
Sortie du numéro : 15 décembre 2020

Bibliography

Baby-Collin Virginie, Mazzella Sylvie, Mourlane Stéphane, Regnard-Drouot Céline, Sintès Pierre (dir.), 2017. Migrations et temporalités en Méditerranée : les migrations à l’épreuve du temps (XIXe-XXIe siècle), Karthala-Maison méditerranéenne des sciences de l'homme, Paris.

Bouagga Yasmine, 2014. « Le temps de punir. Gérer l’attente en maison d’arrêt », Terrain, n° 63, p. 86-101.

Bourdieu Pierre, 1997. Méditations pascaliennes, Paris, Éditions du Seuil.

Bredeloup Sylvie, 2013. « Les temps du transit dans la migration africaine », Journal des africanistes, no 83/2 (juillet), p. 58-90.

Bret Julien, 2012. « Temps migratoires en tension : Les temporalités produites et vécues du travail domestique global au Liban », Temporalités, no 15 (mai). https://doi.org/10.4000/temporalites.2029.

Chantraine Gilles, 2004. « La mécanique du temps vide. Structure sécuritaire et réactions individuelles au temps carcéral en maison d’arrêt », in Sociologie pénale : système et expérience. Pour Claude Faugeron, D. Kaminski et M. Kokoreff (éd.), Coll. Trajets, Érès, p. 257-271.

Cortès G., Faret L., 2009. Les circulations transnationales. Lire les turbulences migratoires contemporaines, Paris, Armand Colin.

Green Nancy L., 2002. Repenser les migrations. 1re Édition. Le nœud gordien. Paris, Presses universitaires de France.

Kobelinsky Carolina, 2010. L’accueil des demandeurs d’asile. Une ethnographie de l’attente, Paris, Éditions du Cygne.

Kobelinsky Carolina, 2014. « Le temps dilaté, l’espace rétréci. Le quotidien des demandeurs d’asile », Terrain, n° 63, p. 22-37.

Leclerc-Olive Michèle, 2015. « Au-delà des épistémologies sédentaires : Les changements urbains au miroir de l’exil », Parcours anthropologiques, no 10 (octobre), p. 24-45. https://doi.org/10.4000/pa.443.

Le Courant Stefan, 2014. « “Être le dernier jeune” : Les temporalités contrariées des migrants irréguliers », Terrain, no 63 (septembre), p. 38-53. https://doi.org/10.4000/terrain.15490.

Pellerin Hélène, 2011. « De la migration à la mobilité : changement de paradigme dans la gestion migratoire. Le cas du Canada », Revue européenne des migrations internationales 27, n° 2, p. 57–75. https://doi.org/10.4000/remi.5435.

Makaremi Chowra, 2008. « Participer en observant : Étudier et assister les étrangers aux frontières », in Fassin Didier, Bensa Alban, Politiques de l’enquête, Paris, La Découverte, p. 165-183.

Sayad Abdelmalek, Bolzman Claudio, Fibbi Rosita, et Guillon Michelle, 2001. « La vacance comme pathologie de la condition d’immigré. Le cas de la retraite et de la préretraite », Revue européenne des migrations internationales 17 (1), p. 11-36. https://doi.org/10.3406/remi.2001.1760

Temime Émile, 2000. « Abdelmalek Sayad. La Double Absence. Des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré », La pensée de midi 2 (2), p. 159-61.

Vidal Laurent, 2005. Mazagão, la ville qui traversa l’Atlantique : du Maroc à l’Amazonie, 1769-1783, Paris, Aubier.

Tarrius Alain, 1992. « Circulation des élites professionnelles et intégration européenne », Revue Européenne de Migrations Internationales 8, n° 2, p. 27-56. https://doi.org/10.3406/remi.1992.1320

Top of page