Navigation – Plan du site

AccueilTemporalités1LireMichel Lallement, Temps, travail ...

Lire

Michel Lallement, Temps, travail et modes de vie

Paris, PUF, 2003
Didier Demazière
Édité par ADR Temporalités
Référence(s) :

Michel Lallement, Temps, travail et modes de vie, Paris, PUF, 2003

Texte intégral

Michel Lallement, Temps, travail et modes de vie, Paris, Presses Universitaires de France, 227 pages, collection Sciences sociales et sociétés, 2003.

1Pour quiconque est attentif aux questions temporelles, la période des dix dernières années a été marquée par de profonds changements dans l’organisation du temps de travail, généralement désignés, selon le vocabulaire même des textes législatifs successifs, par les termes de réduction et d’aménagement (l’ARTT pour aménagement et réduction du temps de travail). Cette période a également été propice à la multiplication des recherches portant sur la négociation des accords d’entreprises ou de branches, leurs conséquences en matière de création d’emplois, leurs impacts sur les organisations, leurs effets sur les salariés et leurs rythmes de travail, etc. Le livre de Michel Lallement est nourri de nombreuses études empiriques dont certaines sont centrées sur le passage aux 35 heures, mais il prend du recul, comme le suggère son titre, qui est « temps, travail et modes de vie », et non « temps de travail et modes de vie » comme le lecteur pressé et influencé par l’esprit du temps pourrait l’accroire. Le problème posé ne se réduit pas à celui des conséquences des nouvelles politiques du temps de travail sur les modes de vie, mais il porte sur les relations réciproques entre travail et hors travail, sur les changements affectant les assemblages entre ces deux temps sociaux majeurs et structurant les vies quotidiennes, sur les répercussions de la réorganisation des rythmes sociaux sur le statut des individus tant au travail qu’en dehors. La démonstration est organisée en trois parties bien distinctes.

2La première est consacrée à une mise en perspective historique qui permet de retracer les mouvements, contradictoires, de la rationalisation du travail, et des temps sociaux. Il est bien utile de rappeler que l’industrialisation est inséparable d’un mouvement de différenciation des temps sociaux, de formalisation des périodes d’activité et de repos, de codification, de mesure et de contrôle du temps de travail. Les cycles des saisons qui rythmaient la vie paysanne sont balayés par l’introduction des horloges, des chronomètres, des sirènes, autant d’instruments de discipline temporelle. Si les changements les plus récents peuvent également être considérés comme des rationalisations des temps sociaux, traduisant une pression accrue des exigences de flexibilité et de compétitivité économiques, leurs significations ne sont pas simples à saisir, car ils s’inscrivent partiellement en continuité et partiellement en rupture avec les mouvements antérieurs. L’articulation de trois niveaux d’analyse permet d’y voir plus clair : « le temps au travail » est marqué par une intensification des tâches et aussi par une autonomie croissante, « le temps de travail » a dans nos parcours de vie une part qui diminue quantitativement, « le temps du travail » se caractérise par un brouillage des frontières avec les autres statuts sociaux, lié au recul de la norme dominante d’emploi et à la déstabilisation des cycles de vie professionnelle. Après cette plongée historique, le lecteur est définitivement prémuni contre les points de vue trop généraux et restrictifs qui décèlent une tendance linéaire et continue à la diminution du temps de travail. Il est également armé pour comprendre les effets des politiques de flexibilité temporelle sur les situations de travail et sur les vies quotidiennes.

3La deuxième partie s’appuie sur quatre terrains d’enquête, caractéristiques de mondes professionnels différents, et permettant chacun de souligner des effets spécifiques des politiques de flexibilité temporelle. Le premier concerne la négociation d’un accord sur le temps de travail dans le secteur des SSII (branche Syntec) dans lequel les ingénieurs et cadres techniques, experts mais non encadrants, sont particulièrement nombreux. Il met en évidence des processus, variables selon les entreprises, de Jeux sur les frontières de la catégorie de cadres. La révision des hiérarchies statutaires et le (re-)classement des salariés constituent alors un levier pour les inscrire dans des régimes temporels différenciés. Le deuxième chapitre souligne un autre mécanisme de banalisation de la qualité de cadre, observée à l’occasion de l’introduction du pointage dans deux start-up. Cette rationalisation formelle du temps de travail a des conséquences directes sur les activités au travail (par exemple le personnel Jouait beaucoup en ligne et le temps passé sur le lieu de travail pouvait être très long), sur les interactions entre les salariés, et finalement sur l’intégration dans le travail. La différenciation de ces conséquences selon l’âge et le genre témoigne bien de l’éclatement de la catégorie de cadre. Le chapitre suivant est consacré au travail de nuit des femmes à l’hôpital. Ce cas permet de montrer combien cette extension des plages temporelles, caractéristique du travail contemporain, pousse les infirmières à rationaliser leur vie quotidienne en fonction de leurs perspectives professionnelles et de leurs engagements familiaux et privés. Le quatrième chapitre scrute une autre situation typique, celle du travail à temps partiel, étudié chez les postiers. À La Poste, le développement de cette modalité d’emploi visait à répondre à des objectifs de réduction des emplois précaires et de développement de la flexibilité du travail. La rationalisation matérielle des horaires a certes été accompagnée par une rhétorique de la conciliation « travail-famille », mais elle déstabilise et heurte les modes de vie des salariés concernés, en particulier parce qu’ils n’ont guère de prises sur l’agencement de leurs temps sociaux.

4Après avoir découvert de multiples facettes de l’érosion des normes temporelles héritées, le lecteur est convié dans une troisième partie, à des ouvertures comparatives, qui montrent que les spécificités nationales en matière de temps sociaux n’ont pas complètement disparu. Le recours aux données produites par les grands organismes statistiques nationaux souligne des mouvements parallèles dans les pays européens : tendance à la diminution du temps de travail, raccourcissement de la vie active (du moins pour les hommes), flexibilité de la norme temporelle hebdomadaire, etc. Ce qui pourrait apparaître comme l’installation d’un paradigme temporel dominant et généralisé est néanmoins fortement relativisé par une comparaison plus approfondie de la France et de la Suède. Car ces deux pays présentent des différences significatives dans l’organisation des temps sociaux, qui sont interprétées par les poids et rôles particuliers de la régulation publique et des relations professionnelles d’une part, de l’institution familiale et des relations privées d’autre part.

5Finalement ce livre montre avec netteté divers ressorts de l’assouplissement des cadres temporels qui organisent le travail, mais aussi la vie quotidienne, tant ces deux dimensions ne peuvent être séparées. Quelles sont les significations de ce mouvement sur les interactions entre travail et modes de vie ? Au cours de ses enquêtes, nombreuses et diversifiés, Michel Lallement n’y a guère détecté de multiplication des opportunités de réalisation de soi mais, bien au contraire, il identifie plutôt un durcissement des formes de domination, lisible dans les difficultés, vécues par un nombre croissant d’individus, pour coordonner temps de travail et temps hors travail, pour agencer des statuts plus flous (travail, formation, chômage.), pour organiser des activités fluides, pour affronter des agencements temporels fortement contraints. Il propose un livre utile et important pour tous ceux qui veulent comprendre les transformations, les rouages, les enjeux, les conséquences de la régulation des temporalités, dans et hors le champ du travail. On ne peut dès lors qu’approuver son appel à la mise au point de nouveaux instruments de mesure et méthodes de description des temps sociaux, qui pourraient, ajoutons-nous, s’affranchir des frontières brouillées entre « travail et modes de vie ». Risquons que, à cet égard, l’échelle micro-temporelle des parcours biographiques représente une focale d’observation qui pourrait être plus sollicitée.

Didier Demazière
CNRS, Laboratoire Printemps, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

William Grossin, Pour une science des temps. Introduction à l’écologie temporelle, Paris, Octarès, 1996.

6Ce recueil de textes de William Grossin est un précieux instrument de travail pour tous ceux qui se lancent dans des recherches empiriques ou des théorisations portant sur des processus temporels. D’abord parce qu’il propose un arsenal de concepts définis avec précaution et rigueur : Milieu temporel (« ensemble de temps emboîtés et entrecroisés ») ; Régime temporel (« construction sociale spécifique découlant de décisions humaines ») ; Culture temporelle (« ensemble de modèles, normes, valeurs concernant les temps sociaux ») ; Cadres socio-temporels (« ensemble de croyances collectives sur le temps, historiquement et culturellement variables »), etc. Ensuite, parce qu’il défend et illustre la thèse de la co-existence d’une pluralité de temps

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Didier Demazière, « Michel Lallement, Temps, travail et modes de vie »Temporalités [En ligne], 1 | 2004, mis en ligne le 24 juin 2009, consulté le 17 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/676 ; DOI : https://doi.org/10.4000/temporalites.676

Haut de page

Auteur

Didier Demazière

CNRS, Laboratoire Printemps, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Articles du même auteur

Haut de page

Éditeur scientifique

ADR Temporalités

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search