Navigation – Plan du site

AccueilTemporalités1LireL’événement, un objet sociologiqu...

Lire

L’événement, un objet sociologique ? À propos du numéro 38 de Terrain, mars 2002

Jean Chesneaux
Édité par ADR Temporalités
Référence(s) :

Revue Terrain, n° 38, 2002

Texte intégral

À propos du numéro 38 de Terrains,
« Qu’est-ce qu’un événement. », (mars 2002) : L’événement, un objet anthropologique .

1Ce volume procède d’une démarche très neuve. Si l’événement, même décrié naguère par une certaine rhétorique « anti-événementielle » reste le matériau par excellence de toute recherche historique, s’il est par ailleurs la pâture quotidienne des médias (on va y revenir), il semble intimider les sciences sociales proprement dites. Celles-ci, notent Alban Bensa et Éric Fassin dans leur introduction, « préfèrent parler à l’imparfait qu’au passé simple ». Quel statut convient-il donc aux anthropologues et aux sociologues d’accorder à l’événement ?

2D’emblée, les deux pilotes de cette réflexion récusent la vieille opposition entre la « structure » (ce sésame tant mythifié des années 60-70) et l’événement. L’avant et l’après ne sauraient s’effacer devant des formes et des constructions dites de « basse temporalité », eussent-elles été mises en avant par les maîtres les plus illustres. Derrière le débat sur l’événement, il y a un débat plus théorique sur l’avenir temporel : cette idée forte traverse maints textes de ce cahier. L’événement, explique Bensa, se trouve à la « ligne de crête » entre l’avant et l’après ; il ne saurait être réduit ni à une construction ex post, ni non plus dissous dans son contexte ; « il est ». On attendait d’ailleurs ici une référence à l’Ereignis de Heidegger, ce terme désignant étymologiquement l’événement comme affirmation du « propre » (eigen), comme vécu existentiel et singulier ! Le souci d’une théorie du temps est aussi vif chez Georgio Agamben, cité par Bensa : l’événement est selon lui une « contraction du temps ». Et Arlette Farge, un peu plus loin, rappelle que l’incohérence apparente de l’événement ne « fait sens » que dans la durée ; l’événement porte ainsi en lui, aux yeux de ceux qui viennent de l’appréhender, une « vision du futur ».

3On ne saurait donc, et ici Bensa formule une nette mise en garde, réduire l’événement à sa manifestation médiatique et pour ce faire l’assigner à résidence dans l’étroite tranche temporelle de notre « modernité » - ce qui est la démarche de Pierre Nora. L’écho journalistique amplifie (ou occulte dans le cas du non-écho) une réalité qui est d’une autre nature. Ajoutons - exemple que Bensa aurait pu opposer à Nora - que l’immense et rapidissime retentissement à travers toute la chrétienté et de la chute de Constantinople en 1453 et de la prise de Grenade en 1492 ne devait pas grand-chose à la modernité et à sa « com ».

4Comme il se doit, des études de cas viennent amplifier et diversifier cette réflexion. Nicolas Mariot examine les visites en province de nos Présidents de la République ; Éric Fassin traque les scandales sexuels à la Cour Suprême et à la Maison Blanche (événements qui, rappelle-t-il, ne se réduisent pas à leur manifestation) ; Guillaume Mouralis, qui sort du lot, analyse le procès Papon comme « moment décisif qui réveille, cristallise et accélère des processus de transformation dans les rapports entre droit et société ».

5Cette belle entreprise appelle certes la discussion. Regrettons donc le déséquilibre, sinon la non-diférentiation entre le « macro » et le « micro ». On sait que les historiens se sont découvert un faible pour la « micro-histoire », et que les anthropologues ne sont vraiment à l’aise que sur un « terrain » exigu. Tout naturellement, les exemples étudiés ici, et toute la vision sous-jacente du volume, privilégient « les événements de basse intensité », ces « fragments de réalité » dont Arlette Farge note « la ténuité des bribes ». Certes les « grands événements » ne sont pas ignorés ici, tels l’explosion du nationalisme kanak en 1984 ou surtout le « 911 » à Manhattan. Mais le volume refermé, on continue à s’interroger sur ce qui peut opposer ou non ces « grands » épisodes aux « bribes ténues », sur leur perception différente, sur les enjeux de leur lecture a posteriori. Ne s’agit-il que d’un changement d’échelle, ou d’un statut théorique distinct ? « Surgissement de l’inattendu », cette formule de Walter Benjamin - un des grands absents de ce cahier - convient admirablement à des événements comme Mai 68 ou la chute du Mur de Berlin, mais guère aux rituels républicains ou à la soi-disant découverte d’une mouche homosexuelle (autre cas étudié ici). Quand Goethe au soir de Valmy déclarait non sans componction qu’une ère nouvelle venait de s’ouvrir, il percevait assez bien ce qui, à notre sens, sépare durablement « micro » et « macro », chacun dans sa sphère propre.

6On n’a plus - note plus consensuelle - à féliciter Terrains pour sa superbe mise en page, pour son iconographie insolite, baroque, mais toujours remarquablement proche du texte. Ce numéro 38 est digne de ses devanciers.

Jean Chesneaux
Professeur émérite, Université Paris-VII

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Chesneaux, « L’événement, un objet sociologique ? À propos du numéro 38 de Terrain, mars 2002 »Temporalités [En ligne], 1 | 2004, mis en ligne le 24 juin 2009, consulté le 27 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/681 ; DOI : https://doi.org/10.4000/temporalites.681

Haut de page

Auteur

Jean Chesneaux

Professeur émérite, Université Paris VII

Articles du même auteur

Haut de page

Éditeur scientifique

ADR Temporalités

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search