Navigation – Plan du site

AccueilTemporalités31-32Séparer les espaces pour maîtrise...

Séparer les espaces pour maîtriser le temps

La reconstruction des barrières temporelles et spatiales entre vie privée et vie professionnelle par le coworking
Separate spaces to control time. The reconstruction of temporal and spatial barriers between private and professional life through coworking
Separar los espacios para controlar el tiempo. Reconstrucción de las barreras temporales y espaciales entre vida privada y profesional a través del coworking
Aurore Flipo et Nathalie Ortar

Résumés

En s’intéressant aux rythmes et aux temporalités associés à l’utilisation des espaces de coworking, cet article a vocation à rendre compte de la manière dont les coworkers, en majorité indépendants et télétravailleurs salariés à distance, utilisent l’espace pour concilier vie personnelle et vie professionnelle, contraintes professionnelles et aspirations à un mode de vie. Nous montrons que la présence dans les espaces de coworking est fréquemment associée à des transitions et des bifurcations aussi bien professionnelles (reconversions, changement de statut) que résidentielles, mettant en évidence des rationalités qui relèvent du projet de vie. Confrontées à de nouvelles contraintes temporelles et spatiales générées par le statut de télétravailleur ou d’indépendant, ces personnes trouvent dans le coworking une manière de borner spatialement le travail. En offrant un lieu dédié à l’activité professionnelle, en instaurant des rythmes collectifs et en libérant l’espace domestique du travail, les espaces de coworking peuvent alors servir d’outils de régulation des temporalités. Cependant, alors que la littérature sur le coworking a beaucoup insisté sur sa dimension flexible et agile, notre étude met en évidence la permanence de l’importance des cadres spatiaux et sociaux de l’activité dans l’articulation entre rythmes individuels et sociaux.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1À l’heure où de nombreuses discussions ont cours sur les effets durables de la mise en télétravail forcée d’une part importante de la population en raison de la pandémie de la Covid-19, l’expérience du confinement a rappelé la centralité de la dimension collective des rythmes de travail, une dimension cruciale pour favoriser l’insertion dans la société et maintenir les liens sociaux. Cette réflexion intervient alors que depuis plusieurs décennies, la révolution numérique s’est accompagnée d’une tendance à la fragmentation spatiale et temporelle des activités (Couclelis, 2003) aboutissant à une désynchronisation et une individualisation croissantes des cadres spatio-temporels de l’existence (Moriset, 2004). Le développement des technologies de communication mobiles a quant à lui favorisé l’essor d’activités réalisées à distance, permettant la conjugaison de la mobilité physique et virtuelle dans un « continuum spatio-temporel » (Rallet, Aguilera et Guillot, 2009), y compris dans le cadre de l’activité professionnelle. En contraste, les contraintes temporelles entourant la vie familiale demeurent peu flexibles et les activités domestiques peuvent difficilement être différées dans l’espace et dans le temps (Alexander et al., 2011 ; Jain, Line et Lyons, 2011). Il en résulte des tensions croissantes entre vie familiale et vie professionnelle dans les nouveaux métiers du web (Gill, 2008) et plus généralement dans l’ensemble des professions dites « créatives » (Tasset, Amossé et Mathieu, 2013).

  • 1 Article L-1222-9 du Code de travail

2Le télétravail, défini comme « toute forme d'organisation du travail dans laquelle un travail qui aurait également pu être exécuté dans les locaux de l'employeur est effectué par un salarié hors de ces locaux de façon volontaire en utilisant les technologies de l'information et de la communication »1, a fréquemment été abordé sous l’angle de la conjugaison des temps. Dans les grandes agglomérations, le télétravail permet de soulager les rythmes quotidiens en présentant une économie de temps de trajet importante (Aguilera et al., 2016). Plus largement, la liberté, l’autonomie et la flexibilité semblent plébiscitées par les salariés exerçant depuis leur domicile (Tremblay, 2003, 2006).

3Une grande hétérogénéité des pratiques spatiales et temporelles du télétravail est toutefois à noter (Boboc, Dhaleine et Mallard, 2007 ; Fernandez, Guillot et Marrauld, 2014) et les répercussions du télétravail sur la conciliation entre vie personnelle et vie professionnelle sont ambiguës. Si certaines études relèvent un effet positif sur l’organisation des temps, il existe aussi des risques de confusion entre vies privée et professionnelle et d’empiétement du professionnel sur le privé (Felstead et Jewson, 1999 ; Ortar, 2015, 2018). Cette difficulté est particulièrement importante en l’absence de démarcation spatiale entre les espaces personnel et professionnel (Ortar, 2009 ; Tremblay, Chevrier et Loreto, 2006). En tout état de cause, les frontières entre vies personnelle et professionnelle sont à reconstruire et le degré auquel les télétravailleurs parviennent à les maîtriser dépend fortement des situations de travail ainsi que des statuts professionnels (Fernandez, Guillot et Marrauld, 2014 ; Nelson, Jarrahi et Thomson, 2017 ; Ortar, 2018). Enfin, l’isolement et le manque d’interactions sociales sont généralement considérés comme le principal inconvénient du télétravail à domicile (Tremblay, Chevrier et Loreto, 2006).

4Depuis le début des années 1990, l’apparition de bureaux partagés destinés aux salariés à distance ou aux indépendants a pu être perçue comme une réponse face aux difficultés expérimentées par ces travailleurs. Cependant, c’est concomitamment au développement de l’économie numérique de la Silicon Valley au début des années 2000 qu’ont émergé puis se sont développés à grande échelle les espaces de coworking. Créés à l’initiative de ces nouveaux travailleurs du numérique, exerçant pour la plupart en free-lance ou en start-up, et n’ayant « plus besoin de lieu fixe pour travailler, mais d’une communauté de travail » (Liefooghe, Mahieu et David, 2013), les espaces de coworking ont connu un développement massif depuis les années 2010, aboutissant à une diversité de modèles et d’acteurs.

5La littérature sur le coworking a surtout insisté sur la dimension innovante de ces nouveaux espaces de travail partagés (Capdevila, 2015 ; Cléach, Deruelle et Metzger, 2015 ; Cohendet et al., 2014) et l’importance du réseau professionnel fourni par ces lieux (voir notamment Blein, 2016 ; Scaillerez et Tremblay, 2016 ; Spinuzzi, 2012). Peu d’études se sont intéressées à la manière dont les personnes fréquentant ces lieux, les coworkers, gèrent leurs emplois du temps, et à leurs usages de ces espaces au regard de l’organisation de leur travail, de leurs rythmes quotidiens comme des temporalités plus longues (temps de vie et carrières). Pourtant, la recherche d’un environnement perçu comme plus productif, moins distrayant et permettant une meilleure distinction entre privé et professionnel apparaît comme l’un des motifs principaux de l’adoption de ce mode de travail (Brown, 2017 ; Spinuzzi, 2012). En s’intéressant aux rythmes et aux temporalités associés à l’utilisation des espaces de coworking, cet article a vocation à rendre compte des modalités concrètes d’articulation des différentes dimensions des temps individuels et sociaux par les coworkers. Nous nous basons sur une enquête réalisée entre 2017 et 2020 auprès de fondateurs d’espaces de coworking et de coworkers dans la région Auvergne-Rhône-Alpes (AURA) dans le cadre de l’ANR Coworkworlds2(Lejoux et al., 2019). Après avoir spécifié les caractéristiques de la population enquêtée, l’article en explore les deux temporalités intriquées : (1) le temps long des carrières et des choix de vie, dans lesquels le recours au coworking reflète des ajustements liés à des changements et des bifurcations personnelles et/ou professionnelles ; (2) le temps quotidien et les rythmes et rituels qui l’organisent, associés à l’usage des différents lieux (espace de travail – espaces de sociabilité – domicile) permettant la conciliation des temps sociaux, qui sont ceux de l’individu et de son entourage.

6De manière plutôt contre-intuitive au regard des discours de l’« entreprise libérée » et aux valeurs mises en avant par les concepteurs du coworking qui exaltent le « travail-passion », nous posons l’hypothèse que les coworkers plébiscitent l’usage d’espaces de travail partagés pour borner le travail, retrouver un rythme collectif et éviter la colonisation du temps de travail sur le temps personnel. Les usages de ces espaces seraient ainsi révélateurs des tensions existant entre les différents régimes temporels présents dans le quotidien des travailleurs exerçant depuis leur domicile, et correspondraient à ce que Belton et de Coninck (2007) nomment des « dispositifs structurés et structurants » de négociation des frontières temporelles et spatiales entre vie personnelle et vie professionnelle, mais aussi entre temps individuels et temps sociaux.

Une diversité de modèles, mais une population plutôt homogène

7La région AURA est connue pour le dynamisme de son emploi et se distingue par une proportion importante de cadres : avec respectivement 21 et 18 % de cadres parmi les actifs, le Rhône (Lyon) et l’Isère (Grenoble) sont parmi les dix départements comptant le plus de cadres en France (Insee, 2018). D’après les données de la mission Coworking (Levy-Waitz, 2018), avec 14 % de l’ensemble des tiers lieux présents sur le territoire français (incluant espaces de coworking, fablabs, living labs et makerspaces), la région AURA est la troisième région comptant le plus grand nombre de ces espaces en France.

8Notre enquête s’est focalisée sur une définition des espaces de coworking entendus comme des lieux de travail caractérisés par la mise à disposition tarifée d’un espace et de services (connexion internet, imprimantes, espaces de réunion, de détente et de convivialité, cuisine), dans lesquels l’échange et la collaboration sont encouragés. Ils se distinguent d’autres lieux de travail partagés (pépinières, friches) par la mise en avant de valeurs collaboratives et par une certaine scénographie (Fabbri, 2016), témoignant du fait que le coworking se revendique avant toute chose comme étant un « état d’esprit » (de Peuter, Cohen et Saraco, 2017).

9Le but de l’enquête étant de s’intéresser aux usagers ayant une pratique régulière du coworking, nous avons exclu l’ensemble des espaces qui, bien que proposant le wifi à leurs usagers, n’ont pas le coworking comme vocation principale (cafés, bibliothèques, gares…). Nous avons en revanche inclus tous types de statuts (associatif, privé à but lucratif, public). Ainsi, même dans les espaces associatifs, l’existence de tarifs, la plupart du temps fixes, identifie clairement le coworking comme un service proposé par le lieu, sous la forme de la mise à disposition d’un espace de travail. Les tarifs s’échelonnent de 100 euros mensuels dans le rural à 250 euros dans les grandes villes (Lyon, Grenoble), et seul un des espaces enquêtés, situé dans le rural, fonctionnait sur le système du prix libre. Nous avons ainsi constaté que c’est la localisation géographique plus que le statut (associatif, privé à but lucratif, ou public) des lieux qui explique les différences constatées dans la tarification. Notre enquête a porté sur une typologie des espaces de coworking en fonction de leur localisation, puis sur les usages et les usagers de ces espaces.

Typologie et localisation des espaces de coworking en Auvergne-Rhône-Alpes

10Un premier volet de l’enquête a consisté en un recensement des espaces de coworking en activité au moment de l’enquête (voir tableau 1). Si 58 % d’entre eux se situaient dans les agglomérations, les autres étaient localisés en périurbain et dans les espaces ruraux, corroborant ainsi le constat effectué par Leducq, Demazière et Coquel (2019) de leur diffusion géographique. Néanmoins, les espaces de coworking sont majoritairement localisés dans les agglomérations et les départements les plus dynamiques et attractifs, à savoir l’Ain, l’Ardèche, la Drôme, l’Isère, le Rhône et les Savoies.

Tableau 1 

Type urbain (INSEE)

Recensement

Espaces enquêtés (enquête quantitative)

Individus interrogés (enquête quantitative)

Entretiens

Effectifs

%

Effectifs

%

Effectifs

%

Effectifs

Métropole centre

72

57,60 %

27

50,00 %

237

59,70 %

12

Métropole périurbain

24

19,20 %

15

27,78 %

101

25,44 %

1

Rural

29

23,20 %

12

22,22 %

59

14,86 %

19

Total

125

100,00 %

54

100,00 %

397

100,00 %

32

11Dans un second temps, une enquête par questionnaire en face-à-face a été menée auprès des coworkers exerçant dans 54 espaces, qui ont été échantillonnés par type d’environnement urbain, de façon à s’approcher le plus possible d’une représentativité basée sur le recensement ; 397 individus ont répondu à l’enquête qui portait principalement sur les caractéristiques sociales et démographiques des coworkers, leurs usages de ces espaces et leurs pratiques de déplacement3.

12L’échantillon obtenu est composé de 54 % d’hommes et de 46 % de femmes. Il est dominé par deux tranches d’âge : les 36-55 ans (47 %) et les 26-35 ans (43 %) avec de légères variations selon les localisations. En centre-ville, les 26-35 ans sont majoritaires (52 %) quand en périurbain ce sont les 36-55 ans (73 %). En milieu rural, les deux groupes sont à peu près équivalents. En ce qui concerne le genre, les hommes sont plus nombreux dans l’échantillon de centre-ville (65 %) alors que ce sont les femmes qui sont nettement plus nombreuses dans le périurbain (70 %). Les proportions sont équilibrées dans le rural.

13En se basant sur l’étude de 46 espaces de coworking parisiens, Alexandre Blein (Blein, 2016) différencie trois idéaux types : les jeunes indépendants (« l’indépendant faiseur de réseaux »), la petite entreprise en phase de création (« les associés entrepreneurs ») et enfin le travailleur indépendant d’âge moyen ex-salarié (« le coach en reconversion »). Nos données confirment en grande partie ces catégories, mais une différence notable tient à l’importance numérique des salariés, qui ont été bien moins abordés dans la littérature, mais représentent pas moins de 48 % de notre échantillon. Ils se répartissent entre salariés de très petites entreprises de moins de 10 salariés (22 %), salariés d’entreprises de plus de 10 salariés (18 %), fonctionnaires (0,5 %) et salariés d’associations (7 %). Ici encore, on constate quelques variations, puisque les salariés sont plus nombreux en milieu rural (53 %). On retrouve donc dans les espaces de coworking étudiés une proportion à peu près équivalente de salariés et d’indépendants, qui parfois alternent ou cumulent les deux statuts.

14En ce qui concerne les professions, conformément à ce qui a été observé ailleurs (Gandini, 2015), les métiers liés à l’informatique (développeur web) et à l’internet (community manager, chargé de communication numérique, graphiste) dominent, mais sont également représentées les professions libérales et artistiques (architectes, photographes), les métiers du conseil (consultants et coachs) et enfin des ingénieurs, chargés de mission ou d’études en télétravail. Ces professions se distinguent par un niveau de qualification très élevé : 95 % des coworkers détiennent au moins un diplôme de premier cycle universitaire, et 66 % sont titulaires d’un diplôme de second cycle (bac +4 et plus). Ces proportions, conformes à ce qui a été observé ailleurs (Brown, 2017), varient peu entre les différents environnements considérés, mais contrastent fortement avec le reste de la population active française, qui ne compte que 35 % de diplômés du supérieur (Insee, enquête emploi, 2017).

15En ce qui concerne le statut familial, nos données indiquent que 46 % des enquêtés ont un ou plusieurs enfants de moins de 12 ans au domicile (52 % si l’on inclut les enfants de plus de 12 ans), sans que l’on note une différence significative entre hommes et femmes (54 % des hommes sont parents, contre 52 % des femmes). En revanche, l’environnement urbain montre ici encore des différences importantes : 42 % des enquêtés urbains sont parents, contre 57 % dans le rural et 74 % dans le périurbain.

  • 4 Il faut mettre cela en regard avec la plus grande proportion de mères de famille que l’on trouve da (...)

16Enfin, des entretiens semi-directifs ont été effectués auprès de 32 coworkers ayant accepté d’être recontactés à l’issue du questionnaire. Les thématiques abordées portaient sur la trajectoire professionnelle, résidentielle et familiale ainsi que sur les organisations temporelles et domestiques. Pour cette enquête, la diversité des situations professionnelles et familiales ainsi que des espaces fréquentés a été recherchée (voir détail dans le tableau 2 en annexe). Ont ainsi été investigués des espaces privés à but lucratif essentiellement présents au centre des grandes agglomérations, et des espaces associatifs créés la plupart du temps à l’initiative d’un ou plusieurs travailleurs isolés pour leur propre usage, principalement dans l’espace rural. Les grandes chaînes du type Multiburo et Regus ont été ignorées dans cette phase de l’enquête en raison de difficultés d’accès à ces établissements (l’entrée nous en a été refusée) et de logiques commerciales par trop différentes des autres espaces. En outre, une surreprésentation des enquêtés dans les espaces ruraux a été volontairement recherchée, afin d’éclairer d’éventuelles différences d’usages selon le type de territoire. Les espaces périurbains, en revanche, sont sensiblement sous-représentés dans les entretiens qualitatifs non à dessein, mais en raison de la plus grande difficulté que nous avons eue à recontacter ces enquêtés et à obtenir un entretien auprès d’eux, et dont on peut supposer qu’elle reflète également une moindre disponibilité de leur part4. En complément, une enquête ethnographique au long cours (2 ans) a été menée dans un espace de coworking rural et des observations ethnographiques ont également été entreprises dans un espace du centre de Lyon.

Le coworking au service d’un projet de vie

17Deux éléments sont à l’origine de la décision de devenir coworker : un changement de lieu de vie et d’emploi et l’insatisfaction ressentie face au télétravail. En effet, le télétravail comme le statut d’indépendant sont souvent choisis dans un premier temps pour les libertés qu’ils offrent ou semblent offrir : liberté de choisir un lieu de vie, liberté de choisir ses horaires. Ils doivent alors permettre de réaliser un projet de vie, fréquemment associé à une mobilité résidentielle. Cependant, dans les deux cas, les coworkers sont confrontés à la nécessité d’ajuster leur projet entre contraintes professionnelles et aspirations à un cadre de vie, entre désirs personnels et organisation familiale. Le coworking est alors l’une des modalités permettant ce travail d’ajustement.

Trajectoires professionnelles et résidentielles : ruptures et bifurcations

18Que ce soit par l’évolution du statut professionnel du salariat à l’indépendance, le changement d’activité ou par le télétravail, les trajectoires des coworkers que nous avons rencontrés se distinguent très souvent par une transition professionnelle qui opère une forme de mise à distance, aussi bien physique que symbolique, d’une phase de vie dont ils ont le sentiment d’avoir fait le tour. Les individus appelés à devenir coworkers seraient à un turning point, un tournant de l’existence, pour reprendre une référence à Everett Hughes (Hughes, [1950], 1996).

19Céline (en couple, salariée, centre-ville) ne se réalisait plus dans son activité professionnelle. Elle décide de reprendre des études, une formation parisienne liée à l’environnement. Comme elle souhaitait également quitter Paris : « J’ai fait un peu des pieds et des mains pour trouver quelque chose à Lyon », c’est dans ce cadre qu’elle a été amenée à travailler dans un espace de coworking sur la proposition de son nouvel employeur, basé à Saint-Étienne. À la question pourquoi Lyon, Céline répond :

Parce que j’ai fait mes études à Lyon et j’ai beaucoup de famille et beaucoup d’amis à Lyon, c’était un peu le retour familial, amical.

20À l’instar de Céline, nombreux sont ceux qui ont déménagé de région, voire de pays, avant de devenir coworker.

21Pour les salariés, il existe deux modes « d’entrée » typiques dans le coworking : sur proposition d’un nouvel employeur ou à leur instigation lors d’une décision de déménager. Ainsi, pour Baptiste, ingénieur de recherche opérationnelle dans le domaine de l’environnement, marié et père de deux enfants, la décision de s’installer dans la Drôme avec sa compagne, après plusieurs années passées à Strasbourg puis à Lyon, a été à l’origine de la recherche d’un emploi à distance :

On a pris la décision de venir s’installer ici et après, de trouver un poste. […] ça voulait dire télétravail, puisque mon boulot est quand même assez spécifique.

22La prise en charge par l’employeur d’un bureau dans l’espace de coworking a, dans son cas, été négociée lors de l’embauche.

23En ce qui concerne les indépendants, la trajectoire la plus fréquente est celle du salarié d’une grande entreprise, lassé de sa vie parisienne ou en expatriation, qui décide de vivre dans une agglomération plus petite et dans un cadre géographique d’élection en se mettant à son compte. La décision de changement est ici associée à la recherche d’un cadre de vie et accompagnée d’un passage au statut d’indépendant, que ce soit en gardant son ex-employeur comme client principal ou, comme dans le cas d’Étienne (célibataire, créateur d’entreprise informatique, centre-ville), par la création d’une activité nouvelle :

Au bout de 2 ans à Londres, j’en ai eu marre pour différentes raisons tant personnelles que professionnelles et du coup je me suis dit : « je rentre en France » et comme je disais […], le vélo on est quand même hyper bien servi, la montagne est vraiment pas loin, donc ça me branchait vraiment de revenir à Lyon.

24Enfin, les enquêtés convertis à l’indépendance valorisent également la possibilité de s’épanouir hors du salariat, comme l’explique Damien (séparé, 2 enfants, ergonome indépendant, rual) :

Et puis, il y a eu certains éléments déclencheurs… des valeurs un peu différentes de celles que portait l’agence, en tout cas, dans leur évolution. Celles que je portais, moi, étaient différentes ; des façons de faire aussi. Et puis de sortir de la situation… où à huit heures, on est obligé d’être devant son écran… pour rien faire, parce que moi, je ne suis pas bon le matin.

25Pour Gaëlle (en couple, 2 enfants, designeuse indépendante, rural) :

C’était vraiment ce contexte-là qui m’oppressait beaucoup, le manque de liberté par rapport à bêtement du logistique, des horaires de bureau, des contraintes avec ma vie de mère célibataire, c’était compliqué.

26Si cette transition vers l’indépendance est parfois choisie, en particulier pour les enquêtés les plus jeunes, elle peut aussi être subie, notamment pour les anciens cadres plus âgés. Ainsi, Stéphane (père de famille, consultant informatique indépendant, rural) a choisi de s’installer à la campagne pour « atterrir » après des années de mobilité internationale :

J’étais au Maroc, en direction d’une boîte française… et puis ça s’est terminé. Envie de rentrer, envie d’arrêter, envie de changer… […] J’avais pas envie de retourner en ville. Très honnêtement… Lyon ou Paris, je sais que j’aurais pu trouver du travail. Mais pas envie de retourner en ville. Changement de rythme… Moi j’avais passé 10 ans, quand je dis Maroc, c’est Maroc avec beaucoup de voyages aller-retour, Europe, avion… Besoin de se dire… c’est un truc un peu bateau, mais… de trouver l’équilibre entre vie perso […] et un cadre de vie sympathique.

27Pour les ruraux, en moyenne plus âgés que les urbains, émergent également des raisons d’ordre familial. Yannick est arrivé dans le Vercors pour suivre sa compagne :

J’ai rencontré ma femme en Bourgogne et elle n’était pas heureuse dans son boulot. Elle a cherché du boulot ailleurs, elle a trouvé du boulot ici.

28D’abord gestionnaire de méthodes dans une entreprise proche, il a utilisé l’espace de coworking pour créer son activité de confiseur. Les enfants sont aussi au centre des décisions. Jeanne (en couple), qui a ouvert un café au sein d’un espace de coworking ardéchois, a quitté Lille pour le climat sec du Sud, plus favorable à la santé de l’une de ses filles. Aux raisons médicales se mêle la recherche de pédagogies alternatives dont les écoles sont très présentes dans les départements ruraux investigués.

29D’un point de vue professionnel, se mêlent des trajectoires relevant de la transition et de la bifurcation. Selon Muriel Deltand et Mokhtar Kaddouri (Deltand et Kaddouri, 2014), les transitions biographiques résultent le plus généralement d’un événement qui survient dans la vie d’une personne et qui peut être source de doute et d’incertitude. Dans le cas de « la transition-continuité, la personne se perçoit dans le prolongement de la situation d’où elle vient, dans laquelle ses marques antérieures, quoique différentes de celles du futur, ne sont pas en rupture » (Deltand et Kaddouri, 2014). Au sein de notre enquête, ces situations correspondent à des transitions marquées par un changement d’espace de travail et, dans le cas des indépendants, également de statut, mais la profession reste la même. La bifurcation est « l’apparition d’une crise ouvrant un carrefour biographique imprévisible dont les voies sont elles aussi, au départ, imprévues au sein desquelles sera choisie une issue qui induit un changement important d’orientation » (Bidart, 2006, p. 32). Ce sont les cas de rupture professionnelle accompagnée d’un changement de profession qui sont le « produit d’une combinaison entre les aspirations individuelles et les déterminants structurels » (Denave, 2006). À l’origine de ces ruptures pointe un mal-être professionnel accompagné de questionnements d’ordre identitaire : il s’agit de faire correspondre son activité à ses valeurs.

30Pour tous, les décisions professionnelles sont étroitement associées à des choix personnels de modes de vie, souvent associés à des mobilités résidentielles. Entendu comme une ligne de partage (Bensa et Fassin 2002), l’événement déclencheur est toutefois divers, qu’il s’agisse de la fin d’un contrat de travail ou d’un bail, d’un désir d’ailleurs ou au contraire le souhait de rapprochement des proches, voire de choix éducatifs. Le coworking est alors au service d’un projet de vie où le professionnel vient s’enchâsser et participe à une forme de « migration de style de vie » (Benson et O’Reilly, 2009 ; Ortar, 2015).

31Enfin, plus rarement, l’indépendance est associée au choix d’un mode de vie particulier et effectué dès la fin des études comme pour Mélanie (célibataire, designeuse indépendante, centre-ville) qui voyage 6 mois par an tout en travaillant. D’autres indépendants évoquent également la difficulté de trouver un emploi salarié dans leur branche, à l’instar de Rosa (en couple, 2 enfants, traductrice indépendante, rural) :

Disons que ça me convenait, mais ce n’était pas un choix non plus. C’est-à-dire qu’en traduction, la plupart des gens sont à leur compte. C’est difficile de trouver des postes salariés intéressants. On a des postes en gestion de projets, mais pas en traduction même. Et je n’ai pas trouvé, en fait, à l’époque. J’ai cherché un petit peu pour être salariée, pour intégrer une structure, mais je n’ai pas trouvé. Alors, je me suis mise à mon compte.

2.2. Les contraintes spatiales et temporelles du « travail sans lieu » : un difficile équilibre

32Si le fait de quitter le monde de l’entreprise ou de travailler à distance est un choix assumé, en revanche exercer depuis chez soi apparaît plutôt comme une conséquence inévitable et est davantage décrit comme un inconvénient, que l’on soit salarié ou indépendant, célibataire ou en couple. Exercer à domicile exige une discipline souvent perçue comme lourde en particulier pour les indépendants dont les horaires de travail ne sont pas bornés par ceux des autres salariés de leur entreprise et qui doivent s’imposer un rythme de travail intense comme l’explique Élodie (en couple, 2 enfants, autoentrepreneuse textile, rural) :

Qu’on travaille toute seule, c’est ça qui pèche en fait : soit on a une super discipline, on travaille de chez soi et on y arrive, on arrive à se concentrer, soit il faut qu’on sorte.

33La structuration du temps est une difficulté récurrente rencontrée par les enquêtés quels que soient leur genre et leur statut matrimonial, comme le relate Wassim (en couple, 2 enfants, développeur immobilier indépendant, centre-ville) :

À la maison c’était du grand n’importe quoi parce que je pouvais me lever à 5 heures, bosser de 5 heures à 8 heures et prendre mon petit-déj' à 8 heures avec ma femme et mes filles qui se trouvaient là parce qu’elles étaient réveillées […] Après je faisais un brin de course, peut-être un tour du parc et puis je reviens il est 10, 11 heures, je me remets à bosser, jusqu’à 14 heures À 14 heures je sais pas si quelqu’un passe ou à la maison, si personne n’est là, je me fais à bouffer tout seul, si quelqu’un fait un morceau il me propose […] C’était complètement déphasé, ça n’avait ni queue ni tête.

34Disposer d’un espace de travail à soi est une autre des difficultés rencontrées par les indépendants, comme en témoigne Élodie :

On avait une chambre qui était immense, qui faisait 25 m², j’avais calé un coin de la chambre, j’avais mon coin bureau et en fait on coupe pas parce que c’est dans la chambre donc son chez-soi. On voit les produits, on est entouré de papiers et puis c’était jamais rangé, tout était à moitié.

35Mettre à distance les membres de la famille est ainsi crucial :

Un truc tout bête c’est quand j’avais un coup de fil à passer ou quand on m’appelait, des fois j’étais obligée de m’enfermer dans la salle de bains pour être vraiment tranquille et moi ça me stressait de voir ma toute petite qui comprenait pas : « pourquoi maman elle s’enferme ? »

36Être salarié ou indépendant n’implique pas le même rapport au temps de travail, ainsi que l’explique Mickaël (séparé, 1 enfant, développeur informatique, rural) qui alterne les deux types de contrats :

C’est un petit peu différent quand je suis salarié où j’ai plus de jours de présence, on va dire, et auquel cas, j’ai l’impression que ma productivité de la semaine s’étale ou se dilue sur les quatre ou cinq jours de salariat. Alors que quand je suis indépendant, je vais bosser… là, ça fait plusieurs mois que je travaille onze ou douze jours par mois […] Du coup, c’est plus concentré, plus condensé.

37Ainsi, être travailleur indépendant et donc supposé libre de ses horaires peut aussi être interprété par l’entourage comme une capacité de répondre à toutes les attentes, voire être à l’origine d’une incompréhension sur le contenu du travail effectué. Gaëlle a quitté le salariat à cause des horaires étendus et des temps de transports élevés qui se soldaient par de longues heures de garde pour ses enfants. Se mettre à son compte lui a permis de réduire son amplitude horaire, mais les exigences de son entourage en termes de disponibilité sont devenues pesantes. Un constat qui dépasse son cercle immédiat de relations comme elle le constate :

Même les gens demandent : « Ah, si vous êtes libérale, vous n’avez qu’à venir à ce moment-là parce que moi sinon, je n’ai pas de place. »

38Une difficulté également exprimée par Patrick (en couple, animateur salarié, rural) qui a exercé un temps comme travailleur indépendant avant de revenir au salariat :

J’étais à la maison, du coup ma femme ne me comprenait pas, qu’est-ce que je faisais, est-ce que je travaillais ou pas, par rapport aux tâches quotidiennes […] J’étais à la maison, elle savait que je travaillais, mais au final, derrière un écran ça ne lui semblait pas vraiment du travail.

39Enfin, bien que le travail à domicile puisse avoir été choisi et apprécié pendant un certain temps, l’évolution dans le cycle de vie marquée par l’arrivée des enfants perturbe les équilibres établis. Pour Rosa comme pour Alice (en couple, 1 enfant, photographe indépendante, rural), les naissances ont été à l’origine d’une perte de maîtrise de leur emploi du temps. Rosa explique :

J’ai travaillé pendant cinq ans chez moi. Après, j’ai eu une première fille et ça commençait à être lourd pour moi de travailler à la maison quand elle était petite.

40Comme il a été montré ailleurs (Ortar, 2009 2018), dans les situations de télétravail, l’arrivée des enfants est à l’origine de nouvelles contraintes temporelles. L’organisation du travail devient hachée par les activités domestiques et de soins et se dilate dans le temps.

41L’absence d’un espace à soi et les tensions dans les organisations temporelles sont ainsi ressenties différemment selon la position dans le cycle de vie et le statut professionnel : alors que salariés et indépendants se rejoignent sur le besoin d’un espace distinct du domicile, les indépendants sont plus exposés aux risques de confusion entre temps professionnels et temps personnels. Pour ceux ayant peu d’obligations familiales, cela se traduit par une perte de repères temporels et pour les autres par une difficulté à conjuguer disponibilité requise par le travail et disponibilité requise par l’entourage.

Les espaces de coworking comme dispositifs sociotechniques de négociation des frontières temporelles et spatiales

42Alors que la liberté de choisir ses horaires et son organisation de travail a pu être l’une des motivations pour adopter le travail à distance et/ou l’indépendance, les contraintes éprouvées lors du travail à domicile par soi ou ses proches freinent l’adoption de ce mode de travail ou érodent les premières aspirations. L’espace de coworking vient alors (re)créer un cadre temporel et spatial comme le raconte Paul (en couple, 2 enfants, photographe indépendant, rural) à propos de la création de l’espace qu’il fréquente :

On était tous, là je vais illustrer par mon expérience personnelle, mais, tous partagés entre ce qu’on avait à faire, et la machine à étendre, et les enfants à aller les chercher à l’école, et c’est vraiment cette structure cadrante du travail qu’on est venus chercher ici.

La reconstruction des rythmes et des rituels du salariat

43Environ les deux tiers des coworkers interrogés lors de l’enquête quantitative fréquentent les espaces de coworking tous les jours, et le quart restant deux à trois fois par semaine. Bien que ces fréquences soient sujettes à variations dans la mesure où nombre de coworkers ont des déplacements professionnels fréquents et dans certains cas une saisonnalité de leurs activités, cette prédominance de l’espace de coworking sur les autres lieux de travail utilisés et la dimension habituelle de leur fréquentation questionne.

44La régularité des horaires est le premier élément qui surprend l’ethnographe. Alors que les espaces de coworking proposent de larges amplitudes horaires voire sont ouverts 24 heures/24, un élément fréquemment décisif lors du choix, dans les faits c’est la régularité et la similarité avec des horaires de bureau « classiques » qui domine comme le constate Mélanie (célibataire, designeuse indépendante, centre-ville) :

L’espace de coworking ça a changé ça aussi dans ma vie d’indépendant : maintenant j’ai des horaires, parce que j’arrive à 9 heures, je finis à 18 heures, alors qu’avant quand je bossais chez moi il y avait pas cette notion de journée de travail, même si c’est pas toujours le cas parce que des fois on bosse le soir ou en décalé, mais quand même, il y a un rythme qui est beaucoup plus régulier.

45Là aussi, les indépendants cherchent à retrouver une norme sociale de travail. Ils sont plus sensibles que les salariés au bornage temporel créé par l’activité des autres coworkers et le rythme de travail des uns influe sur ceux qui oublient l’heure comme Lysiane (célibataire, journaliste indépendante, centre-ville) :

Quand je vois, à 19 heures, 20 heures il y a pas grand monde et je me dis : « je vais partir » alors que si j’étais chez moi il y aurait pas de limite.

46En urbain comme en rural, les temps de trajet sont courts, de 10 à 20 minutes. Toutefois, aussi court soit-il, le trajet est là pour créer une césure entre le privé et le professionnel, en créant un rituel du passage : « Le passage évoque […] la transition d’un point à un autre, d’un état à un autre, d’un moment à un autre, une traversée… Il suggère aussi la transformation de l’individu et les rites en marquent les seuils principaux » (Centlivres, 2000, p. 35). Comme Théodore (célibataire, chef de projet indépendant, centre-ville), les coworkers font fréquemment référence au vocabulaire de la plongée pour évoquer leur besoin d’une transition entre les différents temps et rôles sociaux exercés au quotidien :

J’aime bien ce sas de décompression […] J’aime pas arriver au bureau en 2 minutes à pied, j’aime bien avoir ces 15 minutes de vélo où je fais un effort un peu physique et ça me permet d’avoir un sas de décompression ou alors le matin, l’inverse, c’est d’avoir un sas où je me mets dans ma bulle et j’arrive au bureau, voilà, je suis sorti de chez moi, j’ai pris mon truc, mon corps s’est mis en route, mon esprit aussi, j’arrive je suis au taquet, c’est important ça.

47Bien que voisin d’un espace de coworking, Mickaël a choisi de rejoindre un second espace, plus éloigné, pour avoir ce temps à lui :

Je voulais quelque chose qui ne soit pas trop près non plus de chez moi, d’avoir dix minutes de pause, ça me paraissait bien pour pouvoir me mettre dans le bain en y allant et me sortir du bain le soir.

48Pour Rosa, la fréquentation de l’espace de coworking est une occasion attendue de quitter son petit village pour le bourg d’à côté, même si cela signifie vingt minutes de voiture :

Le temps de trajet, ça n’a jamais dépassé vingt minutes. Ça va encore, je trouve, que ce soit le matin ou le soir, c’est raisonnable. Et puis, j’aime bien, en plus, avoir des moments de… des moments de pause intellectuelle, on va dire, un petit moment à moi entre la maison et le travail. Ça fait une transition, aussi, dans un sens.

La coupure physique entre espace professionnel et espace privé

49Si les nouvelles technologies ont permis de pouvoir travailler et être contacté partout et à n’importe quel moment, cet atout est également un inconvénient qui assujettit le télétravailleur à une disponibilité particulièrement exacerbée dans le cas des travailleurs en free-lance. Vivre et travailler dans un cadre d’élection ne change rien aux contraintes temporelles auxquelles sont soumis les indépendants exerçant sur des marchés du travail exposés à l’aléa marchand (Gill et Pratt, 2008 ; Merkel, 2015). Toutefois, contrairement à ce qui a pu être observé par Tasset, Amossé et Mathieu (2013) à propos des travailleurs intellectuels, les personnes enquêtées refusent de sacrifier leur vie familiale ou simplement personnelle au profit de leur vie professionnelle, et c’est bien d’ailleurs cette prise de conscience qui a fondé, au départ, leur décision de changer d’emploi, de statut et/ou de lieu de vie.

50L’espace de coworking permet alors de gérer, par la possession d’un lieu propre, le flux continu d’informations et de communications lié aux métiers créatifs de manière soutenable. En cela, il est un « dispositif sociotechnique » permettant de contenir spatialement le travail (Belton et Coninck, 2007), allant de la clôture symbolique de la journée de travail par l’ouverture et la fermeture de l’ordinateur (« Et puis le soir je ferme l’ordi alors qu’avant » explique Mélanie), jusqu’à la coupure physique des moyens d’accéder au travail. Quand certains comme Julien (en couple, un enfant, développeur salarié, rural) laissent volontairement leur ordinateur à l’espace de coworking pour ne pas être sollicités hors des heures de travail (« ça m’arrange bien aussi de dire que chez moi je ne peux pas travailler »), d’autres, comme Alice, vont jusqu’à la déconnexion du domicile :

[Quand] j’ai pris l’espace de coworking, j’ai coupé la ligne internet chez moi. Carrément ! Ça a été radical. Je n’avais plus internet à la maison donc, je ne pouvais plus… à l’époque, on n’avait pas les smartphones avec internet donc, pas d’internet.

51En favorisant la reconstruction des rythmes et des rituels de la vie professionnelle dans un espace tiers, les espaces de coworking permettent en retour de libérer le domicile des intrusions professionnelles. Ce faisant, ils agissent comme des médiateurs entre temporalités du travail et du hors-travail, mais aussi entre temps individuels et temps sociaux. Cet élément est particulièrement souligné par les femmes mères de famille, pour qui fréquenter un espace de coworking permet de réinstaurer des rythmes compatibles avec les rythmes sociaux imposés par la parentalité :

Quand je suis ici, je suis à 100 % sur ce que je fais. J’essaie d’être un maximum efficace pour me dire que là, à telle heure, c’est fini, c’est la sortie de l’école.

52L’importance du bornage du temps prend ici chez Gaëlle une couleur particulière et donne le sentiment de mieux arriver à conjuguer les différents rôles sociaux :

Quand je suis chez moi, je ne travaille pas, je m’occupe de ma famille […] Et du coup, je coupe vraiment entre les deux.

53Cette séparation se répercute aussi sur l’entourage, pour qui la confusion des rôles et des temporalités peut aussi être pesante, comme le raconte Alice :

Mon compagnon me disait : « Quand tu as l’ordi dans la chambre, tu ne t’arrêtes jamais. Tu n’es jamais avec nous à 100 %. Ton travail est toujours omniprésent. »

54En offrant la possibilité de borner pour soi comme pour ses proches le temps de travail, l’espace de coworking permet enfin un rééquilibrage des rôles domestiques et des tâches, qui porte autant sur les soins aux enfants que le partage des tâches domestiques. Rosa indique ainsi :

Un effet positif du coworking [c’est que] ça libère beaucoup [de] ce qu’on voit comme des obligations ménagères. Ça permet de garder ça pour plus tard. De mieux partager, aussi, avec le conjoint.

55De la même manière, pour Élodie, la possession d’un espace de travail a permis de réduire sa charge domestique, que celle-ci soit transférée au conjoint ou à un mode de garde extérieur :

Avant j’allais les chercher à 11 h 30 […], après je me suis dit : « non, il y a une garderie, tu les laisses jusqu’à midi, maintenant que tu as un bureau » […] donc mes filles restent jusqu’à midi à la garderie […] donc tout le monde s’est adapté à mes horaires. Mon mari […] peut gérer le soir […], mais maman elle est au boulot, voilà ! Donc je pense que je suis plus zen aussi.

La dimension sociale et collective de la routinisation des rythmes quotidiens

56Soucieux de favoriser les liens entre les coworkers, les gérants des espaces de coworking favorisent la routinisation collective du quotidien au travail et aménagent des temps de rencontre au cours de la journée, qu’il s’agisse du déjeuner, d’une pause-café ou d’un goûter. L’objectif est de créer des moments d’informalité et de détente pour échanger et se ressourcer comme le décrit Wassim (en couple, développeur immobilier indépendant, Lyon) :

Quand on est dans un espace de coworking on est structuré par les allées et venues des gens […]. Il y a le rituel dans cet espace-là, c’est que les gens vers 12 h 30 s’arrêtent […] et vers 13 h 15 ils se ruent tous vers le baby-foot jusqu’à 14 heures À 14 heures tout le monde s’arrête et s’en va et ils se retrouvent à 16 h 30 et on entend des cris de baby-foot à 16 h 30 parce que pendant 15, 20, 30 minutes il y a encore une deuxième session pour ceux qui ont envie de rempiler ça.

57Cette sociabilité, qui constitue le « produit d’appel » du coworking, est la dimension la plus souvent mise en avant par ses concepteurs (Liefooghe, Mahieu et David, 2013 ; Merkel, 2015 ; de Peuter, Cohen et Saraco, 2017). Sa particularité, en effet, est de ne pas être basée sur une organisation hiérarchique ni même fonctionnelle des tâches, mais sur des réseaux électifs, qui sont à la fois affinitaires et professionnels (Berrebi-Hoffmann, Bureau et Lallement, 2018 ; Blein, 2016 ; Brown, 2017). Cependant, la sociabilité n’a pas pour seul effet de produire de l’interaction amicale ou professionnelle, mais aussi d’introduire une temporalité collective. Les moments de sociabilité introduisent des pauses suivies par l’ensemble du groupe :

Parce que c’est sympathique d’aller manger en groupe, parce qu’on croise des personnes qui ont envie de papoter […] Les gens adorent ce moment parce que c’est un moment de rupture de la solitude et de remise à plein de la batterie interne.

58Dans les petits espaces de coworking aussi des rythmes collectifs se mettent en place, à la fois pour ne pas déranger les autres et créer des moments de partage comme témoigne Paul (en couple, 2 enfants, photographe indépendant, rural) :

On est tous dans des activités différentes, mais quand midi approche, on va tous essayer de manger à peu près au même moment, ne serait-ce que pour que ceux qui sont en train de manger ne dérangent pas ceux qui sont encore au téléphone avec des clients.

59Ces rituels qui ponctuent la journée de travail participent d’une sociabilité quotidienne distincte de la sociabilité domestique. Comme le remarque Étienne (célibataire, créateur d’entreprise informatique, centre-ville) : « Ça fait quand même partie de la routine de tous les jours, aller prendre le café avec quelqu’un » ou simplement avoir la présence d’un tiers pour échanger. Cet aspect est autant mentionné par les célibataires comme Lysiane (journaliste indépendante, centre-ville) qui voulait « avoir quelqu’un avec qui discuter à midi » que les personnes vivant en couple. Il s’agit autant de renouveler son cercle d’interlocuteurs : « ne communiquer dans la journée qu’avec son mari et ses enfants, au bout d’un moment, ça fait du bien aussi d’être là, de parler d’autres choses avec d’autres personnes » (Gaëlle, en couple, 2 enfants, designeuse indépendante, rural) que de trouver des personnes avec qui échanger sur des questions professionnelles, comme le souligne Wassim (en couple, développeur immobilier indépendant, centre-ville) :

L’intérêt que j’y ai vu rapidement c’est […] ne pas saouler ses proches avec son boulot, parce qu’on a besoin de parler quand on travaille seul.

60La centralité des rituels rappelle le caractère collectif du processus de « confection du temps » dans les lieux de travail (Datchary et Gaglio, 2014), ainsi que l’importance de l’interdépendance entre le temps de travail et le temps de la société, la seconde se pliant à la première (Supiot, 1995). Si pour les salariés, c’est d’abord la convivialité, la motivation et l’appartenance à un collectif qui sont recherchées dans ces rituels, pour les indépendants cela s’accompagne également d’un souhait de (re)synchronisation temporelle.

Conclusion

61La compréhension des usages des espaces de coworking en région AURA ne peut être dissociée d’une analyse des trajectoires des individus et de leurs choix de mode de vie. Le fait que nous ayons enquêté dans différents types de territoires a permis de relever une similarité des aspirations tant personnelles que professionnelles entre espaces ruraux et urbains. En effet, la présence dans les lieux est la résultante de choix, professionnels comme résidentiels, voire éducatifs, relevant de formes de bifurcations biographiques impliquant une mise à distance du travail et une volonté de (re)trouver un équilibre entre désirs personnels et professionnels. Les espaces de coworking accompagnent ainsi des projets de vie et permettent un ajustement entre des désirs parfois contradictoires entre aspirations professionnelles et à un cadre de vie.

62Par ailleurs, bien que nos données ne contredisent pas l’existence d’une injonction à un investissement professionnel fort avec une colonisation potentielle du temps de travail sur le temps de vie au sein des professions étudiées (Blein, 2016 ; Tasset, Amossé et Mathieu, 2013), notre enquête témoigne des tactiques et stratégies déployées par les individus pour tenter de préserver un équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle. L’usage des espaces de coworking montre que pour faire face à l’intrusion croissante des TIC dans les temporalités du quotidien et aux risques d’intensification du travail qu’ils recèlent (de Gaulejac, 2015), les individus mobilisent les frontières spatiales pour pouvoir réinstaurer des frontières temporelles. Les problématiques apparaissent légèrement différentes pour les indépendants, pour qui le partage d’un espace recèle une dimension de resynchronisation temporelle, et pour les salariés, pour qui l’existence de rythmes collectifs participe avant tout d’un sentiment de convivialité et d’appartenance. Elle diffère également selon les statuts familiaux, la désynchronisation des rythmes étant vécue par les célibataires comme une forme d’anomie et par les personnes en couple avec enfants comme la source d’une privation de temps dédié à la famille. Au sein des couples, les espaces de coworking favorisent une renégociation de la place de chacun et une meilleure répartition des activités et de la charge mentale liée aux activités domestiques, mais aussi de réduire la prégnance de la charge mentale professionnelle au domicile, permettant aux individus de mieux concilier leurs rôles sociaux et les temporalités qui leur sont associées.

63Ainsi, bien que salariés et travailleurs indépendants expriment une volonté de prise de distance vis-à-vis du mode de fonctionnement de l’entreprise « classique », l’analyse des usages des espaces de coworking souligne l’importance des rythmes sociaux dans le quotidien des individus pour favoriser leur insertion dans la société et maintenir les liens qui passent notamment par le partage de temporalités communes dédiées au travail, mais aussi aux loisirs et à la vie familiale. La réussite des espaces de travail partagés repose sur la prégnance de ce besoin, et sa marchandisation pose donc la question de son accès pour les travailleurs les plus précarisés (Gill et Pratt, 2008).

Haut de page

Bibliographie

Aguilera A., Lethiais V., Rallet A., Proulhac L., 2016. « Home-based telework in France: characteristics, barriers and perspectives », Transportation Research Part A: Policy and Practice, 92, p. 1-11.

Alexander B., Hubers C., Schwanen T., Dijst M., Ettema D., Alexander B., Hubers C., Schwanen T., Dijst M., Ettema D., 2011. « Anything, anywhere, anytime? Developing indicators to assess the spatial and temporal fragmentation of activities », Environment and Planning B: Planning and Design, 38, p. 678-705.

Belton L., Coninck F. de, 2007. « Des frontières et des liens », Réseaux, 140, p. 67-100.

Bensa A., Fassin E., 2002. « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain, 38, p. 5-20.

Benson M., O’Reilly K., 2009. « Migration and the search for a better way of life : a critical exploration of lifestyle migration », The Sociological Review, 57(4), p. 608-625.

Berrebi-Hoffmann I., Bureau M.-C., Lallement M., 2018. Makers : enquête sur les laboratoires du changement social, Paris, Seuil.

Bidart C., 2006. Devenir adulte aujourd’hui : perspectives internationales, Paris, l’Harmattan (Débats jeunesses).

Blein A., 2016. « Le coworking, un espace pour les transactions hors marché ?, Coworking, a space for non-market transactions ? », Réseaux, 196, p. 147-176.

Boboc A., Dhaleine L., Mallard A., 2007. « Travailler, se déplacer et communiquer : premiers résultats d’enquête », Réseaux, 140, p. 133-158.

Brown J., 2017. « Curating the “third place”? Coworking and the mediation of creativity », Geoforum, 82, p. 112-126.

Capdevila I., 2015. « Coworking spaces and the localized dynamics of innovation. The case of Barcelona », XXIVe conférence internationale de management stratégique, université Paris Dauphine.

Centlivres P., 2000. « Rites, seuils, passages », Communications, 70, p. 33-44.

Cléach O., Deruelle V., Metzger J.-L., 2015. « Les “tiers lieux”, des microcultures innovantes ? », Recherches sociologiques et anthropologiques, 46(2), p. 67-85.

Cohendet P., Grandadam D., Simon L., Capdevila I., 2014. « Epistemic communities, localization and the dynamics of knowledge creation », Journal of Economic Geography, 14(5), p. 929-954.

Couclelis H., 2003. « Housing and the new geography of accessibility in the information age », Open House International, 28, p. 7-13.

Datchary C., Gaglio G., 2014. « Hétérogénéité temporelle et activité de travail. Entre conflits et articulations », Revue d’anthropologie des connaissances, 8(1), p. 1-22.

Deltand M., Kaddouri M., 2014. « Les individus face à l’épreuve des transitions biographiques », L’orientation scolaire et professionnelle, 43, [en ligne], URL : http://journals.openedition.org/osp/4469

Denave S., 2006. « Les conditions individuelles et collectives des ruptures professionnelles », Cahiers internationaux de sociologie, 120, p. 85-110.

Fabbri J., 2016. « Unplugged–“Place as spatio-temporal events”: empirical evidence from everyday life in a coworking space », M@n@gement, 19(4), p. 353-361.

Felstead A., Jewson N., 1999. In Work, at Home : towards an understanding of homeworking, London, New York, Routledge.

Fernandez V., Guillot C., Marrauld L., 2014. « Télétravail et “travail à distance équipé”, What about skills, tactics and practices of remote workers ? Evidence and analyses », Revue française de gestion, 238, p. 101-118.

Gandini A., 2015. « The rise of coworking spaces: a literature review », Ephemera : Theory and Politics in Organization, 15(1), p. 193-205.

Gaulejac V. de, 2015. Travail, les raisons de la colère, Paris, Points.

Gill R., 2008. « Technobohemians or the new cybertariat? new media work on Amsterdam a decade after the web », Rapport pour l’Institute of Network Cultures, Amsterdam.

Gill R., Pratt A., 2008. « In the social factory ?: immaterial labour, precariousness and cultural work », Theory, Culture & Society, 25(7‑8), p. 1-30.

Hughes E. C. [1950] 1996. « Carrières, cycles et tournants de l’existence », in Hughes, E.C. (dir), Le regard sociologique, textes rassemblés et présentés par Jean-Michel Chapoulie, Paris, Éditions de l’EHESS, p. 165-173.

Jain J., Line T., Lyons G., 2011. « A troublesome transport challenge? Working round the school run », Journal of Transport Geography, 19(6), p. 1608-1615.

Leducq D., Demazière C., Coquel A., 2019. « Diffusion régionale et intégration urbaine des espaces de coworking. Les spécificités d’une région française faiblement métropolisée », Géographie, économie, société, 21(3), p. 145-169.

Lejoux P., Flipo A., Ortar N., Ovtracht N., Souche-Lecorvec S., Stanica R., 2019. « Coworking, a way to achieve sustainable mobility ? Designing an interdisciplinary research project », Sustainability, 11(24), 7161 [en ligne], URL : https://www.mdpi.com/2071-1050/11/24/7161

Levy-Waitz P., 2018. « Faire ensemble pour mieux vivre ensemble », Rapport de la mission Coworking travail et numérique pour le ministère de la Cohésion des territoires, Paris, CGET.

Liefooghe C., Mahieu C., David M., 2013. « Les espaces de coworking : nouveaux lieux ? Nouveaux liens ? Nouvelle économie ? », Séminaire POPSU, Lille, MESHS.

Merkel J., 2015. « Coworking in the city », Ephemera : Theory and Politics in Organization, 15(1), p. 121-139.

Moriset B., 2004. « Télétravail, travail nomade : le territoire et les territorialités face aux nouvelles flexibilités spatio-temporelles du travail et de la production », Cybergeo : European Journal of Geography, [en ligne], URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/3815

Nelson S.B., Jarrahi M.H., Thomson L., 2017. « Mobility of knowledge work and affordances of digital technologies », International Journal of Information Management, 37(2), p. 54-62.

Ortar N., 2009. « Entre choix de vie et gestion des contraintes : télétravailler à la campagne », Flux, 78(4), p. 49-57.

Ortar N., 2015. La vie en deux. Familles françaises et britanniques face à la mobilité géographique professionnelle, Paris, Pétra.

Ortar N., 2018. « Mobile/immobile : qu’apporte le télétravail aux familles de grands mobiles », in Imbert C., Lelièvre C., Lessault D. (dir), La famille à distance, Paris, Éditions de l’INED (Grandes enquêtes), p. 293-308.

Peuter de G., Cohen N.S., Saraco F., 2017. « The ambivalence of coworking: on the politics of an emerging work practice », European Journal of Cultural Studies, 20(6), p. 687-706.

Rallet A., Aguilera A., Guillot C., 2009. « Diffusion des TIC et mobilité : permanence et renouvellement des problématiques de recherche », Flux, 78(4), p. 7-16.

Scaillerez A., Tremblay D.-G., 2016. « Les espaces de coworking : les avantages du partage », Gestion, 41(2), p. 90‑92.

Spinuzzi C., 2012. « Working alone together : coworking as emergent collaborative activity », Journal of Business and Technical Communication, 26(4), p. 399‑441.

Supiot A., 1995. « Temps de travail : pour une concordance des temps », Droit social, 12, p. 947-954.

Tasset C., Amossé T., Mathieu G., 2013. « Libres ou prolétarisés ? Les travailleurs intellectuels en Ile-de-France », Rapport pour le Centre d’études de l’emploi, Paris.

Tremblay D.-G., 2003. « Telework: a new mode of gendered segmentation? Results from a study in Canada », Canadian Journal of Communication, 28(4), [en ligne], https://www.cjc-online.ca/index.php/journal/article/view/1393/1475

Tremblay D.-G., 2006. « Télétravail, travail nomade, e-work et travail à domicile : les enjeux actuels », Revue Interventions économiques. Papers in Political Economy, 34, [en ligne], URL : https://journals.openedition.org/interventionseconomiques/657

Tremblay D.-G., Chevrier C., Loreto M.D., 2006. « Le télétravail à domicile : meilleure conciliation emploi-famille ou source d’envahissement de la vie privée ? », Revue Interventions économiques. Papers in Political Economy, 34, [en ligne], https://journals.openedition.org/interventionseconomiques/689

Haut de page

Annexe

Tableau 2. Tableau récapitulatif des enquêtés

Prénom (anonymisé)

Type de territoire vécu

Type d’ECW fréquenté

Tranche d’âge

Enfants de moins de 16 ans au domicile

Statut

Profession

Agata

Rural

Associatif

36-45

Oui

Indépendante

Photographe

Alice

Rural

Associatif

36-45

Oui

Indépendante

Photographe

Baptiste

Rural

Associatif

26-35

Oui

Salarié entreprise moins de 10 salariés

Ingénieur environnement

Benjamin

Métropole

Privé

26-35

Non

Salarié entreprise moins de 10 salariés

Ingénieur informatique

Benoît

Rural

Associatif

46-55

Oui

Chef d’entreprise

Informatique

Bruno

Périurbain

Privé

36-45

Oui

Salarié ETI

Ingénieur après-vente informatique

Céline

Métropole

Privé

26-35

Non

Salariée association

Responsable projets économie circulaire

Clément

Rural

Associatif

26-35

Non

Salarié entreprise moins de 10 salariés

Développement de projets

Damien

Rural

Associatif

36-45

Oui

Indépendant

Ergonome

Élodie

Rural

Associatif

36-45

Oui

Indépendante

Créatrice textile

Étienne

Métropole

Privé

26-35

Non

Co-créateur d'entreprise

Web marketing

François

Métropole

Associatif

46-55

Non

Indépendant – SCOP

Architecte

Gaëlle

Rural

Associatif

36-45

Oui

Indépendante

Styliste

Jeanne

Rural

Associatif

36-45

Oui

Indépendante

Commerçante

Julien

Rural

Associatif

36-45

Oui

Indépendant

Développeur web

Juliette

Métropole

Associatif

20-26

Non

Salariée indépendante

Programmatrice

Lysiane

Métropole

Privé

26-35

Non

Indépendante

Journaliste

Maëlle

Rural

Associatif

26-35

Non

Indépendante

Photographe

Matthieu

Rural

Associatif

26-35

Non

Indépendant

Gestionnaire de forêts

Mélanie

Métropole

Privé

20-26

Non

Indépendante

Graphiste

Mickaël

Rural

Associatif

36-45

Oui

Salarié ou indépendant

Développeur web

Myriam

Métropole

Associatif

26-35

Non

Indépendante

Agent commercial

Patrick

Rural

Associatif

46-55

Non

Salarié association

Animateur

Paul

Rural

Associatif

36-45

Oui

Indépendant – SCOP

Photographe

Paul

Métropole

Privé

26-35

Non

Indépendant

Chasseur de têtes

Quentin

Rural

Associatif

36-45

Oui

Indépendant – SCOP

Ingénieur bâtiment

Rosa

Rural

Associatif

36-45

Oui

Indépendante

Traductrice

Stéphane

Rural

Associatif

46-55

Non

Indépendant – SCOP

Conseil informatique

Théo

Métropole

Associatif

20-26

Non

Indépendant – SCOP

Producteur musical

Théodore

Métropole

Privé

26-35

Non

Indépendant

Consultant projets de développement

Wassim

Métropole

Associatif

36-45

Oui

Indépendant

Développeur immobilier

Yannick

Rural

Associatif

36-55

Oui

Indépendant et salarié

Confiseur et gestionnaire méthodes

Haut de page

Notes

1 Article L-1222-9 du Code de travail

2 Projet-ANR-17-CE22-0004

3 Voir page web du projet https://anr.fr/Projet-ANR-17-CE22-0004

4 Il faut mettre cela en regard avec la plus grande proportion de mères de famille que l’on trouve dans ces espaces.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurore Flipo et Nathalie Ortar, « Séparer les espaces pour maîtriser le temps »Temporalités [En ligne], 31-32 | 2020, mis en ligne le 03 février 2021, consulté le 18 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/7712 ; DOI : https://doi.org/10.4000/temporalites.7712

Haut de page

Auteurs

Aurore Flipo

Université de Lyon-LAET-ENTPE, Rue Maurice Audin 69518 Vaulx-en-Velin cedex, aurore.flipo@entpe.fr

Nathalie Ortar

Université de Lyon-LAET-ENTPE, Rue Maurice Audin 69518 Vaulx-en-Velin cedex, nathalie.ortar@entpe.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search