Navigation – Plan du site

AccueilTemporalités33Ce que fait l’assignation à circu...

Ce que fait l’assignation à circuler aux temporalités de travail

Les temps contraints de la main-d’œuvre migrante dans l’industrie du textile en Jordanie
The Constrained Times of Migrant Labour in Jordan’s Textile Industry
La exigencia de circulación y sus efectos sobre las temporalidades del trabajo. Tiempos restringidos de la mano de obra migrante en la industria textil de Jordania
Taher Labadi

Résumés

Cet article traite du rapport contraint au temps (de travail) de la main-d’œuvre migrante employée dans les zones industrielles qualifiées (QIZ) en Jordanie. En m’appuyant sur une enquête qualitative réalisée sur les lieux de production, de travail et de vie des travailleurs, je propose une réflexion sur les effets de la migration circulaire sur les temporalités du travail des migrants. Dans une industrie textile tournée vers l’exportation et dominée par des entreprises étrangères, je montre que l’ajustement du temps de séjour sur le temps de travail tend à réduire ces migrants à leur seule fonction de force de travail. Leur confinement dans des bâtiments dortoirs situés à proximité des usines accentue encore leur captivité. Il s’agira ici de (1) situer le temps long des politiques migratoires jordaniennes en les articulant au mouvement de libéralisation qui a présidé à la création des QIZ ; (2) comparer les conditions de mise au travail – et leurs effets sur le temps de travail – des mains-d’œuvre jordanienne et étrangère dans les QIZ ; (3) montrer comment les travailleurs migrants, parce que soumis à un temps contraint, sont plus vulnérables aux injonctions à la productivité et à la disponibilité que leurs homologues jordaniens.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Entretien avec Ilham, déléguée du Syndicat général des travailleurs du textile, de l’habillement et (...)

« L’ouvrier immigré est comme coupé de son arbre. S’il y a un décès dans sa famille au pays, il te dit “avec qui est-ce que je vais partager ma tristesse ?”. Au pire il prendra un jour de congé. Même dans les moments de tristesse ou de joie, ils sont assidus au travail. Ces choses-là font que les entreprises se tournent vers la main-d’œuvre étrangère plutôt que vers nous. »1

1Le rapport au (temps de) travail diffère pour les ouvriers du textile en Jordanie, selon qu’ils sont jordaniens ou migrants. Une différence qui tient aux conditions particulières de mobilisation de la main-d’œuvre étrangère dans ce pays, et plus spécifiquement encore dans les zones industrielles qualifiées (QIZ). Le recours massif à des travailleurs migrants y répond notamment au principe d’une « mobilité circulaire », lequel consiste à « sélectionner, recruter, acheminer, placer et renvoyer la force de travail en fonction des besoins » de l’activité économique (Mésini, 2009). Un principe ici entretenu par la politique migratoire jordanienne et l’usage de contrats de travail temporaires (de Bel-Air, 2005) qui contraignent directement l’insertion des ouvriers étrangers ainsi que leurs modalités de séjour. L’assignation à circuler (Héllio, 2008) ainsi obtenue conduit, de fait, à une réorganisation des « temps sociaux » (Sue, 1994) pour ces travailleurs qui n’est pas fortuite puisqu’elle tend effectivement à les réduire à leur fonction de force de travail (Décosse, 2017).

2Ce phénomène n’est pas spécifique aux QIZ ou à la Jordanie. La promotion d’une migration de travail « temporaire » ou « circulaire » apparaît partout désormais comme un levier et une forme avancée des politiques de « flexibilisation » et de « réduction du coût » du travail (Piore, 1979). Celle-ci s’organise y compris par le biais d’accords interétatiques qui prétendent régir la circulation des travailleurs en fonction des professions, des niveaux de qualification, du genre et des pays d’origine (Pellerin, 2011). Un « utilitarisme migratoire » – concept forgé par Morice (2004) pour désigner une gestion des flux migratoires congruente aux besoins de l’activité économique – qui engendre ici comme ailleurs, des formes d’« emploi bridé » où la précarité administrative, l’isolement géographique et social et une forte dépendance vis-à-vis de l’employeur privent les travailleurs d’un accès aux droits les plus élémentaires (Moulier-Boutang, 1998).

3La multiplication des zones franches d’exportation industrielle à travers le monde révèle par ailleurs une autre forme d’exploitation économique des différentiels (juridiques, fiscaux, administratifs…) entre pays et entre territoires. Désormais présentes un peu partout sur la planète, ces zones forment des enclaves, bénéficiant de mesures d’exception au droit commun au sein des espaces nationaux (Bost, 2010). Les entreprises qui relocalisent leurs productions dans ces enclaves peuvent alors tirer avantage d’un statut dérogatoire, en matière douanière et commerciale, mais aussi parfois de réglementation du travail. Historiquement, la création de ces zones – dites maquiladoras – à la frontière entre le Mexique et les États-Unis dans les années 1960 devait permettre d’employer une main-d’œuvre à bas coût tout en mettant fin à ses projets d’installation au nord de la frontière (Mercier, 2009). Ces zones participent ainsi tant bien de la fragmentation des chaînes de production que de la précarisation des statuts et droits des travailleurs (Borgeaud-Garciandía, 2009 ; Neveling, 2015).

4La mise en place de migrations circulaires de même que le déploiement de zones franches traduisent par conséquent tous deux l’effort de reconfiguration des spatialités, mais aussi des temporalités, à l’œuvre au cœur du processus de mondialisation. La « mobilité » se voit attribuer une connotation positive dans le discours des États ainsi que des organisations internationales. Celle-ci permettrait une meilleure allocation des ressources et des compétences humaines sur le plan macro-économique international (théorie néoclassique du marché dual de Lewis) et répondrait en même temps à l’aspiration d’émancipation et d’ascension sociale des migrants sur le plan micro-individuel (théories néoclassiques du choix rationnel d’Harris et Todaro et du capital humain de Sjaastad) (Piguet, 2013). Les zones franches sont quant à elles généralement décrites comme des centres de croissance, générant des emplois nouveaux, favorisant les échanges de technologies entre les entreprises et le pays récepteur et dopant le processus d’industrialisation des pays en développement (Madani, 1999).

5Les QIZ en Jordanie présentent un cas avancé de ces modèles d’organisation de la production et du travail. Ces zones – mises en place à la fin des années 1990 – ont permis le développement d’une industrie textile presque entièrement dédiée à l’exportation vers les États-Unis. Une industrie qui a toutefois pour particularité d’être très peu connectée à l’économie locale. Les investisseurs y sont pour beaucoup étrangers, majoritairement asiatiques, tandis que les travailleurs jordaniens ont été remplacés par des travailleurs migrants, principalement venus du sous-continent indien, qui comptent aujourd’hui pour plus de trois quarts de la main-d’œuvre employée. L’hypothèse défendue ici est que c’est précisément l’ajustement du temps du séjour et du temps de travail – que permet l’institution d’une migration circulaire – qui explique l’emploi en grand nombre de travailleurs migrants dans ces zones. L’examen des temporalités différentes dans lesquelles s’inscrivent les mains-d’œuvre jordanienne et migrante suggère en effet que l’assignation à circuler dont les migrants font l’objet est déterminante pour saisir à la fois leur plus grande disponibilité temporelle (Bouffartigue, 2012) et leur meilleure disposition au travail.

6Je situe dans une première partie mon étude de cas dans le temps long des politiques migratoires jordaniennes en les articulant au mouvement de libéralisation qui a présidé à la création des QIZ. Puis je compare dans la deuxième partie les conditions de mise au travail – et leurs effets sur les temporalités de travail – des mains-d’œuvre jordanienne et étrangère dans les QIZ. Enfin, je montre dans la troisième partie que c’est précisément l’ajustement du temps de la migration sur celui du travail qui explique la plus grande vulnérabilité des travailleurs migrants aux injonctions à la productivité et à la disponibilité.

  • 2 Ce centre, ouvert depuis 2013 sous la supervision du programme BetterWork Jordan (voir plus loin), (...)

Le présent article prend appui sur une enquête de terrain réalisée en 2018 en Jordanie. Enquête durant laquelle j’ai conduit des visites et des observations et mené des entretiens sur les lieux de production, de travail et de vie des travailleurs migrants en me rendant dans les trois principales QIZ du pays : al-Hassan, ad-Dulayl, al-Tajamouat. Les entretiens – semi-directifs et le plus souvent en langue arabe – ont été réalisés avec des interlocuteurs aux profils variés : dirigeants d’entreprise, travailleurs, représentants syndicaux, acteurs publics… M’entretenir avec des travailleurs migrants en dehors des usines et sans parler leurs langues n’a pas toujours été facile. Cette rencontre a néanmoins pu se faire de façon informelle aux abords des bâtiments dortoirs où sont hébergés ces travailleurs et de façon plus formelle au centre des travailleurs2 de la QIZ d’al-Hassan avec des entretiens enregistrés. Bien que généralement plus concis, l’échange avec ces travailleurs migrants (en arabe ou en anglais) constitue un apport original de ma recherche. Les quelques études qui existent déjà sur les QIZ jordaniennes proviennent en effet rarement de recherches empiriques, et font état d’informations et d’analyses uniquement macro-économiques fondées sur des données quantitatives agrégées (Awad, Ghoneim, 2009 ; al-Bakhitet al., 2009 ; Haddadet al., 2013).

L’emploi dans les QIZ situé dans le temps long de la libéralisation économique et des politiques migratoires jordaniennes

  • 3 « Economic bulletin », Roya News, 24/07/2018.
  • 4 La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté absolue était officiellement estimée à 14 (...)

7Le recours à une main-d’œuvre étrangère constitue une caractéristique structurelle de l’économie jordanienne. En 2018, le nombre de non-jordaniens travaillant dans le pays était estimé par le gouvernement à 1 million, dont 320 000 disposeraient d’un permis de travail et le reste serait en situation « irrégulière »3. La plupart de ces travailleurs viennent d’autres pays arabes, en particulier d’Égypte et de Syrie, et sont employés dans l’agriculture et la construction. Ils sont suivis par les travailleurs en provenance du sous-continent indien et du sud-est asiatique, dont le rôle est essentiel dans l’industrie textile et le service domestique. Alors que le pays est confronté à une pauvreté en constante hausse4avec un taux de chômage estimé à 18,5 % en 2017 (World Bank, 2018), les autorités jordaniennes présentent régulièrement la régulation utilitariste des flux migratoires comme le meilleur moyen d’endiguer l’une et l’autre.

8L’importation d’une main-d’œuvre étrangère – d’abord arabe puis asiatique – vient pourtant répondre au cours des années 1970 au besoin de main-d’œuvre à bas coût dans certains secteurs, notamment l’agriculture et la construction, alors que les Jordaniens émigrent en masse pour travailler dans les pays arabes du Golfe. En Jordanie, les immigrés occupent les emplois les moins qualifiés et gratifiants, tandis que les nationaux tirent profit d’une économie de rente et bénéficient d’une ascension sociale (de Bel-air, 2003). Une équation qui sera remise en cause dans les années 1980, avec la crise du système rentier et le retour de nombreux Jordaniens expatriés. Le nombre de chômeurs dans le pays augmente alors rapidement pour dépasser les 15 % de la population active.

  • 5 Une approche résumée par le slogan « win, win, win » que j’ai retrouvé dans le discours de divers a (...)

9Le Gouvernement entreprend à ce moment-là de limiter la présence de la main-d’œuvre étrangère. Entre autres mesures, il instaure des quotas, voire interdit la présence de migrants dans certaines professions, et augmente le coût des permis de travail. Puis à partir de 2007, la Jordanie signe plusieurs mémorandums avec les pays d’origine (Égypte, Sri Lanka, Indonésie…) qui réglementent le séjour de ces migrants et spécifient les secteurs dans lesquels ils sont autorisés à travailler. La « mobilité circulaire » de ces travailleurs est présentée comme bénéfique tant pour eux-mêmes que pour les pays récepteurs et d’origine5. Il ne s’agit donc pas d’interdire toute présence de main-d’œuvre étrangère mais de la contenir dans quelques secteurs choisis – tout en continuant de lui refuser une installation définitive – et ainsi continuer à bénéficier d’un travail à bas coût.

10Baussant (2000) évoque à cet égard une « segmentation du marché du travail en deux secteurs indépendants » : un premier « strictement réservé aux nationaux » où la stabilité de l’emploi est forte et les salaires sont élevés et un second « dominé par les étrangers » aux « caractéristiques opposées : faibles salaires, rotation importante, faible qualification, absence de sécurité de l’emploi et peu de perspectives de carrière » (ibid., p. 648). La mise en œuvre à partir de cette même période – soit le milieu des années 1980 – de mesures visant à « flexibiliser » et à « abaisser le coût » du travail, et ce dans le but d’attirer les capitaux étrangers et de favoriser l’investissement privé, vient toutefois atténuer les effets de cette segmentation.

  • 6 Dinar jordanien

11Ces mesures – conduites sous influence du FMI – donnent en effet lieu à une réduction des cotisations sociales et des indemnités de licenciement, une restriction des emplois dans le secteur public, une facilitation des procédures de licenciement et l’introduction de contrats d’embauche temporaires (Hanieh, 2013). Le salaire minimum mensuel progresse quant à lui timidement – aux prix d’importantes mobilisations conduites par les travailleurs – pour atteindre 220 JOD6 (environ 275 euros) en 2017 et ce, dans un pays où le seuil de pauvreté est officiellement estimé à 395 JOD par famille et par mois. Au même moment, l’expatriation importante de travailleurs jordaniens – toujours encouragée comme une solution au fort chômage – révèle une autre facette de ces mesures fondées sur la mise en mobilité de la main-d’œuvre et du capital.

12Ce mouvement de réforme – que la Jordanie partage avec de nombreux pays de la région – se traduit par ailleurs par la réduction des droits de douane et autres barrières non tarifaires sur les importations ainsi que par la signature d’accords commerciaux. Tous ces accords sont à la fois le gage d’un effort zélé de la Jordanie en faveur de la libéralisation de son économie et un atout, régulièrement mis en avant dans le discours public, pour promouvoir l’idée selon laquelle le pays représente un environnement favorable aux entreprises et « propice aux affaires ». Le déploiement de zones franches à travers le pays – bénéficiant d’une fiscalité préférentielle et de tarifications avantageuses – s’inscrit dans cette logique destinée, elle aussi, à encourager l’investissement privé (Labadi, 2019a).

  • 7 Un accord de libre-échange est signé en 1985 entre les États-Unis et Israël en vertu duquel un prod (...)
  • 8 La création des QIZ s’inscrit dans un ensemble d’initiatives destinées dans la seconde moitié des a (...)

13Les zones industrielles qualifiées (QIZ) sont ainsi établies en Jordanie à partir de la fin des années 1990. À l’origine, elles sont le fruit d’une décision étasunienne d’étendre la franchise douanière appliquée aux produits israéliens à des exportations issues de zones géographiques désignées en Jordanie7. Une décision qui suit de près la signature du traité de paix israélo-jordanien en 1994 et explicitement destinée à renforcer la coopération et l’intégration économique entre les deux pays8. Le dispositif vise également à générer des emplois et des revenus dont le pays a grandement besoin (Awad, Ghoneim, 2009). Les QIZ permettent très vite le développement d’une branche d’activité à part entière, spécialisée dans le textile et presque exclusivement dédiée à l’exportation vers les États-Unis.

  • 9 L’Arrangement multifibre est un accord international signé en 1974 sous l’égide du GATT afin d’auto (...)

14L’importation de produits textiles est en temps normal lourdement taxée à l’entrée du marché étasunien et surtout, elle est soumise jusqu’en 2005 à un contingentement dans le cadre des accords multifibres9. La possibilité d’accéder librement à ce marché via les QIZ incite alors des investisseurs étrangers – en particulier asiatiques – à implanter leurs usines en Jordanie. Cela étant, la Jordanie connaît une concurrence accrue de la part de pays où les coûts de production sont moins élevés avec la suppression des accords multifibres en 2005. Le nombre d’entreprises engagées dans les QIZ chute progressivement, passant de 65 en 2011 à 31 en 2017, ce qui n’empêche pas que quelques-unes puissent voir leur activité se développer et leurs exportations s’accroître. D’un autre côté, un accord de libre-échange (FTA) signé directement entre les États-Unis et la Jordanie vient supplanter à partir de 2010 le dispositif des QIZ. Les exportateurs de la branche choisissent tous néanmoins de ne pas quitter ces zones, où ils continuent de bénéficier de prix avantageux sur l’immobilier, d’une infrastructure adaptée et de la franchise de droits sur l’importation de leurs intrants.

  • 10 Chiffres du JTGCU remis à l’auteur. Dans la zone d’al-Hassan, les femmes bangladaises représentent (...)
  • 11 La proportion de travailleurs migrants est même plus importante dans certains établissements où ell (...)

15Cette branche jouit toujours, de fait, d’une attention toute particulière de la part des autorités, ce qui s’explique par son poids stratégique dans la balance commerciale du pays. Les exportations en provenance des QIZ surpassent celles des autres secteurs, y compris des industries extractives (phosphate, potasse), et ce sont elles qui permettent à la Jordanie d’avoir une balance commerciale équilibrée avec les États-Unis (Haddad et al., 2013). L’attention des autorités jordaniennes envers les QIZ tient également au nombre important de travailleurs employés dans cette branche et au défi que pose l’emploi abondant d’une main-d’œuvre étrangère. Les QIZ emploient en 2017 un peu plus de 70 000 personnes, parmi lesquelles on compte 70,7 % de femmes et 76,5 % de travailleurs étrangers10. Ce dernier pourcentage est exceptionnel au regard de ce qui prévaut en Jordanie11.

  • 12 Seuls dérogent à la règle l’agriculture et l’emploi domestique, où cette proportion est également b (...)

16Le ministère du Travail impose généralement aux entreprises un maximum de 30 % de travailleurs étrangers, limitant à cette fin l’octroi de permis de travail12. Plusieurs raisons sont avancées par les dirigeants d’entreprises, mais aussi par les acteurs publics, pour justifier cette exception, parmi lesquelles le « défaut de formation » et la « faible productivité » de la main-d’œuvre jordanienne, ainsi qu’une culture « bédouine » et « rentière » au titre de laquelle les Jordaniens seraient peu enclins à occuper des emplois industriels. Les établissements des QIZ ont ainsi obtenu le droit de faire venir une main-d’œuvre asiatique, réputée « mieux formée », « plus productive » et « plus disciplinée ». Cet argumentaire ne dit rien cependant des conditions de travail déplorables qui prévalent toujours dans ces zones et des discriminations dont les migrants sont l’objet. De même, celui-ci paraît peu crédible si l’on tient compte de la présence majoritaire de travailleurs jordaniens dans d’autres secteurs comme celui de l’industrie pharmaceutique ou de la métallurgie.

  • 13 Entretien avec un cadre dirigeant de la Direction du travail à al-Hassanréalisé en novembre 2018.

17Le recours massif à des travailleurs étrangers dans ces zones et la désaffection de la main-d’œuvre jordanienne semblent néanmoins placer les autorités jordaniennes dans l’embarras13. Ces dernières années, divers programmes et politiques ont été mis en œuvre par le gouvernement jordanien et ses partenaires (Organisation internationale du travail [OIT], gouvernements étrangers) afin d’inciter les établissements implantés dans les QIZ à former et à recruter davantage de travailleurs jordaniens ou même parmi les réfugiés syriens, sans grand succès. Une étude menée auprès de ces derniers indique qu’ils préfèrent travailler en tant que journaliers de façon « irrégulière » que de trouver un emploi dans ces zones (BetterWork Jordan, 2017).

  • 14 Ibid.

18Le ministère du Travail entend au même moment limiter l’emploi de travailleurs migrants en fixant en 2010 un seuil maximum de 85 % de non Jordaniens par entreprises dans cette branche. Ce seuil légal est descendu à 80 % en 2011, puis à 75 % l’année suivante, et devait ainsi atteindre 50 %. Or sous la pression des entreprises – qui affirment rencontrer des difficultés à recruter une main-d’œuvre jordanienne –, ce seuil légal est finalement resté fixé à 75 %, remontant même à 80 % en cas de simple renouvellement de permis de travail. Quelques entreprises auraient même pris l’habitude de n’embaucher des travailleurs jordaniens en nombre suffisant qu’au moment de devoir adresser la liste de leurs employés à la Direction du travail – travailleurs qu’elles ne feront rien pour garder une fois l’échéance passée14.

19De même, le Gouvernement a mis en place en 2009 un dispositif par lequel il incite ces entreprises à créer de nouvelles usines en dehors des QIZ, dans des zones définies comme « poches de pauvreté ». Ces « unités satellites » situées au plus proche des agglomérations sont largement subventionnées, dans la mesure où le Gouvernement met lui-même à disposition des bâtiments industriels pour une période de dix ans, paie jusqu’à 50 % du salaire des employés pendant douze mois, dispense du paiement d’un permis de travail pour migrant pour chaque travailleur jordanien embauché dans ces unités. En échange l’entreprise se doit d’embaucher dans ces unités une main-d’œuvre exclusivement jordanienne. Une dizaine d’« unités satellites » ont ainsi été établies aux abords des villes à Madaba, à Tafileh, à Ajloun, à Karak, et une part importante de la main-d’œuvre jordanienne des QIZ s’y trouve aujourd’hui employée.

  • 15 Ce programme a déjà cours dans plusieurs pays exportateurs de textile (Cambodge, Vietnam, Banglades (...)

20Cependant, une campagne internationale de dénonciation des mauvais traitements que subissent les travailleurs migrants a eu pour effet de faire chuter les commandes adressées aux entreprises établies dans les QIZ entre 2007 et 2009. Cette campagne a fait suite à la publication en 2006 d’un rapport du National Labor Committee, une ONG étasunienne enquêtant sur les violations des droits de l’homme et du travail commises par de grandes multinationales. Le Gouvernement jordanien fait alors appel à l’OIT pour l’assister dans le redressement de la branche en déroute. En 2009 est introduit le programme BetterWork Jordan, visant « à l’amélioration des conditions de travail et au respect des droits des travailleurs » mais aussi « à renforcer la compétitivité des entreprises du vêtement »15. Le programme participe depuis lors au contrôle des usines et des habitats, pour surveiller le bon respect des droits et détecter la présence d’abus et de mauvais traitements. L’amélioration générale des conditions de travail dans les QIZ – qui semble avérée d’après l’ensemble des acteurs jordaniens rencontrés – ne remet pourtant en aucune façon en cause l’approche utilitariste qui dicte encore l’importation de travailleurs migrants.

Des conditions et des temporalités de travail différenciées entre travailleurs jordaniens et migrants

  • 16 Entretien avec Ilham, op. cit.

21La journée de travail d’un ouvrier dans les QIZ dure selon la réglementation huit heures, six jours par semaine. Son activité à l’usine s’insère dans une chaîne de production où chacun et chacune occupe une place bien précise : opérateur ou opératrice sur machine, assistant(e) à la couture, technicien (ne) de coupe, de finissage et de repassage, emballage, ouvrier ou ouvrière d’entretien et de nettoyage… Résultat de cette parcellisation des tâches : le travail y est répétitif, monotone, et la formation peu valorisante. Les salaires dispensés y sont par ailleurs « les plus faibles du royaume, la plupart des entreprises du secteur se contentent de verser le salaire minimum »16, fixé à 220 JOD (environ 275 euros) par mois en 2017.

22L’emploi dans les QIZ paraît de ce fait peu séduisant pour les ouvriers jordaniens, en majorité des femmes venues des agglomérations voisines.

  • 17 Ibid.

Un tel salaire peut convenir à une fille pour couvrir ses dépenses, aider ses parents […]. Mais pour un jeune homme, ce n’est ni un accomplissement professionnel ni le revenu auquel il aspire pour fonder une famille, une maison ou même pour construire un projet de vie17.

23Cette dimension fortement genrée de l’emploi dans ces zones est largement intériorisée par les différents acteurs en présence. Elle permet même à certains d’entre eux de promouvoir l’idée selon laquelle les QIZ participent à l’émancipation des femmes, en leur assurant un emploi et un revenu.

  • 18 Ibid.

Les hommes arrivent et repartent rapidement, pour subvenir à leurs dépenses après avoir terminé leurs études ou leur scolarité, en attendant d’obtenir un poste dans la fonction publique. Ils visent généralement l’armée ou la sécurité. Ils restent donc jusqu’au moment d’obtenir un poste, plutôt que de recevoir leur argent de poche de leurs mères18.

24Ce témoignage, confirmé par d’autres, indique que les hommes jordaniens se dirigent vers un emploi dans les QIZ sans vouloir s’engager à long terme. Ils le font le plus souvent faute de mieux, et en attendant mieux. Or si on trouve un investissement plus durable de la part des femmes, cela ne semble pas non plus être par vocation ou perspective de carrière.

  • 19 Entretien avec Marwa, ouvrière jordanienne à al-Tajamouat en décembre 2018.

Nos chances d’obtenir un emploi dans le secteur public sont faibles, surtout pour celles qui sont non diplômées. Nous nous tournons donc vers un travail dans les zones industrielles19.

  • 20 Entretien avec Ilham, op. cit.

25Ces femmes s’absentent pourtant facilement si elles font face à des obligations sociales ou familiales, « lorsqu’un membre de la famille tombe malade, ou décède, pour un évènement familial, ou encore pour participer à la récolte des olives étant donné que nous sommes dans des régions rurales où l’activité agricole est importante »20. Celles-ci n’acceptent pas toujours non plus de faire des heures supplémentaires.

  • 21 Entretien avec Marwa, op. cit.

Il me faut au moins une heure pour venir ici. En tant qu’épouse et mère, je dois rentrer tôt et économiser mon temps21.

26La distance qui sépare les zones des agglomérations d’où vient cette main-d’œuvre jordanienne, parcourue quotidiennement, entre ainsi également en ligne de compte – ce qui explique en partie la politique du Gouvernement d’encourager l’installation d’« unités satellites » exclusivement destinées à l’emploi de travailleurs, en l’occurrence plutôt des travailleuses, jordaniennes.

27Enfin, ces ouvrières n’hésitent pas non plus à démissionner au moindre conflit avec la direction de l’entreprise ou si elles trouvent mieux à faire.

  • 22 Ibid.

Étant donné que nous ne sommes pas contraints par des permis de travail et de séjour, le travailleur jordanien quitte plus facilement son travail à la recherche d’une meilleure opportunité de travail, de meilleures conditions, revenus, avantages en nature…22

  • 23 Entretien avec un cadre dirigeant de la Direction du travail à al-Hassan réalisé en novembre 2018.

28Ceci conduit à un turnover important de cette main-d’œuvre dont se plaignent régulièrement les entreprises. Pour remédier à cet engagement jugé trop versatile de leurs travailleurs (en particulier jordaniens), les entreprises des QIZ ont accepté en 2014 la proposition du JTGCU – le Syndicat général des travailleurs du textile, de l’habillement et du vêtement – d’accorder un supplément mensuel de 5 JOD pour chaque année d’ancienneté durant les cinq premières années, puis 6 JOD au bout de six ans, puis 7 dinars pour chaque année supplémentaire23.

29Les travailleurs migrants sont quant à eux recrutés dans leurs pays d’origine, le plus souvent par l’intermédiaire d’une agence privée qui sélectionne les candidats, s’assure éventuellement de leurs bonnes qualifications et gère les formalités administratives. L’employeur semble généralement soucieux de diversifier les bassins de recrutement, de manière à accroître la productivité et pour ne pas recourir à une nationalité unique :

  • 24 Entretien avec Omar, directeur d’une usine à al-Tajamouaten novembre 2018. Bien que les entreprises (...)

J’ai des Sri Lankaises, des Bangladaises, des Népalaises… Dernièrement j’ai découvert que la main-d’œuvre de Madagascar est très bien. Ils sont discrets et ils travaillent bien24.

30Ces bassins de recrutement changent également avec l’évolution du pouvoir d’achat dans les pays d’origine, comme le souligne ce directeur d’usine à al-Hassan : « les Chinois sont les meilleurs (en termes de productivité au travail). Mais ils n’acceptent plus de venir pour un salaire de 200 dollars », ou encore en fonction de restrictions établies par les États :

  • 25 Entretien avec Jamal, directeur d’une usine à ad-Dulayl en décembre 2018.

Au Sri Lanka le revenu minimum légal est de 300 dollars et l’État n’accepte pas que ses ressortissants soient employés pour moins que ça à l’étranger. Mais je ne peux pas les embaucher à ce prix-là25.

  • 26 Entretien avec Omar, op. cit.

31Cet autre directeur d’usine m’apprend que ce sont les autorités jordaniennes qui ont pris la décision de restreindre fortement l’importation dans les QIZ d’hommes bangladais, jugés trop prompts à se mettre en grève et à causer du trouble à l’ordre public26.

32Le contrat de travail, désormais unifié pour l’ensemble de la branche afin de parer les abus autrefois fréquents, est signé pour trois ans et sera par la suite reconduit sur une base annuelle. L’employeur s’occupe d’obtenir les permis de travail et de séjour. Une fois en Jordanie, ces travailleurs sont alors soumis au système de la kafala (parrainage), une forme de mise sous tutelle qui conditionne le renouvellement annuel des permis de travail et de séjour de chaque migrant au bon vouloir de l’employeur qui est en même temps son kafil/garant (Beaugé, 1986 ; Bret, 2012). Le temps de l’emploi, duquel dépend aussi le temps du séjour, demeure ainsi toujours incertain pour les migrants qui sont par conséquent plus fortement exhortés à satisfaire les exigences de leurs employeurs.

  • 27 Journal officiel n° 2808 paru le 22/03/2017.

33Le contrat de travail prévoit aussi que le logement de ces travailleurs ainsi que leur alimentation sont à charge de l’employeur. Une « charge » – officiellement estimée à 95 JOD pour l’ensemble de la branche – qui se trouve toutefois légalement décomptée comme portion du salaire de l’ouvrier, réduisant son salaire de base en espèces à 125 JOD27. Ces travailleurs versent également une cotisation mensuelle de 16 JOD à la Sécurité sociale :

  • 28 Entretien avec Rasik, ouvrier migrant dans la zone d’al-Hassanen décembre 2018.

Il ne nous reste que 110 dinars. Si j’envoie 80 dinars à ma famille (en Inde), il me reste que 30 dinars pour tenir tout le mois. Où peut-on aller en Jordanie avec 30 dinars ?28

  • 29 Témoignages recueillis lors de mes entretiens avec des ouvrier(e)s migrant(e)s d’origines variées d (...)

34Même en tenant compte du différentiel de revenus avec le pays d’origine, ce salaire de base est donc généralement jugé « insatisfaisant »29.

  • 30 Ibid.

35Les travailleurs aspirent dès lors à multiplier les heures supplémentaires, remporter des bonus en remplissant des objectifs de production, obtenir des primes d’ancienneté30 – certains sont là depuis plus de dix ans sur la base de contrats et de permis de travail renouvelés chaque année. La législation jordanienne n’autorise en théorie que deux heures supplémentaires par jour, décidées avec le consentement du travailleur. Mais dans les faits, la durée de travail répond beaucoup aux impératifs de production et assez peu à la législation. Mirana témoigne de la situation dans son usine :

  • 31 Entretien avec Mirana, ouvrière migrante dans la zone d’al-Hassanen décembre 2018.

Une journée normale c’est 8 heures, de 7 heures à 15 heures. Puis tu reprends de 16 heures jusqu’à 20 heures en additionnel. Ou même jusqu’à 22 heures. Parfois tu travailles même le vendredi (jour de congé hebdomadaire). Et s’il le faut, nous travaillons lors de nos congés annuels, on reçoit alors une prime31.

  • 32 Ibid.

Pour la plupart des travailleurs, c’est mieux (de cumuler les heures supplémentaires), tu gagnes plus d’argent32.

36De leur côté, ces migrants semblent accepter volontiers de se passer de « temps libre », cherchant au contraire à allonger leur temps de travail pour « rentabiliser » l’absence loin de chez eux (AbiYaghi, Longuenesse, 2012). Aussi, le temps hors travail est fortement marqué par l’attente. Au centre des travailleurs, Nirijhar me raconte :

  • 33 Entretien avec Nirijhar, ouvrier migrant dans la zone d’al-Hassanen décembre 2018.

Après le travail, je viens ici, à la salle de gym. Je reste là, à boire du thé, du café, je regarde la télé. Le vendredi c’est pareil33.

  • 34 Entretien avec Ilham, op. cit.
  • 35 Témoignages recueillis lors de mes entretiens avec des ouvrier(e)s migrant(e)s d’origines variées d (...)
  • 36 Entretien avec Amjad, directeur d’une usine à al-Hassan en novembre 2018.

37Il arrive même que ces migrants se mettent en grève pour protester contre le manque de travail supplémentaire34, ou encore que l’ouvrier envisage de rentrer chez lui, estimant que sa présence en Jordanie « ne vaut plus le coup »35. Ce discours sur le « migrant désireux de travailler toujours plus » est largement relayé par les différents acteurs rencontrés et participe à entretenir l’idée selon laquelle « ils ne sont là que pour ça »36.

38Cette motivation à la tâche n’est pourtant pas que spontanée mais bien encouragée, si ce n’est forcée :

  • 37 Entretien avec Marwa, op. cit.

Les entreprises accordent des bonus aux ouvriers qui ne s’absentent pas dans le mois. Par ici nous donnons 15 dinars, mais certaines entreprises de la branche donnent 40 dinars37.

39Ainsi, le maigre salaire de départ peut aller jusqu’à tripler avec les primes et les bonus. La motivation paraît même parfois forcée. D’après Mirana :

  • 38 Entretien avec Mirana, op. cit.

Le problème c’est quand tu as besoin de te reposer un peu. Si tu lis le contrat, tu vois que le travail additionnel n’est pas obligatoire. Mais en fait c’est obligatoire. Si tu n’as pas envie ou que tu es malade ou fatigué, tu n’as pas le droit de refuser. Si tu refuses une fois, ils te pénalisent en refusant de te donner des heures supplémentaires les prochaines fois. Donc tu es obligé d’accepter pour continuer à travailler38.

  • 39 Entretiens avec plusieurs PDG d’entreprises du textile-habillement dans les zones d’al-Hassan, ad-D (...)

40Dans cette industrie textile tournée vers l’exportation et dominée par des entreprises étrangères, le contrôle et la flexibilité de la main-d’œuvre apparaissent comme des éléments clés de compétitivité. Ces entreprises évoluent dans un environnement mondial fortement concurrentiel et dépendent de commandes ponctuelles avec des délais très serrés à respecter sous la pression des marques commanditaires39. Le rythme de production est de ce fait sujet à de fréquentes variations et à un arbitraire qui se répercutent sur la longueur des journées de travail de la main-d’œuvre étrangère. Mirana poursuit :

  • 40 Entretien avec Mirana, op. cit.

Le nombre d’heures supplémentaires n’est pas le même tout le temps et pour toutes les entreprises. Cela dépend des clients, de l’importance des commandes. Là où je travaille, c’était plutôt calme cette année de janvier à avril. Depuis, nous sommes dans la saison du travail. Nous terminons tous les jours à 20 heures ou 22 heures. En fait nous ne savons pas à l’avance. Tout dépend des objectifs qui sont annoncés le matin même40.

41Concernant l’habitat, les migrants sont logés, pour ne pas dire entassés, sur place dans des bâtiments dortoirs prévus à cet effet. Leur répartition dans les chambres-dortoirs se fait selon le sexe et la nationalité, et interdit toute intimité. Le célibat est imposé et la présence d’enfants interdite. Le mobilier est minimal et les affaires s’empilent les unes sur les autres. Les salles d’eau et les cuisines sont communes. L’entassement et le manque de rénovation rendent tous ces habitats dégradés, voire insalubres. Ce confinement aux abords de l’usine restreint l’existence d’une vie sociale en dehors du travail et limite fortement les interactions avec la population locale. Il permet surtout à l’employeur de mieux contrôler sa main-d’œuvre et par conséquent d’en disposer avec davantage de flexibilité (Bruslé, 2015 ; Décosse, 2016). Ainsi à al-Hassan dans la région d’Irbid, on compte plus de 22 000 travailleurs logés sur place en 2018, dans des bâtiments situés au sein de la zone ou à ses abords.

  • 41 Entretien avec Palisha, ouvrière migrante dans la zone d’al-Hassanen décembre 2018.
  • 42 Entretien avec Rafsan et Safina, ouvrières migrantes dans la zone d’al-Hassanen décembre 2018.

42Une fois la journée de travail terminée, et après le départ des ouvrières jordaniennes dans des autocars qui les attendent à la sortie des usines, ces migrants demeurent seuls dans la zone. En l’absence de transports publics, ceux-ci ne se rendent que très peu en ville et n’ont par conséquent quasiment aucun contact avec la société jordanienne. « Je ne quitte jamais la zone, qu’est-ce que j’irais faire en ville ? » me dit Palisha, une ouvrière népalaise41, tandis que Rafsan et Safina, toutes deux originaires du Bangladesh, me racontent « nous nous rendons à Irbid une fois par an, pour l’Aïd (fête musulmane) »42. Il y a ainsi, à al-Hassan, des commerces et des services, de même qu’un marché alimentaire informel tenu par des migrants à l’entrée de la zone, qui s’anime en début de soirée ainsi que les vendredis.

43La population locale ne vient quant à elle jamais à la rencontre de ces migrants et se trouve généralement ignorante de leurs réalités en dehors du travail. Interrogée à ce sujet, Mariam me raconte :

  • 43 Entretien avec Mariam, animatrice du centre des travailleurs dans la zone d’al-Hassan et ancienne o (...)

On pourrait bien sûr encourager la rencontre. Certains (les migrants) ont plein de talents. Il y en a qui font de la très belle musique, d’autres qui dessinent […]. Il y a quand même des matchs de foot entre Jordaniens et migrants. Le sport est la seule chose où tout le monde se retrouve43.

44La situation est similaire dans les autres QIZ. L’isolement des travailleurs migrants est cependant un peu moins poussé à al-Tajamouat dans la banlieue sud d’Amman ou à ad-Dulayl dans la région de Zarqa, où la proximité avec les agglomérations voisines facilite les allées et venues, ainsi que les relations avec la société locale.

La subordination du temps de la migration aux contraintes du travail

45Dans le cas de la main-d’œuvre jordanienne, le temps de travail dans les QIZ rivalise ainsi en permanence avec d’autres temps sociaux, en particulier parental et domestique. Or la séparation entre ces différents temps est relativement prévisible et régulière, ce qui semble mal s’accorder avec les exigences productives des entreprises au sein de cette branche.

46Le temps de travail est en revanche bien le « temps dominant » (Grossin, 1996) dans le cas de la main-d’œuvre migrante, c’est-à-dire qu’il est celui qui tend à s’imposer sur les autres temporalités et que le migrant cherche à rallonger au maximum. Cela est d’autant plus vrai que les temporalités du travail sont irrégulières, imprévisibles, et que l’on constate un brouillage des frontières avec les temporalités du non-travail. Éventuellement, l’articulation entre les différents temps sociaux s’opère à une autre échelle, qui est celle de l’inscription du temps de l’émigration dans son parcours de vie et dans une temporalité biographique (Bessin, 2009). Son séjour en Jordanie se révèle être en cela comme une parenthèse plus ou moins longue entre deux temps de vie au pays ou encore dans le déroulement d’une carrière professionnelle et migratoire en construction (Longuenesse, 2017).

47Ainsi Mirana est arrivée de Madagascar en 2014, à l’âge de 26 ans, pour travailler en tant que couturière dans la zone d’al-Hassan et n’en est pas à sa première expérience migratoire. Après avoir terminé sa scolarité, elle émigre vers le Liban pour travailler durant trois ans en tant qu’employée de maison. Une expérience qui, d’après elle, « s’est plutôt bien passée » sans être non plus « satisfaisante », en raison des « droits misérables des travailleurs domestiques » dans ce pays. Une fois son contrat terminé, elle retourne à Madagascar avec le projet d’émigrer à nouveau.

Au départ je voulais partir travailler en tant que domestique en Afrique du Sud, puis on m’a parlé de la Jordanie pour travailler comme couturière.

  • 44 Entretien avec Mirana, op. cit.

48Célibataire et sans enfants, Mirana continue d’aider ses parents et sa fratrie restés au pays et n’envisage pour le moment pas de quitter la Jordanie44.

  • 45 Entretiens avec Jivan et Ravi, ouvriers migrants dans la zone d’al-Hassan en décembre 2018.

49Cette trajectoire « en spirale » dans laquelle le retour prépare un nouveau départ (Longuenesse, 2017) est également illustrée par le parcours de Jivan et Ravi, deux ouvriers indiens venus dans la zone d’al-Tajamouat en 2016 pour « améliorer la situation de leurs familles et assurer l’argent nécessaire pour se marier ». Ils prévoient de rentrer en Inde à la fin de leur contrat de trois ans et envisagent déjà d’émigrer à nouveau à la recherche de meilleures opportunités de travail45. Bret (2012) évoque à cet égard une « carrière migratoire » qui se construit potentiellement par paliers, par « capitalisation de compétences et de ressources migratoires » permettant éventuellement au travailleur de progresser vers ses objectifs, d’une migration à l’autre, et d’une destination à une autre.

  • 46 Entretien avec Nirijhar, op. cit.

50« Je suis venu pour gagner de l’argent, mais s’il n’y a pas de travail je préfère rentrer chez moi »46, témoigne Nirijhar, un autre ouvrier originaire d’Inde également. Or la migration semble justement permettre ce rapport plus opportuniste au temps pour le migrant qui « ne cherchera pas à disposer d’un temps et d’un espace pour des activités sociales autres que le travail et limitera son temps de repos au strict minimum vital » (Longuenesse, 2017). L’idée selon laquelle le migrant est là pour gagner un maximum d’argent (quitte à travailler plus) en un minimum de temps n’est pourtant pas anodine dans la mesure où sa présence dans le pays d’accueil – ici la Jordanie – n’est permise que « sous le rapport de la force de travail fournie » (Morice, 2004).

  • 47 Entretien avec Fathalla Omrani, président du JTGCU, en août 2018.

51Les temporalités dans lesquelles s’inscrivent ces travailleurs sont ainsi largement déterminées par l’encadrement strict de leurs droits de séjour, lesquels sont conditionnés par l’obtention et la reconduction de contrats de travail toujours temporaires. Faire « coïncider strictement temps de travail et temps migratoire » (Décosse, 2017) permet justement de rendre cette main-d’œuvre à la fois plus disponible et mieux disposée au travail. Un découpage fonctionnel et spatial du temps auquel contribue également beaucoup l’hébergement collectif sur le lieu de travail. Tout porte d’ailleurs à croire que ce sont cette disponibilité temporelle et cette disposition au travail qui sont recherchées par l’employeur, davantage que le niveau de qualification régulièrement évoqué pour décréditer la main-d’œuvre jordanienne. Il semble, en outre, que « le coût de base d’un travailleur étranger pour une entreprise des QIZ est aujourd’hui un peu supérieur à celui d’un travailleur jordanien »47.

52La plupart des travailleurs rencontrés n’ont pas d’expérience ou de compétence particulière avant de venir. Palisha raconte :

  • 48 Entretien avec Palisha, op. cit.

Je n’avais jamais travaillé à l’usine et je ne savais pas ce que c’est. Je me suis retrouvée là parce que je voulais travailler, mais ça reste très difficile pour moi. On nous donne des objectifs à atteindre, avec des responsables qui mettent tout le temps la pression. Je fais de mon mieux48.

53Cette injonction à la productivité dont parle Palisha apparaît comme un aspect central des relations au sein de l’usine. L’injonction passe par la désignation de « chefs pays » chargés de relayer l’information auprès de chaque groupe national, mais aussi de faire leur rapport sur la qualité du travail de leurs compatriotes. L’effort de productivité incombe par ailleurs aux chefs de ligne de production qui s’assurent, entre autres tâches, que la cadence est bien respectée.

54Ce directeur d’usine dans la zone d’al-Tajamouat m’apprend qu’il mesure la productivité de chaque ouvrier au temps qu’il a passé sur sa machine :

  • 49 Entretien avec Omar, op. cit.

Je sais pour chacun combien il a travaillé, chaque jour, à la minute, et même à la seconde. Et nous avons un système qui nous dit à la fin combien cet ouvrier a travaillé à l’année49.

55Un autre directeur d’usine me dit quant à lui que la rémunération est la même que l’ouvrier soit qualifié ou non : « S’il n’est pas qualifié, je le forme moi-même ». Quand je l’interroge sur l’intérêt de faire venir un ouvrier non qualifié, il me répond :

  • 50 Entretien avec Rashad, directeur d’une usine à al-Hassan en novembre 2018.

L’ouvrier non qualifié est généralement plus jeune, sa motivation sera plus grande, il restera éventuellement plus longtemps dans l’usine50.

56Cette dernière citation me permet d’ailleurs de relever que l’astreinte du migrant à un contrat de travail temporaire ne signifie nullement que son embauche doive être de courte durée. Un employeur aura au contraire tout intérêt à prolonger l’emploi d’un travailleur, local ou migrant, tout en gardant la possibilité d’y mettre un terme facilement. Dans le cas du travailleur migrant, l’aptitude à répondre à un rythme de travail intensif et à accepter des durées de travail variables en dépend. Cette situation contraste avec celle du travailleur jordanien pour qui le séjour en Jordanie n’a par définition rien de temporaire. Elle se distingue aussi par ailleurs de celle du réfugié syrien dont la présence sur le sol jordanien n’est pas non plus liée à un contrat de travail. Ceux-ci se montrent par conséquent beaucoup moins enclins à travailler dans cette branche (BetterWork Jordan, 2012 et 2017).

57La « mobilité » de ces migrants s’accorde ainsi moins avec une plus grande liberté de circulation qu’avec une plus forte restriction de leur mouvement. En effet, la durée et le rythme de leur séjour et de leur travail se trouvent contraints par un ensemble de règles et d’arbitraire en conséquence desquels ils sont plus vulnérables aux injonctions à la disponibilité et à la productivité, mais aussi aux mauvais traitements au sein de l’usine : logements insalubres, activités trop pénibles, ponctions ou retard dans le versement des salaires, confiscation des passeports, séquestrations, harcèlements et violences physiques… (The National Labor Committee, 2006).

58Il n’est ainsi pas rare (les témoignages divergent quant à la fréquence d’une telle pratique) que le migrant soit forcé d’acheter son contrat (auprès de l’agence) ou de payer lui-même pour le renouvellement de son permis de travail (auprès de l’employeur). Un permis de travail annuel dans les QIZ coûte 325 dinars soit presque trois mois de salaire. Mirana fait part de sa propre expérience à ce sujet :

En plus des frais administratifs que l’agence de recrutement nous fait payer, nous devons encore payer à l’agence 200 dinars étalés sur cinq mois après notre arrivée ici, via notre responsable malgache à l’usine.

59Elle conclut en disant :

  • 51 Entretien avec Mirana, op. cit.

Voilà, nous sommes obligés de payer pour travailler51.

60Dans d’autres cas, l’employeur prend simplement du retard dans le renouvellement des permis de travail et titres de séjour. Un retard qui dure plusieurs mois voire des années, exposant les travailleurs ainsi en situation « irrégulière » au risque d’être arrêtés par la police et expulsés. Au moment de ma visite de la zone d’al-Tajamouat, 70 ouvriers étaient sans permis de travail depuis bientôt un an. Dans une autre zone à al-Hassan, tous les ouvriers étaient sans permis depuis plusieurs mois. Depuis le centre des travailleurs, Mariam me renseigne sur cette affaire :

  • 52 Entretien avec Mariam, op. cit.

Le patron dit qu’il n’a pas les moyens de payer les permis […]. Si un ouvrier est arrêté, soit le patron va le chercher et règle tous les frais pour le garder, soit il le laisse se faire expulser. Ils viennent nous voir car ils ne peuvent pas aller se plaindre à la police au risque de se faire attraper52.

61En vertu du régime de la kafala, le migrant ne peut décider seul de changer d’employeur :

  • 53 Entretien avec Ilham, op. cit.

À partir du moment où ton permis de travail et ton titre de séjour ont été réalisés par l’entreprise X, si tu travailles pour Y tu es en situation illégale, à moins de procédure de transfert qui se fait avec l’accord des deux53.

  • 54 Entretien avec Pravar, ouvrier migrant dans la zone d’al-Hassanen décembre 2018.

62Il est par ailleurs forcé de respecter la durée du contrat et ne peut dès lors quitter le pays sans l’accord de son employeur. Ainsi, Pravar souhaite rentrer chez lui en Inde au bout d’un an, « il n’y a pas de travail suffisant ici, pas de salaire »54. Mais le directeur de l’usine refuse et lui réclame un dédommagement des frais engagés pour le faire venir.

  • 55 Entretien avec Mariam, op. cit.

Les camarades de Pravar voulaient se mettre en grève mais avec mon intervention et celle du syndicat, nous avons pu éviter cela. Mais Pravar doit payer lui-même son billet retour55.

63S’il est déjà en situation « irrégulière », un migrant désirant quitter le pays devra également trouver un employeur (et un kafil/garant) prêt à le reprendre et à régulariser sa situation. Ilham, déléguée syndicale à al-Hassan m’explique la démarche :

  • 56 Entretien avec Ilham, op. cit.

Lorsqu’il pense repartir, il vient ici dans la zone, arrange sa situation, travaille le temps du contrat, un an ou deux, puis après il peut sortir légalement56.

64C’est le migrant lui-même qui prend en charge les pénalités qui se sont accumulées. Rajib témoigne :

  • 57 Entretien avec Rajib, ouvrier migrant dans la zone d’al-Hassanen décembre 2018.

Après deux ans passés dans une usine sans permis, j’ai dû payer une autre entreprise 745 dinars pour qu’elle accepte de me remettre en règle57.

65L’autre option consiste à se rendre à la police jordanienne. Le migrant passe plusieurs semaines en prison puis, faute de pouvoir payer les pénalités, il est finalement expulsé vers son pays.

66Certains migrants décident de fuir la zone. D’après Mariam :

  • 58 Entretien avec Mariam, op. cit.

Il (le migrant) vient pour un contrat de trois ans. S’il apprend que le contrat ne sera pas renouvelé, il prend la fuite sans même récupérer son passeport58.

  • 59 Entretien avec Jahid, ouvrier migrant dans la zone d’al-Hassanen décembre 2018.

67Jahid est arrivé du Bangladesh à 17 ans pour travailler comme couturier dans la QIZ d’al-Hassan. Il a d’abord travaillé dans plusieurs usines qui ont fermé successivement. Aujourd’hui, il travaille de façon « irrégulière » comme cuisiner chez des particuliers et revient parfois travailler dans des usines, sans contrat, au moment de la « saison du travail ». Après quinze ans passés en Jordanie, il compte encore rester le temps qu’il faudra pour assurer à sa famille une meilleure situation59.

68Mariam m’apprend que :

  • 60 Entretien avec Mariam, op. cit.

les Bangladais sont les plus nombreux à rester de façon illégale, la situation dans leur pays est trop difficile. Et repartir à nouveau leur coûterait trop cher. Ils veulent rester assez longtemps pour que ça vaille le coup, le temps d’améliorer la situation de leur famille, puis la leur, puis ils rentrent60.

  • 61 Entretien avec Ilham, op. cit.

69Les derniers chiffres datant de 2017 indiquent qu’il y aurait 60 000 migrants en situation « irrégulière » à venir du secteur textile. D’après Ilham, « ils ont un meilleur revenu en travaillant hors de la zone qu’ici, et leur nombre a augmenté malgré la surveillance »61. Mais pour Mariam :

  • 62 Entretien avec Mariam, op. cit.

S’ils quittent la zone, ce n’est pas par choix. Ils risquent à tout moment de se faire attraper et expulser. Mais soit leur contrat se termine, soit l’usine ferme62.

70Le ministère du Travail organise de temps à autre des campagnes de fouille, dans la zone ou en dehors.

  • 63 Chiffres du JTGCU remis à l’auteur.
  • 64 Entretien avec Mariam, op. cit.
  • 65 Entretien avec Ilham, op. cit.

71Ainsi, cette main-d’œuvre est temporaire, captive sur son lieu de travail et politiquement invisible. Elle parvient néanmoins à se mobiliser ici et là pour protester contre sa condition. Ces résistances prennent la forme de grèves au sein de l’usine, voire simultanément dans plusieurs usines et plusieurs zones, ou encore de manifestations au sein de la zone (Labadi, 2019b). En 2017, le Syndicat général des travailleurs du textile, de l’habillement et du vêtement (JTGCU) a recensé 16 grèves dans les QIZ, contre 34 en 201063, mais « toutes les grèves ne sont pas systématiquement recensées »64. De leur côté, les travailleurs jordaniens des QIZ ne semblent jamais faire de grève, « s’ils ne sont pas contents, ils quittent la zone et vont chercher du travail ailleurs »65.

Conclusion

72Si les conditions de travail dans les QIZ semblent s’être améliorées au cours de la dernière décennie, cela n’a définitivement pas remis en cause l’approche utilitariste qui continue de dicter l’importation de travailleurs migrants. Le migrant demeure ainsi cette force de travail que l’on peut faire venir à la demande, sans jamais lui donner les moyens de s’installer. Son contrat de travail est temporaire, de même que son titre de séjour. En conséquence de quoi les travailleurs migrants sont davantage vulnérables aux injonctions à la disponibilité et à la productivité de leurs employeurs. Une vulnérabilité que leur hébergement collectif à proximité des usines contribue encore à renforcer. Or la comparaison, dans cet article, des temporalités différentes dans lesquelles s’inscrivent les mains-d’œuvre jordanienne et étrangère, indique que l’assignation à circuler, entretenue par la politique migratoire jordanienne et l’usage de contrats de travail temporaires, est déterminante pour comprendre la plus grande disponibilité et la meilleure disposition du migrant au travail. Ces dernières permettent en retour d’expliquer le recours massif à cette main-d’œuvre importée dans les QIZ plutôt qu’à des travailleurs locaux, visiblement moins disposés à se plier au rythme inconstant de la production, et plus prompts à s’absenter et à démissionner.

73En ce sens, la « mobilité » des travailleurs migrants s’accompagne d’une plus forte restriction de leur mouvement, à la fois dans les temps et dans l’espace. La disponibilité temporelle au travail en particulier, soit la subordination du temps humain aux contraintes productives (Bouffartigue, 2012), apparaît même comme un enjeu majeur de l’organisation du travail, ainsi que du séjour, de ces travailleurs migrants. Or cette subordination a ceci de caractéristique qu’elle semble pour eux incertaine. Ceci est vrai d’abord à l’échelle du parcours de vie, puisque le séjour en Jordanie dépend du renouvellement du contrat de travail par l’employeur ainsi que du volume de travail demandé qui peut ne pas valoir le coup (de la migration). Cela vaut aussi à l’échelle de la journée de travail, dont la durée est variable selon le volume ponctuel des commandes à honorer par l’entreprise. Enfin à l’échelle du travail lui-même, la cadence est strictement encadrée par les chefs de ligne et fluctue toujours selon les objectifs de production. Ainsi l’ajustement du temps du séjour et du temps du travail se traduit par une porosité des frontières entre temps de travail et autres temps sociaux, au profit du premier, durant toute la période du séjour. D’« autres temps » que l’absence de familles et l’isolement géographique et social réduisent à n’être finalement que des temps de « non-travail », d’attente du travail.

74Cet article apporte un nouvel éclairage sur comment l’application d’une « mobilité circulaire » ainsi que l’établissement de zones franches d’exportation industrielle façonnent les temporalités, de même que les spatialités, du travail des migrants. Les relations de pouvoir, les institutions et les réglementations produisent diverses formes de précarité qui sont essentielles pour assurer la disponibilité de la main-d’œuvre dans ces zones. Dans une industrie – le textile-habillement – fortement concurrentielle et intensive en main-d’œuvre à la fois peu qualifiée et faiblement rémunérée, cette subordination de la main-d’œuvre au (temps de) travail est un élément décisif de la compétitivité des entreprises. Les QIZ en Jordanie apparaissent en définitive comme le lieu d’une frontière juridique, spatiale mais aussi temporelle entre travailleurs locaux et travailleurs migrants. Cette frontière semble s’établir entre d’un côté une main-d’œuvre dont le temps est largement contraint et tendanciellement tout entier capté par le travail et, de l’autre, une main-d’œuvre dont le temps est moins contraint mais qui rencontre aussi plus de difficulté à s’employer. Or cette situation permet de faire émerger la figure du travailleur (mais aussi du migrant) « idéal » : disponible, motivé, discipliné, propre, invisible. Une figure à laquelle tous les travailleurs sont régulièrement invités à se conformer.

Haut de page

Bibliographie

Abi Yaghi M.-N., Longuenesse E., 2012. « Temps de travail et temps sociaux à Beyrouth », Temporalités [En ligne] 15. URL :http://temporalites.revues.org/1982

Awad A., Ghoneim T., 2009. Impact of Qualifying Industrial Zones on Egypt and Jordan: A Critical Analysis, Genève, UNCTAD.

al-Bakhit Y. et al., 2009.Ten Years of Qualified Industrial Zones: Absolute Success or Relative Success, Amman Office, Royal Scientific Society of Jordan and Friedrich-Ebert-Stiftung.

Baussand P.-N., 2000. « Jordanie : l’utilisation de l’immigration pour stabiliser une économie postrentière en crise », Tiers-Monde41 (163), p. 659-660.

Beaugé G., 1986. « La kafala : un système de gestion transitoire de la main-d’œuvre et du capital dans les pays du Golfe », Revue européenne des migrations internationales 2 (1), p. 109-122.

de Bel-Air F., 2003. « Migrations internationales et politique en Jordanie », Revue européenne des migrations internationales 19 (3), p. 9-41.

de Bel-Air F., 2005. « Migration et politique. Politiques d’immigration de travail et construction nationale en Jordanie (1975-2002) », in Jaber H., Métral F. (dir.), Mondes en mouvements. Migrants et migrations au Moyen-Orient au tournant du xxie siècle, Institut français du Proche-Orient (IFPO), p. 159-178.

Bessin M., 2009. « Parcours de vie et temporalités biographiques : quelques éléments de problématique », Informations sociales 156, p. 12-21.

Better Work Jordan, 2012. Employment of Jordanians in the Garment Industry: Challenges and Prospects, International Labour Organization, International Finance Corporation.

Better Work Jordan, 2017. Examining Barriers to Workforce Inclusion of Syrian Refugees in Jordan, International Labour Organization, International Finance Corporation.

Borgeaud-Garciandía N., 2009. Dans les failles de la domination, Paris, Presses universitaires de France.

Bost F. (dir.), 2010. Atlas mondial des zones franches, Paris, La Documentation française.

Bouffartigue P., 2012. Temps de travail et temps de vie. Les nouveaux visages de la disponibilité temporelle, Paris, Presses universitaires de France, avec la collaboration de Boutellier J.

Bret J., 2012. « Temps migratoires en tension », Temporalités [En ligne] 15. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/2029

Bruslé T., 2015. « Habiter un camp de travailleurs. Appropriation, usages et valeurs du dortoir en milieu contraint », Annales de géographie, 702-703, p. 248-274.

Décosse F., 2016. « Maisons de campagne. Sociologie du logement des ouvriers agricoles étrangers sous contrats saisonniers OFII », in Canepari E., Mésini B., Mourlane S. (dir.), Mobil Hom (m)es. Formes d’habitats et modes d’habiter la mobilité, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, p. 135-143.

Décosse F., 2017. « “Wanted but not welcome”. Les programmes de migration temporaire à l’épreuve du temps », in Baby-Collin V., Mazzella S., Mourlane S., Régnard C., Sintès P. (dir.), Migrations et temporalité en Méditerranée. Les migrations à l’épreuve du temps (xixe-xxie siècle), Paris, Karthala, p. 131-144.

Grossin W., 1996. Pour une science des temps. Introduction à l’écologie temporelle, Toulouse, Octarès.

Haddad J., Louzi A., Batayneh N., 2013. The Future of Jordan’s Qualified Industrial Zones (QIZs), Amman Office, Royal Scientific Society of Jordan and Friedrich-Ebert-Stiftung.

Hanieh A., 2013. Lineages of Revolt: Issues of Contemporary Capitalism in the Middle East, Chicago, Haymarket Books.

Hellio E., 2008. « Importer des femmes pour exporter des fraises (Huelva) », Études rurales 182, p. 185-200.

Labadi T., 2015. « De la dépossession à l’intégration économique : économie politique du colonialisme en Palestine », thèse de doctorat en science économique, Paris, université Paris-Dauphine.

Labadi T., 2019a. « La rente, la dette et la réforme : décryptage de la contestation sociale en Jordanie », Confluences Méditerranée 3 (110), p. 55-67.

Labadi T., 2019b. « Les travailleurs migrants en Jordanie : l’exemple de l’industrie textile », Confluences Méditerranée 4 (111), p. 29-43.

Longuenesse E., 2017. « Temps de travail et temporalités migratoires : le cas des travailleurs étrangers au Liban », in Chiffoleau S., Dannaoui E., Madoeuf A., Slim S. (dir.), Explorer le temps au Liban et au Proche-Orient, Institut français du Proche-Orient de Beyrouth & université de Balamand.

MadaniD., 1999. A Review of the Role and Impact of Export Processing Zones, Washington, D.C, World Bank Group.

Mesini B., 2009. « Enjeux des mobilités circulaires de main-d’œuvre : l´exemple des saisonniers étrangers dans l’agriculture méditerranéenne », Méditerranée113, p. 105-112.

Mercier D., 2009. « Affranchissement et exception au cœur des frontières profitables. Le cas des zones franches d’exportation industrielle en Amérique centrale », Critique économique 25, p. 109-122.

Morice A., 2004. « Le travail sans le travailleur », Plein droit 61, p. 2-7.

Moulier-Boutang Y., 1998. De l’esclavage au salariat : économie historique du salariat bridé, Paris, Presses universitaires de France.

Neveling P., 2015. « Free trade zones, export processing zones, specialeconomic zones and global imperial formations 200 BCE to 2015 CE », in Ness I., Cope Z. (dir.), The Palgrave Encyclopedia of Imperialism and Anti-Imperialism, Basingstoke, Palgrave Macmillan, p. 1007-16.

Pellerin H., 2011. « De la migration à la mobilité : changement de paradigme dans la gestion migratoire. Le cas du Canada », Revue européenne des migrations internationales [En ligne] 27 (2). URL : http://journals.openedition.org/remi/5435

Piguet E., 2013. « Les théories des migrations. Synthèse de la prise de décision individuelle », Revue européenne des migrations internationales29 (3), p. 141-161.

Piore M., 1979. Birds of Passage: Migrant Labor and Industrial Societies, Cambridge, Cambridge University Press.

Sue R., 1994. Temps et ordre social. Sociologie des temps sociaux, Paris, Presses universitaires de France.

The National Labor Committee, 2006. U.S. Jordan Free Trade Agreement, Descends Into Human Trafficking & Involuntary Servitude, New York.

World Bank, 2018. Jordan Economic Outlook - Spring 2018 (English). Washington, D.C., MENA Economic Outlook Brief, World Bank Group.

Haut de page

Notes

1 Entretien avec Ilham, déléguée du Syndicat général des travailleurs du textile, de l’habillement et du vêtement (JTGCU) dans la zone d’al-Hassan et ancienne ouvrière dans les QIZ, en décembre 2018.

2 Ce centre, ouvert depuis 2013 sous la supervision du programme BetterWork Jordan (voir plus loin), est conçu comme un lieu de détente et de socialisation où les travailleurs peuvent en même temps trouver une assistance syndicale et juridique. Il n’a pas d’équivalent dans les autres zones en Jordanie.

3 « Economic bulletin », Roya News, 24/07/2018.

4 La part de la population vivant sous le seuil de pauvreté absolue était officiellement estimée à 14,4 % en 2010, un chiffre suspecté d’avoir augmenté depuis (source : https://www.almamlakatv.com/news/157-17264-نسبة-الفقر-المطلق-في-الأردن consulté le 28/09/2019).

5 Une approche résumée par le slogan « win, win, win » que j’ai retrouvé dans le discours de divers acteurs, gouvernementaux ou de l’Organisation internationale du travail (OIT) en Jordanie.

6 Dinar jordanien

7 Un accord de libre-échange est signé en 1985 entre les États-Unis et Israël en vertu duquel un produit en provenance d’Israël peut accéder librement au marché étasunien s’il compte au moins 35 % de valeur ajoutée israélienne. Le même traitement sera accordé à partir de 1996 aux produits issus des QIZ à condition que les parts des valeurs ajoutées jordanienne et israélienne comptent respectivement pour au moins un tiers de cette même portion.

8 La création des QIZ s’inscrit dans un ensemble d’initiatives destinées dans la seconde moitié des années 1990 à préparer l’avènement d’un marché régional unique et attractif pour les capitaux, en appui au processus politique de construction de la paix entre Israël et les États arabes (Labadi, 2015).

9 L’Arrangement multifibre est un accord international signé en 1974 sous l’égide du GATT afin d’autoriser les pays à limiter leurs importations dans la filière du textile-habillement par un système de quotas. Il est remplacé en 1995 par l’Accord de l’OMC sur les textiles et vêtements, qui prend fin à son tour en 2005.

10 Chiffres du JTGCU remis à l’auteur. Dans la zone d’al-Hassan, les femmes bangladaises représentent en 2018 57 % de l’ensemble des travailleurs migrants, suivies par les hommes indiens et sri-lankais qui comptent respectivement pour 18,5 % et 4,5 % (chiffres du Jordan Industrial Estates Company remis à l’auteur).

11 La proportion de travailleurs migrants est même plus importante dans certains établissements où elle dépasse encore 90 % en 2018.

12 Seuls dérogent à la règle l’agriculture et l’emploi domestique, où cette proportion est également beaucoup plus élevée.

13 Entretien avec un cadre dirigeant de la Direction du travail à al-Hassanréalisé en novembre 2018.

14 Ibid.

15 Ce programme a déjà cours dans plusieurs pays exportateurs de textile (Cambodge, Vietnam, Bangladesh…). Voir le site internet du programme (https://betterwork.org/about-us/the-programme/) consulté le 25/06/2019.

16 Entretien avec Ilham, op. cit.

17 Ibid.

18 Ibid.

19 Entretien avec Marwa, ouvrière jordanienne à al-Tajamouat en décembre 2018.

20 Entretien avec Ilham, op. cit.

21 Entretien avec Marwa, op. cit.

22 Ibid.

23 Entretien avec un cadre dirigeant de la Direction du travail à al-Hassan réalisé en novembre 2018.

24 Entretien avec Omar, directeur d’une usine à al-Tajamouaten novembre 2018. Bien que les entreprises des QIZ soient pour la plupart étrangères, le directeur d’usine est quant à lui recruté localement.

25 Entretien avec Jamal, directeur d’une usine à ad-Dulayl en décembre 2018.

26 Entretien avec Omar, op. cit.

27 Journal officiel n° 2808 paru le 22/03/2017.

28 Entretien avec Rasik, ouvrier migrant dans la zone d’al-Hassanen décembre 2018.

29 Témoignages recueillis lors de mes entretiens avec des ouvrier(e)s migrant(e)s d’origines variées dans la zone d’al-Hassanen décembre 2018.

30 Ibid.

31 Entretien avec Mirana, ouvrière migrante dans la zone d’al-Hassanen décembre 2018.

32 Ibid.

33 Entretien avec Nirijhar, ouvrier migrant dans la zone d’al-Hassanen décembre 2018.

34 Entretien avec Ilham, op. cit.

35 Témoignages recueillis lors de mes entretiens avec des ouvrier(e)s migrant(e)s d’origines variées dans la zone d’al-Hassanen décembre 2018.

36 Entretien avec Amjad, directeur d’une usine à al-Hassan en novembre 2018.

37 Entretien avec Marwa, op. cit.

38 Entretien avec Mirana, op. cit.

39 Entretiens avec plusieurs PDG d’entreprises du textile-habillement dans les zones d’al-Hassan, ad-Dulayl et al-Tajamouatréalisés entre octobre et décembre 2018.

40 Entretien avec Mirana, op. cit.

41 Entretien avec Palisha, ouvrière migrante dans la zone d’al-Hassanen décembre 2018.

42 Entretien avec Rafsan et Safina, ouvrières migrantes dans la zone d’al-Hassanen décembre 2018.

43 Entretien avec Mariam, animatrice du centre des travailleurs dans la zone d’al-Hassan et ancienne ouvrière dans les QIZ, en décembre 2018.

44 Entretien avec Mirana, op. cit.

45 Entretiens avec Jivan et Ravi, ouvriers migrants dans la zone d’al-Hassan en décembre 2018.

46 Entretien avec Nirijhar, op. cit.

47 Entretien avec Fathalla Omrani, président du JTGCU, en août 2018.

48 Entretien avec Palisha, op. cit.

49 Entretien avec Omar, op. cit.

50 Entretien avec Rashad, directeur d’une usine à al-Hassan en novembre 2018.

51 Entretien avec Mirana, op. cit.

52 Entretien avec Mariam, op. cit.

53 Entretien avec Ilham, op. cit.

54 Entretien avec Pravar, ouvrier migrant dans la zone d’al-Hassanen décembre 2018.

55 Entretien avec Mariam, op. cit.

56 Entretien avec Ilham, op. cit.

57 Entretien avec Rajib, ouvrier migrant dans la zone d’al-Hassanen décembre 2018.

58 Entretien avec Mariam, op. cit.

59 Entretien avec Jahid, ouvrier migrant dans la zone d’al-Hassanen décembre 2018.

60 Entretien avec Mariam, op. cit.

61 Entretien avec Ilham, op. cit.

62 Entretien avec Mariam, op. cit.

63 Chiffres du JTGCU remis à l’auteur.

64 Entretien avec Mariam, op. cit.

65 Entretien avec Ilham, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Taher Labadi, « Ce que fait l’assignation à circuler aux temporalités de travail »Temporalités [En ligne], 33 | 2021, mis en ligne le 16 juin 2021, consulté le 23 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/8220 ; DOI : https://doi.org/10.4000/temporalites.8220

Haut de page

Auteur

Taher Labadi

LABEXMED-AMU-IREMAM-LEST
35 Avenue Jules Ferry, 13 626, Aix en Provence, Cedex 01, France
tallabad@gmx.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search