Navigation – Plan du site

AccueilTemporalités33Négocier l’articulation des temps...

Négocier l’articulation des temps sociaux entre famille, travail salarié et commerce

Le cas des femmes comoriennes installées à Marseille
Negotiating the articulation of social time between family, paid work and trade: the case of Comorian women living in Marseille
Negociar la articulación de los tiempos sociales entre familia, trabajo asalariado y comercio. El caso de las mujeres comorenses residentes en Marsella
Abdoul-Malik Ahmad

Résumés

Comment des femmes migrantes originaires des Comores, engagées dans une double activité professionnelle, à la fois comme salariées subalternes (femme de ménage, de chambre, aide-soignante, aide à domicile, etc.) et commerçantes à la valise (les marchandises achetées sont acheminées directement dans les valises) parviennent (ou non) à articuler les temps sociaux, en particulier les temps les plus investis socialement, à savoir l’articulation travail salarié/famille/commerce ? Selon quelles modalités gèrent-elles leurs « équations temporelles personnelles » (Grossin, 1996) ? Ces femmes sont nombreuses à être concernées par les formes d’emploi atypiques (temps partiel contraint, intérim, horaires de travail éclatés, atomisation des lieux de travail, etc.) entraînant une désynchronisation de leurs rythmes sociaux par rapport à ceux de leur entourage et de la société en général. Cette précarité objective peut être de nature à rendre difficile l’articulation des temps sociaux. L’articulation de cette double temporalité de travail (emploi/commerce) nécessite du reste de disposer de temps libre. Pour les salariées les plus précaires, la conduite de cette activité de commerce s’organise dans une double articulation avec leur activité salariale, puisque d’une part elles profitent de la « porosité » de leur temps de travail, liée à la précarité même de leur emploi et que, d’autre part, elles puisent dans les ressources économiques que cet emploi leur procure. Les femmes travaillant à temps plein, quant à elles, s’organisent en fonction de leurs jours de repos.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Le terme de « temps » est ici utilisé au pluriel pour insister sur son caractère éminemment social, (...)

1De plus en plus de salariés éprouvent des difficultés pour articuler leur vie personnelle et familiale avec les obligations du travail. Cette situation peut avoir des incidences dans l’investissement au travail, au niveau de la santé individuelle et dans les relations familiales et sociales. L’articulation des temps sociaux1 met notamment en question l’égalité entre les hommes et les femmes dans les sphères professionnelle et familiale, l’insertion durable des femmes dans l’emploi ou encore le maintien d’un certain niveau de fécondité acceptable pour les pouvoirs publics. Ainsi, elle constitue une question socio-économique majeure (Barrère-Maurisson, 2010). De nombreuses recherches en sociologie mettent en évidence les difficultés multiples rencontrées par les individus pour articuler les sphères du travail et du hors-travail et les différentes manières de mobiliser ou pas les dispositifs institutionnels mis en place dans l’objectif de faciliter cette articulation (Haicault, 2000 ; Barrère-Maurisson, 2003 ; Fusulier, 2003 ; Tremblay, 2003a, 2003b, 2004, 2005). En complément de ces travaux portant sur les populations d’origine nationale, l’articulation des temps sociaux est ici abordée à propos d’un groupe de migrants, lesquels ont des vies quotidiennes marquées par de multiples connexions et liens sociaux ne pouvant se limiter à une seule frontière nationale. Ils ne se situent ni ici, ni là-bas mais ici et là-bas en même temps (Tarrius et al., 2013). De ce fait, notre démarche s’inscrit dans une dynamique de « dénationalisation » des objets de recherche (Sassen, 2003). Le travail et le hors-travail sont envisagés dans une dimension transnationale (Nedelcu, 2009).

2Pour ce faire, cet article se propose d’analyser comment des femmes migrantes originaires des Comores, engagées dans une double activité professionnelle, à la fois comme salariées subalternes (femme de ménage, de chambre, aide-soignante, aide à domicile, etc.) et comme commerçantes à la valise, parviennent (ou non) à articuler les temps sociaux, en particulier les temps les plus investis socialement, à savoir l’articulation travail salarié/famille/commerce. Il conviendra également de montrer selon quelles modalités elles gèrent leurs différentes « équations temporelles personnelles » (Grossin, 1996). Elles sont en effet nombreuses à être concernées par les formes d’emploi atypiques (temps partiel contraint, intérim, horaires de travail éclatés, atomisation des lieux de travail, etc.) entraînant une désynchronisation de leurs rythmes sociaux par rapport à ceux de leur entourage et de la société en général. À cet égard, des études font état d’un marché du travail spécifique aux migrantes (Puech, 2004, 2006) marqué par une assignation des femmes issues des pays du Sud aux métiers subalternes dans les pays du Nord (du care et des services à la personne comme garde-malade, aide-soignante, aide à domicile, secteur du nettoyage). Selon Nakano Glenn (2009), cette assignation systémique s’inscrit dans des mécanismes racistes et sexistes de gestion de la main-d’œuvre immigrée féminine. Le cas des mères migrantes donne à voir la mise en place et le maintien de chaînes mondiales du care (global care chains) et du travail domestique (Hochschild, 2000).

3Le double engagement professionnel de ces femmes (emploi salarié et commerce à la valise) nécessite de disposer de temps libre. La conduite de cette activité de commerce s’organise dans une double articulation avec leur activité salariale, puisque d’une part elles profitent, pour celles concernées par les formes d’emploi atypiques, de la flexibilité de leur temps de travail, et d’autre part elles puisent dans les ressources économiques que cet emploi leur procure pour initier leur commerce. Les femmes travaillant à temps plein organisent quant à elles leur commerce en fonction de leurs jours de repos. Aussi, la réussite de l’articulation des temps sociaux est conditionnée par la capacité de négociation des commerçantes avec leur entourage (conjoints, enfants, autres membres de la famille, amis) afin qu’il s’occupe en partie du travail reproductif lors des circulations commerciales. Seules les femmes migrantes mariées ou divorcées avec enfant (les mères) seront présentées dans cet article dans la mesure où la responsabilité parentale constitue une charge supplémentaire qui participe à borner considérablement leur mobilité. Cela rend les négociations plus ardues avec l’entourage (conjoints, amis, membres de la famille). Pour parvenir à articuler les temporalités sociales, elles doivent faire appel à un panel plus large de savoir-faire et de stratégies que les femmes sans enfant. La question centrale à laquelle cet article cherche à répondre est la suivante : comment et par quelles stratégies des femmes migrantes confrontées à des dominations imbriquées autant dans la sphère productive (emploi/commerce) que reproductive (rôle de mère, de femme mariée, care aux enfants, etc.) négocient-elles l’articulation des temps sociaux ?

4L’articulation des temps sociaux désigne la manière dont les acteurs gèrent et organisent les différents impératifs et temporalités de la vie sociale d’un point de vue pratique et mental, tout en essayant de tenir compte des temporalités des autres acteurs sociaux. L’articulation renvoie aussi à la manière dont les individus inscrivent leurs temps sociaux « dans les rythmes macrosociaux (temps institutionnalisés qui fonctionnent comme autant de marqueurs temporels et de conventions), compte tenu des représentations qu’ils ont de leurs divers engagements sociaux et compte tenu des cadres d’interaction (organisation, famille, administration…) dans lesquels ils sont insérés et dans lesquels se négocient les pratiques et représentations du temps » (Laloy, 2010). À cet égard, l’articulation des temps sociaux comporte deux dimensions principales, à savoir les pratiques et les représentations de l’individu.

5La dimension du genre est transversale dans les recherches sur l’articulation des temps sociaux (Mercier et al., 2017). On ne peut opérer une séparation nette entre le temps de travail et le temps hors-travail, particulièrement lorsqu’il s’agit de femmes. Le champ habituellement considéré comme le hors travail contient aussi des activités qui s’apparentent à bien des égards à du travail : « l’opposition travail/hors-travail s’est déconstruite d’elle-même pour faire place à l’idée d’une articulation entre les sphères de la production et de la reproduction. Car, en fait, si l’on définit la sphère domestique comme un lieu où se déroule un travail, alors la séparation travail/hors-travail n’a plus de sens – pour les femmes, en tout cas » (Maruani, 2001, p. 45). Selon Guillemaut (2007, p. 154), la prédominance du mode de production capitaliste (le salariat) a permis de renforcer arbitrairement la dichotomie entre travail salarié, considéré comme productif, et les tâches domestiques familiales, associées au domaine de l’improductif. Dans cette perspective, les deux lieux, celui de la production (activité professionnelle) et de la reproduction (espace domestique) sont envisagés comme des espaces de travail imbriqués qui mettent en évidence des rapports sociaux inégalitaires.

6Les féministes matérialistes considèrent que l’appropriation de la force de travail des femmes ne s’exerce pas uniquement dans la famille et dans le mariage (sphère privée) mais aussi dans le salariat (Guillaumin, 1978, p. 21). À cet égard, toute approche du travail féminin doit porter à la fois sur l’analyse du statut et de la position des femmes dans les sphères productive et reproductive (Kergoat, 1982, p. 69). La sociologie du travail comme celle de la famille ne cessent de faire état de la difficulté accrue des femmes à articuler des temps sociaux (Haicault, 1984 ; Walzer, 1998). La charge mentale ménagère désigne selon Haicault (1984) la charge cognitive que les tâches ménagères et la gestion du foyer représentent chez une femme en couple, d’autant plus lourde lorsqu’elle est insérée dans le salariat, et/ou engagée dans le commerce à la valise comme les femmes comoriennes étudiées ici. Pour ces dernières, la triple charge (commerce, travail salarié et travail au foyer) ne se limite pas à une simple addition des contraintes. Elle renvoie à l’empiétement d’un univers sur l’autre et au fait qu’une partie des tâches dévolues au foyer soit gérée simultanément au sein du lieu du travail commercial et/ou de l’emploi et inversement. Les femmes comoriennes mères, salariées et commerçantes à la valise doivent organiser leurs déplacements commerciaux tout en s’occupant en même temps de la garde des enfants et/ou en exécutant de façon anticipée les tâches domestiques (nettoyage, cuisine, courses, etc.). La charge mentale ne pose pas seulement la question du partage des tâches domestiques, mais aussi celle de la gestion des temps sociaux qui débordent les espaces sociaux.

7Pour autant, notre approche ne se veut pas déterministe. Les individus sont certes déterminés par les cadres temporels dans lesquels ils sont insérés (Laloy, 2010, p. 18), mais ils ne manquent pas d’agency, capacité d’agir pouvant favoriser des marges de négociations avec les structures normatives (Mahmood, 2009, p. 32). L’individu a la capacité de coordonner ses propres temporalités avec celles des autres acteurs au sein d’un cadre temporel donné (Grossin, 1995) et de ce fait exercer une influence, fût-elle légère, sur le temps de la collectivité à laquelle il appartient. Les parcours biographiques des femmes comoriennes sont marqués par une pluralité de contraintes face auxquelles elles engagent des négociations en mobilisant un ensemble de stratégies et de tactiques, entendues comme des « arts de faire avec » des plus faibles (de Certeau, 1990, p. 63). Il s’agit pour elles de jouer sur les interstices des cadres temporels, en dépit des contraintes imposées par ces derniers, et même d’une certaine façon grâce à ces contraintes, en les exploitant.

  • 2 Les premiers interviewés rencontrés suggèrent au chercheur d’autres personnes à contacter à la fi (...)
  • 3 La tontine ou le Mtsango en comorien est une association d’entraide consistant à verser périodiqu (...)

Encadré 1. Précisions méthodologiques
Cet article s’appuie sur un corpus empirique tiré de ma thèse de doctorat de sociologie sur les femmes comoriennes installées à Marseille, salariées, et qui s’adonnent à des activités de commerce transnational à la valise. Elles vendent des produits manufacturés (produits alimentaires, textiles et maroquinerie, chaussures, etc.) et de l’or pour les mariages et les festivités communautaires. Reposant sur une démarche qualitative et inductive, cette recherche a eu lieu dans les quartiers populaires du nord de Marseille où réside une partie importante des commerçantes que j’ai suivies. C’est par le biais de la stratégie dite de la boule de neige que j’ai pu accéder au terrain2. Je partage avec ces femmes une origine nationale commune. Cela m’a facilité l’entrée sur le terrain car j’ai fait appel à mon réseau d’interconnaissance. Toutefois, le fait que je sois un homme de même origine, qui plus est moins âgé que les femmes commerçantes, a parfois compliqué le travail de recueil des données. C’est une activité économique peu valorisée au sein des associations villageoises dont font partie les commerçantes. Cela permet d’expliquer en partie le désintérêt des hommes comoriens pour ce commerce subalterne peu pourvoyeur en revenus. J’ai réalisé des entretiens biographiques creusés (N = 30) et observations directes (N = 22) des espaces de vente (les festivités communautaires et les tontines3). Les entretiens biographiques ont porté sur l’évocation des motivations à l’émigration, du parcours migratoire et des réseaux mobilisés lors du départ, de l’arrivée et de l’installation en terre d’immigration et des liens construits et entretenus avec la « communauté » (ici et au pays). Puis on s’est attaché à cerner les rapports des migrantes avec leurs familles à la fois dans le pays d’accueil et dans le pays d’origine. Et enfin on a retracé leurs trajectoires professionnelles et leurs motivations concernant l’engagement dans les activités marchandes transnationales. J’ai suivi des femmes commerçantes durant 2 années et demie de terrain (de 2013 à mi-2016) : tantôt salariées dans le secteur des services et des soins aux particuliers dans les entreprises privées ou dans la fonction publique (assistante de direction, aide-soignante, agent d’entretien dans l’hôtellerie, dans l’industrie, femme de chambre, etc.) (N = 21), tantôt au chômage et à la recherche d’un emploi (N = 5), et tantôt inactives (N = 4).

8Nous montrerons d’abord que les femmes comoriennes sont confrontées à des cadres temporels transnationaux et contraignants, puis nous mettrons en évidence la façon dont celles qui sont salariées mobilisent leur salaire et s’organisent au sein des espaces professionnel et familial pour dégager du temps en vue des déplacements commerciaux.

Des parcours migratoires confrontés à des cadres temporels transnationaux

Des femmes qui ont des activités dans plusieurs espaces sociaux

9Les femmes présentées ici ont entre 32 et 63 ans. Elles sont arrivées à Marseille à partir des années 1970. La plupart d’entre elles est arrivée légalement (20 sur 30). Sur les 20 femmes arrivées légalement, certaines sont venues pour rejoindre un mari (16) ou pour rejoindre un parent (4). Ainsi, une majorité des migrantes (16) est venue rejoindre un mari. Comme l’a montré Vivier (1996), le regroupement familial et le tremplin matrimonial apparaissent comme les voies d’émigration privilégiées pour les femmes comoriennes. Les femmes migrantes arrivées illégalement en dehors de tout regroupement familial (5) ont mobilisé les réseaux villageois et familiaux pour sécuriser leur installation dans le pays d’accueil. Toutes les commerçantes sont mariées ou l’ont été. Le mariage constitue une étape importante pour pouvoir effectuer le commerce à la valise. En effet, une femme comorienne célibataire n’est pas considérée comme légitime pour participer aux circulations commerciales dans la mesure où elle ne peut pas apporter les garanties d’honorabilité et de respectabilité. Une femme célibataire qui réaliserait les circulations commerciales serait soumise à plus de soupçons de légèreté durant les voyages de la part des familles et de la communauté qu’une femme mariée. Outre le critère matrimonial, les commerçantes à la valise doivent avoir une expérience dans le commerce dans le pays d’origine ou avoir été scolarisées et avoir dans leur réseau amical et familial (entourage) des commerçantes qui peuvent les initier. Elles sont 16 mères migrantes à avoir plus de trois enfants, 6 d’entre elles ont une partie de leurs enfants dans le pays d’origine. Le fait d’être une mère est moins déterminant pour être acceptée comme commerçante que le fait d’être mariée ou de l’avoir été.

10La temporalité commerciale renvoie à la circulation de femmes se rendant dans les places marchandes euro-méditerranéennes (Vintimille, Istanbul, Barcelone, Tunis, etc.), moyen-orientales (Dubaï, Damas), asiatiques (Guangzhou), etc., à titre personnel, en groupe, en couple ou seules, en vue d’acheter des produits multiples qu’elles transportent directement dans les valises et/ou qu’elles acheminent parfois par conteneurs (Manry, 2007). De retour dans leurs villages d’origine et dans leur pays d’accueil, elles revendent les produits sur des marchés, certaines à des marchands locaux ou dans leurs propres boutiques, à leurs domiciles ainsi que lors des festivités communautaires. Ces circulations se fondent à la fois sur une nostalgie des habitudes culinaires, alimentaires, vestimentaires, etc. du pays d’origine ainsi que sur une volonté des migrantes de maintenir des connexions et des appartenances qui permettent de développer une présence faite d’alternance (Ahmad, 2019). Cette appartenance multiple des migrants implique qu’ils doivent prendre part à différents univers sociaux et « agir différemment suivant la variation des contraintes normatives et des ressources des espaces traversés » (Mazzella, 2014, p. 73-74).

11Lors des circulations commerciales, les commerçantes comoriennes font face à des systèmes douaniers rigides, avec lesquels elles ont appris à composer en développant des stratégies et des compétences circulatoires, comme le transport sur soi de certains produits (vêtements portés en couche et bijoux), ou bien le transport « à la valise ». Cette activité de commerce à la valise s’articule avec un travail salarié. Le taux d’emploi des mères commerçantes est élevé. En effet, 20 femmes sont salariées. Seulement 7 femmes ont des contrats à durée indéterminée, dont quatre à temps plein (deux femmes comme aides-soignantes, une couturière et une caissière) et trois à temps partiel (seulement dans le secteur du nettoyage). Il y a six contrats à durée déterminée, dont deux à temps partiel (une secrétaire de direction, une dans le secteur du nettoyage), quatre à temps plein (une aide à domicile, une assistante juridique et deux femmes de ménage) ainsi que cinq intérimaires à temps partiel (quatre comme femmes de ménage et une garde d’enfants). Deux femmes n’ont pas donné de renseignements précis sur le type de contrat mais elles travaillent comme femmes de chambre.

Circuler face aux contraintes familiales et communautaires : des mobilités féminines transgressives

12L’articulation des temps de vie des commerçantes est soumise à de multiples contraintes familiales. Celles-ci renvoient au contexte familial (statut matrimonial, pressions de la famille restée au pays ou du conjoint, des enfants sur place ou au pays), qui peut être propice à la mobilité des commerçantes ou l’en empêcher. Au sein des familles comoriennes comme dans beaucoup d’autres (Tremblay, 2003a), les tâches domestiques sont inégalement réparties au détriment des femmes (Delphy, 1998). Cette répartition inégale s’accentue lorsqu’il s’agit d’un couple bi-actif, du fait de la double occupation professionnelle, ou bien lorsque les couples ont des enfants en bas âge, en raison du faible investissement des pères. De ce fait, les femmes mariées, mères, salariées et engagées dans le commerce à la valise éprouvent de grandes difficultés à articuler leurs différentes activités et rôles sociaux. Cependant, le cadre conjugal et familial n’est pas seulement un espace d’appropriation et de domination mais peut également s’avérer le lieu d’opportunités, de ressources et de compromis que les dominées – ici, les Comoriennes – peuvent mobiliser dans leurs différents parcours. Les normes ne sont pas seulement imposées par la société aux individus : elles font aussi l’objet d’appropriations stratégiques par les dominées. En l’occurrence, les femmes comoriennes font preuve de stratégies et de tactiques (de Certeau, 1990) lorsqu’elles s’occupent avant les déplacements commerciaux de la garde des enfants et/ou exécutent de façon anticipée les tâches domestiques (nettoyage, cuisine, courses, etc.) ou posent des congés pour des motifs autres que commerciaux.

  • 4 La durée d’un séjour commercial pour les commerçantes voyageant seules est en moyenne de cinq jours (...)

13Chaque séjour commercial à l’étranger fait l’objet de négociations, au sein des espaces familiaux. Il y a deux types de commerce : un valorisé, légitime, qui consiste à réaliser les « grands » projets au pays (construction ou achat de maison, grand mariage, etc.), et un dévalorisé, non légitime, qui consiste à faire le « bizness » personnel. Les contraintes familiales sur les circulations féminines s’observent précisément au travers des représentations négatives du « bizness » personnel (inutilité économique, perte de temps surtout lorsque les séjours commerciaux vont au-delà d’une semaine4), dans la nécessité systématique d’obtenir l’autorisation des époux, et lorsque les migrantes font le choix non souhaité de la circulation en groupe au lieu de voyager seule. Pour éviter les conflits familiaux, les femmes vivant en couple, et notamment celles qui ont des enfants en bas âge, doivent trouver un compromis avec leur époux, non seulement pour les voyages mais aussi pour la garde des enfants. Par conséquent, la situation matrimoniale a un impact non seulement sur la mobilité, mais aussi sur les différentes stratégies de mobilité adoptées.

14Les configurations des familles des migrantes et la capacité à mobiliser un réseau d’entraide familial et amical jouent un rôle prépondérant pour trouver des opportunités temporelles et matérielles facilitant les circulations commerciales. Pour parvenir à échapper temporairement ou à contourner les contraintes liées aux rôles sociaux de genre et à articuler les différentes temporalités sociales, les commerçantes doivent développer des stratégies en prenant en compte plusieurs dimensions. D’abord, un partage moins inégalitaire des tâches domestiques et un plus grand investissement du conjoint dans la vie familiale permettent de libérer du temps pour la migrante pendant une période donnée, afin qu’elle puisse se consacrer à ses activités de commerce. En outre, cet investissement du conjoint doit s’accompagner d’un investissement des enfants – pour autant qu’ils seraient autonomes – afin de s’occuper d’une part importante des tâches domestiques, comme faire le ménage ou à manger aux cadets et/ou au père. Enfin, le fait d’avoir un réseau féminin d’entraide permet aux migrantes d’organiser leurs déplacements commerciaux en toute quiétude. En effet, en l’absence d’une commerçante, ses proches, dont certaines sont elles-mêmes commerçantes, peuvent prendre en charge les tâches domestiques particulièrement la garde des enfants s’ils sont en bas âge.

15Nafouanti (54 ans, commerçante à la valise depuis 2002, aide-soignante, mariée et mère de six enfants âgés de 15 à 35 ans) travaille depuis une dizaine d’années à temps plein dans une maison de retraite à Marseille. Elle est confrontée à une inégale répartition des tâches qui est déterminante dans l’organisation de sa vie quotidienne et dans la poursuite de ses activités de commerce :

J’aime faire ce commerce, je dirais même que quand je voyage, c’est l’un des rares moments où je me sens bien dans ma peau. Ça m’aide à oublier mes problèmes, les soucis tout ça. Mais le problème ce sont les enfants ; je ne peux pas me permettre de voyager partout. Les gens vont parler de moi en mal, mon mari lui-même ne serait pas d’accord. Il n’y a pas le choix, je m’adapte à cette situation, je sors du travail, je rentre faire à manger, faire le ménage, m’occuper des enfants. J’ai deux grandes filles qui travaillent mais à la maison elles ne sont d’aucune utilité [Rire]. Je fais tout toute seule. Alors c’est difficile pour moi de trouver du temps pour faire mon commerce.

16Elle voyage une à deux fois par an pour le commerce. Face au faible investissement de son époux et de ses enfants adultes, il lui est difficile d’augmenter la fréquence de ses déplacements commerciaux. Elle a abandonné toute idée de pousser son époux à s’impliquer davantage, et préfère solliciter son réseau d’interconnaissance féminin pour s’occuper de ses enfants mineurs en son absence (leur faire à manger, les garder à la sortie de l’école, etc.). Elle s’investit préférentiellement dans sa vie domestique et familiale et dans son travail salarié, sans pour autant mettre de côté complètement les circulations commerciales :

Mais j’essaie quand même de pas passer un an sans rien faire. Je demande à une cousine à moi qui vit à deux blocs d’ici de s’occuper des petits. Les grandes elles travaillent, elles vont se payer seules leurs sandwichs, elles ne savent pas cuisiner. Et c’est cette même cousine là c’est une femme qui fait du commerce, donc parfois je lui prends ses deux petits je m’en occupe quand elle part. On s’aide comme ça. Sans son aide, le commerce j’aurais déjà mis entre parenthèses depuis longtemps.

17Pour poursuivre ses activités de commerce, il est important que la commerçante puisse faire appel à son réseau d’entraide (ses amies ou des membres de sa famille). Parce qu’elle travaille à temps plein, elle effectue souvent ses voyages durant ses jours de repos, ou bien en posant exceptionnellement un congé. Pour son dernier voyage, elle a utilisé la tactique du congé pour raisons familiales. Celui-ci a duré cinq jours, au cours desquels elle a profité du mariage d’un de ses neveux pour voyager. Elle déclare n’avoir même pas pu assister au mariage.

18Pour d’autres commerçantes, le compromis avec le conjoint peut être obtenu par l’exécution des tâches domestiques en amont du voyage (faire assez de courses pour couvrir la période d’absence, cuisiner en grande quantité, faire le ménage, etc.), ainsi que par la mise en place de la garde des enfants, dans le but d’alléger les charges domestiques de leurs compagnons en leur absence. Baraka (41 ans, femme de ménage, mariée et mère de six enfants dont deux restés au pays) est une commerçante adoptant de telles tactiques pour pouvoir voyager. Son mari lui impose des séjours très courts, et a du mal à accepter pleinement ses circulations commerciales :

C’est compliqué avec mon mari. C’est pour ça que je n’arrive pas à faire le commerce comme je le souhaiterais, c’est dommage qu’à chaque fois que je cherche à partir, qu’on soit obligé de nous engueuler. Pour lui deux jours avec quatre enfants c’est trop. Donc parfois pour le rassurer, je les envoie chez ma cousine à la soli [quartier de la solidarité]. Mais ça ne suffit pas, il m’a même demandé d’arrêter ce commerce, il ne sait pas que c’est avec ça qu’il a pu faire un grand mariage et plein de choses dont il est fier ont pu être fait comme le hajj [pèlerinage] de son père.

19Les époux peuvent ainsi bénéficier directement ou indirectement d’une partie des gains économiques de leurs épouses.

20Arafat (37 ans, assistante de direction au chômage, divorcée, mère de quatre enfants) est l’une des rares commerçantes à mettre en avant l’investissement de son ex-mari dans les tâches domestiques, qui non seulement facilitait l’articulation des sphères sociales, mais surtout lui permettait de voyager fréquemment :

C’est mon ex-mari qui faisait tout en mon absence. Il travaillait, il allait chercher les enfants à l’école, les lavait, leur faisait à manger. Ça m’aidait à voyager. Même quand je ne voyageais pas, j’étais à Marseille, il faisait tout, je sortais du boulot, il y avait la table ou il anticipait tout comme nous les femmes. C’est un homme rare, avec beaucoup de défauts mais à la maison c’était pas la femme qui faisait toute la corvée. On la faisait ensemble.

21Pour poursuivre ses activités de commerce, l’enquêtée a fait garder ses enfants par trois de ses amies.

22Lorsque Mkaya (43 ans, femme de ménage et mère de trois enfants, divorcée) était mariée, elle anticipait toujours toutes les tâches domestiques à hauteur d’une semaine avant son départ. Depuis son divorce, pour rassurer sa famille élargie dans les deux pays d’ancrage (d’accueil et d’origine), elle doit activer son réseau d’amies pour s’occuper de ses enfants en son absence. Comme dans tout échange de dons, elle essaie d’offrir en retour plusieurs cadeaux aux amies ayant accepté de garder ses enfants. Étant donné que les mobilités féminines sont considérées comme transgressives, les réactions des co-villageois, voire de membres de la famille, au courant, visent à les empêcher ou à les marginaliser. Malgré le fait qu’elle soit divorcée, des membres de sa famille n’acceptent pas ses voyages. Ils évoquent l’« abandon » de ses enfants lors de ces déplacements. À de nombreuses reprises, un oncle (frère de sa mère) s’est déplacé à son domicile pour lui demander de moins voyager, car les co-villageois résidant à Marseille ne comprenaient pas pourquoi elle voyageait, ni ce qu’elle faisait durant ses voyages.

23La commerçante, quant à elle, considère qu’ils n’ont pas à savoir ce qu’elle fait de ses voyages. Certains co-villageois vont jusqu’à soupçonner ses co-voyageuses et elle d’être des femmes légères. À ce propos, l’oncle aurait déclaré que des rumeurs de plus en plus fortes se faisaient entendre. Ainsi, même si la circulation en groupe est mieux acceptée que celle en solitaire, la mobilité en soi est considérée dans certaines sphères villageoises et familiales comme transgressive. Les groupes sociaux – ici les communautés villageoises et familiales – s’occupent de dénoncer la transgression des normes sociales, notamment par le biais de rumeurs et autres ragots. Les « commérages » et les « rumeurs » ont une fonction de régulation sociale dès lors que les ordres normatifs semblent déstabilisés, contestés ou remis en question. Les « commérages », les « rumeurs », les « ragots », etc. sont les expressions orales de tentatives de la part de certains membres dominants d’un groupe social qui cherchent à rappeler à tous les membres (ici les commerçantes mobiles soupçonnées de légèreté) les normes et valeurs du groupe. De ce fait, « la rumeur est la réaction expressive naturelle du corps social à une situation critique » et déstabilisatrice (Aldrin, 2003, p. 5). La rumeur participe ainsi d’une logique de dissuasion de toute forme d’écart à la norme. Pour les commerçantes qu’elles visent, les rumeurs constituent en elles-mêmes une forme de sanction et d’exclusion.

Usages du temps hors emploi et du salaire pour le commerce

24Outre ces difficultés personnelles et familiales, qui alourdissent l’articulation des temps sociaux, beaucoup de migrantes sont confrontées à des horaires de travail atypiques (discontinus et variables). L’organisation du temps de travail selon des horaires rotatifs ou irréguliers peut engendrer des difficultés dans la gestion des obligations familiales. L’irrégularité des horaires de travail peut rendre malaisée l’obtention de services de garde pour les couples divorcés, en instance de divorce ou séparés, ou bien pour pouvoir faire appel à un réseau d’entraide pour s’occuper des enfants (Lachance et Brassard, 2003).

25Les commerçantes travaillant à temps plein doivent trouver du temps entre les charges familiales et l’emploi pour pouvoir voyager, même si elles peuvent avoir plus de ressources économiques que les commerçantes à temps partiel. De ce fait, les ressources économiques plus élevées des commerçantes à temps plein ne leur permettent pas nécessairement d’organiser plus facilement les voyages, car elles ont moins de temps et doivent profiter des jours de repos ou libérer du temps en demandant un congé. Les commerçantes travaillant à temps partiel font quant à elles face à des contraintes financières plus importantes, explicables par leurs faibles salaires. En effet, le temps partiel induit un salaire partiel qui ne suffit pas pour organiser les voyages. La fréquence des déplacements commerciaux baisse donc lorsque les commerçantes n’arrivent pas à dégager du temps en raison de leur temps de travail ou de leur faible salaire (contraintes organisationnelles et financières) ou, comme on l’a montré dans la partie précédente, à cause de charges familiales importantes ou du refus des époux ou d’autres membres de la famille (contraintes familiales). Mais pour certaines commerçantes, le faible salaire peut aussi être une motivation pour s’engager dans le commerce afin d’y chercher des revenus complémentaires.

Dégager du temps pour le commerce

26Les contraintes organisationnelles liées au temps de travail renvoient aux difficultés pour les commerçantes à dégager du temps pour organiser les déplacements. Avec la notion de disponibilité temporelle au travail, Devetter (2006) propose d’envisager d’un point de vue qualitatif les contraintes temporelles au travail, qui ne se résument pas dès lors à la seule durée. Outre celle-ci, la disponibilité temporelle au travail renvoie à la localisation des horaires de travail ainsi qu’à la variabilité-prévisibilité du temps de travail (en fonction du jour, de la semaine, du mois ou de l’année). Comme nous l’avons évoqué plus haut, dans les secteurs du nettoyage, de l’hôtellerie ou du care, les horaires de travail sont irréguliers. De plus, le travail peut avoir lieu sur plusieurs sites et les frais de transport ne sont pas pris en charge. Tous ces éléments peuvent avoir des conséquences sur l’organisation du commerce.

27La précarité est aussi une injonction à l’hyper-mobilité, à la disponibilité en termes spatial et temporel. Certaines commerçantes confrontées aux horaires décalés éprouvent des difficultés à organiser les activités de commerce. Youmna (52 ans, mariée, mère de cinq enfants) et Nafouanti (54 ans, divorcée, mère de six enfants), toutes deux aides-soignantes, s’inscrivent dans l’une des fréquences de voyages les plus basses (une à deux fois par an). Elles sont soumises dans leur secteur d’activité aux horaires décalés, au travail le week-end et au travail de nuit. Youmna travaille depuis plusieurs mois dans un service de nuit à l’hôpital. Elle commence à 23 heures et finit généralement au petit matin. Avec ce type d’horaires, elle explique avoir des difficultés pour réaliser le commerce. En effet, elle est souvent fatiguée, et elle mène ainsi une vie décalée. Lorsqu’elle quitte le travail, elle prépare sa petite fille qui doit aller à l’école. Ceci fait, elle essaie de se reposer jusqu’à 11 heures ou midi. Elle consacre les après-midi à ses rendez-vous administratifs, pour faire quelques courses ou pour rendre visite à des amies.

  • 5 Selon l’article L. 3121-47 du Code du travail, « le délai de prévenance des salariés en cas de c (...)

28Les horaires de travail éclatés et discontinus auxquels sont soumises les commerçantes employées dans le secteur du nettoyage ont non seulement une incidence sur l’articulation des temporalités sociales quotidiennes et familiales (soins aux enfants, nettoyage, cuisine, etc.), mais aussi sur l’organisation des activités de commerce. Chando (42 ans, femme de ménage, en CDI à temps partiel, mariée et mère d’un enfant) est confrontée à une situation professionnelle qui influe également sur la fréquence des voyages et la réalisation du commerce. Elle subit des horaires de travail éclatés, se retrouve avec un surplus de marchandises qu’elle a du mal à écouler du fait de son incapacité à organiser un calendrier de vente à cause de son emploi du temps professionnel variable et irrégulier. À l’inverse de cette réalité, la norme sociale implicite d’organisation des horaires de travail renvoie aux horaires de travail continus et prévus à l’avance considérés comme adaptés au rythme biologique5 : arriver au travail le matin, repartir l’après-midi et se reposer le week-end.

29Cependant, tous les horaires de travail atypiques ne sont pas vécus comme un obstacle par les commerçantes. Ils peuvent aussi faciliter l’articulation entre travail salarié, commerce à la valise et travail domestique et leur permettre d’exercer une activité professionnelle tout en assumant le service domestique qu’elles apportent à leur famille : soins du mari, des enfants, courses, ménages, etc. Ainsi, le temps partiel peut être une ressource pour organiser les déplacements liés au commerce. Les femmes ayant une faible disponibilité temporelle au travail s’appuient sur la flexibilité de leur temps de travail, ou bien sur la fin d’un contrat de travail (mission d’intérim ou CDD) pour organiser leurs déplacements. Avec des emplois à temps plein, que ce soit en CDI, en CDD ou en intérim, la fréquence des circulations commerciales est réduite, hormis pour les femmes salariées dans la fonction publique scolaire qui peuvent profiter des vacances ou d’une partie des vacances pour organiser leurs déplacements. La moindre fréquence des voyages pour les salariées à temps plein ne s’explique pas seulement par leurs ressources économiques plus importantes, car les motivations pour le commerce ne sont pas qu’économiques. On s’engage aussi dans le commerce afin d’investir à terme dans le pays d’origine (maisons, entreprise d’émigré, etc.), pour découvrir de nouveaux pays, ou simplement participer à l’organisation d’un mariage traditionnel.

30Il existe un lien étroit entre le temps de travail et la fréquence des circulations commerciales. Ainsi, les femmes qui voyagent le plus (plus de quatre fois par an) ont souvent un emploi à temps partiel ou sont intérimaires, et profitent des fins de mission. Halima (60 ans, femme de ménage à temps partiel, mariée, mère de trois enfants, dont deux aux Comores et un autre étudiant au Sénégal à sa charge) affirme être momentanément satisfaite de son temps de travail, car celui-ci lui permet d’organiser son commerce et de s’occuper de son mari handicapé. Lors de ses déplacements, ce sont ses voisins qui s’occupent de son conjoint. Elle voyage quatre à cinq fois par an. Elle montre sa capacité à s’affranchir des normes de l’emploi en disant préférer travailler à temps partiel dans les circonstances présentes (Boulin, 1993). Pour les besoins du commerce et de sa vie conjugale, elle récuse donc momentanément l’injonction implicite faite aux salariés précaires de chercher à tout prix un emploi à durée indéterminée et à temps plein. Elle tient à profiter de ce « temps libéré » par le temps partiel pour organiser le commerce à la valise (Rouch et al., 2004). Touroussi (32 ans, assistante juridique, CDD à temps plein, mariée et mère de deux enfants) use parfois de « petits arrangements » et de « ruse » pour avoir l’autorisation d’absence de son employeur en vue d’organiser le commerce :

En plus il faut jongler car il faut savoir mentir à ton patron pour qu’il te donne la permission. On lui dit qu’on a un rendez-vous chez le médecin vendredi ce qui nous donne vendredi, et le week-end pour faire ses affaires et reprendre le travail lundi.

Usages et fonctions du salaire dans l’organisation du commerce

31Outre cette gestion du temps, les commerçantes s’appuient sur les ressources économiques tirées de l’emploi (le salaire). La poursuite des circulations commerciales dépend en partie de la situation sur le marché du travail. Avoir un salaire suffisant permet aux commerçantes de financer plus aisément leurs départs. Mais pour avoir un salaire élevé, il faut travailler à temps plein, ce qui provoque des difficultés organisationnelles. Pour schématiser, elles ont plus de ressources économiques, mais il leur manque souvent du temps pour voyager. À l’inverse, celles qui sont salariées à temps partiel ont peu de ressources économiques mais ont assez de temps pour voyager. La faiblesse du salaire (par extension des ressources financières personnelles et familiales) peut être soit une motivation, soit une limite à l’engagement ainsi qu’à la poursuite du commerce à la valise.

32Pour Halima (60 ans, femme de ménage à temps partiel), les activités marchandes transnationales servent à alléger les charges familiales, et sont un complément à son faible salaire :

On se débrouille ici, je fais le ménage d’abord mais comme au niveau des sous ça ne va pas trop, c’est rien ce que je gagne, comme je travaille pas beaucoup. Après je vais à Dubaï, je vais acheter quelques affaires, je vais en Turquie, je vais acheter quelques bijoux, que je viens revendre ici à Marseille, parce que le salaire n’arrive pas à nous aider à faire grand-chose. Avec ces biacharas [commerce en langue comorienne], on arrive à s’en sortir un peu mieux, et surtout aider un peu ceux qui sont restés au pays. Le salaire est trop bas, c’est trop peu, ça suffit pas du tout pour vivre. Parce que regarde 1 000 euros par mois, les rares fois où j’arrive à travailler à temps plein avec des remplacements par-ci et des remplacements par-là, c’est 1 000 euros avec un loyer de 600 euros ça ne suffit pas. Comme en plus il faut manger, payer les charges, l’eau, l’électricité, le gaz et garder sous la main pour la famille au pays. Ce n’est pas évident. On fait ce commerce un peu par nécessité, ce n’est pas des histoires de voyage pour le plaisir.

  • 6 Les profits dégagés par ce commerce sont aléatoires dans la mesure où le mode principal de vente es (...)

33Il s’agit donc d’une activité complémentaire, visant à améliorer la situation familiale dans le pays d’accueil, et qui permet surtout de subvenir aux besoins des familles dans le pays d’origine6. La faiblesse du salaire ou des revenus familiaux nécessite de recourir au commerce comme complément. Le commerce à la valise peut alors être analysé comme une nécessité. Cependant, lorsque les femmes sont au chômage, ou sans activité ou lorsque le salaire n’est pas suffisant pour assumer toutes les charges auxquelles elles ont affaire, elles peuvent décider d’arrêter momentanément les circulations commerciales. Le cas de Karima (48 ans, au chômage, mariée et mère de six enfants) met en évidence la situation d’une commerçante au chômage et qui rencontre des difficultés à poursuivre ses voyages. Elle a commencé à travailler dès son arrivée à Vitrolles. Elle explique qu’elle se devait d’aider son époux en apportant son salaire. Elle a d’abord été aide à domicile pendant six années consécutives, en contrat à durée indéterminée à temps partiel. Elle a commencé à voyager pour le commerce seulement trois mois après avoir commencé à travailler. Pour elle, c’est le travail salarié qui détermine la poursuite des circulations commerciales. Avant d’être au chômage, elle avait l’habitude d’utiliser une partie de son salaire pour organiser ses voyages (deux à trois fois par an). Depuis qu’elle est au chômage, elle ne voyage qu’une fois par an. Ainsi, l’absence d’emploi a un effet immédiat sur ses activités de commerce. Elle allait à Dubaï plus de cinq fois par an. Comme elle travaillait à temps plein (salariée dans une blanchisserie industrielle), elle partait sur ses jours de repos, ou bien anticipait ses départs quelques mois à l’avance, afin d’augmenter ses chances d’obtenir l’accord de son employeur. L’autre tactique qu’elle mettait en œuvre consistait à échanger un jour ou deux avec des collègues. Par exemple, si elle voulait partir un vendredi – jour où elle travaille –, avec l’approbation de l’agent responsable de l’atelier de travail, elle s’arrangeait avec un collègue qui allait travailler à sa place, pour éviter de laisser son poste de travail vacant. En retour, elle remplaçait ledit collègue lorsque celui-ci était confronté à une urgence, un jour où elle-même était de repos.

Conclusion

34Multi-engagées (emploi/famille/commerce), les femmes comoriennes organisent leurs périples commerciaux en essayant de contourner une pluralité de contraintes temporelles et en se saisissant de chaque opportunité. Elles doivent respecter les rythmes temporels imposés par les multiples cadres temporels dans lesquels elles sont inscrites sous peine d’être marginalisées si elles décident de s’en affranchir totalement, notamment en faisant le choix de circuler en solitaire sans tenir compte des ordres normatifs familiaux et conjugaux ou en s’absentant sans autorisation de l’employeur. Le temps du travail salarié fait partie « des temporalités institutionnalisées qui pèsent fortement sur les équations temporelles personnelles » (Laloy, 2010, p. 13) des femmes comoriennes et constitue un rouage central dans le dispositif d’organisation des circulations commerciales. L’emploi représente à la fois une contrainte et une ressource pour le commerce. Il permet aux femmes de trouver une partie des ressources pour financer le commerce (le salaire), en même temps il peut limiter ou empêcher les périples commerciaux à cause du temps de travail (temps plein, horaires de travail, travail de nuit, travail le samedi et le dimanche). Les commerçantes salariées organisent leurs déplacements en profitant des jours de repos ou du temps libéré après une demande de congé. Les femmes confrontées au temps partiel ou aux contrats courts tirent profit de la flexibilité du temps de travail ou de la fin d’un contrat (fin d’une mission en intérim ou d’un contrat à durée déterminée) pour organiser leurs voyages. Celles qui ont des emplois « typiques » (contrat à durée indéterminée à temps plein) circulent moins en raison de l’incapacité à dégager du temps. Les horaires de travail atypiques ne présentent pas les mêmes significations pour les femmes commerçantes. Pour certaines, ils sont un frein au commerce et pour d’autres ils peuvent être bénéfiques.

35Outre les contraintes organisationnelles et financières, les femmes doivent composer avec les contraintes familiales (négociations, arbitrages et répartitions de tâches défavorables et inégales). Ainsi, comme l’a constaté Devetter (2006) sur les femmes d’origine nationale, la sphère domestique (maternité et être en couple ou non) est aussi centrale pour rendre compte de la plus ou moins grande disponibilité temporelle au travail (emploi/commerce) des femmes comoriennes : « la moindre disponibilité temporelle des femmes dans le travail peut s’expliquer en partie par deux éléments relatifs à la sphère domestique : la maternité, et plus encore par le fait d’être ou non en couple. Ces deux éléments influencent doublement le rapport au travail et l’offre de disponibilité temporelle ». Pour poursuivre les déplacements commerciaux, les commerçantes, mères, salariées et en couple montrent des capacités certaines de négociations avec les ordres normatifs en mobilisant les réseaux d’entraide ainsi qu’en trouvant des opportunités matérielles et temporelles pour faciliter les circulations commerciales. Les configurations des familles des migrantes et la capacité à mobiliser un réseau d’entraide familial et amical jouent un rôle prépondérant dans l’articulation des temps sociaux, et plus particulièrement en ce qui concerne le commerce transnational.

Haut de page

Bibliographie

Ahmad A., 2019. Agencéité et stratégies des « plus faibles » : les femmes comoriennes dans le commerce à la valise, thèse de doctorat de sociologie, université d’Aix-Marseille.

Aldrin P., 2003. « Penser la rumeur. Une question discutée des sciences sociales », Genèses, 50, (1), p. 126-141.

Barrere-Maurisson M.-A., 2003. Travail, famille : le nouveau contrat, Paris, Gallimard.

Barrere-Maurisson M.-A., 2010. Quel avenir pour la conciliation travail-famille ? Nouveaux enjeux, nouveaux outils, Centre d’économie de la Sorbonne. URL: https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00459208/document

Boulin J.-Y., 1993. « L’organisation sociale du temps », in Boulin J.-Y. et al. (dir.), Le temps de travail, Paris, Syros, p. 239-252.

de Certeau M., 1990. L’invention du quotidien. Tome 1. Arts de faire, Paris, Gallimard.

Delphy C., 1998. L’ennemi principal, Paris, Syllepse.

Devetter F.-X., 2006. « La disponibilité temporelle au travail des femmes : une disponibilité sans contrepartie ? », Temporalités 4, URL : http://journals.openedition.org/temporalites/366.

Fusulier B. (dir.), 2003. « Articuler travail et famille », Les politiques sociales 3-4.

Grossin W., 1995. « La notion de cadre temporel », Temporalistes 31,  p. 14-18.

Grossin W., 1996. Pour une science des temps. Introduction à l’écologie temporelle, Toulouse, Octarès.

Guillaumin C., 1978. « Pratique du pouvoir et idée de nature. L’appropriation des femmes », Questions féministes, (2), p. 5-30.

Guillemaut F., 2007. Stratégies des femmes en migration : pratiques et pensées minoritaires-repenser les marges au centre, thèse de doctorat de sociologie, université́ de Toulouse II.

Haicault M., 1984. « La gestion ordinaire de la vie en deux », Sociologie du travail 26 (3), p. 268-277. 

Haicault M., 2000. L’expérience sociale du quotidien. Corps, espace, temps, Ottawa, Presses de l’université d’Ottawa.

Hochschild A., 2000. « Global care chains and emotional surplus value », in Hutton W., Giddens A. (dir.), On the Edge. Living with Global Capitalism, London, Jonathan Cape, p. 130-46.

Kergoat D., 1982. Les ouvrières, Paris, le Sycomore.

Lachance L., Brassard N., 2003. « Le défi de la conciliation travail-famille chez les femmes occupant un emploi atypique : perspectives théoriques et enjeux », in Fournier G. et al. (dir.), La précarité du travail. Une réalité aux multiples visages, Québec, Presses de l’université Laval, p. 109-137.

Laloy D., 2010. L’articulation des temps chez les assistants sociaux. Analyse de l’influence du degré de formalisation des cadres organisationnels, thèse de doctorat en sociologie, université catholique de Louvain, Louvain-la-Neuve.

Mahmood S., 2009. Politique de la piété. Le féminisme à l’épreuve du renouveau islamique, Paris, La Découverte.

Manry V., 2007. « Trabendo au féminin : les femmes algériennes dans le commerce à la valise », in Adelkhah F. et al. (dir.), Voyages du développement : émigration, commerce, Paris, Karthala, p. 217-267.

Maruani M., 2001. « L’emploi féminin dans la sociologie du travail : une longue marche à petits pas », in Laufer J. et al. (dir.), Masculin-Féminin : questions pour les sciences de l’homme, Paris, Presses universitaires de France, p. 43-56.

Mazzella S., 2014. Sociologie des migrations, Paris, Presses universitaires de France.

Mercier J.-P., Longo M. E., 2017. « Temps de l’écrit et écrit du temps. Imbrication des temps chez des jeunes mères de retour en formation », Recherches féministes 30 (2), p. 157-174.

Nakano Glenn E., 2009. « De la servitude au travail de service : les continuités historiques de la division raciale du travail reproductif payé », in Dorlin E. (dir.), Sexe, race, classe. Pour une épistémologie de la domination, Paris, Presses universitaires de France, p. 21-63.

Nedelcu M., 2009. Le migrant online : nouveaux modèles migratoires à l’ère du numérique, Paris, L’Harmattan.

Puech I., 2004. « Le temps du remue-ménage. Conditions d’emploi et de travail de femmes de chambre », Sociologie du travail 46 (2), p. 150-167.

Puech I., 2006. « Femmes et immigrées : corvéables à merci », Travail, genre et sociétés 16 (2), p. 39-51.

Rouch J.-P., Luc A., Robin E., 2004. « Temps libéré et temps partiel », in Thoemmes J. (dir.), Les usages du temps libéré, rapport pour le ministère délégué à la Recherche, p. 95-187.

Sassen S., 2003. « Globalization or denationalization », Review of international political economy 10 (1), p. 1-22.

Tarrius A., Missaoui L., Qacha F., 2013. Transmigrants et nouveaux étrangers : hospitalités croisées entre jeunes des quartiers enclavés et nouveaux migrants internationaux, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

Tremblay D.-G., 2003a. « La difficile articulation des temps sociaux : concilier la vie familiale et la vie professionnelle », Revue Interventions économiques 31, https://journals.openedition.org/interventionseconomiques/904#quotation

Tremblay D-G., 2003b. Conciliation emploi-famille et temps de travail, Montréal, Presses de l’université du Québec.

Tremblay D.-G., 2004. Conciliation emploi-famille et temps sociaux, Québec, Téluq/Toulouse, Octarès.

Tremblay D.-G., 2005. De la conciliation emploi-famille à une politique des temps sociaux, Québec, Presses de l’université du Québec.

Vivier G., 1996. « Les migrations comoriennes en France : histoire de migrations coutumières », Les dossiers du CEPED 35.

Walzer S., 1998. Thinking about the Baby: Gender and Transitions into Parenthood, Philadelphia, Temple University Press.

Haut de page

Notes

1 Le terme de « temps » est ici utilisé au pluriel pour insister sur son caractère éminemment social, pour le distinguer à la fois des temps individuel et chronologique. Comme le suggère Grossin, il existe « non pas un mais plusieurs temps, différant les uns des autres, caractérisés par des qualités propres à chacun d’eux. Loin de se fondre et de disparaître dans un grand temps unique, ils coexistent ou se succèdent. Ils naissent, durent et meurent comme les êtres qui les portent, comme les activités qui les rythment. Ils se composent ou s’opposent selon leur provenance et la fonction qu’ils assument » (Grossin, 2000, cité par Laloy, 2010, p. 18).

2 Les premiers interviewés rencontrés suggèrent au chercheur d’autres personnes à contacter à la fin de l’entretien.

3 La tontine ou le Mtsango en comorien est une association d’entraide consistant à verser périodiquement (chaque semaine, mois, trimestre ou année) de l’argent à une caisse commune tenue par une personne de confiance, dont chaque membre touchera la totalité à tour de rôle.

4 La durée d’un séjour commercial pour les commerçantes voyageant seules est en moyenne de cinq jours à une semaine ; elle est en moyenne de cinq jours pour les groupes de commerçantes. Les commerçantes (seules et en groupe) sont donc contraintes de réaliser des séjours courts (moins de cinq jours, une semaine peut être tolérée). Celles qui ne suivent pas cette norme temporelle peuvent être considérées comme déviantes par les autres commerçantes et/ou leur entourage.

5 Selon l’article L. 3121-47 du Code du travail, « le délai de prévenance des salariés en cas de changement de durée ou d’horaires de travail est fixé à sept jours », sauf disposition contraire prévue par la convention collective, un accord de branche ou d’entreprise.

6 Les profits dégagés par ce commerce sont aléatoires dans la mesure où le mode principal de vente est la vente à crédit. Ainsi, lorsque les clients endettés finissent par payer les marchandises, une circulation commerciale permet aux commerçantes de gagner entre 500 et 1000 euros.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abdoul-Malik Ahmad, « Négocier l’articulation des temps sociaux entre famille, travail salarié et commerce »Temporalités [En ligne], 33 | 2021, mis en ligne le 16 juin 2021, consulté le 18 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/8305 ; DOI : https://doi.org/10.4000/temporalites.8305

Haut de page

Auteur

Abdoul-Malik Ahmad

Aix Marseille Université, CNRS, MESOPOLHIS UMR (7064)
Maison méditerranéenne des sciences de l’homme
5, rue du Château de l’Horloge,
BP 647, 13094 Aix-en-Provence, cedex 2, France
dr.ahmad.abdoulmalik@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search