Navigation – Plan du site

AccueilTemporalités33Les travailleurs sociaux face à l...

Les travailleurs sociaux face à la demande d’asile

Des stratégies pour jouer avec les temporalités
Social workers and asylum seekers. Strategies to play with temporalities
Trabajadores sociales y solicitantes de asilo. Estrategias para jugar con las temporalidades
Sophie Mathieu

Résumés

La demande d’asile impose différentes formes de temporalités, avec lesquelles les travailleurs sociaux doivent composer pour accompagner les personnes qui s’engagent dans cette procédure. Quand passé, présent et futur s’imbriquent dans les exigences institutionnelles et les critères d’obtention d’une protection, ces professionnels doivent s’approprier et enseigner les impératifs d’actualisation de la crainte et des sentiments aux personnes accompagnées. Mais au quotidien, c’est sur le temps d’attente et ses impacts sur la vie des demandeurs d’asile que ces acteurs du social se doivent de travailler. Rendre son utilité au présent, qui est stagnant et incertain, remettre en activité quand le désœuvrement s’installe, donner la possibilité aux requérants d’être plus que des demandeurs et d’entrer dans un processus de réaffirmation identitaire. Cependant, le temps et son prolongement peuvent aussi être une stratégie à part entière, que certains travailleurs sociaux exploitent pour venir en aide à ceux qui ont été déboutés de l’asile.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Si « parler d’action sociale ou de travail social, c’est parler de temps » (Riffault, Bouquet, 2013, p. 7), ceci est peut-être plus vrai encore lorsqu’il s’agit de la demande d’asile, qui impose des temporalités entremêlant voire entrechoquant passé, présent et futur. En premier lieu, la mise en forme du récit, support de la procédure, ravive le passé pour en faire une histoire au présent et actualisée. Ensuite, le temps d’attente bloque parfois les demandeurs d’asile dans un moment suspendu, dans lequel la perspective d’avenir est tout à fait incertaine. Ces réalités temporelles se combinent dans une même logique et mettent en confrontation les temps subjectifs des demandeurs d’asile avec les temporalités administratives.

  • 1 Paradoxe qui n’est pas propre aux travailleurs sociaux français : en attestent Monica Dowling et Pa (...)

2Les travailleurs sociaux sont conscients de ces temporalités, qu’ils comprennent, interprètent et traitent de différentes manières. Par le sens qu’ils leur donnent ainsi qu’à la manière dont elles sont vécues par les demandeurs d’asile, ces professionnels se les approprient, dans une appréciation subjective, pour les adapter à leurs modalités d’accompagnement. Les temporalités particulières induites par ces conditions impliquent alors des formes de gestion et des stratégies toutes spécifiques, que ces professionnels du social s’appliquent quotidiennement à mettre en place. Ils tentent par là même d’amenuiser les difficultés qu’ils identifient comme inhérentes à ces différentes composantes temporelles, voire de les utiliser dans la réalisation de finalités annexes. À la fois agents de l’État et acteurs du social1, ils se doivent d’agencer plusieurs objectifs (institutionnels et sociaux), parfois éloignés, mais également plusieurs temporalités : à la fois administratives et subjectives. L’objet de cet article est donc de comprendre comment ces professionnels se saisissent des différentes temporalités de l’asile, comment ils les interprètent et se les approprient, afin d’y apposer du sens et d’y lier des objectifs d’accompagnement.

3Cet article s’appuie sur mon travail de thèse, qui interroge les pratiques et stratégies de travailleurs sociaux intervenant auprès de demandeurs d’asile en centres d’accueil, et les manières dont ils (re)définissent leur travail, leurs missions, et même l’organisation qui les emploie. La méthodologie appliquée dans le cadre de cette recherche est ethnographique, et combine trente entretiens à des observations régulières entre novembre 2017 et juin 2019 auprès de onze travailleurs sociaux dans un centre d’accueil pour demandeurs d’asile (CADA), un centre d’accueil et d’orientation (CAO) et un hébergement d’urgence pour demandeurs d’asile (HUDA). Dans le cadre de cette recherche, j’ai ainsi été amenée à accompagner ces professionnels, l’un après l’autre, lors de leurs journées de travail, et à raison de deux à trois fois par semaine.

4Dans un premier temps, je présenterai les temporalités spécifiques à l’accompagnement de ce public. Puis je montrerai en quoi l’actualisation du passé dans le temps présent peut être mobilisée comme une stratégie, par les professionnels, dans une conquête de l’avenir. Après quoi, j’évoquerai le temps d’attente, présenté par les travailleurs sociaux comme une véritable difficulté, et comment ils tentent d’en atténuer les effets. Enfin, je montrerai qu’allonger les temporalités, « gagner du temps », peut aussi représenter un outil stratégique dans certaines situations bien spécifiques.

Les temporalités de la demande d’asile

  • 2 Loi n° 2015-925 du 29 juillet 2015 relative à la réforme du droit d’asile : https://www.legifrance. (...)
  • 3 Loi n° 2018-778 du 10 septembre 2018 pour une immigration maîtrisée, un droit d’asile effectif et u (...)
  • 4 Par exemple, la loi de 2015 instaure les « procédures accélérées », venant se substituer aux « proc (...)

5La réception politique de la demande d’asile en France, mais aussi dans un grand nombre de pays occidentaux tels que le Canada (Lacroix, 2006) ou le Royaume-Uni (Dowling, Sextone, 2010), s’inscrit souvent dans des logiques sécuritaires et un déni des droits des requérants. Dans cette logique, afin de dissuader les candidats à l’asile et pour rendre toujours plus efficient le régime d’expulsion des personnes dont la demande a été rejetée, la France pratique de plus en plus une politique de la vitesse en matière de demande d’asile. Les lois du 29 juillet 20152 et du 10 septembre 20183 ont instauré une accélération juridique toujours plus importante dans l’instruction des dossiers et dans le raccourcissement des délais4 (Hambly, Gill, 2020).

  • 5 Circulaire du 24 juillet 2008 relative aux missions des centres d’accueil pour demandeurs d’asile ( (...)
  • 6 Les CAO n’existent presque plus aujourd’hui, leur fonctionnement étant, dès leur création en octobr (...)
  • 7 Loi du 2 janvier 2002 rénovant l’action sociale et médico-sociale, aussi appelée « loi 2002-2 » : h (...)
  • 8 « L’autonomie » est l’un des principes centraux du travail social. Si elle est souvent présentée co (...)

6Localement, la conditionnalité de l’accueil des demandeurs d’asile implique une hospitalité (Agier, 2018) limitée dans le temps puisque les personnes sont informées, dès leur arrivée dans le centre, que leur accompagnement et leur hébergement ne leur seront octroyés que temporairement. Elle force donc à penser le temps de la sortie des personnes du centre, avec tout le rapport de domination et le principe de contrôle que cela suscite (Kobelinsky, 2008). Depuis 20085, la « préparation à la sortie », dont la charge est dévolue aux travailleurs sociaux et aux directeurs d’hébergement, figure d’ailleurs dans la liste des missions officielles des centres d’accueil pour demandeurs d’asile (CADA). Aujourd’hui, cet impératif est stipulé à la fois dans le cahier des charges des CADA, dans celui des hébergements d’urgence pour demandeurs d’asile (HUDA) et dans la charte de fonctionnement des centres d’accueil et d’orientation (CAO)6. La « sortie » du centre fait donc intégralement partie des objectifs d’accompagnement des demandeurs d’asile. Mais cette particularité n’implique pas seulement un accueil temporaire et incertain. Il met aussi à mal deux principes de l’accompagnement social, évoqués dans la loi 2002-27 : la mise en place d’un projet pour et avec chaque personne relevant d’un service social ou médico-social, et l’objectif qui consiste à les aider à devenir autonomes8. Le « projet personnalisé », aussi appelé « projet d’accueil et d’accompagnement » ou « projet de la personne accompagnée », est destiné à favoriser la participation des usagers et à répondre à des besoins individualisés, dans un objectif d’insertion durable. Cette logique s’inscrit dans une dynamique de mise en responsabilité des usagers de dispositifs sociaux et médico-sociaux, dans un souci d’autoréalisation et avec un principe d’injonction à l’autonomisation (Astier, 2009). Mais comment formuler un « projet » lorsque la condition même des demandeurs d’asile leur empêche toute « projection » dans l’avenir ?

  • 9 L’OFPRA est un établissement administratif public. Il a été créé en 1952 et a la charge d’examiner (...)

7L’incertitude temporelle et statutaire dans laquelle sont placés les demandeurs d’asile permet difficilement la réalisation d’un tel objectif. En effet, ils sont un public particulier de l’action sociale (Frigoli, Jannot, 2004), notamment par les marqueurs temporels qui définissent la fin de leur accompagnement : ce dernier n’est pas déterminé par l’aboutissement d’un projet personnel, dans un souci de (ré)insertion professionnelle ou sociale, mais par la finalisation d’une procédure. Celle-ci est marquée par la décision de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA) ou de la Cour nationale du droit d’asile (CNDA)9 de leur accorder une protection internationale ou de rejeter leur demande. Aussi, « l’avenir des demandeurs d’asile est par principe incertain, de même que la durée de l’incertitude elle-même » (ibid., p. 231-232).

8Malgré la volonté législative d’accélérer toujours plus la procédure de demande d’asile, celle-ci dépasse néanmoins souvent les délais prévus par la loi. Elle peut durer plusieurs mois, et sembler excessivement longue pour certains requérants. De même, elle est souvent jalonnée de plusieurs étapes, reportant toujours plus loin l’échéance de la réponse. Selon les travailleurs sociaux, le temps d’attente peut être difficile pour les personnes en demande d’asile. Il implique en effet un moment suspendu, et il est aussi une transition vers un statut incertain, puisque la procédure peut aboutir à trois cas de figure différents : 1/ la personne obtient un statut de réfugié, et donc une carte de séjour de dix ans ; 2/ elle obtient une protection subsidiaire, et un titre de séjour valable quatre ans ; 3/ sa demande d’asile est rejetée, et elle est déboutée. Elle peut alors faire un recours auprès de la CNDA, mais si la Cour décide de ne pas aller à l’encontre de la décision de l’OFPRA, la personne devra quitter le centre d’hébergement en un mois. Si elle décide de se maintenir en France malgré l’obligation de quitter le territoire français (OQTF)10 qui lui sera adressée, elle devra vivre clandestinement.

9De plus, le temps d’attente diffère d’un demandeur d’asile à un autre : en procédure « accélérée »11, l’OFPRA doit statuer en seulement quinze jours, et la CNDA en cinq semaines, contre six à vingt et un mois pour l’OFPRA et cinq mois pour la CNDA en procédure « normale » (Teitgen-Colly, 2019). Mais il existe également un troisième cas de figure, qui peut prolonger d’autant plus le temps d’attente de ceux qui sont sous le coup de cette procédure. Le règlement Dublin III12 stipule que le premier pays de passage d’un migrant dans l’espace Schengen, et où ses empreintes digitales ont été enregistrées dans le fichier Eurodac, est responsable de l’instruction de sa demande d’asile. Le requérant peut alors être renvoyé dans ce pays pour y enclencher sa procédure. Mais dans les faits, une proportion peu importante de personnes « dublinées » sont effectivement transférées13. Le règlement Dublin III oblige cependant à attendre entre six et dix-huit mois avant de pouvoir effectivement demander l’asile en France, dans le cas où la personne ne serait pas renvoyée dans le pays normalement responsable de sa demande. Il implique donc des lourdeurs temporelles importantes, et dont l’issue est incertaine. Les personnes en procédure Dublin III sont demandeuses d’asile (puisqu’elles sont en possession d’une attestation), mais sans l’être réellement encore (puisqu’elles ne peuvent pas enclencher les démarches auprès de l’OFPRA), et elles ne le seront peut-être jamais. Le règlement Dublin III implique donc une attente dans l’attente. Ce sont ainsi les temporalités institutionnelles qui contraignent, étirent ou compactent les temps vécus, et les rendent incertains.

10Plus encore, la demande d’asile amène à penser, de manière concomitante, passé, présent et futur, qui s’imbriquent continuellement. En tant que demandeur d’asile (temps présent incertain), le requérant doit accepter de raviver les souvenirs du passé mais surtout de les actualiser, dans le but d’accroître ses chances d’obtenir une protection dans l’avenir, lui permettant de se maintenir légalement et de façon pérenne sur le territoire français. Le présent est donc une transition entre un passé que l’on a fui mais qui est presque quotidiennement ravivé et un futur que l’on souhaite, mais que l’on n’est pas sûr d’atteindre. Ainsi, la conquête du futur (Riffault, Bouquet, 2013) par la lutte avec le passé dans un temps présent stagnant et incertain est très caractéristique de la demande d’asile, et notamment de la constitution des récits de vie.

Gérer les blessures du passé, transcrites au présent

11Lorsqu’un requérant demande l’asile, il doit formuler un récit de vie à l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA), accompagné de documents venant appuyer ce qu’il avance. S’il est hébergé dans un centre d’accueil et qu’il dispose de l’accompagnement d’un travailleur social, ce dernier pourra l’entraîner à l’audition à laquelle il sera convoqué devant l’OFPRA pour défendre sa demande. Lors de cet entretien, l’agent de protection de l’OFPRA tentera de déterminer si les faits allégués par le requérant sont vrais, s’ils relèvent ou non des critères de la convention de Genève14, si le demandeur d’asile aurait pu obtenir une protection ailleurs dans son pays (c’est le principe de l’« asile interne »15), et si le danger qu’il encourait au moment de son départ est toujours d’actualité. Puisqu’il peut se passer plusieurs mois voire plusieurs années entre le moment où la personne quitte son pays et celui où elle se présente devant l’Office, l’actualisation de la crainte de persécution fait donc partie des critères décisifs dans l’impétration ou non d’un statut de réfugié ou d’une protection subsidiaire. Cette actualisation se formalise avant tout dans la nécessité de faire du passé un récit au présent (Noura, 2013). Le requérant se doit d’être précis, détaillé et de présenter une histoire qui se tienne d’un point de vue chronologique. Les travailleurs sociaux préparent ainsi les requérants à devenir « spontanés » dans leurs réponses, et à apprendre les dates de leur récit de vie tout comme ils le feraient avec un manuel d’histoire. Le but est de donner l’impression que les faits sont encore tellement vifs dans l’esprit du requérant qu’il est capable de les restituer sans faire un effort de mémoire.

12Ce travail de mise en récit n’est pas toujours aisé, et les travailleurs sociaux sont parfois confrontés à des réticences de la part de certains demandeurs d’asile quand il s’agit de livrer les étapes de leur histoire, souvent jalonnée de moments difficiles. Ces professionnels tentent alors d’atténuer la violence que pourrait représenter cet exercice pour certains, en proposant de travailler le récit en plusieurs fois, en essayant d’instaurer une relation de confiance, ou en acceptant que la personne passe certaines choses sous silence, tout en lui rappelant qu’elle y sera inévitablement confrontée le jour de son entretien à l’OFPRA ou, le cas échéant, à la CNDA. Mais loin d’aller à l’encontre des logiques qui sous-tendent l’instruction des dossiers, les travailleurs sociaux les exploitent pour donner le plus de chances possible aux personnes accompagnées dans ces centres d’obtenir une protection internationale. Ils entrent ainsi dans le jeu, le langage et le rite institutionnel (D’Halluin, 2007), participent à la construction d’un discours légitime (D’Halluin, 2004), et en transmettent les règles aux demandeurs d’asile. Il s’agit là de stratégies déployées par les travailleurs sociaux pour que le futur des personnes accompagnées devienne une promesse de pérennité et de stabilité.

13Mais l’instruction des dossiers est construite sur un principe de rapidité et d’efficacité administrative : les juges de la CNDA doivent par exemple entendre jusqu’à treize audiences par jour, et tendent parfois à appréhender les dossiers à partir de typifications et de raccourcis psychologiques trop réducteurs pour garantir des décisions équitables ou prendre en compte la diversité des éléments constitutifs de chaque dossier. La quantité importante de dossiers à traiter implique une répétitivité qui fait de certains juges des « blasés » au sens de Georges Simmel : l’agacement et l’irrespect peuvent l’emporter sur la compassion ou l’équité (Hambly, Gill, 2020). Les travailleurs sociaux tentent par conséquent d’influer la subjectivité et l’empathie des juges pour limiter ce genre d’écueil.

14Aussi, l’actualisation de la crainte passe-t-elle également par l’actualisation des sentiments, dans une mise en scène du corps et du traumatisme. Certains travailleurs sociaux vont par exemple indiquer aux demandeurs d’asile que, s’ils souhaitent pleurer durant l’audition, cela peut venir servir leur discours. L’« expression non verbale des émotions » (Laacher, 2018, p. 115), véhiculée par le corps qui matérialise les souffrances, peut être un outil venant appuyer la preuve des sévices endurés, et emporter l’ « intime conviction » (Greslier, 2007 ; Noura, 2013 ; Laacher, 2018) des juges. Pleurer, par exemple, est un moyen de montrer, au-delà des mots, l’intensité et l’actualité de la souffrance, et de la mettre en scène dans un jeu interactionnel au présent. Les travailleurs sociaux se saisissent eux aussi de cette expertise compassionnelle pour se faire une idée sur les chances pour le requérant d’obtenir ou non une protection.

Daniel [directeur d’hébergement] il est très clair là-dessus : ma première prépa OFPRA que j’ai faite avec une famille, il m’a dit « mais attendez, l’intérêt de l’officier de protection c’est que dans le récit, le contact direct qu’il a avec les gens, il connaît l’histoire sur papier, il a besoin d’entendre les gens raconter avec leurs propres mots », et il me dit « des gens qui ont été persécutés, qui sont choqués, qui ont peur, ça se voit et ça se sent ». Et c’est vrai. C’est vrai que dans les entretiens ou dans les contacts avec les familles, ça se voit et ça se sent. Il y a parfois des familles qui m’ont raconté des histoires, comme ils me disaient : « j’ai une histoire à pleurer, à pleurer, à pleurer ! » Ouais, mais ça me faisait pas pleurer moi ! Non mais tu vois, soit parce qu’ils disaient « mais je connais mon histoire, j’ai une histoire à pleurer, à pleurer », ils arrivaient pas à te donner des détails. Déjà tu as un doute. Et certaines familles qui me racontaient plein plein plein de détails, mais tu sens pas la peur derrière, tu sens pas le choc, tu sens pas la peur, tu sens pas le truc. (Extrait d’entretien, Anne-Cécile, travailleuse sociale en CADA)

15Ainsi les travailleurs sociaux, tout comme les juges, se basent sur un ensemble d’indices pour se faire une idée de la véracité des propos tenus par les demandeurs d’asile. Ici, tout se passe comme si la souffrance, qui plus est mise en scène, exprimée, était une preuve des sévices endurés. Mais cela écarte la potentialité d’un travail de réparation, ayant peut-être permis à certains de se détacher des blessures attenantes à ce qu’ils ont vécu et de prendre du recul sur leurs sentiments ; cela nie également des spécificités culturelles qui pourraient amener certaines personnes à ne pas vouloir ou ne pas pouvoir exprimer leurs émotions. Cependant, en incitant les demandeurs d’asile à adopter ce type de comportement, les travailleurs sociaux les amènent à maîtriser un exercice visant à convaincre les juges et à répondre aux attentes institutionnelles. Celles-ci viennent bousculer les temps psychiques, ceux de la digestion et de la mise à distance de l’histoire vécue.

16Le jeu sur l’actualisation du passé au présent dans le but d’atteindre un futur positif (par l’obtention d’une protection) se formalise donc autour de stratégies, déployées par les travailleurs sociaux, dans une appropriation des catégorisations de l’asile et des critères objectifs (liés à la convention de Genève) mais aussi subjectifs (faire passer un registre émotionnel à destination des juges).

17Pour autant, les actions des travailleurs sociaux sur les temporalités ne s’arrêtent pas là. Ils interviennent également au quotidien et travaillent sur le « temps d’attente », inhérent à la demande d’asile.

Limiter « l’inutilité » de l’attente

18Si la loi du 10 septembre 2018 prévoyait que les demandes d’asile en procédure normale soient finalisées en cinq mois et celles en procédure accélérée en cinq semaines, les premières durent en fait en moyenne huit mois et les secondes quatre mois et demi (Hambly, Gill, 2020). Nous avons donc d’un côté la recherche d’une plus grande rapidité des procédures inscrite dans la loi, et de l’autre des décisions qui ne sont pas (et ne peuvent sans doute pas) être rendues aussi rapidement que prévu. Et cela présente un certain paradoxe, puisqu’il s’agit d’une accélération, effective, et pourtant parfois ressentie par les requérants eux-mêmes comme une stagnation temporelle (ibid.). Il y a donc une différence manifeste et importante entre les temporalités administratives et vécues. Or le « temps d’attente » est une difficulté souvent soulignée par les travailleurs sociaux. Raphaël en fait même le cœur de son métier :

Mon boulot c’est de euh… Le quotidien, quand même, on va dire, elles [les familles] sont là pour la demande d’asile, mais ça prend une énorme place. Et par quotidien j’entends comment la personne elle se sent dans sa vie, comment elle vit cette période d’attente, la demande d’asile c’est ça, c’est l’attente, comment tu as investi ce temps d’attente, comment tu souffres de cette attente, comment moi je peux travailler autour de ça, aider la personne, c’est une relation d’aide hein, mon travail. (Extrait d’entretien, Raphaël, travailleur social en CADA)

19Pour Raphaël, le temps d’attente implique nécessairement une souffrance, mais vécue différemment en fonction des personnes. Il s’agit donc d’un élément inhérent à la demande d’asile, mais dont l’appréciation doit se faire quant aux subjectivités rencontrées.

20Le temps d’attente peut aussi, selon certains travailleurs sociaux, être une difficulté pour les demandeurs d’asile parce qu’il impose une inaction, un désœuvrement que certains disent avoir du mal à supporter. La loi du 10 septembre 2018 prévoit une clause permettant aux demandeurs d’asile de travailler en toute légalité, si l’OFPRA n’a pas statué sur leur demande dans un délai de six mois (contre neuf mois prévu dans la loi du 29 juillet 2015). Cependant, cette autorisation est assortie de plusieurs conditions, puisque l’employeur potentiel doit prouver qu’aucune personne de nationalité française ou en possession d’une régularisation n’a les compétences suffisantes pour pourvoir à ce poste. Ce principe rend particulièrement difficile l’embauche d’un demandeur d’asile sur le territoire français. Par conséquent, les travailleurs sociaux rencontrés lors de cette recherche n’enclenchent que rarement ce type de démarche, conscients du peu de chance qu’elle aboutisse. De fait, aucun des demandeurs d’asile rencontrés ne pratiquait d’activité légalement rémunérée. Ce temps d’attente, imposé, implique donc un désœuvrement subi. Ne pas pouvoir travailler ni être en mesure de se sentir membre de la société d’accueil peut provoquer un sentiment d’inutilité et une perte d’estime de soi chez les demandeurs d’asile pour qui, par ailleurs, l’attente du statut est souvent un obstacle majeur au processus d’intégration (Lacroix, 2006).

21En outre, cette réalité empêche les demandeurs d’asile de se projeter dans le futur tant que l’issue de la procédure reste incertaine. Selon les travailleurs sociaux, ces différents éléments, et d’autres encore, viennent se combiner dans une temporalité imposée, stagnante et délétère :

Regarde, moi, dans un mois je sais pas ce qui va advenir de moi. Eux ils sont dans un no man’s land total ! Ils savent pas, ils se posent beaucoup de questions, je pense qu’il y a un terreau d’incertitude, de peur qui est déjà pas facile et chacun réagit à sa façon. En plus ils ne peuvent pas travailler, et dans ces conditions tu tournes comme un lion en cage chez toi. Et puis il y a aussi leur passé, leur histoire, c’est un choc post-traumatique pour beaucoup […]. Ils sont dans un climat anxiogène. (Extrait du journal de terrain du 06/12/2018 avec Aurélie, travailleuse sociale en CAO)

  • 16 L’empathie « est la capacité à simuler en soi, de manière fictive, intellectuelle puis émotionnelle (...)

22Aurélie montre ici qu’elle mobilise son empathie16 pour comprendre et interpréter les réactions des personnes qu’elle accompagne et en se projetant sur la manière dont elle-même le vivrait. Le sentiment de désœuvrement est par ailleurs transcrit dans les interactions qu’elle entretient avec les demandeurs d’asile, qui sont nombreux à dire vouloir travailler, à ne pas savoir comment occuper leurs journées, ou manifestent leur volonté de sortir d’une forme de dépendance institutionnelle. L’expression qu’elle emploie, celle de « no man’s land », est particulièrement parlante, dans le sens où ces personnes semblent ne pas avoir véritablement d’ancrage ni temporel, ni spatial (puisque le logement qui leur est attribué ne leur appartient pas et ils seront amenés à le quitter), ni statutaire. C’est peut-être plus flagrant encore au CAO, qui n’accueille que des hommes isolés issus essentiellement des camps de Calais ou de la Chapelle (Paris), pour la plupart Afghans, Soudanais, Érythréens, etc., hébergés jusqu’à six par appartement. Les familles, avec les enfants, ont souvent des occupations liées à l’école notamment. Ce n’est pas le cas de ces jeunes hommes, qui vivent une cohabitation forcée et ont accès à assez peu de dispositifs culturels ou sportifs. De plus, la plupart d’entre eux sont sous le coup du règlement Dublin III, ce qui étire d’autant plus le temps qu’ils devront attendre avant d’obtenir une réponse à leur demande d’asile.

23Pour toutes ces raisons, le temps d’attente peut être considéré, par les travailleurs sociaux mais aussi par plusieurs auteurs ayant travaillé cette question, comme « inutile » (Kobelinsky, 2012), et stagnant. Il est un moment suspendu, un « confinement temporel » (ibid.), un « temps qui ne passe pas » (Tisato, 2017, p. 125), vidé de toute signification (ibid.) et dans lequel sont enfermés les demandeurs d’asile pris entre un passé encore trop présent et un futur indéterminé. C’est un moment « interstitiel » (ibid.), une transition entre deux statuts, et dont la durée, indéfinie, ne permet aucune prise sur le temps.

24En outre, après un temps d’attente qui s’est parfois allongé durant de longs mois voire plusieurs années, la temporalité, au terme de la procédure, s’accélère subitement. En effet, si le requérant obtient une protection (un statut de réfugié ou une protection subsidiaire), le travailleur social doit l’accompagner dans la recherche d’un logement, l’aider à ouvrir ses droits (CAF, Pôle emploi, RSA, etc.) et à devenir autonome, et ce en trois à six mois. Si au contraire le requérant est débouté de l’asile, il doit quitter le dispositif en un mois, et les possibilités qui se présentent à lui sont alors limitées : soit il formule une demande d’aide au retour volontaire17, soit il décide de se maintenir illégalement sur le territoire français. Dans ce deuxième cas, les travailleurs sociaux font alors appel à des dispositifs d’urgence, par le biais du Samu social, pour leur trouver une solution d’hébergement qui sera nécessairement temporaire et précaire.

25Au regard de ces diverses réalités, les stratégies des travailleurs sociaux concernant la gestion du temps d’attente vont s’inscrire à la fois sur le présent, afin de contrecarrer au mieux le sentiment de désœuvrement vécu par certains demandeurs d’asile et d’éloigner quelque peu les spectres du passé ; et sur le futur, en les amenant à acquérir des compétences qui pourraient leur être utiles pour l’après demande d’asile, et les aider à s’y projeter malgré l’incertitude de la réponse :

Parce que c’est aussi une question de projection : la personne elle vit vraiment dans le présent du présent. Souvent, il y a un passé qui est très très dans la tête, les insomnies, on ressasse et on se projette pas forcément dans le futur, ou alors on dit « ben j’espère que ça va être positif, la réponse » mais il y a rien d’autre en fait. C’est le seul objectif et ce n’en est pas vraiment un. Donc comment moi je travaille avec la personne pour dire : « comment tu mets à profit ton temps d’attente ? » Parce que se projeter, c’est se dire : faut apprendre la langue française par exemple, et comment tu vois euh… La suite, si c’est positif ou si c’est négatif. C’est une forme de préparation à la sortie de la structure. Le CADA, c’est un lieu de passage. Donc je passe quelque chose, je transmets pas pour moi, je passe. Je vais être un court moment dans leur vie avec eux, qu’est-ce qui va se passer ? C’est ça le plus important. (Extrait d’entretien, Raphaël, travailleur social en CADA)

26Le temps d’attente est donc avant tout un moment vécu, plus ou moins difficilement, et il s’agit de prendre en compte ces appréciations subjectives pour en comprendre toute la dimension. En effet : « Le temps, on en convient, n’est pas une donnée objective et extérieure aux personnes. Au contraire, la pratique sociale fait le temps, un temps proprement social. Les agents sociaux se temporalisent dans et par la pratique. Le temps doit donc être conçu aussi bien comme le produit d’une situation pratique que comme l’effet des pratiques que l’on peut avoir de cette situation » (Kobelinsky, 2010, p. 243). Puisqu’il leur est impossible de réduire concrètement le temps d’attente, c’est bien sur les conséquences subjectives (d’inutilité, de désœuvrement, de stagnation, de perte de sens) de cette temporalité que les travailleurs sociaux essaient d’agir, en mettant en activité les demandeurs d’asile.

27Premièrement, ils tentent de rendre le temps d’attente utile dans le présent, en permettant aux personnes accompagnées d’être actives, en leur proposant des activités bénévoles par exemple, favorisant notamment une revalorisation identitaire (Felder, 2016) :

Ce matin, Adèle, travailleuse sociale en CAO, et moi amenons Hamid, un jeune homme afghan, à un rendez-vous chez le dentiste. Hamid est l’un des dix-huit hommes du CAO qui ont pu profiter d’un projet initié par une association locale avec la participation de plusieurs travailleurs sociaux, et destiné à les amener à faire du jardinage avec une professionnelle et à prendre des cours de français. Dans la voiture, Adèle parle du « jardin » au jeune homme, qui semble ravi de cette activité : « quand travail, mieux dormir », dit-il. […] Après le rendez-vous et une fois que nous avons déposé Hamid chez lui, Adèle me dit que le « jardin » est une bonne chose pour Hamid : « là-bas il change de statut, c’est lui qui traduit aux autres parce qu’il parle bien français. J’ai été agréablement surprise ! Habituellement il se plaint beaucoup, il somatise beaucoup, mais là il est transformé ! » (Extrait du journal de terrain du 01/10/2018 avec Adèle, travailleuse sociale en CAO)

28Pour le jeune homme évoqué dans cet exemple, le « jardin » a eu plusieurs effets bénéfiques, si l’on en croit Adèle. Cette activité associative a permis à Hamid de valoriser ses compétences, notamment linguistiques, et de se positionner en tant qu’acteur. Loin de l’assignation identitaire liée à sa condition de demandeur d’asile, celle de « victime » cherchant peut-être une reconnaissance sociale et une affirmation de ce statut par une « somatisation », Hamid a endossé ici un rôle de meneur. C’est lui qui transmet les informations au reste du groupe, et cette compétence est non seulement reconnue mais aussi valorisée par la professionnelle de l’association responsable de l’activité. Lui qui habituellement sollicite beaucoup la sympathie et l’attention des travailleurs sociaux, prend à son tour un rôle d’aidant vis-à-vis des autres demandeurs d’asile non francophones. Réduire l’inutilité de l’attente consiste donc à rendre les personnes accompagnées « utiles », et à les sortir de leur unique statut de « demandeurs », d’asile mais aussi d’un ensemble de prestations sociales qui les rend dépendantes d’une institution et de ses représentants, en l’occurrence les travailleurs sociaux. En outre, les activités associatives permettent de donner une assise au temps, de le réguler, de le compartimenter. Le temps qui ne passait pas est désormais ponctué par des moments qui sortent de l’attente. Ainsi, si les occupations associatives ne sont pas symboliquement aussi valorisées et valorisantes que des activités professionnelles et rétribuées par un salaire, elles permettent néanmoins de remplir ce « vide » temporel.

29Deuxièmement, nous avons vu que la demande d’asile, par ses particularités temporelles, permet difficilement de mettre en place des projets personnalisés, comme prescrit dans la loi 2002-2. Les travailleurs sociaux doivent composer avec cette réalité, afin de coconstruire, malgré tout, des projets avec les demandeurs d’asile. Pour cela, ils réinterprètent et redéfinissent leur intervention, afin d’apposer du sens aux objectifs de l’action sociale, et notamment à celui de l’intégration :

Je travaille en disant, en termes d’intégration. Parce que c’est pas parce qu’on n’a pas forcément les papiers qu’on peut pas être intégré à une société, y a plein de personnes à l’heure actuelle sans papiers en France qui sont parfaitement intégrées, donc je préfère les termes-là en tout cas qui sont aussi du coup plus faciles à entendre, et… à envisager, pour les familles, puisque ça n’implique pas la décision elle-même par rapport aux papiers, voilà, je préfère dans ce sens-là. Du coup, l’accompagnement à l’intégration, à l’insertion. (Extrait d’entretien, Mélanie, travailleuse sociale en CADA)

30Ainsi, les activités associatives, qui permettent de gérer le présent, visent aussi à préparer l’avenir, par l’apprentissage du français ou l’acquisition de nouvelles compétences pouvant servir à une insertion professionnelle future, même dans le cas où les personnes accompagnées se verraient notifier un refus de leur demande d’asile. Ces stratégies permettent de redonner du sens à l’intervention des travailleurs sociaux malgré les contraintes temporelles et les incertitudes procédurales. Elles sont un levier pour rendre le temps d’attente conforme aux objectifs du travail social, qui visent une intégration à long terme par une autonomisation des personnes accompagnées.

31Mais le temps d’attente peut aussi, selon certains travailleurs sociaux, être une stratégie à part entière pour les demandeurs d’asile, ainsi que pour les personnes déboutées. Cette stratégie est, selon les cas, subie ou incitée par les professionnels.

Le temps d’attente comme stratégie

32Selon ce que disent certains travailleurs sociaux, le temps d’attente peut aussi venir servir des stratégies déployées par certains demandeurs d’asile, dont l’issue positive à leur procédure est peu probable :

Ce qui est pénible c’est de savoir que la famille humainement parlant c’est une famille y a des enfants tu les considères comme tels, tu fais tout ce que tu peux pour eux, que ce soit l’ouverture des droits, comme n’importe quelle autre famille. Ce qui est pénible, c’est de savoir que ça va être négatif, que ce que tu fais, c’est du vent en fait, que la prépa OFPRA ils disent « ouais c’est bon, je saurais quoi répondre », que tu poses des questions, ils te disent « oui mais ça c’est bon », enfin que tu sens, voilà… Que pareil, pour le recours ils t’inventent des histoires où ils sont pas d’accord et que ça a pas d’importance pour eux parce qu’ils savent que ce sera foutu, c’est juste pour gagner du temps, et du coup c’est pénible dans le sens où tu sais que ben ton taf, c’est quand même de préparer des demandeurs d’asile à avoir un statut quoi ! Et à les aider au mieux, à les préparer au mieux à l’OFPRA, à la CNDA pour qu’ils s’attendent, qu’ils répondent pas à côté, leur expliquer voilà, ce que l’OFPRA attend d’eux et tout, et du coup c’est pénible d’avoir des gens en face qui en ont rien à faire, qui sont pas mobilisés sur la demande d’asile et qui savent que c’est foutu ! Et puis toi tu sais que c’est foutu aussi, donc… C’est ça qui est pénible en fait. (Extrait d’entretien, Lia, travailleuse sociale en CADA)

33Lia exprime son énervement face à ces personnes qui, sachant l’issue négative de leur demande, ne s’investissent pas dans la procédure d’asile, et ne cherchent que, selon elle, à « gagner du temps ». Ce type de comportement remet en question la définition qu’elle se fait de son travail et des objectifs de son accompagnement. En effet, et contrairement à Raphaël qui considère que son intervention doit se concentrer sur la gestion du temps d’attente, Lia place au cœur de son travail l’aide vers l’obtention d’une protection. Or le comportement de ces familles vient mettre à mal son utilité dans ce domaine, et donc son rôle en tant que travailleuse sociale.

34Ainsi, le temps d’attente pourrait être un moyen, pour certains demandeurs d’asile, de se maintenir légalement sur le territoire français durant la période d’instruction de leur dossier, dans le but par exemple de demander une aide au retour volontaire. Celle-ci octroie une aide financière et matérielle pour retourner dans son pays, mais elle nécessite six mois de présence sur le territoire français pour pouvoir y prétendre :

Après le repas, nous sommes censées aller voir un jeune Albanais de dix-huit ans, qui reste en France pour faire sa propre demande d’asile, alors que ses parents, accompagnés par Élodie au CADA, ont demandé une aide au retour volontaire (ARV). « Ses parents le laissent là parce qu’il ne les intéresse plus et coûte trop cher », m’explique Élodie. Elle ajoute qu’ils ont agi pareil avec leur fille, qui est désormais en Suède. Ses parents sont allés en Allemagne, en Suède, en France, et leur demande n’a fonctionné dans aucun de ces pays. En parlant du jeune homme, je demande à Élodie : « il sait que ça n’aboutira sûrement pas ? », et elle me répond : « oui, il est habitué, c’est une vie d’exil quoi ». Elle me dit que le père lui a affirmé à son arrivée au centre : « dès que j’ai mon rejet, je repars en Albanie », et qu’il avait prévu de recourir à l’ARV dès le début. D’après Élodie, l’homme lui aurait dit que le pécule qui lui serait versé n’était pas pour son fils, donc qu’il arrêtait de le nourrir. « Finish », aurait-il dit. Élodie lui aurait répondu : « mais vous êtes son père », mais l’homme ne voulait pas en démordre : « non, finish ! ». Selon Élodie, il y a des familles comme ça qui viennent pour ramasser le plus d’argent possible, et ils sont exigeants. « Eux, ils demandent l’ARV dans tous les pays où ils passent », ajoute-t-elle. (Extrait du journal de terrain du 26/12/2017 avec Élodie, travailleuse sociale en CADA)

35Les travailleurs sociaux sont souvent critiques vis-à-vis de ce type de pratiques, qui détournent la fonction première de l’asile et rendent inutiles les objectifs d’intégration et d’autonomisation, et impossible la construction d’un projet personnalisé.

36Mais prolonger les temporalités est une pratique plus visible encore dans l’HUDA qui, contrairement au CADA et au CAO, accueille non seulement des personnes en procédure d’asile, mais également des déboutés. Pour ces derniers, les temporalités sont différentes, puisqu’il ne s’agit plus de lutter contre l’attente, mais bien de gagner du temps, afin de reporter sans cesse une éventuelle expulsion. Pour ces personnes, en situation irrégulière sur le territoire français bien que prises en charge dans des structures d’accueil, le temps peut ainsi s’avérer être une stratégie à part entière, visant à retarder un futur non désiré, et à se donner les moyens d’aller vers un avenir attendu et recherché : celui d’une régularisation. La plupart des familles déboutées accompagnées par l’HUDA sont en France depuis quatre ans en moyenne, et n’envisagent pas de retourner dans leur pays d’origine. Leur présence longue sur le territoire leur a laissé le temps d’apprendre le français, et souvent de s’investir dans des activités associatives et/ou d’obtenir un emploi non déclaré mais dont la rémunération leur permet une certaine forme d’autonomie financière. Les travailleurs sociaux de l’HUDA ne sont que deux, et ont pris l’habitude de jouer sur les temporalités pour aider les personnes déboutées à se maintenir en France. Ils les invitent par exemple à contester systématiquement les OQTF. Ces deux professionnels acceptent et même incitent les demandeurs d’asile à déployer un ensemble de stratégies, qui consistent le plus souvent à utiliser tous les recours administratifs existants, et parfois même à en contourner la fonction initiale. À ce titre, la procédure qu’ils utilisent le plus comme outil visant à gagner du temps est la demande de régularisation au titre de la santé18. Celle-ci est destinée à permettre aux étrangers souffrant d’une pathologie grave et ne pouvant être soignés dans leur pays d’origine d’obtenir un titre de séjour d’un an renouvelable. Mais sa fonction initiale cache un autre intérêt, non officiel, que ces travailleurs sociaux utilisent comme outil stratégique : elle permet de gagner du temps. C’est ainsi que Bilal, travailleur social dans cet HUDA, explique que : « y a un seul truc qui dérange la préfecture : les régul santé », et que « c’est les moyens légaux qu’on a pour freiner le truc » (extrait du journal de terrain du 04/10/2018 avec Bilal, travailleur social en HUDA). Bilal ainsi que son collègue Samir généralisent ainsi les demandes de régularisation au titre de la santé, même pour les personnes qui ne souffrent pas de pathologie grave, parce qu’il s’agit là, selon eux, du seul moyen de bloquer efficacement les OQTF. Pourtant, il n’existe aucun texte officiel précisant qu’enclencher ce type de démarche pourrait suspendre une obligation de quitter le territoire français. Cependant, selon Bilal, « depuis 2015 [date à laquelle il a été embauché dans cette structure], toutes les régul santé qu’on a faites ont bloqué les OQTF ». Le travailleur social ne se cache d’ailleurs pas de cette stratégie : « Combien de personnes sont encore ici parce qu’on a fait une régul santé alors qu’ils n’ont rien ou des choses soignables dans leur pays ! », me dit-il lors d’une journée d’observation passée avec lui. Aussi, la plupart du temps, la demande n’est pas formulée pour permettre à la personne de se soigner, mais c’est au contraire pour pouvoir déposer un dossier pour raison médicale qu’une maladie est « cherchée » et « trouvée », le plus souvent dans des troubles d’ordre psychologique. La régularisation santé, indispensable pour certaines personnes souffrant de pathologies lourdes, peut donc aussi être un moyen de reporter l’échéance d’un éloignement, afin de se donner le temps d’explorer d’autres pistes : une régularisation par le travail par exemple.

37Cette stratégie qui consiste à détourner la fonction première de la régularisation au titre de la santé afin de gagner du temps est révélatrice des bricolages, notamment temporels, qu’appliquent les travailleurs sociaux au quotidien, grâce à leur maîtrise des outils administratifs et de leurs failles. Cependant, cette manœuvre reste limitée, puisqu’elle n’a aucune assise juridique et aucune consistance administrative. Si tendanciellement elle semble permettre de bloquer les OQTF, cela n’est qu’une adaptation de la part des travailleurs sociaux aux réalités observées sur le terrain, mais pouvant être modifiées à tout moment. De plus, la lutte contre les fraudes et contre les détournements est constitutive de cette procédure (Fraysse, Lanelle, Hammadi et al., 2019). On peut donc supposer que ces stratégies déployées autour de la régularisation au titre de la santé seront de plus en plus mises en mal par les réformes à venir en matière d’immigration.

Conclusion

38Les candidats à l’asile, et donc à un futur plus favorable, doivent mettre en scène leur passé pour avoir une chance d’y accéder. Les travailleurs sociaux qui les accompagnent dans cette démarche ont appris à maîtriser ces éléments temporels, et amènent les demandeurs d’asile à faire du passé un récit au présent, afin d’actualiser les craintes mais aussi les souffrances, dans un jeu sur les critères objectifs et subjectifs d’obtention d’une protection.

39Dans l’attente d’une réponse, les requérants sont enfermés dans une temporalité presque immobile, ne leur permettant ni d’oublier le passé ni de se projeter vers un avenir qui reste incertain. Le « temps d’attente », qui n’est pas délimité, représente souvent une temporalité à la fois trop longue (souffrance, incertitude, désœuvrement, sentiment d’inutilité) et trop courte (pour l’intégration et l’aboutissement d’un projet personnalisé). Mais il a aussi des impacts sur les travailleurs sociaux eux-mêmes, puisqu’il peut venir mettre en question leur rôle, leur statut et leurs missions, d’autant plus lorsque le temps d’attente représente non plus une difficulté mais une stratégie pour certains demandeurs d’asile. Pourtant, ces professionnels s’appliquent quotidiennement à mettre en activité les personnes accompagnées, pour les sortir, autant que possible, de cette stagnation temporelle. Ils tentent de redonner du sens à l’attente, mais aussi aux objectifs d’intégration et d’autonomisation portés par le travail social. Mais gagner du temps peut aussi être une stratégie déployée par les travailleurs sociaux eux-mêmes. Pour les personnes déboutées particulièrement, le temps peut être une arme de régularisation, et les travailleurs sociaux mettent tout en œuvre pour le prolonger, et éviter l’échéance, toujours redoutée, d’un éloignement forcé. Ainsi, si les temporalités appellent des stratégies de contournement de l’attente, le temps peut aussi être un outil stratégique à part entière.

40En d’autres termes, les travailleurs sociaux mettent en place des stratégies pour jouer sur les temporalités de l’asile : ils répondent aux attentes institutionnelles en imbriquant passé, présent et futur, dans le but d’aider les personnes accompagnées à obtenir une protection. Ils remettent en mouvement le temps présent quand celui-ci semble s’immobiliser et essaient de l’arrêter pour prolonger les temporalités administratives pour les personnes déboutées. Si les lois qui encadrent le droit d’asile visent de plus en plus à réduire les temporalités pour écarter au plus vite les candidats « irrecevables », les travailleurs sociaux eux, exploitent les quelques marges de manœuvre dont ils disposent pour jouer sur et avec le temps. Par leurs jeux sur les temporalités administratives et vécues, ils agissent ainsi sur les catégories de l’asile puisqu’ils en étirent les frontières, et sur celles post-asile, lorsqu’ils tentent de repousser les échéances des expulsions et d’exploiter les formes de régularisations existantes.

Haut de page

Bibliographie

Agier M., 2018. L’étranger qui vient. Repenser l’hospitalité, Paris, Seuil.

Astier I., 2009. « Les transformations de la relation d’aide dans l’intervention sociale », Informations sociales, vol. 152, n° 2, p. 52-58.

D’Halluin E., 2007. « Travailler sa voix ou comment rendre sa demande d’asile audible », Asylon(s) 2 [en ligne]. url : http://www.reseau-terra.eu/article660.html

D’Halluin E., 2004. « Comment produire un discours légitime ? », Plein Droit 63, p. 30-33.

Dowling M., Sextone P., 2010. « Refugees and asylum seekers: The social work role », in Seden J., Matthews S., McCormick M., Morgan A. (dir.), Professional Development in Social Work: Complex Issues in Practice, Londres, Routledge [en ligne]. url : http://oro.open.ac.uk/20911/2/6377DE5.pdf

Fassin D., 2001. « Quand le corps fait loi. La raison humanitaire dans les procédures de régularisation des étrangers », Sciences sociales et santé 19(4), p. 5-34.

Felder A., 2016. L’activité des demandeurs d’asile. Se reconstruire en exil, Toulouse, Érès.

Fraysse A., Laneelle E., Hammadi Y., Lagorsse C., Mben R., 2019. « Le parcours des étrangers malades en France », La revue des droits de l’homme [en ligne]. url : http://journals.openedition.org/revdh/5977

Frigoli G., Jannot J., 2004. « Travail social et demande d’asile : les enseignements d’une étude sur l’accueil des demandeurs d’asile dans les Alpes-Maritimes », Revue française des affaires sociales 4, p. 223-242.

Greslier F., 2007. « La Commission des recours des réfugiés ou “l’intime conviction” face au recul du droit d’asile en France », Revue européenne des migrations internationales 23(2), p. 107-133.

Hambly J., Gill N., 2020. « Law and speed: Asylum appeals and the techniques and consequences of legal quickening », Journal of law and society 47(1), p. 3-28.

Kobelinsky C., 2012. « Des corps en attente. Le quotidien des demandeurs d’asile », Corps 10(1), p. 183-192.

Kobelinsky C., 2010. L’accueil des demandeurs d’asile. Une ethnographie de l’attente, Paris, Éditions du Cygne.

Kobelinsky C., 2008. « “Faire sortir les déboutés”. Gestion, contrôle et expulsion dans les centres pour demandeurs d’asile en France », Cultures et conflits 71, p. 113-130.

Laacher S., 2018. Croire à l’incroyable. Un sociologue à la Cour nationale du droit d’asile, Paris, Gallimard.

Lacroix M., 2006. « Social work with asylum seekers in Canada: The case for social justice », International social work 49(1), p. 19-28. 

Noura K., 2013. La requête d’asile et la construction de sa crédibilité. Entre rationalisation et subjectivation des discours de l’exil, thèse de sociologie sous la direction d’Ahmed Boubeker, université de Lorraine.

Riffault J., Bouquet B., 2013. « Introduction. L’action sociale en des temps d’incertitude », Vie sociale 2(2), p. 7-14.

Rullac S., [2010] 2018a. « Autonomie », in Rullac S., Ott L. (dir.), Dictionnaire pratique du travail social, Paris, Dunod.

Rullac S., [2010] 2018b. « Empathie », in Rullac S., Ott L. (dir), Dictionnaire pratique du travail social, Paris, Dunod.

Teitgen-Colly C., 2019. Le droit d’asile, Paris, Presses universitaires de France.

Tisato D., 2017. « Le temps interstitiel des demandeurs d’asile. Stratégies de contre-pouvoir et réappropriation partielle d’une temporalité imposée », Migrations Société 168(2), p. 119-135.

Haut de page

Notes

1 Paradoxe qui n’est pas propre aux travailleurs sociaux français : en attestent Monica Dowling et Parissa Sextone (2010) en ce qui concerne les professionnels qui accompagnent les mineurs isolés au Royaume-Uni. Marie Lacroix (2006) parle également de la manière dont les travailleurs sociaux intervenant auprès des demandeurs d’asile au Canada sont sans cesse obligés d’allier justice sociale et oppression.

2 Loi n° 2015-925 du 29 juillet 2015 relative à la réforme du droit d’asile : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000030949483

3 Loi n° 2018-778 du 10 septembre 2018 pour une immigration maîtrisée, un droit d’asile effectif et une intégration réussie : https://www.legifrance.gouv.fr/affichLoiPubliee.do?idDocument=JORFDOLE000036629528&type=general&legislature=15

4 Par exemple, la loi de 2015 instaure les « procédures accélérées », venant se substituer aux « procédures prioritaires » et réduisant le délai d’instruction de ces dossiers à cinq semaines. Elle systématise par ailleurs la délivrance d’une obligation de quitter le territoire français (OQTF) pour toutes les personnes déboutées. La loi de 2018 facilite les reconduites à la frontière pour les personnes déboutées de l’asile, réduit le délai maximal d’instruction des dossiers à six mois, et les requérants n’ont dès lors plus que quatre-vingt-dix jours pour déposer une demande d’asile après leur entrée sur le territoire français : passé ce délai, leur dossier sera instruit en procédure accélérée.

5 Circulaire du 24 juillet 2008 relative aux missions des centres d’accueil pour demandeurs d’asile (CADA) et aux modalités de pilotage du dispositif national d’accueil (DNA) :
https://www.gisti.org/IMG/pdf/norimia0800035c.pdf.

6 Les CAO n’existent presque plus aujourd’hui, leur fonctionnement étant, dès leur création en octobre 2015, conçu comme temporaire, et n’ayant pas vocation à se pérenniser. Les CAO ne devaient alors avoir qu’une existence de six mois. Ils avaient pour mission d’accueillir les personnes (principalement des hommes isolés) provenant initialement du camp démantelé de Calais puis d’autres camps en France (notamment celui porte de la Chapelle à Paris).

7 Loi du 2 janvier 2002 rénovant l’action sociale et médico-sociale, aussi appelée « loi 2002-2 » : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000215460&categorieLien=id

8 « L’autonomie » est l’un des principes centraux du travail social. Si elle est souvent présentée comme une source de liberté, l’autonomie est en réalité un idéal amenant la personne accompagnée à inscrire ses comportements et aspirations dans les obligations sociales. « L’autonomie représente donc une acceptation de perdre sa liberté fondamentale en tant qu’être humain pour acquérir une liberté relative en tant qu’être socialisé » (Rullac, [2010] 2018a, p. 38).

9 L’OFPRA est un établissement administratif public. Il a été créé en 1952 et a la charge d’examiner les dossiers de demande d’asile en application de la convention de Genève du 28 juillet 1951. La CNDA est une juridiction administrative destinée à examiner les recours formulés contre les décisions de l’OFPRA.

10 Pour plus d’information sur l’OQTF, consulter : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F18362.

11 Les candidats à l’asile peuvent être enregistrés en procédure accélérée s’ils sont originaires d’un « pays d’origine sûr », s’ils refusent de donner leurs empreintes digitales, s’ils représentent une menace grave pour l’ordre public ou la sécurité de l’État, s’ils sont en procédure de réexamen suite à une première demande d’asile qui a été définitivement rejetée, s’ils ont présenté plusieurs demandes d’asile sous des identités différentes, s’ils ont de faux documents d’identité, ou encore s’ils ont attendu plus de quatre-vingt-dix jours avant de formuler une demande d’asile. Pour plus d’information sur les différentes procédures, consulter : https://www.ofpra.gouv.fr/fr/asile/la-procedure-de-demande-d-asile/demander-l-asile-en-france

12 Pour plus d’information sur le règlement Dublin III, consulter : https://www.vie-publique.fr/actualite/dossier/raec/schengen-reglements-dublin-pour-traitement-demandes-asile.html

13 Pour plus d’information, consulter le site de la Cimade : https://www.lacimade.org/dubline-vous-avez-dit-dubline/

14 L’article 1A2 de la convention de Genève stipule que : « le terme de réfugié s’applique à toute personne craignant avec raison d’être persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques, se trouve hors du pays dont elle a la nationalité et qui ne peut ou, du fait de cette crainte, ne veut se réclamer de la protection de ce pays ; ou qui, si elle n’a pas de nationalité et se trouve hors du pays dans lequel elle avait sa résidence habituelle à la suite de tels évènements, ne peut ou, en raison de ladite crainte, ne veut y retourner ».

15 Pour plus d’information à ce sujet, consulter : http://www.cnda.fr/Demarches-et-procedures/La-protection-accordee-par-la-CNDA

16 L’empathie « est la capacité à simuler en soi, de manière fictive, intellectuelle puis émotionnelle par imitation, ce que produit en lui-même l’expérience d’autrui ». Il s’agit donc d’une « compétence relationnelle […] perçue comme un savoir-faire indispensable pour mener toute action socio-éducative de qualité » (Rullac, [2010] 2018b, p. 144-145).

17 Pour plus d’informations sur cette procédure, consulter : http://www.retourvolontaire.fr/

18 Cette procédure est expliquée sur le site suivant : www.ofii.fr/procedure-etrangers-malades. Pour une approche historique et analytique particulièrement pertinente sur la régularisation au titre de la santé, consulter : Fassin D., 2011. « Quand le corps fait loi. La raison humanitaire dans les procédures de régularisation des étrangers », Sciences sociales et santé 19(4), p. 5-34.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Mathieu, « Les travailleurs sociaux face à la demande d’asile »Temporalités [En ligne], 33 | 2021, mis en ligne le 16 juin 2021, consulté le 21 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/8444 ; DOI : https://doi.org/10.4000/temporalites.8444

Haut de page

Auteur

Sophie Mathieu

Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales (2L2S)
Université de Lorraine, 23 boulevard Albert 1er, 54000 Nancy
Sophie.mathieu@univ-lorraine.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search