Navigation – Plan du site

AccueilTemporalités33TraductionRaconter Marseille en Italie

Traduction

Raconter Marseille en Italie

Usages littéraires et cinématographiques des stéréotypes sur la ville
Matteo Sanfilippo
Traduction de Michel Peraldi

Notes de la rédaction

Marseille est de ces villes qui sont affectées de ce que Matteo Sanfilippo nomme ici une « légende noire », particularité qu’elle partage avec d’autres villes, Naples, Palerme où Chicago parmi quelques exemples1. L’invention de ce substrat imaginaire procède à peu près toujours de la même façon : sur la base d’un ensemble parfois disparate de faits criminels, atteignant sur de courtes périodes des moments d’intensité, un certain nombre de récits, journalistiques, littéraires, sociologiques, fondent cette idée selon laquelle c’est en quelque sorte l’air de la ville elle-même, son atmosphère, qui favorisent l’émergence de cette criminalité. C’est cette représentation qui distingue les villes affublées d’une « légende noire » et celles qui ont seulement, séquentiellement, « mauvaise réputation ». L’exploration littéraire que nous présente ici Matteo Sanfilippo déroule le fil des circulations et transmissions par lesquelles, d’auteur en auteur, se tisse ce récit légendaire. Le fait qu’il s’appuie sur une littérature essentiellement italienne et une filmographie internationale renforce l’intérêt de son exploration. Car il devient impossible alors d’associer un réel urbain quelconque à la circulation, sur le mode assez voisin de celui de la rumeur, de cette « légende noire », qui, Sanfilippo le met en évidence, se nourrit d’elle-même.

Matteo Sanfilippo est né à Florence en 1956. Après des études à l’université d’Ottawa, il obtient un doctorat en histoire des Amériques à l’université de Gênes. IL est titulaire de la chaire d’histoire moderne à l’université « della Tuscia » à Viterbe (Italie).

Il a été consultant historique du musée de l’Émigration italienne (Rome), et depuis coordinateur scientifique de la revue Studi emigrazione (www.cser.it). Co-directeur de l’Archivio storico dell’emigrazione italiana (www.asei.eu), il dirige l’Institut historique scalabrinien (http://www.scalabriniani.org/istituto-storico/). Il s’intéresse surtout au transfert et aux migrations de cultures et êtres humains du Vieux au Nouveau Monde et, sur ces thèmes, a rédigé une trentaine d’ouvrages. En français, il a rédigé avec Luca Codignola et Giovanni Pizzorusso, Le Saint-Siège, le Canada et le Québec. Recherches dans les archives romaines (2011) et a dirigé avec Martin Pâquet et Jean-Philippe Warren Le Saint-Siège, le Québec et l’Amérique française. Les archives vaticanes, piste et défis (2013). Récemment, il a publié dans Archives de sciences sociales des religions, Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, Chrétiens et sociétés, Hommes & migrations, REMI, Revue d’histoire de l’Amérique française.
M. P.

Texte intégral

1À toutes les époques, les descriptions que font d’une ville les récits de voyage empruntent bien souvent leurs « clichés » à d’autres formes de littérature, voire, pour la période actuelle, au cinéma. Nous partirons de cette hypothèse pour explorer un corpus de narrations relatives à Marseille, ville portuaire et d’immigration avec laquelle l’Italie a tissé de nombreux liens familiers.

  • 2 de Felice F., « Sgozzato sotto gli occhi di tutti », L’Unità, n° 1, settembre 1982, p. 5.

2Notre point de départ pourrait être le constat selon lequel les récits contemporains de voyage comme les romans sur Marseille tendent à oublier cette épaisseur historique et se concentrent sur le présent et ses tracas. D’ailleurs en Italie, Marseille évoque immédiatement le « clan des Marseillais », titre homonyme de la version italienne d’un célèbre film français (La Scoumoune, écrit et réalisé par José Giovanni, 1972) et une série d’événements des années 1960, lorsqu’un groupe de délinquants italiens et franco-italiens tentaient de prendre le contrôle de la pègre péninsulaire. Cette tentative fut extrêmement violente et accompagnée de vols et de rapts, qui se sont souvent achevés dans le sang. Ces exactions mirent très rapidement les « Marseillais » en question à la une des quotidiens. La chance de la bande fut de courte durée, mais tout du long, son ascension fut ponctuée d’arrestations et de procès, entre 1976 et 1981. Albert Bergamelli, le leader du groupe, fut assassiné en prison en 1982, mettant fin aux ambitions de l’organisation2. En fait, cette dernière n’était pas composée de natifs de Marseille ; la majeure partie de ses membres étaient plutôt des Italiens d’Italie. Bergamelli lui-même était né à Vitry-sur-Seine (département de la Marne), dans une famille d’émigrés italiens. Les « Marseillais » se présentaient comme tels parce que la pègre marseillaise était à l’époque célèbre et crainte.

  • 3 Marchant A., « La French Connection, entre mythes et réalités », Vingtième Siècle, n° 115, 2012, p. (...)

3Au milieu de cette décennie (1975-1985), la pègre marseillaise avait atteint le sommet de sa réputation grâce au marché de l’héroïne et de solides liens avec la mafia italo-américaine3.

4Elle était très à la mode et au cinéma, la coproduction italo-française des deux films Borsalino et Borsalino and Co (mise en scène de Jacques Deray, 1970 et 1974) fit fureur. Toujours dans les salles obscures, d’autres collaborations italo-françaises exaltaient l’âme noire et le quotidien sanguinaire de la ville : Le saut de l’ange, écrit et réalisé par Yves Boisset en 1971, Le tueur, de Denys de la Patellière, en 1972, ou Le trio infernal de Denis Girod, en 1974.

  • 4 À cette époque, de très nombreux films français et étrangers ont Marseille pour décor. Voir Block M (...)

5Ces films n’étaient pas seulement la transposition cinématographique de la légende noire. Ils recollaient aussi à une tradition cinématographique qui avait des origines plus anciennes : Marseille, ville romantique et dangereuse, s’était imposée comme telle dans les trente années précédentes, grâce à une série d’œuvres comme Justin de Marseille de Maurice Tourneur (1935), ou Le deuxième souffle de Jean Pierre Melville, d’après un roman de José Giovanni (1966). Dans ces films, portés par des grands acteurs de l’époque comme Jean Gabin ou Lino Ventura, les délinquants comme les policiers étaient des figures tragiques qui rejouaient en boucle le conflit entre pègre autochtone, elle-même divisée en Corses et « vrais » Français, et la délinquance immigrée d’Italie ou d’Espagne. Dans les années soixante, le « milieu » marseillais revient sur le devant de la scène non seulement avec la saga des Borsalino, portée par une nouvelle génération d’acteurs dominée par Alain Delon et Jean-Paul Belmondo, mais aussi par des productions notables britanniques ou américaines, certaines qui deviendront culte : The French Connection (William Friedkin, 1971), The Marseille Contract (Robert Parish, 1974) et French Connection II (John Frankheimer, 19754).

  • 5 Fusco G., Duri a Marsiglia, Torino, Einaudi, 1974. L’ouvrage de Fusco a été publié en français sous (...)
  • 6 Sur la fascination de Fusco, à l’instar de nombre de ses contemporains, pour la vie des légionnaire (...)

6L’impressionnante série de films tournés dans la première moitié des années soixante sur la pègre marseillaise trouve un évident écho dans les romans italiens de la même époque, à partir du chef-d’œuvre de Giancarlo Fusco, Duri a Marsiglia5. Ce roman d’un journaliste écrivain se présente comme autobiographique et raconte l’arrivée de l’auteur en 1932 à Marseille pour s’enrôler dans la Légion étrangère6. À peine arrivé dans la ville, le protagoniste rencontre quelques gangsters calabrais et profite de ce qu’ils ont fait une trêve avec leurs ennemis jurés catalans pour se trouver un petit boulot aux limites (et même un peu au-delà) de la légalité. Il réussit ainsi à joindre les deux bouts et peut se consacrer à la traduction en italien des Fleurs du mal de Baudelaire. La trêve terminée, le chef des gangsters calabrais lui conseille de quitter la ville et de se consacrer à la poésie.

  • 7 Bizzarri F., Sono stato in Marsiglia, Anzola dell’Emilia, 1976.
  • 8 Giuliani A., Le droghe di Marsiglia, Milano, Adelphi, 1977. Non traduit en français.

7Durant toute cette décennie, d’autres auteurs empruntent aux films précédemment cités et au roman de Fusco, avec des thèmes récurrents : Marseille marché de la drogue disputé entre Italiens et Français ; le romantisme du « noir » Gaulois ; l’importance de la poésie. Sono stato a Marsiglia (1976) de Franco Bizzarri se présente comme une fausse enquête photographique sur le trafic d’héroïne à Marseille7. L’écrivain décrit sa rencontre avec un Italien travaillant dans le trafic de la drogue marseillaise qu’il accompagne dans la visite d’un laboratoire et de lieux de commerce au détail, et qu’il aide même à interviewer des producteurs et vendeurs au détail. Sous et à côté de la ville que tous connaissent, il en est une autre, parallèle et dangereuse, mais beaucoup plus intéressante. Les liens entre drogue-poésie et Marseille reviennent dans une chanson de Roberto Vecchioni, toujours en 1976, dans laquelle est décrit le délire d’Arthur Rimbaud sur le bateau qui le ramène en France, juste au moment où l’on aperçoit depuis la mer les lumières de la ville. Le droghe di Marsiglia (1977) d’Alfredo Giuliani, un des auteurs les plus importants des années soixante, part de l’expérience du philosophe et critique littéraire allemand Walter Benjamin, blindé de haschich à Marseille, et s’en sert pour montrer comment la littérature provoque des délires plus puissants.8

  • 9 Tabucchi A., Sogni di sogni, Palermo, Sellerio, 1992. Traduction française publiée en 1994 chez Chr (...)

8On n’oublie pas l’arrivée de Rimbaud à Marseille et en 1992, Antonio Tabucchi y revient dans un recueil de courts récits, chacun racontant un rêve d’un artiste célèbre9. Dans le rêve d’Arthur Rimbaud, poète et vagabond, celui-ci, débarqué à Marseille et soigné à l’hôpital où effectivement il va mourir un peu plus tard, rêve de partir pour Paris où il veut prendre part à la Commune ; en route, toujours dans son rêve, il rencontre une femme qui lui offre son corps et un fusil. Cette Marseille onirique et hors du temps (il importe de se souvenir que la Commune date de 1870 tandis que Rimbaud rentre en France en 1891) ne réussit pas cependant à s’imposer dans la littérature italienne où la ville reste, pour la plupart des auteurs, la capitale de la délinquance et de la corruption.

  • 10 Eco U., « Introduzione », in Alexandre Dumas, Il conte de Montecristo, Milano, BUR, Rizzoli, 2006. (...)
  • 11 Ce qui du reste semble correspondre à la réalité historique : voir à ce propos Montel L., Marseille (...)
  • 12 Monzini P., Gruppi criminali a Napoli e Marsiglia. La delinquenza organizzata nella storia di due c (...)
  • 13 Croce B., « Alessandro Dumas a Napoli », in Croce B (dir.), Uomini e cose della vecchia Italia, Bar (...)
  • 14 Note du traducteur : Topolino est le nom italien pour Le journal de Mickey.

9Se joue probablement ici ce que Umberto Eco appelle « l’effet Monte-Cristo », soit l’influence durable du roman d’Alexandre Dumas10. Dans une telle œuvre, le monde politique et judiciaire marseillais est pourri en tout 11: une image qui inspire encore aujourd’hui des comparaisons avec Naples, cet autre grand port méditerranéen12. La comparaison est peut-être née de l’attribution du roman à Pier Angelo Fiorentino, un écrivain napolitain qui a travaillé dans l’officine dumasienne, et aurait contribué à l’écriture de certains des épisodes du feuilleton. Benedetto Croce met un terme définitif à cette hypothèse et nous savons aujourd’hui que le roman est né de la collaboration entre Alexandre Dumas et Auguste Maquet13. Dans tous les cas, le succès italien du roman de Dumas se poursuit tout au long du xxe siècle à partir d’un film de 1908 (Il conte di Montecristo, de Luigi Maggi et Arturo Ambrosio). Le sujet fut repris quatre ans plus tard pour un autre film (Il conte di Montecristo, mise en scène de De Liguoro). Après la Seconde Guerre mondiale, le sujet inspire une coproduction italo-française (Le Comte de Monte-Cristo, mise en scène de Robert Vernay, 1954), une bande dessinée (Paperino e il conte di Montecristo, de Guido Martina et Luciano Bottaro, paru dans Topolino, n° 159-160, 25 mars et 10 avril 195714), une dramatique télévisée (Il conte di Montecristo, de Edmondo Fenoglio, 1966), un 33 tours (Montecristo, encore de Roberto Vecchioni, passionné de culture française, 1980), une coproduction télévisée italo-française (Le comte de Monte-Cristo, mise en scène de Josée Dayan, 1998), une comédie musicale (Il conte de Montecristo de Robert Steiner et Francesco Marchetti, 2008), enfin une mini-série produite pour la télévision (Un amore e una vendetta, de Raffaele Mertes et Daniele Falleri, 2011).

10Au-delà de l’effet « Monte-Cristo » analysé par Eco, le roman de Dumas a des répercussions importantes dans la littérature italienne et inspire un de ses tournants les plus significatifs.

  • 15 Calvino I., Ti con zero, Torino, Einaudi, 1967. Voir l’analyse qu’en fait Granart-Robert S., « Le c (...)

11Au cours de l’été 67, Italo Calvino écrit un récit, « Il conte de Montecristo », qu’il utilise comme conclusion du recueil, Ti con zero15. Dans ce récit, Edmond Dantès prépare son évasion du Château d’If et médite sur sa propre situation, entrant et sortant de l’époque et du roman initiaux. L’écrivain italien est en fait en train de préparer les jeux méta-littéraires de la décennie suivante et la dérive postmoderne qui la caractérise. Mais, pour ce qui regarde Marseille, il avalise le stéréotype littéraire traditionnel : c’est une ville de criminels, dans laquelle on apprend y compris à le devenir, même si on ne l’a pas voulu, comme cela arrive aux innocents embarqués en galère à cause de la corruption de la police et de la magistrature.

12On reviendra d’ici peu sur les reprises de ce thème dans la production littéraire plus récente. Cependant, avant de suivre ce filon, nous devons revenir à la perspective pluriséculaire envisagée au début de cet article. Dans la culture italienne, Marseille est aujourd’hui la ville de la pègre, mais elle n’a pas été que cela dans le passé si on tient compte du fait que la cité a été décrite par la littérature italienne depuis le Moyen Âge, mentionnée même dans La Divine Comédie de Dante Alighieri. Le poète florentin rencontre en fait au paradis Folquet de Marseille (1152-1231), marchand et troubadour, puis moine cistercien et enfin évêque de Toulouse (« Le Paradis », IX, p. 82-105). Le poète devenu un ecclésiastique lui parle de sa ville et du port, soulignant sa situation à mi-chemin sur la route entre l’Italie et l’Espagne, sur le même méridien que Bejaïa en Algérie, et donc comme telle un véritable épicentre méditerranéen.

13En effet, pour tous les Italiens, Marseille fut le port qui permettait d’entrer dans le Midi français. Par exemple, Francesco Petrarca (Pétrarque) mentionne à son tour ce même Folchetto dans le quatrième chapitre du Triomphe de l’amour, mais surtout débarque puis s’embarque plus d’une fois depuis le port de Marseille, dès que son père se transfère en Avignon. En outre, le poète signe dans ses lettres une description très précise de la côte méridionale française, où est très exactement décrite la position de Marseille (Lettere familiari, IV, I).

  • 16 Sanfilippo M., « Caterina de’Medici, un’italiana alla corte di Francia », in Motta C. (a cura di), (...)
  • 17 « Le nozze a Marsiglia di Caterina de’ Medici », in Gualterotti R., Della descrizione del regale ap (...)
  • 18 Une brève exposition florentine a été dédiée à l’expérience marseillaise de Catherine de Médicis, O (...)

14La ville, port et surtout porte d’entrée de la France, revient plus d’une fois dans les livres italiens de l’époque moderne, parce qu’y débarquent des personnages importants. Il suffit de penser au voyage de Catherine et Marie de Médicis lorsqu’elles vont épouser respectivement Henry II et Henry IV et c’est au port de Marseille qu’elles sont accueillies par les émissaires de leurs futurs époux ; on peut aussi évoquer le voyage de Giulio Mazzarino quand il se rend en Avignon comme vice-légat du Pape, avant de devenir nonce à Paris et donc bras droit et enfin successeur du cardinal de Richelieu, premier ministre français16. L’arrivée de Catherine de Médicis en 1533 est même illustrée dans une gravure, attendu que la future reine s’est mariée dans cette ville17. Le thème des noces de la Médicis connut en outre un grand succès pictural, mais cependant sans référence directe à Marseille ; il suffit de se souvenir de la peinture à fresque de Giorgio Vasari, Il matrimonio di Caterina de’Medici ed Enrico di Valois (Florence, Palazzo Vecchio, salle de Clemente VII) et le tableau de Jacopo Chimenti da Empoli, Nozze di Caterina de’Medici con Enrico II di Francia (Florence, galerie des Offices)18.

  • 19 Attanasio M., La ragazza di Marsiglia, Palermo, Sellerio, 2018.
  • 20 Voir « Il primo incontro di Mazzini e Garibaldi a Marsiglia nel 1833 », illustration de la seconde (...)
  • 21 Voir Scirocco A., Garibaldi. Battaglie, amori, ideali di un cittadino del mondo, Roma-Bari, Laterza (...)
  • 22 Heyriès H., Garibaldi, le mythe de la révolution romantique, Toulouse, Privat, 2002.
  • 23 Badii G., Guerrazzi N. in Rosi M. (a cura di), Dizionario del Risorgimento nazionale, Milano, Valla (...)
  • 24 Guerrazzi D., Isabella Orsini duchessa di Brancaccio, Losanna, Fratelli Ferrario, 1844.

15Après une pause de quelques siècles pendant lesquels les descriptions et les arrivées italiennes à Marseille furent peu significatives, au moins du point de vue littéraire, nous retrouverons au contraire d’importants contacts pendant la période du Risorgimento. On se souvient d’un roman de Maria Attanasio qui reconstitue la première rencontre, vraiment marseillaise, entre Francesco Crespi, qui sera une décennie plus tard le Premier Ministre de l’Italie unifiée, mais qui est alors un simple patriote en exil, et Rosalie Montmasson, sa première épouse19. Au xixe siècle, la ville n’accueille pas seulement Crispi, mais aussi Giuseppe Mazzini et Giuseppe Garibaldi. Si l’on en croit l’iconographie nationaliste, les deux futurs fondateurs de l’Italie unie se seraient vraiment rencontrés dans le port français20. Les historiens doutent de la réalité de cet événement21 ; en revanche, il est indubitable que Mazzini est bien arrivé à Marseille en 1831 pour y fonder le mouvement « Giovine Italia », tandis que Garibaldi visite la ville en 1834 et y revient un an plus tard pour s’y embarquer vers l’Amérique du Sud. Le Général revient une nouvelle fois à Marseille en 1870, pour participer à la défense de la France contre l’invasion prussienne22. À Marseille arrive aussi le futur garibaldien Nicola Guerrazzi, lorsqu’il tente en vain de rejoindre Felice Orsoni à Paris pour participer à l’attentat contre Napoléon III23. De plus, Marseille fut aussi évoquée dans quelques romans historiques de l’époque : l’auteur livournais Francesco Domenico Guerrazzi précise par exemple que Marseille était déjà une étape du voyage des Italiens vers la France au xvie siècle24.

  • 25 Sanfilippo M., Faccia da italiano, Roma, Salerno editrice, 2011.
  • 26 Dubost J.-F., La France italienne, xvie-xviie, Paris, Aubier, 1997. Salvetti P., Storie di ordinari (...)

16Nous avons parlé du voyage des Italiens en France, mais il ne faut pas oublier les réactions françaises à ces arrivées. Elles nous montrent d’ailleurs un autre aspect de Marseille, ville de voyageurs, d’immigrés et d’exilés qui nourrit une haine constante envers les étrangers et contre les Italiens plus particulièrement25. Déjà au Moyen Âge, des émeutes anti-italiennes explosent ; en 1572, des affiches contre la gestion italienne de la douane locale sont exposées, suivies par des mouvements contre les deux reines sus-mentionnées de la famille de Médicis et plus tard contre Mazarin ; enfin, comment oublier les ainsi nommées « Vêpres marseillaises » en 1881 ? D’autres agitations contre des Italiens se répètent périodiquement jusqu’après la Seconde Guerre mondiale26.

  • 27 Ginori A., Falsi amici : Italia-Francia. Relazioni pericolose, Roma, Fandango Libri, 2012.
  • 28 Régnard C., Marseille la violente. Criminalité, industrialisation et société 1851-1914, Rennes, Pre (...)
  • 29 Dornel L., « Cosmopolitisme et xénophobie. Les luttes entre Français et Italiens dans les ports et (...)
  • 30 Londres A., Marseille, porte du Sud, 1927. Réédité Arléa, Paris, 2008.
  • 31 Bertrand B., L’invasion, Paris, Plon, 1900.
  • 32 Carrino A., Passioni e interessi di una famiglia-impresa. I Rocca di Marsiglia nel Mediterraneo del (...)

17Certains journalistes ont mis en évidence la continuité entre la xénophobie anti-italienne au xixe siècle et la montée du Front national dans la France méridionale ces dernières décennies27. Certes, à la fin du xixe siècle, l’équilibre social est fragilisé par les transformations du Midi français, lorsque se déclenche un moment de tensions urbaines qui naissent d’une industrialisation imprévue28 autant que des transformations du commerce maritime et des activités portuaires29. Aujourd’hui, les chercheurs ont tendance à broder rétrospectivement sur la peur marseillaise d’une invasion napolitaine, mais ce phénomène est évident surtout dans l’entre-deux-guerres, comme le montre la description que fait de Marseille le célèbre livre d’Albert Londres30. Au contraire, dans un texte antérieur de Louis Bertrand, L’invasion, les « méchants » immigrants sont piémontais31. De plus, dans les archives marseillaises, on peut découvrir comment furent pris pour cible les Génois, accusés de s’enrichir sur le dos des autochtones32. Pour résumer, les Marseillais n’aimaient ni les Italiens du sud ni ceux du nord.

  • 33 Izzo J.-C., Total Khéops, Paris, Gallimard, 1995 ; Chourmo, Paris, Gallimard, 1996 ; Solea, Paris, (...)
  • 34 Izzo J.-C., Casino totale, Roma, E/O, 1998 ; Chourmo. Il cuore di Marsiglia, Roma, E/O, 1999 ; Sole (...)

18Aujourd’hui, la xénophobie ne prend plus pour cible les migrants de la péninsule, sinon de manière collatérale, comme le mettent en évidence quelques polars français de grande audience. À la fin du xxe siècle, la xénophobie marseillaise est décrite dans toute sa nocivité par la trilogie noire de Jean Claude Izzo33, écrivain franco-italien très vite traduit dans la péninsule34.

  • 35 Izzo J.-C., La trilogia Fabio Montale, Roma, E/O, 2011 puis 2018. En français, les mêmes romans ont (...)
  • 36 Izzo J-.C., Marinai perduti, Roma, E/O, 2001, et Aglio, menta e basilico, Roma, E/O, 2011. Respecti (...)

19Ces romans ont connu en Italie un énorme succès qui se prolonge encore dans ce millénaire. En lisant le titre de leur réédition en un seul volume, La trilogia di Fabio Montale, il est évident que l’éditeur met en évidence l’origine nationale des protagonistes35. Cependant, dans ces trois romans comme dans les autres ouvrages de J.-C. Izzo traduits en italien, les attaques xénophobes touchent tous les nouveaux Marseillais, lesquels sont nombreux parce que la ville a désormais une dimension méditerranéenne36.

  • 37 Frégni R., Où se perdent les hommes ?, Paris, Gallimard, 1996, paru en italien sous le titre La cit (...)
  • 38 Carlotto M., Respiro corto, Torino, Einaudi, 2012. Paru en français sous le titre Le souffle court, (...)
  • 39 Iannelli M., Marsiglia bleu noir. L’insolita storia di Julienne et Jean-Claude, Palermo, Sellerio, (...)

20L’impact de ces romans, comme ceux d’autres auteurs marseillais traduits en italien, de René Frégni à Gilles Del Pappas, comme du seul ouvrage dédié à Marseille de l’autrice parisienne Dominique Manotti37, a influencé le roman noir à l’italienne, qui a alors commencé à utiliser la ville française comme décor. Respiro corto (Le souffle court) de Massimo Carlotto reconstitue la rencontre entre un vieux boss corse, une policière d’un certain âge, quelques jeunes dealers sud-américains et surtout deux groupes opposés de Russes38. La ville y est décrite en jouant voluptueusement sur tous les stéréotypes qui en soulignent la dimension provinciale : « bouillabaisse et gangsters », écrit explicitement Carlotto à propos de son ouvrage. Au contraire, la pègre est désormais internationale ; même si à la fin c’est le vieux Corse qui gagne, parce qu’il sait comment manipuler politiques, policiers et magistrats. Carlotto s’amuse des stéréotypes à la française, et subjugue le lecteur par un jeu continu de rappels et de citations. D’autres auteurs italiens n’ont pas cette ironie et tombent dans la plus évidente banalité, justement parce qu’ils veulent nous convaincre qu’ils sont en tout réalistes. Parfois, ils font virer leur histoire au noir, d’autres fois ils optent au contraire pour le rose, mais toujours dans une atmosphère policière. Marsiglia bleu noir est un ouvrage de Michelle Iannelli dédié à Frégni et Izzo, exalté par ses inspirateurs39, mais dont l’histoire vire au roman rose. Deux Français se rencontrent à Milan où l’homme travaille pour le compte d’un clan de Marseillais. Amoureux, il revient à Marseille avec sa nouvelle compagne et obtient, par ailleurs sans problème, d’abandonner l’organisation : en fait, ses chefs sont aussi romantiques que lui.

  • 40 Lecca N., I colori dopo il bianco, Milano, Mondadori, 2017.

21Dans I colori dopo il bianco (La couleur après le blanc) de Nicola Lecca, un jeune Autrichien s’enfuit à Marseille pour déserter une vie de riche, incolore et conformiste. Dans sa nouvelle ville, il est victime d’un vol à l’arraché, mais il retrouve la confiance et l’amour grâce à un jeune Maghrébin40.

  • 41 Bronzi R., Massari M., Marsiglia A/R, Mosciano Sant’Angel, Artemia, 2011. Monticone A., Marsiglia B (...)
  • 42 Tafuri C., Caino Lanferti. Una storia di Marsiglia, Torino, Einaudi, 2003.
  • 43 Lefebvre C., La fuggitiva, Firenze, Giunti Editori, 2020.

22Les derniers romans noirs sur Marseille ne sont pas tous aussi sirupeux, mais le scénario n’y est qu’un prétexte vite liquidé41. Ou alors, si Marseille est effectivement au cœur des événements, ce n’est pas la ville contemporaine, mais un composé de celle des films des années soixante42. Enfin, on joue de manière méta-littéraire sur les temps et les modes typiques du roman noir français, y compris la question des rapports avec les Nord-Africains, comme dans les très habiles pages marseillaises d’un récent polar à l’européenne43.

23D’autres textes essaient au contraire de se confronter à la ville réelle, dans une approche presque conforme à celle d’un guide touristique : c’est le cas de la chronique journalistique de Paolo di Paolo, qui nous introduit aux diverses cuisines ethniques de Marseille pour en exalter la multiculturalité. L’auteur loue un appartement et parcourt à pied les alentours, appréciant surtout la partie la plus ancienne du centre-ville, et presque à chaque pas il visite un restaurant ou un bistrot différent. Il expérimente ainsi les boulangeries françaises et maghrébines, des restaurants français, italiens, japonais, chinois, thaïlandais, portugais, libanais, pakistanais, créole et afghan. Pour Di Paolo, qui y arrive après un véritable tour d’Europe ferroviaire, Marseille est la moins française des villes de France, parce qu’elle mélange tous les ingrédients du monde, un peu comme la bouillabaisse mélange tous les produits de la mer.

  • 44 Coen E., « Marsiglia fa spettacolo con film, serie tv e libri », L’Espresso, 28 aprile 2016. Il sou (...)
  • 45 Voir « La trilogia di Izzo come guida : Marsiglia non è una città per turisti », sur le blog https: (...)
  • 46 Sur les lieux inventés par Andrea Camilleri dans ses romans et la série télévisée qui en est tirée, (...)
  • 47 Felician L., « Tradizione e archistar : Marsiglia, 2600 anni da ponte tra le culture », La Repubbli (...)

24Di Paolo est un collaborateur de La Repubblica, et son guide rassemble une série d’articles sur les villes européennes qu’il a visitées en train. Quelques-uns des thèmes et des idées développés ici reviennent régulièrement dans les pages de ce journal et d’autres du même groupe de presse. Dans ces textes, on se réfère régulièrement à la musique de Marseille, cette ville où les jazzmen français travaillent à côté de rappeurs maghrébins, à la cuisine multiethnique et surtout aux polars français44, puisque selon les journalistes italiens on va à Marseille après avoir lu Izzo45. En regard de cette dimension touristico-littéraire liée au succès des polars, un phénomène que nous connaissons bien en Italie avec les tours organisés dans la Sicile de Montalbano46, seuls quelques articles portent attention au renouveau urbanistique de Marseille, et notamment à l’important musée des Civilisations européennes et méditerranéennes (MUCEM)47.

  • 48 Mazzucato F., Amore a Marsiglia, Venezia, Marsilio, 1999.

25On retombe encore une fois dans les mêmes stéréotypes, ce qui est cependant toujours mieux que les clichés véhiculés dans les journaux télévisés où l’on ne parle de Marseille qu’à propos de football ou d’attentats terroristes. Parfois cependant, même en partant des stéréotypes, il est possible d’arriver à quelque chose de nouveau. Par exemple, pour de nombreuses familles italiennes, « Marseille » évoque depuis très longtemps un modèle de savon, celui justement qu’on retrouve sur la photo de couverture d’un roman de Francesco Mazzucato48. Ici, un architecte italien revient à Marseille où il a vécu en exil avec sa famille à l’époque fasciste. Arrivé sur place, il suit une femme qu’il a aimée et en la suivant, il redécouvre les lieux et son propre passé d’adolescent difficile. Comme dans de nombreux autres romans, nous accompagnons le protagoniste sur la Canebière, principale artère de la ville, et sur les plages des Calanques, mais ici ces lieux ont une réelle fonction narrative.

  • 49 Carofiglio G., Le tre del mattino, Torino, Einaudi, 2017. Traduction française, Trois heures du mat (...)

26C’est la même chose qui se passe dans un roman de Gianrico Carofiglio, lequel, ici, comme tout le meilleur de son œuvre, abandonne la tradition de roman noir ou policier qui a pourtant fait son succès49. Un adolescent qui vient de découvrir qu’il est épileptique vient à Marseille pour une visite dans un centre médical spécialisé, en compagnie de son père. Après les soins, il doit rester éveillé pendant 48 heures et il visite ainsi la ville avec son père pendant deux jours et deux nuits sans interruption. Il parcourt la Canebière, va se baigner dans les Calanques, mais il visite aussi les périphéries ouvrières et entre dans une boîte de nuit où il découvre que son père sait jouer du piano. À trois heures du matin, il boit un café dans un bar tenu par un immigré italien et fait toute une série de petites choses qui le rapprochent de son père, lequel cependant meurt d’une crise cardiaque à leur retour en Italie. Des années après, l’adolescent apathique et craintif est devenu un professeur d’université comme son père, et il repense à ces 48 heures qui ont changé sa vie.

  • 50 En français dans le texte.

27Le roman de Carofiglio a bien un côté50 touristique radicalement innovant, parce que les deux protagonistes doivent se promener sans halte et surtout sans s’endormir, en se fiant seulement à ce que leur suggère Internet ou Google Maps. Marseille est alors un prétexte pour raconter le rapprochement d’un fils avec son père, que cette errance sans but concrétise.

28Ce roman peut aussi inspirer des futurs voyageurs, comme le prouve un blog de voyage51. L’auteur sort des modes de narration habituels et standardisés qui tendent à raconter Marseille comme une ville de délinquance, de corruption et de xénophobie et montre par contraste qu’en se limitant à de tels clichés, on perd de vue de nombreux et importants aspects de la vie urbaine.

Haut de page

Notes

2 de Felice F., « Sgozzato sotto gli occhi di tutti », L’Unità, n° 1, settembre 1982, p. 5.

3 Marchant A., « La French Connection, entre mythes et réalités », Vingtième Siècle, n° 115, 2012, p. 89-102.

4 À cette époque, de très nombreux films français et étrangers ont Marseille pour décor. Voir Block M. (dir.), World Film Locations : Marseille, Bristol, Intellect Ltd, 2013.

5 Fusco G., Duri a Marsiglia, Torino, Einaudi, 1974. L’ouvrage de Fusco a été publié en français sous le titre Le temps des durs, Marseille, Éditions Autres Temps, 1995.

6 Sur la fascination de Fusco, à l’instar de nombre de ses contemporains, pour la vie des légionnaires, voir son ouvrage La legione straniera, Palermo, Sellerio, 2008, qui rassemble quatre longs articles parus en 1961. L’ouvrage n’est pas traduit en français.

7 Bizzarri F., Sono stato in Marsiglia, Anzola dell’Emilia, 1976.

8 Giuliani A., Le droghe di Marsiglia, Milano, Adelphi, 1977. Non traduit en français.

9 Tabucchi A., Sogni di sogni, Palermo, Sellerio, 1992. Traduction française publiée en 1994 chez Christian Bourgois, Paris.

10 Eco U., « Introduzione », in Alexandre Dumas, Il conte de Montecristo, Milano, BUR, Rizzoli, 2006. Le roman d’Alexandre Dumas paraît pour la première fois en feuilleton dans Le journal des débats, entre août 1844 et janvier 1846.

11 Ce qui du reste semble correspondre à la réalité historique : voir à ce propos Montel L., Marseille, capitale du crime. Histoire croisée de l’imaginaire de Marseille et de la criminalité organisée (1820-1940), thèse de doctorat, université de Paris X Nanterre, 2008 et de la même, « Crime organisé et politique en France, aperçu historique », Pouvoirs, n° 132, 2010, p. 17-27. Un aspect sur lequel insisteront toutefois les récits policiers : « Le Chicago français ? Marseille dans Détective (1928-1939) » in Amalvi C., Lafon A., Piot C. (dir.), Le Midi, les Midis dans la IIIe République, actes du colloque (Nérac 2011), Éditions d’Albret, 2012.

12 Monzini P., Gruppi criminali a Napoli e Marsiglia. La delinquenza organizzata nella storia di due città : 1820-1990, Roma, Donzelli, 1999. Voir aussi un autre usage d’une citation de Dumas in Begnino F., La mala setta, Alle origine di mafia e camorra (1859-1878), Torino, Einaudi, 2015.

13 Croce B., « Alessandro Dumas a Napoli », in Croce B (dir.), Uomini e cose della vecchia Italia, Bari, Laterza, 1927. Non traduit en français. Fillaire B., Alexandre Dumas, Auguste Maquet et associés, Paris, Bartillat, 2010. Sur cette propension à attribuer le roman de Dumas à Fiorentino, voir Arnone Sipari L., « Una postilla sulla data di nascita di Pier Angelo Firentino », Diacritica, n° 26, 2019.

14 Note du traducteur : Topolino est le nom italien pour Le journal de Mickey.

15 Calvino I., Ti con zero, Torino, Einaudi, 1967. Voir l’analyse qu’en fait Granart-Robert S., « Le comte de Monte-Cristo réécrit par Calvino », Cahiers d’études romanes, n° 20, 2009, p. 431-457. En français, l’ouvrage de Italo Calvino a été traduit sous le titre Temps zéro et publié au Seuil, Paris, 1970.

16 Sanfilippo M., « Caterina de’Medici, un’italiana alla corte di Francia », in Motta C. (a cura di), Regine e sovrane. Il potere, la politica, la vita private, Milano, Franco Angeli, 2002, p. 36-53. Dubost J.-F., « Le corps de la reine, objet politique : Marie de Médicis », in Poutrin I., Schaub M.-K. (dir.), Femmes et pouvoir politique. Les souverains d’Europe, xve-xviiie siècles, Paris, Bréal, 2007. Poncet O., Mazarin l’Italien, Paris, Tallandier, 2018.

17 « Le nozze a Marsiglia di Caterina de’ Medici », in Gualterotti R., Della descrizione del regale apparato fatto nella nobile città di Firenze per la venuta e per le nozze della serenissima Madama Cristina di Lorena Moglie del Serenissimo Don Ferdinando Medici terzo Gran Duca di Toscana, Firenze, 1589.

18 Une brève exposition florentine a été dédiée à l’expérience marseillaise de Catherine de Médicis, Omaggio a Caterina (13 avril-21 mai 2019), Palazzo Medici Riccardi.

19 Attanasio M., La ragazza di Marsiglia, Palermo, Sellerio, 2018.

20 Voir « Il primo incontro di Mazzini e Garibaldi a Marsiglia nel 1833 », illustration de la seconde moitié du xixe siècle, aujourd’hui à Turin au musée national du Risorgimento.

21 Voir Scirocco A., Garibaldi. Battaglie, amori, ideali di un cittadino del mondo, Roma-Bari, Laterza, 2001. Traduit en français sous le titre Garibaldi, citoyen du monde, Paris, Payot-Rivages, 2005. Voir aussi Sarti R., Giuseppe Mazzini : la politica come religione civile, Roma-Bari, Laterza, 2000.

22 Heyriès H., Garibaldi, le mythe de la révolution romantique, Toulouse, Privat, 2002.

23 Badii G., Guerrazzi N. in Rosi M. (a cura di), Dizionario del Risorgimento nazionale, Milano, Vallardi, 1933, p. 276.

24 Guerrazzi D., Isabella Orsini duchessa di Brancaccio, Losanna, Fratelli Ferrario, 1844.

25 Sanfilippo M., Faccia da italiano, Roma, Salerno editrice, 2011.

26 Dubost J.-F., La France italienne, xvie-xviie, Paris, Aubier, 1997. Salvetti P., Storie di ordinaria xenofobia. L’emigrazione italiana nel sud est della Francia fra ottocento e novecento, Milano, Franco Angeli, 2008. Sanna G., Il riscatto dei lavoratori. Storia dell’emigrazione italiana nel sud-est francese (1880-1914), Roma, Ediesse, 2011. Mourlane S., Régnard C., Empreintes italiennes : Marseille et sa région, Lyon, Lieux Dits, 2013. Mourlane S., Régnard C., Les batailles de Marseille. Immigration, violences, conflits xixe-xxe siècles, Aix, Presses universitaires de Provence, 2013.

27 Ginori A., Falsi amici : Italia-Francia. Relazioni pericolose, Roma, Fandango Libri, 2012.

28 Régnard C., Marseille la violente. Criminalité, industrialisation et société 1851-1914, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009. Daumalin X., « Industrie marseillaise et immigration italienne en Méditerranée : nouveaux regards (xixe siècle- années trente) », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 132, 2016, p. 45-65.

29 Dornel L., « Cosmopolitisme et xénophobie. Les luttes entre Français et Italiens dans les ports et docks marseillais (1870-1914) », Cahiers de la Méditerranée, n° 67, 2003, p. 245-267.

30 Londres A., Marseille, porte du Sud, 1927. Réédité Arléa, Paris, 2008.

31 Bertrand B., L’invasion, Paris, Plon, 1900.

32 Carrino A., Passioni e interessi di una famiglia-impresa. I Rocca di Marsiglia nel Mediterraneo dell’Ottocento, Roma, Viella, 2018. Paru en français sous le titre Les Rocca de Marseille. Passions et intérêts d’une famille-entreprise, Paris, Classiques Garnier, 2020.

33 Izzo J.-C., Total Khéops, Paris, Gallimard, 1995 ; Chourmo, Paris, Gallimard, 1996 ; Solea, Paris, Gallimard, 1998.

34 Izzo J.-C., Casino totale, Roma, E/O, 1998 ; Chourmo. Il cuore di Marsiglia, Roma, E/O, 1999 ; Solea, Roma, E/O, 2000.

35 Izzo J.-C., La trilogia Fabio Montale, Roma, E/O, 2011 puis 2018. En français, les mêmes romans ont été regroupés sous le titre similaire, La trilogie Fabio Montale pour l’édition de poche en Folio, Paris, Gallimard.

36 Izzo J-.C., Marinai perduti, Roma, E/O, 2001, et Aglio, menta e basilico, Roma, E/O, 2011. Respectivement en français, Les marins perdus, Paris, Flammarion, 1997 et Ail, menthe et basilic : cette dernière référence est un recueil de textes présentés sous forme théâtrale, à partir de textes de J.-C. Izzo, parus dans la revue La pensée de Midi mais apparemment jamais édités en un recueil en France.

37 Frégni R., Où se perdent les hommes ?, Paris, Gallimard, 1996, paru en italien sous le titre La città del oblio (La ville de l’oubli), Padova, Meridiano Zero, 1999. Frégni R., On ne s’endort jamais seul, Paris, Gallimard, 2000, paru en italien sous le titre Nero Marsiglia, Padova, Meridiano Zero, 2000. Frégni R., Les vivants au prix des morts, Paris, Gallimard, 2017, paru en italien sous ce titre littéralement traduit, Roma, Jimenez, 2017. Del Pappas G., Le baiser du congre, Marseille, Jigal, 1998, traduit en italien littéralement, Il bacio del congro, Nardo, Controluce, 2007. Manotti D., Or noir, Paris, Gallimard série noire, 2015, paru en italien sous le titre littéral (Oro nero), Palermo, Sellerio, 2015.

38 Carlotto M., Respiro corto, Torino, Einaudi, 2012. Paru en français sous le titre Le souffle court, Paris, Métailié, 2014.

39 Iannelli M., Marsiglia bleu noir. L’insolita storia di Julienne et Jean-Claude, Palermo, Sellerio, 2013.

40 Lecca N., I colori dopo il bianco, Milano, Mondadori, 2017.

41 Bronzi R., Massari M., Marsiglia A/R, Mosciano Sant’Angel, Artemia, 2011. Monticone A., Marsiglia Blues, Roma, 881 Editore, 2013. Bruschini V., Educazione criminale. La sanguinosa storia del clan dei Marsigliesi, Roma, Newton Comton Editori, 2013.

42 Tafuri C., Caino Lanferti. Una storia di Marsiglia, Torino, Einaudi, 2003.

43 Lefebvre C., La fuggitiva, Firenze, Giunti Editori, 2020.

44 Coen E., « Marsiglia fa spettacolo con film, serie tv e libri », L’Espresso, 28 aprile 2016. Il souligne surtout l’impact touristique de la série Netflix Marseille (saison 1, 2016-2017, saison 2, 2017-2018), créée par Dan Franck et interprétée principalement par Gérard Depardieu et Benoît Magimel.

45 Voir « La trilogia di Izzo come guida : Marsiglia non è una città per turisti », sur le blog https://valigiaaduepiazze.ilgiornale.it/2013/10/marsiglia-non-e-una-citta-per-turisti/.

46 Sur les lieux inventés par Andrea Camilleri dans ses romans et la série télévisée qui en est tirée, voir Marrone G., Storia di Montalbano, Palermo, Sellerio, 2018.

47 Felician L., « Tradizione e archistar : Marsiglia, 2600 anni da ponte tra le culture », La Repubblica, 23 aprile 2018. Rijtano R., « Da pecora nera della Francia a porto turistico di tendenza. Marsiglia rinata », La Repubblica, 19 agosto 2019. Castellani V., « Marsiglia : sognar il mondo col cibo di stradda », La Stampa, 15 agosto 2019.

48 Mazzucato F., Amore a Marsiglia, Venezia, Marsilio, 1999.

49 Carofiglio G., Le tre del mattino, Torino, Einaudi, 2017. Traduction française, Trois heures du matin, Paris, Slatkine et Cie, 2020.

50 En français dans le texte.

51 Cf. http://www.turismoletterario.com/blog/leggere-prima-di-partire-per-marsiglia-le-tre-del-mattino-di-gianrico-carofiglio/.

1 Texte original : Matteo Sanfilippo, « Raccontare Marsiglia stereotipata », in Boccolini A. (a cura di), Raccontare in breve. Cinque studi sul viaggio e viaggiatori, Viterbo, Sette Città, 2020.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matteo Sanfilippo, « Raconter Marseille en Italie  »Temporalités [En ligne], 33 | 2021, mis en ligne le 03 juin 2021, consulté le 23 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/8593 ; DOI : https://doi.org/10.4000/temporalites.8593

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search