Navigation – Plan du site

AccueilTemporalités34-35Temporalités en tension de parent...

Temporalités en tension de parents de jeunes enfants confinés

Temporalities in tension of parents of confined young children
Padres de niños pequeños confinados: temporalidades en tensión
Pierre Ratinaud, Anne Dupuy, Alice Moscaritolo, Julie Renard et Chantal Zaouche Gaudron

Résumés

Le contexte inordinaire de confinement lié à la lutte contre la pandémie Covid-19 a été propice à une délégation des temporalités relatives à la petite enfance par l’État, lesquelles ont paru importantes à étudier, en particulier dans les familles avec des enfants de la naissance à 6 ans. En quoi la pandémie a-t-elle modifié les temporalités quotidiennes liées aux pratiques de soin, éducatives, numériques, ludiques ou encore scolaires ? Comment ces temporalités du quotidien et au quotidien se sont-elles (ré)organisées ?

Cet article s’appuie sur une enquête par questionnaire en ligne mise en œuvre au cours du premier confinement en France. L’analyse, réalisée avec le logiciel Iramuteq, porte sur l’expression libre des parents (n = 490) et celle qu’ils prêtent à leurs jeunes enfants (n = 226) et leur mise en relation avec d’autres variables telles que les niveaux de ressource et d’étude, le logement, l’activité professionnelle, le genre parental.

En faisant apparaître quatre temporalités dans leur discours (la temporalité professionnelle, une « parenthèse enchantée », le lien social en souffrance et les rythmes du quotidien), l’analyse montre que la cellule familiale a dû aménager les temporalités quotidiennes et inventer de nouveaux rythmes pour poursuivre les occupations professionnelles, s’occuper des jeunes enfants, se transformer en « professeur des écoles », « faire tourner » le foyer (courses, ménage, cuisine, loisirs), pallier des relations sociales manquantes.

Haut de page

Texte intégral

Les résultats présentés dans cet article s’appuient sur l’enquête COV-JEUNENFANT, lancée au début sans financement. Les traitements statistiques de l’enquête ont fait, depuis, l’objet de demande de soutiens, et l’enquête a obtenu des financements de l’Agence Nationale de la Recherche et du Conseil régional Occitanie en juin 2020, confortés ensuite par d’autres partenaires : la Caisse Nationale des Allocations Familiales, la Caisse d’Allocations Familiales 31, le Conseil départemental de la Haute-Garonne. Nous remercions l’Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées pour son soutien institutionnel et technique. Nos remerciements vont aux familles pour leur participation à notre étude.

La petite de 3 ans se sent plutôt en vacances, le ressenti pour les parents est plus difficile car il est compliqué de concilier un télétravail de qualité avec le suivi scolaire des enfants et pas trop trop d’écrans. (Femme, cadre, conjoint cadre [travaillent au domicile pendant le confinement], 3 enfants)

Introduction

1Le contexte inordinaire de confinement lié à la lutte contre la pandémie Covid-19 a été propice à un « gouvernement des familles, et par les familles » (Bessière, Biland, Gollac et al., 2020) lequel a paru important à étudier, en particulier dans celles avec des enfants de la naissance à 6 ans. Durant cette période, la documentation accessible sur les travaux en cours en France, et dans d’autres pays, a montré que peu d’entre eux se focalisaient sur cette population si ce n’est, au mieux, dans une perspective strictement médicale s’intéressant à l’impact du virus sur la santé des citoyens, sa contagiosité, le nombre de personnes infectées, les décès journaliers. Peu rendaient compte de l’univers familial et des conséquences sur les conditions de vie quotidienne du repli imposé dans la sphère privée. L’originalité de cette étude fut d’analyser ce que les mères, pères et leurs jeunes enfants ont vécu et expérimenté durant le premier confinement en France, considérant la période de la petite enfance comme un temps de construction essentiel et étroitement liée aux interactions qui se déplient au sein de la famille et à l’extérieur d’elle. Ainsi, le nourrisson, immature, nécessite des soins particuliers et, surtout, une présence, une vigilance et une disponibilité parentales, dans un climat serein et sécurisant, pour répondre à ses besoins fondamentaux (Martin-Blachais, 2017). Un peu plus grand, l’enfant demande autant d’attention. Pour illustration, même un habitat sécurisant recèle des dangers potentiels qui requièrent une vigilance accrue des adultes. C’est ainsi que le nombre de chutes graves a augmenté chez les enfants âgés de 2 à 6 ans (+12 %) durant le confinement1, ce qui laisse supposer que la surveillance parentale n’a pu être suffisante au sein même du domicile. Tout au long des premières années de vie, l’enfant développe différentes compétences affectives, cognitives, émotionnelles et sociales, co-construit avec ses partenaires éducatifs les situations d’apprentissages (avec un rythme particulier à chaque âge lié à la maturité cognitive), acquiert son autonomie, etc. Par ailleurs, le jeune enfant fait l’expérience de modes de socialisation pluriels, la famille n’étant pas le seul espace social dans lequel il se développe (Dupuy, Mennesson, Kelly-Irving et al., 2021 ; Zaouche-Gaudron, Dupuy, Mennesson et al., 2021). Le modèle des réseaux sociaux (Furman, Buhrmester, 1985) défend l’idée selon laquelle l’enfant se développe autour d’un noyau central, composé de la famille nucléaire dont les parents sont ici les figures principales. Puis, le réseau s’accroît au fur et à mesure des expériences, incluant progressivement des personnes extérieures, d’abord la famille élargie, les proches/ami.e.s des parents, puis les membres des institutions et structures que l’enfant fréquente. Or, ces instances extra-familiales, d’éducation et d’apprentissages (notamment les crèches, écoles, centres de loisirs) ont été fermées durant le confinement, de même que les liens sociaux et affectifs avec la famille élargie, les proches et les pairs ont été suspendus, et l’on peut supposer que la fermeture des structures et la suspension des liens sociaux ont impacté tout autant les enfants que leurs parents.

2En quoi la pandémie a-t-elle modifié les temporalités quotidiennes liées aux pratiques de soins (nutrition, sommeil, propreté), éducatives, numériques, ludiques ou encore scolaires des parents avec de jeunes enfants ? Comment ces temporalités du quotidien et au quotidien se sont-elles (ré)organisées ?

  • 2 Pour rappel, les dates officielles du premier confinement en France étaient du 17 mars au 11 mai 20 (...)
  • 3 Les membres du consortium COV-JEUNENFANT sont (par ordre alphabétique) : J.-C. Basson, C. Bouilhac, (...)

3Pour répondre à ces questions, cet article s’appuie sur une enquête mise en œuvre au cours du premier confinement lié à la gestion politico-sanitaire de la pandémie Covid-19 en France2 auprès de parents et de jeunes enfants. Cette enquête3, que nous présentons plus en détail dans la première section, documente en « temps réel » la façon dont les parents de jeunes enfants ont vécu cette expérience inédite. Elle nous permettra de décrire ce cadre spatio-temporel inédit, lequel prolonge, voire amplifie, les exigences de flexibilité au cours de ce temps de vie confiné, en soumettant les enquêté.e.s à un « régime temporel spécifique » (Boulin, Lallement, Volkoff, 2006). Si, à l’instar d’autres enquêtes, cette étude ne permet pas d’associer des emplois du temps aux vécus exprimés (Paye, 2021), les rapports aux temporalités structurent majoritairement les discours produits. Ces derniers font état d’une temporalité du confinement en tension, entre sentiment de bénéfice, réappropriation et altération, car ils entrent en résonance avec des normes sociales institutionnalisées relatives à la régulation des rythmes dans la socialisation des enfants, à la dimension sexuée du temps, des temporalités et de la « disponibilité temporelle » desquelles ils ne peuvent être dissociés. Les conditions de vie et de travail à la maison durant le confinement se confrontent aux normes temporelles régissant temps de travail et temps familiaux et sociaux. En internalisant la « production d’enfants » (Praz, Messant, Modak, 2011) sur la sphère domestique exclusivement, les membres de la cellule familiale ont dû aménager les temporalités quotidiennes et inventer des nouveaux rythmes pour poursuivre leurs occupations professionnelles, s’occuper des jeunes enfants, se transformer en « professeur des écoles », « faire tourner » le foyer (courses, ménage, cuisine, loisirs), pallier des relations sociales manquantes.

4En outre, l’inhabituel du confinement vient renforcer l’« ordre du genre » (Connell, 1987) dans la mesure où il a probablement accentué la ségrégation professionnelle et sectorielle entre mères et pères, et entre couches sociales. Les femmes ont été davantage concernées par les arrêts de travail pour garde d’enfants au cours de cette période, elles sont légèrement sur-représentées parmi les salarié.e.s pouvant télétravailler (55,7 % d’après Boring, Senac, Dominguez et al., 2020), 38 % des actives occupent d’ailleurs un poste pour lequel le télétravail est possible contre 28 % des hommes (Ducoudré, Périvier, 2020). Pendant le confinement, si elles sont autant que les hommes à effectivement télétravailler, elles le sont plus souvent en étant entourées d’enfants (Lambert, Cayouette-Remblière, Guéraut et al., 2020). Ces conditions de travail sont venues accentuer les écarts dans la division sexuelle dans le champ professionnel, la sexuation des temps de l’activité (Hirata, Kergoat, 2008), alors même que le confinement implique, de fait, un alourdissement des tâches domestiques et parentales (Lambert Cayouette-Remblière, Guéraut et al., 2020) ayant des effets sur les emplois du temps, la disponibilité et l’impératif de flexibilité. Les implications temporelles et sexuées du care, connues par ailleurs (Bessin, 2009), s’exacerbent en contexte pandémique alors même que les enquêtées qui délèguent en partie la production de leurs enfants à d’autres femmes, de catégories sociales inférieures, n’ont pu le faire. La délégation empêchée de ces activités par des mères à d’autres femmes, sorte de variable d’ajustement habituelle confortant le système de classe et de race comme le système de genre (Molinier, 2013), s’illustre particulièrement autour de la « disposition à la temporalisation » (Bessin, Gaudart, 2009) dans la vie quotidienne et la fatigue qu’elle génère, dont témoignent les mères de cette enquête.

5Après avoir présenté la méthodologie liée à cette étude, quatre temporalités seront déclinées à partir des résultats issus d’une analyse automatique de texte : la temporalité professionnelle, une « parenthèse enchantée », le lien social en souffrance et les rythmes du quotidien.

Méthodologie

Rapports au temps interprétés

  • 4 Plusieurs questions sont reprises d’un questionnaire plus général formulé par des enseignants-cherc (...)
  • 5 La réalisation de cette étude a été soumise à la validation par le délégué à la protection des (...)
  • 6 Le Groupement d’intérêt scientifique Bébé petite Enfance en COntextes – Université Fédérale Toulous (...)

6Pour étudier ces différentes dimensions, un questionnaire en ligne a été mis en œuvre. Cette enquête a été soumise à une compression du temps ne devant pas sacrifier les exigences scientifiques, juridiques et éthiques (Gaille, Terral, Askenazy et al., 2020). Malgré les conditions temporelles contraignantes (bâtir le questionnaire d’enquête de façon collégiale4, obtenir les autorisations pour le recueil et la gestion des données concernant la protection des individus5) et la soumission à des conditions de confinement similaires à celles des répondant.e.s, les membres du GIS BECO-UFTMiP6, en faisant aussi appel à leur réseau professionnel de terrain pour les accompagner dans cette étude, se sont mobilisés pour initier des modalités de recherche renouvelées.

7Entre le 28 avril et le 29 mai 20207, 490 personnes8 résidant en France ont répondu au questionnaire en ligne diffusé aux familles ayant au moins un enfant entre 0 et 6 ans via un site internet dédié9.

8Cet article s’appuie sur l’analyse de deux items (sur 69), la visée étant de pouvoir apprécier le vécu subjectif des parents et des enfants. L’item 19 s’adresse aux parents afin qu’ils décrivent les activités effectuées (« au niveau des activités, du jeu, des règles, de l’utilisation des écrans, de l’alimentation, de la scolarité, de l’éducation au sens large, etc. ») et expriment les émotions ressenties par eux-mêmes et par leurs enfants (« peurs, colères, exaspérations, lassitudes, mais aussi plaisirs, joies, amusement, etc. »).

9Une seconde question ouverte (item 27) concerne uniquement les vécus et ressentis des enfants : le parent est invité à écrire ce qu’évoque son enfant, en évitant le plus possible de modifier son propos, même si ce ne sont que des mots ou des bouts de phrases courtes.

10Parmi les termes employés dans la question adressée aux parents, aucun ne mentionnait la problématique de l’activité professionnelle ou du lieu de vie. Par ailleurs, cette question ouverte, placée après celles référant aux données générales, ne produit pas d’effet d’imposition d’un rapport au temps. Cependant, si ce questionnaire ne vise pas à renseigner l’emploi du temps des enquêté.e.s, voire des membres de leurs foyers, la temporalité n’est pas absente de la question de départ tant historiquement les « temps du travail sont enkystés dans des temps sociaux multiples » (Boulin, Lallement, Volkoff, 2006). La période de confinement étant envisagée comme une période inordinaire, elle va structurer, pour une large part, les productions discursives libres.

11Les caractéristiques des répondant.e.s (annexe 1) signalent une très large sur-représentation de personnes diplômées, appartenant aux catégories sociales supérieures et surtout des femmes, puisque 88 % des répondant.e.s sont des mères contre 12 % de pères. La plupart des enquêtes en ligne effectuées durant cette période présentent ce type de biais.

  • 10 La variable « revenu par unités de consommation (uc) » a été créée à partir de l’échelle de l’OCDE (...)

12On observe aussi une homogamie importante des couples dont un membre a répondu, notamment concernant les diplômes, contrairement à la baisse tendancielle des taux des couples endogames relevée par Bouchet-Valat (2014). Cette homogamie est accentuée par les différences sociales de situation professionnelle au cours du confinement entre les populations dont les activités sont télétravaillables et celles qui ne le sont pas, celles dont le métier s’accompagne des technologies numériques et celles dont les manières de travailler sont très éloignées de cet environnement (et ainsi de la familiarisation avec un questionnaire en ligne), et celles dont les conditions de mère et de père à la maison (annexe 2), provisoires ou durables, octroient du temps disponible, lequel est mis à profit pour répondre à une enquête. Une relation forte entre le niveau de diplôme des répondant.e.s et celui des partenaires (chi2(4) = 55,11; p < 0,0001) peut être relevée, particulièrement pour les plus diplômé.e.s, laissant supposer une forte homophilie au sein du couple, et d’autre part, un lien fort (chi2(4) = 80,66; p < 0,0001) entre leur niveau de diplôme et les revenus du foyer (exprimés en terciles de revenus par unités de consommation10).

13Si une majorité des foyers sondés correspond à des familles nucléaires composées de deux enfants ou d’un enfant unique, les âges des enfants sont répartis de façon assez homogène sur chaque tranche d’un an, de la naissance à 6 ans (annexe 1), ces âges de la vie étant rattachés à des besoins spécifiques.

  • 11 « RAS », autrement dit « rien à signaler ».

14Les réponses des parents, obligatoires pour valider le questionnaire, présentent des textes de tailles variables. Deux textes ne contiennent qu’un seul mot11, le plus long d’entre eux étant composé de 390 mots. En moyenne, les contributions présentent 134,59 occurrences. Ce corpus a été découpé en 1 868 segments de texte contenant 65 951 occurrences pour 5 606 formes différentes ; 51,44 % (2 844) de ces formes n’apparaissent qu’une seule fois. Le tableau présenté en annexe 3 rend compte des dix formes textuelles pleines les plus fréquentes.

15Notre premier constat part de l’analyse de ce tableau : la forme « temps » est la seconde forme pleine la plus fréquente du corpus après la forme « enfant ». L’expression du vécu du confinement fait donc apparaître les structurations temporelles dans l’agencement des diverses activités dans la sphère domestique.

  • 12 Les discours auxquels nous faisons référence ici sont majoritairement ceux des parents qui rapporte (...)

16Le corpus concernant le ressenti des enfants est de taille modeste mais non négligeable compte tenu de l’âge des enfants, et 230 répondants (47 %) ont renseigné ce champ. Les réponses sont courtes (24,4 occurrences en moyenne) et seront utilisées uniquement à titre comparatif avec les discours des parents12 et/ou en complément.

Des temporalités enchevêtrées

17Une classification menée sur le corpus des parents (méthode Reinert, 1983) fait ressortir huit classes de discours qui conservent 99,57 % des segments introduits dans l’analyse. Le dendrogramme (annexe 4) rend compte des différentes étapes du découpage opéré. La proximité entre deux classes sur ce graphique est la conséquence de leur proximité lexicale. Elles ont été regroupées en quatre champs sémantiques distincts : « les temporalités professionnelles au prisme de la vie familiale » (classes 3 et 2) ; « la parenthèse enchantée » (classes 8, 7 et 6) ; « le lien social en souffrance » (classe 1) ; « les temporalités et rythmes du quotidien » (classes 4 et 5). L’ordre du dendrogramme constitue la trame pour les analyses descriptives, les regroupements thématiques et les classes seront donc présentés dans l’ordre dans lequel ils apparaissent ici, du haut vers le bas. Le tableau 1 résume les résultats de cette classification.

Les temporalités professionnelles au prisme de la vie de famille

Classe 3

21,40 %

télétravail, travail, difficile, conjoint, congé, gérer, travailler, garder, chômage, mari…

Classe 2

6,40 %

émotionnel, lier, fatigue, bruit, demander, couple, présentiel, élève, physique, nerveux…

La parenthèse enchantée

Classe 8

7,40 %

jardin, campagne, chance, privilégié, vivre, habiter, partir, vivant, terrain, offrir…

Classe 7

16,20 %

grandir, profiter, ensemble, passer, vie, partager, période, content, agréable, plaisir…

Classe 6

1,13 %

langage, progrès, compétence, autonomie, motricité, apprentissage, constater, possibilité, notamment, développer…

Le lien social en souffrance

Classe 1

22,10 %

manquer, copain, social, ami, parler, lien, voir, exprimer, contact, retourner…

Temporalité et rythmes du quotidien

Classe 5

18,80 %

lever, coucher, sieste, matin, réveil, repas, lit, dodo, réveiller, bain…

Classe 4

6,60 %

dessin, animé, jeu, regarder, écran, jour, libre, lecture, cuisine, peinture…

Tableau 1. Résumé des résultats de la classification

18Si les discours des parents sont structurés autour de temporalités quotidiennes, il n’en est pas de même pour les paroles rapportées des enfants, pour lesquels le temps semble s’être arrêté. La question de la temporalité est ici très floue et relève davantage de l’avant et de l’après-confinement. L’incertitude sur le temps du confinement et de la disparition du virus plonge les enfants dans des sentiments ambivalents : le bien-être et la joie de rester à la maison avec maman et papa sont unanimes mais sont quasi systématiquement contrebalancés par un sentiment de frustration lié au manque de relations sociales (amis, famille, maîtresse, Atsem). Les enfants semblent appréhender cette période singulière de manière très forte avec, en creux, l’inquiétude face au Covid 19.

Je m’ennuie. Parce qu’il y a le confinement. Je n’ai pas envie d’attraper le virus. Et je ne vais plus jamais sortir s’il y a le virus. (Propos d’un enfant de 4 ans, rapporté par une femme, profession intermédiaire [travail au domicile pendant le confinement], pas de conjoint, 2 enfants)

Les temporalités professionnelles au prisme de la vie de famille

La gestion du quotidien dans un contexte de télétravail

19Les discours relevant de la « gestion du quotidien dans un contexte de télétravail » (21,45 %) concernent le rapport à l’activité professionnelle dans le cadre du confinement. Les occurrences du terme « temps » (644 occurrences, annexe 3), lorsqu’elles sont associées au mot « travail » (141 occurrences liées), réfèrent majoritairement à l’expression d’une temporalité professionnelle. Mais le chevauchement entre la temporalité de l’activité professionnelle et celle du rôle de parent génère des difficultés supplémentaires et des adaptations : les nouvelles exigences temporelles ont des implications sur les contraintes d’ajustement en actualisant la « disposition à la temporalisation » (Bessin, Gaudart, 2009). L’exercice du rôle de parent s’est renforcé avec l’intérêt que les sociétés occidentales accordent au développement, au bien-être et aux droits des enfants. L’enfant est ici au centre des préoccupations, l’organisation du quotidien doit se faire avec lui et pour lui malgré les multiples contraintes que cela suppose dans un contexte où la présence des enfants au domicile est rendue obligatoire.

Vécu parental de saturation, de stress, pour assurer la charge de travail à distance. Télétravail des deux parents et s’occuper des enfants, besoins affectifs, intendance du quotidien, devoirs classe à la maison. (Femme, cadre [travaille au domicile pendant le confinement], conjoint cadre [travaille au domicile pendant le confinement], 3 enfants)

20Du côté des enfants, lorsque les parents télétravaillent, le manque d’attention à leur égard se fait sentir, et souligne de ce fait ce difficile aménagement du temps.

Maman je veux que tu passes du temps avec moi. Papa, maman je ne veux pas que tu travailles (télétravail). (Propos d’un enfant de 5 ans, rapporté par une femme, cadre [travaille au domicile pendant le confinement], conjoint profession libérale, 2 enfants)

21De plus, la nouveauté du rôle d’enseignant assigné aux parents génère du stress et des situations conflictuelles dans les foyers et dans les couples. Les discours témoignent ici de cette co-temporalité entre travail à distance au domicile et travail scolaire, laquelle nécessite des ajustements pour pouvoir s’occuper des enfants tout en travaillant.

Le plus difficile est la gestion du travail scolaire pour les trois enfants en même temps tout en gérant le télétravail d’autre part malgré le fait d’être constamment à la maison je me sens toujours aussi débordée. (Femme, profession intermédiaire [travaille au domicile pendant le confinement], conjoint cadre [travaille à l’extérieur], 3 enfants)

Ça me tarde de retourner à l’école et au parc. L’école à la maison c’est difficile. Maman se met en colère quand je fais mal le travail parce que j’ai pas envie de le faire. (Propos d’un enfant de 5 ans rapporté par une femme, sans emploi [ne travaille pas pendant le confinement], pas de conjoint, 1 enfant)

22Pour certaines familles, en revanche, la difficulté liée à la gestion du quotidien s’est amoindrie et s’accorde avec une temporalité autre, étant donné que l’un des deux parents ne travaille pas ou plus (chômage partiel, congé parental, etc.) et peut s’occuper pleinement des enfants. Les inégalités au sein des couples dans la gestion du temps se confortent ou s’amenuisent par l’absence de travail professionnel en reconfigurant provisoirement la disponibilité temporelle entre conjoints.

Première semaine difficile car ma conjointe et moi étions en télétravail avec notre fille à garder et de nombreuses réunions téléphoniques à partir de la deuxième semaine congé maternité pour ma conjointe elle a pu s’occuper de notre fille plus de sérénité. (Homme, cadre [travaille au domicile pendant le confinement], conjointe cadre [ne travaille pas pendant le confinement], 2 enfants)

C’est chouette, un peu comme le camping à la maison. Je fais plein de choses avec papa, maman travaille. (Propos d’un enfant de 5 ans rapporté par une femme, profession intermédiaire [travaille à l’extérieur pendant le confinement], conjoint employé [ne travaille pas pendant le confinement], 2 enfants)

23Nous trouvons associée au discours relatif à la gestion du quotidien dans un contexte de télétravail une sur-représentation des répondant.e.s avec le niveau de diplôme le plus élevé (chi2 = 3,95 ; p = 0,046), le niveau de revenu le plus élevé (chi2 = 4,17 ; p = 0,04) et des foyers en situation d’aisance financière (chi2 = 9,02 ; p = 0,002), soit parmi les catégories socioéconomiques les plus enclines à externaliser le travail domestique, de soin et d’éducation.

L’épuisement au quotidien

24Dans un contexte de télétravail avec enfants, les parents témoignent de la fatigue émotionnelle, nerveuse et physique à laquelle ils sont confrontés. Ils sont privés de moments de « relâche » où ils pourraient évacuer stress et tensions liés au travail ; ces émotions surgissent alors dans la sphère familiale et un sentiment de culpabilité est perceptible pour certains parents qui n’arrivent pas à donner toute l’attention souhaitée à leurs enfants.

J’entends souvent cette réflexion : de toute façon maman tu nous aimes pas car tu passes ton temps à travailler !!!! (Propos de 3 enfants [6 ans, 4 ans et 4 ans] rapporté par une femme, profession intermédiaire [travaille au domicile pendant le confinement], conjoint profession intermédiaire, 3 enfants)

25Indépendamment des considérations matérielles du temps, il s’agit bien de l’« implication morale de l’engagement pour autrui » (Bessin, Gaudart, 2009) associée à la responsabilisation parentale dans le travail du care qui ressort ici des propos des enquêté.e.s. Les mesures de confinement, en actualisant une « temporalisation » (ibid.) singulière, n’ont fait que conforter une tendance à l’hyper-responsabilisation des parents dans le bien-être des enfants, notamment à partir de la structuration temporelle de la proximité et des temps de qualité avec eux, comme à accentuer la primauté maternelle dans la disponibilité à autrui. Cette injonction à produire des moments de qualité s’avère chez certain.e.s particulièrement éprouvante.

Leur énergie était évidemment débordante mais aussi très liée à notre état émotionnel à nous. La difficulté de n’avoir absolument aucun temps de relâche et le niveau de fatigue extrême a été extrêmement difficile à gérer engendrant une culpabilité à ne pas être au mieux pour les enfants. (Femme, cadre [ne travaille pas pendant le confinement], conjoint cadre [travaille au domicile pendant le confinement], 2 enfants)

26Ce type de ressenti est significativement sur-représenté chez les répondant.e.s qui travaillent à leur domicile pendant le confinement (chi2 = 6,6 ; p = 0,01), chez ceux dont le conjoint travaille au domicile pendant le confinement (chi2 = 5,61 ; p = 0,017) et chez ceux avec le plus haut niveau de revenus (chi2 = 6,44 ; p = 0,01). Un attachement aux normes éducatives de puériculture traduisant une injonction pédagogique à respecter le rythme d’apprentissage « naturel » de l’enfant (Gojard, 2010 ; Garcia, 2011) est repérable ici. Cette adhésion normative des parents implique une organisation des activités professionnelles dans le respect de la primauté des temporalités de l’enfant, et ceci au détriment de leur propre bien-être.

La parenthèse enchantée

27Les déterminants du bien-être subjectif en lien avec la qualité perçue de l’environnement, la (re)découverte de la temporalité familiale et le sentiment de présence dans l’observation de la « temporalité du grandir » des enfants (Sirota, 2015) sont autant d’éléments qui, au cours du confinement, favorisent la socialisation familiale quotidienne à l’intérieur d’une « oasis de décélération » familiale, si l’on reprend l’expression d’Hartmut Rosa (Rosa, 2010 a et b).

28La « dictature du temps » (Rosa, 2010b) à laquelle est soumise la société contemporaine participe d’une accélération sociale de plus en plus saillante dont celle des rythmes de vie. Elle peut être particulièrement perceptible parmi les catégories sociales qui composent l’échantillon de cette enquête. Ainsi, le confinement, s’il contribue à exacerber un entremêlement des temporalités pas toujours évident à gérer dans le quotidien, présente également une autre facette qui s’apparente à un ralentissement, voire un arrêt, de certains rythmes pendulaires, par exemple ceux liés aux mobilités entre le domicile familial et le lieu de travail. La transformation des temporalités dans la socialisation familiale quotidienne rend chez certain.e.s la parenthèse du confinement tout à fait satisfaisante, y compris chez les enfants :

J’étais bien ici tout seul en confinement avec papa et maman, j’aimerais bien que papa reste encore toute la journée encore avec nous. (Propos d’un enfant de 5 ans rapporté par une femme, profession intermédiaire [ne travaille pas pendant le confinement], conjoint employé [ne travaille pas pendant le confinement], 1 enfant)

29En assumant la posture défendue par Hartmut Rosa (2018), la décélération liée au confinement contribue à s’engager dans un rapport au monde, aux autres, en particulier dans la sphère familiale. Cette nouvelle temporalité semble favorable à chacun des membres de la famille, c’est un temps « que l’on prend pour soi » et qui permet d’échapper quelques jours à la « tyrannie du temps réel » (Virilio, 1977).

Bien-être subjectif et qualité perçue de l’environnement

30La réappropriation familiale collective de l’espace extérieur contribue à l’état de bien-être des répondant.e.s. La qualité perçue de l’environnement se traduit notamment par une sur-représentation du pronom « nous ».

  • 13 Durant le premier épisode de confinement, les parcs et jardins publics étaient fermés et les famill (...)

31Parmi les répondant.e.s, 434 familles sur 490 ont accès à un espace extérieur privatif (annexe 2). Au vu de cette donnée, il est peu étonnant que cette caractéristique apparaisse et structure le discours des participant.e.s. Pour autant, l’extériorité nécessaire pour que le confinement se déroule au mieux a été mise en exergue, alors qu’elle n’était pas mentionnée dans la question ouverte proposée. C’est ainsi que cet environnement extérieur, privé et/ou public comme l’espace urbain13 a contribué à mieux vivre le confinement et à initier des expérimentations diverses : balades, apprentissage du vélo, découverte de la nature… Ainsi, et peut-être de façon paradoxale et inattendue, la contrainte liée au confinement a engendré une dimension spatio-temporelle autre permettant d’investir et d’explorer des espaces peu usités auparavant. Le temps dédié à ces loisirs a sans doute permis aux parents et aux enfants de « prendre le temps » ensemble, créant ainsi des « bulles », des temps de bien-être enfantin et parental malgré le caractère anxiogène de la situation.

Nous avons la chance d’habiter en pavillon et nous sortons dans le jardin tous les jours. Nous avons profité de cette période avec peu de circulation dans notre rue pour lui apprendre à faire du vélo sans les petites roulettes et faisons le tour du pâté de maison trois-quatre fois par semaine. (Femme, cadre [travaille à l’extérieur pendant le confinement], conjoint cadre [travaille à l’extérieur pendant le confinement], 1 enfant)

Bien d’être à campagne car ici on a un jardin. On joue dehors c’est trop bien Alors qu’à Paris on n’a pas d’herbe !! (Propos d’un enfant de 5 ans rapporté par une femme, profession intermédiaire [travaille au domicile pendant le confinement], conjoint profession intermédiaire [travaille au domicile pendant le confinement], 3 enfants)

32De façon assez logique, ce type de discours est sur-représenté chez les personnes disposant d’une maison individuelle (chi2 = 6,8 ; p = 0,009) et chez les quelques personnes qui se sont confinées dans une résidence secondaire (chi2 = 4,14 ; p = 0,04).

(Re)découverte de la temporalité familiale

33Résolument positifs et centrés sur la cellule familiale, les discours sur la « (re)découverte de la temporalité familiale » mettent en avant les arguments bénéfiques du temps passé ensemble, en famille. Les parents parlent de la « qualité du temps », de « moments privilégiés », de « lâcher prise » ou de « profiter ensemble ». Une sorte de parenthèse – dans des emplois du temps souvent contraints et chargés – apparaît dans les discours. Elle correspond à une traduction positive de la quête d’un temps de qualité, définie par la proximité avec autrui, rendue possible par l’absence d’activité professionnelle. On relève plus particulièrement parmi les familles les moins diplômées, cette satisfaction au « vivre ensemble » pour profiter de ces temps inédits « offerts » à l’espace familial. En effet, elle est sur-représentée chez les répondant.e.s avec un niveau de diplôme inférieur ou égal au baccalauréat (chi2 = 4,34 ; p = 0,037).

34Ce discours correspond à la « belle part » des temporalités familiales, laquelle apporte une valeur supplémentaire dans les relations aux enfants (Praz, Messant, Modak, 2011).

Le confinement nous a fait beaucoup de bien à nous quatre pour nous retrouver. On a su profiter du temps accordé, partager des moments sans le stress de la routine, l’école à la maison s’est bien passée. (Femme, employée [travaille au domicile pendant le confinement], conjoint profession intermédiaire [travaille au domicile pendant le confinement], 2 enfants)

On joue tous ensemble à la maison et j’aime les jeux avec maman et papa. C’est rigolo de faire les devoirs à la maison avec maman et papa. (Propos d’un enfant de 4 ans rapporté par une femme, profession intermédiaire [travaille à l’extérieur pendant le confinement], conjoint cadre [travaille au domicile pendant le confinement], 3 enfants)

La temporalité du grandir

35Le bien-être perçu de cette période inordinaire passe aussi par les discours sur l’évolution des enfants. Une temporalité plus longue dans laquelle un petit nombre de parents ont été les heureux témoins des progrès et des apprentissages de leurs enfants.

Mais globalement c’est assez positif pour elle comme pour moi de passer tout ce temps ensemble, elle progresse beaucoup plus vite sur certains points : langage, motricité, jeu autonome alors que d’autres sont au point mort ou régressent comme l’apprentissage de la propreté ou le sommeil. (Femme, cadre [travaille au domicile pendant le confinement], célibataire, 1 enfant)

36Les étapes importantes du développement des enfants sont valorisées, et les parents expriment que leurs enfants les plus jeunes font davantage de progrès que d’ordinaire (langage, motricité, autonomie, propreté…), ou en prennent conscience d’une manière un peu inédite. En internalisant la « production d’enfants » (Praz, Messant, Modak, 2011), le confinement renforce la conformité parentale aux normes d’attention et de vigilance à l’endroit des enfants, notamment les plus petits, soit au « métier » de parents. Pour autant, les parents semblent apprécier la « redécouverte » des progrès des enfants dans cette temporalité inhabituelle quotidienne, laquelle a introduit un temps de vie familiale que le rythme des quotidiens « ordinaires » avait fortement réduit ces dernières années. Le temps du repas, classiquement considéré comme l’une des rares pratiques sociales encore partagée et dans laquelle toutes les générations se croisent (Dupuy, 2014), n’est plus, dans ce contexte de confinement, la seule temporalité commune de la famille. On peut aussi faire l’hypothèse que cette oasis familiale revêt un caractère subsidiaire aux liens sociaux et activités d’avant le confinement, voire est à considérer comme un repli familial pour faire face à l’adversité d’un genre jusque-là inconnu qu’est la pandémie de Covid-19.

37Nous trouvons sur-représenté.e.s dans ce type de discours les répondant.e.s avec des enfants qui ont entre 1 et 2 ans (chi2 = 7,67 ; p = 0,005) et des familles avec un seul enfant (chi2 = 5,22 ; p = 0,02).

Le lien social en souffrance

38Si certaines familles inscrivent les différentes temporalités dans une oasis de décélération, telle la « parenthèse enchantée » que nous avons développée, n’oublions pas pour autant ce qu’elles expriment comme difficultés, notamment pour ce qui concerne le lien social et familial distendu. En effet, les contacts en présence avec les amis ou avec les membres de famille élargie manquent, et si des stratégies de contournement sont mises en place, la plupart du temps de façon ciblée via les visios, groupes WhatsApp ou Facebook, un essoufflement des pratiques lié à ce nouvel aménagement relationnel, un « ras-le-bol » apparaissent : l’écran interposé ne remplace pas la richesse, le soutien des relations en présence. Si ces pratiques peuvent revêtir un caractère subsidiaire au lien social d’avant le confinement, elles ne se substituent pas au partage des vécus, des sorties, des émotions, des repas… (Mariot, Mercklé, Perdoncin, 2021).

39Le discours autour du « lien social en souffrance », représente le pourcentage le plus important des productions discursives (22,15 %), reflet de l’importance cruciale du lien social dans la vie des parents et des enfants. Son manque permet aux parents d’expliquer en partie certains comportements des enfants : irritabilité, colères, difficultés d’endormissement…

Écrans difficiles à interdire et très addictifs, monotonie des interactions humaines, il commence à réclamer les copains, besoin d’élargir son rayon d’exploration malgré jardin et balades quotidiennes. Les téléphones et visios renforcent le manque de contact. (Femme, profession intermédiaire [travaille à l’extérieur pendant le confinement], conjoint employé [ne travaille pas pendant le confinement], 1 enfant)

40Le lexique du déficit de relations est également très présent dans les réponses libres sur le vécu et le ressenti des enfants. La carence de lien social est un élément fort qui structure la pensée des enfants, lesquels éprouvent un manque envers l’école et la maîtresse, les copains, la famille (grands-parents et cousin.es). Cette idée de manque se traduit aussi ici pour des sorties spécifiques et interdites en cette période, comme le parc, la piscine ou le restaurant. Les répondant.e.s rapportent que leurs enfants « en ont marre » de la situation.

C’est long c’est la prison à la maison je veux revenir à l’école normale avec mes copains et ma maîtresse. (Propos d’un enfant de 5 ans rapporté par une femme, cadre [travaille au domicile pendant le confinement], conjoint cadre [travaille au domicile pendant le confinement], 2 enfants)

41Ce type de discours est sur-représenté chez les répondant.e.s sans emploi (chi2 = 7,01 ; p = 0,008) et chez les répondant.e.s dont la.le conjoint.e ne travaille pas pendant le confinement (chi2 = 9,56 ; p = 0,002).

42Soulignons ici que, même très jeunes, les enfants ont exprimé cette absence de lien social (familial et extrafamilial) comme étant centrale dans leur vécu de ce temps confiné. Les différentes instances de socialisation dont ils ont été privés sont des lieux dans lesquels l’enfant se développe psychiquement, un lieu où se construisent le « collectif », le faire ensemble, l’apprendre à plusieurs, le « jouer » ensemble (Zaouche-Gaudron, Dupuy, Mennesson et al., 2021). Dans le monde de l’enfance, des contraintes diverses, de nouvelles règles (familiales et étatiques), ont été édictées en lieu et place de joie de vivre, de loisirs, d’espaces de socialisation, d’acquisitions, d’apprentissages, des émotions, du toucher, du sourire, du rapport au corps (devenu lieu et source de contamination potentielle)… Le confinement a bien révélé cette dimension essentielle chez les jeunes enfants qui ont pu s’exprimer : la crèche ou l’école à la maison ne suffisait pas parce qu’il manquait la coprésence, la coopération entre les enfants, le lien social du jouer et de l’apprendre (Zaouche-Gaudron, 2015).

Temporalités et rythmes du quotidien

Les routines quotidiennes

43De manière très pratique, les propos recueillis autour des « routines quotidiennes » découpent le temps en fonction des épisodes de vie au jour le jour. La journée s’articule principalement autour des besoins primaires – sommeil/sieste et repas scandent la journée – et des modalités institutionnalisées de leurs régulations sociales sur lesquelles les parents continuent de s’appuyer. Le relâchement des rythmes exprimé pour préparer les repas de manière conjointe, par exemple, témoignent parfois de la complexification de l’organisation travail/famille lorsque certaines activités ne peuvent être déléguées à une institution ou à une tierce personne. Certains ajustements sont nécessaires lesquels sont perceptibles dans les dérogations aux normes sociales organisant habituellement les rythmes alimentaires des enfants. À l’opposé, les rythmes institutionnalisés sont aussi des repères dans l’appréhension et la gestion de cette période extraordinaire.

Nous sommes plus souples sur les horaires de coucher qui oscillent entre 20 h et 21 h, contre 20 h habituellement et les enfants se lèvent généralement sans réveil de notre part vers 8 h les enfants peuvent regarder un film une à deux fois par semaine. (Femme, sans activité professionnelle [ne travaille pas pendant le confinement], conjoint cadre [travaille à l’extérieur pendant le confinement], 3 enfants)

Nous avons conservé le rythme habituel lever entre 7 h et 8 h le matin petit-déjeuner déjeuner vers 12 h sieste et temps calme de 13 h à 14 h 30 en moyenne goûter vers 16 h et dîner vers 19 h. (Femme, profession intermédiaire [travaille au domicile pendant le confinement], conjoint cadre [travaille au domicile pendant le confinement], 2 enfants)

44Il est à noter que les discours sur les rythmes du quotidien ne sont associés à aucune des différentes variables sociodémographiques présentes dans le corpus. Autrement dit, les segments de texte qui témoignent de cette organisation sont en proportions équivalentes chez les personnes en activité et chez les sans activité professionnelle, chez les diplômé.e.s et chez les moins diplômé.e.s. Elle est, par ailleurs, également indépendante du nombre d’enfants et de leur âge. De plus, cette organisation quotidienne n’est pas perceptible dans le discours des enfants.

Activités de loisirs et éducatives des parents et des enfants

45La thématique des « activités de loisirs et éducatives des parents et des enfants » peut être scindée en deux grands ensembles.

46On a, d’une part, les activités de loisirs multiples proposées aux enfants : ludiques (jeux de société, puzzle), manuelles (bricolage, jardinage), artistiques (peinture, dessin, coloriage), sportives, mais aussi la cuisine, la lecture, etc. Ces activités de loisirs ont plutôt une visée éducative (Vincent, 2000) ou d’animation, elles sont collectives et présentées de manière positive, voire valorisées avec la notion de « passer du temps ensemble », les parents se transformant en compagnons de jeu ou en animateurs. Elles peuvent être pensées dans le cadre de stratégies éducatives parentales, censées favoriser les apprentissages. Il est aussi question de l’organisation du planning de la journée, surtout dans le cas de familles avec des enfants plus grands devant faire l’école à la maison.

C’est bien de faire les activités, ça me plaît le travail. Quand je les fais bien je suis contente.
(Propos d’un enfant de 5 ans rapporté par une femme, profession intermédiaire [travaille au domicile pendant le confinement], conjoint profession intermédiaire [données manquantes sur la modalité de travail pendant le confinement], 3 enfants)

47D’autre part, les discours autour de la gestion des écrans au sein des familles sont très présents. Cette question est importante au vu du régime de justification employé par les parents afin de réguler le temps passé devant les écrans ou d’admettre un assouplissement des règles mises en place jusqu’alors (Berthomier, Octobre, 2020).

48La télévision vient alors « combler » les activités du quotidien dans des situations précises, comme une météo capricieuse, un « temps calme », mais aussi pour laisser les parents travailler. Les discours font état de stratégies mises en place par les parents concernant les écrans, également investis par les enseignant.e.s qui ont souvent préconisé des compléments pédagogiques sur la télévision ou sur Internet.

À 17 h nous les autorisons à jouer trente min à un jeu en ligne avec d’autres copains de l’école et ensemble le plus petit participe aussi et en fin de soirée pendant que nous préparons le dîner ils regardent un dessin animé à nouveau. (Femme, cadre [travaille au domicile pendant le confinement], conjoint cadre [travaille au domicile pendant le confinement], 3 enfants)

C’est bien parce qu’on prend les œufs… on mange des fraises… et on regarde des petits dessins animés. (Propos d’un enfant de 3 ans rapporté par une femme, profession intermédiaire [ne travaille pas pendant le confinement], conjoint cadre [travaille à l’extérieur pendant le confinement], 3 enfants)

49Ce type de discours est sur-représenté chez les femmes (chi2 = 6,1 ; p = 0,013), dans les familles avec plusieurs enfants (chi = 4,47 ; p = 0,034), dans les fratries classiques (non recomposées) (chi2 = 8,04 ; p = 0,004), et chez les répondant.e.s dont la.le conjoint.e travaille à l’extérieur (chi2 = 4,3 ; p = 0,04).

En conclusion : une délégation des temporalités par l’État

50Avant d’engager la discussion, soulignons que l’échantillon de l’étude n’est pas représentatif de la population des parents de jeunes enfants en France, mais que la méthode utilisée pour analyser les productions discursives permet de rendre compte d’une pluralité de positionnements témoignant des situations que ces familles ont rencontrées et de la façon dont elles les ont appréhendées. Par ailleurs, il ne faut pas perdre de vue que les classes de discours que fait apparaître la classification hiérarchique ne sont pas portées par tous les parents. Certains d’entre eux (25 %) n’ont abordé qu’une seule des huit thématiques, un autre quart en a abordé deux quand l’autre moitié de la population présente des segments de texte dans trois à six classes différentes. Mentionnons aussi que la position sociale, considérée comme un facteur important (Dupuy, Mennesson, Kelly-Irving et al., 2021), n’est que très peu mise en exergue dans notre analyse en raison de la sur-représentation des familles favorisées participantes (à l’instar d’autres études telles que Vico14 par exemple) et que les variables telles que l’accès à un extérieur privatif, la taille et le type du logement ne sont pas significatives au plan statistique.

51Au cours de cette analyse, une diversité de situations familiales a été repérée en raison des bouleversements liés aux injonctions étatiques dans un contexte d’incertitude absolue sur le plan sanitaire. Ce faisant, l’examen du vécu des parents n’est que parcellaire, posé à un moment donné, pour rendre compte des conduites humaines et des processus sociaux dans une situation de crise. Les jeunes enfants, quant à eux, ont vécu des modes de socialisation et d’éducation jusque-là inconnus d’eux, les inscrivant dans une temporalité autre, avec de nouveaux repères temporels, d’autres rythmes de vie au niveau éducatif et dans leurs activités de loisirs auxquels ils ont dû s’ajuster malgré leur jeune âge en mobilisant des stratégies inédites pour y faire face. Ils ont dû ainsi « faire avec » les nouveaux rôles de leurs parents qui, a priori, ne relevaient pas de leurs champs de compétences au sein du foyer (en tant que professeur.e des écoles notamment), « faire avec » des parents obligés de scinder leur disponibilité en temps parental versus temps professionnel. Ils ont également été contraints, par la médiation parentale, de se soumettre aux dispositions étatiques dont leurs parents n’étaient pas les maîtres d’œuvre (durée des sorties par exemple), qui en s’immisçant ainsi dans l’espace privé leur ont fait perdre en quelque sorte l’autorité. Pour de si jeunes enfants, nous pouvons faire l’hypothèse que la situation a engendré des tensions dans les temporalités éprouvées. Ils ont dû s’approprier des routines quotidiennes bousculées, vivre un continuum de vie et d’activités au sein du foyer et non plus au sein des espaces-temps sociaux qui leur étaient habituels ; s’approprier la restriction des échanges sociaux avec des pairs et d’autres adultes familiers, mettant leurs parents dans la situation, si ce n’est inconfortable, tout au moins inhabituelle d’endosser différents rôles imposés dans des temporalités entremêlées (de travailleur.se, d’éducateur.trice, de professeur.e des écoles, de soigneur.se et d’animateur.trice). À cela les parents n’étaient pas préparés, de même que les dispositifs étatiques mis en place étaient tout autant « impréparés », générant une incertitude majeure quant aux stratégies organisationnelles, une déstabilisation sans précédent, le tout chapeauté par la peur, le stress, l’angoisse liés au virus lui-même. À la « guerre » déclarée par le président de la République française le 26 mars 2020, les parents de jeunes enfants ne savaient pas de quelles « armes » ils allaient pouvoir disposer ni de celles qu’ils pourraient mobiliser en l’absence de tout soutien social, amical, professionnel, juridique. Le mot d’ordre « Restez chez vous », conçu en raison de l’urgence sanitaire, a conduit les familles de jeunes enfants, comme chaque citoyen.ne, à expérimenter d’autres modes de relations et d’activités juxtaposées ou empilées. La « parentalisation » du social (Martin, Leloup, 2020) s’est probablement exacerbée en contexte confiné. L’assignation à rester chez soi, mêlée à celle du gouvernement domestique, parental de soin, relationnel de disponibilité et d’amour, éducatif et professionnel avec le télé-enseignement et le télétravail pour certains, prolongent, voire amplifient, de façon singulière, le travail d’institution familiale fixé par les politiques publiques. Les pratiques parentales nécessitent des ajustements entre les différents membres du foyer, lesquels ne vont pas de soi. Elles mettent en jeu des rapports sociaux de genre, de générations, de classes pouvant être sources de disparités, d’inégalités voire d’injustices. Face à l’augmentation de la consommation d’écrans (et des loisirs) par les enfants confinés, quel que soit le pays soumis à des restrictions liées à la pandémie (Adibelli, Sümen, 2020 ; Berthomier, Octobre, 2020 ; Carrol, Sadowski, Laila et al., 2020 ; Delisle Nyström, Alexandrou, Henström et al., 2020 ; Eyimaya, Irmak, 2021), les parents de notre échantillon, tout en invoquant des raisons venant justifier la plus grande « souplesse » dans leur utilisation, ont le plus souvent fait état d’une gestion maîtrisée, ce qui n’a pas toujours été chose aisée dans des ménages moins nantis (Thierry, Geay, Pailhé et al., 2020). Les différences sociales perçues dans certains des résultats peuvent être révélatrices de situations qui pourraient s’avérer encore plus contraintes dans des ménages moins bien dotés. Aussi, afin de compléter cette enquête, une étude qualitative complémentaire par entretiens a été entreprise auprès des foyers les plus démunis (avec peu de ressources financières, sans hébergement, en foyer, etc.) lors des confinements qui ont suivi le premier.

Haut de page

Bibliographie

Adibelli D., Sümen A., 2020. “The effect of the coronavirus (Covid-19) pandemic on health-related quality of life in children”, Children and Youth Services Review 119, 105595. URL : https://doi.org/10.1016/j.childyouth.2020.105595

Berthomier N., Octobre S., 2020. « Loisirs des enfants de 9 ans en situation de confinement au printemps 2020 », Culture études 5(5), p. 1-28.

Bessiere C., Biland E., Gollac S., Marichalar P., Minoc J., 2020. « Penser la famille aux temps du Covid-19 », Mouvements des idées et des luttes. URL : https://mouvements.info/penser-la-famille-aux-temps-du-covid-19/

Bessin M., 2009, « La présence sociale en polyvalence de secteur. Enjeux de temporalisation et de sexuation dans l’accompagnement par des assistantes sociales », in Bessin M. et al. Le genre de l’autonomie. Enquêtes sur la sexuation des interventions sociales, rapport de recherche LIRE/DARES, IRIS/CSPRP, p. 155-194. URL : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00612755/document.

Bessin M., Gaudart C., 2009, « Les temps sexués de l’activité : la temporalité au principe du genre ? », Temporalités 9. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/979.

Boring A., Senac R., Dominguez M., Mercat-bruns M., Perivier H., 2020. « La crise sanitaire et les inégalités entre les sexes en France », in Lazar M., Plantin G., Ragot X. (dir.), Le monde d’aujourd’hui. Les sciences sociales au temps de la Covid, Paris, Presses de Sciences Po, p. 117-131.

Bouchet-Valat M., 2014. « Les évolutions de l’homogamie de diplôme, de classe et d’origine sociales en France (1969-2011) : ouverture d’ensemble, repli des élites », Revue française de sociologie 55, p. 459-505. URL : https://doi.org/10.3917/rfs.553.0459.

Boulin J.-Y., Lallement M., Volkoff S., 2006, « Introduction - Flexibilité, disponibilité et nouveaux cadres spatio-temporels de la vie quotidienne », Temporalités 4. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/321.

Carroll N., Sadowski A., Laila A., Hruska V., Nixon M., Ma D.W.L., Haines J., 2020. « The impact of Covid-19 on health behavior, stress, financial and food security among middle to high income Canadian families with young children », Nutrients 12(8), 2352. URL : https://doi.org/10.3390/nu12082352

Connell R., 1987. Gender and Power. Society, the Person and Sexual Politics, Stanford University Press.

Delisle Nyström C., Alexandrou C., Henström M., Nilsson E., Okely A.D., Wehbe El Masri S., Löf M., 2020. « International study of movement behaviors in the early years (SUNRISE): results from SUNRISE Sweden’s pilot and Covid-19 study », International Journal of environmental research and public health 17(22), 8491. URL: https://doi.org/10.3390/ijerph17228491.

Ducoudre B., Perivier H., 2020. « L’emploi des femmes et des hommes pendant la période de confinement du 17 mars au 10 mai 2020 », OFCE. Le blog, juillet. URL : https://www.ofce.sciences-po.fr/blog/lemploi-des-femmes-et-des-hommes-pendant-la-periode-de-confinement-du-17-mars-au-10-mai-2020/

Dupuy A., 2014. « Regard(s) « sur » et « par » l’alimentation pour renverser et comprendre comment sont renversés les rapports de générations : l’exemple de la socialisation alimentaire inversée », Enfances Familles Générations 20, p. 79-108.

Dupuy A., Mennesson C., Kelly-Irving M., Zaouche-Gaudron C. (dir), 2021, Socialisation familiale des jeunes enfants, Toulouse, Editions Erès.

Eyimaya A.O., Irmak A.Y., 2021. “Relationship between parenting practices and children’s screen time during the Covid-19 pandemic in Turkey”, Journal of pediatric nursing 56, p. 24-29. URL : https://doi.org/10.1016/j.pedn.2020.10.002.

Furman W., Buhrmester D, 1985. “Children’s perceptions of the personal relationships in their social networks”, Developmental Psychology 21(6), p. 1016–1024. URL : https://doi.org/10.1037/0012-1649.21.6.1016

Gaille M., Terral P., Askenazy P. et al., 2020. « Les sciences humaines et sociales face à la première vague de la pandémie de Covid-19. Enjeux et formes de la recherche », rapport de recherche, Centre national de la recherche scientifique, université Toulouse III - Paul Sabatier. URL : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-03036192

Garcia S., 2011, Mères sous influence. De la cause des femmes à la cause des enfants, Paris, La Découverte, coll. « Textes à l’appui/Genre et sexualité ».

Gojard S., 2010. Le métier de mère, Paris, La Dispute. 

Hirata H., Kergoat D., 2008, « Division sexuelle du travail professionnel et domestique. Brésil, France, Japon », in Hirata H., Lombardi M.R., Maruani M. (dir.), Travail et genre. Regards croisés. France-Europe-Amérique latine, Paris, La Découverte.

Lambert A., Cayouette-Rembliere J., Gueraut É., Le Roux G., Bonvalet C., Girard V., Langlois L., 2020. « Le travail et ses aménagements : ce que la pandémie de Covid-19 a changé pour les Français », Population & Sociétés 7(579), p. 1-4. URL : https://doi.org/10.3917/popsoc.579.0001

Mariot N., Merckle P., Perdoncin A. (dir.), 2021. Personne ne bouge : une enquête sur le confinement du printemps 2020, Grenoble, UGA Éditions. URL : https://doi.org/10.4000/books.ugaeditions.18372

Martin C., Leloup X., 2020. « La parentalisation du social », Lien social et Politiques 85, p. 5-18. URL : https://doi.org/10.7202/1073739ar

Martin-Blachais M.-P., 2017, Les besoins fondamentaux de l’enfant en protection de l’enfance, rapport remis au ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes.

Molinier P., 2013, Le travail du care, Paris, La Dispute, coll. « Le genre du monde ».

Paye S., 2021. « Le confinement a-t-il exacerbé les inégalités face au temps ? » in Mariot N., Mercklé P., Perdoncin A. (dir.), Personne ne bouge : une enquête sur le confinement du printemps 2020, Grenoble, UGA Éditions. URL : https://doi.org/10.4000/books.ugaeditions.18627

Praz A.-F., Messant F., Modak M. (2011). « “Produire des enfants” aujourd’hui : un défi pour l’analyse féministe ». Nouvelles Questions Féministes 30(1), p. 4-10.

Reinert M., 1983. « Une méthode de classification descendante hiérarchique : application à l’analyse lexicale par contexte », Les cahiers de l’analyse des données VIII(2), p. 187-198.

Rosa H., 2010a. « Politique, histoire et vitesse du changement social : vers une théorie critique de l’accélération sociale », Le genre humain 1(49), p. 105-113. URL : https://doi.org/10.3917/lgh.049.0105

Rosa H., 2010b. Aliénation et accélération, Paris, La Découverte.

Rosa H., 2018, Résonance. Une sociologie de la relation au monde, Paris, La Découverte, coll. « Théorie critique ».

Sirota R., 2015. « Enfance et socialisation au quotidien », La revue internationale de l’éducation familiale 1(37), p. 9-16.

Thierry X., Geay B., Pailhé A., Berthomier N., Camus J., Cauchi-Duval N., Lanoë J.-L., Octobre S., Pagis J., Panico L., Siméon T., Solaz A., 2020. « Les enfants à l’épreuve du premier confinement », Population & Sociétés 1(585), p. 1-4.

Vincent S., 2000. « Le jouet au cœur des stratégies familiales d’éducation », Sociétés contemporaines 40, p. 165-182.

Virilio P., 1977. Vitesse et politique, Paris, Galilée.

Zaouche-Gaudron C., 2015, Le développement social chez l’enfant. Du bébé à l’âge scolaire, Paris, Dunod.

Zaouche-Gaudron C., Dupuy A., Mennesson C., Kelly-Irving M., 2021. Espaces de socialisation extrafamiliale dans la petite enfance, Toulouse, Editions Erès

Haut de page

Document annexe

  • Annexes (application/pdf – 318k)
Haut de page

Notes

1 https://www.santepubliquefrance.fr/maladies-et-traumatismes/traumatismes/chute/documents/article/surveillance-des-accidents-de-la-vie-courante-pendant-la-periode-de-confinement-de-la-pandemie-de-covid-19

2 Pour rappel, les dates officielles du premier confinement en France étaient du 17 mars au 11 mai 2020.

3 Les membres du consortium COV-JEUNENFANT sont (par ordre alphabétique) : J.-C. Basson, C. Bouilhac, I. Claudet, N. Collomb, C. Delpierre, A. Dupuy, E. Gaborit, I. Glorieux, V. Katkoff, M. Kelly-Irving, V. Larrosa, P. Marchand, C. Mennesson, A. Moscaritolo, S. Pinel-Jacquemin, P. Ratinaud, J. Renard, T.-N. Willig, C. Zaouche Gaudron (Dir.). Co-Financeurs : Agence Nationale de la Recherche, Conseil Régional de la Région Occitanie, Caisse d’Allocations Familiales 31, Caisse Nationale des Allocations Familiales, Conseil Départemental de la Haute-Garonne.

4 Plusieurs questions sont reprises d’un questionnaire plus général formulé par des enseignants-chercheurs CNRS que nous remercions vivement : https://sms.univ-tlse2.fr/parcours-de-vie-et-reseaux-personnels-/enquete-relations-sociales-et-solidarites-en-periode-de-confinement-confinement--729547.kjsp ?RH =ACCUEIL_SMS.

5 La réalisation de cette étude a été soumise à la validation par le délégué à la protection des données du respect du règlement général sur la protection des données (RGPD-CNRS) et à celle du Comité d’éthique sur les recherches (CER ; numéro 2020-290) de l’Université Fédérale de Toulouse Midi- Pyrénées.

6 Le Groupement d’intérêt scientifique Bébé petite Enfance en COntextes – Université Fédérale Toulousee Midi-Pyrénées.

7 Le questionnaire étant resté en ligne au-delà du 11 mai, quelques-uns ont été renseignés après cette date.

8 Après nettoyage des données initiales.

9 https://pinel-jacquemin.wixsite.com/covjenfant, date de dernière consultation : 22.12.20.

10 La variable « revenu par unités de consommation (uc) » a été créée à partir de l’échelle de l’OCDE qui attribue 1 « uc » au premier adulte du ménage, 0,5 « uc » aux autres personnes de 14 ans ou plus et 0,3 « uc » aux enfants de moins de 14 ans.

11 « RAS », autrement dit « rien à signaler ».

12 Les discours auxquels nous faisons référence ici sont majoritairement ceux des parents qui rapportent la parole de leurs jeunes enfants. Certains semblent être écrits littéralement, d’autres semblent relever d’une interprétation de la parole/des sentiments de l’enfant.

13 Durant le premier épisode de confinement, les parcs et jardins publics étaient fermés et les familles se sont réapproprié les rues exemptes de circulation.

14 Vico (Vie en confinement, CNRS, LISST, EHESS, https://vico.hypotheses.org/94/94). Contrairement à cette enquête, la nôtre ne comporte pas des effectifs suffisamment massifs pour contrôler les biais.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Ratinaud, Anne Dupuy, Alice Moscaritolo, Julie Renard et Chantal Zaouche Gaudron, « Temporalités en tension de parents de jeunes enfants confinés »Temporalités [En ligne], 34-35 | 2021, mis en ligne le 17 mars 2022, consulté le 29 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/9083 ; DOI : https://doi.org/10.4000/temporalites.9083

Haut de page

Auteurs

Pierre Ratinaud

LERASS, Université de Toulouse, pierre.ratinaud@univ-tlse2.fr

Anne Dupuy

CERTOP, Université de Toulouse, anne.dupuy@univ-tlse2.fr

Alice Moscaritolo

EFTS, Université de Toulouse, alice.moscaritolo@univ-tlse2.fr

Julie Renard

LERASS, Université de Toulouse, julie.renard@iut-tlse3.fr

Chantal Zaouche Gaudron

LISST-CERS, Université de Toulouse, chantal.zaouche@univ-tlse2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search