Navigation – Plan du site

AccueilTemporalités34-35Brèche temporelle et polarisation...

Brèche temporelle et polarisation sociale

Sociologie de l’expérience du temps pendant le premier grand confinement
Time Gap and Social Polarisation. Sociology of the experience of time during the first big lockdown
Brecha temporal y polarización social. Sociología de la experiencia del tiempo durante el primer gran confinamiento
Pierre-Marie Chauvin, Maëlle Diarra, Margot Lenouvel et Agnès Ramo

Résumés

Cet article propose de mobiliser la notion de « brèche temporelle » d’Hannah Arendt (1961) pour penser la période d’incertitude qu’a constituée le premier grand confinement au printemps 2020. À partir de méthodes qualitatives, il propose une sociologie de la pluralité des expériences temporelles en contexte de confinement.
L’enquête, menée par entretiens semi-directifs et carnets journaliers auprès de 57 personnes issues de milieux socio-économiques hétérogènes, permet de dégager quatre principaux résultats. Tout d’abord, cette brèche temporelle se définit comme un évènement qui révèle et amplifie une polarisation sociale d’expériences temporelles, directement liée à des conditions de vie inégales. Deuxièmement, la brèche suscite des expériences de décélérations plus variées que ne le laissent penser les discours sur le confinement comme un moyen de ralentir le rythme. Troisièmement, elle a également provoqué des accélérations paradoxales, en fonction notamment de certains paramètres sociaux et familiaux. Enfin, elle s’accompagne de narrations qui ne témoignent pas d’un enfermement dans le présent. Les enquêtés tentent de donner du sens à cette période particulière par le biais de mises en récit, articulant passé, présent et futur.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le 16 mars 2020, un confinement national est décrété en France pour lutter contre la propagation de l’épidémie de Covid-19. En avril 2020, on recense environ 4 milliards d’êtres humains en situation de confinement dans le monde. La nature soudaine, l’ampleur, et la durée incertaine de ce « premier grand confinement » en font un fait social inédit, qui interpelle les sciences sociales (Mariot, Mercklé, Perdoncin, 2021).

2Le confinement est une mesure spatiale (restriction des mobilités), sociale (limitation des contacts), mais aussi, ce qui nous intéresse plus spécifiquement ici, temporelle. Si l’incertitude est probablement ce qui lie le plus les destins et les perceptions individuelles du temps pendant la crise du Covid-19, et en particulier pendant ce premier confinement, les temporalités confinées ne s’y limitent pas. Les sociétés contemporaines font déjà l’objet de qualifications temporelles schématiques. Le rapport au temps devient une préoccupation sociale et scientifique majeure, souvent formulée sous le registre de « l’urgence » (Aubert, [2003] 2009 ; Bouton, 2013), de « l’accélération » (Rosa, 2010), ou du « présentisme » (Hartog, 2003 2020). Pour ne pas réduire le temps à l’une de ses modalités, et ne pas voir le confinement uniquement comme une parenthèse rompant avec ces registres, un seul recours : l’enquête, qui permet l’identification empirique des temps vécus.

3À partir d’une enquête qualitative, cet article propose d’interroger les rapports au temps pendant le premier grand confinement français. Nous proposons une sociologie de l’expérience temporelle, non au sein d’institutions particulières et en temps ordinaire (Cunha, 1997 ; Henriksen, Refsgaard, 2021), mais à domicile, et pour des raisons sanitaires. Cette étude est ainsi complémentaire des enquêtes plus générales, souvent quantitatives, initiées pour analyser la perception et les effets du confinement (Coconel 20201 ; La vie en confinement2 ; Faire face au Covid-19. Distanciation sociale, cohésion et inégalités dans la France de 20203 ; Enquête Covid-194). D’un point de vue analytique, notre approche s’inscrit au croisement d’une sociologie de « l’expérience temporelle » des acteurs sociaux (Lauer, 1981 ; Fine, 1990 ; Flaherty, 1991, 2003, 2011), d’une sociologie consacrée aux formes d’« imprévisibilités », « évènements » et « bifurcations » (Bidart, 2006 ; Grossetti, 2006 ; Bessin, Bidart, Grossetti, 2010), et d’une philosophie consacrée aux « brèches temporelles » (Arendt, [1961] 2000) et à « l’accélération » du monde contemporain (Rosa, 2010).

Présentation de l’enquête

L’enquête sur laquelle s’appuie cet article a été réalisée en France au cours des mois de mars, avril et mai 2020. Coordonnée par un enseignant, elle a été menée par un groupe de 10 étudiantes et étudiants de master 2 de sociologie à Sorbonne Université auprès de 57 personnes (voir annexe I) de milieux socio-économiques, d’âges et de sexes différents, et dont les conditions de confinement varient (localisation géographique, taille du logement, confinement seul ou en famille, en télétravail ou au chômage technique, etc.). Chaque participant devait remplir un carnet journalier, inspiré de l’enquête Emploi du temps de l’Insee, renseignant heure par heure (entre 8 heures et minuit) ses activités durant deux jours. Ce carnet était accompagné d’un court questionnaire permettant de récolter quelques données sociodémographiques et des informations sur les conditions de confinement. Un entretien semi-directif était ensuite mené par téléphone, avec les carnets journaliers préalablement remplis comme supports. À partir de ce matériau, l’article a été rédigé par l’enseignant coordinateur et trois étudiantes, désormais doctorantes, ayant pris part à l’enquête.

4Comment analyser l’expérience temporelle du confinement autrement que sous l’angle d’une grande décélération ou d’un grand « ralentissement général », souvent perçus en termes d’aspirations (Bigot, Chateau, Sandra, 2020) plutôt que de rapports effectifs aux temps ? Nous proposons de répondre à cette question à l’aide du concept de « brèche temporelle », en montrant comment cette période, ouverte par un évènement collectif singulier et imprévisible, a pu être diversement vécue sous le mode d’une rupture déstabilisante ou d’une parenthèse stimulante, avec une polarisation des rapports aux temps à la fois révélée et amplifiée par la crise. Nous explicitons d’abord le poids des conditions de vie et des inégalités spatio-temporelles sur la façon dont la brèche temporelle, que nous aurons définie au préalable, est vécue (I). Nous montrons ensuite comment la brèche du premier confinement a suscité différentes modalités de temps suspendu et de décélérations, plus ou moins bienheureuses (Rosa, 2010, 2020) (II). Nous identifions par contraste des rapports aux temps vécus sous le mode d’accélérations paradoxales (III). Nous exposons enfin comment la brèche temporelle suscite des narrations mêlant situations passées et futures et non strictement enfermées dans le présent (IV).

Brèche temporelle et polarisation sociale

5Le concept de brèche a été originellement proposé par Hannah Arendt, en réaction aux totalitarismes et à la menace nucléaire, pour désigner les moments de « crise » du xxe siècle, crise de l’humanité et crise du temps lui-même. Malgré la récurrence de ses usages (Le Boulanger, 2003 ; Tassin, 2010 ; Revault d’Allonnes, 2011 ; Hortonéda, 2013 ; Hartog, 2020), il est rarement mobilisé de manière dédiée et articulé à des données empiriques, et jamais à notre connaissance dans une enquête sociologique. Nous procédons ici à un travail d’opérationnalisation en proposant d’en faire un concept de « moyenne portée » (Merton, 1997) pertinent pour penser la crise Covid et le premier confinement en particulier.

  • 5 Nous employons cette expression à la suite de travaux cherchant à rendre compte de la polyphonie du (...)

6Ce transfert d’un concept philosophique vers la sociologie correspond notamment à un changement d’échelle : chez Arendt et ses commentateurs, la notion de brèche est utilisée de manière macroscopique et trans-historique. Dans cet article, nous la mobilisons pour penser les vies sociales microscopiques, en résonance avec un évènement macro-social et historique extraordinaire : l’irruption d’une pandémie mondiale. Nous définissons la brèche comme une rupture dans le cours ordinaire des vies collectives et individuelles, se caractérisant par un haut niveau d’incertitude, entraînant une forte polarisation des temps vécus et suscitant une production de narrations temporelles. Au cours d’une brèche temporelle, s’exprime de manière particulière la « polyphonie sociale du temps »5. Le temps se dit et se vit en plusieurs sens, mais la polyphonie sociale n’implique pas une égalité des positions et des voix. Elle repose plutôt sur un ensemble d’inégalités sociales face au temps déjà bien documentées par la sociologie, notamment pour ce qui est du rapport à l’avenir (Bourdieu, 1963 ; Roux, 2009 ; Masy, 2013), que la situation de confinement révèle et accentue.

Brèche, ou comment sociologiser une notion philosophique ?

7Chez Arendt, la brèche est un temps privé de tradition, où domine l’incertitude, et où coexistent le désarroi face aux schémas anciens et la possibilité de commencer quelque chose de nouveau. C’est un moment de crise, qui révèle et renforce certaines fragilités, avant d’ouvrir vers des « basculements », des mondes « possibles, émergents et désirables » (Baschet, 2021). Cette incertitude et ce désarroi apparaissent bien dans notre enquête, mais assez peu la question des basculements effectifs, le premier confinement se situant en amont de ces réflexions.

8La « crise Covid », dont il était difficile de prévoir le moment, la forme et le déroulement précis, et dont les effets de long terme sont eux-mêmes peu prévisibles, est à ce titre une crise au sens sociologique du terme, telle que conceptualisée par Michel Grossetti (2006) dans sa typologie des formes de prévisibilité des situations sociales. La crise se définit comme un moment de contagion entre sphères de vie, proposition valable pendant la crise Covid, lors de laquelle les sphères privées et publiques, les activités familiales et professionnelles, les conditions sanitaires, psychologiques et sociales, ont été soumises à des dynamiques communes. Pourquoi mobiliser en plus de celle de crise, la notion de « brèche temporelle » issue de la philosophie d’Hannah Arendt ? La notion de crise désigne avant tout une forme d’imprévisibilité (du moment et des effets) et un mécanisme de contagion (des effets entre eux). La notion de brèche fait davantage référence à l’idée d’une rupture faisant surgir un présent qui dure, avec suspension des scripts prédéfinis et redéfinition des relations entre ce présent qui dure et les passés et les futurs avec lesquels il est relié. Le présent suscite des questionnements, des émotions et des narrations qui alimentent et font durer cette rupture, en lui donnant une épaisseur sociopsychologique que la notion de crise ne permet pas de restituer. Si la crise ne porte pas en soi de message ni de sens, la brèche laisse surgir du sens, et chez Arendt, cela se manifeste par l’évènement de pensée, qui vient se loger dans cet interstice temporel : « l’événement de penser, événement situé dans la brèche du temps, paysage ou région de la pensée hors-temps au cœur du temps » (Vergauwen, 2000, p. 179).

9Si la sociologie s’est dotée de concepts pour penser les ruptures et les évènements imprévisibles, notamment avec celui de « bifurcation » (Bidart, 2006 ; Grossetti, 2006 ; Bessin, Bidart, Grossetti, 2010), la notion de brèche nous semble plus adaptée pour penser les résultats de notre enquête pour deux raisons :

D’abord, la brèche intervient avant la bifurcation possible, et elle est principalement vécue comme une incertitude. Elle est constatée au présent, et ouvre vers un basculement possible. Autrement dit, elle est un moment du présent qui se déroule, et peut éventuellement durer et devenir bifurcation.

Ensuite, la brèche est un concept que l’on pourrait qualifier de dramaturgique et émotionnel : l’idée d’une fin potentielle, d’une crise forte, d’une béance qui s’ouvre et qui peut annoncer le pire, la distingue de l’idée plus neutre émotionnellement de la bifurcation. Cette dimension émotionnelle apparaît bien dans notre enquête et permet de mieux rendre compte de l’inquiétude collective constatée.

10Pour être opérationnalisée, la notion de brèche doit aussi être précisée sur un point : la nature non homogène des modalités de temps vécu. Chez Arendt, la brèche est de nature collective, et adoptée dans une perspective universaliste, elle ne dit rien des inégalités de vie et de perceptions. Or la brèche est une brisure, qui « ouvre le temps », en incitant à l’imagination des possibles, tout en la rendant particulièrement pesante pour certaines et certains. Les personnes interviewées ont toutes le sentiment de vivre un évènement collectif fort et singulier, une pandémie qui interroge leur commune humanité, mais elles ont aussi une conscience nette de ne pas les vivre de manière uniforme. Le premier grand confinement constitue un laboratoire d’observation des inégalités et de leurs perceptions. L’incertitude qui caractérise la situation et la charge temporelle de l’articulation des temps de vie déstabilisent inégalement les individus selon leur situation professionnelle et familiale. La sociologie peut ainsi montrer que la brèche, tout en étant rupture et incertitude, peut être un facteur de polarisation sociale à l’échelle des groupes sociaux.

  • 6 Utilisée en psychologie sociale, la notion de polarisation désigne l’expression d’opinions extrêmes (...)

11Dans ses différents usages6, la polarisation est un processus d’augmentation des écarts entre individus et/ou groupes. Dans notre cas, la polarisation est un éloignement entre les différentes façons de vivre le temps, le premier confinement ayant pu susciter des attitudes temporelles très différentes chez les personnes interrogées. Nous retrouvons et précisons ici les résultats programmatiques identifiés par les premières grandes enquêtes quantitatives consacrées aux rapports aux temps pendant le confinement, qui avaient pu étayer l’idée d’une augmentation des inégalités dans les rapports aux temps pendant cette période (Paye, 2021). La situation est marquée par une polarisation fondamentale des rapports aux temps selon la nature de l’espace occupé et les conditions de vie. Notons que d’autres enquêtes ont pu relever le poids des inégalités de genre dans les expériences de confinement (Charlap, Grossetti, 2021), la répartition des tâches domestiques et parentales, et la pression temporelle exercée sur les femmes et les hommes, mais rien de vraiment significatif en la matière n’est ressorti de notre matériau.

L’espace, facteur de polarisation temporelle

12De façon peu surprenante mais significative, les vécus du confinement dépendent des conditions de logement (Grossetti, Launay, 2021). Les perceptions des personnes interrogées varient fortement selon la taille du logement et la présence d’un espace extérieur. Disposer d’un espace plus grand permet un temps « ouvert », avec des espaces mieux différenciés selon leurs usages.

13Dans un espace exigu, la différenciation de l’espace comme du temps demande plus d’efforts d’organisation, comme l’exprime Catherine (51 ans, confinée en appartement) : « Tout est fondu dans un espace, parce qu’il n’y a plus de limites entre l’espace privé et l’espace professionnel. » Disposer d’un espace extérieur fait toute la différence, comme en témoigne Jérôme, 50 ans, gardien d’immeuble : « La cour intérieure, ça me permet de profiter et d’apprécier […] je vois de la vie. » Avoir un jardin, une terrasse ou un balcon, c’est le luxe de pouvoir « respirer » (Pierre-Louis, 26 ans, professeur de français).

14De surcroît, l’éloignement des grandes métropoles apparaît comme un abri protecteur des effets indésirables du confinement. Le temps y est rythmé par des activités extérieures. Nul besoin de réfléchir « sur le temps qui passe ou qui ne passe pas » : « y’a du terrain pour se balader, tu peux bronzer, tu peux bricoler autour de la maison sans gêner personne », ajoute Manuel (22 ans, chauffeur livreur). D’après Julie (21 ans, étudiante), c’est aussi parce que le mode de vie y est structuré différemment. Chez elle, à la « campagne », elle a appris très tôt à « explorer sa propre bulle ». Certains lieux, plus en retrait de la vie sociale urbaine, favorisent des sentiments de déconnexion avec le reste du monde tel qu’il est perçu médiatiquement. Être moins exposé au virus peut créer le sentiment d’être en décalage temporel, voire de ne pas être confiné.

15À ce titre, la majeure partie des enquêtés se sent « privilégiée » par rapport à d’autres en termes d’espace. La situation générale est jugée inégalitaire, et les situations personnelles estimées meilleures que la situation collective. Les enquêtés formulent souvent ces remarques comparatistes :

Le confinement n’est pas vécu de la même manière selon l’âge, les revenus, l’habitation, l’endroit géographique… Il y a une diversité de sensations, de vécus du confinement. (Jean-Pierre, 78 ans, retraité)

16Nous retrouvons ici un résultat fondamental mais encore peu étayé empiriquement en sociologie (Demetry, 2013), selon lequel les rapports à l’espace et au temps sont solidaires et ne devraient pas donner lieu à des analyses systématiquement segmentées. La brèche issue du confinement révèle une polarisation temporelle importante en fonction de paramètres spatiaux. Cependant, cela n’épuise pas les modalités d’expérience du temps et les formes de polarisation sociale que cette période a pu susciter, et sur lesquelles nous allons revenir à présent.

Brèche et diversité des expériences de « décélérations »

  • 7 Ce constat va dans le sens de celui établi par Lise Bourdeau-Lepage qui a diffusé un questionnaire (...)

17Le confinement et la crise sanitaire ont pu être perçus comme une rupture dans le cours effréné de nos vies (Rosa, 2020). Alors qu’ils n’ont plus de temps à passer dans les transports, que leur charge de travail est moindre, que certaines activités sociales et de loisirs ne peuvent plus avoir lieu, certains enquêtés voient le rythme de leur vie ralentir7. De plus, le confinement met à distance les institutions qui imposent des horaires et des cadences : l’école, l’université, l’entreprise, l’usine, etc. Les contraintes temporelles qui pèsent sur les individus se relâchent. Arrêtons-nous ici sur celles et ceux pour qui le confinement a mis un terme à « la course après le temps ».

Enfin du temps : une « oasis » temporelle

18La brèche temporelle introduite par le confinement est appréciée par certains. Le confinement leur offre une « pause », une « bulle de repos » (Fanny, 26 ans, assistante de galerie). Avec l’arrêt de la « course après le temps », ce sont les sentiments de stress et d’urgence qui disparaissent, comme l’exprime Madeleine :

La sensation que j’ai, en général, c’est d’être toujours en train de courir après le temps. Je me sens toujours en retard, j’ai toujours l’impression de ne pas avoir fait ce qu’il faut. (…) Eh ben, ce stress, il est ôté, tout d’un coup. (61 ans, comédienne et metteuse en scène)

19Les manifestations physiques d’un rythme de vie soutenu s’estompent elles aussi. Par exemple, le confinement est l’occasion pour Lily, alors au chômage partiel, de se remettre de la fatigue physique liée à son activité professionnelle intense. Elle travaille quarante-deux heures par semaine comme vendeuse et serveuse dans une boulangerie et passe deux heures par jour dans les transports. Comme pour certains travailleurs saisonniers, pour qui le temps de chômage s’apparente à un temps de « cure » (Baghioni, 2019), le confinement est pour elle un moyen de s’extraire du rythme effréné de sa vie quotidienne.

Je prends le temps de prendre un petit bain. Je me fais des soins aux cheveux, des soins au visage, je me mets de la crème hydratante sur le corps alors que d’habitude, je le fais tous les… 600 ans. (Lily)

20Comme elle, de nombreux enquêtés profitent d’ailleurs de ce temps pour « prendre soin » d’eux (sport, soins du corps). Beaucoup trouvent le temps de faire des activités considérées comme importantes qui passaient auparavant après des activités considérées comme plus futiles mais rendues prioritaires par les échéances auxquelles elles étaient attachées : la thèse plutôt que les cours à donner (Christian), l’écriture et le montage plutôt que la recherche de salles (Madeleine), la réorientation plutôt que le travail (Lily, Marion), la recherche d’informations (Lily, Jade), la lecture (Catherine, Nathalie), la cuisine (Clara, Élisa, Lily), etc. Cette tendance est partagée par toutes les catégories sociales. L’enquête de l’Insee confirme qu’avec le confinement, la part des personnes s’adonnant à des pratiques amateures (activités artistiques, scientifiques et techniques) a sensiblement augmenté et les écarts sociaux dans ce domaine se sont réduits (Barhoumi, Jonchery, Lombardo et al., 2020).

21Il y a aussi, la satisfaction de « faire bien » plutôt que « faire vite » :

Je me suis dit : « Comme ça, je vais avoir enfin le temps pour pouvoir faire les choses correctement et approfondies. » (Violaine)

22Plusieurs enquêtés disent gagner en « attention », que celle-ci soit dirigée vers des tâches qui comptent pour eux, ou vers leur entourage. Nombreux soulignent ainsi la façon dont le confinement a remis en question une conception utilitariste du temps, prégnante jusqu’alors dans leur vie (Citton, 2014).

23Enfin, certains se réjouissent de pouvoir aller à leur propre rythme :

Psychologiquement, je me dis que j’ai le temps. (…) Je fais les choses bien plus au ralenti. C’est moins la course, et c’est vraiment à mon rythme (Jade, 24 ans, étudiante).

24Cyril, ouvrier divorcé, confiné avec ses deux filles, explique quant à lui, qu’à la différence de sa vie hors confinement, il n’est « pas pressé par la montre ». Comme il n’y a pas école le lendemain, peu importe s’il fait manger ou s’il couche « les filles » un peu plus tard que d’habitude. Il n’a « pas la montre derrière lui » comme à l’usine où il « [a] le chef qui [le] bouge ». Alors qu’à l’usine, ce n’est pas lui qui « fixe le tempo », le confinement lui permet de créer « une niche temporelle », c’est-à-dire d’accomplir ses tâches domestiques et son travail à une vitesse qui lui convient mieux (Fine, 1990). Ces enquêtés font l’expérience d’un rapport au temps moins problématique. Pour eux, le confinement crée bien une « oasis de décélération » (Rosa, 2010).

« Trop » de temps ? Stratégies temporelles face au risque de temps vide

25« Sentir le temps passer » n’est pas toujours synonyme de bien-être. Pour d’autres enquêtés, sans rythme partagé ou imposé, sans cadres temporels (Durkheim, [1912] 2013, Elias, [1986] 1996), le temps est un « désert », pour reprendre une autre notion issue de la philosophie d’Arendt : une situation où les expériences de monde commun et de liberté individuelle sont empêchées, niées ou suspendues.

26C’est le cas pour Paulette, dont les activités de loisirs qui composent habituellement sa semaine de retraitée ont été suspendues :

Le temps se dilue, on a tellement de temps que ce n’est même plus du temps. On est dans un autre espace, on flotte dans le vide.

27Les journées en viennent parfois à se ressembler, à tel point que certains de nos enquêtés ne distinguent plus les jours de la semaine de ceux du week-end. Les fonctions sociales traditionnelles du temps, celles d’orientation, de coordination et de régulation (Elias, [1986] 1996) perdent de leur pertinence et de leur emprise.

28Un tel état de flottement étant redouté, des stratégies temporelles (Flaherty, 2003) sont mises en œuvre pour organiser les journées :

Je pense que ça me fait peur de laisser le temps passer et d’être confinée sans qu’il soit structuré. (…) C’est pour ça que j’ai vraiment ce besoin de faire des choses, d’avancer, de structurer. (Anne, 61 ans, retraitée)

29Durant le confinement, les activités professionnelles ou de loisirs « ne peuvent plus servir à signaler de manière routinière le moment où commenc[ent] et où se termin[ent] [la journée] et le travail » (Rosa, 2010, p. 158). Les individus organisent alors leurs journées autour d’une même routine :

J’ai assez rapidement mis en place une routine comme dans la vie hors confinement. Les journées se ressemblent : le matin je fais du sport, de la lecture et de l’ordinateur, l’après-midi est consacrée au travail pour les élèves et se termine par une séance de sport avec mon frère. Le soir, je dîne, puis c’est un moment de détente. (Pierre-Louis, 26 ans, professeur de français)

30Certains outils temporels sont utilisés pour structurer le temps, comme des calendriers, des réveils, des plannings ou des listes de tâches. La fonction auto-disciplinante (Elias, [1986] 1996) de ces outils transparaît dans les propos de Camille : elle utilise une to-do list pour avancer dans les travaux qu’elle a entrepris pendant le confinement afin de ne pas avoir à les faire cet été, et ainsi « mettre à contribution ce temps ».

31Un autre « danger » guette ceux qui « sentent le temps passer » : l’ennui. Les enquêtés trouvent le temps d’autant plus long qu’ils ne peuvent faire ce qu’ils veulent de ce supplément de temps libre apporté par le confinement : sortir, voyager, aller voir des proches ou des amis. Pour contrecarrer l’ennui, ils cherchent alors à s’occuper « comme [ils] peu[vent] », par des moyens de communication à distance, des consommations audiovisuelles ou des activités manuelles. Pour Arthur, lycéen de 18 ans, qui trouve le temps long sans la compagnie de ses amis de l’internat, Netflix et les appels en visio apparaissent comme des « remèdes » pour « passer le temps ». Les séries et le téléphone servent à chasser les idées noires qui assaillent Lily au réveil.

32L’affaiblissement des cadres temporels affecte différemment les individus selon leurs caractéristiques sociales, leur situation familiale et leurs conditions de confinement. Par exemple, l’arrêt du travail, associé à une déstructuration du temps, a touché différemment les individus selon leur catégorie socioprofessionnelle. Cela rejoint les résultats de l’enquête Coconel (2020), selon laquelle 53 % des employés et 49 % des ouvriers ont vu leur activité professionnelle s’arrêter contre 28 % des Français en moyenne. Or ceux qui, dans l’enquête, se retrouvent sans travail, comme ceux qui se retrouvent sans famille, ainsi que les plus jeunes et les plus âgés, privés des activités sociales qui les occupaient avant le confinement, sont les plus enclins à trouver le temps étendu et comme suspendu. À l’inverse, ceux qui conservent leur travail pendant le confinement vivent mieux le temps et s’estiment, à ce titre, privilégiés.

Un temps suspendu

33Pour certains, le temps semble non seulement ralentir mais aussi s’arrêter. Les personnes âgées comme Paulette ou Liliane y sont d’autant plus sensibles que leur temps est perçu comme compté :

Le temps s’arrête et moi j’ai l’impression d’être dans une espèce d’antichambre, l’antichambre de la fin. (Paulette, 76 ans) 

Personnellement, ça m’a rendue plus sensible au fait que je vais avoir 80 ans et que je rentre dans une période qui peut s’appeler fin de vie. (Liliane, 78 ans)

34Les personnes seules font, elles aussi, fréquemment part de cette impression d’un temps arrêté. Certains jeunes qui cumulent solitude et conditions matérielles d’existence et de logement précaires (Lambert, Cayouette-Remblière, Méda, 2021) vivent ainsi un double enfermement – spatial et temporel. Mamad (27 ans, étudiant), seul dans son studio se sent « coincé » et redoute de finir par « discuter avec les murs ». Lucie (21 ans, responsable de secteur médico-social), privée de tout contact physique, et qui ne trouve plus la force d’entretenir des « relations numériques » avec les autres, « ne voit plus l’horizon ».

35Parce que la vie pendant le confinement est un temps sans les autres, le temps paraît « suspendu » (Paulette). Marion, étudiante de 22 ans, qui vient de « rencontrer une fille », regrette par exemple de ne pouvoir poursuivre l’histoire d’amour entamée avec elle avant le confinement. Cyril, qui aimerait refonder une vie de couple après son divorce, attend la fin du confinement pour « aller chercher de la gonzelle ». Certains font part de leur sentiment d’être dans l’attente : « J’ai l’impression d’attendre mais je sais pas quoi » (Raphaël, 26 ans, artiste). Le vécu du temps en confinement présente ainsi des similitudes avec le vécu du temps des prisonniers et de leurs familles (Cunha, 1997 ; Touraut, 2012).

Brèche et accélérations paradoxales

36Le confinement vécu sous la forme d’une décélération ne concerne pas tous les enquêtés. Pour beaucoup, l’intensification du travail et l’organisation de la vie de famille accélèrent le tempo. Les modifications du travail induites par le confinement s’accompagnent parfois d’une augmentation de la charge de travail. La présence de jeunes enfants, dont il faut s’occuper et qu’il faut occuper, diminue le temps libre. Des paramètres prennent ainsi plus de poids en confinement qu’en temps normal, comme ceux de la dimension spatiale et de la configuration familiale. L’articulation travail/famille implique une gestion difficile du temps. Elle se traduit par un sentiment de manquer de temps et pose des questions d’organisation, de délimitation des frontières entre temps public et temps privé, de gestion de la disponibilité et de l’accessibilité personnelles (Zerubavel, 1979).

Surcroît de travail et « course contre la montre »

37Les modifications du travail induites par le confinement ont pu se traduire par une « surcharge temporelle » (Fine, 1990). Manuel, chauffeur livreur, qui travaille davantage pendant le confinement, vit une forme d’accélération temporelle :

Mes journées passent vite car je me lève hyper tôt et du moment que t’as la nuit tu vois pas le temps passer. […] Dernièrement, j’ai bossé un peu plus du fait du confinement.

38Pour ceux qui sont restés confinés, le passage au télétravail s’accompagne parfois d’un surcroît de travail. L’impression qui domine est alors celle de vivre une « course contre la montre » (Nathalie) qui contraste avec le sentiment de décélération éprouvé par d’autres. C’est le cas chez les enseignants que nous avons interrogés, qui ont dû s’assurer que les élèves avaient le matériel nécessaire pour travailler à distance et revoir leur mode de préparation des cours. Pour Nathalie, professeure d’espagnol et professeure principale au collège, « c’était non-stop » :

Ça a été vraiment, on va dire les quinze premiers jours, hyper stressant, en fait. Moi, j’ai l’impression de pas avoir un moment, d’être toujours dans : « vite, vite, il faut que je fasse ça ! »

  • 8 La pression temporelle peut être définie comme un ressenti qui résulte d’un rapport défavorable ent (...)

39Cette situation est très éloignée de l’image de l’oasis de décélération temporelle : « le temps retrouvé, non » (Nathalie). La pression temporelle8 s’est aussi accrue pour certains étudiants comme Élisa, qui s’est très vite sentie « débordée » ou Nicolas :

Je pensais que le confinement aurait représenté une occasion pour faire des choses que je n’ai jamais l’occasion de faire, ou de les faire en tranquillité, mais malheureusement, avec tout ce travail et les cours à distance, ce n’est pas le cas.

40Les conditions dans lesquelles se déroule l’entretien avec Élisa illustrent d’ailleurs son sentiment de manquer de temps :

J’ai prévu de faire la cuisine en même temps, c’est juste pour optimiser mon temps, parce qu’en même temps, je suis en révision. 

41Ces personnes peuvent certes fixer plus librement leurs horaires de travail qu’avant le confinement. Mais, avec les nouveaux moyens de communication, les institutions qui rythment nos vies, comme le travail ou l’école, continuent de contraindre l’usage de leur temps. Le travail à distance rend également plus fréquente la polyactivité simultanée.

42Les temps de travail, de loisirs et de repos ne sont plus séparés comme ils pouvaient l’être auparavant par des changements de lieux. Le travail prend toute la place et colonise les autres temps sociaux. D’autant plus que certaines échappatoires au travail ne sont plus possibles et que les activités de loisirs collectives, qui se tenaient à horaires fixes dans la semaine, ne peuvent plus avoir lieu. Sans les déplacements qui lui permettaient de couper avec le travail, Nathalie a du mal à se « déconnecter du collège » et « y pense en permanence ».

43Ceux qui télétravaillent et « ne voient pas le temps passer » (Pierre), créent des distinctions entre temps de travail, temps de loisirs et temps en famille. Nathalie, qui n’arrive pas « à trouver du temps pour [elle] » finit par « s’imposer des moments qui [lui font] plaisir » : un film avec ses enfants le soir « pour ne pas être dans le travail, pour se vider la tête » ou la lecture le matin, avant leur réveil. Ainsi, lorsque les individus se trouvent dans un rapport au temps qui ne leur plaît pas, ils trouvent des stratégies pour en sortir (Flaherty, 2003 ; De Coninck, Guillot, 2007), soit en ralentissant les temps perçus comme bienfaisants pour avoir la sensation de les faire durer, soit en augmentant la fréquence des activités au sein d’un même intervalle de temps, soit en allouant du temps, de manière dédiée et réglée, à un rituel journalier. Paul nous explique ainsi qu’il essaye de « compartimenter » au mieux ses activités pour « gérer » le temps. Son carnet emploi du temps (Encadré 2) indique des activités qu’il classe en catégories distinctes : « Réveil », « Travail », « Loisirs », « Quotidien », « Repas », « Repos », « Sport », « Prise de nouvelles »… La catégorisation temporelle des activités fait partie des stratégies déployées pour y voir clair, diminuer l’incertitude et dessiner des frontières entre activités.

Extrait du carnet journalier de Paul, jour 2, activités de 8 heures à 16 heures

Horaires

Activités principales

Faites-vous autre chose en même temps (lecture, conversation, radio, TV...) ?

Réalisez-vous cette activité avec une (ou plusieurs) autre(s) personne(s) ? (indiquez la ou les personne(s))

8h-9h

9h-10h

Réveil : Je me réveille : je me prélasse, je m’étire. Je réponds aux messages reçus dans la nuit.

Seul

10h-11h

Quotidien : Je petit-déjeune, puis je me rase, je prends ma douche. Je prends mon temps.

J’écoute de la musique

Seul

11h-12h

Loisirs : Je prends des nouvelles. J’appelle les personnes âgées de mon entourage. Je parle peu du virus, tente de leur changer les idées.

Je bois un café


Ma tante et ma grande tante - par tél

12h-13h

Loisirs + nouvelles : Mon père me demande de l’aide pour son boulot et me missionne de chercher des infos sur le site du ministère de la Culture. Ulysse* m’appelle, il a une idée de projet pour un événement que j’organise.

Mon père, un ami - par tél

13h-14h

Travail : On planche avec Jean sur mon prochain clip, on avance bien.

Je bois un café

Un ami - par tél

14h-15h

Travail : J’échange avec Romain au sujet de mon projet. Je prépare à déjeuner, ma sœur vient de se réveiller.

Un ami - par tél

15h-16h

Déjeuner : On finit de manger à 15h45, vaisselle. 

Mon père, ma sœur 

* Tout prénom a été modifié afin de garantir la confidentialité des données.

Coprésence et manque de temps

44Lorsqu’ils sont confinés à plusieurs, et en particulier avec de jeunes enfants, les enquêtés disposent de moins de temps libre. « Avec les enfants, on s’arrête pas. Non au contraire c’est plus rapide » (Jean, 50 ans, gardien d’immeuble, confiné avec ses trois enfants). Plusieurs raisons permettent de l’expliquer. En faisant le choix de la continuité pédagogique, c’est-à-dire d’une « école qui ne s’arrête pas », le Gouvernement a fait des parents des auxiliaires de l’école (Payet, 2020). Cyril, qui télétravaille à 50 % pendant le confinement, doit, pendant ses moments de liberté, s’occuper du travail scolaire de ses deux filles, avec qui il est confiné une semaine sur deux. Il aide la plus petite, encore à l’école, et « surveille de loin » la plus grande qui est au collège. Avec les enfants à la maison, le temps consacré aux tâches domestiques (ménage, courses, etc.) augmente également. Comme c’est le cas pour beaucoup de femmes (Boring, Sénac, Dominguez et al., 2020), Cyril et Jean, puisqu’ils sont confinés seuls avec leurs enfants, doivent assurer en même temps l’éducation des enfants et les tâches domestiques, ce qui a pu peser sur leur temps de travail et leur temps personnel.

45Le confinement à plusieurs débouche sur des stratégies visant à préserver des moments en solitaire. Pour pouvoir travailler sans être dérangé par ses filles, Cyril les autorise par exemple à se coucher tard le soir. Elles se lèvent alors plus tard le lendemain et il peut se consacrer au travail de 9 heures à 13 heures. Mehdi (30 ans), footballeur professionnel confiné dans une maison avec cinq membres de sa famille, fait ses exercices de renforcement musculaire dans le jardin. Par leurs stratégies spatiales et temporelles, les acteurs procèdent donc à une séparation concrète entre temps privé et temps public (Zerubavel, 1979).

46La possibilité de partager le temps et l’espace, et de limiter ainsi l’accélération temporelle, repose sur des ressources liées à des caractéristiques sociales et économiques. Il est plus simple de réguler son « accessibilité sociale » lorsque l’on dispose d’un grand logement et d’un espace à soi dans celui-ci. Or en France, en moyenne, les propriétaires sont mieux lotis que les locataires (36 m2/pers), et les cadres disposent d’une surface « pour soi » plus grande que celle des ouvriers et employés (ORS Paca, 2020). Les hommes cadres sont par ailleurs 47 % à disposer d’une pièce dédiée pour le télétravail pendant le confinement contre un quart des femmes selon l’enquête Coconel (Lambert, Cayouette-Remblière, Guéraut et al., 2020).

Temps à « rentabiliser » et poids de la socialisation temporelle

47L’injonction à « rentabiliser son temps » ou la culpabilité anticipée peuvent devenir motrices de surcharge temporelle. Pour Julien, étudiant en médecine, comme pour Clara, lycéenne, il faut mettre à profit ce temps : « de voir le temps qui s’arrête autour de moi me donne encore plus envie d’en profiter pour travailler ».

48Ce désir de rentabiliser son temps peut trouver une explication dans les socialisations des individus, primaires et secondaires. Si le confinement est une rupture avec notre quotidien, les comportements ancrés ne changent pas du jour au lendemain. La stabilité de nos rapports au temps tient à des socialisations de long terme qui ne sont pas remaniées à la moindre impulsion. D’autant plus que nos rapports au temps relèvent d’« éthiques temporelles » : ils engagent nos rapports aux autres (être dans l’instant pour être « disponible », être ponctuel pour remplir ses engagements) (De Coninck, Guillot, 2007). Par exemple, Paul qui avoue avoir « un problème avec ça, avec la notion de rentabilisation du temps et de ce qu’on en fait », évoque les habitudes acquises dans sa famille :

Mon père laisse beaucoup de temps à son travail et ma mère se laisse plus de temps pour d’autres choses, mais leur point commun c’est que c’est deux personnes particulièrement organisées, qui depuis toujours m’ont mis cette pression, et ont tenu à ce que ça fasse partie de mes valeurs.

49Lily explique quant à elle la culpabilité ressentie à ne « rien faire » par l’habitude qu’elle a d’être poussée par sa patronne à servir rapidement ses clients, à être sans cesse sur le qui-vive pour que « l’argent rentre dans la caisse ».

La brèche comme source de narrations temporelles

50Plusieurs enquêtés considèrent que la période du confinement est inédite, tant d’un point de vue collectif que d’un point de vue personnel. La brèche déstabilise, c’est une « période particulière », « exceptionnelle » ou « anormale » qui entraîne un « nouvel état d’esprit ». Le temps se vit et se dit, s’interprète en plusieurs sens. Face à cet inédit et l’incertitude qui domine, les enquêtés sont enclins à chercher des repères temporels et à inscrire la période dans une narration plus longue. Schématiquement, cela passe par deux grands types de stratégies : d’une part une mobilisation sélective d’éléments passés, vécus personnellement ou ancrés dans une mémoire collective (Halbwachs, [1950] 1997 ; Lavabre, 1998), d’autre part une projection dans l’avenir avec des scénarios, des hypothèses et des anticipations. Dans les différents cas, le confinement est une brèche, dont la dimension dramaturgique et émotionnelle (précédemment définie) s’accompagne de narrations et de productions de sens.

Les analogies avec le passé pour comprendre le présent

51En comparant la période de confinement à des évènements passés, les enquêtés tentent de lui donner du sens. Par un ensemble d’activités interprétatives de mémoire, les expériences passées se délient pour penser le présent (Flaherty, Fine, 2001). Globalement, cela passe par des analogies qui prennent deux formes, et nous permettent d’en savoir plus sur la manière dont les individus perçoivent et vivent le confinement : l’analogie avec une période vécue personnellement et l’analogie avec des moments vécus collectivement.

Maladie, rythme scolaire et vacances : les analogies personnelles

52Les analogies entre le confinement et une expérience personnelle antérieure sont les plus fréquentes. Un parallèle souvent dressé relie le confinement à des périodes de maladie ou d’hospitalisation. Différents éléments permettent la comparaison : pour Paul (25 ans, musicien), hospitalisé en service de soins intensifs une vingtaine de jours l’année passée, c’est « l’enfermement imposé ». Pour Camille, 27 ans, hospitalisée après les complications d’un accouchement, c’est le fait d’être coupée du monde. Violaine, (38 ans, psychologue), parle également du « très long arrêt de travail » qu’elle a connu deux ans auparavant. Quant à Catherine, 51 ans, c’est le rapport au temps lui-même qui lui rappelle un long arrêt maladie, « ce [même] temps pour faire ce qu’elle n’a jamais le temps de faire ».

53Une autre comparaison mobilisée est celle du rythme de vie imposé par les institutions scolaires. Deux de nos enquêtés retraités (Jean-Pierre, 78 ans et Liliane, 79 ans) se souviennent par exemple de leur jeunesse en internat dans les années cinquante, où régnait une « discipline très sévère » : le confinement rappelle à Jean-Pierre ce rythme de vie imposé et ce « temps [qui] était très long », et à Liliane cette sensation d’être « privé[e] de liberté ». Plus encore, quatre de nos enquêtés plus jeunes (âgés de 22 à 37 ans) comparent le temps du confinement à des périodes de révisions. Tous évoquent cette même contrainte de l’isolement. Ces exemples révèlent un ascétisme propre aux institutions scolaires (internat, école ou études supérieures). Tout comme la période de confinement, la scolarité est productrice de dispositions temporelles spécifiques, qui passent par une éthique de l’effort et de l’autocontrainte (Darmon, 2013, 2017). Cette idée peut d’ailleurs être mise en lien avec une autre analogie faite par deux enquêtés : pour Cyril (45 ans) comme pour Jean-Pierre (78 ans), ce contrôle de la vie sociale leur rappelle l’armée.

54Un tout autre type d’analogie personnelle s’oppose aux précédentes : celle faite avec des vacances, partagée par plusieurs enquêtés et notamment les plus jeunes (14-26 ans). Cette fois-ci, les enquêtés se réfèrent à un souvenir plus doux marqué par le repos et la tranquillité. Pour Amélie et Arthur (élèves dans le secondaire), le début du confinement s’apparente à des vacances, bien que leurs interactions sociales et possibilités de sorties diffèrent grandement de ce qu’ils connaissent en vacances. Pour Jérémy (21 ans, ingénieur en alternance), rentré dans une grande maison familiale avec piscine pour le confinement, c’est le cadre et les activités qu’il peut y faire lorsqu’il termine sa journée de télétravail qui lui rappellent ce moment. D’autres comparent ces journées à des périodes de chômage ou de retraite (Jules 25 ans, commercial ; Madeleine, 61 ans, comédienne et metteuse en scène) pour le temps dont ils disposent.

Quand la mémoire est collective : les analogies historiques et fictionnelles

55Si les analogies personnelles sont nombreuses, les personnes interrogées se réfèrent également à la mémoire partagée d’un évènement passé en collectivité - vécu ou non. Le passé, ici reconstruit, est utilisé pour justifier ou comprendre des représentations sociales présentes (Halbwachs, [1925] 1994, [1950] 1997). Paul (25 ans, musicien) fait par exemple une comparaison entre la crise actuelle et ce qu’il nomme « la période attentat » :

Le seul parallèle que je fais tout le temps, c’est avec la seule crise contemporaine que j’ai eu le sentiment de vivre, c’est toute la période attentat. C’était pas qu’en France parce qu’il y a une période c’était assez incroyable tous les jours il y avait des attentats dans des endroits différents.

56C’est le fait de vivre une « crise » globale qui pour lui fait écho au confinement actuel. Paulette quant à elle, 76 ans, tisse plusieurs parallèles entre la période présente et des souvenirs de la Seconde Guerre mondiale racontés par sa famille : la difficulté à s’approvisionner ainsi que la surveillance se retrouvent, mais elle note une différence dans l’atmosphère : « Le danger était palpable durant la guerre, là, il est invisible. » Il ne s’agit pas là d’un souvenir personnel, mais d’un souvenir issu d’une mémoire familiale qu’on lui a transmise. Paulette se souvient de la guerre sans même l’avoir véritablement vécue : « J’ai des souvenirs des autres », souligne-t-elle.

57Notons que les analogies mobilisées par nos enquêtés ne renvoient pas uniquement à des évènements réels, elles peuvent aussi être fictionnelles. Ainsi, Pierre-Louis, 26 ans, professeur de français en lycée, fait un parallèle entre la pandémie de Covid-19 et La Peste d’Albert Camus lue l’année précédente. Il y voit des « problématiques » qui font écho à la pandémie actuelle.

58Aussi variés soient-ils, ces souvenirs individuels et collectifs se rassemblent autour d’une même fonction : les enquêtés se racontent, et cette narration leur permet de penser la période présente en construisant de la cohérence.

Projections dans le futur : anticipations, incertitudes et « traces »

59Si le confinement et la pandémie ont transformé le quotidien des enquêtés, cette période a également modifié des projets qu’ils avaient dans le futur, voire leur perception même du futur. Certains se projettent tant à l’échelle individuelle que collective ; d’autres ont la volonté de conserver des « traces » de cette période exceptionnelle.

Penser l’après : entre anticipations et incertitudes

  • 9 « Déclaration de M. Emmanuel Macron, président de la République, sur la mobilisation face à l’épidé (...)

60Le confinement du printemps 2020 a dans un premier temps été annoncé pour une durée de « quinze jours au moins »9, puis prolongé à plusieurs reprises. Cette source d’incertitudes renouvelées n’a pas conduit tous les enquêtés à s’enfermer purement et simplement dans le présent. Face à un futur difficile à envisager, la plupart des enquêtés continuent de « prévoir », en émettant des hypothèses et scénarios sur le déconfinement et les conditions dans lesquelles il va se dérouler.

61Pour plusieurs, l’après-confinement n’est pas vu comme une rupture avec le confinement, mais comme un prolongement de celui-ci, marqué par une importance accrue des précautions sanitaires. Anne (61 ans, femme au foyer) parle d’« adaptation » : un retour à la vie d’avant est impossible.

62L’après-confinement est souvent évoqué avec une certaine inquiétude. L’incertitude règne quant aux conséquences sanitaires, économiques et sociales de la pandémie. Pour Fanny (27 ans, assistante de galerie), le déconfinement constitue une source d’inquiétude sociale : « J’ai un peu peur de retrouver une vie qu’on appelle “normale” (...) ça m’a désadaptée. » D’autres enquêtés évoquent une peur de continuité, voire d’un accroissement des restrictions de libertés individuelles à la suite du confinement et plus généralement de cette crise. Raphaël (25 ans, artiste) explique que l’après-confinement ne lui fait pas peur en termes de santé mais en termes de libertés individuelles, « de sécurité, de vie privée, de suspicion, d’intrusion et de contrôle ».

63Notons que l’après-confinement est aussi, plus rarement, l’objet d’optimisme. Paul (25 ans, musicien) et Madeleine (61 ans, comédienne et metteuse en scène) pensent que la crise sanitaire pourrait servir de « leçon » et déboucher sur un changement des mentalités, avec un accent porté sur la solidarité et l’écologie. Enfin, d’autres enquêtés se projettent dans l’« après-confinement » de manière plus concrète, en évoquant ce qu’ils feront le moment venu : pendaison de crémaillère repoussée, anniversaires reportés, retrouvailles familiales et amicales, etc. Les horizons temporels ne sont donc pas uniformément verrouillés, ils se déploient à différentes échelles, et ce de manière non exclusivement dépendante – dans notre enquête - des moyens d’existence et des positions dans l’espace social.

Se saisir de l’évènement : garder des « traces »

  • 10 C’est par exemple le cas de la société de production mk2 et du magazine TroisCouleurs qui ont lancé (...)

64Plusieurs personnes interrogées se saisissent du premier confinement en créant une production autour de cette période particulière. Raphaël (26 ans, artiste), confiné avec des amis également artistes, écrit « une sorte de carnet de bord » sur le confinement et réalise avec ses amis des vidéos « autour de cette expérience ». Élisa (25 ans, élève fonctionnaire) produit une bande dessinée humoristique avec son copain sur des thèmes d’actualités liés au confinement et à la pandémie ; ils partagent régulièrement ces images avec leurs proches. Enfin, Catherine (51 ans, conservatrice aux Archives nationales) tient « un journal de confinement » qu’elle rédige sur une plateforme en ligne avec ses enfants. Le capital culturel des enquêtés semble jouer un rôle important dans la mise en place de ces productions : tous ont suivi des études supérieures à bac + 5 et/ou évoluent dans des milieux universitaires, de la recherche ou de la sphère artistique. Par ailleurs, les invitations à produire sur le thème du confinement ont été nombreuses, plusieurs concours ayant été mis en place par différents organismes10.

65Ces productions semblent remplir trois fonctions : une fonction d’occupation, de partage et de conservation. Cette dernière fonction, qui vise à garder des « traces », est particulièrement visible chez Catherine, conservatrice aux Archives, qui a développé le « goût de l’archive » (Farge, 1997) jusque dans la sphère privée :

J’écris ce qui crée le confinement, j’écris des choses personnelles. Je pense qu’on est un certain nombre à le faire, ça part de la volonté de témoigner sur ce moment incroyable qu’on est en train de vivre.

  • 11 C’est par exemple le cas des archives départementales de Charente-Maritime et de Haute-Savoie :
    Fran (...)
  • 12 « Collecte participative », avril 2020, Mucem (Musée des civilisations et de la Méditerranée), http (...)
  • 13 Idem.

66La démarche de Catherine fait écho à des collectes participatives menées par différentes institutions (archives départementales11, Mucem12, etc.) qui ont débuté pendant le confinement : elles invitent les individus à leur envoyer des objets qui « symbolisent, incarnent, traduisent [leur] quotidien confiné »13. Ces démarches témoignent de la tendance à tout penser, y compris le futur, à partir du présent (Hartog, 2003) : l’évènement est encore en cours et, déjà, on prépare les supports qui en témoigneront dans le futur. Notre enquête et l’article qui en est issu en font partie. Ils nous ont aussi permis de structurer notre propre temps, de suivre une dynamique collective, de rester en interaction malgré la distance et de donner du sens à une période difficile à comprendre.

Conclusion

67Notre enquête sur le premier grand confinement prolonge et confirme des éléments connus de sociologie des temporalités, tout en identifiant des éléments plus surprenants ou moins documentés, pensés à l’aide de concepts philosophiques rarement utilisés.

68Parmi les faits déjà bien étayés, nous avons pu montrer comment les expériences temporelles, qu’elles soient ordinaires ou extraordinaires, sont liées à des conditions de vie et sont de ce fait plurielles et inégales. La façon dont se vit et se dit le temps en confinement diffère selon le lieu de vie, la qualité de l’espace (en volume et en nature) et l’emplacement géographique. Loin d’effacer ces inégalités, le confinement a révélé et amplifié quelques-unes d’entre elles, tout en suspendant certains de leurs effets ou en permettant à des personnes de regagner en maîtrise temporelle. Les discours des enquêtés révèlent par ailleurs d’autres types d’inégalités sociales plus nuancées : des caractéristiques comme le nombre de personnes avec qui les enquêtés sont confinés (seuls ou à plusieurs) ou l’âge influencent également le vécu de cette période particulière. En bref, nous ne sommes pas égaux face au temps, et la période de confinement permet, probablement mieux que d’autres, de le démontrer.

69De manière plus originale, nous avons proposé de penser et d’intégrer ces inégalités dans une réflexion plus générale sur la crise comme brèche et polarisation sociale des temps vécus. Le premier confinement peut être considéré comme une brèche par la rupture et l’incertitude générées par cette mesure inédite, mais cette brèche n’est analysable ni sous l’angle d’une parenthèse de décélération généralisée, ni sous l’angle d’un grand enfermement temporel synonyme de répétition et de pur présentisme. Les analyses en termes d’accélération et décélération, prégnantes dans le débat public mais rarement discutées à l’aune d’enquêtes sociologiques empiriques, sont ici confrontées aux faits pour identifier les différentes modalités d’expériences temporelles vécues. Le premier confinement n’est vécu comme une décélération que par une partie de nos enquêtés, et il donne lieu à une variété de perceptions et d’attitudes temporelles. La décélération ne peut donc être considérée comme une stratégie de parenthèse accessible à toutes et tous, à rebours de l’accélération des vies contemporaines. Elle est plus ou moins bien vécue, plus ou moins synonyme de temps libéré, de temps vide ou suspendu, et s’accompagne de formes paradoxales d’accélération vécues simultanément par d’autres personnes enquêtées. Si elles sont présentées séparément, notons que ces modalités de temporalités vécues peuvent évoluer, parfois même se cumuler. La décélération ne peut donc résumer l’expérience du confinement, et encore moins celle de la crise actuelle dans sa globalité. Il faudrait plutôt la voir comme une expérience temporelle s’insérant dans un « feuilletage » de temporalités individuelles et collectives et une « polyrythmie » (Chauvin, 2020) que la brèche tout à la fois bouscule et explicite. L’incertitude radicale de la brèche rend plus manifeste la polyphonie sociale du temps, et plus importantes et significatives les tentatives de narrations articulant passé, présent et futur… en vue des basculements et bifurcations éventuelles que nous nous apprêtons à emprunter et faire émerger.

Haut de page

Bibliographie

Arendt H., [1961] 2000. La crise de la culture : huit exercices de pensée politique, Paris, Gallimard.

Aubert N., [2003] 2009. Le culte de l’urgence : la société malade du temps, Paris, Flammarion.

Baghioni L., 2019. « L’intersaison : vécus du chômage à contre-rythme des temps sociaux dominants », Temporalités 29. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/6285 [mis en ligne le 11 octobre 2019, consulté le 24 mai 2021].

Barhoumi M., Jonchery A., Lombardo P., Le Minez S., Mainaud T., Raynaud E., Pailhé A., Solaz A., Pollak C., 2020. « Les inégalités sociales à l’épreuve de la crise sanitaire : un bilan du premier confinement », France, portrait social, édition 2020, Insee Références, p. 3-36.

Baschet J., 2021. Basculements : mondes émergents, possibles désirables, Paris, La Découverte.

Bessin M., Bidart C., Grossetti M. (dir.), 2010. Bifurcations : les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, La Découverte.

Bidart C., 2006. « Crises, décisions et temporalités : autour des bifurcations biographiques », Cahiers internationaux de sociologie 1(120), p. 29-57.

Bigot R., Chateau M., Sandra H., 2020. « Le confinement amplifie l’aspiration à ralentir son rythme de vie », Note de synthèse 30, Credoc.

Boring A., Sénac R., Dominguez M., Mercat-Bruns M., Périvier H., 2020. « La crise sanitaire et les inégalités entre les sexes en France », in Lazar M., Plantin G., Ragot X. (dir.) Le monde d’aujourd’hui. Les sciences sociales au temps de la Covid, Paris, Presses de Sciences Po, p. 117-131.

Bourdeau-Lepage L., 2020. « Le confinement et ses effets sur le quotidien. Premiers résultats bruts des 2e et 3e semaines de confinement en France », Consultation CORTE_Covid19, Lyon.

Bourdieu P., 1963. « La société traditionnelle : attitude à l’égard du temps et conduite économique », Sociologie du travail 5(1), p. 24-44.

Bouton C., 2013. Le temps de l’urgence, Lormont, Le Bord de l’eau.

Charlap C., Grossetti M., 2021. « Femmes et hommes égaux face aux contraintes du confinement ? », in Mariot N., Mercklé P., Perdoncin A. (dir.), Personne ne bouge. Une enquête sur le confinement du printemps 2020, Grenoble, UGA Éditions, p. 125-131.

Chauvin P.-M., 2020. « Déconstruire le temps, penser les rythmes », Effeuillage 9, p. 34-40.

Citton Y. (dir.), 2014. L’économie de l’attention : nouvel horizon du capitalisme ? Paris, La Découverte.

Cœugnet S., Charron C., Van De Weerdt C., Anceaux F., Naveteur J., 2011. « La pression temporelle : un phénomène complexe qu’il est urgent d’étudier », Le travail humain 74(2), p. 157‑181.

Cunha M.I., 1997. « Le temps suspendu. Rythmes et durées dans une prison portugaise », Terrain. Anthropologie & Sciences humaines 29, p. 59-68.

Darmon M., 2013. Classes préparatoires : la fabrique d’une jeunesse dominante, Paris, La Découverte.

Darmon M., 2017. “Drafting the ‘time space’. Attitudes towards time among prep school students”, European Societies 20(3), p. 525-548.

De Coninck F., Guillot C., 2007. « L’individualisation du rapport au temps, Marqueur d’une évolution sociale », ¿ Interrogations ? L’individualité, objet problématique des sciences humaines et sociales 5. URL : https://www.revue-interrogations.org/L-individualisation-du-rapport-au [consulté le 24 mai 2021].

Demetry D., 2013. “Regimes of meaning: the intersection of space and time in kitchen cultures”, Journal of contemporary ethnography 42(5), p. 576-607.

Durkheim É., [1912] 2013. Les formes élémentaires de la vie religieuse : le système totémique en Australie, Paris, Presses universitaires de France.

Elias N., [1986] 1996. Du temps, Paris, Fayard.

Farge A., 1997. Le goût de l’archive, Paris, Seuil.

Fine G.A., 1990. “Organizational time: temporal demands and the experience of work in restaurant kitchens”, Social Forces 69(1), p. 95-114.

Flaherty M.G., 1991. “The perception of time and situated engrossment”, Social Psychology Quarterly 54(1), p. 76-85.

Flaherty M.G., 2003. “Time work: customizing temporal experience”, Social Psychology Quarterly 66(1), p. 17-33.

Flaherty M.G., 2011. The textures of time: agency and temporal experience, Philadelphia, PA, Temple University Press.

Flaherty M.G., Fine G.A., 2001. “Present, past, and future”, Time and Society 10(2-3), p. 147-161.

Grossetti M., 2006. « L’imprévisibilité dans les parcours sociaux », Cahiers internationaux de sociologie 1(120), p. 5-28.

Grossetti M., Launay L., 2021. « “Rester chez soi” : comment le confinement a-t-il été vécu selon les conditions de logement ? », in Mariot N., Mercklé P., Perdoncin A. (dir.) Personne ne bouge. Une enquête sur le confinement du printemps 2020, Grenoble, UGA Éditions, p. 31-38.

Halbwachs M., [1925] 1994. Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, Albin Michel.

Halbwachs M., [1950] 1997. La mémoire collective, Paris, Albin Michel.

Hartog F., 2003. Régimes d’historicité : présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil.

Hartog F., 2020. Chronos : l’Occident aux prises avec le temps, Paris, Gallimard.

Henriksen A.-K., Refsgaard R.C.B., 2021. “Temporal experiences of confinement: exploring young people’s experiences in danish secure institutions”, YOUNG 29(1), p. 45-61.

Hortonéda J., 2013. « L’instance du présent », Vie sociale 2(2), p. 53-61.

Jeanneret Y., 2004. « Une monographie polyphonique. Le texte de recherche comme appréhension active du discours d’autrui », Études de communication. Langages, information, médiations 27. URL : http://journals.openedition.org/edc/183 [consulté le 24 mai 2021].

Lambert A., Cayouette-Remblière J., Guéraut É., Roux G.L., Bonvalet C., Girard V., Langlois L., 2020. « Le travail et ses aménagements : ce que la pandémie de Covid-19 a changé pour les Français », Population et Sociétés, n°579, p. 1-4.

Lambert A., Cayouette-Remblière J., Méda D. (dir.), 2021. L’explosion des inégalités. Classes, genre et générations face à la crise sanitaire, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Lauer R.H., 1981. Temporal man: the meaning and uses of social time, New York, Praeger.

Lavabre M.-C., 1998. « Maurice Halbwachs et la sociologie de la mémoire », Raison présente 128, p. 47-56.

Le Boulanger R., 2003. « L’action à l’ombre de la pensée : Hannah Arendt », Noesis 5, p. 187-201.

Mariot N., Mercklé P., Perdoncin A. (dir.), 2021. Personne ne bouge. Une enquête sur le confinement du printemps 2020, Grenoble, UGA Éditions.

Masy J., 2013. « La temporalité, une disposition sociale et culturelle de construction de l’avenir. Le cas des “aspirants” aux classes préparatoires aux grandes écoles », Sociologies, Premiers textes. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/4287 [mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 24 mai 2021].

Merton R.K., 1997. Éléments de théorie et de méthode sociologique, Paris, Armand Colin.

ORS Paca, 2020. « Enquête COronavirus et CONfinement : enquête longitudinale (Coconel) », Notes de synthèse 1 & 10.

Paye S., 2021. « Le confinement a-t-il exacerbé les inégalités face au temps ? », in Mariot N., Mercklé P., Perdoncin A. (dir.), Personne ne bouge. Une enquête sur le confinement du printemps 2020, Grenoble, UGA Éditions, p. 107-115.

Payet J.-P., 2020. « L’école d’après : Jean-Paul Payet : “L’école a raté l’occasion de se renouveler” », Le café pédagogique. URL : http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2020/04/24042020Article637233113467788869.aspx [consulté le 21 mai 2021].

Quet M., 2008. « Science sociale et polyphonie », Questions de communication 2(14), p. 283-306.

revault d’Allonnes M., 2011. « Hannah Arendt penseur de la crise », Études 9(415), p. 197-206.

Rosa H., 2010. Accélération : une critique sociale du temps, Paris, La Découverte.

Rosa H., 2020. « Hartmut Rosa : “Nous sommes devant une occasion rare de décélérer”. Interview par Joseph Confavreux », Mediapart, 15 août 2020. URL : https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/250820/hartmut-rosa-nous-sommes-devant-une-occasion-rare-de-decelerer?onglet=full [consulté le 21 mai 2021].

Roux X., 2009. « Temporalités marchandes et rapport à l’avenir dans les interactions bancaires », Temporalités 10. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/1101 [mis en ligne le 1er mars 2010, consulté le 24 mai 2021].

Tassin É., 2010. « Hannah Arendt. Le moment politique de l’Europe », Cahiers de philosophie de l’université de Caen 47, p. 165-180.

Touraut C., 2012. « Une autre vie », in La famille à l’épreuve de la prison, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Le lien social », p. 59-94.

Vergauwen M.-T., 2000. « Le souci du temps dans le sillage de Hannah Arendt », in Gérard P., Ost F., Van de Kerchove M. (dir.), L’accélération du temps juridique, Bruxelles, Presses de l’université Saint-Louis.

Zerubavel E., 1979. “Time and public time: the temporal structure of social accessibility and professional commitments”, Social Forces 58, p. 38-58.

Haut de page

Annexe

Profils des enquêté·e·s

Prénom

Âge

Genre

Profession

Lieu d’habitation pendant le confinement

Conditions de confinement

Camille

27 ans

Femme

Chargée de clientèle

Village

À domicile, maison, en famille (à 3)

François

24 ans

Homme

Consultant

Paris

À domicile, appartement, seul

Raphaël

26 ans

Homme

Artiste (en recherche d’emploi)

Village

Dans une maison de vacances, avec des ami·e·s (à 4)

Amélie

14 ans

Femme

Collégienne

Petite ville

À domicile, maison, en famille (à 3)

Fanny

27 ans

Femme

Assistante de galerie

Paris

À domicile, appartement, seule

Violaine

38 ans

Femme

Psychologue

Petite ville

À domicile, appartement, seule

Arthur

18 ans

Homme

Lycéen

Paris

À domicile, appartement, en famille (à 4)

Jade

24 ans

Femme

Étudiante

Village

Chez ses parents, maison, en famille (à 4)

Madeleine

61 ans

Femme

Comédienne et metteuse en scène

Banlieue parisienne

À domicile, maison, avec sa voisine (à 2)

Élisa

25 ans

Femme

Elève fonctionnaire

Paris

À domicile, avec son copain (à 2)

Nathalie

49 ans

Femme

Professeure d’espagnol

Ville moyenne

À domicile, appartement, avec ses enfants (à 3)

Lily

29 ans

Femme

Vendeuse

Village

À domicile, appartement, avec sa sœur (à 2)

Jean-Baptiste

32 ans

Homme

Consultant

Paris

À domicile, appartement, seul

Joséphine

25 ans

Femme

Étudiante

Banlieue parisienne

Chez sa famille, maison, en famille (à 4)

Christian

32 ans

Homme

Doctorant

Lille

À domicile, appartement (studio), seul

Thérèse

25 ans

Femme

Service clientèle à la Poste

Paris

Chez ses parents, maison, en famille (à 4)

Geneviève

32 ans

Femme

Architecte (en congé parental)

Paris

À domicile, appartement, en famille (à 3)

Thomas

25 ans

Homme

Animateur

Banlieue parisienne

À domicile, appartement, avec des ami·e·s (à 5)

Bilel

25 ans

Homme

Chômeur (en formation RATP)

Banlieue parisienne

À domicile, appartement, en famille (à 4)

Jules

25 ans

Homme

Commercial (chômage partiel)

Banlieue parisienne

À domicile, appartement, avec son père (à 2)

Lou

37 ans

Femme

Infirmière

Ville

À domicile, appartement, seule

Fred

22 ans

Homme

Étudiant

Village

Chez ses parents, maison, en famille avec une amie (à 6)

Marion

22 ans

Femme

Étudiante

Petite ville

Chez ses parents, maison, en famille (à 3)

Jean-Pierre

78 ans

Homme

Retraité

Ville

À domicile, appartement, avec son épouse (à 2)

Liliane

79 ans

Femme

Retraitée

Ville

À domicile, appartement, avec son mari (à 2)

Louise

18 ans

Femme

Étudiante

Petite ville

Chez sa mère puis son père, maisons (à 2)

Julie

22 ans

Femme

Étudiante

Ville moyenne

À domicile (familial), maison, en famille (à 4)

Alexandre

50 ans

Homme

Cadre SNCF

Village

À domicile, maison, en famille (à 3)

Ghislain

39 ans

Homme

Chômeur

Ville moyenne

À domicile, appartement, seul

Pierre

55 ans

Homme

Professeur de physique-chimie

Ville

À domicile, appartement, en famille (à 6)

Gisèle

69 ans

Femme

Retraitée

Village

À domicile, maison, avec son mari (à 2)

Charles

23 ans

Homme

Étudiant à l’université

Village

À domicile (familial), maison, en famille (à 3)

Cyril

42 ans

Homme

Technicien / électricien

Petite ville

À domicile, maison, seul / avec ses 2 enfants (1 semaine sur 2)

Jean

56 ans

Homme

Gardien d’immeuble

Paris

À domicile, appartement, avec ses enfants (à 4)

Yann

53 ans

Homme

Cuisinier

Espace péri-urbain

À domicile, maison, en famille (à 5)

Manuel

23 ans

Homme

Chauffeur livreur

Petite ville

À domicile (familial), maison, en famille (à 3)

Pierre-Louis

26 ans

Homme

Professeur de français

Petite ville

Chez sa mère, maison (à 2)

Julien

22 ans

Homme

Étudiant en médecine

Ville

À domicile, maison, en colocation (à 2)

Lucie

21 ans

Femme

Aide-soignante en Ehpad

Paris

À domicile, appartement, seule

Jérémy

21 ans

Homme

Ingénieur en alternance

Petite ville

À domicile, appartement, en famille (à 3)

Emma

33 ans

Femme

Chargée de communication en hôpital public

Bruxelles14

À domicile, appartement, avec son mari (à 2)

Badou

26 ans

Homme

Étudiant

Banlieue parisienne

À domicile, appartement (studio), seul

Mamad

27 ans

Homme

Étudiant

Ville

À domicile, appartement (studio), avec un colocataire

(à 2)

Modou

33 ans

Homme

Livreur

Banlieue parisienne

Chez un ami, appartement (« une chambre ») (à 2)

Jérôme

68 ans

Homme

Retraité

Bordeaux

À domicile, maison, avec son épouse (à 2)

Angélique

26 ans

Femme

Étudiante

Banlieue parisienne

Chez sa famille, appartement, avec sa grand-mère (à 2)

Marc

32 ans

Homme

Ingénieur - chercheur

Petite ville

À domicile, maison, en famille (à 3)

Catherine

51 ans

Femme

Conservatrice aux Archives nationales

Paris

À domicile, appartement, en famille (à 4)

Paul

25 ans

Homme

Musicien

Paris

À domicile, appartement, en famille (à 4)

Mehdi

30 ans

Homme

Footballeur

Petite ville

À domicile, maison, en famille (à 6)

Clara

17 ans

Femme

Lycéenne

Paris

À domicile, appartement, avec sa mère (à 2)

Paulette

76 ans

Femme

Retraitée

Ville moyenne

À domicile, appartement, seule

Anne

61 ans

Femme

Retraitée

Ville

À domicile, maison, avec son mari (à 2)

Manon

37 ans

Femme

Formatrice

Barcelone

À domicile, appartement, avec une amie et son copain (à 3)

Nicolas

21 ans

Homme

Étudiant

Paris

À domicile, appartement (studio), seul

Maud

23 ans

Femme

Service à la clientèle

Nice

À domicile, appartement, seule

Haut de page

Notes

1 Coconel : « Coronavirus et confinement : enquête longitudinale », https://www.mediterranee-infection.com/resultats-de-letude-coconel-coronavirus-et-confinement-enquete-longitudinale

2 La vie en confinement, https://enqueteconfinement.wixsite.com/site ?fbclid =IwAR1I2IqqOoYAFFu-S4T-PtmmNJlLQk6UYtf12cWmOebV-S23AgIN14bFZMY

3 Sciences-Po, OSC et CDSP, https://www.sciencespo.fr/osc/fr/content/faire-face-au-covid-19.html

4 Ined, https://elfe.site.ined.fr/fr/espace-enseignant/enquete-covid-19/

5 Nous employons cette expression à la suite de travaux cherchant à rendre compte de la polyphonie du monde social (Jeanneret, 2004 ; Quet, 2008).

6 Utilisée en psychologie sociale, la notion de polarisation désigne l’expression d’opinions extrêmes au sein de groupes sociaux. Dans l’analyse des classes sociales, il est également question de polarisation quand la structuration en classes oppose de manière croissante des groupes sociaux selon des paramètres qui peuvent être objectifs comme subjectifs.

7 Ce constat va dans le sens de celui établi par Lise Bourdeau-Lepage qui a diffusé un questionnaire en ligne auprès de 9 232 personnes pendant la deuxième et la troisième semaine du confinement en France : 81 % des répondants ont ainsi déclaré « avoir ressenti un ralentissement général dans leur environnement de vie » (Bourdeau-Lepage, 2020).

8 La pression temporelle peut être définie comme un ressenti qui résulte d’un rapport défavorable entre la quantité de temps disponible et la quantité nécessaire pour effectuer une tâche. Plusieurs facteurs peuvent en être à l’origine : l’intensification du travail, la complexification du travail (les tâches à effectuer deviennent multiples), une multiplication des offres d’activités telle que la personne se trouve dans l’impossibilité de répondre à toutes celles qui le séduisent, etc. Ce ressenti peut être ponctuel, lié à une échéance que l’on tient à respecter, ou chronique, lié à un enjeu ou un mode de fonctionnement généralisé (Cœgnet, Charron, Weerdt et al., 2011).

9 « Déclaration de M. Emmanuel Macron, président de la République, sur la mobilisation face à l’épidémie de Covid-19 », 16 mars 2020, https://www.vie-publique.fr/discours/273933-emmanuel-macron-16-mars-2020-coronavirus-confinement-municipales

10 C’est par exemple le cas de la société de production mk2 et du magazine TroisCouleurs qui ont lancé un concours de court-métrage : « mk2 et TroisCouleurs lancent le concours du court métrage confiné », 29 mars 2020, https://www.troiscouleurs.fr/le-festival-a-la-maison/on-lance-un-concours-du-court-metrage-confine
Ou le site Libra Nova qui organisait un concours de « journal de bord de confinement », https://concours.librinova.com/concours/journal-de-bord-du-confinement
Ou encore la Maison européenne de la photographie qui organisait un concours de photographies sur le thème de la fenêtre : « La MEP lance son concours Instagram », Fisheye Magazine (blog), 15 avril 2020, https://www.fisheyemagazine.fr/appel-a-candidatures/la-mep-lance-son-concours-instagram

11 C’est par exemple le cas des archives départementales de Charente-Maritime et de Haute-Savoie :
France 3 Nouvelle-Aquitaine, s. d., « Charente-Maritime. Les archives départementales font appel à vous pour la “mémoire du confinement” », https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/charente-maritime/la-rochelle/charente-maritime-archives-departementales-font-appel-vous-memoire-du-confinement-1830766.html 20 mai 2020 ; France Bleue Haute-Savoie, « Envoyez vos souvenirs et témoignages du confinement aux archives de la Haute-Savoie », s. d., https://www.francebleu.fr/infos/societe/confinement-les-archives-du-departement-de-la-haute-savoie-lance-un-appel-aux-temoignages-1588757073 19 mai 2020

12 « Collecte participative », avril 2020, Mucem (Musée des civilisations et de la Méditerranée), https://www.mucem.org/collecte-participative-vivre-au-temps-du-confinement

13 Idem.

14 Deux enquêtées résidaient à l’étranger pendant ce confinement, Emma à Bruxelles, et Manon à Barcelone.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre-Marie Chauvin, Maëlle Diarra, Margot Lenouvel et Agnès Ramo, « Brèche temporelle et polarisation sociale »Temporalités [En ligne], 34-35 | 2021, mis en ligne le 16 mars 2022, consulté le 01 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/9174 ; DOI : https://doi.org/10.4000/temporalites.9174

Haut de page

Auteurs

Pierre-Marie Chauvin

Sociologie, Faculté des Lettres de Sorbonne Université
UFR de Sociologie et d’informatique pour les sciences humaines
28, rue Serpente - 75006 Paris
pierre-marie.chauvin@sorbonne-universite.fr

Maëlle Diarra

Sociologie, Faculté de droit et de science politique de l’Université Paris Nanterre – ISP
Maison Max Weber bât. W, 3e étage - 92001 Nanterre
maelle.diarra@gmail.com

Margot Lenouvel

Sociologie, Faculté des Lettres de Sorbonne Université
28, rue Serpente - 75006 Paris
Ined – Campus Condorcet - 9, cours des Humanités – 93300 Aubervilliers
margot.lenouvel@ined.fr

Agnès Ramo

Sociologie, Faculté d’Arts et Sciences humaines de l’Université de Tours
3, rue des Tanneurs - 37041 Tours CEDEX 1
agnes.ramo@univ-tours.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search