Navigation – Plan du site

AccueilTemporalités34-35Les modalités de temporalisation ...

Les modalités de temporalisation de l’experience des temps confinés au Chili

The modalities of temporalization of the experience of confined time in Chile
Las modalidades de temporalización de la experiencia del tiempo confinado en Chile
Rodolfo Martinic, Paula Gonzalez et Álvaro Soto

Résumés

L’article présente les résultats d’une enquête qualitative réalisée pendant le premier confinement au Chili en 2020, dans laquelle 26 personnes de différentes caractéristiques sociales ont été interrogées à trois moments différents de la période, pour un total de plus de 70 entretiens. L’analyse de ce corpus oppose la rationalité techno-expérimentale sur laquelle se fonde la stratégie de confinement et qui réduit les temporalités à un temps objectif, standard et mesurable, aux expériences singularisées du temps social éprouvées par les individus au Chili. Ces expériences du temps confiné ont été façonnées par les propriétés sociales des individus et de leur environnement. Ainsi, trois conditions sociales ont été identifiées – position sociale, activités (travail, soins, études) et étapes du cycle de vie –, dont l’interaction a donné lieu à trois modalités de temporalisation : l’expérience du temps suspendu, l’expérience du temps exigé et l’expérience du temps réinvesti. Si chaque expérience peut fournir une représentation fixe des temporalités sociales pendant le confinement, l’article propose l’idée d’une transition des individus entre ces différentes expériences, en fonction de l’évolution de l’enfermement et des conditions sociales.

Haut de page

Entrées d’index

Indice de palabras clave:

temporalidades, confinamiento, Covid-19, coronavirus, Chile
Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Ce travail a été développé grâce au soutien du projet NUMAAP, ANID-Programa iniciativa científica m (...)

1Le confinement, l’une des principales stratégies de lutte contre la propagation du Covid-19, a été une expérience partagée par des millions de personnes dans le monde entier en 20201. Le paradoxe est devenu évident pour nous tous. D’une part, la rapide propagation du virus à l’échelle mondiale nous a démontré l’interdépendance globale de notre stade de mondialisation qui, par le biais de la logique du « restez chez vous » et des gestes barrière, s’est doublée de la preuve de nos dépendances individuelles dans les interactions sociales. D’autre part, l’injonction de s’isoler et de se retirer des activités sociales quotidiennes pour se protéger du virus reposait sur l’idée trompeuse que l’autarcie individuelle ou, tout au plus, celle du foyer familial, était possible. La prise de conscience de notre interdépendance, de l’existence d’un défi commun, est alors allée de pair avec l’obligation universalisée de s’enfermer chez soi et d’être le moins possible en contact avec les autres.

  • 2 Selon Martuccelli (2021), contrairement à d’autres réponses à des épidémies comme celle VIH/Sida, l (...)

2Ce paradoxe a démontré en même temps que la généralisation de l’injonction de se confiner était une mesure d’autant plus standard qu’elle s’est appliquée dans de nombreux pays sans tenir compte des particularités de leur population. Ou, pour l’exprimer dans les termes de Martuccelli (2021), cette stratégie reposait sur une rationalité techno-experte comportant une représentation homogène des sociétés contemporaines, une vision qu’il appelle « anti-sociologique »2. Ainsi, assumer l’injonction de « rester chez soi » supposait que chacun dispose des conditions de logement pour le faire, que chacun puisse exercer ses activités à distance et que chacun dispose des mêmes capacités pour utiliser son temps, indépendamment de la position sociale, des compromis en termes d’activités et de l’étape dans le cycle de vie. Axée essentiellement sur la mise à jour et la projection des contagions et des décès dus au Covid-19, la vision techno-experte a ignoré le fait que toutes les personnes n’avaient pas les conditions, les ressources et les dispositions pour supporter de la même manière un enfermement si prolongé.

  • 3 Bien que le taux moyen d’emploi informel en Amérique latine soit de 60 %, il cache une réalité bien (...)

3En Amérique latine, les confinements se sont imposés à des populations dépendant fortement de l’économie informelle – 60 % en moyenne sur le continent3 – pour lesquelles s’enfermer impliquait de cesser de générer des revenus sans bénéficier des allocations de l’assurance chômage ou maladie (OECD, 2020). Par ailleurs, dans des pays où l’adoption de politiques néolibérales a entraîné une forte réduction et marchandisation des services publics (santé, éducation, retraites, etc.) et une réduction de l’appareil d’État (Harvey, 2007), la possibilité de se confiner s’est davantage jouée sur les ressources personnelles que sur les supports collectifs. Enfin, la méfiance envers les autorités et les institutions dans le continent, aggravée par les récentes mobilisations sociales ainsi que la persistance de certains leaders politiques caudillistes, a été un autre élément qui a compromis l’efficacité des confinements. Ces raisons parmi d’autres peuvent nous aider à comprendre pourquoi, en mai 2020, l’Amérique latine est devenue l’épicentre mondial de la pandémie selon l’Organisation mondiale de la santé.

4Dans cet article, nous faisons l’hypothèse que la rationalité techno-experte du confinement a également reposé sur une représentation standard du temps. En effet, à l’aune de cette représentation, les multiples temporalités sociales se sont réduites à une conception unique du temps, associée à une succession d’étapes évoquant un temps linéaire, objectivé et mesurable : la dimension de chronos (Bessin, 1998, 2020). La représentation hégémonique du temps a été celle d’une variable, d’une métrique à partir de laquelle on mesurait la variation des décès, des contagions et la tension en réanimation, ce qui permettait d’évaluer l’efficacité du confinement au fil des jours, des semaines et des mois. À cette conception du temps a cependant échappé la dimension kaïrologique du temps opportun, de l’action appropriée, qui recèle les différentes manières subjectives de se conformer à – ou de s’écarter de – la représentation chronologique du temps confiné (Bessin, 1998).

5À partir des résultats d’une enquête basée sur une suite de 3 entretiens approfondis auprès de personnes aux caractéristiques sociales hétérogènes, cet article a pour objectif d’analyser les conséquences du confinement sur les expériences temporelles des individus durant la première vague du Covid-19 en 2020 au Chili. Une analyse inductive des données recueillies nous a permis d’identifier trois modalités différentes de temporalisation de l’expérience du confinement qui sont modulées par une configuration spécifique de trois conditions sociales : la position sociale, l’engagement dans les activités et l’étape dans le cycle de vie.

6Avant d’entrer dans le détail des résultats, une première partie pose le cadre du premier confinement au Chili. Une deuxième expose ensuite les conditions sociales mentionnées ci-dessus. Enfin, la troisième partie développe les trois expériences du temps confiné au Chili : le temps suspendu, le temps exigé et le temps réinvesti.

Méthodologie

L’enquête collective sur laquelle s’appuie cet article a été menée par le Centro Núcleo Milenio Autoridad y Asimetrías de Poder (NUMAAP) entre juin et octobre 2020 et visait à comprendre les expériences dans le contexte du confinement lié à la crise sanitaire du Covid-19. Elle a consisté en des entretiens par visioconférence avec 26 personnes à trois moments différents sur une période d’environ cinq mois, en plus de la production de différents types d’enregistrements, tels que des messages textuels, des images, des audios et des vidéos. Outre la génération de connaissances scientifiques, les données recueillies vont également servir à la réalisation d’un documentaire audiovisuel sur l’impact du confinement sur la vie quotidienne des personnes au Chili.

Au total, l’enquête a comporté plus de 70 entretiens menés par 20 chercheurs. Les enquêtés étaient 17 femmes et 9 hommes, âgés de 20 à 67 ans, avec une moyenne d’âge de 37 ans. La plupart d’entre eux vivaient à Santiago du Chili et appartenaient à différentes catégories sociales.

L’analyse des entretiens réalisée pour cet article a été conduite en trois moments. Tout d’abord, une analyse de contenu thématique des 3 entretiens des enquêtés a permis de regrouper les cas en fonction de l’étape dans le cycle de vie, à partir de trois dimensions : l’âge, l’autonomie par rapport au foyer parental et l’occupation. Ainsi, trois groupes de personnes interrogées ont été constitués :

Groupe 1 : il comprend 8 enquêtés âgés de 20 à 32 ans habitant chez leurs parents. Ils font des études à l’université ou travaillent dans des conditions d’emploi instables.

Groupe 2 : il est composé de 10 personnes âgées de 32 à 42 ans qui sont déjà indépendantes du foyer de leurs parents, travaillent et, dans de nombreux cas, s’occupent d’autres personnes.

Groupe 3 : il comprend 8 enquêtés âgés de 40 à 67 ans, dont la plupart travaillent, sont mariés et vivent ensemble.

Ensuite, l’analyse transversale des trois groupes a révélé trois manières d’éprouver le temps confiné fortement déterminées par la position sociale, l’autonomie par rapport au domicile parental et les types d’activités : le temps suspendu, le temps exigé et le temps réinvesti. Enfin, dans un troisième temps, chaque type d’expérience a été examiné en fonction de quatre éléments dégagés au cours de l’analyse : la rupture d’intelligibilité, la réorganisation, le tempo et la temporalisation de l’expérience.

Le confinement au Chili : un bref journal de bord de la pandémie du Covid-19

7Comme nous allons le constater, il y a deux traits saillants dans le confinement chilien. D’une part, à la différence d’autres pays de l’Amérique latine, le confinement au Chili n’a pas été une mesure nationale qui a contraint toute la population du pays à rester chez elle. Jugé comme une mesure trop extrême par le gouvernement chilien, le confinement a pris la forme d’une série de phases d’enfermement durant lesquelles les quartiers, les villes ou même les régions se confinaient ou se déconfinaient en fonction du nombre de cas recensé. D’autre part, l’ensemble des mesures prises pour lutter contre la propagation du Covid-19 ne peut être dissocié du mouvement social qui s’est déclenché le 18 octobre 2019. À partir de cette date, une série de manifestations se sont en effet déroulées – d’abord dans la capitale, puis dans toutes les grandes villes – jusqu’à la détection du premier cas d’infection dans le pays.

  • 4 Le 20 octobre 2019, dans une allocution au pays, le président Sebastián Piñera a déclaré que « nous (...)
  • 5 Le mouvement social du 18 octobre 2019 au Chili peut être interprété comme le résultat des tensions (...)

8Mouvement social et pandémie se sont alors imbriqués, entraînant une perturbation des routines des personnes, de leurs emplois et de l’approvisionnement de l’alimentation et des services de base. Pour le mouvement social d’octobre, le Gouvernement a décrété l’état d’exception constitutionnel, tandis que pour la pandémie de Covid-19, il a recouru à l’état de catastrophe. Dans les deux cas, un couvre-feu a été instauré, un chef militaire a été chargé de gérer les zones d’urgence et le Président a déclaré être « en guerre contre un ennemi puissant »4. Mais si le mouvement social a fait sortir les gens dans la rue pour manifester contre les abus du système politico-économique5, le Covid-19 les a contraints à s’enfermer chez eux pour éviter la contagion (Heiss, 2020).

9En guise de repères pour le lecteur français, on rapporte que le premier cas d’infection au Covid-19 en France a été enregistré le 24 janvier, tandis qu’au Chili, celui-ci est survenu le 3 mars 2020. Dans les deux cas, la décision de confiner la population a mis du temps à arriver. Si, en France, le confinement a été décrété le 17 mars pour l’ensemble du pays, au Chili, il ne l’a été que le 15 mai pour la capitale et d’autres villes. Ce temps entre la détection du premier cas et le décret de confinement a été marqué par l’hésitation du gouvernement chilien. Dans un premier temps, il a semblé chercher l’immunité collective par l’exposition de la population au virus (Heiss, 2020), ce qui a entraîné une sorte de confinement « volontaire » de ceux qui pouvaient s’enfermer et télétravailler. Cependant, après deux semaines, les autorités chiliennes ont pris des mesures intermédiaires : les confinements intermittents mentionnés ci-dessus dits « sélectifs et dynamiques ». Le ministre de la Santé a défendu la mesure en affirmant qu’« un confinement généralisé est absurde, une mesure disproportionnée » (El Mostrador, 2020). Le type de confinement ainsi que la communication de risque du Gouvernement ont néanmoins transmis le message trompeur selon lequel on aurait dépassé la pandémie dans les quartiers déconfinés suite à une diminution du taux d’incidence du virus. Le relâchement des mesures préventives qui en a résulté a entraîné une augmentation des infections et des décès à cause du Covid-19. Dans une interview accordée à la presse, le ministre de la Santé a expliqué que le contexte sociopolitique du pays depuis le mouvement social du 18 octobre « nous a joué un mauvais tour » en raison du manque de confiance entre le Gouvernement et la population (Latorre, 2020). Après ces événements, les mesures de confinement se sont durcies, notamment à Santiago.

  • 6 Ley núm. 21.227. Faculta el acceso a prestaciones del seguro de desempleo de la ley nº 19.728, en c (...)

10En ce qui concerne le travail, l’adoption de la ley de protección al empleo6 (loi de protection de l’emploi) va marquer les relations de travail pendant les confinements intermittents. Le Chili, comme la France, a forcé les entreprises dites « non essentielles » à fermer, leur permettant de suspendre les contrats avec leurs travailleurs pour les rendre dépendants de l’assurance chômage et éviter ainsi les licenciements massifs. En France, le dispositif de chômage partiel, financé par le ministère du Travail, a pris en charge 84 % du salaire des travailleurs pendant le confinement. En juin 2020, la mesure a été prolongée d’un an avec quelques modifications pour les entreprises qui n’ont pas pu reprendre leur activité après la réouverture. Au Chili, en revanche, les travailleurs ont reçu 70 % de leur salaire le premier mois, puis les mois suivants 55 %, 45 %, 40 % et 35 %, pendant un confinement qui a duré de mars à août 2020. Outre ces différences, la nature de ces allocations a été fondée sur des principes distincts : tandis que le chômage français est un droit dont la prestation est versée par l’État, le chômage chilien est une assurance de capitalisation individuelle dont le montant perçu par le salarié dépend de l’accumulation d’argent pendant ses années travaillées.

11Puisque l’assurance chômage est liée à un contrat de travail, la loi de protection ne s’est pas appliquée aux 27 % de travailleurs informels du pays. Ainsi, pour une partie de la population, les seules aides disponibles pour supporter le confinement ont été des paniers alimentaires et le « bono Covid », équivalent à la somme de 58 dollars et livré une seule fois. Le manque de ressources économiques a donc obligé les gens à sortir également pour travailler (certains ayant les autorisations du Gouvernement, d’autres risquant de se voir infliger une amende), ce qui a réduit l’efficacité du confinement. Au cours du premier mois de confinement, les déplacements des habitants de Santiago ont diminué d’environ 35 %, atteignant 20 % dans les catégories populaires et 60 % dans les quartiers riches (Covarrubia et al., 2020). Ces données contrastent avec celles de la France, où le confinement a réduit de 65 % le nombre de déplacements à travers le pays, étant particulièrement efficace pour réduire la mobilité à courte distance liée au travail (Pullano et al., 2020).

12En août, l’insuffisance d’aides financières accordées aux ménages pour respecter le confinement a conduit les parlementaires chiliens à adopter un projet de loi autorisant le retrait de 10 % des fonds de retraite. Comme l’assurance chômage, la retraite au Chili fonctionne comme une assurance individuelle dépendant des cotisations et des années travaillées. Ainsi, en utilisant les fonds de pension pour résoudre les besoins immédiats, la loi a injecté des liquidités dans les poches des gens pour payer les dettes, acheter de l’alimentation et payer les services de base.

13La fin du premier confinement de la capitale chilienne s’est déroulée de manière progressive, à travers ce que le Gouvernement a appelé le plan « paso a paso » (pas à pas). Ce plan, toujours en vigueur, définit cinq niveaux (confinement, transition, préparation, ouverture initiale et ouverture avancée) par lesquels passent les quartiers et villes en fonction de leur nombre de cas. Ainsi, début août, les quartiers les plus aisés de la capitale ont commencé à se déconfiner suite à près de cinq mois de confinement.

14Les pays d’Amérique latine sont ceux qui ont connu les plus longs confinements du monde. En comparaison, le confinement du Chili a été moins strict que celui de l’Argentine, où il a été décrété à l’échelle nationale dès le mois de mars, mais plus drastique que celui du Brésil, où il n’y en a même pas eu (Nogueira, Rocha, Akerman, 2020). Cependant, d’après les données de l’université John Hopkins, le taux de mortalité de Covid-19 pour 100 000 habitants en octobre 2021 montre que le Chili n’a pas été le pays le plus touché (198), par rapport à la Colombie (252), l’Argentine (257), le Brésil (286) et le Pérou (614)7.

15Le journal de bord du confinement au Chili que nous venons d’esquisser permet de mieux comprendre la façon dont cette mesure s’est appliquée et a été vécue dans le pays, mais il reste insuffisant pour saisir la temporalisation des expériences individuelles pendant cette période. Dans la suite, nous allons nous interroger sur les conditions sociales les plus saillantes qui ont structuré les expériences du temps confiné et sur la façon dont elles se sont déclinées dans les parcours de nos enquêtés.

Les conditions sociales structurantes des expériences du temps confiné au Chili

16La position sociale, les activités et l’étape dans le cycle de vie représentent les trois conditions sociales qui façonnent les expériences temporelles de nos enquêtés. Dans cette section, nous défendrons l’importance de chaque condition pour comprendre leur place dans le confinement au Chili, en appuyant cet argument sur l’analyse de nos données.

L’inconsistance positionnelle à l’épreuve de la pandémie

  • 8 Un rapport de la Banque mondiale montre que 2,3 millions de personnes de la classe moyenne sont dev (...)

17Depuis le retour à la démocratie (1990), la société chilienne a connu un processus de croissance économique qui, bien que conservant un degré important d’inégalité sociale, s’est traduit par un sentiment de prospérité et de progrès matériel (PNUD, 2017). Cependant, en dehors du cas d’une élite stable et globalement protégée, la plupart des individus ont le sentiment que leur position est extrêmement perméable au changement et sujette à la détérioration sociale. Ce sentiment d’« inconsistance positionnelle » (Araujo, Martuccelli, 2011) lié au fait que les positions sociales peuvent être constamment impactées par divers processus de déstabilisation, a été exacerbé au Chili pendant la pandémie, car les positions sociales des Chiliens ont été fortement ébranlées8.

18Nos enquêtés n’ont pas fait exception et notre analyse montre à quel point leurs expériences temporelles ont été déterminées par le degré de stabilité de leur position sociale. À la différence d’une interprétation qui lie de manière linéaire cette stabilité à l’appartenance à une certaine classe sociale, nous avons remarqué le rôle majeur de certains supports sociaux qui ont permis de tenir la position sociale indépendamment de la stratification sociale.

19Schématiquement, nous distinguons trois parcours sociaux au regard de la position sociale : les moins affectés, les menacés et les touchés par la pandémie. Dans le premier cas, les supports sociaux qui indiquent une stabilité positionnelle comprennent le fait d’avoir un emploi formel, des relations familiales et, surtout pour les étudiants, la maison de leurs parents (qui ont à leur tour conservé leur emploi). Le deuxième cas met en évidence la place ambivalente de l’emploi en tant que support social : en même temps qu’il est synonyme de stabilité, la menace de le perdre prédispose les enquêtés à se surinvestir au travail. Sans y avoir été positionnés avant la pandémie, cette dernière les a placés dans une sorte d’« intégration laborieuse » (Paugam, 2000). Enfin, le dernier cas se démarque par l’effritement de la relation d’emploi à cause de la crise sanitaire, mais aussi du mouvement social d’octobre. Dans ces conditions, le capital social lié aux réseaux de proches constitue le principal support de la position sociale, dans la mesure où il permet de s’en sortir grâce à des « petits boulots » ou des aides économiques, voire un logement (souvent celui des parents).

La temporalisation des activités pendant le confinement

20Inspirée de Bourdieu ([1997] 2003), notre analyse du temps confiné nous amène à le penser du point de vue de l’« agent agissant » et à concevoir la pratique en tant que « temporalisation » : elle n’est pas dans le temps, mais elle fait le temps (p. 299). Ce qui est spécifique à cette temporalisation sous confinement, c’est qu’elle se fait depuis l’intimité du foyer dans la majorité des cas. En effet, le confinement a imposé le passage d’un temps « public », déterminé par les activités sociales auxquelles les individus participaient (le travail, les réunions sociales, les loisirs, etc.) à un temps « privé » où – dans la mesure du possible – les activités telles que l’étude et le travail ont été transférées à leur domicile en se mêlant des activités domestiques et du care.

21Ce changement n’a pas laissé indemne la dynamique d’accélération des sociétés contemporaines (Rosa, [2010] 2016). En effet, si la pandémie a constitué un obstacle au fonctionnement normal du capitalisme (production, transport, vie culturelle, etc.), entraînant son ralentissement, les différents secteurs de l’économie n’ont pas été affectés de la même manière. Le ralentissement a ainsi entraîné un découplage entre le ralentissement des échanges physiques réels et l’accélération de la circulation, de la communication et de la production numériques (Rosa, 2020).

22Les effets de ce découplage sur les activités de nos enquêtés se déploient dans un large éventail. Premièrement, les plus touchés à cet égard sont ceux qui, étant indépendants du foyer parental, ont (télé)travaillé tout en étant responsables de leur foyer et du soin d’autres membres de la famille. Deuxièmement, les personnes qui ont perdu leur emploi ont également vu leur temporalité modifiée par le souci de chercher de nouveaux moyens de générer des revenus, dans un contexte de ralentissement des activités économiques. Troisièmement, chez les étudiants et les jeunes en cours d’insertion professionnelle, on trouve les expériences d’ajustement temporel les plus fonctionnelles, mais il y en a aussi certains qui ont perdu leur emploi à cause du confinement, ce qui les a replacés dans une situation de dépendance vis-à-vis de leur famille. Enfin, il y en a d’autres qui, bénéficiant d’une situation plus aisée, consacrent leur temps confiné à des « activités vitales » (Nicole-Drancourt, 2009) : un temps pour soi dédié au bien-être afin de surmonter – voire de profiter de – l’enfermement.

L’étape dans le cycle de vie

23L’âge biologique, voire l’âge chronologique, peuvent coïncider ou non avec l’âge social. Cette affirmation prend en compte le fait qu’une personne peut « se situer, par son statut social, ses pratiques et son style de vie, à une étape de la vie ordinairement réservée aux personnes plus jeunes ou plus âgées que lui » (Rennes, 2019, p. 110). C’est pourquoi, dans notre analyse, il nous est apparu plus pertinent de parler de l’étape plus ou moins conventionnelle du cycle de vie plutôt que de tracer une simple division entre jeunes et adultes.

24Cela est particulièrement vrai dans le cas de la jeunesse, surtout du fait de la tendance commune aux personnes entre 18 et 29 ans d’habiter chez leurs parents dans les pays occidentaux – une tendance que la pandémie semble avoir creusée (Fry, Passel, Cohn, 2020). Au Chili, cette tendance semble bien affirmée : en 2018, 71 % des individus de 15 à 29 ans vivaient au sein du domicile parental (INJUV, 2018).

25L’encadré 1 présente les différences selon les étapes du cycle de vie utilisées dans l’analyse. Nous l’illustrerons par l’exemple de deux de nos enquêtés, Noelia et Martín, tous deux âgés de 32 ans, diplômés et d’origines sociales similaires. Alors que Noelia termine son deuxième diplôme universitaire et passe le confinement chez ses parents (tous les deux médecins), Martín habite chez lui avec sa compagne et leurs deux enfants, dont l’un est né pendant le confinement. Noelia a profité de ce temps pour s’adonner à ses intérêts personnels, s’occuper du jardin, passer du temps avec ses parents et les week-ends avec sa petite amie. Depuis que Martín a été licencié après le mouvement social d’octobre et que la pandémie a contrecarré toute possibilité de travail dans son domaine, il vit le confinement avec l’exigence de générer des revenus à partir de différents types d’activités économiques informelles.

26On le voit, les conditions sociales varient différemment selon les propriétés sociales des individus. Mais comment s’articulent-elles dans la temporalisation du confinement ? Répondre à cette question nécessite de passer de l’analyse individuelle de ces conditions sociales à l’analyse des expériences temporelles générées par leur interaction.

Les trois expériences temporelles du confinement au Chili

27Nous avons identifié trois types d’expériences du temps lors du confinement au Chili. En tant que types idéaux, ces expériences reflètent les caractéristiques les plus notables des groupes d’enquêtés, mais ne correspondent pas exactement à chaque cas individuel.

L’expérience du temps suspendu

28L’expérience du temps suspendu concerne les personnes qui ne sont pas en mesure de poursuivre leurs activités éducatives ou professionnelles et qui n’ont pas de responsabilités importantes en matière de soin : il s’agit de jeunes en transition vers le monde du travail et les adultes – sans enfants ou avec des enfants plus âgés – qui ne peuvent pas poursuivre leur travail à distance ou en présentiel. L’inconsistance positionnelle est d’autant plus exacerbée que le confinement met en danger les ressources économiques des individus.

29Comme le confinement a mis fin à leurs activités principales, chez les jeunes en transition (vers la fin de leurs études ou vers la vie active) la vie quotidienne s’est rétrécie à leur chambre où ils passent la plupart du temps, dans une atmosphère de profond découragement. Ainsi, la « rupture d’intelligibilité », cette temporalité spécifique de l’événement brouillant les évidences des habitudes (Bensa, Fassin, 2002), tend à perdurer dans le temps, principalement en raison de la difficulté à reprendre les activités antérieures et à recréer des routines à partir d’autres activités.

Les premiers jours [...], je me disais la même chose, genre « Je fais quoi maintenant ? Je ne peux pas sortir », je ne pouvais rien faire. Même ces jours-là, je dormais beaucoup plus, comme si j’avais moins de motivation pour faire des choses parce que je n’avais rien à faire pendant la journée.
(Gastón, 28 ans, étudiant en ingénierie informatique, habite seul)

30Paula a aussi fait l’expérience du prolongement de cette désorientation de la vie quotidienne causée par la coupure des temporalités sociales. Sa situation mêle à la fois les conséquences du mouvement social et de la pandémie. En travaillant pour une entreprise de services de prévention des risques qui a dû réduire ses effectifs à cause du mouvement, elle a été licenciée à la fin de 2019 et, quelques mois plus tard, l’arrivée de la pandémie a suspendu sa recherche d’un nouvel emploi. Paula est donc restée confinée au domicile de ses parents en mettant en attente ses projets d’émancipation. Au fil du temps, ses craintes d’un chômage prolongé ont commencé à s’aggraver, dans un contexte où le confinement lui a semblé passer lentement. Ainsi, en l’absence d’une activité à laquelle elle puisse se consacrer et qui lui permette de se projeter, elle a ressenti une incapacité à contrôler son expérience.

Si je travaillais, en télétravail peut-être, dans mon entreprise où j’ai été licenciée, je me lèverais probablement, j’aurais une journée de routine, je me lèverais à 8 heures du matin, je prendrais mon petit-déjeuner, je me mettrais à l’ordinateur et j’aurais quelque chose pour m’occuper. (Paula, 31 ans, kinésiologue, sans emploi, habite avec ses parents)

31Dans ces propos, elle met en avant non seulement la centralité du travail dans la structuration de sa vie quotidienne, mais aussi son importance pour la réalisation de ses projets : acheter une maison et s’émanciper. L’image du temps suspendu est à ce propos précis : sans travail, elle reste chez ses parents sans rien à faire. Ce sont probablement ces circonstances qui conduisent Paula à un état de fatigue et de mauvaise humeur qui, selon elle, peut déclencher des conflits avec les autres membres du foyer.

Si tu n’as rien à faire pendant la journée ou si tu n’as pas d’objectif quotidien à atteindre, eh, tu commences à t’ennuyer et tu peux commencer à ennuyer les autres aussi, comme courir partout, et ne pas avoir d’objectifs, et être plus fatigué, pas fatigué, mais en état de ras-le-bol. Je sais pas, si quelqu’un te pose une question et que tu réponds mal, et l’autre personne te demande pourquoi tu me réponds mal, et là, il peut aussi apparaître des conflits… ça m’est arrivé, j’ai été très irritable à un moment donné. (Paula, 31 ans, kinésiologue, sans emploi, habite avec ses parents)

32Le temps suspendu est encore plus accentué dans le cas des personnes dans des positions sociales plus précaires. Prenons le cas de Susana, une femme de ménage pour qui les difficultés économiques ont également commencé en octobre 2019. En raison de ses dettes de loyer, fin 2019, Susana a commencé à habiter chez une copine et ses deux enfants, qui avait besoin d’aide pour s’occuper de l’un de ses fils afin de pouvoir continuer à travailler. Avec la pandémie, sa situation professionnelle s’est vue bouleversée : elle a perdu un de ses emplois dans une entreprise de nettoyage et n’a plus pu aller travailler pour ses autres patrons. Plus tard, sa copine a également été licenciée et tous les quatre ont dû trouver un nouvel endroit pour habiter avec un budget réduit au salaire de Susana, que ses patrons continuaient de lui verser. Dans ses propos, elle souligne l’absence radicale d’options pour survivre et l’anéantissement conséquent de toute capacité d’agir : « tu ne peux pas », répète-t-elle sans cesse.

C’est comme si, un, on ne peut pas bouger et, deux, on se sent attaché parce que tu ne peux rien faire, tu veux faire quelque chose pour survivre et tu ne peux pas. Tu ne peux pas, tu ne peux pas… tu ne peux pas dire… je n’ai pas de travail. Tu ne peux pas… C’est comme si tu ne pouvais pas… tu ne peux pas dire… Je n’ai pas de travail, qu’est-ce que je fais ? Je vais sortir et vendre quelque chose, je vais déménager pour pouvoir travailler : tu ne peux pas. Cette pandémie a ligoté tout le monde, elle nous a croisé les bras, beaucoup de gens [...] tu ne peux rien faire pour avancer, remplacer plus que tu ne peux, pour pouvoir survivre. (Susana, 46 ans, sans emploi).

33Ainsi, chez les personnes dont les positions sociales étaient précaires, l’incertitude provoquée par la prolongation du confinement a davantage alimenté les craintes d’une détérioration extrême de leur situation économique, parce que rester enfermé était synonyme de ne pas rapporter d’argent à la maison. Cette crainte s’est incrustée dans l’horizon d’attente (Koselleck, [1990] 1993) de Margarita, femme de ménage dont les patrons ont continué à payer le salaire alors qu’elle ne pouvait pas se rendre au travail. Malgré le maintien de son salaire, elle n’a eu de cesse de penser à la possibilité de perdre son emploi et à l’impossibilité de couvrir ses frais de subsistance, un sentiment ravivé par les situations de ses proches qui se retrouvaient au chômage et sans protection.

[Ma patronne] est une excellente personne, je n’ai rien à dire sur elle […], mais l’angoisse c’est quand même de la perdre, parce que j’ai une autre amie qui travaille aussi comme moi, son salaire a été réduit et elle va perdre son travail parce qu’elle ne va pas travailler [...] ça te rend anxieuse, tu penses à ce que je vais faire, à ce que je vais faire avec ceci, à ce que je vais faire avec cela, alors tu ne peux pas payer les factures et mon mari est au chômage. (Margarita, 50 ans, habite avec son mari et son fils)

34Les émotions prédominantes dans l’expérience du temps suspendu tiennent au désespoir, à l’anxiété et à l’irritabilité, au point d’altérer le cycle veille-sommeil. Ainsi, le trouble du sommeil et l’anxiété se renforcent progressivement dans un cercle vicieux qui empêche toute tentative de construire de nouvelles routines et prolonge un temps non régulé. Cependant, il y a certains moments qui permettent de rompre avec la monotonie du quotidien. Il s’agit de moments familiaux où les enquêtés parviennent à transgresser l’isolement – soit par le biais des médias virtuels, soit par de petites violations des règles du confinement qui sont vécues comme des jalons réorganisant l’expérience temporelle de la période. De même, les sorties pour faire des courses ou des démarches administratives avec des attestations limitées à trois heures sont éprouvées comme des épisodes de forte accélération temporelle.

Avec ces trois heures, tu dois tout faire tout de suite, tout de suite, tout de suite, parce que les minutes sont innombrables [...] tu marches… tu marches en vitesse et tu fais tout, mais… tu dois le faire, immédiatement !
(Susana, 46 ans, sans emploi, )

35Pour reprendre les mots de Flaherty (2011), cette expérience temporelle est dominée par la perception d’être « victime du destin » et de se trouver dans une « inadéquation agentielle » qui fait ressortir l’impuissance de modifier le cours des événements. En l’absence de sollicitations extérieures des activités sociales, les enquêtés se posent des exigences qui les amènent à ordonner leur temps, mais sans parvenir à structurer complètement leur quotidien. Malgré les tentatives de gouverner le temps et de reprendre le contrôle de leur vie, leur temps reste en décalage avec les rythmes de leurs routines d’avant, ainsi que de celles qu’ils voudraient avoir. Plus le temps du confinement est ingérable, plus il devient une source d’inconfort, d’anxiété, voire de souffrance.

36Différente par l’exigence forte des activités, mais similaire par la menace constante de perdre le contrôle du temps, une deuxième expérience du temps se révèle dans notre enquête : celle du temps exigé.

L’expérience du temps exigé

37L’expérience du temps exigé est marquée par la préservation dans le confinement des principales activités développées auparavant. Bien que l’agentivité des personnes prédomine à travers un effort de contrôle des temporalités, celles-ci sont désordonnées et superposées aux tâches domestiques et de soin des autres. À la différence de l’expérience précédente, l’épuisement provient des exigences démesurées des différentes activités, mais en même temps il y a plus de moyens pour y réussir : une position sociale stabilisée à partir de supports permettant de mener à bien les activités dans la vie quotidienne. Malgré cette stabilité, l’inconsistance positionnelle tend cependant à s’exprimer par la crainte du déclassement, conduisant à une exigence envers soi-même de performance au travail.

38La rupture de l’intelligibilité de la pandémie est renforcée ici par le développement des activités en ligne. Ainsi, les défis de compréhension que la nouvelle situation pose sont étroitement liés au changement de modalité des activités – du face à face au en ligne – non seulement pour les difficultés techniques, mais aussi parce que le bureau et l’université sont désormais à la maison. Comme l’exprime Viviana, l’intelligibilité de la vie quotidienne est compromise, car on ne peut pas « reproduire » à la maison avec les enfants à côté, le travail qui se faisait au bureau.

Avril a été le mois de, genre, de s’asseoir pour voir ce qui se passait et de ne pas comprendre grand-chose, genre de ne pas comprendre, de devoir télétravailler et télétravailler a généré une terrible angoisse en moi parce que je voulais reproduire ce que je faisais au bureau ici, avec les enfants qui crient, avec un espace très, très envahi, très, très, très comme, avec beaucoup de distractions que j’ai eu du mal à assimiler. (Viviana, 37 ans, journaliste, habite avec son conjoint et 3 enfants)

39L’expérience des enquêtés en télétravail a très vite été dominée par le sentiment que le travail prenait le dessus sur la vie quotidienne. Une ligne de partage s’est ouverte entre ceux qui travaillaient et prenaient soin des autres et ceux qui ont consacré leur temps primordialement au travail. Dans le premier cas, les personnes exerçant des rôles de soin ont éprouvé une expérience très intense de surinvestissement et d’accélération, en essayant de travailler en même temps qu’elles s’occupaient d’autres individus. La tension entre les activités a certainement généré des conflits moraux, comme le montre le récit de Maya. Mère d’une petite fille de 9 ans, elle a commencé au début du confinement à s’organiser tôt le matin pour tenir le télétravail et se montrer performante. La pression du rôle de chef de famille et la peur de perdre son emploi l’ont toutefois poussée à s’investir au travail – et lorsque sa mère gardait sa fille – au point d’outrepasser toutes les limites qu’elle s’était données au début.

Ma seule pensée était « Je dois faire mes neuf heures », et c’est comme ça que j’ai passé le premier mois et ensuite j’ai perdu mes routines, j’ai perdu mes horaires de travail, je travaillais le week-end, non, c’était super intense du point de vue du travail, mais aussi de devoir prouver que je faisais mon travail, parce qu’ils me paient, ils ne m’offrent pas l’argent, je le fais, je le fais parce que j’aime ça, mais aussi parce que je suis responsable […] Et j’ai réalisé que je faisais une gaffe, parce que ma fille a commencé à être un peu irritable, elle a commencé à se plaindre, me demander pourquoi je devais travailler, pourquoi je n’étais pas avec elle, qu’elle se sentait seule et alors je m’en suis rendu compte et j’ai dû me réorganiser. (Maya, 39 ans, travailleuse sociale, habite avec sa fille)

40La tension morale vécue par Maya a eu comme solution un travail consciencieux de division des temporalités afin d’être efficace au télétravail et en même temps de garder sa petite fille divertie malgré le confinement dans un appartement et l’absence d’activités d’enseignement à distance. La situation est bien sûr délicate : temporairement sollicitée par ses responsabilités, Maya est parvenue à agir en conséquence et à séparer son travail de la garde de sa fille.

41Dans le second cas, les enquêtés révèlent un fort sentiment de manque de contrôle sur le temps personnel en raison d’un surinvestissement dans le travail, surtout lorsqu’ils ont été confrontés au risque de réduction de leurs revenus ou de licenciement. Le télétravail était omniprésent, mais ne renvoyait pas nécessairement à une sensation d’accélération au quotidien. Au contraire, il a pu coïncider avec une sensation de travailler à un bon rythme, mais en excès. En renonçant au repos ou au temps libre, les personnes estiment que le seul moment où elles ne travaillaient pas était celui où elles mangeaient. Ainsi, à la différence de ceux qui prennent soin d’autres personnes, pour ces enquêtés le maintien des routines et des limites de la vie familiale n’a pas existé.

Heureusement, en tant qu’avocat, je comptabilise toujours le temps que j’utilise dans chaque travail, et donc je calcule combien je gagne par heure, combien de temps me prend un certain type de question, et bien sûr, cela m’a aidé à ne pas perdre le contrôle de mon temps, mais même ainsi, avoir un contrôle strict de ce que je fais dans la journée et savoir exactement combien d’heures de travail effectif concentré j’utilise, je trouve toujours que c’est peu, j’ai l’impression d’être peu performant en termes d’efficacité [...]. N’importe quel moment de la journée peut être un espace pour travailler ou autre chose, n’importe quel moment de la journée convient pour… donc en ce moment la seule chose qui ordonne ma vie est le petit-déjeuner, le déjeuner et le dîner. Le reste est complètement aléatoire, et les jours de la semaine où je travaille, le samedi et le dimanche sont les mêmes [...] ça donne l’impression que le repos que j’ai est du temps que je vole au temps de travail. (Sergio, 36 ans, télétravailleur, habite avec sa compagne)

42Enfin, pour certains étudiants, le confinement est éprouvé comme l’élargissement des possibilités de développer leurs activités, tantôt grâce au gain de temps de trajet vers l’université, tantôt du fait de l’impossibilité de rencontres sociales. Si pour les étudiants de notre enquête le passage à la modalité en ligne a été un défi qui a demandé leur autonomie et leur organisation, ils ont su le surmonter. À ce sujet, Julia affirme qu’elle a pu en apprendre davantage grâce à sa capacité à agir sur le temps.

Je pourrais me risquer à dire que j’ai appris un peu plus, je pense que c’est aussi parce que j’ai pu mieux gérer mon temps. Par exemple, l’heure et demie que je prenais pour me rendre à l’université pour étudier, ou bien je me repose et je suis alors beaucoup plus apte à étudier. (Julia, 21 ans, étudiante, habite avec ses parents et ses frères et sœurs)

43Toutefois, l’expérience n’est pas la même pour tous les étudiants. Contrairement à Julia, Rocío, en plus de poursuivre ses études universitaires pendant le confinement, a partagé le soin de ses grands-parents avec sa mère et a monté une boulangerie à la maison avec son copain pour rapporter de l’argent. Mais pour un certain temps, c’est le soin de ses grands-parents qui a pris le dessus dans ses activités. Dans son récit, elle évoque le travail du temps qui signifie être à leur disposition, en révélant des compétences temporelles telles que la patience, l’anticipation et la responsabilité (Bessin, 2020).

Chez nous, c’est compliqué dans le sens où s’occuper des personnes âgées, je pense que c’est la même chose que s’occuper des enfants. Il faut avoir un horaire, il faut s’assurer qu’ils ne tombent pas malades, leur expliquer qu’ils ne peuvent pas sortir, qu’ils ne peuvent vraiment pas sortir, je veux dire, du tout. (Rocío, 21 ans, étudiante, habite avec son compagnon, sa mère et ses grands-parents)

44C’est pourquoi la multiplicité des rôles qu’elle a assumés lui semble incomparable à celle de ses propres collègues d’université qui ont continué :

Je vois des collègues de l’université qui font des formations et je me dis où ils trouvent le temps et l’envie de faire ça.

45On constate à quel point l’exigence est un élément transversal dans cette expérience, qui implique la possibilité de réussir ou d’échouer. Le fait de réussir à répondre aux exigences de l’activité tend à être vécu comme une satisfaction dans le cadre de la forte charge de travail – au sens large –, en particulier lorsque les activités se chevauchent. Malgré les différences liées à la situation de prise en charge ou à la vulnérabilité de la position sociale des acteurs, l’expérience du temps exigé soulève dans tous les cas la possibilité d’une réalisation, d’une réponse aux demandes en contrôlant le temps, et donc d’un sentiment de contrôle sur sa propre vie.

46Si la réalisation dans l’activité est toujours incertaine dans cette expérience, nous allons voir à présent que sa consommation et sa jouissance au cours du confinement sont ce qui caractérise la dernière expérience du temps que nous avons identifiée : celle du temps réinvesti.

L’expérience du temps réinvesti

47L’expérience du temps réinvesti est transversale aux étapes du cycle de vie, mais elle est spécifique aux enquêtés qui n’ont pas de grandes responsabilités de soins et qui ont une position sociale stable. Traversée par un sentiment d’inconsistance positionnelle atténué, elle se caractérise, d’une part, par le temps que les individus consacrent à eux-mêmes, dédié aux intérêts que le rythme de la vie d’avant les empêchait de développer et, d’autre part, par le timing (Flaherty, 2011, p. 80) entre les moments de leur vie quotidienne et le confinement : cet événement est survenu à un bon moment dans le parcours de vie de nos enquêtés. Ainsi, si le début du confinement a suscité une déstructuration initiale des rythmes et des temps quotidiens, les conditions ont permis de repenser la situation personnelle comme une possibilité de reprendre d’anciennes activités, de tenter de nouvelles expériences, au point d’ouvrir de nouvelles possibilités pour l’avenir.

48Pour les jeunes passant par des périodes de transition, le confinement les a obligés à rester ou à retourner chez leurs parents. Cette situation, favorisée par les bonnes conditions de logement, leur a permis de s’ouvrir à de nouveaux espaces de recherche et de développement personnel, comme dans le cas de Noelia qui, après une période de désorientation, voyant ses projets arrêtés, a fini par vivre le confinement de manière très positive.

Il y a eu des moments où je me suis sentie très frustrée et où je me sentais comme […] apathique ou je ne sais pas, comme perdue, comme ne sachant pas quoi faire […] « Bon, qu’est-ce que je vais faire avec le travail, j’ai besoin de gagner de l’argent », en cherchant aveuglément, comme dans le vide… mais petit à petit j’ai essayé de me reconnecter à d’autres choses, comme profiter de cette occasion de retourner chez mes parents. (Noelia, 32 ans, étudiante, sans emploi et de retour chez ses parents)

49Pendant ses journées, elle fait quelques petits boulots et passe la plupart de son temps à effectuer des recherches sur ce qu’elle définit comme une convergence entre ses intérêts personnels et professionnels : les thérapies psychédéliques. L’utilisation des réseaux sociaux lui a permis d’entrer en contact avec des personnes d’autres pays intéressées par ce sujet et d’organiser des ateliers virtuels. Elle consacre également une partie de son temps aux tâches ménagères et de jardinage, comme l’entretien du bac à compost qu’elle a récemment offert à ses parents.

50Le passage du temps public au temps privé a ainsi pu se revêtir d’un caractère intime, devenant une période d’introspection, de réflexion et même de développement personnel. C’est ce qu’illustrent également les journées de Damián, un technicien audiovisuel âgé de 24, sans emploi et habitant avec son père, qui semblent suivre une même routine. Il se lève le matin pour le petit-déjeuner, puis retourne dans sa chambre pour regarder des séries jusqu’à l’heure du déjeuner où il se fait à manger parce que son père travaille. L’après-midi, il se consacre à ce qui est l’activité qu’il apprécie le plus : jouer de la batterie. Le reste du temps, il écoute de la musique ou concocte des écrits pour un projet de bande dessinée avec ses amis. Le confinement a laissé place à une découverte et à une projection, sa « vie future est très axée sur le côté créatif et artistique, faire ces choses me servira et c’est pourquoi j’en profite pour les faire ».

51Dans ces deux cas, le temps a été consacré à cultiver ses intérêts personnels, et à réfléchir sur le présent et à ses aspirations pour l’avenir. Contrairement à l’expérience du temps suspendu, le confinement a été bien mis à profit, au point d’aboutir, comme l’exprime Noelia, à une reconversion personnelle :

Je crois que je suis une personne différente de celle qui a commencé le confinement, donc beaucoup de choses sont plus claires pour moi.

52Dans le cas des personnes plus âgées, le temps confiné a été apprécié, car il leur a permis de rencontrer leurs proches et de revitaliser leurs liens. Le confinement a donné l’opportunité aux membres du foyer de se retrouver au quotidien, hors du rythme accéléré du temps public de la vie d’avant la pandémie. Ce temps plus calme leur a offert la possibilité d’interagir avec les proches dans une temporalité différente.

Je pense que c’est quelque chose que nous étions en train de perdre depuis longtemps, comme la réunion de famille, la rencontre de ces espaces qui s’étaient un peu perdus à cause de cette vie quotidienne au rythme effréné que nous vivons ces derniers temps. C’est une façon d’y faire face, de le voir de manière positive et de retrouver ces espaces qui ont été perdus. (Esteban, 40 ans, ambulancier, ne peut pas aller travailler en personne, habite avec sa compagne et leurs filles)

53Claudio parle, à ce propos, du « temps fertile » qu’il a eu avec ses parents au cours du confinement. Il s’est révélé fertile dans le sens où il lui a permis de prêter beaucoup plus d’attention aux interactions quotidiennes à la maison, d’écouter les autres sans les limites et les précipitations d’avant. Le temps confiné s’est donné comme un temps affranchi des contraintes de la coordination du travail en présentiel.

Cette situation est différente, avoir le degré de liberté pour prendre le petit-déjeuner ou le déjeuner de manière plus détendue, une conversation après le dîner qui dépasse les quarante minutes [...] donc, il semble que ce temps te permet d’ouvrir des portes ou de générer une complicité, une communication qui est au-delà d’une question consciente, il semble être comme une relaxation là aussi. Il semble donc que ce temps altéré, de beaucoup de soucis, soit aussi suspendu pendant un long moment, donc pour moi je pense que cela a aussi été important. (Claudio, 40 ans, bibliothécaire, habite avec ses parents)

54Ainsi, la revalorisation des liens familiaux est également au cœur de cette expérience. Fernanda, par exemple, souligne que le confinement lui a permis de « mieux connaître [s]es filles », puisque, dit-elle :

Maintenant je les ai dans la routine, donc je sais plus ou moins ce qu’elles pensent, ou je vois comment elles apprennent, ou je vois des choses avec leurs amis.

55Macarena, quant à elle, raconte qu’elle a beaucoup apprécié les réunions de famille après la mise en œuvre des premières mesures de déconfinement :

J’ai apprécié quand pour la première fois toutes mes filles se sont réunies [...] ces moments sont si enrichissants, ils sont si agréables, ce n’est pas qu’on ne savait pas les valoriser avant, mais ils prennent une valeur différente et on remarque des choses qu’on ne remarquait pas avant [...] [vous] essayez de faire en sorte que ces moments soient vraiment gratifiants. (Macarena, 67 ans, professeur d’université, habite avec son mari)

56De la même manière, elle et Angélica revalorisent la relation conjugale. Cette dernière souligne : « Je n’avais jamais passé autant de temps avec mon mari » – et ce qui, à un moment donné, lui a semblé difficile, ne l’a finalement pas été : « Écoute, ça n’a pas été si mal, non, pas du tout ! » Macarena, quant à elle, confie que « ça a été un moment de rencontre avec [s]on partenaire, très agréable, très, très beau ».

57Dans cette expérience du temps réinvesti, l’avenir est projeté à partir d’une attente optimiste. Les découvertes et redécouvertes anticipent un avenir meilleur, même si elles ne constituent pas des plans structurés pour atteindre un état souhaité. Pour les jeunes, les attentes du présent sont liées à la possibilité de capitaliser cette expérience dans l’avenir, tandis que pour les personnes âgées, le retournement du temps vers soi est vécu comme une préparation vertueuse à la situation future de la retraite.

58Ainsi, l’analyse développée permet de constater l’interaction de la position sociale, les activités et l’étape dans le parcours de vie dans le confinement au Chili. Dans un souci de clarté, le tableau 1 expose de manière schématique la déclinaison des conditions sociales analysées selon chaque type d’expérience du temps confiné.

Tableau 1. Articulation entre les conditions sociales et les expériences temporelles pendant le confinement

Temps suspendu

Temps exigé

Temps réinvesti

Inconsistance

positionnelle

Personnes issues des classes moyennes et populaires, dont la position sociale a été affectée après le confinement (chômage ou suspension du travail).

Les réseaux de proches sont le support principal.

Personnes issues des classes moyennes et aisées. Certains ont perdu leur emploi, d’autres télétravaillent. Les étudiants habitent chez leurs parents.

Personnes issues des catégories moyennes et aisées, dont la position sociale a été moins touchée.

Temporalisation des activités

« Petits boulots » informels.

Absence de télétravail.

Ceux qui habitent au domicile parental passent leur temps dans leurs chambres.

Études universitaires.

Travail en présentiel et télétravail.

Activités du care.

Télétravail.

Faible présence des activités du care.

« Activités vitales ».

Étape dans le cycle de vie

Personnes entre 28 et 31 ans en transition vers le monde du travail.

Personnes entre 46 et 57 ans (travailleuses domestiques).

Étudiants universitaires (20-26 ans).

Professionnels (31 et 40 ans).

Jeunes ayant terminé leurs études et vivant chez leurs parents (24-32 ans).

Professionnels (40-67 ans).

Conclusion

59Les expériences de temporalités développées dans cet article permettent de constater la façon dont les individus au Chili ont travaillé sur leurs temps pendant le confinement de 2020. Nous avons essayé de montrer que l’agentivité temporelle des Chiliens pendant le confinement a été modulée par l’interaction de trois conditions sociales. Chacune de ces trois expériences souligne la déclinaison particulière du phénomène de l’inconsistance positionnelle, des activités sociales et du moment dans le cycle de vie dans la manière d’éprouver le temps confiné. Ainsi, cette démarche attentive aux propriétés sociales et interactives des temporalités permet de contextualiser la dimension chronologique du temps confiné à travers la singularité des expériences individuelles.

60Si nous sommes partis du principe que la conception chronologique du temps sous-tend la rationalité techno-experte de la stratégie du confinement, il ne s’est pas pour autant agi pour nous de proposer un mode alternatif de gestion de la pandémie fondé sur une approche sociologique du temps. Beaucoup plus modestement, notre tentative a consisté à constater les effets multiples sur les temporalités sociales d’une mesure régie par une conception nettement objective du temps. Cette enquête s’est ainsi efforcée de combler le hiatus entre le temps objectivé et homogène de la rationalité techno-experte et la texture plurielle du temps subjectif durant le confinement au Chili.

61Si la représentation de la temporalisation des parcours sociaux pendant le confinement donne une image figée des temporalités des individus, il faut reconnaître que les expériences individuelles ont été plus floues au fil du confinement et que les personnes ont pu transiter par plus d’un de ces types idéaux selon la réarticulation des conditions sociales. En effet, l’articulation entre le champ d’expérience et l’horizon d’attente (Koselleck, [1990] 1993) des individus a manifestement évolué au cours de la période, à partir d’un simple tournant dans les supports sociaux, la situation d’emploi, les conditions de vie ou les contextes familiaux, conduisant les individus à habiter le temps différemment.

62Ce que nous pouvons saisir à ce stade, c’est que nos enquêtés ont pu passer d’une expérience à une autre au fil du temps et selon l’articulation des conditions sociales ici identifiées. C’est notamment le cas des individus qui ont éprouvé l’expérience du temps suspendu. En effet, dès lors que le processus de déconfinement a commencé et que les individus ont repris leurs activités ou que leurs positions sociales se sont stabilisées, leur horizon d’attente s’est ouvert à de nouvelles formes de temporalisation de l’expérience marquées par une tonalité plus prometteuse. Ainsi, l’éventuelle reprise d’une activité par les individus a pu les faire transiter vers le temps exigé par l’engagement dans leurs travaux ou vers le temps réinvesti par la recherche du bon endroit et du bon moment pour leurs activités vitales. À l’inverse, la perte d’un emploi ou la prolongation du confinement jusqu’en 2021 a pu signifier pour d’autres l’abandon d’activités sociales présentes et futures, puis une perte de contrôle et d’agentivité comme dans le temps suspendu.

63Les limites de notre recherche relèvent à ce titre de celles des sciences sociales en général : la difficulté qu’il y a à appréhender les événements (Bensa, Fassin, 2002). L’enquête était destinée à accompagner les personnes pendant le temps confiné, mais en septembre 2020, nous avons fermé l’enquête en anticipant une future sortie du confinement. À l’instar de nos enquêtés, notre horizon d’attente ne correspondait pas à ce qui s’est réellement passé dans la réalité sociale, et la recherche n’a pas réussi à saisir les mois suivants des expériences du confinement.

Haut de page

Bibliographie

Andrews J-P., 2019. « Presidente Piñera : “Estamos en guerra contra un enemigo poderoso” », La Tercera, 20 octobre. URL : https://www.latercera.com/politica/noticia/presidente-pinera-estamos-guerra-enemigo-poderoso/870658/

Araujo K., 2019. Hilos tensados. Para leer el octubre chileno, Santiago de Chile, Editorial USACH.

Araujo K., Martuccelli D., 2011. « La inconsistencia posicional : un nuevo concepto sobre la estratificación social », Revista CEPAL 103, p. 1689-1699.

Bensa A., Fassin E., 2002. « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain 38, p. 5-20

Bessin M., 1998. « Le Kaïros dans l’analyse temporelle », Cahiers lillois d’économie et de sociologie 32, 2e semestre, p. 55-73.

Bessin M., 2020.  « Las presencias intergeneracionales en el curso de la vida : un enfoque temporalista y feminista », Revista Contenudo, Cultura y ciencas sociales 10, Enfoque biográfico y curso de vida : caminos paralelos para un destino común. URL : https://www.revistacontenido.com/las-presencias-intergeneracionales-del-curso-de-vidauna-aproximacion-temporalista-y-feminista/

Bourdieu P., [1997] 2003. Méditations pascaliennes, Paris, Seuil.

Banco mundial, 2020. Informe anual 2020, Washington, DC.

Covarrubia, J., Sarricolea, P., Escobedo, C., Durán M., Ulloa V., Eriz, C., Basso L., 2020. Reporte Territorial 3: Análisis territorial de la movilidad en el Gran Santiago – Junio de 2020. Cambios en las distancias recorridas por las medidas de confinamiento. URL : https://isci.cl/wp-content/uploads/2020/07/Reporte-ISCI-Territorial-N%C2%B03-RM-junio.pdf

El Dínamo, 2020. « Piñera y coronavirus : “Es un enemigo poderoso, cruel, que no respeta a nadie” », El Dínamo, 12 avril. URL : https://www.eldinamo.cl/nacional/2020/04/12/pinera-y-coronavirus-es-un-enemigo-poderoso-cruel-que-no-respeta-a-nadie/

El Mostrador, 2020. « Mañalich no cede ni un centímetro : “Una cuarentena total es un absurdo, una medida desproporcionada” », El Mostrador, 20 mars.
URL :
https://www.elmostrador.cl/noticias/pais/2020/03/20/manalich-no-cede-ni-un-centimetro-una-cuarentena-total-es-un-absurdo-una-medida-desproporcionada/

Flaherty M., 2011. The textures of time: agency and temporal experience. Philadelphia, Temple University Press.

Fry R., Passel J.S., Cohn D’.V., 2020. « A majority of young in the US live with their parents for the first time since the Great Depression », Washington, Pew Research Center. URL: https://www.pewresearch.org/fact-tank/2020/09/04/a-majority-of-young-adults-in-the-u-s-live-with-their-parents-for-the-first-time-since-the-great-depression/

Harvey D., 2007. Breve historia del neoliberalismo, Barcelona, AKAL.

Heiss C., 2020. « Chile : entre el estallido social y la pandemia », Análisis Carolina 18, p. 1-14.

Instituto nacional de la juventud (INJUV), 2018. Novena encuesta nacional de la juventud. Informe general de resultados, Santiago, INJUV, ministerio de Desarrollo Social y Familia.

Koselleck R., [1990] 1993. Futuro pasado. Para una semántica de los tiempos históricos, Madrid, Paidós Ediciones.

Latorre R., 2020. « Jaime Mañalich, ministro de Salud : “La falta de confianza recíproca nos jugó una mala pasada” », La Tercera, 14 mai.
URL : https://www.latercera.com/mundo/noticia/jaime-manalich-ministro-de-salud-la-falta-de-confianza-reciproca-nos-jugo-una-mala-pasada/QFX4GKMYA5GEVM2BUCFRO5TQEI/

Martuccelli D., 2021. « La gestión anti-sociológica y tecno-experta del Covid-19 », Papeles del CEIC 1, p. 1-16.

Nicole-Drancourt C., 2009. « Un impensé des résistances à l’égalité entre les sexes : le régime temporel », Temporalités 9, p. 1-23. URL : https://journals.openedition.org/temporalites/1067

Nogueira J., Rocha D.G., Akerman M., 2021. « Políticas públicas adoptadas en la pandemia de la Covid-19 en tres países de America latina : contribuciones de la Promoción de la Salud para no volver al mundo que existía », Global Health Promotion 28(1), p. 117-126.

OECD, 2020. « Covid-19 in Latin America and the Caribbean: an overview of government responses to the crisis », OECD Policy Responses to Coronavirus (Covid-19), Paris, Éditions OCDE.

Paugam S., 2000. Le salarié de la précarité, Paris, Presses universitaires de France.

Programa de las Naciones unidades para el desarrollo (PNUD), 2017. Desiguales. Orígenes, cambios y desafíos de la brecha social en Chile, Santiago, Uqbar Editores.

Pullano G., Valdano E.,  Scarpa N.,  Rubrichi S.,  Colizza V., 2020. « Population mobility reductions during COVID-19 epidemic in France under lockdown », The Lancet Digital Health, doi: 10.1016/S2589-7500(20)30243-0

Rosa H., [2010] 2016. Alienación y aceleración. Hacia una teoría crítica de la temporalidad en la modernidad tardía, Buenos aires, Katz.

Rosa H., 2020. « La sociedad ante la desaceleración forzada. Una interpretación sociológica de la crisis del Coronavirus », Diferencia(s). Revista de teoría social contemporánea 11, p. 19-32.

Rennes J., 2019. « Âge biologique versus âge social : une distinction problématique », Genèses 4(117), p. 109-128.

Haut de page

Notes

1 Ce travail a été développé grâce au soutien du projet NUMAAP, ANID-Programa iniciativa científica milenio, Código NCS17_007–Núcleo "autoridad y asimetrías de poder", Chili.
Nous remercions tous les chercheurs et chercheuses du NUMAAP engagés dans cette recherche : Kathya, Camila, Santos, Rosario, Mariana, Pamela, Isidora, Lore, Claudia, Alán, Tomás, Alejandra, Antonio, Magdalena, Lorena, Elke, Nelson, Paulina et Rodrigo.

2 Selon Martuccelli (2021), contrairement à d’autres réponses à des épidémies comme celle VIH/Sida, la stratégie du confinement non seulement n’a pas tenté de mobiliser la population, mais son objectif était d’organiser la démobilisation par un enfermement généralisé. Cette mesure, qui a révélé la méfiance des autorités à l’égard de la population, a clôturé pour l’auteur toute imagination collective alternative.

3 Bien que le taux moyen d’emploi informel en Amérique latine soit de 60 %, il cache une réalité bien plus hétérogène. Si le Chili affiche l’un des chiffres les plus bas (27 % de la population active), dans les pays voisins comme le Pérou et la Bolivie, ce pourcentage dépasse 60 % (OECD, 2020).

4 Le 20 octobre 2019, dans une allocution au pays, le président Sebastián Piñera a déclaré que « nous sommes en guerre contre une ennemi puissant, implacable, qui ne respecte rien ni personne » (Andrews, 2019), puis le 12 avril 2020, il a affirmé lors d’une conférence de presse que « nous savons que le coronavirus est un ennemi puissant, cruel et implacable qui ne respecte personne » (El Dínamo, 2020).

5 Le mouvement social du 18 octobre 2019 au Chili peut être interprété comme le résultat des tensions entre les deux processus qui ont façonné la société chilienne (Araujo, 2019) : d’une part, l’installation du modèle économique néo-libéral sous la dictature (1973-1990) qui a mis en place un certain modèle de société, et, d’autre part, les aspirations et attentes de démocratisation des relations entre les différents groupes sociaux. Selon Araujo (2019), les effets de ce modèle néo-libéral (précarité de l’emploi, perte de la protection sociale et marchandisation des services sociaux, augmentation des inégalités sociales, concentration du pouvoir politique et économique, etc.) ont conduit à des exigences démesurées sur les individus, à un désenchantement face aux promesses sociales non tenues et à une désaffection pour les valeurs et les normes qui régissent la vie en commun.

6 Ley núm. 21.227. Faculta el acceso a prestaciones del seguro de desempleo de la ley nº 19.728, en circunstancias excepcionales. URL : https://www.leychile.cl/N ?i =1144080&f =2020-06-01&p =

7 Ces données ont été obtenues sur le site de l’université John Hopkins https://coronavirus.jhu.edu/map.html

8 Un rapport de la Banque mondiale montre que 2,3 millions de personnes de la classe moyenne sont devenues vulnérables en raison des problèmes liés à la pandémie et que les ménages dont au moins un des membres a perdu son emploi ont vu leur revenu par habitant diminuer d’environ 40 % (Banco mundial, 2020).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rodolfo Martinic, Paula Gonzalez et Álvaro Soto, « Les modalités de temporalisation de l’experience des temps confinés au Chili »Temporalités [En ligne], 34-35 | 2021, mis en ligne le 17 mars 2022, consulté le 30 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/9251 ; DOI : https://doi.org/10.4000/temporalites.9251

Haut de page

Auteurs

Rodolfo Martinic

EHESS, 54 boulevard Raspail, 75006, Paris, France
rodolfomartinic@gmail.com

Paula Gonzalez

Universidad Alberto Hurtado
pggonzalez2@uc.cl

Álvaro Soto

Universidad Alberto Hurtado
asoto@uahurtado.cl

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search