Navigation – Plan du site

AccueilTemporalités34-35Le sentiment de manquer de temps ...

Le sentiment de manquer de temps à l’épreuve du confinement

Time-squeeze feelings before and during the lock down
El sentimiento de falta de tiempo y el reto del confinamiento
Simon Paye

Résumés

Certains auteurs ont avancé que le premier confinement de 2020 avait profondément remis en cause nos manières d’appréhender le temps. Cette affirmation est ici discutée à partir de l’étude empirique des variations d’une dimension des rapports au temps – le sentiment de manquer de temps – avant la crise sanitaire, pendant le premier confinement (qui fut particulièrement strict), et pendant le second confinement (qui fut moins restrictif). L’analyse statistique de données de quatre enquêtes en population générale met en évidence une atténuation d’ensemble du sentiment de manquer de temps pendant le premier confinement, puis un retour partiel à la normale pendant le second confinement. La complainte du manque de temps n’a donc connu qu’une éclipse de deux mois avant de reprendre une place plus centrale dans le quotidien des Français. La rémanence des rapports au temps se manifeste également dans la remarquable stabilité de la polarisation sociale du sentiment de manque de temps, qui concerne, aussi bien en confinement qu’en temps « normal », davantage les classes supérieures, les âges médians et les femmes. Ces résultats prennent sens dans une approche sociologique des rapports au temps, saisis comme une des composantes premières du rapport au monde des individus, ancrée dans des rapports sociaux, notamment de classe et de genre.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Cet article vise à contribuer à une sociologie des rapports au temps, considérés comme des composantes premières du social incorporé (Darmon, 2015, p. 136 ; Darmon, Dulong, Favier, 2019, p. 12). Les attitudes à l’égard du temps sont, en effet, des produits d’une socialisation qui opère dès la prime enfance, à travers l’inculcation d’apprentissages élémentaires durablement incorporés : apprendre le temps, c’est apprendre à le différencier en adoptant les catégories de l’entendement collectives, mais aussi à se repérer temporellement ou à l’organiser en prenant appui sur ces catégories.

  • 1 Les effets ne sont jamais totaux, parce que les nouvelles dispositions acquises ne le sont pas touj (...)

2Ces dispositions temporelles, qui renvoient tant aux principes de perception du temps qu’à la logique des pratiques temporelles, ne sont pas pour autant immuables. Elles peuvent se redéfinir lors de socialisations secondaires (Darmon, 2015). Les classes préparatoires aux grandes écoles fournissent un exemple de contexte où peut s’opérer une reconversion des manières individuelles d’appréhender ou de pratiquer le temps (ibid.)1. Bien souvent comme dans ce cas de figure, l’incorporation de nouvelles dispositions temporelles s’appuie sur le pouvoir d’une institution.

3Que se passe-t-il quand, à l’inverse, le contexte se caractérise par un effacement des cadres institutionnels ? Le confinement national est un cas de ce type. Sa promulgation en mars 2020 a impliqué une mise en veille brutale de nombre d’institutions qui, habituellement, structurent les temps sociaux : le travail, les établissements scolaires, et dans une moindre mesure les institutions culturelles et religieuses. Comme dans d’autres « temps de crise » tels que la guerre (Beaupré, 2013) ou l’irruption d’un chômage de masse (Lazarsfeld, Jahoda, Zeisel, 1981 ; Roussel, 2011), un « régime temporel spécifique » s’est instauré (Dubar, 2011). L’effacement des temps dominants a engendré des formes d’anomie temporelle, qui se sont manifestées dans l’expérience d’une perte de repères temporels ou une déstructuration des emplois du temps. Les grandes scansions des temps collectifs ont ainsi cédé le pas à des temps indéfinis, ce d’autant plus quand le vide institutionnel a renvoyé les individus à la sphère privée. L’étude de Beaupré (2013) sur les temps de guerre révèle que de tels contextes peuvent susciter l’émergence de nouvelles façons de faire usage du temps ou de se l’approprier, sans qu’on puisse toujours établir clairement si ces nouvelles attitudes sont conjoncturelles ou si elles survivent au temps de crise.

4Suite au premier confinement de 2020 s’est répandue l’idée d’une rupture avec le rapport au temps prédominant du « monde d’avant », celui d’un quotidien accéléré où le temps se conçoit comme une denrée rare (Rosa, 2013). On a ainsi vu éclore une série d’appels à « refonder notre rapport au temps », que ce soit par la « décélération », la « jouissance du temps » ou la « prospérité temporelle » (Ruwet, 2021). Des publications dans des médias grand public ou dans des revues spécialisées ont défendu, sans l’étayer empiriquement, que le confinement avait « transformé notre rapport au temps » (Djelassi, Ayadi, 2020), qu’il fournissait l’occasion historique d’une « modification en profondeur de la relation à la temporalité » (L’Heuillet, Sarthou-Lajus, 2020, p. 55), ou encore que, dans ce contexte, « nous redevenons en quelque sorte “synchrones” avec le monde » (Klein, 2020).

5Parce qu’elles traitent l’appréciation subjective du temps comme relevant d’une (prise de) conscience individuelle, ces interprétations font oublier que les perceptions du temps ont pour fondement des dispositions sociales. À leur différence, « [l]’approche sociologique du temps permet […] de remettre en cause le caractère a priori de la perception temporelle, donné d’emblée et une fois pour toutes à la conscience individuelle, pour lui substituer une vision du temps comme produit d’un apprentissage » (Darmon, 2015, p. 186). Plutôt que de postuler une révolution des rapports au temps, il semble plus juste de commencer par interroger la durabilité des dispositions temporelles à l’aune des confinements de 2020. Cela nécessiterait une enquête très spécifique, prenant appui par exemple sur des entretiens répétés, sur plusieurs années consécutives, auprès d’un échantillon d’individus ou de familles de fractions de classes diversifiées. Ainsi pourrait-on objectiver d’éventuelles évolutions dans les manières de penser, de sentir et de pratiquer le temps et conclure quant aux effets potentiellement socialisateurs du confinement.

6L’objectif de cet article est plus modeste. Je me limiterai ici à interroger une dimension de l’expérience subjective du temps en contexte de confinement : le sentiment de manque de temps (Pronovost, 1997 ; Robinson, Godbey, 1997 ; Méda, 2003 ; Tremblay, 2003). Les rapports au temps ne se réduisent pas à cette seule composante. Les analyses qui suivent ne pourront dès lors prétendre traiter de manière définitive la question du confinement comme moment de socialisation. L’étude des variations de la perception d’un manque de temps apportera un éclairage spécifique sur ce problème plus général permettant la formulation de nouvelles questions et hypothèses.

  • 2 La troisième vague de l’enquête sur la vie en confinement (Vico) ainsi que la prochaine enquête Emp (...)

7L’analyse des données suit une démarche comparative prenant appui sur une sélection d’enquêtes par questionnaire menées avant la crise sanitaire, lors du premier confinement, et lors du second confinement. On ne peut compter, pour l’heure, que sur ces trois points d’appui puisqu’aucune enquête post-confinement incluant des questions sur le sentiment de manque de temps n’a encore été réalisée2. Ces trois configurations sont toutefois suffisamment contrastées pour étudier les variations du sentiment de manquer de temps en fonction du niveau des restrictions.

Les deux confinements nationaux de 2020 en France

Le premier confinement, imposé du 17 mars au 11 mai 2020, se caractérise par la sévérité des mesures de restriction des mobilités et d’interruption des activités sociales. La fermeture des crèches et de tous les établissements d’éducation, de nombreux lieux de travail et des commerces, des lieux de culture et des services publics s’est traduite par une assignation à résidence généralisée et largement respectée. Le second confinement, intervenu du 30 octobre au 15 décembre 2020, a été plus souple. De nombreuses entreprises sont restées ouvertes, tout comme les crèches, écoles, collèges et lycées, ou encore les services publics, les marchés et les parcs et jardins. Les commerces dits « non essentiels » ont dû toutefois fermer leurs portes. Ainsi, on peut voir la période du second confinement comme une situation intermédiaire entre le confinement strict de mars et la vie quotidienne ordinaire.

  • 3 Des analyses préliminaires ont été publiées dans un ouvrage collectif (Paye, 2021). Elles sont ici (...)

8En comparant ces trois configurations (absence de confinement, confinement strict, confinement allégé), je discuterai tout d’abord l’idée selon laquelle les confinements de 2020 ont occasionné un relâchement d’ensemble du sentiment de manque de temps. Je montrerai ensuite que la distribution de ce sentiment de manque de temps au sein des différentes catégories sociales ne s’est pas recomposée sous l’effet des mesures de confinement. Ce sentiment qui touche surtout, en temps ordinaire, les catégories sociales les plus qualifiées et les travailleurs occupant des positions dominantes, n’a pas basculé dans d’autres régions de l’espace social. Je traiterai également la question de l’amplitude des différences et montrerai que loin de s’atténuer, la différenciation sociale du sentiment de manque de temps s’est accentuée sous l’effet des mesures de confinement. En préalable à l’exposé de ces résultats, une première partie présente les sources de données utilisées, les indicateurs retenus pour mesurer le sentiment de manque de temps, et la stratégie d’analyse comparative3.

Sources et indicateurs retenus pour l’analyse comparative

Une sélection d’enquêtes en population générale

  • 4 Je tiens à remercier les membres de cette équipe de recherche pour la mise à disposition des donnée (...)

9Les données relatives aux périodes de confinement proviennent de l’enquête Vico, à l’initiative d’un consortium de plusieurs laboratoires du CNRS4. Une première vague d’interrogations a été réalisée pendant le premier confinement de 2020. Elle visait à recueillir des informations sur la situation vis-à-vis du logement et du travail, ainsi que sur les activités et les évolutions des relations personnelles pendant le confinement. Le questionnaire de cette première vague a été administré en ligne à un échantillon final de 16 224 individus âgés de 18 ans et plus résidant en France.

10La seconde vague de l’enquête Vico a été réalisée en décembre 2020 auprès des répondants de la première vague qui ont accepté de fournir leur adresse e-mail pour être réinterrogés. Le questionnaire a été administré en ligne à un échantillon final de 3 620 individus âgés de 18 ans et plus résidant en France. De la première à la seconde vague, l’attrition a été importante (77 % des répondants ont été perdus).

11L’échantillon cylindré des vagues 1 et 2 de l’enquête Vico permet de saisir les variations du sentiment de manque de temps entre les deux confinements de 2020, et ainsi d’interroger les effets de la plus ou moins grande sévérité des restrictions. Mais cette source est insuffisante pour identifier d’éventuelles singularités des rapports au temps en situation de confinement. Il a donc fallu trouver des données portant sur les sentiments à l’égard du temps avant l’irruption de la pandémie. Trois autres enquêtes en population générale et à visée représentative ont été retenues. Chacune d’entre elles contient une ou des questions sur le sentiment de manquer de temps (tableau 1).

Tableau 1. Les données d’enquête mobilisées dans cet article

Tableau 1. Les données d’enquête mobilisées dans cet article

Les trois enquêtes nationales menées avant la crise sanitaire

L’enquête Pratiques culturelles des Français est menée tous les dix ans environ à l’initiative du ministère de la Culture depuis les années 1970 pour étudier finement l’évolution des goûts culturels et des formes de participation à la vie culturelle de la population. Les données de 2008 utilisées dans cet article sont issues de questionnaires en face à face administrés au domicile des personnes interrogées par l’institut de sondage Lavialle (ISL). L’échantillon final de 5 004 individus est représentatif des personnes de 15 ans et plus résidant en France.

L’enquête Emploi du temps de l’Insee est réalisée environ tous les dix ans depuis la première édition de 1966. Elle vise à collecter des données sur les façons dont les Français organisent leur temps dans leur vie quotidienne. L’édition de 2010 a été menée tout au long de l’année auprès d’environ 12 000 ménages ordinaires, permettant la constitution d’un échantillon représentatif de plus de 18 000 personnes résidant en France.

Enfin, l’enquête Goûts, morales, groupes sociaux vise à produire des données originales sur les goûts et les dégoûts culturels en vue de contribuer à l’étude des mécanismes de distinction à l’œuvre dans l’espace social. Les données ont été collectées en octobre 2014, par le biais d’un questionnaire auto-administré sur une tablette mise à disposition des répondants. Sur les 1 039 individus âgés de 18 à 75 ans résidant en France métropolitaine tirés au sort sur le fichier du recensement et acceptant de participer à l’enquête, 814 ont renseigné un questionnaire exploitable.

12Avant de voir de quelles manières ces différentes sources abordent la question du manque de temps, il est nécessaire de rappeler certains problèmes que soulève l’exploitation de ce type de question dans un questionnaire.

Que mesurent les déclarations de « manque de temps » ?

  • 5 Une analyse des taux de non-réponse à cette question selon le niveau de diplôme ou la catégorie soc (...)

13« Avez-vous le sentiment de manquer de temps ? » Nombre d’enquêtes et de sondages posent une question de ce type à des échantillons de tailles variables sans que l’on sache précisément l’information qui est recherchée ou l’hypothèse qu’il s’agit de tester. Que signifie du reste « manquer de temps » ? Est-ce un sentiment universellement reconnu ? Assurément non : cette notion peut évoquer des ressentis fort différents selon les individus et les groupes sociaux. Et pour cause, l’impression de manquer de temps renvoie plus fondamentalement à la conception que l’on a du temps. Or, il ne va pas de soi pour tout le monde que l’on puisse « manquer » de temps. On sait que les conceptions les plus utilitaristes, rationnelles et abstraites sont socialement situées en haut de l’espace social (Bourdieu, 1977 ; Pronovost, 1997). De ce fait, l’objet même du questionnement, parce qu’il suppose une conception métrologique du temps – un « budget-temps » que l’on peut « dépenser » plus ou moins utilement – n’est pas exempt d’un certain ethnocentrisme de classe. Les réponses des enquêtés sont alors susceptibles d’exprimer aussi bien un sentiment d’avoir peu ou beaucoup de temps disponible qu’une plus ou moins grande proximité avec la conception implicite du temps de l’enquête5.

14En plus d’être une notion associée à l’ethos des classes supérieures, le manque de temps y est valorisé. Gershuny (2005) soutient que la suractivité (« busyness ») est devenue, pour les classes supérieures, le nouveau symbole honorifique (« badge of honor ») de leur condition. Déclarer manquer de temps s’inscrit dès lors dans une logique de distinction sociale. Une telle attitude peut, dans certains milieux, faire l’objet de mises en scène plus ou moins ostentatoires, et, dans d’autres milieux, d’une mise à distance.

15Par ailleurs, la déclaration d’un manque de temps peut n’être qu’un simple reflet d’une disposition à « remplir » ses journées, voire à les surcharger (Robinson, Godbey, 1997, p. 41). Qu’un temps se libère à l’occasion d’un confinement (trajet, travail, activités culturelles ou sportives), et il pourra chez les uns trouver activité à laquelle être réaffecté, ou devenir, chez les autres, « ce non-temps où il n’arrive rien, où il ne se passe rien, où il n’y a rien à attendre » (Bourdieu, 1981). Le caractère plus ou moins chargé d’un emploi du temps est autant le produit que le déterminant des pratiques sociales.

16Dernière remarque critique à propos du sentiment de manque de temps, et non des moindres : il ne correspond que partiellement aux contraintes objectives d’emploi du temps (Pronovost, 1997 ; Robinson, Godbey, 1997, p. 55). Deux personnes aux emplois du temps identiques peuvent ainsi déclarer des sentiments différents à l’égard du temps, par exemple si l’une a des « attentes non comblées » (Pronovost, 2007, p. 10) et l’autre pas. Du reste, la complainte du manque de temps ne résulte pas simplement d’un problème volumétrique (« il me manque tant d’heures pour faire ce que j’ai à faire »). Elle renvoie aussi, comme le montrent Méda (2003) et Pronovost (2007), au degré de maîtrise des temporalités, à leur caractère imposé, ou aux difficultés de synchronisation.

17Compte tenu de ces remarques, les questions sur le « manque de temps » des sources mobilisées dans cet article doivent être conçues comme des instruments produisant une mesure composite, qui mêle indissociablement des conceptions du temps constitutives d’ethos de classe, une adhésion plus ou moins forte à l’idéologie de la suractivité, des dispositions à remplir ou non les temps vides, et des sentiments de manque de temps, de débordement, ou de difficulté d’articulation des temps de vie. On considérera ici cet indicateur comme une façon d’éclairer, parmi d’autres, les rapports au temps et leurs variations dans l’espace social.

Conditions de comparabilité des données

  • 6 À titre d’exemple, on ne compte que 10 agriculteurs dans l’échantillon cylindré contre 53 dans le f (...)

18Les comparaisons entre les vagues 1 et 2 de l’enquête Vico seront effectuées sur l’échantillon cylindré constitué des 3 620 personnes ayant répondu aux deux interrogations. En revanche, pour les comparaisons entre Vico et les données de PCF, EDT et Moract, j’utiliserai l’échantillon Vico de la vague 1 (16 224 répondants), qui permet de calculer des indicateurs plus fiables sur des sous-populations6.

19La comparabilité des données de ces différentes enquêtes pose de nombreux problèmes, liés aux différences de protocole de redressement (choix des variables de calage par exemple), aux décalages temporels entre les enquêtes (PCF a été réalisée douze ans avant Vico), à l’attitude des répondants induite par le style ou la thématique des questionnaires, aux modes de passation (en auto-administré sur internet ou tablette pour Vico et Moract, en face à face à domicile pour EDT et PCF), et à la formulation de la question exploitée et des modalités de réponse.

Tableau 2. Les questions exploitées dans les quatre enquêtes

Tableau 2. Les questions exploitées dans les quatre enquêtes

20Les divergences de formulation de la question entre les quatre enquêtes (tableau 2) suffisent à elles seules à nous alerter sur la vigilance que requiert l’interprétation des résultats qui vont suivre. Il s’agira de savoir à quel point les écarts mesurés reflètent une modification des rapports au temps par les confinements, plutôt que des différences entre instruments de mesure.

21Les modalités de réponses ne pouvant faire directement l’objet de comparaisons, il a fallu construire une variable dichotomique indiquant si les enquêtés ont déclaré, d’une manière ou d’une autre, manquer de temps dans leur vie quotidienne. Si cet indicateur permet de calculer des taux de déclaration d’un manque de temps (sans autre précision), il appelle à des précautions d’interprétation. Par exemple, on peut s’attendre à ce que les questions proposant des modalités non symétriques (PCF, EDT et la Q70c de Moract) aboutissent à un taux de manque de temps plus élevé que les questions dont les modalités positives et négatives sont en nombre égal (Vico et la Q71 de Moract). Les résultats de la section qui suit seront discutés en tenant compte de ces problèmes.

Sévérité du confinement et sentiment de manque de temps

Approche transversale du problème

  • 7 Selon mes calculs, avec prise en compte de la pondération.

22Avant de traiter des effets du confinement sur le sentiment de manquer de temps, il convient de confronter les résultats issus d’enquêtes menées en temps « normal ». Dans PCF, EDT et Moract, les taux sont relativement proches les uns des autres, autour de 60-70 % (figure 1). Une étude récente effectuée par un institut de sondage (Harris Interactive, 2018) aboutit au même ordre de grandeur : 65 % des répondants « estiment manquer souvent de temps pour faire tout ce qu’ils voudraient dans une journée ». Une des premières enquêtes de grande envergure menée en France sur la question de la perception du temps aboutissait également à cet ordre de grandeur : 61 % des salariés répondant à cette enquête estimaient ne pas avoir un temps libre suffisant pour les activités personnelles (Doyelle, 1980, p. 8). Enfin, l’édition de 1999 de l’enquête Emploi du temps de l’Insee permet d’estimer à 66 % la part de ceux qui ont l’impression de ne pas avoir assez de temps pour faire tout ce qu’ils veulent dans leur vie quotidienne7. Devant ces données, on ne peut que souligner l’étonnante stabilité de la part des Français déclarant manquer de temps et ce, en dépit des différences méthodologiques entre les enquêtes.

  • 8 Ce taux, mesuré sur l’échantillon cylindré, diffère légèrement de celui mesuré avec l’échantillon c (...)

23Les données issues de l’enquête Vico se démarquent clairement de celles qui viennent d’être mentionnées. Comme le montre la figure 1, seulement 21 % des répondants de la première vague déclarent manquer de temps8. Au moment de la deuxième vague, le taux remonte à 37 %. Le second confinement, moins rigoureux que le premier, donne ainsi lieu à un taux intermédiaire entre le confinement strict et l’absence de confinement. Cela conforte l’idée d’un retour partiel à des rapports au temps ordinaires à mesure que les contraintes s’assouplissent. L’hypothèse d’une transformation durable des attitudes à l’égard du temps – par exemple l’idée selon laquelle les Français auraient abandonné la course effrénée contre la montre qui caractérisait le « monde d’avant » – apparaît ici discutable. Tout semble indiquer que la complainte du manque de temps, après une éclipse lors du premier confinement, retrouve progressivement sa place, à mesure que les institutions reprennent leurs activités.

Figure 1. Déclaration d’un sentiment de manquer de temps (en % des répondants)

Figure 1. Déclaration d’un sentiment de manquer de temps (en % des répondants)

Champ : Personnes résidant habituellement en France métropolitaine âgées de 18 à 74 ans (sauf pour Moract qui n’inclut pas la Corse)
Lecture : 67,7 % des répondant.es de PCF 2008 (pourcentages redressés) ont déclaré manquer de temps

Source : Vico 2020 (échantillon cylindré, vagues 1 et 2), EDT 2010, PCF 2008, Moract 2014 (calculs pondérés)

  • 9 A contrario, une divergence importante des taux des enquêtes hors confinement et une variation non (...)

24S’agissant à présent des écarts entre les données de l’enquête Vico et celles des enquêtes effectuées avant la pandémie, la question se pose de savoir à quel point ils reflètent des variations « réelles » du sentiment de manquer de temps plutôt que des différences entre instruments de mesure. Revenons sur les problèmes évoqués dans la section précédente. Les écarts ne semblent pas dus à des différences dans les techniques de redressement, car la prise en compte de la pondération va toujours dans le sens d’une légère diminution des estimations (la différence la plus élevée est d’environ 5 % pour la vague 1 de Vico). Les différences dans les modes de passation semblent ne pas avoir engendré d’écarts majeurs, puisque les questionnaires auto-administrés (Vico et Moract) donnent lieu à des taux divergents, tandis que les données des enquêtes menées hors confinement convergent malgré des modes de passation distincts. La symétrisation des modalités semble ne pas avoir eu d’effet majeur : la question 71 de Moract, qui est la seule question symétrique avec celle de Vico, donne un taux d’environ 60 %, plus proche donc de PCF et EDT que de Vico. Reste le problème de la formulation des questions. Le fait que les taux issus d’enquêtes menées hors confinement convergent autour d’une même valeur, et que le taux correspondant à la vague 2 de Vico se situe à mi-chemin entre le premier confinement et l’absence de confinement, suggèrent que nos données ne reflètent pas uniquement des différences de formulation de questions9.

25On ne peut, enfin, exclure l’hypothèse d’une inversion de l’effet de légitimité suscité par la question lors de la passation des questionnaires. En temps normal, le fait de se déclarer occupé ou débordé correspond à une attitude légitime dans de nombreux milieux sociaux (Gershuny, 2005 ; Aït Ali, Rouch, 2013). On peut imaginer que durant le confinement, cette rhétorique du manque de temps ait perdu de sa légitimité au profit d’une mise en avant d’un rapport au temps apaisé, synonyme d’un certain détachement ou d’une maîtrise de la situation. Étant donné l’ampleur désormais bien connue des biais occasionnés par l’effet de légitimité, on ne peut en faire abstraction s’agissant d’une question qui, en même temps qu’elle interroge les enquêtés sur leur perception du temps, sonde le degré de légitimité qu’ils accordent à un certain rapport au temps.

26Pour toutes ces raisons, il serait abusif d’interpréter ces résultats comme des mesures définitives et indiscutables du manque de temps dans la société française. On peut affirmer a minima qu’ils ne contredisent pas l’hypothèse d’un effet du confinement sur le sentiment de manquer de temps. Il me semble que l’on peut pousser l’interprétation jusqu’à défendre l’idée que le premier confinement, par la rupture soudaine qu’il a occasionnée et par la sévérité de ses mesures, a mis en suspens l’impression habituellement partagée d’un manque de temps chez une majorité d’individus. Le second confinement apparaît quant à lui comme un moment historique moins exceptionnel, à mi-chemin entre le premier confinement et les conditions ordinaires de la vie sociale. D’autres études sur cette question sont nécessaires pour mettre à l’épreuve l’interprétation proposée ici, si l’on admet qu’« il n’est pas de meilleure garantie contre l’erreur d’échantillonnage et de mesure que la confrontation des résultats obtenus avec des données concernant le même phénomène » (Bourdieu, Rivet, Darbel et al., 1963, p. 266).

Approche longitudinale du problème

27Les différences entre les données Vico et celles des autres enquêtes ne peuvent être analysées que de manière transversale : on mesure des taux sur des échantillons constitués à différents moments historiques pour ensuite les comparer. En revanche, les données de l’échantillon cylindré de l’enquête Vico offrent la possibilité d’une analyse longitudinale, ce qui permet d’aller plus loin que le constat d’une augmentation globale du taux de déclaration de manquer de temps entre le premier et le second confinement. Cette augmentation d’environ 15 % cache, au niveau individuel, des évolutions nettement moins uniformes (tableau 3) :

Tableau 3. Distribution croisée du sentiment de manquer de temps au premier confinement et au deuxième confinement (% du total)

Tableau 3. Distribution croisée du sentiment de manquer de temps au premier confinement et au deuxième confinement (% du total)

Champ : Personnes résidant habituellement en France métropolitaine âgées de 18 à 74 ans
Lecture : 16,6% des répondant.es (pourcentages redressés) ont déclaré ne pas du tout manquer de temps libre lors du premier confinement puis ne pas vraiment manquer de temps libre lors du deuxième confinement. Les cases orangées correspondent aux répondants dont le sentiment à l’égard du temps s’est tendu entre les deux vagues, les cases bleues à ceux dont le sentiment à l’égard du temps s’est assoupli, en gris à ceux qui ont répondu à l’identique lors des deux vagues d’interrogation

Source : Vico 2020 (échantillon cylindré, vagues 1 et 2, calculs pondérés)

28Près de 40 % des répondants aux deux vagues de l’enquête Vico ont déclaré un niveau plus élevé de manque de temps au second confinement. Parmi ces derniers, on constate une surreprésentation des moins de 34 ans, des étudiants, des personnes sans enfants, des artisans et commerçants, et des actifs ayant cessé leur activité professionnelle au moment du premier confinement. Ces profils sociaux semblent caractérisés par le fait qu’ils ont fréquemment vécu un ralentissement de leur vie quotidienne lors du premier confinement en raison d’une diminution de leurs activités professionnelles, de formation et de loisirs.

29L’évolution inverse concerne, quant à elle, environ 14 % des répondants. Chez ces derniers sont surreprésentés les 35-49 ans, les couches les plus qualifiées du salariat (cadres et professions intermédiaires), les personnes ayant des enfants, ceux qui ont télétravaillé pendant le premier confinement et les hommes et femmes au foyer. On retrouve ici les profils sociaux qui, lors du premier confinement, étaient plus enclins à ressentir des formes de pression ou de conflit temporel (continuité des activités professionnelles notamment par le télétravail, garde des enfants). L’ouverture des écoles pendant le deuxième confinement, le moindre coût d’adaptation au télétravail ou le retour sur le lieu de travail ont pu se traduire chez eux par un moindre sentiment de manque de temps.

30Enfin, près de 40 % des répondants ont déclaré des sentiments à l’égard du temps identiques lors des deux vagues d’interrogation. C’est notamment ce qui fait la spécificité des retraités, qui sont fortement surreprésentés. Ils témoignent d’un rapport au temps qui a été moins affecté par le caractère plus ou moins sévère des restrictions. Les différences entre les deux confinements (notamment en termes d’activité professionnelle et de fermeture ou non des écoles) ont eu moins d’effet chez eux que chez les autres groupes sociaux. Cela ne signifie pas que, de manière générale, le confinement ne les ait pas affectés : alors qu’en temps normal, environ un tiers d’entre eux déclarent manquer de temps, cette proportion s’est divisée par trois en situation de confinement.

La rémanence des différences sociales

  • 10 Cette lacune est patente dans deux recherches psychologiques sur les effets du confinement sur la p (...)

31S’en tenir au constat d’un relâchement d’ensemble du sentiment de manquer de temps reviendrait à succomber à l’écueil de « l’homogénéisation des cultures temporelles à l’échelle d’une société » (Darmon, Dulong, Favier, 2019, p. 7)10. L’expérience du temps des individus s’inscrit en effet dans un « espace social des rapports au temps » structuré par des rapports sociaux de classe, d’âge et de genre (ibid., p. 9). Le sentiment de manquer de temps obéit ainsi à une série de déterminants sociaux que les recherches en sciences sociales ont identifiés dès les années 1960 (Robinson, Godbey, 1997, p. 231). Pour savoir si les mesures de confinement ont reconfiguré ces déterminants sociaux, j’ai procédé à une comparaison inter-enquêtes des liens entre la déclaration de manque de temps et cinq variables sociodémographiques : le sexe, l’âge, le groupe socioprofessionnel, la situation d’emploi et le niveau de diplôme. Lorsque cela a été possible, j’ai également inclus le nombre d’enfants (informations présentes uniquement dans Moract et Vico).

32Dans un premier temps, j’analyse la structure générale de la polarisation sociale du sentiment de manquer de temps et ses éventuelles variations selon la source. Ensuite, j’examine la force de cette différenciation, pour voir si les mesures de confinement ont eu des effets d’amplification des écarts sociaux.

Une polarisation à toute épreuve

33La figure 2 représente la polarisation des caractéristiques sociales selon la part de leurs possesseurs ayant déclaré manquer de temps. Les données ont été centrées-réduites (moyenne nulle et écart-type égal à 1) de façon à faire apparaître à droite les modalités où s’observe une surdéclaration et à gauche une sous-déclaration du sentiment de manquer de temps. Dans les analyses qui suivent et jusqu’à la fin de cet article, je procède d’abord à la comparaison entre la vague 1 de Vico (échantillon complet de 16 224 répondants) et les enquêtes hors confinement, pour ensuite comparer les vagues 1 et 2 de Vico en utilisant l’échantillon cylindré (3 620 répondants).

Figure 2. Polarisation des caractéristiques sociales selon la fréquence des déclarations d’un manque de temps (comparaison entre vague 1 de Vico et les autres enquêtes)

Figure 2. Polarisation des caractéristiques sociales selon la fréquence des déclarations d’un manque de temps (comparaison entre vague 1 de Vico et les autres enquêtes)

Champ : Personnes résidant habituellement en France métropolitaine âgées de 18 à 74 ans (sauf pour Moract qui n’inclut pas la Corse). Les modalités aux effectifs inférieurs à 50 ont été retirées du diagramme
Lecture : La ligne brisée verticale représente le taux moyen de déclaration d’un manque de temps. Les répondants de la vague 1 de Vico ayant entre 35 et 49 ans ont plus souvent déclaré manquer de temps que l’ensemble des répondants

Source : Vico 2020 (vague 1), EDT 2010, PCF 2008, Moract 2014 (calculs non pondérés)

34Une forte homologie structurale se dessine entre les cinq continuums. À gauche prédominent les âges les plus avancés, les inactifs ou chômeurs, et les positions subalternes de la stratification sociale (peu ou pas diplômés, ouvriers, employés). À droite prédominent les tranches d’âges médianes (notamment les 35-49 ans), les personnes en emploi, notamment les plus qualifiées, et les agriculteurs. On retrouve ici des résultats classiques de la sociologie des temps sociaux (Pronovost, 1997 ; Méda, 2003 ; Gershuny, 2005), qui a déjà relevé la correspondance entre le sentiment de manquer de temps et les styles de vie du haut de l’espace social (cadres, professions libérales, entrepreneurs, professions intellectuelles).

35La polarisation du sentiment de manque de temps est également marquée par le genre, les femmes déclarant plus souvent que les hommes manquer de temps. La division sexuelle du travail domestique, l’augmentation du taux d’activité des femmes et l’injonction au care et à la disponibilité temporelle pour autrui sont autant d’éléments pouvant expliquer cette tendance des femmes à se sentir plus pressées par le temps (Méda, 2003 ; Bessin, Gaudart, 2009). Le fait d’avoir des enfants à charge est un principe de différenciation plus difficilement interprétable : dans les données de l’enquête Moract, les variations liées au nombre d’enfants ne sont pas concomitantes pour les deux questions, et dans Vico, la variation n’est pas linéaire alors qu’on s’attendrait à voir le sentiment de manque de temps croître avec le nombre d’enfants. On constate toutefois que les personnes sans enfants déclarent nettement moins souvent manquer de temps. C’est donc davantage le fait d’avoir des enfants, plutôt que leur nombre, qui semble jouer ici. L’âge des enfants n’étant pas renseigné dans les données de la première vague de Vico, il n’a pas été possible de vérifier si l’impression de manque de temps touchait plus fréquemment les parents de jeunes enfants (Méda, 2003 ; Tremblay, 2003). La charge d’enfants suscite un sentiment de manque de temps particulièrement fréquent lorsqu’elle est combinée au télétravail, notamment chez les femmes (43,7 % d’entre elles sont concernées, contre 30,9 % chez les hommes). Ce cas de figure ne concerne toutefois qu’une minorité des Français (17 % des répondants à la vague 1 de Vico, 28 % si l’on retire les non-réponses du calcul).

36Cette homologie structurale est plus ou moins forte selon les enquêtes. Le tableau 4 indique la force de la corrélation inter-enquêtes des distributions du sentiment de manque de temps. Toutes les corrélations sont positives et d’amplitude moyenne ou forte, ce qui confirme le constat d’homologie. La plus forte corrélation (r = 0,92) s’observe entre deux grandes enquêtes nationales menées en période « normale » et comptant de gros effectifs (5 000 pour PCF et 15 000 pour EDT). Les coefficients de corrélation les plus faibles concernent l’enquête Moract, qui, du fait d’un faible effectif (805 répondants), est plus exposée aux risques de fluctuation d’échantillonnage. La position intermédiaire de l’enquête Vico (coefficients de corrélation allant de 0,42 à 0,74) montre que le confinement du printemps 2020 ne donne pas lieu à une polarisation sociale du sentiment de manque de temps particulièrement singulière.

Tableau 4 : Matrice de corrélations des distributions du sentiment de manquer de temps

Tableau 4 : Matrice de corrélations des distributions du sentiment de manquer de temps

Champ : Personnes résidant habituellement en France métropolitaine âgées de 18 à 74 ans (sauf pour Moract qui n’inclut pas la Corse)
Lecture : La distribution du sentiment de manque de temps dans l’enquête PCF 2008 est fortement corrélée à celle de l’enquête EDT 2010

Source : Vico 2020 (vague 1), EDT 2010, PCF 2008, Moract 2014 (calculs non pondérés)

  • 11 Leur très faible effectif (29 répondants) dans l’enquête Moract appelle à des réserves.

37Deux groupes sociaux font exception à ce constat de stabilité de la polarisation. Les hommes et femmes au foyer, qui font partie des faibles déclarants du sentiment de manquer de temps dans PCF, EDT et Moract11, apparaissent du côté des forts déclarants dans la vague 1 de Vico. Ce résultat suggère que le premier confinement, marqué par la fermeture des écoles, a fortement altéré l’expérience temporelle des personnes au foyer, dont 95 % des effectifs ont des enfants, contre 61 % pour l’ensemble des répondants. Une des premières enquêtes qualitatives sur la question livre des matériaux qui abondent dans ce sens : chez les femmes sans activité professionnelle avec enfants, le confinement « exacerbe les difficultés du fait de l’accroissement des tâches domestiques et parentales », entraînant « une difficile, voire impossible, conciliation des temps sociaux » (Collectif d’analyse des familles en confinement, 2020, p. 104).

38L’autre groupe social faisant exception est celui des artisans, commerçants et chefs d’entreprise. Ces derniers apparaissent dans les enquêtes nationales comme nettement plus concernés par le sentiment de manque de temps (y compris dans Moract où ils ne sont que 37), alors qu’ils rejoignent le bataillon des faibles déclarants dans la vague 1 de Vico. Il apparaît que la fermeture des commerces ou des services jugés « non prioritaires » les a davantage impactés que les autres travailleurs, puisque 42,5 % d’entre eux ont déclaré avoir connu une diminution de leur activité, taux qui ne dépasse jamais les 15 % pour les autres groupes socioprofessionnels.

39Des glissements de moindre amplitude se sont également produits sans que cela ne bouleverse la structure générale des différences. Les catégories où la déclaration d’un manque de temps a diminué le plus nettement lors du premier confinement sont les plus de 65 ans, les retraités, les personnes sans enfant, les artisans, commerçants et chefs d’entreprise, les ouvriers, les moins diplômés et les hommes. Cette moindre impression de manque de temps n’a pas forcément été vécue positivement, puisqu’elle a pu refléter aussi bien un allègement des contraintes temporelles qu’un sentiment d’isolement ou de perte de repères temporels.

40L’analyse des données de la vague 2 de Vico aide à interpréter ces premiers résultats. On constate premièrement un maintien de l’homologie déjà constatée plus haut (figure 3). Le second confinement n’a donc pas rebattu les cartes. En revanche, les deux groupes sociaux qui se singularisaient lors du premier confinement se sont rapprochés de leur position habituelle dans le continuum. Les personnes au foyer ont rejoint les rangs des groupes sociaux les moins concernés par le sentiment de manquer de temps. L’ouverture des écoles durant le deuxième confinement explique en grande partie ce constat. Les artisans et commerçants, quant à eux, ont un taux de déclaration proche de la moyenne, ce qui suggère que le second confinement a affecté, mais de manière moins marquée, leur positionnement vis-à-vis de celui des autres groupes sociaux. L’obligation de fermeture n’a concerné que les commerces dits « non essentiels » (petits commerçants indépendants, restaurateurs) et n’a donc désempli l’emploi du temps que d’une partie du groupe social.

Figure 3. Polarisation des caractéristiques sociales selon la fréquence des déclarations d’un manque de temps (comparaison entre les deux vagues de l’enquête Vico)

Figure 3. Polarisation des caractéristiques sociales selon la fréquence des déclarations d’un manque de temps (comparaison entre les deux vagues de l’enquête Vico)

Champ : Personnes résidant habituellement en France métropolitaine âgées de 18 à 74 ans. Les modalités aux effectifs inférieurs à 50 ont été retirées du diagramme
Lecture : La ligne brisée verticale représente le taux moyen de déclaration d’un manque de temps. Les répondant.es de la vague 1 de Vico ayant entre 35 et 49 ans ont plus souvent déclaré manquer de temps que l’ensemble des répondants

Source : Vico 2020 (échantillon cylindré, vagues 1 et 2, calculs non pondérés)

41Inversement, un groupe social dont la position était identique dans tous les continuums se singularise dans la vague 2 de Vico. Il s’agit des étudiants, qui passent d’une position proche de la moyenne à la position la plus à droite du continuum. Trois pistes d’explications de cette évolution sont ici proposées. D’une part, le premier confinement, qui a duré du 17 mars au 11 mai, a pu comporter pour certains étudiants des semaines sans cours, réservées à la préparation des examens, contrairement au second, qui s’est déroulé en période de cours (du 30 octobre au 15 décembre). D’autre part, lors du premier confinement, certains enseignements ont été allégés ou interrompus en cours de route. Une enquête de l’OVE indique par exemple que plus du quart des étudiants n’avaient ni supports de cours mis à leur disposition, ni cours en visioconférence (Belghith, Ferry, Patros et al., 2020, p. 8), ce qui s’est probablement moins souvent produit lors du second confinement même si les données manquent à ce sujet pour l’affirmer. Enfin, il est possible que le passage au « distanciel » lors du deuxième confinement se soit traduit par une plus forte exigence de disponibilité pour le travail étudiant. C’est ce qui a été ressenti par les deux tiers des étudiants ayant répondu à une enquête récente (Boulayoune, Martin, Paye, 2021, p. 9).

42À ces exceptions près, un même espace des perceptions du manque de temps se dessine, quel que soit le contexte historique. La rémanence des différences sociales mise en évidence dans cette partie confirme ainsi la force de l’ancrage social de cette expérience particulière du temps. Il convient à présent de passer d’une analyse de la structure des variations à celle de leur amplitude. Si celle-ci se montrait plus forte dans les données de l’enquête Vico, cela suggérerait que les mesures de confinement tendent à accentuer la différenciation entre groupes sociaux au regard de leur expérience du temps.

Sévérité du confinement et force de la différenciation

43Pour pouvoir comparer l’amplitude de la différenciation sociale selon l’enquête, j’utilise ici un indicateur de dispersion qui, contrairement à l’écart-type, n’est pas affecté par les différences de moyennes : le coefficient de variation.

Tableau 5. Dispersion des distributions du sentiment de manque de temps (comparaison entre vague 1 de Vico et les autres enquêtes)

Tableau 5. Dispersion des distributions du sentiment de manque de temps (comparaison entre vague 1 de Vico et les autres enquêtes)

Champ : Personnes résidant habituellement en France métropolitaine âgées de 18 à 74 ans (sauf pour Moract qui n’inclut pas la Corse)
Lecture : Le coefficient de variation s’exprime en pourcentages de la moyenne. Les variations du sentiment de manque de temps liées à l’âge sont plus élevées dans l’enquête EDT 2010 que dans l’enquête PCF 2008

Source : Vico 2020 (vague 1), EDT 2010, PCF 2008, Moract 2014 (calculs non pondérés)

44La dispersion globale la plus élevée s’observe dans les données de la première vague de l’enquête Vico (tableau 5). Elle est 1,5 fois plus forte que dans les autres enquêtes, sauf pour EDT qui se situe en position intermédiaire. Lorsque l’on regarde les fluctuations propres à chaque variable, on s’aperçoit que les dispersions les plus élevées concernent presque systématiquement les données de la première vague de Vico. Ainsi par exemple, le sexe y est facteur de variations au moins deux fois plus importantes que dans les autres enquêtes. Il en va de même pour les autres variables, à des degrés divers. Ces résultats suggèrent que la différenciation du sentiment de manquer de temps, loin de s’effacer durant le premier confinement, s’est même légèrement accentuée.

45Dans la plupart des enquêtes, c’est l’âge et la situation d’emploi qui engendrent les variations les plus fortes du sentiment de manque de temps. Par exemple, être en emploi plutôt que retraité se traduit par un écart plus important dans les déclarations qu’être fortement diplômé plutôt que faiblement diplômé. Ces fortes variations sont toutefois liées à la plus ou moins grande finesse du découpage des variables : alors que l’âge et la situation d’emploi sont codés respectivement en 5 et 7 modalités, le sexe et le diplôme sont codés en 2 et 3 modalités. Il est dès lors difficile de savoir quelles variations ont été les plus amplifiées par le premier confinement. De plus, les conclusions peuvent s’inverser selon que l’on raisonne en termes de différences (« tant de % en plus ») ou de rapports (« tant fois plus »). À propos du sexe par exemple, on peut affirmer que le coefficient de variation n’a augmenté que d’une dizaine de points… alors que cette variation en a fait doubler la valeur ! Les deux seules variables pour lesquelles ces deux types d’interprétation convergent sont la situation d’emploi et le nombre d’enfants. Pour la première, on constate un accroissement plutôt limité des différences durant le premier confinement, tandis qu’elles semblent avoir explosé pour la seconde. Malgré les réserves qui s’imposent au vu de la faiblesse des effectifs de l’enquête Moract qui est la seule avec Vico à indiquer le nombre d’enfants des enquêtés, il semble que la fermeture de l’école soit l’aspect du premier confinement qui a le plus impacté le sentiment de manquer de temps.

46La comparaison entre les deux vagues de Vico à partir de l’échantillon cylindré fait apparaître une tendance à l’atténuation des différentiels selon le sexe, le groupe socioprofessionnel, le niveau de diplôme et le nombre d’enfants, et un maintien de ceux relatifs à l’âge (tableau 6).

Tableau 6. Dispersion des distributions du sentiment de manque de temps (comparaison entre les deux vagues de l’enquête Vico)

Tableau 6. Dispersion des distributions du sentiment de manque de temps (comparaison entre les deux vagues de l’enquête Vico)

Champ : Personnes résidant habituellement en France métropolitaine âgées de 18 à 74 ans
Lecture : Le coefficient de variation s’exprime en pourcentages de la moyenne. Les variations du sentiment de manque de temps liées au niveau de diplôme sont plus élevées dans la première vague de Vico que dans la deuxième

Source : Vico 2020 (échantillon cylindré, vagues 1 et 2, calculs non pondérés)

47L’expérience d’un manque de temps semble avoir été, globalement, légèrement moins polarisée lors du deuxième confinement comparativement au premier. Les analyses de cette section vont toutes dans le sens d’un accroissement des écarts entre groupes sociaux avec la sévérité des mesures de confinement. Le ressenti d’un manque de temps a donc divisé les Français un peu plus qu’à l’ordinaire, notamment lors du premier confinement. Cette observation fait écho aux résultats de nombreuses recherches sur les effets du confinement, qui ont montré que la mise en veille d’institutions structurantes et le repli sur la sphère domestique ont exacerbé les inégalités sociales (Albouy, Legleye, 2020 ; Collectif d’analyse des familles en confinement, 2020 ; Recchi et al., 2020 ; Mariot, Mercklé, Perdoncin, 2021). À l’inverse, l’interprétation quelque peu optimiste de Julien Damon (2020, p. 58) apparaît discutable, lorsqu’il affirme que le premier confinement, parce qu’il soumettait toute la population aux mêmes contraintes, avait réduit les inégalités face au temps.

Conclusion

48L’année 2020 aura vu, par deux fois, la France se replier sur ses foyers. L’assignation à la sphère domestique, l’arrêt de tout un ensemble d’activités sociales et le délitement des cadres institutionnels auraient-ils révolutionné notre rapport au temps, comme l’ont suggéré de nombreux commentaires et analyses ? La comparaison de données statistiques produites lors des deux confinements de 2020 avec celles de trois enquêtes en population générale réalisées avant la pandémie fait ressortir une image plus complexe des effets du confinement sur les attitudes à l’égard du temps. L’hypothèse selon laquelle les mesures de confinement ont provoqué un relâchement général du sentiment de manquer de temps se vérifie. Pour autant, l’analyse comparative montre à quel point les Français ont vécu deux confinements très différents. Alors que le premier a introduit une rupture brutale avec les temporalités habituelles, le second a instauré une situation intermédiaire entre le confinement strict et l’absence de confinement. Cela suggère que, loin de disparaître, la complainte du manque de temps n’aura connu qu’une parenthèse de deux mois lors du premier confinement, avant de reprendre une place plus centrale dans les rapports au temps des Français. Cette tendance au retour à la normale suggère l’hypothèse que les individus, loin d’avoir adopté de nouvelles attitudes à l’égard du temps, ont sans doute continué d’appréhender le temps avec les mêmes schèmes de perception qu’avant la crise sanitaire.

49L’hypothèse d’un ancrage social durable des rapports au temps malgré le caractère exceptionnel des confinements de 2020 trouve un autre fondement dans le constat d’une remarquable stabilité de la distribution sociale du sentiment de manque de temps. Ce sentiment touche toujours en premier lieu le haut de la stratification sociale, les personnes en emploi, les âges médians et les femmes. Cette polarisation sociale des sentiments à l’égard du temps s’est non seulement maintenue, mais aussi légèrement accentuée, notamment au regard des variations liées au sexe, à la profession, et au fait d’avoir des enfants.

50À l’aune de ces résultats, il semble opportun de nuancer la thèse d’une révolution des rapports au temps. Si à l’échelle individuelle, nombre de confinés ont pu faire provisoirement l’expérience d’une nouvelle appréciation du temps, à l’échelle collective, les grands faits sociaux demeurent. Ces résultats accréditent l’idée que les attitudes à l’égard du temps ne sont pas de simples girouettes psychologiques, sensibles aux aléas du contexte, mais une dimension profonde et durable du rapport au monde des individus, ancrée dans des rapports sociaux de classe (Darmon, Dulong, Favier, 2019). La conclusion de l’ouvrage Personne ne bouge fait écho à cette interprétation lorsqu’elle affirme que la France confinée apparaît bien « éloigné[e] des cartes postales évoquant le ‘monde d’après’ qui aurait émergé d’une rupture salvatrice avec un quotidien trop pressant, au cours de laquelle nous aurions toutes et tous découvert les vertus de la consommation locale, du silence et du temps pour soi » (Mariot, Mercklé, Perdoncin, 2021, p. 210).

51Nombre de questions restent en suspens, car, faut-il le rappeler, le rapport au temps des individus n’est pas réductible au rapport au manque de temps. En bousculant les vies quotidiennes, les mesures de confinement interrogent également le sentiment de maîtrise de ses propres temporalités, l’appréciation subjective de l’écoulement du temps, le ressenti de lassitude ou d’ennui, ou encore l’impression de perte de repères temporels (Grossin, 1974 ; Darmon, 2018), autant de façons de sentir qui n’ont pas été abordées ici. Il reste également à interroger les effets des confinements sur toute une série de façons de penser et de pratiquer le temps qui ont pu être remises en cause ou faire l’objet de réajustements : les dispositions à l’anticipation, à la rationalisation, à la structuration plus ou moins ritualisée du temps, la disposition à « remplir » les temps vides et en tirer une utilité ou inversement à « prendre son temps », le goût ou le dégoût pour les routines, les efforts consentis pour éviter les retards, pour s’accommoder de l’urgence, ou inversement pour se détacher de la discipline du temps, etc. On peut ici aussi se demander dans quelle mesure ces réajustements, quand ils ont eu lieu, sont restés strictement conjoncturels ou se sont cristallisés en nouvelles habitudes, modifiant ainsi durablement les rapports au temps. Les enquêtes qualitatives seront particulièrement utiles pour aborder toutes ces questions plus finement que dans cet article.

Haut de page

Bibliographie

Aït Ali N., Rouch J.-P., 2013. « Le ‘je suis débordé’ de l’enseignant-chercheur. Petite mécanique des pressions et ajustements temporels », Temporalités 18. URL : https://journals.openedition.org/temporalites/2632

Albouy V., Legleye S., 2020. « Conditions de vie pendant le confinement : des écarts selon le niveau de vie et la catégorie socioprofessionnelle », Insee Focus 197.

Beaupré, N., 2013. « La guerre comme expérience du temps et le temps comme expérience de guerre », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 117(1), p. 166-181.

Belghith F., Ferry O., Patros T., Tenret E., 2020. « La vie étudiante au temps de la pandémie de Covid-19 : incertitudes, transformations et fragilités », OVE Infos 42.

Bessin M., Gaudart C., 2009. « Les temps sexués de l’activité : la temporalité au principe du genre ? », Temporalités 9. URL : https://journals.openedition.org/temporalites/979

Boulayoune A., Martin E., Paye S., 2021. Derrière les écrans. Les conditions d’études des étudiants de sociologie de Nancy lors du deuxième confinement, compte-rendu d’enquête, 29 p.

Bourdieu P., 1981. « Préface », in Lazarsfeld P., Jahoda M., Zeisel H. (dir.), Les chômeurs de Marienthal, Paris, Éditions de Minuit, p. 7-12.

Bourdieu P., Rivet J.-P., Darbel A., Seibel, C., 1963. Travail et travailleurs en Algérie, Paris, Mouton.

Collectif d’analyse des familles en confinement, 2020. « Heur et malheur des familles confinées en France : une analyse exploratoire de l’expérience du confinement à domicile », Les politiques sociales 2(2), p. 94-113.

Damon J., 2020. « Des inégalités déconfinées par le coronavirus », Futuribles 437(4), p. 53-59.

Darmon M., 2015. Classes préparatoires : la fabrique d’une jeunesse dominante, Paris, La Découverte.

Darmon M., 2018. “Drafting the ‘time space’. Attitudes towards time among prep school students”, European Societies 20(3), p. 525-548.

Darmon M., Dulong D., Favier E., (dir.), 2019. « Temps et pouvoir », Actes de la recherche en sciences sociales 1, p. 6-15.

Djelassi S., Ayadi N., 2020. « Comment le confinement bouleverse-t-il notre rapport au temps ? », The Conversation. URL: https://theconversation.com/comment-le-confinement-bouleverse-t-il-notre-rapport-au-temps-137117

Doyelle, A., 1980. « La perception du temps chez les salaries. Quelques enseignements d’une enquête », Travail et emploi, (3), p. 7-14.

Droit-Volet S., Gil S., Martinelli N., Andant N., Clinchamps M., Parreira L., et al., 2020. “Time and Covid-19 stress in the lockdown situation: Time free, ‘Dying’ of boredom and sadness”, PLoS ONE 15(8): e0236465. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0236465

Dubar C., 2011. « Temps de crises et crise des temps », Temporalités 13. URL : https://journals.openedition.org/temporalites/1563

Gershuny J., 2005. “Busyness as the badge of honor for the new superordinate working class”, Social Research 72(2), p. 287-314.

Grossin W., 1974. Les temps de la vie quotidienne, Paris, Mouton.

Harris Interactive, 2018. Les Français et leur rapport au temps, rapport commandité par Volvo. URL : https://harris-interactive.fr/opinion_polls/les-francais-et-leur-rapport-au-temps/

Klein E., 2020. « Coronavirus : comment le confinement change notre rapport au temps », Le Journal du dimanche, 1er mai 2020.

Lazarsfeld P., Jahoda M., Zeisel H., 1981. Les chômeurs de Marienthal, Paris, Éditions de Minuit.

L’Heuillet H., Sarthou-Lajus N., 2020. « Leçons sur le retard », Études, vol. 5, p. 55-64.

Mariot N., Mercklé P., Perdoncin A. 2021. Personne ne bouge. Une enquête sur le confinement du printemps 2020, Grenoble, UGA Éditions.

Méda D., 2003. « Manquons-nous de temps ? » Revue Interventions économiques. Papers in Political Economy 31. URL : https://journals.openedition.org/interventionseconomiques/920?lang=en

Ogden R. S., 2020. “The passage of time during the UK Covid-19 lockdown”, PLoS ONE 15(7): e0235871. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0235871

Paye S., 2021. « Le confinement a-t-il exacerbé les inégalités face au temps ? », in Mariot N., Mercklé P., Perdoncin A. (Dir.), Personne ne bouge : Une enquête sur le confinement du printemps 2020, Grenoble, UGA Éditions.

Pronovost G., 1997. « Manquons-nous de temps ? Structure et conceptions du temps », International Review of sociology 7(3), p. 365-373.

Pronovost G., 2007. « Le temps dans tous ses états : temps de travail, temps de loisir et temps pour la famille à l’aube du xxie siècle », Enjeux publics IRPP 8(1), p. 8-35.

Recchi E., Ferragina E., Helmeid E., Pauly S., Safi M., Sauger N., Schradie J., 2020. « Confinement pour tous, épreuve pour certains. Les résultats de la première vague d’enquête du projet CoCo », Policy Brief 1, Paris, Sciences Po, OSC. URL : https://zenodo.org/record/3757813#.Ych6VRPMLVo

Robinson J. P., Godbey G., 1997. Time for Life: The Surprising Ways Americans Use their Time, University Park, Pennsylvania State University Press.

Rosa H., 2013. Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, La Découverte.

Roussel M., 2011. Le temps de la vie quotidienne chez les ouvriers de Saint Frères : Flixecourt 1930-1945, thèse de sociologie, Université de Picardie.

Ruwet C., 2021. « Par-delà les temps qui courent : comment la pandémie de Covid-19 nous invite à refonder notre rapport au temps », Revue de la régulation, 29.

Tremblay D.-G., 2003. « Avons-nous besoin de temps ? », Policy Options, p. 53-57.

Haut de page

Annexe

Données d’enquêtes de la statistique publique :

Emploi du temps - 1999, INSEE [producteur], ADISP [diffuseur]
Emploi du temps - 2010, INSEE [producteur], ADISP [diffuseur]
Goûts, morales, groupes sociaux - 2014, Équipe ELIPSS [producteur], CDSP [diffuseur]
Pratiques culturelles des Français - 2008, DEPS - Ministère de la Culture [producteur], ADISP [diffuseur]

Haut de page

Notes

1 Les effets ne sont jamais totaux, parce que les nouvelles dispositions acquises ne le sont pas toujours durablement, et surtout parce que les dispositions antérieurement acquises conditionnent le processus de resocialisation qui s’opère dans l’institution. Ainsi, la différenciation sociale des rapports au temps n'est jamais totalement neutralisée par l'institution.

2 La troisième vague de l’enquête sur la vie en confinement (Vico) ainsi que la prochaine enquête Emploi du temps dont la collecte doit démarrer en 2024 permettront sans doute de combler cette lacune.

3 Des analyses préliminaires ont été publiées dans un ouvrage collectif (Paye, 2021). Elles sont ici prolongées par une exploitation des données de la vague 2 de l’enquête Vico, et accompagnées d’une réflexion méthodologique sur la mesure du phénomène et les problèmes de comparabilité des données.

4 Je tiens à remercier les membres de cette équipe de recherche pour la mise à disposition des données, ainsi que les participants et participantes du « datathon » de juin 2020 pour les échanges autour de ces données.

5 Une analyse des taux de non-réponse à cette question selon le niveau de diplôme ou la catégorie socioprofessionnelle permettrait de mieux cerner cette distance sociale. Les données des enquêtes mobilisées dans cet article ont des de taux de non-réponse étonnamment faibles, voire nuls, ce qui ne peut manquer de poser question.

6 À titre d’exemple, on ne compte que 10 agriculteurs dans l’échantillon cylindré contre 53 dans le fichier de la première vague.

7 Selon mes calculs, avec prise en compte de la pondération.

8 Ce taux, mesuré sur l’échantillon cylindré, diffère légèrement de celui mesuré avec l’échantillon complet de la vague 1, estimé à 22,9 % (Paye, 2021).

9 A contrario, une divergence importante des taux des enquêtes hors confinement et une variation non linéaire des taux selon le degré de sévérité des mesures de confinement auraient suggéré un effet important des différences de formulation des questions, rendant particulièrement délicate l’interprétation des résultats.

10 Cette lacune est patente dans deux recherches psychologiques sur les effets du confinement sur la perception des temps. La première (Ogden, 2020) montre que plus de 80 % des répondants ont eu une expérience du temps différente qu’en temps normal (environ 40 % déclarent voir passer le temps plus vite, 40 % l’inverse) et la seconde enregistre une diminution d’ensemble de la vitesse perçue du temps (Droit-Volet et al., 2020). La différenciation sociale de ces perceptions n’est jamais interrogée.

11 Leur très faible effectif (29 répondants) dans l’enquête Moract appelle à des réserves.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Les données d’enquête mobilisées dans cet article
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/9319/img-1.png
Fichier image/png, 39k
Titre Tableau 2. Les questions exploitées dans les quatre enquêtes
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/9319/img-2.png
Fichier image/png, 52k
Titre Figure 1. Déclaration d’un sentiment de manquer de temps (en % des répondants)
Légende Champ : Personnes résidant habituellement en France métropolitaine âgées de 18 à 74 ans (sauf pour Moract qui n’inclut pas la Corse)Lecture : 67,7 % des répondant.es de PCF 2008 (pourcentages redressés) ont déclaré manquer de temps
Crédits Source : Vico 2020 (échantillon cylindré, vagues 1 et 2), EDT 2010, PCF 2008, Moract 2014 (calculs pondérés)
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/9319/img-3.png
Fichier image/png, 36k
Titre Tableau 3. Distribution croisée du sentiment de manquer de temps au premier confinement et au deuxième confinement (% du total)
Légende Champ : Personnes résidant habituellement en France métropolitaine âgées de 18 à 74 ansLecture : 16,6% des répondant.es (pourcentages redressés) ont déclaré ne pas du tout manquer de temps libre lors du premier confinement puis ne pas vraiment manquer de temps libre lors du deuxième confinement. Les cases orangées correspondent aux répondants dont le sentiment à l’égard du temps s’est tendu entre les deux vagues, les cases bleues à ceux dont le sentiment à l’égard du temps s’est assoupli, en gris à ceux qui ont répondu à l’identique lors des deux vagues d’interrogation
Crédits Source : Vico 2020 (échantillon cylindré, vagues 1 et 2, calculs pondérés)
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/9319/img-4.png
Fichier image/png, 40k
Titre Figure 2. Polarisation des caractéristiques sociales selon la fréquence des déclarations d’un manque de temps (comparaison entre vague 1 de Vico et les autres enquêtes)
Légende Champ : Personnes résidant habituellement en France métropolitaine âgées de 18 à 74 ans (sauf pour Moract qui n’inclut pas la Corse). Les modalités aux effectifs inférieurs à 50 ont été retirées du diagrammeLecture : La ligne brisée verticale représente le taux moyen de déclaration d’un manque de temps. Les répondants de la vague 1 de Vico ayant entre 35 et 49 ans ont plus souvent déclaré manquer de temps que l’ensemble des répondants
Crédits Source : Vico 2020 (vague 1), EDT 2010, PCF 2008, Moract 2014 (calculs non pondérés)
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/9319/img-5.png
Fichier image/png, 94k
Titre Tableau 4 : Matrice de corrélations des distributions du sentiment de manquer de temps
Légende Champ : Personnes résidant habituellement en France métropolitaine âgées de 18 à 74 ans (sauf pour Moract qui n’inclut pas la Corse)Lecture : La distribution du sentiment de manque de temps dans l’enquête PCF 2008 est fortement corrélée à celle de l’enquête EDT 2010
Crédits Source : Vico 2020 (vague 1), EDT 2010, PCF 2008, Moract 2014 (calculs non pondérés)
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/9319/img-6.png
Fichier image/png, 25k
Titre Figure 3. Polarisation des caractéristiques sociales selon la fréquence des déclarations d’un manque de temps (comparaison entre les deux vagues de l’enquête Vico)
Légende Champ : Personnes résidant habituellement en France métropolitaine âgées de 18 à 74 ans. Les modalités aux effectifs inférieurs à 50 ont été retirées du diagrammeLecture : La ligne brisée verticale représente le taux moyen de déclaration d’un manque de temps. Les répondant.es de la vague 1 de Vico ayant entre 35 et 49 ans ont plus souvent déclaré manquer de temps que l’ensemble des répondants
Crédits Source : Vico 2020 (échantillon cylindré, vagues 1 et 2, calculs non pondérés)
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/9319/img-7.png
Fichier image/png, 49k
Titre Tableau 5. Dispersion des distributions du sentiment de manque de temps (comparaison entre vague 1 de Vico et les autres enquêtes)
Légende Champ : Personnes résidant habituellement en France métropolitaine âgées de 18 à 74 ans (sauf pour Moract qui n’inclut pas la Corse)Lecture : Le coefficient de variation s’exprime en pourcentages de la moyenne. Les variations du sentiment de manque de temps liées à l’âge sont plus élevées dans l’enquête EDT 2010 que dans l’enquête PCF 2008
Crédits Source : Vico 2020 (vague 1), EDT 2010, PCF 2008, Moract 2014 (calculs non pondérés)
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/9319/img-8.png
Fichier image/png, 40k
Titre Tableau 6. Dispersion des distributions du sentiment de manque de temps (comparaison entre les deux vagues de l’enquête Vico)
Légende Champ : Personnes résidant habituellement en France métropolitaine âgées de 18 à 74 ansLecture : Le coefficient de variation s’exprime en pourcentages de la moyenne. Les variations du sentiment de manque de temps liées au niveau de diplôme sont plus élevées dans la première vague de Vico que dans la deuxième
Crédits Source : Vico 2020 (échantillon cylindré, vagues 1 et 2, calculs non pondérés)
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/9319/img-9.png
Fichier image/png, 31k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simon Paye, « Le sentiment de manquer de temps à l’épreuve du confinement »Temporalités [En ligne], 34-35 | 2021, mis en ligne le 17 mars 2022, consulté le 30 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/9319 ; DOI : https://doi.org/10.4000/temporalites.9319

Haut de page

Auteur

Simon Paye

Université de Lorraine - 2L2S, 23 Boulevard Albert 1er, BP 60446, 54001 Nancy CEDEX
simon.paye@univ-lorraine.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search