Navigation – Plan du site

AccueilTemporalités34-35Réseau de parenté pendant le prem...

Réseau de parenté pendant le premier confinement : des liens intensifiés en temps d’incertitude ?

Kinship network during lockdown: ties intensified in times of uncertainty?
Red de parentesco durante el primer confinamiento: ¿un refuerzo de los lazos en tiempos de incertidumbre?
Veronika Kushtanina et Virginie Vinel

Résumés

Cet article examine les relations avec les membres de la parentèle non confinés ensemble lors de la première vague de la pandémie de Covid-19. Il s’appuie sur un questionnaire en ligne qui a recueilli 4 300 réponses pendant le printemps 2020. Nous interrogeons comment la séparation des espaces-temps due au confinement, caractérisé comme un temps d’incertitudes, de bouleversement des rythmes quotidiens et d’entrave aux relations en face à face, a influencé la fréquence des contacts. La pandémie a-t-elle resserré les liens ou au contraire les a-t-elle distendus avec les parents proches et éloignés ? La perturbation des rythmes quotidiens a-t-elle infléchi les contacts ? Le maintien de l’attention aux autres, notamment aux plus fragiles dans une parentèle élargie souvent peu étudiée, forme l’enjeu de cette analyse, autant que les inégalités de genre et de catégories sociales exacerbées par cette période. Globalement, la fréquence des contacts a augmenté, surtout avec la famille proche, mais aussi – et c’est l’originalité de cet article – avec des apparentés de 2e et 3e degrés. Paradoxalement, l’activité pendant le confinement n’a pas d’effet sur les liens. En revanche, les femmes et la « génération pivot » ont renforcé leur investissement du fait de leur rôle central dans le réseau de parenté. Les relations à distance, via les outils numériques, ont été intensifiées par les catégories favorisées et les personnes éloignées géographiquement de leur famille qui ont investi ces moments comme une temporalité en soi.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Il s’agit des beaux-frères et belles-sœurs, des parents du conjoint ou de la conjointe ainsi que de (...)
  • 2 La génération dite « pivot » ou « sandwich » correspond aux adultes âgés entre 45 et 65 ans qui rép (...)

1Dans la France contemporaine, les liens de parenté restent vivaces parmi les relations que les individus entretiennent avec leur entourage, y compris dans les grandes métropoles (Bonvalet, 2003 ; Bonvalet, Lelièvre, 2012 ; Manceron, Segalen, 2012). La famille européenne s’organise en parentèle, c’est-à-dire en un réseau de parents et d’alliés1 centrés sur l’individu (Godelier, 2004), fait d’obligations, mais aussi de liens d’élection. La lignée avec au centre la génération dite pivot (Attias-Donfut, 1995) ou génération sandwich (Coenen-Huther, Kellerhals, Von Allmen, 1994)2 forme la colonne vertébrale de ces relations (Attias-Donfut, Lapierre, Segalen, 2002 ; Martin, 2002). Les liens avec les collatéraux (fratrie, cousins, oncles et tantes) et les alliés (belle-famille) sont à la fois plus variables et moins connus (Favart, 2007 ; Gollac, 2015 ; Jonas, Le Pape, 2008). Les réseaux de parenté, ces « systèmes de relations dyadiques » construits autour d’une personne (Bidart, Grossetti, 2018), sont particulièrement sensibles aux temporalités (Widmer, La Farga, 2000) : la régularité des contacts, des rencontres et des échanges de services façonne les liens familiaux (Renaut, 2003 ; Morgan, 2020) qui se reconfigurent avec les événements biographiques (naissances, divorces, décès, déménagements, maladies, handicaps) et historiques (guerres, épidémies, crises économiques).

  • 3 Enquête Vico (Mariot, Merckle, Perdoncin, 2021) ; projet Coco (Recchi E., Ferragina E., Godechot O. (...)

2Le premier confinement est venu bouleverser les temporalités routinières des relations familiales. Entre le 17 mars et le 11 mai 2020, les résidents de France ont été obligés de rester à domicile, à l’exception des activités dites « essentielles ». Pendant huit semaines, 65 % de la population est demeurée chez elle (Albouy, Legleye, 2020). Les enquêtes sur le confinement se sont ainsi intéressées aux logements et aux réseaux sociaux des confinés (Mariot, Merckle, Perdoncin, 2021), à l’entourage familial et amical de proximité (Lambert, Cayouette-Remblière, 2021a), aux inégalités de genre dans le ménage3. Notre enquête Familles en temps de confinement semble la seule à questionner les relations familiales au-delà du couple et de la lignée. Notre article interroge ainsi l’impact de la pandémie de Covid-19 sur les liens avec les membres de la parentèle résidant en dehors du foyer de confinement.

3À partir des réseaux de parenté, nous analyserons les fréquences et les types des contacts avec les membres de la parentèle, puis les facteurs sociaux influençant ces relations, pour terminer par l’effet du temps disponible au quotidien sur le maintien, la diminution ou l’augmentation des contacts.

4La pandémie – particulièrement dans sa première vague – a été un choc, accroissant le sentiment d’incertitudes et d’instabilités sanitaires, économiques ou relationnelles (Albouy, Legleye, 2020), pour certaines catégories sociales plus que pour d’autres (Lambert, Cayouette-Remblière, 2021a ; Mariot, Merckle, Perdoncin, 2021). Pour autant, cette période a-t-elle distendu les liens familiaux ou au contraire les a-t-elle resserrés ? C’est une première interrogation de notre étude. Les recherches publiées à ce jour attestent que les relations et les échanges de service de proximité dans le voisinage ou la parenté ont perduré (Lambert, Cayouette-Remblière, Guéraut et al., 2020a), mobilisant surtout des « liens forts », la famille proche et les amis (Grossetti, Bidart, Defossez et al., 2021) et s’orientant vers les personnes âgées (Cayouette-Remblière, Lambert, Girard et al., 2021).

5Entretenir les liens avec le réseau de parenté est une question de temps : qui a eu le temps de prendre des nouvelles des membres de la famille ? À quelle fréquence les contacts se sont-ils perpétués ? Les manières d’« habiter le temps » (Chesneaux, 1997) sont traversées par différents facteurs sociaux comme la catégorie sociale (Guinchard, 2011), le genre (Bessin, Gaudard, 2009), la configuration familiale et l’entourage local (Bonvalet, Lelièvre, 2012), les formes d’emploi. Les enquêtes Coconel et Vico convergent vers des inégalités de genre : les femmes ont été plus souvent en arrêt de travail que les hommes et, quand elles ont télétravaillé, elles ont plus souvent partagé leur espace de travail avec les autres membres de la famille (Charlap, Grossetti, 2021 ; Lambert, Cayouette-Remblière, 2021b). Elles ont déclaré manquer de temps pendant le confinement (Paye, 2021). Le niveau de diplôme élevé a continué à jouer un rôle protecteur contre les risques économiques pendant cette période (Cayouette-Remblière, Lambert, Girard et al., 2021), mais ce sont les personnes diplômées du supérieur, en emploi et ayant des enfants, qui ont le plus souvent déclaré manquer de temps (Paye, 2021). Dans une deuxième partie, nous questionnons ainsi les facteurs sociaux de genre, d’âge, de catégorie sociale, la forme de l’activité qui ont influencé les relations dans la parentèle pendant le premier confinement.

6Ce dernier a perturbé l’organisation spatio-temporelle des sociétés européennes dans lesquelles la tendance monochrone repose sur une division – inégalement distribuée – des espaces (Hall, 1984). Par conséquent, il a perturbé de multiples façons ces réseaux de parenté : d’une part, l’assignation dans un logement a figé les déplacements, remettant en cause les sociabilités habituelles. Trente-huit pour cent des répondants de l’enquête Vico déclarent avoir perdu au moins une relation durant le confinement (Grossetti, Bidart, Defossez et al., 2021). Celui-ci est venu rompre le temps du quotidien, accroissant le temps éducatif et de care en raison de la fermeture des écoles et des crèches (Charlap, Grossetti, 2021) et projetant près de la moitié de la population en télétravail (Collet, Giraud, Steinmetz, 2021). La pandémie a aussi propulsé les individus dans un temps d’incertitudes accrues – comme les guerres, les crises économiques – que les familles ont pris de plein fouet (Elder, Van Nguyen, Caspi, 1985 ; Darmon, 2000 ; Campbell, 2009). La temporalité particulière du repli chez soi a défié la sociabilité en dehors du logement confiné. Ce sont ces liens de parenté que nous observerons.

Méthodologie

Notre article s’appuie sur des données quantitatives recueillies via un questionnaire en ligne activé du 16 avril au 10 mai 2020 à destination de toute personne de 18 ans et plus résidant en France : 4 300 réponses exploitables ont été obtenues. Le questionnaire comprenait 49 questions fermées et 5 questions ouvertes regroupées en trois blocs thématiques : logement et foyer du confinement, relations et soins au sein des foyers du confinement, contacts et soins en dehors des foyers confinés. La diffusion du questionnaire par l’intermédiaire des réseaux sociaux (principalement des groupes Facebook dédiés au confinement), des listes universitaires, et par l’effet boule de neige a induit un certain nombre de caractéristiques sociodémographiques des répondants. Notre échantillon est en grande partie féminin, plutôt jeune – un âge médian de 32 ans contre 41 ans dans la population en général (Insee, 2020), résidant dans des petites villes ou villes moyennes de la façade Est de la France. L’échantillon comprend une majorité d’étudiants et d’actifs, mais aussi des retraités et des personnes en situation instable et précaire. Les cadres, professions intermédiaires et employés composent 92 % de l’échantillon. S’il ne représente pas fidèlement la population française, son analyse apporte des éléments saillants de la vie en confinement dans les régions et les agglomérations concernées. Ses caractéristiques s’apparentent à celles de l’échantillon de l’enquête Vico qui comprend 16 000 enquêtés (Mariot, Merckle, Perdoncin, 2021).

Le questionnaire comportait 2 questions sur la fréquence des contacts (de tous types) des répondants avant et pendant le confinement avec les membres de la parentèle vivant en dehors du foyer du confinement. Nous cherchions à savoir si les liens avec l’entourage se perpétuaient, se renforçaient, ou se délitaient pendant le confinement, et pour qui, en termes de genre, de catégories sociales, d’âge et de proximité de résidence, ces variations agissaient. Par la fréquence des contacts – virtuels, téléphoniques ou en présence – nous dessinons l’entourage des répondants (Bonvalet, 2003) ou leur « réseau familial » (Widmer, La Farga, 2000). Nous présupposons que derrière les contacts se jouent des liens affectifs, de soutien et parfois des relations d’entraide (Bonvalet, 2003) que les questions ouvertes ont permis de qualifier.

Temporalités de crise et contacts avec la parentèle

7Dans la France contemporaine d’avant la pandémie, la lignée et les parents proches sont généralement les plus fréquentés parmi les relations familiales (Bonvalet, 2003 ; Bonvalet, Lelièvre, 2012 ; Manceron, Segalen, 2012). Dans le contexte du confinement et de la pandémie, nous avons cherché à savoir si ce réseau de relations perdurait, quel était-il et quelle était son intensité. La sociologie de la famille française donne peu d’éléments sur la famille étendue. Cette partie nous permettra à la fois de saisir l’impact de la pandémie et du confinement sur les liens avec la parentèle et de mettre en lumière des liens souvent peu étudiés, avec les oncles, tantes, cousins, neveux et nièces et la belle-famille dans ce temps de crise.

  • 4 Limesurvey est la plateforme qui permet de diffuser les questionnaires en ligne et de recueillir le (...)

8Le premier constat est que les relations avec la parentèle ont été importantes pendant le confinement : parmi les personnes ayant rempli la totalité du questionnaire, seuls 4 % n’ont indiqué aucune relation familiale en dehors de leur foyer de confinement, trois quarts en ont indiqué au moins 6 et un tiers, plus de 10. Pourtant, ces chiffres sont sans doute sous-estimés, car la taille du questionnaire a été fortement limitée par les capacités de Limesurvey4. De plus, un contact peut correspondre à l’entretien de plusieurs liens de parenté comme le décrivent plusieurs enquêtés :

Tous les autres membres de ma famille, avec lesquels je ne suis pas confinée, sont ensemble au même endroit. Avoir des appels réguliers avec un seul des membres de ce groupe revient à avoir des nouvelles de tous. À chaque fois que j’ai ma mère, j’ai droit à « Ton père voulait savoir si… » et « Ton frère te passe le bonjour », avec mon frère en fond qui me salue. (Femme, étudiante, célibataire, confinée avec sa sœur, sa tante et sa grand-mère pour prendre soin de cette dernière)

Graphique 1. Évolution générale de la fréquence des contacts dans le réseau de parenté (hors du foyer) pendant le confinement

Graphique 1. Évolution générale de la fréquence des contacts dans le réseau de parenté (hors du foyer) pendant le confinement
  • 5 Le calcul s’est fait sur la base de la tendance générale des réseaux significatifs de parenté (Widm (...)

9Le graphique 1 indique, de plus, une constance voire une intensification des contacts par rapport à la période précédant le confinement, ce qui est congruent avec l’enquête Vico (Grossetti, Bidart, Defossez et al., 2021). La moyenne de l’évolution des contacts de chaque enquêté avec les différents membres de la parentèle5 révèle que 10 % seulement ont connu une diminution générale de la fréquence des contacts. En revanche, la moitié de l’échantillon a connu une constance générale des fréquences d’échanges avec leur parentèle. Enfin, 40 % ont observé une intensification des contacts, pouvant être quantitative (fréquence des contacts) comme qualitative (durée et contenu des échanges). Cette retraitée souligne ainsi que les « contacts (sont) plus longs et plus fréquents avec la famille et les amis (par téléphone, par SMS, par mail ou par vidéo) » (femme, sexagénaire, baccalauréat).

Une tendance à l’intensification des contacts… dans une parentèle hétérogène

10La parentèle ne représente pas, cependant, un ensemble homogène. La fréquence des contacts et son évolution pendant le confinement permettent d’établir une typologie.

11Un premier ensemble d’apparentés, composé des parents, des enfants, de la fratrie et des petits-enfants, se caractérise par un très faible taux de diminution des contacts (9 % maximum) et d’une intensification élevée (au moins 42 % des cas, voire la majorité). Un deuxième groupe est constitué des grands-parents et des parents par alliance (parents des conjoints, belles-sœurs et beaux-frères) : 43 à 55 % d’entre eux ont connu une intensification des liens, mais la part des enquêtés dont les liens sont restés constants est plus basse (21-31 %) et, surtout, le taux de diminution des contacts est plus élevé (21-29 %). Un troisième groupe se démarque par la plus faible part de contacts constants (13-18 %), une intensification pour la moitié des cas et une diminution pour 29 à 41 % des répondants. Ce groupe comprend des oncles, tantes, cousins et cousines, neveux et nièces. Enfin, le quatrième ensemble, composé des arrière-grands-parents et des demi-frères et demi-sœurs, se distingue par un taux élevé de diminution des contacts (36-42 %) et une part relativement faible de l’intensification (17-40 %).

Tableau 1. Évolution de l’intensité des contacts pendant le confinement (%)

Diminution

Constance

Intensification

Mère

7

44

50

Père

6

41

53

Frères

7

27

66

Sœurs

6

32

62

Fils

9

46

45

Filles

8

50

42

Petits-fils

8

44

48

Petites-filles

7

41

53

Mère du conjoint

24

30

46

Père du conjoint

28

28

44

Belles-sœurs

24

21

55

Beaux-frères

29

21

50

Grand-mère paternelle

26

26

47

Grand-mère maternelle

21

27

52

Grand-père paternel

26

31

43

Grand-père maternel

23

26

51

Nièces

29

18

53

Neveux

31

18

51

Tantes

35

14

50

Oncles

40

14

46

Cousines

37

14

49

Cousins

41

13

46

Arrière-grand-père

41

41

17

Arrière-grand-mère

38

36

26

Demi-sœurs

36

24

40

Demi-frères

42

25

33

Lecture : parmi les personnes dont la mère est en vie, 50 % constatent une augmentation de la fréquence des contacts avec elle pendant le confinement du printemps 2020.

12Sans surprise, les relations les plus intenses concernent la lignée parents/enfants (Grossetti, Bidart, Defossez et al., 2021) et dans une moindre mesure les frères et sœurs, mais les contacts avec le reste de la parentèle se sont aussi dans l’ensemble intensifiés.

Une centration sur les parents proches

13Comme avant la pandémie, les contacts sont les plus denses avec les membres de la famille proche. Les parents, les enfants et la fratrie ont été en moyenne en contact avec les enquêtés au moins une fois par semaine, mais l’intensité de ces rapports varie. Seuls 1 à 2 % n’ont eu aucun contact avec ces types d’apparentés depuis le début du confinement. Entre 18 et 24 % des répondants sont en lien quotidiennement avec leurs parents et/ou leurs enfants, et entre 36 et 39 % plusieurs fois par semaine. La fratrie n’est pas en reste : 24 et 27 % sont en contact une fois par semaine avec leur sœur ou leur frère, 27 % et 31 % plusieurs fois par semaine. Ces taux sont bien supérieurs à ceux de l’enquête Biographies et entourage (Bonvalet, Lelièvre, 2012) auprès d’une population francilienne des années 1997 à 2001. Cette plus grande densité des contacts avec les parents proches, ascendants, fratrie, descendants, peut s’expliquer d’une part par le biais régional de notre enquête : les régions de la façade Est de la France connaissent des relations familiales souvent resserrées (Amiotte-Suchet, Chevalier, 2012 ; Vinel, Kessler-Bilthauer, 2017). D’autre part, ce premier confinement a produit une intensification générale des contacts, comme le précise cette employée de 55 ans, en couple non cohabitant, vivant et confinée seule : « Le confinement a effectivement renforcé les liens familiaux et chacun se soucie plus des autres. » Toutefois, une diminution de l’intensité des liens apparaît au fur et à mesure que l’on s’éloigne sur l’échelle générationnelle dans la lignée.

Graphique 2. Contacts pendant le confinement avec les apparentés hors du ménage : liens de filiation directe et fratrie (%)

Graphique 2. Contacts pendant le confinement avec les apparentés hors du ménage : liens de filiation directe et fratrie (%)

Lecture : Parmi les personnes qui ont au moins un frère confiné hors de leur foyer, 27 % sont en contact une fois par semaine avec au moins l’un d’entre eux pendant le confinement du printemps 2020.

14Les liens entre grands-parents et petits-enfants sont plus hétérogènes. Les fréquences déclarées d’un côté et de l’autre ne sont pas les mêmes, car les répondants ne sont pas les petits-enfants des grands-parents enquêtés. Les petits-enfants sont plus nombreux à ne pas déclarer de contacts pendant le confinement (entre 21 et 35 %) et moins nombreux à témoigner de contacts journaliers avec leurs grands-parents. Le genre a une double incidence sur ces relations : d’une part, les grands-mères sont plus nombreuses que les grands-pères à maintenir des liens fréquents avec leurs petits-enfants (39 et 45 % d’entre elles ont eu un à plusieurs contacts par semaine) comme en atteste la littérature hors confinement (Hummel, Perrenoud, 2009 ; Kushtanina, 2021) (graphique 3). D’autre part, les grands-parents maternels sont un peu plus nombreux à avoir été en lien avec leurs petits-enfants que les grands-parents paternels (un écart de 5 points) et moins nombreux à n’avoir eu aucune relation pendant le confinement. Cette disparité est éclairée par une tendance à la matrifocalité des familles européennes (Young, Willmott, 1957 ; Déchaux, 2009). Des liens plus proches sont attestés entre les grands-parents maternels et leurs petits-enfants adolescents et jeunes adultes en France (Pillonel, Hummel, De Carlo, 2013 ; Kushtanina, 2021).

Graphique 3. Contacts pendant le confinement avec les apparentés confinés à part : liens à 2 et 3 générations d’écart (%)

Graphique 3. Contacts pendant le confinement avec les apparentés confinés à part : liens à 2 et 3 générations d’écart (%)

Lecture : Parmi les personnes dont la grand-mère paternelle est en vie et confinée hors de leur foyer, 23 % ont un contact avec elle une fois par semaine pendant le confinement du printemps 2020.

15C’est avec les arrière-grands-parents que les répondants sont le plus restés sans relation depuis le début du confinement : 70 % avec les arrière-grands-pères et 64 % avec les arrière-grands-mères. Ces chiffres reflètent deux tendances : d’une part, celle de la distension des liens entre les générations et de la rareté des liens affectifs entre arrière-grands-parents et arrière-petits-enfants (Attias-Donfut, Segalen, 1998). D’autre part, les contacts pendant le premier confinement ont été difficiles à maintenir avec les personnes les plus âgées de la population française en raison d’un isolement strict dans les EHPAD et les résidences seniors (Fregona, 2021), comme en témoignent les enquêtés :

Ma mère a contracté le Covid-19. Elle est en EHPAD. Par conséquent, je n’ai plus de contacts directs avec elle si ce n’est par le biais de l’équipe médicale. Ma belle-mère est en EHPAD, lourdement handicapée. Plus de visites non plus pour l’instant. (Femme, quinquagénaire, assistante de direction)

16L’âge très avancé des arrière-grands-parents laisse supposer aussi un plus faible accès à Internet et une difficulté à communiquer à distance (Mordier, 2016).

Des contacts soutenus avec la parenté élargie, mais inégaux

17L’utilisation des réseaux sociaux a permis d’élargir la définition de la famille et de mener une enquête dans des configurations très diversifiées (Widmer, La Farga, 2000 ; Widmer, 2006). Dans une société centrée sur la lignée, la fréquence des liens avec les collatéraux de la même génération et des générations inférieure et supérieure pendant le confinement peut surprendre. En effet, entre 61 et 67 % des répondants ont été en contact avec leurs oncles ou tantes au moins une fois par mois dans la période du confinement ; 84 % avec leurs neveux ou nièces, et 60 et 65 % avec leurs cousins ou cousines. Ils ont été entre 46 et 53 % à avoir augmenté leur communication avec ces types d’apparentés (tableau 1). Parmi tous les collatéraux, ce sont les neveux et les nièces qui ont bénéficié des contacts les plus fréquents et sans effet de sexe. Ces relations collatérales intergénérationnelles sont rarement décrites, dans les études d’avant comme pendant la pandémie. On sait pourtant que les relations avunculaires jouent historiquement un rôle important dans la parenté française : choisis comme parrains et marraines (Fine, 1998), les oncles et tantes pouvaient devenir une figure parentale importante pendant les crises ou en l’absence des parents (Bonvalet, Lelièvre, 2012 ; Fine, 1998). À l’inverse, les neveux et nièces pouvaient, dans certaines circonstances, prendre soin de leurs oncles ou tantes sans enfants (Trevisi, 2006). Les liens pendant le confinement suivent la tendance descendante des solidarités familiales (Attias-Donfut, 1995), car les répondants ont plus souvent pris des nouvelles de leurs neveux et nièces que l’inverse. Ces collatéraux ont aussi un taux élevé (entre 27 et 40 %) d’absence de contacts. Cette tendance contrastée, soit à entretenir des liens réguliers et à les avoir accentués, soit à ne pas avoir de relation du tout, correspond bien à la modalité élective des liens avec la parentèle étendue comme le précise une répondante :

« Mes oncles » est très large et vague : ici je parle d’un oncle, celui qui est hospitalisé en ce moment, ce qui est la principale explication des contacts plus fréquents, car nous prenons de ses nouvelles. (Femme, quarantenaire, enseignante-chercheure)

18L’augmentation globale des contacts avec cette parentèle de 2e et 3e degrés laisse penser que l’incertitude qui a caractérisé cette première vague de la pandémie de Covid-19 a resserré les liens dans sa propre parentèle.

Graphique 4. Contacts pendant le confinement avec les apparentés hors ménage : liens de parenté de 2e et 3e degrés (%)

Graphique 4. Contacts pendant le confinement avec les apparentés hors ménage : liens de parenté de 2e et 3e degrés (%)

Lecture : Parmi les personnes qui ont au moins une nièce confinée hors de leur foyer, 16 % ont eu un contact une fois par semaine avec au moins l’une d’entre elles pendant le confinement du printemps 2020.

19Comme en temps « normal » (Jonas, Le Pape, 2008), les liens avec la belle-famille se révèlent moins intenses qu’avec sa propre lignée : la plupart de nos enquêtés ont été en contact avec les parents de leur conjoint, les belles-sœurs et les beaux-frères (sans précision s’il s’agit des conjoints de leur fratrie ou de la fratrie du conjoint) moins souvent qu’une fois par semaine. La rareté des contacts avec les demi-frères et demi-sœurs est à souligner : leur absence atteint 36 % pour les demi-sœurs et 47 % pour les demi-frères tandis qu’il ne dépasse pas 2 % pour les parents, enfants et la fratrie. Ce résultat peut s’entendre par une certaine fragilité des relations dans les familles recomposées (Cadolle, 2000) et une grande variété des relations entre demi-frères et sœurs qui en découle (Poittevin, 2006).

Graphique 5. Contacts pendant le confinement avec les apparentés hors ménage : parenté par alliance (%)

Graphique 5. Contacts pendant le confinement avec les apparentés hors ménage : parenté par alliance (%)

Lecture : Parmi les personnes qui ont au moins un beau-frère confiné hors de leur foyer, 24 % n’ont pas eu de contacts avec lui ou eux pendant le confinement du printemps 2020.

Donner du sens au temps du confinement en se consacrant à autrui

20L’intensification globale des contacts avec la parentèle pendant le premier confinement est éclairée par les témoignages que les répondants ont laissés dans les questions ouvertes. Ce temps distendu, ressenti comme vacant par certains, « difficile », propice à l’isolement ou angoissant par d’autres, a pu être consacré au maintien des liens via les nouvelles technologies de communication numériques :

Ce confinement a resserré certains liens dans ma famille, on prend plus de nouvelles les uns des autres que d’habitude, et j’essaie d’être très présente pour mes parents (chacun confiné seul) et mon frère, par téléphone et par mail » (doctorante, trentenaire). « Contribuer au lien social est déjà une de mes priorités en temps ordinaire ; cela l’est encore plus actuellement, notamment pour des personnes vivant seules, que ce soit dans ma famille ou des amies veuves ou célibataires. Cela donne du sens à ce temps apparemment vide et occupe une partie de ma journée. (Femme, sexagénaire, bibliothécaire à la retraite)

21Prendre des nouvelles a relevé autant du loisir que du care, une façon de maintenir « son monde » (Tronto, 2009), un travail féminin réalisé dans la continuité (ibid.), mais pas seulement : « J’ai contacté tout le monde y compris mon frère avec qui je n’avais pas échangé depuis plus de cinq ans » (homme, quarantenaire, enseignant-chercheur). L’incertitude de la situation et l’inquiétude pour les proches ont conduit des personnes habituellement peu investies dans l’entretien des liens familiaux du fait de leur genre ou de leur âge à s’y engager : « Je suis plus souvent à l’initiative d’une prise de contact avec les membres de ma famille qu’avant le confinement, ce qui m’arrivait peu auparavant » (homme, 22 ans, étudiant). Malgré ces initiatives, le genre, les âges et les catégories sociales ont une incidence notable sur les relations avec la parentèle pendant le premier confinement.

Temporalités quotidiennes et contacts avec la parentèle : les effets du genre, des âges, de la catégorie sociale

22Le réseau personnel de relations n’est pas distribué de façon égale parmi la population (Bonvalet, Lelièvre, 2012). Dans l’enquête Coconel, les relations de proximité ont perduré et se sont intensifiées auprès des plus âgés (Lambert, Cayouette-Remblière, Guéraut et al., 2020a), mais dans notre échantillon, si l’on se focalise uniquement sur l’intensité des contacts, les tendances sont plus complexes. D’une part, les conditions de départ n’ont pas été les mêmes, car certains avaient l’habitude de rencontrer les apparentés et les affins de manière régulière, parfois hebdomadaire, tandis que d’autres habitent à des centaines voire des milliers de kilomètres de leur parentèle ou d’une partie de celle-ci. D’autre part, le confinement a libéré du temps pour certains alors qu’il a augmenté le temps contraint pour d’autres, particulièrement les couples avec enfants (Paye, 2021) et les femmes (Charlap, Grossetti, 2021 ; Collectif d’analyse des familles en confinement, 2021). Enfin, tous et toutes n’ont pas un usage aisé des moyens de communication à distance par lesquels les contacts ont pu perdurer.

Les femmes dans un réseau plus intense de contacts

  • 6 Pour tous les croisements, le test Chi-2 a été effectué et nous n’avons retenu que les croisements (...)
  • 7 Pour tester l’effet des différents facteurs, nous avons effectué une régression multinomiale et int (...)

23Les femmes de l’échantillon ont été plus nombreuses à indiquer une intensification de leurs contacts (41 % contre 35 % des hommes) et légèrement moins nombreuses à noter une diminution6 (9 % contre 14 % des hommes). La régression multinomiale montre une probabilité plus forte pour les hommes de voir leurs contacts diminuer7. Si le lien statistique n’est pas observé pour tous les apparentés, il est toujours orienté dans le même sens : les femmes ont été plus nombreuses à déclarer une multiplication des contacts tandis que les hommes ont plus fréquemment fait part de leur raréfaction. Ainsi, les femmes ont été plus nombreuses à échanger de manière quotidienne avec leur mère (41 % contre 22 % pour les hommes), avec leur père (27 % contre 16 % pour les hommes) et leurs sœurs (24 % contre 11 % pour les hommes). Les mères ont été plus souvent en lien quotidien avec les répondants que les pères (plus d’un tiers contre un quart), tout comme les sœurs (21 % contre 11 % pour les frères) et les filles (37 % contre 22 % pour les fils). Le rôle moteur des femmes dans l’entretien des liens de parenté, connu depuis longtemps par les sociologues, est confirmé (Widmer, 2006 ; Déchaux, 2009 ; Gollac, 2015).

Tableau 2. Régression multinomiale : diminution et intensification des fréquences de contacts dans le réseau de parenté pendant le confinement du printemps 2020 (comparés à la constance de l’intensité des contacts)

B

Erreur standard

Wald

ddl

Sig.

Exp

(B)

Intervalle de confiance à 95 % pour Exp(B)

Borne infé-rieure

Borne supé-rieure

Diminution

Constante

-26,794

1 643,735

,000

1

,987

Nombre de personnes co-confinées (réf. 4 et plus) : 1 personne

-,528

,238

4,920

1

,027

,590

,370

,940

Homme (réf. femme)

,421

,158

7,121

1

,008

1,523

1,118

2,074

Catégories populaires (réf. supérieures)

,533

,173

9,477

1

,002

1,704

1,214

2,393

Intensification

Constante

-12,828

823,352

,000

1

,988

Nombre de personnes co-confinées (réf. 4 et plus) : 1 personne

-,302

,152

3,965

1

,046

,739

,549

,995

Âge (réf. 52-88 ans)

- 21-25 ans

-,604

,289

4,376

1

,036

,547

,311

,963

- 26-38 ans

-,424

,210

4,102

1

,043

,654

,434

,986

Catégories sociales (réf. supérieures)

- Populaires

-,297

,110

7,331

1

,007

,743

,599

,921

- Moyennes

-,216

,099

4,781

1

,029

,805

,663

,978

Taille de commune (réf. 50 000 habitants et plus)

- Moins de 10 000 habitants

-,209

,101

4,274

1

,039

,811

,665

,989

- 10 000 – 49 999 habitants

-,355

,108

10,741

1

,001

,701

,567

,867

Ne pas avoir de proches habitant à dix minutes de chez soi (réf. avoir)

,293

,091

10,431

1

,001

1,340

1,122

1,600

Lecture : Toute chose égale par ailleurs, le fait d’avoir entre 21 et 25 ans a un effet significatif sur l’intensification des contacts avec la parentèle comparée à la constance des contacts (sig. = 0,36 donc < 0,05), ce lien est négatif (B = -0,604) et montre donc que les jeunes de 21-25 ans avaient moins de probabilité de vivre une augmentation de la fréquence de lien pendant le confinement du printemps 2020 que les personnes âgées de 52 à 88 ans.

24Les charges domestique et parentale accrues pour les femmes pendant le confinement (Paye, 2021 ; Charlap, Grossetti, 2021 ; Collectif d’analyse des familles en confinement, 2021) auraient pu entraîner que les femmes sans enfants ou en arrêt d’activité aient davantage investi les contacts avec les apparentés à distance. Cependant, de manière générale et paradoxalement, le fait d’être confinée avec ses enfants (d’âge préscolaire ou de moins de 10 ans), tout comme l’activité, n’apparaissent pas significatifs, toute chose égale par ailleurs, sur la fréquence des contacts (tableau 2). L’assignation des femmes à l’entretien des liens de la parenté et leur place centrale dans les réseaux de parenté (Déchaux, 2009) n’ont pas été modifiées par le contexte de confinement. La présence d’enfants dans le foyer du confinement et la transformation des temporalités du travail ont, toutefois, pesé sur les ressentis des multiples contraintes :

Les communications accrues avec les membres de la famille sont possibles notamment grâce au temps gagné à ne pas faire de trajet quotidien pour le travail. (Femme, enseignante dans le supérieur, sans enfants, confinée en couple)

Le contact avec les membres de la famille se faisant de façon différente (plus que par téléphone) a un très grand impact sur les relations (se dégradant). Le télétravail avec enfants est très dur. (Femme, trentenaire, 2 enfants, confinée en famille)

25L’entretien des liens familiaux a conservé son caractère genré pendant le confinement, mais les âges ont été également un élément déterminant.

Des jeunes et des très âgés en diminution de contacts

26Si les plus jeunes de notre échantillon ont été les plus nombreux à rejoindre le domicile de leurs parents pour le confinement (Kushtanina, Vinel, 2021) – comme dans l’enquête Vico (Launay, Grossetti, 2021) – ils ont également été plus nombreux à déclarer une diminution de contacts avec leurs parents, leur fratrie et leur belle-famille. La régression montre surtout une opposition entre les moins de 26 ans et les groupes plus âgés quant à la probabilité d’intensification des contacts dans la parentèle. Ce sont les plus de 40 ans de notre échantillon qui ont en majorité fait part d’une intensification des contacts avec leurs parents, leur fratrie, les parents de leur conjoint ainsi que leurs beaux-frères et belles-sœurs. L’accroissement des contacts avec les ascendants âgés peut s’entendre comme un redoublement de l’attention aux plus âgés, considérés comme les plus fragiles dans cette crise sanitaire. Or, les descendants directs et par alliance, la génération pivot, forment habituellement la première ligne de ceux qui prennent soin des parents âgés (Petite, 2005). On peut également lire une augmentation des dynamiques relationnelles avec les beaux-frères, les belles-sœurs et les parents des conjoints avec l’âge comme l’effet de l’ancienneté du couple, favorisant l’intégration dans la belle-famille (Jonas, Le Pape, 2008).

Graphique 6. Dynamique des contacts dans le réseau de parenté (hors du foyer du confinement) pendant le confinement en fonction de l’âge

Graphique 6. Dynamique des contacts dans le réseau de parenté (hors du foyer du confinement) pendant le confinement en fonction de l’âge

Lecture : Parmi les personnes de 26 à 38 ans, 40 % déclarent une intensification générale de la fréquence des contacts dans leur réseau de parenté hors de leur foyer de confinement.

27 Quant aux moins de 26 ans, leur réseau relationnel est plus souvent orienté vers les amis (Bidart, 2010). Surtout, ils ont souvent rejoint le foyer des parents, où résidait aussi leur fratrie (Kushtanina, Vinel, 2021), ce qui peut expliquer à la fois la baisse des relations familiales hors du foyer et la moindre visibilité de leurs liens avec la parentèle plus éloignée, médiée par les parents. Les recherches Coconel et Vico soulignent l’impact négatif du confinement sur les jeunes, dont 4 sur 10 ont perdu des revenus et se sont sentis isolés (Lambert, Cayouette-Remblière, 2021b) et 46 % ont vu au moins un lien se rompre (Grossetti, Bidart, Defossez et al., 2021).

Lecture : Parmi les retraités, 51 % déclarent une intensification générale de la fréquence des contacts dans leur réseau de parenté hors de leur foyer de confinement.

28Les relations ont perduré via les nouvelles technologies du numérique qui ont été différemment utilisées. De manière générale, les personnes ayant l’habitude de voir leurs apparentés ont reporté les visites vers le téléphone ou les réseaux numériques. Ce sont les retraités qui ont occupé le plus ce temps à accroître leur communication avec leur parentèle :

Depuis le confinement, les contacts sont téléphoniques ou sur écran. (Femme, sexagénaire retraitée, diplôme bac +3)

Les modes de contact ont changé : beaucoup plus de messages WhatsApp et connexions Skype, même avec des personnes moins proches en temps habituel. Multiplication de coups de fil. (Femme, enseignante quinquagénaire en télétravail, en couple non cohabitant)

29Ces contacts pouvaient être individuels ou groupés, facilités par des modes de communication collectifs : « WhatsApp familial aide beaucoup » (femme, 21 ans, étudiante).

30Les répondants à un questionnaire en ligne sont des personnes suffisamment équipées et à l’aise avec le numérique, ce qui est un facteur sans doute déterminant dans la stabilité des liens avec la parentèle. Toutefois, ils constatent autour d’eux que les personnes « non connectées » vivent le confinement comme une épreuve, spécifiquement les personnes très âgées ou dont la santé est fortement dégradée. Pour celles-ci, le temps du confinement devient un temps solitaire, voire le temps de la fin. Une trentenaire rapporte :

Nous ne sommes pas touchés directement pas le Covid, mais le confinement et le fait que ma grand-mère maternelle n’ait plus de contact physique avec sa famille fait qu’elle se laisse mourir et que je ne vais certainement pas la revoir. Avec la vie qu’elle a eue, il est très difficile de se dire qu’on ne peut même pas l’accompagner dignement…

31Les descendants vivent ainsi le confinement sous le mode de l’inquiétude et de l’angoisse parce qu’ils ne sont plus en lien avec leurs ascendants les plus âgés non connectés.

32Les contacts avec les enfants en bas âge de la parentèle ont aussi pu être impactés par le confinement. Ceci parce que la communication à distance demande une certaine maîtrise des outils ou encore parce qu’elle les oblige à utiliser les téléphones ou ordinateurs appartenant aux adultes, ce qui rend la discussion en face à face plus complexe. Un étudiant de 21 ans écrit :

Ma deuxième sœur la plus âgée a 4 ans, c’est pour ça que les contacts que j’ai avec elle sont limités : je ne peux discuter un peu avec elle que quand ma mère peut me la passer au téléphone (avant le confinement je la voyais chaque fois que je rentrais chez moi).

  • 8 Intermédiaires.

33Ainsi, il a été difficile de conserver des liens avec les populations auxquelles il faut accéder par des gatekeepers8 (Mallon, 2017) – enfants en bas âge ou ascendants très âgés. Les catégories populaires ont été également plus touchées par une diminution des contacts.

Une décroissance des contacts dans les catégories moins diplômées

  • 9 Variable obtenue par agrégation des professions et catégories socio-professionnelles (PCS) pour les (...)

34La régression multinomiale montre, toute chose égale par ailleurs, un risque plus important de diminution de fréquence de contacts dans les catégories9 populaires, comparées aux supérieures, ainsi qu’une moindre probabilité de leur intensification. Ces différences peuvent être éclairées par le fait que les catégories populaires ont, habituellement, plus souvent de la famille à proximité que les catégories intermédiaires et supérieures (Lambert, Cayouette-Remblière, Guéraut et al., 2020a). Ils entretiennent avec leur parentèle des relations en face à face, faites de visites et de services quotidiens (Renaut, 2003 ; Bonvalet, 2003). Le confinement a inversé la tendance (Gallou, 2021). La pandémie a restreint drastiquement ces relations physiques qui ne semblent pas avoir été compensées, pour les catégories populaires, par des contacts téléphoniques ou numériques. Ainsi, non seulement les personnes les plus faiblement dotées en diplômes ont été plus nombreuses à être confinées seules (Kushtanina, Vinel, 2021), mais en plus, elles ont vu leurs contacts diminuer : les personnes n’ayant pas achevé la formation secondaire ont été 10 % à déclarer une diminution de la fréquence de contacts et 33 % à en observer une intensification contre respectivement 5 % et 48 % des personnes ayant un diplôme de niveau bac +5 et plus.

Graphique 8. Effets du niveau de diplôme sur les relations avec les parents, la fratrie et la fratrie par alliance pendant le premier confinement (%)

Graphique 8. Effets du niveau de diplôme sur les relations avec les parents, la fratrie et la fratrie par alliance pendant le premier confinement (%)

Lecture : Parmi les répondants dont la mère est en vie et confinée hors de leur foyer, les personnes dont le niveau de diplôme ne dépasse pas le bac sont les moins nombreuses à déclarer une augmentation de la fréquence de contacts avec elle : 34 % contre 61 % de celles qui ont un niveau de diplôme bac +5 et plus.

35Les travailleurs dits essentiels appartiennent plutôt aux professions et catégories socio-professionnelles (PCS) des employés. Ils ont travaillé plus souvent sur site et ont souvent vu leurs amplitudes horaires augmenter (Cardon, Machut, 2021 ; Collet, Giraud, Steinmetz, 2021), ce qui pourrait expliquer la baisse du temps disponible pour entretenir les liens avec leur parentèle. Les ouvriers, quant à eux, ont connu, dans l’ensemble, davantage de chômage partiel (Albouy, Legleye, 2020) ce qui a pu leur libérer du temps. Cependant, la régression ne montre pas d’effet significatif de l’activité sur les contacts pendant le confinement.

36L’usage des moyens de communication à distance pendant le confinement devient une hypothèse possible. Ces modes de vie à distance sont devenus des classiques des familles transnationales qui partagent via les réseaux sociaux numériques autant des informations, des images que des moments de vie et du quotidien (Proulx, 2008). Ceci semble également le cas des familles dispersées dans des régions françaises, notamment dans les milieux fortement dotés en diplômes (Degorre, 2015). Pour celles-ci, le temps du confinement prolonge la période d’avant, comme le raconte cette cadre trentenaire, en couple cohabitant :

Vivant déjà loin de ma famille, j’ai constaté malgré tout un changement dans nos relations : avant, seules moi et une cousine installée en Angleterre étions “loin”, les autres membres de la famille se voyaient souvent. Aujourd’hui, toutes les rencontres de famille se font par vidéoconférence et les horaires choisis tiennent compte des fuseaux horaires et contraintes de chacun ; je peux donc y participer plus facilement. C’est un côté positif et inattendu de ce confinement à l’échelle mondiale…

37C’est le cas aussi des étudiants, comme cette jeune femme de 23 ans :

À part ma mère et mon grand frère qui habitent dans la même région que moi, le reste de ma famille habite dans d’autres régions, je suis donc habituée à prendre assez régulièrement de leurs nouvelles, c’est pour cela que je n’ai pas tellement changé mes habitudes, même avec le Covid-19.

38Les contacts se sont davantage intensifiés lorsque le répondant n’avait pas de famille résidant à dix minutes de trajet (41 % contre 36 %) (tableau 2). Les catégories populaires, plus engagées en temps « normal » dans les soins directs aux autres, ont donc conservé des liens avec leur parentèle, mais les contacts à distance n’ont pas pu remplacer les relations en face à face habituelles (Gallou, 2021) car leurs sociabilités familiales sont largement déterminées par la proximité géographique et prennent le plus souvent la forme des réunions de famille (Le Pape, 2006). De plus, les personnes de plus de 40 ans des catégories populaires manquent parfois d’outils et de compétences informatiques (Gallou, 2021). Les relations familiales à distance n’ont donc pas été vécues de façon identique selon les catégories sociales.

Conclusion

39Les 4 300 enquêtés de la recherche Familles en temps de confinement ont globalement accru leurs contacts avec leur parentèle via le téléphone et les outils de communication numériques. Les apparentés au premier degré, parents, enfants et fratrie, ont bénéficié le plus de cet accroissement des liens. La fréquence des contacts a diminué au fur et à mesure que l’on s’éloignait sur l’échelle générationnelle et de la lignée. Les arrière-grands-parents, belle-famille, mais aussi les demi-frères et sœurs, sont ceux avec lesquels les contacts ont le plus décru. Cet amenuisement peut témoigner, d’une part, d’un accès très difficile aux personnes très âgées vivant en institution, et d’autre part, d’un recentrement sur les liens de sa propre parenté et d’un éloignement avec les affins. L’accroissement des contacts avec les collatéraux au 2e et 3e degrés – oncles, tantes, cousins – bien qu’inégalement distribué, conforte l’idée d’une attention accrue, en ces temps de fortes incertitudes, envers les membres de sa parentèle propre. Les femmes de la génération pivot, les retraités, les diplômés ont profité du temps libéré par l’absence de déplacement pour s’occuper de leur réseau de parenté – mais aussi d’amis – en accroissant leur communication avec eux. Les femmes ont conservé leur place de moteur dans l’entretien des relations familiales, bien que leurs temps contraints se soient accrus. Les étudiants ont vu globalement leurs contacts baisser avec leurs apparentés, mais ils sont aussi les plus nombreux à être rentrés se confiner avec eux. Si « l’isolement physique agit comme un révélateur de la force ou de la faiblesse des liens sociaux » (Dietrich-Ragon, 2021, p. 340), notre article montre que certains de ces liens sont fortement ancrés dans les contextes des activités et services quotidiens, tandis que d’autres peuvent constituer une temporalité en soi. Ce sont ces liens qui fonctionnaient avant sans ancrage spatial qui résistent le mieux au contexte de confinement. Les catégories populaires et les moins diplômées ont moins intensifié leurs contacts, ce qui ne s’explique que partiellement par leur mobilisation dans des activités d’emplois « essentiels ». Ce point demanderait à être approfondi, car il souligne aussi que les temporalités quantitatives et qualitatives sont deux choses distinctes : la fréquence des contacts informe peu sur leur contenu. Si les réponses à la dernière question proposant aux enquêtés d’ajouter un commentaire libre tendent à mettre en avant l’accroissement de contacts comme forme de souci de l’autre et de prévention d’isolement, les relations familiales demeurent ambivalentes (Lüscher, 2002). Les contacts plus fréquents ne signifient pas nécessairement une amélioration de relations car le care familial peut être mû par l’obligation comme par l’affection (Caradec, 2009).

40L’accroissement des contacts a quelque part profité à ceux qui se voyaient peut-être peu avant la pandémie et favorisé les familles déjà socialisées aux relations « à distance ». Les parentèles qui fonctionnent davantage sur le modèle de la « famille-entourage locale » (Bonvalet, 2003), notamment dans les milieux populaires des petites communes, ont pu ressentir l’absence de relations en face à face davantage comme une diminution des liens. Enfin, en réponse aux questions ouvertes, les répondants ont souvent ajouté des amis dans le réseau des contacts manquant dans le questionnaire, soulignant que les réseaux significatifs peuvent comprendre des non-apparentés (Widmer, 2006), une piste qui reste à explorer.

Haut de page

Bibliographie

Albouy V., Legleye S., 2020. « Conditions de vie pendant le confinement : des écarts selon le niveau de vie et la catégorie socioprofessionnelle », Insee Focus 197. URL : https://www.insee.fr/fr/statistiques/4513259 consulté le 12 mai 2021

Amiotte-Suchet L., Chevalier S., 2012. « Un ancrage familial et local fort : le cas de Dole », Ethnologie française 42 (1), p. 55-64.

Attias-Donfut C. (dir.), 1995. Les solidarités entre générations. Vieillesse, familles, État, Paris, Nathan, coll. « Essais et Recherches ».

Attias-Donfut C., Lapierre N., Segalen M., 2002, Le nouvel esprit de famille, Paris, Odile Jacob.

Attias-Donfut C., Segalen M., 1998. Grands-parents : la famille à travers les générations, Paris, Odile Jacob.

Bessin M., Gaudart C., 2009. « Les temps sexués de l’activité : la temporalité au principe du genre ? », Temporalités 9. URL : https://journals.openedition.org/temporalites/979 consulté le 12 mai 2021

Bidart C., 2010. « Les âges de l’amitié. Cours de la vie et formes de la socialisation », Transversalités 1(113), p. 65-81.

Bidart C., Grossetti M., 2018. « Introduction : les temporalités entrecroisées des réseaux sociaux », Temporalités 27. URL : https://journals.openedition.org/temporalites/3916 consulté le 12 mai 2021

Bonvalet C., 2003. « La famille-entourage locale », Population 58(1), p. 9-43.

Bonvalet C., Lelièvre E. (dir.), 2012. De la famille à l’entourage. L’enquête Biographies et entourage, Aubervilliers, Ined, coll. « Grandes Enquêtes ».

Cadolle S. 2000. Être parent, être beau-parent : la recomposition de la famille, Paris, Odile Jacob.

Campbell L.A., 2009. Respectable Citizens: Gender, Family, and Unemployment in Ontario’s Great Depression, Toronto, University of Toronto Press.

Caradec V., 2009. « Vieillir, un fardeau pour les proches ? », Lien social et Politiques 62, p. 111–122.

Cardon P., Machut A., 2021. « Les travailleurs sur site tous visibles et reconnus ? » in Mariot N., Mercklé P., Perdoncin A. (dir.), Personne ne bouge. Une enquête sur le confinement du printemps 2020, Grenoble, UGA Éditions, p. 65-72.

Cayouette-Remblière J., Lambert A., Girard V., Guéraut E., Le Roux G., Bonvalet C., 2021. « Cadrages statistiques. Des inégalités exacerbées : les effets sociaux du confinement saisis par les chiffres » in Lambert A., Cayouette-Remblière J. (dir.), L’explosion des inégalités. Classes, genre et générations face à la crise sanitaire, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, p. 47-91.

Charlap C., Grossetti M., 2021, « Femmes et hommes égaux face au confinement ? », in Mariot N., Mercklé P., Perdoncin A. (dir.), Personne ne bouge. Une enquête sur le confinement du printemps 2020, Grenoble, UGA Éditions, p. 125-131.

Chesneaux J., 1997. « Habiter le temps », Terrain 29, mis en ligne le 21 mai 2007, consulté le 22 mai 2021. URL : https://journals.openedition.org/terrain/3197 consulté le 12 mai 2021

Coenen-Huther J., Kellerhals J., Allmen Von M., 1994. Les réseaux de solidarité dans la famille, Lausanne, Éditions Réalités sociales.

Collectif d’analyse des familles en confinement (CAFC), 2021. Familles confinées. Le cours anormal des choses, Vulaines-sur-Seine, Éditions du Croquant.

Collet A., Giraud C., Steinmetz H., 2021. « Faut-il télétravailler pour être heureux ? », in Mariot N., Mercklé P., Perdoncin A. (dir.), Personne ne bouge. Une enquête sur le confinement du printemps 2020, Grenoble, UGA Éditions, p. 47-55.

Darmon P., 2000. « Une tragédie dans la tragédie : la grippe espagnole en France (avril 1918-avril 1919) », Annales de démographie historique 2, p. 153-175.

Déchaux J.-H., 2009. « Les femmes dans les parentèles contemporaines : atouts et contraintes d’une position centrale », Politiques sociales et familiales 95, p. 7-17.

Degorre A., 2015. « Région de naissance, région de résidence : les mobilités des diplômés du supérieur », Insee Première 1557. URL : https://www.insee.fr/fr/statistiques/1288054 consulté le 12 mai 2021

Dietrich-Ragon P., 2021. « S’en sortir malgré le poids de la famille », in Lambert A., Cayouette-Remblière J. (dir.), L’explosion des inégalités. Classes, genre et générations face à la crise sanitaire, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, p. 331-341.

Elder Jr G.H., Van Nguyen T., Caspi A., 1985. “Linking family hardship to children’s lives”, Child Development 56, p. 361-375.

Favart E., 2007. Frères et sœurs pour la vie ? Les relations fraternelles à l’épreuve du temps, Jette, Cortext.

Fine A. (dir.), 1998. Adoptions, ethnologie des parentés choisies, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Fregona E., 2021. « La crise sanitaire met en lumière la place des aînés dans la société. Interview du directeur adjoint de l’AD-PA », Réalités, revue de l’UNAF 132-133, p. 59-60.

Gallou R., 2021. « “Je leur consacre toute ma vie”. Le sens de la famille », in Lambert A., Cayouette-Remblière J. (dir.), L’explosion des inégalités. Classes, genre et générations face à la crise sanitaire, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, p. 263 - 275.

Godelier M., 2004. Les métamorphoses de la parenté, Paris, Fayard.

Gollac S., 2015. « Gardiennes et bâtisseurs. Genre et maisons de famille », in Billaud S., Gollac S., Oeser A., Pagis J. (dir.), Histoires de famille. Les récits du passé dans la parenté contemporaine, Paris, Éditions Rue d’Ulm, p. 27-48.

Grossetti M., Bidart C., Defossez A., Favre G., Figeac J., 2021. « Comment le confinement a-t-il mis à l’épreuve les relations interpersonnelles ? », in Mariot N., Mercklé P., Perdoncin A., Personne ne bouge. Une enquête sur le confinement du printemps 2020, Grenoble, UGA Éditions, p. 165-172.

Guinchard C., 2011. Logiques du dénuement. Réflexions sociologiques sur la pauvreté et le temps, Paris, L’Harmattan.

Hall E., 1984. La danse de la vie. Temps culturel, temps vécu, Paris, Seuil.

Hummel C., Perrenoud D., 2009. « Grands-parentalités contemporaines : dans les coulisses de l’image d’Épinal », Revue française de sociologie (50)2, p. 259-286.

Insee, 2020. Bilan démographique 2019. URL : https://www.insee.fr/fr/statistiques/1892117?sommaire=1912926#titre-bloc-13 consulté le 12 mai 2021

Jonas N., Le Pape M.-C. 2008, « L’équilibre entre les lignées ? Les aides à la famille et à la belle-famille », Population 2(63), p. 299-316.

Kushtanina V., 2021. Grands-parents et petits-enfants à travers les âges de la vie. Une enquête comparative en sociologie des parcours de vie (France-Russie), Paris, L’Harmattan.

Kushtanina V., Vinel V., 2021. “‘Stay home’: age and gender frames and limits of residential family solidarities in the times of lockdown (a French example)”, European Societies 23(sup. 1), p. S564-S575.

Lambert A., Cayouette-Remblière J. (dir.), 2021a. L’explosion des inégalités. Classes, genre et générations face à la crise sanitaire, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Lambert A., Cayouette-Remblière J. (dir.), 2021b. « Introduction. La raison sanitaire ou l’impensé des inégalités sociales » in Lambert A., Cayouette-Remblière J. (dir.), L’explosion des inégalités. Classes, genre et générations face à la crise sanitaire, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, p. 19-46.

Lambert A., Cayouette-Remblière J., Guéraut E., Le Roux G., Bonvalet C., Girard V., Langlois L., 2020a. « Comment voisine-t-on dans la France confinée ? », Population et Sociétés 578.

Lambert A., Cayouette-Remblière J., Guéraut E., Le Roux G., Bonvalet C., Girard V., Langlois L., 2020b. « Logement, travail, voisinage et conditions de vie : ce que le confinement a changé pour les Français », Note de synthèse 10, Coconel/Ined.

Launay L., Grossetti M., 2021. « “Rester chez soi” : comment le confinement a-t-il été vécu selon les conditions de logement ? », in Mariot N., Mercklé P., Perdoncin A. (dir.), Personne ne bouge. Une enquête sur le confinement du printemps 2020, Grenoble, UGA Éditions, p. 31-38.

Le Pape M.-C., 2006. « Les ambivalences d’une double appartenance : hommes et femmes en milieux populaires », Sociétés contemporaines 2(62), p. 5-26.

Lüscher K., 2002. “Intergenerational ambivalence: further steps in theory and research”, Journal of marriage and family 64(3), p. 585-593.

Mallon I., 2017. « Les rapports sociaux d’âge : une dimension (im)pertinente de la relation d’enquête ? », SociologieS, La recherche en actes. Mis en ligne le 21 février 2017. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/6019 consulté le 12 mai 2021

Manceron V., Segalen M., 2012. « Entre solidarité résidentielle, sentiments et soutiens publics : les relations de parenté dans le Liberté à Nanterre », Ethnologie française 42(1), p. 23-36.

Mariot N., Mercklé P., Perdoncin A., 2021. Personne ne bouge. Une enquête sur le confinement du printemps 2020, Grenoble, UGA Éditions.

Martin C., 2002. « Les solidarités familiales : bon ou mauvais objet sociologique ? » in Debordeaux D., Strobel P. (dir.), Les solidarités familiales en questions. Entraide et transmission, Paris, LGDJ, p. 41-71.

Mordier B., 2016. « L’accès des seniors aux technologies de l’information et de la communication (TIC) : vers une plus grande démocratisation », Retraite et Société 75, p. 99-114.

Morgan D.H.J., 2020. Family practices in time and space, Gender, Place & Culture 27(5), p. 733-743.

Paye S., 2021. « Le confinement a-t-il exacerbé les inégalités face au temps ? », in Mariot N., Mercklé P., Perdoncin A. (dir.), Personne ne bouge. Une enquête sur le confinement du printemps 2020, Grenoble, UGA Éditions, p. 107-115.

Petite S., 2005. Les règles de l’entraide. Sociologie d’une pratique sociale, Rennes, Presse universitaires de Rennes.

Pillonel A., Hummel C., De Carlo I., 2013. « Les relations entre adolescents et grands-parents en Suisse : séparation conjugale et équilibre entre lignées », Population 4(68), p. 643-665.

Poittevin A. 2006. Enfants de familles recomposées. Sociologie des nouveaux liens fraternels, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Proulx S., 2008. « Des nomades connectés : vivre ensemble à distance ». Hermès, la revue 2(2), p. 155-160.

Renaut S., 2003. « L’entraide familiale dans un environnement multigénérationnel », Recherches et Prévisions 71, p. 21-44.

Trévisi M., 2006. « Les relations tantes, nièces dans les familles du Nord de la France au xviiie siècle », Annales de démographie historique 2(112), p. 9-31.

Tronto J.C., 2009 [1993]. Un monde vulnérable. Pour une politique du care, Paris, La Découverte.

Vinel V., Kessler-Bilthauer D., 2017. « Se soigner en zone rurale lorraine : domestication du système de soin et encadrement familial des trajectoires individuelles », Enfances, Familles, Générations 28. URL : https://www.erudit.org/fr/revues/efg/2017-n28-efg03611/1045026ar/ consulté le 12 mai 2021

Widmer E.D., 2006. “Who are my family members ? Bridging and binding social capital in family configurations”, Journal of social and personal relationships 23(6), p. 979-998.

Widmer E.D., La Farga L.-A., 2000. “Family networks: a sociometric method to study relationships in families”, Field Methods 12(2), p. 108-128.

Young M., Willmott P., 1957. Family and Kinship in East London, London, Routledge & Kegan Paul.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit des beaux-frères et belles-sœurs, des parents du conjoint ou de la conjointe ainsi que des enfants de ceux-ci.

2 La génération dite « pivot » ou « sandwich » correspond aux adultes âgés entre 45 et 65 ans qui répondent à la fois aux sollicitations de la part de parents entrant dans la grande vieillesse et à celles des enfants jeunes adultes qui ont besoin de soutien financier et logistique ou jeunes parents, ayant besoin de faire garder leurs enfants.

3 Enquête Vico (Mariot, Merckle, Perdoncin, 2021) ; projet Coco (Recchi E., Ferragina E., Godechot O. et al., 2020) ; Czymara C.S., Langenkamp A., Cano T. (2020) ; enquête Coconel (Lambert, Cayouette-Remblière, 2021) ; Familles confinées (Collectif d’analyse des familles en confinement, 2021).

4 Limesurvey est la plateforme qui permet de diffuser les questionnaires en ligne et de recueillir les réponses de manière anonyme que nous avons utilisée. Son échelle contient 1000 variables. Nous avons pu proposer à nos enquêtés de répondre concernant jusqu’à 4 frères, 4 sœurs, 4 fils, 4 filles et 4 petits-enfants de chaque sexe, mais pour les apparentés plus éloignés, nous nous sommes vues contraintes de ne proposer que des modalités agrégées comme « tantes », « oncles », « cousines », etc.

5 Le calcul s’est fait sur la base de la tendance générale des réseaux significatifs de parenté (Widmer, 2006) de chaque répondant : diminution, constance ou intensification des contacts pendant le confinement du printemps 2020.

6 Pour tous les croisements, le test Chi-2 a été effectué et nous n’avons retenu que les croisements avec valeur asymptotique de 5 % et moins.

7 Pour tester l’effet des différents facteurs, nous avons effectué une régression multinomiale et intégré dans le modèle le sexe, l’âge, l’activité principale, la catégorie sociale, le fait d’avoir des enfants, d’être né en France ou à l’étranger, la taille de la commune, le foyer avant le confinement (seul/en couple ou famille/en colocation), le fait d’avoir des membres de la famille habitant à dix minutes de trajet, le nombre de co-confinés, le nombre des apparentés confinés ailleurs, le foyer du confinement, l’activité principale pendant le confinement, le fait d’être confiné avec le conjoint, avec ses enfants, avec ses enfants de moins de 10 ans et ses enfants de moins de 3 ans. Dans le tableau 2, nous n’avons gardé que les variables et modalités significatives (sig. ne dépassant pas 0,05).

8 Intermédiaires.

9 Variable obtenue par agrégation des professions et catégories socio-professionnelles (PCS) pour les actifs, des PCS des parents pour les étudiants et par le niveau de diplôme (croisé avec génération) pour les autres inactifs.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Évolution générale de la fréquence des contacts dans le réseau de parenté (hors du foyer) pendant le confinement
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/9378/img-1.png
Fichier image/png, 22k
Titre Graphique 2. Contacts pendant le confinement avec les apparentés hors du ménage : liens de filiation directe et fratrie (%)
Légende Lecture : Parmi les personnes qui ont au moins un frère confiné hors de leur foyer, 27 % sont en contact une fois par semaine avec au moins l’un d’entre eux pendant le confinement du printemps 2020.
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/9378/img-2.png
Fichier image/png, 44k
Titre Graphique 3. Contacts pendant le confinement avec les apparentés confinés à part : liens à 2 et 3 générations d’écart (%)
Légende Lecture : Parmi les personnes dont la grand-mère paternelle est en vie et confinée hors de leur foyer, 23 % ont un contact avec elle une fois par semaine pendant le confinement du printemps 2020.
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/9378/img-3.png
Fichier image/png, 81k
Titre Graphique 4. Contacts pendant le confinement avec les apparentés hors ménage : liens de parenté de 2e et 3e degrés (%)
Légende Lecture : Parmi les personnes qui ont au moins une nièce confinée hors de leur foyer, 16 % ont eu un contact une fois par semaine avec au moins l’une d’entre elles pendant le confinement du printemps 2020.
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/9378/img-4.png
Fichier image/png, 53k
Titre Graphique 5. Contacts pendant le confinement avec les apparentés hors ménage : parenté par alliance (%)
Légende Lecture : Parmi les personnes qui ont au moins un beau-frère confiné hors de leur foyer, 24 % n’ont pas eu de contacts avec lui ou eux pendant le confinement du printemps 2020.
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/9378/img-5.png
Fichier image/png, 48k
Titre Graphique 6. Dynamique des contacts dans le réseau de parenté (hors du foyer du confinement) pendant le confinement en fonction de l’âge
Légende Lecture : Parmi les personnes de 26 à 38 ans, 40 % déclarent une intensification générale de la fréquence des contacts dans leur réseau de parenté hors de leur foyer de confinement.
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/9378/img-6.png
Fichier image/png, 32k
Légende Lecture : Parmi les retraités, 51 % déclarent une intensification générale de la fréquence des contacts dans leur réseau de parenté hors de leur foyer de confinement.
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/9378/img-7.png
Fichier image/png, 39k
Titre Graphique 8. Effets du niveau de diplôme sur les relations avec les parents, la fratrie et la fratrie par alliance pendant le premier confinement (%)
Légende Lecture : Parmi les répondants dont la mère est en vie et confinée hors de leur foyer, les personnes dont le niveau de diplôme ne dépasse pas le bac sont les moins nombreuses à déclarer une augmentation de la fréquence de contacts avec elle : 34 % contre 61 % de celles qui ont un niveau de diplôme bac +5 et plus.
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/9378/img-8.png
Fichier image/png, 94k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Veronika Kushtanina et Virginie Vinel, « Réseau de parenté pendant le premier confinement : des liens intensifiés en temps d’incertitude ? »Temporalités [En ligne], 34-35 | 2021, mis en ligne le 16 mars 2022, consulté le 30 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/9378 ; DOI : https://doi.org/10.4000/temporalites.9378

Haut de page

Auteurs

Veronika Kushtanina

Laboratoire de Sociologie et d’Anthropologie (LaSA) Université de Franche-Comté
veronika.kushtanina@univ-fcomte.fr

Virginie Vinel

Laboratoire de Sociologie et d’Anthropologie (LaSA) Université de Franche-Comté
virginie.vinel@univ-fcomte.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search