Navigation – Plan du site

AccueilTemporalités34-35Recourir à la médecine procréativ...

Recourir à la médecine procréative en temps de Covid

Temporalités bouleversées et mise à l’épreuve du projet parental
Resorting to reproductive medicine in times of Covid: disrupted temporalities and the challenging of the parental project
Recurrir a la medicina procreativa en tiempos de Covid. Retos y temporalidades trastornadas del proyecto parental
Manon Vialle et Léa Linconstant

Résumés

En France, la crise sanitaire liée au Covid-19 a conduit, en mars 2020, les centres d’assistance médicale à la procréation (AMP) à interrompre leurs prises en charge, suite aux recommandations de différentes instances nationales. Suite à la lente reprise de leurs activités en mai 2020, les délais de prise en charge ont été allongés et il a été difficile pour les professionnel·les d’accéder à l’ensemble des demandes dans un laps de temps court. Si certaines personnes ont pu reprendre sans encombre leur parcours à la fin du premier confinement, d’autres ont vu leurs rendez-vous médicaux programmés puis déprogrammés à plusieurs reprises, sans jamais pouvoir commencer leur tentative d’AMP. Parmi les personnes interrogées, certaines étaient toujours dans l’attente près d’un an après le début de la crise sanitaire. Alors que les parcours procréatifs de ces couples sont déjà teintés d’incertitude du fait de leur infertilité, l’horizon parental des personnes interrogées s’est obscurci pendant la crise sanitaire. Cette dernière a pour conséquence un renforcement des incertitudes ainsi qu’un allongement des parcours d’AMP et met ainsi à mal le calendrier du projet parental. L’analyse des entretiens montre comment, dans le cadre de ces temporalités bouleversées, la perception du risque évolue et conduit à une hiérarchisation des priorités : du risque pandémique au risque de ne pouvoir procréer, de la priorité sanitaire à la priorité du projet parental.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1En France, comme dans de nombreux autres pays, les activités des centres d’assistance médicale à la procréation (AMP) ont été interrompues à partir du mois de mars 2020 avec la survenue de la crise sanitaire liée au Covid-19. Diverses institutions nationales régissant ces activités médicales, comme l’Agence de la biomédecine (ABM), ont recommandé aux centres d’AMP d’interrompre toute prise en charge. La plupart de ces services ont entièrement fermé leurs portes, tandis que quelques-uns ont maintenu une activité minimale, répondant aux demandes liées à la seule préservation des gamètes dans le cadre de la cancérologie. En mai 2020, à l’issue du premier confinement, la réouverture des centres d’AMP s’est faite dans la vigilance. En raison de la menace persistante du virus, les professionnel·les ont dû réorganiser les protocoles de prise en charge en tenant compte des directives transmises par l’Agence de la biomédecine, l’Agence régionale de santé ou encore les directions d’hôpitaux. Ces différentes recommandations ont conduit à la mise en place d’une priorisation des reprises des traitements : certaines situations ont été définies comme urgentes, nécessitant alors une prise en charge rapide, tandis que d’autres ont été considérées comme à risque ou non prioritaires, leur suspension a par conséquent été maintenue. Cette priorisation des prises en charge s’exerce depuis la fin du premier confinement avec néanmoins des ajustements au fil des temporalités particulières de la crise (déconfinement, deuxième confinement d’octobre à décembre 2020, puis confinement partiel au printemps 2021).

  • 1 Exemple de recommandations de priorisations provenant de l’ABM dans le cadre de la reprise d’activi (...)

2Précisons dès à présent l’usage du terme de priorisation dans cet article. Il se réfère au phénomène de « tri » des personnes en médecine, basé sur un ensemble de critères permettant de distinguer les patient·es devant prioritairement être pris·es en charge de celles et ceux ne pouvant l’être (Fassin, 2010 ; Lachenal, Lefève, Vinh-Kim, 2014). Nous adoptons dans cet article l’usage de ce terme, fortement déployé au cours de l’épidémie mondiale due au SARS-CoV-2 à travers les textes de recommandations des institutions médicales1, en tentant de l’interroger par-delà le cadre institutionnel justifiant les décisions sanitaires. L’action de priorisation se joue à différents niveaux – institutionnel, médical, personnel – qui parfois se heurtent, parfois s’accordent, en fonction d’un ensemble de critères que nous tentons d’éclairer dans cet article à travers l’exemple précis de l’accès à la parenté par AMP en contexte épidémique.

3En effet, suite à l’interruption totale de l’activité des centres, puis de leur reprise progressive, les délais de prise en charge en AMP ont été allongés et il est devenu difficile pour les professionnel·les d’accéder rapidement à l’ensemble des demandes formulées par les couples infertiles. Si certaines personnes ont pu reprendre sans encombre leur parcours à la fin du premier confinement, d’autres ont vu leurs rendez-vous médicaux programmés puis déprogrammés à plusieurs reprises, sans jamais pouvoir (re)commencer leur tentative d’AMP. Ainsi, suite à la pandémie, les projets parentaux de nombreuses personnes recourant à l’AMP se trouvent suspendus. Alors que les parcours procréatifs de ces couples sont déjà teintés d’incertitude du fait de leur infertilité (Rozée, Mazuy, 2012 ; Vialle, 2014, 2018 ; Linconstant, 2020), ils se retrouvent également soumis aux aléas de la crise sanitaire actuelle. La temporalité du projet parental entre ainsi en tension avec les temporalités de la crise sanitaire qui, en s’étirant dans le temps, conduit les personnes à négocier avec les risques propres à l’épidémie et à jongler entre diverses priorités. Comment l’analyse des parcours d’AMP en contexte épidémique met-elle en lumière des temporalités variées et révèle-t-elle une hétérogénéité des capacités d’action au sein d’une situation de crise pourtant pensée comme un temps uniforme ?

  • 2 Les recommandations et les critères de priorisation dans le cadre de la crise sanitaire concernent (...)
  • 3 Cette recherche est financée par la fondation Gédéon-Richter en partenariat avec le Comité national (...)
  • 4 L’AMP comprend diverses pratiques telles que les inséminations ou les fécondations in vitro (FIV) q (...)
  • 5 Il s’agit d’un centre public rattaché à un hôpital de la région du sud-est de la France.

4Nous avons souhaité approfondir les connaissances de l’impact de la crise sanitaire liée au Covid-19 sur les vécus des femmes2 ayant un projet parental par AMP en France en menant une recherche de septembre 2020 à décembre 20213. En effet, les résultats des quelques études internationales analysant les conséquences de la suspension et du ralentissement des prises en charge en AMP mettent en évidence les difficultés variées des personnes concernées (Esposito, Rania, Lico et al., 2020 ; Turocy, Robles, Hercz et al., 2020). Nous avons donc réalisé une enquête par entretiens auprès de femmes engagées dans un parcours de fécondation in vitro (FIV) lors de la survenue de la crise sanitaire (cf. annexe 1 : déroulement d’une tentative de FIV)4. Pour ce faire, nous avons contacté certaines d’entre elles via les listes de priorisation établies lors des différents confinements par un centre d’AMP partenaire de cette recherche5. Par la suite, nous avons élargi notre méthode de recrutement en passant également par le bouche-à-oreille et la diffusion d’un appel à témoignage auprès d’une association regroupant des personnes recourant à l’AMP.

  • 6 Les femmes interrogées proviennent de six centres d’AMP situés dans cinq villes différentes : Marse (...)

5Nos interlocutrices proviennent de divers centres en France6, ce qui permet de saisir si l’application des directives sanitaires est spécifique à chaque centre ou généralisée. Nous les avons interrogées à distance, par visioconférence ou téléphone compte tenu des restrictions sanitaires en vigueur lors de la réalisation de l’enquête, et avons abordé de manière chronologique leurs trajectoires biographiques, l’apparition de leur désir d’enfant et de leur projet parental, l’histoire de la découverte de l’infertilité et le recours à l’AMP jusqu’à la survenue de la crise sanitaire. À l’exception d’une personne, nos interlocutrices étaient toujours engagées au sein d’un parcours d’AMP au moment de l’entretien.

6Les résultats que nous présentons dans cet article reposent sur l’analyse de quatorze entretiens réalisés auprès de femmes aux profils et statuts professionnels variés (cf. annexe 2 : caractéristiques sociales et parcours procréatifs des femmes interrogées) : âgées de 29 à 41 ans, la majorité d’entre elles n’ont pas d’enfants (trois d’entre elles ont déjà des enfants et une est en cours de grossesse). Elles sont principalement installées dans la région Sud, à l’exception de trois d’entre elles qui habitent dans l’est de la France et en Guadeloupe. Des observations et échanges formels et informels ont également été réalisés au sein du centre d’AMP partenaire auprès des médecins gynécologues, infirmières et sages-femmes. De plus, nous avons effectué un entretien avec deux membres d’une association accompagnant les personnes recourant à l’AMP : sa présidente et une de ses membres référente en charge d’une étude sur les vécus de l’interruption des prises en charge en AMP lors du premier confinement. Nous nous appuyons enfin sur les lectures des publications produites par l’Agence de la biomédecine (ABM) énonçant aux centres d’AMP les recommandations au fil de la crise sanitaire.

7Analysées dans la première partie de l’article, les directives sanitaires émises pendant la crise ont bouleversé les pratiques médicales des centres d’AMP et ont eu des répercussions sur les prises en charge des femmes. Nous verrons dans une deuxième partie comment ces dernières ont appréhendé cette situation marquée par l’attente et l’incertitude. Par ailleurs, l’étirement dans le temps de la crise sanitaire met progressivement à mal la temporalité de leur parcours procréatif. Nous interrogerons alors, dans une troisième et dernière partie, comment, dans cette période marquée par le risque sanitaire, les femmes tentent de conjuguer un ensemble de contraintes pour permettre la réalisation de leur projet parental.

L’impact des directives sanitaires sur les pratiques des centres d’AMP

8La crise sanitaire et les différentes directives qui en ont découlé ont bouleversé et interrompu un processus de prise en charge en AMP déjà complexe, long et fortement incertain. Ce que nous nommons « parcours d’AMP » comprend une multitude de parcours variés et une pluralité d’examens médicaux et de techniques médicales. Qu’il s’agisse de recourir à une insémination ou une fécondation in vitro, réalisées avec les gamètes du couple ou bien en partie issues du don, le choix de ces différentes techniques est dépendant du diagnostic d’infertilité, des résultats des tentatives précédentes, de l’âge de la femme, ou encore d’autres pathologies existantes. Compte tenu du caractère limité des connaissances médicales, le taux de réussite est relativement faible (Devaux, Lévy, 2006 ; Rossin-Amar, 2006 ; Mansour, Ishihara, Adamson et al., 2014). De ce fait, les tentatives doivent souvent être répétées avant l’obtention d’une grossesse, avec un ajustement des techniques employées au fil du parcours, étirant progressivement ce dernier parfois pendant plusieurs années.

9Ces « parcours » sont nommés ainsi en référence au fait qu’ils constituent pour les personnes qui s’y confrontent de véritables « parcours du combattant ». Ils s’accompagnent de nombreuses difficultés liées à la lourdeur des examens, des traitements et des techniques médicales en termes logistique, physique ou psychologique (Inhorn, 2007 ; Bachelot, de Mouzon, Adjiman et al., 2008 ; Hertzog, 2011, 2014). La confrontation aux nombreux échecs des tentatives et la répétition du processus rendent l’expérience de l’AMP particulièrement difficile (Franklin, 1997 ; Becker, 2000 ; Thompson, 2005). La crise sanitaire liée au Covid-19 a donc bouleversé des prises en charge ayant déjà la particularité d’être longues, prenantes et fortement incertaines.

Les directives sanitaires auprès des centres d’AMP pendant la crise liée au Covid-19

10Le 13 mars 2020, quatre jours avant l’annonce du confinement national, les centres d’AMP reçoivent la directive soudaine d’interrompre toutes les prises en charge. Les professionnel·les ont alors indiqué la fermeture des services aux personnes sur place, puis à toutes celles qui avaient une consultation prévue les jours suivants, parmi lesquelles certaines étaient en cours de traitement et venaient pour le suivi de la stimulation hormonale, d’autres pour une ponction ovarienne, d’autres encore pour un transfert d’embryons.

  • 7 Cette décision a été prise par l’Agence de la biomédecine compte tenu des incertitudes concernant l (...)

11Dans un premier temps, seuls les rendez-vous prévus au cours de la semaine ont été annulés. Puis, en absence d’amélioration de la situation sanitaire, il en a été de même pour ceux des deux semaines suivantes avant que l’ensemble des prises en charge ne soient reportées pour une durée indéterminée7. Dans le centre au sein duquel nous avons enquêté, les blocs opératoires ont alors été utilisés pour la prise en charge des personnes atteintes du Covid et les professionnel·les ont été transféré·es vers d’autres services (maternité, service Covid, IHU…).

12Par la suite, le 13 mai 2020, de nouvelles recommandations ont été publiées, énonçant les conditions d’une réouverture des services d’AMP dans le cadre d’une reprise « progressive, raisonnée et sécurisée » et avec une « nécessaire priorisation des prises en charge »8. Cette priorisation devait être établie en fonction de l’identification de trois situations principales : une préservation de la fertilité urgente ; une réserve ovarienne très diminuée ; une annulation en cours de stimulation en mars 2020. La réouverture impliquait la mise en place d’un ensemble de nouvelles pratiques diminuant fortement les capacités d’accueil : respect des gestes barrières, distanciation physique, dépistages à différents moments de la prise en charge, téléconsultations lorsque cela était possible et décontaminations régulières des surfaces des laboratoires. Dans le même temps, l’interruption des parcours d’AMP a été maintenue pour les personnes considérées comme « à risque » du fait de la présence de facteurs de comorbidités (antécédents médicaux, IMC supérieur à 30…).

13Au fil des années 2020 et 2021, les recommandations de l’ABM ont régulièrement été mises à jour en fonction de l’évolution de la crise sanitaire au niveau national et des directives gouvernementales. Les confinements suivants n’ont pas conduit à la fermeture des centres. Certains d’entre eux ont ralenti leur activité et des rendez-vous ont parfois été annulés en fonction de l’évolution du risque épidémique régional. La menace d’une nouvelle fermeture apparaissait dans les recommandations de l’ABM lors de chacune des recrudescences de l’épidémie (automne 2020 puis début 2021). Au moment de la rédaction de cet article, les dernières recommandations datent du 30 avril 20219. Ces dernières, bien que maintenant la nécessité de l’application des gestes barrières et la mise en place autant que possible des téléconsultations, préconisent un retour aux modalités de « prises en charge habituelles », y compris pour les personnes considérées « à risque ».

Mises en pratique des directives sanitaires et ajustements par les professionnel·les

14Des entretiens informels et formels ont été réalisés avec une gynécologue obstétricienne et une infirmière de l’équipe d’un centre d’AMP. Ils portaient notamment sur la chronologie de la crise, les directives reçues, l’impact sur l’organisation interne et les vécus de cette situation. À partir de ces échanges, nous avons pu constater qu’un certain flou caractérisait les directives nationales et impliquait des ajustements : les professionnel·les du centre devaient prendre en compte un ensemble de directives et de recommandations provenant d’une variété d’institutions médicales (ABM, mais aussi la Haute Autorité de santé [HAS], l’Agence régionale de santé [ARS], ou encore le centre hospitalier de rattachement). Cette multiplicité des discours institutionnels a eu pour conséquence la réception de directives parfois contradictoires au cours d’une seule journée. Par exemple, au début du premier confinement, la nécessité d’une prise de température de toutes les personnes prises en charge a tantôt été présentée comme obligatoire, tantôt comme non nécessaire. L’organisation interne des services devait s’adapter au fil de ces nouvelles directives, de leurs évolutions et parfois de leur abandon.

15Les recommandations de priorisation publiées par l’ABM se sont traduites, au sein du centre, par l’établissement de listes distinguant les personnes devant être appelées en premier de celles ne pouvant être reprogrammées (personnes non prioritaires ou présentant des facteurs de comorbidités). Au fil de la crise, de l’amélioration des connaissances et de la compréhension du risque épidémique, les professionnel·les ont peu à peu pris davantage de liberté dans la façon d’appliquer ces recommandations officielles. Par exemple, après la fin du premier confinement, le critère d’IMC restreignant la prise en charge des femmes a été allégé puis abandonné. L’infirmière interrogée nous a précisé à quel point cet indicateur de prise en charge semblait injuste, tant pour les femmes concernées que pour les professionnel·les lorsqu’aucun autre problème de santé n’était déclaré. C’est dans ce contexte d’incertitudes et d’évolutions des directives institutionnelles que les médecins ont ajusté constamment leur activité. En conséquence, de nombreux parcours d’AMP ont été reprogrammés et parfois suspendus une seconde fois. Ce sont les vécus de ces parcours que nous allons désormais interroger.

Parcours d’AMP et crise sanitaire : faire face à l’incertitude

16Après la fermeture des centres en mars 2020, nos interlocutrices n’ont pas de visibilité sur la suite de leur prise en charge. En interrompant cette dernière, la crise sanitaire amplifie l’incertitude inhérente aux parcours d’AMP et étire ces derniers dans le temps. Cette deuxième partie sera l’occasion d’interroger la disparité des situations face à cette temporalité de la crise qui semble a priori uniforme : comment les femmes interrogées ont-elles perçu l’interruption, puis l’allongement dans le temps de leur prise en charge ? Comment une situation marquée par le manque d’information et l’imprévisibilité met-elle en lumière une diversité de capacités d’action et de relation ? L’incertitude liée à la crise sanitaire sera abordée ici à la fois comme un objet d’étude en soi et comme un révélateur des dynamiques propres aux parcours procréatifs par AMP. Nous gageons, comme l’analyse Laurent Dousset, que l’étude de cette dernière permet « de faire émerger et de saisir ce qui dans d’autres situations et d’autres contextes, moins incertains et plus habituels, paraît évident et donc reste largement invisible » (2018, p. 18).

Étirement de la crise et incertitude quant à la reprise des parcours d’AMP : entre sentiment d’oubli et pression du temps

17L’arrêt soudain des prises en charge, bien que surprenant et source de déception, a été compris par l’ensemble de nos interlocutrices. Contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, plutôt que la mise à l’arrêt du parcours lors du premier confinement, c’est la reprise des parcours au fil du mois de mai 2020 qui a davantage été source de crispations et de malentendus. Tandis que lors du premier confinement les nombreuses inconnues justifient, aux yeux des interlocutrices, la fermeture des centres, les tâtonnements qui caractérisent la réouverture de ces derniers sont plus difficilement acceptés. La patience et la compréhension laissent alors place à l’agacement, voire au désarroi. Deux difficultés principales se dessinent lors de la réouverture : les professionnel·les doivent sélectionner, parmi les personnes dont le parcours a été arrêté lors du premier confinement, celles qui peuvent revenir au centre tout en gardant un lien avec les personnes écartées provisoirement du fait de leur état de santé. Au cours de l’entretien, Leïla, l’infirmière que nous avons rencontrée, insiste sur la crainte permanente de « n’oublier personne ». Malgré cette attention, certaines de nos interlocutrices expriment la sensation d’avoir été oubliées. C’est le cas de Cindy, 36 ans, comptable en congé parental qui a repris son parcours d’AMP pour avoir un troisième enfant. Tandis que la première vague épidémique a conduit à la suspension de sa tentative de FIV alors qu’elle était sur le point de commencer la stimulation hormonale, elle déclare, lorsque nous l’interrogeons au mois de décembre 2020, ne plus avoir eu de messages de la part de son centre depuis le 4 mai.

Ce qui est dommage c’est qu’on n’a pas eu un peu plus de nouvelles en fait. (...) c’est vrai qu’avant d’ouvrir, peut-être qu’ils ont appelé certaines personnes… Après je ne sais pas comment ils se sont organisés, peut-être qu’ils ont autre chose à faire hein. (...). C’était comme si on avait été oublié.

18Cette impression semble renforcée par le manque d’information concernant les conditions qui permettent de recommencer les parcours. Nos interlocutrices s’interrogent sur la définition des critères qui permettent d’être désignée comme prioritaire et craignent que leurs situations (âge, pathologies spécifiques, IMC, etc.) entravent la reprise de leur tentative d’AMP. L’incertitude qui caractérise habituellement ces parcours (Franklin, 1997 ; Becker, 2000 ; Rozée, Mazuy, 2012 ; Linconstant, 2019 ; Vialle, 2021) est ainsi exacerbée du fait de la pandémie. Elle ne prend pas la même amplitude en fonction de la situation spécifique des personnes interrogées : voir les mois s’écouler sans perspective de reprise est une situation particulièrement angoissante pour les femmes de 40 ans et plus qui considèrent parfois leurs parcours comme une « course contre la montre » (Vialle, 2018, 2021).

En fait le point négatif de cette crise sanitaire c’est moi, en fonction de ma réserve ovarienne et de mon âge avancé, je sais que demain je peux rencontrer des difficultés, pas faire d’ovocytes, peut-être, parce que voilà c’est… y’en a plus. Voilà j’aurais eu 30 ans et dans un autre contexte, ben voilà attendre un an, un an et demi, même deux ans, ça ne m’aurait peut-être pas impactée. Là, ça peut m’impacter, voilà. Je comprends très bien et je suis même rassurée de ne pas les avoir faits dans le sens où je ne savais pas où j’allais et je pense que personne ne savait où on allait. Donc ça, je le comprends. (Samantha, 40 ans, infirmière)

19L’âge semble constituer une source d’inquiétude partagée par un grand nombre de nos interlocutrices : tandis que certaines redoutent un allongement du parcours du fait de leur âge, d’autres sont préoccupées par le fait que certain·es professionnel·les les considèrent comme « jeunes » et comme non prioritaires, alors même que cela fait plusieurs années qu’elles sont engagées au sein d’un parcours d’AMP. C’est ce qu’explique Juliette, orthophoniste âgée de 33 ans et suivie depuis quatre ans en AMP du fait d’un problème d’endométriose et d’ovaires polykystiques :

J’avais su que la PMA c’était la priorité pour les personnes à qui il ne restait plus beaucoup de temps. Vous savez je crois que c’est jusqu’à 40 ans. Ben voilà si on avait 39 ans ben on était prioritaire, parce qu’après c’était trop tard. Et là j’étais un peu désespérée parce que depuis le début on n’arrête pas de me dire que ça va j’ai du temps, je n’ai que 33 ans. Ouais mais bon ça fait cinq ans, quatre ans et demi qu’on essaie donc bon ! (...) Et au final ils ont été d’accord, mais à chaque fois j’avais cette crainte-là de dire ben je vais jamais être prioritaire. Ils vont me dire on attend deux ans, je n’aurai que 35 ans, c’est encore dans les temps !

  • 10 L’âge de 43 ans constitue pour les femmes la limite d’âge maximale de prise en charge par la Sécuri (...)

20Nos interlocutrices critiquent moins le fait que certaines personnes doivent être prioritaires que le manque d’information sur la manière dont cette priorisation se construit, ce qui constitue une source d’inquiétude supplémentaire. Éloïse, âgée de 41 ans, chirurgienne-dentiste et engagée dans un parcours d’AMP depuis quatre ans, est en attente d’un transfert d’embryon lorsque le centre ouvre de nouveau au printemps 2020. Alors qu’elle est restée sans nouvelles de ce dernier depuis le dernier transfert effectué en janvier, elle sollicite un rendez-vous en téléconsultation auprès de sa gynécologue qui lui explique que sa tentative ne pourra pas être programmée avant septembre. Éloïse témoigne de la difficulté de ne pas savoir quand son parcours pourra redémarrer alors qu’elle approche l’âge de 43 ans et qu’elle se considère comme prioritaire10:

J’aurais aimé qu’on me tienne plus au courant ou au moins un mail disant voilà comment on s’organise, est-ce qu’il y avait une liste de priorité, est-ce que les femmes les plus âgées ou les plus malades… Parce que moi étant âgée et pas à ma première tentative ça me situait dans la liste vous voyez, est-ce qu’ils gardent comme ils font d’habitude je suppose par ordre d’arrivée ou est-ce qu’ils remanient tout ça pour que… eh bien voilà il y a l’âge fatidique des 43 ans pour la prise en charge en France eh ben voilà est-ce qu’ils vont faire passer devant quand ils vont rouvrir, est-ce qu’ils vont faire passer devant les femmes de 42 ans, de 42 ans et demi par exemple qui vont se retrouver en incapacité par rapport à une jeune femme qui va avoir 25 ans (...) Un mail, un mail général voilà ça aurait été pas mal.

21Dans les situations au sein desquelles la rapidité de la prise en charge est un enjeu, comme dans le cas d’Éloïse, l’étirement de la crise renforce l’incertitude caractéristique des parcours d’AMP. Ce sont donc des temporalités antagonistes qui se rencontrent ici : l’accélération nécessaire de la prise en charge pour les femmes de plus de 40 ans se heurte à un horizon temporel brouillé par la pandémie.

Interruption des parcours d’AMP et capacités d’agir : des ressources variées

22Les éléments précédents laisseraient penser que les personnes concernées par l’interruption des prises en charge ne peuvent pas agir sur la reprise de leur parcours. Nos interlocutrices mettent pourtant en œuvre un certain nombre d’actions pour essayer de recommencer au plus vite les procédures suspendues par la crise sanitaire. Mais cette capacité à agir au sein d’une situation trouble n’est pas identique pour toutes les femmes interrogées. Pour certaines, les avis contradictoires qui émergent des différent·es professionnel·les de santé deviennent un interstice au sein duquel il est possible de négocier la reprise du parcours d’AMP, tandis que pour d’autres, l’opacité quant à la circulation de l’information enraye la possibilité de cette reprise.

23Juliette par exemple tente d’agir sur le déroulé de son parcours malgré les contraintes liées à la pandémie d’une part et à sa situation personnelle d’autre part. Lorsque le centre ferme, elle est en attente pour transférer l’un des embryons congelés suite à la deuxième tentative de FIV qu’elle vient d’effectuer en février 2020. Lors d’un rendez-vous à la sortie du premier confinement, sa gynécologue la dissuade de reprendre son parcours : selon elle, les risques de contracter le Covid sont trop élevés du fait de son poids. Néanmoins, ce conseil est remis en question lorsque Juliette consulte son endocrinologue pour un problème de thyroïde :

[Ma gynécologue] m’a dit : « On voit août mais plutôt septembre. » Sauf qu’entre-temps j’ai eu le rendez-vous, en fait à six mois de l’opération de la thyroïde, j’ai eu le rendez-vous avec mon endocrino début juillet. Et du coup elle me demande pour la PMA vu qu’elle bossait aussi dans le centre, enfin voilà, tout le monde se connaît, ça tombait bien, ils savent tous comment ils travaillent. Elle me dit : « Ah oui mais le docteur T. elle est très prudente, hein, moi je vous aurais dit que c’était bon, là. » Et là, je suis contente qu’elle ait été honnête, mais j’aimerais bien que les professionnels de santé soient en accord.

24Suite à cet échange et en concertation avec son compagnon, Juliette décide de se tourner vers le centre d’AMP pour mettre en place le transfert d’embryons. S’ensuivent alors d’âpres négociations pour que l’ensemble des praticien·nes soient d’accord :

J’avais eu des infos et entre-temps j’avais envoyé un mail à ma gynéco en lui disant : « J’ai vu [l’endocrinologue] et elle m’a dit que je pouvais reprendre d’après elle, donc qu’est-ce que vous en pensez ? » (...) Et le centre, j’avais eu un mail, je ne sais plus si c’est moi qui les ai sollicités, ils m’avaient dit que si ma gynéco était d’accord, ils étaient d’accord. Mais ils ne sont pas en lien. (...) Et du coup je suis partie en espèce de négociation : « Bonjour docteur [la gynécologue], le centre il est d’accord si vous êtes d’accord, vous êtes toujours d’accord ? Et je vous rappelle que l’endocrino elle est d’accord, le centre est d’accord… » Et en fait elle m’a appelée, elle m’a dit : « Donc ils sont d’accord même par rapport au poids ? » Je fais : « Oui, si vous êtes d’accord, ils sont d’accord. » Et du coup elle a réfléchi, elle m’a rappelée et elle m’a dit OK. Et du coup j’ai appelé le centre qui m’ont dit : « Très bien, voyez avec votre gynéco pour les traitements. »

25Si Juliette est agacée par le désaccord des professionnel·les, celui-ci lui permet de négocier et d’accéder finalement à la suite de son parcours. Néanmoins, cette capacité à saisir les ressources adéquates pour faire avancer son projet reste primordiale, comme elle le souligne à plusieurs reprises au fil de l’entretien :

Je me mets toujours à la place des gens. Je me doute que ça ne devait pas être facile pour elles [les sages-femmes]. (...) C’est vrai que si je n’étais pas allée chercher les informations, si je n’étais pas allée dire : « Ben là tout le monde est d’accord pour que je reprenne, est-ce que c’est bon pour vous ? » Je ne sais pas quand est-ce que j’aurais pu reprendre en fait. Peut-être que c’est ma gynéco qui aurait fini par dire : « OK on reprend, appelez le centre. » Mais du coup j’aurais attendu peut-être septembre, octobre, et vu que ça aurait augmenté elle m’aurait peut-être dit encore de reculer, je sais pas.

  • 11 Six de nos enquêtées ont des professions dans le milieu de la santé. Au cours des entretiens, elles (...)

26Cette capacité d’agir auprès des professionnel·les de santé afin de faire évoluer leur situation constitue un enjeu pour les personnes engagées dans ces parcours. À plusieurs reprises, nos interlocutrices évoquent la chance qu’elles ont d’avoir les ressources nécessaires11 pour réussir à comprendre le parcours d’AMP et à agir au sein d’une situation incertaine. Elles expriment leur solidarité vis-à-vis de personnes qu’elles imaginent moins dotées intellectuellement et socialement.

27Cette capacité d’action ne se résume pas aux relations entre les professionnel·les et les femmes, dans le huis clos des consultations, mais se manifeste également par des prises de décisions drastiques quant au déroulement du parcours. Alors qu’Éléonore, 39 ans, conseillère en économie sociale et familiale, est suivie depuis cinq ans au sein d’un grand centre public, elle fait le choix de se diriger vers un centre privé pour sa dernière tentative. Elle nous explique que si les difficultés déplorées ont toujours été présentes au sein du premier centre (manque de communication et de personnalisation de la prise en charge, impossibilité de joindre les professionnel·les par téléphone), elles ne sont à ses yeux plus supportables depuis le début de la pandémie. De la même façon, au moment où nous la rencontrons, Alice, cadre de santé âgée de 30 ans, est sur le point de quitter le centre public se situant à vingt minutes de chez elle pour un autre, public et plus petit, situé à une heure trente en voiture dans lequel elle a la sensation d’obtenir un suivi de meilleure qualité car plus personnalisé. Ces femmes évoquent également leurs expériences de l’AMP (longueur du parcours notamment) et leurs marges de manœuvre (ressources financières, postes leur permettant de modeler leur emploi du temps ou de prendre des congés) pour souligner que leurs décisions sont rendues possibles par des ressources spécifiques qu’elles sont en capacité de mobiliser. La sociologue Laurence Tain a ainsi montré que le recours à l’AMP est inégal en raison des différences de niveaux d’instructions des personnes, générant un ensemble d’avantages et de désavantages autour du pouvoir de discussion, de négociation et de décision vis-à-vis des médecins et donc de maîtrise du parcours procréatif (Tain, 2005, 2013).

28On peut remarquer ici que, suite à une transmission d’informations jugée sporadique ou disparate, certaines personnes sont en capacité de trouver des arrangements qui leur permettent une certaine reprise de contrôle sur la temporalité de leur parcours d’AMP. Ce n’est pas le cas de toutes nos interlocutrices : Yasmine, 30 ans, agent de tri à la Poste, qui a vu le début de sa tentative décalée à deux reprises suite à la crise sanitaire, déclare qu’elle n’a jamais osé rappeler le centre pour avoir de plus amples informations et est toujours dans l’attente de la reprise de son parcours au moment de l’entretien. Cette situation délicate crée un sentiment de malaise profond qu’elle décrit comme une « dépression » accentuée par la pression qu’elle subit de la part de sa belle-famille qui la tient responsable de l’infertilité du couple, alors même que c’est la qualité du sperme de son mari qui les a conduits vers un centre d’AMP.

29La crise sanitaire et l’interruption des parcours constituent donc une temporalité nouvelle que l’on pourrait croire uniforme et partagée de la même façon par l’ensemble des personnes concernées. Pourtant, des situations spécifiques se dessinent du fait non seulement des profils singuliers de nos interlocutrices mais également des capacités d’action différenciées de ces dernières. En effet, dans les exemples mobilisés, l’incertitude provoquée par la crise sanitaire est saisie différemment par nos interlocutrices permettant, pour certaines, l’accélération de la reprise du parcours d’AMP. Le caractère a priori uniforme de la nouvelle temporalité masque ainsi une hétérogénéité des situations due notamment à des capacités d’action variées.

Perception du risque et réaménagement de la temporalité procréative

30Au sein de l’histoire personnelle et conjugale des femmes interrogées, le projet de parentalité a systématiquement été envisagé en fonction d’un ensemble de critères justifiant pour elles le « bon moment » de la maternité. Cette « planification » du moment jugé adéquat pour avoir un enfant est le modèle dominant des sociétés euro-américaines depuis les années 1970, notamment depuis le développement de la contraception et de la diminution du nombre d’enfants par famille (Bajos, Ferrand, 2006a). Depuis, les conditions sociales de la parentalité continuent d’évoluer et la définition de la « norme procréative », désignant le « bon moment » pour avoir un enfant, tend à devenir plus complexe (Bajos, Ferrand, 2006b). Les femmes, qui subissent toujours davantage le poids de la parentalité que les hommes, se retrouvent au cœur de cette norme et doivent envisager la maternité « ni trop tôt ni trop tard » (Le Van, 1998) en fonction d’un ensemble de critères permettant de garantir les « conditions les plus favorables à l’accueil de l’enfant : un couple parental, stable affectivement, psychologiquement et matériellement (…), dans un projet parental et survenant au bon moment des trajectoires professionnelles des deux parents » (Bajos, Ferrand, 2006b, p. 92). Toutefois, lorsque nos interlocutrices et leurs compagnons ont jugé que ces éléments étaient réunis, la découverte d’une infertilité au sein de leur couple a induit un réaménagement de la temporalité du projet parental, désormais dépendante du calendrier de l’AMP. Énième imprévu au cours d’un parcours déjà long et semé d’embûches, la crise sanitaire apparaît comme une sorte d’apogée de la série des contraintes inattendues qui jalonnent le parcours procréatif des personnes interrogées. Initialement soulagées par la fermeture des centres en raison du manque de connaissance des risques en cas de contamination, ces dernières ont pour la plupart, au vu de la maîtrise progressive du risque épidémique, souhaité reprendre rapidement leur parcours.

31Cette évaluation de la balance bénéfice/risque concerne plusieurs de nos interlocutrices. Alors que Chloé par exemple, comprend dans un premier temps la fermeture des centres, elle recommence sans hésiter son parcours après le premier confinement, ce qui lui vaut la désapprobation de ses amis qui considèrent le désir d’enfant incompatible avec la crise sanitaire. Une nouvelle tentative de FIV est programmée en juin 2020 et aboutit à une grossesse. Enceinte de cinq mois au moment de l’entretien, elle explique qu’elle essaie de minimiser le risque épidémique en ne sortant quasiment pas et en adoptant les gestes barrières autant que possible. Son discours suppose une possibilité d’action sur la balance bénéfice/risque :

Oh la, oui y’a la pandémie, c’est clair, mais si ton envie de bébé elle est bien plus forte et que tu te protèges de toute façon, on a des gestes barrières, il faut les respecter, et puis voilà, en faire un minimum. Moi je sors pas beaucoup parce que mine de rien je suis en fin de deuxième trimestre et mine de rien je veux pas prendre de risque. Voilà c’est des petites choses, c’est nul. Depuis le début de la pandémie, j’ai dû sortir cinq fois faire les courses. Et encore je suis sortie cinq fois parce que je ressentais le besoin aussi de voir du monde et puis de se dire… mais autrement voilà on fait super attention, et voilà. Après c’est sûr que c’est une autre vie, mais c’est comme ça. C’est un mauvais moment et dans quelque temps on en sera débarrassés, ‘fin j’espère.

32À l’instar de Chloé, la plupart de nos interlocutrices considèrent que la fin du premier confinement et la réouverture des centres indiquent la maîtrise progressive de la pandémie et la possibilité de recommencer le projet parental malgré la persistance du virus. Pour d’autres, les risques en raison de la situation sanitaire perdurent. C’est le cas de Marie, atteinte d’une maladie pulmonaire rare qui la rend particulièrement vulnérable. Elle craint, lors de la deuxième vague de l’épidémie à l’automne 2020, de mener une grossesse dans ces conditions sanitaires spécifiques et décide d’interrompre le processus d’AMP après avoir été prise en charge durant l’été lorsque le risque épidémique semblait s’amenuiser :

En fait je pense qu’on a misé la prudence, et c’est quand même mieux. Peut-être que c’est aussi le fait d’être parent qui me fait le voir différemment. Mais je ne me verrais pas entrer en protocole, être enceinte, attraper le Covid, avoir un pneumothorax, être enfermée trois semaines sans voir mon fils et mon homme. Enfin, surtout mon fils d’ailleurs. Euh… ça serait compliqué pour moi, je le vivrais mal. Ou stressée, tout simplement stressée. (...) Donc on n’envisage pas non plus un avenir, quoi. Donc on a misé sur la précaution, la prudence, et surtout c’est quelque chose qui peut être reporté, décalé quoi.

33Bien que cette décision lui semble évidente en raison de la balance bénéfice/risque propre à sa situation, il n’en demeure qu’un tel choix reste difficile à prendre et qu’elle considère cette situation comme une « double punition ». La temporalité de son projet parental est remise en question mais sans que cela n’interroge la volonté de le concrétiser. Elle espère redémarrer la prise en charge dès que les risques spécifiques liés à sa situation auront diminué. Nous voyons à travers ces deux exemples que les seuils d’acceptabilité du risque varient en fonction des différentes situations de nos interlocutrices, par conséquent la temporalité de leur projet parental n’est pas affectée de façon identique par la crise sanitaire.

34À partir du moment où la reprise du parcours devient envisageable pour les femmes interrogées, elles sont parfois confrontées à de nouvelles contraintes qui retardent à nouveau le projet parental. Samantha, infirmière dans un hôpital public, est contactée par le centre après le premier confinement car prioritaire en raison de son âge (40 ans). Elle ne peut toutefois redémarrer son parcours à cause de la crise sanitaire qui affecte fortement la région où elle exerce et entraîne une surcharge de travail ne permettant pas la prise de congés nécessaire au suivi du protocole d’AMP. Lorsqu’elle rappelle le centre en novembre 2020, il y a un retard important, plus de places disponibles et elle doit encore attendre. Elle est recontactée par le centre en raison d’un désistement, mais craint désormais, au moment de l’entretien en janvier 2021, une nouvelle annulation en raison de la recrudescence de l’épidémie. Le prolongement du report de la prise en charge s’avère alors particulièrement difficile.

35Certaines de nos interlocutrices témoignent d’un déplacement progressif de la perception du risque. Ce n’est plus l’incertitude concernant les risques d’une grossesse en période épidémique qui les inquiète, mais plutôt celle entourant désormais la possibilité de concrétiser le projet parental. C’est le cas d’Estelle, âgée de 30 ans, dont le recours à l’AMP est nécessaire en raison de la qualité du sperme de son compagnon. Compte tenu de l’étirement dans le temps de la crise sanitaire et de son imprévisibilité, il devient de plus en plus difficile pour elle d’accepter le report du projet parental : « Comme on ne sait pas du tout comment ça va se terminer, c’est compliqué. (...) On a du mal à se projeter. » Progressivement ce n’est plus la grossesse en période épidémique qui est problématique, mais l’absence prolongée de grossesse. Le report du projet parental devient alors indésirable et génère un déplacement de la perception du risque : celui de ne pas pouvoir avoir d’enfant si l’attente se prolonge, ou encore de ne pas avoir d’enfant dans une temporalité proche de celle initialement envisagée. Dans ce dernier cas, l’allongement de la temporalité consacrée au projet parental ne paraît plus envisageable et constitue le risque à éviter. Comme l’analyse Irène Théry : « L’incertitude implique parfois des comportements qui, loin de tenir pour incompatibles deux hypothèses, intègrent à l’une celle qui peut lui paraître radicalement contraire. » (1993, p. 234). Les femmes rencontrées essaient ainsi d’articuler différentes contraintes et tentent, de façon pragmatique, de tenir compte à la fois des risques présents (être affectée par le Sars-CoV-2) mais aussi des risques à venir (ne pas avoir d’enfant) si leur tentative d’AMP continue d’être différée. Face à ces risques antagonistes, elles sont obligées de réaménager constamment les conditions de réalisation de leur projet parental.

36Nous observons ainsi une fluctuation dans la hiérarchisation des risques entre les différentes temporalités de la crise : le risque premier de tomber malade, voire d’avoir de graves complications pour les femmes ayant des facteurs de comorbidités ; puis le risque de repousser plus encore le projet parental et de ne pouvoir le concrétiser. Lorsque le risque épidémique semble trop important, le projet parental perd son caractère prioritaire et est mis en attente avec un certain soulagement. Lorsque le risque épidémique semble mieux maîtrisé, le projet parental revient au centre des préoccupations et la suspension prolongée de la prise en charge est mal vécue par les personnes interrogées. En fonction de la perception du risque, l’actualité du projet parental a donc souvent été modifiée et les arrangements faits précédemment pour le concrétiser ont dû être négociés à nouveau. Dans un contexte de risque sanitaire qui entrave des pratiques et amène au report de projets personnels tels que l’enfantement, la perception du risque n’est pas immuable et peut se déplacer au fil du temps. La balance bénéfice/risque est ainsi soumise à l’enjeu du temps long de la pandémie et change en fonction de paramètres variés qui dépendent non seulement de la situation des femmes interrogées (santé, âge, profession, statut social) mais également des relations qui jalonnent leur parcours procréatif.

Conclusion

37Si l’irruption soudaine de la crise sanitaire dans notre quotidien et l’exceptionnalité de la situation de mars 2020 constituent un temps fort et particulièrement marquant, nos données montrent que c’est plutôt le prolongement des incertitudes dans le temps qui constitue le cœur des difficultés rencontrées par les femmes engagées au sein d’un parcours d’AMP.

38Le caractère inédit de la pandémie facilite son acceptation et l’effort commun semble inévitable : l’idée que la situation est partagée par tous·tes et qu’« il n’y a pas d’autre choix » rend cette première période plus facile à vivre pour les personnes interrogées. L’incertitude quant aux reprises des parcours lors de la réouverture des centres exacerbe en revanche les tensions : il devient moins évident de comprendre les raisons qui justifient la reprise chaotique des parcours. La nécessité d’effectuer une priorisation des personnes prises en charge et le manque d’informations autour de ce choix génèrent un agacement chez les femmes interrogées. Cette hiérarchisation institutionnelle entre en tension avec la manière dont, à une échelle individuelle, les femmes tentent de composer avec différentes contraintes de leur vie personnelle dans une situation au sein de laquelle l’incertitude prend de l’ampleur au fil de la crise sanitaire. Nos interlocutrices sont alors prises dans des temporalités antagonistes : le ralentissement du parcours procréatif dû à la pandémie est contraire à la volonté, voire à la nécessité dans certaines situations, d’être rapidement prise en charge. Face au flou qui caractérise le début des reprises des parcours, les femmes ne sont pas à égalité : tandis que certaines vont pouvoir mobiliser des ressources spécifiques pour accélérer leur prise en charge, d’autres se sentent démunies ou « abandonnées ». Les capacités d’agir différenciées de nos interlocutrices montrent l’hétérogénéité des conséquences de la crise sanitaire et des nouvelles temporalités qu’elle entraîne.

39De plus, tandis qu’au niveau national on note une adaptation des pratiques et des décisions tout au long de la pandémie, les femmes interrogées définissent elles aussi au fil du temps ce qui doit, selon elles, redevenir prioritaire : leur projet parental. L’étirement dans le temps de la crise sanitaire s’accompagne donc d’un déplacement progressif de la perception du risque : du risque sanitaire à celui de ne pas avoir d’enfant. Il est alors nécessaire d’agir, lorsqu’elles le peuvent, pour réaménager les conditions de concrétisation de leur projet parental.

40Les temporalités des parcours procréatifs sont donc affectées par la crise sanitaire et l’incertitude que cette dernière génère laisse les personnes parfois seules face aux décisions qui s’offrent à elles. Dans ce contexte, les conditions de réalisation du projet parental des personnes infertiles, déjà marquées par de fortes contraintes extérieures, doivent alors à nouveau être réinventées. Néanmoins, les personnes concernées ne font pas face de façon identique aux risques et aux incertitudes qui s’imposent à elles : des capacités d’agir diverses entraînent des temporalités multiples, marquées par de forts ralentissements du parcours, ou, au contraire, la possibilité de l’accélérer. La crise sanitaire fonctionne alors comme une caisse de résonance des contraintes temporelles inhérentes au recours à l’assistance médicale à la procréation. Mais notre article montre surtout que l’étude de ces parcours particuliers dans ce contexte exceptionnel révèle plus largement la façon dont l’impact d’une crise sanitaire doit être appréhendé à l’aune de la diversité des situations individuelles et de l’hétérogénéité des temporalités qu’elle entraîne.

Haut de page

Bibliographie

Bachelot A., de Mouzon J., Adjiman M., 2008. « La fécondation in vitro : un parcours qui reste difficile » in de La Rochebrochard E. (dir.), De la pilule au bébé éprouvette. Choix individuels ou stratégies médicales ?, Paris, Ined, p. 243-261.

Bajos N., Ferrand M., 2006a. « La condition fœtale n’est pas la condition humaine », Travail, Genre et Sociétés 1(15), p. 176-182.

Bajos N., Ferrand M., 2006b. « L’interruption volontaire de grossesse et la recomposition de la norme procréative », Sociétés contemporaines 1(61), p. 91-117.

Becker G., 2000. The Elusive Embryo: How Women and Men Approach New Reproductive Technologies, Berkeley, University of California Press.

Devaux A., Levy R., 2006. « Comment améliorer nos résultats d’Assistance médicale à la procréation ? Le point de vue du biologiste », Gynécologie, Obstétrique & Fertilité 34(9), p. 781-785.

Dousset L., 2018. Pour une anthropologie de l’incertitude, Paris, CNRS.

Esposito V., Rania E., Lico D., Pedri S., Fiorenza A., Francesca Strati M., Conforti A., Vinenzo M., Carosso A., Revelli A., Zullo F., Di Carlo C., Venturella O., 2020. « Influence of Covid-19 pandemic on the psychological status of infertile couples », European Journal of obstetrics & gynecology and reproductive biology 253, p. 148-153.

Fassin D., 2010, « Évaluer les vies. Essai d’anthropologie biopolitique », Ce qu’évaluer voudrait dire, Cahiers internationaux de sociologie 1-2(128-129), p. 105-115.

Franklin S., 1997. Embodied Progress: A Cultural Account of Assisted Conception, Londres/New York, Routledge.

Hertzog I.-L., 2011. « Femmes actives et assistance médicale à la procréation. La réalisation de soi doublement fragilisée », Dialogue 2(192), p. 123-135.

Hertzog I.-L., 2014. « Les coûts de l’assistance médicale à la procréation pour les femmes salariées », Cahiers du genre 1(56), p. 87-104.

Inhorn M.C. (dir.), 2007. Reproductive disruptions. Gender, Technology, and Biopolitics in the New Millenium, New York/Oxford, Berghahn Books.

Lachenal G., Lefeve C., Vinh-Kim N., 2014. La médecine du tri. Histoire, éthique, anthropologie, Paris, Presses universitaires de France.

Linconstant L., 2019. « Acquérir un statut de patient : une redéfinition nécessaire des frontières de l’intime au cours des parcours d’assistance médicale à la procréation (AMP) en Italie (Lombardie) », Enfances Familles Générations 34, p. 1-24.

Linconstant L., 2020. L’assistance médicale à la procréation comme technique relationnelle. Fabriquer des patients pour faire des parents (Lombardie, Italie), thèse d’anthropologie, Aix-en-Provence, Aix-Marseille Université.

Le Van C., 1998. Les grossesses à l’adolescence, normes sociales, réalités vécues, Paris, L’Harmattan.

Mansour R., Ishihara O., Adamson D., Dyer S., de Mouzon J., Gosta Nygren K., Sullivan E., Zegers-Hochschild F., 2014. « International comittee for monitoring assisted reproductive technology 2006 », Human Reproduction 29(7), p. 1536-1551.

Rossin-Amar B., 2006. « Comment améliorer d’un point de vue clinique les résultats de la FIV ? », Gynécologie, Obstétrique & Fertilité 34(9), p. 774-780.

Rozee V., Mazuy M., 2012. « L’infertilité dans les couples hétérosexuels : genre et “gestion” de l’échec », Sciences sociales et Santé 30(4), 2012, p. 5-30.

Tain L., 2005. « Refus des médecins, abandons des couples : quel contrôle pour la pratique de procréation assistée ? », Sciences sociales et Santé 23(3), p. 5-30.

Tain L., 2013. Le corps reproducteur. Dynamiques de genre et pratiques reproductives, Rennes, Presses de l’EHESP, coll. « Recherche Santé Social ».

Thery I., 1993. Le démariage. Justice et vie privée, Paris, Odile Jacob.

Thompson C., 2005. Making Parents: The Ontological Choreography of Reproductive Technologies, Cambridge, MA, The MIT Press.

Turocy J., Robles A., Hercz D., Alton M., Forman E.J., Williams Z., 2020. « The emotional impact of the ASRM guidelines on fertility patients during the Covid-19 pandemic », Fertility and Sterility 114(3).

Vialle M., 2014. « L’“horloge biologique” des femmes : un modèle naturaliste en question. Les normes et pratiques françaises face à la croissance de l’infertilité liée à l’âge », Enfances Familles Générations 21, p. 1-23.

Vialle M., 2018. « L’expérience des femmes quadragénaires en AMP : les seuils de la temporalité procréative, de la fertilité et de l’infertilité en question », Enfances Familles Générations 29, p. 1-23.

Vialle M., 2021. « Par-delà le mythe de l’“horloge biologique” : les seuils de la procréation du point de vue des femmes quadragénaires en AMP », in Balard F., Voléry I. (dir.), La médicalisation des âges en France, Nancy, Presses universitaires de Nancy, coll. « MSH Lorraine ».

Haut de page

Annexe

Annexe 1. Déroulement d’une tentative de fécondation in vitro (FIV)

Source : https://www.chu-tours.fr/​mbr-presentation-du-service-de-medecine-et-biologie-de-la-reproduction/​mbr-les-activites-du-centre-la-fecondation-in-vitro-fiv/​

Annexe 2. Caractéristiques sociales et parcours procréatifs des femmes interrogées

Prénoms anonymisés

Âge

Activité professionnelle

Nombre enfants

Pathologie à risque COVID

Moment du parcours quand interruption prise en charge

Avancée parcours AMP lors de l’entretien

Date entretien

Cindy

36

Comptable (en congé parental)

2 (2 ans - suite stim) et 22 mois - suite FIV3)

/

Confinement 1 (mars 2020). En cours stimulation hormonale pour FIV1

0 nouvelle (sauf mail général du 4 mai 2020 annonçant impossibilité de reprogrammer nouvelle date et reprise de nouvelles par le centre dès que possible)

Déc. 2020

Chloé

32

Chômage (volontaire pour suivi AMP). Auparavant manager en boulangerie

0 (enceinte de 5 mois)

/

Confinement 1. Après opération urgente endométriose, avant rdv démarrage FIV1

Stimulation, ponction et transfert FIV1 réalisés = enceinte

Déc. 2020

Juliette

33

Orthophoniste

0

Obésité

Confinement 1. Après ponction ovarienne FIV2

Transfert septembre 2020 (échec). Au moment de l’entretien, en cours de suivi d’ovulation pour nouveau transfert d’embryons congelés, peur que centre referme à cause de la deuxième recrudescence de l’épidémie.

Déc. 2020

Marion

29

Adjointe administrative en milieu hospitalier

0

Maladie rénale chronique orpheline

Confinement 1. Avant stimulation hormonale pour transfert 2 avec ovocytes vitrifiés FIV1

En attente replanification du transfert à partir des ovocytes vitrifiés quand risque Covid écarté

Déc. 2020

Marie

35

Institutrice

1 (2 ans - FIV1)

Maladie pulmonaire rare

Confinement 1. Avant début stimulation hormonale pour FIV1

En attente possibilité de replanifier FIV quand risque Covid écarté

Déc. 2020

Estelle

30

Infirmière en reconversion

0

/

Confinement 2 (septembre 2020). Avant début stimulation pour FIV1

Redémarrage de la stimulation et traitement en cours pour FIV1

Janv. 2021

Samantha

40

Infirmière

0

/

Confinement 1. En cours stimulation pour dernière FIV

Nouveaux examens pour contrôle altération réserve ovarienne en raison de l’âge avant dernière FIV. Craint une nouvelle annulation car juste avant confinement 3.

Janv. 2021

Sophie

39

Maîtresse de conférence en information et communication

0 (lui : 2)

/

Après confinement 1, report cause centre débordé puis atteinte Covid : avant début stimulation FIV1

FIV1 réalisée, échec car pas de transfert possible. Veut poursuivre dans un autre centre où FIV/ICSI pratiquée

Fév. 2021

Nour

29

Intérimaire à l’usine (études de comptable en Tunisie d’où elle est originaire mais ne peut exercer ce métier à cause de son niveau en français)

0

/

Confinement 1. Avant stimulation pour FIV1

FIV1 réalisée en juin 2020, échec. FIV2, échec car pas de transfert possible et n’a pas eu d’explications. En attente appel du centre pour programmer FIV3

Mars 2021

Safia

30

Agent de tri à la Poste

0

/

Confinement 2. En cours stimulation hormonale pour FIV1

Deuxième interruption en décembre 2020 après reprogrammation. En attente d’un appel du centre. Est très stressée. N’ose pas rappeler elle-même le centre.

Déc. 2020

Alice

30

Cadre de santé

0

/

Confinement 1. Avant transfert embryon pour FIV2

Mise en attente pendant quatre à six semaines suite à une fausse couche en janvier 2021. Entretien en mai et n’a pas encore eu de nouvelles. A demandé un autre avis dans un autre centre

Avr. 2021

Éléonore

39

Conseillère en économie sociale et familiale

0

/

Confinement 1. En cours stimulation hormonale pour dernière FIV

En attente de la ponction ovarienne pour FIV4 dans un autre centre

Fév. 2021

Éloïse

41

Dentiste

0

/

Confinement 1. En attente programmation 2e transfert d’embryons pour FIV3

Conseil d’un don d’ovocyte. Se dirige vers la République tchèque.

Mai 2021

Béatrice

37

Animatrice de marché en banque

1 (par AMP en 2016)

/

Confinement 1. En cours stimulation hormonale pour FIV1

En attente nouvelle tentative FIV1 programmée en juin 2021

Mai 2021

Haut de page

Notes

1 Exemple de recommandations de priorisations provenant de l’ABM dans le cadre de la reprise d’activité suite au premier confinement en mai 2020 : http://web.archive.org/web/20200701210730/https://www.agence-biomedecine.fr/IMG/pdf/2020-05-13_recommandations_reprise_activites_amp-sars-cov-2.pdf

2 Les recommandations et les critères de priorisation dans le cadre de la crise sanitaire concernent seulement ces dernières (âge, infertilité, facteurs de comorbidités à risques avec le Covid-19) et non leur compagnon. Précisons qu'au moment de l’enquête, seules les personnes en couples hétérosexuels, cisgenres, pouvaient être prises en charge en AMP en France. La loi a été modifiée en juin 2021, permettant un accès plus large à ces techniques médicales (ouverture aux femmes cisgenres seules et en couple lesbien).

3 Cette recherche est financée par la fondation Gédéon-Richter en partenariat avec le Comité national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF), ainsi que par l’Institut du genre.

4 L’AMP comprend diverses pratiques telles que les inséminations ou les fécondations in vitro (FIV) qui sont proposées aux couples en fonction du type et du degré d’infertilité. Le recours à la FIV est généralement préconisé lorsque l’obtention d’une grossesse par insémination semble inadaptée ou n’aboutit pas après plusieurs tentatives.

5 Il s’agit d’un centre public rattaché à un hôpital de la région du sud-est de la France.

6 Les femmes interrogées proviennent de six centres d’AMP situés dans cinq villes différentes : Marseille, Avignon, Montpellier, Metz, Strasbourg. Certaines d’entre elles ont changé de centre au cours de leur parcours d’AMP.

7 Cette décision a été prise par l’Agence de la biomédecine compte tenu des incertitudes concernant les impacts du SARS-CoV-2 sur les grossesses au stade précoce et de la circulation très importante du virus sur le territoire, conduisant à un ratio bénéfice-risque défavorable à la reprise des activités d’AMP. URL: http://web.archive.org/web/20200424005344/https://www.agence-biomedecine.fr/Recommandations-mises-a-jour-concernant-les-activites-d-assistance-medicale-a

8 URL: http://web.archive.org/web/20201024203800/https://www.chu-clermontferrand.fr/Internet/Documents/Reproduction%20AMP%20CECOS/file/AMP%20COVID/2020-05-25%20ABM_Guide_patients-CovidAMP-version%2025%2005%202020.pdf

9 URL: https://web.archive.org/web/20210726181939/https://www.agence-biomedecine.fr/IMG/pdf/2021-04-30_recommandations_activites_amp-sars-cov-2_-_v6.pdf

10 L’âge de 43 ans constitue pour les femmes la limite d’âge maximale de prise en charge par la Sécurité sociale de leur parcours d’AMP. Les professionnel·les de la reproduction se réfèrent également à ce seuil d’âge pour accepter ou refuser les couples en AMP (Vialle, 2014).

11 Six de nos enquêtées ont des professions dans le milieu de la santé. Au cours des entretiens, elles font notamment référence à leurs connaissances et compréhension du milieu médical. D’autres, non professionnelles de la santé, mais fortement diplômées (master, doctorat), considèrent leur niveau d’étude comme un atout dans ces parcours complexes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Manon Vialle et Léa Linconstant, « Recourir à la médecine procréative en temps de Covid »Temporalités [En ligne], 34-35 | 2021, mis en ligne le 15 mars 2022, consulté le 30 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/9463 ; DOI : https://doi.org/10.4000/temporalites.9463

Haut de page

Auteurs

Manon Vialle

LEST, Aix-Marseille Université, manon.s.vialle@gmail.com

Léa Linconstant

LISST-CAS, Université Toulouse Jean Jaurès, lealinconstant@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search