Navigation – Plan du site

AccueilTemporalités34-35Turbulences résidentielles et par...

Turbulences résidentielles et parcours de vie

Saisir les perturbations biographiques à partir des configurations du foyer
Residential Turbulence and Life Course. Capturing biographical disturbances through residential configurations
Turbulencias habitacionales y trayectorias de vida
Michel Grossetti et Lydie Launay

Résumés

L’épidémie de Covid-19 et les mesures prises pour l’endiguer ont provoqué une crise qui se traduit par la perturbation de beaucoup de parcours de vie. À partir des données de l’enquête La vie en confinement (Vico), cet article étudie ces perturbations en plaçant la focale sur les configurations résidentielles, entendues comme l’association entre un logement (l’espace qu’il procure, sa localisation, son environnement) et la composition du foyer (en considérant l’ensemble de ses occupants). Les données permettent de documenter le confinement du printemps 2020, ainsi que la suite de la crise jusqu’à la fin de l’année 2020. En combinant des descriptions statistiques et une analyse des commentaires libres rédigés par les personnes ayant répondu, nous montrons l’importance des « turbulences résidentielles » (changement de logement, accueil de personnes, départ de cohabitants) et leurs liens avec les perturbations biographiques sur les plans familial et professionnel. L’installation de la crise dans la durée et le manque de perspectives temporelles amènent également des individus à reconsidérer leur projet résidentiel et à réajuster les horizons temporels en matière de logement, selon une logique d’anticipation de la crise et de sa temporalité, pour s’adapter aux contingences et incertitudes liées au marché de l’immobilier. L’analyse des « turbulences résidentielles » permet de mettre à jour la grande diversité des profils socioéconomiques des individus touchés par la crise sans, toutefois, négliger les dynamiques inégalitaires qui structurent la société française, la crise venant renforcer des situations de vulnérabilité vécues par des individus faiblement dotés.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Cet article propose de contribuer à l’étude des effets de la crise sanitaire et sociale sur les conditions de vie des populations en plaçant la focale sur la sphère résidentielle. Dans la mesure où le logement est un pivot de l’articulation de différents types d’activités (Authier, 2001), il constitue une entrée efficace pour saisir les changements de parcours de vie.

2En situation ordinaire, sa localisation et les caractéristiques de ses occupants (la composition du foyer) évoluent au cours du temps, au gré des évènements qui jalonnent la vie personnelle et familiale (Bonvalet, Gotman, Grafmeyer, 1993 ; Van de Velde, 2008) et de ceux liés à la formation et à l’activité professionnelle (Vignal, 2006 ; Sigaud, 2019). La notion de choix résidentiel, étudiée dans de nombreux travaux attentifs à la dimension spatiale de la vie sociale, permet d’analyser le processus complexe d’élaboration des projets en matière de logement (Authier, Bonvalet, Lévy, 2010). Rester ou partir, et dans ce cas, choisir un nouveau logement enchevêtre des dimensions à la fois sociales, économiques, professionnelles, familiales et spatiales, qui dessinent des « horizons des possibles plus ou moins étendus » (Grafmeyer, Authier, 2019). La trajectoire résidentielle représente à la fois un reflet et un élément d’un parcours de vie plus ou moins linéaire, selon les conditions matérielles (Authier, Bonvallet, Lévy, 2010) et les événements de vie de plus en plus marqués par l’incertitude (Castel, 2009).

  • 1 L’approche privilégiée dans cet article se centre sur la composition du foyer et ses évolutions ava (...)

3La crise sanitaire et sociale renforce cette incertitude en venant bousculer les configurations résidentielles des populations, qui renvoient ici à la fois à certaines caractéristiques du logement (espace disponible, localisation, environnement urbain) et à la composition du foyer qui se modifie au gré des mobilités des individus résidant plus ou moins longtemps dans le logement1. Depuis le premier confinement du printemps 2020, la crise engendre des modifications diverses et soudaines de ces configurations résidentielles (Launay, Grossetti, 2021 ; Lambert, Cayouette-Remblière, 2021). Pour une partie de la population, les changements de composition du foyer et leurs rythmes intègrent de nouvelles contraintes, directement liées à la crise. Dès lors, la focale placée sur les changements de configuration résidentielle permet de saisir les perturbations biographiques provoquées par l’épidémie et les dispositifs successifs conçus pour en freiner l’intensité (avec une alternance de périodes de confinement, de déconfinement et de couvre-feux). Les perturbations biographiques sont définies ici comme des situations dans lesquelles des séquences temporelles de durée limitée (ici la crise sanitaire durant l’année 2020) comportent des changements dans les parcours de vie qui peuvent affecter diverses sphères d’activités sur des durées plus longues que celle des séquences (Grossetti, 2016).

4Nous proposons d’étudier plus particulièrement les « turbulences résidentielles », entendues comme des changements de configuration résidentielle (composition du foyer, lieu de résidence), qui surviennent à un moment donné, sous l’effet d’évènements concernant directement le logement ou d’autres sphères d’activités. Nous nous centrerons sur les changements résidentiels induits par la situation de crise, qui s’écartent de ce que les personnes avaient prévu auparavant. La métaphore de la turbulence cherche à rendre compte d’une situation dans laquelle les configurations résidentielles se trouvent bousculées par un contexte devenu instable dans différents registres, une imprévisibilité dont ni le moment ni les issues n’ont été programmés, une « crise » (Grossetti, 2016). La spécificité de ce type de changement par rapport à d’autres tient au fait qu’il « casse la routine », met en branle tous les gestes et pratiques répétitives, institutionnalisés ou relevant uniquement d’actions individuelles, qui rythment la vie quotidienne, même lorsque l’organisation temporelle et spatiale des activités ordinaires s’avère particulièrement complexe pour des individus en situation de vulnérabilité, comme le soulignent par exemple les travaux sur les personnes sans domicile fixe (Besozzi, 2021). Les turbulences n’affectent pas seulement l’organisation de la vie quotidienne. L’installation de la crise dans la durée et le manque de perspectives temporelles amènent des populations à reconsidérer leur projet résidentiel. Pour les personnes dont la situation est marquée par une certaine stabilité, cela peut se traduire par des changements dans des projets, qui peuvent se manifester par la redéfinition de certains critères du logement souhaité, en termes de localisation, de type d’habitat ou de prix, et/ou par une modification de leur rythme (accélération, retardement, mise en pause, renoncement, etc.). Pour celles qui se trouvent dans des situations plus provisoires ou précaires, la crise a pu modifier les options habituellement disponibles, aussi réduites soient-elles. Les changements observés mettent en lumière un réajustement des horizons temporels en matière de logement, dans une logique d’anticipation de la crise et de sa temporalité, et d’adaptation aux contingences et incertitudes liées au marché de l’immobilier. L’entrée par les turbulences résidentielles et les reconfigurations des activités auxquelles elles peuvent être associées offre un point d’observation remarquable pour capter les effets systémiques de la crise sur les parcours biographiques et percevoir les modifications des rythmes des parcours de vie, qui s’accélèrent, ralentissent, se reconfigurent, dans un contexte d’incertitude.

5Nous étudierons ces turbulences résidentielles à partir des données de l’enquête La vie en confinement (Vico), qui a commencé par une première vague de questionnaires en ligne remplis entre le 14 avril et le 10 mai 2020 (les réponses utilisées proviennent de 16 224 personnes âgées de 18 ans et plus, résidant en France métropolitaine) et d’une deuxième vague, conduite en ligne du 17 décembre 2020 au 26 janvier 2021, à laquelle ont répondu 3 620 personnes sur les 5 400 qui avaient laissé leur adresse et donné leur accord pour participer à la suite de l’enquête.

6L’échantillon de la première vague de cette enquête comporte des biais par rapport à la composition de la population française (Bès, Bidart, Defossez et al., 2020), avec une sur-représentation des femmes, des personnes de moins de 75 ans et des plus diplômés. À l’inverse, certaines catégories de population sont peu représentées (les hommes ouvriers par exemple). Ces biais se retrouvent dans l’échantillon de la deuxième vague, avec en particulier une accentuation de la sur-représentation des plus diplômés. Même si la distribution des profils de ces deux échantillons diffère de la composition de la population française, nos analyses s’efforcent de tenir compte au mieux de ces biais. Ceux-ci ne sont pas corrélés entre eux : par exemple les déformations de l’échantillon pour le genre ne sont pas liées à celles qui concernent le niveau d’études, c’est-à-dire que la sous-population des femmes et celle des hommes ne diffèrent pas en ce qui concerne la surreprésentation des plus diplômés. L’échantillon est par ailleurs suffisamment grand pour que toutes les catégories soient suffisamment présentes. Nous avons testé diverses pondérations destinées à rééquilibrer l’échantillon mais, après vérification, ces pondérations ne modifient pas significativement les résultats qui croisent en général plusieurs variables. Nous avons donc décidé d’utiliser ici les données sans pondération et nous sommes efforcés de contrôler les variations liées aux biais principaux.

7Les deux questionnaires comportaient des questions sur la composition du foyer, la situation familiale, les conditions de logement et de travail, avant le premier confinement, lors du premier confinement, puis en fin d’année. Dans le second questionnaire, des questions portaient spécifiquement sur les effets de la crise sanitaire sur les projets résidentiels, familiaux et professionnels, et leurs temporalités. Les données permettent d’analyser la façon dont la crise a amené certains enquêtés à modifier ou renoncer à d’éventuels projets (se mettre en couple, avoir des enfants, se séparer, changer d’emploi, reprendre des études, changer de logement, accéder à la propriété, etc.). En complément de l’analyse des données quantitatives, nous mobilisons les réponses aux questions ouvertes – proposées dans les deux questionnaires – qui permettaient aux personnes de décrire plus en détail leur situation.

8Une des difficultés de cette approche est de distinguer les changements qui relèvent de dynamiques observables en temps « ordinaire » de celles liées spécifiquement à la crise. Le contexte de crise met en tension des processus qui, pour la plupart, préexistaient et les cristallise pour parfois faire basculer une situation vers une autre, comme nous pouvons l’envisager dans le cas des séparations conjugales. Il constitue en cela une épreuve dont les effets à moyen et long termes sur les parcours de vie ne peuvent encore qu’être esquissés. À ce stade, nous sommes en mesure de saisir seulement les prémices de ces perturbations biographiques, et ceci pour deux raisons principales. D’une part, la date et les conditions de sortie de crise à ce jour restent très incertaines. D’autre part, les retentissements de la crise sanitaire sur l’économie restent limités par les dispositifs mis en place par le Gouvernement depuis le printemps 2020 (chômage partiel, plans de soutien par secteur d’activité, etc.). Les effets de la crise économique sur les parcours de vie pourraient s’amplifier une fois levés ces filets de sécurité.

9Dans un premier temps, nous étudierons les turbulences résidentielles provoquées par la crise à partir de la diversité des configurations observées pendant le premier confinement du printemps 2020. Puis, nous montrerons que des changements de configuration se poursuivent avec l’installation de la crise dans la durée et l’émergence d’une situation inédite d’« ordinaire dégradé ». Enfin, ces turbulences résidentielles, qui sont en partie liées à des perturbations biographiques vécues dans la sphère familiale et/ou professionnelle, peuvent amener les populations à réajuster leurs projets en matière de logement, ainsi que les horizons temporels dans lesquels ces projets s’inscrivent.

Le premier confinement de 2020, une soudaine assignation à domicile

10Les situations dans lesquelles les populations ont vécu le premier confinement ont été très diverses. Si les écarts de niveau de vie, des situations d’emploi et des conditions de logement expliquent en partie ces variations (Lambert, Bugeja-Bloch, 2020), celles-ci sont aussi dépendantes des cycles de vie et des situations résidentielles. Ainsi, de nombreuses personnes ont changé de résidence pour disposer de plus d’espace ou éviter de rester seules. Si l’on cumule leur nombre avec celui des personnes les ayant accueillies chez elles et avec celui des personnes qui ont vu des membres de leur foyer partir se confiner ailleurs, c’est une part importante de la population adulte (environ 20 % dans nos données) qui a fait l’expérience d’une recomposition temporaire, et parfois plus durable, du foyer (Launay, Grossetti, 2021).

11L’analyse des situations permet de distinguer quatre cas de figure, que nous allons détailler : rester dans le logement habituel et passer la période avec les personnes qui composent habituellement le foyer ; accueillir chez soi une ou plusieurs autres personnes (généralement des enfants ou un conjoint) ; partir se confiner dans un autre logement, un logement secondaire ou celui d’un proche ; avoir vu le départ d’une personne résidant habituellement dans le même logement.

12Les configurations correspondant à des modifications de la composition du foyer sont représentées dans le graphique 1 en fonction des tranches d’âge et des compositions initiales du foyer (pour des raisons de lisibilité, le graphique ne présente pas les cas du premier type, lorsqu’il n’y a pas de changement). Les compositions du foyer, qui peuvent être très variées, ont été regroupées en cinq grandes catégories pour les besoins de l’analyse : les personnes qui résident seules ; celles qui résident en couple ; celles qui sont seules avec un ou plusieurs enfants ; celle qui sont en couple avec un ou plusieurs enfants ; et une catégorie regroupant toutes les autres situations (colocations, résidence avec les parents, etc.).

Graphique 1. Changements de configuration résidentielle selon l’âge

Graphique 1. Changements de configuration résidentielle selon l’âge

Champ : Réponses de la première vague de l’enquête Vico pour ces questions (N = 15 962).
Lecture : 51,2 % des personnes de 18 à 30 ans qui résidaient seules avant le premier confinement ont changé de logement.

13Ce graphique permet de voir que, au-delà de l’âge, qui est la caractéristique sociodémographique la plus corrélée aux changements de configuration résidentielle (nous reviendrons sur les autres caractéristiques dans les sections suivantes), la composition initiale du foyer joue un rôle important, en particulier le fait pour les personnes de résider seules. Nous allons à présent examiner plus en détail les différentes situations.

Se confiner en configuration résidentielle habituelle

14La première configuration, la plus fréquente (80,9 % des réponses), a été particulièrement élevée pour les retraités (89,2 %), ainsi que pour les personnes résidant en couple, avec ou sans enfants, où elle atteint 87,7 %.

  • 2 Si cela ne concerne que 1,1 % des cas, cette proportion est plus élevée pour les étudiants (2,2 %, (...)

15Les raisons qui expliquent une absence de changement ne sont pas forcément les mêmes selon les tranches d’âge (que nous avons construites pour qu’elles correspondent à de grands cycles de vie). Pour les personnes d’âge intermédiaire, qui vivent pour une majorité d’entre elles en couple avec des enfants présents dans le foyer, l’organisation quotidienne est rythmée par les contraintes familiales et professionnelles (Solaz, Pailhé, 2009), les possibilités de changer de logement pour se confiner ailleurs, ou d’accueillir un proche apparaissent dès lors plus limitées. Pour les populations de plus de 60 ans, cette absence de changement semble davantage s’expliquer par le fait que les enfants sont rarement des jeunes adultes vivant seuls et venant se réfugier chez les parents. Enfin, il ne faut pas perdre de vue qu’indépendamment de l’âge, le fait de rester chez soi peut résulter moins d’un choix que d’une absence d’alternative possible. Pour le dire autrement, il paraît peu probable de s’interroger sur la possibilité de se confiner dans une résidence secondaire quand on n’en possède pas une ou qu’on ne peut s’installer temporairement dans le logement d’un proche pour traverser cette période dans de meilleures conditions que celles offertes par sa résidence principale. Notre enquête montre que le fait de ne pas connaître de changement est socialement situé : particulièrement élevé pour les agriculteurs, employés et ouvriers (entre 84 et 87 %), il a été plus faible pour les cadres et professions intellectuelles supérieures (79,6 %) et pour les étudiants (47,5 %). Le départ pour une résidence secondaire de la personne qui répond ou de l’un de ses proches l’est également2. De la même façon, la marge de liberté dont ont bénéficié les personnes accueillant un proche a pu être très variable selon leurs situations de logement et conditions de vie, ainsi que selon celles des personnes accueillies. Ce faisant, le confinement a mis en jeu les inégalités sociales qui structurent la société française, comme l’ont également souligné d’autres enquêtes menées pendant le confinement (Lambert, Cayouette-Remblière, 2021).

16Les personnes qui sont restées dans le même logement et dans la configuration habituelle de leur foyer ont aussi souvent fait l’expérience des tensions sur ces deux aspects durant la crise. C’est particulièrement fréquent dans les couples. Ainsi Carmen, secrétaire au chômage de 49 ans, a particulièrement mal vécu le premier confinement en raison de ses relations avec son conjoint, de ses conditions de logement et de sa situation d’emploi :

Confinée dans moins de 20 m2, fenêtre plein nord, ce n’est pas simple. Chômeuse en fin de droit, sans droit au RSA, je désespère de trouver un emploi en raison de la crise et j’ai peur de me retrouver à la rue très bientôt. De plus, les relations avec mon compagnon se sont dégradées, mais c’est indépendant du confinement. Ça rend juste la situation plus difficile.

17Nous verrons plus loin comment les tensions dont Carmen a fait l’expérience durant cette période se sont poursuivies au point de l’amener à reconfigurer ses projets de vie.

Changer de logement : avec qui ?

18Le changement de logement est le premier type de modification de la configuration résidentielle. Il a concerné 8,5 % des personnes qui nous ont répondu, en particulier les étudiants (41,6 %) et les cadres (7,5 %, à comparer aux 5,2 % pour l’ensemble des répondants qui ne sont pas étudiants). Pendant le confinement, quitter temporairement son domicile a surtout varié selon le type de logement : 64,4 % des personnes qui ont changé de logement ont quitté un appartement pour s’installer dans une maison individuelle (le cas inverse ne représente que 3,2 % des mobilités). Le déplacement vers un cadre de vie moins dense éclaire aussi le fait de partir (73,5 % de ceux qui ont changé de logement ont rejoint des quartiers de maisons dispersées ou de lotissements pavillonnaires). Les déplacements se sont faits massivement des appartements vers des maisons et vers plus d’espace.

19Dans certains cas, ces déplacements correspondent à une recherche de meilleures conditions pour cette situation particulière. Certains, plutôt parmi les plus âgés des catégories aisées, ont bénéficié de la possibilité de se confiner dans une résidence secondaire en dehors des grandes villes :

J’ai la chance d’avoir une résidence secondaire qui nous permet, ma fille et moi, de supporter le confinement plus confortablement que beaucoup de gens. Mais si nous étions restées à Paris, vivre, manger, dormir, travailler, s’isoler à deux dans 22 m2 aurait été extrêmement difficile. (Alice, 66 ans, architecte)

20Mais parfois il a fallu plutôt aller vers les villes à cause des conditions de télétravail :

J’ai quitté mon logement habituel (maison à la campagne) pour être confiné dans un appartement en ville car ma connexion internet n’était pas assez stable. (Bruno, 47 ans, cadre)

21Si la recherche de plus d’espace ou de conditions de logement plus favorables a été l’une des logiques impliquées dans les changements de résidence, ceux-ci sont surtout liés à des logiques familiales de solidarité. Le changement de logement a été particulièrement fréquent chez les jeunes (26,4 % pour la tranche 18-30 ans, qui représentent 69,8 % des personnes ayant changé de logement), qui se sont la plupart du temps confinés dans leur famille. Résidant souvent dans des logements étroits, leur retour chez les parents a coïncidé en général avec l’accès à des logements plus spacieux. La combinaison de nécessités pratiques et des solidarités familiales, qui constituent des supports sociaux centraux encadrant les processus d’autonomisation des jeunes en situation de dépendance économique potentielle (Van de Velde, 2011), explique leur changement de logement, notamment chez les étudiants. Le plus souvent, les relations avec les parents sont bonnes mais la situation n’en est pas moins difficile, comme l’explique Léna, 21 ans :

Je me sens très privilégiée, j’ai pu retourner chez mes parents qui disposent d’un très grand terrain, ma situation quotidienne ressemble à mes vacances quand j’étais au lycée (…) Je sais que je ne peux pas me plaindre en réalité ça va, mais le fait d’être séparée de mes amis, à la campagne, d’être constamment avec mes parents, de m’ennuyer et de ne pas savoir comment cela va évoluer commence à me peser (…).

22De jeunes travailleurs, mis au chômage partiel, ont suivi la même logique de retour chez les parents :

Pour le confinement, j’ai décidé de rentrer chez mes parents du fait de mon manque d’argent pour pouvoir payer mes courses (…). (Maya, 20 ans, serveuse)

23Les mécanismes du soutien familial ont aussi été activés pour aider des aînés dans les tâches quotidiennes et en cas de contamination :

Je suis venu à Marseille car ma mère y était depuis un mois dans un pied-à-terre que je possède (elle est venue pour raisons perso, et nous lui avons dit de ne plus bouger). Je l’ai ensuite rejointe pour pouvoir l’aider si besoin et être présent si elle tombait malade. (Pierre, 50 ans, cadre d’entreprise)

24Les relations de couple sont au centre d’une bonne partie des logiques impliquées dans les changements de logement. Des conjoints ne résidant pas habituellement ensemble ont choisi de se réunir pour le confinement. Parmi les répondants, 22,9 % des personnes qui ont déclaré ne pas vivre habituellement avec leur conjoint ont passé le confinement avec ce dernier, et parfois, la réunion du couple n’est pas indépendante de conditions matérielles :

Mon logement habituel (24 m2), fait surtout office de dortoir/cantine, étant donné que je passe la plupart de mon temps dehors (travail, amis, famille, conjoint, sorties, bar, etc). Il n’est donc pas du tout adapté pour y rester confinée… J’ai donc décidé de m’installer chez mon conjoint le temps du confinement pour 1. ne pas être seule 2. son appartement est plus grand 3. il a un accès à une petite terrasse. (Tiphaine, 23 ans, serveuse)

25Les relations de couple peuvent également jouer dans le sens de l’éloignement, comme nous le verrons dans la partie 3.

26Ces quelques exemples, choisis parmi de nombreux autres, mettent en évidence l’importance des logiques de solidarité. Si une minorité de personnes a simplement cherché à disposer de plus d’espace et d’un environnement plus agréable pour une période dans laquelle le logement devient un enjeu important, la plupart a combiné ce type de préoccupation avec des logiques relatives aux proches et en particulier à la famille. Pour le dire autrement, la question la plus centrale a moins été « où ? » que « avec qui ? ». Quelles que soient les logiques sociales de solidarité familiale activées par la crise, les cas exposés ici montrent à quel point la capacité des individus à changer de logement dépend aussi des ressources disponibles dans le réseau de parenté et de leurs conditions d’accès, qui sont très inégales selon la dotation des individus et des systèmes de parenté dans lesquels ils s’inscrivent (Papuchon, 2014).

Accueillir des proches : logiques familiales

27Le retour massif des jeunes au domicile parental a alimenté une tendance qui en est la réciproque, celle qui a consisté à accueillir chez soi une ou des personnes pendant le confinement. Ce changement de situation résidentielle a concerné 7,2 % de nos répondants. Ce sont les 46-60 ans, en âge d’avoir des enfants qui sont de jeunes adultes, qui ont le plus accueilli (13,4 % d’entre eux ont été dans ce cas contre 7,2 % pour l’ensemble des enquêtés). Là aussi, le type de logement a compté : parmi les 31-45 ans, les ménages qui résident en maison ont tendance à plus accueillir que ceux résidant en appartement. Passé cet âge, le fait de vivre en appartement n’a plus eu d’incidence sur le fait d’accueillir un proche, ce qui s’explique probablement par l’affaiblissement des contraintes d’espace suite au départ des enfants. Les positions socioprofessionnelles ont aussi joué sur le fait d’accueillir : ce changement a été plus fréquent pour les agriculteurs (11,3 %) et les cadres et professions intellectuelles supérieures (9,5 %), ce qui peut aisément s’expliquer par l’ancrage géographique intrinsèque à l’activité professionnelle des premiers, et par les conditions de logement relativement satisfaisantes des seconds (Lambert, Bugeja-Bloch, 2020).

28Dans de nombreux cas, le retour des enfants a été vécu de façon agréable :

(…) retrouver du temps à partager avec nos grands enfants est un réel plaisir : participer aux travaux scolaires ou étudiants, se questionner en famille sur des questions philosophiques, politiques : d’habitude, nous n’avons pas le loisir d’échanger de la sorte. (Nathalie, 57 ans, intermittente du spectacle)

29Parfois, cela s’est avéré plus compliqué :

Il n’est pas évident de vivre de façon prolongée avec des enfants et un futur gendre. (…) Quelques mises au point ont été nécessaires pour une collaboration quant à l’entretien de la maison et la préparation des repas (…). (Liliane, 64 ans, bibliothécaire)

30Dans certains cas, l’accueil était une nécessité médicale, comme l’explique Jean (69 ans, cadre) :

Nous avons avec mon épouse recueilli notre fils depuis le début du confinement : en effet il est handicapé psychique et il vit habituellement à Paris seul dans un studio.

31Beaucoup de personnes ont aussi pris en charge leurs parents ou grands-parents selon une double logique de soutien et de rapprochement. Parfois, ces reconfigurations familiales impliquent l’accueil à la fois d’enfants et d’aînés :

Nous sommes trois au domicile. Ma mère que j’ai pris en charge quinze jours avant le confinement et qui a été diagnostiquée Alzheimer. Ma fille étudiante de l’enseignement supérieur que je suis allée chercher la veille du confinement afin qu’elle ne reste pas seule. (Rose, 56 ans)

32Dans certains cas, il a fallu choisir :

Mon ami, habitant habituellement chez moi a dû repartir chez lui car ma deuxième fille revenant à la maison le confinement n’aurait pas été possible à quatre dans l’appartement. (Corinne, 53 ans, employée)

33Enfin, là aussi en miroir de ce que nous avons vu dans la section précédente, si des personnes ont changé de logement pour rejoindre un conjoint, d’autres ont accueilli le leur :

Je suis très heureuse de profiter de mon fils qui a fêté ses 1 an hier même si ce n’est pas facile tous les jours. Je suis aussi contente que mon copain soit venu chez moi bien que notre relation soit récente. (Laurie, 26 ans, baby-sitter)

34On retrouve donc sur le versant des personnes ayant accueilli des personnes chez elles ce que nous avions observé sur celui des personnes ayant changé de logement : une prédominance des solidarités familiales intergénérationnelles.

Des membres du foyer qui partent : contingences de la crise

35Enfin, le confinement a aussi provoqué le départ temporaire ou définitif de membres du foyer (3,3 % des personnes qui nous ont répondu). Aucune différence statistiquement significative selon les catégories professionnelles n’a été observée. Ici, les logiques sociales sont plus diverses. Les risques sanitaires liés à l’activité professionnelle ont provoqué le départ de certains membres du foyer :

Ce qui est le plus dur pour moi c’est que mon ami et moi ne nous voyons plus car je travaille dans un foyer de vie et que je dois prendre des précautions pour ne contaminer personne. (Inès, 54 ans, aide-soignante)

36Parfois, ce sont les contraintes sur les déplacements qui bloquent un proche ailleurs :

Je crois que le plus compliqué dans cette situation c’est que la famille soit séparée, mon conjoint étant bloqué à l’étranger dans le cadre de son travail, ne pouvant être relevé par son binôme, nous sommes dans l’incertitude d’une date de retour. (Pauline, 47 ans, cadre)

37Les enfants dont les parents sont séparés ont alors été contraints de limiter les changements de résidence :

Mon fils est resté confiné chez son père car mon nouvel appartement n’est pas terminé et je ne peux pas l’accueillir correctement. (Hélène, 58 ans, enseignante)

38Des colocations se sont retrouvées disloquées :

Mon colocataire était confiné dans mon appartement pendant le premier mois. Il est parti passer le mois suivant confiné chez sa petite amie dans un autre département à la campagne. (Bernard, 72 ans)

39Et puis, bien sûr, réciproque des séparations décrites par les personnes ayant quitté le foyer, il y a celles vécues par les conjoints quittés :

Mon conjoint m’a quittée au bout de trois semaines de confinement. (Elsa, 27 ans, employée)

40Les commentaires des personnes dont un membre habituel du foyer n’est pas confiné avec elles font apparaître tout le caractère imprévisible d’une crise qui a induit des ajustements liés à l’épidémie elle-même avec les précautions sanitaires qu’elle a suscitées, mais aussi bloqué de nombreuses personnes dans leurs déplacement habituels. Ils montrent également que la crise a accéléré le départ du foyer de jeunes adultes et probablement précipité des séparations de couples, peut-être en germe auparavant, mais effectuées dans ce contexte particulier ce qui, nous le verrons, peut participer à prolonger les turbulences résidentielles.

Retour à un ordinaire dégradé

41Alors qu’à partir du 11 mai 2020, date du premier déconfinement, les populations tentent de reprendre le cours de leur vie tout en s’adaptant aux contraintes sanitaires imposées (dont la nature et l’intensité changent en fonction de la situation sanitaire), l’installation de la crise dans la durée provoque de nouvelles turbulences résidentielles. Le retour espéré à la vie d’« avant » s’éloigne au profit d’une nouvelle séquence temporelle de la crise, qui se caractérise par l’installation d’un « ordinaire dégradé ».

Changements dans la configuration du foyer

42Le graphique 2 présente la fréquence des catégories de composition du foyer à trois moments (avant la crise, durant le premier confinement, après le deuxième confinement) pour les personnes ayant répondu à notre deuxième questionnaire.

Graphique 2. Les configurations du foyer dans les différentes périodes

Graphique 2. Les configurations du foyer dans les différentes périodes

Champ : Personnes ayant répondu aux questions concernées en vague 2 (3 530).
Lecture : 23,6 % des personnes résidaient seules en vague 1.

43Les deux types de situations qui ont connu des changements significatifs sont le fait de résider seul ou les « autres situations ». Cela correspond pour l’essentiel aux mouvements des personnes résidant seules et s’étant confinées avec d’autres au printemps. En effet, quelques mois plus tard, ces personnes résident en majorité (51,3 %) à nouveau seules. Il est donc intéressant de les examiner plus en détail.

44Comme nous l’avons vu plus haut, dans la vague 1 de notre enquête, les 18-30 ans, et en particulier les personnes résidant seules avant le confinement et les étudiants, s’étaient souvent confinés dans leur famille ou dans celle de leur partenaire amoureux. On aurait pu s’attendre à ce que les jeunes qui avaient rejoint leur famille ou leur belle-famille pour le premier confinement reproduisent cette situation avec le deuxième confinement et les couvre-feux, ou même l’aient prolongée depuis le mois de mai. C’est le cas d’une minorité d’entre eux, mais ce n’est pas ce qui s’est produit le plus souvent puisque deux tiers des 18-30 ans qui résidaient en dehors de leur famille avant le confinement et s’étaient confinés avec leurs parents sont revenus en vague 2 à une résidence indépendante, et presqu’un tiers (30,6 %) de ceux qui résidaient avec les parents avant et pendant le premier confinement ne résident plus avec eux en fin d’année.

45L’interprétation de ce résultat implique de prendre en compte plusieurs éléments. Tout d’abord, beaucoup ont repris le travail ou les études après la fin du premier confinement. Pour les étudiants, si la fin de l’année universitaire 2019-2020 a donné lieu à peu de cours, y compris à distance, l’année suivante s’est déroulée différemment, les établissements s’étant dotés des moyens de visio-conférence permettant aux enseignements de reprendre un rythme pratiquement aussi élevé qu’auparavant. Ensuite, on peut supposer que, comme les personnes qui ont répondu en vague 2 ont huit ou neuf mois de plus qu’en vague 1, l’avancée dans le processus d’autonomisation, caractéristique à cette période de la vie, a pu favoriser le maintien dans un logement indépendant. Certains jeunes sont restés chez leurs parents, mais cela n’a pas toujours été sans difficultés :

Terminer mon stage en télétravail du fait de la charge de travail, mais aussi de la situation de harcèlement par mon tuteur. Le retour chez ma mère, conditions difficiles du point de vue monétaire, échanges compliqués avec mon frère violent, moins d’activités physiques et une dépression. (Clara, 25 ans)

46Les jeunes ne sont pas les seuls à avoir connu des changements de configuration résidentielle durant la crise. Si nous restons centrés sur les personnes qui résidaient seules avant le premier confinement, nous observons des changements affectés par la crise, en particulier, dans les autres tranches d’âge aussi, sur les mises en couple. Pour certains couples, le contexte de la crise a accéléré le passage à une résidence commune :

Je dois dire que je suis en confinement dans de bonnes conditions chez mon ami dans une maison avec jardin. Cela nous permet de passer de longs moments ensemble puisque, habituellement, nous sommes parfois seul chacun chez soi, ou parfois chez l’autre. (Sylvie, 67 ans, enseignante, qui a déclaré résider en couple en vague 2)

47Pour d’autres personnes, au contraire, la crise a fait obstacle à la mise en couple, comme nous le verrons ultérieurement à travers la trajectoire d’Elina.

48La crise a aussi occasionné d’autres changements de composition du foyer, des couples qui se sont confinés chez les parents de l’un des conjoints, des colocations modifiées, voire parfois des réunions de famille exceptionnelles durant le premier confinement, comme dans ce cas :

Avoir pu habiter pendant deux mois avec ma demi-sœur lors du premier confinement : comme elle est beaucoup plus âgée que moi, nous n’avions jamais habité ensemble même lorsque j’étais enfant et j’estime que c’est une chance d’avoir pu prendre part à leur quotidien pendant plusieurs mois. (Isabelle, cheffe de projet, réside à nouveau seule)

49Les turbulences induites par la crise dans les configurations du foyer influent aussi sur les changements de logement entre les deux vagues.

Changements de logement

50Nous avons vu que les personnes qui résidaient seules avant la crise et ont vécu le premier confinement avec d’autres résident majoritairement à nouveau seules en vague 2. Cela trouve une traduction au niveau du logement puisque la majorité (59,6 %) des personnes qui avaient changé de logement pour le premier confinement en ont à nouveau changé après le 10 mai, la plupart du temps pour retrouver leur situation antérieure.

  • 3 Source : Insee Références édition 2017, dossier La mobilité résidentielle. Cette moyenne masque des (...)

51D’une façon plus générale, les changements de logement entre les deux vagues ont été marqués par la crise. On estime qu’en période ordinaire, durant une année, environ 7,5 % des ménages déménagent3, ce qui correspond à environ 7 % pour une période de huit ou neuf mois comme celle qui est prise pour base dans notre enquête. Dans nos données, nous avons une proportion de 14,6 % de changements de logement dans cette période, soit environ le double. C’est en très grande partie associé à des modifications de composition du foyer puisque 36,9 % des personnes qui ont connu de telles modifications ont changé de logement depuis le 11 mai, alors que c’est le cas pour seulement 9,4 % des personnes n’ayant pas connu de changements dans leur configuration de foyer, ce qui est légèrement supérieur à l’ordre de grandeur habituel. Réciproquement, 48 % des changements de logement entre le 11 mai et la fin de l’année concernent des personnes ayant connu des modifications dans la composition de leur foyer à un moment ou à un autre. Le changement de logement est donc nettement corrélé aux modifications de la composition du foyer durant la crise.

52Les changements de logement qui ne sont pas associés à des modifications de la composition du foyer sont tout de même très souvent liés à la crise. Parfois, le confinement, avec un accroissement massif du temps passé au domicile, a conduit les personnes à reconsidérer leurs besoins en matière de logement. Marie, 29 ans, enseignante, qui a résidé seule en permanence mais a changé de logement après le premier confinement :

Mon logement est salubre et plutôt confortable mais petit (studio de 30 m²). J’avais l’intention de déménager avant le confinement (recherches prévues durant les congés scolaires de printemps) : le confinement n’a fait que renforcer mon envie de déménager.

53Pour certaines personnes, la crise a perturbé leurs plans en matière de logement. Rita, étudiante en Erasmus à l’étranger, a dû rentrer et abandonner son logement sur place :

En Erasmus avant le confinement, je suis rentrée en France mais j’ai toujours un logement avec mes affaires à l’étranger.

54Et elle écrit en vague 2 :

Logement étudiant alors que cours à distance. Plus aucun contact en tant qu’étudiant car universités fermées. Difficultés de poursuivre l’enseignement à distance.

55Dans d’autres cas, c’est une mutation qui a été perturbée, comme Cécile, 50 ans, juriste vivant seule :

Quitter mon lieu de travail (transfert géographique de mon poste puis mobilité géographique choisie) sans pouvoir dire au revoir à mes collègues (...).

56Elle a changé de logement et nous dit en vague 2 :

(…) le renforcement de liens et le développement de solidarités de voisinage pendant le 1er confinement – ma décision de recentrer mes recherches géographiques d’un nouveau poste à la ville où j’habitais (…) qui a abouti peu après.

57La crise a donc perturbé les situations relatives au logement, modifiant des décisions, accélérant ou plus souvent ralentissant les changements envisagés. Elle a également perturbé les projets de logement, ainsi que des projets familiaux et professionnels.

Des parcours de vie perturbés : réajustement des projets et des horizons temporels

58L’installation de la crise dans la durée et ses répercussions sur les situations économiques, familiales et résidentielles des populations peuvent aussi affecter les projets et les horizons temporels des populations en matière de changement de logement.

59À la question : « Est-ce que la crise sanitaire et économique de ces derniers mois vous a amené à modifier, annuler, reporter ou accélérer des projets de déménagement, de location ou d’achat de logement ? », posée en vague 2, 13,1 % des personnes enquêtées ont répondu positivement. Elles sont même plus de 37,2 % parmi les 18-30 ans résidant en appartement et ayant subi une diminution de leurs revenus. Loin d’être résiduels, ces réajustements de projets peuvent être directement liés à des changements de situations déjà survenus dans la vie personnelle et professionnelle ou à des changements futurs, plus ou moins anticipés.

Les changements de projets de logement

60Face à l’incertitude sur l’évolution et les conditions de sortie de la pandémie, certaines populations ont annulé ou reporté leur projet, par contrainte ou par choix, tandis que d’autres l’ont maintenu, voire ont accéléré sa concrétisation par anticipation des effets sur leur parcours résidentiel de la crise et de ses temporalités. Les contingences d’un marché de l’immobilier bousculé par les contraintes sanitaires et les effets économiques de la crise sur les trajectoires résidentielles renforcent cette incertitude et peuvent parfois avoir des effets durables sur les changements de logement envisagés.

Des projets confirmés, parfois accélérés par anticipation

61Comme nous l’avons vu, l’expérience du premier confinement n’a pas toujours été vécue de façon positive en raison de conditions de logement jugées peu satisfaisantes. Des difficultés préexistantes à la crise, devenues insupportables, ont pu pousser les membres du foyer à se projeter dans un autre logement pour améliorer la qualité de vie. C’est ce qu’explique Pierre, 25 ans, cadre moyen, qui vit en couple dans un deux-pièces :

Confiné au dernier étage d’un immeuble HLM, en combles aménagés, pas de balcon ni jardin, avec une température qui dépasse souvent les 30 °C lorsqu’il fait plus de 25 °C dehors. On déménage (achat) cette année, c’est certain.

62Cette décision a été prise suite au premier confinement qu’il a vécu comme une épreuve : « Le logement [est] trop petit pour trop de temps passé dedans, besoin d’espace. » Le changement de logement peut aussi être motivé par des situations de coexistence devenues difficiles avec le voisinage, alors qu’il n’était pas envisagé avant la crise. Sophie, professeur de lycée de 36 ans, et sa famille souhaitent désormais quitter leur appartement parisien :

Ayant des enfants, nous nous sommes rendus compte de l’intérêt d’une maison sans voisin en-dessous ! Nous avons donc décidé de vendre notre appartement d’ici environ un an pour ensuite acheter une maison.

63Au-delà de la qualité de vie qu’offre le logement, la recherche d’une plus grande surface peut se combiner à celle d’un environnement plus verdoyant, désormais plus désirables que les espaces urbains denses. C’est le cas de Sabine, 41 ans, qui vit en couple avec trois enfants dans un cinq-pièces :

Le confinement a mis en lumière le manque d’espace extérieur et le besoin d’avoir une maison et de quitter le centre-ville. Le calme dû au confinement le soir nous a également donné envie de plus de calme.

64Cette technicienne à l’université se lance avec son conjoint, ouvrier qualifié, dans l’achat d’une maison avec jardin. On comprend, à travers ces exemples, que les contraintes sanitaires ont pu amener une partie des populations à redéfinir leurs préférences en termes de localisation et de type d’habitat, deux paramètres centraux dans la construction des choix résidentiels (Authier, Bonvalet, Lévy, 2010).

65L’accélération ou la confirmation des projets de changement de logement peuvent enfin résulter de logiques d’anticipation du prolongement de la crise dans le temps, à court ou à moyen termes, et de ses effets systémiques. À la fin du premier confinement, alors que le marché de l’immobilier sortait d’une période de léthargie inédite et que les perspectives d’évolution apparaissaient très incertaines, certains individus ont accéléré des projets d’achat pour bénéficier de conditions jugées plus favorables que celles qui se profilent dans les mois à venir.

Avec le premier confinement, les taux de prêt ont augmenté, nous avons donc décidé d’acheter plus rapidement, pour avoir les meilleurs taux. (Lise, doctorante de 25 ans qui achète avec son conjoint, technicien)

66Face à l’incertitude de la situation, les horizons temporels en matière de logement peuvent être ajustés en fonction de l’anticipation du contexte sanitaire, de sa temporalité, ainsi que de ses conséquences sur la dynamique des marchés locaux de l’immobilier. Gaëlle, 44 ans, comptable, qui vit sur le littoral breton avec son conjoint et son enfant, s’est lancée dans la vente de leur maison pour tirer profit de la hausse fulgurante des prix depuis le début de la crise :

Nous avons vendu mais rien trouvé en rachat donc nous partons en location en attendant de concrétiser un nouveau projet.

67L’incapacité à racheter un nouveau logement les conduit à vivre dans une location. Cette situation temporaire pourrait néanmoins durer s’ils ne parviennent pas à se repositionner sur le marché immobilier local. À l’inverse, Patricia, 47 ans, universitaire contractuelle, est dans l’expectative :

(…) incertitudes sur l’immobilier (revente d’un appartement) : j’attends que la situation se tasse. J’habite une ville très touristique et en ce moment les biens ne se vendent plus du fait de l’absence des acheteurs étrangers.

68Propriétaire d’un appartement situé sur le littoral méditerranéen, elle préfère attendre un possible redémarrage de l’activité pour s’installer dans un logement plus grand et plus adapté au télétravail.

Des projets en pause

69Des projets de logement sont également mis en pause. Les mesures sanitaires mises en place depuis le début de la crise agissent comme des contraintes sur le marché de l’immobilier, en allongeant les délais de vente des biens. Éliane, militaire à la retraite de 62 ans, et son conjoint voient la durée de leur projet s’étendre sans savoir quand ils pourront le concrétiser :

La crise sanitaire nous entrave dans la mise en vente de nos biens, condition nécessaire pour la réalisation de notre projet de réinstallation.

70Certains acheteurs ont aussi choisi de reporter leur projet, telle Nadia, 44 ans, qui vit en couple avec ses enfants :

Les visites et le temps de visites trop contraignants, et certains vendeurs ont finalement conservé leur biens.

71Cette responsable de secteur et son conjoint, propriétaires d’un trois-pièces dans une grande ville, préfèrent attendre, le temps de bénéficier de meilleures conditions de recherche.

72Les effets de ces reports sur les parcours de vie semblent limités et réversibles pour les ménages relativement aisés, bénéficiant de conditions de logement et de vie satisfaisantes. Ils apparaissent au contraire déstabilisants pour les ménages moins aisés et peuvent confronter certains d’entre eux à des situations de mal-logement. Clara, 36 ans, enseignante et son conjoint, auto-entrepreneur dans l’informatique, résident avec leur bébé dans un logement trop étroit. Cette situation est d’autant plus mal vécue qu’elle résulte d’un enchaînement d’évènements imprévisibles :

Je devais signer un compromis de vente pour une maison le 18 mars et mettre en vente dans la foulée mon appartement, je prévoyais un déménagement à l’été, j’avais tout planifié, place en crèche, etc. Or au déconfinement les vendeurs se sont rétractés et n’ont plus souhaité vendre leur maison donc je prospecte pour une nouvelle maison mais il n’y a pas grand-chose sur le marché et le deuxième confinement a à nouveau tout bloqué. Par ailleurs j’ai peur de ne pas réussir à vendre mon appart du fait de la crise, nous sommes donc dans une situation inconfortable à trois, dont un bébé de 18 mois dans un petit logement et c’est très dur.

73Pour Giselle, aide-soignante de 42 ans, la difficulté qu’éprouve son compagnon, ouvrier, à vendre son bien bloque l’achat d’une maison.

Mon compagnon devait vendre son appartement afin qu’il ait un apport conséquent pour que tous les deux nous achetions une maison. Mais aucune offre ou des prêts refusés aux futurs acheteurs. Nous avons dû remettre à plus tard cette vente.

74Elle continue de louer un trois-pièces où elle vit avec ses deux enfants en espérant profiter d’un regain de l’activité immobilière.

Des projets de logement bousculés par des perturbations dans la sphère professionnelle…

  • 4 68,8 % des artisans, commerçants, petits chefs d’entreprise ou agriculteurs et 35,9 % des employés (...)

75La pandémie et les mesures de distanciation appliquées successivement ébranlent les différents secteurs de l’économie et ont créé ou accentué des perturbations professionnelles (licenciement, ralentissement ou arrêt de l’activité pour les indépendants, perte de revenus, etc.), qui se répercutent sur les projets de logement. C’est en particulier le cas pour des individus travaillant dans les secteurs d’activité particulièrement touchés (le tourisme, la culture, la restauration, etc.), ou qui ont des situations d’emploi instables, spécifiquement chez les catégories ouvriers et employés du secteur privé et chez les petits indépendants4.

Licenciements et baisse de revenus non anticipés

76Malgré les plans de soutien adoptés pour éviter une vague de licenciements, des salariés du secteur privé (et dans une moindre mesure, des salariés contractuels de la fonction publique) ont perdu leur emploi entre les deux confinements nationaux de 2020. Telle Marine (assistante administrative et commerciale, 38 ans), qui vit en couple avec deux enfants :

Nous attendions une mutation professionnelle qui a été annulée, j’ai perdu mon emploi, donc baisse de revenus et augmentation du prix de l’immobilier de + de 7 % dans la ville dans laquelle nous devions nous installer. Cela nous oblige à économiser plus et plus longtemps.

77L’annulation de la mutation professionnelle de son conjoint, la perte de son emploi et la baisse de revenus qui en résulte les contraignent à reporter leur projet d’achat. L’expérience du chômage vécue par l’un des membres du foyer peut aussi conduire à réajuster un projet d’acquisition, en limitant les ambitions. Fatima (32 ans, employée dans le secteur du loisir, au chômage) envisage une reconversion professionnelle dans le secteur public pour accéder à la protection de l’emploi :

Étant au chômage et ne trouvant actuellement pas d’emploi, mon conjoint et moi-même avons dû revoir notre achat de maison à la baisse (plus petit car capacité d’emprunt réduite).

78Le projet immobilier du couple repose désormais entièrement sur les revenus du travail de son conjoint, dessinateur dans le secteur privé.

79Ces perturbations touchent plus durement les parcours de vie des personnes déjà vulnérables en raison de la précarité de leur emploi, qui peuvent les plonger en situation de dépendance financière et résidentielle. Jessica, serveuse dans la restauration de 33 ans, a dû rentrer chez son père après la perte de son travail. « Se retrouver sans logement et sans travail, et sans perspective d’en retrouver rapidement » est particulièrement difficile à vivre pour elle. Autre situation, celle de Karine, mère séparée de 54 ans, assistante de direction au chômage avant la crise, qui estime que le contexte actuel aggrave sa situation : « Mes projets professionnels se sont écroulés avec le premier confinement ». En fin de droit depuis septembre 2020, elle a pu retrouver en décembre un emploi en CDD, moins rémunérateur et relativement éloigné de son projet initial. Pour elle, le plus pénible est de « devoir vivre chez mes parents avec mon fils adolescent sans perspective de sortie » Cet entre-deux qui s’éternise, sans possibilité de se projeter dans l’avenir, rejaillit sur sa santé et son estime de soi :

J’y ai laissé ma santé, mes projets professionnels et perdu le peu de confiance que j’avais encore.

80Le coup d’arrêt sur l’emploi observé dans plusieurs secteurs a aussi contrarié des trajectoires d’insertion sur le marché du travail, mettant à mal les projets de décohabitation d’étudiants et de jeunes actifs :

J’ai dû revenir vivre chez ma mère. J’ai dû annuler un projet de location en agglomération du fait de l’annulation de l’offre d’emploi qui m’était faite. (Sophia, 25 ans)

81L’horizon temporel sur le changement de logement s’éloigne également pour certains salariés dont l’emploi semble potentiellement menacé dans un avenir proche. C’est le cas d’Anthony, ouvrier de 44 ans, qui souhaitait se lancer dans l’accession à la propriété avec sa conjointe :

On était partis pour acheter un logement, mais vu la situation actuelle, on a renoncé à acheter un logement, car vu la crise on a plus de chance de se retrouver au chômage et pour rembourser un emprunt sans emploi, c’est pas faisable. Donc on met notre argent de côté.

82La proportion de personnes disant avoir repoussé ou renoncé à un projet de logement est de 12 % parmi les personnes ayant vu leurs revenus diminuer fortement alors qu’elle est de 6,9 % pour l’ensemble des personnes ayant répondu à nos questions. Les petits indépendants sont particulièrement nombreux à se trouver dans ce cas. José, comédien de 35 ans, qui vit chez sa compagne, éducatrice, a renoncé à l’achat d’un logement suite à la perte de nombreux contrats et à l’incertitude de garder son statut d’intermittent. L’arrêt de l’activité ne donne pas toujours droit à une aide financière à la hauteur des pertes accusées. Karl (51 ans, cuisinier) en fait l’expérience :

Je suis cuisinier indépendant et travaille essentiellement pour des événements culturels (ou autres). Donc j’ai perdu mon travail, notamment les à-côtés que je faisais de manière non-déclarée et qui m’apportaient un complément de revenu.

83Il a repoussé son projet de quitter le centre-ville pour s’installer à la campagne. L’absence de certitudes quant à la relance des activités dans un avenir proche empêche parfois toute projection : « La crise sanitaire ayant fait baisser le niveau des revenus, le dossier de location n’est pas suffisamment rassurant pour un propriétaire », nous décrit Joëlle (comédienne, 46 ans) qui vit seule avec ses enfants. Elle craint d’accuser une « perte totale de revenus » après l’arrêt des aides.

Des mobilités résidentielles facilitées par le télétravail

84Le développement du télétravail dans de nombreux secteurs d’activités a incité des travailleurs à adapter leur logement à leurs nouvelles conditions de travail. Ces adaptations n’ont pas seulement pris la forme de réaménagements de l’espace au sein du logement (Collet, Giraud, Steinmetz, 2021), elles ont aussi motivé des déménagements, comme nous l’avons vu précédemment à travers l’exemple de Marie. Le recours au télétravail a aussi pu débloquer des projets de mobilité résidentielle. Anne-Claire (cadre dans le secteur bancaire, 28 ans), a négocié la mise en place pérenne du télétravail pour changer de région :

Nous avions déjà le projet de quitter la région parisienne avant le confinement, tout en continuant de travailler pour des entreprises parisiennes grâce au télétravail. Le confinement dans un logement exigu a fait que nous avons accéléré nos démarches pour acheter en région.

85La crise sanitaire et ses conséquences sur l’activité économique et le marché de l’emploi ont aussi eu l’effet inverse, celui de bloquer des projets de mobilité résidentielle. Estelle (cuisinière de 30 ans) a dû revenir chez ses parents :

Je devais faire une formation dans une ville différente de la mienne et donc devais déménager. La crise m’a obligée à revoir la façon de faire ma formation (à distance pour pouvoir conserver un emploi) et a donc annulé mon déménagement. Je devais ensuite déménager encore ailleurs pour une création d’entreprise. Mon projet dépendant des restaurateurs, il est dans l’attente et mon déménagement est repoussé.

86Le développement des formations à distance incite de nombreux jeunes à rester au domicile parental, au moins quelques mois, le temps de réviser leurs projets en fonction de l’évolution du contexte social et économique.

… Ou dans la sphère familiale

87La crise bouscule aussi les projets familiaux et, de façon liée, les projets de logement. Elle a pu donner l’occasion à des couples non cohabitants de s’essayer à la vie dans le même logement, comme nous l’avons vu précédemment. L’installation chez l’autre, qui représente une étape de la conjugalité (de Singly, 2007), a connu un coup d’accélération avec la mise en place du confinement. Mais la capacité des personnes à s’adapter aux nouvelles contraintes liées à la crise pour poursuivre leur chemin est inégale selon les situations familiales et les ressources dont elles disposent pour adapter le logement à leur nouvelle situation. Laura et son mari, tous deux cadres supérieurs, ont vendu entre les deux confinements leur trois-pièces situé en proche banlieue parisienne pour acheter une maison. S’ils projetaient de déménager dans un avenir proche pour ajuster l’espace à l’agrandissement de la famille, l’expérience du premier confinement les a incités à passer le cap plus tôt que prévu :

La vie en appartement avec un enfant en bas âge a été difficile à supporter pendant le premier confinement. Besoin d’espace avec l’arrivée de notre second enfant.

88C’est à l’inverse la faiblesse des ressources financières à une période de transition biographique qui bloque le projet de cohabitation d’Elina (étudiante, 20 ans). Comme de nombreux étudiants enquêtés, le plus pénible depuis le début de la crise, c’est d’« être toujours chez mes parents, alors que j’avais pour projet d’emménager avec mon copain ». Le retour au domicile parental, qui constitue une ressource mobilisée pour améliorer ses conditions matérielles et éviter l’isolement, entrave le processus d’autonomisation résidentielle (Maunaye, Muniglia, Potin et al., 2019).

89Les ruptures conjugales précipitent également la recherche d’un nouveau logement. Maud (doctorante au chômage de 46 ans), mère d’une fille, a dû chercher un logement à l’automne 2020, après avoir connu une période de forte instabilité résidentielle et d’inconfort pendant le premier confinement :

J’étais entre les logements de mon ex et mon nouveau conjoint sans logement propre et trop dépendante. (…) L’an passé, avec mon nouveau conjoint nous avions un projet de vivre ensemble et de changer de logement (nous avons trois enfants au total) mais quand j’ai compris que ça ne se ferait pas, j’ai cherché mon logement pour ne pas revivre un autre confinement tous ensemble.

90Si la situation résidentielle de Maud était déjà marquée par l’instabilité avant la crise en raison de sa précarité économique et de sa situation conjugale changeante, les effets systémiques produits par la crise ont accentué cette instabilité, renforçant chez elle un sentiment d’incertitude :

Nous sommes toujours en déménagement car tout est compliqué et long, presque un an de cartons… J’ai été dehors (hôtel) une semaine… Il est dur de se faire aider.

91Les contraintes sanitaires et ses conséquences sur le traitement des procédures administratives participeraient selon elle à l’allongement de cette période de transition marquée par des discontinuités.

Des vies chamboulées : interconnexion des sphères d’activités

92Avec l’installation de la crise sanitaire dans le temps, des personnes connaissent des changements de situations dans les trois sphères du logement, de la famille et du travail. Elles voient leur vie chamboulée en profondeur, au cours d’une période relativement courte à l’échelle des parcours de vie, sans nécessairement que les changements vécus aient été anticipés, parfois même envisagés. Cette interpénétration des sphères d’activités, qui touche une minorité des enquêtés (1,6 % des personnes ayant répondu aux trois questions), révèle des situations de vulnérabilité renforcées par la crise. Les ouvriers, employés et « petits indépendants » (artisans, commerçants, agriculteurs) sont sur-représentés parmi les populations confrontées à des perturbations dans les sphères du logement, du travail et de la famille qu’ils imputent directement à la crise (cf. graphique 3). Plus exposés à la réversibilité des situations (Masclet, Amossé, Bernard et al., 2020), leur stabilité repose sur un équilibre fragile, qui contraint à réajuster en profondeur les projets pour les adapter à leur nouvelle situation.

Graphique 3. Changements simultanés de projets familiaux, professionnels et de logement selon la catégorie professionnelle

Graphique 3. Changements simultanés de projets familiaux, professionnels et de logement selon la catégorie professionnelle

Champ : Personnes ayant répondu aux questions concernées en vague 2 (3 321).
Lecture : 1,3 % des cadres et professions intellectuelles ont connu des changements dans les trois types de projets.

93La dégradation des conditions de vie consécutive aux perturbations rencontrées dans les trois sphères d’activités amène certaines populations à reconsidérer des choix de vie. Nous avons vu que pour Carmen (secrétaire, 49 ans), le premier confinement a été une expérience particulièrement difficile. Au fil des mois, ses difficultés semblent s’accentuer avec l’absence de perspectives professionnelles, en partie liée à des problèmes de santé, qui bloque son projet de logement :

Ne plus avoir d’argent (j’ai passé six mois en arrêt maladie avec moins de 600 euros par mois et sans aide) ; être obligée de me réinscrire au chômage pour cette raison alors que mon état de santé justifierait de continuer à bénéficier d’un arrêt (…) le fait de ne plus pouvoir voir ma fille et mes petites-filles depuis maintenant plus d’un an.

94D’origine étrangère, elle prend la décision de quitter la France dès que sa situation le lui permettra pour se rapprocher de son entourage :

Au plan personnel, cette crise m’a permis de repousser la date de ma fin de droit aux ARE [allocation d’aide au retour à l’emploi] en bénéficiant d’un arrêt-maladie. Et le fait de devoir jeûner par manque d’argent m’a fait perdre un peu de poids. Elle a aussi été l’occasion d’une grande remise en question dans tous les domaines de ma vie et de ma décision de retourner vivre dans mon pays dès que cela sera possible, ce qui me rapprochera de mes rares amis et de ma fille et mes deux petites-filles (ma seule et unique famille) (…) aujourd’hui, c’est devenu vital pour moi de partir au plus vite.

95L’interpénétration des sphères d’activités témoigne de bouleversements profonds provoqués ou accentués par la crise sanitaire et sociale qui sont susceptibles de produire des effets, plus ou moins profonds, contraints et irréversibles, sur les parcours de vie, pouvant conduire à des bifurcations biographiques (Bessin, Bidart, Grossetti, 2010).

Conclusion : crise, parcours de vie et turbulences résidentielles

96L’analyse des données de ces deux vagues d’enquête et des commentaires laissés par les enquêtés permet d’analyser l’évolution des configurations résidentielles durant les différentes phases de la crise et leur lien avec les autres registres d’activités (vie familiale, travail, activités associatives). La dynamique de ces configurations fait apparaître la singularité du confinement du printemps et le très relatif retour à un ordinaire sous contrainte des mois qui l’ont suivi (y compris durant le deuxième confinement), ordinaire qui garde des traces de cette situation particulière. À ces premières perturbations créées par le premier confinement s’ajoutent celles produites par l’inscription de la crise dans la durée qui ont conduit une partie des personnes à reconsidérer leurs projets résidentiels. Si le déconfinement du 11 mai 2020 s’est accompagné d’un retour à la configuration résidentielle antérieure au premier confinement pour de nombreuses personnes, certains changements résidentiels se pérennisent au fil des mois, en particulier pour les jeunes, dont l’organisation de la vie quotidienne a été durement affectée par le rapatriement au domicile de plusieurs activités, à commencer par les études, et la mise sous cloche d’autres activités. D’autres changements émergent en réponse à de nouvelles perturbations liées à la crise (changement d’emploi, baisse des revenus, changement de situation familiale, etc.). Ces perturbations peuvent affecter une seule sphère d’activité, dont la sphère résidentielle où s’observent des changements de situations, mais elles peuvent aussi concerner les sphères familiale et professionnelle. Pour les personnes confrontées à ces changements qui n’ont pas toujours été anticipés et qui sont fortement contraintes par leurs ressources économiques, des réajustements parfois profonds des projets s’avèrent nécessaires.

97Les perturbations biographiques s’avèrent particulièrement marquées lorsqu’elles s’observent à la fois dans les domaines du logement, de la famille et du travail. Cette interconnexion des sphères d’activités affecte de façon plus marquée des personnes déjà exposées au chômage et à la précarité, à commencer par les ouvriers et les employés du secteur privé, et les « petits indépendants », des catégories dont les membres voient leurs temporalités personnelles profondément bousculées par celles de la crise. Cette interconnexion brouille leurs perspectives d’avenir et les projets qu’elles peuvent former encore plus que pour les personnes que la crise touche à travers une sphère d’activité sans contaminer immédiatement les autres. Ces réajustements de projets résidentiels mettent en lumière des capacités à percevoir et à contrôler l’avenir qui sont inégalement réparties entre les groupes sociaux (Grossin, 1996 ; Atkinson, 2013 ; Darmon, Dulong, Favier, 2019). La crise du Covid-19 semble avoir contribué à obscurcir les perspectives d’avenir et à raccourcir les horizons temporels des individus dont les situations résidentielle, professionnelle et/ou familiale se sont détériorées depuis mars 2021. C’est ce que soulignent très clairement les situations de mise en pause des projets de logement liées à des perturbations rencontrées dans la sphère professionnelle. Cet angle d’analyse mériterait d’être davantage creusé pour appréhender à moyen et long termes les effets de la crise sur le rapport au temps des individus et groupes sociaux.

98Au total, cette première analyse de l’enquête Vico montre que la crise sanitaire et sociale, qui s’annonce durable ou en tout cas dont la fin est peu prévisible, n’affecte ni de la même façon, ni avec la même intensité les parcours de vie des populations. Si elle semble déstabiliser en particulier les personnes les moins bien dotées, elle n’épargne pas pour autant celles qui sont habituellement plus préservées lors d’épisodes de crises. Une des pistes ouvertes par l’approche par le logement adoptée ici pourra se poursuivre pour notamment évaluer dans quelle mesure les turbulences que nous avons analysées se traduisent par des changements plus durables dans les configurations résidentielles, qui sont susceptibles d’être liées à d’autres changements observés dans la vie personnelle, familiale et professionnelle des populations.

Haut de page

Bibliographie

Atkinson W., 2013. “Class habitus and perception of the future: recession, employment insecurity and temporality”, The British Journal of sociology 64(4), p. 643‑661.

Authier J.-Y., Bonvalet C., Lévy J.-P. (dir.), 2010. Élire domicile. La construction sociale des choix résidentiels, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Authier J.-Y. (dir.), Bensoussan B., Grafmeyer Y., Lévy J.-P., Lévy-Vroélan C., 2001. Du domicile à la ville. Vivre en quartier ancien, Paris, Anthropos.

Authier J.-Y. (dir), Bidet J., Collet A., Gilbert P., Steinmetz H., 2010. « État des lieux sur les trajectoires résidentielles », Paris, PUCA.

Bès M.-P., Bidart C., Defossez A., Favre G., Figeac J., Grossetti M., Launay L., Mariot N., Merklé P., Milard B., 2020. « La vie en confinement. Enquêter sur un événement historique exceptionnel : objectifs et premiers résultats » 3. URL : https://vico.hypotheses.org/17

Besozzi T., 2021. « La structuration sociale du monde des sans-abri », Sociologie 12 (3), p. 247‑266.

Bessin M., Bidart C., Grossetti M., 2010. Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, La Découverte, coll. « Recherches ».

Bonvalet C., Gotman A., Grafmeyer Y., 1993. Le logement : une affaire de famille. L’approche intergénérationnelle des statuts résidentiels, Paris, L’Harmattan.

Castel R., 2009. La montée des incertitudes. Travail, protections, statut de l’individu, Paris, Seuil, coll. « La couleur des idées ».

Darmon M., Dulong D., Favier E., 2019. « Temps et pouvoir », Actes de la recherche en sciences sociales 1-2 (226‑227), p. 6‑15.

Grafmeyer Y., Authier J.-Y., 2019. Pour la sociologie urbaine, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Grossetti M., 2016. « L’imprévisibilité dans le monde social », in Jean-Claude S. Levy (dir.), Complexité et désordre. Éléments de réflexion, Presses Universitaires de Grenoble, pp. 97-112.

Grossin W., 1996. Pour une science des temps – Introduction à l’écologie temporelle, Toulouse, Octarès.

Lambert A., Bugeja-Bloch F., 2020. « Le logement, vecteur des inégalités », La vie des idées.

Lambert A., Cayouette-Remblière J. (dir.), 2021. L’explosion des inégalités. Classes, genre et générations face à la crise sanitaire, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Launay L., Grossetti M., 2021. « “Rester chez soi” : comment le confinement a-t-il été vécu selon les conditions de logement ? », in Mariot N., Mercklé P., Perdoncin A. (dir.), Personne ne bouge. Une enquête sur le confinement du printemps 2020, Grenoble, UGA Éditions, p. 31‑38.

Masclet O., Amossé T., Bernard L., Cartier M., Lechien M.-H., Schwartz O., Siblot Y. (dir.), 2020. Être comme tout le monde : employées et ouvriers dans la France contemporaine, Paris, Raisons d’Agir.

Maunaye E., Muniglia V., Potin É., Rothé C., 2019. « Le domicile familial comme ressource ? Expériences de recohabitation dans les transitions vers l’âge adulte », Revue française des affaires sociales 2, p. 143‑166.

Papuchon A., 2014. « Les transferts familiaux vers les jeunes adultes en temps de crise : le charme discret de l’injustice distributive », Revue française des affaires sociales 1‑2, p. 120‑143.

Sigaud T., 2019. « La grande mobilité géographique domicile-travail : l’inscription spatiale des inégalités entre travailleurs », Travail et Emploi 4 (160), p. 75‑102.

Singly F. de, 2007. Le lien familial en crise, Paris, Éditions Rue d’Ulm, coll. « La Rue ? Parlons-en ! ».

Solaz A., Pailhé A., 2009. Entre famille et travail : des arrangements de couples aux pratiques des employeurs, Paris, La Découverte.

Van de Velde C., 2008. Devenir adulte, Paris, Presses universitaires de France.

Van de Velde C., 2011. « La dépendance familiale des jeunes adultes en France. Traitement politique et enjeux normatifs », in Paugam S. (dir.), Repenser la solidarité, Paris, Presses universitaires de France, p. 315‑333.

Vignal C., 2006. « Concilier mobilité résidentielle et mobilité professionnelle : cadrage statistique et pistes de réflexion », Horizons stratégiques 2 (2), p. 37‑47.

Haut de page

Notes

1 L’approche privilégiée dans cet article se centre sur la composition du foyer et ses évolutions avant et pendant la crise sanitaire pour saisir les perturbations biographiques liées à la pandémie. Les caractéristiques du logement (type de logement, surface habitable, nombre de pièces, statut d’occupation, localisation et environnement urbaine, etc.), que nous avons étudiées par ailleurs, n’apparaissent que lorsqu’elles permettent de mieux comprendre les perturbations biographiques. Néanmoins, nous avons vérifié que la prise en considération de ces caractéristiques n’a pas d’incidence sur les résultats que nous vous présentons.

2 Si cela ne concerne que 1,1 % des cas, cette proportion est plus élevée pour les étudiants (2,2 %, qui rejoignent en général la résidence d’un membre de leur famille), les artisans, commerçants et chefs d’entreprise (1,7 %) et les cadres (1,5 %) et surtout, elle croît avec le revenu (2,3 % pour ceux qui déclarent plus de 5 000 euros de revenus mensuels).

3 Source : Insee Références édition 2017, dossier La mobilité résidentielle. Cette moyenne masque des variations très marquées selon les statuts d’occupation. De plus, compte tenu des phénomènes de saisonnalité observés sur les migrations résidentielles, avec une concentration importante des déménagements durant les mois d’été, quelques précautions sont à prendre avec les chiffres avancés. Il faudra attendre les prochaines enquêtes statistiques nationales pour capter les effets de la crise sur les mobilités résidentielles.

4 68,8 % des artisans, commerçants, petits chefs d’entreprise ou agriculteurs et 35,9 % des employés ou ouvriers du secteur privé disent avoir perdu des revenus durant la crise, alors que pour l’ensemble de l’échantillon, la proportion est de 23,2 %.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Changements de configuration résidentielle selon l’âge
Légende Champ : Réponses de la première vague de l’enquête Vico pour ces questions (N = 15 962).Lecture : 51,2 % des personnes de 18 à 30 ans qui résidaient seules avant le premier confinement ont changé de logement.
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/9518/img-1.png
Fichier image/png, 37k
Titre Graphique 2. Les configurations du foyer dans les différentes périodes
Légende Champ : Personnes ayant répondu aux questions concernées en vague 2 (3 530).Lecture : 23,6 % des personnes résidaient seules en vague 1.
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/9518/img-2.png
Fichier image/png, 36k
Titre Graphique 3. Changements simultanés de projets familiaux, professionnels et de logement selon la catégorie professionnelle
Légende Champ : Personnes ayant répondu aux questions concernées en vague 2 (3 321).Lecture : 1,3 % des cadres et professions intellectuelles ont connu des changements dans les trois types de projets.
URL http://journals.openedition.org/temporalites/docannexe/image/9518/img-3.png
Fichier image/png, 30k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Grossetti et Lydie Launay, « Turbulences résidentielles et parcours de vie »Temporalités [En ligne], 34-35 | 2021, mis en ligne le 17 mars 2022, consulté le 30 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/9518 ; DOI : https://doi.org/10.4000/temporalites.9518

Haut de page

Auteurs

Michel Grossetti

LISST, UMR 5193
MDR, Université Toulouse Jean Jaurès
5 allées Antonio Machado
31058 Toulouse Cedex 09
Michel.grossetti@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Lydie Launay

LISST, UMR 5193
MDR, Université Toulouse Jean Jaurès
5 allées Antonio Machado
31058 Toulouse Cedex 09
lydie.launay@univ-jfc.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search