Navigation – Plan du site

AccueilTemporalités34-35Sur le fil : les parcours migrato...

Sur le fil : les parcours migratoires à l’épreuve de la crise du Covid-19 au Québec

On the edge: migrant life courses challenged by the Covid19 crisis in Quebec
Al filo de la navaja: recorridos migratorios frente a la crisis del Covid-19 en Quebec
Capucine Coustere, Charles Fleury et Danièle Bélanger

Résumés

En mars 2020, les mesures prises autour du monde pour contenir le virus du Covid-19 bouleversent simultanément, et de manière majeure, les rythmes et activités de la vie quotidienne. Cette période est celle durant laquelle la rupture produite par la pandémie a été la plus forte, tant elle était soudaine et inimaginable. Au Québec, les migrants avec un statut de résidence temporaire sont affectés de manière spécifique : ils sont nombreux à travailler dans l’hôtellerie-restauration, secteur contraint de fermer temporairement ses portes, font face à la fermeture des frontières internationales et sont incertains de leur droit à des dispositifs d’aide financière. Affectés simultanément dans plusieurs sphères de leur vie, ils pourraient voir leur parcours bifurquer rapidement. L’analyse de la manière dont la pandémie les affecte, lors de ce premier mois, dégage les multiples temporalités qui articulent l’événement historique macrosocial et les parcours biographiques, pouvant produire des bifurcations futures.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1En un peu plus d’un mois, au printemps 2020, l’événement sanitaire engendré par le Covid-19 s’est transformé en un événement historique majeur. Il résulte de la multiplication de mesures exceptionnelles prises simultanément autour du monde pour en réduire la propagation. Cette période constitue une rupture inimaginable, soudaine et étendue, se manifestant à différentes échelles géographiques, au niveau institutionnel comme individuel et dans de multiples sphères de la vie. Les ingrédients semblent réunis pour qu’un tel événement entraîne une bifurcation, c’est-à-dire une réorientation forte des parcours individuels.

2Les études s’intéressant à l’effet d’événements sur les parcours de vie, et en particulier à ceux qui entraînent des bifurcations, portent principalement sur des événements d’ordre individuel plutôt que macrosociaux (Duprat-Kushtanina, Vapné, 2015), sur des cohortes plutôt que des individus (Heinz, Krüger, 2001) et reconstruisent de manière rétrospective les processus entraînant des bifurcations (Bidart, 2006, p. 35). Nous proposons ici d’analyser l’articulation entre parcours biographique et événement historique au moment où il survient, à partir du cas de migrants temporaires travaillant dans le secteur de l’hôtellerie-restauration au Québec.

  • 1 Au Québec, la mise à pied correspond à une suspension temporaire du contrat de travail, et non pas (...)

3Le mois de mars 2020 y est en effet marqué par la restriction progressive des déplacements et des rassemblements qui culmine avec la fermeture des frontières internationales, puis l’annonce d’un premier confinement, le 23 mars. Durant un peu plus d’un mois, tous les lieux de travail « non essentiels » ferment, dont le secteur de l’hôtellerie-restauration. Dans ce contexte, les travailleurs migrants temporaires sont affectés de manière singulière. Sur-représentés dans ce secteur d’emploi, nombre d’entre eux sont mis à pied.1 Leur permis de résidence rend incertaine leur admissibilité aux dispositifs d’aide financière et la fermeture progressive de frontières les met face au choix de quitter le Québec ou non. Cet événement historique produit-il des événements individuels ? Entraîne-t-il une réorientation importante des parcours biographiques ?

4L’analyse de la manière dont la pandémie a affecté les migrants offre un point de vue privilégié sur la relation entre un événement historique et les bifurcations biographiques. À partir d’entretiens réalisés auprès de quinze travailleurs migrants temporaires du secteur de l’hôtellerie-restauration à l’été 2019, puis entre mars et avril 2020, nous analysons dans quelle mesure et de quelle manière l’événement historique se répercute dans les parcours biographiques durant cette période initiale de la pandémie. Cela offre un point de vue riche et original sur la manière dont l’événement peut affecter les parcours.

5Après avoir posé le contexte de la recherche (I, II et III), nous montrerons que, contrairement à ce que nous aurions pu croire, la survenue de l’événement historique n’a pas provoqué de bifurcation rapide des parcours (IV). Cela résulte du fait qu’il ne produit pas d’événements individuels, c’est-à-dire de rupture dans le parcours, pas plus qu’il ne semble provoquer une remise en question des aspirations (V). Toutefois, sa durée, de même que son articulation avec les temporalités individuelles, sont porteuses de risques de bifurcations futures (VI). Nous montrons ainsi comment le Covid-19 questionne les modèles temporaires de migration et la façon dont la condition de résident temporaire est affectée par l’événement.

Contexte

Transformation des migrations au Canada et diversité des conditions de séjour

6S’inscrivant dans une tendance mondiale qui favorise les migrations réversibles et circulaires à l’installation (Pellerin, 2011), la politique migratoire canadienne se traduit par une forte hausse des entrées de migrants munis d’un permis de résidence temporaire, qui ont dépassé celles avec un permis de résidence permanente au milieu des années 2000 (Bélanger, Ouellet, Fleury, 2019). Cette transformation répond à une logique utilitariste qui vise à flexibiliser la circulation de travailleurs afin de répondre aux besoins du marché du travail sans l’accompagner de l’ensemble des droits sociaux ni de la promesse d’inclusion qui caractérise la résidence permanente. Cela se reflète sur le marché du travail, notamment dans le secteur de l’hôtellerie-restauration. Alors que les résidents temporaires constituent 2,9 % des travailleurs, tous secteurs confondus, cette proportion est de 7,2 % dans l’hôtellerie-restauration (Lu, 2020), une multiplication par deux en dix ans (Lu, Hou, 2019).

  • 2 Seule la citoyenneté accorde le droit de vote.

7Il existe trois statuts de résidence au Canada. Les deux premiers, la citoyenneté et la résidence permanente, sont très similaires, octroyant le droit de vivre, étudier et travailler indéfiniment au Canada2. La résidence temporaire, elle, a une durée limitée dans le temps et s’accompagne de droits moindres.

  • 3 Cette présentation des différents programmes et visas temporaires se limite à ceux pertinents pour (...)
  • 4 Le permis de travail post-diplôme est un permis de travail ouvert destiné aux personnes ayant obten (...)
  • 5 Le PVT relève du Programme expérience internationale Canada, destiné à des jeunes de 30 à 35 ans et (...)
  • 6 Le permis « A75 » est un permis de travail fermé que peuvent obtenir des personnes en processus de (...)

8Dans l’hôtellerie-restauration, les résidents temporaires détiennent principalement un permis relevant du Programme des travailleurs étrangers temporaires (PTET), du Programme de mobilité internationale (PMI) ou un permis d’étude3 (Lu, Hou, 2019). Les permis de travail délivrés dans le cadre d’un PTET ont pour objectif de pallier une pénurie de main-d’œuvre ou de compétence. Une étude d’impact sur le marché du travail (EIMT) doit être menée pour démontrer qu’aucun citoyen ou résident permanent n’est disponible pour ce poste. C’est un permis de travail fermé, signifiant que le droit de séjour de la personne migrante est rattaché au travail chez son employeur. Le PMI répond pour sa part à la défense d’intérêts larges, dispensant les employeurs de mener une EIMT. Il comprend des permis de travail ouverts, comme le permis de travail post-diplôme4 ou le permis vacances-travail (PVT)5, et fermés, comme le permis « A75 »6. Le permis d’études octroie par ailleurs une autorisation de travailler sous certaines conditions.

9Les deux attributs des statuts de résidence temporaire, la durée légale déterminée du séjour et la provision de droits moindres, produisent des conditions de séjour précaires. De fait, suivant la définition de la précarité de Louise Waite (2009), le statut de résident temporaire constitue une « condition de vulnérabilité liée à l’instabilité, l’incertitude et la difficulté, voire l’inhabilité, à prévoir » (Bélanger, Candiz, 2015, p. 9). Cette précarité est engendrée par la dimension temporaire même du statut migratoire (Rajkumar, Berkowitz, Vosko et al., 2012), bien que son degré varie selon le type de permis détenu. La résidence temporaire se subdivise en de multiples permis de résidence, chacun accompagnés d’interdictions et droits spécifiques concernant l’accès au marché du travail, à l’éducation, à la mobilité géographique, à la santé, à un autre statut migratoire, ou encore l’ajout de proches sur son permis (Bélanger, Ouellet, Fleury, 2019). La forte hausse de la migration temporaire signifie en conséquence l’existence d’une « classe [grandissante] de personnes qui vit et travaille au Canada sans l’entièreté des droits à la résidence, la citoyenneté ou le travail » (Goldring, Berinstein, Bernhard, 2009, p. 247). À cela s’ajoute une précarité liée à l’emploi au sens de Goldring et Landolt (2011) pour les résidents temporaires travaillant dans l’hôtellerie-restauration, qui sont principalement à temps partiel, peu syndiqués, faiblement rémunérés et disposent de peu de droits sociaux (Seifert, Messing, 2006 ; Laperrière, Messing, Bourbonnais, 2010).

Survenue du Covid-19 : événement imprévisible et risque de bifurcation

10La date de qualification du virus de pandémie par l’Organisation mondiale de la santé le 11 mars 2020, marque le début de l’événement que constitue le Covid-19 au Québec. À partir de ce jour-là, des mesures bouleversant de manière croissante la vie quotidienne sont prises.

  • 7 Elle demeure ouverte aux citoyens canadiens, aux membres de leur famille immédiate, aux résidents p (...)

11La mobilité géographique internationale est rapidement ciblée. S’inscrivant dans un mouvement mondial (Connor, 2020), le gouvernement fédéral ferme la frontière aux détenteurs d’un permis de résidence temporaire souhaitant entrer au Canada7 le 16 mars. Les voyages internationaux vers le Canada ou en provenance de ce pays baissent fortement à partir de la mi-mars et sont quasiment à l’arrêt jusqu’à fin mai 2020 (Statistique Canada, 2020a, 2020b).

12Les différentes mesures sanitaires et relatives à la mobilité affectent également les entreprises, dont celles de l’hôtellerie-restauration. Ces dernières sont rapidement privées d’une partie importante de leur clientèle touristique du fait de la restriction de la mobilité internationale, puis doivent réduire leur capacité d’accueil jusqu’à clore leurs portes lors de la « mise sur pause » du Québec annoncée le 23 mars 2020. En conséquence, ce secteur accuse la plus forte perte d’emploi au Québec. Au regard de son poids dans l’économie, elle est trois fois et demie plus importante que dans les autres secteurs (Cloutier-Villeneuve, 2020).

13Des dispositifs d’aide financière sont mis en œuvre afin de pallier les conséquences socioéconomiques de la pandémie. Figure d’exception par rapport à la majorité des autres pays, la prestation canadienne d’urgence, destinée aux travailleurs privés de salaire à cause de la pandémie, ne discrimine pas selon le statut migratoire. Annoncée le 25 mars, elle est entérinée le 6 avril et les premières sommes sont versées quelques semaines plus tard. Bien que cela soit très rapide par rapport au rythme habituel, la période d’incertitude sur les critères d’admissibilité paraît longue pour des personnes qui peuvent avoir perdu leur emploi dès le début du mois de mars, à la suite des premières mesures.

14Un événement est généralement défini comme un fait qui advient et qui a pour caractéristique de produire une rupture dans le cours des choses (Bensa, Fassin, 2002 ; Bertrand, 2010). La plupart de ceux considérés par des sociologues ont une durée plutôt courte, comme la fermeture d’une entreprise (Mazade, 2011) au niveau individuel, ou des attentats (Bensa, Fassin, 2002) au niveau collectif. Leurs effets sur les parcours biographiques varient selon la manière dont les acteurs s’adaptent à la rupture produite immédiatement par l’événement ou à ses conséquences postérieures. La pandémie, cependant, est un événement qui se déploie dans un temps plus long. D’abord événement sanitaire local, le Covid-19 a pris une ampleur internationale à mesure de sa propagation. Affectant toutes les dimensions de la vie sociale, les mesures exceptionnelles prises presque simultanément dans plusieurs pays l’ont transformé en un événement historique. En cours au moment de la rédaction de l’article, cet événement est un processus dont les bornes temporelles ne sont pas encore nettes.

15Il est marqué par l’imprévisibilité, celle de sa survenue et de sa résolution. Or, la situation de crise résultant de cette double imprévisibilité est propice à des bifurcations dans les parcours biographiques (Grossetti, 2006). Type de changement particulier dans les parcours, une bifurcation se caractérise par un changement d’ampleur dans la direction prise, qui n’était pas prévisible et qui est relativement irréversible (Bidart, 2006 ; Grossetti, 2006). En modifiant fortement le contexte dans lequel les acteurs agissent et se projettent, un événement recompose le champ des possibles d’une manière qui peut réorienter significativement un parcours biographique (Bidart, 2006, p. 32). C’est en particulier le cas lorsque le changement produit ne se limite pas à une des trajectoires du parcours, mais en déborde, entraînant d’autres trajectoires avec lui. Les parcours se composent en effet de multiples trajectoires, qui sont la représentation temporelle de chaque sphère de la vie (professionnelle, éducative, etc.) (Côté, 2013) et qui sont interreliées. Chacune est rythmée par des « événements et […] transitions qui […] indiquent un changement d’état, de statut ou de rôle » (Gherghel, 2015, p. 14). Certaines trajectoires peuvent être considérées comme principales, dans la mesure où elles solidarisent nécessairement plusieurs autres, comme la trajectoire professionnelle (Helardot, 2010). La « contamination » de multiples trajectoires sous l’effet d’un événement imprévu peut alors amplifier son effet dans le parcours jusqu’à imposer une réorientation générale du parcours biographique (Bidart, 2006). Par ailleurs, en modifiant les conditions dans lesquelles les personnes agissent et se projettent, l’événement peut ouvrir des voies non envisageables jusque-là (ibid.), à même de réorienter les aspirations et le parcours de manière plus ou moins rapide.

16L’événement historique qu’est la pandémie affecte deux sphères de vie centrales des travailleurs migrants temporaires de l’hôtellerie-restauration, les sphères professionnelle et migratoire. Ils disposent a priori de ressources limitées pour y faire face. En effet, leur statut de résidence leur offre une protection et des droits réduits par rapport à ceux dont bénéficient les résidents permanents et les citoyens canadiens, la distance du pays d’origine peut limiter l’accès à des ressources offertes par leur réseau social, et le caractère temporaire de leur statut migratoire pourrait les inciter à repartir dans leur pays d’origine pour mitiger les conséquences de l’événement. Ce contexte qui leur impose de prendre des décisions dans l’urgence est donc propice à une réorientation notable de leur parcours, ce que nous proposons d’examiner dans cet article.

Méthodologie

17Les données mobilisées ont été collectées dans le cadre d’un projet de recherche visant à comprendre de quelle manière le statut de résidence temporaire affecte les expériences migratoires et professionnelles des travailleurs migrants temporaires de l’hôtellerie-restauration au Québec. En 2019, vingt-trois entretiens qualitatifs semi-dirigés ont été menés avec des migrants détenant un permis de résidence temporaire et ayant une expérience récente de travail dans l’hôtellerie ou la restauration dans la ville de Québec. Nous les avons réinterrogés lors de la survenue du Covid-19, entre le 23 mars et le 16 avril 2020. Aux fins de cet article, quinze participants répondant simultanément à deux critères, soient être toujours présent au Québec en 2020 et avoir travaillé dans l’hôtellerie-restauration juste avant la pandémie, ont été retenus. Les huit autres avaient quitté le Québec ou ce secteur d’emploi dans les mois précédents, pour des raisons ne tenant pas au Covid-19.

18Lors des entretiens de 2019, les thèmes abordaient les trajectoires migratoires et professionnelles, l’expérience de travail dans le secteur de l’hôtellerie-restauration et de migration au Québec, et les projets migratoires futurs. La deuxième série d’entretien portait sur la manière dont la survenue de la pandémie affectait les participants. Ces derniers ont été invités à revenir sur ce qui avait changé dans leur parcours depuis le dernier entretien, avant d’évoquer l’impact actuel et anticipé de la pandémie sur leur emploi, leur logement, leur statut migratoire, leur situation financière, la situation de leurs proches, le soutien disponible et leurs plans pour l’avenir proche.

19L’échantillon se compose de sept femmes et huit hommes, ayant entre 24 et 34 ans en 2020. Sept proviennent de France, trois du Mexique et les cinq autres sont originaires du Brésil, de Colombie, de Tunisie, du Bangladesh et d’Italie. Douze travaillaient dans la restauration avant la pandémie (six au service et trois en cuisine) et trois dans l’hôtellerie (emplois d’administration et de réception). Au moment de l’événement, six des participants détenaient un permis d’études, quatre un visa relevant du PMI (deux permis post-diplôme et deux PVT) et trois avaient un permis de travail temporaire fermé (deux A75 et un PTET). Nous avons également retenu deux personnes qui détenaient la résidence permanente au moment de l’événement afin de mettre en évidence l’effet du caractère temporaire du statut de résidence.

Portrait des projets migratoires pré-pandémie

20Afin d’observer si l’événement produit une bifurcation dans les parcours, il importe d’examiner la direction prise par le projet migratoire des participants avant la pandémie. Bien que l’on ne puisse tenir pour acquis que la mobilité géographique constitue nécessairement l’aspiration principale de ces migrants, le projet migratoire est le support d’aspirations dans différentes sphères de vie qui guident les choix présents (Scheibelhofer, 2018). Le recours à cette notion permet « d’envisager un parcours migratoire comme une activité orientée, dont le sens n’est pas donné a priori, mais se constitue dans l’interaction avec l’environnement dans lequel se meut l’individu » (de Gourcy, 2013, p. 44).

21Il apparaît que si l’hôtellerie-restauration n’est pas un secteur de carrière pour tous, il contribue à la poursuite d’aspirations centrales. Ses caractéristiques le rendent particulièrement attrayant dans un contexte de migration temporaire. Il permet d’entrer rapidement sur le marché du travail (Cassel, Thulemark, Duncan, 2018), d’apprendre la langue du pays (Janta, Ladkin, Brown et al., 2011), ou de financer sa mobilité et ses études (Farrugia, Threadgold, Coffey, 2018) grâce à une compatibilité de rythmes temporels (Tsai, Collins, 2017). C’est également un secteur de carrière valorisant un mode de vie mobile (Adler, Adler, 1999). Ce choix peut cependant être contraint, par exemple par le manque de reconnaissance des diplômes (McDowell, Batnitzky, Dyer, 2009) ou l’horizon temporel imposé par un visa temporaire (Tsai, Collins, 2017).

  • 8 Tous les prénoms sont des pseudonymes.

22Avant la pandémie, les participants trouvaient dans l’hôtellerie-restauration des ressources pour s’insérer en emploi, financer la mobilité et les études ou encore, faire carrière. Lors de notre première rencontre, en 2019, six des quinze participants y envisageaient leur emploi de manière temporaire. C’est le cas de Giulia8, Italienne, qui a été réceptionniste d’un hôtel avec un PVT, et préposée à l’entretien avec un permis de touriste, et qui souhaite retrouver un poste à la réception pour demander la résidence permanente. Luis, un cuisinier mexicain avec un permis de travail fermé, y demeure également pour remplir les critères permettant d’obtenir la résidence permanente et souhaite changer de secteur ensuite. Enfin, pour Pierre, un Français en PVT, être serveur lui permet d’avoir du temps libre à dédier au développement de soi. Pour les étudiants internationaux qui ne suivent pas une formation dans ce secteur comme Sofia, Tunisienne, Adib, Bangladais et Pedro, Colombien, il constitue surtout une source de revenus non négligeable afin de poursuivre leur projet d’études.

23Les neuf autres participants souhaitent y faire carrière. Léo, Français qui travaille comme serveur dans un restaurant, étudie la gestion d’établissements de restauration, et Joao, étudiant brésilien, est en reconversion professionnelle pour devenir chef. Mariana, Mexicaine avec la résidence permanente, Julie, Française en PVT et Juan, Mexicain en permis post-diplôme, sont cuisiniers. Sandrine, qui détient la résidence permanente, est pâtissière. Deux autres font carrière au service, Ariane, Française en PVT et Timéo, Français d’outre-mer détenant un permis post-diplôme et une autre dans l’hôtellerie, Anaïs, assistante de direction française avec un permis de travail fermé.

24Les quinze participants sont arrivés au Québec entre 2013 et 2019, majoritairement pour étudier, travailler ou voyager. À ce moment-là, seuls cinq d’entre eux envisageaient une installation permanente : Julie et Ariane, arrivées avec leurs partenaires et un PVT en 2018, et trois étudiants, Joao, qui est accompagné de sa conjointe, et Juan et Pedro, qui poursuivent une maîtrise universitaire.

25Lorsque nous les avons rencontrés en 2019, plusieurs d’entre eux indiquaient que leurs intentions migratoires avaient changé depuis leur arrivée au Québec. Outre les cinq participants susmentionnés, deux souhaitaient également s’installer au Québec (Timéo et Giulia) alors que deux autres avaient déjà obtenu leur résidence permanente après plusieurs années en permis de travail fermé (Mariana et Sandrine). Enfin, les six autres participants exprimaient de l’incertitude quant à leur avenir migratoire, mais souhaitaient tout de même obtenir la résidence permanente afin d’avoir plus de choix relatifs au lieu d’installation. C’est le cas d’Anaïs, Sofia, Léo, Pierre, Adib et Luis. Si cette hésitation reflète le sentiment d’un « provisoire durable » (Sayad, 1999, p. 112), seul Pierre hésite entre rester au Québec ou rentrer dans son pays d’origine. Pour les autres, le doute oscille entre rester ou partir ailleurs et s’accompagne d’une nécessité : avoir le choix.

Conséquences de l’événement sur les trajectoires

26L’analyse révèle que bien que plusieurs sphères de vie soient affectées de manière synchrone par l’événement, il ne semble pas entraîner de changements simultanés ou en chaîne dans de multiples trajectoires.

Aucune déviation de la trajectoire migratoire

27Quels que soient leur statut de résidence ou leurs intentions relatives à une installation ou une mobilité future, tous les participants décident de demeurer au Québec en réaction à la pandémie. Assez curieusement, cette question ne s’est pas posée pour la majorité d’entre eux qui affirment catégoriquement qu’ils n’y ont « jamais » pensé, « à aucun moment ». Ils l’expliquent par des arguments subjectifs comme le sentiment d’être plus en sécurité au Québec, économiques, puisque les vols sont restreints et qu’un retour serait coûteux, mais aussi relationnels, beaucoup vivant avec leur conjoint, ou ayant des proches au Québec. Or, la décision de rester a des implications importantes sur la manière dont l’événement affecte leur parcours.

28D’une part, c’est une décision pratiquement irréversible à court terme, car la fermeture des frontières et la très forte réduction des vols commerciaux limitent les possibilités entre fin mars et fin mai 2020. Elle détermine le contexte dans lequel la pandémie sera vécue durant ces premiers mois.

29D’autre part, cette décision réduit le potentiel d’une bifurcation rapide pour celles et ceux qui sont dans une démarche d’installation. En effet, un départ temporaire aurait pu devenir permanent, les frontières canadiennes étant fermées aux résidents temporaires, le permis de résidence ayant pu expirer avant un retour, et l’incertitude sur la durée de la pandémie, inciter à réviser son projet migratoire. Cela les différencie des résidents permanents pouvant quitter le Canada temporairement sans prendre de risque concernant leur retour ou leur statut de résidence. Or, s’il concerne a priori principalement la trajectoire migratoire, le projet d’installation solidarise de nombreuses autres sphères de vie. Partir aurait alors signifié la réorientation de la trajectoire migratoire et des trajectoires en dépendant.

30Pour les participants qui n’envisageaient pas une installation, mais une mobilité future, un départ aurait a priori moins d’effet sur leurs parcours biographiques. Toutefois, comme l’exprime Sofia, sa survenue précoce par rapport aux intentions préalables pourrait avoir des conséquences notables. Bien qu’elle voudrait retourner en Tunisie temporairement pour aider ses parents, elle craint de ne pas pouvoir revenir au Québec, où elle aimerait faire un stage en août. Elle doit également renouveler son permis d’études pour obtenir son diplôme au printemps 2021. Face à l’incertitude, elle préfère rester :

Si je quitte le Canada, il y a des risques […] que je puisse pas revenir si je veux revenir tout de suite. Et il y a aussi l’histoire du visa, passeport, faudrait, pour le permis d’études, j’pense que c’est mieux que je reste ici pour l’avoir le plus rapidement possible. Après aussi, j’ai postulé pour un stage, qui aurait lieu à Montréal en août, mais si la situation continue, j’vais pas le faire. Donc, si je pars et que je dois revenir en août, je me dis, bon là « mai, juin, juillet », « tant qu’à ça, autant rester ».

31Ainsi, bien que l’installation dans le pays de migration ne soit pas forcément le projet poursuivi par Sofia, elle dépend de cette trajectoire pour poursuivre ses études. En outre, son permis de résidence détermine ses conditions de travail (vingt heures par semaine durant la session) et ses besoins financiers (frais de scolarité majorés), dont dépend également la poursuite du projet d’études en migration. Dans les parcours de résidents temporaires, la trajectoire migratoire est en effet fortement imbriquée avec d’autres trajectoires de vie, dans des conditions en partie définies par le type de statut migratoire détenu. Choisir de rester signifie donc à la fois maintenir la direction de sa trajectoire migratoire et de son parcours. Paradoxalement, l’immobilité garantit la poursuite du projet migratoire.

32Toutefois, ce choix demeure surprenant dans la mesure où, malgré une perte de salaire, plusieurs pensent n’avoir droit à aucun dispositif d’aide financière du fait de leur statut de résidence temporaire. Parmi les raisons avancées, le fait d’avoir « leur vie ici » revient constamment, que les participants soient dans une démarche d’installation ou non. Léo, un étudiant français qui a repris ses études en 2016 au Québec, est dans cette situation. Après l’obtention de son diplôme, il demeure dans la province avec un permis post-diplôme, mais apprend que ses expériences professionnelles ne le qualifient pas pour la résidence permanente, qu’il souhaite obtenir afin d’avoir l’option de rester. La formation en gestion d’établissements de restauration qu’il a commencée est cependant temporairement suspendue à la mi-mars et il est mis à pied de son emploi de serveur. À la question de savoir s’il a pensé partir en raison du Covid-19, il répond :

Non. Ailleurs pour aller où t’sais ? En France, c’est sûr que j’aurais aimé qu’il y ait ma famille avec moi ! C’est sûr que c’est moins difficile, t’sais, t’es moins tout seul, t’es moins… Mais honnêtement, être enfermé avec mon père et ma belle-mère […] pendant deux mois… […] pour aller où ? Pour aller dans… Dans un pays où y a moins le Covid qu’au Canada ? Eh, j’suis pas… Moi je suis mieux ici ! T’sais j’suis dans mon petit appartement, j’ai mes amis à côté, j’ai mes habitudes de vie, j’ai l’école qui va reprendre… T’sais je suis pas malheureux là. Pas très heureux, mais je suis pas malheureux. (Léo, 28 mars 2020)

33Cet extrait précise ce que signifie « avoir sa vie ici » : non pas forcément l’intention de faire sa vie au Québec, mais la présence d’un réseau amical, d’un logement, d’« habitudes ». Ces dernières traduisent des formes d’installation dans la mobilité temporaire par des pratiques quotidiennes, qui sont vues comme des ressources préférables à celles offertes par un retour.

34Il souligne également que le choix de rester se justifie par la dimension internationale de cet événement. Tous les pays d’origine des participants sont affectés par le Covid-19 et la fermeture de nombreuses frontières réduit les options de fuite. Comparant la gestion de la pandémie au Québec avec celle de leur pays d’origine, les participants estiment être plus en sécurité sanitaire et économique au Québec. La mobilité géographique ne leur apparaît donc pas comme une stratégie profitable pour mitiger les conséquences de l’événement.

Changements limités dans la trajectoire professionnelle

35La plupart des établissements hôteliers et de restauration dans lesquels travaillent les participants ayant fermé leurs portes plusieurs jours avant l’annonce de la fermeture des entreprises et commerces non essentiels, tous les participants sont mis à pied de leur emploi principal entre le 11 et le 23 mars 2020, hormis Sandrine, en congé de maternité depuis décembre 2019. Ces mises à pied ne constituent cependant pas des licenciements, mais des suspensions temporaires du contrat de travail. Pour chaque participant, le lien d’emploi est maintenu ; il n’y a pas de rupture dans la trajectoire professionnelle. La mise à pied occasionne toutefois une perte de salaire, non compensée par un revenu ou une aide financière gouvernementale, dont les dispositifs sont encore en création. Au moment de l’entretien, neuf des participants attendent chez eux sans envisager de modifier leur situation professionnelle, tandis que trois cherchent un emploi et trois en occupent un.

36Pour ceux qui demeurent chez eux sans chercher d’emploi, l’heure est à l’attente et, tous considèrent cet arrêt comme temporaire.

  • 9 Les frais pour un candidat à la résidence permanente via le Programme des travailleurs qualifiés du (...)

37Parmi les trois qui cherchent un emploi, Timéo, au Québec depuis 2013, a commencé à travailler dans la restauration parallèlement à ses études. Il a depuis obtenu son diplôme, un permis de travail post-diplôme et souhaite demander la résidence permanente, une fois qu’il en aura les moyens financiers9. En mars 2020, il rentre tout juste d’un séjour dans sa famille et cumule deux emplois comme serveur afin de rembourser ses dettes. Mis à pied dans chacun d’entre eux, il se trouve dans une situation financière précaire qui le pousse à chercher un emploi dans une épicerie. Giulia est dans une situation similaire. N’ayant pu obtenir de permis de travail fermé avec l’hôtel où elle était réceptionniste pour prolonger son séjour au Québec, elle est restée avec un visa de touriste et a travaillé de manière non déclarée comme préposée à l’entretien en 2019. À la fin de l’année, elle obtient un permis d’études pour une formation courte au Québec. Son permis ne lui permet pas de travailler avant le début de sa formation, donc elle part en vacances dans sa famille. La situation change très rapidement à son retour : quarantaine, études suspendues, embauche annulée. Endettée, inadmissible aux aides financières et sans emploi, elle cherche du travail dans la grande distribution pour financer ses études. Enfin, Juan est contraint de travailler à temps plein pour permettre le renouvellement du permis de travail ouvert de sa conjointe, qui dépend du sien. Ayant perdu son emploi dans la restauration en mars 2020, il postule comme cuisinier dans des résidences pour personnes âgées. La situation précaire des participants, qui les pousse à chercher du travail, semble résulter en partie du permis de résidence et de la manière dont il contraint leurs choix. Si ces trois participants trouvent un emploi dans les domaines recherchés, cela ne constituera cependant pas forcément un changement majeur dans le déroulement de leur trajectoire professionnelle. En effet, Timéo a déjà travaillé dans une épicerie et envisage ce changement comme temporaire, Giulia, principalement engagée dans la sphère éducative, se préoccupe peu de son secteur d’emploi, et Juan cherche un emploi similaire à celui qu’il occupait auparavant.

38Parmi les participants qui étaient en emploi au moment de l’entrevue, deux en détenaient déjà un second avant le début de la pandémie. Celui-ci appartenant à un secteur considéré comme essentiel lors de la « mise sur pause » du Québec, ils continuent d’y travailler. Ainsi, contrairement à ce que l’on aurait pu imaginer, Sofia, qui travaillait à côté de ses études dans un emploi pour l’université et un autre dans l’hôtellerie, est mise à pied du premier, mais voit ses heures augmenter dans le second. Pierre, lui, travaille depuis son arrivée en 2018 comme serveur dans la restauration. Quelques mois avant la pandémie, il a décidé de compléter son salaire par un emploi de serveur dans une résidence pour personnes âgées, qui devient son secteur d’emploi principal lorsque le restaurant ferme. Enfin, Joao a rapidement trouvé un nouvel emploi de cuisinier dans la grande distribution après sa mise à pied, contraint par sa situation financière. En effet, lorsque la pandémie frappe, il revient de deux semaines au Brésil et doit se placer en quarantaine au lieu de reprendre son emploi. À cela s’ajoute sa mise à pied, celle de son épouse, et l’impossibilité d’accéder à leur épargne demeurée au Brésil du fait d’un taux de change défavorable. Ces modifications dans leurs sphères professionnelles sont cependant limitées : tous trois envisagent ces emplois comme temporaires, Pierre et Sofia demeurent dans l’un de leurs secteurs d’emploi précédent, et Joao occupe un poste identique à celui détenu auparavant.

39En somme, les premiers temps de la pandémie au Québec ne réorientent pas substantiellement les trajectoires de vie des participants, produisant seulement des adaptations limitées.

Aspirations et événement : l’impossible examen

40Bien que l’événement modifie le contexte dans lequel se projettent les participants, ses caractéristiques les empêchent, à ce stade, de réévaluer leurs aspirations.

Persistance des aspirations

41Au moment de l’entretien, la majorité des participants, douze, souhaite poursuivre la voie professionnelle, migratoire, éducative ou relationnelle entamée, « même après la crise ».

42La fermeture des frontières et la réduction des vols internationaux ne sont pas évoquées, reflétant le fait que ce n’est pas une source de préoccupation. Ils estiment toutefois que la sortie de crise va être longue pour l’hôtellerie-restauration. Cela suscite de l’anxiété chez quelques participants, qui évitent explicitement de se projeter. Seule Anaïs se demande si son projet d’ouvrir un hôtel dans plusieurs années est viable. Aucun autre participant, qu’il fasse carrière dans ce secteur ou le mobilise temporairement, n’envisage de modifier ses projets professionnels immédiats ou à long terme.

43Joao estime que l’emploi de cuisinier dans la grande distribution qu’il vient de trouver lui ouvre une « deuxième fenêtre ». Celle-ci se limite toutefois à l’apprentissage de nouvelles techniques de cuisine dans un nouveau secteur d’emploi, sans altérer la poursuite de son projet d’ouvrir un restaurant. Ce qui est exprimé comme un changement d’ampleur semble assez limité à l’échelle de sa trajectoire professionnelle comme de son parcours.

44Sofia et Anaïs expriment des doutes quant au choix de s’installer ou non au Canada. Anaïs a choisi de faire carrière dans l’hôtellerie pour pouvoir voyager. Après plusieurs expériences en France et à l’étranger, elle est arrivée au Québec en 2016 avec un PVT. Elle y travaille depuis comme assistante de direction dans un hôtel et attend la résidence permanente. En entretien, elle évoque sa forte hésitation entre rester au Canada et partir ailleurs, réactivée par le sentiment d’être immobilisée chez elle. Sofia, Tunisienne, est arrivée au Québec en 2015, pour suivre son conjoint, et y a recommencé des études. Son séjour a été ponctué de plusieurs difficultés relationnelles, professionnelles, financières et de santé.

Quand je vois la façon dont ils gèrent la crise, je me dis « ah, finalement, le Canada, c’est bien ! C’est peut-être un endroit bien pour s’établir plus tard ! » Tu sais, ça a peut-être changé, ma perception de « est-ce que je veux m’établir de façon permanente après mes études ici ? » D’un autre côté, quand je vois l’individualisme qui règne dans certains niveaux, quand je vois la montée de la xénophobie ou de commentaires racistes des journaux locaux, la radio […] je me dis « wow ». C’est difficile de se dire… « Ouais, j’veux vivre ici, mais je serai toujours l’étrangère. » (Sofia, 26 mars 2020)

45La comparaison de la gestion de la pandémie par rapport à d’autres endroits lui donne le sentiment que le Canada est un lieu accueillant, mais elle contraste cet argument avec l’observation de la hausse du racisme anti-asiatique vécu par certains de ses proches depuis quelques mois, qui la renvoie au racisme dont elle a elle-même fait l’expérience. Les doutes exprimés par Sofia et Anaïs étaient pourtant déjà présents en 2019. Si la situation les incite à se questionner à nouveau, elle n’ouvre pas encore de nouvelles voies ni ne fait pencher la balance vers un choix plutôt qu’un autre.

Nature de l’événement et impossibilité de se projeter

46Le fait que les participants ne remettent pas en cause leurs aspirations malgré la profonde transformation du contexte dans lequel ils se projettent résulte de l’absence de modification significative dans leurs trajectoires, mais aussi du fait que l’événement est majeur, inédit et à durée indéterminée, ce qui produit un cumul d’incertitudes à l’effet sidérant.

47Les mesures prises en mars 2020 en réponse à la pandémie bouleversent les repères individuels et collectifs d’une manière inimaginable. Les participants évoquent tous une succession de changements rapides, multiples et cumulés : la mise en place de procédures sanitaires au travail, la fermeture soudaine du lieu d’emploi et d’études, le départ précipité de proches en visite. Ils sont suivis par l’immobilisation chez soi ou la poursuite d’un emploi dans des conditions hors de l’ordinaire. La pandémie est omniprésente dans les médias, sur les réseaux sociaux, dans les conversations avec les proches, se manifestant quotidiennement par les points de presse des gouvernements canadien et québécois. Ce climat suscite de la peur, celle de la contamination pour les participants eux-mêmes, pour leurs proches au Québec et ailleurs, pour leur situation présente et future. Ils évoquent tous le caractère exceptionnel de la situation, qu’ils qualifient de « crise ». Lors des entretiens, le pays est en suspens et les participants sont dans l’attente. Dans cette situation, tous éprouvent de multiples formes d’incertitudes qui se mêlent à « l’incertitude radicale » provoquée par le confinement (Gaille, Terral, Askenazy et al., 2020, p. 14).

48Cette incertitude porte d’abord sur leur situation à court terme dans les sphères financière et migratoire. Leur situation financière, dont la solvabilité dépend souvent de la réception d’un soutien externe, fait l’objet de fortes préoccupations. Cela résulte notamment de leur statut de résident temporaire, qui rend incertain leur droit à des aides financières. Cette catégorie de résidents est en effet peu évoquée dans les annonces relatives aux dispositifs d’aide financière et les employeurs, les associations communautaires spécialisées dans les services aux migrants ou encore les services gouvernementaux, vers lesquels les participants se tournent, n’en savent pas plus. Par ailleurs, plusieurs doivent renouveler leur permis de résidence ou en changer dans les mois à venir, et sont dans l’impossibilité de poursuivre ou lancer les démarches à cause de la fermeture ou du passage en télétravail de multiples organisations dont ils dépendent pour ce faire.

49À moyen terme, ce sentiment porte sur l’après-confinement. Les participants se demandent dans quelle mesure la situation de crise modifiera leur situation : sera-t-il possible de payer les frais de scolarité, de travailler durant l’été, de visiter ses proches à l’étranger et de revenir au Canada ? La fermeture des bureaux d’immigration allongera-t-elle les délais de traitement de dossiers et avec quelles conséquences ?

50À court comme à moyen terme, l’incertitude ressentie est profondément liée à la précarité engendrée par le statut de résidence temporaire détenu, qui fragilise leurs conditions de séjour, la poursuite de leur projet migratoire et toutes les sphères de vie qui en dépendent.

51L’événement produit une « rupture d’intelligibilité » (Bensa, Fassin, 2002). Elle résulte de l’ampleur sidérante de l’événement, qui réduit drastiquement l’horizon temporel. La capacité à prendre la mesure de la situation pour réorienter son parcours est bloquée, entraînant un cumul d’incertitudes. L’impossibilité à interpréter l’événement provient en outre de son caractère exceptionnel. Les pandémies sont en effet rares et les formes qu’elles prennent, uniques. Il n’existe pas de dispositifs institutionnels éprouvés ou de modèles partagés qui permettraient de prévoir les issues possibles, contribuant à cette difficulté de représentation et donc d’anticipation. Seules sont envisageables des actions d’adaptation pour maintenir la direction du parcours.

Temporalités de l’événement et des parcours : risques de bifurcations

52L’analyse de la relation entre événement historique et parcours biographique suggère que la durée même de cet événement, combinée à la configuration des parcours au moment de sa survenue, peut entraîner des bifurcations. Elle souligne la centralité de la trajectoire migratoire dans le parcours de résident temporaire et la précarité engendrée par leur statut de résidence.

Timing et « contaminations » des trajectoires

  • 10 Les compétences en matière migratoire sont partagées entre les niveaux fédéral et provincial. Ce de (...)

53Si la situation de pandémie frappe simultanément les participants, son timing dans les parcours pose des risques différenciés, comme le montrent les cas de Julie, d’Ariane et de Sandrine. Julie, Française de 34 ans, diplômée d’un CAP pâtisserie, a longtemps occupé un emploi non qualifié dans un autre secteur d’emploi. En 2018, elle vient s’installer au Québec avec sa conjointe avec un PVT. Alors qu’elle cherchait un emploi alimentaire, elle est embauchée comme commis dans un restaurant, puis promue cheffe. Elle achète une maison et prépare une demande de certificat de sélection du Québec (CSQ), pour obtenir la résidence permanente10. Le CSQ lui permettrait également de demander un permis de travail fermé (A75), requérant moins de démarches et de coûts à son employeur que l’autre permis de travail fermé qu’il pourrait lui octroyer, le PTET. Le test de français qu’elle doit passer début janvier 2020 pour le CSQ est toutefois repoussé, puis annulé avec le confinement, alors que son visa arrive à échéance en juin 2020. En outre, sa relation avec son employeur s’est dégradée et elle songe à changer d’emploi. Cette démarche, difficile du fait des coûts du recrutement avec un PTET, est rendue quasiment impossible par la fermeture des restaurants. Elle est préoccupée :

Ce qui me fait peur c’est qu’on a tout qui arrive à échéance là. […] C’est juste, ça tombe juste mal là ! (Julie, 31 mars 2020)

54À l’inverse, Ariane estime avoir de la chance, car si l’événement était survenu quelques mois plus tôt, sa situation aurait été bien plus compliquée. Le parcours de cette Française de 31 ans a bifurqué lorsqu’elle est partie en Nouvelle-Zélande après l’obtention d’une licence en sciences humaines. Ce séjour de trois mois s’est transformé en années, au cours desquelles elle a entamé une carrière de serveuse. Après avoir vécu dans différents pays, elle se rend au Québec avec son conjoint et un PVT en 2017 pour s’y installer. Lorsque la pandémie survient, elle vient d’obtenir le CSQ, un permis de travail fermé avec le restaurant qui l’emploie, et leur demande de résidence permanente a été envoyée :

On a de la chance dans notre malheur. Au final, on se dit que… on est heureux d’être, de plus être PVTistes, si on était PVTistes, la situation serait bien, bien différente, et bien plus catastrophique que ça ! Même si on aurait eu d’l’argent de côté pareil ! On en avait même encore plus, encore y a six mois, si on n’avait pas fait la résidence permanente […] Mais j’me dis, y a des gens, là qui doivent être dans une galère là, j’vois des messages passer… Des gens qui s’en sortent pas ! Parce qu’ils auront pas l’bon chômage, parce qu’ils auront le droit à rien, ils sont en fin de visa […] on est bien lotis, et on a tout ce qui faut […] Tout va bien. Dans le meilleur des mondes. (Ariane, 24 mars 2021)

55La situation de ces deux participantes illustre la différence dans la manière dont l’événement affecte les parcours selon le moment de sa survenue dans la trajectoire administrative, ainsi que le rôle central que joue la trajectoire migratoire dans leur parcours de vie. Leurs situations sont en effet similaires, mais à la différence de Julie, Ariane vient d’obtenir un permis de résidence temporaire valide pour deux ans, et a demandé la résidence permanente. Sa situation est, au moins à moyen terme, stable. Si elle échoue à obtenir un nouveau permis de résidence à temps, Julie risque de devoir quitter le Québec, où elle a commencé une nouvelle carrière professionnelle, acquis une maison et est investie émotionnellement avec sa conjointe. La poursuite du parcours dans lequel elle est engagée tient à un fil.

56Cette question du timing dans la trajectoire migratoire souligne la précarité produite par le statut de résidence temporaire. Les participants sont en effet dans l’impossibilité d’agir dans le contexte de fermeture des bureaux dont dépend leur demande. Les choix possibles sont réduits, comparativement à la sphère professionnelle où il demeure possible de trouver un emploi.

57Sandrine, qui a obtenu la résidence permanente avec son conjoint et leur enfant fin 2019, après plusieurs années d’attente, exprime combien ce changement de statut de résidence retire une couche d’incertitude :

Ben on a eu de la chance d’avoir eu notre résidence qui est tombée juste avant ! Parce que pour les résidents temporaires, je sais pas comment ça va se passer ! […] Pour nous les choses sont arrivées un peu au bon moment au final. […] Ça enlève pas mal un poids. (Sandrine, 24 mars 2020)

58Ces différents cas illustrent le risque supplémentaire de bifurcation qu’entraînent les permis de résidence temporaire, dont seul le bon timing de l’événement protège.

Durée de l’événement et risques de bifurcations

59La plupart des participants précisent « qu’il ne faut pas que la crise dure ». Par « la crise », ils entendent une situation identique à celle vécue au moment de l’entretien, composée de la pandémie, de la fermeture quasi généralisée des lieux d’emplois et l’absence de certitude relative aux aides financières. En effet, cette situation spécifique est porteuse de risques que la durée même de l’événement peut activer.

60Premièrement, les ressources financières pourraient ne pas être suffisantes dans la durée. Si la possession d’épargne permet d’amortir le choc entre fin mars et début avril 2020, la plupart estiment que leur situation financière se détériorera si la situation perdure, ce qui pourrait les inciter à adopter des stratégies alternatives. Face à cela, tous ne font pas face aux mêmes contraintes. Alors que la détention d’un permis de travail fermé ne semble pas être une source d’inquiétude au moment des entretiens, cela pourrait changer. Les détenteurs n’ont en effet pas le droit de cumuler deux emplois, il est complexe d’en changer et leur droit de séjour est conditionné au travail chez un employeur désigné. Les adaptations possibles sont limitées, et l’interdépendance des trajectoires que peut produire le statut de résidence pose un danger de contamination.

61Deuxièmement, la durée de l’événement risque d’activer de nouveaux risques. Ainsi, le fait de ne pas pouvoir travailler dans le secteur de l’hôtellerie-restauration durant la saison estivale pourrait empêcher des étudiants internationaux d’épargner pour poursuivre leurs études. Par ailleurs, les visas de plusieurs participants qui souhaitent rester à moyen ou long terme arrivent à échéance entre les mois de juin et septembre 2020 mais leur renouvellement ou changement de permis sont compromis à cause du confinement. Ils pourraient se retrouver face à un choix binaire : partir ou demeurer au Québec sans statut de résidence.

62Troisièmement, les changements provoqués par la pandémie en ces premiers mois pourraient avoir des répercussions à plus long terme dans les parcours, après que l’événement a pris fin. Des participants craignent que les délais d’octroi de la résidence permanente soient allongés, prolongeant leur séjour avec un statut précaire et le risque de prises de décisions indésirées. La durée de cette crise pourrait également transformer des choix temporaires en des réorientations durables. Qu’elles consistent en un changement d’emploi ou non, les décisions relatives à la trajectoire professionnelle ne visaient pas à la réorienter, mais au contraire à maintenir les conditions qui rendent possibles les aspirations poursuivies par les participants dans différentes sphères. Ils résistent, par le changement ou par l’acceptation « passive », au risque de bifurcation future posé par l’événement, afin d’assurer une continuité du parcours (Hélardot, 2009). Or, ce maintien requiert des petites déviations : trouver un emploi temporaire ou mobiliser ses économies à une fin imprévue. Cela pourrait imposer de prendre des décisions pour le moment inimaginables avec des conséquences inattendues.

63À mesure que l’événement se déploie, il produit de nouveaux risques à court ou plus long terme, résultant du temps passé dans une situation défavorable et de la déplétion ou l’inaccessibilité des ressources susceptibles de maintenir la direction du parcours dans ce contexte.

Conclusion

64L’analyse proposée contribue à la compréhension de la relation entre événement historique et parcours biographique d’une manière singulière. Elle a été faite alors même que l’événement se déroulait, ce qui nous a conduits à interpréter ses conséquences immédiates dans les parcours des participants et à formuler des hypothèses sur ses conséquences possibles à partir de l’état d’esprit des participants durant l’événement et non d’une réinterprétation a posteriori.

65Produisant une rupture profonde avec le cours normal des choses, l’événement historique qu’est la pandémie semblait pouvoir constituer une « période critique » (Bidart, 2006, p. 40) à même de réorienter les parcours. Ce n’est pas le cas pour les participants : les changements dans leur sphère professionnelle ne débordent pas dans d’autres trajectoires, son effet sidérant empêche de réévaluer ses projets, et la trajectoire migratoire n’est pas affectée. Dans ces parcours mobiles confrontés à un événement historique, l’immobilité est le garant du maintien du projet migratoire.

66Le choix de rester apparaît primordial pour empêcher une bifurcation immédiate, révélant la centralité de leur trajectoire migratoire, quelles que soient leurs intentions résidentielles futures. Support de leurs aspirations, elle est fortement solidarisée avec plusieurs de leurs trajectoires de vie. Toutefois, cette centralité n’est pas absolue. Pour les participants, elle dépend de leurs aspirations, mais aussi de la durée de la séquence migratoire permettant de réaliser ces aspirations. Ainsi, le risque ne serait pas tant le départ en soi que sa précocité relative.

67L’événement historique ne produit donc pas d’événement immédiat dans les parcours, éliminant l’un des ingrédients d’une bifurcation. Si son écho produit des effets dans un temps indéterminé, nous suggérons que ses différentes temporalités et leur articulation avec celle des biographies sont en elles-mêmes porteuses de risques de bifurcation

68Ainsi, l’adaptation à court terme pourrait ne pas suffire pour « [réinscrire l’événement] dans la trame routinière de l’existence » (Bessin, Bidart, Grossetti, 2010, p. 30). À mesure que l’événement historique se déploie, son articulation avec les parcours biographiques change, et avec elle, le risque qu’il les réoriente. Cette durée réduit les bricolages possibles pour maintenir l’orientation de son parcours face à la pression exercée. Elle a également le potentiel d’activer en différé de nouveaux événements individuels, selon son articulation avec les temporalités biographiques, de compliquer ou d’empêcher le déroulement de projets dont dépend le parcours à court ou moyen terme, et d’imposer une réévaluation des aspirations. La configuration des parcours au moment de sa survenue détermine donc les ressources disponibles et les contraintes qui modulent la manière dont les personnes peuvent s’adapter à l’événement. Les migrants avec un statut de résidence temporaire y sont particulièrement vulnérables, du fait du caractère même de leur statut qui impose une contrainte temporelle et de l’interdépendance que le statut peut accentuer entre les trajectoires. Dans la mesure où il impose de s’adapter dans un contexte radicalement transformé, l’événement agit comme un amplificateur de la précarité produite par ce statut.

Haut de page

Bibliographie

Adler P.A., Adler P., 1999. “Resort workers: adaptations in the leisure-work nexus”, Sociological Perspectives 42(3), p. 369-402.

Bélanger D., Candiz G., 2015. « Fraises douces amères : territoire et précarité chez les travailleurs agricoles migrants de la région de Québec », Cahiers de géographie du Québec 59(166), p. 7-28.

Bélanger D., Ouellet M., Fleury C., 2019. « Les travailleurs temporaires étrangers au Québec. Quels avantages pour les travailleurs qualifiés ? », Diversité urbaine 19, p. 49-69.

Bensa A., Fassin E., 2002. « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain 38, p. 5-20.

Bertrand M., 2010. « “Penser l’événement” en histoire. Perspectives et limites d’un retour en grâce », in Bessin M., Bidart C., Grossetti M. (dir.), Bifurcations : les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, La Découverte, p. 36-50.

Bidart C., 2006. « Crises, décisions et temporalités : autour des bifurcations biographiques », Cahiers internationaux de sociologie 1(120), p. 29-57.

Bessin M., Bidart C., Grossetti M., 2010. « Les bifurcations, un état de la question en sociologie », in Bessin M., Bidart C., Grossetti M. (dir.), Bifurcations : les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, La Découverte, p. 23-35.

Cassel S.H., Thulemark M., Duncan T., 2018. “Career paths and mobility in the Swedish hospitality sector”, Tourism Geographies 20(1), p. 29-48.

Cloutier-Villeneuve L., 2020. « Marché du travail : effet de la Covid-19 sur les variations de l’emploi dans les industries du Québec », Marché du travail et Rémunération 20, p. 1-6.

Connor P., 2020. “More than nine-in-ten people worldwide live in countries with travel restrictions amid Covid-19”, Pew Research Center.

Côté N., 2013. Rapport au travail, mobilité professionnelle et parcours de vie : le cas de jeunes infirmières et infirmières auxiliaires d’un centre de santé et de services sociaux, doctorat en sciences humaines appliquées, université de Montréal.

Duprat-Kushtanina V., Vapné L., 2015. « “De drôles d’années”. Les événements de la période transitionnelle (1985-1993) au prisme de deux corpus de récits de vie », Temporalités 22. URL : https://journals.openedition.org/temporalites/3170

Farrugia D., Threadgold S., Coffey J., 2018. “Young subjectivities and affective labour in the service economy”, Journal of youth studies 21(3), p. 272-287.

Gaille M., Terral P., Askenazy P., Aubry R., Bergeron H. et al., 2020. « Les sciences humaines et sociales face à la première vague de la pandémie de Covid-19. Enjeux et formes de la recherche », université Toulouse III – Paul Sabatier, Centre national de la recherche scientifique.

Gherghel A., 2015. La théorie du parcours de vie. Une approche interdisciplinaire dans l’étude des familles, 2e édition, Les Presses de l’université Laval.

Goldring L., Berinstein C., Bernhard J.K., 2009. “Institutionalizing precarious migratory status in Canada”, Citizenship Studies 13(3), p. 239-265.

Goldring L., Landolt P., 2011. “Caught in the work-citizenship matrix: the lasting effects of precarious legal status on work for Toronto immigrants”, Globalizations 8(3), p. 325-341.

Gourcy C. de, 2013. « Partir, rester, habiter : le projet migratoire dans la littérature exilaire », Revue européenne des migrations internationales 29(4), p. 43-57.

Grossetti M., 2006. « L’imprévisibilité dans les parcours sociaux », Cahiers internationaux de sociologie 1(120), p. 5-28.

Heinz W.R., Krüger H., 2001. “Life course innovations and challenges for social research”, Current Sociology 49(2), p. 29-45.

Hélardot V., 2010. « Vouloir ce qui arrive ? Les bifurcations biographiques entre logiques structurelles et choix individuels », in Bessin M., Bidart C., Grossetti M. (dir.), Bifurcations : les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, La Découverte, p. 160-167.

Janta H., Ladkin A., Brown L., Lugosi P., 2011. “Employment experiences of Polish migrant workers in the UK hospitality sector”, Tourism Management 32(5), p. 1006-1019.

Laperrière È., Messing K., Bourbonnais R., 2010. « “Pour être serveuse, tu dois avoir toute ta tête” : efforts et reconnaissance dans le service de table au Québec », Travailler 1(23), p. 27-57.

Lu Y., 2020. « Répartition des travailleurs étrangers temporaires dans les industries au Canada », 45280001, Canada, Statistique Canada.

Lu Y., Hou F., 2019. « Temporary foreign workers in the Canadian labour force: open versus employer-specific work permits », Economic Insights 102, Statistique Canada.

Mazade O., 2011. « La crise dans les parcours biographiques : un régime temporel spécifique ? », Temporalités 13. URL : https://journals.openedition.org/temporalites/1472

McDowell L., Batnitzky A., Dyer S., 2009. « Division, segmentation, and interpellation: the embodied labors of migrant workers in a greater London Hotel », Economic Geography 83(1), p. 1-25.

Pellerin H., 2011. « De la migration à la mobilité : changement de paradigme dans la gestion migratoire. Le cas du Canada », Revue européenne des migrations internationales 27(2), p. 57-75.

Rajkumar D., Berkowitz L., Vosko L.F., Preston V., Latham R., 2012. “At the temporary-permanent divide: how Canada produces temporariness and makes citizens through its security, work, and settlement policies”, Citizenship Studies 16(3-4), p. 483-510.

Sayad A., 1999. La double absence : des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, Paris, Le Seuil.

Scheibelhofer E., 2018. “Shifting migration aspirations in second modernity”, Journal of ethnic and migration studies 44(6), p. 999-1014.

Seifert A.M., Messing K., 2006. “Cleaning up after globalization: an ergonomic analysis of work activity of hotel cleaners”, Antipode 38(3), p. 557-578.

Statistique Canada, 2020a. « Voyages entre le Canada et les autres pays, mars 2020 », Le Quotidien, Composante du produit no 11-001-X au catalogue de Statistique Canada.

Statistique Canada, 2020b. « Voyages entre le Canada et les autres pays, avril 2020 », Le Quotidien, Composante du produit no 11-001-X au catalogue de Statistique Canada.

Tsai L.L., Collins F.L., 2017. “Youth and mobility in working holidays: imagined freedoms and lived constraints in lives of Taiwanese working holidaymakers in New Zealand”, New Zealand Geographer 73(2), p. 129-140.

Waite L., 2009. “A place and space for a critical geography of precarity?”, Geography Compass 3(1), p. 412-433.

Haut de page

Notes

1 Au Québec, la mise à pied correspond à une suspension temporaire du contrat de travail, et non pas à un licenciement. Le lien d’emploi et la relation contractuelle demeurent maintenus.

2 Seule la citoyenneté accorde le droit de vote.

3 Cette présentation des différents programmes et visas temporaires se limite à ceux pertinents pour cet article.

4 Le permis de travail post-diplôme est un permis de travail ouvert destiné aux personnes ayant obtenu un diplôme au Canada, d’une durée variable selon le programme d’études. Il ne peut pas être prolongé.

5 Le PVT relève du Programme expérience internationale Canada, destiné à des jeunes de 30 à 35 ans et relevant d’accords bilatéraux. Ce permis de travail ouvert est non renouvelable.

6 Le permis « A75 » est un permis de travail fermé que peuvent obtenir des personnes en processus de demande de résidence permanente. Il faut qu’elles aient reçu le certificat de sélection du Québec (CSQ).

7 Elle demeure ouverte aux citoyens canadiens, aux membres de leur famille immédiate, aux résidents permanents et aux citoyens des États-Unis.

8 Tous les prénoms sont des pseudonymes.

9 Les frais pour un candidat à la résidence permanente via le Programme des travailleurs qualifiés du Québec s’élèvent à 1 325 $ CAN.

10 Les compétences en matière migratoire sont partagées entre les niveaux fédéral et provincial. Ce dernier sélectionne les candidats à la résidence permanente de la catégorie de l’immigration économique en leur délivrant un CSQ. Les candidats doivent ensuite demander la résidence permanente au fédéral.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Capucine Coustere, Charles Fleury et Danièle Bélanger, « Sur le fil : les parcours migratoires à l’épreuve de la crise du Covid-19 au Québec »Temporalités [En ligne], 34-35 | 2021, mis en ligne le 17 mars 2022, consulté le 30 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/9578 ; DOI : https://doi.org/10.4000/temporalites.9578

Haut de page

Auteurs

Capucine Coustere

Département de sociologie, Université Laval
capucine.coustere.1@ulaval.ca

Charles Fleury

Département des relations industrielles, Université Laval
charles.fleury@rlt.ulaval.ca

Danièle Bélanger

Département de géographie, Université Laval
daniele.belanger@ggr.ulaval.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search