Navigation – Plan du site

AccueilTemporalités34-35Temporalités en crise au fil des ...

Temporalités en crise au fil des saisons : une ethnographie participative de l’ordinaire et du domestique en temps confiné et reconfiné

Temporalities in crisis throughout the seasons: a participatory ethnography of the ordinary and the domestic in lockdown and reconfined time
Temporalidades en crisis al compás de las estaciones: una etnografía participativa de lo ordinario y lo doméstico en tiempos confinados y reconfinados
Delphine Burguet et Pierrine Didier

Résumés

À partir de la récolte de trames de carnets de confinement renseignées par des enquêté∙e∙s volontaires (projet « Récits confinés »), notre article questionne les représentations des temps et des espaces dans le contexte particulier des confinements du printemps et de l’automne 2020. Le confinement de mars 2020 a été caractérisé par une décélération des rythmes quotidiens avec la limitation des sorties, l’arrêt des déplacements pour se rendre au travail ou à l’école et une multiplicité des temps sociaux ramenée à la seule sphère domestique : temps professionnel, temps d’apprentissage, temps domestique, temps libre et ludique. Par une approche anthropologique et une sociologie de la vie quotidienne, notre article montre que le temps du confinement peut être perçu comme le temps de l’apaisement (loin des rythmes et des déplacements quotidiens parfois subis) mais également comme le temps des tensions, au sein d’un même foyer ou d’un même individu, selon les saisons. Le confinement amène à utiliser la temporalité de l’événement différemment : retourner dans le passé ; contempler le temps qui passe ; accélérer les actions quotidiennes ; reconfigurer les routines afin de « réussir » cette expérience sociale inédite. Le temps du confinement est celui de la rupture (des rythmes quotidiens et professionnels) qui annonce un renouveau, un temps contemplé avec profondeur, qui permet de « faire le point ».

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Le confinement a été annoncé par allocution du Président le 16 mars 2020 et le décret relatif aux r (...)

1Le confinement de mars 20201 a été caractérisé par une décélération des rythmes quotidiens avec la limitation des sorties et l’arrêt d’une grande partie des activités et des déplacements. La multiplicité des temps sociaux a été ramenée à la seule sphère domestique dans laquelle se condensent une multitude de temps : professionnel (avec la généralisation du télétravail), social, domestique, ou encore « libre ». La déclaration de l’état d’urgence sanitaire, l’annonce des restrictions et du confinement en France sont des événements qui ont forcé les individus à « vivre le temps réel », pas seulement le temps qui passe ou le temps individuel, mais « le temps de ce qui se passe » (Worms, 2021, p. 23), à savoir le temps de la pandémie. Les structures temporelles (Orlikowski, Yates, 2002) qui régulent les activités, les emplois du temps, la vie professionnelle ou sociale, ont été profondément marquées par cette mise à l’arrêt.

2Les annonces officielles des gouvernements sont venues dicter à la fois le temps mais également l’espace du confinement des populations. Le temps est alors conscientisé, ressenti et subi, la « pandémie agit davantage sur la perception du présent » (Levrini, Fantini, Barelli et al., 2021, p. 11). En France, les durées du confinement sont annoncées en trois phases : mi-mars, avec quinze jours de confinement strict ; fin mars, avec une prolongation de deux semaines de confinement ; mi-avril, avec une nouvelle prolongation d’un mois, jusqu’au 11 mai 2020. Les annonces progressives permettent de fixer des repères dans le temps. Il faut alors s’adapter, tenir, (sur)vivre dans un espace-temps modifié et changeant, provoquant, comme il a été possible d’en prendre la mesure avec des mois de recul, de la sidération, de l’incompréhension, de la dépression et des états d’angoisse2. Comme l’écrit Worms, « toute conscience explicitement temporelle est déjà une souffrance vitale » (Worms, 2021, p. 37). L’espace autorisé est quant à lui réduit au foyer, au « chez soi », à l’espace domestique. Les exceptions tolérées, sur attestation auto-générée, concernent les activités professionnelles dites « essentielles » comme l’achat de denrées alimentaires ou les sorties relatives à l’entretien personnel (sport, promenade) et/ou à celui des animaux de compagnie.

3L’enfermement (volontaire) à l’intérieur du domicile pour contrer une menace, ici sanitaire et au départ peu connue voire incomprise et contestée, est une situation exceptionnelle, inédite dans notre société qui a, dans le même temps, été globalisée à de nombreux autres pays voisins. Le confinement est aussi accompagné, en cas d’entorses aux règles édictées, de la menace de la punition, qu’elle soit sociale (avec les dénonciations du voisinage), policière (par le contrôle des forces de l’ordre et l’établissement d’amendes) ou encore sanitaire (avec la contamination redoutée par un virus dont les principes de transmission et les conséquences sanitaires restaient au départ assez méconnus). Devant ces menaces perçues, redoutées ou effectives, le confinement imposé a entraîné un repli forcé sur l’espace du foyer. Les conditions matérielles du confinement, mais aussi l’état sanitaire, socioéconomique, psychologique, social et familial des confiné∙e∙s ont impacté la façon dont la temporalité du confinement a été ressentie et vécue.

  • 3 Traduit de l’anglais par les autrices.

4Alors que le « monde public et social court aussi vite que possible pour contenir une catastrophe ; à l’intérieur, dans les lieux où le confinement a été mis en place, le monde privé et quotidien est aux prises avec une nouvelle forme de lenteur » (Levrini, Fantini, Barelli et al., 2021, p. 8). Dans ce « temps suspendu », nous assistons alors à la « recherche de nouveaux rituels, de nouvelles habitudes et de nouvelles priorités qui puissent normaliser et contrôler le temps de nos pratiques quotidiennes3 » (ibid.).

Problématique

5Dans cette situation de confinement, comment les structures temporelles du foyer, d’un ou plusieurs individus, ont-elles été adaptées à un espace clos et restreint et dans le « temps de l’incertitude permanente » (Worms, 2021, p. 78) ? De quelle façon ont été réinventés, définis et parfois comblés les différents temps mis à disposition par la situation ? Nous nous interrogerons sur la perception du chronos, le temps qui passe, le temps linéaire et le kairos, le temps opportun.

6De nombreuses activités ont dû cohabiter, trouver une place et une temporalité spécifiques dans le lieu confiné : le temps du (télé)travail, des repas, des loisirs, de l’école à la maison, des devoirs, des activités physiques, du week-end, des interactions sociales à distance (par Internet, téléphone, rencontres sur le palier, discussions à la fenêtre, applaudissements au balcon/fenêtre), mais également le temps imposé et limité à une heure, pour sortir. Les structures temporelles individuelles « créées et utilisées par les individus pour donner du rythme et de la forme à leurs pratiques de travail quotidiennes » (Orlikowski, Yates, 2002, p. 685) se sont superposées et ont dû coexister au sein d’un même espace-temps. Le temps du confinement peut être perçu comme le temps de l’apaisement (loin des rythmes et des déplacements quotidiens parfois subis) mais également comme le temps des tensions, au sein d’un même foyer ou d’un même individu.

7Notre approche repose en partie sur une sociologie de la vie quotidienne, qui a pour objet « les activités accomplies régulièrement, activités sociales mais personnellement réalisées du fait que le quotidien est éminemment structuré ou influencé par les symboles, mais aussi les tensions, les conflits sociaux, les idéologies, les changements, les crises et qu’il articule finalement le vécu et l’institué » (Juan, 2015). Comme le souligne Javeau (2003, p. 36), cette approche prend en considération le domaine du conjoncturel, du circonstanciel, « dans lequel l’existence quotidienne se déploie en temps ordinaire – et le temps ordinaire est évidemment le temps majoritaire ». Cependant, il est intéressant de considérer le temps domestique, ordinaire, à l’aune de l’extraordinaire de la crise sanitaire. À ce propos, Javeau poursuit son raisonnement : « Encore que les concepts qu’elle introduit [l’existence quotidienne] pourraient très bien servir à rendre compte de l’existence quotidienne en temps “extraordinaire” : guerres, révolutions, catastrophes naturelles, etc. » (ibid.).

8Cet article explore la question des relations sociales selon des temporalités multiples et des modalités de confinements spécifiques : au printemps et à l’automne 2020. La récolte des données au cours des deux périodes de confinement permet de comprendre l’évolution des rapports aux temps, sur la durée, de l’événement qu’est le confinement en temps de crise sanitaire. Dans une première partie, nous analyserons des récits traitant de la multiplicité des temps sociaux où sont (re)configurés les temps de travail, d’apprentissage, de loisirs, etc. Dans une deuxième partie, nous montrerons comment le confinement amène à revoir et à utiliser la temporalité de l’événement, en le comblant et en retournant dans le passé, alors même que l’événement rompt avec lui. Enfin, dans une dernière partie, nous verrons que le temps de confinement est un temps de rupture qui annonce un renouveau, un temps contemplé avec profondeur, celui associé au dieu Kairos.

Méthodologie

  • 4 Le projet a été cofondé par Pierrine Didier, anthropologue et Laurent Gontier, artiste pluridiscipl (...)
  • 5 Une fois les trames réceptionnées et anonymisées avec le code personnel fourni par le∙a participant (...)
  • 6 Routine et vie quotidienne, alimentation, entretien du corps, hygiène et santé, activités à l’extér (...)
  • 7 Certaines questions spécifiques nous intéressent plus particulièrement dans cet article : « Avez-vo (...)

9Les données présentées et analysées dans cet article ont été récoltées dans le cadre du projet de recherche participative intitulé « Récits confinés ». Lancé dès la fin mars 20204, ce projet a pour objectif de recueillir des témoignages écrits qualitatifs suivant une trame suggérée, sur le vif et de façon régulière sur plusieurs semaines. L’objectif socio-anthropologique de ce projet est de comprendre les modifications de comportements et d’habitudes induites par l’annonce du confinement de mars 2020. La dimension historique du projet participe à la constitution des archives de demain, par la récolte des témoignages de l’ordinaire, de la vie quotidienne. Sur le site internet créé pour l’occasion (www.recitsconfines.net), chaque lundi et pendant quinze semaines, une « trame de questionnaire » a été mise à disposition des participant∙e∙s. Les volontaires avaient la possibilité de la télécharger, la compléter et la renvoyer à l’adresse du projet5 au rythme de leur choix. Cette trame de questionnaire comportait une trentaine de questions classées en six thématiques6 suivies d’un espace pour l’expression libre. Les questions abordaient des aspects de la vie quotidienne, comme le rapport au lieu de confinement, l’adaptation de l’activité professionnelle, l’état du moral, les habitudes d’approvisionnement en nourriture, l’avis sur les décisions gouvernementales ou encore les modalités d’interactions sociales7.

  • 8 Le Monde, 18 mars 2020, « Le “Journal du confinement” de Leïla Slimani, jour 1 : “J’ai dit à mes en (...)

10La démarche scientifique ayant conduit à l’élaboration rapide de ce projet s’est inspirée à la fois des journaux de confinement qui commençaient à être publiés dans les médias8 et des initiatives de récolte des mémoires du confinement par des archives départementales et régionales, sous format libre et via les sites internet des structures. D’un côté, nous souhaitions donner la possibilité de raconter leur confinement à des personnes n’étant ni écrivains, ni journalistes, ni médiatisées. D’un autre côté, un des objectifs centraux de notre méthodologie était de permettre aux participant∙e∙s de garder une trace de leurs témoignages. Nous nous sommes ainsi placées en opposition aux méthodes classiques d’enquêtes par questionnaire en ligne, dont les données, une fois communiquées, ne reviennent jamais à l’envoyeur. Nous avons choisi la technique d’enquête par journal, utilisée dans les diary studies (Zimmerman, Wieder, 1977 ; Carter, Mankoff, 2005 ; Janssens, Bos, Rosmalen et al., 2018). Bien que les journaux puissent revêtir de nombreuses formes (audio, dessinée, photographie, vidéo, etc.), notre choix s’est porté sur la forme rédactionnelle uniquement et n’a pas été complété avec des données produites par entretiens semi-directifs. Nous avons donc récolté, de façon « passive », les récits écrits envoyés.

11Les profils des participant∙e∙s n’ont donc pas été ciblés ni orientés. La diffusion du projet s’est faite au départ dans les cercles professionnels et personnels des chercheuses. Le projet a ensuite été rapidement diffusé dans les médias locaux et nationaux, sur des listes de diffusion professionnelles et sur les réseaux sociaux (Twitter et Facebook).

12Nous avons fait le choix d’une méthode de récolte exclusivement numérique des données. Cette façon d’enquêter semblait alors la mieux adaptée à la situation du confinement. Ces techniques d’enquêtes par le numérique, notamment pour le recueil de données qualitatives, se sont récemment fortement développées pour s’adapter au contexte pandémique (Fine, Abramson, 2020 ; Lupton, 2020 ; Hoang, Maheo, Mellot et al., 2021). Elles sont « à la fois instrument, méthode, terrain et objet de recherche » (Bourdeloie, 2014, cité dans Hoang, Maheo, Mellot et al., 2021). Le projet « Récits confinés » a donc proposé une enquête par journal numérique, en partant « des méthodes traditionnelles en sciences sociales, tout en les adaptant aux nouvelles propriétés du support » (Plantin, Monnoyer-Smith, 2014).

13Un suivi a été élaboré avec les participant∙e∙s tout au long du projet. Ils étaient relancés chaque semaine par messagerie électronique avec l’envoi de la nouvelle trame à compléter. Ce lien constant avec l’équipe de chercheurs pendant les quinze semaines, ainsi que l’introduction de nouvelles questions dans les trames, ont très probablement permis une forte adhésion au processus de l’enquête participative.

  • 9 Cet échantillon a été prélevé sur un total de 78 participant∙e∙s francophones aux Récits confinés q (...)

14Cet article retranscrit un échantillon des verbatims issus des récits écrits de 121 trames de questionnaires, renseignées par 14 participant∙e∙s : 3 hommes, 11 femmes ; âgés de 31 à 70 ans ; 5 résidant en zone urbaine, 5 en zone périurbaine et 4 en zone rurale ; 5 d’entre eux sont retraités ou sans emploi (avant le confinement) ; 7 sont confinés en appartement, 1 en maison de ville avec un petit jardin et 6 en maison de village avec jardin. Dans la grande majorité des cas, toutes et tous décrivent leur logement comme confortable (seuls deux de ces participant∙e∙s, en appartement, déplorent l’accès à un espace extérieur comme une terrasse, un balcon ou un jardin dans les parties communes, mais estiment avoir une surface de vie suffisante)9. Le format de l’enquête a attiré les personnes ayant accès à un ordinateur et étant à l’aise avec l’écriture. Les témoignages écrits récoltés reflètent uniquement ce que les participant∙e∙s ont estimé être digne d’être écrit et partagé dans ce projet de recherche.

Reconfigurer le temps

15L’annonce du confinement strict de mars 2020 a provoqué un bouleversement des habitudes quotidiennes pour toutes les personnes confinées à domicile ainsi que pour les travailleurs occupant des emplois jugés « essentiels », en raison des nombreuses restrictions et de la fermeture d’un certain nombre de lieux. Les emplois du temps, les rythmes quotidiens ont dû se réinventer en un seul lieu : celui du confinement, qu’il soit le lieu de résidence principale ou le lieu choisi pour le confinement, partagé ou non. Apparaît alors, en un même espace, une « multiplicité des temps sociaux » (Gurvitch, 1961), qui peuvent se superposer entre co-confiné∙e∙s. Les tensions sont palpables, notamment à travers l’opposition entre chronos, temps réglé par l’horloge, et kairos, temps estimé approprié. Nous voyons se construire, dans les témoignages des participant∙e∙s, des différences de perceptions, conscientes ou non, du « temps de l’horloge » (clock time) rattaché à la notion du quantitatif et du « temps de l’événement » (event time) rattaché à celle du qualitatif (Jacques, 1982, cité dans Orlikowski, Yates, 2002, p. 685). Il existe à la fois une régulation des temps quotidiens par les horaires (temps du lever, temps des repas, temps du coucher – qui peuvent varier, se décaler ou s’instaurer différemment qu’avant), mais également par les activités que les participant∙e∙s décident de réaliser entre ces temps biologiquement rythmés et nécessaires. La pandémie et le confinement amènent les individus à la « redécouverte du temps quotidien ». Nous voyons se mettre en place ce que Levrini, Fantini, Barelli et al. (2001, p. 8) appellent une « réappropriation du temps » : « Nous nous réapproprions tous le sens de nos rituels quotidiens et percevons un nouveau sentiment de directionnalité : bien que l’avenir soit encore invisible, nous avions l’impression d’être les témoins d’une transition d’époque », sentiment général que les auteurs nomment « choc du présent ». La décélération sociale induite par la pandémie, vécue d’un point de vue individuel lorsque cela a été rendu possible, a permis aux individus de s’extraire de « l’aliénation du temps » (Rosa, 2010) dans laquelle le monde de la pré-crise se trouvait. La réappropriation du temps s’est faite à plusieurs échelles et dans différentes réalités individuelles, comme en témoignent les participant∙e∙s aux « Récits confinés ».

Temps sociaux multiples

16La maison ou l’appartement sont investis de façon temporelle par les participant∙e∙s, sur une durée plus importante qu’avant le confinement. Les matérialités caractérisant les foyers sont très différentes d’un individu à un autre, en fonction de la localité de la résidence (avec accès à un extérieur ou non), l’environnement social et naturel, ou encore le nombre de personnes y vivant. Comme cite Rautenberg (2017, p. 121) : « La maison est une “part de la nature transformée par l’action et donc la pensée de l’homme” [Godelier, 1984, cité par Ingold, 2013 : 175]. Le refuge, le toit, la demeure disent notre attachement à un lieu/milieu qui fonde notre identité personnelle et familiale, et contribue à organiser nos relations sociales. » Avec le confinement, les relations sociales (de visu avec les co-confiné∙e∙s ou virtuelles) se sont passées, pour la quasi-totalité d’entre elles, à l’intérieur du foyer.

  • 10 Le télétravail est défini comme « toute forme d’organisation du travail dans laquelle un travail qu (...)
  • 11 Le Monde, 9 juillet 2020, « L’accroissement des inégalités femmes-hommes pendant le confinement en (...)

17Dans le cas de foyer partagé par plusieurs personnes, les « Récits confinés » livrent des témoignages d’adaptation au télétravail10 et de réaménagement de l’espace de vie pour satisfaire les différents emplois du temps. Il n’est logistiquement plus possible de « séparer les espaces pour maîtriser le temps » (Flipo, Ortar, 2020) puisque toutes les activités se déroulent au même endroit. Il en résulte alors une difficulté à combiner plusieurs temps de vie dans la sphère domestique : temps professionnel, temps d’apprentissage, temps domestique, temps ludique. Les témoignages montrent une gestion de ces temps de vie et la charge des enfants ainsi que des tâches à accomplir pour la vie du foyer qui revient souvent aux femmes co-confinées11 (Boring, Senac, Dominguez et al., 2020). Mathilde, mère de 2 enfants en bas âge, vivant en couple en région parisienne et travaillant dans l’édition, prend le temps de raconter, malgré une routine domestique partagée avec son conjoint, son expérience des temps multiples cumulés :

Parfois je me retrouve dans des situations dingues : je réponds à un mail du travail tout en réfléchissant à une question posée par ma fille sur ses devoirs, tout en ayant mon petit de 20 mois qui piaille pour monter sur mes genoux, tout en ayant le déjeuner qui chauffe. Par moments je ne me sens pas loin du burn out. (Mathilde, 35 ans, Montrouge, confinée avec son conjoint et leurs 2 enfants, en télétravail, semaine 6)

18Cette stratégie à comprimer les actions et les expériences sociales est appelée « multitâche » (Benthaus-Apel cité par Rosa, 2012, p. 28). Elle permet ainsi d’accélérer le rythme de vie en faisant et en vivant davantage dans une période de temps donnée, notamment en faisant plus de choses simultanément, comme Mathilde : envoyer un mail professionnel, aider sa fille à faire ses devoirs, surveiller son fils de 20 mois et cuisiner en même temps.

19Certaines études sur le télétravail montrent qu’il peut engendrer un conflit travail-famille en raison de la présence de matériel de travail dans la maison et du fait que les membres de la famille peuvent interrompre le travail. Mais ces tensions se réduisent lorsque le télétravailleur dispose d’un lieu fermé et isolé pour travailler (Tremblay, Chevrier, Loreto, 2006). En période inédite de confinement, les conditions de télétravail n’ont globalement pas été anticipées, expérimentées, ni choisies, même si certaines entreprises et certains employés y avaient déjà recours avant la pandémie (Lederlin, 2020, p. 37). Ainsi, le temps de travail, pivot central de l’emploi du temps, s’est imposé au domicile. Il annonce un « brouillage des frontières entre les temps sociaux » lorsque le travail empiète sur la vie personnelle et familiale et que les temporalités s’imbriquent (Tremblay, Chevrier, Loreto, 2006), avec des « risques de confusion entre vies privées et vies professionnelles » (Flipo, Ortar, 2020). Pour Lederlin (2020, p. 44), le télétravail « aggrave le productivisme en repoussant les limites de la matérialité, (...) anesthésie les facultés critiques des travailleurs en les plongeant dans un espace et une temporalité indifférenciés où travail et loisirs se confondent au profit d’une invasion totale du travail dans la vie ».

Le travail a été très prenant cette semaine. Une réunion Zoom, énormément de mails, un rendez-vous téléphonique individuel avec ma chef (où j’ai cru que j’allais fondre en larmes quand elle m’a demandé comment j’allais). Elle est bienveillante, me rassure quant au fait qu’elle n’attend pas de moi que je travaille quand je suis seule avec les enfants. (Mathilde, 35 ans, Montrouge, confinée avec son conjoint et leurs 2 enfants, en télétravail, semaine 8)

20Même si cette participante fait un bilan positif du confinement et notamment de ses relations conjugales « avec mon compagnon, seulement deux accrochages en deux mois, on n’a vraiment pas à se plaindre. Et puis on a partagé plein de bons moments, de jeux, de rires, des films vus ensemble, des histoires racontées », Mathilde note clairement un épuisement qui s’est insinué au fil des semaines du premier confinement :

Je n’en peux plus, j’aurais vraiment besoin de moins voir mes enfants, et surtout être moins dans les tâches ménagères qui sont juste harassantes… Ma patience est à bout, je m’énerve beaucoup plus vite, et l’ambiance est quand même plus tendue. (Mathilde, 35 ans, Montrouge, confinée avec son conjoint et leurs 2 enfants, en télétravail, semaine 9)

21L’accélération du rythme de vie se vérifie en temps de confinement et lorsque les temps sociaux ou les temps de vie se superposent. Les récits des confiné∙e∙s montrent que le nombre d’épisodes d’actions et/ou d’expériences vécues se multiplient et sont de plus en plus rapides. Rosa (2010) identifie trois stratégies combinables pour parvenir à une accélération du temps : en accélérant l’action elle-même (faire plus vite) ; en réduisant la durée des pauses et des temps morts (ou même en les supprimant) ; en exécutant plusieurs tâches en même temps. Robinson et Godbey (1999) ajoutent une quatrième stratégie qui consiste à remplacer des activités lentes par des activités plus rapides.

Cocotte-minute et autres effets de pression

22L’espace-temps confiné peut révéler des tensions familiales et/ou conjugales. Il peut aussi faire naître des insatisfactions, des incompréhensions que les confine∙é∙s tentent de réduire, selon ce qu’ils expriment par écrit. L’appréhension de certain∙es confiné∙e∙s est de vivre l’effet « cocotte-minute » qui consiste à cumuler les tensions jusqu’à un trop-plein, souvent traduit par une dispute ou des discussions de « remise au point ». Laure écrit :

Je me suis dit dès le début, que je devrais faire attention à l’ambiance de la maison, faire attention à mes humeurs. Il fallait que je parle un maximum pour éviter le processus cocotte-minute. Il fallait que je sois attentive à ce que me disaient mes enfants. Je veux dire, être vraiment présente, et pas en train de faire un truc en même temps. Je devais être vigilante sur leur moral, parce que de ça, personne ne parle. La dépression possible des ados qui souffrent d’être confinés. (Laure, 50 ans, village en Normandie, confinée avec son conjoint et ses 2 fils adolescents, semaine 3)

23Les divers sujets de tensions peuvent remonter parfois à un temps précédant le confinement mais ils sont exacerbés par la situation de confinement, de la vie quotidienne « les uns sur les autres ». C’est le cas de Christine :

Je fais un peu « tampon » entre le père et le fils mais pas forcément différent de d’habitude. Leurs horaires sont un peu décalés, fils « noctambule » et père lève-tôt/couche-tôt. (Christine, 55 ans, Orange, co-confinée avec son fils et son conjoint, semaine 3)

24Dans le récit confiné de Christine, les sujets de discorde entre ses co-confinés ont pris corps autour de la crise sanitaire, avec différentes perceptions du virus, de sa dangerosité et des dangers de contamination :

Un petit incident au retour du ravitaillement que je n’avais pas anticipé. J’avais fait deux courses pour ma voisine et je suis descendue lui donner. Pas de contact direct et distance de 2 m pour se parler moins de deux minutes. Mais mon ami qui rangeait les courses m’a vu[e]/entendu[e] et cela l’a complètement terrifié/énervé/choqué. Sachant son tempérament pessimiste et hypocondriaque j’aurais dû attendre qu’il soit remonté dans son « bunker »… Bref, les relations entre confinés en ont pâti toute la semaine, mon ami n’ayant pas dîné avec mon fils et moi jusqu’au week-end (uniquement quelques grignotages et beaucoup de café). (Christine, semaine 4)

25En première semaine de déconfinement, lorsque les sorties sont moins limitées, Christine constate que les relations sont de « plus en plus tendues » entre son fils qui « ne veut plus “vivre sous cloche” » et reprend ses interactions sociales et son conjoint « terrorisé de ces sorties volontaires ». Elle finit par faire ce bilan de son confinement :

Nous avons peut-être plus vécu comme des colocataires que comme une vraie famille, chacun étant dans son espace « perso ». (Christine, semaine 9)

26Les tensions peuvent être exacerbées, notamment pour les jeunes adultes qui retournent vivre chez leurs parents avec la présence éventuelle de frères et de sœurs plus jeunes. C’est le cas pour Caroline, infirmière libérale de 49 ans, en couple, qui a 4 enfants âgés de 22, 20, 18 et 13 ans. Les deux enfants plus âgés sont revenus se confiner dans la maison familiale :

Pour moi au début c’était le bonheur les aînés de mes enfants sont rentrés au nid pour vivre confinés chez papa maman ! (...) c’était cool les premières semaines maintenant ça devient plus compliqué… Leurs vies sociales amicales amoureuses et professionnelles se sont interrompues et c’est compliqué pour eux, leurs rythmes sont chamboulés, leurs habitudes de vie ne sont plus les mêmes que les nôtres maintenant qu’ils vivent seuls, supporter la petite sœur et le petit frère n’est pas toujours simple mais malgré tout ça. C’est pas tous les jours facile, les pétages de plombs ont lieu mais on gère !(Caroline, 49 ans, village proche de Saint-Étienne, infirmière libérale, semaine 4)

27Cinq semaines plus tard, elle dresse ce bilan :

Pas simple la vie de famille nombreuse ! (...) On a partagé de bons moments mais il est temps que chacun reprenne son chemin, la vie en communauté n’est pas simple tous les jours… (Caroline, semaine 9)

Une routine qui libère

28Les différents temps et activités en temps confiné ont amené certain∙e∙s participant∙e∙s à instaurer une routine à l’intérieur du foyer, c’est-à-dire une « contrainte quotidienne auto-administrée permettant de cadrer son quotidien » (Le Roulley, 2017). La routine permet de dégager du temps par l’auto-organisation des activités quotidiennes et la mise en place d’un emploi du temps individuel et familial qui s’applique dans l’espace vécu de la vie ordinaire (ibid.). Juan (2015) développe l’idée que la routine « libère d’avoir à décider trop souvent » et que « les automatismes permettent de rationaliser la vie pour accumuler les activités, mais aussi de penser à autre chose, de s’évader, voire de créer ». Dans ce contexte de confinement, les espaces assignés à des séquences de temps habituels ont été rendus inaccessibles. Ceci est notamment cohérent en contexte urbain : la sociologie a montré que l’urbanisme produit une accélération de la circulation et une réduction du coût et du temps de mouvement dans l’espace (Harvey, 2010). Confinées, les populations vivent différemment le rapport à la ville et n’ont plus la possibilité de participer activement et localement, à l’échelle du quartier. La routine en temps de confinement se construit selon une polyfonction de l’habiter : le logis devient un tout, un ensemble. L’espace-temps confiné, individuel, amène ainsi à la dépossession des espaces sociaux communs et d’actions collectives.

29Pour certain∙e∙s, la routine a été un élément structurant, peut-être même fondateur, dans un changement radical du rapport à l’espace-temps et des rapports sociaux quotidiens, où un emploi du temps est organisé pour chaque personne du foyer. Levrini, Fantini, Barelli et al. (2021), dans leur étude sur les comportements d’étudiants en Italie pendant la pandémie de Covid-19 constatent que « les rituels de la vie quotidienne » permettent d’exprimer leur propre agentivité, « afin de maintenir un sentiment inchangé de soi, c’est-à-dire pour maintenir leur identité intrinsèque » (DiSessa, 2018 cité dans Levrini et al., 2021, p. 20).

30Mathilde, par exemple, explique que le télétravail rompt avec son ancienne routine qui était beaucoup plus contraignante car comprenant des temps de transport. Dans ce contexte, le télétravail a des avantages interreliés, résultant de la réduction du temps de déplacement (Tremblay, 2020). Ce gain permet de consacrer plus de temps à sa famille ou à des activités (Tremblay, Chevrier, Loreto, 2006 ; Vayre, 2019). Mathilde s’emploie alors à réinventer une routine structurante :

Routine stricte, tout le monde en a besoin, les adultes comme les enfants. (...) Voici notre routine : 7 heures-9 h 30 : mon compagnon s’occupe des enfants. 9 h 30-12 heures : on alterne, un matin sur deux pour s’occuper des enfants, devoirs avec ma fille qui est en CP + faire les repas de la journée, pendant que l’autre travaille ou effectue des tâches pour la maison. 12 heures-13 heures : déjeuner. 13 heures-15 h 30 : sieste de mon fils. Pendant ce temps, ma fille regarde un film puis joue seule dans sa chambre, nous faisons une sieste ou lecture de trente minutes, puis travail/sport/appel des proches/projets persos… 15 h 30-17 heures : je m’occupe des enfants (goûter). Puis 17 heures-18 h 30 : celui qui ne s’est pas occupé des enfants le matin le fait à ce moment-là. Petite sortie (marche autour du pâté de maisons) ou jeux dans le jardin. 18 h 30-19 h 30 : temps ensemble, jeu de société avec ma fille. 19 h 30-20 heures : dîner, puis couch[er] des enfants. À 20 h 30 : temps libre jusqu’au coucher (en général 23 heures). De mon côté, soit en fin d’après-midi quand je n’ai pas les enfants soit juste après le dîner : trente minutes d’exercices kiné + muscu et gainage (j’ai des problèmes de dos). (Mathilde, 35 ans, Montrouge, confinée avec son conjoint et leurs 2 enfants, en télétravail, semaine 3)

31La même participante relate toutefois des difficultés à « tenir le rythme », en semaine 8 :

C’est dur de supporter la fatigue en s’occupant des enfants et en travaillant… je me sens à bout, c’est une lutte de tenir l’édifice de notre vie. (Mathilde, semaine 8)

32Laure et ses co-confiné∙e∙s ont mis en place une routine qui se voulait la plus proche de la « vie ordinaire », en respectant un équilibre entre les différents temps sociaux et familiaux, personnels, professionnels et de loisirs :

J’ai tout de suite pensé à garder une routine qui ressemble à la vie ordinaire. Pour moi, j’ai mis en place des activités réparties sur la journée et fragmentées pour m’occuper sans aller jusqu’à l’overdose : travail sur ordi, lecture de BD, lecture de roman, puzzle, balade, jeux sur mon téléphone portable, cuisine, série TV. (...)
Je maintiens ma routine : lever 7 h 45 après le journal radio de 7 h 30.
Matinée : mails perso et pro, papotages divers, travail perso, préparation du repas.
Après-midi : lecture de deux BD par jour, visionnage d’un épisode d’une série si j’ai envie, jeu sur téléphone portable, papotages divers. Sortie marche à pied si j’ai envie, préparation du repas.
Le soir, je commence à avoir envie de regarder la TV, jusqu’à 21 heures Après je vais lire. (Laure, 50 ans, village en Normandie, confinée avec son conjoint et ses 2 fils adolescents, semaine 3)

33Les participant∙e∙s racontent un besoin et des tentatives de réinvention de la routine « comme avant » :

Ma fille [de 7 ans] a un rituel : elle met un cahier de vacances dans un sac à dos avec sa trousse et une gourde, me dit « au revoir maman, je vais à l’école » et elle part s’asseoir sur le muret qui sépare notre jardin de celui des voisins. Elle s’installe là pour faire ses devoirs. Ce n’est pas neutre, elle est aux premières loges pour voir ce qui se passe dans la rue. (Juliette, 46 ans, banlieue de Toulouse, confinée avec sa fille et son conjoint, semaine 5)

34Ce rituel permet à la jeune fille de s’éloigner du domicile confiné, de se rapprocher du monde extérieur, mais aussi de reproduire une action connue de son quotidien « avant le confinement », une forme d’imitation différée qui évoque quelque chose d’absent, ici l’école. Ce jeu symbolique ritualisé de faire l’écolière a du sens en période de confinement car il permet de faire exister une chose qui manque.

35La pandémie nous plonge dans un temps extra-ordinaire puisqu’elle est définie comme une crise, une catastrophe, un monde chaotique. Dans l’expérience du confinement, les routines qui sont du temps « rationalisé et économisé » sont vécues comme une forme de rangement mais aussi comme le rétablissement d’un monde domestique ordonné, renvoyant symboliquement au pur (Douglas, 1971) ou comme des rituels profanes (Piette, 1992 ; 2013) qui engendrent une mise en ordre, un déploiement des séquences d’actions qui allègent le travail d’interaction sociale (Juan, 2015). Ici s’opposent un monde chaotique en temps de crise sanitaire et un monde domestique, routinier et ritualisé, rétablissant une normalité et une existence par le jeu symbolique et la ritualité.

Combler le temps

  • 12 Pascal Chabot, France Culture, 7 mai 2021, « Coronavirus, une conversation mondiale : que faire du (...)
  • 13 France Culture, 27 mars 2020, « Comment (ne pas) réussir son confinement ». https://www.francecultu (...)

36Pour celles et ceux qui ne se rendent pas sur leur lieu de travail, dans les établissements dits « essentiels », le confinement a « impos[é] des quantités soit inespérées soit non souhaitées de temps [et] a fonctionné comme une sorte de terrain de réflexion »12. Tout ce temps mis à disposition, à domicile, comment allait-il donc être rempli ou utilisé ? Il était alors possible, selon les modalités régissant le télétravail et la vie domestique, de pouvoir choisir les activités qui allaient rythmer cette quantité de temps. Nous pouvons évoquer ici la notion qualitariste du temps (Chabot, 2019) : « bien utiliser son temps », « rentabiliser son temps », « réussir son confinement », des expressions fréquemment entendues dans les médias qui révèlent un rapport au temps spécifique. Les médias ont ainsi traité une multitude de sujets sur le rapport au temps, en particulier au moment du premier confinement, avec l’objectif de donner des conseils, « trucs et astuces » pour combler le temps et ainsi « réussir (ou non) son confinement »13.

« Réussir » son confinement

37Les récits recueillis sur la quotidienneté confinée font apparaître le concept d’« arts de faire » (de Certeau, 1990) comme cuisiner, bricoler, collectionner, jouer. En confinement, les individus ont mis en place des « tactiques » (ibid.) qui montrent des modes de résistance à la quotidienneté, à « l’enlisement » (Lefebvre, 2001). Remplir le temps donné par la pandémie, comme on remplirait un récipient vide, peut aussi être perçu comme des tentatives de trouver de nouvelles distractions pour contrôler ce temps (Levrini, Fantini, Barelli et al., 2021). Nous notons une réappropriation des usages du temps et de l’espace confinés, un détournement des objets et des codes, une réinvention de la banalité à partir des rituels quotidiens. Ces tactiques permettent également de combler le temps de confinement, un phénomène particulier de surproduction sociale où tout devient action. Le témoignage de Laure, qui a conscience de ce phénomène de rentabilisation du temps et qui se refuse à s’y laisser prendre, le traduit :

J’écoute beaucoup la radio qui raconte les nombreuses activités possibles en confinement. Tri de photos, rangement général… autant de choses que je pourrais faire mais qui me rebutent. (...) les nombreuses activités et applications proposées me mettent la pression. Je vis ça comme une injonction à rentabiliser ce temps suspendu. Oui oui il faudrait trier, jeter, ranger, nettoyer, mais… quel pensum. (Laure, 50 ans, village en Normandie, confinée avec son conjoint et ses 2 fils adolescents, semaine 5)

38Cependant, elle explique clairement qu’elle utilise son temps libre de confinement avec divers loisirs, pour éviter le « vide » qui pourrait potentiellement subvenir :

Bonne nouvelle : j’ai assez de laine pour me tricoter un chouette bonnet. À moi, l’activité manuelle en écoutant des podcasts ! (l’angoisse apparaissait, fin de la saga BD, qu’allais-je faire du temps libre, du vide ?) (Laure, semaine 5)

39Certains récits montrent comment les confiné∙e∙s mettent en place des tactiques pour « faire » toujours plus et toujours mieux : faire son pain, apprendre à coudre ses vêtements – puis ses masques –, cuisiner des gâteaux, bricoler chez soi, jardiner une parcelle de terre, faire le grand ménage de printemps.

- rangements
- faire mon arbre généalogique
- nous abonner à Netflix et regarder des séries ou des films
- suivre un cours sur Internet (Isabelle, 63 ans, zone péri-urbaine de Lyon, retraitée et confinée avec son conjoint, semaine 4)

J’ai appris à faire du dentifrice solide, c’est rapide et ça fonctionne très bien, je suis ravie ! (Mathilde, 35 ans, Montrouge, confinée avec son conjoint et leurs 2 enfants, en télétravail, semaine 5)

J’ai regardé un tuto pour tricoter des moufles ! (Laure, 50 ans, village en Normandie, confinée avec son conjoint et ses 2 fils adolescents, semaine 5)

Je me suis amusée à nettoyer mes bijoux et j’en ai réparé quelques-uns. (Geneviève, 70 ans, Bruxelles, retraitée, confinée seule, semaine 5)

40Pour Lucie, le confinement a été au départ mal vécu à cause de son temps, laissé libre par l’arrêt forcé de son activité professionnelle, et qu’elle consacre donc à la sphère domestique :

En début de confinement quand j’ai compris que je ne pouvais plus travailler je me suis sentie descendre au plus bas… Inutile, bonne à mettre au rebut, laiss[ée] pour compte, renvoyée à mes casseroles puisque nous sommes 6 à la maison. Je râlais : si j’avais voulu être cuisinière, j’aurais travaillé dans un restaurant. Aussi me suis-je réveillée un matin en me disant que j’allais pouvoir me proposer sur des sites d’écoute, ou proposer un numéro vert pour ma commune. Je me suis quand même inscrite sur la réserve sanitaire en tant que vétérinaire. J’ai cherché à éventuellement faire une formation rapide pour devenir infirmière proposée par les Hôpitaux de Paris mais s’ils acceptent les étudiants en médecine, pharmaciens, dentistes, les vétérinaires ne sont pas reconnus. J’ai contacté les maraîchers offrant des postes sur Pôle emploi ; pas de réponse. (Lucie, 54 ans, village dans le Cotentin, confinée avec son conjoint et leurs 4 enfants, vétérinaire ostéopathe, semaine 8)

41Le temps du loisir et le temps libre sont (re)découverts en temps de confinement, prenant une place plus centrale qu’auparavant dans l’emploi du temps. Il est intéressant de constater que les personnes confinées ont restructuré leur temps, non pas seulement autour du temps pivot du travail mais autour du rythme domestique, devenu progressivement un temps résiduel, à la marge du temps de travail, parfois synonyme d’aliénation plutôt que de liberté (Pronovost, 2014). Compte tenu de ses échecs de recrutements pour du bénévolat, Lucie se réapproprie un temps domestique, un temps libre, qui lui permet en fin de compte de « passer le temps ».

Mais finalement de repas en repas, de marche autour de la maison en marche autour de la maison seule ou accompagnée de ma fille aînée, de mon mari, de consultation de chien à consultation de vache, de moment de jeu en famille en moment de dispute, d’appel d’une personne sur la liste à l’appel de copines seules ou non, les deux mois sont passés vite. (Lucie, semaine 8)

  • 14 France Info, 1er avril 2020, « Confinement : où et comment trouver des films légalement sur Interne (...)

42Dans notre société, il est fréquent de remarquer des injonctions à être productif, à toujours « faire quelque chose » couplées à un refus, voire une peur de la paresse, de l’inaction, de l’ennui. La période du confinement et le temps mis à disposition qu’il a donc généré, sont venus exacerber cette notion de production, qu’elle soit sociale (être en lien), matérielle (faire), mais également immatérielle (apprentissage voire développement personnel). Il faut « faire » pour ne pas s’enliser dans l’intervalle de l’ennui (Jankélévitch, 1976). Les messages des instances de santé publique exhortaient les individus à « rester chez eux » lorsque les émissions de radio ou de télévision ou la presse écrite publiaient des listes de « livres à lire » et de « films à voir » pendant le confinement. Certaines banques de films et de livres ont mis à disposition gratuitement leur contenu pour « pallier l’ennui »14 du confinement. « Lorsque l’ennui s’infiltre, faisant apparaître le manque, il est anxiogène » (Lechevallier, Matrand, Murcier, 2005, p. 46). Dans cette période spécifique et incertaine de pandémie, il s’agissait alors de combler le temps pour lui donner un sens et éviter l’angoisse à tout prix.

Retour dans le passé

43Le temps en pause, en dehors du rythme quotidien, global et sociétal que Rosa (2010) nomme « l’aliénation du temps », amène aussi à une période propice pour se plonger dans une autre temporalité : celle du passé. Plusieurs participant∙e∙s ont témoigné d’avoir profité de ce temps confiné, de ces moments « hors du temps », pour ranger leurs souvenirs, faire ressurgir la mémoire ou consigner par écrit des traces du passé afin de les léguer à leurs petits-enfants.

J’ai été très occupée à faire des recherches sur une librairie à Tours, que j’ai fréquentée pendant mon enfance et mon adolescence (...) j’ai été revoir des endroits qui m’ont donné un sentiment de nostalgie du temps qui passe et de ces moments maintenant qui filent sans que j’en profite. Je veux plutôt dire qui filent sans que je puisse les partager avec quelqu’un. (Geneviève, 70 ans, Bruxelles, retraitée, confinée seule, semaine 8)

Suite des rangements de mes archives d’enfance (lettres, souvenirs d’école…). Une sensation mitigée, partagée, d’avoir oublié des personnes qui me semblaient proches à l’époque mais aussi de me rappeler des souvenirs lointains. Et l’envie de recontacter certains de ces anciens amis, savoir ce qu’a été leur vie depuis vingt ans ! (Christine, 55 ans, Orange, co-confinée avec son fils et son conjoint, semaine 8)

44Les participant∙e∙s sont pour certain∙e∙s déjà dans une démarche de legs aux générations futures des témoignages, du passé, sous la forme de journaux ou de mémoires mais également du temps présent, de ce qui est en train d’être vécu, notamment par le témoignage dans les « Récits confinés » :

J’ai écrit toute la journée sur mon enfance pour laisser une trace à mes petits-enfants. (Geneviève, 70 ans, Bruxelles, retraitée, confinée seule, semaine 15)

45Dassié écrit qu’il y a des moments dans notre parcours biographique qui permettent de faire « le tri dans notre univers familier, nous faisons le bilan de nos intimités domestiques » (Dassié, 2010, cité dans Rautenberg, 2017, p. 125). « C’est à la faveur d’un grand ménage, d’un déménagement, ou (...) quand se profile la fin d’une existence, que ces bilans s’imposent » (Dassié, 2014, p. 39). Le confinement peut être perçu comme une période qui permet aux individus de faire le point, de faire le tri, aussi bien d’un point de vue immatériel (projections dans le futur, rêves et envies, aspirations, situation personnelle et frustrations) que matériel (tri et réagencement des objets). Ces temps du bilan « sont propices au retournement de l’objet car ils coïncident avec une transformation sociale du statut de l’individu. Alors qu’il se trouve au carrefour d’une bifurcation de sa propre histoire, l’individu procède au tri des objets dignes d’être conservés » (Dassié 2014, p. 39). Mathilde, une participante, trouve « tout simplement jouissif de s’alléger, faire le vide, traquer le superflu, le ridicule, le truc qu’en fait je ne ferai jamais ». Le temps du confinement est rentabilisé pour faire le tri et s’alléger, avec une notion de regard tourné vers l’avenir.

46Il est intéressant de mentionner que « la pression temporelle est positivement connotée dans les modèles de reconnaissance de la société moderne » (Rosa, 2010, p. 167), et il est ainsi socialement valorisant de déclarer ne pas avoir « une minute à soi », ce qui signifie que l’on est « sollicité et productif » (ibid.). Pourtant, le « plus rapide » ne signifie pas « le meilleur » et Rosa précise que la lenteur devient une marque de distinction, pour celui qui prend son temps. Le retour dans le passé permet de ralentir ce temps, de le surprendre. Plus encore, contempler le temps deviendrait ainsi un avantage socialement valorisé et une marque de distinction des nouvelles temporalités.

Contempler le temps

47Le confinement a permis à certain∙e∙s de réfléchir à leurs rythmes de vie, à leur emploi du temps, aux injonctions temporelles qu’ils et elles subissent au quotidien. Ce temps de la réflexion sur le temps différent n’est possible que pour celles et ceux que le confinement a écartés de leurs « tourbillons de vie » habituels, pour qui le confinement marque une rupture des rythmes quotidiens, notamment du rythme professionnel, et des temps de déplacements qu’il suggère.

Le choix du kairos

48À l’inverse de la question de la multiplicité du temps social et de la réussite du confinement, certains récits montrent que le temps est ralenti dans une routine domestique « réenchantée ». En période confinée et sous l’effet du temps printanier, kairos semble être préféré à chronos, car il donne de la profondeur dans le rapport au temps, dans l’instant. Ainsi, le confinement devient une opportunité d’expérimenter une autre dimension temporelle ainsi qu’une perception de l’événement et de soi selon l’instant d’inflexion. Pour Juliette, le temps confiné est apprécié parce qu’il a opéré un ralentissement :

On se lève plus tard que d’habitude (après 8 heures au lieu de 7 h 30), on se couche souvent plus tôt aussi (...). Je note aussi que l’on se douche plus tard, en cours de matinée (on commence à travailler devant nos ordinateurs en pyjama !). (Juliette, 46 ans, banlieue de Toulouse, confinée avec sa fille et son conjoint, semaine 4)

49Le récit de Laure met particulièrement bien en avant ces pratiques domestiques modifiées et montre la réflexivité qu’ont les individus sur leur quotidien, avec cette volonté de déconstruction des temps habituellement vécus, hors pandémie :

Je me suis dit que je devais appréhender le temps différemment. D’habitude, j’empile les actions sous forme de minuteurs. Par exemple, je lance une machine à laver. Pendant le temps qu’elle tourne (deux heures), je prépare le repas (trente minutes) et si besoin je le passe au four (temps variable). Pendant que la machine tourne, que le plat cuit, je plie le linge sec pour libérer l’étendoir de la machine qui sera bientôt prête, et je peux ensuite nettoyer un truc si c’est à faire. (...) il fallait que je déconstruise ce fonctionnement pour maintenant, faire les choses l’une après l’autre, tranquillement parce que le temps a changé, il n’est plus étagé, il est en longueur. Cela change aussi mes rapports aux enfants, quand ils me parlent, je peux tout arrêter et écouter entièrement : j’ai le temps. (Laure, 50 ans, village en Normandie, confinée avec son conjoint et ses 2 fils adolescents, semaine 3)

50Un autre témoignage montre comment le temps est ralenti et non hiérarchisé. C’est le temps contemplé, comme arrêté sur l’instant présent, pour Amandine, sans emploi avant le confinement, qui vit à Nantes dans un appartement avec son conjoint et ses deux chats. Elle a l’impression :

(…) d’être comme [s]es chats. Vivre l’instant présent. Me contenter de mes besoins et plaisirs journaliers. Faire les choses les unes après les autres, sans hiérarchie ou organisation. Au fil de l’eau. Finir une chose et se demander « tiens, qu’est-ce que je fais maintenant ? » (Amandine, 31 ans, Nantes, semaine 4)

Tactique enchantée, « tic-tac » oublié

51« Hors du temps », « temps suspendu », « entre parenthèses », « prise de recul » sont des expressions qui sont souvent revenues dans les « Récits confinés » pour traduire l’expérience du confinement. Ce recul sur le temps quotidien, pour les individus qui en ont le loisir, entraîne souvent des sentiments positifs. Cet enchantement s’oppose au temps ordinaire, au temps d’« avant le confinement ». Amandine a réalisé que son rythme quotidien hors confinement lui semble « irréel » (Amandine, semaine 4) ; pour Laure, il est source de stress :

Et le temps passe, comme ça, sereinement. J’ai peur de la reprise. Le stress, le retour des minuteurs dans la tête, des échéances, des plannings pro et perso. On n’a jamais vécu un tel temps sans pression (je ne sens aucune pression dans le confinement), maintenant je sais que je vivais dans une tension permanente qui n’est pas un bienfait, comme on a toujours voulu croire. Le stress c’est usant, lentement, ou épuisant quand c’est plus violent. (Laure, 50 ans, village en Normandie, confinée avec son conjoint et ses 2 fils adolescents, semaine 5)

52En semaine 3, Mathilde constate que sa montre ne fonctionne plus. Elle va devoir vivre sans car les commerces dits « non essentiels », comme les bijoutiers, horlogers, sont fermés. Il faut apprendre à se passer de certaines choses. Mathilde réalise qu’elle « peu[t] vivre sans » (Mathilde, 35 ans, Montrouge, confinée avec son conjoint et leurs 2 enfants, en télétravail, semaine 3).

53Pour Juliette, c’est le moment de remettre en question son emploi du temps hors confinement, car elle prend conscience qu’elle peut faire des activités en prenant le temps, peut-être en réalisant l’action avec plus de profondeur, « comme jouer avec [sa] fille » et en conscientisant le fait que « de toute façon, nous ne sommes pas pressées ! » (Juliette, semaine 5). Quand la question des frustrations dues à la période vécue arrive, lors du déconfinement, Laure fait le bilan du temps ressenti, toujours dans une perception réflexive :

Je refuse de ternir cette « parenthèse enchantée » qu’a été pour moi cette période de confinement, par des frustrations. Il y a des choses que je n’ai pas faites, que j’aurais voulu faire, oui ! Et c’est ça qui rend belle cette période, je ne les ai pas faites ! (...) C’est ce que je dois me souvenir au sujet de mes temps libres à venir. Ne plus jamais les rentabiliser, et n’en faire qu’à ma tête. (Laure, 50 ans, village en Normandie, confinée avec son conjoint et ses 2 fils adolescents, semaine 12)

54Cette conscientisation du temps perçu et ressenti amène de nombreux questionnements et réflexions dans les témoignages des « Récits confinés ». Rosa (2010) constate une accélération du temps qui résulte d’une accélération technique, communicationnelle, du changement social et des rythmes de vie (Datchary, Gaglio, 2014), avec un paradoxe remarquable : le temps est à la fois de plus en plus techniquement géré et de plus en plus rare. Filant entre nos doigts, ce temps est comme ralenti pendant le confinement. Alors qu’une multiplicité du temps est à l’œuvre dans l’espace confiné en fonction des rôles sociaux à jouer, il semble toutefois reprendre un cycle lié plus directement aux saisons, à l’environnement, au foyer.

Au rythme des saisons

Le printemps ou la renaissance

55Le temps confiné est vécu comme un temps suspendu ou un temps en décélération, ce qui a permis aux individus de rompre avec le mode de production dominant, celui lié au rythme du travail et des déplacements qu’il implique souvent. Ainsi, les récits offrent des visions printanières du confinement. Le temps est devenu contemplation durant cette saison, qui semble reconfigurer un temps social plus cohérent avec le monde environnant et rural. Laure précise qu’elle a bien vécu le premier confinement en partie parce que la saison était clémente, symbole du renouveau, de la vie.

Il fait beau, c’est super. Nous sortons, papotons en marchant ou courant. Ce sont des moments très agréables, gais. Je suis sûre de supporter ce confinement en partie parce qu’il fait beau. Le manque de lumière serait vraiment difficile à vivre. Ce serait déprimant. Les jours où le temps est morose, je me sens plus facilement friable. (Laure, 50 ans, village en Normandie, confinée avec son conjoint et ses 2 fils adolescents, semaine 3)

56Christine, elle aussi, décrit régulièrement le printemps pour parler de son expérience de confinement :

Après avoir fait un peu du tri de papiers, je me suis installée sous le parasol pour attaquer ma nouvelle lecture et profiter de ce jour de vacances, un peu particulier mais agréable, avec les rosiers qui commencent à fleurir. (...) Premières cerises trouvées au supermarché ! Cela m’a fait penser que l’on avait vu juste les fleurs avant le confinement et qu’il y avait maintenant déjà les fruits.
Les petites choses, une rose en fleur, un morceau de musique, un oiseau qui se pose, m’ont toujours émerveillée (...) Respirer à pleins poumons dans les rues lors des sorties : peu de voitures encore et les arbres/plantes en fleur : à chaque coin de rue ou presque, les odeurs de jasmin, de roses ont suivi celles des glycines et les tilleuls prennent le relais (Christine, 55 ans, Orange, co-confinée avec son fils et son conjoint, semaine 9)

57D’autres encore racontent ce temps de contemplation de la nature printanière :

J’ai envie de profiter de cette pause. J’écoute le chant des oiseaux. Je regarde les arbres s’épanouir. Je scrute les étoiles à la tombée de la nuit. (Sylvie, 60 ans, banlieue de Pau, confinée avec ses 2 filles adultes, semaine 5)

Il fait beau, chaud, les arbres sont en fleurs, les teintes de verts varient selon l’état des bourgeons et les pentes sont couvertes de coucous jaunes. C’est beau. (Jean, 41 ans, village dans le Rhône, responsable informatique, confiné seul, semaine 4)

Ce matin de bonne heure j’ai regardé un grand moment un merle qui apprenait à son petit à voler. Du bonheur !!! (…) J’ai pris le temps également de contempler mon environnement, la beauté et le silence de dame nature quand l’homme s’efface, le calme qu’elle peut apporter au corps et à l’esprit… (Caroline, 49 ans, infirmière libérale, village proche de Saint-Étienne, semaine 8)

58Mathilde profite de ce temps confiné pour redécouvrir le jardin de sa maison de ville, qu’elle et sa famille utilisaient très peu jusqu’ici.

Je me suis toujours dit que c’était presque idiot qu’on ait un jardin tant on y passait peu de temps. Là on y va tous les jours, c’est devenu un véritable lieu de vie ! (...) Je trouve ça fou qu’en temps normal, on n’ait pas le temps d’y être plus. Sans doute parce qu’à la place on va au parc ou en forêt, mais pas que. C’est notre rythme de vie aussi… qui fait qu’on n’a pas le temps de voir pousser des graines. (Mathilde, 35 ans, Montrouge, confinée avec son conjoint et leurs 2 enfants, en télétravail, semaine 5)

59Un espace qui semblait inconfortable avant le confinement (un jardin difficile d’accès, mal agencé) se révèle être un espace privilégié pour la famille. Il prolonge l’espace domestique, offre une plus grande surface habitable pour les membres du foyer. Le fait qu’il soit en extérieur renforce ce sentiment privilégié, lorsque l’espace « public » est, quant à lui, interdit ou drastiquement réduit.

60Le temps de contemplation printanière témoigne de la recherche d’un temps décéléré, qui vient s’opposer à l’accélération sociale liée au processus de modernisation (Rosa, 2010). Avec l’accélération du rythme de vie et technique, le rapport à l’identité et à la nature est modifié, reconfiguré. Un paradoxe est à l’œuvre avec l’inertie paralysée, celle provoquée par la crise sanitaire liée au Covid-19 par exemple, qui bascule le mouvement accéléré en pétrification sociale (ibid.), où l’ennui existentiel et l’immobilité physique refont sens. Rosa parle de l’érosion des ressources de sens comme « revers de la médaille » de la rationalisation qui « trouve une bonne part de son origine dans la dévalorisation accélérée des traditions, des savoirs et des routines, de même que dans la transformation constante des structures des relations sociales ; la transformation de la maîtrise de la nature en une destruction de la nature (...) semble en premier lieu une conséquence du non-respect des “temps propres” de la nature » (ibid., p. 346-347). Les « Récits confinés » témoignent ainsi de la recherche des temps propres de la nature, et en particulier celui de la saison de la renaissance.

L’automne ou la perte de sens

  • 15 À partir du 30 octobre 2020, le gouvernement français a annoncé un nouveau confinement généralisé, (...)
  • 16 Il est à noter que la temporalité du projet Récits confinés a également été modifiée. Nous n’avons (...)
  • 17 Nous nous questionnons à ce sujet : ne serait-ce pas les participant∙e∙s qui ont le moins bien vécu (...)

61Les témoignages recueillis dans les « Récits confinés » de l’automne 2020 montrent clairement un changement d’attitude des participant∙e∙s face au temps du confinement. Un événement qui était inédit et exceptionnel en mars 2020 recommence alors, avec moins de surprises et plus d’appréhensions. Les modalités des restrictions sont également différentes. Même si elles reflètent un peu plus de flexibilité sur les déplacements, plus de possibilités de se rendre sur son lieu de travail, les sorties pour les loisirs sont de nouveau interdites15. Nombreux sont celles et ceux qui n’ont pas vécu cette période de la même façon qu’au printemps16. Aucun des 18 participant∙e∙s ayant témoigné en décembre 2020 ne mentionne de sentiments « positifs » à l’annonce de ce confinement17. Les témoignages traduisent de l’inquiétude, notamment sur les conséquences sociales de la crise. La perspective du confinement s’ajoute à la morosité saisonnière de l’arrivée de l’automne : les températures et la luminosité qui diminuent et entraînent (même hors confinement) un repli sur le foyer, l’intérieur, le domestique.

62Il en ressort souvent un sentiment de lassitude :

J’ai travaillé dans mon établissement scolaire avec des adaptations sanitaires. Mon conjoint est retourné travailler. Les frustrations ont été plus nombreuses. Je vis de plus en plus mal cette période. Lors du premier confinement, j’ai vécu cet isolement comme un défi et je m’en suis bien arrangée. (...) Le deuxième confinement m’angoisse davantage. J’ai l’impression de plus en plus forte d’étouffer et de ne pas vraiment vivre (...) Ne sortir que pour travailler me met hors de moi. J’ai l’impression d’être un animal. De n’avoir aucune existence. (Laure, 50 ans, village en Normandie, confinée avec son conjoint et ses 2 fils adolescents, décembre 2020)

Difficile, je commence à en avoir marre de cette distanciation. Mes collègues et les sorties me manquent. C’est beaucoup plus difficile que le premier, je me sens moins en forme, plus inquiète, plus irritable, moins motivée mais je continue quand même dans ma routine. (Sandrine, 61 ans, Bagnolet, confinée seule, décembre 2020)

63Pour Antoine, 34 ans, qui travaille dans un service hospitalier, la « lassitude » d’un nouveau confinement s’accompagne d’un « agacement » face à celles et ceux qu’il identifie comme responsables de la deuxième vague de contamination « car beaucoup de personnes ignorent les consignes sanitaires, se rassemblent et créent des clusters. Sensation de punition collective alors que je suis resté vigilant entre les deux confinements » (Antoine, 34 ans, zone péri-urbaine de Villefranche, confiné seul, décembre 2020).

64C’est le même sentiment pour Daniel, jeune retraité, qui sent nettement un changement de perception du temps :

Beaucoup plus anxiogène. Ce second confinement est différent du premier confinement car le temps semble plus long et surtout il intervient après une période de liberté dont beaucoup de gens n’ont pas respecté les règles barrières malgré les mises en garde et le bout du tunnel s’éloigne. (Daniel, 65 ans, banlieue de Toulouse, jeune retraité, vit avec sa femme et sa fille adolescente, décembre 2020)

65Le temps s’étire et les incertitudes sur l’évolution même de la crise l’empêchent d’être circonscrit. Bien que les modalités des mesures sanitaires soient différentes de la première période, le temps qui passe est d’autant plus conscientisé que c’est la deuxième fois en moins d’un an que le concept de confinement est appliqué à la société. La projection dans un futur proche est également très difficile à réaliser. Ces situations globalisées questionnent également des situations personnelles et professionnelles, et amènent à des introspections. C’est le cas de Laure, 50 ans, qui fait un bilan de son deuxième confinement beaucoup moins positif que pour le premier :

Ma relation avec mon conjoint touche à son terme (cela faisait plusieurs années que nous allions vers la séparation) et vivre avec lui devient pesant.

66Le temps confiné peut être vu comme un repli sur soi, un isolement au départ forcé, puis plusieurs fois prolongé, à cause de la situation globale, qui s’étend, qui n’en finit pas. C’est le cas de Jean, 41 ans, qui considère ce deuxième confinement comme un prolongement du premier.

Je ne me suis pas senti inquiet, mais l’isolement s’est ajouté à la morosité et à la fatigue saisonnière, rendant cette période difficile moralement. Je n’ai pas ressenti de coup de déprime comme lors du premier confinement, mais c’est probablement parce que ma vie sociale est restée proche de zéro depuis des mois. (Jean, 41 ans, village dans le Rhône, responsable informatique, confiné seul, décembre 2020)

67Les récits montrent une différence nette de lexique employé pour décrire l’expérience du confinement et ses ressentis durant les différentes saisons. Pour le confinement du printemps, outre la sidération de la situation et une fois l’adaptation dans le temps du confinement effective, on relève des expressions telles que : « il fait beau », « moments très agréables, gais », « soleil », « luminosité », « rosiers qui commencent à fleurir », « premières cerises », « roses en fleur », « odeur de jasmin, de rose », « bourgeons », « chant des oiseaux », « je scrute les étoiles à la tombée de la nuit », « les teintes de vert varient », « j’ai regardé un grand moment un merle qui apprenait à son petit à voler ». De nombreux témoignages décrivent l’environnement extérieur, le temps pris pour observer la nature, même pour celles et ceux qui résident en ville.

68Pour le confinement de l’automne, le lexique employé porte des intonations plus négatives, et toute référence à l’environnement extérieur est rare voire absente : « frustrations », « angoisse », « étouffer », « ne pas vraiment vivre », « plus inquiète », « plus irritable », « moins motivée », « désorientée », « beaucoup plus mal maintenant », « beaucoup plus anxiogène », « le temps semble plus long », « morosité », « fatigue saisonnière », « période difficile moralement », « déséquilibre qui me paraît démesuré ». Le vocabulaire se base sur une comparaison avec le premier confinement, une redondance des temps confinés, auxquels s’ajoute le temps saisonnier. Cette superposition temps confiné / temps saisonnier questionne l’évolution du temps social et sa structuration qui, au cours de l’histoire, révèle un mode de production, un mode politique, une organisation des routines quotidiennes et l’espace social traversé par ces dimensions (Le Roulley, 2017).

Conclusion

69Le confinement a donné la possibilité à de nombreux individus de se questionner sur le temps vécu, de le structurer en réinventant des routines, des pratiques du quotidien, seul ou à plusieurs. Le projet « Récits confinés » a permis de recueillir des témoignages de vies ordinaires dans « le temps réel » (Worms, 2021) de la crise sanitaire, caractérisée par trois dimensions « en effet différentes et contradictoires, selon nous, de la durée (de l’événement lui-même qui s’étend et qui dure), de l’instant (constamment changeant) dans cet événement et de l’histoire (au-delà de cet événement et rejoignant tous les autres) » (Worms, 2021, p. 59-60). Le confinement offre de nouveaux cadres temporels façonnés par les pratiques, qui façonnent en retour les pratiques (Orlikowski, Yates, 2002). L’accélération globale articulée au temps sanitaire se situe en opposition avec la décélération ressentie dans les foyers confinés. Cet article montre qu’une partie des individus (notamment la quasi-totalité des participant∙e∙s au projet « Récits confinés », ne travaillant donc pas dans des services dits essentiels ou dans la santé) est redevenue « agente de son temps » (Levrini, Fantini, Barelli et al., 2021, p. 18) en se réappropriant le temps accordé par la pandémie.

70La participation au projet « Récits confinés » est venue structurer le temps du confinement aussi bien pour celles et ceux qui y participaient de façon assidue, que pour les chercheures qui l’ont mis en place, géré et porté dans leurs propres temps du confinement. De nombreux participant∙e∙s ont exprimé des remerciements pour la mise en place de ce projet qui a « structuré » et « rythmé » leur confinement, leur a permis de « constater les évolutions de [leur] humeur » et leur a donné un « “devoir” quotidien ».

71Le projet « Récits confinés » étudie le confinement comme un événement particulier qui s’inscrit dans une période de pandémie. D’un point de vue historique, cette crise n’est pas si inédite que cela : elle est une épidémie virale comme d’autres par le passé et en cours (notamment l’épidémie de VIH-sida, Ebola). Ce qui nous semble, cependant, un événement nouveau est l’expérience du confinement à grande échelle, que nous avons défini comme un objet d’étude à part entière. Pour saisir cet événement d’un point de vue scientifique, nous retenons la proposition de Bensa et Fassin (2002) de lui restituer sa spécificité temporelle. Pour définir l’événement, ici le confinement, il faut considérer que « l’évidence habituelle de la compréhension est soudain suspendue : à un moment donné, littéralement, on ne se comprend plus, on ne s’entend plus. (...) Tandis que nous vivons d’ordinaire dans le régime de ce qui va sans dire, nous voici plongés avec l’événement dans le régime extraordinaire de ce qui ne sait plus se dire, ou du moins n’en est plus si sûr ».

72Le confinement impose de nouvelles temporalités dans le présent qui altèrent les rapports au passé et à l’avenir, c’est ce que nous avons vu au travers des récits des confiné∙e∙s. Il marque une « ère nouvelle » (ibid.), et un nouveau rapport au temps s’impose, dont, en premier lieu, un nouveau calendrier. Levrini, Fantini, Barelli et al. (2021) nomment ce phénomène vécu de façon collective et individuelle le « choc du présent », caractéristique de l’ère pandémique, avec le sentiment d’être dans une époque transitionnelle.

73Dans l’événement, les actions sont particulières, elles sont reconfigurées. C’est ainsi que notre analyse s’est appuyée sur la description des actions routinières, quotidiennes, nouvellement mises en place par les confiné∙e∙s. C’est en tant qu’action qu’il faut saisir le confinement comme événement, « c’est-à-dire selon une logique de situation qui prenne en compte comment il montre et établit autre chose que ce à quoi chacun était encore habitué » (ibid.). Notre analyse a pris en compte ce qui a été rompu, « ce qui se défait, ou ce qui se fait » (Bensa, Fassin, 2002), une forme d’intelligibilité de l’événement, c’est-à-dire des séries dans lesquelles l’événement prend sens.

Haut de page

Bibliographie

Bensa A., Fassin E., 2002. « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain. Anthropologie & sciences humaines 38. URL : https://journals.openedition.org/terrain/1888

Boring A., Sénac R., Dominguez M., Mercat-Bruns M., Périvier H., 2020. La crise sanitaire et les inégalités entre les sexes en France, Paris, Presses de Sciences Po.

Carter S., Mankoff J., 2005. “When participants do the capturing: the role of media in diary studies”, Proceedings of the SIGCHI Conference on Human Factors in Computing Systems, p. 899-908.

Chabot P., 2019. Traité des libres qualités, Paris, Presses universitaires de France.

Dassié V., 2014. « Les souvenirs domestiques, un retournement affectif », Socio-anthropologie 30, p. 33-46.

Datchary C., Gaglio G., 2014. « Hétérogénéité temporelle et activité de travail », Revue d’anthropologie des connaissances 8(1), p. 1-22.

de Certeau M., 1990. L’invention du quotidien, in Giard L. (dir.), Paris, France, Gallimard.

Douglas M., 1971. De la souillure : essai sur les notions de pollution et de tabou, Paris, François Maspero.

Fine G.A., Abramson C.M., 2020. “Ethnography in the time of Covid-19: vectors and the vulnerable”, Etnografia e ricerca qualitativa 2, p. 165-174.

Flipo A., Ortar N., 2020. « Séparer les espaces pour maîtriser le temps. La reconstruction des barrières temporelles et spatiales entre vie privée et vie professionnelle par le coworking », Temporalités 31-32. URL : https://journals.openedition.org/temporalites/7712

Gurvitch G., 1961. La multiplicité de temps sociaux, Paris, Centre de documentation universitaire.

Harvey D., 2010. Géographie et capital : vers un matérialisme historico-géographique, Paris, Éditions Syllepse.

Hoang A.N., Mahéo C., Mellot S., Pasquer-Jeanne J., Theviot A., 2021. « Explorer les méthodes en ligne pour des terrains hors ligne. Introduction », Terminal. Technologie de l’information, culture & société.

Jankélévitch V., 1976. L’aventure, l’ennui, le sérieux, Paris, Aubier.

Janssens K.A.M., Bos E.H., Rosmalen J.G.M., Wichers M.C., Riese H., 2018. « A qualitative approach to guide choices for designing a diary study », BMC Medical Research Methodology 18, 140.

Javeau C., 2003. Sociologie de la vie quotidienne, Paris, Presses universitaires de France.

Juan S., 2015. « Le concept de routine dans la socio-anthropologie de la vie quotidienne », Espace Populations Sociétés. Space Populations Societies 1-2. URL : https://journals.openedition.org/eps/5935

Le Roulley S., 2017. « La saturation du temps social. Éléments de réflexion sur les conditions de possibilité d’un droit au temps comme modalité d’un droit à la ville », Variations. Revue internationale de théorie critique 20.

Lechevallier I., Matrand M., Murcier N., 2005. « Le refus de l’ennui : une défense contre l’impossibilité de combler l’autre », La lettre de l’enfance et de l’adolescence 2(60), p. 43-48.

Lederlin F., 2020. « Télétravail : un travail à distance du monde », Études 11, p. 35-45.

Lefebvre H., 2001. Du rural à l’urbain, Paris, Anthropos.

Levrini O., Fantini P., Barelli E., Branchetti L., Satanassi S., Tasquier G., 2021. The present shock and time re-appropriation in the pandemic era”, Science & Education 30, p. 1-31.

Lupton D., 2020. “Doing fieldwork in a pandemic” (crowd-sourced document) : https://docs.google.com/document/d/1clGjGABB2h2qbduTgfqribHmog9B6P0NvMgVuiHZCl8/edit#heading=h.ze8ug1cqk5lo

Orlikowski W.J., Yates J., 2002. “It’s about time: temporal structuring in organizations”, Organization Science 13(6), p. 684-700.

Piette A., 1992. « Les rituels : du principe d’ordre à la logique paradoxale. Points de repère théoriques », Cahiers internationaux de sociologie 92(39), p. 163-179.

Piette A., 2013. « Au cœur de l’activité, au plus près de la présence », Réseaux 6(182), p. 57-88.

Plantin J.-C., Monnoyer-Smith L., 2014. « Ouvrir la boîte à outils de la recherche numérique. Trois cas de redistribution de méthodes », tic&société 7(2). URL : https://journals.openedition.org/ticetsociete/1527

Pronovost G., 2014. « Sociologie du loisir, sociologie du temps », Temporalités 20. URL : https://journals.openedition.org/temporalites/2863

Rautenberg M., 2017. « Changer de ville, changer de vie », Ethnologie française 47(1), p. 121-130.

Robinson J., Godbey G., 1999. Time for Life: The Surprising Ways Americans Use their Time by John Robinson and Geoffrey Godbey, University Park, Pennsylvania State University Press.

Rosa H., 2010. Accélération : une critique sociale du temps, Paris, La Découverte.

Rosa H., 2012. Aliénation et accélération : vers une théorie critique de la modernité tardive, Paris, La Découverte.

Tremblay D.-G., Chevrier C., Loreto M.D., 2006. « Le télétravail à domicile : meilleure conciliation emploi-famille ou source d’envahissement de la vie privée ? », Revue Interventions économiques. Papers in Political Economy 34.

Tremblay D.-G., 2020. « Notes d’actualité - Le télétravail et le cotravail (coworking) : enjeux socioterritoriaux dans la foulée de la pandémie de Covid-19 », Revue Organisations & Territoires 29(2), p. 159-162.

Vayre É., 2019. « Les incidences du télétravail sur le travailleur dans les domaines professionnel, familial et social », Le travail humain 82(1), p. 1-39.

Worms F., 2021. Vivre en temps réel, Montrouge, Bayard.

Zimmerman D.H., Wieder D.L., 1977. « The diary: diary-interview method », Urban Life 5(4), p. 479-498.

Haut de page

Notes

1 Le confinement a été annoncé par allocution du Président le 16 mars 2020 et le décret relatif aux restrictions et autorisations exceptionnelles de déplacements a été publié le 17 mars 2020 au Journal officiel. Les restrictions concernent tous les déplacements hors du domicile sauf pour : l’exercice d’activités professionnelles insusceptibles d’être différées ; les achats de première nécessité (dans les établissements autorisés) ; les déplacements pour motif de santé, pour motif « familial impérieux, pour l’assistance des personnes vulnérables ou pour la garde d’enfants » ; les déplacements « brefs, à proximité du domicile, liés à l’activité physique individuelle des personnes, à l’exclusion de toute pratique sportive collective, et aux besoins des animaux de compagnie ». https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000041728476 ?r =xkWVRfcn5P

2 https://www.santepubliquefrance.fr/etudes-et-enquetes/coviprev-une-enquete-pour-suivre-l-evolution-des-comportements-et-de-la-sante-mentale-pendant-l-epidemie-de-covid-19
https://presse.inserm.fr/degradation-de-la-sante-mentale-pendant-le-confinement-resultat-dune-etude-realisee-dans-la-cohorte-mavie/42478/

3 Traduit de l’anglais par les autrices.

4 Le projet a été cofondé par Pierrine Didier, anthropologue et Laurent Gontier, artiste pluridisciplinaire et auteur. Ils ont été rejoints par une équipe de chercheurs bénévoles (Delphine Burguet, Daria Rostirolla, Myriam Castaldo, Véronique Duchesne et Lucia Candelise). Le projet a ensuite été administrativement rattaché au Ceped (UMR 196) notamment pour la conduite du projet dans deux pays africains (Guinée, Cameroun) suivant une méthodologie adaptée aux contextes locaux.

5 Une fois les trames réceptionnées et anonymisées avec le code personnel fourni par le∙a participant∙e, elles ont été stockées sur un espace de stockage Huma-Num, serveur sécurisé du CNRS.

6 Routine et vie quotidienne, alimentation, entretien du corps, hygiène et santé, activités à l’extérieur, activités à l’intérieur.

7 Certaines questions spécifiques nous intéressent plus particulièrement dans cet article : « Avez-vous adopté de nouvelles habitudes ? Lesquelles ? (changement d’horaires, relâche de toute contrainte ou au contraire imposition d’une routine stricte, racontez-nous) » / « Avez-vous fait des choses que vous ne preniez habituellement plus le temps de faire ? » / « Avez-vous appris des compétences, commencé un apprentissage quelconque ? » / « Y a-t-il des choses que vous voudriez absolument faire avant le déconfinement ? », etc.

8 Le Monde, 18 mars 2020, « Le “Journal du confinement” de Leïla Slimani, jour 1 : “J’ai dit à mes enfants que c’était un peu comme dans la Belle au bois dormant” ».
https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/03/18/le-journal-du-confinement-de-leila-slimani-jour-1-j-ai-dit-a-mes-enfants-que-c-etait-un-peu-comme-dans-la-belle-au-bois-dormant_6033596_3232.html
Le Monde, 19 mars 2020, « “Sine die” : la chronique du confinement d’Éric Chevillard. Jour 1 ».
https://www.lemonde.fr/culture/article/2020/03/19/sine-die-la-chronique-du-confinement-d-eric-chevillard-jour-1_6033716_3246.html
Le Monde, 21 mars 2020, « Journal d’un parent confiné, semaine 1 : comment je suis devenu instit par intérim ».
https://www.lemonde.fr/m-perso/article/2020/03/21/journal-d-un-parent-confine-semaine-1-comment-je-suis-devenu-instit-par-interim_6033980_4497916.html
David Dufresne, Corona Chroniques, mars-mai 2020 http://www.davduf.net/corona-chroniques-jour57

9 Cet échantillon a été prélevé sur un total de 78 participant∙e∙s francophones aux Récits confinés qui ont envoyé 473 trames de questionnaires. La majorité des participant∙e∙s résidaient en France métropolitaine, 2 résidaient en Belgique, 2 au Canada (Québec) et 1 à la Réunion ; 70 % des trames ont été récoltées pendant le confinement. La deuxième collecte de décembre 2020 a permis de récolter 18 trames. Nous constatons une sur-représentation des femmes parmi les participant∙e∙s (82 %), ainsi que des catégories socioprofessionnelles supérieures. Deux participant∙e∙s ont déclaré travailler dans les métiers du soin (ostéopathe, infirmière libérale) et 2 autres continuaient une activité non confinée (boulanger, employé de supermarché).

10 Le télétravail est défini comme « toute forme d’organisation du travail dans laquelle un travail qui aurait également pu être exécuté dans les locaux de l’employeur est effectué par un salarié hors de ces locaux de façon volontaire en utilisant les technologies de l’information et de la communication » (article L-1222-9 du Code du travail).

11 Le Monde, 9 juillet 2020, « L’accroissement des inégalités femmes-hommes pendant le confinement en graphiques ». https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/07/09/l-accroissement-des-inegalites-femmes-hommes-pendant-le-confinement-en-graphiques_6045739_4355770.html

12 Pascal Chabot, France Culture, 7 mai 2021, « Coronavirus, une conversation mondiale : que faire du temps qui dure ? » https://www.franceculture.fr/emissions/le-temps-du-debat/coronavirus-une-conversation-mondiale-que-faire-du-temps-qui-dure

13 France Culture, 27 mars 2020, « Comment (ne pas) réussir son confinement ». https://www.franceculture.fr/emissions/radiographies-du-coronavirus/comment-ne-pas-reussir-son-confinement

14 France Info, 1er avril 2020, « Confinement : où et comment trouver des films légalement sur Internet ? » https://www.francetvinfo.fr/culture/cinema/confinement-ou-et-comment-trouver-des-films-legalement-sur-internet_3887303.html

15 À partir du 30 octobre 2020, le gouvernement français a annoncé un nouveau confinement généralisé, avec la fermeture obligatoire des commerces dits « non essentiels », l’interdiction des déplacements, le retour des attestations de déplacement avec des sorties autorisées pour une heure dans un rayon maximal d’un kilomètre autour de son lieu de résidence. Contrairement au premier confinement, les crèches, les écoles, les collèges et les lycées sont restés ouverts. Le télétravail a été fortement conseillé. https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000042475143

16 Il est à noter que la temporalité du projet Récits confinés a également été modifiée. Nous n’avons pas pu appliquer exactement la même méthodologie : nous n’avons envoyé qu’une seule trame à la fin de la période de restrictions mi-décembre, dans un format réduit.

17 Nous nous questionnons à ce sujet : ne serait-ce pas les participant∙e∙s qui ont le moins bien vécu le confinement automnal qui ont souhaité témoigner de leurs difficultés et de leur mal-être ? Il faut ainsi considérer que ce résultat comprend un biais méthodologique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Burguet et Pierrine Didier, « Temporalités en crise au fil des saisons : une ethnographie participative de l’ordinaire et du domestique en temps confiné et reconfiné »Temporalités [En ligne], 34-35 | 2021, mis en ligne le 15 mars 2022, consulté le 30 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/temporalites/9623 ; DOI : https://doi.org/10.4000/temporalites.9623

Haut de page

Auteurs

Delphine Burguet

MSA / INMA - Institut national de médecine agricole
Rattachée à l’IMAf - Institut des mondes africains
Campus Condorcet, RCI 3, Bâtiment Recherche Sud
5, cours des Humanités, 93300 Aubervilliers
burguet.delphine@gmail.com

Pierrine Didier

ENTPE - Laboratoire Aménagement Économie Transports (UMR 5593) / Université de Lyon
Rattachée au Ceped (UMR 196) / Université de Paris
45 Rue des Saints-Pères, 75006 Paris
pierrine.didier@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Temporalités sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search