Skip to navigation – Site map

HomeNuméros41-2Hors thèmesLe groundhopping, une nouvelle fo...

Hors thèmes

Le groundhopping, une nouvelle forme de tourisme sportif. Une analyse à partir du cas français

Groundhopping, a new form of sports tourism. A French-based analysis.
Natália RODRIGUES DE MELO, Jean-Michel ROUX, Pascal MAO and Malek BOUHAOUALA

Abstracts

Groundhopping is the act of watching football matches in as many stadiums or grounds as possible. It spread from the British Isles to continental Europe after the 1990 World Cup, but has only been developing in France since the 2010s. Groundhoppers seek to discover and collect stadium ambiances and to enjoy experiences “off the beaten track.” A study was carried out in 2018 and 2019 among French groundhoppers through their blogs, with the hypothesis that groundhopping reveals a new form of sports event tourism at the crossroads of tourism and supporterism.

Top of page

Full text

1Le terme groundhopping, explique Hendrik Kren (2013), est apparu en Angleterre, sous la forme d’un mot composé désignant l’action de sauter (hopping, du verbe to hop) d’un terrain à l’autre (ground) pour assister à des matchs de football dans autant de stades et de villes que possible.

2Le groundhopping s’est répandu depuis les îles britanniques vers l’Europe continentale après la Coupe du monde de football de 1990. Cette pratique touristique de niche au caractère informel est relativement bien documentée pour l’Europe du Nord, mais encore difficile à appréhender en France, pays de supporterisme complexe au carrefour d’influences multiples. La pratique est attestée dans les années 2010, mais demeure confidentielle, ce qui justifie l’intérêt de comprendre sa genèse et ses caractéristiques.

3Les groundhoppers ne s’inscrivent pas dans les formes classiques de supporterisme (groupes officiels ou mouvements ultras) et ne cherchent pas à se rendre visibles dans les stades français. Le groundhopping est donc peu reconnu par les gestionnaires de stade, les dirigeants du football (clubs, ligues et fédération) et les professionnels du tourisme, ce qui rend d’autant plus difficile l’estimation de son ampleur sociale et économique. Il est cependant suffisamment présent sur les réseaux sociaux pour attester de son développement parmi les amateurs français de football. Il peut être considéré comme une pratique touristique de niche permettant de vivre des expériences « hors des sentiers battus » (Gravari-Barbas et Delaplace, 2015).

4Le groundhopping pourrait-il en ce sens devenir une forme alternative (Gibson, 1998) de tourisme d’événement sportif ? Faisant l’hypothèse que la notion de voyage et de découverte de l’autre est centrale dans le groundhopping à la française, nous considérons, à l’instar de David Bauckham (2013), qu’il s’agit non seulement de tourisme d’événement sportif, mais également d’une forme de tourisme culturel.

5Nous cherchons tout d’abord, dans la présente étude du groundhopping français réalisée en 2018-2019, à resituer le cas français dans une genèse et un développement du groundhopping en Europe et de voir dans quelle mesure il peut être considéré comme une forme de tourisme culturel sportif. Nous cherchons ensuite à définir les spécificités des groundhoppers français en ce qui concerne les profils sociologiques et de culture de déplacement. En raison de son caractère émergent, volontairement discret et alternatif, l’accès à cette communauté a nécessité des adaptations méthodologiques. Nous avons eu exclusivement recours aux réseaux sociaux Internet des hoppers français comme base méthodologique, d’une part pour une enquête par questionnaires et d’autre part pour l’analyse de leurs récits de voyage. Cette enquête nous a permis enfin de questionner le groundhopping comme nouvelle forme de tourisme en lien avec l’événement sportif.

Genèse et développement du groundhopping en Europe

6Bauckham (ibid.) écrit que la première référence au terme groundhopping est apparue en Angleterre sous la plume de Lenton, en 1979, qui écrivait sous le pseudonyme the rover, le vagabond, dans Netstretcher, un ancien magazine consacré au football semi-professionnel et amateur. Lenton y qualifie un certain Gerry Shepherd de groundhopper pour avoir réussi à assister à plusieurs matchs de football le même jour, en utilisant divers moyens de transport pour se déplacer d’un stade à l’autre. D’après Bauckham (ibid.), B.V. Easterbrook en 1959 se définissait lui-même comme un « collectionneur de terrain » et serait devenu le premier à formuler les bases du groundhopping. Le terme ne fait pas consensus dans la communauté, certains préfèrent être appelés des « voyageurs de football ». L’anglais Mike Floate, photographe amateur et auteur depuis 1995 d’une vingtaine d’ouvrages sur les terrains de football (football grounds), se qualifie quant à lui « d’historien visuel » (Floate, 1995). Bauckham (ibid.) est d’avis qu’il existe différentes catégories de hoppers qui partagent le même désir de collectionner les expériences et les ambiances de stades.

There is no agreed definition, but this leisure pursuit can broadly be described as the “collecting” of experiences of watching a complete ninety minutes of football at as many different grounds or stadia as possible, with the ultimate aim being to “tick off” the complete set of visits in a particular league. In other words, if groundhopping is about collecting football experiences, it is concerned with the venue rather than the match. (Bauckham, ibid. : 443)

7Pour la plupart des partisans, assister à un match se justifie par la passion du football, l’identification à une équipe et l’expérience du spectacle. Selon Nicolas Hourcade (2002), la nature de la passion, l’une des manières de s’intéresser au football, peut être centrée sur le jeu, un club, un joueur ou l’ambiance des tribunes, et ce choix varie énormément selon les individus. Pour Christian Bromberger (2001 : 43), « un match de football donne à éprouver, dans le temps court, toute la gamme des émotions que l’on peut ressentir dans le temps long et distendu d’une vie : la joie, la souffrance, la haine, l’angoisse, l’ennui, le sentiment d’injustice, etc. », mais la passion pour une équipe et la « partisanerie » sont des conditions nécessaires pour éprouver les émotions des stades (Bromberger, 1998).

8Les hoppers sont, quant à eux, avant tout en quête d’ambiances remarquables sans « partisanerie » préalable. Ils ont compris que pour ce faire, ils doivent cependant se fondre dans la masse d’un public. La recherche des émotions sportives que peuvent procurer certains stades et spectacles sportifs a été décrite dès les années 1980 par le sociologue Pierre Sansot (1986 : 63) qui observe les effets produits par « les drapeaux, les chorales, les visages crispés par l’effort, les sursauts d’un stade, les gestes inspirés d’un individu ou d’une équipe, l’intensité des liens sociaux et de l’expérience ante et post-matchs. L’expérience relative prend alors une extrême importance et trouve sa gloire jusqu’à émouvoir les stades et à bouleverser la physionomie d’une ville... » À l’opposé des conceptions avilissantes des foules, Sansot (ibid.) montre que l’individu peut aimer disparaître, de son plein gré, dans la foule du stade et faire en sorte que « l’être se vide de lui-même » pour que le spectacle advienne.

9Irlan Simões (2017) croit que l’émergence du groundhopping en Angleterre peut s’expliquer par son ancienne et féconde « culture du supporterisme » qui a d’ailleurs servi de modèle pour de nombreux pays. En effet, c’est en Angleterre que s’inventent dès les années 1850 le football moderne et les premiers clubs. Le premier club officiel, le Sheffield United, est fondé en 1857. La première mise en compétition et en spectacle, avec la Youdan Cup, est organisée en 1867 à Sheffield, avec douze équipes. Le public répondant à l’appel du spectacle, les terrains de foot deviennent dès lors des stades avec leurs caractéristiques architecturales que l’on connaît aujourd’hui. En raison, probablement, de la concentration géographique des grands clubs et de la qualité des réseaux de transport, des foules se mettent alors à suivre leur équipe.

10Au début du XXe siècle, les équipes de football se partagent, avec la religion et le syndicalisme politique, le cœur et l’esprit des travailleurs des grandes villes anglaises (Hobsbawm, 2006). Ainsi, très progressivement, une partie des amateurs de football et de partisans d’une équipe en viennent à se passionner pour les stades et à collectionner les différentes ambiances. Cette pratique évolue alors ; il ne s’agit plus de suivre les matchs de son équipe, mais de butiner d’un stade à un autre pour vivre l’ambiance des différents stades de football. La pratique est suffisamment courante pour qu’un « Club 92 » soit créé en 1978, réunissant tous les partisans ayant visité les 92 stades des championnats professionnels anglais. Jörg Heinisch (2008) affirme que les membres de ce club doivent tenir des statistiques sur leurs visites dans les stades, y compris les dates, les équipes, ainsi que le résultat et le nombre de spectateurs. Le Club 92 serait ainsi le premier club de groundhoppers au monde.

  • 1 C’est un méga-événement avec 2 516 348 spectateurs qui assistent aux matchs (moyenne de 48 391 pers (...)

11Dans les années 1990, le groundhopping commence à se développer en Europe continentale à la suite de la Coupe du monde en Italie de 19901. Il s’agit du moment phare de l’européanisation de la pratique selon Kren (2013). Le groundhopping se développe aussi à un moment charnière dans l’histoire des stades anglais puis européens. À la suite de la catastrophe de Hillsborough et sous l’influence des instances nationales et internationales régissant le football, la qualité de construction et d’accueil des stades est considérablement améliorée.

La réflexion sur la dimension sociale entraîne un profond bouleversement dans la façon dont est considéré l’usager. Les stades entrent dans l’âge du contrôle et de la consommation. Les foules sont ségréguées, privées de toute valeur sociale, et les individus atomisés, réduits à l’état de clients. Les frontières externes comme internes sont désormais complètement imperméables. Les stades, qui étaient des espaces publics socialisants au même titre que les parcs ou les places, deviennent des espaces de consommation, des tradiums. Ils sont l’objet d’une grande sophistication technique, certes due à des architectes de renom, mais leur « authenticité » est désormais manufacturée. Il en ressort un double phénomène : une amélioration de l’équipement et de son usage pour le consommateur, mais un appauvrissement de la qualité sensible pour le spectateur. (Roux, 2014 : 61)

12Hourcade (2002) remarque que ces nouveaux stades qui font place à la discipline et aux gestes moins spontanés n’ont guère la faveur des groundhoppers qui survalorisent l’atmosphère, l’architecture et le genius loci des petits stades, encore attachés à une identité locale et marqués par l’histoire passée. « L’espace est ainsi imprégné d’une culture et d’une valeur symbolique qui ne peuvent être mesurées en termes matériels ou marchands, mais qui permettent de revendiquer une authenticité supposée disparue depuis longtemps des grandes villes et des ligues commerciales d’élite » (notre traduction ; Connell, 2016 : 563).

13Les hoppers sont plutôt attachés à cette dimension nostalgique et émotionnelle des stades de caractère. Ils recherchent prioritairement le voyage, la camaraderie, le lien communautaire, et s’intéressent aux structures originales du terrain, faisant du lieu un patrimoine culturel dans son sens le plus large. Une plus grande intimité sociale stimulerait donc les émotions centrées sur la communauté, les histoires interpersonnelles, mais aussi les notions fétichisées du passé récent.

14Les hoppers partagent des histoires et des photos de leurs aventures via des blogs ou les réseaux sociaux. Selon Antoine Aubry, Laura Kotelnikoff et Guillaume Navarro (2015), au sein de ces forums spécialisés, les plus intéressés échangent également informations et bons plans sur les villes. Habituellement, les hoppers voyagent seul ou en petits groupes et ils se rendent souvent dans une enceinte sportive, regardent le match de football, puis prolongent leur séjour pour profiter de la ville, de la région ou du pays. Les groundhoppers sont donc des touristes atypiques qui choisissent leur destination en fonction des stades, et des ambiances que ces derniers leur offrent.

Groundhopping : un tourisme culturel sportif ?

15Robert A. Stebbins (2007) croit que la pratique peut être comprise comme un « loisir sérieux », marqué par la curiosité culturelle et le rejet de la consommation de masse. Celui-ci affirme que les adeptes de loisir sérieux cherchent à s’épanouir et à avoir une meilleure estime personnelle. Ces bénéfices sont obtenus à partir d’un continuum, c’est-à-dire lorsqu’il y a une « carrière de loisirs ».

16Ainsi, le groundhopping consiste à consacrer du temps, à mobiliser de nouvelles compétences et sources d’informations, à collecter, à se documenter pour acquérir un statut au sein d’une sous-culture combinant tourisme et supporterisme. La réussite de ce mode de sociabilité est, d’après John Connell (2016), un indicateur de loisirs sérieux. Celui-ci montre cependant des distinctions sociales existant au sein du groundhopping et qui appellent une « analyse approfondie selon les degrés d’enthousiasme et d’engagement, le sens de ce qui est approprié, l’appréciation du contexte par rapport au jeu, et la forme de la collecte des expériences » (ibid. : 564 ; notre traduction).

17Cette pratique peut aussi être appréhendée sous l’angle du « tourisme culturel sportif », qui se définit comme un segment du tourisme qui vise à découvrir le patrimoine culturel d’un lieu donné et, par extension, le mode de vie de ses habitants. Il s’oppose au tourisme de masse, même si, selon Saskia Cousin (2003), il s’agissait au départ d’une niche s’inscrivant dans la même logique économique, mais se référant à la clientèle la plus exigeante, parfois élitiste et avec des centres d’intérêt spécifiques. Intégrer le sport dans le cadre du tourisme culturel, faisant référence parfois au patrimoine du sport (Gibson, 1998), renvoie à un engouement pour les spectacles et les équipements sportifs historiques. Cela s’inscrit dans le cadre de transformations des pratiques et des consommations, comme le précisent Patrick Bouchet et Anne-Marie Lebrun (2009).

Les individus rechercheraient des occasions plus ludiques et s’ouvriraient à toute nouveauté, en particulier relationnelle. La consommation de manifestations sportives, en tant qu’expérience vécue, concerne donc les réactions des spectateurs d’ordre individuel et également partagé, ce qui nous amène à mettre en évidence leurs (nouvelles) logiques de consommation (ibid. : 194).

18Suivant Bauckham (2013), voyager pour participer à un tourisme (culturel) sportif ou à la réalisation d’un « loisir continu » aide les individus à développer leur identité sociale. Pour beaucoup de groundhoppers, le voyage pour regarder un match de football ne nécessite pas de séjourner. Cependant, certains hoppers entreprennent des voyages plus ambitieux et plus longs. Ce mode de déplacement s’appelle organized hops et les enquêtes de Bauckham concluent que ces séjours mettent le voyageur en contact prolongé avec d’autres participants ainsi que les habitants du lieu :

The sports tourism aspect of hopping, together with knowledge gained through visiting places that they might not otherwise have experienced, was a powerful reward gained through hopping. Some intentionally planned a route to visit places of interest, and for a number of those interviewed, this served as a greater motivator than simply ticking off a ground from a list. (Bauckham, ibid. : 443)

19Se déplacer pour ressentir des ambiances de stade est une forme de tourisme et de loisir qui a un coût plus ou moins important. Ce dernier peut être modeste pour ceux ayant une consommation locale et moins soutenue, ou élevé pour ceux qui en font une passion dévorante. Kren (2013) observe que de nombreux hoppers insistent pour « compléter un championnat », en assistant à un match dans tous les stades. Une fois le défi relevé, ils commencent à visiter les stades nouvellement construits ou cherchent à relever d’autres défis. Ainsi, le tourisme pratiqué par les hoppers est-il pensé comme une recherche toujours renouvelée d’expériences émotionnelles.

20Bauckham (2013), pour sa part, affirme que les hoppers cherchent à s’identifier à travers leur « collection de terrains de football ». Ils se fixent des objectifs qu’ils évaluent avec des feedbacks. Ils partagent ensuite leur expérience au sein de leur communauté via des sites et des blogs, dressant des comparaisons avec celles d’autres collectionneurs. Ils montrent ainsi que les actions du partage et de la comparaison sont souvent l’aspect le plus agréable de la pratique. Une telle motivation tend à confirmer la valeur des interactions avec les artefacts (photographies ou billets) qui sont conservés et utilisés pour donner une valeur au terrain « conquis » et à l’émotion vécue.

Première recherche sur les groundhoppers français

21En France, bien que la pratique soit encore récente parmi les « voyageurs du football », le groundhopping bénéficie d’un nombre grandissant d’adeptes. Cependant, ce n’est qu’à partir des années 2010 que cette pratique aurait pris de l’ampleur dans le pays, la plus ancienne source retrouvée datant de 2011.

22À cette époque, la France a accueilli un méga-événement avec le Championnat d’Europe des Nations (Euro 2016). Alors qu’on y observe un supporterisme bien étudié par les sciences sociales (Hourcade, 2002 ; Lestrelin, 2010), aucune recherche n’a semble-t-il été consacrée au phénomène du groundhopping. Il convient alors de souligner que l’activité est encore embryonnaire et que de nombreux hoppers ne se sont pas identifiés en tant que tels. Nous avons commencé notre quête des « abeilles de stade » par une enquête sur les rares réseaux de groundhopping du pays.

23Cette recherche réalisée sur deux années (2018-2019) a permis d’identifier quatre blogs français, dont un seul est considéré comme actif, le blog « Au stade » qui est issu de la fusion des blogs « Au stade » et « Groundhopping – Tout le monde s’en foot ». Selon les administrateurs, le second était un blog temporaire et la fusion avait comme objectif de concentrer toutes les informations dans une seule plateforme afin d’optimiser les échanges. Les autres réseaux trouvés, « FMSLife » et « Groundhopping – le tour des stades – impressions et conseils », sont peu visités et leurs administrateurs n’ont pas répondu à nos tentatives de les contacter. Plusieurs autres profils étaient visibles sur les principaux réseaux sociaux – Facebook, Instagram, Twitter et Pinterest –, mais ils étaient simplement l’extension des blogs cités supra.

24Nous avons contacté des pratiquants réguliers sur les réseaux sociaux et leur avons demandé de remplir un questionnaire contenant quatorze questions fermées et trois questions ouvertes afin d’identifier le profil personnel des hoppers (profession, habitudes de consommation, temps passé dans une ville lorsqu’ils pratiquent le groundhopping, modes de déplacement, etc.).

25Cette recherche s’est fondée sur les seuls hoppers actifs sur le réseau « Au stade » qui comptait 1049 abonnés sur Twitter en 2019. Nous avons considéré dans cet univers d’analyse les quelque 350 membres du blog qui accèdent simultanément à Twitter. Nous avons obtenu 44 réponses, soit un taux de réponse de 12,7 %. Ce faible taux de retour pourrait s’expliquer par la culture méfiante et par la prudence des partisans vis-à-vis de tout type d’investigation à leur égard. Aussi, ce taux ne permet pas une montée en généralité des résultats, mais couplé avec l’analyse des récits, il permet néanmoins de produire les premières connaissances sur ce phénomène.

26L’analyse qualitative des récits mis à disposition par les groundhoppers, notamment sur le blog « Au stade » à partir de 2011 et analysés jusqu’en 2019, a permis d’identifier les principales motivations qui les conduisent au stade. Ces informations ont également permis de dresser un tableau des déplacements identifiant les stades les plus fréquentés dans les récits mis en ligne.

Les profils sociologiques des hoppers français

27Le questionnaire permet d’identifier les profils culturels et sociologiques des hoppers français. La majeure partie des répondants est composée de jeunes hommes, âgés de 21 à 30 ans et ayant un niveau minimal de formation BAC+3.

28Ceux-ci se rendent, a priori, sans distinction dans tous les stades, des plus grands et renommés tels que le Parc des Princes (Paris), le Stade de France à Saint-Denis ou le Stade Orange-Vélodrome à Marseille, jusqu’aux plus petits comme le Stade Charles-Sage à Drancy ou le Stade Jean-Bouin à Amiens qui ont des capacités respectives de 2500 et 1200 spectateurs. L’objectif semble bien de collectionner le plus grand nombre de stades et d’ambiances. Donnant la priorité à l’enchaînement des matchs, ils ne négligent pas, comme nombre de groundhoppers anglo-saxons, les stades de l’élite professionnelle. Interrogés sur leurs championnats préférés, 46 % admettent une préférence pour la Ligue 1 du championnat français parmi lesquels 28 % s’intéressent aussi à la Ligue 2.

29Sept groundhoppers sur dix visitent au moins un stade par mois, dont 31,8 % plus de deux par mois. La plupart des interrogés ont visité entre dix et trente stades et ils se déplacent majoritairement en groupe et entre amis.

30Les hoppers s’informent sur les matchs, le prix des billets et obtiennent des renseignements touristiques sur les blogs, Twitter et Facebook, mais aussi grâce à une application mobile spécifique, « Groundhopperapp », qui leur permet d’échanger des informations spécifiques avec leur communauté, de créer des groupes collaboratifs ou de « partager les bons plans ». La grande majorité des hoppers dépensent en moyenne moins de 50 euros par billet et la plupart disent ne pas dépasser 200 euros par séjour (prix global avec transport et billet). Cette estimation semble réaliste dans le cadre de déplacements de proximité ou de courts séjours hors vacances scolaires.

31Les hoppers français peuvent donc être considérés comme touristes ou excursionnistes, selon les définitions de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT, 2022). Le faible nombre de nuitées observé se justifie par la proximité de certains déplacements et par le choix du respect d’un budget permettant d’assister à plusieurs événements dans le temps. Seule une étude statistique sur un échantillon plus important permettrait de produire une analyse plus fiable.

32Par ailleurs, de nombreux matchs professionnels ont lieu pendant la semaine, ce qui empêche souvent les voyageurs de s’éloigner plus d’un jour de leur famille et de leur travail. Ils optent alors pour des stades proches et choisissent les plus éloignés pendant les périodes de vacances et ils en profitent alors pour visiter les villes hôtes.

33Quand il est nécessaire de rester plus d’un jour hors du domicile familial, la grande majorité déclare trouver son hébergement sur Airbnb (72 %) ou dans un hôtel (62,1 %) et une petite partie (environ 8 %) indique se loger chez des proches ou des amis. Si les hoppers ne dorment pas toujours sur place, ils n’en sont pas moins disposés à découvrir de nouveaux endroits, à échanger avec les locaux et à rapporter des preuves ou des souvenirs de leur passage.

34Il faut noter que peu de déplacements nécessitant un séjour et que plusieurs gardant cette pratique sous silence, le groundhopping n’est pas une activité touristique majeure et les dépenses ne sont pas clairement identifiées dans le circuit économique marchand. Par ailleurs, les dépenses n’ayant pas été estimées sur une année complète, il est difficile de les comparer avec précision avec le budget moyen des Français en matière de tourisme qui représente 1400 euros par an selon l’Institut national français de la statistique et des études économiques (INSEE, données de 2018).

35En ce qui concerne les moyens de transport (réponses multiples possibles), les hoppers se déplacent à 72,7 % en véhicule personnel, seul ou font du co-voiturage, mais ils utilisent aussi les transports collectifs (trains, autobus, autocars et avions). Comme pour l’hébergement, leur budget de transport est établi grâce aux « bons plans ».

36Certains hoppers français confirment le caractère explorateur ou accumulateur de lieux et d’expériences. Pour reprendre des expressions tirées de leurs retours d’expérience, le groundhopping signifie « visiter le plus de villes possible à travers ce qui plaît le plus : le football ! », « découvrir des villes, des ambiances, et surtout des personnes nouvelles ; partager des aventures », faire une « visite culturelle et sportive », etc. Stebbins (2007) souligne que le loisir pratiqué par les hoppers est ancré principalement dans la recherche de l’épanouissement personnel et le perfectionnement de l’estime de soi. De plus, le groundhopping valorise la culture et les entraides, ce qui, d’après Bauckham (2013), aide les individus à développer une certaine identité sociale.

Analyse des déplacements des hoppers français

37Nous avons analysé la totalité des 50 récits d’une trentaine de hoppers différents du blog « Au stade » afin de mettre en évidence les pratiques et de dresser un tableau des stades les plus représentés dans ces récits (tableau 1).

  • 2 La principale équipe du pays, l’Association sportive de Monaco Football Club, participe aux princip (...)

38Alors que le football professionnel se concentre dans un petit nombre de régions (Provence-Alpes-Côte d’Azur, Auvergne-Rhône-Alpes, Île-de-France, Hauts-de-France et Bretagne), les récits couvrent la totalité des régions métropolitaines et la principauté de Monaco2.

Tableau 1

  • 3 Pour définir la capacité d’accueil des stades identifiés dans notre analyse, nous nous appuyons sur (...)

Les villes et stades français mentionnés dans un corpus de 50 récits du blog « Au stade » (2011-2019)3

VILLE

STADE

CAPACITÉ D’ACCUEIL

NOMBRE DE RÉCITS

Grands stades (20 récits)

Bordeaux

Matmut Atlantique

42 115

1

Décines-Charpieu

Parc olympique lyonnais

59 186

4

Lens

Stade Félix-Bollaert

38 223

1

Lyon

Stade de Gerland

35 029

1

Marseille

Stade Orange-Vélodrome

67 394

4

Nice

Allianz Riviera

35 624

2

Paris

Parc des Princes

42 929

2

Saint-Denis

Stade de France

81 338

1

Saint-Étienne

Stade Geoffroy-Guichard

41 965

2

Toulouse

Stadium TFC

33 150

2

Stades moyens (9 récits)

Caen

Stade Michel-d’Ornano

21 215

1

Grenoble

Stade des Alpes

20 068

2

Le Havre

Stade Océane

25 181

1

Metz

Stade Saint-Symphorien

29 000

1

Paris

Stade Jean-Bouin

20 000

1

Paris

Stade Charléty

20 000

1

Rennes

Roazhon Park

29 778

1

Strasbourg

Stade de la Meinau

26 100

1

Petits stades (21 récits)

Amiens

Stade Jean-Bouin

1 200

1

Annecy

Parc des sports d’Annecy

15 714

3

Auxerre

Stade de l’Abbé-Deschamps

18 541

1

Brest

Stade Francis-Le Blé

16 000

1

Chambly

Stade des Marais

3 012

1

Clermont-Ferrand

Stade Gabriel-Montpied

11 980

1

Concarneau

Stade municipal Guy-Piriou

6 500

1

Dijon

Stade Gaston-Gérard

15 995

1

Drancy

Stade Charles-Sage

2 500

1

Furiani

Stade Armand-Cesari

16 078

1

Lorient

Stade du Moustoir

18 110

1

Melun

Stade municipal

6 500

1

Monaco

Stade Louis II

18 523

1

Montpellier

Altrad Stadium

15 697

1

Nîmes

Stade des Costières

18 364

1

Orléans

Stade de la Source

7 533

1

Saint-Laurent-des-Arbres

Stade Pierre-Fontana

N/A

1

Schiltigheim

Stade de l’Aar

2 500

1

Viry-Châtillon

Stade Henri-Longuet

5 700

1

Compilation des auteurs, 2022, d’après les récits issus du blog « Au stade », 2011-2019.

39L’analyse de ces récits conforte les observations du questionnaire. Le groundhopping est, la plupart du temps, une activité touristique peu dispendieuse. Se déplacer à la journée et à moindre coût fait partie des caractéristiques du groundhopping « à la française » :

  • 4 Dép. : diminutif de « déplacement ».

Je recherche un bar pour attendre mon car et en profiter pour regarder la fin du match entre le PSG [Paris Saint-Germain] et le FC Nantes [Football Club de Nantes]. J’en fais deux avant d’en trouver un qui retransmet le match. Je suis marqué par deux choses. Dans un premier temps, par le nombre de supporters Bleus et Blancs présents en terrasse, à 22 h 30 un mercredi soir. Dans un deuxième temps, j’entends autant parler allemand que français. Il n’y a quasiment aucune table de libre. J’ai le sentiment que les fans ont envie de prolonger leur belle soirée. Pour ma part, après un petit moment passé ici, il est temps de me diriger vers le car et les 6 h de route qui m’attendent. Payé 15 €, il me permet de finir ce dép.4 avec 55 € dépensés (place en parcage comprise). Je m’en sors plutôt bien. Je devrai arriver vers 6 h 30 chez moi et embaucher [aller au travail] à 8 h. C’est ça la passion d’un club et du groundhopping. Je recommencerai sans hésitation. (Extrait de récit. Stade de la Meinau, Strasbourg – 11 avril 2019. Match : Strasbourg vs Reims.)

40Outre les coûts, on remarque dans ce récit que le groundhopper s’intéresse à ce qui l’entoure dans la ville qu’il visite, même si le moment qu’il y passe est très court entre la fin du match et le départ de son car. Les hoppers français pratiquent autant que possible un tourisme d’opportunité, d’avant ou d’après-match, même lorsque l’hébergement n’est pas prévu. C’est l’occasion de connaître un lieu, d’observer la vie quotidienne et d’essayer éventuellement d’engager des conversations. Ils détaillent volontiers les monuments et les attractions locales, sans oublier de décrire les ambiances urbaines :

Je suis également venu sur Grenoble pour visiter quelque peu la ville. Elle m’a fait très bonne impression, tout d’abord parce qu’elle est entourée d’un joli paysage, en la présence des montagnes. Mais aussi, car on y trouve de nombreuses places et espaces verts tout à fait agréables pour se promener. Surtout, pour un samedi j’ai trouvé la ville extrêmement paisible et peu fréquentée. Bref, c’était sympathique, et ce, sans pour autant être monté aux collines de la Bastille. Avant le match, je me suis également arrêté à l’Hambourgeois. Je vous recommande l’adresse si vous voulez manger de bons burgers sans vous ruiner. (Extrait de récit. Stade des Alpes, Grenoble 3 avril 2018. Match : Grenoble vs Lyon Duchère.)

41Ces « abeilles des stades » se permettent donc de flâner en ville quand elles en ont l’occasion. Elles déambulent à la découverte des attractions touristiques et s’autorisent un moment d’évasion pour collectionner des moments d’urbanité. Le groundhopping français étant encore embryonnaire et peu organisé, il est loin de donner lieu à des guides spécifiques aux stades comme il en existe en Grande-Bretagne.

42Les hoppers français semblent pratiquer un tourisme d’interaction. Ils interagissent avec les personnes rencontrées à l’intérieur des enceintes, mais se tournent autant que faire se peut vers les locaux pour découvrir les villes et sentir momentanément qu’ils font partie intégrante de l’endroit :

Preuve que je me trouve dans l’une des régions les plus civilisées de France. J’étais ébloui par la chaleur et le sourire de la population locale en sortant du train (il faut dire que nous commencions les vacances de la Toussaint, donc le train était plein à craquer et [les gens] avaient hâte du plein air de l’ouest) et je ne fus presque pas surpris par le peu d’animosité qui régnait après le match lorsque les supporters adverses se croisaient dans la rue. C’est peut-être le Parisien qui parle, mais j’ai trouvé ça super sympa. (Extrait de récit. Stade Francis Le Blé, Brest – 8 novembre 2018. Match : Brest vs Lorient.)

43Les récits montrent une véritable culture des déplacements. Agiles et flexibles au point de vue des moyens de locomotion, ils aiment décrire les itinéraires parcourus, en particulier de l’entrée en ville jusqu’au stade. Les hoppers se rendent au stade à pied, plus qu’en tramways, bus, taxis ou en taxis-Uber, ce qui leur permet selon eux d’explorer davantage la ville et de sentir l’atmosphère qui y règne, en particulier celle du jour de match :

Qu’il me tardait de le faire ce stade Saint-Symphorien. Après Nancy & Strasbourg, je voulais conclure ce tour des stades de l’est de la France, une région que j’apprécie particulièrement (on y vit quand même beaucoup mieux qu’à Paris !). Après un bon resto classé 3ème [de la ville] sur Trip Advisor (le 1er coûtait cher et le 2ème ne prenait que sur réservation) et une fort jolie balade où j’ai pu admirer la cathédrale de Metz dans toute sa splendeur, je constate que le stade est situé tout près du centre-ville. Nul besoin de tram, métro, bus ou quoi que ce soit, les jambes suffisent. Beaucoup de maillots sur les épaules des locaux malgré la descente (je connais plus d’un club où les supporters ne se soucieront pas des résultats de leur équipe tant qu’elle est en division inférieure) prêtant à un certain enthousiasme enivrant (ok, je survends le truc) cela dit, pas de maillots Lensois… (Extrait de récit. Stade Saint-Symphorien, Metz –9 septembre 2018. Match : Metz vs Lens.)

44Les hoppers pratiquent un tourisme d’immersion dans les espaces visités, fait de description des villes, des bâtiments historiques, en passant par le commerce local, jusqu’aux plaisirs gastronomiques. Ces touristes observateurs donnent le sentiment de jouer aux voyageurs explorateurs des mœurs et pratiques locales :

J’arrive samedi midi dans la ville de Dijon, capitale de Bourgogne. Le centre-ville historique est inscrit à raison au patrimoine mondial de l’UNESCO. C’est effectivement agréable de s’y balader, bien mieux conservé que d’autres centres-villes moins originaux qui ont une tendance forte à se ressembler à force d’y trouver les mêmes boutiques. Il y’a quoi y passer une belle après-midi avant le match. Le stade Gaston-Gérard est à une trentaine de minutes du centre-ville à pied. (Extrait de récit. Stade Gaston-Gérard, Dijon – 1er novembre 2018. Match : Dijon vs Lille.)

45Pour ces « collectionneurs de moments », le temps du match est une notion extensible qui va au-delà du temps de jeu. Le voyage, les déambulations dans les villes et le trajet au stade font partie intégrante d’un itinéraire qui comprend le temps du match, même si les enceintes sportives et le match en lui-même sont bien la partie principale autour de laquelle se construit leur processus touristique :

Je recommande de faire ce stade si vous habitez l’Île-de-France et avez un léger intérêt pour le foot semi-pro. C’est un bon retour aux sources où vous pouvez parler aux locaux et vous pouvez même débattre football avec un journaliste professionnel de la FFF. Ce n’est pas au Parc qu’on verra ça ! » (Extrait de récit. Stade Charles-Sage, Drancy – 20 août 2018. Match : Drancy vs Concarneau.)

46Dans certaines conditions, le temps du match l’emporte nettement sur le tourisme urbain. Un retour rapide contraint par la situation familiale ou professionnelle empêchera de visiter la ville. Parfois, la mauvaise réputation touristique de certaines villes conduit les hoppers à se concentrer sur les alentours du stade et le temps du match.

Nous sommes arrivés assez tôt dans l’après-midi à Saint-Étienne on ne savait pas trop quoi faire donc on a visité la boutique des Verts et on s’est directement posé le reste du temps dans le principal bar apparemment autour du stade, ce qui nous a permis de faire monter la pression, celle qu’on a bu, bu et re-bu ainsi que celle qu’on a pu ressentir au fil de la journée monter ! Pas grand-chose à faire dans cette ville apparemment, après avoir discuté avec les barmans, surtout aux alentours du stade. Nous n’avons pas été en ville donc je ne peux pas plus détailler ce sujet. C’est une ville ouvrière, ce n’est pas la ville la plus attractive de France d’après ce que j’ai pu comprendre par contre la ferveur est belle [sic] et bien présente ! Bref c’était un déplacement qui valait le détour on a bien déliré toute la journée dans une grosse ambiance au stade et le match fut intense, dommage pour ce but à la toute fin de match, mais le spectacle était bel et bien présent ! (Extrait de récit. Stade Geoffroy-Guichard, Saint-Étienne – 23 janvier 2018. Match : Saint-Étienne vs Lyon.)

Le groundhopping comme une nouvelle forme de tourisme en lien avec l’événementiel sportif

47Selon Romain Roult et Sylvain Lefebvre (2014), le concept de tourisme événementiel est passé par plusieurs phases de maturation intellectuelle. Pour eux, et s’inspirant de Donald Getz (2012), les événements touristiques ont pour rôle d’attirer les touristes, de contribuer au marketing territorial, d’animer les attractions ou les lieux et d’agir comme catalyseurs pour d’autres modes/motifs de développement. De plus, un événement touristique renforce le sentiment d’appartenance des populations hôtes.

48Un événement est différent des activités quotidiennes qui sont ponctuelles ou peu fréquentes et d’une durée limitée. Getz (2012) note que les événements touristiques peuvent être d’affaires, culturels et/ou sportifs. Dans cet article, nous nous intéressons surtout aux événements sportifs même si la dimension culturelle est bien présente.

49Roult et Lefebvre (2014) et Heather J. Gibson (1998) font différentes distinctions en lien avec les événementiels sportifs. Ils distinguent les personnes qui voyagent pour pratiquer un sport et celles qui assistent à un événement et/ou qui visitent un lieu sportif. Les hoppers rentrent exclusivement dans cette seconde catégorie. Selon la typologie de ces auteurs, il y a quatre catégories d’événements touristiques sportifs : 1) le méga-événement, ponctuel et à visibilité internationale ; 2) l’événement périodique, récurrent et à visibilité internationale ou continentale ; 3) l’événement régional, récurrent, mais à visibilité nationale ou locale ; et enfin 4) l’événement local, récurrent et à visibilité limitée. Le groundhopping peut relever, a priori, des quatre catégories tant les adeptes sont des accumulateurs et des collectionneurs de stades.

50Selon la typologie du tourisme événementiel footballistique proposée par le site « demain la ville  » lors d’un reportage sur le groundhopping, il existerait deux types de voyages footballistiques. Le premier type concerne les partisans qui accompagnent leur équipe lors des matchs joués à l’extérieur, principalement des groupes de fans organisés, et pour lesquels les déplacements se réduisent à « l’essentiel ». C’est un archétype de la culture du football. Le second type correspond aux voyages liés aux grandes compétitions continentales ou internationales, comme les coupes du monde. Il relève d’un tourisme organisé, souvent par des agences de voyages, offrant aux voyageurs de profiter de l’ambiance festive d’une compétition tout en ayant le temps de découvrir le pays en question (visite de musées, plage, soirées, etc.). Ce second type est largement reconnu pour ses retombées économiques, notamment pour les villes hôtes.

51Le groundhopping nous semble relever d’un troisième type, fondé ni sur la culture du supporterisme ni sur le marché touristique des grands événements. Il s’agit d’une pratique touristique émergente qui privilégie l’expérience du plus grand nombre de terrains possible, à moindre coût. Les hoppers cherchent à se réenchanter avec l’ambiance d’un stade, la découverte de nouvelles villes et l’expérience d’un simple match de football sans être forcément partisans d’une des équipes.

52Au contraire d’un tourisme sportif massif, ce tourisme culturel et sportif valorise l’interactivité avec les endroits et les populations locales. Il produit des expériences fugaces, mais qui permettent l’appropriation des lieux par une contemplation active et consciente, des endroits et des usages. Ces touristes peuvent constituer des « microgroupes ou communautés », comme le dit Antoine Maurice (1987). En leur sein, une interaction sociale « partagée et élargie » peut être similaire à la notion de communauté dans laquelle l’individu participe de manière imaginative ou virtuelle. Il se développe une relation de partage se caractérisant par la recherche d’une « communion ».

53Olivier Bessy (2014) avance que les espaces urbains deviennent de plus en plus des territoires dominés par les loisirs et le tourisme sportif. Si l’on considère le groundhopping comme une pratique touristique en soi, il relève de ce que Maria Gravari-Barbas et Marie Delaplace (2015) appellent le tourisme « hors des sentiers battus ». Ce dernier s’inscrit dans une forme de tourisme qui rompt avec des logiques grégaires et de massification, se déroulant souvent au sein d’espaces peu ou pas touristifiés. Il tient compte aussi des motivations et des pratiques alternatives des touristes impliqués en valorisant les imaginaires et les expériences qui en résultent. Ce tourisme de lieux souvent « ordinaires » se déroule hors des temps spécifiques ou des saisonnalités touristiques traditionnelles. Il permet de « sortir d’un cadre socio-temporel établi par les prestataires touristiques, pour s’aventurer dans des espaces et des lieux peu ou pas encore utilisés pour le tourisme » (ibid.).

Conclusion

54Il ressort de cette première recherche que le groundhopping français est un phénomène touristique en émergence qui se distingue par rapport au Royaume-Uni et à l’Europe du Nord. Les groundhoppers français sont tout d’abord beaucoup moins nombreux même s’ils s’organisent sur les réseaux sociaux. Ils sont ensuite plus modestes en ressources et sont donc plus intéressés par le défi d’un déplacement à bas coût pour voir un match que par un séjour prolongé sur place. Ce type de voyage les contraint de fait dans leurs interactions sociales avec les locaux. Ils visitent enfin tous types de stades, ne dédaignant pas les grands stades comme leurs alter ego britanniques.

55Cette recherche mériterait d’être complétée par des observations participantes et par des entretiens qualitatifs ou des récits de vie, afin de mieux comprendre les spécificités sociologiques françaises, notamment au sujet des liens existants avec la culture ultra, dominante dans le supporterisme du football français. Les groundhoppers représentent-ils une variante du supporterisme radical, avec un véritable attachement à un club qu’ils suivent à l’occasion pour les matchs à l’extérieur, en « indépendants » ? Le défi de visiter tous les stades d’une même ligue est-il répandu en France ? Les groundhoppers français ne chercheraient-ils pas plutôt à compléter un « tour de France » des stades les plus emblématiques, quelle que soit la compétition en jeu ?

56Au-delà de l’analyse sociologique, comment prendre en compte ce phénomène touristique ? Ce tourisme « hors des sentiers battus », non violent, humaniste et respectueux, pourrait-il, pour reprendre l’expression de Gravari-Barbas et Delaplace (2015), prendre place dans les discussions sur les manières de repenser le tourisme dans un monde en transition (crises économiques, politiques, pandémiques, climatiques, etc.) ? Dans cette éventualité, il conviendrait alors de mieux estimer les besoins et les usages des groundhoppers. Pourrait-on imaginer ensuite des dispositifs rendant les matchs et les stades plus accessibles et accueillants pour ce type de public, avec des politiques de tarification, de réservation de places dans les tribunes ou de mobilités adaptées ? Collectivités locales, clubs et ligues n’auraient-ils pas tout à gagner à encourager la diffusion de cette sous-culture de supporterisme sans « tambour ni trompette ? »

Top of page

Bibliography

Aubry, Antoine, Laura Kotelnikoff et Guillaume Navarro, 2015, « Le ‘groundhopping’ ou quand le football devient une destination touristique », n.p., <http://www.slate.fr/story/101005/profession-groundhopper>, consulté le 25 octobre 2018.

Bauckham, David, 2013, « Serious Leisure: The Case of Groundhopping », dans Tony Blackshaw (dir.), Routledge Handbook of Leisure Studies, New York, Routledge, p. 443-455

Bessy, Olivier, 2014, « De l’innovation événementielle à l’innovation territoriale », dans Olivier Bessy (dir.), L’innovation dans l’événementiel sportif. De l’attractivité touristique au développement territorial, Voiron, Presses universitaires du sport, p. 38-53.

Bouchet, Patrick et Anne-Marie Lebrun, 2009, Management du tourisme sportif, De la consommation à la commercialisation, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Bromberger, Christian, 1998, Football, la bagatelle la plus sérieuse du monde, Paris, Bayard.

Bromberger, Christian, 2001, Le match de football : ethnologie d’une passion partisane à Marseille, Naples et Turin, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Connell, John, 2016, « Groundhopping: Nostalgia, Emotion and the Small Places of Football », Leisure Studies, vol. 36, no 4, p. 553-564.

Cousin, Saskia, 2003, L’identité au miroir du tourisme. Usages et enjeux des politiques de tourisme culturel, thèse de doctorat en architecture, sciences de l’homme et société, Paris, École des hautes études en sciences sociales (EHESS).

Floate, Mike, 1995, Non-league Football Grounds in Kent, Kent, Newlands Printing Services.

Getz, Donald, 2012, Event Studies: Theory, Research and Policy for Planned Events, Londres / New York, Routledge.

Gibson, Heather J., 1998, « Sport Tourism: A Critical Analysis of Research », Sport Management Review, vol. 1, no 1, p. 45-76.

Gravari-Barbas, Maria et Marie Delaplace, 2015, « Le tourisme urbain hors des sentiers battus », Téoros, vol. 34, nos 1-2, n.p., <http://journals.openedition.org/teoros/2790>, consulté le 13 mars 2019.

Heinisch, Jörg, 2008, Abenteuer Groundhopping kennt keine Grenzen [Le groundhopping, une aventure qui ne connaît pas de frontières], Agon, Kassel.

Hobsbawm, Eric, 2006, « Production de masse des traditions productrices de masses : Europe 1870-1914 », dans Eric Hobsbawm et Terence Ranger (dir.), L’invention de la tradition, Paris, Éditions Amsterdam, p. 279-324.

Hourcade, Nicolas, 2002, « La place des supporters dans le monde du football », Pouvoirs, vol. 101, no 2, p. 75-87.

Kren, Hendrik, 2013, « Groundhopping – A Phenomenon in European Fan Culture », n.p., <https://www.academia.edu/10264800/Groundhopping_a_phenomenon_in_European_fan_culture>, consulté le 16 juin 2022.

Lestrelin, Ludovic, 2010, « L’autre public des matchs de football. Sociologie des ‘supporters à distance’ de l’Olympique de Marseille », En temps & lieux, vol. 21, Paris, École des hautes études en sciences sociales (EHESS).

Maurice, Antoine, 1987, Le surfeur et le militant. Valeurs et sensibilités politiques des jeunes, en France et en Allemagne, des années 60 aux années 90, Paris, Autrement.

OMT – Organisation mondiale du tourisme, 2022, « Glossaire-de-tourisme », <https://www.unwto.org/fr/glossaire-de-tourisme>, consulté le 16 juin 2022.

Roult, Romain et Sylvain Lefebvre, 2014, « Tourisme événementiel et méga-événements sportifs. Réflexions conceptuelles introductives et perspectives de recherche », Téoros, Revue de recherche en tourisme, vol. 33, no 1, p. 3-7, <https://www.erudit.org/fr/revues/teoros/2014-v33-n1-teoros02545/1036714ar/>, consulté le 16 juin 2022.

Roux, Jean-Michel, 2014, « L’ambiances des stades », Urbanisme, no 393, dossier « Grands stades en quête d’urbanité », p. 60-62.

Sansot, Pierre, 1986, « Vers une sociologie des émotions sportives », dans Les formes sensibles de la vie sociale, Paris, Presses universitaires de France, p. 63-103.

Simões, Irlan, 2017, Clientes versus Rebeldes : novas culturas torcedoras nas arenas do futebol moderno [Clients contre rebelles : les nouvelles cultures de supporters dans les arènes du football moderne], Rio de Janeiro, Editora Multifoco.

Stebbins, Robert A., 2007, Serious Leisure: A Perspective for our Time, New Jersey, Transaction Publishers.

Top of page

Notes

1 C’est un méga-événement avec 2 516 348 spectateurs qui assistent aux matchs (moyenne de 48 391 personnes par rencontre) pour 16 milliards de téléspectateurs.

2 La principale équipe du pays, l’Association sportive de Monaco Football Club, participe aux principaux championnats de France.

3 Pour définir la capacité d’accueil des stades identifiés dans notre analyse, nous nous appuyons sur les classifications de l’Union des associations européennes de football (UEFA) et de la Fédération française de football (FFF). Les stades considérés comme « grands » suivent le classement de l’UEFA pour accueillir les grands événements tels que la Ligue des champions ou la finale de la Ligue européenne. Dans ce cas, la capacité minimale est de 50 000 places (5 étoiles) ou 30 000 places (4 étoiles). Les stades considérés comme « moyens » ou « petits » sont basés sur la classification de la FFF ayant une capacité d’accueil inférieure à 30 000 places.

4 Dép. : diminutif de « déplacement ».

Top of page

References

Electronic reference

Natália RODRIGUES DE MELO, Jean-Michel ROUX, Pascal MAO and Malek BOUHAOUALA, “Le groundhopping, une nouvelle forme de tourisme sportif. Une analyse à partir du cas français”Téoros [Online], 41-2 | 2022, Online since 24 December 2022, connection on 02 February 2023. URL: http://journals.openedition.org/teoros/11158

Top of page

About the authors

Natália RODRIGUES DE MELO

Attachée temporaire d’enseignement et de recherche en STAPS(Sciences et techniques des activités physiques et sportives)Université d’Orléans, Centre d’études sur le développement des territoires et l’environnement (CEDETE), Orléans, France, natalia.rodrigues-de-melo@univ-orleans.fr

Jean-Michel ROUX

Université Grenoble Alpes,Maître de conférences HDR en urbanisme et aménagement, Centre national de la recherche scientifique (CNRS),Sciences Po Grenoble, Pacte, Laboratoire de sciences sociales,Grenoble, France, jean-michel.roux@univ-grenoble-alpes.fr

Pascal MAO

Université Grenoble AlpesMaître de conférences HDR en géographie, CNRS, Sciences Po Grenoble, Pacte, Laboratoire de sciences sociales, Grenoble, France, pascal.mao@univ-grenoble-alpes.fr

By this author

Malek BOUHAOUALA

Université Grenoble Alpes, Maître de conférences HDR en STAPSSENS (sport et environnement social), Grenoble, France,malek.bouhaouala@univ-grenoble-alpes.fr

By this author

Top of page

Copyright

CC-BY-4.0

Creative Commons - Attribution 4.0 International - CC BY 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by/4.0/

Top of page
  • Logo UQAM | École des sciences de la gestion
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search