Skip to navigation – Site map

HomeNuméros41-2Tourisme, territoire et sociétéCastelló d’Empúries (Catalogne, E...

Tourisme, territoire et société

Castelló d’Empúries (Catalogne, Espagne), le face-à-face entre une municipalité catalane et ses résidents étrangers

Castelló d'Empúries (Catalonia, Spain), the stand-off between a Catalan municipality and its foreign residents
Franck Chignier-Riboulon

Abstracts

Castelló d´Empúries is a municipality on the Costa Brava, Spain. It is characterized by a strong and concentrated presence of lifestyle migrants from the European Union. They live very largely in Empuriabrava, the seaside resort of the city. The latter is geographically separated from the city, managed autonomously, and has a specific history. Moreover, foreigners and strangers, from other Spanish provinces, represent an important minority within the local population, as well as in other municipalities around Castelló d’Empúries. These elements accentuate the strength of the face-to-face relations in a context where Catalan nationalism is strong, especially since these new inhabitants, who speak little or no Catalan, are potential voters. They therefore constitute a population considered as a political and cultural (above all) risk. For their part, they defend the quality and duration of their settlement, as well as their participation in the economic activities of the city, despite the disinterest of the municipal authorities. The case of Castelló d’Empúries is not the only one, it can be extended to many municipalities of Costa Brava.

Top of page

Full text

  • 1 Dans ce texte le mot résident est utilisé au sens d’habiter un lieu durablement, et pas uniquement (...)
  • 2 Cet article est plus récent mais il offre un panorama bibliographique et chronologique sur la quest (...)

1Castelló d’Empúries est une municipalité située sur la Costa Brava, dans le nord-est de l’Espagne, en Catalogne. Elle appartient à la province de Girona et se trouve à une quinzaine de kilomètres de Figueres (voir la carte de la région, illustration 1). La dynamique de la municipalité repose essentiellement sur des aménagements touristiques lancés à la fin des années 1960 et dans les années 1970 (Cuadrado Ciunareta, 2012 ; Sassi, 2018), à un moment où le tourisme apparaissait comme un « modèle de production » pour l’Espagne (Mantecon, 2010 : 617). Classiquement, les touristes sont essentiellement venus d’Europe du Nord ou de France. Une part de ces touristes est devenue une population résidente1. Ce phénomène d’installation appartient aux migrations d’agrément ou lifestyle migrations. Ces dernières sont habituellement le fait de personnes plus aisées que les habitants d’origine ; elles s’installent dans un autre pays pour bénéficier d’une meilleure qualité de vie, comme c’est le cas en Espagne (Rodriguez et al., 2004 ; O’Reilly et Benson, 2009 ; Mantecon et Huete, 2018). Ces migrations furent considérées comme moins importantes que les migrations de travail ou de réfugiés. De fait, les flux sont longtemps restés modestes et, bien que des études existent sur différents aspects depuis nombre d’années (Wiseman et Roseman, 1979 ; Gober et Zonn, 1983 ; Pampel et al., 1984 ; Fournier et al., 1988), c’est véritablement au tournant des années 2000 que ces publications forment un courant particulier (Rodriguez et al., 1998 ; Casado-Diaz et al., 2004 ; Benson et O’Reilly, 2009 ; Bantman-Masum2, 2016), et que des réflexions conceptuelles se font jour (O’Reilly et Benson, 2009 ; Oliver et O’Reilly, 2010). Depuis, confrontés à l’ampleur de certains mouvements, les chercheurs ont fait naître des barbarismes pour caractériser ces réalités, tel Floribec (Tremblay, 2013) ou Gringolandia (Torres et Momsen, 2005). À l’échelle européenne, le phénomène a concerné assez tôt l’Espagne (Donaire et al., 1997), avec des conséquences sociales et géographiques affectant la côte méditerranéenne (Williams et al., 1997 ; Rodriguez et al., 1998 ; Rodriguez et al., 2004 ; O’Reilly, 2017 ; Mantecon et Huete, 2018). Ces travaux sont complétés par des études sur les origines, diverses, de ces populations migrantes (Huber et O’Reilly, 2004 ; Haug et al., 2007 ; Olson et O’Reilly, 2017).

  • 3 Pour alléger le texte, Castelló d’Empúries sera régulièrement écrit Castelló.
  • 4 Même si je connais bien la région, le présent article résulte d’un programme, dirigé par Françoise (...)

2En Catalogne, la présence de ces migrants prend un visage particulier, dans un contexte identitaire affirmé. Cette situation est exacerbée dans les espaces touristiques côtiers où les étrangers forment une minorité, parfois forte, concentrée géographiquement. Elle se complique pour les migrants d’agrément de l’Union européenne, puisqu’ils ont le droit de voter, aux municipales notamment. L’idée d’étranger ne s’arrête pas à la nationalité, mais touche aussi le lieu ; les Espagnols non catalanophones, venus d’autres provinces, sont aussi concernés. Dans ce cadre géographique, culturel et politique, le cas de Castelló d’Empúries3 est représentatif d’autres municipalités du même type. Ces dernières sont balnéaires ou situées dans l’arrière-pays immédiat (Port de la Selva, Roses, Palau-Salvadera, Llança…). Les plus récentes élections en Catalogne ont montré l’importance des partis indépendantistes, porteurs d’une catalanisation active, et particulièrement bien implantés dans la province de Girona. Si les migrants d’agrément restent habituellement identifiés comme des touristes ou des étrangers (Mantecon et Huete, 2018 : 64), sur cette côte ils apparaissent en outre comme des étrangers ne souhaitant pas se catalaniser. Dans l’ensemble, il est vrai qu’ils4 ne le souhaitent pas ou n’en éprouvent pas le besoin, en raison du contexte linguistique, car il est possible de vivre en français. Plutôt qu’à la culture locale, ces migrants s’intéressent à leur qualité de vie et à sa défense. Cette situation sociale, linguistique et démographique renforce, à son tour, le désir de catalanisation des autorités locales. À Castelló, cette opposition politique et culturelle est encore accentuée par les coupures géographiques, nées de la construction des marinas.

Une coupure inscrite dans l’espace

  • 5 Quelques semaines auparavant j’étais à Salamanque où seul le castillan était parlé. Sur cette parti (...)

3Le sentiment d’une partition du territoire municipal participe à alimenter ces sentiments d’opposition. Les aménagements autrefois uniquement touristiques et saisonniers se sont transformés progressivement en une véritable ville nouvelle, Empuriabrava (illustration 1), séparée du bourg traditionnel et autonome du point de vue économique. Si l’espace est bien une construction sociale (Bourdieu, 1987 ; Oliver et O’Reilly, 2010), sa fragmentation (Rhein et Elissalde, 2002 ; Van Noorloos, 2013) est ici très marquée, avec des enjeux de conservation (Bourdieu, 1980) des uns et des autres. La ville ancienne, essentiellement de culture catalane, se dissocie de la ville nouvelle, très francisée dans ses relations sociales, le français étant une lingua franca5. Dans ce contexte, la géographie accentue les coupures : chaque espace peut fonctionner seul, et est fortement territorialisé (Di Méo, 1998).

4Un tel dédoublement urbain n’est pas rare parmi les stations balnéaires, il en existe dans la Communauté valencienne ou dans la province d’Almeria (Rodriguez et al., 2004 ; Duran Munoz, 2016 ; O’Reilly, 2017) et, parfois, en proximité immédiate, à l’image de Santa Margarida, une extension de Roses (illustration 1).

Illustration 1

La dualité territoriale de Castelló d’Empúries

  • 6 La lutte est permanente entre les autorités catalanes et le gouvernement central. Dernièrement, la (...)

5Le cas de Castelló se rapproche davantage de situations où la coupure est très marquée, notamment lorsque la façade côtière a longtemps été perçue comme répulsive, car marécageuse ; des exemples de doublons sont observables sur la côte languedocienne française (Narbonne-plage…) ou sur la côte adriatique italienne, avec les lidos ou les marinas (le lido di Panzano sur la commune de Monfalcone ou la marina de la commune de Ravenne). Cette dualité spatiale n’est malgré tout que rarement conflictuelle. En Espagne, si la dimension socioéconomique de ces coupures est régulièrement relevée par les auteurs et les acteurs locaux, qui notent des processus de gentrification ou d’agrégation (Jover et Diaz-Parra, 2019 ; Cocola-Gant et Lopez-Gay, 2020), elle prend un visage spécifique en Catalogne où la sensibilité à tout ce qui touche la culture régionale est forte6. La catalanité est affichée, et est un moteur de l’action publique. Les illustrations qui suivent présentent néanmoins un paysage urbain caractéristique de ces zones devenues touristiques, loin, de prime abord, des questions culturelles. Les représentations collectives sont pourtant bien présentes, et l’opposition des territoires d’appartenance se double d’un contentieux historique, remontant à la création de la marina et participant à rendre toujours actives les altérités contemporaines.

Ville haute versus ville basse

6À l’origine, Castelló était une petite ville installée sur une butte, modeste mais éloignée de la côte marécageuse, où la population était sujette à la malaria. L’aménagement de la station balnéaire d’Empuriabrava, dans la zone humide, s’est traduit par la constitution d’une ville basse.

7Ces deux villes sont reliées par la voie expresse C-260 en direction de Figueres (illustration 1), dont le tracé à l’arrière de la côte n’empiète pas sur les espaces urbanisés et le littoral, lieux de production de la valeur ajoutée. À l’image d’espaces de banlieues ou pavillonnaires, cette route est tout autant une coupure qu’un lien. Classiquement, son parcours périurbain et les ronds-points sont occupés par des magasins et des centres commerciaux, essentiellement accessibles en automobile (illustration 2). Estivants et habitants l’empruntent, pour leurs achats et loisirs ; elle est alors à la fois une ligne de démarcation et un non-lieu à la Marc Augé (1992) : chacun venant faire ses emplettes, les personnes se croisant mais ne se rencontrant pas.

Illustration 2

Rond-point et zone commerciale

Photo : F. Chignier-Riboulon, mai 2018.

8Si cette voie rapide dessert aisément les villes du bord de mer et leurs extensions commerciales, en revanche, accéder à Castelló est un choix, et non le passage d’une zone indifférenciée à une autre. Quitter la route, monter la butte, c’est arriver dans une petite ville traditionnelle, avec ses restes de château.

9À l’opposé, Empuriabrava est une vaste station balnéaire, ciselée dans les alluvions (illustration 1). Elle se partage entre des marinas, de petits immeubles alignés, directement face à la mer ou en deuxième et troisième lignes. Le tout est complété par des pavillons, dont les mieux dotés ont accès à un canal, et ainsi à la mer (illustration 3).

Illustration 3

Pavillons et accès au canal

Photo : F. Chignier-Riboulon, mai 2018.

10Les deux entités constitutives de la commune forment de fait deux espaces distincts par leur vie sociale et culturelle. Même les services tardivement obtenus à Empuriabrava, tels la mairie annexe et le centre social, accentuent le chacun chez-soi et l’esprit localiste. Peu de raisons justifient alors un déplacement vers la ville haute, où restaurants et commerces existent pourtant. De la même manière, ceux de la ville haute se cantonnent essentiellement aux commerces et services de la voie expresse ou de ses à-côtés.

Une logique d’enclave

11L’idée d’enclave semble correspondre à cette réalité humaine et géographique. La notion d’enclave est devenue un classique de la géographie sociale, dépassant ou incluant le tourisme, mais toujours liée à des processus d’agrégation et de ségrégation (Brun et Chauviré, 1983 ; Brun, 1994 ; Freitag, 1994 ; Barbichon, 1996 ; Musterd, 2006 ; Van Noorloos, 2013). Elle se caractérise avant tout par la définition d’une zone close, fonctionnant d’une manière autonome, différente de son environnement immédiat, avec une ou des coupures fréquemment matérialisée(s) dans l’espace ou les mémoires collectives.

12Plus d’un auteur a étudié l’émergence de ces enclaves en Espagne (Rodriguez et al., 2004 ; Duran Munoz, 2016 ; Jover et Diaz-Parra, 2019). Par exemple, Juan Galeano et Albert Sabater (2016 : 29) ont calculé que le nombre de ces enclaves est passé de 24 en 2000 à 194 en 2014. La forte émigration (de travail, de retraités…) vers l’Espagne depuis les années 2000 (Garreta Bochaca, 2011 ; Galeano, 2017) a entraîné la croissance de ces zones de concentration de population étrangère ; elles sont principalement localisées dans les grandes villes (notamment Madrid et Barcelone) ou sur les côtes méditerranéennes (Duran Munoz, 2016). Toutefois, la réalité de terrain est plus complexe que les données quantitatives. L’enclave que constitue Empuriabrava s’inscrit dans une histoire locale de refus de la station (Sassi, 2018). L’opposition à cet aménagement s’insère dans la chronologie de mobilisations d’habitants des années 1960 et 1970, en Espagne (Cuadrado Ciunareta, 2012) ou ailleurs (Cherky, 1979 ; Dansereau, 1985 ; Joliveau, 1987 ; Micoud, 1999).

13À Empuriabrava, les promoteurs souhaitaient initialement une marina pour une élite fortunée (Sassi, 2018). Popularisé au début des années 1950, le concept de marina a fait florès (Elwin, 1995) avec des formes devenues classiques (Le Cap d’Agde ou Port-Grimaud en France). Depuis, il a dépassé les logiques de résidences secondaires pour devenir un mode de vie quotidien de catégories aisées, de Copenhague à Vancouver (Chignier-Riboulon, 2010 ; 2014). À Empuriabrava, comme c’est souvent le cas, les canaux ont été tracés dans les alluvions d’une zone humide côtière. À l’image d’autres villes bâties sur des canaux, les agences et les sites Internet de tourisme vantent aujourd’hui cette « Venise » catalane, avec un accès direct à la propriété. Le plan de la marina a été approuvé en 1967 par la municipalité (Sassi, 2018 : 43). Face à de telles opérations, comme on le voit souvent, les prises de position étaient partagées. Certains habitants de Castelló étaient intéressés par l’aménagement et le développement économique induits. Il s’agissait principalement d’agriculteurs et de propriétaires fonciers de terres considérées sans valeur à ce moment-là (Cuadrado Ciunareta, 2012). La grande majorité des habitants, moins concernée financièrement, a quant à elle perçu cet aménagement comme imposé de l’extérieur. Elle a eu le sentiment d’une déterritorialisation foncière, en termes d’appartenance à cet espace, et Empuriabrava est apparue initialement comme un corps étranger.

  • 7 Le catalan étant souvent compréhensible pour les francophones sous sa forme écrite, nous n’avons tr (...)

14Le rejet social, environnemental et culturel de l’aménagement prévu s’est matérialisé par une plateforme de défense de l’espace fragile, née dans les années 1970 pour défendre l’espace local, son image, sa nature et ses traditions culturelles, à l’instar du Larzac en France. Cette comparaison se retrouve dans le slogan utilisé : « Salvem [sauvons7] l’Empordà » (Cuadrado Ciunareta, 2017 : 399). Les mobilisations ont finalement entraîné la création, en 1983, d’un parc naturel, le parc des Aïguamolls (illustration 1). Il participe depuis à l’enclavement de la ville, empêchant son expansion et renforçant la polarisation de la voie expresse. Ce mouvement a fait école, devenant emblématique d’autres « Salvem » postérieurs (ibid. : 400). À Castelló, la mémoire collective en a été marquée durablement, confortant les représentations sociales, avec un eux et un nous.

Un enjeu démographique et politique pour Castelló

15Le régionalisme catalan est porté par une crainte identitaire ancienne, avivée en partie par la force des migrations récentes, intérieures et extérieures.

  • 8 Leur article fournit même une chronologie.
  • 9 Comme le Québec qui intervient, autant que faire se peut, pour les droits des francophonies minorit (...)

16Si les questions d’immigration sont du domaine de l’État, la Catalogne a défini sa propre voie, ou une « troisième voie » selon certains (Bueno et Domingo, 2016 : 49), entre l’assimilation et le multiculturalisme. Cette troisième voie serait « l’interculturalité ». Il s’agirait alors d’intégrer les résidents étrangers à l’identité catalane, comme cela a souvent été fait traditionnellement avec les migrants intérieurs venus des différentes provinces espagnoles. L’idée d’interculturalité n’est pas propre à la Catalogne ; pour le Conseil de l’Europe elle est même une position médiane entre l’assimilation et le multiculturalisme (Levrau et Loobuyck, 2018). Pour d’autres (Conversi et Jeram, 20178, par exemple), derrière cet entre-deux apparent, il s’agirait plutôt d’un « nationalisme interculturel ». Ce dernier s’inspirerait du Québec : un nationalisme défensif, c’est-à-dire en lutte contre une culture dominante, nécessitant un travail permanent pour maintenir, voire accroître, les droits de l’entité régionale9. Selon la définition de Xiana Bueno et Andreu Domingo (2016 : 50), cette intégration serait une forme de vivre-ensemble (la « conviviencia »). Dans cette perspective, elle passerait prioritairement par les communes, l’échelle de proximité.

  • 10 Les données sont issues des « padrones continuos por municipios » [registres démographiques municip (...)
  • 11 Empuriabrava n’étant pas une commune, les données sont difficiles à trouver et sont partielles, l’e (...)
  • 12 L’INE ne donne les statistiques de nationalité que pour les groupes les plus importants en nombre.
  • 13 D’autres éléments interviennent, comme le vieillissement ou le remplacement de ménages par d’autres
  • 14 Ils sont présents dans le tableau, car ils étaient membres de l’UE jusqu’au début 2020.
  • 15 Salvador Sabria, « Empuriabrava se reinventa », El periodico, 19 mars 2017, <https://www.elperiodic (...)

17À Castelló d’Empúries, les enjeux sont d’importance, et d’autant plus sensibles, pour les élus, que l’immigration a été forte, bien que son poids ait diminué depuis la crise financière de 2008. D’une part, depuis le début des années 200010, Empuriabrava11 représente plus de la moitié de la population municipale, et même au-delà de 60 % depuis 2006 (annexe 2). Si la proportion a très légèrement baissé depuis 2010 (avec un maximum de 66 %), elle se maintient à un niveau élevé (63 %). D’autre part, le pourcentage des étrangers résidant à Castelló est élevé par rapport à la population totale (annexe 3). Ils forment plus de 40 % de la population totale, et ont même dépassé les 48 % entre 2008 et 2013. Or, l’essentiel d’entre eux habitent à Empuriabrava. Enfin, les migrants d’agrément12 sont eux aussi principalement présents dans la station balnéaire, et la plus grande partie est issue de l’Union européenne (annexe 4). Le maximum a été atteint en 2010, leur nombre ayant plus que doublé depuis 2004. Par la suite, avec les conséquences13 de la crise financière, cette population a baissé de 40 %. Elle n’est en outre pas homogène, et ses principales composantes ont connu des évolutions différenciées. Les Allemands, la première population pendant longtemps, ont atteint un maximum de population en 2009, puis une décroissance continue, avec guère plus que le tiers du groupe de 2009 en 2020. Selon des personnes interrogées (entretiens 2, 10, 11, 17, 19), la première cause de ce déclin serait le vieillissement, entraînant un retour au pays, ensuite vient la faiblesse des arrivées. Les Français ont suivi une évolution presque inverse : leur nombre s’est accru jusqu’en 2010, quadruplant presque. Puis leur population a décru d’un tiers, avant de connaître une stagnation et une légère reprise. Quant aux Anglais, ils sont peu représentés14, contrairement aux provinces d’Alicante ou de Málaga Dans ce contexte démographique, le sentiment de minorisation des habitants d’origine est accentué par le tourisme saisonnier, avec 75 000 personnes supplémentaires en été15. Toutefois, les réalités démographiques et les coupures géographiques s’intègrent aux transformations politiques que la Communauté autonome a connues depuis les années 2000. Cette situation nouvelle, et évolutive, a changé la donne, à toutes les échelles de gestion, même si chaque niveau, dont les communes, conserve des particularités locales.

Castelló d’Empúries s’inscrit dans les logiques partisanes catalanes

18Si Castelló présente des spécificités propres aux enjeux locaux, la municipalité appartient à une logique plus vaste, celle d’une nouvelle phase du nationalisme régional, avec des provinces plus ancrées dans ce positionnement idéologique, telle celle de Girona (tableau 1).

19Ce nouveau chapitre s’est accompagné d’une recomposition politique structurelle, après l’éclatement de l’alliance dominante à l’échelle régionale. Ainsi, de la transition démocratique espagnole aux années 2010, la Catalogne a été administrée par la coalition du Convergenci i Unio (CiU) dominée par la personnalité de Jordi Pujol jusqu’en 1999 (Guibernau, 2014). Cette alliance électorale entre un parti régionaliste, l’Unio democràtica de Catalunya (UDC), et un parti indépendantiste, la Convergència Democràtica de Catalunya (CDC), avait modéré les demandes d’indépendance. Pujol, bien que nationaliste catalan, ne souhaitait pas l’indépendance, mais il construisit, au cours de ses mandats et des transferts de compétences, un véritable gouvernement régional (Pellistrandi, 2018 : 106).

Tableau 1
Résultats des élections municipales pour les principaux partis de la Catalogne

2019

2015

2011

2007

Catalogne

Province de Girona

Catalogne

Province de Girona

Catalogne

Province de Girona

Catalogne

Province de Girona

Parti

%

Parti

%

Parti

%

Parti

%

Parti

%

Parti

%

Parti

%

Parti

%

ERC

23,5

Junts

29,5

CiU

21,5

CiU

33,7

CiU

27,1

CiU

37

PSC

32,2

CiU

33,1

PSC

22

ERC

27

PSC

17,1

ERC

23,4

PSC

25,1

PSC

19,8

CiU

25,2

PSC

25,6

Junts

15,4

PSC

12,4

ERC

16,4

PSC

11,6

PP

12,7

ERC

14,9

ERC

11,7

ERC

18,4

Sources : Lavanguardia, El Pais, El Periodico.

20Les années 2000 voient une victoire de la gauche aux élections régionales de 2003, avec l’arrivée du Partit dels socialistes de Catalunya (PSC). Pendant le mandat, un nouveau statut d’autonomie a été approuvé par référendum (Pellistrandi, 2018). Il a été attaqué par le principal parti de droite, le Partido Popular (PP), en 2010, devant le Tribunal constitutionnel espagnol. Plus de la moitié des articles ont été réécrits. Surtout, l’idée d’une nation catalane a été déclarée anticonstitutionnelle. Ces événements ont mobilisé encore plus autour d’une perspective d’indépendance. L’arrivée d’Artur Mas, le nouveau leader de CiU à la tête de la région, et sa consultation sur l’indépendance en 2012 ont accéléré à nouveau cette perspective (ibid.). Puis, en 2015, une transformation des forces en présence survient. Les élections régionales sont marquées par une nouvelle coalition entre la CiU et, cette fois, l’Esquarra Republicana de Catalunya (ERC). Ce parti politique ancien, né en 1931, est un parti indépendantiste de gauche (Argelaguet et al., 2004). Cette alliance s’est réalisée autour d’une nouvelle appellation, la « Junts pel si » (Junts), l’Union pour le oui. L’éclatement de la CiU, puis la disparition de certains partis, tel l’UDC, en 2017, ont achevé de transformer le paysage politique (Barrio et al., 2018). Au final, l’épuisement puis la disparition de la CiU ont laissé la place à la Junts (Pellistrandi, 2018), et surtout aux partis de gauche, avec une montée en force de l’ERC (tableau 1). À l’échelle de la province de Girona, le poids de l’indépendantisme est encore plus net, avec probablement l’impact de l’ancien maire de Girona, chantre du référendum sur l’indépendance, Carles Puigdemont.

L’assise d’une municipalité indépendantiste

21Les élections municipales de Catalogne ont suivi les évolutions régionales, avec une tendance au renforcement du sentiment indépendantiste (tableau 1). Par-delà la recomposition politique des différentes approches de la catalanité, les partis indépendantistes sont toujours plus présents, tandis que le Partido Popular est marginalisé. Le PSC quant à lui se maintient, et la gauche indépendantiste s’impose.

22Le cas de Castelló d’Empúries s’inscrit dans cette logique d’ensemble (tableau 2), bien qu’il s’en distingue par des traits locaux. L’affaiblissement ou la disparition de partis traditionnellement dominants est d’autant plus visible que l’affirmation de l’ERC s’accompagne de la montée de nouvelles coalitions, comme la Candidatura d’Unitat Popular (CUP). La CUP est un regroupement d’associations et de mouvements appartenant à la gauche radicale (Barbera et Diaz-Montiel, 2018). Elle a été construite à partir de mouvements sociaux nés de la politique d’austérité post-crise financière de 2008-2009 (ibid. : 161). Les dernières élections (2019) témoignent de la force locale de la gauche et, avant tout, d’une gauche indépendantiste et catalaniste. La faiblesse locale de la Junts est à noter, les voix indépendantistes s’étant tournées vers la gauche. Par ailleurs, la situation quelque peu spécifique de Castelló s’explique aussi par la personnalité et la longévité des maires (tableau 3). Seuls deux maires se sont succédé sur près de trente ans. Le maire actuel, fidèle à l’ERC, Salvi Güell i Bohigas, a joué de son implantation et de la conjoncture. Il s’appuie désormais sur une assise solide et une longue expérience de la vie publique. Cette assise ne se répercute pas uniquement d’un point de vue électoral et temporel, elle est également une capacité à agir dans la durée et, par conséquent, à modifier en profondeur les réalités locales.

Tableau 2

Résultats des élections municipales pour les trois premières listes à Castelló d’Empúries

2019

2015

2011

2007

Parti

%

Parti

%

Parti

%

Parti

%

ERC

32

ERC

27,7

CiU

36

CiU

33

CUP

15,5

CiU

18,9

UDEM

15

PS

18,4

PSC

14

PP

13,4

ERC

13

ERC

16,6

Sources : Lavanguardia, El Pais, CCMA, Naciodigital, Europapress, Diaridegirona.

Tableau 3

Les maires de Castelló d’Empúries, de 1995 à 2023

  • 16 En 2015, un maire est resté moins d’une année.

Nom

Années de mandat

Parti(s) d’appartenance

X. Sanllehi i Brunet

1995-2007, puis 2011-2015

ERC, puis UPM et CiU

S. Güell i Bohigas

2007-2011, 201616-2019 et 2019-2023

ERC

Sources : Diaridegirona, Emporda.Info, Revista.Crae.

  • 17 Accord du 1er juillet 2019, sur le site Internet municipal : « Acord de govern dels grups ERC i CUP (...)
  • 18 Page 2 de l’accord.
  • 19 Blogue « D’en Salvi Güell », sans date ; à noter qu’il n’est plus mis à jour. Consulté le 8 mars 20 (...)

23La présence d’un nombre parfois important de listes, avec un scrutin à un tour, oblige à des recherches d’alliances pour trouver une majorité municipale et un maire. Après les élections, de nouvelles négociations commencent alors. En 2019, un accord réunit l’ERC et la CUP, et un projet de gouvernement, officiel, régit les objectifs communs des deux formations17. Hormis les volets de la politique sociale et d’aménagement, le texte accorde une grande importance à la catalanité et, de fait, à la catalanisation des actions mises en œuvre. Il précise que « la langue catalane est la colonne vertébrale et intégratrice de notre société » et que des « initiatives militantes »18 doivent permettre de la développer. Dans la même perspective, cette volonté catalaniste se retrouve dans le discours d’investiture du maire, s’achevant par « notre pays, vive la République catalane19 ».

Les résidents d’Empuriabrava, entre ostracisme, fatalisme et résistance20

  • 20 Dans ce paragraphe, les idées sur la commune et la station proviennent des entretiens réalisés.

24Dans ces conditions historiques, démographiques, politiques et géographiques, les résidents d’Empuriabrava non catalanophones sont concernés par la volonté municipale de catalanisation, très affirmée (illustration 4). Ces résidents appartiennent à un grand nombre de nationalités, une partie étant espagnole et ne parlant que le castillan. Face à cette politique langagière, les sentiments sont très divers (tableau 4) et se partagent entre injustice, fatalisme et refus.

Illustration 4

Banderolle « Soutien aux prisonniers » sur la façade de la mairie

Photo : F. Chignier-Riboulon, mai 2018.

25Les préoccupations de ces habitants vont bien au-delà de la politique culturelle. Le long refus de la marina, et par conséquent de leur espace de vie, n’a pas été sans effet. Si les espaces privés sont bien entretenus (illustration 3), le manque ou le retard d’investissements publics a eu des conséquences : les espaces publics ont vieilli et se sont dégradés, bien que des travaux de réhabilitation aient récemment été menés, sur les bords de mer avant tout (illustration 5), lieu de la rente touristique.

26Pour défendre leurs intérêts, au fil du temps, des habitants se sont structurés, politiquement ou par le biais d’associations. Le temps, les changements de peuplement, le manque de constance et de mobilisation n’ont permis que des résultats modestes.

Dégradations et sentiments d’injustice

27La marina a fêté ses cinquante ans en 2017 et cela a été l’occasion de rappeler, selon les propos des habitants interrogés (tableau 4), l’état de la station et leur sentiment d’injustice… des éléments qui leur semblent plus prégnants que la catalanisation ambiante.

28Les mouvements de population à la charnière de 2010 ont partiellement renouvelé le peuplement, et ce sont souvent les plus aisés qui sont partis, notamment des Allemands. Les entretiens ont révélé que les départs ont été partiellement compensés par l’installation de ménages plus modestes. Cette paupérisation relative, conjuguée à un vieillissement des équipements publics, renforce, chez les résidents, le sentiment d’être des laissés pour compte.

Tableau 4

Les principaux discours des résidents d’Empuriabrava

État de la station

Mais…

Sentiments

« Pas ou pas assez d’investissements depuis des années/longtemps » (entretiens 3, 4, 5, 6, 13, 14, 15)

« Rien n’est fait » (entretien 20)

« Les palmiers se meurent / sont malades » (entretiens 1, 4, 17)

« Les loyers sont élevés mais ils ne ravalent jamais les façades » (entretiens 2, 7, 10, 11, 16, 18)

« Pas de policiers à la sortie des écoles » (entretiens 7, 12, 13, 22, 24)

Les plages devraient être réaménagées/remodelées/
refaites » (entretiens 2, 6, 14, 16, 17, 21, 25)

« L’argent va à Castelló » (entretiens 2, 9, 10, 16, 19, 20)

« Castelló était une ruine, tout est refait maintenant » (entretiens 11, 18)

« Une revivification de Castelló » (entretien 4)

« Ils ont embelli le village ancien » (entretien 15)

« Le village médiéval a été réhabilité » (entretien 19)

« Mais des policiers à la sortie des écoles à Castelló » (entretiens 7, 12, 13, 22, 24)

« On est des vaches à lait » (entretien 18)

« Ils nous méprisent mais nous exploitent » (entretien 9)

« Les fonctionnaires sont pires que les élus » (entretien 9)

« Ils nous aiment pas, mais aiment quand même notre fric/notre argent/mais nous taxent » (entretiens 2, 5, 9, 14)

« Nos impôts leur reviennent, mais ils ne font rien/peu/mal/gèrent mal » (entretiens 6, 9, 16, 21)

« On paye pour que dalle » (entretien 9)

Source : Synthèse des entretiens réalisés.

29Les sentiments majeurs qui ressortent des entretiens (tableau 4) sont l’injustice et l’idée d’une mauvaise gestion de la part des autorités, et ce discours ne se limite pas aux personnes les plus éloignées de la culture catalane. Même ceux qui ont fait l’effort d’apprendre la langue régionale indiquent (entretiens 1, 12, 13, 24) le peu d’empressement de la municipalité à investir dans la marina, car elle reste une entité à part. À l’origine, Empuriabrava était une opération de promoteurs où tous les espaces étaient privés, y compris ceux d’usage public comme les routes ou les plages. En 1981, ces espaces furent transférés à la gestion municipale (Sassi, 2018). Ce passé est toujours présent dans la mémoire collective des Catalans autochtones et n’encourage pas à l’action. Les commerçants se plaignent alors du manque d’entretien des murs commerciaux, ces derniers appartenant à la Ville (tableau 4).

Illustration 5

Travaux de restauration des bords de mer

Photo : F. Chignier-Riboulon, mai 2018.

30Des travaux sont malgré tout progressivement réalisés (illustration 5), car la station et le tourisme sont des sources de revenus pour la commune, mais ces réhabilitations ne semblent pas d’une ampleur suffisante, de l’avis des personnes rencontrées.

Une opposition fragile

31Les réalités vécues localement sont complexes avec une part d’incompréhension de l’autre et une part d’accommodement aussi bien pour les habitants d’Empuriabrava que pour les élus et les techniciens de Castelló d’Empúries, le tout teinté du désir de défendre leurs intérêts. La volonté de catalanisation au quotidien est bien réelle et ne s’arrête pas à de la rhétorique électorale ; elle s’exprime dans l’application des politiques municipales ; tout est en catalan, du site Internet municipal aux affichages et aux règlements. L’objectif est de faire du catalan une langue qui ne se réduise pas au scolaire ou à la communication publique, mais une langue d’usage quotidien, s’imposant toujours davantage à tous. Par-delà l’enjeu de préservation et de développement, cette volonté politique se heurte aux réalités linguistiques ; il n’y a pas seulement les étrangers qui ne parlent pas catalan, c’est aussi le cas de nombreux Espagnols, surtout s’ils sont venus d’autres régions, attirés par les emplois dans le tourisme (restauration…) et l’entretien (électricité, plomberie…). Un certain pragmatisme local prévaut de fait. Ainsi, même si tous les élus et les techniciens de la ville parlent castillan, et fréquemment français, ils s’exprimeront en catalan, ou répondront en catalan à une question posée dans l’une des deux autres langues, puis finiront par s’exprimer dans la langue de l’interlocuteur (entretiens 10, 11).

32L’arrangement linguistique n’est pas sans fin, particulièrement en matière d’engagement politique : les non-catalanophones sont donc pénalisés. Ces habitants ont le droit de participer aux élections locales, qu’ils soient Européens du Nord ou Espagnols de langue castillane, mais ils sont représentés par des élus pouvant s’exprimer en catalan. Affirmer son droit d’expression passe alors par des compromis ou par la recherche de représentants. S’ajoute une autre difficulté à cette représentation électorale : la fragilité des investissements citoyens durables dans la vie publique, surtout qu’au fil des élections les résultats sont modestes et inconstants, ce qui n’encourage pas l’engagement.

  • 21 Il est difficile de trouver des informations un peu anciennes sur ces formations de circonstances, (...)

33L’Unio Democràtica d’Empuriabrava (UDEM) en a été l’incarnation. En 2011, elle obtient ses meilleurs résultats avec 15 % des voix exprimées et trois élus (tableau 2). C’est d’ailleurs la seule fois que cette liste a dépassé 10 %. En 2015, elle n’obtient qu’un seul élu avec 5 % des votes. En 2019, elle a disparu, mais certains de ses membres se retrouvent sur la liste SOMEC (SOM [nous sommes] Empuriabrava i Castello[SOMEC]), arrivée quatrième avec 10 % des bulletins exprimés. Cette irrégularité des résultats pousse à négocier des accords pour présenter des coalitions et dépasser les 5 % nécessaires pour obtenir des sièges. Ainsi, SOMEC était un regroupement entre le PP et une liste de citoyens d’Empuriabrava et de Castelló. De même, en 2007, Entesa [entente] per Castello i Empuriabrava (ECE) était une alliance réalisée autour du parti Iniciativa per Catalunya Verds (ICV), de tendance gauche écologiste, et de citoyens. Dans tous les cas, ces alliances de circonstance laissent peu de traces politiques et médiatiques21, surtout lorsque les résultats obtenus sont peu significatifs.

34Les demandes en faveur d’une amélioration de la qualité de la vie sont anciennes, et ont connu plusieurs moments de mobilisation et de relance. Dans les années 1990, les riverains se sont constitués en association pour se défendre contre la loi espagnole sur la préservation du littoral (Torres Alfosea, 2010). La démolition de stations installées à proximité immédiate de zones naturelles était prévue ; cependant, le lobbying a fini par fonctionner, l’État espagnol n’a pas appliqué la loi au bénéfice d’une dizaine de stations (Sassi, 2018 : 52). Pour ces résidents, la conséquence politique a surtout été le sentiment d’être devenus temporairement une force. L’investissement du politique par ces résidents étrangers n’est pas propre, bien entendu, à cette province. En Andalousie ou dans la région valencienne, des étrangers ont été élus, sur des listes communautaires ou d’enclaves, ou sur des listes communes (Huete et Mantecon, 2012 ; Duran-Munoz, 2016 ; 2018), mais la problématique est bien différente en Catalogne.

35Le relatif succès de la liste UDEM en 2011 s’explique par un besoin d’être reconnu à part entière. Lors des élections de 2019, les mêmes demandes reviennent, auxquelles s’ajoutent les questions de sécurité, notamment sur la voie publique pour les scolaires (tableau 4). La faiblesse des résultats de cette liste citoyenne en 2015 et 2019 n’est pas en lien avec une disparition des problèmes posés. Selon les personnes interrogées (entretiens 5, 10, 11, 17, 26), plus d’une raison intervient. Tout d’abord, rappelons-le, la population a sensiblement changé depuis 2011, une partie des habitants, notamment parmi les plus aisés, dont bien des Allemands, ont quitté la station, et les nouveaux arrivants ne s’impliquent pas immédiatement. Ensuite, les principaux candidats à la mairie, en premier lieu le maire sortant, ont davantage pris en compte les demandes d’Empuriabrava, par exemple par des rencontres avec les associations et le lancement, ou l’accélération, de travaux. Cette anticipation a fragilisé la liste locale. Enfin, le manque de mobilisation est ici une constante. Les entretiens montrent un certain repli sur soi, ou sur quelques connaissances, renforcé par une hétérogénéité croissante du peuplement. Au sein même d’une communauté linguistique, on se connaît moins que par le passé. Les animateurs des associations relèvent d’ailleurs cet investissement a minima. Pourtant quelques succès sont à souligner, bien qu’ils soient plutôt récents, comme le centre social, implanté en 2014, et très utilisé par les retraités. Plus largement, l’idée du cocon, de la tranquillité, du manque de temps (pour les actifs) sont bien réels, et s’y ajoute un fatalisme certain en termes de succès électoraux et de langue.

Conclusion : vers une meilleure intercompréhension ?

36Les sentiments et les demandes apparemment contradictoires sont bien connus chez les deux parties. Pour les catalanistes, la primauté de l’affirmation de la culture catalane dépasse la question de sa préservation ; l’indépendance est à l’horizon. La période n’est alors pas à l’ouverture culturelle. L’interculturalité à la catalane est pourtant possible pour une partie des résidents, en premier lieu les plus jeunes et ceux qui ont des enfants scolarisés. De plus en plus leurs enfants sont bilingues ou trilingues. Tendanciellement, pour les ménages francophones, le français est en usage à la maison, mais les enfants répondent fréquemment en castillan ou en catalan à leurs parents (entretiens 12, 24).

37La commune de Castelló offre ainsi des cours de catalan pour les adultes à la mairie ou dans les centres sociaux, et ces cours sont presque gratuits. Cependant, cette dimension interculturelle n’est pas forcément traduite de cette manière par les résidents européens, qui y voient plutôt une injonction. Pour eux, l’enjeu principal reste la recherche d’une meilleure qualité de vie, dans laquelle l’entretien de l’environnement local apparaît de premier ordre. Ils estiment qu’ils participent pleinement à la vie sociale et économique et veulent donc être véritablement considérés par les autorités locales. Toutefois, progressivement, la réalité est moins tranchée, et l’avenir semble plus ouvert vers la catalanité ; les ménages les plus jeunes, ceux qui ont des enfants scolarisés, tentent d’apprendre le catalan. D’ailleurs, cet effort est récompensé, semble-t-il, les Catalans répondant plus aisément en français à ceux qui leur parlent dans leur langue.

Top of page

Bibliography

Argelaguet, Jordi, Margarita Gomez-Reino Cachafeiro et Pasquier Romain, 2004, « L’Esquerra Republicana de Catalunya, la troisième force de l’espace politique catalan », Pôle Sud, vol. 1, n° 20, p. 9-24, <https://doi.org/10.3917/psud.020.0009>, consulté le 6 avril 2021.

Augé, Marc, 1992, Non-lieux, introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris, Le Seuil.

Bantman-Masum, Eve, 2016, « Présence, mobilité et migration vers les Suds », Cahiers d’études africaines, nos 221-222, p. 389-400, <https://journals.openedition.org/etudesafricaines/19024>, consulté le 9 mars 2020.

Barbera Oscar et Alberto Diaz-Montiel, 2018, « Ho volem tot ! La CUP y la articulación del independentismo de izquierda radical en Cataluña » [Nous voulons tout ! La CUP et l’articulation de l’indépendantisme de la gauche radicale en Catalogne], Revista de Estudios políticos, n° 182, p. 159-189, <https://doi.org/10.18042/cepc/rep.182.06>, consulté le 9 mai 2021.

Barbichon, Guy, 1996, « Agrégation, congrégation, ségrégation. Cheminements migratoires et automatismes de distanciation », dans Nicole Haumont (dir.), La ville : agrégations et ségrégations sociales, Paris, L’Harmattan, p. 161-171.

Barrio, Astrid, Oscar Barbera et Juan Rodriguez-Teruel, 2018, « ‘Spain Steals from Us!’ The ‘Populist Drift’ of Catalan Regionalism », Comparative European Politics, vol. 16, n° 10, n.p., <https://doi.org/10.1057/s41295-018-0140-3>, consulté en mai 2021.

Benson, Michaela et Karen O’Reilly, 2009, « Migration and the Search for a Better Way of Life: A Critical Exploration of Lifestyle Migration », The Sociological Review, vol. 57, n° 4, p. 608-625.

Bourdieu, Pierre, 1980, Le sens pratique, Paris, Éditions de minuit.

Bourdieu, Pierre, 1987, Choses dites, Paris, Éditions de minuit.

Brun, Jacques, 1994, « Essai critique sur la notion de ségrégation et sur son usage en géographie urbaine », dans Jacques Brun et Catherine Rhein (dir.), La ségrégation dans la ville, Paris, L’Harmattan, p. 21-57.

Brun, Jacques et Yves Chauviré, 1983, « La ségrégation sociale : questions de terminologie et de méthode », Espace, Populations, Sociétés, n° 1, p. 75-85.

Bueno, Xiana et Andreu Domingo, 2016, « La gestión de la interculturalidad en tiempos de crisis: el discurso de los técnicos municipales en Cataluña » [La gestion de l’interculturalité en périodes de crise : le discours des techniciens municipaux en Catalogne], Migraciones, n° 39, p. 39-65, <https://revistas.comillas.edu/index.php/revistamigraciones/article/view/6830>, consulté le 6 juin 2020.

Casado-Diaz, Maria-Angeles, Claudia Kaiser et Antony Warnes, 2004, « Northern European Retired Residents in Nine Southern European Areas: Characteristics, Motivations and Adjustment », Ageing and Society, vol. 24, n° 3, p. 353-381. <http://dx.doi.org/10.1017/S0144686X04001898>, consulté le 9 mars 2020.

Cherky, Eddy, 1979, « À propos des mouvements de défense de l’environnement », Les Annales de la recherche urbaine, n° 3, p. 72-100.

Chignier-Riboulon, Franck, 2010, « Christiania (Copenhague, Danemark), du projet participatif aux enjeux de reconquête urbaine », dans Actes du colloque international franco-polonais, Développement durable des territoires : de la mobilisation des acteurs aux démarches participatives, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, p. 147-166.

Chignier-Riboulon, Franck, 2014, « Labellisation culturelle, positionnement stratégique et transformations sociales à Vancouver (Canada) », dans Mauricette Fournier (dir.), Labellisation et mise en marque des territoires, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, p. 541-558.

Cocola-Gant, Agustin et Antonio Lopez-Gay, 2020, « Transnational Gentrification, Tourism and the Formation of ‘Foreign Only’ Enclaves in Barcelona », Urban Studies, vol. 57, n° 15, p. 3025-3043, <https://journals.sagepub.com/doi/full/10.1177/0042098020916111>, consulté le 8 mars 2021.

Conversi, Daniela et Sanjay Jeram, 2017, « Despite the Crisis: The Resilience of Intercultural Nationalism in Catalonia », International Migration, vol. 55, n° 2, p. 53-67, <https://onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1111/imig.12323>, consulté le 13 mai 2021.

Cuadrado Ciunareta, Sergi, 2012, La metropolitanitzacio a la plana de l’Alt Empordà, exemple d’un nou model territorial a Catalunya [La métropolisation de la plaine du Haut-Empordà, l’exemple d’un nouveau modèle territorial en Catalogne], thèse de doctorat en géographie, Université de Barcelone.

Cuadrado Ciunareta, Sergi, 2017, « El papel de los agentes en la dinámica urbanística y territorial durante el boom inmobiliario (1996-2006) en la llanura de Alt Empordà » [Le rôle des acteurs institutionnels, privés et associatifs dans la dynamique urbanistique et territoriale du boum immobilier (1996-2006) dans la plaine du Haut-Empordà], Boletín de la Asociación Española de geografía, n° 74, p. 387-415, <https://bage.age-geografia.es/ojs/index.php/bage/article/view/2459>, consulté le 12 mai 2020.

Dansereau, Francine, 1985, « La réanimation urbaine et la reconquête des quartiers anciens par les couches moyennes : tour d’horizon de la littérature nord-américaine », Sociologie du travail, vol. 27, n° 2, p. 191-205.

Di Méo, Guy, 1998, Géographie sociale et territoires, Paris, Nathan.

Donaire, José, Rosa-Maria Fraguell et Lluis Mundet, 1997, « La Costa Brava ante los nuevos retos del turismo » [La Costa Brava avant les nouveaux défis du tourisme], Estudios turísticos, n° 133, p. 77-96.

Duran Munoz, Rafael, 2016, « Movilización y representación políticas de la población inmigrante en España. Elecciones municipales de 2011 » [Mobilisation et représentations politiques de la population immigrante en Espagne, aux élections municipales de 2011], Revista Europea de Derechos Fundamentales, n° 27, p. 131-172.

Duran Munoz, Rafael, 2018, « International Retirees at the Polls: Spanish Local Elections 2015 », Revista de investigaciones políticas y sociológicas, vol. 17, n° 1, p. 27-54.

Elwin, James, 1995, « Marinas as Tourist Attractions », Transactions on the Built Environment, vol. 8, p. 55-62.

Fournier, Garry, David Rasmussen et William Serow, 1988, « Elderly Migration: For Sun and Money », Population Research and Policy Review, vol. 7, n° 2, p. 189-199.

Freitag, Tillman, 1994, « Enclave Tourism Development for Whom the Benefits Roll? », Annals of Tourism Research, vol. 21, n° 3, p. 538-554.

Galeano, Juan, 2017, « Visualizando datos: R. Shiny y el cambio demográfico en España a comienzos del siglo XXI » [Observer les données : R. Shiny et le changement démographique en Espagne au début du XXIe siècle], Revista de demografía histórica, vol. XXXV, n° II, p. 51-72.

Galeano, Juan et Albert Sabater, 2016, « Inmigración internacional y cambio demográfico en el nuevo milenio » [L’immigration internationale et le changement démographique du nouveau millénaire], dans Andreu Domingo (dir.), Inmigración y diversidad en España. Crisis económica y gestión municipal, Barcelona, Icaria, p. 13-48.

Garreta Bochaca, Jordi, 2011, « Immigration et politiques d’intégration en Catalogne : quelques enjeux », Migrations Société, vol. 2-3, nos 134-135, p. 137-151, <https://www.cairn.info/revue-migrations-societe-2011-2-page-137.htm>, consulté le 16 mars 2020.

Gober Patricia et Leo Zonn, 1983, « Kin and Elderly Amenity Migration », The Gerontologist, vol. 23, n° 3, p. 288-294.

Guibernau, Montserrat, 2014, « Prospects for an Independent Catalonia », International Journal of Politics, Culture and Society, vol. 27, n° 1, p. 5-23, <https://link.springer.com/article/10.1007/s10767-013-9165-4>, consulté le 8 mai 2021.

Haug, Bente, Graham Dann et Mehmet Mehmetoglu, 2007, « Little Norway in Spain, from Tourism to Migration », Annals of Tourism Research, vol. 34, n° 1, p. 202-222, <https://www.researchgate.net/publication/223191470_Little_Norway_in_Spain_From_Tourism_to_Migration>, consulté le 6 avril 2020.

Huber, Andreas et Karen O’Reilly, 2004, « The Construction of Heimat under Conditions of Individualized Modernity: Swiss and British Elderly Migrants in Spain », Ageing and Society, vol. 24, n° 3, p. 327-351, <https://www.cambridge.org/core/journals/ageing-and-society/article/abs/construction-of-heimat-under-conditions-of-individualised-modernity-swiss-and-british-elderly-migrants-in-spain/F6BC703B05A6B5B1D62F8EDBB3B53295>, consulté le 6 mai 2020.

Huete, Raquel et Alejandro Mantecon, 2012, « La participación política de los residentes británicos y alemanes en España: el caso de San Miguel de Salinas, Alicante », Revista de geografía Norte Grande, mai, n° 51, p. 81-93.

Joliveau, Thierry, 1987, Associations d’habitants et urbanisation : l’exemple lyonnais (1880-1983), Paris, Éditions du CNRS (Centre national de la recherche scientifique).

Jover, Jaime et Ibàn Diaz-Parra, 2019, « Gentrification, Transnational Gentrification and Touristification in Seville, Spain », Urban Studies, vol. 57, n° 15, p. 3044-3059.

Levrau, François et Patrick Loobuyck, 2018, « Introduction: Mapping the Multiculturalism-Interculturalism Debate », Comparative Migration Studies, vol. 6, n° 13, p. 1-13, <https://doi.org/10.1186/s40878-018-0080-8>, consulté le 4 juin 2021.

Mantecon, Alejandro, 2010, « Tourist Modernization and Social Legitimation in Spain », International Journal of Tourism Research, vol. 12, n° 5, p. 617-626. DOI: 10.1002/jtr.784, consulté le 11 novembre 2020.

Mantecon, Alejandro et Raquel Huete, 2018, « Urbanization, Tourism and Migrations: Interrelationships and Challenges in Spain », dans Rémy Tremblay et Olivier Dehoorne (dir.), Entre tourisme et migration, Paris, L’Harmattan, p. 55-73.

Micoud, André, 1999, « Associations et environnement : une « histoire » pleine d’enjeux », dans Pierre Lascoumes (dir.), Instituer l’environnement, Paris, L’Harmattan, p. 151-166.

Musterd, Sako, 2006, « Segregation, Urban Space and the Resurgent City », Urban Studies, vol. 38, n° 7, p. 1325-1340.

O’Reilly, Karen, 2017, « The British on the Costa del Sol Twenty Years on: A Story of Liquids and Sediments », Nordic Journal of Migration Research, vol. 7, n° 3, p. 139-147, <https://journal-njmr.org/articles/abstract/10.1515/njmr-2017-0017/>, consulté le 6 juin 2020.

O’Reilly, Karen et Michaela Benson, 2009, « Lifestyle Migration: Escaping to the Good Life? », dans Karen O’Reilly et Michaela Benson (dir.), Lifestyle Migrations: Expectations, Aspirations and Experiences, Farham, Ashgate, p. 1-13, <https://dspace.lboro.ac.uk/2134/9142>, consulté le 9 mars 2020.

Oliver, Caroline et Karen O’Reilly, 2010, « A Bourdieusian Analysis of Class and Migration: Habitus and the Individualizing Process », Sociology, vol. 44, n° 1, p. 49-66, <https://journals.sagepub.com/doi/10.1177/0038038509351627>, consulté le 6 juin 2020.

Olson, Erik et Karen O’Reilly, 2017, « North-Europeans in Spain: Practices of Community in the Context of Migration, Mobility and Transnationalism », Nordic Journal of Migration Research, vol. 7, n° 3, p. 133-138, <https://journal-njmr.org/articles/abstract/10.1515/njmr-2017-0025/>, consulté le 7 juin 2020.

Pampel, Fred, Irwin Levin et Jordan Louviere, 1984, « Retirement Migration Decision-making. The Integration of Geographic, Social and Economic Preferences », Research on Aging, vol. 6, n° 2, p. 139-162.

Pellistrandi, Benoît, 2018, « La crise en Catalogne, une fracture décisive », Politique étrangère, printemps, n° 1, p. 103-115, <https://www.cairn.info/revue-etudes-2020-6-page-7.htm>, consulté le 15 mars 2021.

Rhein, Catherine et Bernard Elissalde, 2002, « La fragmentation sociale et urbaine en débats », L’information géographique, vol. 68, n° 2, p. 115-126. <https://doi.org/10.3406/ingeo.2004.2939>, consulté le 18 mars 2020.

Rodriguez, Vicente, Gloria Fernandez-Mayoralas et Fermina Rojo, 1998, « European Retirees on the Costa del Sol: A Cross-national Comparison », International Journal of Population Geography, vol. 4, n° 2, p. 183-200, <https://doi.org/10.1002/(SICI)1099-1220(199806)4:2<183::AID-IJPG101>3.0.CO;2-8>, consulté le 6 juin 2020.

Rodriguez, Vicente, Gloria Fernandez-Mayoralas et Fermina Rojo, 2004, « International Retirement Migration: Retired Europeans Living on the Costa Del Sol, Spain », Population Review, vol. 43, n° 1, <https://doi.org/10.1353/prv.2004.0009>, consulté le 12 juin 2020.

Sassi, Massimiliano, 2018, Mobility and Multilingualism in Empuriabrava, Social Structuration and Inequality in a Tourist Community, thèse de doctorat en anthropologie sociale et culturelle, Université de Barcelone.

Torres, Rebecca-Maria et Janet Momsen, 2005, « Gringolandia: The Construction of a New Tourist Space in Mexico », Annals of the Association of American Geographers, vol. 95, n° 2, p. 314-335, <https://www.jstor.org/stable/3694121>, consulté le 8 mars 2021.

Torres Alfosea, Francisco, 2010, « Cuarenta años de leyes de costas en España (1969-2009) » [Quarante ans de lois sur les côtes espagnoles (1969-2009)], Investigaciones Geográficas, n° 52, p. 167-198.

Tremblay, Rémy, 2013, « Voyages à Floribec. De touriste à chercheur », Rabaska, vol. 11, p. 119-124, <https://doi.org/10.7202/1018519ar>, consulté le 4 mai 2021.

Van Noorloos, Femke, 2013, « Residential Tourism and Multiple Mobilities: Local Citizenship and Community Fragmentation in Costa Rica », Sustainability, vol. 5, n° 2, p. 570-589, <https://doi.org/10.3390/su5020570>, consulté le 4 juillet 2021.

Williams, Allan, Russell King et Tony Warnes, 1997, « A Place in the Sun: International Retirement Migration from Northern to Southern Europe », European Urban and Regional Studies, vol. 4, n° 2, p. 115-134, <https://journals.sagepub.com/doi/10.1177/096977649700400202>, consulté le 8 juin 2020.

Wiseman, Robert et Curtis Roseman, 1979, « A Typology of Elderly Migration Based on the Decision Making Process », Economic Geography, vol. 55, n° 4, p. 324-337, <https://www.jstor.org/stable/143164>, consulté le 15 mars 2021.

Top of page

Annex

Annexe 1
Tableau des personnes interrogées

N° entretien

Date

Age

Sexe

Année arrivée

Profession

Nationalité

1

3/5/18

30-35

F

2000

Serveuse

F

2

3/5/18

36

F

2004

Agent immobilier

F

3

4/5/18

42

F

2008

Secrétaire comptable

F

4

4/5/18

65

F

1983

Retraitée journaliste

F

5

4/5/18

78

F

1972

Retraitée enseignante

F

6

5/5/18

72

M

1986

Retraité zingueur

F

7

5/5/18

37

F

2006

Coiffeuse

F

8

6/5/18

54

M

2007

Plombier

F

9

6/5/18

58

M

2004

Restaurateur

E

10

6/5/18

51

M

1998

Loueur villas

F

11

7/5/18

50

F

2013

Loueur d’appartements

F

12

7/5/18

46

F

1994

Libraire

F

13

7/5/18

49

M

1998

Livreur journaux

F

14

8/5/18

78

F

2001

Retraitée, secrétaire trilingue

F

15

8/5/18

71

F

2014

Retraitée, pompes funèbres

F

16

8/5/18

46

M

2008

Commerçant

E

17

9/5/18

57

F

2011

Agent immobilier

F

18

9/5/18

64

M

2016

Restaurateur

E

19

10/5/18

32

F

2017

Agent immobilier

F

20

10/5/18

48

M

2012

Commerçant

E

21

10/5/18

39

M

2008

Barman/restaurateur

F

22

11/5/18

42

F

2012

Infirmière

F

23

11/5/18

38

M

2013

Barman

F

24

11/5/18

45

F

2012

Retraitée militaire

F

25

11/5/18

47

M

2012

Moniteur zodiac

F

26

12/5/18

32

M

2014

Paramédical

F

Annexe 2
Le poids d’Empuriabrava (EB) dans la population totale de Castelló d’Empúries

Année

Population totale

Dont Empuriabrava

Part EB dans la population totale

2000

6 266

3 227

51,5

2001

6 883

3 716

54,0

2002

7 530

4 250

56,4

2003

8 165

4 677

57,3

2004

7 777

4 246

54,6

2005

9 167

5 366

58,5

2006

10 021

6 102

60,9

2007

10 629

6 710

63,1

2008

11 653

7 650

65,6

2009

12 111

8 001

66,1

2010

12 220

8 122

66,5

2011

11 885

7 873

66,2

2012

11 794

7 805

66,2

2013

11 910

7 886

66,2

2014

11 473

7 462

65,0

2015

10 870

6 899

63,5

2016

10 784

6 827

63,3

2017

10 791

6 832

63,3

2018

10 820

6 813

63,0

2019

10 906

6 915

63,4

2020

11 100

7 041

63,4

Source : INE <https://www.ine.es/​nomen2/​index.do>, dernière consultation 6 novembre 2021.

Annexe 3
Les étrangers à Castelló d’Empúries

Année

Population

Nombre d’Espagnols

Nombre total d’étrangers

Part des étrangers

Étrangers UE 28

2003

8 165

4 799

3 366

41

1 274

2004

7 777

4 940

2 837

36

1 834

2005

9 167

5 280

3 887

42

1 908

2006

10 021

5 506

4 515

45

2 290

2007

10 629

5 703

4 926

46

2 693

2008

11 653

5 939

5 714

49

3 159

2009

12 111

6 086

6 025

49,7

3 346

2010

12 220

6 178

6 042

49,4

3 350

2011

11 885

6 138

5 747

48,4

3 149

2012

11 794

6 095

5 699

48,3

3 113

2013

11 910

6 130

5 780

48,5

3 176

2014

11 473

6 121

5 352

46,6

2 887

2015

10 870

6 090

4 780

44

2 321

2016

10 784

6 010

4 774

44,3

2 340

2017

10 791

6 003

4 788

43,6

2 287

2018

10 820

6 039

4 781

44,2

2 232

2019

10 906

6 046

4 860

44,5

2 154

2020

11 100

6 044

5 056

45,5

2 121

Source : INE <https://www.ine.es/​jaxiT3/​Datos.htm?t=33791>, dernière consultation le 6 novembre 2021.

Annexe 4
Les principales nationalités des migrants résidentiels de l’UE présentes à Castelló

Année

Étrangers UE 28

Français

Allemands

Anglais

2004

1 274

299

526

107

2005

1 908

466

735

157

2006

2 290

630

814

182

2007

2 693

856

878

197

2008

3 159

1 010

962

211

2009

3 346

1 091

998

215

2010

3 350

1 134

986

212

2011

3 149

1 096

878

176

2012

3 113

1 079

884

167

2013

3 176

1 119

892

166

2014

2 887

1 038

799

136

2015

2 321

845

583

102

2016

2 340

896

563

97

2017

2 287

879

510

106

2018

2 232

841

491

103

2019

2 154

863

428

100

2020

2 121

869

381

97

Source : INE <https://www.ine.es/​jaxiT3/​Tabla.htm?t=33791>, dernière consultation le 6 novembre 2021.

Top of page

Notes

1 Dans ce texte le mot résident est utilisé au sens d’habiter un lieu durablement, et pas uniquement lors des vacances ; il n’est donc pas utilisé dans un sens juridique ou fiscal, mais statistique. L’Institut statistique espagnol (INE, Instituto Nacional de Estadistica) parle de « résidence habituelle » dans ses définitions statistiques. <https://www.ine.es/DEFIne/es/concepto.htm?c=4565&op=30260&p=1&n=20>, consulté le 17 février 2021.

2 Cet article est plus récent mais il offre un panorama bibliographique et chronologique sur la question.

3 Pour alléger le texte, Castelló d’Empúries sera régulièrement écrit Castelló.

4 Même si je connais bien la région, le présent article résulte d’un programme, dirigé par Françoise Cognard, de la Maison des sciences de l’homme (MSH) de Clermont-Ferrand, intitulé « Migrations vers le Sud ». Un travail de terrain a été réalisé en mai 2018 (annexe 1). Hormis l’étude géographique et l’observation participante, il a consisté en un ensemble d’entretiens semi-ouverts, de 30 à 60 minutes. Seuls les propos correspondant à cet article sont présentés ici ; ces entretiens ne sont alors qu’un des éléments de l’article. Vingt-six personnes ont été interrogées : dont des membres de l’association Bien Estar, qui m’a facilité les premiers contacts. Il n’a pas été possible d’interroger des élus et des techniciens de la commune, les demandes étant restées lettres mortes. Toutes les personnes interrogées l’ont été en français, même si elles étaient d’une autre nationalité ; la problématique posée, celle d’une opposition entre une municipalité nationaliste catalane et ses résidents étrangers, transcende largement la nationalité, surtout que les représentations politiques et culturelles dépassent ce fait.

5 Quelques semaines auparavant j’étais à Salamanque où seul le castillan était parlé. Sur cette partie de la Costa Brava, le français est une langue véhiculaire. S’exprimer en castillan, c’est se voir répondre en français par les commerçants, qui reconnaissent les accents.

6 La lutte est permanente entre les autorités catalanes et le gouvernement central. Dernièrement, la Cour suprême espagnole a confirmé l’obligation d’un enseignement avec au moins 25 % de castillan dans les écoles catalanes (décision du 23 novembre 2021). Le gouvernement catalan, contrôlé par les partis indépendantistes, a refusé d’appliquer cette décision.

7 Le catalan étant souvent compréhensible pour les francophones sous sa forme écrite, nous n’avons traduit que lorsque les termes ne l’étaient pas.

8 Leur article fournit même une chronologie.

9 Comme le Québec qui intervient, autant que faire se peut, pour les droits des francophonies minoritaires dans les autres provinces, la Catalogne agit dans le même sens, en Aragon ou en Valencien.

10 Les données sont issues des « padrones continuos por municipios » [registres démographiques municipaux permanents]. Il s’agit des résidents enregistrés au premier janvier de chaque année. Nous avons arrêté de compiler en 2020 pour éviter l’effet « COVID ». Voir <https://www.ine.es/jaxiT3/Tabla.htm?t=33791>, consulté le 8 mars 2021.

11 Empuriabrava n’étant pas une commune, les données sont difficiles à trouver et sont partielles, l’essentiel étant agrégé à l’échelle de la commune.

12 L’INE ne donne les statistiques de nationalité que pour les groupes les plus importants en nombre.

13 D’autres éléments interviennent, comme le vieillissement ou le remplacement de ménages par d’autres.

14 Ils sont présents dans le tableau, car ils étaient membres de l’UE jusqu’au début 2020.

15 Salvador Sabria, « Empuriabrava se reinventa », El periodico, 19 mars 2017, <https://www.elperiodico.com/es/economia/20170319/empuriabrava-se-reinventa-5910072>, consulté le 27 février 2022.

16 En 2015, un maire est resté moins d’une année.

17 Accord du 1er juillet 2019, sur le site Internet municipal : « Acord de govern dels grups ERC i CUP a l’ajuntament de Castelló d’Empúries per al periode 2019-2023 », consulté le 7 avril 2021.

18 Page 2 de l’accord.

19 Blogue « D’en Salvi Güell », sans date ; à noter qu’il n’est plus mis à jour. Consulté le 8 mars 2021.

20 Dans ce paragraphe, les idées sur la commune et la station proviennent des entretiens réalisés.

21 Il est difficile de trouver des informations un peu anciennes sur ces formations de circonstances, disparues.

Top of page

List of illustrations

URL http://journals.openedition.org/teoros/docannexe/image/11195/img-1.jpg
File image/jpeg, 221k
Credits Photo : F. Chignier-Riboulon, mai 2018.
URL http://journals.openedition.org/teoros/docannexe/image/11195/img-2.jpg
File image/jpeg, 344k
Credits Photo : F. Chignier-Riboulon, mai 2018.
URL http://journals.openedition.org/teoros/docannexe/image/11195/img-3.jpg
File image/jpeg, 572k
Credits Photo : F. Chignier-Riboulon, mai 2018.
URL http://journals.openedition.org/teoros/docannexe/image/11195/img-4.jpg
File image/jpeg, 432k
Credits Photo : F. Chignier-Riboulon, mai 2018.
URL http://journals.openedition.org/teoros/docannexe/image/11195/img-5.jpg
File image/jpeg, 620k
Top of page

References

Electronic reference

Franck Chignier-Riboulon, “Castelló d’Empúries (Catalogne, Espagne), le face-à-face entre une municipalité catalane et ses résidents étrangers”Téoros [Online], 41-2 | 2022, Online since 20 December 2022, connection on 02 February 2023. URL: http://journals.openedition.org/teoros/11195

Top of page

About the author

Franck Chignier-Riboulon

Professeur titulaire de géographie,
UMR Territoires, Université Clermont Auvergne, France,
franck.chignier-riboulon@uca.fr

Top of page

Copyright

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Top of page
  • Logo UQAM | École des sciences de la gestion
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search