Skip to navigation – Site map

HomeNuméros23-1DossierRisque politique et tourisme : No...

Dossier

Risque politique et tourisme : Nouveautés et continuités

Bruno Sarrasin
p. 12-22

Abstract

La date du 11 septembre 2001 marque désormais l’histoire occidentale, non seulement par l’ampleur de la tragédie humaine et du symbole qu’elle représente face au capitalisme, mais aussi par les conséquences que cet événement a insufflées dans l’évolution de la politique étrangère étatsunienne. Le début de ce siècle est-il marqué par l’émergence de nouveaux foyers d’instabilité, politique et économique, ou s’insère-t-il dans la continuité des causes qui fondent l’instabilité des relations internationales depuis plusieurs décennies ? Sur le plan touristique, comment le problème de l’instabilité politique et du risque qui en découle a-t-il été compris et géré par les gouvernements, les médias et les marchés ? La demande touristique internationale s’est-elle redéfinie depuis trois ans et, si c’est le cas, comment ? Où ? Et pourquoi ? Dans une perspective d’analyse politique, le présent article cherche à clarifier les relations entre le risque politique et le tourisme dans le but de préciser certains enjeux qui en résultent. Certaines destinations touristiques profitent de l’instabilité et de l’insécurité associées à d’autres destinations, même si aucun endroit dans le monde n’est à l’abri d’un attentat. Et puisque le système économique actuel continuera d’exclure un nombre toujours croissant de personnes, les actes terroristes seront toujours considérés par certains groupes comme un moyen désespéré de « changer les choses ». Au-delà de la tragédie humaine que cela représente, les gouvernements ont fort bien compris les enjeux que posent les revendications politiques violentes pour l’économie. Une des premières réactions du gouvernement Bush au lendemain des attentats du 11 septembre 2001 n’a-t-elle pas été d’inviter la population à « continuer de consommer » ? Pour arriver à maintenir le système en place — ce dont le tourisme à besoin pour continuer de croître —, les gouvernements devront utiliser la fragilité des perceptions à leur avantage, c’est-à-dire tenter de convaincre leurs citoyens que leur environnement de vie — et de voyage — est sécuritaire, malgré tout.

Top of page

Full text

1La date du 11 septembre 2001 marque désormais l’histoire occidentale, non seulement par l’ampleur de la tragédie humaine et du symbole qu’elle représente face au capitalisme, mais aussi par les conséquences que cet événement a insufflées dans l’évolution de la politique étrangère étatsunienne. Le début de ce siècle est-il marqué par l’émergence de nouveaux foyers d’instabilité, politique et économique, ou s’insère-t-il dans la continuité des causes qui fondent l’instabilité des relations internationales depuis plusieurs décennies ? Sur le plan touristique, comment le problème de l’instabilité politique et du risque qui en découle a-t-il été compris et géré par les gouvernements, les médias et les marchés ? La demande touristique internationale s’est-elle redéfinie depuis trois ans et, si c’est le cas, comment ? Où ? Et pourquoi ? Dans une perspective d’analyse politique, le présent article cherche à clarifier les relations entre le risque politique et le tourisme dans le but de préciser certains enjeux qui en résultent.

Du risque politique à l’instabilité politique

2La notion de risque, prise seule, est certainement aussi confuse et englobante (donc inutile parce qu’imprécise) que les termes « environnement », « développement » ou « mondialisation ». Le « risque » doit donc impérativement être associé à un contexte, à un système au travers duquel nous pourrons lui donner un sens. Dans le cadre des déplacements touristiques, la notion de risque est essentiellement liée à la santé et à la sécurité. Si le premier fondement peut influencer de façon significative les déplacements de personnes (le syndrome respiratoire aigu sévère — SRAS — par exemple), cet article propose d’approfondir la compréhension de la dimension « sécurité » en déclinant l’analyse du risque sous l’angle politique. Il est important de souligner que le « risque politique » est un concept généralement utilisé par des opérateurs économiques (exportateurs, assureurs, gouvernements, organisations internationales) pour évaluer les conditions d’investissement dans un pays étranger, notamment au Sud. Dans un pays où l’État joue un rôle économique important, le risque politique peut se définir par l’incapacité d’un pays à honorer ses paiements pour cause de violence politique, tels des conflits armés, des troubles sociaux ou de la corruption généralisée. Comme le suggèrent Benmansour et Vadcar (1995), cette conception du risque politique n’est plus appropriée aujourd’hui dans la mesure où les relations internationales touchent maintenant un nombre d’acteurs toujours plus important et diversifié (firmes transnationales, organisations internationales gouvernementales et non gouvernementales, etc.), ce qui laisse aux États une part toujours plus ténue de pouvoir et d’action.

  • 1 Les deux systèmes qui marquent la guerre froide (capitaliste et socialiste) aux apparences contradi (...)

3La fin de la guerre froide a présidé au retour du politique dans les relations économiques internationales qui se sont ellesmêmes accélérées au cours des quinze dernières années. Davantage d’échanges économiques entre les pays (cela inclut le tourisme), dans un contexte d’éclatement des relations politiques internationales1, mène à deux situations interdépendantes : la multiplication des échanges économiques conduit à l’exclusion d’un nombre toujours plus grand de personnes (autant sur le plan interne que dans le cadre des échanges internationaux) qui peuvent être tentées par la violence « politique » (basée notamment sur des idéologies) pour faire valoir leurs intérêts et influencer les conjonctures économiques, dans un contexte où ces individus ou ces groupes n’ont rien à perdre dans le système duquel ils sont exclus. Cette situation a pour résultat que les gouvernements, donc le pouvoir politique formel, interviennent de plus en plus — notamment militairement — pour préserver l’intégrité et le fonctionnement du système économique, créant ainsi les conditions de reproduction de certaines causes de violence.

4Qu’est-ce que le risque politique dans de telles conditions ? Benmansour et Vadcar (1995 : 15) concluent que le seul élément de définition qui fasse l’unanimité se résume aux « conséquences indésirées [sic] d’activité politique ». Dans cette perspective, Julie Caron-Malenfant (2002) souligne l’apport du Country Risk Service de l’Economist Intelligence Unit dans l’évaluation du risque dont la méthodologie s’appuie sur deux perspectives. La première, qui peut être qualifiée de structurelle, catégorise le risque en fonction des enjeux politiques, des politiques économiques et de la structure économique. La seconde est conjoncturelle et s’intéresse au risque à l’investissement, notamment à l’effet sur les transactions en devises. La plupart des gouvernements des pays de l’Organisation de développement et de coopération économique (OCDE) offrent d’ailleurs aux firmes transnationales des assurances contre le « risque politique » qui s’insère généralement dans la définition de l’Economist Intelligence Unit.

  • 2 [http://www.edc.ca/index_f.htm].

5Au Canada, par exemple, la société d’État connue sous le vocable d’Exportation et développement Canada2 offre aux exportateurs canadiens une assurance-risques politiques pour couvrir le non-transfert et la non-convertibilité de devises, la violence politique et l’expropriation. Cette lecture s’inscrit dans la perspective de Benmansour et Vadcar (1995 : 17) pour qui « […] le terme même de risque comporte implicitement une probabilité de sinistre. L’idée de perte, autrement dit la connotation négative du risque, est très forte dans toute définition du risque politique ».

6On peut conclure que le risque dit « politique » s’inscrit généralement comme l’expression (idéologique, sociale et même économique) d’une menace au bon déroulement des activités et des échanges économiques. En d’autres termes, tout pouvoir parallèle à celui du « marché » (offre et demande), même s’il émane théoriquement de la volonté de la majorité (nationalisation d’un secteur ou d’une entreprise par un gouvernement démocratiquement élu), constitue un risque potentiel pour le système économique. Dans ces conditions, il est paradoxal que le système politique soit appelé à la rescousse du marché, par le contrôle (et éventuellement le musellement) des forces politiques et sociales exclues du système économique. L’OCDE (2003) résume bien cette approche de gestion du risque politique par l’intervention politico-économique en suggérant de dissuader les groupes mécontents de recourir au terrorisme ou à d’autres formes de violence en faisant, notamment, de la mondialisation un processus « fédérateur ». Cela est d’autant plus difficile que les actions entreprises de part et d’autre — c’est-à-dire pour maintenir ou déstabiliser le système économique — sont de plus en plus violentes. Benmansour et Vadcar (1995 : 10) résument bien la situation qui en résultait il y a dix ans et qui garde une similitude avec les conjonctures actuelles : « Au Proche-Orient, l’issue de la “guerre” du Golfe n’a pas introduit une réelle stabilité. Bien au contraire, elle a créé les germes d’une belligérance permanente, que ce soit entre les monarchies pétrolières et leurs adversaires arabes ou entre les pays arabes et Israël ».

Instabilité, stabilité et tourisme

7Les stabilités politique et économique constituent les matières premières essentielles à la croissance des déplacements touristiques. La stabilité politique est généralement associée à la légitimité du pouvoir des gouvernements (Lemco, 1991 ; Weber, 1995). Julie Caron-Malenfant (2002 : 10) résume cette lecture en présentant la stabilité politique comme étant

[…] la caractéristique d’un régime dont les détenteurs du pouvoir sont reconnus pour leur légitimité, et qui est en mesure de satisfaire une partie des différents intérêts présents au sein du système, de sorte que la domination en place n’est pas à proprement parler contestée.

8Mais qu’arrive-t-il d’un pays qui possède un régime politique autoritaire — au sens de Guy Hermet (1985) — qui, s’il n’est pas contesté dans l’immédiat, demeure contestable ? Comment expliquer que ces régimes, comme ceux qui prévalent à Cuba, au Myanmar ou en Chine, ne constituent pas un frein à l’essor du tourisme, mais, au contraire, représentent un éventuel catalyseur ? Hall et O’Sullivan (1996 : 106) répondent partiellement à cette question en suggérant que :

Political stability is therefore not a value judgment as to the democratic nature, or otherwise, of a state. Indeed, it may well be the case that certain authoritarian states which limit formal opposition to government may provide extremely stable political environments in which tourism may flourish.

9Certains pays tels le Portugal ou l’Espagne n’ont-ils pas développé massivement leur industrie touristique au moment où des dictateurs étaient au pouvoir (Hall, 1994) ? Le cas actuel de Cuba demeure tout aussi éloquent en ce sens.

10La relation paradoxale qu’entretient le tourisme avec la stabilité politique nous amène à deux principales conclusions. D’abord, pour se développer, le tourisme a besoin d’un environnement stable certes, mais il ne semble pas particulièrement sensible aux origines de cette stabilité. En d’autres termes, nous pourrions conclure que les touristes se contentent de « n’importe qu’elle » forme de stabilité. Cette première observation nous amène naturellement à la deuxième : la stabilité résulte » une perception dont les médias sont les principaux vecteurs. Ainsi, l’image d’une destination — qui découle nécessairement de représentations et d’interprétations subjectives — conduit à créer des « impressions » de stabilité ou d’instabilité très fragiles et facilement interchangeables.

11Bien que l’objet de cet article ne soit pas de faire l’analyse du rôle des médias dans la construction de l’image d’une destination, il importe de souligner leur rôle déterminant dans l’impression de stabilité politique si chère au tourisme. La Thaïlande offre un exemple intéressant en ce sens. Pays phare du tourisme en Asie du Sud-Est depuis plusieurs années, la Thaïlande a fait l’objet de changements fréquents de gouvernement, notamment, par l’intervention des militaires. Dans la mesure où ces changements se sont réalisés en apparence sans heurts et sans démonstration externe de violence, la perception de stabilité du régime a été maintenue dans les médias et dans l’esprit des visiteurs, de sorte que l’industrie touristique a continué de croître (Hall et O’Sullivan, 1996). Cette situation montre une fois de plus que les représentations de la stabilité et de l’instabilité politiques constituent des caractéristiques fondamentales d’une destination touristique, dont l’importance dépasse souvent celle des attraits naturels et culturels.

Tourisme et terrorisme : les représentations de l’instabilité

12Pour l’industrie touristique et pour les gouvernements, il s’agit donc de « gérer » la perception du risque, politique ou économique. Cela est plus facile à réaliser lorsque les touristes ne représentent pas une cible directe d’expression politique violente. C’est notamment le cas des grèves, des émeutes, des troubles sociaux divers et même des coups d’État et des guerres civiles ou internationales. Même les actes terroristes, comme ceux perpétrés en Corse depuis plusieurs années, peuvent ne pas être incompatibles avec la croissance du tourisme. Il en va autrement lorsque ceux-ci constituent une cible en soi. En constituant un secteur économique largement dominé par les capitaux étrangers, le tourisme constitue une cible politique et économique de choix.

Illustration 1 : Reconstruction d’un pont par les troupes britanniques près de Sipovo (Bosnie Herzégovine)

Illustration 1 : Reconstruction d’un pont par les troupes britanniques près de Sipovo (Bosnie Herzégovine)

Photo : OTAN

13Comme nous l’avons souligné en début d’article, les auteurs d’actions politiques violentes — tels les attentats terroristes — dénoncent un système duquel ils sont exclus (volontairement ou non) et cherchent à réaliser des actions dont les effets seront les plus dommageables possibles. Dans cette perspective, les touristes sont « attrayants » pour trois principales raisons (Ryan, 1993 : 180). D’abord, le tourisme est un symbole du capitalisme. Les touristes représentent l’archétype de la société post-moderne, à la source des libéralismes politique et économique que dénoncent notamment les terroristes. Aussi, les effets d’une action violente à l’endroit des touristes sont d’autant plus « efficaces » sur le plan économique que l’effet psychologique est important. Le tourisme, à l’instar d’autres produits et services, est un secteur d’exportation. Contrairement aux autres secteurs cependant, les touristes sont des « produits » dont la perception est d’autant plus importante qu’elle détermine le lieu d’exportation. S’attaquer aux touristes, particulièrement dans les pays du Sud fortement dépendants de ce secteur, c’est s’assurer un impact économique — et politique — immédiat ; au cours des dix dernières années, ce fut le cas, notamment, en Indonésie, au Maroc, en Tunisie et en Égypte, pour ne nommer que quelques exemples (tableaux 1 à 5). Ce n’est pas un hasard si, à la suite des attentats de Louxor en 1997, c’est le président égyptien lui-même qui s’est fait le porte-parole de la relance du tourisme dans son pays. Sa survie politique est partiellement tributaire du développement économique en général et du développement touristique en particulier.

14La seconde raison qui place les touristes comme cibles politiques privilégiées repose sur leur origine, voire leur citoyenneté. Dans un contexte de relations Nord-Sud, les visiteurs proviennent le plus souvent de pays riches avec des moyens financiers et des comportements qui peuvent être contrariants pour les populations visitées, créant ainsi des foyers de tensions sociales (prostitution, pollution, etc.) (Dehais, 2001). Enfin, le tourisme, particulièrement dans les pays du Sud, est une industrie largement appuyée (politiquement et économiquement) par l’État. Dans ces conditions, s’attaquer au tourisme permet de toucher indirectement les sources de pouvoir du gouvernement local. C’est précisément ce raisonnement qu’ont appliqué plusieurs groupes terroristes au cours de la dernière décennie en Égypte, en Tunisie ou en Turquie (tableaux 1 à 5).

Tableau 1 : Les attentats terroristes et le tourisme (1992-2002)

Tableau 1 : Les attentats terroristes et le tourisme (1992-2002)

Source : Voir note méthodologique

Tableau 2 : Les attentats terroristes et le tourisme (1992-2002) – suite

Tableau 2 : Les attentats terroristes et le tourisme (1992-2002) – suite

Source : Voir note méthodologique

Tableau 3 : Les attentats terroristes et le tourisme (1992-2002) – suite

Tableau 3 : Les attentats terroristes et le tourisme (1992-2002) – suite

Source : Voir note méthodologique

Tableau 4 : Les attentats terroristes et le tourisme (1992-2002) – suite

Tableau 4 : Les attentats terroristes et le tourisme (1992-2002) – suite

Source : Voir note méthodologique

Tableau 5 : Les attentats terroristes et le tourisme (1992-2002) – suite

Tableau 5 : Les attentats terroristes et le tourisme (1992-2002) – suite

Source : Voir note méthodologique

Note méthodologique

La liste chronologique des attentats terroristes a été dressée à partir de quatre sources différentes (deux étatsuniennes et deux européennes) :

– Les archives de l’ERRI (Emergency Response & Research Institute) [http://www.emergency.com/cntrterr.htm].

– Les archives du Département d’État américain, notamment par le biais de la publication annuelle « Pattern of Global Terrorism » [http://www.state.gov/​s/​ct/​rls/​pgtrpt/​2001/​html/​].

– Les archives de la firme en analyses stratégiques JFM Recherches et Analyses, société suisse créée en 1999 qui a mis sur pied un projet de veille sur le terrorisme [http://www.terrorisme.net].

– Les archives du CDISS (Centre for Defence and International Security Studies), institution de recherche rattachée à l’Université de Lancaster au Royaume-Uni [http://www.cdiss.org/​terror.htm].

Caractéristiques des données

La liste des événements n’est pas exhaustive. Elle a été constituée de la manière suivante :

– Seuls les événements terroristes cités dans les quatre sources sont retenus dans la liste.

– Tous les événements terroristes qui ont été explicitement revendiqués ainsi que ceux dont la présomption de culpabilité des responsables est fondée sur des sources officielles sont retenus dans la liste.

– Tous les événements qui ont eu un effet direct sur le tourisme (ex. destruction d’infrastructure de soutien comme les hôtels, les aéroports, etc.) ou qui ont visé directement les touristes sont retenus dans la liste.

– Le dernier rapport du Département d’État américain date du mois d’avril 2003 et couvre les événements jusqu’au 31 décembre 2002. Cette date constitue donc la date de fin de période pour le re- port des événements, même si certaines sources exposent dans leurs archives les événements terroristes de 2003.

Définition du terrorisme

Un dernier filtre a également été utilisé pour juger de la pertinence d’inclure les événements rapportés par les quatre sources consultées. Il s’agit des critères qui permettent de définir un acte terroriste. Dans le cadre de cette recherche, les critères suivants ont été retenus :

– La disproportion des moyens limités utilisés (une bombe, un enlèvement, un détournement d’avion) et les effets que la violence de l’acte provoque (panique de la population, mesures politiques inédites, inflexion diplomatique, etc.) (Wieviorka, 2002).

– La préméditation de l’acte, la motivation politique de l’acte, les cibles « non combattantes » visées et l’objectif de l’acte (Département d’État américain, 2003).

15Il importe de préciser que le terrorisme, bien qu’il constitue souvent l’élément le plus visible, n’est qu’une des représentations de l’instabilité politique. Salah Wahab (1996 : 177) le définit comme étant

[…] a systematic and persistent strategy practiced by a state or political group against another state, political or social group through a campaign of acts of violence, such as assassinations, hijacking, use of explosives, sabotage, murder and the like, with the intent of creating a state of terror and public intimidation to achieve political, social or religious ends.

16D’après Hall (1994), les actes terroristes qui visent les installations touristiques ou les touristes eux-mêmes sont motivés par des objectifs tactiques, stratégiques ou idéologiques. Dans tous les cas, l’intérêt principal est d’obtenir de la visibilité pour la cause défendue, ce qui place à l’avant plan l’importance du rôle joué par les médias dans la perception des événements politiques violents et de l’instabilité qui en résulte (Hall et O’Sullivan, 1995).

Faits et effets : nouvelles instabilités ou continuités ?

17Les sources et les expressions de l’instabilité politique n’ont pas débuté avec les attentats du 11 septembre 2001. Comme le suggéraient dans les années 1980 Richter et Waugh (1986 : 230), « Terrorism is by no means a new form of political expression–in fact, it may be one of the oldest ». Bien que cet événement marque l’imagination et puisse donner l’impression d’initier une période politique internationale particulièrement instable, il importe de reculer de quelques années pour constater que les décennies 1980 et 1990 n’ont pas fait exception. Par exemple, les raids étatsuniens sur la Libye et les attentats terroristes réalisés dans plusieurs aéroports européens en 1985-1986, en plus de l’attentat de Lockerby en 1988, ont créé une véritable psychose chez les touristes au cours des années 1980 et au début des années 1990. Wall (1996 : 143) cite D’Amore et Anunza pour décrire la situation qui prévalait à l’époque :

In a nine-day period that month (June, 1985), the world witnessed the crash of an Air India jumbo jet, in which 329 people were killed, believed to be caused by a bomb; the hijacking of a TWA flight from Athens; an explosion in baggage taken from a CP Air Boeing 747 in Tokyo; a bombing at the Frankfurt airport; and the hijacking of a Norwegian airliner.

18On estime que 1,8 million d’Étatsuniens ont changé leur destination de voyage en 1986 (Richter et Waugh, 1986). Pourtant, comme le suggère Richter (1992 : 38), le risque d’être tué est beaucoup plus important aux États-Unis qu’à l’étranger :

Americans live in an unusually violent nation, with some of the world’s highest rates of murder, rape, and armed robbery, where drug use is epidemic and security businesses enjoy boom times. Nearly twice as many Americans died from handgun injuries in the United States from 1965-1975 as died in Vietnam over the same period. In 1989, more were killed by firearms in Los Angeles than in Beirut. It may make little difference to the victims whether they die at the hand of a drug-crazed person or as a result of an urban guerrilla’s bomb, but it does to the travelling public, particularly Americans.

19Cette assertion montre bien que la sécurité et l’instabilité reposent essentiellement sur la perception.

Illustration 2 : Base aérienne américaine de Taszar (Hongrie), point de départ pour les opérations en Bosnie

Illustration 2 : Base aérienne américaine de Taszar (Hongrie), point de départ pour les opérations en Bosnie

Photo : OTAN

  • 3 Irish Republican Army.
  • 4 Euskadi Ta Askatasuna, mouvement séparatiste basque.

20Sur le plan des événements violents, les tableaux 1 à 5 montre que la décennie 1990 ne fait pas exception avec les « premiers » attentats du World Trade Center en 1993, ceux de Paris en 1995, sans compter ceux d’Égypte en 1997. On oublie souvent que, avant qu’Al-Qaïda ne prenne l’essentiel de l’attention des médias, des groupes terroristes comme les Brigades rouges en Italie, l’IRA3 en Irlande du Nord, l’ETA4 en Espagne ou les néonazis en Allemagne ont été et restent toujours actifs (Wahab, 1996 : 176). Notre propos n’est pas de banaliser la violence politique, mais plutôt de la mettre en perspective. Des points de vue historique et politique, les causes des événements ont peu changé au cours des vingt dernières années, bien que les années 2000 semblent présenter une fréquence accrue d’attentats : opposition à l’Occident en général, et au capitalisme en particulier, avec le conflit israélo-arabe en toile de fond (Mansfeld, 1996). La véritable nouveauté politique relève d’une décentralisation des foyers de revendication par rapport à la guerre froide. Dans ce contexte, s’il n’y a pas nécessairement eu une multiplication importante des attentats terroristes depuis la chute du mur de Berlin, les causes et les conséquences sont devenues de plus en plus difficiles à « gérer ».

21Quels effets sur le tourisme dans ces conditions ? D’abord, il est clair que des annulations massives sont à prévoir vers la destination visée par l’attentat. Lors des attentats terroristes qui ont visé l’Égypte à partir de 1993, les arrivées touristiques ont baissé de 22 % durant l’année, les nuitées de 30 % et les recettes de 42 % (Wahab, 1996 : 179). En novembre 1997, l’organisation Al-Jamaa Al-Islamiyah revendiquait l’assassinat de 58 touristes étrangers à Louxor. Cette attaque représentait le point culminant des activités terroristes qui ont marqué l’Égypte au cours des années 1990 et faisait suite à un attentat qui avait tué, dix-huit mois plus tôt, dix-huit touristes grecques près des pyramides et un autre attentat qui avait causé la mort de dix Allemands au Caire. En 1998, les arrivées avaient chuté de 12,7 % et les recettes, de 26,3 % (Cope, 2003 : 4). À ce titre, les attentats de New York en 2001 ont eu un effet sur les arrivées (-14,8 %) et sur les recettes (-12,5 %) d’une ampleur comparable à la série d’attentats de 1997 en Égypte. N’est-ce pas une indication supplémentaire que la sécurité relève de la perception qui fait que les « effets » ont préséance sur les « faits » ?

Illustration 3 : Une brigade de l’armée britannique à Sipovo (Bosnie Herzégovine)

Illustration 3 : Une brigade de l’armée britannique à Sipovo (Bosnie Herzégovine)

Photo : OTAN

  • 5 Baisse des départs des citoyens étatsuniens de 5 % en 2001 et de 2 % en 2002.

22Notons une autre conséquence des événements violents sur le tourisme, le glissement des flux long-courriers vers des destinations de proximité (Secrétariat d’État au Tourisme, 2002). Cette réaction repose à nouveau sur des perceptions pour le moins paradoxales où la sécurité dépend de la proximité. Les Étatsuniens, par exemple, préfèrent rester chez eux depuis les attentats du 11 septembre 2001… malgré le fait que cet événement ait démontré que leur pays était devenu « à risque5 ». Le Canada a profité de cette perception et demeure bien placé pour profiter de cette nouvelle situation puisqu’il est réputé sécuritaire, est à proximité — voire « intégré » à la géopolitique étatsunienne —, est accessible en voiture et est anglophone (Conference Board of Canada, 2003). En d’autres termes, certaines destinations touristiques profitent de l’instabilité et de l’insécurité associées à d’autres destinations, même si aucun endroit dans le monde n’est à l’abri d’un attentat. Et puisque le système économique actuel continuera d’exclure un nombre toujours croissant de personnes, les actes terroristes seront toujours considérés par certains groupes comme un moyen désespéré de « changer les choses ». Au-delà de la tragédie humaine que cela représente, les gouvernements ont fort bien compris les enjeux que posent les revendications politiques violentes pour l’économie. Une des premières réactions du gouvernement Bush au lendemain des attentats du 11 septembre 2001 n’a-t-elle pas été d’inviter la population à « continuer de consommer » ? Pour arriver à maintenir le système en place — ce dont le tourisme à besoin pour continuer de croître —, les gouvernements devront utiliser la fragilité des perceptions à leur avantage, c’est-à-dire tenter de convaincre leurs citoyens que leur environnement de vie — et de voyage — est sécuritaire, malgré tout.

23Remerciement : L’auteur tient à remercier Haja Ramahatra, consultant en tourisme, pour son travail dans l’élaboration de la revue des événements terroristes.

Top of page

Bibliography

Benmansour, Hacène, et Corinne Vadcar (1995), Le risque politique dans le nouveau contexte international, Paris, Dialogues Éditions.

Bonturi, Marcos, Patrick Lenain, et Vincent Koen (2002), « Les retombées du terrorisme : sécurité et économie », L’Observateur de l’OCDE, 21 juin, p. 9. Brock Blomberg, S. Gregory, D. Hess, et Athanasios Orphanides (2003), The Macroeconomic Consequences of Terrorism, Department of Economics, Claremont McKenna College, octobre.

Canadian Tourism Research Institute (2003), What if There Is a War in Iraq: The Potential Impact on Domestic and Select International Travel Markets to Canada, Research Report 2003-2, a report for the Canadian Tourism Commission, Ottawa, mars.

Caron-Malenfant, Julie (2002), « L’instabilité politique nationale et ses impacts sur le tourisme », Cahiers Espaces, no 73, juin, p. 8-16.

Conference Board of Canada (2003), Voyages intérieurs et voyages en provenance des États-Unis et d’outre-mer à destination du Canada, Rapport de recherche 2003-1, préparé pour la Commission canadienne du tourisme, Ottawa, février.

Conference of Defense Association (2003), Canadian Response to International Terrorism and the Consequences on National Security, [http://www.cda-cdai.ca/french-frame.htm].

Cope, Richard (2003), « Impact of Terrorism on Tourism », Travel & Tourism Analyst, août.

Dehais, Béatrice (2001), « Mondialisation : les dégâts du tourisme », Alternatives économiques, no 194, juillet-août, p. 42-51.

Département d’État américain (2003), Pattern of Global Terrorism, [http://www.state. gov/s/ct/rls/pgtrpt/2001/html/].

Drake, C.J.M. (1998), « The Role of Ideology in Terrorists’ Target Selection », Terrorism and Political Violence, vol. 10, no 2, été, p. 53- 85.

Hall, Michael C. (1994), Tourism and Politics. Policy, Power and Place, Chichester, J. Wiley.

Hall, Michael C., et Vanessa O’Sullivan (1996), « Tourism, Political Stability and Violence », dans Abraham Pizam et Yoel Mansfeld (dir.), Tourism, Crime and International Security Issues, Toronto, J. Wiley, p. 105-121.

Hermet, Guy (1985), « L’autoritarisme », dans M. Grawitz et J. Leca (dir.), Traité de science politique, tome II, Paris, PUF, p. 269 et ss.

Lea, John P. (1996), « Tourism, Realpolitik and Development in the South Pacific », dans Abraham Pizam et Yoel Mansfeld (dir.), Tourism, Crime and International Security Issues, Toronto, J. Wiley, p. 123-142.

Lemco, Jonathan (1991), Political Stability in Federal Governments, New York, Preager.

Mansfeld, Yoel (1996), « Wars, Tourism and the ‘Middle East’ Factor », dans Abraham Pizam et Yoel Mansfeld (dir.), Tourism, Crime and International Security Issues, Toronto, J. Wiley, p. 265-278.

Merari, Ariel (1993), « Terrorism as a Strategy of Insurgency », Terrorism and Political Violence, vol. 5, no 4, hiver, p. 213-251.

Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) (2003), Inscrire la coopération pour le développement dans une optique de prévention du terrorisme. Principaux points d’ancrage pour l’action, Document de référence du Comité d’aide au développement (CAD), Paris.

OCDE (2002), Conséquences économiques du terrorisme, Paris.

Organisation mondiale du tourisme (OMT) (2001), Le tourisme après le 11 septembre 2001 : analyse, mesures réparatrices et perspectives, Rapport spécial no 18, Madrid, novembre.

Organisation mondiale du tourisme (OMT) (2002), Répercussions des attentats du 11 septembre sur le tourisme international : le bout du tunnel, Rapport spécial no 20, Madrid, avril.

Pannell Kerr Forster (2003), Évolution de l’industrie de l’hébergement au Canada au cours d’une année difficile – 2003. Incidence de la guerre en Iraq et du SRAS, Rapport de recherche 2003-6, préparé pour le ministère du Tourisme et des Loisirs de l’Ontario et la Commission canadienne du tourisme, Ottawa, mai.

Poirier, Robert A. (1997), « Political Risk Analysis and Tourism », Annals of Tourism Research, vol. 24, no 3, p. 675-686.

Richter, Linda K. (1992), « Political Instability and Tourism in the Third World », dans David Harrison (dir.), Tourism and the Less Developed Countries, Londres, Belhaven Press, p. 35-46.

Richter, Linda K., et William L. Waugh (1986), « Terrorism and Tourism as Logical Companions », Tourism Management, vol. 7, no 4, p. 230-238.

Rubin, Claire B., William R. Cumming, Irmak Renda-Tanali, et Thomas Birkland (2003), Major Terrorism Events and Their U.S. Outcomes (1988-2001), Working Paper no107, The Natural Hazards Center University of Colorado, mars.

Ryan, C. (1993), « Crime, Violence, Terrorism and Tourism », Tourism Management, vol. 14, no 3, p. 173-183.

Secrétariat d’État au tourisme (2002), Rapport sur la mission d’évaluation des conséquences des événements internationaux sur le secteur touristique en France, Paris, janvier.

Tate, Paul (2002), « The Impact of 9/11: Caribbean, London and NYC Case Studies », Travel & Tourism Analyst, octobre.

Wahab, Salah (1996), « Tourism and Terrorism: Synthesis of the Problem with Emphasis on Egypt », dans Abraham Pizam et Yoel Mansfeld (dir.), Tourism, Crime and International Security Issues, Toronto, J. Wiley, p. 175-186.

Wall, Geoffrey (1996), « Terrorism and Tourism: An Overview and an Irish Example », dans Abraham Pizam et Yoel Mansfeld (dir.), Tourism, Crime and International Security Issues, Toronto, J. Wiley, p. 143-158.

Weber, Max (1995), Économie et société, Paris, Presse Pocket.

Wieviorka, Michel (2002), Terrorisme et démocratie, [http://www.stratisc.org/strat/strat_6667_Wievio rka.html].

Wilkinson, Paul (1997), « The Media and Terrorism: A Reassessment », Terrorism and Political Violence, vol. 9, no 2, été, p. 51-64.

Top of page

Notes

1 Les deux systèmes qui marquent la guerre froide (capitaliste et socialiste) aux apparences contradictoires et dont la régulation (et la relative stabilité) s’alimentait de l’opposition au système adverse ont laissé place à une multiplication des foyers de pouvoirs, d’influences et de revendications.

2 [http://www.edc.ca/index_f.htm].

3 Irish Republican Army.

4 Euskadi Ta Askatasuna, mouvement séparatiste basque.

5 Baisse des départs des citoyens étatsuniens de 5 % en 2001 et de 2 % en 2002.

Top of page

List of illustrations

Title Illustration 1 : Reconstruction d’un pont par les troupes britanniques près de Sipovo (Bosnie Herzégovine)
Credits Photo : OTAN
URL http://journals.openedition.org/teoros/docannexe/image/2271/img-1.jpg
File image/jpeg, 768k
Title Tableau 1 : Les attentats terroristes et le tourisme (1992-2002)
Credits Source : Voir note méthodologique
URL http://journals.openedition.org/teoros/docannexe/image/2271/img-2.jpg
File image/jpeg, 364k
Title Tableau 2 : Les attentats terroristes et le tourisme (1992-2002) – suite
Credits Source : Voir note méthodologique
URL http://journals.openedition.org/teoros/docannexe/image/2271/img-3.jpg
File image/jpeg, 400k
Title Tableau 3 : Les attentats terroristes et le tourisme (1992-2002) – suite
Credits Source : Voir note méthodologique
URL http://journals.openedition.org/teoros/docannexe/image/2271/img-4.jpg
File image/jpeg, 416k
Title Tableau 4 : Les attentats terroristes et le tourisme (1992-2002) – suite
Credits Source : Voir note méthodologique
URL http://journals.openedition.org/teoros/docannexe/image/2271/img-5.jpg
File image/jpeg, 452k
Title Tableau 5 : Les attentats terroristes et le tourisme (1992-2002) – suite
Credits Source : Voir note méthodologique
URL http://journals.openedition.org/teoros/docannexe/image/2271/img-6.jpg
File image/jpeg, 468k
Title Illustration 2 : Base aérienne américaine de Taszar (Hongrie), point de départ pour les opérations en Bosnie
Credits Photo : OTAN
URL http://journals.openedition.org/teoros/docannexe/image/2271/img-7.jpg
File image/jpeg, 620k
Title Illustration 3 : Une brigade de l’armée britannique à Sipovo (Bosnie Herzégovine)
Credits Photo : OTAN
URL http://journals.openedition.org/teoros/docannexe/image/2271/img-8.jpg
File image/jpeg, 725k
Top of page

References

Bibliographical reference

Bruno Sarrasin, « Risque politique et tourisme : Nouveautés et continuités », Téoros, 23-1 | 2004, 12-22.

Electronic reference

Bruno Sarrasin, « Risque politique et tourisme : Nouveautés et continuités », Téoros [Online], 23-1 | 2004, Online since 20 November 2017, connection on 24 October 2020. URL : http://journals.openedition.org/teoros/2271

Top of page
  • Logo UQAM | École des sciences de la gestion
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search