Skip to navigation – Site map

HomeCall for papersCall for papers - open« Faire de la recherche en touris...

« Faire de la recherche en tourisme : effets de contexte, effets disciplinaires »

Image 10000201000002A5000000C9DA8A9F1A6C7FABA8.png

APPEL À TEXTES

Dates de soumission des textes : 1er avril 2021

Date de publication prévue : Fin 2022

Coordination du numéro : Johan Vincent, chercheur contractuel RFI ATL à l'Université d'Angers (UFR ESTHUA Tourisme et Culture), laboratoires TEMOS (UMR 9016 CNRS) et ESO-Angers (UMR 6590 CNRS).

Depuis la fin du XXe siècle, l’envergure acquise par le tourisme suscite de plus en plus d’intérêt de la part des acteurs institutionnels dans le monde : les grandes organisations internationales le considèrent comme un outil stratégique du développement ; des institutions de formation supérieure européennes et américaines participent au développement touristique des pays dits économiquement moins avancés, tout en posant une réflexion sur le phénomène touristique et en tentant d’élaborer et de définir un champ disciplinaire distinct. Le tourisme est perçu par de grandes organisations comme un outil privilégié de la lutte contre la pauvreté et comme un élément important du développement local durable (Kadri, 2004).

En parallèle, faisant directement écho à la « cité par projets » (Boltanski et Chiapello, 1999), la recherche portée progressivement par la culture du projet est une tendance mondiale depuis la fin du XXe siècle (Mullin, 2001 ; Whitley et Gläser, 2014). Il s’agit de promouvoir la recherche sur projets et de stimuler l’innovation en favorisant l’émergence de projets collaboratifs pluridisciplinaires. À partir d’un corpus d’une soixantaine d’ouvrages parus dans les années 1990, Luc Boltanski et Ève Chiapello (1999 : 157) estiment qu’avec l’émergence d’un nouvel esprit du capitalisme à la fin du XXe siècle, est actée l’abolition de la hiérarchie des Trente Glorieuses pour lui substituer un contrôle de type marchand, avec l’importance de la concurrence et du changement permanent, le travail en équipe, le réseau et le projet : « projets [qui] dessinent une multitude de mini-espaces de calcul à l’intérieur desquels des ordres peuvent être engendrés et justifiés ». D’autres structures, privées ou publiques, soutiennent aussi des projets avec une portée touristique ou des projets sur le tourisme. Vouloir porter l’innovation et renouveler les questionnements de la recherche, avec des moyens financiers, s’inscrit dans des enjeux potentiellement paradoxaux, en particulier vis-à-vis des publics cibles (milieu universitaire, établissements publics ou privés à caractère scientifique et technologique, entreprises).

Jusqu’à maintenant, un vaste champ disciplinaire comme le tourisme, empruntant à plusieurs disciplines universitaires dont les enjeux socioéconomiques et politiques sont parfois forts dans certains pays, n’a pas fait l’objet d’une analyse globale particulière. S’il est bien un champ qui apparaît pluridisciplinaire (Jafari et Richie, 1981 ; Darbellay et Stock, 2012 ; Tribe et Liburd, 2016 ; Guibert et Taunay, 2017 ; Clergeau et Peypoch, 2019), c’est celui du tourisme. Malgré l’indéniable force économique et sociale que le secteur touristique représente dans le monde, la recherche scientifique en tourisme, longtemps marginalisée, peine à devenir un acteur majeur sur la scène universitaire francophone. Elle présente donc de potentielles difficultés d’émergence, de légitimité et de mise en valeur, peut-être en lien avec les disciplines scientifiques (notamment pour les établissements d’enseignement supérieur et les revues hors du champ du tourisme) et, par répercussion, avec des limitations de sa visibilité. Les politiques d’inspiration néo-libérale menées en Amérique du Nord en matière de recherche et de publication, mises en place dès le début des années 1980 et en

développement en Europe à partir des années 2000, présenteraient le risque de renforcer la tendance à déserter des domaines qui, bien que socialement importants, ne sont pas économiquement suffisamment rentables (Duval et Heilbron, 2006) ou soutenus par des établissements (entreprises et collectivités) d’une taille critique suffisante pour financer de la recherche. Le questionnement de Leszek Butowski et ses co-auteur·e·s (2019), qui avait abouti, après analyse du contenu des principales revues en tourisme, sur la réalité d’une position dominante occupée par une langue, une tradition, un ensemble choisi de sujets de recherche et un groupe de chercheur·se·s, peut être poursuivi ou critiqué à l’aune des différentes façons de faire et de valoriser les recherches.

S’inscrire dans le champ de recherche du tourisme et y « produire » de la recherche, c’est être confronté à de multiples prismes. Car qu’est-ce que produire de la recherche ? Est-ce aborder des idées originales, présenter des idées comme originales, s’inscrire dans une lignée ou un héritage théorique de recherche ? Est-ce obtenir des financements pour réaliser des recherches ? Est-ce conduire ces recherches ? Est-ce présenter ces recherches ou ces résultats de recherche selon des normes dites internationales, mais, en fait, essentiellement occidentales, voire spécifiquement anglo- saxonnes ? Est-ce faire connaître des résultats de recherche, par le biais de communications scientifiques (surtout) et grand public (éventuellement), d’articles (surtout) et d’ouvrages (éventuellement) ? (Sur la crise de l’édition en sciences humaines et sociales, voir par exemple Auerbach, 2006.)

À chaque étape, le chercheur doit aborder de nouveaux enjeux : la question du contexte de la recherche, qui s’insère autant dans des perspectives locales que des ambitions internationales ; la question des projets de recherche, avec les thématiques « à la mode » ou non, mais aussi la validation de la « pertinence » des projets (par rapport au CV du porteur, au consortium et à l’objet, selon des jurys plus ou moins [in]sensibles à la thématique touristique) ; la question des articles, qui s’inscrivent dans une structuration des textes et donc de la pensée selon des standards de présentation d’enquête avec des résultats plutôt que des idées (Guibert et Taunay, 2017) ; la question des revues, qui font preuve, dans le cas des publications centrales du champ, d’une faible internationalisation de la recherche sans empêcher la circulation des chercheurs, des concepts, des méthodes et des théories, tandis que leurs comités éditoriaux tendent à concentrer les chercheur·se·s dit·e·s majeur·e·s (Réau, 2017). Selon le contexte, faire de la recherche nécessite d’adapter l’échelle et (peut-être) la forme de sa recherche, voire de faire l’impasse sur certains outils de valorisation (par le biais de l’open science, par exemple).

Les objectifs de ce dossier sont d’offrir des perspectives critiques pour identifier et analyser les conséquences de la culture de projets, de la recherche appliquée, des politiques publiques et/ou privées de stimulation de la recherche, etc., sur le champ disciplinaire du tourisme, mais aussi les conséquences sur la valorisation des résultats de recherche, tout en abordant ces enjeux tant aux niveaux local et national qu’international. Le dossier peut accueillir des travaux de recherche originaux, empiriques et théoriques, issus de toutes les disciplines des sciences humaines et sociales.

Thèmes suggérés :

  • Recherche en tourisme et culture de projets de recherche : reconnaissance (ou non) des recherches en tourisme, ambitions, perspectives

  • Recherche en tourisme dans le cadre local, national ou/et international du financement des projets de recherche

  • Renouvellement ou suivisme des questionnements de la recherche dans le cadre de la culture de projets de recherche

  • Sujets « à la mode » et recherche en tourisme

  • Sensibilité des organismes financeurs à la thématique du tourisme et/ou des jurys de sélection

  • Projets de recherche pluri- ou transdisciplinaires et valorisation disciplinaire

  • Confrontation des recherches ou des résultats de recherche selon des normes dites internationales mais, en fait, essentiellement occidentales, voire spécifiquement anglo-saxonnes

  • Modes de valorisation des résultats de recherche et attentes de la culture de projets de recherche

  • Valorisation des résultats de recherche en tourisme dans des revues hors du champ du tourisme

  • Transfert des concepts, des méthodes et des théories, d’une discipline à l’autre, d’une aire géographique à l’autre, dans le cadre des projets de recherche et/ou des revues scientifiques

  • Stratégies de carrière personnelle face à la culture de projets de recherche

  • Réussite de l’obtention de financement pour des projets de recherche et des chercheur·se·s majeur·e·s

  • Chercheur·se·s majeur·e·s dans les comités éditoriaux des revues scientifiques du tourisme Toute autre proposition en lien avec la thématique sera considérée avec attention.

Conditions de proposition

Les auteur·e·s doivent faire parvenir un manuscrit rédigé préférablement en français ou en anglais présenté selon les règles de la revue, disponibles au : https://journals.openedition.org/teoros/168

Les textes soumis, en format Word (pas de PDF), doivent avoir de 7000 à 8000 mots et comprendre :

un objectif (question) de recherche clairement énoncé ;

un descriptif de la méthodologie de recherche employée ;

un volet théorique.

Le lectorat de Téoros est international. Les auteur·e·s sont invité·e·s à tenir compte de cette réalité dans la présentation de leurs cas d’étude afin de les rendre accessibles aux lecteur·rice·s peu familiarisés avec la destination étudiée.

Chaque article doit inclure :

  1. les nom et prénom de tous les auteur·e·s (maximum trois) ;

  2. leur titre principal et leur affiliation (une seule) ;

  3. leurs adresses, électronique (courriel) et postale ;

  4. un résumé́ de 150 à 200 mots (maximum) en français ;

  5. l’identification de la ou des disciplines d’étude ;

  6. une liste des mots clés (maximum de 5).

Illustrations

Les auteur·e·s sont invité·e·s à fournir 3 ou 4 illustrations de haute résolution (300 dpi), libres de droits, et à indiquer clairement la légende de la photo et le nom du photographe.

Originalité de l’étude

Les manuscrits soumis pour publication dans Téoros doivent apporter une contribution scientifique originale. Les auteur·e·s restent responsables du contenu et des opinions exprimés ainsi que de l’exactitude des données et des références bibliographiques.

La date limite pour soumettre un texte est le 1er avril 2021. Les propositions de textes doivent être adressées à la revue : teoros@uqam.ca

Prière d’inscrire « Faire de la recherche en tourisme » dans la ligne de l’objet.

Les auteur·e·s qui le désirent peuvent soumettre, en préparation du manuscrit à transmettre à la date indiquée, un résumé du projet d’article afin que les rédacteurs puissent juger de l’acceptabilité des thèmes développés avec les objectifs du numéro thématique.

Téoros, revue de recherche en tourisme

La revue Téoros reconnaît le soutien du Conseil de recherche en sciences humaines du Canada (programme d’aide aux revues savantes), du Fonds de recherche du Québec Société et Culture (programme d’aide aux publications scientifiques), de l’École des sciences de la gestion de l’Université du Québec à Montréal, de son Département d’études urbaines et touristiques et son Centre de recherche sur la ville.

Directeur : Dominic Lapointe, professeur, Université du Québec à Montréal

Corédacteur en chef : Mohamed Reda KHOMSI, professeur, Université du Québec à Montréal Corédacteur en chef : Romain ROULT, professeur, Université du Québec à Trois-Rivières

  • Logo UQAM | École des sciences de la gestion
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search