Skip to navigation – Site map

HomeNuméros40-1Tourisme sportif et santéTourisme sportif et santé

Tourisme sportif et santé

Tourisme sportif et santé

Désir d’aventure éco-ludique ou la fabrique d’un bien-être imaginé ici et ailleurs
Sport Tourism and Wellbeing
Eric Perera and Nathalie Le Roux

Full text

1La question de savoir si le tourisme, quelles que soient ses formes, est aujourd’hui un enjeu stratégique pour tous les pays (en développement et émergents) et leurs territoires ne se pose plus. Voyager est « un phénomène qui tend à s’accélérer à un rythme qui approche les 5 % par an » pour générer des retombées économiques mondiales (Hoerner, 2013) qui prennent de l’ampleur chaque année, créant de l’emploi « et des richesses désormais comparables aux grands secteurs de l’économie mondiale » (Pierret, 2015 : 9). Cet engouement croissant engendre une concurrence mondiale où les pays leaders en termes de destination touristique cherchent à se réinventer. On assiste à une diversification des propositions de l’expérience touristique telles que le tourisme culturel, le tourisme sportif, l’écotourisme, le tourisme religieux, le tourisme de plage et de croisières, le tourisme de santé, le tourisme de jeux et de divertissements, le tourisme d’affaires et, enfin, le tourisme de shopping. Même si certaines de ces catégories ne sont pas récentes, elles ne sont pas non plus figées. Elles évoluent quand d’autres émergent et sont porteuses de nouvelles tendances ou sont l’expression d’un métissage entre catégories. Le tourisme se renouvelle en recomposant la diversité des offres pour satisfaire les touristes en attente d’expériences inédites. L’expérience récente de la crise sanitaire de COVID-19 aura remis en lumière nombre de contradictions. Entre mobilité sans limites grâce aux compagnies aériennes low-cost et gestion restrictive des flux, entre impacts bénéfiques pour le développement local et conséquences négatives de la fréquentation touristique sur l’environnement, entre tourisme lointain et tourisme de proximité, le tourisme de demain est en voie de redéfinition (Marcotte et al., 2020).

2Pour saisir ces changements, nous nous intéressons dans ce numéro au phénomène plus précis du tourisme sportif en prenant en compte son expansion et le renouvellement des usages de loisirs sportifs. Si les premiers travaux sur le sujet datent des années 1970, la délimitation de ce phénomène s’est précisée dans les années 1990-2000. Son évolution actuelle, dont nous allons ici discuter, trouve des ressorts dans l’articulation des logiques de santé et de bien-être. Cette réflexion a d’ailleurs été menée lors du colloque international et pluridisciplinaire intitulé « Quel tourisme sportif ? Fabrication d’une expérience contemporaine de l’ailleurs », tenu à l’été 2018 à la Maison des Sciences de l’Homme Sud (MSH Sud) de l’Université Paul-Valéry – Montpellier 3 . Pour aborder ce nouveau champ de recherche, l’interdisciplinarité souhaitée durant ce congrès a permis des discussions qui ont fait émerger la double nécessité d’analyser l’évolution du tourisme sportif, mais également d’y intégrer la composante de la santé du participant.

3Dès lors, l’enjeu de ce numéro est d’analyser les nouvelles tendances du tourisme sportif au prisme de la santé. En effet, la « sportivisation » de la société contemporaine, sur les plans culturel et économique, engendre une expansion et un renouvellement des formes de loisirs sportifs, dans des logiques à la fois récréatives (Corneloup, 2011) et de souci du corps (Rauch, 1988), mais aussi dans le sens d’un rapprochement avec l’environnement, qu’il soit urbain ou naturel. Ainsi, plusieurs tendances touristiques sollicitant les loisirs sportifs s’organisent et s’opposent en quelque sorte pour répondre à de nouvelles manières de penser et de vivre l’ici et l’ailleurs.

Le tourisme, une histoire de santé et de bien-être

4Si l’on s’intéresse aux liens entre le tourisme, le voyage et la santé, on peut constater que le dialogue entre ces notions remonte à l’Antiquité. En effet, la gestion des sources d’eau chaude donnait lieu déjà à la pratique du thermalisme. Associé à la sphère sacrée, le culte de l’eau et ses qualités thérapeutiques vont être à l’origine des premières formes de voyages pour des raisons de santé (Lohore, 2018). Ce sont d’autres préoccupations qui vont ensuite organiser les villes thermales. Au Moyen Âge , ces lieux laissent la place au libertinage, alors que pendant les XVIIIe et XIXe siècles, la bourgeoisie urbaine les utilise pour fuir « les conditions de vie dans les agglomérations, dont l’environnement est grandement pollué par la surpopulation et les usines qui émergent en cette période de révolution industrielle » (ibid. : 330). Ces séjours sont un moyen de couper avec le quotidien et un environnement malsain. Les villes thermales évoluent progressivement en des lieux de vacances. Le prétexte thérapeutique transforme ces espaces en stations thermales qui deviennent ensuite des stations touristiques. Dans la même logique, le voyage peut être un motif pour pallier l’absence de moyens adéquats de prise en charge de certaines maladies graves ou chroniques. Voyager peut par ailleurs être l’enjeu d’une recherche de soins moins coûteux ; en effet, l’accès à des soins de confort spécifiques (chirurgies esthétique, dentaire, ophtalmologique, etc.) de certains pays développés s’avère trop onéreux pour certaines catégories sociales.

5On rencontre aussi ce prétexte thérapeutique dans d’autres univers, comme au Sahara où sont proposés des bains de sable, en vogue actuellement. « Chauffé par le soleil, le sable contribue, dit-on, à la guérison de nombreuses maladies » (Gélard, 2013 : 3), dont les douleurs articulaires et particulièrement les rhumatismes. On parle ici de « sablo-thérapie », de « psammatothérapie », de « tourisme thérapeutique » et de « tourisme de santé » dans les usages du sable saharien, principalement au Maroc, en Algérie, en Tunisie et en Égypte. Nombreux sont les touristes qui n’hésitent plus à parcourir de longues distances pour recevoir des soins. On s’éloigne du thermalisme auquel on associe spontanément le tourisme médical ou hospitalier. Ces séjours lointains sont en outre une occasion de sortir du rythme « métro, boulot, dodo » et on comprend alors les propos d’Alain Ehrenberg (1991 : 190) lorsqu’il écrit que « Le progrès nous inquiète et le désert nous rassure. » Le départ vers des zones ensoleillées et tempérées a également des effets sur le moral des voyageurs et touche au domaine de la psychologie (Kebiche, 1996). Ces voyages vers des zones climatiques dites de confort permettent en quelque sorte de « soigner » tous les signes de dépression saisonnière.

6Durant ces voyages, la place de la santé peut se poser autrement. Elle touche le secteur de la prévention par la médecine du voyage, nécessitant selon les destinations de prendre en compte la vaccination et les règles sanitaires internationales. Assurément, on ne peut pas omettre de citer la pandémie de COVID-19 qui, au moment de la publication de ce numéro, vient de commémorer son premier anniversaire. La mondialisation de l’industrie du tourisme est ainsi confrontée aux épidémies. La COVID-19 n’est que la dernière de la liste qui a sévi sur l’économie touristique, car on peut noter les effets des maladies infectieuses, de la grippe aviaire, du SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère), de la grippe porcine, du Chikungunya, des coronavirus, d’Ebola. Les épidémies bouleversent assurément l’économie touristique, mais aussi ses pratiques. L’exemple de la COVID-19 a certes stoppé brutalement les départs lointains (fermeture des frontières et confinements répétés), mais les usages touristiques se sont restructurés, sans réellement les réduire, pour offrir de la diversité dans les expériences touristiques de proximité, modifiant dès lors les flux de fréquentation en périphérie des grandes villes et provoquant parfois même la surfréquentation de certains sites protégés .

7Ces dernières années, le tourisme de santé et ses différentes formes connaissent une expansion importante, tout comme le tourisme de shopping ou bien encore le tourisme de jeux et de divertissements (Pierret, 2015). On retrouve dans ces catégories touristiques certes la dimension récréative pour les deux dernières, mais aussi celle de la santé qui ne s’exprime pas de la même manière. Si la santé est entendue ici au sens médical de se soigner en ayant recours à des soins, le magasinage et le divertissement participent à l’atteinte d’un certain bien-être, puisqu’ils offrent l’expérience de la satisfaction de besoins par la consommation (Andreasen, 1994 ; Bergadaà, 2004). Assurer ce bien-être est également enjeu de « débats autour de la création et de la transformation de multiples dispositifs de prévention, d’entretien, de promotion et de réparation » (Drulhe et Sicot, 2011 : 9) en matière de santé. Le bien-être serait une dimension de la santé, en raison de « l’indétermination même de la notion de santé, qui est bien autre chose qu’un état du corps – un ‘état de complet bien-être physique, mental et social’, selon la classique définition de l’Organisation mondiale de la santé » (ibid. : 11).

8L’expérience touristique n’est-elle pas censée répondre à un projet de bien-être ? Le bien-être n’est-il pas une notion inhérente au tourisme ? On peut ici avancer que le point commun de ces formes touristiques – mais aussi de bien d’autres – serait de vivre avant tout « un moment de plaisir, de relâchement, d’insouciance » (Amirou, 1995). L’expérience touristique comme expérience de consommation relève d’une activité qui a des effets sur la qualité de vie du voyageur (Andereck et Nyaupane, 2011). Le bien-être – notion très subjective – est recherché dans l’expérience de voyage ici et ailleurs (Filep, 2014) et, selon les époques, s’exprime pour produire des tendances touristiques plus ou moins fortes. La quête du bien-être, voire l’obsession de l’atteindre, s’affirme en quelque sorte à travers la diversité des formes touristiques – une industrie « contemporaine de l’hédonisme » (Michaud, 2012) – qui agissent comme un moyen de sortir d’habitudes quotidiennes comme pour se déprendre . Le plaisir de la coupure le temps d’un voyage et de « prendre des libertés » pour se détacher de ses préoccupations habituelles provoque une sorte d’interruption pour se concentrer sur l’instant présent et ce qui a du sens pour soi. Au-delà, les activités touristiques pensées pour le bien-être des touristes peuvent également nous renseigner sur les époques, leurs grands idéaux, leurs valeurs et les codes qui traversent les sociétés, qui en disent long sur les systèmes de régulation et les modi operandi en place. Le tourisme sportif n’y échappe pas et il rend compte des attentes actuelles en intégrant des logiques de santé et de bien-être spécifiques.

Le tourisme sportif et le souci de soi

9Le tourisme sportif n’emprunte aux sports que certains de leurs aspects, comme la motricité sportive ou ludique et certains éléments culturels, pour les replacer hors de leur contexte familier, celui du voyage. Il résulte d’un métissage entre l’expérience du voyage et la sphère des activités sportives qui combine des lieux de destination et des activités motrices, ludiques et culturelles (Pigeassou, 2002 ; 2004). Si l’on note l’intérêt d’une dimension ludique dans le tourisme sportif, il n’y a qu’un pas pour y associer une dimension santé propre à nos sociétés contemporaines. En effet, depuis une quarantaine d’années dans nos « sociétés ludiques », l’entretien du corps par la pratique d’activités est devenu un loisir prisé et un marché à part entière. « Avec l’adoption de la semaine de travail de cinq jours et des congés payés, la hausse des revenus et le développement de moyens de transport abordables (voitures privées, avions gros porteurs et compagnies aériennes à bas coûts), les loisirs et le tourisme sont devenus à la portée de la majorité des habitants des pays développés. » (Hazendonk et al., 2017 : 125) Prendre soin de soi et de son corps durant son temps libre est valorisé et renouvelé par la « culture de la consommation » (Featherstone et al., 1991) en place. Cette santé est couplée aux normes corporelles qui se composent et se recomposent autour d’axes forts dans nos sociétés : « être beau et en bonne santé » (Queval, 2008). L’enjeu est d’agir sur son corps pour « soigner » son apparence et les manières de le faire ne manquent pas : régime alimentaire équilibré, jogging, soins corporels, cosmétiques, aquagym, balnéothérapie, musculation, chirurgie esthétique, tatouage, etc. (Boltanski, 1974 ; Le Breton et al., 2013). Il s’agit là autant de moyens de se singulariser que du plaisir de se plaire et de plaire. Les moyens d’atteindre ces modèles sont aujourd’hui commercialisés et un véritable marché du corps s’est organisé en vertu d’une certaine qualité de vie autour de thèmes comme la minceur, la tonicité, la jeunesse, la performance… Le marché du tourisme sportif n’échappe pas à ces logiques d’entretien du corps par l’activité physique désormais synonyme de santé et de bien-être, ou plutôt de démonstration sociale de la santé apparente. En somme, la sportivisation des sociétés modernes incite à bouger et à prendre soin de soi jusqu’à intégrer ces pratiques dans ses expériences de voyage.

Le tourisme d’aventure

10Le tourisme sportif est bien souvent accolé à l’aventure qui a toujours stimulé l’imaginaire des individus par l’intermédiaire de récits. L’image de l’aventurier est, elle, souvent associée à celle de l’explorateur qui risque sa vie pour parcourir le globe à la recherche d’espaces vierges. L’aventure prend tout son sens « dans une société réputée confortable […] Si l’aventure n’est pas un genre nouveau, ce qui paraît inédit, c’est sa nouvelle configuration et son influence considérable sur les pratiques de loisirs sportifs et touristiques. » (Pociello, 1987 : 97) Des voyages sur le thème de l’aventure sont ainsi demandés et commercialisés. Les expéditions commerciales qui se sont développées à partir de la fin des années 1980 sont « une modalité des loisirs et des vacances où l’on fait jouer les thèmes du risque et de ‘l’imprévu programmé’ » (Ehrenberg, 1991 : 188). Les nouveaux aventuriers choisissent une destination propice à la pratique d’activités parfois extrêmes. Les activités de pleine nature offrent un terrain de jeu sensationnel. Selon Philippe Bourdeau (1994), trois types de pratiques se sont affirmées : les sports terrestres, les sports aquatiques et nautiques et enfin les sports aériens. Les adeptes déclarent rechercher des situations risquées qu’ils ne trouvent pas dans des sociétés contemporaines trop aseptisées (Barthélémy, 2002). Le tourisme d’aventure est devenu un « marché de l’extrême [qui] vise la mise en jeu de l’individu dans son expression purement personnelle » (Ehrenberg 1991 : 191). Vivre une aventure hors du commun implique un engagement du corps (Routier et Soulé, 2012) qui va parfois jusqu’à la prise de risques, même si ceux-ci sont totalement subjectifs (McIntyre et Roggenbruck, 1998) ; dans la recherche d’une forme d’engagement extrême, l’enjeu est avant tout de « sentir l’existence battre en soi » (Le Breton, 1996 : 52). On trouve dans cette manière de s’éprouver des valeurs de concurrence et de performance véhiculées à la fois dans nos sociétés contemporaines et dans l’univers du sport. Ce sont, selon Ehrenberg (1991), des valeurs actuelles qui conditionnent la réussite sociale et la façon de construire son identité.

11Ainsi ces voyages sportifs, expéditions commerciales et autres aventures sportives révèlent un rapport au corps, aux autres et à la nature caractéristique de la forme culturelle moderne (Corneloup, 2011). Les activités physiques qui y sont pratiquées (trekking, randonnée, kayak…) sont fortement « liées à une culture énergétique, contemplative et prométhéenne dans la volonté de dominer la nature, son corps et les éléments » (ibid. : 4) et sont l’apanage d’une forme d’élite sociale masculine et urbaine. Dans ce sens, l’aventurier se démarque de l’image banale et plutôt dévalorisante du touriste pour endosser celle du voyageur, extrêmement valorisée (Urbain, 1991). Cependant, l’aventure et ses sensations fortes sont rapidement rattrapées par le tourisme de masse et deviennent des supermarchés d’aventures. Vivre une aventure est en effet de plus en plus accessible à tous.

12Si l’aventure semble être récupérée par un tourisme de masse, elle devient en même temps une revendication qui ouvre à la différence et à d’autres manières d’accomplir l’exploit. C’est le cas de nouvelles pratiques d’accès des personnes handicapées à la montagne et à la haute montagne. L’aventure en milieu naturel qui semblait impensable pour ces personnes devient une réalité. Des passionnés de montagne ont œuvré à l’accessibilité des endroits naturels les plus extrêmes et ont déployé une gamme de moyens (innovation, réseau…), jusqu’à créer les conditions de l’institutionnalisation de certaines pratiques de pleine nature (Villoing et al., 2017 ; Le Roux et al., 2018). C’est donc une histoire des acteurs, bien souvent des personnes handicapées qui se sont prises en main, qui implique des innovations technologiques ainsi que de l’aide humaine et/ou des accompagnateurs, c’est-à-dire des aidants . En privilégiant la mixité et le partage, ces loisirs ouvrent à la différence, à d’autres manières d’agir avec son corps médié par du matériel innovant adapté aux personnes handicapées. L’exemple de l’émergence de la pratique du fauteuil tout-terrain (FTT) en France est très parlant. Des accidentés tétraplégiques ou paraplégiques expérimentent des usages du corps en FTT leur permettant de revivre en milieu montagnard des sensations qu’ils avaient connues avant leur accident. La reconquête des espaces naturels représente les limites sociales à surmonter permettant d’échapper à une assignation sociale négative de la personne handicapée, mais également de re-constituer une identité à soi (Perera et al., 2017). La technologie contribue à développer de nouvelles techniques d’approche de la haute montagne et nécessite une mixité valides/handisportifs, faisant du FTT un outil d’intégration sociale en milieu extrême. Chaque aventure en FTT est ainsi une véritable expérience sociale, que ce soit au sein du groupe ou à travers les rencontres effectuées durant le voyage. Ces expériences proches ou lointaines révèlent également le rôle des accompagnateurs (aidants). Si les logiques de partage sont essentielles pour réussir une sortie ou une expédition en FTT, elles sont aujourd’hui parfois considérées comme un frein à l’autonomie. En effet, les logiques de partage handicapés/valides sont bousculées par les nouvelles technologies, comme l’assistance électrique, dont le potentiel répond à une volonté des handisportifs d’être eux-mêmes acteurs de l’effort sans aide humaine. Les attentes d’autonomie, de sportivité, associées à l’inventivité des handisportifs, créent des conditions « handi-capables » dans l’évolution de la pratique du FTT (Perera et al., 2020). Dans l’exemple signifiant du FTT, l’enjeu central est l’autonomie de la personne handicapée dans l’expérience de l’aventure qui participe à la construction d’une identité particulière. Elle permet l’affirmation d’un soi capable, qui passe par un renversement des normes corporelles dominantes (interpellant les bonnes manières d’agir) en montrant d’autres façons d’agir avec son corps que permet le tourisme d’aventure. L’accès à la pleine nature ouvre ici à des revendications identitaires participant à l’épanouissement des personnes handicapées.

13Mais en se démocratisant, le tourisme sportif d’aventure, révélateur de comportements de consommation et d’accumulation typiques de l’ère moderne, a également vieilli. Tout laisse à penser que le développement de l’aventure adaptée répond aussi à des attentes nouvelles et postmodernes correspondant aux valeurs de durabilité. En effet, si la sportivité propre aux logiques d’aventure est recherchée durant les treks et/ou les expéditions en FTT, elle n’éloigne pas pour autant une approche écoresponsable qui imprègne la société contemporaine. On constate que la recherche de performance et l’engagement handi-capable nécessitent de réfléchir à un usage minimal des aides modernes, donc à un moindre impact. L’affichage écoresponsable reste cependant modeste et secondaire dans le cadre d’une expédition lointaine en FTT, par nature « impactante » en moyens de transports transcontinentaux. De nouvelles manières de voyager s’organisent toutefois, sous forme de micro-aventures privilégiant un tourisme de proximité de façon à mettre au centre une démarche écoresponsable. L’aventure postmoderne tiendrait ainsi compte des préoccupations éthiques et environnementales contemporaines, s’apparentant au slow tourisme (colloque « Slow tourisme / Slow sport », 2018 ) en lien aux mouvements du slow sport consistant à se fondre dans la nature. Dans quelle mesure cette démarche responsable vis-à-vis de l’environnement et du patrimoine naturel serait-elle une nouvelle réponse à la quête de bien-être du touriste postmoderne, voire transmoderne (Corneloup, 2011) ? Ces nouvelles formes interrogent la symbiose entre des activités récréatives, sources de plaisir et de bien-être, et le respect des lieux et des espaces traversés qui deviennent partie intégrante de l’expérience. Celle-ci souhaite désormais dépasser la consommation pour répondre à d’autres désirs touristiques où la quête d’un bien-être se situe entre l’hybridation et la créativité.

Slow tourisme, slow sport

14On assiste depuis quelques années à la remise en question de plus en plus fréquente du tourisme de masse dont la mise en évidence des effets néfastes pousse à repenser le tourisme de demain. De multiples mouvements de contestation ou de « touristophobie » se développent et participent à noircir son image (Romagnoli et Charon, 2020). Il est question aujourd’hui de prendre en considération les populations locales, de privilégier une qualité de vie et son bien-être (Hallem et al., 2020). Le touriste postmoderne est à la recherche d’une expérience unique qui lui permet d’optimiser son sentiment de bien-être (Tan et al., 2014). La tendance du « vivre slow » ouvre la voie au « slow tourisme » pour se positionner contre le tourisme de masse. Ce mode de vie propose un rapport au monde particulier qui consiste à entrer en « résonance » avec ce qui l’entoure (Lebreton et al., 2020). Cette logique touristique cherche à instaurer « une sensorialité intimiste avec la nature et la culture » (Bourdeau, 1994 : 10). Ce qui compte c’est avant tout la qualité de l’expérience vécue et non la quantité, pour privilégier un rapport plus profond avec l’identité des paysages (Hazendonk et al., 2017) perçus comme une source de bien-être. Cet enrichissement personnel est associé à une manière de se ressourcer qui s’apparente à un « tourisme contemplatif » ou écologique. Il est question de repenser les rythmes de vie en adoptant la lenteur contre l’accélération du quotidien. Cette décélération est en phase avec les préoccupations éthiques et environnementales actuelles. Il s’agit de considérer les populations locales et leur mode de vie, les cultures ainsi que les ressources naturelles pour minimiser l’empreinte du touriste, ses comportements étant pensés pour entrer en communion avec ce qu’il observe (Corneloup, 2011). La qualité de vie au centre de cette philosophie touche non seulement le touriste mais aussi la population locale (Heitmann et al., 2011). Comme le soulignent Yousra Hallem, Jean-Michel et Lubica Hikkerova (2020 : 130), le slow tourisme intègre « les objectifs de nombreux autres tourismes alternatifs comme l’écotourisme […], le tourisme solidaire […] et le tourisme culturel ».

15Le slow tourisme se démarque ainsi en favorisant une expérience autour des valeurs durables et la valorisation du bien-être des voyageurs (Moore, 2012). Cette démarche consiste également à intégrer des modes de transport plus respectueux de l’environnement. Le voyage n’est plus une épreuve stressante mais un moment de détente qui participe de l’expérience touristique (Gardner, 2009 ; Dickinson et Lumsdon, 2010) ; des mobilités douces que l’on retrouve également dans le « slow sport », qui implique des pratiques physiques organisées dans une certaine proximité avec l’environnement naturel et social, comme pour s’extirper d’une société de consommation jugée trop invasive. L’accès à des réseaux denses d’itinéraires et de chemins empruntables à pied ou à vélo se développe dans toute l’Europe et participe à la promotion de l’identité culturelle européenne (Hazendonk et al., 2017). Les loisirs contribuent à l’aménagement du paysage et des initiatives sportives encouragent la participation active à la préservation des paysages. En considérant le patrimoine naturel comme « don du temps » (Falcón et al., 2015) qu’il s’agit de léguer aux générations futures, l’activité physique devient aujourd’hui un moyen de la préserver et d’agir sur les consciences.

16Le patrimoine naturel devient l’objet de « relations créatrices » où, loin d’être seulement un terrain de jeu, la nature et sa préservation devient le motif de l’engagement physique. Des activités nouvelles émergent, comme le « plogging », ou encore l’« écojogging », pratique hybride de course à pied et de ramassage de déchets inventée en Suède en 2016 et qui s’est diffusée assez rapidement dans d’autres pays européens. De nouveaux raids écologiques et sportifs voient le jour à l’image du défi sportif solidaire prévu en mai 2021 , lancé par l’association Ploggathon et intitulé Ploggathon 100. L’enjeu est de ramasser des déchets tout en pratiquant la course à pied. Ce défi prendra une tournure internationale étant donné que le défi est porté sur les réseaux sociaux et qu’il est possible de réaliser la collecte de déchets près de chez soi, et ce, à l’image du fondateur de l’association, Clément Chapel Prud’Homme, qui réalise « 300 km en 56 heures étalées sur 10 jours pour ramasser plus de 20 000 déchets, soit près de 2 tonnes de matière non organique abandonnées dans la nature » en mars 2019 . Cette initiative, menée dans le cadre d’une association, surfe sur le mouvement « vivre slow » et défend les valeurs de l’économie circulaire. Elle envisage l’usage des loisirs sportifs comme un levier pour donner l’occasion à tout un chacun « de faire partie de la solution ». Progressivement, des activités de cette nature prennent forme pour emprunter la voie d’une éco-récréativité (Lebreton et al., 2020) pensée comme un moyen d’agir tout en améliorant le sentiment de bien-être (Azara et al., 2018 ; Hallem et al., 2020).

17Le slow tourisme, tout comme le slow sport, représentent des mouvements significatifs qui transforment les pratiques ainsi que les modes de vie pour dépasser le tourisme traditionnel. Émerge ainsi une transition, dont l’état d’esprit se révèle à travers l’usage des loisirs sportifs afin de créer des connexions avec la nature, l’écologie et le développement durable. Cette tendance qui marque l’industrie du tourisme est reprise dans une certaine mesure par les professionnels et les entreprises (des petites et moyennes entreprises jusqu’aux multinationales). Bien souvent, c’est la seule dimension environnementale du développement durable (qui pourtant intègre trois piliers : économique, environnementale et socioculturelle) qui est mise en avant et qui correspond à une partie du slow tourisme (Matos, 2004). Tout laisse à penser que le développement durable doive être la priorité pour les professionnels du tourisme, mais, contre toutes attentes, « les touristes se désintéressent généralement de la durabilité de leur voyage » (Tixier, 2008 : 71). Sont-ils vraiment désintéressés ou ne leur donne-t-on pas l’occasion de s’en préoccuper suffisamment ? Ce désintérêt pourrait être lié à de l’ignorance ou tout simplement à un manque de précisions sur la notion de voyage durable, qui est pourtant largement utilisée dans des logiques purement promotionnelles par les organisateurs de voyages : « les dénominations ne manquent pas, ni leur fausse utilisation qui en pervertissent l’idée ; solidaire, écologique, vert, éthique, équitable, responsable, alternatif, durable, participatif, autochtone, écotourisme, tourisme communautaire, tourisme de nature, tourisme d’aventure, agrotourisme… » (ibid. : 72). L’affichage « durable » (brochures et sites Internet) consiste finalement à « verdir » (Marsac et al., 2012) l’image de voyagistes qui ne proposent que des séjours « nature » ou « solidaires ». Pour Maud Tixier (2008 : 75), il est important de porter à la connaissance des voyageurs « des éléments de transparence financière présents chez certaines associations de tourisme solidaire. Il y manque des éléments de satisfaction client et les éléments tant sociaux qu’environnementaux y sont trop incomplets pour mériter le terme de ‘durable’ ». Comment le touriste postmoderne, sensibilisé aux enjeux écologiques et durables de notre planète, peut-il s’y retrouver, voire agir contre ces organisations touristiques qui produisent du trouble en se donnant une image durable frauduleuse ou artificielle ?

Être acteur de son bien-être et fabriquer un ailleurs

18Nous l’avons vu, le tourisme associé aux loisirs sportifs peut participer à préserver la qualité du patrimoine naturel. Il est question de lutter contre l’impact négatif des activités touristiques de masse en matière de développement durable. Cette « ambivalence du tourisme au regard de l’environnement » (Ruiz, 2014 : 76) concerne également le tourisme sportif. En effet, « les loisirs sportifs et les sports de nature et de plein air, pratiqués dans un cadre touristique, en couvrant une large gamme d’activités, multiplient les risques d’atteintes à l’environnement » (Breton, 2010 : 220), que ce soit dans l’exercice des activités (surfréquentation), dans l’implantation des équipements (suréquipement) ou encore dans les déplacements occasionnés. Dès lors, dans un souci de sauvegarde et d’utilisation durable d’un patrimoine collectif, des pressions s’exercent pour éviter de tomber dans les travers d’un tourisme classique. Dans ce sens, « l’offre des voyagistes est susceptible d’être modelée par la demande touristique, la législation des gouvernements – que les voyagistes cherchent à éviter – ou les deux » (Tixier, 2008 : 91). Si les législations sont de plus en plus strictes, l’influence des touristes est une voie qui se développe de manière étonnante et, qui plus est, procure à ces mêmes touristes un sentiment de bien-être positif.

19Ainsi, face aux besoins de se renouveler, dans un contexte de marché saturé et de concurrence accrue, certains professionnels du tourisme adoptent une stratégie qui consiste à faire participer le consommateur à la co-création de valeur. « Initié par le consommateur ou l’entreprise, l’empowerment se construit sur un partage de connaissances et d’expériences. Pour le consommateur, il peut se poursuivre par un gain en influence et par une capacité à mobiliser un groupe pour faire évoluer un produit ou un service, ou de manière plus vaste, pour promouvoir des enjeux civiques » (Fayn et al., 2019 : 128). Si le consommateur était autrefois une cible passive, il est aujourd’hui un consommateur-citoyen engagé et connecté. Les touristes postmodernes peuvent ainsi renverser le rapport de force. Ils sont à la fois « éduqués, sensibilisés par ailleurs aux évolutions climatiques et à la fragilité de notre environnement, [et] aspireront de plus en plus à prendre part, à leur niveau, à l’action pour une approche durable de l’activité touristique. Cette tendance s’accélère avec le développement des réseaux sociaux et des outils de communication via Internet. » (Ruiz, 2014 : 81) Le nouveau touriste a donc les moyens de se faire entendre en tant que citoyen et grâce à des collectifs hyper informés ; il peut interpeller l’entreprise sur sa responsabilité sociale. De cette manière, l’empowerment se développe pour organiser des démarches collaboratives impliquant ou non les structures touristiques. « ‘Empowérés’, les consommateurs montent en connaissances et en compétences, co-conçoivent avec les professionnels ou créent par et pour eux-mêmes des solutions alternatives et en retirent un sentiment de satisfaction et de maîtrise. » (Fayn et al., 2019 : 135) Accéder à de la co-création procure chez le touriste une certaine forme de bien-être. « Les touristes éprouvent de nombreuses émotions positives en étant co-créateurs de leurs expériences. Ces émotions positives comme le plaisir, la joie et la satisfaction sont ressenties avant, pendant et après le processus de co-création. » (Dekhili et Hallem, 2016 : 29) L’implication du touriste semble être un enjeu majeur pour renouveler et saisir les besoins touristiques de demain. Elle permet de concrétiser un projet touristique désiré et, parce qu’il est personnalisé, il a toutes les chances de produire une satisfaction optimale facteur de bien-être.

20L’économie touristique se réinvente en ouvrant de nouvelles possibilités où le touriste, acteur engagé, peut influencer et perfectionner la marchandisation de l’environnement (Hagimont, 2020) et les manières ludiques de le préserver et de le parcourir. En co-créant une forme d’aventure personnelle, il a le pouvoir de penser la nature qu’il désire, de la monnayer pour se ressourcer selon ses besoins. Émergent ainsi de nouvelles pratiques touristiques centrées de nos jours sur une relation à la nature qui « s’est réaffirmée comme un référent culturel et idéologique majeur pour les civilisations urbaines » (Bourdeau, 1994 : 6). Le tourisme sportif pensé comme un moyen de se ressourcer par la pratique permet à chacun d’avoir le sentiment d’exister et peut participer à la protection de l’environnement naturel. L’aventure, dans son acception la plus large et la plus diversifiée, et l’imaginaire correspondant évoluent alors vers des valeurs durables associées au bien-être de soi. Se développent également depuis quelques années des formes dites de « micro-aventures » (Humphreys, 2014) qui semblent caractéristiques de l’époque contemporaine : chacun y est invité à définir sa propre acception de la notion d’aventure et à inventer, au plus près de soi et sur un temps très court, la possibilité de s’immerger dans une expérience intense le coupant de la vie ordinaire. Renouant avec l’idée de déprise liée aux premières formes de tourisme, on voit renaître la notion de rupture dans un format concentré plus adapté aux contraintes de la société actuelle (réduction de l’émission de carbone des voyages et/ou limitation des mobilités pour des raisons sanitaires, mais aussi contraintes temporelles de la vie active et professionnelle). La recherche d’un ré-enchantement du proche et du lointain passe ainsi par de nouvelles pratiques, façonnées entre les désirs des touristes postmodernes d’un ailleurs durable et les réalités ou les faux-semblants des offres (discutées supra) et de l’aménagement de l’environnement. Dans cette tension émergent des offres touristiques qui semblent responsables et ludiques et on assiste à la formation d’hétéroptopies ou, dit autrement, à la multiplication de l’aménagement « des portions d’environnement devenues raretés désirables » (Hagimont, 2020 : 31), ce qui pose leurs conditions d’accès.

21On comprend alors que le mouvement vivre slow, qui s’opère aujourd’hui comme une transition forte, ouvre de nouvelles perspectives dans l’industrie touristique. Il marque un tournant dans la manière de penser le tourisme de demain, amplifié par l’empowerment du voyageur (connecté) à la recherche d’une expérience touristique ludique et sanitaire. Ce désir trouve un écho dans les nouvelles formes d’expériences du tourisme sportif, qui ne manquent pas pour certaines de valoriser la proximité et un aménagement selon des normes durables. Cette voie où le touriste est acteur de son projet touristique est un bon indicateur des croyances contemporaines sur l’expérience d’un ailleurs comme bien-être recherché. Se pose alors la question de la traduction en offres des désirs des touristes et de savoir comment les écarts qui en découlent participent à transformer le sens attribué à l’expérience touristique, mais aussi les manières de penser l’environnement local et/ou lointain.

Présentation du numéro

22Dans cette perspective, les articles du présent numéro visent à explorer les relations entre tourisme sportif et santé depuis un angle résolument microscopique et au travers de travaux engagés sur le terrain in situ. Caroline Nizard nous plonge ainsi dans l’univers des « vacances yoga » en proposant une enquête ethnographique. Elle étudie la quête de bien-être des adeptes de ce genre de pratique et les conséquences qu’elles peuvent avoir sur leur parcours de vie. Entre simple parenthèse et reconfiguration identitaire profonde, ces conséquences peuvent être de nature très différente et montrent combien les injonctions sociales au bien-être et au « prendre soin de soi » peuvent modeler profondément les parcours individuels.

23Christophe Gibout, quant à lui, nous emmène dans le Sahara marocain au cœur des pratiques de randonnées et de bains de sable. Au moyen d’une approche « ethnographique de soi-même », il analyse avec minutie les sensations et les émotions éprouvées par les voyageurs et le mieux-être ressenti lors de ces pratiques. Au-delà, l’auteur nous invite à réfléchir à ces expériences de « connaissance incorporée de l’espace » (Crouch, 2002 : 217) où les corps, en s’immergeant dans la nature, recouvrent un rythme en harmonie avec celle-ci mais aussi avec les autres.

24Dans un autre registre, celui de la sociologie de l’acteur réseau, Claire Perrin, Bastien Soulé et Eric Boutroy étudient, sur un « temps long » (1987-2016), la trajectoire d’une innovation matérielle : la joëlette, fauteuil tout-terrain mono-roue qui permet aux personnes vivant avec des déficiences motrices d’accéder aux sentiers non aménagés. Du stade du bricolage à l’industrialisation de cet engin, cette innovation est qualifiée de dispositif hybride en ce sens qu’au-delà de la technologie, elle devient une innovation sociale productrice d’interdépendances et de mixité handi-valide. Elle contribue dès lors au bien-être psychique des personnes handicapées mais aussi de leurs accompagnateurs.

25Frédéric Dutheil et Jean-Marc Lemonnier adoptent une approche micro-historique pour relater le parcours de vie d’un inconnu, Jean Calbrix (1960-2000), randonneur hébertiste normand à l’origine du développement de « parcours de santé ». En croisant les sources (entretiens avec le protagoniste, accès à ses archives privées et consultation des archives départementales), les auteurs reconstituent la contribution de cet anonyme, mais aussi de l’ensemble des « petites mains » participant au balisage des sentiers, au développement d’un tourisme de randonnée orienté santé. Au-delà, ce travail montre les liens de proximité entre les acteurs et la fabrique de nouvelles modalités de pratiques physiques et le « développement d’un tourisme social attaché au territoire ».

26À une autre échelle, Laurence Graillot s’est intéressée à la notion de bien-être en interrogeant ses liens avec le tourisme sportif dit « actif », c’est-à-dire impliquant une activité physique. À partir des apports théoriques de la psychologie positive et du marketing expérientiel, elle définit les facteurs qui concourent au bien-être des touristes et a contrario ceux qui l’entravent. Peu de travaux ont traité de ces questions dans le cadre du tourisme sportif. L’auteure fait donc ici un bilan des connaissances à ce sujet. L’idée d’engagement physique par les sensations physiques et les bienfaits psychologiques qu’il produit (réalisation de soi) est centrale dans l’expérience. Mais au-delà, les éléments de contexte (comme le lieu visité et notamment son aspect naturel) peuvent renforcer ce sentiment, notamment s’il est naturel.

27Ensuite, nous avons choisi de présenter dans ce numéro un article ne portant pas sur la nature mais sur les pratiques touristiques liées aux sports dits « urbains » (skateboard, roller, BMX…). Thomas Riffaud analyse les voyages des « riders » eux-mêmes et montre comment ils fabriquent une relation à leur environnement qui contribue à leur socialisation, à la validation de leur appartenance à une communauté et par là même, plus individuellement, à leur bien-être et leur épanouissement.

28Enfin, ces nouvelles formes d’engagement touristique qui interrogent la place d’une certaine quête de bien-être contemporaine sont discutées dans un entretien mené avec le philosophe Bernard Andrieu.

29Si l’ensemble de ces travaux de recherche confortent ce que nous venons d’esquisser en introduction, nous avons voulu, pour finir, proposer deux comptes rendus d’ouvrage. Le premier ouvrage s’insère dans la continuité de ce numéro en interrogeant un tourisme de nature, son rapport à la santé et au bien-être des touristes, mais aussi la valorisation des espaces protégés et des populations locales. Le second, quant à lui, contrebalance le regard et se veut détonnant... Celui-ci, du philosophe Ian Hacking, s’intitule Les fous voyageurs et traite d’une épidémie de diagnostics de « voyages pathologiques » recensés en Europe à la fin du XIXe siècle. À partir de la figure d’Albert, grand « randonneur fugueur », cet ouvrage inverse la perspective (le voyage comme symptôme plus que comme remède) et nous invite à nous questionner plus avant sur les relations entre tourisme et santé et leurs liens avec l’état des sociétés contemporaines.

Top of page

Bibliography

Andereck, Kathleen L. et Nyaupane P. Gyan, 2011, « Exploring the Nature of Tourism and Quality of Life Perceptions among Residents », Journal of Travel Research, vol. 50, no 3, p. 248-260.

Andreasen, Alan, 1994, « Social Marketing: Its Definition and Domain », Journal of Public Policy & Marketing, vol. 13, no 1, p. 108-114.

Amirou, Rachid, 1995, Imaginaire touristique et sociabilités du voyage, Paris, Presses universitaires de France.

Azara, Iride, Elini Michopoulou, Federico Niccolini, B. Derrick Taff et Alan Clarke, 2018, Tourism, Health, Wellbeing and Protected Areas, Croydon, CAB International.

Baretje, René et Ilca von Maltzahn, 1979, Tourisme de santé : Thermalisme, thalassothérapie : Essai bibliographique, Aix-en- Provence, Centre des hautes études touristiques, Université de droit, d’économie et des sciences.

Barthélémy, Marianne, 2002, « L’engouement pour les raids-aventure ou la société du risque transfigurée par le destin », Sociétés, vol. 3, no 77, p. 83-93.

Bergadaà, Michelle, 2004, « Évolution de l’épistémè économique et sociale : proposition d’un cadre de morale, de déontologie, d’éthique et de responsabilité pour le marketer », Recherche et applications en marketing, vol. 19, no 1, p. 55-72.

Boltanski, Luc, 1974, « Les usages sociaux du corps », Annales économies, sociétés, civilisations, vol. 26, no 1, p. 205-233.

Bourdeau, Philippe, 1994, « Tourisme d’aventure : La traversée des apparences », Téoros, vol. 13, no 3, p. 6-10.

Breton, Jean-Marie, 2010, « Sport, tourisme, environnement et développement local durable (activités récréatives et sportives et protection de l’environnement : le cas du parc national de la Guadeloupe), Lavoisier », Revue juridique de l’environnement, vol. 35, no 2, p. 219-230.

Corneloup, Jean, 2011, « La forme transmoderne des pratiques récréatives de nature », Développement durable et territoires. Économie, géographie, politique, droit, sociologie, vol. 2, no 3, p. 1-15.

Crouch, David, 2002, « Surrounded by Place. Embodied Encounters », dans Simon Coleman et Mike Crang (dir.), Tourism between Place and Performance, New York / Oxford, Berghan Books, chap. 13, p. 207-218.

Dekhili, Sihem et Yousra Hallem, 2016, « Un touriste co-créateur est-il un touriste heureux ? Étude de l’impact de la co-création sur le bien-être du consommateur », Management & Avenir, vol. 3, no 85, p. 15-34.

Dickinson, Janet et Les Lumsdon, 2010, Slow Travel and Tourism, Londres, RU, Routledge.

Drulhe, Marcel et François Sicot, 2011, La santé à cœur ouvert. Sociologie du bien-être, de la maladie et du soi, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

Ehrenberg, Alain, 1991, Le culte de la performance, Paris, Calmann-Lévy.

Falcón, Roberto Marcelo, Olaia Fontal Merillas et Apolline Torregrosa Laborie, 2015, « Le patrimoine comme don du temps », Sociétés, vol. 3, no 129, p. 115-124.

Fayn, Marie-Georges, Véronique des Garets et Arnaud Rivière, 2019, « Mieux comprendre l’empowerment du consommateur. Clarification conceptuelle et enrichissement théorique », Revue française de gestion, vol. 1, no 278, p. 121-145.

Featherstone, Mike, Mike Hepworth et Bryan Turner, 1991 [1re éd.], The Body: Social Process and Cultural Theory, Newbury Park, Sage.

Filep, Sebastian, 2014, « Moving beyond Subjective Well-being: A Tourism Critique », Journal of Hospitality & Tourism Research, vol. 38, no 2, p. 266-274.

Foucault, Michel, 2004, « Des espaces autres », Empan, vol. 54, no 2, p. 12-19.

Gardner, Nicky, 2009, « A Manifesto for Slow Travel », Hidden Europe, no 25, p. 10-14.

Gélard, Marie-Luce, 2013, « Les ‘bains de sable’ dans le Tafilalt (Maroc) », Techniques & Culture, no 61, mis en ligne le 15 décembre 2016, <http://journals.openedition.org/tc/7236>, consulté le 21 décembre 2020.

Hagimont, Steve, 2020, « La nature, l’économie et l’imaginaire. L’aménagement touristique de la montagne (Pyrénées, fin du XVIIe siècle – 1914) », Revue d’histoire moderne & contemporaine, no 67-3, p. 30-58.

Hallem, Yousra, Lubica Hikkerova et Jean-Michel Sahut, 2017, « Commercialisation de la durabilité dans le tourisme au travers de l’expérience client : le cas d’un parc naturel », Management & Avenir, vol. 96, no 6, p. 187-205.

Hallem, Yousra, Jean-Michel Sahut et Lubica Hikkerova, 2020, « Le ‘slow tourisme’ comme voie pour améliorer le sentiment de bien-être », Gestion 2000, vol. 37, no 3, p. 129-147.

Hazendonk, Niek, Marlies Brinkhuijsen, Chantal de Jonge, Hugo de Jong et Dirk Sijmons, 2017, « Paysage et loisir », dans Conseil de l’Europe (dir.), Dimensions du paysage, Strasbourg, Conseil de l’Europe, « Hors collection », p. 125-178.

Heitmann, Sine, Peter Robinson et Ghislaine Povey, 2011, « Slow Tourism », dans Peter Robinson, Sine Heitmann et Peter Dieke (dir.), Research Themes for Tourism, Wallingford, RU, CABI.

Hoerner, Jean-Michel, 2013, Annales du tourisme, Canet-en-Roussillon, Talaia.

Humphreys, Alastair, 2014, Microadventures: Local Discoveries for Great Escapes, Londres, RU, William Collins.

Kebiche, Mustapha, 1996, « Climat, santé et tourisme : Application à un climat méditerranéen semi-continental atténué : La région de Sétif (Algérie) », Travaux de l’Institut géographique de Reims, « Érosion, aléas naturels et cartographie », vol. 24, nos 93-94, p. 129-139.

Le Breton, David, 1996, « Jeux symboliques avec la mort », Communications, no 61, « Natures extrêmes » (Jacques Cloarec, dir.), p. 51-67.

Le Breton, David, Nadine Pomarède, Georges Vigarello, Bernard Andrieu et Gilles Boëtsch, 2013, Corps en formes, Paris, CNRS éditions (Centre national de la recherche scientifique).

Lebreton, Florian, Christophe Gibout et Bernard Andrieu, 2020, Vivre Slow. Enjeux et perspectives pour une transition corporelle, récréative et touristique, Université du Littoral, Laboratoire Territoires, Villes, Environnement, Société, Essai (broché).

Le Roux, Nathalie, André Galy et Eric Perera, 2018, « L’émergence du fauteuil tout terrain en France entre bricolages et innovations : le rôle des pionniers de l’activité », Les carnets du Labex ITEM, Innovation et territoire de montagne, <https://labexitem.hypotheses.org/680>, consulté le 1er mars 2021.

Lévi-Strauss, Claude, 1955, Tristes tropiques. Le grand livre de l’ethnologie contemporaine, Paris, Plon, coll. « Terre humaine poche ».

Lohore, Serikpa Georges, 2018, Tourisme et santé, mise en production des territoires par le tourisme médical, thèse de doctorat en géographie, Université de Perpignan – Via Domitia.

Marcotte, Pascale, Mohamed Reda Khomsi, Isabelle Falardeau, Romain Roult et Dominic Lapointe, 2020, « Tourisme et COVID-19 », Introduction du numéro thématique « Le tourisme avant et après la COVID-19 », Téoros, vol. 38, no 3, n.p., <http://journals.openedition.org/teoros/7976>, consulté le 22 février 2021.

Marsac, Antoine, Anne-Marie Lebrun et Patrick Bouchet, 2012, « Tourisme durable et expériences touristiques : un dilemme. Proposition d’un dispositif d’analyse appliqué à l’itinérance en milieu rural », Management & Avenir, vol. 56, no 6, p. 134-153.

Matos, Rafael, 2004, « Can Slow Tourism Bring New Life to Alpine Regions? », dans Klaus Weiermair et Christine Mathies (dir.), The Tourism and Leisure Industry: Shaping the Future, Londres, Hawthorn Hospitality Press, p. 93-103.

McIntyre, Norman et Joseph W. Roggenbuck, 1998, « Nature/Person Transactions during an Outdoor Adventure Experience: A Multi-phasic Analysis », Journal of Leisure Research, vol. 30, no 4, p. 401-422.

Michaud, Yves, 2012, « Sur l’industrialisation contemporaine de l’hédonisme. De Boeck Supérieur », Psychotropes », vol. 18, no 1, p. 17-22.

Molinier, Pascale, Sandra Laugier et Patricia Paperman, 2009, Qu’est-ce que le care ? Souci des autres, sensibilité, responsabilité, Paris, Petite Bibliothèque Payot.

Moore, Kevin, 2012, « On the Periphery of Pleasure: Hedonics, Eudaimonics, and Slow Travel », dans Simone Fullagar, Kevin Markwell et Erica Wilson (dir.), Slow Tourism: Experiences and Mobilities, Bristol, RU, Channel View, p. 25-35.

Perera, Eric, Gaël Villoing et André Galy, 2020, « L’inventivité des alpinistes en fauteuil tout terrain : l’usage de la technologie au service de l’autonomie et de la mise en scène de la différence handi-capable », Nature & Récréation, no 8, p. 41-51, <https://www.naturerecreation.org/8-nat-et-recreation>, consulté le 1er mars 2021.

Perera, Eric, Gaël Villoing, Sébastien Ruffié et Simon Gosset, 2017, « Le fauteuil tout terrain, une ‘paire de chaussures de montagne’ : expériences corporelles et reconfigurations identitaires », Movement & Sport Sciences, vol. 97, no 3, p. 9-16.

Pierret, Frédéric, 2015, « Le tourisme est-il devenu un enjeu stratégique ? », Annales des Mines – Réalités industrielles, no 3, p. 9-13.

Pigeassou, Charles, 2002, « Sport Tourism, a Growing Sector: Issues and Perspectives in France », dans Sean Gammon et Joseph Kurtzman (dir.), Sport Tourism: Principles and Practice, Eastbourne, Brighton, Leisure Studies Association, p. 129-140.

Pigeassou, Charles, 2004, « Le tourisme sportif : une réalité sociale aux contours incertains », dans Claude Sobry (dir.), Le tourisme sportif, Villeneuve d’Asq, Presses universitaires du Septentrion, p. 33-71.

Pociello, Christian, 1987, « Un nouvel esprit d’aventure, de l’écologie douce à l’écologie dure », Esprit. Le nouvel âge du sport, avril, p. 95-105.

Queval, Isabelle, 2008, Le corps aujourd’hui, Paris, Gallimard.

Rauch, André, 1988, Vacances et pratiques corporelles, Paris, Presses universitaires de France.

Romagnoli, Marco et Catherine Charron, 2020, « ‘Diète touristique’ : pour un déconfinement solidaire et des pratiques touristiques durables, en Méditerranée comme au Québec », Téoros, vol. 39, no 3, n.p., <https://journals.openedition.org/teoros/6942>, consulté le 20 janvier 2021.

Routier, Guillaume et Bastien Soulé, 2012, « L’engagement corporel : une alternative au concept polythétique de ‘sports à risque’ en sciences sociales », Movement & Sport Sciences – Science & Motricité, no 77, p. 61-71.

Ruiz, Gérard, 2014, « Le tourisme durable : jouissance et protection de la nature », Vraiment durable, vol. 1-2 nos 5-6, p. 71-81.

Tan, Siow-Kian, Ding-Bang Luh et Shiann-Far Kung, 2014, « A Taxonomy of Creative Tourists in Creative Tourism », Tourism Management, vol. 42, juin, p. 248-259.

Tixier, Maud, 2008, « Voyage ‘durable’ et voyageur mal avisé : celui-ci peut-il s’en faire une juste représentation ? », Humanisme et entreprise, vol. 3, no 288, p. 69-99.

Urbain, Jean-Didier, 1991, L’idiot du voyage. Histoires de touristes, Paris, Plon.

Villoing, Gaël, Eric Perera et Nathalie Le Roux, 2017, « The Institutionalization of Off-road Wheelchair Riding in France (1990-2015): ‘Truly a Sport of Sharing and Diversity’ », Sport in Society, « Being Disabled, Becoming Champion », vol. 21, no 4, p. 1-14.

Top of page

References

Electronic reference

Eric Perera and Nathalie Le Roux, « Tourisme sportif et santé », Téoros [Online], 40-1 | 2021, Online since 04 April 2021, connection on 15 October 2021. URL : http://journals.openedition.org/teoros/9961

Top of page

About the authors

Eric Perera

Maîtres de conférences des universités, Université de Montpellier. Laboratoire SantESiH (Santé et éducation, situation de handicap). eric.perera@umontpellier.fr

By this author

Nathalie Le Roux

Maîtres de conférences des universités, Université de Montpellier. Laboratoire SantESiH (Santé et éducation, situation de handicap). nathalie.le-roux@umontpellier.fr

By this author

Top of page
  • Logo UQAM | École des sciences de la gestion
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search