Skip to navigation – Site map

HomeNuméros40-1ChroniquesPour en lire plus : Tourism, Heal...

Chroniques

Pour en lire plus : Tourism, Health, Wellbeing and Protected Areas

Iride Azara, Elini Michopoulou, Federico Niccolini, B. Derrick Taff et Alan Clarke (dir.), Tourism, Health, Wellbeing and Protected Areas, Croydon, CABI, 2018, 225 p.
Eric Perera

Full text

1L’ouvrage collectif intitulé Tourism, Health, Wellbeing and Protected Areas s’inscrit dans la continuité du congrès international « Tourism and Protected Areas » tenu en Italie en octobre 2016. Ce congrès a réuni pas moins de 150 participants, chercheurs comme professionnels, provenant de 28 pays différents. Si la thématique du congrès n’est pas nouvelle, et les auteurs en conviennent, l’enjeu consistait à comprendre le rôle du tourisme dans la préservation de l’environnement naturel (protégé) et social. Dans les travaux de recherche, l’impact négatif du tourisme (de masse) est souvent présenté et le congrès, comme l’ouvrage en fait état, souhaitait non seulement mieux saisir ces difficultés, mais aussi envisager les moyens de gérer et de développer l’environnement de manière durable. Plus précisément, en tenant compte des questions économiques, sociales et environnementales, l’objectif du livre est de présenter comment un tourisme de nature peut participer certes à la santé et au bien-être des touristes, mais aussi à la valorisation des espaces protégés et des populations locales. Pour bien appréhender ce phénomène complexe, l’ouvrage compte 17 chapitres (dont l’introduction et la conclusion) qui proposent un regard transdisciplinaire portant sur des questions contemporaines autour du tourisme, de la santé, du bien-être et des espaces naturels protégés. Si les travaux de recherche présentés (approches quantitatives et qualitatives) sont majoritairement issus d’un contexte européen, y sont discutés, sous différents angles, tout d’abord la question du tourisme et des enjeux écoresponsables (chap. 2 à 9), puis les effets en termes de santé et de bien-être des expériences touristiques s’organisant dans des espaces naturels protégés (chap. 10 à 16).

2Plusieurs chapitres s’intéressent à des études de cas centrées sur des parcs régionaux et nationaux naturels (chap. 2 à 4) afin de mettre en évidence les moyens stratégiques et participatifs qui sont déployés pour valoriser un développement écotouristique. Diverses focales sont alors utilisées pour évaluer l’efficacité des mesures prises dans ces espaces protégés ainsi que le rôle d’un tourisme durable. D’un côté, des études s’intéressent à la mise en œuvre d’un management écoculturel (qui s’appuie sur des modèles de stratégies écotouristiques faisant appel à des approches participatives) permettant de participer efficacement à une gestion locale et touristique. De l’autre, ce sont plutôt les points de vue des visiteurs et des résidents qui sont interprétés pour faire évoluer l’expérience touristique ainsi que la promotion et le développement des espaces naturels dans un contexte culturel donné. Dans ce sens, les activités proposées ne sont pas sans interactions avec la culture locale et, au-delà d’une approche d’éducation à l’environnement, participent à valoriser des expériences touristiques positives tout en préservant l’héritage des parcs naturels.

  • 1 Le chapitre 8 semble être en décalage avec les autres chapitres de la première partie de l’ouvrage, (...)

3Cette perspective de développement des lieux ou de promotion d’un territoire est également abordée (chap. 5 à 7), toujours sous forme d’études de cas, sous l’angle d’une plus-value apportée par un tourisme de bien-être. Perçu comme une activité complémentaire ou encore comme jouant un rôle réel sur la santé, comme le montrent certaines données ou comme il peut être valorisé par les réseaux sociaux, le tourisme de bien-être et ses offres redynamisent certaines destinations et participent à leur développement durable. Ces nouvelles approches touristiques ont des répercussions sur la qualité et l’authenticité des destinations proposées et sur leur aménagement. Ces logiques durables intègrent également les aspects économiques et culturels, qui sont discutés et approfondis dans les chapitres 9 et 12 (dans la 2e partie de l’ouvrage), où sont abordés divers moyens de revitaliser et de protéger la nature des espaces ruraux. Les activités de loisirs touristiques participent non seulement à l’économie locale, mais aussi à la valorisation et à la préservation des espaces et de leurs ressources naturelles. Par ailleurs, le tourisme et le bien-être peuvent prendre d’autres formes, comme celle étudiée dans le chapitre 81, le « medical voluntourism » (volontourisme médical). En effet, lorsque des professionnels de la santé s’engagent dans des organisations de santé pour fournir des soins médicaux dans des pays étrangers, leur expérience et leur capacité d’adaptation sont déterminantes. L’investissement à long terme des organisations médicales au sein de ces communautés locales facilite une certaine adaptation pour répondre au mieux à leurs besoins et à leur environnement et participer ainsi à leur bien-être.

4L’ouvrage s’intéresse ensuite de manière plus systématique à la dimension expérientielle des touristes en pointant le rapport à la santé et au bien-être. Tout d’abord, la visite des espaces naturels est évaluée pour saisir les effets bénéfiques d’un tel rapprochement vers la nature (chap. 10, 15 et 16). Il s’agit de tenir compte des motivations et de la satisfaction des visiteurs, mais aussi de s’intéresser au bruit produit par l’environnement naturel et/ou à celui généré par les visiteurs. En fonction des conditions sonores, une proximité avec la nature peut devenir une source de santé et de bien-être ou, au contraire, avoir des effets négatifs sur l’expérience touristique (par exemple en cas d’excès sonore d’engins motorisés utilisés dans ces espaces). On comprend alors l’importance de la qualité sonore des environnements naturels parcourus. Un autre environnement est également apprécié, celui de la visite des aquariums publics (chap. 14). Loin de la thématique de l’ouvrage sur les espaces naturels protégés, ces visites du monde marin participent tout autant, et à leur manière (effet relaxant par exemple), à la santé psychologique et physiologique des visiteurs. L’environnement marin, toujours à l’étude, va jusqu’à offrir des expériences réparatrices.

5Il est enfin intéressant de noter l’impact du tourisme sportif pratiqué en milieu naturel (chap. 11 et 13). La pratique de loisirs sportifs de pleine nature et en particulier des sports nautiques par des personnes handicapés (issues d’un centre de réadaptation) produit une expérience positive, apaisante, qui a des répercussions positives sur leur vie quotidienne et leur rapport au corps. Au contraire, certaines pratiques, comme celle du kitesurf (sport extrême) au sud-ouest des Pays-Bas (en Zélande, une province maritime), offrent un rapport particulier avec l’environnement naturel et social. Il est plutôt question d’une remise en cause de cette pratique dans l’usage de l’espace naturel de la part des usagers du même espace, notamment des partisans de la protection de la nature et de son aménagement (respect et protection d’un écosystème fragile, dont les populations d’oiseaux) ; d’où un avis mitigé concernant toute évolution de la pratique du kitesurf dans cette partie du monde.

6En bref, l’ouvrage a pour ambition d’apporter des éclairages sur la complexité du phénomène du tourisme de nature et du développement durable. Il y parvient en regroupant des travaux de recherche avec différents niveaux de regards qui contribuent de manière féconde à l’analyse des mécanismes de préservation des écosystèmes visités. En multipliant les situations touristiques en milieu naturel aux quatre coins du monde, les 15 chapitres offrent des analyses variées et heuristiques pour saisir les difficultés de la mise en place d’une approche durable des pratiques touristiques, mais aussi et surtout les bénéfices d’une telle approche en termes d’effets à long terme sur l’environnement naturel et social. De cette manière, un développement touristique qui intègre un rapport à la nature respectueux peut participer également à la santé et au bien-être de chacun, des touristes jusqu’aux populations locales. Dans ce sens, l’ensemble des études qui sont exposées dans cet ouvrage donnent des pistes et présentent des stratégies pour dynamiser et contrôler les flux de visiteurs tout en considérant une gestion intelligente de l’environnement. Le parti pris des auteurs consiste finalement à donner des clés aux lecteurs avisés pour éventuellement mesurer et prendre des décisions stratégiques en matière de tourisme. En effet, il est temps de reconsidérer la place du patrimoine naturel et celle des traditions qui y sont associées et de les préserver pour les générations futures. C’est la dimension de l’héritage naturel et social qui est discutée ici et appelle à penser de nouvelles approches touristiques.

7Penser le tourisme de demain, les nouvelles manières de se divertir, nécessite de plus en plus des logiques durables qui participent à la santé et au bien-être. Il s’agit là d’un enjeu écologique majeur dans lequel les universitaires ont un rôle à jouer en développant les thématiques croisées du tourisme, de la santé, du bien-être et de l’environnement naturel pour constituer un programme de recherche aujourd’hui central. Il est fondamental de poursuivre l’initiative menée par les auteurs, à la fois dans la mise en place de rencontres internationales et par des publications régulières. Ces moments de réflexions scientifiques gagneraient tout de même à considérer l’ouverture aux sciences humaines et sociales, en donnant plus de place aux apports qualitatifs possibles de la sociologie, de l’anthropologie ou encore de la géographie humaine, voire de la linguistique, lorsqu’il s’agit de porter une réflexion sur l’expérience touristique. Certaines notions clés, comme la santé et le bien-être, pourraient ainsi être discutées davantage. Par ailleurs, il est à regretter le coût de l’ouvrage (85 euros), qui pourrait freiner des lecteurs potentiels. Il est alors important de participer à la diffusion de cet ouvrage et des perspectives qu’il augure, notamment sous forme de compte rendu, et je ne peux que saluer la maison d’édition CAB International qui n’a pas hésité à m’envoyer un exemplaire imprimé.

8Valoriser les travaux réalisés sur le sujet est d’autant plus nécessaire qu’ils constituent une sorte d’observatoire sur les pratiques touristiques qui s’organisent dans la gestion des espaces protégés et, de manière plus large, sur le rapport à la nature. Les recherches menées sur ces thématiques et présentées dans ce livre ont vocation à informer et à guider l’industrie touristique. Cette dernière, souvent pointée du doigt pour ses effets négatifs sur l’environnement, est invitée par cet ouvrage à changer ses représentations et à envisager de manière proactive un tourisme qui tient compte du développement durable. Une ambition écotouristique est présentée dans les analyses comme un levier participant à la préservation des territoires naturels et à des expériences touristiques favorables à la santé et au bien-être. Il est maintenant certain que la démarche durable dans l’univers du tourisme requiert d’autres engagements ne consistant plus en de simples affichages écoresponsables pour « verdir » son image à des fins promotionnelles et économiques. Le tourisme de nature marque ainsi une transition dont le modèle stratégique s’appuie en grande partie sur la qualité et l’authenticité de l’expérience touristique dans l’espace naturel source de santé et de bien-être.

Top of page

Notes

1 Le chapitre 8 semble être en décalage avec les autres chapitres de la première partie de l’ouvrage, mais il apporte un regard complémentaire.

Top of page

References

Electronic reference

Eric Perera, « Pour en lire plus : Tourism, Health, Wellbeing and Protected Areas », Téoros [Online], 40-1 | 2021, Online since 04 April 2021, connection on 28 October 2021. URL : http://journals.openedition.org/teoros/9981

Top of page

About the author

Eric Perera

Maître de conférences. Université de Montpellier. eric.perera@umontpellier.fr

By this author

Top of page
  • Logo UQAM | École des sciences de la gestion
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search