Navigation – Plan du site
Bloc-notes

Humanités numériques, corpus et sens

Henri Gautier
Référence(s) :

Humanités numériques, corpus et sens, J. Longhi (coord.), Questions de communication, n° 31, 2017, pp. 7-182.

Texte intégral

  • 1 Dacos M., Mounier P. (2014) Humanités numériques. Etat des lieux et positionnement de la recherche (...)

1 Dans cette livraison, la revue Questions de communication livre sous la coordination de Julien Longhi un dossier dont l’ambition est de faire le point sur ce qu’on entend par « humanités numériques ». Pour Dacos et Mounier (2014)1, il s’agit d’un dialogue interdisciplinaire sur la dimension numérique des recherches en sciences humaines et sociales (SHS) portant sur les outils, les méthodes, les objets et les modes de communication. En effet, pour les SHS, le volume croissant de données issues du numérique, l’ouverture au domaine public de plus en de sources d’information et la multiplication des réseaux sociaux offrent de multiples opportunités de production de connaissances sur les sociétés humaines. Cependant, ces nouveaux matériaux, exploités à des fins commerciales ou socio-politiques, peuvent conduire les scientifiques des SHS à mutualiser des savoirs parcellaires afin d’introduire des questionnements réflexifs sur les objectifs, les méthodes et les fronts de recherche susceptibles de renouveler l’épistémologie des disciplines impliquées. Si le passage de l’informatique au numérique modifie la nature du corpus en l’étendant à des objets non textuels, en modifiant la texture du discours et en suscitant de nouveaux modes de communications, il renouvelle également les sociabilités qui se tissent autour du corpus en instaurant de nouvelles formes de partage.

2 Ces évolutions supposent d’adapter les outils d’analyse textuelle mais aussi parfois d’en bouleverser les cadres de référence. Ainsi, les médias sociaux (blogs, wikis, réseaux sociaux) sont de plus en plus mobiliés par les chercheurs de la communauté SHS. Certaines de leurs pratiques de communication, relevant jadis de la communication personnelle ou de la littérature grise, accèdent alors une plus grande visibilité et une meilleure reconnaissance car elles contribuent significativement à la conduite de projets de recherche dont la dimension devient plus globale. Le travail d’encodage de ces traces numériques et leur balisage par des métadonnées pour aboutir à un corpus mis à disposition dans un standard européen ouvert contribue de manière significative à la prise en compte des spécificités génériques et discursives de ces matériaux textuels. Dans ce contexte, la linguistique peut être sollicitée pour éclairer les interactions entre données et métadonnées.

3 Le projet éditorial de ce dossier est donc de considérer conjointement dans un parti pris linguistique le corpus, textes et documents, du point de vue sémiotique et informatique par un dialogue entre les différentes approches disciplinaires choisies. Le corpus est ainsi placé au centre de l’analyse puisque, dans ces analyses textualisées, il n’est pas jugé nécessaire de faire appel à des éléments externes au corpus pour comprendre et interpéter ses composantes. En se situant à l’interface de la linguistique, des sciences de la communication et de l’informatique, ce dossier ambitionne de s’emparer des corpus en tant qu’objets culturels, ce qui favorise les mises en réseaux et peut susciter des reconfigurations disciplinaires, avec la possibilité de centrer la problématique sur des enjeux socio-politiques concrets comme les controverses, les réformes ou les évènements politiques ramenant alors aux dimensions interprétatives spécifiques du travail de recherche en sciences humaines et sociales.

4 La première partie du dossier tente mettre en lumière les enjeux scientifiques qui émergent au confluent de l’informatique et des sciences cognitives d’une part, et d’autre part de la sémiotique et de la philologie numérique. Un premier article questionne les limites des modèles formels dans le domaine des humanités afin de jeter un pont entre les traditions scientifiques et herméneutique. Le second article discute des potentialités respectives de différents type d’analyse des données pour la sémiotique des textes. Puis, un troisième article explore la question de la structuration et du format des documents en lien avec leur interprétation.

5 Traitant de corpus politiques tirés de média sociaux, la seconde partie du dossier aborde les questions du sens et de l’interpétation des textes, soit pour faire émerger des singularités (traitement différencié du terrorisme sur Facebook), soit pour identifier les logiques sociales de production des opinions publiques (mesure de popularité des leaders politiques sur Twitter).

6 Enfin, la dernière partie du dossier s’intéresse aux controverses et aux évènements politicomédiatiques en se basant sur l’analyse des tweets pour, dans un premier cas, proposer une grille d’interprétation des traces langagières et, dans le second cas, rendre compte des enjeux sociopolitiques sous-tendant la controverse sur le statut des intermittents du spectale.

7 Au total, ce dossier ouvre des pistes intéressantes en plaçant au centre de la problématique du développement des recherches en humanités numériques, les corpus dans leur structure et leurs spécificités comme matériaux du discours, et les différentes grilles notionnelles d’interprétation comme cadres conceptuels d’émergence du sens.

Haut de page

Notes

1 Dacos M., Mounier P. (2014) Humanités numériques. Etat des lieux et positionnement de la recherche française dans le contexte international. Institut français, Ministère des Affaires étrangères pour l’action culturelle extérieure de la France, Paris, 89 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri Gautier, « Humanités numériques, corpus et sens », Terminal [En ligne], 121 | 2017, mis en ligne le 23 décembre 2017, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/terminal/1694

Haut de page

Auteur

Henri Gautier

Comité de rédaction de Terminal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Télécom École de Management
  • Logo CREIS terminal
  • OpenEdition Journals